Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Sam 16 Nov 2013, 11:42

Après un bon petit déjeuné prit à la taverne et ce sans encombre, rien ne valait un bon repos afin de bien digérer. Attention, je ne parle pas de dormir mais plutôt de m'allonger sur mon lit, un ouvrage dans la main avec à mes cotés cette feignasse de Séléné ronronnante sous sa forme de félidé. Et comble du bonheur, il faisait un temps radieux, le soleil étincelant dans toute sa splendeur au beau milieu d'un vaste ciel bleu sans nuage. Je me retrouvais donc ainsi à compulser un tome relatant le règne despotique d'un souverain sur un royaume disparu depuis bien longtemps. Il me plaisais par moment de délaisser mes études sur la démonologie afin de me rafraîchir les idées en étudiant le passé de quelques monarques emblématiques pour leur sagesse ou bien leur cruauté. Ainsi je n'oubliais pas que j'étais un prince même si exilé. Un jour je reviendrai sur le trône qui me revenait de droit avec ou sans Varish collé à mes basques. A ce propos, il se trouvait que ce dernier appréciait que je lui fasse la lecture de certain livre que je trouvais, pas ceux sur les démons bien entendu. Il s'intéressait tout particulièrement à la géographie et sur les antécédents militaire des pays. Evidemment je n'étais pas dupe, sans doute se préparait t-il un plan pour ses futurs plan de conquête du monde humain, mais ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Jamais il ne sortira du brassard, Jamais ! L'avantage au moins de répondre à sa demande est qu'il cessait ainsi de nous embêter moi et Séléné et proférant des flots intarissables d'insultes et d’inepties en tout genre.

Finalement, depuis quelque temps, je pouvais enfin profiter de réels moments de tranquillité important pour ma santé mentale. Était-ce grâce à Séléné et à son adorable petite bouille endormie ? Au silence de l'autre abomination en boite ? Toujours est il que depuis, ma capacité à contrôler la violence des émotions malsaines des habitants du donjon s'en retrouvait accrus. Je me sentais revivre.

Je lus pendant deux bonnes heures avant de me décider à fermer l'ouvrage pourtant si intéressant. Je ne devais pas me trouver une raison pour rester là à végéter toute la journée. Même Varish me cracha au visage une insulte inédite pour lui avoir conté la fin du chapitre. Malheureusement pour lui, ce n'était pas une voix caverneuse sortit d'un accessoire qui allait diriger ma journée. Je sortit donc de mon lit en posant mon tome sur la commode située à coté de ma taie d'oreiller. Je dus déranger au passage la chatte dans son sommeil car elle miaula en s'étirant gueule grande ouverte pour bailler. Je me vêtis en troquant mon pantalon en tissue de mauvaise qualité pour ma tenue de combat Fustiloroise. Quand j'y repensais, je ne pouvais que saluer la chance que j'avais eu de me retrouver habillé ainsi au moment de ma fuite. J'ouvris mon armoire et en sortit mon épée "Létal" rangée dans son fourreau pour ensuite me l'attacher à la ceinture. Un coup d'oeil dans l'unique miroir de la pièce me confirma que j'étais fin prêt pour deux longues heures d'entrainement à l'escrime.

-Je sors Séléné. Pense à fermer derrière toi quand tu partiras s'il te plait. Je m'éloignai sans attendre sa réponse s'il y en avait une.


Je descendis donc en direction du premier étage en profitant de l'agréable chaleur diffusée par la lumière du soleil. De tout temps, le printemps avait été ma saison préféré. Le temps y était tellement plus clément et le renouveau de certain végétaux était juste tout bonnement magnifique à regarder évoluer de jour en jour. En m'engageant, je croisai quelques habitants chargé comme des bourriques. Je ressentis alors au passage leur frustration me titiller l'épiderme. Ce genre d'émanation ne me faisait plus grand effet. Très rapidement j'atteignis la salle d'arme de laquelle s'échappait le bruit du métal s'entre-choquant malgré les portes fermé. Il devait y avoir une forte activité ce matin là. Sans hésitation et de bonne humeur, je poussai l'un des bâtant et rentrai dans la pièce un petit sourire au lèvres.


Dernière édition par Dokpel Varish le Sam 08 Mar 2014, 01:16, édité 1 fois
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Dim 17 Nov 2013, 12:46

Le fait de changer de corps entraînait généralement des désagréments déplaisants, tel que la perte des habitudes avec notre apparence d’origine et ça je ne pouvais pas me le permettre. Ainsi pour récupérer j’avais récemment décidé de me rendre régulièrement à la salle d'arme, entre deux récoltes d'information sur Karl Grim, afin de réhabituer mon corps. Or dès ma première visite je bénéficiais de deux détails des plus agréables. Premièrement ma récente défaite avait amené les créatures à se montrer bien plus audacieuses dans l'idée de m'affronter, de telle sorte que je n'eus aucun mal à rencontrer des adversaires à affronter. Secondement... Il semblait que je n'étais pas resté assez longtemps das ce corps de Kappa pour perdre mes capacités et habitudes. De telles sortes que, cela ajoutés au fait qu'aucun de mes opposants n’arrivaient à la cheville du mage qui m'avait battu, m'amenait à défaire sans trop de mal la plupart de mes opposants. En fait, j'arrivais déjà à défaire la majorité des autres membres de la gardes à mon arrivée, mais maintenant qu'en plus de mon expérience, qui s'était encore accrue depuis mon arrivée, j'avais obtenu des aptitudes physiques similaires aux leurs les monstres n'avaient plus aucun avantage sur moi !

Cependant, cela semblait déplaire à mes petits camarades. Tant et si bien qu'après avoir défait un troisième individu, ce dernier maniant une lance et n'ayant pas su la ramener assez rapidement vers lui, m'offrant la possibilité de pénétrer sa garde, un homme lézard protesta. Après tout j'étais "favorisé" puisque je bénéficiais du résultat des expériences du professeur Franken Fran, ce qu’assez peu de personnes pouvaient se targuer. Bien sûr j'aurai pu protester , en démontrant le fait que j'en avais payé le prix, au moins, pour ces dons au lieu de les acquérir par ma naissance comme chacun d'entre eux. Cependant, si je l'avais fait, la leçon n'aurait pas été totale, et même s'il était peu probable qu'il la retienne, j'avais horreur de faire les choses à moitié. Ainsi je me soumettais de mon propre gré à un sort d’affaiblissement,qui allait ramener mes capacités à leur niveaux initiales. Heureusement ma peau anti-magie ne fonctionna pas contre ce sortilège. Ainsi je me sentis soudainement plus lourd, ainsi qu'un peu plus fatigué, à tel point que je me demandais si le sort ne faisait pas plus que son office... Mais je chassais rapidement cette idée. Si j’avais gardé les habitudes de ce corps, j'avais par contre perdu celles concernant mes aptitudes initiales. Ça avait quelque chose d'irritant de se sentir si faible et pataud, mais pour autant je connaissais encore parfaitement mes limites et puis ça me permettrait d’en finir en beauté avec cet entraînement

mon adversaire suivant fut, justement, l'homme lézard, qui s'était plaint quant à mes capacités. Maintenant il affichait un large sourire narquois, visiblement convaincu que l'écart de force brute allai lui conférer la victoire, traduisant ainsi des capacités de novice, car quelqu'un d'un tant soit peu entraîné ne se montrerait pas si confiant après m'avoir vu combattre, et je doutais qu'il ait un niveau suffisant pour se permettre une telle arrogance... Quoi qu'il en soit je me préparais au combat, buvant une gorgée d'eau depuis une outre laissait à disposition des combattants je jaugeais mon adversaire. Sa posture était correcte sans plus et il maniait une large épée à deux mains, ce qui ,au vu de son allonge naturel, allait logiquement me contraindre à un affrontement rapproché.

Je n’avais rien de plus à relever à son sujet et ainsi je me mis en garde, lui laissant commencer le combat. L'initiative était un atout précieux dans une affrontement, mais encore fallait il être à même d'en faire bonne usage. or mon opposant en fit n'importe qui, levant haut son épée pour me frapper en biais avec toute sa force. en somme, il voulait en finir sur ce coups, comme si j'étais incapable d'esquiver ou quoi que ce soit. or peut être que j'avais perdu ma vitesse, mais les hommes-lézards n'étaient pas particulièrement vifs non plus. de fait, et a u vu de l'aspect prévisible de son attaque j'aurai pu éviter son assaut aisément ,et en profiter... Mais à vira dire j'avais espéré un peu plus, qu'il s'agisse en fait d'une feinte, ou quelque chose du genre, mais il 'ne fut rien. Il voulait tout simplement m'écraser sous son poids et sa force...Et à vrai dire il y parvint presque. Certes bloquer son assaut fut un jeu d’enfant, croisant mes lames au-dessus de la sienne, afin de stopper la course de sa lame et amortir le choc. Mais même ainsi ce dernier s'avéra suffisamment violant pour qu'une douleur aiguë me traversa les bras et que, en dépit de mes efforts, je pose un genou à terre.

Je n'allais pas tenir cette position indéfiniment et le saurien le savait. il tenta alors d'en profiter, continuant d’appuyer sur la poignée de son épée en attendant que je cède. Ah une telle naïveté était presque touchante. Comme si j'allais rester inactif. Il fallait l'admettre j'étais dans une mauvaise posture, je ne pouvais pas retirer une de mes lames pour tenter de l’atteindre avec en profitant de l'allonge de la chaîne. Mais me tirer de situation périlleuse, c'était un peu ma spécialité ! Je savais d’ailleurs exactement comment m'y prendre après une poignée de secondes. Brièvement ma respiration s'apaisa me préparant à l’intense effort que j'allais faire. Je n’avais pas tout mon temps, mais même moi j’avais besoin de me préparer un peu pour ça... Et ainsi je lâchais brusquement mes armes. un geste pareil était impensable pour un guerrier, en particulier dans une situation d'opposition de force comme celle là, cela était comme détourner le regard de son adversaire dans un combat intense. Tout dans notre être se refusait à cela, à ainsi s'exposer... et pourtant en dépit de ses protestations, mes mains lâchèrent les poignées de mes épées, cessant d'opposer une quelconque résistance à la lame du saurien. Mais dans le même temps, tout en brisant mes limites instinctives, j'avais brusquement détendu mes jambes, profitant de ma jambes fléchies pour me propulser vers mon adversaire. Ainsi la lame de ce dernier frappa le sol sans même m'effleurer, alors que mes lames tintaient encore sur la pierre et que je me retrouvais, désarmé, juste en face de lui.

Je me surpris à sourire bestialement quand j'aperçus son air stupéfait et son effroi. Oh il aurait pu résister, mais pour cela il lui aurait fallu lécher son arme ou user d’une autre partie de son corps, mais cela il en était incapable, tétanisé qu'il était sur la poignée de son arme...Et al suite fut aisée. Bien sûr ma force n'était que celle d'un humain, et sa peau écailleuse le protégeait quelque peu...Mais un point faible était toujours vulnérable, après tout c'était sa définition. Ainsi mon poing frappa brusquement son plexus, mes gants me protégeant du contrecoup dû à la résistance de ses écailles, et avant même qu'il ne ploie sous cet assaut, je le frappais violemment à la gorge, ce qui eut le mérite de lui faire lâcher son arme d'une main, pour tituber en arrière en se tenant la glotte, recherchant péniblement son souffle. J’aurai pu conclure mon enchaînement par un coup de genou bien placé, mais cela aurait été me montrer excessivement cruel. Ainsi le laissant tout à sa souffrance, je me reculais calmement, récupérant mes lames et lui tournant le dos.

"...Ce n'est pas fini !"

... Et en effet, je m'avérais un peu surpris, il s'était déjà un peu ressaisi, et je me retournais pour lui faire face. Il paraissait un peu essoufflé, mais s'en était tiré à bon compte, après tout il était vrai qu'en plus de sa force cette race était reconnue pour son endurance, de fait j’avais pu m'y attendre. Enfin, mon assaut avait tout de même été efficace, le meurtrissant quelque peu, et même l'énervant et surtout...il se préparait déjà à attaquer, malgré la grande distance nous séparant. Certes, avec son arme et son allongé il la comblerait sans peine, il pourrait même me toucher... Mais cette candeur me toucha. Il ignorait visiblement une des "règles" du combat que je considérais comme cruciale. A nouveau il frappa, avec puissance et brutalité, d'un coup horizontale qui visait ma taille. Seule la pointe de sa lame m'effleurerait, mais cela occasionnerait déjà une blessure assez conséquente si je ne la parais pas. Ce qui à nouveau s'avéra des plus aisés, sauf que cette fois je ne fus nullement déstabilisé par sa force. Parant avec ma lame, presque au niveaux de la garde l’impact s'avérant tout aussi puissant, mais la pression exercé ensuite l'était bien moins, de telle sorte que la prise que j’avais au sol suffit pour que je ne sois pas trop déstabilisé... Et qu'ensuite je n'eus aucun mal à dévier sa lame, vers le bas, d'un souple mouvement de l'épée bloquant son arme, tandis que l'autre, en usant de la chaîne ,décrivait un arc de cercle, qui passait par son cou ! a nouveau il fut plongé dans l'incompréhension totale et c'est à peine s'il esquiva un geste pour esquiver. Insuffisant, et de fait il me fallut arrêter de moi même mon assaut sans quoi il y allait y avoir des dégâts.

"...Cette fois c'est fini."

Et ma voix était suffisamment sévère pour faire comprendre que je n’accepterai aucune contestation. Cette fois si je l’avais voulu il serait mort... Cependant le saurien semblait visiblement des plus énervés, se tournant alors vers l'elfe qui avait lancé le sortilège d'affaiblissement et l'invectivant.

"Qu'est ce que tu as fait ? Le sortilège s'est dissipé en plein milieu du combat ! Je n'ai même pas pu résister à la pression qu'il a exercé sur mon arme."

... Bon puisque j'en étais à leur faire la leçon, autant que je lui explique que la faute n'était nullement celle du mage, mais la sienne, et autant que tout ceux ayant observé ce combat en profite. Ainsi prenant simplement le temps de me désaltérer, ma voix s'éleva, sans même que je regarde le saurien.

"Ça a rien à voir, ma force est encore bien humaine... Seulement dans une épée, et sur toute autre arme, mais les lames sont celles sur lesquelles cet effet s'applique le plus, on distingue la partie forte de la partie faible, la scission s'effectuant à peu près au milieu de l'arme. Les combattant y prêtent bien souvent assez peu d'attention, car un coup qui touche t généralement efficace qu'il soit asséné avec le bout de la lame où la partie effleurant la garde de cette dernière... Cependant dans le cas d'une confrontation comme celle qui a eu lieu à l'instant il s'avère que la force que l'on applique sur notre lame, se ..."dissipe" en quelque sorte au fil de cette dernière, à tel point que notre ami saurien, pourtant bien plus fort que moi présentement, a à peine pu forcer sur le poignée de sa lame, alors que celle ci était presque en contact avec marge, toute ma force étant alors utilisé, me permettant de dévier son assaut sans mal. En somme c'est une des nombreuses méthodes qu'on découverts mes congénères pour compenser leurs faiblesses physiques, mais vous pouvez aussi en tirer profit."

Bien sûr, les monstres n’appréciaient guère qu'un humain leur donne des leçons et ainsi la plupart des retours que j'eus ne furent constitué que de soupirs méprisants, mais peut être qu'avec un peu de chance un ou deux d'entre eux en retireront des leçons et deviendront un peu plus habiles au combat. Au moins l'elfe m'adressa t-il un regard reconnaissant pour lui avoir évité une sacrée engueulade de la part du lézard, qui semblait s'être éloigné... Le magicien s'avança d'ailleurs vers moi, quand j'aperçus une silhouette familière, présente dans la salle d'arme. Je ne savais pas quand est ce qu'il était arrivé, peut être après mon combat, peut être pendant... Mais toujours était il que je déclinais l'offre de l'elfe de me lever le sortilège. Après tout , il n'y avait nul mal à ce que je m'entraîne avec des capacités humaines, en serait ce que pour ne pas me retrouver démuni si je devais me retrouver à nouveau dans cet état...Car à vrai dire j'avais bien senti une différence, je n’avais triomphé que parce que mon opposant était vraiment pathétique, mais si je devais à nouveau faire face à certains des infernaux que j'avais terrassée par le passé dans cet état, je n'étais pas certains de m'en tirer aussi bien...

En somme, je n'allais pas quitter tout de suite la salle d'arme, d’autant plus si la silhouette familière souhaitait y rester. Je m'avançais alors à pas rapide vers lui, un faible sourire aux lèvres. Je me demandais s'il allait me reconnaître... Oh Dokpel n'avait pas changé depuis notre rencontre dans la bibliothèque, mais moi, à cette époque, j'étais sous ma forme de Kappa, et bien que j'arborais toujours la même tenue je me demandais s'il allait faire le lien,. S'il allait reconnaître dans mes cicatrices et ma peau bruiné par les batailles l’être à la peau lisse et verdâtre avec lequel il avait parlé. Cependant, que ce soit le cas ou pas, je n'étais pas homme à cultiver le doute ,et ainsi sans détour, une fois que je fus assez proche de lui je l'abordais.

"Dokpel ! Ça fait un certains temps que je ne t'avais pas vu. Tu me reconnais ? C'est Engar, j'ai enfin réussi à lever ce châtiment et je dois t'avouer que je ne suis pas mécontent, j'ai tout de même un peu plus d'allure non ?"

Un léger rire s'échappa de mes lèvre sur cette phrase...Bien sûr que j’avais plus d'allure, et bien que d’ordinaire je me moquais un peu de ce que pensaient les gens de mon apparence, celle que j'avais en tant que Kappa m'avait vraiment irrité au plus haut point ! Par ailleurs il devait ressentir un certain contraste. moi plein de morgue et de gravité dans la bibliothèque devait être surpris de me voir aussi joyeux. Après tout le combat était un plaisir pour moi ,et en dépit du regard des monstres je n'étais pas animé en entraînement par la même hargne que celle que j’avais lors d'un combat à mort. En somme je me sentais bien, et il devait le ressentir.

"Qu'est ce qui t'amène ici en tout cas ? J'espère que ce n'est pas Varish. D’ailleurs t'as réussi à le faire un peu taire ?"


Avec le méthodes que nous avions mises au point cela ne devait pas poser de problèmes, en toute logique. Mais j’avais depuis longtemps compris que tout chose n'était pas soumis à la logique et qu'on n'était pas à l'abri d'un imprévu, même si j'étais plutôt doué pour éviter cela avec les démons.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Mar 26 Nov 2013, 11:31

A peine j'eu franchit la porte de la salle d'entrainement que je perçus nettement un flot de colère mélangé à la frustration foncer vers moi pour m'engloutir. Je reçu la vague de plein sans cependant broncher ni même émettre un  son. Mon entrainement quotidien à la taverne commençait à porter ses fruits. De toute évidence, l'animation était bien présente aujourd'hui. Au milieu d'un cercle de monstre en tout genre plus ou moins humanoïde, s'affrontaient deux combattant, l'un, un spécimen de lézard se tenant sur ses deux pattes arrière maniant une arme appartenant à la catégorie des espadons, l'autre, un simple humain combattant à l'aide de deux épées. Un ambidextre. Ce genre de combattant était redoutable en raison de leur capacité à leurrer leur opposant grâce à de subtiles jeux d'épées, offrant des attaques variées tant de la gauche que de la droite. Après, beaucoup de personnes humaines ou autres prétendaient avoir ce talent, mais ils ne faisaient en réalité que manier une arme de la main droite et de s'aider accessoirement d'une autre dans la main gauche pour feinter ou parer. Je me fit une petite place au coté d'un elfe qui me salua d'un signe de tête quand il me vit s'approcher de sa gauche. Appréciant le geste, je le lui rendit en le gratifiant d'un petit sourire amical. Je pus ainsi observer l'échange confortablement sans devoir danser du cou par dessus les épaules des autres.

Décidément, il fallait être sacrément courageux ou bien suicidaire pour accepter un combat avec un tel adversaire. Grand, puissant et surtout poussé par une folle envie de réduire l'humain en charpie, le reptile donnait des coups d'une grande puissance sans se soucier d'avoir une réelle technique. Ses coups n'étaient ni cachés ni rapide. Il les préférait plutôt amples pour leur donner une bonne puissance de frappe et surtout bien directs. Une attitude qui me rassura et me désola tout autant. Avec de tels avantages physiques obtenues de par sa race, le lézard avait une confiance aveugle dans sa victoire qui l'aveuglait entièrement face au stratagème de l'humain, qui pour sa part, s'avait en tirer profit. Dans cette confrontation, les avantages et faiblesses s'inversaient progressivement. Ainsi, et à plusieurs reprises, le géant d'écailles fit de grossière erreur qui permit à l'humain de placer d'efficaces contre-attaques bien placées. Et plus il réussissait, plus je sentais la fureur de son adversaire pulser de tout son être. C'est sans grande difficulté apparente que le plus petit des deux combattants contourna une violente attaque frontale nullement maîtrisée en bloquant au niveau de la garde. A cet endroit la pression du coup devait être bien moins puissante offrant alors la possibilité de parer directement en opposant juste ses lames. Ensuite, il conclu sur une riposte souple et efficacement dosé pour détourné la lame et au passage enserrer le coup écailleux du reptile à l'aide l'étrange chaîne qui reliait les deux armes de l'humain. Il ponctua la fin de la rencontre d'une opposante déclaration victorieuse.

Le match était enfin fini. 

-Bah ! Gros bras, ptite bite le truc vert. Tout juste bon à se faire tanner la peau ! 

L'elfe à mes cotés entendit les paroles de Varish et me fixa avec un air plein de reproche avant d'aller voir le vainqueur. Son aura aussi m'agressa. Les autres monstres ne firent même pas attention à moi et s'écartèrent plutôt pour aller vaguer à leurs occupations dans leur coin, en groupe ou en solitaire.

-Varish, on va en général dans une salle d'entrainement pour apprendre à se défendre et par conséquent pour ne pas se faire tuer facilement comme un lapin. Tu vas donc m'offrir le privilège de fermer ton claque merde et ce immédiatement !

-Ha mais le prend pas comme ça ! Il s'agit juste d'une pré-sélection de tes prochains adversaires.

-Je ne veux pas entendre tes critères en matière de bourrin sanguinaire.

-J'ai une grande affection pour les abrutis qui frappent sans même avoir besoin de réfléchir quand ils sentent qu'on se moque d'eux. J'apprécie aussi ceux qui sont plus vicieux et qui font preuve d'une grand habilité pour faire pleuvoir du sang avec un sourire carnassier.

-C'est marrant mais j'ai comme l'impression que tu me parles du profil type d'enfants que tu aurais souhaité avoir. Lançai-je ironiquement et légèrement agacé par cette attitude provocatrice. Même après avoir généré une certaine accoutumances à ses innombrables inepties, je continuais à croire qu'il était purement impossible de s'y habituer totalement, tant le démon faisait preuve d'imagination pour agacer son entourage. Je préférais alors me concentrer sur les exercices physiques que j'allai pratiquer. A peine j'eu retirer une partit de mon veston en cuir qu'un inconnue m'aborda de manière étrangement familière. Il s'agissait en fait de l'humain.

-Dokpel ! Ça fait un certains temps que je ne t'avais pas vu. Tu me reconnais ? C'est Engar, j'ai enfin réussi à lever ce châtiment et je dois t'avouer que je ne suis pas mécontent, j'ai tout de même un peu plus d'allure non ?

Sur le coup, mon cerveau mit un peu de temps à comprendre le sens du message, et encore plus longtemps à y croire tant la teneur de celui ci était absurde. Je pris un air pensif.

-Engar... Engar... Engar... Vous voulez parler de l'espèce de légume sur pattes non ? Un grand sourire amusé au lèvre, l'intéressé confirma d'un hochement de tête. Je ne pus cacher ma surprise. Ce... Mais ?! C'est vous ??!! Dis-je effaré.
Il ressemblait effectivement plus au puissant guerrier que l'on m'avait décrit avec cette apparence. Je le dévisagea de la tête au pied encore choqué par ce que je venais d'appendre. Il fallait le reconnaître, dans cette condition physique, il dégageait une puissante aura qui forçait le respect.

-Ca... Cela sied bien plus à votre réputation.

-Qu'est ce qui t'amène ici en tout cas ? J'espère que ce n'est pas Varish. D’ailleurs t'as réussi à le faire un peu taire ?

Comme pour répondre à cette question, Varish prit les devants.

-Hey l'endive, tu connais l'expression "plus c'est grand plus c'est con" ? Dans le cas de ta métamorphose on appelle cela une régression !

-Hem... Pas vraiment en fait... Disons qu'il y a eu de nouveau éléments dans mon étude du maléfice. Je continuai de me changer tout en conversant avec le nouveau Engar flambant neuf. Comme on en a discuter tout les deux, j'ai fait poser sur ma main, donc pas directement sur le brassard, une rune de silence qui  devait annuler toutes les vibrations de l'air autour de l'accessoire. Au début ça a bien fonctionné jusqu'à ce que la rune se dissipe soudainement au bout d'à peine une journée. J'ai retenté plusieurs fois auprès de différents mages mais le résultat a toujours été le même. Pourtant le sort est sensé tenir au minimum 5 jours. Certains experts ont avancé la thèse comme quoi l'arcane placé dans mon brassard rongerait en faite tout les sorts à actions continue qui agissent sur lui. 
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Mer 27 Nov 2013, 10:32

... Je devais l'avouer, la tête de Dokpel était impayable, et il me fallut de grand effort pour retenir l'hilarité qui faillit me saisir, afin d'éviter de trop l'offusquer. En même temps je pouvais le comprendre, il était un fait que je n'avais désormais plus rien à voir avec la pitoyable créature qu'il avait rencontré. Si ce n'était  la tenue et peut être quelque mimiques rien n'aurait pu lui permettre de me reconnaître. En même temps je crois que j'aurai été quelque part offusqué s'il avait été capable de faire un lien entre ma forme humaine et celle qui m'avait été imposé de "légumes sur pattes". Finalement mon sourire se fit un peu moins moqueur, quand il évoqua le fait que ça sciait un peu mieux à ma réputation ,et encore une fois il avait raison, avec les ennuis que ça impliquait, mais bon, cela relevait du détail après tout.

Par contre mon attitude se fit grave, tout en veillant à dominer mes émotions pour éviter de meurtrir Dokpel, quand j'entendis l'infernal parler à nouveau. En soit l'insulte qu'il m'adresse ne me toucha guère, mais rien que le fait d'entendre sa voix me montrer que les tentatives de mon congénère pour le faire taire avaient été un échec, et cela n'augurait guère de bonnes choses. Cependant avant d'exprimer mon avis ou de répondre à Varish je laissais le prince déchu m'exposer le problème. Or, ce dernier était de plus préoccupant, certes il m'avait décrit les effets du Mantra sur les magies s'opposant à elle, néanmoins j'avais escompté que si cette dernière affectaient la magie environnante ce ne serait pas le cas des sources proches dont cette énergie émanait, dont les glyphes et runes de silence qu'il avait dû employer. Par conséquent le Mantra ne se contentait pas d’agir sur Varish et le bracelet, mais aussi sur ce qui l’environnait, peut-être même sur son porteur. Il serait intéressant cependant de mesurer dans quelle mesure cela était le cas. Déjà c’était un fait qu’elle ne dissipait pas que les sortilèges le visant directement, car les sortilèges annihilant le son couvrait bien souvent une zone et non une cible précise, mais il pourrait être intéressant de voir si elle pouvait aussi effacer des magies proches, mais n’ayant aucune influence sur elle ou Varish.

Par ailleurs j’avais depuis le temps profité de mes passages à la bibliothèque pour en apprendre plus sur le Mantra, mais à vrai dire il s’agissait surtout des récits évoquant les miracles qu’elle avait permis, et non pas d’explication quant à son fonctionnement, et encore moins quant à sa mise en œuvre ! A vrai dire, j’étais frustré, en tant que chasseur de démon, je connaissais la quasi-totalité des  méthodes permettant de les défaire, même celles dont je ne pouvais user, comme la magie sacrée, or il s’avérait qu’ici je n’avais aucune piste concrète. Bien sûr j‘avais pu établir quelques liens avec d’autres sortilèges, au fonctionnement vaguement similaire, mais rien de concret. Par conséquent, à moins d’obtenir un indice ou une aide pour percer les secrets de ce sortilège, il allait falloir oublier la voie magique pour résoudre le problème de Dokpel, ce que je clarifiais d’une voix un peu lasse.

"Et donc je suppose qu’il en a profité ensuite pour te mener une vie pas possible… Enfin maintenant au moins nous savons que la magie ne va pas être efficace sur le long terme. D’ailleurs c’est peut être pour cela que les prières sont efficaces. Il s’agit d’actes ponctuels, que le Mantra n’a pas le temps d’annihiler avant qu’ils ne s’achèvent. Quoi qu’il en soit il va falloir explorer une autre piste."

…Et alors, une mimique énigmatique marqua mes traits. J’avais dû me préoccuper de plein de choses depuis notre dernière rencontre, mais je n’étais nullement resté inactif à son sujet, comme le prouvait déjà mes recherches sur le Mantra. Ainsi j’avais également réfléchi par moi-même, et j’avais une autre solution, peut être simpliste, mais qui restait valable.

"Quand tu m’as exposé ton problème, j’ai voulu appliquer l’adage "Seule la magie peut contrer la magie". Et à vrai dire, en tant que guerrier qui a tué des lanceurs de sorts avec ses seules armes, j’ai toujours trouvé cette déclaration sotte, l’acier aussi peut terrasser la magie, et cet échec le prouve une fois. De fait on va revenir aux bases, à mes bases."

Je me doutais qu’il pensai que j’allais revenir avec cette histoire de lui trancher le bras, ainsi pour éviter de le faire paniquer j’essayais de chasser de moi tout songe ou sentiment pouvant se raccorder à cette idée, pour me focaliser sur celle que j’avais vraiment à l’esprit. Alors je me tournais vers deux mannequins, l’un couvert d’acier, l’autre constitué de tissu.

"Regarde bien…Et ne bouge pas."

Brusquement, les lames que j’avais gardées en main s’animèrent à nouveau. J’exécutais ainsi un geste bien trop ample, dangereux en vrai combat, car trop lent et exposant mon corps, mais face à des mannequins ça n‘avait pas d’importance, et pour ce que je voulais montrer seule la puissance et la relative vitesse de mon assaut comptait. Ainsi mon assaut fut direct, mes deux lames s’abattant  en ciseaux su les mannequins, frappant de plein fouet l’espace entre leur épaule et leur cou. Celui de métal  vit sa surface ployer sous l’assaut, et à vrai dire la violence de l’impact me remonta douloureusement dans le bras, mais je tins tout de même le coup, quant à celui de tissu, ma lame n’eut aucune peine à le pénétrer profondément. Cependant, ce que je cherchais à montrer ce n’était pas la solidité des matériaux, mais le son… Or l’épée qui avait frappé l’acier avait causé un son bien plus fort, durable et audible, que celle qui avait frappé le tissu, qui n’avait causé qu’un bruit bref et sec.
Cela devait paraître étrange à Dokpel, mais en tant que traquer j’avais appris comment atténuer ou accroitre un son de diverses manières, et bien que je n’avais aucune méthode qui correspondrait à son problème j’estimais que c’était une piste à explorer. Je le laissais réfléchir alors quelques secondes, avant de rengainer mes lames et m’expliquer brièvement.

"Ce qui te dérange le plus avec Varish c’est sa voix non ? Or sa voix n’est pas tant un résultat du Mantra, à ma connaissance, qu’une faille dans cette dernière. Enfin nous sommes d’accord pour dire que la voix de Varish semble jaillir de ton bracelet, comme si sa bouche y était et je doute qu’il puisse parler à partir d’un autre endroit. Or il y a moyen d’atténuer ces sons, tout comme le tissu en état frappé fait moins de bruit que le métal. Il s‘avère que je connais certains matériaux qui, si on en couvrait ton bracelet, devrait atténuer la voix de Varish . Néanmoins je le reconnais ils seraient imparfait, mais si la magie à échouer, peut être que cette méthode physique connaîtra plus de succès. Si Varish peut te parler dans ton esprit, cette méthode ne pourra rien y faire, mais dans ce cas au moins tu pourras te défendre. Après tout ton esprit reste tien, et avec assez de volonté tu peux le repousser de tes pensées. Après tout un soudard comme moi y est bien parvenu alors pourquoi pas un prince comme toi ?"

Ma méthode pouvait paraître un peu étrange, mais c’était en songeant aux manières dont j’avais dissimulé es bruits que je pouvais causer, et ce en l’absence de mage, qu’elle m’était venue, et pour peu que mes hypothèses sur les manières de parler de Varish soient vrai cela pourrait marcher, à condition bien sûr que le Mantra ne s’ne mêle pas une fois de plus. Quant à mes derniers propos… Je n’étais nullement ironique ou moqueur vis à vis de ses origines, bien au contraire. Il était bien souvent plus facile pour quelqu’un déjà éduqué et formé selon certaines règles de résister à la puissance mentale chaotique d’un infernal que pour un villageois avec une piètre éducation, comme ça avait été mon cas, tout simplement parce que c’était une manière comme une autre de travailler sa volonté.

Mais alors je songeais brusquement à quelque chose, et Dokpel put sans doute ressentir une certaine confusion, bien que brève, avant que je n’adopte une attitude un peu gêné, me massant un peu le cou, avec un maigre sourire… Et je ne tardais pas à m’en expliquer.

"Ah et…Excuse-moi, je reviens encore sur ce sujet, mais au vu de ta surprise en me voyant je suppose que tu n’es pas venu ici pour me voir et parler de cela… Et si ce n’était pas pour cela il n’y a que deux autres raisons pour que tu viennes à la salle d’arme. La première est que tu t’es perdu, mais cela j’en doute fortement, soit tu désires t’entraîner. Auquel cas tu es au bon endroit. Ceci dit je te préviens la plupart des monstres ici compte plus sur leurs pouvoirs que sur leur habilité, alors fait attention da le choix de tes partenaires… Et si je peux sans arrogance me proposer, ce sera un plaisir de me battre avec un congénère. Ça fait longtemps que je n’ai pas affronté quelqu’un comptant plus sur son habilité que sur des dons naturels sans que je n’aie à le tuer ou le mettre en fuite… Ah et je te rassure, suite… A certains phénomènes mes capacités sont un peu éloignées de la norme humaine, mais je m’efforcerai de ne pas user de cet avantage.  Et puis… Ca nous permettra de voir comment tu t’en serais tiré si je t’avais mis la main dessus il y a quelques années"

Hormis la dernière phrase, prononcée avec humour, j’étais des plus sincère, tant concernant les fait de maîtriser mes dons surhumains conféré par mon démon et les expériences de Franken Fran, que par le plaisir que j’aurai à affronter Dokpel. C’était certes intéressant que de m’entraîner à contrer les des aptitudes inhumaines, mais j’étais vraiment curieux de savoir ce que valait ce prince déchu… Dans le fond qu’il soit un bon combattant ou pas m’importait pas, même si de par sa probable éducation il avait au moins de bonnes bases, mais je l’appréciais, et de fait si je pouvais lui apprendre des choses, ou bien l’inverse cela serait vraiment un plaisir… Pui soudain mon sourire se fit un peu plus large, un peu plu provoquant, mais je veillais bien à dominer mes sentiments, comme j’avais appris à le faire en tant que prote-haine, pour ne pas nuire à Dokpel, tandis que je m’adressais à Varish.

"Et je suis bien d’accord avec toi Varish, après tout vu la taille de ta forme réelle et de celle de tous tes congénères archi-démon ça explique clairement pourquoi en dépit de vos pouvoirs vous n’avez jamais réussi à asservir durablement ne serait-ce qu’un territoire de notre monde."

Et comme à chaque fois que je m’adressais à l’infernal je paraissais me comporter comme si le porteur du bracelet n’était plus, mon regard se portant sur l’objet contenant l’infernal, et mes propos n’évoquant nullement Dokpel. Ce en quoi ce dernier aurait pu s’offusquer si ce n’était mes efforts pour éviter de laisser libre cours à ma haine latente pour les démons et au mépris profond que j’éprouvais pour cet infernal réduit à ne pouvoir rien faire de plu que des remarques acerbes, tel un pathétique diablotin !

Néanmoins, une fois cette pique lancée je me détournai du bracelet, pour fixer Dokpel, attendant sa réponse, évitant de me laisser emporter comme la dernière fois.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Mar 14 Jan 2014, 14:08

Je regardai attentivement Engar manier ses lames et frapper en premier lieu une surface métallique du mannequin puis une autre recouverte de tissu. Dans le premier cas, le son fut agressif et resonna dans la pièce attirant au passage l'attention de certaines personnes. Le deuxième coup fit aussi du bruit mais étouffé cette fois ci. Satisfait de son exemple, l'homme au deux sabres rebraqua son regard dans le mien. Pas très sur de ce qu'il voulait me démontrer avec une telle démonstration, je ne dis rien. Il prit alors la parole et m'expliqua que son raisonnement reposait en fait sur un vieux dicton qu'il estimait absurde. "Seul la magie peut contrer la magie". Je pensai alors aux armures de proméliath conçues dans mon royaume natal. Celle ci étaient fabriquées spécialement en raison de leur attribue anti-magique qui faisait encore aujourd'hui la fierté de ma nation. En sachant cela, je ne pus qu'être d'accord avec mon camarade. En revanche je le fus moins avec sa solution qui me paraissait juste grotesque. Cette idée de recouvrir mon brassard avec quelque chose aurait très bien pu sortir de l'imagination d'un gosse. J'affichai alors une mou dubitative.

-Loin de moi l'idée de considérer que tu manques cruellement d'imagination (en fait, un peu si) mais avoues qu'entre me séparer le bras du corps ou me recouvrir le brassard avec quelque chose me laisse assez dubitatif. Chez nous, à Fustilor, nous n'aimons pas beaucoup la magie et par conséquent nous ne la manions pas aussi bien que dans les royaumes voisoins. Nous nous doutons cependant que la magie est tout sauf simple à modeler et qu'il faut faire preuve de beaucoup d'astuce et d'intelligence pour bien se l'approprier. Après, peut être as-tu réellement connaissance d'un matériaux léger et peu encombrant pouvant remplir cette mission.

Je me grattai les cheveux d'une main distraite quelque peu gêné de contester aussi rapidement les propositions d'aide de l'une des rares personnes présentes dans le donjon qui ne me souhaitait que du bien. Enfin... Je crois. Un bref rappel de l'aura émise par les non-humains de la salle au moment de mon entré me confirma qu'il me souhaitait plus de bien que quiconque ici même. Je me sentis encore plus embarrassé. Pour vite changer de sujet de conversation je répondis par l'affirmation à sa juste supposition.

-C'est exacte, je suis venu ici pour m'exercer à l'épée. J'ai repris il y a peu. Je ne vais donc pas te cacher que mon niveau actuel laisse à désirer. Mais dans un lieu ou la force est parfois la raison, il m'est impératif de me renforcer si je ne souhaite pas me faire marcher dessus. D'autant plus que Varish prend un malin plaisir à m'attirer des ennuis quand je prends bien soin de les éviter.

-C'est pour ton bien que je fais cela. Regarde, grâce à moi tu t'es enfin décidé d'arrêter de jouer les culs de jattes.

-Mon bien être Varish ne peut se faire en provoquant des créatures qui font trois à quatre têtes de plus que moi, en prétendant que leur mère ont pour profession la joie et l'assouvissement du plaisir charnel masculin !

-Pour une lavette comme toi, il m'a fallu prendre des dispositions que j'estime nécessaire.

-Bref ! Je soupirai bruyemment fortemment agacé bien qu'habitué à la rhétorique maladive du démon. Je ne put cependant par la suite réprimer un gloussement quand Engar contre attaqua avec intelligence à la vanne précédante laché par l'infernal scellé. Finalement, peut être qu'Engar n'est pas qu'un bourrin. J'avoue que je préfère de loin faire des passes d'arme avec toi qu'avec ces types plus obnibulé par le sang que par le progrès. Je déguènai alors mon épée, avec sur le plat de la lame le mot "Létal" gravé dessus. Prenons place dans un lieu plus dégagé ; dis-je en désigant un coin de la pièce libre. Je pris place, saisis mon épée à deux mains et présentai une guarde basse.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Mer 15 Jan 2014, 19:21

.... Comme si je n’avais pas conscience que mon idée était grotesque. Enfin, c’était vrai qu'elle avait réellement de quoi surprendre par sa simplicité, mais en même temps c'était peut être bien cette dernière qui la rendait si efficace. Face à des stratagèmes retors il arrivait souvent que les issues les plus simples fonctionnent car elles avaient été ignorées, considérées comme insignifiante. Or justement c'était peut être le cas ici, il le disait lui même, son royaume n'était pas très attirés par les arts magiques,et par voies de fiat tenter de les contrer, peut être qu'avec un peu de chance celle qui avait créer la mantra l'avait seulement conçu pour résister à de perturbations magiques et non d'ordre physique. Malheureusement, concernant le dernier point qu'il évoqua je devais reconnaître mon incapacité et ce fut avec une légère moue que je lui répondis.

"J'ai bien conscience que c'est pas une idée révolutionnaire mais ça ne coûte rien d'essayer... Par contre pour être honnête je ne connais pas exactement quel matériau conviendrait pour atténuer suffisamment la voix du démon. Quelque chose de souple et de léger serait idéal. Du tissu ou du cuir, mais j'ignore lequel exactement ferait l'affaire. Il faudrait que tu t'adresses à des personnes travaillant dans ces domaines."

A vrai dire je connaissais bien des matériaux, ne serait ce que pour pouvoir juger du matériel qui nous était donné ou que l'adversaire posséder, mais un qui correspondait exactement à ses besoins... J'avais déjà dû amortir le bruit de mes pas ou le tintement de mes lames, mais jamais j e n'avais été confronté à ce cas de figure de fait je ne savais pas du tout ce qui conviendrait. Néanmoins je savais bien ne pas commettre tout les matériaux du monde surtout ceux qui n’avaient rien à voir avec le combat de fait tout espoir n'était pas perdu. Néanmoins mon sourire revint rapidement quand il confirma le fait de vouloir s’entraîner. Je me doutais déjà du pourquoi et de fait je le laissais à sa petite scène de ménage qui me rendait étrangement nostalgique de l'époque où mon démon n'était pas scellé, en profitant pour essayer de le jauger. La démarche qu'il avait trahissait son habitude d’avoir une arme, une démarche courante dans la noblesse, et il avait à peu près la musculature adaptée, mais il avait visiblement les traces du type qui avait un peu perdu, comme il le disait lui même il avait repris qu'il y a peu il devait s'être amolli... C'était difficile de me faire un avis plus précis pour l’instant et j'attendis alors qu'il en eut finit avec Varish et, après nous être déplacé dans un coin adapté à un duel, il ne se mette en garde. Je disais alors, tout en l'observant, d'une voix amusée.

"Si seulement ils étaient obnubilés par le sang ils seraient prêt à tuer quand c'est nécessaire, mais non ils veulent juste la gloriole qu'il y a à repousser les miséreux qui nous attaquent, c'est encore plus pathétiques... Car au moins la personne aimant faire verser le sang peut se targuer d'en être capable !"

Et puis pour être honnête la vision de ce fluide vital n'était pas pour me déplaire, bien que contrairement à d'autres je ne confondais pas la salle d’entraînement avec un champs de bataille, et de fiat je continuais mon "examen" de Dokpel. Même s'il s'était rouillé il conservait en tout cas un bon niveau, du moins dans l'attitude passive. Il avait une bonnes posture, une garde classique, mais efficace et surtout il était concentré... Je me mis à mon tour en garde, même posture au niveau des jambes, mais les lames un peu écartées en une posture ouverte qui semblait pleine de faille, mais qu en vérité étaient des trompes l’œil, chacune de ses failles pouvant être comblée promptement par un mouvement de poignet, que j'agisse sur les lame ou mes chaînes. Je disais alors en riant.

"Au moins tu te souviens dans quel sens on tient une lame."

Plus sérieusement cela ne me surprenait pas vraiment qu'il sache encore comment se tenir, c'était une part des choses qu'on oubliait pas, au contraire, il n'en serait pas de mêmes des réflexes, de sa rapidité, de la force de ses coups, et des techniques employées, de fait j'allais m'acharner sur cela ! Ainsi sans prévenir je frappais brusquement sa lame, qui était à vrai dire de bonne facture. Il tint bon, sa prise ne faiblit pas, son arme ne fut pas projetée au sol et il parvint même à m'opposer une solide résistance.

"La prise est bonne..."

Je me contentais de cette brève phrase avant de frapper avec ma seconde lame au niveau de ses jambes ,m'avançant un peu sur sa droite pour avoir assez d'allonge, plaçant ainsi ma lame déjà au contact de la sienne comme barrage entre son arme et mon corps. dans un vrai combat j'aurai usé des deux coups bien plus rapidement, mais il s'agissait ici de voir s'il était à même de dévier ou d'esquiver cet assaut, et ce sans s'exposer avec mon autre épée déjà en contact avec la sienne.

bien sûr s'il en était incapable j'arrêterai mon coup juste avant... Ou peut être juste un petit peu après.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Jeu 16 Jan 2014, 15:10

-Bien sur que je...


Sans crier gare, Engar prit l'initiative en m'attaquant avec souplesse et vigueur. Je ne pus bloquer l'offensive frontale que grâce à mes anciens réflexes qui me permirent de d'exécuter une parade transversale. l'adrénaline se déversa aussitôt dans tout mon corps, stimulé par la violence du coup. Si Engar semblait en apparence s'amuser à me juger, pour ma part, les trais de mon visage étaient tendus, le regard attentif aux moindres mouvement de mon adversaire, les muscles bandés près à réagir au moindre de mes désires. intérieurement, je contrôlai la position de mes pieds afin de m'assurer une posture stable et apte à tenir face au plus violent des coups.

Engar à défaut d'être un génie de la guérison démoniaque, se révéla être effectivement un combattant parfaitement aguerrît et dangereux. En juste un coup, certes lancé par surprise, mais quand même uniquement un coup, il avait su me poussé dans un état d'alerte maximal, tout les sens en alerte. Et comme si je n'étais qu'un de ses apprenties, il me gratifia d'une remarque qui me blessa dans mon orgueil. Je n'eu cependant pas le temps de m'attarder sur ce détail car très vite, la dance des lames reprit de plus belle. Le tintement du fer raisonna comme une étrange cacophonie à mes oreilles : à la fois effrayante et enivrante.

Engar fit un décalage sur ma gauche tout en bloquant mon épée avec son arme de la main gauche, s'appliquant au passage de conserver une bonne allonge. Sans doute pour bien anticiper ma prochaine action. Instinctivement, je voulus pénétrer dans sa garde afin de porter un coup fatal dans sa garde légèrement exposée. Seulement, une étrange sensation me parcouru. Comme si je m'apprêtais à m'introduire dans la tanière d'un terrible prédateur. Je fis faire alors une rotation à ma lame qui percuta au passage celle pointée vers moi  et la dégagea. Je pratiquai un moulinet du poignet afin de masquer la trajectoire de mon arme. Je déplaçai ma jambe gauche sur le coté et m’élança, coupant ainsi la distance entre moi et Engar tout en restant hors de porté de l'autre épée toujours prête à agir. Fugacement, je crus lire sur son visage une expression satisfaite ce qui me troubla dans ma concentration. Mon coup visait son flanc exposé qui n'était plus protégé. Hélas, mon adversaire exécuta un vif mouvement du tronc, ce qui lui permit de compenser l'allonge manquante de sa deuxième arme et donc de bloquer mon coup. Ma lame fut repoussée avec violence.

Pour ne pas m'exposer à une contre attaque trop brutale, je me servis de la force du coup pour réaliser une rotation latérale et m'éloigner. Je repris alors position face à Engar, l'épée une fois de plus en garde basse. nous nous fixisme intensément, tout deux à la rechercher d'une faille pouvant nous offrir la victoire. La défense de mon compagnon d'escrime en paraissait pleine. Mais comme il venait de me le prouver, ce n'était qu'une fourbe impression. Il connaissait ses faiblesses et semblait s'en servir à son profit. Le souffle court, j'échaffaudai dans mon esprit un plan pour l'induire en erreur. Je ne disposai cependant pas de toute la nuit et décidai finalement de m'élancer sans même me laisser le temps de finir.

J'avançai d'un pas puis exécutai une attaque tranchante vers le haut, en lachant au dernier moment le pommeau de ma main gauche afin de gagner de l'allonge et de profiter d'une torsion du buste. Aussi le premier mouvement se voulu trop court car il s' agit d'une feinte. A peine la lame eu fini de monter que je lui imposai un mouvement de coté pour finalement porter une attaque tombante diagonale sur la tête, cette fois ci en profitant de toute la longueur conférée par le mouvement d'épaule.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Sam 18 Jan 2014, 00:48

Se fendre pour éviter  de s'exposer et ensuite manier son arme pour dévier mon assaut. Il n'y avait pas d'autres issues et il l'avait trouvé en un instant, il m'impressionnait pour ce coup là. Certes il ne s'agissait là que de mouvements simples, mais  la valeur d'un combattant ne se mesure pas au nombre de gestes martial qu'il connaît mais de la manière dont il était à même de les annoncer, et Dokpel s'avérait être étonnamment bon en la matière. maintenant il s'agissait de m'assurer qu'il ne s'agissait pas là d'un coup de chance !

Cependant c'était à son tour d'attaquer, et je lui en laissais l'initiative, bien que j'eus été tenté de tenter de le prendre de vitesse... Mais bon il s'agissait d'un entraînement pas d'un combat à mort et lui ou moi étions éliminé trop rapidement ce serait du gâchis. Ainsi pour me tempérer je me concentrais sur sa gestuelle,il savait comment dissimuler l'orientation de son assaut, mais le léger tressaillement qui le saisit avant de lancer lui fut fatal. Enfin, tressaillement n'était pas le terme exact, le terme présence serait peut être plus juste... Mais quoi qu'il en soit je fus à même d'esquiver son coup avec une relative aisance. Cependant la lame était passé assez près, trop près, et je ne comptais pas le laisser jouer plus longtemps. Ainsi je profitais de l'occasion pour contre-attaquer, mais il sut dans le même temps se retirer au bon moment, c'était une bonne chose que de savoir rompre l'engagement quand il tournait en notre défaveur, mais il avait aussi de la chance que je ne me montre pas aussi harcelant que je pouvais l'être, surtout avec la chaîné reliant mes lames dont je m'abstenais d'user.

Je profitais de ce court instant de calme pour le jauger à nouveau. A la manière dont il me fixait il était évident qu'il échafaudait un plan pour m'atteindre. Parmi les failles que je laissais voir il se demandait quelles étaient celles qui étaient réelles, car il yen avait, il fallait bien prendre des risques en combat, et quelles étaient celles qui n'étaient rien de plus que des pièges. Ce faisant je pouvais paraître nonchalant mais il n'en était rien, j'étais à vrai dire plutôt excité. Ce sentiment, c’était celui qui m'habitait toujours quand je me battais, celui qui faisait perdre la tête çà à bien des combattants et les amener à s'exposer, mais que j'avais appris à dompter et à muer ne force. Qu'importe son nom, l'ivresse guerrière, la soif de sang, ou la simple haine de l'adversaire, je l'avais assez côtoyée pour non seulement en faire une expérience plaisante mais aussi mon allié... Je me demandais ce qu'il en était de Dokpel... Et justement, alors que je m'interrogeais à ce sujet il passa à l'action !

Néanmoins, à aucun instant je ne m'étais totalement désintéressé du combat lui même et ainsi je fus à même de réagir promptement à son assaut. Il sut habilement user d'astuces guerrière pour améliorer son allonge, cette dernière étant par ailleurs supérieure à la mienne d'une vingtaine de centimètre, mais usa d'une attaque de bas en haut. manœuvre risquée car il m’aurait été aisée de bloquer près du sol et d'ainsi l'amener à s'exposer, mais je ne le fis guère curieux de sa manœuvre... Que je compris dès que je me rendis compte que ma parade pour stopper son assaut été vaine. Il avait feinté, et maintenant il pouvait frapper comme il voulait. Néanmoins s'il effectuait des assauts latéraux, le geste serait trop ample et je pourrai aisément le prendre de vitesse, m'approcher rapidement et alors transformer mon allongé moindre en avantage.

Or après les talents dont il avait fait preuve cela m'étonnerait qu'il fasse une telle erreur... Et pourtant je m'avançais tout de même brusquement vers lui, tendant un de mes bras pour amener ma lame droite à la rencontre de la sienne. Ainsi, j'interrompais son assaut peu avant qu'il m'atteigne. Sans ma force inhumaine j'aurai peiné à maintenir cette position, où lui pouvait davantage user de sa force, mais même sans cet avantage j'aurai pu poursuivre mon enchainement. N'étant plus qu'à quelques centimètres de lui il allait lui être difficile de ramener son épée et de se défendre. Il était ainsi comme désarmé, démuni face à un éventuel assaut. L'instant d'après je faisais brusquement pivotais mon arme gauche et lui décochais un violent coup de pommeau au plexus.

J'aurai alors pu me servir de mon épée gauche pour le frapper au flanc, mais m'être approcher ainsi me gêner aussi un peu dans mes assauts et de fait s'il était aussi prompt qu'avant il allait reculer à temps pour esquiver mon assaut et pouvoir se remettre en garde, ou encore être assez intelligent pour user de ses jambes ou de sa main libre pour agir. Et je n’avais pas escompté lui en laisser le temps. En vérité, le plus efficace aurait encore été un coup d'estoc, qui, avec mon élan, aurait transpercé sans peine ses chairs. mais justement mon intention n'était pas de le tuer, et dans cet optique j'évitais généralement ce genre d'assaut en entraînement, ce genre de coup étant particulièrement dangereux quand il portait et difficile à maîtriser avec exactitude, de fait j'avais préféré ne pas prendre le risque de causer un malencontreux accident. J'aurai également pu me servir de mon pommeau pour le frapper au visage, mais je ne comptais pas le défigurer, ou encore utiliser mon genou pour frapper ailleurs, mais je n'étais pas cruel à ce point. D’ailleurs  j’avais déjà dû lui faire assez mal comme cela. Le point que j’avais frappé était déjà sensible, mais malgré mes efforts pour éviter de trop le supplanter dans les domaines physiques j’avais du mal à doser  ma force.

Mon adversaire ayant le souffle coupé je n'insistais pas plus pour le moment, me reculant alors, rompant l'engagement, pour l'observe quelques instants. Les lames toujours en main j'étais prêt à une éventuel assaut à l'instant où il aurait retrouvé son souffle, mais en attendant  je me permis un commentaire, prononcé d'une voix amusée.

"Et bien si pour toi t'es rouillé, je n'ose pas imaginer quel était ton talent au sommet de ta forme. Certes j'ai évité d'user de mes deux lames en même temps ou de ma chaîne, mais tout de même. Tu as su dévier mes assauts et m'assaillir de façon plutôt efficace. T'as des mouvements vifs, de bons réflexes et tes coups sont précis. Cependant en maniant une seule lame, sans équipement d'appoints, tu as quelques défauts. Certes tu as une meilleure allonge et plus de force dans tes coups, mais si en de tes assauts est bloqué et que ton adversaire est plus prompt à avancer que toi pour reculer tu es mort. Surtout qu'avec mon propre armement je suis amplement à même de pouvoir profiter de ces failles. Un dernier détail... nos lames ne sont pas nos seuls armes. C'est d'ailleurs une des premières choses qu'on vous apprends les nobles, non ? Regarder son adversaire et non sa lame, non seulement parce que vous pourrez ainsi mieux voir  les coups qu'il pourra asséner avec on arme, mais aussi savoir ce qu'il fait de son corps... Ah et un dernier détail, mais cela est minime, je...Sens en quelque sorte quand tu vas lancer tes assauts. C'est une foule de petits détails, et une part d'instinct, mais tu devrais essayer d'en prendre conscience. C'est l'apanage des bons guerriers de savoir le voir et des excellents de savoir le dissimuler, même si pour être honnête je ne sais pas le faire. J'ai une autre méthode... Mais si je l'appliquais je doute que tu la supporterais."


Bon sang, malgré moi je parlais à nouveau beaucoup, heureusement que mon assaut l'avait assez vidé de son souffle pour me laisser le temps de m'exprimer, mais pour autant aucun de mes propos n'étaient vains. Par mes dires je ne cherchais nullement à être moqueur ou condescendant, qui plus est, il était probable qu'il ait déjà conscience de la majeure partie de ce que je lui disais, mais il y avait une différence entre savoir quelque chose et se l'entendre dire par quelqu'un. Les deux meilleures façons de s’améliorer c'était de risquer sa vie ou d'être jugé par autrui, et comme je n'allais tout de même pas ôter la vie à Dokpel cela ne nous laissait qu'une possibilité. Enfin concernant ma dernière phrase, je ne sous-estimais nullement mon adversaire, mais je connaissais ses faiblesses, il supporterait mal une trop grande agressivité, or c'était justement cela le problème. Mon autre méthode ne consistait pas à dissimuler mon agressivité... Mais à paraître en permanence agressif, à avoir toujours cette sorte de présence pour leurrer mon adversaire, lui faire croire que j'allais frapper à tout moment alors que j'attendais l'instant propice.

Or au vu de l'empathie de Dokpel j’allais pleinement triompher de lui sans avoir besoin de lever le petit doigt, ce qui serait détruire l'amusement que j'éprouvais en cet instant.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Jeu 23 Jan 2014, 19:43

Je fus piqué dans mon orgueil et cela me contraria fortement quand bien même je compris le but de ces remarques. Le souffle encore raide, je posai une main sur mon plexus comme si cela pouvait soulager la douleur. Par un élan de volonté, j'étais parvenu à ne pas poser le genou au sol mais il s'en était fallu de peu. De toute évidence, il n'avait pas lancé toute ses forces dans son attaque sans quoi je serais allongé par terre à gémir de douleur. Je me reposai en partie sur mon épée en attendant de reprendre une respiration normale et indolore. Quand ce fut bon, je me redressai, afin de conserver une allure de combattant et non pas de vaincu. Je lançai un regard sérieux sur Engar.

-Ce que tu dis là est flatteur je pense. Sauf qu'à contrario de ta volonté, tes propos me blessent Engar. Que l'on soit bien clair : J'ai été formé par ce qui est pour beaucoup l'un des meilleurs professeur d'art martiale de mon pays natal. Dès que j'ai été capable de tenir une épée, il m'a transmit tout son savoir avec patience et une incroyable ferveur. Il a fait de moi un guerrier. J'ai combattu de nombreuses fois pour enfin acquérir une véritable réputation qui soit digne de son enseignement. Quand ce fut fait, il m'a dit qu'il ne pouvait plus rien pour moi. Que personne ne pouvait me rendre plus fort hormis moi même. Je le crois. Ne pense donc pas être capable de devenir mon tuteur. Je connais mes faiblesses. Je sais que ma plus grande bêtise a été de baisser ce n'est qu'un peu les bras. C'est pour corriger cette erreur que je suis ici. Cependant, ne vas pas croire un instant que j'ai tout oublié de les leçons de mon maître. Seul le temps et l'exercice seront capable de refaire de moi le combattant que j'ai été avant ma fuite de Fustilor. Je marquai une pause pour lui laisser le temps d'assimiler mes paroles. Puis je repris ; Quand à l'équipement, je saurai pour l'instant me contenter de ce que j'ai. Je ne compte pas me faciliter la tache avec un attirail performant que je n'aurai peut être pas lors de mes confrontations. Si je peux vaincre avec une mauvaise lame, mal équilibrée et émoussée, alors je ferai un carnage avec une épée de qualité. Quelque chose à redire.

Je me doutai que mon camarade d'entrainement risquerait de prendre de travers mon attitude vis à vis de ses paroles ô combien, attentionnées. Je jugeai cependant qu'il était essentiel pour moi de lui montrer les limites de ma tolérance. Malgré tout ce que je pourrai dire plus tard, je serai toujours un prince. Une personne de sang royale tenant à son rang et l'estime qui lui était dû. L'orgueil des rois brûlait  en moi, plus ou moins intensément que chez d'autre du même lignage.

-Ho mais c'est qu'il reprend du poil de bête le petit Dokpel ! C'est qu'il croit faire peur à l'endive. Il t'es arrivé quoi ce matin ? C'est a force de manger des chocolats en reluquant le postérieur de la chatte qui t'a mis de si bonne humeur ? A moins que tu te sois encore amusé à lire un de ces stupides roman parlant d'héroïsme. Quel type pathétique que tu es. A peut prêt du même niveau que le pseudo chasseur de démon. Un humain chasseur de démon... Varish gloussa. C'est comme dire qu'un lapin est un chasseur de renard. Hilarant. 

Je soupirai juste, comme si les moqueries ne le concernaient pas. Puis je me remis en posture de combat, cette fois ci en garde haute, la pointe vers le bas.

-Si tout a été dit, reprenons.

D'un geste vif et précis je m’élançai dans une estocade en visant la main tenant la main la plus proche de mon adversaire tenant une des deux épées pour tenter de le désarmer. Je pris cependant bien garde de ne pas trop m'avancer afin de conserver une capacité de réaction efficace et de ne pas présenter trop ouvertement mes failles. Ma vision englobait Engar, faisant de lui pendant l'instant du duel, le seul être vivant à mes yeux. Mon sang bouillait dans mes veines, réchauffé par l'ardeur du combat.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Sam 25 Jan 2014, 19:29

Je m'étais défié de ce qu'il ferait dès qu'il aurait récupéré, voir même avant, de fait je me mis en garde quand lui se rétablissait, mais l'assaut qui s'ensuivit fut purement verbal et je dus avouer rester quelque peu abasourdi. Il ne m’avait pas habitué à de telles tirades le prince ! Néanmoins je me ressaisissais rapidement, avant de lui adresser un maigre sourire amusé. il m'expliqua quelle avait été son éducation ainsi que son ancien niveau. Deux choses sur lesquels je n’avais aucun doute, premièrement de par son attitude au combat, secondement de par ses origines nobles, ces dernières suffisant à expliquer le fiat qu'il ait bénéficié d'une éducation martiale excellente, du moins autant qu'elle pouvait l'être au vu de sa vie passée. Néanmoins, malgré son irritation, il eut la bonté de m'inviter à lui répondre. Sans doute à vrai dire cette invitation était elle plus rhétorique qu'autre chose, mais peu m'importait, je me contentais d'en profiter !

"Malheureusement pour toi Dokpel ce que tu me dis ne me rend nullement enclin à ne pas te critiquer, bien au contraire, je vais continuer et persévérer !  Je ne doute pas de tes aptitudes, ou encore de la qualité de leçon de ton maître d'arme et de ta mémoire. Je ne compte pas non plus devenir un tuteur, ou si c’est le cas un jour j'en plains d'avance mon élève, mais, vois tu, tu dis toi même avoir des faiblesses. Tu en as connaissance ? Très bien, mais on ne cherche jamais plus à les combler quand elle nous sont rappelés sans cesse, enfin, si je peux me permettre, tuas peut être acquis un nom dans des duels ou de affrontements entres nobles, mais je doute que tu ais déjà été pris dans un champs de bataille ou une embuscade impliquant de nombreuses personnes. Ton visage est trop lisse. Or même le meilleur de guerrier dans de telles batailles finit par être effleuré par une flèche ou à être touché superficiellement par une lame sans que la meilleure de magies de soins ne puissent empêcher l'apparition de cicatrices ! Regarde moi, je n'ai que deux ans de plus que  toi et je ne pense pas que toutes ces cicatrices je les ai eu simplement parce qu j'étais moins habile. De fait, sais tu économiser tes forces dans un combat de longue haleine, ou bien de pouvoir être prêt à surveiller ton adversaire tout en veillant à ne pas être pris à par autrui ? Je ne pense pas, hors certains de ces enseignements peuvent être appliqués dans les duels... Qui plus est tu as sans doute affronté des humains, mais ici c'est à des créatures que tu va devoir en remonter, donc les règles du jeu changent quelque peu ! En somme ton maître avait tort. Il n'y a pas que toi qui peut t’améliorer, mais étalements tes ennemis. Quant à ton équipement je ne faisais pas de remarque sur sa qualité, mais sur ton genre d'armement et encore une fois, bien qu'il puisse être intéressant de manier des armes dotées de contraintes, il faut aussi s’habituer à l'équilibre des armes de bonnes qualités, mais je doute que ce ne soit pas déjà ton cas, prince."

A aucun moment je ne me laissais emporter par une forme quelconque de hargne, à vrai dire cela m'amusait plus qu'autre chose. J’avais quelque part espéré que mon interlocuteur ne possède pas l’orgueil de ses congénères, mais étant donné que c’était le cas il y avait aussi moyen de tirer quelque chose. Par contre comme je le lui avais dit, c'était des monstres qu'il allait devoir impressionner, il allait donc devoir s’habituer à en  affronter. En conséquence je n'allais plus m’empêcher d’user de toutes mes capacités physiques. Dans le même temps Varish prenait à nouveau la parole se moquant de son possesseur et de moi même, m'arrachant une remarque moqueuse, relevant au passage la remarque faite sur une certaine chatte.

"Quand tu verras un lapin avec des dents assez longues pour trancher la gorge d'un renard, fais moi signe !"

Dokpel ne prit pour sa part pas la peine de répondre à l'infernal, se remettant en garde, dans une posture différente et m'interpellant une dernière fois. Tout était dit, et de fiat je me contentais de hocher vivement la tête, raffermissant la prise que j'avais sur mes lames.

Cette fois ci, ce fut lui qui prit l'initiative. Il lança son assaut à une distance prudente, visant ma main  d'un coup d'estoc. Son regard était celui d'un duelliste aguerri, mais une telle concentration aurait pu lui être néfaste sur un champs de bataille, sans pour autant être dépourvue de qualité. Quant à son son geste, il était précis, et surtout efficace, il était difficile pour bien des combattants de protéger sa main armée, il fallait généralement la soustraire, mais se faisant j'aurai exposé mon torse à la pointe de l'arme de Dokpel.  Seulement deux choses m'aidèrent, le fait que j’avais une seconde lame, et que je ne me retenais plus ! Selon des critères humains mon opposant était très vifs, mais je savais pertinemment avoir dépassé ces critères. Ainsi la lame la plus éloignée de mon corps intercepta la lame de Dokpel avant qu'elle ne m'atteigne, frappant le plat de son épée , non loin de la pointe. le choc fut violent, mais je n'eus aucune peine à dévier son arme. Mon arme était plus légère et je n'usais que d'un bras, mais ma force sans retenue compensait cela, d'autant plus qu'en frappant loin de sa garde j'avais empêché tout sa force de s'appliquer.

Néanmoins la posture que ce geste me fit adopter m'empêchait d’attaquer efficacement, du moins d'une manière commune. De fait, je m'abaissais brusquement, fléchissant mes genoux, et lâchais la lame avec laquelle je venais de frapper, pour tentait de faucher les jambes de mon adversaire avec ma chaîne, qui comblait amplement la distance nous séparant. Qu'il tombe ou non après cela je me relevais, et agit à nouveau de manière plus mobile, tournant à nouveau autour de lui, en une attitude peut être plus agressive mais nullement empreinte de hargne.

"Jolie frappe, pour être honnête elle m'aurait peut être touché par le passé... Mais en combat seul importe le présent !"


Dernière édition par Engar le Mar 04 Fév 2014, 15:49, édité 1 fois
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Mar 04 Fév 2014, 14:28

Comme je m'y attendais, Engar para mon attaque sans trop de difficulté et ce tout en conservant une posture défensive sure. Toutefois, je pus noter dans sa riposte un changement de rythme. Ses coups s’accélérèrent et lorsqu'il repoussa la pointe de Létale avec son autre lame, le choc fut étonnement plus puissant que lors du précédent échange. Visiblement, le chasseur de démon m'avait ménagé, soit pour m'évaluer soit par "gentillesse". Ou, comment remuer le couteau dans la plaie. Enfin, il semblait avoir comprit qu'il n'était pas question qu'il me laisse tranquillement agiter mon épée en face de lui. J'était venu m’entraîner et je comptais bien repartir avec quelques ecchymoses ou entailles. 

Comme s'il avait lu dans mes pensés, Engar exécuta une manœuvre fort bien étrange. Au lieu de me rendre l'offensive tout simplement avec un contre, il s'accroupit de façon à se retrouver le visage face contre mon abdomen et lança avec vigueur  la chaîne qui reliait ses deux lames droit sur mes jambes.

Seulement, même plus rapide que moi, Engar ne sût dissimuler suffisamment sa dernière offensive tant le geste se révéla ample. Je pus grâce à cela déterminé qu'une attaque au niveau des jambes allait arriver (une attaque médiane étant exclue d'office car elle n'aurait pas nécessité un tel exercice). Je profitai donc du mouvement latéral de ma lame précédemment repoussée pour la positionner, pointe vers le bas de sorte à bloquer la prochaine action. Le tintement de la chaîne et de mon épée résonna dans toute la pièce. Sans plus attendre, je fis décrire un coup montant à mon arme pour repousser l'accessoire de mon adversaire. Derrière cette riposte anodine, tout de même un peu menaçante, je lançai mon pied gauche dans un chasser, droit dans le visage d'Engar, profitant de sa position qui diminuait grandement sa mobilité.

Quand ma jambe retoucha le sol, je fis une esquive en arrière tout en conservant ma lame pointé vers mon opposant en garde haute comme au début de l'offensive. L'échange avait été court mais très intense. De toute évidence, il s'agissait d'un coup de semonce pour me montrer à quel point j'allait en baver. 

-C'est de nature ou c'est ta profession qui fait de toi une vrai commère Engar ? Il ne sont pas nombreux ce que j'ai connu avant et qui peuvent prétendre palabrer autant que toi. Lançai -je, moqueur. Je me permis même une petite blague. Peut être est-ce ainsi que tu as obtenue un souffle aussi bon. Enfin, je pense que si je ne mets pas tout en oeuvre pour me préserver, je vais finir tel un émincé de steak. "Déploiement".

Sur ce mot, mon brassard se distordu comme si le métal devenait soudainement liquide, pour finalement m'enlacer. En à peine quelques secondes, je me retrouvai ainsi recouvert d'une armure de promélianth rutilante au design intimidant. Si ce n'avait pas été Engar mon adversaire, je ne l'aurais sans doute pas utilisé car la finesse de ses lignes et la perfection du métal trahissait clairement, pour un connaisseur, qu'il s'agissait d'un travail de maître artisan comme il en existe rarement. Un vif coup d’œil me rassura en me confirmant que toutes les fêlures du combat contre Dycles s'étaient résorbées.

-C'est vrais qu'avec un bon équipement, on se sent tout de suite plus confiant. 
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Mer 05 Fév 2014, 21:48

Sa réactivité était excellente, même si j'étais bien plus rapide que lui, il parvint à dévier mon assaut, me mettant en danger. Je savais pertinemment que les réflexes pouvaient permettre d'atténuer la différence de vitesse entre deux individus, moi-même j'en avais grandement profité lors de mes combats avec les démons, tout comme j'avais conscience du fait que mon assaut avait été relativement prévisible pour quelqu'un de son niveau. Néanmoins je savais aussi faire preuve de réactivité, et dès que son arme me menaça j’avais placé mon épée que j'avais gardé près de moi à sa rencontre, sa lame frappant le plat de la mienne. Je m’apprêtais alors à me redresser quand du coin de l’œil je vis son pied…trop tard. Le choc fut violent, et il manqua de peu de me déstabiliser et de mettre à terre, si je n’avais pas été renforcé par Franken Fran j’aurai sans doute perdu une ou deux, dents néanmoins cela n’aurait pas suffi à me mettre hors combats, et encore moins avec mes capacités actuelles. Néanmoins je devais m’avouer un peu sonné, il fallait que je recule, ce que je fis, me relevant avant et tirant dans le même temps sur ma chaîne pour ramener mon épée vers moi, avant d’essuyer d’un revers de main le filet de bave qui m’avait échappé.

Après cet assaut, s’instaura un temps de calme, que je mis à profit pour retrouver mon souffle alors que je tournais autour de lui croisant vivement mes jambes en une attitude menaçante. Il suivait avec efficacité mes gestes, à même e de le faire même en prenant la parole. Sa pique m’arracha par ailleurs un sourire ensanglanté, ma lèvre s’étant fendu sous le coup. C’est lui qui avait commencé à parler après tout ! Je n’avais fait que lui répondre… Et malgré ce que je lui avais dit concernant les remarques que je lui ferai, rien ne me ferait plus plaisir présentement que de me taire ! Parler en combat faisait partie des choses qui m’ennuyait le plus, en dehors de lorsque cela présentait un réel intérêt, non seulement parce que c’était dangereux, mais aussi parce que cela avait la fâcheuse tendance de réduire l’intensité de l’affrontement, et le plaisir que j’y éprouvai. Il avait d'ailleurs dut ressentir une sensation malsaine peu après son coup de pied. Une brusque bouffée de hargne et de plaisir mêlée, un e excitation, que je ne contenais qu'après quelques secondes pour ne pas lui nuire davantage, mais qui avait dû produire son petit effet, et lui donner une idée de l'adversaire que j'étais quand je me battais pour tuer.

Son dernier mot cependant m’interloqua, puis je me rendis rapidement compte de son effet. Voilà une propriété que j’ignorais de ce bracelet. Cependant il y avait quelque chose de fâcheux dans ce « déploiement ». Il n’était pas instantané, il prenait tout de même quelques secondes, et durant cet instant son possesseur ne devait pas pouvoir se mouvoir pleinement, de fait dans un véritable combat et si je n’avais pas mis à cet instant de côté mon plaisir guerrier j’aurai sans doute pu en profiter pour tenter d’atteindre Dokpel à une des zones les plus tardivement couvertes par l’armure… Car oui c’était bien cela qui était apparu après la prononciation de ce mot un armure de plaque constitué d’un métal à l’apparence similaire à celui composant le bracelet contenant Varish, et donc possédant sans doute les mêmes propriétés. Une solidité à toute épreuve une résistance conséquente, si ce n’était totale, à la magie, et sans doute parfaitement adapté à son possesseur, et de fait entravant aussi peu que possible ses mouvements pour une telle armure.
Mais pour autant elle ne pouvait pas être non plus dépourvu de désavantages, de fait il me fallait savoir lesquels ils étaient et dans quelle mesure. Je pouvais déjà essayer de jauger les possibilités, une réduction de la mobilité, un champ de vision moindre, ou ce genre de choses, les désavantages inhérents aux armures lourdes qui m’avaient amenés à n’en user qu’en de rares occasions. Par contre il ne fallait pas me leurrer, ça n’allait pas être avec mes lames d’acier que j’allais percer cette carapace, il faudrait que je trouve d’autres moyens pour le vaincre… Néanmoins mes armes me serait encore utile pour justement jaugé cette protection.

Continuant à tourner à pas mesuré autour de lui j’observais dans un premier temps le mouvement de ses jambes afin de voir si ces dernières étaient ralenties, puis je m’avançais vers lui, sans pour autant m’exposer, avant de revenir sur ma position afin d’observer sa gestuelle… Et enfin je passais à l’assaut ! Cette fois ci j'avais abandonné l'espoir d'en finir avec un coup bien précis. J'ignorais quelles étaient les capacités exactes de cette armure, mais elles m'empêcheraient probablement de porter un coup qui se suffirait à lui même pour remporter l'affrontement . J'ignorais également quelles était ses possibles défauts, mais ce derniers étaient probablement une baisse de la mobilité de Dokpel et une diminution de son champs de vision, quant à savoir en quelle mesure ... Ça je ne pouvais pas le deviner, et m'épuiser à l'estimer précisément était hors de question !

Ainsi tentant de jouer sur sa vitesse amoindrie j'accélérais mes mouvements autour de lui, afin de lui faire perdre ses repères, et au terme d'une poignée de seconde je passais à l'assaut, non pas en me contentant de charger comme un taureau, mais en alternant entre l'usage de ma chaîne pour l'assaillir sans me mettre en danger et des coups plus ordinaires.

Mes enchaînements n'avaient alors rien d'extraordinaire, mais en plus de les maîtriser ils étaient adaptés à la situation. A plusieurs reprises mes lames frappaient la sienne en des tintements aiguës, et parfois, plus rarement, ripés contre le Promelianth en un long grincement, avant que nous ne reprenions nos positions respectives. Notre affrontement étai des plus intenses, et au vu de cela sa durée était exceptionnelle, mon adversaire parvenant néanmoins à suivre ma cadence, que j'avais forgé dans les guerres où il fallait être à même de se battre pendant bien plus longtemps, même si rarement avec une telle vigueur. Or une telle situation exacerbé mes pulsions guerrières, et si cela n'était d'ordinaire pas un problème, car pour évite la rage de m'aveugler je la manifestais en des gestes ou des attitudes qui ne me gênaient nullement, la situation était présentement différente. Je ne pouvais pas me permettre de la laisser filtrer sous peine de rendre mon affrontement avec Dokpel biaisé. Bien sûr il lui faudrait bien apprendre à se battre contre un adversaire qui aurait pour objectif de le tuer, mais avant je ovulais voir jusqu'à où pouvaient aller ses capacités dans un combat normal. De fait je déployais des efforts insoupçonnés pour conserver une certaine neutralité dans mes sentiments !

Cependant même si je le ménageais quelque peu Dokpel me prouvait déjà sa maîtrise des armes qui aurait juste besoin d'être réveillé pour être des plus redoutables. Il possédait déjà une qualité à la hauteur de ses origines, et quelque chose me disait qu'il en dissimulait d'autres.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Mar 11 Fév 2014, 19:37

Bien que l'invocation de l'armure de promélianth soit peu commune et qu'elle ai réussi à attirer certains regards dans la salle, Engar ne sembla pas plus que ça perturbé par cette faculté pourtant ô combien précieuse. En plus d'être plus résistante que l'acier le plus robuste au monde, l'armure n'était guère très lourde et offrait une économie d'endurance non négligeable. La taille de l'armure permettait aussi de conserver une liberté de mouvement appréciable qui allait me permettre d'exploiter mon escrime au maximum. Mais ça bien entendu il ne le savait pas. Sans même un mot -plutôt surprenant de sa part- le bretteur du nord s'essuya le nez du revers de sa manche et et repris position sans montrer signe de gène quelconque. Étonnant venant d'une personne qui venait de se prendre un talon en plein visage. Même l'arrête de son appareil nasal se ne semblait très endommagé. Décidément, Engar s'avérait être un gaillard bien solide.

   En le voyant m'observer tout en tournant autour de moi, je décidai moi aussi d'opter de nouveau pour une posture défensive, une fois de plus en garde basse, et de le suivre dans la ronde. Si j’optai pour une telle position, c'est parce que j'estimai qu'avec  l'échange précédent, mon adversaire allait cesser de jouer et enfin de prendre les choses au sérieux. Son regard et le silence dont il fit preuve allait dans mon sens. Ainsi, nous tournâmes en cercle lentement, mesurant chacun de nos pas afin d'avoir une bonne assise lorsque le choc viendrait. Fugacement, je vis du coin de l’œil plusieurs créatures nous observer avec intérêt, avec parmis eux l’elfe. Notre assaut semblait finalement digne d'intérêt. Cependant, je me focalisai presque aussitôt sur mon adversaire. Je n'entendais pas sa respiration. La mienne en revanche se faisait calme mais parfois ponctué de petits sursauts causés par l'adrénaline. Le cliquetis de mes grèves rendait la tension nerveuse. Tendue à son paroxysme.

  Puis il passa à l'assaut. 

  Le premier coup fila vers moi comme une flèche tiré par un arc, à courte porté. Je profitai alors de ma garde basse pour exécuter une parade courte, par un geste latérale de ma lame. Mais contre toutes attentes, la frappe lancée en taille sans aucun artifice pour masquer ses intentions, heurta de plein fouet mon arme avec la puissance d'un taureau enragé, dégageant celle ci comme ci elle était tenue par un fébrile pantin en bois. Je fus entraîné par le mouvement pour me retrouver finalement vulnérable à tout assauts possibles sans presque aucun moyens de riposte.

  Le deuxième coup ne tarda pas à venir et fila droit en direction de mon visage. Poussé dans mes retranchements, je dus m'en remettre à mes vieux réflexes de survie pour intercepter le coup en plaçant mon arme en travers de la trajectoire de l'épée d'Engar. L'impact me redressa et je pus de nouveau reposer sur des véritables appuis. Hélas, cela ne me sauva pas, bien au contraire. Je fis face par la suite à une pluie de coups sauvages et d'une puissance impressionnante qui ne me laissa pas une seconde de répit. Plus l'assaut se prolongeait et plus ma position devenait de plus en plus chaotique. Des attaques passèrent à plusieurs reprises (et pas juste deux fois) à travers ma garde pour aller frapper durement sur ma carapace de promélianth. Le restant se heurta violemment sur ma garde et la aussi plus d'une fois, la brisa net, me causant au passage, de désagréables douleurs dans les muscles et les articulations.

  Le plus ahurissant dans l'affaire fut que pas un seul instant je ne pus déceler chez mon adversaire une once de colère, de haine, ou juste une simple envie de me blesser. Non. De toute évidences, Engar maîtrisait ses émotions à la perfection, se rendant totalement invisible vis à vis de ma faculté de perception émotionnelle. Pire encore, ce fut les envies de sang et de carnages des spectateurs que je captai, troublant ainsi ma perception du danger. Enfin, même si cela m'handicapait un peu, avec ou sans, l'issue ne faisait aucun doute. Mon souffle ne parvenait pas à un seul instant à ce caler au rythme que m'imposait le guerrier nordique. Bien vite, la force vint à manquer dans mes bras comme dans mes jambes. Mes parades se firent plus molle et moins juste. Mes esquives plus lourdes. Quand à mes attaques, il n'y eu pas grand changement vis à vis du début, dans la mesure ou je ne pus à aucun moment placer une offensive quelconque.

  Finalement, après quelques minutes d'échanges intenses, à bout de souffle, je me retrouvai coincé dans un angle de la pièce condamné à devoir encaisser le maximum de coup jusqu'à ce que mon bourreau se décide d'arrêter. Il conclu au bout du compte l'affaire en me désarmant par un moulinet de poignet d'une simplicité déprimante et me posa la pointe de ses lames sur ma gorge. Je fus vaincu de la façon la plus misérable possible : A genoux, épuisé et l'arme au sol.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Mer 12 Fév 2014, 23:27

Comme je l'avais pensé Dokpel était des plus habile pour affronter la maîtrise d'un autre combattant, mais son style de combat n'était nullement adapté pour contrer quelqu'un dont les aptitudes physiques lui étaient grandement supérieur. A vrai dire à en juger par ce qui se passait , un individu moins habile que moi mais qui aurait bénéficié de mes capacités physiques aurait pu venir à bout de Dokpel... Enfin c'était logique, puisque tout entraînement royale qu'il avait reçu, il avait surtout été formé pour affronter d'autres humains. Ainsi il sembla rapidement dépassé par mon enchaînement sans répit. J'étais assez rapide pour me permettre d'enchaîner les assauts sans devoir les interrompre pour me remettre ne garde ou me prémunir d'un éventuel coup. A peine avait il le temps de se remettre de mes coups qu'un autre le frappait, et qu'il peinait à le dévier, en somme il ne pouvait plus suivre la cadence, il était désormais trop fatigué... Et à vrai dire je fus quelque peu déçu des capacités du Promelianth car certains de mes coups finirent par l’atteindre, et ma force sembla suffisante pour que malgré son armure les impacts lui fassent quelque effet accélérant sa défaite.

Néanmoins cette situation ne m'amenait pas à me leurrer, contrairement à bien des spectateurs qui devaient dévaluer Dokpel de par sa situation. Malgré ses lacunes ils parvenaient à tenir sa position et, plus important encore,  à se pousser lui même dans ses derniers retranchement sans que sa vie ne soit en jeu, ce dont bien peu d'individus étaient capables, alors que  cela était une faculté bien plus précieuse qu'on ne pouvait le croire. Ainsi malgré ma domination dans le combat ce dernier dura encore plusieurs minutes, le prince me tenant furieusement tête, son armure lui permettant tout de même de tenir alors que sans elle mes assauts l'auraient sans doute déjà fait ployés. A vrai dire j'aurai pu en finir probablement plus rapidement, au bout d'un instant sa garde était bien fragile... Mais je voulais voir jusqu''où exactement il pouvait lutter.

Finalement, je mis fin au duel quand ses efforts devinrent parfaitement vain, le désarmant sans peine et mes armes venant alors effleurer doucement sa gorge, que ne couvrait pas entièrement son armure. Mon regard détailla alros quelque peu pmon opposant. il était effectivement temps qu'on arrête, son état de fatigue physique était tel que continuer à croiser le fer aurait été juste jouer de manière sadique avec lui, ce qui ne me ressemblait pas...et puis je m'étais de toute manière assez amusée comme cela.

Les applaudissement et les clameurs des créatures ayant assistés au spectacle éclatèrent alors. Nous avions beau être deux humains nos passes d'armes semblaient les avoir conquis, ce qui était assez mémorable pour être relevés... Et pour finir la chose en beauté, pour ne pas que le vaincu ne soit qu'un simple perdant, je rangeais mes armes à ma ceinture, et me penchait sur Dokpel. Je lui saisis ensuite la main, récupérant dans le même temps son arme, l'aidant à se relever et levait mon bras, entraînant le sien avec. Cela suscita des applaudissements ainsi que des commentaires surpris de la part de certains monstres, qui ne s'attendaient visiblement pas à une attitude aussi honorable de la part du "porte-haine" mais peu m'importait, l'état de mon compagnon d’entrainement me préoccupant bien plus.

"Ça va aller Dokpel ? Désolé si j'y étais un peu fort, mais t'étais un peu trop confiant après ton coup de pied, il fallait bien que je te remette les idées en place et te rappelle que t'es sensé être rouillé ! Plus sérieusement... Excuse moi. J'ai appris à me servir efficacement de cette force monstrueuse que j'ai acquise mais visiblement je ne sais pas encore comment exactmeent la réguler. Je propose qu'on passe àune phrase un peu moins brutale de l'entrainement.."

Tout en se faisant je le menais vers l'elfe de tout à l'heure, qui saurait lui administrer les soins appropriées aux chocs et ecchymoses que son auguste combattant princier avait du récolter. Il n'apprécierait peut être pas que je le guide ainsi, mais il en avait besoin à mon avis, pas la peine qu'il se blesse davantage en trébuchant ! Quant au bleu qui commençait à apparaître sur ma joue, je ne m'en formalisais guère, ce n’était pas comme si je n'avais pas l'habitude de ce genre d'égratignure, même si ça restait tout de même douloureux. Mon regard balaya alors brièvement la pièce, après les clameurs, les commentaires allaient bon train, certains disaient que Dokpel étaient trop fragiles, et que moi j'avais triché avec mes attitudes surhumaines. J’aurai très bien pu alors m’adresser à eux, leur dire qu'ils ne valaient pas mieux, que bien peu parmi eux avaient le talents de mon opposant et encore moins le mien. Mais je me tus pour deux raisons. La première était qu'il ne m'écouterait pas, malgré les commentaires il fallait que je me satisfasse de la gloriole que m'avait apporté ce combat.

Et la seconde était  que Dokpel allait encore dire que je parlais trop !
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Jeu 20 Fév 2014, 14:30

A bout de force, je me laissai Engar m'aider à me redresser alors que j'ordonnai mentalement à mon armure de se rétracter dans sa forme d'accessoire. Je constata avec plaisir que mes vêtements n'avaient aucunement pâtis des assauts des épées. En apparence, je me portais bien... En apparence. Engar m'emmena voir l'elfe aperçu plutôt, tout en gratifiant de remarques assez pertinentes venant de lui sur ma trop grande confiance. Il est vrais qu'avoir réussi à le prendre par surprise avec son audacieux coup de pied chassé m'avait gonflé de joie (pour un guerrier, Engar parle trop, une vrai commère ce type !).

-A t'écouter, on pourrais croire que ce n'est pas ton corps mais celui d'un autre que tu as volé.

Je me séparai de mon camarade d'entrainement en lui faisant signe que je n'étais pas en sucre, dans la théorie. Car dans la pratique, mon corps entier me hurlait de poser mon postérieur une bonne fois pour toute et de ne plus bouger. Et comme s'il l'avait lui même deviné, l'elfe me désigna un rebord en pierre avec air qui ne laissait guère la place au refus. Je suivis donc ses directives.

-Retire ton haut.

J'ôta ma tenue d'officier fustiloroi, non sans étouffer un juron lorsque mes gestes me firent souffrir.

-Tu appels ça un entrainement l'humain ? Pour moi c'est plutôt caractéristique d'un passage à tabac. Lança t'il dépité au guerrier nordique.

Mon torse était constellé de taches tendant dans le bleu verdâtre, toute de bonne taille. L'armure de promélianth m'avait empêché de me faire tailler en bavette, mais pas de me faire frapper telle une femme d'ivrogne. L'elfe visiblement pas surpris pour sa part se contenta de me jeter un sort au propriété curative qui effaça les taches et chassa la douleur. Le procédé complet n’excéda pas les cinq minutes. Une fois fini, il se contenta de me faire signe de me rhabiller et nous laissa moi et Engar. Je me revêtis donc et remis mon arme dans son fourreau. 

-Sans vouloir fuir la faute, cet elfe à raison. Si tu continu ainsi avec moi, je ne pense pas pouvoir venir ici plus d'une fois par semaine, faute de le pouvoir. J'admet aussi que je suis également fautif. Je n'aurai pas du jouer à vouloir impérativement te placer un contre aussi violent. J'aimerai si tu es également d'accord, que nous abordions un aspect plus technique de l'escrime. Moins basé sur les capacités purement physiques. J'ai d'ailleurs noté que ton style, bien que très efficace, est très sauvage et peu subtile. Tu vois ce que je veux dire par là ?
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Jeu 20 Fév 2014, 18:42

J'étouffais un léger rire quant à sa remarque. Il n'avait pas tout à fait tort quelque part... Le corps que j'avais avait beau être le mien il était vrai que les capacités physique que je possédais n'étaient pas celles qu'un être humain normalement constitué était censé pouvoir obtenir, même au mieux de sa forme ! Mais en même temps je n'en avais pas honte. J'avais payé le prix pour ces aptitudes, je les avais mérité et plus important, malgré cela ce corps était toujours le mien, toujours humain...

"Hm tu te trompes, disons juste que c'est un peu comme un mage qui a récemment appris à faire de puissant sortilèges... Bah à moins de s'y entraîner il aura du mal à réguler la puissance de ses sorts les plus simples, fusse une simple boule de feu !"

Suite à ce commentaire il se soustrayait à ma prise, ce contre quoi je ne m’opposai nullement, pour aller de lui-même vers l'elfe, avant de se déshabiller partiellement pour être soigné, malgré son attitude de fière je n'étais pas dupe. J'y étais vraiment allé un peu fort avec lui et les marbrures qui couvraient son corps, avant que le soigneur ne s'en occupe, en témoignaient. Pourtant je n'étais pas désolé, car bien que je n’aie pas escompté le faire autant c'était justement dans mes intentions que de le malmener quelque peu, et de fait je haussais les épaules face aux propos de l'elfe, bien que je lui répondis.

"Tu sais des fois, les deux peuvent se confondre. Tout dépend de ce qu'on met derrière chacune de ces expressions."


Je me murais ensuite dans le silence, attendant que le sortilège lancé par l'elfe achève de faire effet sur Dokpel. Suite à cela son lanceur quitta la pièce et mon compagnon d'arme se rhabilla, et attendant qu'il ait fini de se vêtir à nouveau je jetais un coup d'œil sur la pièce. A travers la salle plusieurs duels continuaient à avoir lieu, avec cependant moins de public que le nôtre. Etait-ce parce que nous étions tous deux des humains ? Ou de par cet aspect de passage à tabac qu'avait évoqué l'elfe ? Allait savoir et à vrai dire je m'en moquais, me contentant d'observer avec un léger sourire les passes d'armes des monstres jusqu'à ce que le prince me tire de ma contemplation, rejoignant les dires de l'elfe, tout en apportant son point de vue sur ma façon de me battre ce qui en fit que m'amener à sourire davantage. Voilà qui promettait d'être intéressant. Je me tournais alors de manière à lui faire face, me massant exagérément la mâchoire, avant de lui annoncer d'une voix amusée.

"Tu sais... En soit ça ne me fait rien si tu m'as donné un tel coup de pied ! Enfin, bien sûr sur le coup ça fait mal et ça me picote encore dans la mâchoire, mais je ne m'en suis pas offusqué plus que ça. Crois-moi dans les terres du nord les simples entrainements au maniement des armes faisaient bien plus souffrir ! J'ai parfaitement conscience que j'y étais un peu violemment avec toi, un peu plus que je ne le voulais... mais pour être honnête j'escomptais bien que tu t'en tires avec quelques contusions. Certes ça doit te paraitre barbare, mais il n'y a rien redire sur ta technique. Seul ton corps est engourdi et a perdu certains réflexes, or rien de mieux que la douleur pour réveiller la mémoire qu'elle soit physique ou intellectuelle. Ce n'est pas pour rien que la torture marche si bien... Après si l'individu a assez de volonté pour tenir sa langue malgré la souffrance c'est autre chose, mais crois moi quelqu'un qui souffre, se souvient parfaitement des choses sur lesquels on l'interroge, ou bien c'est qu'il ne les connait vraiment pas."

J'avais bien conscience d'évoquer quelque chose des plus malsains, mais c'était le premier exemple qui m'était venu à l'esprit pour illustrer ma pensée. Peut-être pas le judicieux, mais comme à mon habitude je faisais avec les moyens du bord ! Enfin, il était sans doute temps de changer radicalement de cap avant que Dokpel ne pense que je n'étais qu'un sadique. Enfin, certes je pouvais faire souffrir sans hésiter, mais contrairement à ce que pouvait jusqu'alors penser mon sourire je ne le faisais par plaisir, seulement... Le sujet des limites humaines m'avaient toujours intéressé. Bref quoi qu’il en soit je repris la parole d'une voix un peu plus posée, avec une attitude plus posée.

"Et je vois parfaitement ce que tu veux dire concernant mon style de combat, mais je tiens à affirmer un point, je n'en use pas parce que je possède des aptitudes surhumaines maintenant. Crois-moi, il était déjà très efficace quand je n'avais encore que des capacités physiques similaires aux tiennes. Après je te le concède, il est des plus sauvages, mais tu le sais bien j’ai combattu pas mal d’infernaux... Et une bonne manière d’éliminer les démons et de se montrer pire qu'eux lorsqu'on les affronte ! Qui plus est assez peu de personnes sont habituées à une telle sauvagerie, surtout lorsque cette dernière se manifeste non à travers de coups chaotiques, mais de frappes maîtrisées. Par ailleurs c'est ce qui fait un peu de défaut à bien des jeunes nobles. Pour eux un combat se limite à "l'escrime" comme tu dis alors qu'il y a tant de choses à y joindre. Enfin, permet moi de te contredire, ma manière de me battre a certaines subtilités. Juste je ne les ai pas toutes montrées. Honnêtement tu n'imagines pas tout ce que l'on peut faire avec une chaîne reliant deux bonnes lames."

J'étirais alors un peu les bras, ms lames en mains pour que la chaîne se tende, un sourire complice aux lèvres, avant de poursuivre.

"Quant au fait que je ne les ai pas utilisés... Ce que ça aurait été soit trop risqué lorsque tu n'avais pas ton armure, sois parfaitement inefficace quand tu l'avais. Maintenant que j'y pense j'aurai pu à la rigueur essayer de m'ne servir pour immobiliser ton arme, mais bon...Personne n'est parfait, hein ?"

Je riais doucement avant de rengainer mes lames et m'avancer vers lui, soutenant son regard, une petite lueur de défi dans le regard.

"Bref pour autant je comprends ton point de vue et je ne suis pas assez orgueilleux pour prétendre que tu n'as pas en partie tort. De toute manière on peut toujours s'améliorer... Alors vas-y je t'écoute ! Quelle est la suite du programme ? Pour ma part je te proposerai bien d'exécuter des mouvements dans le vide afin de travailler leur maîtrise, mais si tu as abordé cet aspect plus technique c'est que t'as une idée précise en tête, non ?"

Même si je l'avais en principe défait j'étais prêt à suivre ses directives. Après tout c'était à lui de se dérouiller, et il pouvait au moins choisir la manière dont il souhaitait le fait.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Ven 21 Fév 2014, 16:10

Je gloussai, réellement amusé par les propos d'Engar qui visiblement, croyait dur comme fer dans son approche des choses.

-Cette manière de t'adresser de façon aussi franche est vraiment rafraîchissante par moment. En fin de compte, ce qui nous distingue avant tout toi et moi, plus que nos aptitudes, c'est je pense la culture dans laquelle nous avons été bercé tout petit. Je comprend en partie l'approche que tu as des choses. Mes ancêtres qui vivaient selon un style très tribale se comportaient à peut prêt de la même façon. C'est probablement l'apparition de l'Alchimiste Éternel qui  nous à sapé notre volonté barbare. Dorénavant, nous somme certes toujours un peuple guerrier, mais avec un coté plus cérémoniel et réfléchis.

Je me fis soudainement la remarque que je ne m'étais même pas échauffé. Erreur de débutant et pouvant être parfois grave. Je me mis donc à faire des ronds avec les bras et à jouer des articulations au niveau des mains et des jambes. Heureusement finalement qu'Engar ne m'avait pas laissé le temps d'esquisser une attaque. J'aurais pu me blesser.

-Hm... Tu n'as pas tord. Je n'ai été formé qu'à affronté des humains et les quelques races de créatures habitants nos forêts. Je n'ai personnellement jamais affronté de démon, fort heureusement d'ailleurs. Je ne pense que j'eusse à la hauteur si cela avait été le cas. Le seul que je connaisse, il est dans un accessoire et ne peut que beugler des insanité. Il y a pire je pense. Me moquai-je en lançant à mon camarade un air narquois. Il est -je trouve- paradoxale qu'un entrainement anti-démon ne soit dispensé dans mon royaume. Nous prétendons pourtant êtres les chasseurs de créatures infernales les plus féroces. A tord probablement. Tout cela parce que mon ancêtre à su vaincre Varish en le scellant.

Je me dépêchai de finir au plus vite mes échauffements car voir Engar attendre ainsi me gênai. Quand ce fut fini, je dégaina "Létal" puis me plaça devant lui.

-Je pensai à l'origine à d'abord me familiariser de nouveau avec mon art à l'aide d'échanges moins virulents afin de pouvoir travailler la technique. Je préfère aborder les choses dans un ordre bien précis. Le physique peut être travaillé en solitaire, tandis que l'escrime ne s'apprend vraiment qu'avec un compagnon d'arme. Mon maître appelait cela le 'jeu de la touche". Le principe est simple : on délaisse la force et se concentre avant tout sur la maîtrise de la lame et sur la gestion de son endurance. Qu'en penses tu ? On essaye ?

-Je sens que je vais me faire royalement chiez à vous voir danser comme des pucelles...

-Rien que pour ça, ça vaut le coup ! Je me mis en garde, bien décidé à réapprendre l'art de l'escrime fustiloroi et à agacer mon démon.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Sam 22 Fév 2014, 13:55

Il avait vraiment de la chance Dokpel que je ne sois pas aussi susceptible que le voulait ma réputation, du moins dans certains domaines. Car, en effet, je ne rêvais pas, il s'exprimait ^peut être maladroitement mais il venait de traiter ma culture d'origine de barbare et de tribale, à moins qu'il ne vise seulement mon humble personne. néanmoins, ni l'un ni l'autre ne m’affectait, tout simplement parce que je considérais n'avoir désormais que bien peu de liens avec mon pays natal désormais, auquel je ne devais rien, et que pour ma part ça ne serait pas les pires insultes qui m'ont été adressé ! Enfin d'autant plus que des remarques de ce genre j’en avais autant à l'égard de ces peuples "cérémoniels" et "réfléchis", dont j'avais nargué nombre de représentants ! Tout ne m'adressant la parole il s'échauffait, me rendant compte que j'avais commis l'erreur d'entamer d'office l’affrontement avec lui sans même lui laisser le temps de pratiques ces exercices. pour ma part ce n'était pas un problème puisque, arrivé avant lui, je m'étais déjà préparé autant qu’il le fallait et je ne m’étais pas laissé le temps de refroidir !

Cependant de neutres, mais traits devinrent satisfait quand il reconnut le fiat qu'il n’avait jamais affronté de démon. J'aurai eu l'air fin si cela avait été le cas. D'ailleurs ce qui confirmait son ignorance à leurs sujets était son jugement tranché" sur ce qu'il pourrait faire face à eux , sur la seule base de celui qu'il avait dans son bracelet, et peut être de celui qu'il avait défait dans la bibliothèque . En somme, pas assez pour se faire une opinion concrète et réelle des infernaux. Une opinion qui devait être fréquente dans ce pays qui se targuait d'une réputation aussi pompeuse... Certes dans le nord on se targuait aussi d'être des tueurs de géants, mais la différence était que la guerre entre les hommes du nord et ses autres habitants continuaient à faire rage, et que les colosses y prenaient part, et pouvaient aussi bien être tué que n'importe qui ! Ainsi alors qu'il finissait ses échauffements, alors que moi je pivotais lentement la tête afin de m'assurer que mes vertèbres n'avaient pas trop souffertes de ce coup de pieds, je lui répondis.

"Tu as raison... Il y a une différence entre être un homme du nord et un du continent, et pour être honnête je préfère notre société de thane à ce système de souverains et de serfs... Tout comme il  y a une différence entre grandir en tant que prince et être rejeté pour abriter un être qu'on a pas choisi."


Il n'était pas courant que je parle de mon enfance, cette dernière ayant été des plus rudes, même pour un habitant des terres du nord, mais en même temps je ne m'en plaignais pas. Comme pour le reste je n'avais pas de regrets, puisque cela m'avait façonné pour que je sois l'individu que j'étais aujourd'hui et ainsi je continuais sans le moindre trouble.

"A ce sujet d'ailleurs tu sembles accorder plus de puissance aux démons qu'il n'en ont. Oh bien sûr tous ont une ou plusieurs particularité, magicien habile, puissant, rapide ou endurant, mais tout comme parmi les hommes il y a des puissants et des faibles, les démons comptent aussi leur lot de puissant et de faibles. Par exemple je ne doute pas que tu puisses défaire un diablotin."

J'eus alors un petit rire amusé, je le rabaissais un peu, mais à vrai dire il devrait être à même de défaire des démons de  rangs un peu plu élevé, fallait juste éviter de s'en prendre à de trop gros morceaux...Et à ce sujet je continuais un peu mes propos.

"Mais j'avoue que je trouve bien prétentieux de la part de ton peuple de se prétendre chasseur de démons ''ils n'enseignent même pas à leurs princes les faiblesses et particularité de ces derniers. Enfin... Peut être qu'il revient à toi de faire mériter à ton peuple, son titre. Qu'en dis tu ?"

Il finissait alors son enchaînement, pour ensuite me proposer sa manière de s’entraîner. Un affrontement purement technique... Je trouvais cela un peu ennuyeux à vrai dire, car selon moi c’était ne pas prendre en compte tout ce qui composait un combat et juste ne travailler des facettes, mais dénigrer son efficacité était une sottise et ainsi je me mis face à lui, mes deux lames dégainés, les serrant fermement.

"Cela me va, de toute manière c'est toi qu'on entraîne en priorité là ! Alors si c'est comme cela que tu le souhaites, néanmoins je te préviens, moi si je maîtrise ma lame c'est que je frapper pour tuer ! alors fais attention ce serait bête de mourir dans un ballet !"

Mes dires pouvaient paraître menaçants, mais ils ne furent même pas prononcé avec un sourire sadique. Je répondais juste aux dires de Varish et étais simplement amusé et détendu après notre premier échange intense, mais cette légèreté céda rapidement la place à une certaine gravité. on pas que je prenais cet entraînement trop au sérieux, mais je me concentrais, essayant de réguler ma respiration, mais surtout mes aptitudes physiques. il voulait s’entraîner à la maîtrise de la lame et à la gestion de l’endurance, or si j'usais de tout mon potentiel cela reviendrait à fausser le jeu. Cependant ce n'était pas si facile que cela, j’avais l'impression de m'engourdir, c’en était presque douloureux que de prêter tant d'attention à mon corps. Et c'était d'ailleurs pour cette raison que je lui laissais l'initiative.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Sam 01 Mar 2014, 17:54

J'affichai une mine faussement réjouie, l'hardeur franchement calmé par ce que qu'Engar venait de lâcher.

-Haha... Vraiment rassurant. Je ferai bien attention à ne pas négliger ce précieux conseil.

-Même au lit avec une femelle, ça vaut. Fragile et peureux comme tu es, ta chattes pourrait sans aucun soucis t'étriper si tu la frustre. 

Je fis mine de ne rien entendre avec brio, préférant me mettre en garde exactement comme me l'avait enseigné mon maître plutôt que relever cette blague démoniaque de mauvais goût. S'il fallait que je râle à chaque fois qu'il raconte des bêtises, j'aurais depuis bien longtemps usé mes cordes vocales. Engar en face de moi, adopta sa posture de combat, arborant toujours ce masque de confiance absolut qui mettait en valeur son style de guerrier sauvage. J'invoqua avant de commencer mon armure de Promélianth qui me recouvrit aussitôt. Puis après une courte période de concentration, nous nous lançâmes dans une joute à la fois calculé, élégante, précise, mais aussi simple, féroce et sans aucune pitié. Une fois de plus, la différence de nos parcoures respectifs fut mit en valeur par notre maniement de l'épée. Quand Engar penchait plutôt pour des coups franc (cependant moins forcés) et rapide, ajusté par un sens du rythme irréprochable, j'optait plus pour une approche plus subtile, jouant avec feintes, fausses gardes et contres.

Une fois de plus notre danse attira plus d'un  combattant présent dans la salle d'arme, visiblement intéressés par la variété de nos coup et nos aptitudes à sortir d'une position risquée. Bien évidemment, il y avait toujours dans le lot deux ou trois tordus qui espérait uniquement voir le sang coulé à flot puis assisté à la mise à mort du plus faible. D'un coté, un combat entre deux humains dans un donjon de créatures persécuté par ceux là même avait de quoi en excité plus d'un. Cela d'ailleurs me causait un tord non négligeable. En ressentant leurs émotions, m'arrivais de mal juger une action d'Engar et par conséquent de perdre le tempos de la danse mortelle que lui et moi menions. Au mieux, je parvenais à contrer l'attaque, au pire, je recevais un violent coup marquant assurément ma chair d'une large tache bleu.

Durant ce premier échange, j'eu beaucoup de mal à juger avec exactitude l'angle des assauts de mon adversaire. Mais aussi à gérer efficacement la position de mes pieds, tant le rythme s'intensifiait par moment. En faute les insupportables remarques de Varish qui par moment faisaient rire l'assemblée, ainsi que la douleur causé par les attaques précédente qui avaient fait mouche. Un fois de plus je me retrouvai à bout de souffle. Je tentai par moment de jouer du poignet pour me donner le temps de respirer, malheureusement, Engar parvint plus d'une fois à passer outre et donc à me remettre en action. Cela ne me laissa même pas le temps de pester amèrement contre mes capacités physique -il faut le dire- vraiment dérisoires.

Le premier affrontement se termina lorsque je lâchai mon épée, l'avant bras endolori par un violent coup de taille.

-Tu veux que je compte le nombre de fois ou tu poses ton cul par terre ? Se moqua Varish.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Dim 02 Mar 2014, 16:07

Je souriais face à sa réponse concernant mon "conseil" qui avait pourtant été plus ironique qu'autre chose. Même si ce que j’avais dit été vrai je n'escomptais tout de même pas l'estourbir. Enfin je passais outre cela, ainsi que de la remarque du démon, afin de me préparer à l'affrontement. Comme je le laissais faire il prit l'initiative, et le tempo de notre affrontement étant un peu plus posé je pus jauger davantage de son style de combat. Ce dernier était tout en souplesse, usant de bottes et user de manœuvre visant à détourner l'attention de son adversaire. Une manière de se battre efficace en soit, mais qui m'interloquait, bien qu'elle ne l’entravait guère ses mouvements, l'armure de promélianth de par son aspect semblait jurer avec ce style de combat...mais c'était justement une bonne chose, car ne le gênant nullement, cette façon de se battre dans un tel équipement risquerait de surprendre plus d'un adversaire.

Cependant aussi efficace que soit cette façon de se battre en elle même, elle était vaine si son manieur ne parvenait pas à en faire usage avec maîtrise ou à parvenir à gérer les autres aspect du combat que ceux concernant sa propre arme. Ainsi il peinait à suivre mes déplacements ainsi que les mouvements de ma lame, alors que pourtant je m'efforçais à ne pas abuser de mes capacités physiques. Bien entendu je mettais cela en partie sur le compte de son manque récent d’entraînement et de la fatigue résultant du premier affrontement. Mais je n'étais pas dupe, les remarques de Varish ne devaient pas l'aider à se concentrer. J'aurai alors pu élever la voix que ce soit pour renvoyer au démon ses boutades , mais je ne le fis pas pour deux raisons. La première était que cela était un bon entraînement. Dokpel devait apprendre à se battre malgré les perturbations extérieures et les conséquences de son lien avec le démon, comme je l'avais fait,, sans quoi il serait bien en peine de soutenir un duel et encore plus de se maintenir sur un champs de bataille. Secondement parce que moi même je me dédiais entièrement au combat, et ne souhaitait pas détourner davantage l'attention de Dokpel ou la mienne par des mots qui n'avaient pas leur place ici.

Ainsi l'éclat de l'acier résonna pendant quelques minutes, durant lesquelles l'éclat de l'acier résonnait avec clarté dans les combles de la salle d'arme, mon arme touchant sans violence excessive, mais à plusieurs reprises, le corps de Dokpel, contredisant ainsi ce que je lui avais dit sur le fait que je risquais de le tuer. Je constatais par ailleurs qu'à plusieurs moment il tentait d'imposer une pause au combat, mais je ne lui en laissais pas la possibilité, soit on arrêtait pour de bon le combat soit on le continuait jusqu'au bout, mais je n'allais sûrement pas lui laisser tout simplement e temps de respirer... Et je ne m'arrêtas finalement que quand après un coup au bras il lâcha sa lame, ce dont le démon profita pour une dernière pique, et enfin je lui répondais, d’une voix sèche, alors que moi même reprenait mon souffle.

"Ce sera toujours moindre que le nombre d'années que tu as passé en tant qu'accessoire décoration."

Je me penchais alors récupérant la lame de Dokpel, avant de la lui tendre. Mon regard fixait avec ardeur le sien, cette fois sans trace de moquerie ou de bestialité. Je reprenais alors la parole d'une voix peut être un peu abrupte mais nullement agressive.

"Si tu veux mon avis t'es en trop piteux état pour continuer à t’entraîner physiquement, mais si tu souhaites poursuivre... Bref à toi de décider."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Lun 03 Mar 2014, 21:58

Je pris volontiers la main tendue pour me redresser debout. Au passage je fis un signe de la tête à mon camarade pour le remercier de la remarque acide qu'il lança au démon captif. 

Quand il me remit mon arme, je ne pus résister à l'envie d'éprouver l'adresse de mon poignet, encore frustré qu'il soit si engourdi et donc maladroit. Je connaissais encore les techniques fustiloroise sur le bout des doigts. Il n'aurait d'ailleurs pas été excessif de prétendre que j'aurais pu naître avec qu'il en serait de même. Seulement, mon corps lui avait oublié en grande partit ces geste. Plus exactement, il ne savait plus retranscrire mes pensées avec la même exactitude, la même finesse et la même agilité. Plus handicapant encore, mes mains, mes pieds et mes yeux ne travaillaient plus ensemble aussi bien qu'autrefois. Avant, de ce que je voyais, mes pieds s'adaptaient, et mes mais agissaient tout en profitant de ma posture pour placer le coup le plus puissant ou bien le plus pertinent. Mais aujourd'hui, le tout n'existait plus. Mes pieds couraient là ou le danger n'y était pas. Mes yeux peinait à saisir le sens de tout ce qu'ils voyaient. Quand à mes mains, elle étaient hanté par l'hésitation. Trop proche ? Trop loin ? De taille ou en estocade ? Tant de situation qu'elles ne savaient plus aussi bien contrer. Tout cela me frustrait, bien que je n'était guère surpris. Me morfondre et me cacher pendant aussi longtemps avait été ma bêtise la plus fatale. Aujourd'hui, je devais réapprendre tout ce que j'avais su... Enfin presque tout.

Car malgré tout, quand je laissais mon instinct agir, brides relâchées comme maintenant, ma lame dansait tout seule en fendant l'air avec grâce et fluidité. Quand l'objectif n'était pas aussi précis que bloquer ou attaque un ennemie, mes mains savaient encore jongler et s'harmoniser entre elles pour offrir un exercice pratique relaxant et agréable à regarder. Je m'amusai alors à jouer ainsi quelques instant, le temps de récupérer mon souffle et aussi pour habituer mes membres à la vitesse d'action des manœuvres. 

Cela fait, je me retournai vers Engar et le regardai, un air moqueur dessiné sur les traits de mon visage mais toujours masqué par mon heaume.

-Qui êtes vous manant pour prétendre que je suis trop épuisé pour poursuivre l'entrainement ? Cette audace risque de vous coûter cher. Lançai-je d'un ton faussement sérieux, me moquant un peu de mes origines princières. En réalité, je m'en fichais bien qu'il s'adresse à moi ainsi. Dans un entrainement, il n'y avait jamais ni prince, ni roturier. Juste deux combattant lié par un seul et même objectif : Apprendre.

Cette fois ci, je lui présentai un garde basse adapté pour une tactique défensive.

-Après vous.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Lun 03 Mar 2014, 22:20

Le petit exercice qu'il fit avec ses mains ne m'échappa pas. J'aurai à vrai dire bien était en peine de tout en saisir, mais je connaissais moi même quelques gestuelles afin de réveiller un corps engourdi, et ces mouvements n'étaient pas sans me les rappeler en certains aspects, et cela était probablement le but de mon compagnon d’entraînement, qui peu après me fit à nouveau face, et avant même qu'il ne parle je devinais à son regard que nos passes d'armes n'étaient pas encore achevées/ Face à son ironie je fus tenté de lui servir une révérence exagérés, mais je ne roublardise pas,nous étions dans un entraînement et ce genre de chose ne se prêtait pas à de telles simagrées..Et de fait je me contentais d'une remarque sarcastique alors qu'il se remettait en garde adoptant cette fois une attitude défensive.

"Si tu désires avoir la peau aussi bleu que ton sang, libre à toi !"


Cette fois il me laissait l’initiative...Et sans plus faire tarder le jeu j'en profitais. Cependant cette fois ci mon but n'était pas de le toucher à tout prix, fut ce de façon superficielle. Cette fois ci ,davantage que sur mes assauts je jouais sur mes mouvements et les siens, cherchant à voir dans quelles mesures il était capable de me suivre, et effectuant des fois des mouvements qui en soit n'étaient pas les plus efficaces, mais éveilleraient peut être en lui certains réflexes. M'approchant dangereusement de lui afin de voir comment il réagissait au niveau de ses jambes, faisant durer une lutte de force entre nos deux lames afin de voir quel mouvement décrivait ses mains. Se faisant je délaissais quelque peu ma défense et je reçus quelques coups, bien que superficiels, mais je m'en moquais. Le passage à tabac, comme l’avait qualifié l'elfe, et notre précédente passe d'arme m'avaient permis de jauger avec précision les lacunes de mon camarade d’entraînement et j’agissais de telle sorte qu'il puisse les combler, fut ce à mon détriment.

Qui plus est je n'y perdais pas forcément au change, car en jaugeant ses réflexes c'était aussi une manière pour moi de voir quelles failles possédait tel mouvement en telle situation, de manière bien plus précise que lors de mes entraînement avec les monstres... Et pour être honnête mes aptitudes physiques, et ne particulier ma vitesse, auraient pu me permettre de dévier les assauts qui portaient, mais j'appliquais à moi même le précepte que j'avais eu pour Dokpel, on apprenait bien mieux en recevant des oups, et j'assumais les miens. Une chose futile, mais qui à vrai dire me serait utile si je rencontrais un individu possédant mes aptitudes physiques et les talents de Dokpel, et contre lequel je ne pourrai pas user des ruses qui m’avaient permis de me défaire de tant de démons. Une telle conjoncture paraissait improbable, mais après tout la lame qui transperçait le cœur du guerrier lui semblait bien souvent improbable !

Cependant je tenais bon, même si je devais avouer que mon souffle commençait à se faire un peu plus lourd, Cela faisait un certain temps qu'on s’entraînait et même avec des aptitudes surhumaines je ne pouvais indéfiniment repousser la fatigue, d'autant plus que je m’entraînais déjà avant que Dokpel n'arrive ! Pour autant j'y éprouvais un certain plaisir, moins bestial que celui que me procurait un combat à mort, il s'agissait tout bonnement de la satisfaction de l'effort qui m'amenait un sourire aux lèvres alors qu'à aucun instant je ne quittai le regard de mon opposant que je devinais à travers son heaume. J’étais quelque part fasciné par sa volonté alors que son corps avait semblé au supplice, mais après tout c'était cela la force de notre race. Qu'elle se manifeste par le fanatisme ou la détermination, c'était la volonté qui nous avait permis de survivre au milieu d'êtres plus dangereux que nous et d'aujourd'hui les supplanter... Et celle du prince allait bien au delà de ce que j'avais escompté !
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Lun 03 Mar 2014, 23:13

L'assaut ne se fit pas prier. Il arriva aussi rapidement qu'il avait cessé précédemment. Aussi, je mis à profit ma garde basse pour contrer le premier coup. Contre toutes attentes, je sus faire face aux multiples attaques qui filèrent vers moi en usant de contre et de blocage pour la plus part efficace. Bien entendu des estocades réussirent à passer ma défense tant par leur vitesse et leur précision que par leur nombre. L'avantage de manier deux épées était de pouvoir parer correctement et surtout de pouvoir mener des assauts conséquent ne laissant pas une seconde de répit. Mais l'avantage de n'en avoir qu'une -car oui il y a aussi des avantages- était d'avoir une maniabilité accrue et de pouvoir jouer plus habillement des mains pour lancer des feintes et retourner les assauts à votre avantage. Et j'en profitai bien entendu. Lors d'une attaque un peu osée, je sus lancé un coup d'épée en taille qui tapa la jambe d'Engar et fit échoué l'attaque qui suivait. Cependant, malgré ces petites "victoire", je n'étais certainement pas victorieux sur un plan d'ensemble du duel. Le guerrier du nord se révélait toujours plus fringuant et toujours plus puissant que moi.

Soudainement, je sentis un changement dans son jeu de jambe. Certain de ses coups arrivèrent trop vites et me coupèrent toute possibilité de contre. Bien vite, je dus faire preuve de plus de mobilité pour le maintenir à distance de combat mais à chaque fois il se rapprocha, cassant une fois de plus les distances de combat. En plus de pas pouvoir contenir les coups aussi efficacement qu'au début, je commençai à avoir le souffle court. Des coups me touchèrent aussi plus durement, marquant un peu plus ma peau de tache sombre. Plus le combat se prolongeait plus je grimaçait sous l'effet des attaques qui touchaient mes bleus.

L'entrainement se déroula en plusieurs rounds pour nous permettre de nous défendre tout en ménageant nos muscles. Mais cela ne suffisait pas pour que ceux ci récupèrent totalement. Ainsi, plus les échanges se succédèrent, plus mes aptitudes déclinèrent. Mes coups ratèrent de plus en plus souvent leurs cibles et de plus en plus de coups me touchèrent. Mais malgré tout, je n'étais pas seul dans ce cas. Sur le visage d'Engar, je pouvais lire à certains moment des signes de fatigue. Lorsque mes coups portaient, ils semblaient avoir plus d'effet qu'au début. Ces traces de faiblesses me rappela alors que lui aussi était humain. Un combat d'humains. Cette pensée me redonna de la vigueur au moral. Malgré la douleur qui habitait mes membres je me mobilisai toutes mes forces dans ma volonté de combattre, pour tenir, pour apprendre, pour me surpasser.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Engar le Lun 03 Mar 2014, 23:50

Les pauses qui eurent lieu furent bienvenu, même pour moi, dont le corps commençait petit à petit à faiblir, à chaque pause je me sentais un peu plus las, un peu plus faible, mais je refusais d'abandonner. A vrai dire je pourrai encore tenir un certain ce rythme là, mais affirmer que j’étais aussi "frais" qu'au début aurait été de la vulgaire vanité ! Là où ce précédents coups de lames me faisaient l'effet de vulgaire bleu que je pouvais aisément ignorer, la douleur était désormais plus aiguë et je ne pouvais tout simplement pas l’ignorer, mais cela signifiait qu'il en allait certainement de même pour lui. A vrai dire je pouvais le constater, a chaque fois qu'un de mes coups porté une grimace de douleur traversait ses traits, lui aussi devenant plus sensibles à mes coups... Et pour être honnête je n'étais pas habitué à un tel combat. D'ordinaire j’avais deux manières d'affronter un adversaire, soit je l'éliminais rapidement si j'en avais la possibilité, soit je l'affaiblissais grâce à l’allonge que me procurait mes chaînes, et l'épuisait ainsi bien avant que moi ne le soit, quant à ce qui se passait lors d'une grande bataille... Eh bien, le chaos environnant aidait quelque part à ne pas se laisser tomber de fatigue et de toute manière les adversaires étaient tout aussi épuisés que nous ! Or ici il n' avait nul chaos et je ne pouvais pas agir à l'égard de Dokpel comme je le faisais généralement dans mes combats, j'étais obligé de m'imposer des limites et ce n'était pas nécessairement une mauvaise chose.

Néanmoins je décidais de passer à la vitesse supérieure. Oh, je ne comptais pas le passer à tabac, je cherchais toujours à essayer de réveiller en lui certains réflexes, mais j'allais le faire un cran au dessus, Et tout simplement user contre lui de ses propres méthodes ! En effet à force de l'observer j'avais non seulement compris comment il se battait, mais aussi quelle était la gestuelle dont il usait ! Or Dan un combat il fallait toujours prendre en compte l'aptitude qu'avait son adversaire à s'adapter à nos propres actions. Ainsi j'escomptais non seulement opérer une changement radical dans mes assauts, et je me demandais bien comment le petit prince réagirait face à sa propre escrime. En soit cela ne serait pas surprenant qu'il soit à même de la contrer puisqu'il avait jusque là affronter des adversaires la maîtrisant, mais il était intéressant de s'assurer qu'il était toujours capable de contrer cela

Ainsi je fis mine de porter un coup d'estoc...Mais alors que sa lame touchait la mienne, j'effectuais un brusque pas en avant avant de faire pivoter mon poignet de manière à ce que mon pommeau le frappe au menton, avec une force humaine, mais conséquente. Mon pommeau ricocha alors sur le promélianth, néanmoins le choc fut tel que je ne doutais pas une seule seconde que le coup avait dû sacrément sonner mon adversaire, mais sur le coup je me demandais. Allait il encore m'accuser d'être une brute, un barbare, ou bien comprendrait il ce que j’avais cherché à provoquer et à vérifier ? Quoi qu'il en soit je me reculais en suite un peu en abaissant un peu mes lames, sans quitter du Dokpel du regard, guettant sa réaction.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Dokpel Varish le Mar 04 Mar 2014, 01:20

La volonté me permit de tenir quelques instant de plus et de faire face à des assauts qui aurait dû normalement souffler toute envie de combattre. Mais je ne me fis pas d'illusion. Ma vision perdait de sa netteté, je ne parvenais plus à pratiquer des mouvements comme lorsque nous avions débuté la rencontre. Dorénavant, je cherchais instinctivement une manière de me protéger et d'attaquer de la façon la plus simple possible, oubliant toute notion de feinte, décalage, ou contre. Mon corps me criait de m'arrêter. Mes muscles souffrait à chaque geste seulement pour faire plaisir à mon désir de combattre encore alors que bien sur, j'avais reçut plus d'un coup normalement létal dans un vrais duel. Mais je m'en fichais... Ou presque. Bien vite, mes jambes aussi commencèrent à flancher, en raison des efforts produit mais surtout à causes des coups à répétition qu'elles avaient  essuyé durant les différents échanges menés depuis presque une heure.

En fin de compte, mon esprit était tellement embué que tout ce que je faisais ne servait presque plus a rien hormis montrer à mon camarade de jeu que malgré ces années de chômage technique, mon esprit lui était resté le même. Oui c'est ça. Je ne combattais plus vraiment pour apprendre ce que j'avais oublié. En ce moment même je me battais pour chasser ces souvenirs ou je n'étais plus que l'ombre de moi même. Pour me prouver que ces jours sombres étaient enfin derrière moi et qu'enfin, j'avais su avancé. Autant dire que le mélange de ces émotions si enivrante se mariaient assez mal avec le ressentit affreux de la douleur de mon corps. Mon souffle rauque résonnait dans mon heaume. Je me sentais presque flotté, voir presque ivre. Et dans cette état d'égarement, je mis un peu trop de temps à comprendre qu'Engar venait en fait de me feinter, et qu'enfin de compte un coup hors de mon champs de vision était en train de voler vers moi. Sans doute pour me remettre les idées en place.

Quand je reçu le coup au menton, les muscles de mon cou ne firent même pas mine d'essayer de retenir ma tête. Non, elle s'envola en arrière tout simplement projeté par la force du choc. J'eu l'impression qu'on venait de frapper une cloche avec ma tête encore placée à l'intérieur. Je voulus me retenir pour me remettre en position de défense, mais même mes jambes refusèrent d'obéir. En réalité, tout mon corps se rebellait contre ma pensé. Impuissant et les sens totalement retournés, je pus que me préparer au choc contre le sol en pierre froide, même si la chute me parut  durer une éternité et l'impact, bien distant.

***
Quand j'ouvris les yeux, ce fut pour croiser ceux de l'elfe agenouillé à mes cotés, à la fois contrarié et ennuyé. Par réflexe, je mis ma main sur ma tête pour bien constater que l'on m'avait ôte mon heaume. Celui ci était effectivement posé juste à coté de moi sur ma droite. Sur ma gauche, se tenait Engar, debout et apparemment indemne. Illusion ou vérité ? Impossible à deviner.
-Je...
- Vous êtes des imbéciles qui ne savez pas quand vous arrêtez, à peut près de la même trempe que touts les autres bourrins sanguinaires présents dans cette même salle. Autant dire que vous devez vous plaire ici. J'ai soigné la plus part de vos ecchymoses. En revanche, j'ai pris soin de vous laissé la douleur lié à vos efforts physique. J'ose espérer que cela vous fera mettre le holà car je dois y aller.
Encore sonné je ne pris pas la peine de le remercier. D'un coté vu son ton cassant, je ne pense pas que cela lui ai manqué. Après tout, je suis un humain. Tandis qu'il s'éloignait, je restais ainsi allongé au sol, me passant les main sur le visage comme pour chasser ce nuage nébuleux qui dansait encore devant mes yeux.
-Restrictions.
L'armure ainsi que le heaume de promélianth se liquéfièrent ensemble et glissèrent jusqu'à mon avant-bras reformer le brassard dans son état initial. Je ressentis un grand confort quand mes membres retrouvèrent leur légèreté naturelle. J'en soupirai même de satisfaction.
-On peut dire que j'aurais dégusté comme il se doit pour une mise en bouche n'est ce pas ?
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le verbe des lames (Pv Engar)[Terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum