Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Aller en bas

Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Message  Usolia & Cronix le Mer 16 Oct 2013, 14:28

Tenir les comptes, faire des calculs, addition et soustraction... Vraiment, les mathématique, ce n'est pas facile. Et encore plus pour la pauvre petite Wendigo qu'était Usolia!

Les siens lui avaient fait confiance. Elle était la seule a travaillée en dehors de leur village, directement à la tour. Alors que les autres chassaient ou cultivaient, elle, elle était occupée à revendre les produits Wendigo. L'argent amasser devait servir a acheter des choses pour les siens. Tout ce qu'ils ne pouvaient pas fabriquer par eux même. A force de vivre proche de gens plus développée, on a envie d'un petit confort en plus... De plus beau tissus, des miroirs, des meubles plus travaillés, ou même des nouveaux jouets pour les tout petit. Mais voila, pour faire des achats, il faut faire les comptes! Et pour quelqu'un qui compte en octal, c'est pas facile, je vous le dit!

Elle avait acheter un boulier, pour l'aider un peu, mais sa lui prenait des heures et des heures, et elle n'avait plus le temps après d'aller faire les achats que les siens avaient besoin... Et sa, s'était sans compter sur les erreurs qu'elle n'arrêtait pas de faire. Une cliente sembla remarquer ses quelques problèmes de compte. Elle lui proposa alors une solution.


- " Pourquoi tu ne fais pas appel à un ingénieur? J'en connais un, c'est celui qui a fabriquer ma machine a tisser... Il aura peut-être une machine pour t'aider. "

L'idée n'était pas stupide... Il restait à espérer qu'il n'allait pas lui fabriquer un truc tout en métal. Néanmoins, elle décida d'envoyé une petite lettre a l'ingénieur de sa "voisine", pour lui demander de venir pour discuter de son problème.'idée n'était pas stupide... Il restait à espérer qu'il n'allait pas lui fabriquer un truc tout en métal. Néanmoins, elle décida d'envoyé une petite lettre a l'ingénieur de sa "voisine", pour lui demander de venir pour discuter de son problème.

Se jour là, elle l'attendait, justement. Juchée sur ses étagères, elle faisait le ménage, remplissant les bocaux d'herbes à moitié vide avec de nouvelles toutes fraîches. Elle dépoussiéra aussi les petits bibelot décoratif et les quelques bijoux artisanal qu'elle vendait. Ce n'était pas ce qui se vendait le mieux, mais tout de même.e jour là, elle l'attendait, justement. Juchée sur ses étagères, elle faisait le ménage, remplissant les bocaux d'herbes à moitié vide avec de nouvelles toutes fraîches. Elle dépoussiéra aussi les petits bibelot décoratif et les quelques bijoux artisanal qu'elle vendait. Ce n'était pas ce qui se vendait le mieux, les clients préférant les encens, les épices, ou le thé ici. Elle vendait aussi un tabac d'une grande qualité. Toute sorte de produit naturel, 100% wendigo.
avatar
Usolia & Cronix

Féminin
Messages : 117
Expérience : 89
Métier : Coureurs des Bois

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Beastman
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Message  Seraphin le Sam 19 Oct 2013, 14:26

Depuis qu'il avait été sauvé par Akaracthe et Theorem de sa captivité et de son état second causé par de multiples drogues, Séraphin s'était installé au donjon. Bien qu'un peu anxieux quant au regard des monstre sur sa personne il s'avéra que non seulement Shiru accepta sans problème son intégration, faisant passe à Seraphin le pacte et lui procurant une demeure, mais les créatures du donjon dans leur ensemble ne lui posèrent guère de problèmes. Était ce à cause de son lien avec Theorem, qui bien que n'étant qu'un officier mineur était connu de bien des personnes ? Ou bien parce qu'en dépit du fait qu'il ait été inquisiteurs il n'ait jamais tué une créature ? Le jeune homme n'aurait su le dire, mais ce qu'il savait c'est qu'il n'était nullement à plaindre... Une impression qui s'accrut quand, se présentant à l'A.E.M juste après le pacte, il n'eut aucune difficulté à acquérir un poste d'ingénieur, la raison étant simplement que le donjon fonctionnant en grande partie grâce à l'Oni Ni Kanabo l'exploitation de cette énergie était bien plus courante que celle de la technologie, mais pour autant cette dernière n'était pas considéré comme vaine, bien que sous exploité et il revenait alors à Séraphin que de corriger cela ! Il lui fut alors conseillé pour démarrer, comme il était probable que sa production oit trop lente pour ouvrir boutique, de se présenter comme artisan et, pour commencer à se faire connaitre, rendre visite aux commerçantes qui pourraient avoir besoin de ses services une fois qu'il se serait installé.

Enfin son contentement atteint son comble quand il atteint son logement. Ce dernier n'était pas des plus confortables ni grand, elle était en fait assez similaire à sa cellule cléricale, mais il se rendit compte sur le champs qu'en plus du minimum vital un établi avec tout le nécessaire que Séraphin n'avait pu emmener avec lui avait été installé dans cette pièce, positionnée de manière idéal pour travailler, de manière à être assez éclairé par la lueur du jour sans être ébloui et une multitude de détails qui n'avaient de valeur que pour un individu comme Séraphin. Ainsi tout les détails quant à son installation s'avérait réglé et le jeune homme était officiellement un membre du donjon... Et tant par passion que comme pour rendre au donjon ce qu'il lui avait donné il ne tarda guère plus à se mettre au travail. Certes il était alors trop tard pour aller voir les commerçants et donc répondre à de commandes, mais le travail d'un ingénieur ne se résumait pas à la construction de l'objet lui même, il s'agissait aussi de recherches perpétuelles... Et puis même sans avoir passé commandes il y avait deux personnes pour lesquelles il ne pouvait s'empêcher d'inventer une surprise...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dès le lendemain de son installation Séraphin avait commencé à démarcher auprès des commerçants... La plupart s'avérèrent sceptique quant à l'utilité de la technologie alors que la magie semblait déjà tout leur apporter. Néanmoins il en fut certains qui par curiosité, ou parce qu'ils ne savaient guère exploiter la magie, qui s’avérèrent prêt à passer commande à Séraphin. Bien sûr ils ne pouvaient spécifier le nom de l'objet qu'ils désiraient, mais ils faisaient part de leurs besoins à Séraphin, et ce dernier leur répondait dans un délai de trois jours s'il pouvait faire une invention pour les y aider. Si la réponse était affirmative il leur présentait alors ce dont il allait avoir besoin et le prix que cela allait lui coûter pour acheter les éléments nécessaire, ayant pris le temps d'évaluer le cours marchands actuel du donjon, et leur demandait alors de payer dans un premier temps le coût des éléments, et verser le reste du paiement une fois la livraison faite. Cela pouvait paraître un peu malhonnête et exigeant à première vue, mais l'humain s'engageait à out rembourser au cas où il échouait à créer son invention, n’exagérait jamais les frais qui lui était imposé et surtout si le premier paiement était des fois conséquents ce n'était jamais le cas du second, qui correspondait à ses bénéfices, qui ne servait qu'à manger et à progresser un peu sur se créations personnelles.

Heureusement pour le jeune homme il s'avéra que les premières commandes étaient relativement simples, devant des fois même simplement recréer un objet déjà existant ou l'améliorer de manière évidente. Ainsi il put répondre à toutes les demandes, sans aucun échec et dans des laps de temps réduits et ainsi il se rendit lui même compte qui'l commençait déjà à se faire une petit réputation grâce au bouche à oreille... Mais il ne se faisait pas d'illusions sur un point, pour l’instant il pouvait gérer les commandes, mais si'l y en avait trop il allait devoir augmenter les délais et il espérait que cela ne répugne pas les clients.. Enfin cela était un problème qui en se posait à lui que lorsqu'il n'était pas... Heureux tout simplement... Certes il avait tout perdu par deux fois, premièrement sa famille, secondement son aveuglement religieux, et cela continuait à le hanter dans des nuits agiter, mais quand il se réveillait, c’était soit pour s'adonner à sa passion ,soit pour se rendre qu'il était plus apprécié que jamais. Il n'était pas craint parce qu'il était un inquisiteur, si méprisé car incapable de maîtriser la magie divine, non il était tout simplement accepté, et son investissement intense dans son travail semblait l'amener à être apprécié des créatures ayant entendu parler de lui. Oh il ne lui avait pas échappé que les humains étaient de manière général moins apprécié que les créatures, mais il paraissait surtout que c'était parce qu'ils ne parvenaient pas à s'intégrer, une hypothèse confirmée par les noms qu'il entendait le plus souvent évoquant des humains. Crocs-noirs qui s'avérait être une sorte de criminel et qui avait à son service la majorité des humains du donjon, et Engar le Porte-haine, un ancien garde dont les créatures parlaient avec mépris, l'évoquant tel un boucher. Ces deux noms Séraphin les avait déjà entendu quand il était inquisiteur et ce avec un écho similaire. Le jeune homme ignorait jusqu'alors qu'ils avaient rejoint le donjon, et à vrai dire cela ne le rassurait pas vraiment qu'ils aient en théorie change de camps si ni l'un ni l'autre ne s'étaient assagis par rapport à leurs exactions à l'extérieur du donjon...

Enfin quoi qu'il en soit il s'avéra qu'en deux semaine le jeune homme était parvenu à commencer à se faire une petite place. Ils avait déjà achevé trois de ses commandes et n'en avait plus qu'une en cours, presque achevée, il allait lui falloir de nouveaux clients, mais il ne s'en faisait pas, cela ne devrait pas tarder...Et comme pour confirmer cette hypothèse une lettre lui parvint le jour même, alors qu'il apportait les touches finales à sa dernière commande. Il la lut dès qu'elle lui parvint et bien que le langage employé était surprenant il fut à même de la comprendre, les mots employés restant ceux d la langue commune. Il s'agissait tout simplement d'une demande, néanmoins le client ne demandait pas précisément ce qu'il voulait, mais inviter Séraphin à venir le voir à une adresse précise. L'inventeur la reconnut, se rappelant d'un magasin devant lequel il était déjà passé quelques fois.

Ainsi il n'eut aucune peine à s'y rendre le lendemain, une fois sa dernière commande rendue et ses bénéfices en poche. Cependant, avant il avait pris quelques précautions, en effet il se doutait bien que ce n'était pas sans raison qu'était mentionné le nom Wendigowak dans l'adresse de la boutique, et en bon ancien inquisiteur il connaissait les particularités de cette race. Ainsi il veilla bien en prendre le moins d'outils métalliques possibles avec lui, ne prenant que le strict minimum et les mettant dans un sac, pour éviter tout incident. Ainsi c'était avec seulement le minimum nécessaire en matière de matériel, contrairement à son habitude, qu'il rendit visite à son client, franchissant la porte, geste qui fut accompagné d'un tintement qui commençait à lui être familier. Il balaya ensuite les lieux du regard afin de tenter de devine ce qui pourrait lui être demandé comme production. Il conserva ainsi un léger sourire alors que des idées plus ou moins farfelues lui venait l’esprit... Jusqu'à ce qu'il aperçoive son commanditaire en plein rangement...Ou plutôt SA commanditaire, en effet au vu de sa carrure elle n'était clairement pas un mâle, et elle s'avérait...passablement dénudée.

Alors sa réaction se fit sans attendre ! Le jeune homme vit ainsi ses joues virées au rouge tomate et baissa brusquement son regard. Certes il ne faisait plus partie de l'Eglise, mais il conservait tout de même sa croyance et par conséquent ses principes de pudeur et de chasteté, or ces derniers n'étaient pas toujours répandue parmi les monstres , en particulier quand ces derniers considéraient que leurs écailles ou leurs poils suffisaient à dissimuler leurs attributs. Cependant, c'était la première fois que le client de Séraphin était aussi peu vêtu et de fait il s'avéra un peu décontenancé... Pour autant il se ressaisit aussi rapidement qu'il put et, faisant mine de regarder ailleurs ,se racla la gorge afin d'attirer l'attention avant de prendre la parole.

"Excusez moi... Je suis Séraphin, ingénieur. J'ai reçu une lettre de votre boutique m'indiquant que vous auriez besoin de mes services...Vous êtes bien la personne qui me l'a envoyée ? et si oui que puis je faire pour vous ?"


Cela pouvait paraître malvenue d'interrompre la Wendigowak alors qu'elle semblait dans un exercice plus ou moins périlleux, mais Séraphin avait compris que ce genre de règles ne s’appliquait pas quant à des créatures. Il était probable qu'avec son agilité naturelle son interlocutrice n'ait aucun mal à poursuivre sa tâche tout en écoutant Séraphin, voir lui répondre.

Au fond le jeune homme préférait presque qu'elle reste à sa position plutôt qu'elle vienne se mettre à sa hauteur sinon il serait obligé, à moins de se montrer des plus impolis, de la regarder en face...
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Message  Usolia & Cronix le Mer 23 Oct 2013, 14:42

Tiens, s'était un client? Du haut de son étagère, toujours suspendu, Usolia tourna la tête pour voir le jeune homme blond qui entra. Il la vit et il détourna aussitôt les yeux. Humphf. Elle connaissait se regard. Contrairement à ce que beaucoup de gens pouvaient croire, Usolia n'était pas une perverse. Simplement, les vêtements, sa gratte, et avec sa fourrure, s'était bien trop chaud! Elle ne portait donc que le stricte nécessaire. Les mâles eux portaient toujours un vêtement pour protéger leurs parties intimes, mais elle n'en avait pas besoin, surtout ici... Enfin. Ce n'était pas grave.

Finalement, il semblait qu'il ne s'agissait pas d'un client, mais de l’artisan qu'on lui avait conseillée. Souriante, heureuse qu'il soit déjà là, elle se laissa retomber sur ces pattes aux sols, sans se faire mal. Elle était plus petite que Seraphin, ne faisant après tout que 1m50. Penchant la tête sur le coté, elle le regarda avec curiosité. Il lui semblait un petit, mais il ne faut pas se fier à l’apparence, après tout. Et puis, pour fabriquer des machines, il ne fallait pas forcément être fort, mais être intelligent. Elle lui tendit donc la main.


- " Allô! Moi c'est Usolia! C'est trippant que tu sois déjà là. "

Une fois la poignée de main échangé, la jeune Wendigo se dirigea vers le comptoir, lui faisant signe de la suivre. Elle n'avait pas peur de lui, rien chez lui ne semblait menaçant, pour le moment. Néanmoins, elle gardait quelques pas entre eux, on ne sait jamais. Elle était contente qu'il n'empeste pas la magie, comme beaucoup de ses clients... Bien sur, elle n'avait rien contre ceux qui utilisaient la magie, en général. Cependant, la magie attirait les créatures dangereuses, chez les Wendigo, et donc, elle préférait ne pas trop s'approcher de sa... Sa portait malheur.

Elle passa derrière le comptoir. Un comptoir en érable, finement sculpter, à la main. Du coté des clients, il y avait des dessins, représentant une sorte d'animal, un mammifère a 4 pattes, qui cependant avait des bois sur la tête. Étrange... Étais-ce un vrai animal, ou un être de légende? Il était entourer d'une forêt, avec ce qui ressemblait à de la neige... Il y avait beaucoup de savoir faire, dedans. Hundoshi, le frère d'Usolia, avait passer des jours et des jours à sculpter ceci, pour faire plaisir à sa petite sœur.


- " Bon, m'en vais te dire mon problèmes. Ché pas bien compter, tu vois... Par 10, c'est pas facile. "

Elle avait les pattes poser sur la table, et il pouvait bien voir ses mains avec non pas 5, mais 4 doigts. Elle se disait qu'elle n'avait pas besoin de s'expliquer.

- " J'dois faire la balance pour la boutique, mais aussi pour nous autres. Tout le monde. Et c'est dur en simonac. J'ai essayer se truc a boule, mais c'est long, et j'ai pas le temps... J'ai juste envie de câlisser se truc par la fenêtre. Anyway. Tu pourrais fabriquer un truc qui pourrait m'aider à compter? Ah, pis faut que se soit en bois, ou entéka, ce que je touches soit en bois. Sinon, sa brûle. "
avatar
Usolia & Cronix

Féminin
Messages : 117
Expérience : 89
Métier : Coureurs des Bois

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Beastman
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Message  Seraphin le Mer 23 Oct 2013, 18:35

Et malheureusement pour le jeune Séraphin, la créature ne fit pas de considération sur sa nudité et se plaça à sa hauteur sans la moindre gêne, au contraire du jeune homme qui s'efforçait à regarder ailleurs, en vain puisque ses joues s’empourprèrent malgré tout. Bien sûr qu'il y avait les poils et ce qui devait être caché l'était, d'autant plus que son interlocutrice ne semblait pas être doté d'attributs mammaires particulièrement développé, mais tout de même ! Enfin, n'ayant aucune échappatoire, il fut bien contraint de finir par soutenir le regard de son interlocutrice, ainsi que de lui serrer la main. Il s'efforça ainsi de se concentrer sur  ses yeux afin d'éviter d'en voir plus que nécessaire, tandis que s pognée était aussi franche que possible malgré sa timidité. Il eut une expression surprise face au terme "trippant" qu'employa la Wendigowak et qui n'eut pas pour effet de le rassurer. Qu'est ce que sa venue avait à voir avec des tripes ? Il l'ignorait et préférait ne pas y penser, se contentant de suivre la créature, Tant perturbé qu'il n'y fit tout d'abord pas attention, avant de constater que son regard avait été attiré par les mouvements de queue de son interlocutrice et donc vers le bas de son dos, une vision des plus déplacés, qui l'amena à secouer vivement la tète, en refermant les yeux.

Heureusement pour lui, la créature passa derrière le comptoir, interposant ce dernier entre le bas de son corps et la vision de l'humain qui en fut grandement soulagé, paraissant soudainement bien plus détendu, se permettant même d'observer les décorations du meuble, qu'il osa effleurer... Il ne reconnaissait pas ce bois, il en avait déjà touché, mais à de rares prises, et seulement sous formes d'échantillons non de meubles, et il ne reconnaissait pas non plus certaines des figures qui y étaient représentés. Sans doute s'agissait il de symboles propre à la terre d’origine de la Wendigowak. Enfin le jeune homme préféra ne pas se montrer impoli en s'avérant trop curieux à ce sujet et se redressa en écoutant le problème de sa commanditaire. Et il la comprenait amplement. En effet, vu sa morphologie elle n’avait pas dû apprendre compter en décimale contrairement à la plupart des autres races, ce qui devait poser bien ses soucis en tant que commerçante, et il était vrai que le boulier, bien que des plus utiles dans d'autres situations, ne devait pas être approprié pour cette situation, mais Séraphin entrevoyait déjà plusieurs possibilités... Et il le fit savoir d'un ton enflammé sa passion prenant le pas sur sa timidité.

"Je vois le problème il faudrait que je crée quelque chose permettant de convertir votre méthode numérique en celle la plus usité et réciproquement... Hm je devrai en être capable. Néanmoins j’ai jamais fabriquer quelque chose de ce genre. Alors comme avec mes autres clients me proposant un produit nouveau je vous propose un délai de trois jours, au terme duquel je vous ferai savoir si je peux fabriquer la chose et si oui vous ferai parvenir mon devis pour la création de votre machine. Le prix indiqué ce sera celui des composants nécessaire à sa fabrication, et je vous demanderai de payer ce prix l à à l'avance, pour que je puise être certains de pouvoir construire votre machine. Cela constituera une somme assez conséquentes je pense, mais ne vous en faite pas après livraison je ne vous demanderai qu'une demi-douzaine de pièce d'argent comme bénéfice et encore je vous garantis certaines choses. Premièrement, je vais vous donner un délai de fabrication, si je ne le respecte pas je vous dédommagerai. Secondement s'il s'avère que je peux procurer les composants pour moins cher que je ne l'escomptais je vous rembourserai le surplus et enfin si c'est plus cher que je l'ai prévu c'est que c'est moi qui ait fait une erreur et donc je paierai de ma poche. Cela vous convient il ?"


Il s'était exprimé d'une voix lente afin d'être certains d'être compris, certaines créatures ayant parfois été perdues par ses explications...Mais en somme ce qui importait c'est que c'était tout bénéfices pour le commanditaire ! En effet Séraphin ne gagnait pas beaucoup d'argent lors de ces affaires et il était même possible qu'il en perde, mais ce n'était pas cher payé pour pouvoir exercer sa passion, d'autant plus que les demandes des clients lui inspiraient des idées qu'il n'aurait jamais eu par lui même !

"Et bien sûr je veillerai à votre dernière exigence... Si vous voulez je pourrai aussi rajouter quelque chose qui vous permettrait de récupérer les pièces sans vous brûler en les touchant."
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Message  Usolia & Cronix le Mer 13 Nov 2013, 09:48

La petite Wendigo sourit. Ce jeune homme semblait savoir ce qu'il faisait, elle aimait ça! Elle avait confiance. Il était sympathique en plus, même si il semblait un peu intimidé par son apparence...

Hochant de la tête toute en l'écoutant, elle fut convaincu. Elle n'était pas encore tout a fait habituer à tout se vocabulaire de vendeur, mais Seraphin lui semblait fiable.


- " Se serait parfait! Alors, t'as qu'a m'envoyé tout sa, et je te donnerai l'argent après. C'pas un problème. J'ai hâte de voir ce que sa donnera. En plus, vous m'semblez ben plus raisonnable que la plupart des vendeurs... Faut toujours que je marchande. Tsé, moi, j'trouve que le troc, c'est plus simple! "

Elle disait ça car elle était plus habituer aux troc qu'a l'échange avec de l'argent... Le troc était bien plus compliquer et délicat! Enfin. Elle tendit la patte a Seraphin.

- " J'te fais confiance. Donne moi des nouvelles alors, j'ai hâte de voir se truc! "

Cette chose n'avait pas encore de nom, après tout. La petite Wendigo laissa l'ingénieur partir. Elle paierait ce qu'il demanderait, et elle attendrait avec impatience des nouvelles de la création. Elle avait hâte de la voir, et d'essayer aussi! Il fallait juste être patient. Et Uso pouvait l'être... Quand elle avait autre chose à faire, bien sur!
avatar
Usolia & Cronix

Féminin
Messages : 117
Expérience : 89
Métier : Coureurs des Bois

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Beastman
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Message  Seraphin le Ven 15 Nov 2013, 14:20

La créature semblait grandement intéressée, ce qui soulagea Séraphin qui, au vu de sa réaction, craignait l’avoir un peu perdu avec son bagout marchand. Quoi qu’il en soit il fut ravi, et trouva même le courage de soutenir la vision de son corps pour lui adresser un sourire sincère, lui-même toujours ravi de bénéficier de ce genre de travail. Ce fut ainsi avec franchise qu’il saisit sa main, la lui secouant doucement, tout en acquiesçant à ses propos.

"La plupart des marchands ne font cette profession que pour l’argent. Pour ma part c’est par passion et parce que je crée ce que je vends, ça fiat une grande différence…Et pas seulement quant au contenu de ma bourse !"


Il eut alors un léger rire, ne serendant pas ocmpte qu'il incluait maladroitemetn Usolia dans ces "autres marchands" , puis, l’heure étant venu de ses séparer, il laissa la wendigowak sur place, réfléchissant à un moyen de répondre à ses attentes sans plus tarder, ne cessant d’y penser que lorsque son esprit était trop confus et que, pour s’apaiser un peu, il se livrait à la fabrication de l’autre commande dont il avait déjà conçu les plans.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Trois jours plus tard, comme convenu et respectant sa parole, Séraphin fit parvenir une missive à Usolia, l’informant qu’il avait trouvé une solution à son problème et qu’il évaluait le temps de création de cette machine d’une semaine environ. A cette lettre était jointe la note, le prix qu’allait couter la machine. Comme Séraphin ne comptait que le prix des matériaux et qu’il allait user de beaucoup de bois la somme à payer était plutôt modique, bien que cette fabrication allait demander beaucoup de travail au jeune humain pour faire une œuvre qui fonctionne et qui dure ! Cependant le jeune homme s’excusait également de ne pas venir chercher l’argent qu’il demandait, mais il avait un pécule assez grand pour pouvoir s’occuper lui-même de ces achats et il estimait qu’il serait plus simple pour la Wendigowak de payer en une fois. Dans le fond il s’agissait d’une mauvaise excuse pour éviter tant que possible d’être confronté à la nudité de cette cliente, mais cela, bien évidemment, il ne le précisait pas dans sa missive…

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il envoya une autre lettre cinq jours plus tard, pour informer la créature que la fabrication avait bien progressé et que si les tests, effectués demains, montraient un bon fonctionnement de la machine i la livrerait dans deux jours, joignant à cette missive une nouvelle note, au cout encore plus modique que la précédente et qui symbolisait les bénéfices de Séraphin dans cette transaction. Au vu de l’état de son commerce il était probable qu’Usolia n’ait aucun mal à payer ces deux sommes d’argents.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et comme il l’avait annoncé, il arriva deux jours plus tard, veillant à passer à l’ouverture du magasin pour éviter à la fois de déranger la Wendogowak ou bien d’être gêné par d’éventuels clients. Il portait dans ses bras un objet volumineux, mais néanmoins assez léger pour qu’il ait pu le transporter de son atelier à ce magasin, bien que l’encombrement avait dû lui rendre le trajet difficile, il était décidément temps qu’il fabrique une machine ui lui fabriquerait ces transports ! Enfin, malgré ce désagrément, ce fut avec un véritable sourire qu’il arrivait. Ses créations étaient toujours une source de plaisir pour lui, et ce même dans l’explication de leur fonctionnement, qui lui permettait de faire étalage de partager son savoir, même si ses interlocuteurs ne le comprenaient pas toujours. Ainsi il le posa, assez rapidement, sur le comptoir de sa cliente. Cette dernière put d’ailleurs voir que cette création lui avait particulièrement dédié, car en effet l’humain, prenait grand soin à ce que ses commanditaires soient satisfaits par leurs créations et ils savaient pertinemment que l’intérieur d’une machine n’était guère attrayant pour le néophyte et donc qu’il fallait soigner l’aspect extérieur.

L’humain semblait ici avoir retenu la nature du bois du bureau de la créature, ainsi que ses ornements. Ainsi la surface de la machine était en grande partie constituée de ce matériau, qu’il avait peiné à trouver. Quant aux décorations, il s’avérait que le front de la machine était assez sobre, afin de ne pas compliquer son utilisation. Cependant ce n’était nullement le cas des flancs, sur chacun des cotés il semblait être gravé une branche auxquels étaient attachés des feuilles de l‘arbre dont était extrait le bois, et à l’arrière semblait avoir été représenté, légèrement en relief, une forêt. Pour ce travail il était évident que Séraphin avait demandé un peu d’aide, n’étant pas un spécialiste pour ce genre de détail, mais cela ne concernait que lui. Par contre en ce qui concernait l’avant de la machine il en était clairement le créateur. Ainsi sur une surface rebondie se présentait neuf boutons, huit d’entre eux étaient numérotés de un à sept grâce à des gravures, le dernier, un peu à l’écart, sur le coin à droite, était vierge. Un peu au-dessus de ce clavier, se présentait quatre petites fentes, où étaient des plaquettes affichant zéro, quant à ce qu’il y avait en dessous, sur une surface plane, on devinait une serrure et une fente qui trahissait la présence d’un tiroir, ce dernier étant la seule partie décorée de l’avant de la machine ,un dragon y étant gravé, comme pour veiller sur l’argent qui y serait contenu… Mais avant les explications d’usage Séraphin prit la peine de s’adonner au convenance.

"Bonjour Usolia…Voilà ce que je t’ai promis… J’espère que son apparence te plait. Quant à ce qu’il est de son fonctionnement… Il m’a fallu d’abord apprendre et comprendre comme tu calculais, mais je crois que c’est exact !"

Il se permit alors de se pencher un peu sur le comptoir, n’osant pas contourner ce denier, afin de commencer ses explications, sa voix se faisant alors particulièrement excitée.

"Alors comme tu le constates presque chacun des boutons représente un nombre dans ton système numérique. Quand tu en presses un cela va relâcher un certain nombre de petites billes, qui vont se retrouver sur un plateau. Dès qu’il y a dix billes, ce plateau va déverser ces dix billes, dont une d’entre elle sera reversé sur le plateau suivant et ainsi de suite. Une fois que tu as fini ton calcul selon tes chiffres, appuie sur le bouton vierge, et alors imaginons que tu ais fait une addition tel que le résultat en décimal en est quatorze, il y a alors quatre bille sur le premier plateau, et une sur le second plateau. Se retrouve alors un poids très précis sur ces deux plateaux qui va entrainer une roue où sont fichées de petites plaquettes numérotées, de telle sorte que ce que tu auras tapé en addition octale sera affiché en décimal !"


Et comme pour illustrer, il effectua un des calculs menant à quatorze et pressa la touche entré, la machine affichant alors rapidement quatorze, le un et le quatre apparaissant parfaitement dans les fentes.

"J’ai ajouté des crans qui font que si le poids est juste un peu plus grand ou un peu plus petit il affiche la valeur la plus proche. Enfin une fois que tu as fini avec un calcul, appuie une deuxième fois sur le bouton vierge pour remettre à zéro, c’est clair ? Ah et j’y pense, excuse-moi, mais la machine ne peut pas dépasser la valeur 5643, je n’ai pas réussi à placer plus de billes sans risquer d’abimer le mécanisme…"

… Lui-même estimait que ça ne l’était pas vraiment, mais au moins la créature devait-elle avoir suivie les grandes lignes, et puis pour utiliser un machine il n’était pas nécessaire de la comprendre intégralement après tout ! Il continua ainsi sur sa lancée, poursuivant avec la dernière fonction de sa machine, saisissant alors une clé jusqu’alors accroché à son cou, il ouvrit le tiroir. Dans ce dernier Usolia pouvait avoir trois rangées vides visiblement conçues pour accueillir des pièces, chacun d’une couleur différente, un cuivrée, une argenté, et une dorée, sans pour être autant composé de métaux. Tout comme la clé, faite en os, que le jeune homme donna alors à la créature.

"Enfin pour éviter que des clients vous arnaque trop facilement de par votre méconnaissance numérique, j’ai prévu cela. En somme en fonction du poids des pièces placés dedans et de leur matériaux, ici sont représentés les plus courantes, or, argent, et cuivre, le calcul sera effectué. S’il ne vous a pas payé assez, le tiroir ne se ferme pas…Et s’il vous paye trop, eh bien, j’ai pensé que comme des fois on pouvait vous laisser la monnaie et que vous semblez honnête ce n’était pas nécessaire de prévoir cette éventualité. Ah oui, et pour éviter que vous ayez à retirer les pièces gagnées à chaque fois, la balance mesurant le poids, ne prends plus en compte celle que vous avez déjà placés dans le tiroir. De fait ne réinitialisez la machine qu’une fois que vous avez bien récupéré l’argent ! Ah et vous pourrez vous servir de la clé pour l’ouvrir, mais aussi la verrouiller, vous assurer que personne ne puisse le forcer aisément !"

Il lâcha alors un petit soupir satisfait. Il en avait vraisemblablement fini avec les explications et contemplait son œuvre avec un léger sourire. S’en séparer ne lui faisait nullement mal au cœur, au contraire il était fier que son talent puisse servir autrui, peut-être même aurait-il à en fabriquer d’autres. Il restait cependant deux petits détails à régler.

"Si cela vous satisfait, j’avoue que le paiement n serait pas de refus…"

Il avait récemment fait une dépense assez conséquente, et il était probable qu’il la réitère, et par conséquent l’argent avait pris une nouvelle importance à ses yeux. Cependant ce n’était pas pour autant qu’il escomptait faire varier ses tarifs… Et surtout il y avait un sujet plus important à évoquer.

"Ah et j’avais songé à le nommer convertisseur octadéca… Cela vous semble bien ou vous avez une autre idée ? Le nom me plait bien, mais je sais qu’il n’est pas très compréhensible pour le premier venu…"

Ah et dernier détail… Il semblait bien moins scrupuleux à soutenir le regard d’Usolia, ou même à supporter la vision de son corps « dénudé », bien que pour autant cela ne s’apparentait nullement du matage. Il paraissait simplement plus décontracté à ce sujet.
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Message  Usolia & Cronix le Mer 16 Juil 2014, 12:30

[ HJ - Malgré la refonte du perso, il m'est tout a fait possible de reprendre ce RP. Au final, peu de chose change, si ce n'est l’apparence de la perso, et la boutique, puisqu'elle n'est plus herboriste, mais une vendeuse de bric et de broc humain-monstre. - HJ]

Usolia reçut les différentes missives envoyées par l'ingénieur l'informant de l'avancement de sa commande. Il ne lui restait qu'a attendre, même si elle commençait à s’impatienter. Non pas qu'il soit lent, non! Elle avait juste hâte de voir cette nouvelle machine qui devrait lui facilité grandement la vie!

Elle avait passer son temps à ranger et organiser un peu sa boutique. Même si l'appartement qu'elle partageait avec son frère était dans un bordel sans nom, elle était très différente dans sa boutique. En effet, tout était ranger d'une certaine façon, très précise. Et quand on a tellement d'objet hétéroclite, mieux vaut tout ranger correctement, si les clients veulent s'y retrouver!

Une semaine passa. Puis, quelques jours de plus. Et enfin, Seraphin pénétra dans la boutique. Il avait cette grosse machine en bois entre les bras. Elle lui aurait bien proposer de la porter pour l'aider, mais visiblement, il se portait fort bien. Et puis, les hommes ont toujours besoin de montrer leur force aux autres femmes.

Il lui expliqua tout le fonctionnement de la machine. Elle trouvait ça très compliquer, mais plutôt simple dans son utilisation. Il lui fit même une petite démonstration. Elle ne pouvait être que satisfaite de cette machine, qui remplissait parfaitement toutes ses demandes.

Toujours assise sur son tabouret, derrière le comptoir, elle tourna la tête pour regarder la porte au fond du magasin, ouverte sur l’entrepôt. Il fallait bien tout ranger ce qui ne pouvait être montrer!


- " Hé! Cro! Viens voir! "

Il ne fallut que quelque instant pour qu'une silhouette ne se dessine dans l'encadrement de la porte. Cronix était grand, et très musclé. La main sur la hanche, il s'approcha, intriguer. Il était plus grand que Seraphin, et encore plus que sa sœur. Posant un bras sur sa tête, comme si elle était un meuble sur lequel il pouvait s'appuyé librement. Uso grogna, mais cela ne dérangeait absolument pas l’aîné, qui regarda avec curiosité la machine apporté par l'ingénieur.

- " C'est donc ça que tu voulais? S'pas super impressionnant, ton machin. "

Le coup de coude qu'il se prit das l'estomac le plia en deux, alors qu'il lâcha un "ouf" étouffer. Usolia leva les yeux au ciel, désespérer.

- " N’écoute pas mon frère. Il dirait n'importe quoi pour se rendre intéressant. "

Cronix rigola légèrement, se frottant l'estomac. Elle n'avait pas tord. Intriguer par cette machine, il commença a "jouer" avec alors qu'Usolia sortit une bourse en cuir de sous le comptoir. Elle tendit la bourse a Seraphin.

- " Et voila. Le compte y est. Mais tu peux vérifier, je ne t'en tiendrai pas rigueur. "

Les affaires sont les affaires. Ce serait tout à fait normal. Elle jeta un coup d'oeil à son frère, qui semblait s'amuser comme un gamin avec un nouveau jouet. Il aimait les dernieres technologie. Cette machine était pour lui super méga cool!
avatar
Usolia & Cronix

Féminin
Messages : 117
Expérience : 89
Métier : Coureurs des Bois

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Beastman
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Des machines en bois, sa existe?[PV Seraphin]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum