Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Aller en bas

Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Rosalia Cordebleue le Sam 16 Nov 2013, 15:43

"Quand j'aurais trouvé la Gardienne....
Le donjon Naviento retrouvera sa puissance d'antan.
Et Oni-Ni-Kanabo mourra."

------------------------------------------------------------------

Rosalia sortait tout juste de la bibliothèque du donjon. Elle y avait lu pendant de longues heures divers ouvrages, tous sur des thèmes très différents. Elle s'était surtout attardée sur les manuels de guerre, l'histoire du donjon, les quelques récits humains qui traînaient sous la poussière au fond des étagères. Mais surtout, plus que tous les autres, les nouvelles sur la guerre entre le donjon Kanabo et Naviento. Elle se rappelait vaguement avoir déjà entendu le nom de ce donjon...Oui, c'était celui où voulait aller Hyru, lorsqu'ils s'étaient rencontré en forêt. Elle se souvenait encore de tout ce qu'il avait pût lui dire pendant leur voyage, de ses blagues, de ses histoires d'horreur, de son baiser...

En y repensant, la magicienne s'était essuyé la bouche du revers de la main. Maintenant qu'elle avait Morgan et qu'elle avait un rôle important dans le donjon, elle n'avait pas à repenser à tout cela. Combien de fois avait-elle répété sa phrase fétiche, comme quoi regarder le passé ne permet pas d'avancer dans la vie ? Beaucoup trop. Le sourire au coin des lèvres, elle se dirigea vers la sortie du donjon et froissa un morceau de sa robe. Cela ne conviendrais pas vraiment à la sortie qu'elle avait prévue. La multiforme s'arrêta en chemin et ferma les yeux. Elle semblait plus concentrée que jamais, et tous les autres habitants la regardaient curieusement.

Ils la regardèrent avec plus d'insistance en voyant qu'elle avait subitement changé de tenue. Elle qui portait souvent quelque chose de féminin, elle avait opté pour une tenue de toile principalement, avec une capuche et un sacré décolleté. Elle ne faisait jamais vraiment exprès pour ça... Peut-être que sa partie slime avait été pervertie par le pirate, qui sait...? D'ailleurs, lorsque les passants comprirent qu'il s'agissait là d'un simple sortilège slime, ils se remirent à vaquer à leurs occupations. Une lueur d'amusement passa dans le regard pourpre de Rosalia qui accouru à la porte du donjon, saluée par les quelques Aquatics de passage, et inspira un grand coup. Elle n'était pas sortie depuis au moins...Une semaine !

Mais l'air n'était pas comme d'habitude. Elle décelait une odeur humaine, et puis un mélange de démon....C'était assez désagréable, et en même temps, Rose se rendit compte qu'elle n'avait jamais été capable de détecter les odeurs ainsi. Haussant nerveusement les épaules pour elle-même, elle mit sa capuche sur ses cheveux bleutés et partit en direction du premier village humain qu'elle aperçut, dans le seul but de faire quelques achats pour sa nouvelle habitation.

Mais tout ne se passa pas comme prévu. Oh...Non.

Alors qu'elle approchait du village, il se mit à pleuvoir. Une pluie très fine, mais complètement glacée, ce qui fit souvent frissonner la magicienne... Bientôt l'eau qui tombait forma une étrange brume devant elle. Ce n'était certainement pas naturel, et elle s'en rendit compte très vite. Derrière cette buée blanchâtre, elle discerna un corps humain...Non, pas humain...Il y avait de petites cornes sur la tête de cet inconnu. Et manifestement, il lui barrait la route. Ne voulant cependant pas être hostile avec ce qui devait être l'un de ses compagnons de donjon, elle leva la main.

▬ Olah ! Du calme, je suis une monstre aussi tu sais, pas une de ces humains qui tente de nous envahir, même s'ils ne le font plus depuis quelques temps ! Tu sais, il paraît que les meubles ici sont très beaux et pas ch-

Elle s'interrompit en ouvrant de grands yeux. La pluie s'arrêtait d'un simple geste du démon devant elle, et elle crût reconnaître un ami de longue date. Mais elle secoua la tête. Non, sûrement pas. Soudain, l'inconnu ouvrit la bouche et la fixa d'un air hautain, mais trahissant une douceur...Frustrante.

"Je viens du donjon Naviento. Ce village n'est plus, grâce à moi. J'ai pillé toutes leurs ressources et fait fuir ses habitants. Si tu ne souhaites pas mourir, suis-moi, et rejoint les rangs des Rebelles."

Au début, Rosalia ne comprit pas. Puis, peu à peu, elle se mit à tilter. De un, c'était apparemment un démon "ennemi", même si la bataille entre leurs deux donjons n'était plus présente. De deux, il avait totalement exterminé -même si les habitants avaient fuit, à l'heure qu'il est, ils devaient mourir de faim- un village humain sans raison. De trois....

▬ Des rebelles de Naviento ? C'est quoi ? ....Hé, attends, je fais partie de l'autre donjon moi, je n'ai rien à faire dans le tiens ! Kanabo est très bien. Si tu compte raviver la haine entre nos deux maisons, n'espère pas mon ai-ARGH !

En à peine quelques instants, elle se retrouvait clouée au sol, affaiblie, et contrôlée par un flux arcanique étonnement puissant. Le démon s'approcha lentement et écrasa sans pitié le visage de la jeune femme avec son talon, faisant saigner la pauvre fille du nez et laissant des traces boueuses sur son beau visage. Elle se mit à tousser et entendit vaguement les paroles de son nouvel...Non, son premier adversaire.

"Tu n'as pas changée, Rosalia. Toujours aussi niaise."

Et elle comprit.

HRP:
Voilà, désolée de ce gros pavé, je pense pas en refaire un pendant le RP, sauf si je suis méga inspirée ^^' Pour l'ordre, je propose Moi-Engar-Jarus, mais à vous de voir s'il vous déplaît. Ah, et aussi, voilà l'apparence de notre cher adversaire inconnu !
avatar
Rosalia Cordebleue

Féminin
Messages : 89
Expérience : 293

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Demi-Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Engar le Dim 17 Nov 2013, 03:27

"Bon sang tu me dois bien ça Engar !"

" En quoi ? Bon je reconnais que ton aide m'a été utile pour éviter des ennuis avec ce fichu ange et sauvé Kumie, mais je te rappelle déjà que j'ai pas mal d'ennuis et je ne compte pas en rajouter à mon compte si jamais la gamine doit mourir !"

La discussion avait lieu dan la salle inondée, entre moi et un vieux triton. Celui qui avait fait fuir l'ange qui avait manipulé mon aimée et l'avait poignardée, ce qui en même temps nous avait permis de nous rencontrer. C'était aussi un des rares qui après m’avoir vu ce jour avait du mal  à me juger aussi mauvais qu'on le disait. Pour autant je voyais bien que je le décevais par ma décision. En même temps  je pouvais le comprendre, il s’était pris d'affection pour une nouvelle venue qui était devenue la gardienne de la salle inondée, mais cette dernière était sorite et ainsi s'exposait à de nombreux dangers, d’autant plus qu'elle ne paraissait nullement accompagné au vu des propos de l'aquatique, qui m’avait fait mander pour me demander de la suivre à distance... D'ailleurs il revint rapidement à la charge.

"Et si je t'offrais une de mes bouteilles que je conserve au frais ?"

"Je ne mange...Ou plutôt ne bois plus de ce pain là, tu sais ? Bon je crois que c'en est assez. Je ne vais pas me charger de cela, mais je vais voir si Shrivei peut y faire quelque chose."


Bon sang, les gens avaient tellement l'habitude de me voir boire que certains en venaient même à vouloir m'acheter avec de l'alcool, et la chose était d'autant plus pathétique depuis que j'avais arrêté de boire ! Je souriais ainsi d'un air amusé, avant que la stupeur ne marque me traits face à l'annonce du triton.

"Ah et...Ai je omis de préciser que c'était une humaine ?"

" Je pars sur le champ..."


Et c'e"st ce que je fis, tournant sèchement les talons. Comme à mon habitude j'étais vêtu et armé de pieds en cape, de fait j’allais quitter rapidement la tour et n'aurait probablement aucun mal à rattraper la jeune humaine. Cependant je perçus un raclement de gorge de la part de l'aquatique, qui me retint brièvement.

"J'ignorais que tu avais une affection particulière pour ta race... Après tout si c'était le cas, pourquoi avoir rejoint le donjon ?"

Une question qui ne me surprenait guère, mon volte-face pouvant paraître étonnant, voir même suspect, mais ce fut avec une décontraction totale que je lui répondis, tournant juste légèrement ma tête pour le regarder par dessus mon épaule.

"Eh bien... Premièrement je n'ai aucun respect particulier pour ma race, du moins sur le plan moral de la masse. Cependant on est assez peu dans le donjon pour que ça vaille le coups de s'entraider, d'autant plus que si tu me demandes de l'aider ça ne doit pas être un sbire de Crocs-noirs. Enfin si elle vient à crever ça m'apportera bien moins de problèmes que si ça avait été un monstre."

"Je vois..."

Il semblait comprendre. Oh ma dernière phrase ne le satisfaisait guère, mais en même temps je me contentais simplement comme j'en avais l'habitude. En étant franc et sans détour...Et manitenant que j'y pensais, quitte à perdre du temps.

"...Et je ne dirai pas non à ta bouteille en guise de paiement...D'avance de préférence !"


--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une fois la bouteille glissée à ma ceinture je quittais le donjon, les indications m'ayant été donnés sur la direction de la jeune femme me permettant clairement de connaître sa destination. Le village humain le plus proche du donjon. Ce qui expliquait pourquoi le triton m'avait choisi pour veiller à sa sécurité. Cependant il me l'avait bien précisé, cette donzelle voulait se sentir un peu libre par rapport au carcan du donjon, donc à moins d'un cas de force majeur je devait éviter de me manifester.

Cela n'allait pas être compliqué, car elle avait facilement un petit quart d'heure d'avance sur moi. Cependant je me déplaçais plus rapidement qu'elle et de fait j’estimais pouvoir la rattraper justement au niveau du village humain. Le trajet lui même fut une véritable promenade de santé, pas de bête sauvage en furie, pas de patrouilles de l'église, pas d'embuscades. Décidément la jouvencelle avait une sacrée veine. Du moins c'est ce que je crus jusqu'à ce que j'aperçoive e village... Alors j'eus à peine le temps d'apercevoir la silhouette de la damoiselle au milieu de la rue du village, avant que la pluie ne commence à s'abattre sur ce dernier...Et seulement sur ce dernier. Ce phénomène n’était pas naturel, comme le confirmait l'absence de nuage dans le ciel, mais à peine avais je pris le temps de lever les yeux pour m'en assurer qu'une brume s'était formée dissimulant ma congénère à ma vision. Bien d'autres indices m'indiquaient que quelque chose n'allait pas. Premièrement, aucune des cheminées, pas même celer du forgeron, n'émanaient de fumée, et quand bien même ce phénomène était naturel, le village aurait dû faire preuve d'une agitation plus conséquente à cette heure de la journée.

Il n'en fallait pas plus pour que je m'approche à pas rapide de ce village, tant pis si la gamine devinait ma présence ça me paraissait être un cas de force majeure ! Une impression confirmée, par le léger frisson qui me parcourut l'échine, une sensation qu'assez peu de personnes éprouvaient...Et je parlais de frisson, mais c’était plus particulier que cela, une sensation unique qui parcourait tout mon être. Cette scène empestait l'énergie démoniaque, un infeutrable était à l'origine de cela... Et comme pour le confirmer une odeur et un goût, lorsque de gouttes de la pluie tombaient sur mes lèvres, de souffre me parvint, trop ténue pour être dû à une émanation néfaste, mais suffisante pour trahir la présence d'un démon qui ne prenait aucune précaution pour dissimuler sa présence. Or les ordres de Kanabo étant ce qu'ils sont, il était peu probable qu'il s'agisse d'un de ses habitants, aussi excentrique fut il. Dommage que je n'ai pas emmené un pu d'Hersang, mais bon...L'acier seul, c'était bien  aussi

Dégainant une de mes lames et l'enroulant légèrement la chaîne autour de mon avant-bras, je pénétrais alors avec prudence dans le village, empruntant une autre voie que celle de ma congénère, me faufilant entre deux maisons au lieu d'emprunter l'allée principale. Cette purée de pois m'empêchait de voir très loin, mais j'étais un spécialiste en ce qui concernait les traces que pouvaient laisser un infernal. D'ailleurs, en y pensant, il n'était pas impossible que j'ai à faire à plusieurs individus en vérité, mais cela je n'aurai le cœur net qu'en m’avançant. Au sol j'aperçus de nombreuses traces, amis rien de significatif, c'était de marques de pas, une course rapide , une fuite. les habitants du village étaient partis précipitamment, mais en même temps il n'y avait nulle trace de sang, comme si nulle violence n'avait été perpétré. Surprenant de la part d'un démon hostile. Enfin je n'eus guère plus le temps de m'attarder sur ces détails, que j'entendis à travers le brouillard la voix fluette de celle que j'étais sensé protéger, et dans le même instant la pluie cessait. Elle s’adressait clairement à quelqu'un, et pour peu que ce dernier n'ait pas des intentions amicales elle allait au devant d'ennuis conséquents ! Ainsi je me précipitais vers sa position, la ruelle que j'avais emprunté me menant droit sur elle... Cependant l'échange que je perçus s'avérait... Intéressant, et ainsi au lieu de jaillir du brouillard, ne me positionnais, dos contre un mur. Ainsi j’avais un œil sur la fenêtre de la maison me faisant face, et celle derrière moi était dépourvue d’ouverture, ce qui m'assurait une visibilité sur les côtés par lesquels je pouvais être assaillis, tant que faire se pouvait avec ce brouillard...

Néanmoins, je fus à même d'apercevoir les silhouettes de ma protégée et de son interlocuteur, qui était indubitablement un infernal, je ne perçus par contre aucun autre mouvement. Ce qui signifiait soit que cet individu était seul, soit que lui et ses petits copains étaient un minimum talentueux... Déroulant la chaîne autour de mon bras, je me tins prêt à agir, espérant que cet échange durerait un peu plus longtemps... Malheureusement il s'avéra à mon grand dam qu'après de faible protestations de la part de l'humaine le dialogue s'acheva, sur une initiative de l'infernal qui n’eut aucun mal à la mettre à terre et à sa merci. Tant pis, ce que j’avais pris était cependant déjà bien assez intéressant, e peu être que si je l’abîmais pas trop, ce cornu allait m'en apprendre encore plus ! Je notais par ailleurs le fait qu'il semblait connaître un peu sa proie, l’ayant appelé par son prénom, que j'ignorais jusque là, le triton ne me l’ayant pas communiqué, alors que pourtant Rosalia avait paru être plongée dans l'incompréhension la plus totale.

Mais il n'était plus temps pour ce genre de réflexion. Je devais me concentrer sur ma tâche initiale, à savoir protéger Rosalia, or vu la tournure que prenaient les choses cela allait être compromis si je n'intervenais pas rapidement... Et aussitôt dit, aussi tôt fait ! Avec un sifflement, ma lame fendit littéralement fendit littéralement la brume, et la guidant grâce à ma chaîne, je décrivis un arc de cercle, qui allait forçait l'infernal à reculer rapidement, trop rapidement pour pouvoir blesse plus avant Rosalia, sous peine d'être tué, sur le champs... Cependant il n'allait avoir aucun mal à l'esquiver. Mon assaut, bien que rapide, était trop ample, mais mon intention n'était pas de le tuer au premier coup, alors ce n’était pas grave... Je m'avançais alors un peu, me laissant voir en dépit de la brume. Sciemment, je n’avais pas fier allure. Je n'adoptais nulle posture de combat, la pluie, bien qu’ayant cessé, avait plaqué mes cheveux sur mon front, et je m’avançais nonchalamment, poussant même le vice à le faire avec la bouteille du triton  à la main et en en buvant une lampée... Le seul indice que je laissais voir quant à mes capacités, furent les mouvements que je fis décrire à ma lame, qui se rapprocha petit à petit de moi, jusqu'à ce que je la reprenne en main, buvant une autre lampée d'alcool. A cet instant j’étais à hauteur de Rosalia, et alors je fis face à l'infernal, me campant obligeamment sur mes jambes, et demeurant ainsi, une bouteille dans une main et une épée dans l'autre, ayant laissé ma seconde lame au fourreau, pour réserver une petite surprise le cas échéant.

J'allais même jusqu’à' pousser le vice, à rengainer une de mes lames, préférant garder ma bouteille en main, pour fléchir mes genoux et aider Rosalia à se relever, ce que je n’aurai pas fait en temps normal afin de ne pas laisser d’ouverture à  mon adversaire, ou tout du moins quand je ne voulais pas que ce dernier me sous estime. Enfin, j'eus l'audace, tout en aidant Rosalia, de lui adresser la parole d,d'une voix exagérément calme.

"J'ignorais que Naviento avait des rebelles...Enfin vu le changement de pouvoir ça ne me surprends pas...Et dan le fond ça ne me dérange pas du tout. Je n’aimais pas Focus, mais je n’aime pas plus Ishtar."

Je dégainais alors à nouveau ma lame, mais ce fut finalement que pour hausser les épaules, n'adoptant nulle garde et renversant un peu d'alcool au sol, avant de continuer sur ma tirade.

"Avec ses idées de dictature féministe et l'imposition de ses critères de beautés à ses citoyens, sans compter son attitude ridicule... Ça me ferait sacrément plaisir que vous gagniez en fait et tuez cette ridicule salamandre noir. Cependant, si vous touchez à d'autres habitants du donjon Kanabo, j ne vais pas pouvoir vous laisser faire et ce sera avec regret."

...Mes propos, bien que pouvant paraître être la chose que j’exagérais le plus, était justement la seule chose sur laquelle je ne me forçais pas. Je n'appréciais pas Ishtar. que ce soit en sa morale ,sa manière de faire ou encore sa politique tout m’écœurait en cette dragonne, d’autant plus que, oui , elle était puisant,e mais simplement en ayant absorbé le pouvoir de son père, sans avoir dû l'acquérir par elle même. Oh certes elle avait terrassé Focus elle même, mais si j’avais pu absorber le pouvoir de chacun des démons que j'avais éliminé, je pourrai même tuer Oni Ni Kanabo... Cependant je me demandais seulement alors si mon interlocuteur avait participé à l'assaut de notre donjon et s'il savait que j'étais en partie responsable de la mort du "démon blanc", un des officiers de Focus Naviento, mon petit numéro n'aura servi à rien...

Et d’ailleurs cette façade se fissura quelque peu quand il me sentit entendre un faible son, ainsi qu'un léger tremblement au niveau du sol. à cet instant je me redressais rapidement, et inconsciemment mes jambes adoptèrent une posture plus adéquats pour le combat.

"On dirait qu'il y a quelqu'un d'autre... Un allié à toi ? Si c'est le cas, j'espère qu’il n'essayait pas de me prendre par surprise, car là, c'est raté."

Hrp:
Je précise que l'individu évoqué est Jarus ^^ J'espère au passage ne pas avoir trop interprété ton pnj ou fait avancer les choses Rosalia, mais sinon je trouvais la situation un peu bloquée ^^"


Dernière édition par Engar le Sam 23 Nov 2013, 01:12, édité 1 fois
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Jarus Nirogh le Mar 19 Nov 2013, 20:00

Il était parfois bien difficile pour un élémentaire de roche de trouver des choses à faire pour s'occuper durant tout son temps libre. De par sa nature non organique, Jarus n'avait pas le même planning journalier que les autres habitants du donjon Kanabo. Là où la plupart devait manger, dormir ou bien même juste se reposer pour ressourcer leur corps durant le travail, Jarus lui pouvait vaguer à ses activités sans jamais s'arrêter. Ainsi quand ce dernier travaillait dans les champs, donnait à manger aux bête ou entretenait  le rempart, il le faisait d'une seule traite sans jamais faire autre chose entre temps sauf si on le lui demandait. Et c'était d'autant plus vrais surtout lorsqu'il se servait de ses dons terrestres. Il se retrouvait donc bien vite sans rien d'autre à faire hormis communier avec ses frères de la terre ou bien se balader. Dernièrement, Jarus s'était mis à la lecture ou plutôt à l'apprentissage des différents dialectes les plus pratiqués dans l'enceinte de la tour. Il progressait assez rapidement malgré lui mais se rassurait lorsqu'il observait le nombre incalculable d'ouvrage entreposé dans les linéaires de la bibliothèque au milieu desquels il compulsait tranquillement. Seulement, là aussi sa constitution rocheuse impliquait chez lui un comportement bien distinct des autres lecteurs qu'il croisait sur place. Par exemple cette semaine, l'élémentaire avait été tellement impliqué dans son apprentissage linguistique qu'il en avait oublié les notions de jour et de nuit. A tel point que chaque soir, les responsables du lieu le confondaient avec une statue de décoration et l'enfermaient pour la nuit. Il a fallu qu'un matin l'élémentaire aille se plaindre de sa pseudo-séquestration pour qu'ils comprennent leur erreur, causant au passage l'évanouissement de la bibliothécaire en charge à ce moment précis.

Histoire de changer d’atmosphère et d’occupation, Jarus avait décidé qu’il était grand temps pour lui de sortir dehors renouer avec son monde primaire et au passage de ressourcer efficacement ses batteries magiques. Il était passé en coup de vent aux fermes pour savoir si on avait besoin de lui. Une fois que ses collègues le lui avait confirmé, l’élémentaire s’était empressé de traverser l’imposante forêt maudite en empruntant volontairement un chemin non balisé afin de se faire une mise en bouche efficace. A ce moment-là, le soleil avait à peine fini de d’émerger de l’horizon.

Comme lorsqu’il était arrivé dans le donjon, Jarus préféra emprunter « son » chemin à lui. Plus précisément, il ne passa pas par le pont-levis mais plutôt par le rempart en creusant dedans en transformant la pierre en sable. Bien entendu, une fois passé, il referma le trou béant derrière lui tant par respect de son travail et de Karl Grimm que par utilité. Il ne lui fallut cependant pas bien longtemps pour le restaurer comme dans son état initial. Quand ce fut fait, il partit dans la les profondeurs de la forêt  sans objectif particulier hormis ressentir le monde vivre autour de lui. Et bien vite, le bonheur s’engouffra dans son immense masse granitique. L’élémentaire prit beaucoup de plaisir à entendre les arbres échanger dans leur langage à la fois si calme et si lent, comme rythmé par le souffle du vent. Sentir les insectes ramper sous leur racine ou dans les souches mortes pour ensuite apporter les ressources recherchées dans leur nid. Il observait aussi les fluctuations des forces tectoniques en lisant les flux magiques de la terre. Il ne chercha cependant pas à communiquer avec car aujourd’hui il était là pour profiter de sa liberté d’action. Jarus passa ainsi toute sa matinée à gambader dans la verdure, se nourrissant du chant des oiseaux et du plaisir à se sentir libre sans aucune attache particulière. Jusqu’au moment où sa route croisa celle d’une famille d’humains, ou plutôt quand le père lui sauta dessus en brandissant sa fourche sur lui. Bien entendu, celle-ci tinta sur la roche de l’élémentaire tandis que son propriétaire perdait son équilibre, perturbé par tant de robustesse. Jarus qui ne faisait que marcher paisiblement à ce moment-ci ne s’attendait absolument pas à se faire agresser, surtout qu’il n’utilisait pas sa vision primaire mais celle des yeux. L’élémentaire tourna la tête en direction de son agresseur sans pour autant se sentir en danger. Il vit alors un homme de carrure maigre, tremblotant tenant de manière peu assurée son arme improvisé de ses deux mains. Derrière lui en retrait se tenait sa femme et sa fille terrorisées. Tous étaient équipé –bien que très mal- pour un voyage.

-Recule monstre ! Invectiva l’humain manifestement apeuré lui aussi.

-Elémentaire de roche. Le corrigea Jarus sans broncher.

-Ne joue pas avec les mots infamie ! Vous êtes tous pareils ! Tous à vouloir notre peau !!

-Sauf qu’actuellement, c’est vous qui en avez après la mienne.

Le paysan parut déconcerté par un tel manque d’animosité de la part de son interlocuteur qui semblait même se moquer de lui.

-C’est… C’est parce que si je ne prends pas les devants c’est vous qui allez nous tuez pour nous manger !

-Avec quelle bouche ?

-Ha… Heuu… MAIS J’EN SAIS RIEN MOI !! Vous allez nous tuez alors parce que vous êtes cruel comme vos copains !

-Cruel ?

-Fait pas l’innocent ! Pas plus tard que deux semaines, des chasseurs de primes du village se sont fait tuer par les vôtres pendant leur voyage.

-Ou ?

-Ben… près de la tour Kanabo…

-Pour faire quoi selon vous ?

A cette question il ne répondit rien d’autre qu’un regard apeuré et égaré dans les méandres de l’incertitude. Au fond de lui, Jarus se posa la question sur la possibilité de débiter autant d’âneries en si peu de temps sous l’effet de la peur.

-Maintenant que ces questions ont été éclaircies, puis je savoir ce que vous faite ici en plein milieux de la nature à l’état sauvage si loin de toute civilisation ? Demanda l’élémentaire.

-Nous fuyons ; répondit l’humain toujours craintif.

-Quoi donc ?

-J’en sais rien. Notre village a été attaqué hier au crépuscule par une créature sortit tout droit des enfers. Le paysan ne baissa pas sa fourche toujours orientée vers la créature rocheuse. Nous n’avons rien pu faire. Des gardes et des chasseurs ont voulu s’interposer mais ils se sont fait mettre à terre par une force invisible. J’ai tout vu de la fenêtre de ma maison. Ma famille et moi somme aussitôt partit. Mais nous nous sommes perdu et nous ne savons pas où aller.

-Une créature des enfers ? Jarus tourna la tête en direction du village le plus proche qu’il avait localisé grâce à ses dons telluriques. Il se trouvait à environ 15 kilomètres de leur position.

-Je vous en supplie ne nous mangez pas !!

-Je ne mange rien. Il désigna une direction du doigt. Suivez ce sens et vous arriverez dans deux jours un autre village similaire au vôtre. Prenez garde cependant aux prédateurs, il y en a quelques un dans la région.

A cette information, le père de famille ne sut quoi répondre devant cette aide inespérée qui venait quand même d’un monstre qu’il avait préalablement agressé avec son outil agricole. De toute façon, Jarus n’attendait aucun remerciement car même s’il leur avait donné la bonne voie, ils leur restaient à y arriver en vie. Jarus n’allait certainement pas favoriser une race à l’instar d’une autre. Dans la nature indomptable, seule la loi du plus fort avait sa place. Puis un autre problème le préoccupait.

Jarus quitta les humains en partant au pas de course avec une aisance que son apparence n’aurait jamais pu laisser deviner. Il modéra cependant sa vitesse afin de ne pas se retrouver vidé de sa puissance une fois arrivé à destination. Il esquiva, sauta, dégomma, mais ne tomba pas une seule fois, aidé par sa capacité d’écholocation qui lui permettait de sonder le sol et de le voir sous toutes ses coutures. Il devait se dépêcher car en ce moment même un démon semblait semer la pagaille chez les humains. Déjà que les espèces d’essence démoniaque avaient moyennement la cote chez les grands esprits en raison de certain de leur représentant qui avaient une sale manie à vouloir tout détruire ou bien asservir juste pour leur plaisir. Cela n’allait pas aider Jarus à avoir une meilleure opinion d’eux. S’il s’agissait réellement d’un démoniaque et que celui prenait un malin plaisir à mettre la zizanie dans ce monde, il allait falloir agir et vite avant qu’il ne pousse les humains à se venger contre Kanabo. Jarus était inquiet. Il lui fallut quand même pas moins d’une heure pour arriver sur les lieux. Quand il arriva sur les lieux en ralentissant le pas, il fut surpris en sortant de la lisière des bois de voir trois autres humains le fixer, pour certains surpris, d’autres intrigués. En regardant bien, il ne fallut pas longtemps à l’élémentaire pour remarquer qu’ils n’étaient pas ensembles et surtout que l’un n’était pas plus humain que lui-même. D’étranges cornes noires saillaient de son crâne et il dégageait une aura plutôt agressive, tant magique que dans sa posture. Son attention s’arrêta alors sur lui mais sans pour autant oublier les deux autres qu’il ne connaissait pas.

-Serais-tu le démoniaque qui aurait chassé les habitants de ce village ? Si oui pour quelle raison ?

En posant cette question, Jarus sentit en lui la tension monter, comme s’il sentait que quelque chose de plutôt malveillant allait arriver. Il ne savait ni comment ni pourquoi mais il le sentait. Tous les protagonistes étaient d’une certaine façon qui leur était propre tendus. Par sécurité, il fit alors se liquéfier le métal qui dormait en lui afin de le rendre opérationnel s’il devait en avoir recours. Il posa une autre question à l’intention des deux autres personnes, alliées en apparence.

-Qui êtes-vous vous aussi ? Des habitants d’ici ? Demanda Jarus avec sa voix magique monocorde. 
avatar
Jarus Nirogh
L'avatar des Roches

Masculin
Messages : 234
Expérience : 572

Feuille de personnage
Niveau:
20/40  (20/40)
Race: Elémentaire
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Rosalia Cordebleue le Ven 22 Nov 2013, 17:43

Au début, Rosalia ne sentait qu'une atroce douleur au centre de son visage et voyait rouge, rouge comme le sang. Perdue dans l'affreuse odeur qui avait envahis ses narines précédemment écrasée, elle sentit alors quelqu'un la relevée. Aussitôt elle rouvrit les yeux et essuya son nez, suivit d'une quinte de toux mêlée de gémissement. Elle avait les larmes aux yeux et était incapable de croire ce qu'elle venait de vivre et de comprendre. Si ce démon était bien la personne à laquelle elle pensait...Pourquoi était-il désormais aussi cruel avec elle ? Qu'avait-il bien pût vivre pour se transformer ainsi...?

Les larmes de la multiforme coulèrent d'elles-même, sous le regard presque abattus de l'humain qui lui venait en aide, ses deux bouteilles d'alcool en main. Elle entendit bientôt une voix monocorde demander s'ils venaient du village -désormais "fantôme"-. Rosalia secoua la tête avant de se tourner. Elle examina brièvement ses nouveaux alliés. Un élémentaire de terre imposant et un guerrier qui a l'air de passer son temps dans les tavernes ou ce genre de lieux. Ben voyons, un monstre de roche, un ivrogne et une gardienne aquatique...Espérons juste que cette équipe suffira à repousser...L'ennemi.

Au fond, la magicienne ne voulait pas lui faire de mal. Elle était certaine qu'il n'avait rien fait, et pourtant, tout portait à croire qu'il n'y avait plus aucun moyen de le raisonner. Les sentiments pouvaient peut-être vaincre la folie, mais actuellement, la jeune femme voulait des explications. Elle le démon allait sûrement en donner.

▬ Les humains comme Rosalia et ce combattant inconscient sont faibles d'esprit. Ils se réfugient dans la foi et croient que seul le courage, la force et la sagesse peuvent vaincre les créatures comme moi. Or ils se trompent et ne méritent que le malheur. Le seul pardon que je pourrais leur accorder, c'est la mort.

La concernée leva le poing, alors que le sang coulait à nouveau.

▬ Arrête de critiquer les humains, ne dis pas qu'ils sont sans importance, puisque tu en es un ! Pourquoi as-tu prit cette apparence, pourquoi détruis-tu notre relation ?!

Sur le moment, son adversaire ne sut pas que répondre. Rosalia eut l'impression que ses cornes perdaient de l'ampleur. Illusion ou réalité ? Là n'était pas la question. En un clin d'oeil, le démon fut derrière elle. Il l'attira d'un coup et se mit à flotter en l'air, un sourire mauvais aux lèvres. Sa main bloqua doucement sa bouche et son nez. Le stress monta brusquement dans le cœur de la jeune changeuse de forme, actuellement inaccessible. Et quand bien même ses deux alliés attaquaient à distance, leur ennemi esquiverait sans problème. Peu à peu la jeune femme sombra dans la semi-inconscience. Les yeux vagues, elle parvint à peine à marmonner le nom du rebelle de Naviento quand il la laissa tomber au sol en riant.

▬ Hyru....

▬ Tais-toi, Rose. Ne me force pas à redevenir aussi....Stupide et niais qu'avant...J'ai changé pour être plus fort. Quand mes rebelles auront récupéré ta force magique, les portes vers le Final Boss s'ouvriront....ET LE DONJON NAVIENTO AURA SA VENGEANCE !

Là, maintenant, tout de suite, Rosalia aurait juste voulu se relever et serrer Hyru, le vrai Hyru dans ses bras. Puis donner son nom à ses deux nouveaux camarades de combat et tenter de tout régler sans violence...Mais elle ne pouvait plus rien faire...
avatar
Rosalia Cordebleue

Féminin
Messages : 89
Expérience : 293

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Demi-Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Engar le Sam 23 Nov 2013, 01:46

Et l'individu que j'avais perçu, ne tarda pas à se manifester...Et ne semblait nullement être un allié du démon. Oh certes, il cachait peut être son jeu avec habilité, afin de compresser le fait qu'il avait perdu son effet de surprise, mais bon... Il advenait bien un moment où il fallait faire un minimum confiance. Après tout en soit qu'est ce qui me disait par exemple que celle que j'étais sensée protéger ne me planterait pas un couteau entre les côtés. Pour autant je me permettais de le jauger. un élémentaire de terre, donc sans doute endurant, fort, et plus rapide qu'il n'y paraissait. En plus pour m'en débarrasse il me faudrait trouver un point faible dans sa carapace de pierre et son corps sans organes vitaux, et ça, ça ne serait guère aisé. Malgré ce triste constat, je lui répondis d'd’une voix lasse, concentrant pour autant mon attention sur l'infernal.

"Pas vraiment... Je suis Engar, garde du donjon Kanabo, et la donzelle s'appelle Rosalia..."

J'aurai bien aimé lui demandé qui il était lui, mais malheureusement nous n'étions pas dans une atmosphère propice à ce petit jeu de devinette, et le nuisible nous le rappela, en reprenant la parole. Sa voix était emplie d'une haine débordante, qu'il peinait à contrôler, et qui semblait diriger à l'encontre de notre espèce. Nombreux auraient pu être ceux qui se seraient offusqués face à ses propos, mais pour ma part, je n'avais cure du fait de me faire insulter de la manière, car je savais quelle était la réalité, et tout ce qu'il provoqua en moi, fut un sourire méprisant. A vrai dire, je lui aurai bien répondu par moi même, mais la jeune femme prit les devants et je la laissais faire, après tout, elle semblait le connaître et je pouvais bien lui laisser ce droit. Cela me permit également d'en apprendre un peu plus, à commencer par le prénom de notre opposant, ainsi que sa rapport avec la nature humaine... Qui fit muer mon sourire en une grimace de égout. Un possédé ? Non, il ne semblait pas manipuler...C'était un humain qui avait accepté de se laisser transformer en démon et cela m’écœurait !

Pour autant je parvins à sauver les apparences, je m'étais efforcé de garder ce masque de "combattant inconscient", comme il le disait lui même. Il fallait qu'il baisse sa garde, un seul instant, et s'en serait fini... Je dus cependant m'avoue un peu surpris quant à sa vitesse de déplacement, qui lui permit de prendre Rosalia, et de s'envoler avant que je n'esquisse le moindre geste. Cependant.... Je ne semblais nullement inquiet, pour deux raisons. S'il avait voulu tuer Rosalia, li l'aurait fait dès qu'il l’avait pu, et secondement... Oui il avait été rapide, mais honnêtement, j’avais eu le temps de réagir, car sa célérité n'était pas égale à celle du démon blanc, je pouvais voir ses gestes...Et maintenant que j’avais une idée approximative de sa puissance et de se aptitudes, je savais comment m'y prendre, à commencer par l'hypothèse où il tenterait d'emmener Rosalia avec lui.

Cependant ce ne fut nullement le cas, à nouveau il la laissa tomber au sol, à nouveau je m'interposais entre lui et la jeune femme, à nouveau tombée à terre. Une fois encore je l'aidais à se relever, mais cette fois pas seulement par altruisme...Se faisant je récupérais un peu de son sang sur mes doigts, avant de me tourner à nouveau vers l'infernal, qui nous surplombait grâce à ses ailes, et prenait à nouveau la parole. Sang de diable, C'était à la fois navrant que de l'écouter, mais riche en information, à moins bien sûr que ce ne soit une manière de nous manipuler, mais en même temps, un humain investi du pouvoir d'un démon était bien souvent si grisé par sa puissance nouvellement acquis, qu'il était assez peu capable de fourberie, une chance pour moi, pour nous... Et de nouveau je repris la parole, adoptant une attitude toujours aussi nonchalante, malgré ce qui venait de se passer.

"Hyru, hein ? ... Je sais pas si t'étais niais avant, mais si tu étais stupide, laisse moi te le dire... Ça ne s'est pas arrangé. si t'avais si besoin de Rosalia, d'ailleurs je ne vois pas le rapport entre elle et Kanabo, mais soit. Cependant, pourquoi alors l'avoir laissé tomber au sol ? Or..."

A cet instant précis le masque se brisa, ma posture se fit bien plus efficace, en un instant, un simple décalage de chacun des parties de mon corps, seul un membre ne s'accorda pas avec le reste. Le bras tenant la bouteille. Cette dernière, fila tout droit vers le démon. Il n'aurait aucun mal à l'esquiver, mais cela m'offrit assez de temps pour dégainer ma seconde épée, et enfin me mettre en garde, les deux lames placées entre lui et mon corps, l'une des lames barrant mon visage, sans dissimuler mon sourire carnassier, ni mon regard moqueur.

"Il s'avère que tu ne vas pas avoir d'autre occasions aujourd'hui de la saisir. Désolé pour toi, t'es peut être leste, mais en tant que "pathétique humain" j'ai appris à contrer ce genre de chose. Tss.... Ah... En plus ton rêve est vraiment une utopie, même si les porte étaient ouvertes, il faudrait que vous soyez à même de terrasser Oni, et même avant de terrasser ses gardiens... Or rappelez moi ce qui s'est passé la dernière fois. Votre plus puissant sorcier, Vartass, disparu. Votre meilleur combattant, Rex, mort. Votre seigneur, Focus, Mort. Ah j'en oublie un ...Oui, Kesseleth, le démon blanc, mort, par ma main... Ainsi que tant d'autre de vos soldats."


Ce n'était pas complètement vrai, je n’avais pas été seul pour tuer Kesseleth, mais cela il ne pouvait pas le savoir, nous étions seul dans ce couloir.  Une faible sourire sardonique orna alors de mes lèvres, sans pour autant déranger ma concentration, alors que je toisais le démon... Quand j'affirmais qu'il ne pourrait pas à nouveau prendre Rosalia, ça n'était pas fanfaronnade. Cette fois, mes lames étaient prêtes à frapper, je les faisais d'ailleurs mouvoir sans interruption en un balai menaçant, et très près de mon corps. Tant pis pour l'affection que Rosalia semblait lui porter. Après tout c'était un peu ma fonction que de m'occuper de ce genre de sales tâches, néanmoins j'essayerai de ne pas trop l'abîmer.

"Enfin il y a ceux qui sont restés fidèles à Ishtar. de fait vous, les rebelles, ne devaient pas être vraiment nombre. Enfin...Tu parles de "tes" rebelles, tu dois donc être leur chef. Or tu es loin de la carrure de Focus, que nous avons repoussé, alors crois moi s'il a échoué tu n'y arriveras pas mieux... Mais vas y fais moi plaisir, essaye donc."

... J’avais enfin fini... Pas de parler, mai de faire ce que je désirais réellment faire à travers mes mouvements d'épées, que je persistais pour ne pas laisser au démon le moindre soupçons... Avec le sang de Rosalia, j’avais marqué sur ma peau une glyphe démoniaque, une sorte d’appât à démon. Bien sûr ce dernier ne ferait pas se jeter Hyru sur moi, mais il allait probablement exercé sa haine à mon encontre, une haine que je m'efforçais d'attiser du mieux que je pouvais... Ah et la glyphe était difficilement visible, une propriété appréciable de ma tunique en peau de démon, dont la nature et la couleur amenait à rendre le sang difficile à voir dessus. J'étais enfin prêt, mais une dernière pique ne pouvait pas faire de mal.

"Ah et un dernier détail, concernant ce que tu as dit sur mon compte. Premièrement, je ne suis pas croyant pour deux sous. Secondement, désolé de te l'apprendre, mais plusieurs de tes congénères ont péris face à la force ou à la sagesse des miens, mais c'est vrai que pour ma part je préfère user d'une autre arme, fort utile contre le démon blanc et tant d'autres infernaux, mais cela tu le sais déjà si le nom de porte-haine te dit quelque chose... Cette arme, c'est de me montrer à votre égard encore pire que vous ne l'êtes envers nous."

Un large sourire carnassier fendit alors mes lèvres, bestial, n'ayant rien à envier à celui d'un démon...Et pourtant mon regard glissa légèrement vers l'élémentaire, sans que ma tête ne bouge. Depuis son arrivé et mes présentations j'avais donnée l'impression de l'ignorer après m'être présenté,aamis ce n'était nullement le cas. J'escomptais bien être à même de m'occuper de cet Hyru, mais bon je n'étais pas un individu honorable et s'il pouvait me faciliter la tâche ou bien veiller sur Rosalia, je saurai l'apprécier...Et s'il devait s'en prendre à moi je serai dans une position délicate.

Mais dans tout les cas mon attention était principalement dirigée vers l'infernal, dont je guettais la moindre réaction, le moindre geste...
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Jarus Nirogh le Jeu 09 Jan 2014, 18:43

Pour son plus grand bonheur, la situation s' éclaircit très vite lorsque l'humain lui annonça être du donjon et quand le démon se saisit de l'humaine pour l'entrainer avec lui dans les airs. Jarus aurait souhaité lui venir en aide, mais malheureusement, les cieux n'étaient pas vraiment son domaine de prédilection et personne n'allait le contester. Contre toutes attentes cependant, l'infernale relacha sa proie sans raison apparente et celle ci fut prise en charge par le chevalier armé d'une épée et... D'une bouteille ? Etait-ce la une forme d'assurance démesurée ou bien l'oublie d'un ivrogne qui ne semblait pas avoir remarqué qu'il s'était muni de la mauvaise arme ? Une question qui fut vite reléguée au rang de "énigme sans intérêt". Le véritable problème en l'occurence disposait d'une paire d'ailes et de cornes visiblement bien pointues. Le paysant avait vu juste : son village avait été la cible de la fureur démesuré et incohérente d'un infernal. Chose étonnante car d'après ce qu'il avait pu capter, Jarus avait comprit que le démon n'en n'était pas un à l'origine mais un humain. Plus les choses avançaient et plus cette histoire commençait à sentir le sapin (une expression que Jarus connait mais dont il ignore l'origine et la raison d'une telle appellation, faute d'avoir un nez).

Rien du tout ne semblait logique à cet instant précis pour l'élémentaire. Le démon paraissait en vouloir fortement à l'humaine mais n'avait pas profiter de l'occasion dont il avait disposé pour s' en débarrasser. Il avait détruit le village alors qu'il souhaitait avant tout nuir au donjon kanabo. Et la fille qui s'était faite agresser ne semblait pas vouloir riposter. De toute évidence, le démon appartenait clairement à la famille des abominations pour qui le seul but dans la vie était de tout détruire, de la vie jusqu'à la logique la plus primaire. Sous ses pieds, les semblables de Jarus conseillèrent à celui ci de prendre les dévants avant que cette affaire n'empire et aille jusqu'à affecter le cours de la vie environnante.

Seulement, à cet instant précis, le combattant à la bouteille entama un très long monologue assomant qui au sens de Jarus, avait autant d'effet que chanter une berceuse à un rocher. Il adopta une attitude presque provocatrice et prit un malin plaisir à se moquer du danger que représentait l'infernal. Ce dernier ne fut pas d'ailleurs insensibles aux propos et une expression de colère s'affirma sur son visage très efféminé. Jarus releva au passage ce détail non négligeable. Même si ses aptitudes de combat restaient un mystère pour l'élémentaire, le démon se révélait de constitution assez mince pour pas dire fragile. Son tronc n'était guère plus large que l'un des bras en roc du golem. Ce dernier établit donc que la première chose faire était de jauger l'adverdaire pour le forcer à dévoiler d'éventuelles faiblesses cachées pour ensuite en tirer partit. Première technique pour forcer la bêtise : l'intimidation. Avec un geste ample des bras, Jarus fit jaillir de chacun de ses poignets une lame longue en acier renforcé par l'aura de la terre. Le bruit du métal frottant la pierre accentua la fin du monologue du guerrier. Jarus fut satisfait de l'effet car il parvint à capter de suite l'attention de l'humanoïde ailé qui jetta sur lui un regard féroce. Il invoqua presque aussitot un gros javelot de pierre puis l'arracha du sol à une main. Canalisant l'énergie tellurique autour de l'arme improvisée, l'élémentaire assura la position de ses pieds comme s'il souhaitait prendre son élan. Et sans perdre une seconde de plus passa à l'offensive en propulsant dans le ciel la lance de pierre, à la force du bras mais aussi grâce à l'aide d'une propulsion gravitationnelle. Le projectile fila à une vitesse prodigieuse avec suffisemment de force pour perforer aisément un bouclier en acier de bonne facture. 

Voulant être aussitot prêt afin de parer une éventuelle riposte, Jarus fit apparaitre autour de lui un petit champs de javelots rocailleux dans le meme genre que le précédent et adopta une posture défensive.

-Fini la causette, montre nous plutot qui est le chasseur ; lança t-il à l'attention d'Engar dont les palabres paraissaient pour lui sans grands intérêt.
avatar
Jarus Nirogh
L'avatar des Roches

Masculin
Messages : 234
Expérience : 572

Feuille de personnage
Niveau:
20/40  (20/40)
Race: Elémentaire
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Rosalia Cordebleue le Jeu 23 Oct 2014, 16:27

Hyru resta en l'air tandis que ses deux adversaires continuaient de grommeler pour insister sur leur pathétique supériorité. L'infernal n'avait que faire des échecs passés. Peu lui importait qu'ils soient inférieurs numériquement ou qu'ils aient perdu leur chef et leurs meilleurs soldats. L'avenir était à eux, aux rebelles, et rien ni personne ne les empêcheraient d'accomplir leur vengeance. Tout ce dont ils avaient besoin, c'était l'essence de la magie de Rosalia, une fille aussi lambda et immature qu'elle, au potentiel magique hors-norme...Sa capacité à changer de forme à volonté la rendait plus que dangereuse. Et avec tout ça, Hyru se doutait que ses camarades se feraient une joie de la torturer et de profiter d'elle jusqu'à ce que leur mission soit finie. Puis ils n'auraient plus besoin d'elle, et à ce moment là ils la jetteraient au feu, ou bien ils la vendraient à quelques esclavagistes du coin...

Oui, le démon était plus que confiant. Cet "Engar" qui avait eu la peau de Kesseleth, et ce tas de caillous en face de lui, ne pouvaient même pas le toucher. Et pourtant, ô combien le cornu se doutait de leur puissance combinée. Alors pourquoi étaient-ils si inutiles ? La situation semblait comique pour le démon blanc, si bien qu'une fois le monologue de chacun terminé, il ne pût retenir un rire aigu et incontrôlable. Il ramassa violemment le corps de Rosalia, qu'il tenait d'un seul poignet. La jeune multiforme était inconsciente et sa peau était plus terne que jamais, comme si en l'étouffant, on lui avait jeté un sort pour la torturer un peu plus. Ses cheveux grisaient légèrement, et elle peinait à respirer. Lors des silences, c'était la seule chose que l'on pouvait entendre entre les quatre adversaires. Un simple souffle irrégulier qu'on donnait avec peine.

▬ Vous avez fini de raconter votre petite histoire ? Parce que si ce n'est pas le cas, je vais devoir vous interrompre ! J'ai une jeune femme à emporter moi...Kuh huh...~

Sa langue de vipère s'échappa de ses lèvres pour glisser sur ses lèvres avec un nouveau ricanement. Il se mit à porter Rose en princesse, puis il s'éleva plus haut encore et la serra contre lui. Il ferma les yeux et déposa un petit baiser sur le haut de son crâne, avant de venir mordiller et renifler ses cheveux d'un air avide. Son étreinte sur elle se resserra un peu plus...Beaucoup plus...Trop. Il était à deux doigts de lui briser les côtes, et rien que d'imaginer le craquement de ses os dans ses bras, il émit un soupire de satisfaction. Mais il ne le fit pas. Il se contenta de regarder Engar et Jarus de haut, amusé. Puis il enfonça ses ongles dans le corps inerte de Rosalia et resserra ses bras. La jeune femme, semblable à de la pierre, éclata en mille morceaux avant de se répandre au sol.

▬ Bah, rassurez-vous, elle n'est pas morte, votre petite protégée ! Vous êtes tellement naïfs dans votre genre...A bientôt, porte-haine et supercaillou...~

Et sans un mot de plus, il disparu de leur champ de vision, les laissant seuls face à ce pauvre amas de pierre dans l'herbe, qui semblait s'évaporer à chaque bourrasque de vent. Ils avaient échoué...

HRP:
Désolée pour cette réponse plutôt courte, c'est le temps que je me remette dans le bain...! Répondez si vous voulez, mais pour moi c'est terminé. Je suis désolée qu'on ne puisse pas aller plus loin sur ce RP.
avatar
Rosalia Cordebleue

Féminin
Messages : 89
Expérience : 293

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Demi-Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Engar le Sam 08 Nov 2014, 05:06

L'élémentaire était prêt à agir, tout comme moi... Mais l'infernal veillait bien à rester hors de portée... Du moins en apparence, car tout aussi vif qu'il soit, il n'en restait pas moins à une hauteur que mon compagnon pouvait sans doute atteindre avec son élément de prédilection, quant à moi... IL me suffirait de bondir sur une maison et d'user de mes chaînes afin de l'atteindre. Seulement, tel n'était pas mon but. S'il avait fallu le neutraliser sur le champs cela aurait été" fait depuis longtemps. Or, ce n'avait pas été par excès de confiance ou arrogance que j'avais commencé à fanfaronner, à évoquer l'échec de l'assaut des Naviento et la mort successif de leur meneur. Il fallait au contraire qu'il soit certains d'avoir une longueur d'avance sur nous, ou même qu'il s'emporte. En somme le pousser à la faute et dans un objectif bien précis.

Et cela advint dès qu'il reprit à nouveau la parole. Sa confiance et ses propos m'indiquaient en eux mêmes que j'avais réussi, qu'il me sous-estimait, alors que j'étais prêt à réagir au moindre de ses gestes... Et alors qu'il la serrait dès contre elle, je savais que j'avais gagné. Certes il y avait ans ses mouvements certains qui étaient superflus, et un peu dérangeants, mais l'énergie démoniaque dont il irradiait trahissait ses intentions. Ainsi si j'affichais une grimace de circonstance lorsque le corps de la jeune femme se réduisit en un petit tas de pierre et que le démon nous nargua, ce ne fut qu'un masque, pour ne pas qu'il se doute de la surprise que je lui réservais. Brièvement je regarder mon partenaire, lâchant alors.

"On a plus rien à faire ici... Il va falloir un rapport au donjon, occupe t-en, pour ma part je vais essayer d'en apprendre plus sur ce qui c'est passé ici avant notre arrivé."


Je ne savais pas trop si je pouvais compter sur un élémentaire pour le rapport... Mais c'était là bien le cadet de mes soucis, l'important pour moi était qu'il me laissait seul ,ce qu'il eut l'amabilité de faire. Ainsi,e pus enfin quitter mon masque austère et me laisser aller au sourire qui me démangeait depuis tout à l'heure. J'en vins même à rire doucement alors que je m'approchais du petit tas de pierre s'effritant. Aaaah.... Stupide démon, je n'ai pas traqué les tiens durant des années sans en avoir retiré quelques connaissances et parmi elle se trouvait celle de pouvoir traquer votre piste si vous laissiez un trop importante trace de magie infernale... Or ces petits cailloux en irradiait ! Il me suffit ainsi d'un petit rituel, pour savoir où exactement cet infernal allait se rendre avec sa proie et conserver sa piste durant des mois !

Or s'il n'avait pas tuer l'humaine sur le champs c'est qu'il comptait en faire quelque chose... Et au vu de ce qu'il avait raconté il était peu probable qu'il le fasse seul. Il rejoindrait probablement ses petits copains rebelles et alors tous les éliminer ne serait qu'une formalité. Certes c'était jouer avec la vie de la malheureuse, mais éliminer un seul rebelle n'aurait rien changé aux dégâts qu'ils pourraient causer, et qui ne se limitaient pas à une seule potentielle victime. plutôt que de me contenter de la tête d'un seul d'entre eux, toutes tomberont et alors, le démon ne pourra que se rendre compte de sa sottise ! Qui plus est je ne comptais pas tarder à agir. Il suffirait de raconter ce récit au triumvirat et au donjon Naviento et ces derniers déploierait sans doute une force suffisante pour balayer ces ridicules rebelles !

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Seulement... Je n'avais pas prévu l'arrivée d'Elder au donjon et cette dernière compromit tout mes plans. Les jours, puis les semaines s'écoulèrent...Et suite au fiasco de mon plan il fallut me rendre à l'évidence. Les autorités supérieures ne m'écouteraient pas et moi même je n'avais pas les moyens d'agir... Qui plus est il me fallait désormais m'occuper des affaires de l'ordre. Pourtant je savais où ce démon était, sans doute avec tout ses petits copain rebelles et il suffirait d'une action rapide et violente pour réussir... Mais alors que je glanais des informations sur l'humaine qui avait été enlevé un nom revient. Le capitaine Morgan... j'avais œuvré avec lui pour retrouver la famille de Felina et si cela avait été un fiasco je n'en avais pas moins eu la possibilité de jauger le gaillard. Un individu déterminé, qui allait sans nul doute l'être davantage pour quelqu'un qu'il connaissait et surtout... Il avait les ressources à sa disposition. Le seul navire au service du donjon avec un équipage entièrement composé de non-mort. Or je ne croyais pas que les rebelles comptaient des clercs parmi eux, et surtout le lieu où ils étaient actuellement était une île, parait pour un assaut avec un navire.

J'allais ainsi voir le capitaine Morgan pour lui transmettre l'information, omettant cependant le fait que je pensais sincèrement qu'il n'y avait plus d'espoir pour la jeune femme aux cheveux bleus, après tout s'ils voulaient quelque chose d'elle ils avaient dû le prendre depuis longtemps... Mais il n'y avait pas besoin de cela pour qu'il soit remonté et il s'en fallut de peu pour qu'il ne me frappe. Ce qui ne m'empêcher pas moins de lui dire ce que j'espérais de lui.

"Quand tu les trouveras...Déchaîne les enfers !"


Un petit retour à la maison ne fera pas de mal à ce démon, qui allait enfin payer. Quant à moi, pour la malheureuse que j'avais abandonné... Bah mon tour viendra bien assez vite, mais j'avais encore tant de choses à faire...
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commencement de la fin. [PV Engar/Jarus]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum