Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Aller en bas

Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Lun 22 Juil 2013, 11:00

Zut! Pourquoi j'en ai plus?! En même temps ça avait été si presque parfait jusqu'à maintenant, il fallait bien qu'il ait un problème qui arrive pour pimenter la chose. Oui mais plus un rat! Et les poules étaient trop... Volatiles pour être utilisées comme cobaye. Pourquoi ces cages à rats étaient-elles vides juste maintenant? Je n’avais pas le temps! Même pas le temps de me perdre vers les salles de tortures histoire de récupérer un humain. En même temps chasser un rat aurait été plus rapide que de trouver les salles de tortures... Non, mais non! Je ne savais pas si cette potion était stable! Si elle resterait active encore bien longtemps et je n'avais rien sous la main! Pourtant j'étais sûre d'avoir vérifier avant de m'y mettre il me restait quelque rats... Et pas un trou dans le grilla... Saleté de chat. Elle avait trouve pile le mauvais moment pour m'en voler celle-là. Quoi qu'elle ne dût pas être la seule. Mais profiter du fait que je sois occupée devant mon établi pour se goinfrer! Rhâââ! Non, Ophyde, ce n’est pas le moment de s'énerver.

Mes mains se posèrent sur mes tempes pour les masser alors que je prenais une grande inspiration. Il fallait que je me calme pour trouver un moyen de ne pas avoir fait cette potion pour rien. J'étais si près du but! Pourquoi maintenant? Juste quand je sentais que celle-ci était la bonne? Une larme de début de désespoir coula. Non, il ne fallait pas que je tombe dans la déprime! Il devait bien avoir une solution! Il y avait toujours une solution! Tournant en rond dans le poulailler devant les cages à rat vide je réfléchissais avant de venir à une seule option possible. Bien sûr j'y avais pensé avant, enfin mon inconscient y avait pensé mon conscient n'avait pas oser l'émettre devant la dangerosité. En même temps les plus gros risques étaient passé, ce n’est pas comme si c'était mon premier essai. Au contraire, je sentais que je m'approchais du but.

Presque à reculons j'avançai vers le petit chaudron posé à côté du feu. Le liquide entre le vert canard et le glauque semblait encore vivant. Je le regardais comme s'il était près à me sauter à la gorge alors qu'il n'était encore mouvant qu'à cause de la chaleur du chaudron. Trois fioles, trois doses, c'était la quantité que je pouvais évaluer à vu d'œil. C'était peu pour tout le travail que ça m'avait demandé. D'un autre côté en faire plus aurait été stupide si la potion n'était pas la bonne. Si le rat ne réagissait pas ou réagissait mal en la buvant... Comment en mourant... Dans l'ensemble ce n’était pas gênant, ce n'était que des plantes en moins mais ça me permettait d'avancer, voir ce qui n'allait pas. Puis ça me faisait un rat grillé en plus dans ma réserve. Oui sauf que là le rat c'était moi!


----------------------------------------------------------------------------

Tout était calme, étrangement calme dans le logement de la lamia. Même les poules ne caquetaient plus. Pourtant rien n'était dérangé, tout était en place. Le petit chaudron était maintenant vide. Deux fioles remplies d'un liquide immobile et bien glauque reposaient sur une étagère à côté d'une troisième vide. Comme si la sorcière avait mal calculé la quantité de sa potion. Tout était en ordre à la seule exception peut être de l'absence d'une grande couverture sur le tas de peaux qui servait de lit à Ophyde. Absence, remplacée par les grigris qui normalement décorant ses cheveux pour protéger son esprit étaient là éparpillés sur la paillasse de peaux. Tout était calme dans ce petit logement, comme dans une maison un peu trop bien rangée. Ce n'était pas le cas de l'esprit de la jeune femme blanche qui errait dans les couloirs comme une âme perdue.

L'esprit en question se traitait de tout le noms en essayant d'accepter ce nouveau corps qui était maintenant sien. Non, ce n'était pas le sien, ça ne pouvait pas être le sien. La peau était trop blanche, trop lisse sans imperfection ni aucun tatouages, nue. Les cheveux étaient lisses et ondulés d'un noir corbeau. Ils n'étaient plus digne d'une crinière de lion : indomptables et frisés presque crépus. Encore tout ça était acceptable, avec une couverture mise en forme de cape la peau était recouverte. Des cheveux qui ne partaient pas dans tout les sens comme ils voulaient était bien même s'ils ne pouvaient plus servir de seconde ceinture. Non, le plus gros problème était les deux jambes qui ne voulaient pas faire comme elle voulait. Qui semblaient si petites, si frêles qu'elle ne savait pas comment elle arrivait à tenir debout dessus. En même temps elle n'arrivait pas à tenir debout bien longtemps. Environ tout les cinq pas elle tombait, l'enfouissant un peu plus dans le désespoir.

Sortir au début, lui avait semblé une bonne idée. Elle avait fermé sa droguerie depuis qu'elle avait commencé ses expériences donc plus personne ne passait à moins d'être un cas urgent. Et comme les cas urgents préféraient passer par l'hôpital, les quelques semaines qu'elle avait passé enfermé dans son logement avait été vide de visite non féline. C'est pourquoi elle était sortie, elle lui fallait de l'aide. Il fallait qu'elle trouve une tête qu'elle connaissait, une âme aimable pour la soutenir. Au début elle avait espéré retrouver le chemin vers l'atelier de Karl. Elle l'avait aidé pendant alors qu'il avait pris forme humaine, il lui devait bien ça, non? Oui mais voilà, elle avait beau avoir changé de corps elle avait toujours un aussi beau sens de l'orientation qu'avant. Au final elle se retrouva à errer des les couloirs en se soutenant aux murs pour ne pas tomber tout les cents mètres. Marcher en se maudissant d'être sorti de la sécurité de son appartement en attendant que ça passe. Elle avait essayé de retourner sur ses pas, mais prendre les gens qu'elle avait croisé comme repère n'était pas sa meilleure idée de la journée. Quoi qu'en y réfléchissant bien, si peut être qu'entre tous ça avait été l'idée la moins pire. En même temps tous les couloirs se ressemblaient dans ce donjon!

A bout de nerf, le hasard décida enfin de la voir craquer en l'approchant de la grande salle pendant une heure d'affluence. Il y avait toujours quelques personnes dans la grande salle, qui quand elle n'était pas utilisée pour les spectacles ou autre divertissement servait de.... place du village. Et c'est bien connu, dans un village l'occupation principale était d'aller voir si quelque chose d'intéressant se passait sur la place. Parce que de toute façon il n'y a rien d'autre à faire et qu'au pire on trouvera des personnes qu'on connait à qui raconter les potins du jours. Donc la grande salle en tant que substitue de place de village était à toute heure en heure d'affluence. C'était avec l'aile centrale des boutiques un lieu que fuyait Ophyde. Étrangement elle avait beau avoir un sens de l'orientation plus proche du négatif que du positif elle arrivait tout de même à ne jamais passer là où elle ne voulait jamais passer. Sauf... Sauf quand elle était désorientée mentalement, au bord des larmes, sur le point de crier à l'aide en enlevant sa cape.

La vue brouillée par de l'eau salée qui avait décidé que rester au chaud au bord des yeux c'était mieux que d'inonder des joues, la jeune femme ne se rendit pas compte tout suite qu'elle avait quitté la sécurité du mur. Elle nageait dans une mer de figures vaguement humanoïdes qui n'arrêtaient pas de la bousculer alors qu'elle se traitait de tout les noms jusqu'à avoir épuisé le stock. Elle réussit étonnement à tenir debout jusqu'à qu'une silhouette poilue, nauséabonde et trop haute pour voir sa tête sans levé la sienne la cogne pour l'éjecter à peine plus loin. Mais juste assez pour qu'elle atterrisse dans un coin tranquille près d'une fenêtre ouverte. Alors, alors seulement elle se décida à pleurer, assise comme un pantin désarticuler.

Enfin ce stupide corps faisait ce que je voulais. Enfin j'exprimais mon désespoir en abreuvant mes joues de larmes. Enfin je réussis à marmonner dans une voix qui m'était inconnue une demande d'aide.

hrp:
Vous l'avez compris, comme c'est un rp libre pour une personne seulement c'est : premier arrivé premier servi. Après si vous avez de bon arguments et que vous voulez absolument venir mais que quelqu'un a été plus rapide et bien... Tout peut ce négocier dans la vie ;) Oh et histoire d'avoir une idée de l'apparence d'Ophyde maintenant :


Dernière édition par Ophyde le Jeu 18 Sep 2014, 20:30, édité 4 fois
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Lun 22 Juil 2013, 15:20

Ciel! Que vois-je? Du désespoir, des larmes. Cie! Que vois-je? Une femme qui baisse les armes. Je ne comprends pas, je ne comprends pas! Mais qui est donc cette fille là! Allez-y, expliquez moi! Je n...

"Oh, c'est Ophyde!"

Boum. Ma chansonnette de la curiosité venait d'être anéantie en un temps record par le sale con qui me servait de meilleur ami: Jubei. En effet, ce trou de balle avait une capacité épatante à cerner les auras. Et depuis peu, il arrivait à donner un nom à ces dernières. Au loin, je voyais une jolie jeune fille que je n'avais jamais vu avant. Mais pourtant, mon camarade l'avait identifiée comme Ophyde. Pourquoi? Comment? J'en ai aucunes idées. Tout ce que je voulais savoir, c'est COMMENT elle avait fait ça!... Bon, ok, je mens. Je la cherchais pour dire la vérité. Depuis notre... Altercation... J'avais pas présenté d'excuses ni quoi que ce soit. Je m'étais contenté de profité de ma nouvelle santé sans me soucier de ce jour... Maintenant, je crois que c'était le moment parfait pour rembourser ma dette. D'un pas calme et tranquille, je m'approche d'elle. Elle a l'air si fragile... Elle qui était si forte ce jour de l'attaque des zombis. Si forte lors de l'épisode de la grange... Et là, elle pleurait. Pourquoi? Peut-être le fait qu'elle soit devenue humaine. Psychologiquement, elle était pas toute là... Enfin. Je décide de ne pas rester planté là et je m'approche d'elle. Je me mets sur un genou et, d'une main tendre et compréhensive, je lui essuie ses larmes

"Tout va bien... On rentre?"

Je sais que je n'étais probablement pas la meilleure personne pour la soutenir. Elle ne devait pas particulièrement me porter dans son coeur mais que voulez vous? Je me contente de lui offrir un air très calme et très chaleureux. Je veux la soulager, la mettre en confiance... J'étais prêt à la porter où elle le souhaitais! Je sais ce que c'est d'avoir un organisme nouveau, c'pas toujours simple vous savez... Je veux l'aider. Je veux vraiment l'aider et... Avec un peu de bol, je pourrais racheter mes fautes. Qui sait?

[Un peu court, désolé! Je travaillerai plus la prochaine fois avec le développement psychologique~♫!]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Mar 23 Juil 2013, 10:41

Trop concentrée à me morfondre sur mon sort, je ne remarquai pas l'arrivée du démon jusqu'à que je sentisse le contacte de sa main sur une joue. Dans un petit sursaut je relevai la tête pour voir mon sauveur... Mèche folle?! Oui, j'avais encore une fois oublié son prénom, mais mèche folle lui allait tellement bien. Par contre comme sauveur j'aurais pu rêver mieux... J'aurais pu tombé sur bien pire, comme... La boîte de conserve sans cervelle qui faisait peur ou quelqu'un qui n'aime pas les humains au point de pourrir la vie de ceux du donjon... Ou quelqu'un qui profite de ma faiblesse! Oui parce qu'avec un corps aussi... Aussi... Humain, j'étais faible! Puis, il s'y prenait plutôt pas mal pour quelqu'un qui avait pourrit une de mes nuits. Au moins celle-là je ne pourrait pas l'oublier... Puis quelque chose en moi me forçait à ne pas montrer mes faiblesses devant lui, allez savoir pourquoi. Mais au moins ça m'obligera à me bouger au lieu de fondre comme une méduse au soleil.... Ou un chat! Oui à ce moment précis le pire aurait été un chat. Le summum aurait été celui qui avait finit ma réserve de rat. Donc qui était la cause de ma présence ici... Et mais, il avait pas un chat qui le suivait toujours lui?

"Tout va bien... On rentre?"

Qu'est-ce qu'il me chantait là? Il voulait rentrer où? Et où ce cachait ce chat? Non, c'était bien que je ne le voie pas. Au moins n'avais-je pas envie de lui sauter dessus pour lui exprimer ma colère envers les chats. Bon, ok j'étais énervé... C'était toujours mieux que ramollie et sans espoirs, non? Oui, mais pour la communication il y avait mieux... Puis j'étais toujours dans ce.... Ce corps.... Je.... Non! Ne pas pleurer... Pas devant lui... Je me forçai à ne pas voir cette peau blanche qui m'appartenait en me concentrant sur le démon près de moi. Lui aussi était pâlichon, de toute façon tout le monde était pâle dans ce stupide pays... Et maintenant je faisais parti de leur club de pâlichon. Autant essayer de sympathiser pour m'intégrer?...

"Non, tout va mal ! Heureusement que ton chat n’est pas là, ça irait encore plus mal !... Je ne suis ni plus vieille, ni plus jeune et je n’arrive pas à avancer sans tomber tout le temps! Tu vas me dire que j'aurais pu mourir... Oui, même si ça fait un moment maintenant que plus aucun rat ne meurt en en buvant une. Tu savais que l'effet de potions sur les rats était similaire sur les humains? Si seulement ces stupides chats n'avaient pas mangé les rats qui me restaient... Je ne l’aurais pas bu… Et... Pourquoi je te dit tout ça?... Puis..."

Je m'arrêtai soudain pour ne pas fondre de nouveau en larme. J'attendis que ma respiration redevienne normale pour reprendre d'une petite voix.

".... Puis tu veux rentrer où?... Pas chez moi, je ne veux pas que tu me voles cette potion.... Je te fais confiance, mais pour les potions je ne fais confiance à personne... Tu... Tu as des habits pour humaine chez toi?... Je suis toute nue sous ma cape et sans mes tatouages je me sens encore plus nue..."

Trop fière pour demander de l'aide, je me dépatouillai pour me redresser tout en gardant la cape improvisée sur mes épaules. Je m'agrippai alors à son bras pour éviter de retomber de ces jambes frêles. C'est alors que je remarquai ma petitesse face à sa grandeur... Encore une chose que je ne pouvais pas palier en me dressant un peu plus sur ma queue...

"Mèche folle? Pourquoi tu as l'air de savoir qui je suis?"

hrp:
Bâ pour un post c'est pas la longueur qui compte mais sa qualité ^^
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Mar 23 Juil 2013, 12:28

Tenter de cacher sa faiblesse... Au final, c'était ça ce que je faisais depuis tout ce temps. Je tentais de devenir fort en exploitant le cancer familial. Et c'était mon seul et unique moyen d'atteindre mon objectif qui était la vengeance. Mais au final, je me demandais si des fois, ce n'était pas plus simple de tout laisser tomber. Se contenter de s'allonger, fermer les yeux, se reposer... Dormir... J'en mourrais d'envie. Je me demandais même si je n'en avais pas toujours eus envie. J'avais tellement de haine envers le Croc de Behemot que j'avais oublié pourquoi je voulais... pourquoi je DEVAIS développer le symbiote. Parce que c'était mon héritage. Et non pas parce que ça devais être une arme, juste parce que je voulais que de là haut, Papa soit fier... Et pour que moi aussi je sois fier de moi!

Elle tentait de rester forte mais de nouveau, elle se met à pleurer. Cette pauvre Ophyde avait vraiment un mal de chien à rester forte. Elle avait une fierté qu'elle refusait de perdre... Et ça me faisais doucement sourire~ Un petit sourire tendre que je voulais rassurant... Au final, je viens lui poser mes deux mains sur les joues. Je suis soucieux de cette fille. C'est grâce à elle, Séléné et l'hum...Engar, que je suis de nouveau moi après tout. Alors je dois lui rendre la pareille!! Je me contente de ne pas répondre et de la regarder dans les yeux... Avant de la serrer dans mes bras. Mes mains parcourent son dos et ma voix, délicate, lui souffle à l'oreille

"Je sais que c'est dur. Je sais que ce genre d'épreuve est dur, difficile, compliquée... Mais ça va bien ce passer. Les effets vont s'estomper et en attendant, tu viendras dormir à la maison ok? Je dois avoir de quoi t'habiller."

En tout cas, je ne lui donnerai pas plus de potion ou autre. On ne sait jamais ce que deux agents de transformation peuvent faire. C'était pas super rassurant ce genre de trucs, croyez moi~!! Quoi qu'il en siot, je la porte. La voici nue, dans mes bras, enroulée dans une cape. Je souris doucement et je siffle Jubei qui... a encore dû forcer sur l'herbe à chat. Ce truc qu'il fumait dans sa pipe... Je préfère même pas savoir ce que c'est. Il courait et se cogne à un mur, brisant ses lunettes au passage. Il arrive près de moi à nouveau en louchant, sa petite langue rapeuse sortie. Je le regarde d'un air un peu désespéré mais je ricane malgré tout, finissant par dire

"Je t'ai reconnue grâce à lui. Il peut voir les auras et maintenant, il arrive même à les identifier! Enfin... Quand il est pas défoncé...

-Derp, derp~!"


Con de chat... Il repart en courant un peu partout, tournant autour de certaines personnes qu'il voit comme ça. Ces pauvres gens se demandent d'ailleurs pourquoi ils se font harceler par un chat complétement défoncé à la fumette. Enfin bon, ça lui passera! Je me contente de laisser ce benêt faire ce qui l'amuse et je réfléchis à cette lamia. Curieux, je demande

"Tu t'attendais à quoi comme effet?"

Ma curiosité naturel veut que je lui demande. Franchement, ça m'intéressait de savoir comment elle en était arrivée jusque là! Et puis... En humaine, elle paraissait si pâle, si frêle! Elle n'avait plus son corps de lamia, plus de tatouages... Un changement total d'apparence, pas juste une mutation! Là, clairement... Je devenais de plus en plus curieux~!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Mer 24 Juil 2013, 11:47

C'est fou le pouvoir que pouvait avoir sur moi les bras et la voix rassurante d'un mâle. J'avais beau avoir changé de corps, un contacte masculin non violant me faisait entrer dans une bulle de calme où tout allait bien. Je me surpris à fermer les yeux et réévaluer mon jugement sur Mèche folle. Si peu de mâles étaient doux avec moi sans arrière pensé... Et le connaissant surtout de réputation pour ça, je ne l'aurais jamais imaginé ainsi auparavant. Bon dormir chez lui était risqué si je voulais que ça ne dérape pas. Enfin voulais-je vraiment que ça reste ainsi? Doux et mignon? Surtout que j'étais déjà en train de faire une abstraction mentale de mon nouveau corps pour m'imaginer répondre à son étreinte en l'enlaçant de mes anneaux puis me dresser légèrement pour déposer un... Je sentis mon visage quitter la protection de son torse pour se tourner vers son visage et... Et j'ouvris les yeux, étonnée avant de réaliser que je ne pouvais plus moduler ma taille à volonté...

Heureusement pour moi, il me fit vite passer à autre chose en sifflant. Je me tordis pour voir qui avait-il appelé avant de froncer les sourcils en reconnaissant une boule de poils orange filer vers nous. Stupide chat, tous les mêmes à faire les fous pour attirer l'attention pour en profiter à vous voler un rat ou deux! Je faufilai mes mains entre moi et les bras qui m'enlaçaient pour les empêcher de me retenir. Que je puisse enfin sauter sur... Non mais il croyait vraiment pouvoir m'attendrir avec sa petite langue à moitié sortie? C'était bon pour ceux qui n'avait pas compris que tout être vivant est un animal et que tout animal peut se manger. Oui mais voilà, les bras du démon ne bougèrent pas d'un millimètre. À croire qu'il ne sentait même pas la pression que je mettais dessus! Pourtant il ne semblait pas serrer bien fort... Il semblait plutôt calme et serein, pas comme quelqu'un qui veut empêcher un autre d'étriper un chat. Chat en question qui était trop shooté pour aligner un mot compréhensible... Bon, ça pouvait être n'importe quel chat du donjon sauf lui. Surtout que grâce à lui Mèche folle m'avait reconnu et était venu à mon aide.

"Tu t'attendais à quoi comme effet?"

Je me retournai tout en m'écartant légèrement pour planter mon regard dans le sien sans me tordre de cou. Je restai un moment figée ainsi alors que mon cerveau travaillait à fond, c'est vrai je m'attendais à quoi comme effet? Pas à grand chose puisque j'étais loin du but final... Le but final, peut être que c'est ce qu'il demande?

"Il y a de ça quelques mois maintenant une mort-vivante en bonne conservation est venue me demander de l'aide. Elle savait que je faisais des potions et s'était tournée vers moi. Apparemment tous les autres personnes à qui elle avait demandé avant lui avait donné une réponse plus ou moins négative. Elle voulait, enfin je présume qu'elle veut toujours, une potion pouvant la faire vieillir. Elle voulait un nombre d'année précis en plus et pouvoir annulé l'effet quand bon lui semblait. Donc une potion a effet assez long pour ne pas revenir toutes les semaines m'en acheté et en même temps pouvant être annulé par une autre potion.
Faire une anti-potion est facile, une potion qui dure n'est pas trop compliqué à créer. Le problème est que, je ne sais pas pourquoi mais les potions agissant sur l'âge sont inconnues car interdites. J'ai beau avoir cherché partout, aussi bien dans ce monde que dans celui des esprits je n'ai rien trouvé. Comme je n'avais jamais fais de potions agissant sur le physique avant j'ai décidé de reprendre les bases puis de m'aider de mes connaissances en potions sur l'esprit pour trouver moi-même une potion agissant sur l'âge.
Au début j'avais pensé mêler quelque chose agissant sur le physique et une potion agissant sur la maturité. Ca fonctionnait tellement bien que les rats mourraient de vieillesse en quelques heures. Après plusieurs idées mêlant les potions physiques et les potions mentales j'ai compris que ça ne fonctionnerait jamais ainsi. J'ai donc cherché à voir comment changer l'apparence d'une personne. Après tout quand on vieillis on change d'apparence. Le problème est que jusqu'à maintenant les potions ne donnait que des mélanges informes, on nous nomme monstre chez les humains... Bien ils n'ont jamais vu les abominations que j'ai créées avec ces potions! Cette potion est la première qui fonctionne..."


Un passant frôla ma cape cassant la bulle de protection que me procuraient les bras du démon. Je me raidis légèrement alors que je reprenais conscience de la foule qui nous entourait. Je n'avais jamais été bien à l'aise dans la foule, surtout parce que le plus souvent je me retrouvais avec une queue piétinée. J'avais beau avoir des jambes cette peur d'être écrasée par une foule était toujours présente.

"... On... pourrait continuer à discuter dans un endroit avec plus.... moins de personnes?"
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Lun 29 Juil 2013, 12:15

J'écoutais l'histoire de la lamia avec une attention toute particulière. Il faut avouer que c'était ce genre de trucs qui me passionnait. Alors comme ça, ça parlait d'une morte vivante qui voulait vieillir? J'avoue que ça, c'était une drôle de requête. Si la lamia... enfin, si Ophyde disait qu'elle était bien conservée, c'est qu'elle devait être magnifique même! Pourquoi je pense ça? Regardez Némésis et Ustanak. Ils sont bien conservés et vous avez vu leurs gueules? N'importe qui dirait qu'ils sont atrophiés mais seul un expert peut dire que non, ils sont bien conservés. Je comprends pas pourquoi on se plein de la zombification. Moi, mourir et rester pourtant comme je suis, bloqué à cette apparence, je doute que ça me gênerai. Comme je vous le dis, je pourrais ressembler à Ustanak et Némsis. Peut-être était-ce une personne qui ne voulait pas mourir. Qui voulait vraiment vivre une vie normale et que vieillir lui donnerait cette impression de normalité. C'était un ptit peu triste à mes yeux mais tant pis. Je reconcentre mon attention sur Ophyde et quand je la sens paniquer, je la prend contre moi. Le contact était quelque chose de rassurant et ça, je le savais. Je la porte ensuite en lui offrant un petit sourire tout calme. Il faut avouer qu'expérimenter sur des rats, c'était pas top pour ensuite transférer les effets sur l'humain. Moi je me permettais de récupérer les humains qui avaient les couilles de venir dans le donjon pour tenter de nous attaquer et j'expérimentais sur eux. Mais elle, elle avait le courage de tester ça sur elle alors qu'elle faisait ça sur des rats. Mon dieu que c'était inconscient... En même temps, je dis ça alors que j'ai le Symbiote qui est aussi difficilement domptable que compréhensible!

Mais passons. Après cette réflexion, j'arrive enfin à la porte de ma demeure. Jubei, toujours aussi à l'ouest, ouvre la porte après plusieurs essais aléatoires en rentrant dedans. On accède enfin à ma demeure et je soupire un peu de bien-être: On est pas mieux que chez soi~! Après un bref coup d'oeil, je constate d'ailleurs que mon chez moi est pas si dégueulasse que ça pour une fois. Pas de cadavres, pas d'organes éparpillés, juste quelques trainées de sang sec et autres tâches et flaques toutes aussi sèches de liquides qui avaient dû être des expériences ratées ou des dommages collatéraux. Quoi qu'il en soit, tout était inoffensif hormis les éprouvettes à côtés qui mijotaient toujours. Certaines en ébullition et crachant une mousse inquiétante, d'autres semblant contenir quelque chose de vivant qui ne demande qu'à vous bouffer la main. J'étais pas trop inquiet mais c'est vrai que j'avais déjà fais flipper pas mal d'élève avec ce type d'expériences!! Mais pour la lamia vaudou, je doutais pas que ça ne devrait pas trop l'effrayer. Enfin j'espérais! Après tout, sous cette forme, elle semblait fragile et peureuse...

Délicatement déposée dans un canapé par mon humble personne, je laisse la jeune femme faire ce qu'elle veut et me contente de lui demander, assez intrigué

"Tu n'as pas peur que ça échoue sur toi? Je veux dire... Le patrimoine génétique des monstres et des rats ne sont similaires que dans les cas des hybrides de même race que l'animal. Sinon il y a trop de différences... Tu n'as pas peur que ça n'échoue lorsque tu passe sur les humanoïdes?"

J'avoue que ça me rendais curieux! Mais en même temps que je dis ça, je prend un de mes outils de mélange. Un récipient en verre pour être précis. Je met de l'eau dedans et quelques feuilles de thé pour ensuite le faire chauffer au bec bunsen. Après quoi, je sors deux tasses et un peu de sucre, curieux de la réponse de la lamia... Pendant que Jubei s'emmitoufle dans une pelote de laine géante faites de couettes... Une vraie galerie de tissu! Mais passons. Le chat s'y loge et de cette confortable base dans un coin de la pièce, on entend ses ronronnements de bonheur planant. Apaisant comme son de fond d'ailleurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Ven 09 Aoû 2013, 13:05

À peine mon problème avec la foule énoncée que je sentis mes pieds quitter le sol par magie. Par un automatisme sorti surement de ce nouveau corps, mes bras entourèrent le cou du démon pour s'accrocher à sa nuque tel un koala s'accrochant à son eucalyptus comme à la vie. En y réfléchissant ma position dans ses bras me faisait penser à une fois où j'avais croisée une jeune fille habillée de ses plus beaux atours portée de la même façon par un homme la dévorant du regard. Homme lui même transporté par cheval au derrière duquel était accroché un petit écriteau autre fois je n'avais pas compris ce qu'il était écrit... Maintenant non plus d'ailleurs que veut dire "juste marier"? Pour quelqu'un qui avait déjà du mal à voir ce que voulait dire marier, c'était encore plus compliquer de comprendre comment on pouvait être juste marier. Comme si on était juste ça et rien d'autre, c'était possible?

Flottant comme sur un nuage dans les bras du démon, le chemin jusqu'à son logement passa à une vitesse folle tout en semblant durer une éternité. Me perdant dans la contemplation du mouvement de la mèche folle qui semblait avoir un rythme différent des autres cheveux, mon esprit se permit de vagabonder d'une idée à l'autre. Les rêves éveillés remplacèrent la réalité jusqu'à qu'elle revienne à moi. Elle était douce et moelleuse comme un énorme tas de fourrure, c'était super comme chaise ça! Je partais en contemplation du rebond qu'offrait les coussins comme une enfant découvrant la vie. Enfin, pas tout a fait comme une enfant qui n'aurait pas fait attention à la question de Mèche Folle car elle ne l'aurait pas intéressée, ce qui n'était pas mon cas. Comme pour aider à la circulation des idées, je me levai pour marcher en contemplant les tâches de sang parcourant les murs comme des œuvres d'art. Maladroitement je m'approchai de la table où s'alignait une multitude d'objets en verre où transitaient des liquides de toutes les couleurs. Regarder le monde à travers avait quelque chose de psyché, parfait pour trouver une réponse adéquate. Parce qu'il fallait bien l'avouer il avait pas tord sauf si on se base sur une hypothèse tordue et de la chance. Surtout de la chance pour mon cas, mais ça il n'avait pas à le savoir. Mon attention portée sur l'odeur du thé et les mouvements de Mèche Folle je m'osais enfin à répondre. Le tout en faisant bien attention d'ignorer le chat qui, comme tous les chats, faisaient tout pour attirer l'attention pour mieux vous ignorer ensuite.


"Oui, j'ai eu peur que ça échoue. Mais j'avais plus peur de perdre l'efficacité de la potion en allant chercher un humain ou chasser un rat, mes yeux se baissèrent pour regarder dans le vide alors que je revivais mon début de journée, bon au début le risque était plus élevé que de perdre des journées de labeur. Puis en y réfléchissant à deux fois... Je me suis dit que d'après les testes que j'avais fais, les rats réagissaient à peu près de la même façon que les humains. Les plus proches avant les rats sont les cochons, mais c'est plus compliquer à élever, surtout plus encombrant... Comme nous sommes assez proches des humains pour avoir une progéniture avec eux, je me suis dit qu’on ne devait pas assez différer des humains pour avoir des réactions différentes que les rats. Le risque était qu’on soit proche des humains mais plus éloignés des rats... C’était un risque à prendre mais je ne pouvais pas me permettre d’avoir utiliser des plantes pour rien..."

Ma voix se fit légèrement plus acérée pour cette dernière phrase alors que mes yeux se relevèrent pour fixer le tas de tissu ronronnant.

"En fait les rats servent de premier test, parce qu'ils sont plus nombreux et plus facile à avoir que des humains. Si j'arrive enfin à avoir la bonne réaction sur les rats je vais tester sur les humains. Ce qui va être compliquer c'est que ça fonctionne pour des morts. Parce que techniquement leur corps est plus assez vivant pour qu'il réagisse à une potion. D'après ce que j'ai lu les mort-vivant sont les seuls à avoir des potions différentes des autres pour être sur qu'ils réagissent."

L'explication enfin finie, je tirai un tabouret vers moi pour reposer ces jambes fragiles. Je tendis une main pâle et fine pour attraper une tasse afin de perdre de nouveau mon regard dans quelque chose. La cape moins bien tenue se décida à découvrir une épaule laissant passer un courant d'air intimidant. Je souris gênée tout en remettant la fourrure en place.

"Tu disais avoir quelque chose pour m'habiller? Même si je flotte dedans peu importe tant que ça reste plus pratique que ça."

L'imaginant mal garder les habits de ses conquêtes - en avait-il au moins? Oui surement c'était un démon tout de même - je m'attendais à devoir enfiler ses habits. Et au vu de sa taille comparé à la mienne j'aurais pu facilement rentrer dedans, ainsi qu'une sœur jumelle... Et sa siamoise.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Mar 26 Nov 2013, 22:31

Les paroles étaient toutes bues par le scientifique. Il semblait pensif, alignant calculs, les hypothèses, les théories... Mais aucunes n'arrivait à expliquer la bêtise dont faisait preuve cette lamia. D'ailleurs, à ce stade, s'était encore appelé de la bêtise ou de la Folie pure et dure? Pourquoi pas du suicide même pendant qu'on y est!? En pensant à l'éventualité qu'elle meure, le démon eut comme un pic au cœur. Pourquoi? Il ne la connaissait que peu et elle ne l'appréciait pas des masses alors pourquoi se sentait-il ainsi? Qui sait. Peut-être avait-il apprécié ses claques et ses gifles si délicieusement douloureuses? Peut-être s'était-il entiché de cette lamia qui lui faisait terriblement pense à feu sa femme? Il ne saurait lui même pas le dire. Il se contentait de faire ce que son esprit; pas son cerveau; lui disait de faire: Prendre soin d'elle.

Immédiatement après sa demande, il lui amena une chemise. Assez longue pour cacher son corps, mais assez courte pour arriver mi-cuisses et laisser une vue splendide sur les jambes fines de la jeune femme. Même si la chemise à peine trop large gâchait cette délicieuse silhouette, il afficha un léger sourire... Et prit une jambe de la jeune femme. Il lui prit la cheville d'une main et de l'autre, commença à passer ses doigts dessus. Dans un toucher délicat d'un tact unique, il caressa sa jambe du mollet à la cuisse, s'arrêtant à ce que cachait la chemise. Ses yeux brillants d'un désir de savoir et de science, il finit par poser ses yeux sur la jeune femme après avoir louché un peu sur sa jambe pour des raisons purement professionnelles (pour une fois...). Et il lui demanda... Non, il lui imposa

"Je dois faire une prise de sang. Ta potion était censé faire vieillir c'est ça?... Si ça ce trouve, ta potion agit en même temps et te faire vieillir. Je vais regarder l'évolution de tes cellules. Pour cela je vais devoir te piquer un peu de sang... Je te jure que ça fera pas mal."

Pic. C'était fait. Comment? Simple: Dans la caresse, il avait laissé une légère couche d'alcool. Il pu donc piquer l'artère fémorale et récolter du sang. Calme comme tout, le bel homme lui montra la seringue avec son sang dedans. Il partit alors derrière son comptoir de travail, commençant à scinder le prélèvement en autant d'échantillon que possible, tous égaux. La belle avait été installée sur un pouf au passage. C'était plus confortable.

Concentré, une éprouvette attirait particulièrement son attention. Il s'occupa de la bidouiller, la modifier, la mélanger... Et passa quelques gouttes à chaque fois entre des lamelles. Les observant une à une au microscope, souvenir de la technologies de son clan. Il fit une petite moue alors et finit par soupirer de soulagement. Rien. Pas de vieillissement accéléré, pas d'empoisonnement, rien de grave donc! Il se contenta de lui dire, la regardant

"Tu dois être prudente. Vraiment. J'ai pas envie d'avoir à m'inquiéter pour toi!" il s'approcha, il prenant de nouveau la jambe. L'autre cette fois "Parce que j'arrive pas à m'en empêcher et surtout, parce que je trouve ça bizarre de m'inquiéter pour une femme qui prend un malin plaisir à me faire des cicatrices sur les joues~"

Dans un petit rire taquin, il lui embrassa l'intérieur de la cuisse, signe d'affection. Il se leva ensuite et s'arma de son bloc note embarqué à l'aide de la télékinésie. Il prit quelques notes. Patiente: Ophyde. Diagnostic: Transformation en humaine suite à l'ingestion d'une potion visant à faire vieillir une Undead. Les composants, ils les inscriraient après qu'il ait géré ses éprouvettes supplémentaires. Il gardait d'ailleurs leur utilisation sous silence. Tant qu'on lui demandait pas, il avait pas à mentir~ Et puis il la divertissait par un moyen très simple: Son interrogatoire! Il souffla

"Reste très concentrée, j'ai besoin de tes réponses. Alors... Est-ce que tu as mal à tes jambes? Si c'est le cas, c'est que ça doit être une douleur fantôme. Ton cerveau a trop "peur" de gérer l'information comme quoi tu as plus une queue mais des gambettes... Enfin bref! Réponds ça cela~ Et est-ce que tu sens une douleur? Un malaise?"

Le professeur Yeager mériterait-il le titre de Docteur... Non. Vraiment, non. Et puis... Docteur Qui~?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Mer 04 Déc 2013, 19:46

Le contacte du coton frais et léger contrastant avec la fourrure qui me servait de cape. Mes poils se dressèrent de mécontentement face à ce nouveau tissu froid comparé à l'autre avant que la peau leur réplique que lui ne grattait pas et donnait l'impression d'avoir un voile comme ils en portaient quand je dansais contre de l'argent. Alors, ils se calmèrent stoppant le frisson désagréable qui se glissait partout depuis le changement d'habit. Une fois le frisson passé je me concentrai sur l'habit en lui même et ce qu'il couvrait... Ou plutôt sur ce qu'il ne couvrait pas... Les manches, trop longues faisait camisole de force détachée et le reste... Le reste couvrait autant que les voiles que je portais pour attirer les clients dans la maison, juste assez pour donner plus envie qu'autre chose quoi ! D'une moue de la bouche, je retournai les manches pour découvrir mes mains qui vinrent boutonner un ou deux boutons, au niveau de la poitrine jusqu'au nombril.

Tout ce micmac ne fut pas assez efficace car à peine avais-je remarqué que les manches étaient trop retournées, découvrant une partie de l'avant-bras que le scientifique à la mèche folle m'attaqua d'une sensualité qui n'avait rien de professionnel. Enfin, si très professionnel, mais j'avais jamais entendu dire que les scientifiques jouait dans ce domaine là. Et le saligaud, s'attaquer à mes jambes toutes neuves qui ne connaissent rien à le vie ! Elles ne pouvaient faire qu'une chose frémir de bonheur comme des pucelles découvrant ces plaisirs ! Bon... Il fallait l'avouer c'était agréable. Mais plus qu'agréable, car déjà mes yeux se fermaient à moitié de plaisir alors que mon bas ventre s'éveillait... Qui m'avait donné un corps pareil, sérieusement? Bon, ok c'étais moi... Mais bon, j'aurais pu tombé sur une autre case que "vierge en chaleur" !

Heureusement, la question de Mèche folle remit les conteur à zéro en parlant de sang. Non pas de n'importe quel sang, mais de mon sang! Mon sang! Il voulait prendre mon sang! Il en était pas question! C'était mon sang, c'était lui qui me permettait les liens avec les esprits. C'était ma magie, mon énergie, mon sang, un tout! Et il voulait me le prendre? Un picotement me chatouilla l'intérieur de la cuisse. Il n'avait pas le droit! Il pouvait connaitre tout mes secrets avec ça! C'était ma première mère qui me l'avait montrer, on peut tout connaitre d'une personne en lisant son sang... Ou ses entrailles mais après il est moins vivant pour le faire chanter. Le sang, c'est quelque chose de trop personnel! De trop sacré pour qu'on le pique à quelqu'un! Le sang, on le garde précieusement pour celui ou celle avec qui on veut se lier à vie... Avec qui on veut partager son esprit... On ne le pique pas comme ça!...

... ... Un froncement de sourcils plus tard, je remarquait que je m'étais téléporté sur quelque chose de confortable comme un gros tas de fourrure et que Mèche Folle n'était plus près de moi. De l'aide de mes bras je me dressais sur mes jambes fébriles. C'est alors qu'il décida de revenir, surprise j'en retombais dans le pouf. Et il en profita pour me re attaquer une jambe... Penché comme il était, il me dégagea la vu sur ce qu'il cachait jusqu'à maintenant : des petites fioles au couleur pourpre du sang frais... Il - m'avait - pris - MON SANG! Ce dernier ne fit qu'un tour avant que ma jambe libre vienne lui donné un coup de pied dans la mâchoire comme toute réponse à ses questions sur mon état. Enfin coup de pied... Avec la force de ce machin je n'avais réussit qu'a pousser la joue pour repousser le démon. Rhââ si seulement je ne m'étais pas empêtrée dans ce machin qui servait de siège, j'aurais pu lui mettre une claque comme on en voit rarement !

"Mon sang ! Qu'est-ce que tu en a fais? Pourquoi tu l'a pris sans mon autorisation? Que comptes tu faire avec? Tu l'as utilisé?"

J'essayais de me lever du pouf bien décidée a récupérer mon sang. Mais n'arrivant qu'à m'enfoncer encore plus dans le tissu et ce qu'il contenait, ma colère se transforma en désespoir... J'étais vraiment bonne à rien dans ce corps, je n'arrivais même pas à protéger ce qui m'était le plus précieux... Précieux... Mes yeux se posèrent là où aurait du être mon bracelet qui était resté sur mon lit de fourrure avec le reste... J'étais si seule... Encore plus sans mon bracelet, mon doux bracelet qui me réchauffait le corps grâce à sa présence... Même lui m'avait abandonné... Je n'avais que... Que ce démon arrogant, imbu de lui-même qui ne méritait que des baffes pour se faire recadrer. Même quand il voulait aider, il arrivait qu'à m'énerver! Je le regardais dépitée, aux bords des larmes - saleté de corps faible - avant de comprendre que je n'avais que lui pour me réconforter... Je tendis une main pour attraper ce qui arrivait, un bout de veste en l'occurrence, pour la tirer vers moi et l'enlacer. J'avais que ça, mais c'était toujours mieux que rien, non?...
D'une petite voix je répondis tout de même à ses questions. Ça avait l'avantage de m'occuper l'esprit et ne pas fondre de nouveau en larme.

"J'ai pas mal aux jambes. Je crois que je ressent mes jambes comme n'importe qui en ayant. J'ai juste du mal à les contrôler... C'est compliquer à toujours penser de mettre un pied devant l'autre sans que celui de derrière se prenne le mollet de devant... Puis c'est moins fort qu'une queue, c'est moche, c'est fragile et ça ne sert à rien. Et pourquoi je suis pâle comme un linge?..."

Le menton sur son épaule, mes yeux étaient rivé sur mon sang qui avait subit diverses expériences.

"S'il te plais, détruit le sang que tu m'as pris..."
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Jeu 27 Mar 2014, 19:24

Le démon était un peu perturbé. Même si il savait géré un trauma, c'était pas un cas habituel. En général, on parle plus de blessure grave ou autre. Là, c'était juste une camarade du donjon qui avait raté une expérience. Elle en était pas morte; fort heureusement!; ni même condamnée; fort heureusement!; mais juste transformée. Et les vraies questions à se poser maintenant étaient à propos de cet état. Pas de la forme d'humaine à croquer qu'elle avait prise, non, mais bien de l'état. Est-ce que c'était temporaire? Ou bien permanent? Et dans le cas où se serait permanent, existait-il un moyen d'inverser cela? Il devait étudier, comprendre, trouver. Mais malheureusement, la jeune femme ne semblait pas entendre cela de la même oreille.

Elle mit son état de côté. Et à la place de ça, elle lui demanda de détruire son sang. Ce qui était une idée particulièrement stupide pour le démon. Il en avait bien besoin pour les analyses! Il resta calme malgré cette demande tout à fait absurde. Même Jubei, abruti en science, savait que c'était pas possible! Mais pourtant, le démon prit une des fioles. Il regarda le contenu... Négatif. Donc il ne pourrait pas la soigner avec cela. Il lança l'éprouvette dans la poubelle, soufflant

"Voilà ce que je ferai avec ton sang... Mais je dois garder celui là le temps de faire mes tests d'accord? Je dois voir les effets de ta potion et voir si c'est permanent... Ou pas. Tout ira bien, je t'assure."

Il lui sourit. Un petit sourire en biais qui ne traduisait pas que de la tendresse. Dans cet écart, on pouvait lire une inquiétude certaine. Le fait qu'il était perdu quant à ces symptômes l'inquiétait. Il n'aimait pas ne pas comprendre. Et là, en effet, il ne comprenait rien! Pourquoi cette potion l'avait transformée en humaine!? Bref. Il ne chercha pas à comprendre plus sur les pensées de la belle. Il se contenta de frémir. Ce genre de science ne lui plaisait pas

"Sincèrement, ne fais plus de science approximative. Parce que non seulement tu pourrais avoir des effets désagréables mais en plus de ça..." il se tourna vers elle, soufflant plus tendrement sans s'en rendre compte "Tu fais peur aux personnes qui t'aiment."

Il n'en dit pas plus. Il observa la deuxième éprouvette et la jeta à son tour. Les deux tests venaient tout bêtement de montrer que seul la structure du corps avait été changé & pas l'âge. Ainsi que le fait que sa vie n'était pas en danger. C'était le plus important. La suite concernait la transformation: La durée, le changement... Bref. Il prit quelques notes avant de venir s'asseoir à coté de la jeune femme. Ouais, ça allait prendre du temps... Doucement, il la serra contre lui et dit

"... Tout ira bien... On a le temps. Alors, si tu veux... Je peux t'apprendre à marcher~"

Il lui offrit un joyeux sourire. Que faisait-il? Hé bien... Il socialisait. Il profitait aussi qu'elle n'ai plus de griffes pour tester des trucs et éviter une gifle griffue!! Il soupira de joie et vint calmement attendre une réponse, adorable... Yeager était un homme vraiment sympathique et galant quand il voulait~ Et ce, malgré sa passion de la science tiraillée par cette énigme qu'était la lamia!... Il crevait d'envie de comprendre mais aussi... De se rapprocher de cette femme. A croire que ses lèvres lui manquaient!

... Pervers.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Sam 29 Mar 2014, 10:03

Je secouais la tête, mon sang était un lien avec mon esprit et bien que ce lien s'atténuait avec le temps, il restait présent... Tant qu'il avait mon sang, j'étais vulnérable et je ne pouvais l'accepter. Déjà que je n'avais plus mes grigris dans les cheveux pour créer une barrière de protection. Je m'éloignais pour me rassoir, en secouant la tête et lui répondant, sûr de moi pour le coup.

"Je ne fais pas dans les potions qui durent, toutes mes conceptions ont un effet qui s'atténue avec le temps. La magie d'une potion n'est pas assez stable pour rester active contrairement à des malédictions."

Je me renfrognais quand il évoqua ma science comme approximative, et surtout pour ne pas montrer mon trouble face à l'inquiétude qu'il me portait. Il m'appréciait ? Même après toutes les claques que ses jouent aient reçue ? Il avait toujours pas compris, qu'il m'irritait. Que son petit air supérieur m'horripilait et que même si je l'avais aidé quelques fois c'était plus pour que je sois tranquille ou parce que j'étais moi même en danger ? Peut être ma faiblesse physique qui affectait mon mental, mais c'était bien la première fois que je le supportais. Et puis sérieusement, à part Karl qui m'aimait ? Séléné parce que je lui apportait une source de nourriture quotidienne... Et encore, c'était de l'amour de chat, un chat aime par intérêt. Apparemment Mèche Folle tenait à moi, assez pour venir me blottir contre lui. Je frémit et faillit bien me laisser aller, heureusement mon esprit était encore assez en éveil et ma main commença à prendre de l'élan. Je tournai la tête vers lui pour mieux visé et... Et son regard me troubla. Ma main s'abaissa. D'une voix boudeuse contre lui, contre moi, je défendis mon savoir.

"Ma science n'est pas approximative. Il y avait trop peu de chance pour que je meurt. Ca aurait été au début de mes expérimentations, je ne dis pas. Mais ça fait plusieurs mois que je suis dessus. Même si je ne savais pas les effets exacte, ça fait depuis bien longtemps que j'ai éliminé tous les mélanges mortels. Puis, tu peux parler avec ton labo qui fait trembler le donjon au moins une fois par semaine ! Moi au moins, mes potions n'explosent pas. Je risque pas d'être brûlée vive ou envoyer vers d'autres cieux."

La colère, rien de mieux pour se retrouver. Surtout quand j'étais avec le démon scientifique. Je n'arrivais pas à rester calme avec lui.

"Et je sais marcher, je me redressais droite comme un i, j'ai bien marché des chez moi jusqu'à la grande salle."

On omet toujours certains points, comme les nombreuses chutes et crises de pleure quand on argumente énervé. Mais pour illustrer mes dires, je me mit à marcher. Un pas, deux pas, trois pas, quatre... Ma jambe d'appuis trembla, je perdit l'équilibre et chutait à moitié sur sa paillasse... Moui, bon j'avais des progrès à faire. Au moins, je m'étais approché de mon but et cherchait du regard la fiole qu'il n'avait pas jeté. Pendant ce temps, je commandai ma queue pour récupérer le sang dans la poubelle et être assurée qu'il soit bien détruit.

...

Je n'avais plus que deux jambes inutiles... Et la troisième fiole de sang avant disparu... Mes épaules s'abaissèrent alors que mon front se posa sur la table cachant mes yeux de nouveau humides.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Lun 07 Avr 2014, 00:22

Les petites questions de Yeager continuaient de danser au sein de son esprit fou. La jeune femme était si sûre d'elle alors qu'elle n'avait que trop peu d'éléments. Certes, elle avait pour argument le fait qu'elle avait beaucoup pratiqué. Mais 2% d'une solution peuvent changer tout l'effet d'une potion pour en faire de l'acide... Elle lui faisait peur. Mais bon. Il avait des choses à faire.

Il se détacha d'elle en la regardant. Il vit la main du coin de l’œil mais ne lui adressa même pas un regard, trop concentré sur elle. Il n'avait pas grand chose à faire de la gifle. C'était pas la première et sûrement pas la dernière. Remettant sa Mèche Folle en place comme elle disait, il sembla surprit de ne rien encaisser. Pas de coup, rien... Elle mit en avant l'argument qu'il avait imaginé: L'habitude. Il ne dit rien à cela, calme, se contentant de retenir un soupir pour ne pas la vexer. Lorsqu'elle critiqua sa science, il se contenta de ricaner un peu avec un grand sourire. Elle était adorable, c'est ça qu'elle lui rappelait à chaque fois qu'elle essayait d'être méchante. A ses yeux, cette lamia n’était pas faite pour être méchante ni mal intentionnée... Contrairement à lui.

Elle voulu lui faire une démonstration de force en se mettant à marcher. Et il faut avouer que le démon fut assez surprit aux premiers abords! Il la regardait mais à peine quelques pas qu'elle tomba sur sa paillasse, le faisant soupirer. S'en suivit alors un petit mouvement de popotin qu'il trouva parfaitement adorable même si il savait qu'au fond, ça cachait quelque chose d'autre: Une tentative de mouvement de queue pour saisir quelque chose... Soupirant à cela, il se contenta de s'approcher d'elle pour lui embrasser le cou dans un élan de réconfort. Il lui releva le visage. Doucement, il essuya ses larmes et lui dit d'une voix calme, reposante

"Détends toi... Elle est là."

La dernière solution qui montrait que c'était bien un truc temporaire. Il la jeta à la poubelle elle aussi. Ceci fait, il vint lentement prendre les mains de la jeune femme et la mettre devant lui. Il tenta de la faire positiver en soufflant d'un air assez amusé et joyeux

"Tu sais, tu peux faire des trucs super géniaux et inutiles avec des jambes~ Regarde!"

Il se mit sur les mains et fit le poirier. En effet, avec une grosse queue, c'est impossible de faire cela! Et je préviens la personne qui lit ce rp que je sais à quoi tu as pensé. Et putain, c'est sérieusement dégueulasse. Non mais ne mens pas: T'as rigolé je le sais. Maintenant tu te mets une baffe, tu reprends tes esprits et on cause sérieusement! T'es chaud? C'bon? On y retourne alors.
Le jeune homme se remit debout ensuite et finit par offrir son plus beau sourire à la lamia. Ce n'était pas ce sourire provoquant habituel, mais autre chose. De bien plus doux. De bien plus sincère. Il finit alors par lui tendre une main, ajoutant

"Aller. Je sais que tu peux t'y faire à ce corps! Tout va bien. N'ai pas peur avoir moi!"

Il lui sourit encore. Yeager faisait vraiment tout pour être un bon hôte !! Mais cela conviendrait-il à la lamia..?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Jeu 17 Avr 2014, 23:10

Désemparée, je le trouvais étrangement doux et affectueux. Même son visage n'avait plus ce petit air supérieur qui donnait envie de le lui déformer. Je ne le reconnaissait plus, tout comme le visage qui se reflétait dans les fioles en face de moi... Peut être qu'avoir un nouveau corps altérait pas perception des choses ? Peut être que n'importe quelle humaine trouve Mèche Folle beau et ne remarque pas le dédains qui émane de lui ?... Ou peut être qu'il avait tout bonnement changé. Non! Mèche Folle restait Mèche Folle, il ne pouvait pas changer ! Ce n'était qu'un scientifique trop sûr de lui, charmeur et manipulateur ! Rien que la première fois, il m'avait soigné que pour me voler un baiser... Et là, il faisait semblant de s'inquiéter pour moi pour s'occuper de mon sang. La poubelle n'était pas un endroit qui m'assurait que mon sang était détruit... Même si son pouvoir s'amenuisait avec le temps, un sang même sec dans de mauvaise mains pouvait être dangereux...

Bon, au moins était-il gentil ? C'est vrai, pourquoi voir toujours le mal autour de moins? Peut être parce que la vie m'avait appris que toute personne trop gentille cachait du venin... Oui, mais quelqu'un depuis m'avait montré qu'on pouvait montrer qu'on était bon simplement en faisant rire : Karl. Rire, c'est ce que je fis en voyant Mèche Folle faire le zouave. Je ne pus m'empêcher de répliquer encore le rire au bord des lèvres :

"C'est vrai que c'est inutile !"

A peine remise du rire qu'il réussit à me faire fondre comme ignorante des jeux de l'amour... Il faut dire que ce sourire avait de quoi faire craquer n'importe qui... Bien sûr la seule réponse à un tel sourire ne pouvait être qu'un autre aussi tendre que celui qu'il venait de m'offrir. Ça commençait à devenir trop mièvre pour moi... Il fallait vraiment que je détourne l'attention sur autre chose ou vu mon était je me sentais capable d'idiotie... Je pouvais aussi me laisser porter par les évènements et voir ce que ça allait donner. Après tout j'avais toujours fonctionné comme ça jusqu'à maintenant et ça m'avait plutôt bien réussit. La preuve, j'étais toujours vivante !

Je pris la main avec délicatesse - de toute façon, avec un corps pareil je ne pouvais pas être brutale - et m'en aidait pour me redresser. Il était grand, sans ma queue pour m'adapter à la taille des autres je me retrouvais le visage au niveau de son torse. Je me surpris d'ailleurs à regarder son torse en imaginant s'il ferait un bon oreiller. Je secouai la tête pour me sortir cette idée saugrenue et me mis à regarder ailleurs. Je devais surement ressembler à une jeune femme intimidée par la présence de Mèche Folle, alors que j'étais seulement perturbée ! Enfin au début, car à peine avais-je tournée la tête que mon attention sur reporta sur l'appartement du démon. C'est alors que je réalisais une chose qui ne m'avait jamais étonnée jusqu'à maintenant.

"Je ne suis jamais venue chez toi et toi chez moi. Enfin, ce dernier point c'est normal personne ne rentre dans logement privé... Mais... En fait, à pars chez Karl qui n'a pas beaucoup d'intimité car son logement et sa boutique ne font qu'un, je ne suis jamais aller chez quelqu'un dans le donjon..."

Je réalisais qu'à par la Statue Rieuse je n'avais aucune attache ici... Je soupirais, un peu attristée par moi-même avant de hausser les épaules. Après tout j'étais une lamia qui a longtemps vécue seule, je ne suis pas naturellement quelqu'un de très sociale.
Je relevais la tête pour regarder Mèche Folle avec un petit sourire.

"Les jambes, à part des choses inutiles et marcher elles peuvent faire quoi de mieux qu'une queue?"
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Ven 18 Avr 2014, 17:55

Il l'avait faite rire. C'était bien la toute première fois qu'il le faisait ! Après tout, depuis le tout premier regard, depuis sa sortie de l'infirmerie de ce donjon, il l'avait taquinée, légèrement abusée mais surtout énervée. Et là, tout cela commençait à se balayer dû à sa tendresse et sa façon de la faire rire. Lorsque la belle se mise à parler, il l'écouta attentivement et fut assez surprit. Une femme aussi belle, il était vraiment étonné qu'elle n'ai pas plus d'amis que ça... La lamia était pourtant charmante et il savait d'après Jubei qu'elle était plus animale que lui. Le démon s'attendait donc à une sexualité épanouie et une sympathie épatante de sa part avec les autres; vu que lui c'était un connard. Mais non. Il fit donc une moue et laissa peser un léger silence avant qu'elle ne demande à nouveau pour cette histoire de jambes. Il ne pu que sourire à ses paroles et réfléchit avant de lui répondre

"Hé bien... C'est beaucoup plus agréable pour les caresses ! Regarde~"

Il la porta pour l'allonger sur son lit. Lentement, il passa ses mains chaudes sur les jambes de la jeune femme, profitant de la douceur de sa peau. Les bouts de ses doigts se mirent à danser sur ses jambes, lentement, finissant par lui écarter. Son regard était clairement posé sur elle. En aucun cas il ne lui faisait de mal ! Il se contentait de la contempler profiter de cela, titillant ses zones les plus sensibles avant de se pencher pour embrasser l'intérieur de sa cuisse, continuant de jouer du bout des doigts dans ces eaux là. Il était doué. Très doué. Il finit par lui infliger une légère morsure qui laissa une petite marque rouge mais déclencha sûrement des frissons dans le corps de sa victime. Ayant prouvé par A+B ses paroles, il vint se redresser, ne souhaitant pas abuser d'elle, continuant de la regarder avec un certain sourire

"Et puis le sexe féminin est plus facilement atteignable depuis là, rendant les ébats plus... intenses et agréables~"

Il préférait ne pas utiliser le terme "profond" pour trop de vulgarité et surtout de sous-entendus obvious. Et puis quand on connaît les lecteurs et lectrices de se rp, on sait ce qu'ils vont penser en voyant profond. On le sait: Vous avez rit au dernier post de ce personnage quand ça parlait de queue. Ouais on insiste! Mais soyez honnêtes, vous avez rit hein? HEIN!?
Pour en revenir à ces deux êtres, le démon finit par ouvrir la poubelle pour prendre une solution et la lâcher dedans. Immédiatement, le contenu prit feu, faisant sourire le démon qui regarda la lamia transformée. Il était muet. Il n'avait pas besoin de parler: Son geste était déjà un message plein de sens. Ceci fait, il prit appui sur une paillasse et sur la tête de Jubei ; sans hésiter ; et fit un magnifique grand écart. Le chat affichait un air de grumpy cat alors que le démon faisait de son mieux pour tenir en équilibre sur un chat chiant et une paillasse scientifique pleine de produits prêts à avoir des réactions diverses & variées

"Tu peux faire ça aussi. C'est encore moins utile et dangereux pour ton pantalon~"

Surtout quand on a un chat à côté qui n'a qu'une envie c'est de fuir. Mais étant pas un connard, il laissait faire son Boss, sans rien dire. Tu parle d'une drôle de ménagerie ici~!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Mar 22 Avr 2014, 09:12

Je n'avais pas voulu m'étendre sur le sujet du peu d'ami qui m'entourait, ce n'était jamais agréable comme conversation. Mais, j'avais été agréablement étonnée par la tête que faisait le démon, il était compatissant? Bâ, il n'avait pas à être triste pour moi, je ne l'étais pas. Et puis mes propos n'étaient pas tout à fait juste, car en réalité j'étais rentrée dans de nombreux logement... Sauf que... J'étais occupée à autre chose que l'observer.

"Hé bien... C'est beaucoup plus agréable pour les caresses ! Regarde~"

Heu... Il n'allait tout de même pas me montrer ! Et bâ si ! Trop surprise pour me débattre, je le regardait avec de grands yeux en pensant en boucle : mais il fait quoi ? - mais il fait quoi ?... Que c'était bon et agréable !... Non, mais il cherchait vraiment à m'exciter pour que je lui saute dessus ou quoi ? Il jouait dans un jeu dangereux avec moi, une fois lancée j'avais tendance à ne pas m'arrêtée jusqu'à être rassasiée... Aucune envie primaire ne fit son apparition, même la morsure me faisant exprimer mon plaisir un peu plus fort n'avait pas éveillé la part animal qui sommeillait en moi... Même en me concentrant, je ne la sentait pas ! J'étais humaine mentalement et physiquement. Je n'avais pas d'envies de prendre le premier mâle entre mes anneaux, le rendre à point et en profiter avant de le jeter comme une poupée de chiffon. Je me sentait libre et en même temps un peu faible de réaction... Il faut dire que j'étais restée là sans rien faire à part profiter. Je n'avais pas l'habitude de profiter, c'était toujours moi qui menais la danse. Bref, en temps normal je lui aurait déjà sauté dessus pour jouer à d'autre jeux.

Remise de mes émotions ; oui parce qu'au lieu de me rendre plus active et bestiale chaque frisson m'avait rendu un peu plus paralysée dans la complaisance du moment ; je me retournai vers Mèche Folle qui faisait de nouveau des cabrioles mais sans moi. Il me refit rire un peu, surtout la tête du chat... Cette tête toute mignonne qui donnait envie de le prendre dans les bras pour lui faire des gratouilles ! Heu... Depuis quand j'aimais caresser les animaux moi ?

"C'est vrai, que c'est sensible... Mais pas tellement plus que les écailles ! Ça a juste l'avantage d'être deux et que les mâles osent y toucher. Un peu comme le dos, ma queue à des zones très sensibles mais peu de personnes aime caresser des écailles."

Tout en parlant je m'étais approchée du félin à la tête écrasée et m'étais mise à le gratouiller sous le menton. Je n'arrivais pas à résister à mes pulsions en tant que lamia, pourquoi le faire en tant qu'humaine ? Il faut dire qu'il était tellement adorable comme ça.
Oui, enfin ça allait bien cinq minutes de jouer à l'humain gagas devant un chat mais j'avais autre chose à faire ! Autre chose, qui me poussait à s'approcher du démon qui jusqu'alors me repoussait au plus au point... Il avait profité de ses caresses pour m'envouter ? Toute souriante, je m'appuyai sur la paillasse pour y monter. Une fois debout dessus, tremblante un peu de peur de tout renverser, je m'approchais de Mèche Folle.

"Tu crois que je pourrais faire pareil un jour ?..., ce dernier mot venait de me faire pensé au fait que la durée de ma transformation n'était pas connue, Je... Je pourrais rester ici le temps de ma transformation ?... J'ai peur d'être seule... Et comme tu sors pas souvent de ton labo..."
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Jeu 22 Mai 2014, 10:14

Un numéro d'équilibriste, des petites caresses perfides et taquine, encore un numéro d'équilibriste... C'était bien la première fois que Yeager se donnait ainsi en spectacle. Tout ça pour tenter de rassurer une lamia paniquée à la science aléatoire. C’était vraiment inconscient de la part de celle-ci de faire des expériences aussi stupides et incertaines. Ça le faisait s'inquiéter et avoir peur pour elle ! Mais au fond, il se demandait si elle n'avait pas raison. La science, c'était essayer des trucs, prendre des risques... Combien de temps que Yeager n'avait pas fait ça..? Il soupira intérieurement mais tenta de garder son sourire alors qu'il se remit debout. Jubei était en train de profiter de grattouille qui le faisait ronronner comme un moteur et taper sa queue féline au sol comme un canidé. Il était pas normal... Mais bon. On s'y faisait. Et elle parla d'ailleurs de la sensibilité... Pas plus que les écailles ? Le savant eut un haussement de sourcil alors qu'un éclat perfide se mit à luire dans ses yeux. Ce n'était même pas intentionnel, c'était que des informations pareilles étaient toujours intéressantes. Vous le connaissez à force~
Les deux mâles de la salle regardèrent la fille qui monta sur la paillasse. Immédiatement, le démon se mit à côté pour éventuellement la rattraper. Il avait peur pour elle et non pas pour ses expériences bien sûr mais renverser un seul truc pourrait créer des évènements...explosifs. Elle posa une petite question un peu pessimiste. Mince, elle qui avait le sourire une minute plus tôt ! Ne souhaitant pas la faire déprimer, Yeager hocha la tête

"Bien sûr ! Tant que tu n'es pas dérangée par Jubei et Némésis, ça devrait aller. Par contre, tu serais contrainte de dormir avec moi... ça t'irait~?"

En effet, le laboratoire était un endroit où dormait ses alliés. Le colosse de chair s'allongeait souvent au sol, immobile... Ou alors sur le lit de fortune sur lequel il avait plaquée la belle une seconde plus tôt. Jubei, lui, avait son énorme palais de couettes et de coussins dans un angle de la pièce. Une porte non loin amenait à la chambre du démon. Il l'ouvrit d'ailleurs en souriant, se rapprochant de la paillasse à nouveau. Il observait Ophyde d'en bas. Bon, certes, il voyait sous la chemise qu'elle portait ainsi, mais ça ne dérangeait personne. Taquin, il se mit alors à tester une idée... Il lui chatouilla les pieds! Sursaut, chute, il la rattrapa alors avec un large sourire radieux, amusé comme tout

"T'es chatouilleuse~"

Il rit alors et l'amena à la chambre. Un endroit grand, calme et bien sympathique. On pouvait voir des feuilles, des livres qui traînaient... Bref. Un joli petit chaos de savoir qui servait de tapis mais aussi d'exercice de mémoire au léviathan. Il mit la belle debout et essaya de l'aider à marcher, s'avançant vers le lit

"Tu devrais essayer de te reposer... Je cuisine un truc, ça te tente ?"

Elle devait avoir faim après une telle transformation... Enfin, lui en tout cas, il commençait à sentir son organisme réclamer sa dose de nutriments ! Et puis ainsi, elle pourrait manger un truc différent... Il ne comptait pas cuisiner du rat~

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Dim 25 Mai 2014, 19:05

A quoi jouait-il ? Pourquoi dès que je montais, il redescendait ? J'avais envie de le sentir de nouveau et il me fuyait ! Pour une fois, j'allais devoir user de mon charme pour captiver un mâle vers moi ? Moi qui ne l'utilisait que pour prendre les commandes d'un esprit... Je n'allais tout de même... Je remarquais enfin son regard oblique vers ma culotte. J'avais pas de culotte ! Mon corps réagit contre mon grès en empourprant mes joues et je cachai comme je pus mon intimité avec la chemise.
J'allais redescendre pour ne pas me sentir encore plus... Plus quoi d'ailleurs ? C'était bien la première fois que j'avais cette impression de... De gêne? Oui, c'était ça de la gêne. C'était étrange, car d'un côté je ne voulais plus qu'il me fasse rougir en regardant sous ma chemise, mais en même temps j'avais envie qu'il continue voir aille plus loin que seulement regarder. Mais le rouge aux joues et ce qui allait avec était trop perturbant et je préférais descendre quand il passa un doigt sur ma voûte plantaire. Et là, il me fit découvrir une nouvelle sensation. Agréable au point d'en rire, elle provoqua une perte de force à un tel point que mes jambes n'arrivent plus à me soutenir. Elles se plièrent sous mon point alors que je continuais à rire sans trop comprendre pourquoi. Puis, comme par magie je me retrouvai dans ses bras les jambes agitées pour faire fuir ce qui les avait fait céder.

"Chatouilleuse ?"

Je le regardais avec de grands yeux étonnés. C'était la première fois que j'entendais ce mot, et ne comprenait que vaguement grâce à ce que je venais de subir. Accrochée à sa nuque, je me laissais transportée jusqu'à une salle que je n'avais jamais vu jusqu'à maintenant. Bon, en même temps c'était la première fois que je me retrouvais chez lui. Mais un tel champ de feuilles et livres avait de quoi étonner et sur la pointe des pieds que j'essayais de marcher sur les trouées de parquet.
L'apparition du lit son mon nez me donna envie de m'y coucher pour me rouler en boule dedans et attendre que la transformation passe. Et à peine arrivée que je m'allongeait dessus pour m'endormir en chien de fusil. J'avais juste eut le temps de hocher légèrement la tête à l'idée de manger avant de sombrer dans un sommeil sans rêve.

Je me réveillai dans la même position où je m'étais endormis. La tête un peu brumeuse, l'odeur avait réveillé mon estomac qui avait dit à mon corps de se lever. Ça sentait bon ! J'en avais l'eau à la bouche et avançais timidement comme un enfant à l'appel de la nourriture post-sieste. Je ne sais pas combien de temps je m'étais assoupis, mais quand je sorti de la chambre deux assiettes fumantes attendaient sur une table. Tout en bâillant, je m'étirai à chaque pas en avançant vers la table. Un petit sourire timide apparu sur mes lèvres alors que je m'approchais du démon.

"Ça sent bon, c'est quoi ? C'est drôle, je ne t'aurais pas imaginé sachant cuisiner..."

Je m'assis en face d'une assiette, les yeux brillants de faim.

"J'ai dormi longtemps ? Qu'est-ce que tu m'as fait pour que je tombe aussi facilement ? C'était agréable mais en même temps... Je saurais pas dire si j'ai réellement apprécier."
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Dim 08 Juin 2014, 00:28

En la voyant courir sur le lit pour dormir, Jubei se sentit naître des réflexes de chaton. Il couru vers elle avec une façon de gambader tellement adorable ! Il se frotta contre le lit et s'allongea contre, assez poli pour ne pas emmerder la jeune fille. Il restait contre le matelas, ronronnant de bonheur et de plaisir. Yeager sembla surprit. Ce comportement, de la part de ce beastman capable de débiter plus de 17 insultes en une seconde, c'était surprenant !
Ne s'attardant pas plus longtemps sur ce moment pourtant très touchant, le scientifique se décida à aller cuisiner. Il jouait de poêle, de casserole et de scalpel afin de cuisiner un repas agréable pour le réveil de la lamia transformée. En même temps, il réfléchissait. L'échantillon de sang qu'il avait gardé secret lui serait terriblement utile. L'agent de transformation lui permettrait peut-être de créer un stabilisant à sa transformation en femme. Ou encore le fait qu'il puisse tout simplement changer d'apparence ! Bref, les possibilités et idées qui découlaient de cela le faisaient sourire. L'odeur chaude des poivrons le fit sourire. Il s'occupa de les retourner, réfléchissant à nouveau mais à la recette. Il vérifia le riz, voyant qu'il était bon. Il égoutta celui-ci et y mit du safran, mettant le tout dans un grand saladier. Il retourna encore les poivrons... Et joua de la spatule avec la volaille. Il checka du regard ce qu'il avait en stock... De la crème ? Non. Il avait envie d'exotisme. Il renversa du lait de coco pour un mélange sucré-salé et remplit trois assiettes. Trois grandes assiettes! Alors qu'il s'apprêta à aller réveiller la lamia, elle était déjà à table, prête. Il rit discrètement, sourire en coin

"Fais un truc ? Oh. T'as pas dormis beaucoup... Tu devais juste être un peu fatiguée." il sourit tendrement et ajouta ensuite "Tiens, mange. Ça te feras du bien ! En espérant que ça te plaise, j'ai jamais cuisiné ça." Et alors qu'il commença à manger, il lança un regard discret à la lamia. Jubei s'installa vite fait pour manger lui aussi, tout silencieux malgré son ronronnemet bruyant. Yeager reprit "Je t'ai fais des chatouilles. Ce sont des trucs qui font réagir le système nerveux par un rire... Oh, juste tu veux dormir avec moi ou je vais dans le canapé ? C'comme tu veux."

Et hop, nouvelle bouchée. Il était plutôt fier de son boulot même si ça manquait un peu de sel. Mais salé reviendrait à briser l’harmonie avec le sucre ! Malgré le dilemme cruel, il sala le plat et se remit à manger en regardant dans les yeux la jeune femme. Il se faisait tard... Et ils allaient devoir se coucher pour de vrai. Mais dans un même lit, entre eux, que ce passerait-il ? La monstre transformée serait-elle avide de nouvelles expériences durant la nuit ? Ou serait-ce le démon qui ferait le premier pas ? Ou la nuit serait-elle tout ce qu'il y a de plus banale ?

Destin, destin, tu prépares quoi encore ~ ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Ven 08 Aoû 2014, 11:49

Installée sur une chaise j'humais avec délectation l'assiette devant moi. J'écoutais tranquillement, le ronron du chat à mes côté et les paroles chaudes du démon. D'un petit signe de tête j'approuvai le plat, alors que j'avalais la première bouchée. Un plat sans viande m'aurait écoeuré, il y a moins de 24h. Maintenant je m'en régalais. Mèche Folle m'expliqua pourquoi j'avais rit sans être joyeuse. Je compris pourquoi je n'y avais pas pris tant de plaisir que ça, c'était quelque chose de forcé. Je faillis ensuite m'étouffer à cause de sa question.

Je penchai légèrement la tête sur le côté tout en finissant d'avaler difficilement ce que j'avais dans la bouche. Je comprenais pas où il voulait en venir. Tout d'abord pourquoi vouloir dormir tout de suite ? Il faut dire, qu'après ma sieste j'avais envie de tout sauf dormir. Maintenant que je m'étais plus ou moins faite à l'idée d'être humaine pour un temps indéterminé, j'avais bien l'intention d'en profiter ! Et dormir n'en faisait pas partit.

Je réfléchis tout de même à sa question en reprenant doucement le nourrissage de mon estomac. Je ne voulais pas dormir seule, mais étrangement c'était la première fois que je redoutais dormir avec un homme. En même temps, c'était pas n'importe quel homme. C'était sans doute le dernier mâle avec qui j'avais envie de coucher. Il passait son temps à m'horripiler au point de me retenir de le claquer à chaque phrase qu'il débitait ! Il était sûr de lui à en devenir hautain. Il s'amusait à charmer tout ce qui bouge, ce qui me rendait encore plus irritable envers lui.
Moi qui n'aimait pas les autres femmes, voyant en elles de la concurrence et une source d’ennui constant, car rare était les femme non hypocrite et directes dans les propos et leur acte, mon animosité envers elle montait d'un cran à chaque fois que je le croisait dans les couloirs entouré de glousseuses. Je ne pouvais pas dormir avec lui ! Surtout après une proposition aussi subtile que... pas subtile du tout ! Tout chez lui transpirait le charme. Je voyais en chacun de ses geste envers une femme, quelque chose pour avoir de l'affection en retour. Heureusement que ma sieste m'avait réveillée, parce que sinon je saurais tombé dans son petit jeu... J'aurais préféré dormir avec le chat qu'avec un Don Juan. Il aimait les femmes, j'aimais les hommes. Je me sentait trop proche de lui et trop différente à la fois pour avoir la moindre attirance.
Et pourtant... Et pourtant, il m'avait aidé. Il m'avait montré ces dernières heures une nouvelle face que j'appréciais mieux. Quelqu'un qui aime chercher, comprendre, apprendre. Aimable sans arrière pensée, ou presque. Et puis, je ne me sentais pas de dormir seule.

Face à un dilemme, je préférais répondre par une question.

"Tu veux dormir tout de suite après manger ?... Je n'ai plus trop sommeil maintenant... En fait, à part marcher il n'y a pas beaucoup d'intérêt à être humaine... Surtout ici."

Je me tournais vers le démon, une idée stupide et lumineuse à l'esprit.

"Pourquoi tu ne t'es pas installé chez les humains? Ils te prennent pour un des leur si tu caches tes crocs, non? On pourrait aller dans une ville et se faire passer pour des étranger, juste le temps d'une journée? Ne plus avoir un toit de pierre froide sur la tête pour un nuit... Pour dormir ensemble ou pas, on verra au moment venu."

Ne plus être dans le donjon qui me tapait sur les nerfs, ça aurait été bien. Souvent je me demandai pourquoi je restais dans le donjon, puis la présence des artefacts me le rappelait avec des frissons de plaisir.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Lun 15 Sep 2014, 17:03

Wom nom nom nom.
C'était vraiment super bon ! Il était très fier du plat qu'il avait cuisiné ! Mais passons. Redirigeons notre concentration sur son regard. Plongé dans celui de la jeune femme, il écoutait sa question avec un léger haussement de sourcil. Elle évitait la question par une question. Classique. En général, quand il faisait ça, c'était pour éviter d'avoir à répondre ou dériver vers un autre sujet. Malgré tout, il fit comme si il tombait dans le panneau. Il ne dit rien et se mit à penser.

Être ici était chiant à mourir quant on a pas la passion. Lui, il adorait la science. Il était tellement passionné que les heures défilaient excessivement vite quand il bossait ! Jouer avec les produits, mélanger les expériences, dériver de productions... Il adorait cela. C'était une véritable passion ! Mais malheureusement, ça ne semblait pas intéresser la jolie lamia transformée. Et elle proposa soudain une idée qui titilla la curiosité du démon.
Elle voulait sortir. Elle voulait faire un tour parmi les humains pour voir comment ils se comportaient... Génial comme idée ! Oui c'était risqué, mais ça pouvait le faire ! Les yeux plein d'étoiles, le démon se mit à imaginer un peu l'expérience de l'infiltration. Pour une fois, il ne serait pas seul~ D'habitude, il faisait ça tranquillement, Némésis et Jubei le surveillant au loin. Là, il aurait quelqu'un à son bras... L'idée lui plaisait. Mais avant ça... il rit doucement

"C'est une excellente idée ! Par contre, il va falloir que tu change de tenue parce que juste ma chemise..."

Il ne pu résister. S'approchant d'elle, il colla lentement son corps au sien, ses mains parcourant le dos de la jeune femme avant d'arriver à son fessier. Il releva à peine la chemise pour y avoir facilement accès, le bout de ses doigts passant sur cette chair douce, sensible... Et il lui massa un rien, un sourire carnassier au visage. Il est vrai qu'une femme habillée ainsi, c'était pas une excellente idée ! Quelques secondes de fantasmes, de délectation de cette chair et il la relâcha, finissant

"... C'est trop osé. Et suspect. On va te trouver des fringues avant, je devrai pouvoir te dégotter ça."

Et zou, il bondit vers son armoire ! De là, il ouvrit le quatrième tiroir en dessous de celle-ci... C'était une sorte de "Cas d'urgence" ce truc. Là dedans, il trouvait de quoi habiller n'importe quelle femme, évitant ainsi les soucis avec ses amantes... Les excès de passion, ça attaque fort le tissu~!
Fouille fouille fouille. Après un petit instant, il découvrit de quoi l'habiller ! Une robe de soie. Sympathique merveille de qualité pharaonique, le tissu qui la retenait se situait en une lanière d'épaule. L'autre épaule nue, une ceinture d'or servait à se placer à la tailler pour serrer un peu la robe qui devenait plus ample en bas, fendue d'un côté... Qui avait laissé ça là ? Aucune idée mais tant pis. Voilà qu'il sort quelque chose de nouveau pour la jeune femme: Une culotte. Une culotte, certes un petit peu trop fine, en dentelle et transparente. Mais c'était tout de même une culotte ! Il s'approcha d'elle

"Bon, considère ce truc comme des écailles. Un moyen de garder un peu d'intimité."

Sans la laisser comprendre ou autre, il la fit tomber sur le lit quand elle eut finit de manger. Il lui leva les jambes, usant de sa volonté de fer pour ne pas perdre son regard sur des zones qui lui sont interdites, puis il lui enfila lentement ce morceau de tissu doux, soyeux. Ceci fait, il lui retira la chemise en faisant de son mieux pour, une fois de plus, ne pas loucher sur elle. Maintenant que tout cela était fait... Il l'aida à mettre la robe. Bon sang, qu'elle était belle ! Elle se ferait sûrement remarquer mais tant pis.. Pourquoi sortir si ce n'est pas pour avoir des regards sur soit ? Après tout, elle ne serait humaine qu'une fois peut-être~ Royal, le démon bomba le torse dans un sourire fier, lui offrant son bras

"Allons-y~"

C'était le début d'une soirée très, très, trèèès prometteuse !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Mer 17 Sep 2014, 23:58

Levée pour déposer mon assiette dans la cuisine, Mèche Folle s'approcha de moi tout en répondant à ma question. Que voulait-i... Le contacte de ses doigts à travers le tissus léger produisit un long frisson dans le dos, ce qui enclencha les muscles fessés et abdominaux. Au fur et a mesure que ses doigts descendirent, une nouvelle sensation s'empara de mon bas ventre. Un mélange de chaleur comme lors de mes ovulations printanières, avec une pointe de gène, d'échauffement anormal au niveau des joues et des oreilles, et surtout des palpitations de muscles encore inconnus pour moi au niveau de mon entre jambe. Enfin, je devais bien en avoir, mais jusqu'à présent c'était moi qui décidais quand les contracter ou non ! Ce n'étais pas eut qui s'amusaient à danser sans moi pour mieux faire chavirer mon cerveau. Histoire d'être assuré qu'il reste bien échoué sur le côté : profite et évite de baver pour montrer que tu apprécies. Des envies toutes sauf chastes me trottait l'esprit et me criaient : pourquoi avoir proposer cette sortie?! Pourquoi?!

Heureusement le flux d'eau dérivé vers un certain niveau de mon anatomie, s'arrêta presque aussi nettement que les caresses si alléchantes du démon. L'eau prenant enfin son court normal pu remettre le navire cerveau à flot. Heureuse de pouvoir de nouveau réfléchir - autrement qu'en comparaison maritime - je rejoignis Mèche Folle dans sa chambre. Hmm, sa chambre... Son lit, ses draps pour cacher son corps dénu... On avait dit que le cerveau c'était calmé ! C'est alors que je me senti de nouveau chavirer, mais cette fois-ci physiquement contre quelque chose de moins énervant que le sable.
Et c'est dans un état plein de comparaison aquatique, de navigation et d'allusions sexuelles que je me laissai faire comme une poupée hagard. Bien sur, savoir son regard là où seul la cuvette des toilettes devrait poser son regard plus de fois que soi, n'aidait pas en l'envie de le déshabiller. Là, maintenant, tout de suite. Sentir ses mains délicates et expertes retirer la chemise me donna un faux espoir. Je l'avais regardé presque comme un chiot implorant une caresse. Il m'offrit une gamelle d'eau en me rhabillant... Moi qui venait de ramer avec les métaphores !

Bon, j'avais de quoi me réconforter. Pour une fois, je me trouvais belle. Mon côté féminin, j'aime les habits, le maquillage et les talons hauts, venait de prendre du poils de la bête. J'étais belle, je le sentais en me devinant à travers le regard du scientifique. Je lui pris le bras, m'apprêtai à partir avant de m'arrêter dans mon élan pour faire machine arrière. Il fallait que je réfléchisse calmement à ce qu'il venait de se passer en moi... Oui, mais d'abord, trouver des chaussures parce que ce n'est pas dans le ton voyons !
Tiroir magique ouvert, spartiates enfilées, je retrouvai le bras de mon ami.

Arg! Quoi?! Je venais de m'étouffer avec un mot trop rare dans mon vocabulaire... Surtout en association avec Mèche Folle... Depuis quand je le considérais comme un ami?!... Il fallait vraiment que je réfléchisse à tout ça tête reposée... Oui, mais pour l'instant place à l'euphorie, au bras d'un beau et jeune démon! Heureuse, je le suivit vers la sortie de ses appartements avant que je ne m'arrête de nouveau

"Heu... La première ville humaine n'est pas un peu loin à pied habillée comme ça ?... Non pas que ça me dérange de marcher, mais si ma potion ne tiens pas plus d'une semaine, on va être mal barré... Tu ne connaitrais pas un moyen de téleportation?, je fis une petits moue pas sûre que ce que j'allais sortir soit judicieux, au pire Crocs Noirs doit surement avoir des artefacts pour ça... Encore faut-il qu'il accepte qu'on les utilise... Pour payer, je pourrais m'arranger..."

Je me mordis l'intérieur de la joue, je n'avais aucune idée de payer Crocs Noirs à part en nature - bande de pervers pas celle nature-là ! Quoi-que... - après tout, mon périple dans les montagnes m'avait permis de remplir un stock de plantes rares qui se revendaient assez bien. C'est là, que j'eus une réaction que je n'explique pas moi même Peut être sur le moment, ça semblait normal... Après tout, je n'étais plus tellement moi-même sous cette forme.

"Hmm... Au pire, on peut trouver une autre occupation ? Même si j'aurais bien voulu voir ce que ça faisait de se promener tranquillement dans une ville humaine sans avoir peur de se faire repérer... Puis aussi bien accompagné..."
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Invité le Jeu 18 Sep 2014, 09:39

Elle était allé chercher des chaussures ? Excellent réflexe ! Elle semblait commencer à s'habituer à sa condition d'humaine et comprendre même les faiblesses de celle-ci. En la revoyant venir en spartiate, le démon reprit le temps de l'observer. Se délecter de sa beauté, c'était vraiment quelque chose qu'il pourrait faire toute la journée. Et c'était clairement visible dans son regard ! Il la dévorait, la lueur de ses mirettes montrant clairement qu'il s’imaginait la parcourir de caresses, de baisers... Un frisson lui hérissa la colonne vertébrale. Un frisson délectable, terriblement agréable. Sa chair en frémit elle aussi, très délicatement.

Clignant rapidement des yeux comme pour faire défiler les images plus vite ; et ainsi les sortir de sa tête ; il sourit à la jeune femme qui mit en avant un point très particulier : La distance. Merde. Malgré tout son génie, il n'y avait pas pensé à cela... Et quand elle parla de Crocs Noirs, Yeager préféra s'abstenir de réagir. Cet espèce d'humain misérable et sa brocante de conneries, le scientifique apprécierai bien s'en passer ! Non, il n'aimait pas les humains. Une humaine ? C'différent. Une monstre transformée en humaine ? C'est comme porter un costume, arrêtez votre mauvaise foi bon sang !

« Oh... Hé bien, va pour rester ici. » Elle le complimenta. Dans un petit ricanement, il mit sa mèche dans ses cheveux... Mais elle revint devant sa tête « Me flatte pas comme ça je vais rougir~... Bon, tant pis. Au moins je t'aurai vu en robe... T'es magnifique~ »

Un sourire tendre s'afficha sur son visage. Elle était belle, belle, belle comme le jour. Sa peau pâle donnait au démon des envies pas possible... Oh putain, il détestait quand il était faible comme ça ! Oui, quand il craquait d'un coup devant une femme. Il se sentait fondre, même son symbiote ne pouvant pas récupérer les neurones qui se faisaient neutraliser uns à uns par une vague de chaleur. Avalant sa salive, il eut la soudaine impression que son corps échappait à son contrôle... Il lui prit alors les mains, doucement. Ses pouces lui caressèrent les poignets, tendrement, lentement

« Alors... on peut parler si tu veux... On reste là et... On discute. Seuls. Tout les deux. »

Chacun de ses mots étaient quelques centimètres en moins entre leurs deux corps. Il la prenait contre lui doucement, petit à petit, l'enserrant de son étreinte chaleureuse. Leurs corps finirent l'un contre l'autre. Son visage s'approchait du sien. Ils étaient proches. Trop proches... Si proches que le démon pouvait sentir la respiration de la belle contre ses lèvres. Son cœur s'embala. Le symbiote n'arrivait pas à le réguler... C'était rare ce genre de connerie. Semblerait-il que même le symbiote de Léviathan approuve cette dérive à laquelle était soumit Yeager ? Apparemment...

Il ne tint plus. Doucement, il laissa ses instincts prendre le dessus. Il huma le parfum de la jeune femme, son visage caché dans son cou... Et il y planta lentement ses crocs dans une morsure délicate, sensuelle.

Yeager n'avait pas ressentit ça depuis bien trop longtemps... C'était sûrement une bonne chose~

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Ophyde le Jeu 18 Sep 2014, 12:08

A le voir me dévorer du regard (je venais de comprendre que cette expression n'était pas seulement pour décrire des êtres pouvant manger votre âme en vous regardant), je devinai, et espérais, que le jour de la ballade en ville humaine n'était pas encore arrivée. Peut être un jour? Si j'arrivais à prendre de nouveau forme humaine. Après, la question était de savoir à qui appartiendrait le bras auquel je serais accrocher. Le premier nom à l'esprit fut Mèche Folle (Un jour, je lui demanderais à son vrai nom et le retiendrais... La seconde partie de cette phrase était moins sûre...). Je le rejetai pour penser à Karl avant de me souvenir qu'il avait des tendances à aimer frapper tout humain mouvant à proximité de ses poings, ce n'était pas une bonne idée. Crocs Noirs se fit de la place pour se mettre à égalité avec Mèche Folle.
C'était drôle, l'un m'intriguait par tout les mystères qu'il se donnait et par se regard qui semblait plein de tristesse. Pourquoi un homme au pouvoir d'un marcher florissant était si triste? Pourquoi le cacher? Je me faisait des idées? Enfin, je ne pouvais m'empêcher d'être attirée par cet homme que toute personne voyait comme quelqu'un de pas fréquentable. Il cachait quelque chose, je le sentais et je ne pourrais le perdre de vu, le lâcher tant que je n'aurais pas de réponse.
A son opposé, le démon que beaucoup de femelles semblaient apprécier et que je ne pouvais pas voir en peinture. Enfin, je pensais ça avant aujourd'hui. Cette après-midi où j'avais découvert une facette du démon que j'ignorais alors, à un tel point où j'étais prête à coucher avec. Lui que je trouvais pédant dans son assurance de tout savoir sur tout, qui osait me donner des leçons sur un art que je pratiquais depuis ma tendre enfance ! J'avais découvert qu'il pouvait également être de bonne compagnie, me faire rire un peu (chose que j'ignorais que je savais faire), être tendre et réconfortant. Quand il ne touchait plus à son domaine, il ne semblait plus tout autant hautain. Il avait cette fragilité qu'on beaucoup de mâles quand ils essayent de comprendre les femelles qui le rendait presque craquant.

Son compliment qui m'aurait mis sur les nerfs normalement (quoi que, les compléments se faisaient trop rares sur ma personne pour que je ne les appréciasse pas) réveilla la vague de chaleur au niveau de mes joues. Alors que mes oreilles se transformaient en hauts fourneaux, je ne pus m'empêcher le sourire un peu niaisement en répondant un petit :

" Ah oui ?... Merci."

Tout en dégageant une oreille de mes cheveux pour ralentir la production de chaleur, je pinçai mes lèvres légèrement, sous la gêne ou la timidité que je ressentais. En réalité ce n'étais ni l'un ni l'autre qui me travaillais où alors c'était un mélange de ses deux émotions avec une tierce voir une quatrième ou plus qui m'étaient jusqu'alors inconnues. Déjà que la timidité et la gène n'était pas mon problème habituellement, je me retrouvais face à quelque chose dont j'avais beaucoup de mal à comprendre. Mon comportement ressemblait à une pucelle effarouchée ! Mon coeur se jouait un petit tango, emballant mes poumons qui avaient du mal à suivre la cadence. Je me retrouvais obligée d'entrouvrir mes lèvres comme pour demander un baisé discrètement. Et je ne parlais pas des frissons qui me parcouraient les bras délicatement caressés par le démon, ou mon bas ventre qui ne savait plus où donner de la tête au point de me démanger... Comme s'il voulait qu'on s'intéresse à lui, qu'on le caresse aussi voir plus...

Cette cacophonie de réaction bien sûr ne s'améliorer pas avec la distance diminuante du corps du démon. Ce qui eut pour effet de mettre mon cerveau en vacance, il avait plié bagage pour ne laisser qu'une pancarte : démerdez-vous bande de dégueulasses ! M'étant lavée la veille et n'ayant plus de neurone actif, je ne compris pas cette phrase. J'essayais surtout de répondre sans paraitre trop essoufflée.

"Di... Discuter?"

J'avais envie de lui crier : mais t'es bête où tu le fais exprès?! Mon corps transpire d'envie et toi tu me propose de discuter ?!? J'avais envie de lui arracher ses habits là comme ça. Ou de me laisser tomber sur le lit, les jambes explicitement écartées. J'avais envie de l'embrasser jusqu'à ne plus pouvoir respirer - ce qui ne serait pas long vu la difficulté de mes poumons à suivre mon coeur. J'avais envie d'être assise en face de lui à le regarder dans les yeux, une tasse dans thé dans les mains et apprendre à le connaitre... C'étais la première fois que je voulais connaitre quelqu'un. Même Karl, par respect ou par devoir de non attachement, je ne lui avais jamais posé de question sur lui.
A la place de tout cela, en bonne déconnectée, je lui répondis stupidement :

"Ce... Ce n'est pas pratique de discuter comme... ça. Non ? Tu veux vraiment discuter maintenant ?... Parce que... Je sais pas... On pourrait discuter apr..."

Il me répondit en commençant un jeu d'exploration que je connaissait bien. Sauf que cette fois, j'étais dans un nouveau corps, de nouvelles impressions, j'allais parcourir la carte de mon nouveau corps avec lui ton en découvrant le sien. j'émis un petit bruit de surprise qui cachait en lui toutes les émotions qui me submergeaient à sa morsure et me laissais chavirer dans le plaisir qu'il allait m'offrir, que j'allais lui rendre. En bonne réaction de vierge apeurée - que je n'étais plus depuis longtemps! Pourquoi je réagissais ainsi nom d'un dieu quelconque! - je me laissais faire pour l'instant sans agir, je lui offrit juste un plus large panel de choix en rejoignant le lit et m'y laissant tomber, Mèche Folle dans les bras.

HRP:
On peut clore le rp ici pour continuer ailleurs ^^ Parce que les hôtels ça existe nondidiù!
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prendre ses jambes à son cou, c'pas pratique... [Yeager] [fini, suite dans la zone caché]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum