Crépuscule sanglant.

Aller en bas

Crépuscule sanglant.

Message  Engar le Jeu 09 Jan 2014, 18:57

Enfin l'heure était venue, le second acte allait pouvoir commencer...

Loin sous mes pieds, trois étages plus bas je pouvais entendre la clameur des combats. Je ne savais pas comment se déroulaient ces derniers, ni si nous avions l'avantage ou que les gardiens du donjon cédaient face aux assauts de l'Eglise, mais de toute manière, ce n'était pas ce dont je me préoccupais. Ce qui allait advenir serait bien plus important qu'un énième affrontement entre le clergé et ce donjon, peu importait l'ampleur de cette lutte, ainsi que la nature incertaine de son issue. Ce qui allait vraiment importer ne dépendrait pas aujourd’hui du plus grand  nombre, mais des actes de quelques-uns. Le sort du donjon dépendrait du conflit entre Elder et Gaëlle, et des affrontements qui allaient opposer leurs partisans.

Ces derniers n’étaient qu’une poignée des deux côtés. Aux côtés d’Elder se comptaient L’overlord, Amaliah, Mistral, bien qu’il ne prendrait pas directement part aux affrontements, et moi-même. Dans le camp de Gaëlle, l’archange se prétendant envoyée par les dieux, s’étaient rangés Theorem et Shkeil, sans grande surprise, Aktane, qui devait sans doute espérer  m’arracher la gorge, peut être l’un ou l’autre individu dont j’ignorais ou avait oublié le nom, et enfin Kumie…

Je ferai ce qui est nécessaire…

Je connaissais les membres rangée aux côtés d l’être « céleste » car Elder à qui j’avais prêt allégeance m’en avait informé. Gaëlle n’avait pas semblé très discrète à vrai dire et alors qu’elle réunissait les individus rangés à ses côtés au premier niveau nous nous préparions déjà, au troisième étage à les recevoir. Pour monter les étages et franchir les premières protections d’Elder il leur faudrait au moins trois heures, après quoi le bal commencera…Et deux heure m’avait suffi pour mettre au point tous les préparatifs, de mon côté. Je devais reconnaître avoir été des plus rapides, mais Elder avait un plan des plus rodés, dont il nous avait expliqué tous les détails nous concernant. Je savais d’avance quel serait mon adversaire et de fait j’avais adapté mon terrain à notre rencontre… J’avais pris position pour ma part dans un des halls du troisième étage, une allée très large dépourvues de fenêtres ou d’ouverture sur l’extérieure avec de nombreuses colonnes de support. A l’origine son sol était couvert de dalles de pierres, mais ces derniers je les avais recouvert d’une terre meuble sur toute sa longueur, ce n’était pas très dense, juste assez pour dissimuler les dalles, et les colonnes à l’origine nues se retrouvaient ornées de nombreuses armes en apparence normal, mais adaptées à mon adversaire. Il y avait aussi des petits fils à travers la pièce, difficilement visible, qui déclencherait des pièges. Rien de bien complexe un filet tombant du toit, une flèche jaillissant du mur, mais qui pouvait décider de l’issue d’un combat…Et il  y avait surtout cette odeur de sang , faible ,mais présente, qui émanait du sol, ainsi que de moi-même…

Ainsi j’étais prêt… et j’attendais, dissimulé derrière une  des colonnades. Mon adversaire saurait à coup sûr que j’étais dans cette pièce, tant de par ses sens que grâce aux règles du jeu qui allaient avoir lieu, mais je n’étais pas arrogant au point de me permettre de dédaigner tout avantage que je pouvais faire mien. Alors que l’échéance estimait par Elder je pouvais les entendre approcher, en tendant l’oreille je pouvais les entendre marcher dans les escaliers qui allaient les mener à nous. Je me demandais si j’aurai l’avantage de la fatigue. Mais rapidement je sus que la réponse était non. Certes les escaliers étaient raides, mais ils n’avaient eu à affronter aucun adversaire et il était certain que seule Gaëlle s’était épuisée à briser les protections d’Elder, rien qui ne me concerne en somme, du moins pour le moment.

Je savais qu’il approchaient de plus en plus de la surprise laisser par Elder à l’entrée de la salle du Triumvirat…Tenter de leur barrer le chemin , aurait été stupide et aurait été gâché des atouts, car l’affrontement se serait résumé à une confrontation entre Gaëlle et son Némésis.  De fait ce dernier avait eu une idée plus subtile, il avait apposé un sceau à la salle que voulait atteindre nos opposants, bien plus puissants que les précédents. Gaëlle pourrait sans doute le briser également, mais au terme des longues heures, et sa nature allait la pousser aller au plus court, afin d’éviter aux habitants du donjon de trop souffrir de l’assaut de l’Eglise, et il y avait un moyen d’aller plus rapidement… Que certains de leurs membres participants à des duels avec des partisans d’Elder, dont moi. S’ils nous éliminaient ils contribueraient à rompre le sceau, mais si nous triomphions… Eh bien nous pourrions par la suite venir prêter main forte à notre meneur.

Qui plus est, ce dernier n’était pas homme à prendre des risques inutiles, même si moi ou un autre de ses partisans prenant part à ce « jeu » était défait celui qui nous avait éliminé peinerait grandement avant de retrouver la porte du Triumvirat, devant se confronter aux autres protections d’Elder , voir mêmes à d’autres de ses partisans si ces derniers avaient défaits ses alliés, alors que pour notre part une fois le combat remporte nous savions quoi faire pour revenir prêter mainforte au dirigeant actuel du donjon… Mais bien sûr avant tout cela il fallait déjà gagner et je ne perdais pas de vue cette optique. Je savais qu’il allait venir d’une seconde à l’autre, je savais qui allait apparaitre.

Elder avait déjà prévu qui serait téléporté vers pour les affrontements. Pour ma part, chacun des combattants de Gaëlle aurait pu me correspondre. Aktane qui aurait pu tenter de reprendre sa vengeance, bien qu’au vu du peu de temps écoulé  depuis notre dernière rencontre cela aurait été une victoire facile pour moi. Kumie, que j’aurai pu préserver d’un sort bien plus difficile.  Shkeil, mon ami, dont la bête avait dit on disparut, chose dont je voulais m’assurer, mais dont je n’avais pas eu le temps jusqu’alors… Mais Elder est facétieux, et son choix se porta sur  celui qui m’était opposé en tout depuis mon arrivé au donjon.  Sa silhouette gracile, ce masque récemment acquis et dont j’avais appris les propriétés grâce à Amaliah qui avait perçu l’enchantement l’affectant, ses attributs de hyène, son cœur de slime, et son équipement si particulier. On ne pouvait que le reconnaitre. Theorem. Représentant d’une multitude de créatures alors que j’étais humain. Dépourvu de la moindre connaissance du monde extérieur alors que je l’avais arpenté durant des années. Fidèle à tout prix au donjon Kanabo et à son Triumvirat alors que je n’hésitais pas  un instant à lui tourner le dos…

Et le plus drôle était que nous avions le même but.

Dès qu’il arriva, les deux issues du couloir, aux endroits où une bifurcation s’offrait, furent bloquées par une barrière à l’éclat rougeâtre et je sus qu’il m’avait repéré. Je ne pouvais malheureusement pas dissimuler ni mon odeur, je savais que même si j’avais retenu mon souffle pour ne pas être entendu, il m’avait déjà senti, il m’avait déjà reconnu…Et il savait déjà quelles seraient la nature des limites de ce combat… Inexistantes. De fait je ne le fis nullement languir, sans m’exposer à outrance, me contentant de de pivoter, je me saisissais d’une dague de jet à ma hauteur et la lança droit sur lui. Mon jet était précis et atteindrait son œil droit s’il ne faisait rien, mais j’étais certains qu’il l’esquiverait ou le dévierait aisément. Ce jet n’avait pas eu pour but de le tuer  ou même de le blesser, simplement de monopoliser son attention, brièvement, le temps que je m’approche. Je n’avais eu aucun moyen de savoir où est ce qu’il allait apparaître exactement, de fait j’avais prévu une stratégie pour pouvoir combler l’écart nous creusant, car je savais qu’en dépit de mes chaînes la longue distance serait mon adversaire de par sa magie. Ainsi, l’instant suivant le jet, j’enroulais mes chaines autour de mes poignées et dégainer mes épées et  quand la dague fut sur lui je n’étais plus qu’à cinq mètre de lui, m’avançant à pas rapide, mes deux armes en main. Ces dernières, aux lames noircies par le charbon, différaient sur plusieurs détails des armes qu’il m’avait déjà vu manier, mais ce qui devait capter son attention ce devait être la magie qui en émanait, et que j’avais été incapable de dissimuler, raison de plus pour rapidement engager le combat avant de lui laisser le temps de trop réfléchir.  J’effectuais d’amples enjambées, particulièrement précises, bien qu’elles nuisaient à mon équilibre, mais j’étais encore trop loin pour que cela ait de l’importance, contrairement au fait de poser un pied au mauvais endroit…

Pour autant je n’avais nullement de regarder où est ce que je l’ai posée pou cel, ça aurait été de toute manière une grave erreur, mon regard ne quittant pas un seul instant mon adversaire, afin de guetter le moindre signe qui me permettrait de prévoir son prochain mouvement, son prochain déplacement et de l’anticiper, alors que déjà, mes chaine enroulées autour de mes poignets afin d’empêcher mon adversaire de me désarmer et de pouvoir ramener rapidement mes lames vers moi, je faisais tournoyer une d’entre elle dans le vide, afin de le frapper une fois que la distance nous séparant serait inférieure à trois mètres, gardant m seconde lame en guise de protection. Mon coup bien sûr ne viserait pas ses jambes, frapper ces dernières ne serviraient à rien avec une arme aussi légère de par leur nature golémique, et par conséquent je  frappais au niveau du torse, du côté opposé à celui de son bras mécanique pour le contraindre à esquiver ou à user de sa lame pour parer. Il y avait aussi le risque qu’il se saisisse de la chaîne, mais ce serait faire preuve d’une habilité surprenante avec sa patte d’haïena, et il devait se douter que ça ne serait pas la première qu’on tentait de retourner mes armes un peu particulières contre moi.

Tous mes actes se firent dans un silence presque religieux, seuls le chuintement des lames et le bruit de mes pas étant audibles pour ma part. Parler ne servirait à rien. Nous n’étions pas dans une chanson de geste épiques, et tout deux étions prêt à nous battre l’un contre l’autre  pour des raisons qui nous étaient propres et aucun de nous deux ne céderait rien à l’autre. Enfin le connaissant il tenterait sans doute de s’adresser à moi, pour blâmer l’être abjecte que j’étais devenu, me ramener à la « raison » ou encore me provoquer. Cela lui ressemblait bien, mais je n’en aurai cure, peut être lui répondrai je, mais en aucun cas cela ne me détournerait de mon objectif premier, primordial et si simple.

Gagner.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Theorem & Ishtar le Sam 11 Jan 2014, 18:28

Theorem s'était attendu à être piégé à un moment dans le donjon pendant l'attaque qui le mènerait lentement mais sûrement aux derniers niveaux du donjon pour rejoindre le triumvirat pétrifié et bien entendu l'imposteur qui avait prit sa place : Elder. Guidé par Gaëlle, Theorem s'était enfoncé dans les entrailles du donjon pour rejoindre au plus vite la salle du trône. Le piège allait se refermer sur le banneret et lorsqu'il pénétra dans une pièce du donjon qui menait à cet endroit, le sol en terre lui attira aussitôt le regard. Puis le champ de force dans son dos confirma sa crainte. L'odeur de sang, et l'odeur encore plus présente d'un être humain dans les parages... Cette odeur qu'il avait analysé sur une feuille après le viol de Kumie. Aucun doute sur le nom de la personne qui l'attaque dans cette pièce.

*Engar s'essais à la prise de pouvoir ? Quelle déception si tel est le cas...*

L'attaque chargée qu'allait faire l'humain serait soudaine et violente. Mais pour la peine, lorsqu'Engar tapa de toutes ses forces sur Theorem, sa lame passa à travers le corps du petit gabarit qu'il voulait affronter. Le corps fragile s'affaissa un peu sur lui-même après l'impact. Le sang noirâtre s'écoula de la plaie mais... Quelque chose clochait. Comme s'il venait de dégonfler un ballon de baudruche, Theorem continua de s'affaisser, jusqu'à ce qu'une couche informe de liquide noire ne se forme sur le sol avant de s'évaporer en douceur. Un leurre... le slime noir de son corps avait mimiqué son apparence en un mannequin vide mais bien imité. Engar se retrouvait donc dans la pièce, sans que Theo ne soit trouvable visuellement.

"Tu es donc un opposant au triumvirat, Engar ? Moi qui pensait que tu étais juste... Mais tu désir profiter du vide pour placer quelqu'un d'autre au pouvoir ?... Comme ton nouveau maître Mistral ?"

Aucun doute sur la chose, Theorem avait son réseau d'espions et les rapports qu'Engar entretenait avec Mistral constituaient une bonne pile sur le bureau du banneret. Toujours dissimulé dans la pièce, Theorem jeta une boule de neige sur une des torches là où Engar ne regardait pas. Une seconde... une troisième... La luminosité de la pièce baissait de plus en plus et bientôt, il faisait parfaitement noir dans la salle piégée...
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Engar le Sam 11 Jan 2014, 20:06

Dès que le dague avait transpercé son œil j’avais compris...Et pourtant je concluais mon assaut afin d'en finir avec ce doublon. Le véritable Theorem aurait évité sans peine un tel projectile, et surtout il aurait réagi si ce dernier l’avait éteint, or là... Rien même pas un soubresaut. Il avait été vif pour que juste après avoir été téléporté constitué ce double et se soustraire à ma vue. Ce n'était pas une bonne cosse, car avec un peu d’habilité il pourrait me prendre à revers... Mais en même temps s'il s'était contenté de s'éloigner de ce clone je l'aurai vu, il devait avoir d'autres malices en poche. Ainsi juste après que mon coup est porté je retirais rapidement ma lame et m'écartai rapidement d'un bond sur le côté, regardant autour de moi, rien... Et alors que j'effleurais de mon autre lame la substance visqueuse, je constatais avec satisfaction que le slime composant cette chimère s'évapora rapidement, cela m'éviterait la désagréable contretemps de devoir éliminer un des visqueux compagnons de mon adversaire... Qu'il restait à trouver.

Il se trahit de lui même en lançant une boule de neige qui éteignit une torche, non loin de moi. Ma réaction ne se fit pas attendre, la lame dont je m'étais déjà servi pour frapper fut projeté vers la source d'où venait en toute logique la sphère gelé...Et j'affichais une grimace en voyant à nouveau la substance noire et liquide tomber au sol, puis s'évaporer. Il usait encore de ces slimes comme tireurs, de fait il m'était vain  de vouloir le chercher. Il pouvait être derrière n'importe quel colonne, et me prendre par surprise si je m'approchais de lui. Sa manœuvre pour autant était intelligente. s'il me visait avec des sortilèges offensifs, j'aurai probablement pu les esquiver, et il se serait plus épuisé que moi, et un affrontement frontal aurait probablement été en ma faveur. Il voulait donc créer son terrain, un terrain d'ombre pour une créature de la nuit telle que lui.

Et alors que la luminosité faiblissait de plus en plus autour de moi, et qu'en vain je découpais certains de fragments de slimes responsable de ces jets, la voix de Theorem me parvint. La hauteur des lieux me fut alors défavorable, car sa voix se répercuta entre les murs, m’empêchant de déterminer sa position... Mais au moins ses propos m'offrirent une excuse valable pour me laisser aller au sourire qui me démangeait. Theorem avait peut être ses espions, mais Franken Fran gardait farouchement le secret de ses expériences, et il ignorait visiblement  qu'elle m'avait doté d'une vision qui à partir d'une certaine luminosité devenait thermique..Et qui de fait me fournirait nombre d'avantages dont il n'avait peut être même pas idées. Pour autant je continuais de jouer le jeu de l'homme qui tentait en vain de défendre la lumière contre cette neige, afin de n'éveiller en lui aucun soupçon, lui faire croire qu'il avait trouvé un de mes points faibles. Et la comédie dura jusqu'au bout, alors que ma voix pleine de hargne se répercuta à son tour entre les murs.

"Tu parles de justice ? Était ce juste de me châtier juste pour avoir abrégé les souffrances intenables d'un mourant ? Juste que le triumvirat ne s'excuse pas de ce que Kumie a subi par sa faute ? Juste encore le fait qu'en dépit de ces rôdeurs morts pour nous aider lors de la guerre contre Focus le donjon n'ait rien fait pour améliorer ses défenses, prêt à sacrifier de nouvelles vies ? Ne me parle pas de ce qui est juste alors que tu ignores tout du monde Theorem ! Ce qui sera juste.... Ce sera quand un meneur capable prendra le pouvoir au donjon Kanabo."

La luminosité baissa alors, je sentis ma vision se modifier... Mais je ne commis pas l'erreur de commencer à regarder partout autour de moi,n cela aurait été trahir mon aptitude. Au lieu de cela j'eus la réaction qu'aurait eu tout homme pour se prémunir d'un adversaire dont il ignorait l’emplacement et qu'il ne pourrait voir alors que les ténèbres tombaient. J'allais me placer dos à une des colonnes près de la barrière d'Elder,. Un rapide coup d’œil devant moi m'informa déjà que mon opposant était quelque part derrière. Ma vision m'empêchait de voir mes propres pièges,m ais je me souvenais encore des endroits où je les avais placé et de fait fut à me^me de les éviter... Cette position m'offrirait une protection contre diverses manœuvres, mais aussi empêcherait l'haïena de se rendre compte que je regardais dans sa direction. Pour rajouter à la mise en scène, alors que je risquais un discret coup d’œil par derrière la colonne de pierre je repris la parole, toujours aussi haineux.

"Et tu te prétends chevalier, ou encore même paladin, alors que tu n'affrontes pas ton adversaire face à face, tu uses des ombres, de tes slimes, de ta magie. Rien qui ne contribue à l'honneur dont tu te targues. Certes je ne suis pas mieux, mais au moins ne suis je pas hypocrite... Mais dit moi, serait ce parce que finalement tu prends exemple sur moi ?"

Un rire provocateur m'échappa alors, tandis qu’avant la fin de mes propos j'avais aperçu la position de Theorem.il était au plafond, et il allait être forcé soit de descendre soit de se déplacer pour pouvoir m'atteindre, dans les deux cas il s'exposerait à moi... Par ailleurs je ne m'étais pas caché dès que je l’avais vu, encore une fois cela aurait été trahir ce que je savais...Et après une poignée de seconde je fis mine de me dissimuler à nouveau, tout en suivant du coin de l’œil ses déplacements, prêt à agir dès que lui ou un de ses pantins de slimes s'approcherait de moi.


Dernière édition par Engar le Dim 12 Jan 2014, 10:13, édité 1 fois
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Theorem & Ishtar le Sam 11 Jan 2014, 23:35

Theorem restait le dos collé au plafond de la pièce, envoyant ses slimes éteindre les torches dans la pièce afin de créer les ténèbres et l'obscurité suffisante. Mais alors que le banneret attendait le moment propice pour attaquer, Engar le noya sous les provocations verbales. Il s'attendait que Theorem ne craque et attaque ? C'était un peu stupide, son self control et son zen était suffisamment important pour qu'il résiste, mais quelque chose fit tiquer Theorem... C'était le soudain regard que l'humain lui adressa... Dans l'instant, Theorem se mit avoir des inquiétudes. Ce combat n'était pas celui qu'il devait perdre... Le contact avait été trop long, trop intense... Même son attitude après ne trompa pas la goule qui, dans le moment suivant, se demandait comment c'était possible. Il ne dégageait pas de lumière, donc il devait en être autrement... L'obscurité de la pièce devait avoir déclenché quelque chose parce que dans les ténèbres du plafond, il avait été invisible. Sa paranoïa se manifestait doucement, dans le doute il ne pouvait se permettre aucun faux pas. Il était décidé à bluffer et à tenter le tout pour le tout.

"Tu me vois Engar ?... Voila qui est très intéressant... J'ai l'impression que ton épiderme anti-magie n'est pas la seule opération que Franken Fran a pratiqué sur toi. Tout comme moi, tu ne sais pas ce qu'elle a put me faire..."

Comme toutes les goules haiena, Theorem était doté d'une vue nocturne à détection thermique. Pour voir dans l'obscurité totale, il fallait avoir le même genre de vue, car la vue nocturne amplifie la lumière ambiante. Ici il n'y en avait pas. Il devait donc voir la chaleur de son corps. La pièce devait être à une vingtaine de degré, de ce que sa vue lui disait en fausse couleur. Pulsant la chaleur hors de son corps sous la forme d'une soudaine flammèche au bout de sa main droite qui éclaira brièvement la pièce, la goule finissait avec le corps à 20°c, à la même température que la pièce. Il était maintenant invisible à la vision infrarouge, ayant exactement la même couleur que l'environnement. Il ne voyait même plus ses mains, donc ça devait être un succès. Il se mouvait alors en silence, s'accrochant à une des colonnes avant de s'arrêter à mi-hauteur, accroché à elle comme un panda.

"Qu'est-ce que ça te fait de bientôt élever des enfants que tu as obtenu par le viol de la femme que tu aimes ?"


Dernière édition par Theorem le Mar 14 Jan 2014, 16:36, édité 1 fois
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Engar le Dim 12 Jan 2014, 19:23

Quand son corps disparu à ma vision je tressaillais un peu. Simple précaution ? Ou bien avait il deviné quelle était la nature de ma vision ? Je l'ignorais, mais cela ne contribuait pas à me mettre à l'aise pour être honnête. Néanmoins j'évitais de manifester ce trouble, en vérité je l'étouffais même pour ne pas qu'il me nuise... Et alors je me risquais à regarder à nouveau la pièce... Et Je me rendis que Theorem avait oublié un petit détail. les torches avaient été allumés depuis longtemps, et surtout le donjon avait été prévu en partie pour assurer le confort de ses habitants. De fait pour les longues nuits d'hiver, sa pierre retenait au mieux la chaleur, et ce même sans la magie de Kanabo pour l'alimenter. De fait les pierres de ce lieu avaient pu en partie s'imprégner de cette chaleur, et ce même si les flammes avaient été éteintes par de la neige. Ainsi la pierre avait été chauffée de manière non uniforme... La différence était presque imperceptible, de s fois inférieures à une poignée de degrés, mais alors percevoir et suivre le déplacement d'une forme dont la température de tout son être était constante devenait possible !

En fait le principe était un peu le même quand une personne invisible se déplaçait en pleine lumière. cela créait une déformation qui se formait particulièrement au niveau du contour de son être. C'était bien souvent difficile à percevoir, mais présent. il en allait de même ici, malgré ses efforts, Theorem ne pouvait pas s’adapter parfaitement à toutes les infimes variations de température et en passant de petites zones un peu plus chaude, ou un peu plus froide que la température globale de la pièce il occultait ces tâches plus ou moins rougeâtre ou bleuâtre... D'autant plus que cela ne se limitait pas seulement à ses contours, me facilitant grandement la tâche. Bien sûr il pourrait pallier à cela en agissant de différentes façon, mais cela lui ferait user sans doute beaucoup de magie, or sans la magie de Kanabo et sans crépuscule ses ressources en la matière était limité.

Néanmoins il serait idiot de ma part que de gâcher l'effet de surprise  que j'obtiendrai, de lui laisser la possibilité de deviner que je le voyais, ou tout du moins le percevais, mais un individu qui ne bénéficiait pas de cet atout ne prendrais pas le risque de rester plus longtemps que moi en place, s’il commençait à se déplacer je risquais d'être exposé...De fait je quittais ma position, m'avançant d'un pas lent vers le centre de la pièce. Une situation exposée, mais qui inviterait sans doute Theorem à agir, et grâce aux colonnes non loin de moi, et aux petites surprises que je lui réservais j'avais encore des moyens de me prémunir de ses assauts. Par ailleurs, aussi léger que je les voulais, je pouvais entendre mes pas crisser légèrement sur la terre meuble, mais cela n’avait pas d'importance. je savais que sur une colonne il m'observait, suivait mes déplacements tout comme j'essayais de suivre les siens snas me trahir... Et alors sa voix s'éleva.

Ses propos... Ils visaient à me faire mal, c'était évident, pourtant il me connaissait mieux que cela. Le porte-haine, ce lui qui avait réussi à dompter ce sentiment pour qu'il ne lui nuise jamais... Pensait il vraiment que j'allais me laisser aller face à une pique aussi dérisoire ? non ? C'était juste quelque chose d'insultant à l'encontre de Kumie, tout comme le déni du Triumvirat à son encontre... Je tournais alors la tête comme à la recherche de la source de cette voix, qui à nouveau se répercutait dans la salle, alors que j'étais parvenu déjà avant à la déterminer, encore trop éloignée pour que je puisse faire quoi que ce soit, si ce n'était lui répondre à nouveau.

"Tel chien, tel maître comme on dit... Tout comme ceux qui te commandent tu ne sais même pas de quoi tu parles. Mes enfants ne sont pas nés du viol de Kumie, sans quoi le démon corrompant mon corps quand il le possède, Hiromi et Elundiviel posséderaient des attributs infernaux... Ils sont nés d'une union amoureuse... Et de toute manière, même si c'était le cas, ils auraient le droit à la présence d'un père. Mais si tu dois essayer de me provoquer, n'insulte pas Kumie où nos enfants. C'est tout simplement indigne de toi."

Une marque d'estime que ma dernière phrase ? Difficile à dire, mais en tout cas la reconnaissance de ce qu'il était.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Theorem & Ishtar le Mer 15 Jan 2014, 12:14

Theorem savait que bouger de sa localisation le rendrait à coup sûr visible. Il allait être rapidement découvert s'il se mettait à charger. En plus, ce sol couvert de terre devait bien cacher pas mal de trucs. En plus de ça, le duel pourrait durer très longtemps s'il restait ici, accolé à sa colonne. L'envie d'attaquer ne lui manquerait pas, mais bizarrement il n'avait pas non plus envie de mettre Engar à mal. Ca restait un père de famille et malgré son passif, il avait du mal à croire que l'humain se soit rangé du côté malsain. Mais Theorem savait que les apparences étaient trompeuses. Il devait donc faire attention à ne pas se laisser berner par le faux-semblant et les miroir aux alouettes.

"Dis-toi que j'ai dût hériter ça de ma dragonne noire."

Ishtar était murmuré chez les humains avec crainte. Certes, Engar ne devait pas beaucoup frémir devant une telle créature, mais elle avait de quoi imposer un certain respect au regard de sa réputation. Ce furent ses derniers mots à couvert alors qu'il tendit le bras pour ramasser une torche, mettant sa patte de hyène sur la partit incandescente pour en absorber la chaleur et la rendre neutre. Il sauta de colonnes en colonnes rapidement et silencieusement avant de mettre les pieds au sol, juste derrière Engar et dans ses traces de pas. Il n'avait pas l'habitude de prendre de dos, mais face à un tel adversaire, il fallait adapter ses stratégies. Ses pas dans les traces de l'humain le conduisirent dans son dos et c'est à ce moment qu'il alluma sa torche qu'il tenait dans ses mains, attirant l'attention et éblouissant Engar alors que Theorem enfonça les griffes de sa patte de hyène dans la peau du torse d'Engar, le collant contre la colonne la plus proche.

"Ne bouge pas, ne tente rien ! Je ne veux pas te faire de mal... Mais si tu essais quoi que ce soit, mon orbe rouge scintillera et je chaufferait l'intégralité de ton corps... Oh, quelques degrés suffiront pour te plonger dans une terrible fièvre et tu mettre au lit pendant des jours. Ta peau est anti-magie, mais avec le contact que j'ai, je suis derrière tes défenses."

Theorem garda la torche dans sa main droite, son masque en place sur son visage. Il sembla un peu hésitant avant de regarder droit dans les yeux de l'humain, l'observant en détails. Pourquoi n'avait-il rien de différent ?... Theorem ne comprenait pas les humains, qui pouvaient occulter leurs sentiments sans explications.

"Pourquoi, Engar ? Que cherches-tu ?"
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Engar le Mer 15 Jan 2014, 18:00

Sa dragonne noire, hm ? On ne pouvait vraiment pas dire que c'était une bonne influence, certes elle valait mieux que son dégénéré de père, mais je n'arrivais pas à l'apprécier. En elle étaient mêlés la fourberie et la mesquinerie de Crocs-noirs avec tout ce qui faisait que je méprisais le Triumvirat, de fait je devais avouer que la remarque de Theorem n'était pas pour me plaire, à vrai dire elle m'arracha même un petit grognement irrité alors que je semblais continuer à scruter tout les coins de la pièce alors que je suivais discrètement ses mouvements. Je n'étais d'ailleurs pas ignorant quant au fait que Theorem et sa chère Mina s'étaient séparés, et j'avais vent de ses liens étroits avec la dragonne, mais au vu de comment il la qualifia, se pouvait il qu'elle occupe la même place que l'avait fait la vampire en son cœur ? Possible, mais l'idée me donna presque un haut de cœur... Enfin je ne pouvais pas m'attarder sur ces considération personnelles, il était en mouvement. Je vis clairement  l'éclat chaleureux de la torche s'éteindre  ce qui me laissait présager de ce qui allait suivre. Il était bien renseigné sur moi, je le savais, mais c'était réciproque, et ce même avant qu'Elder ne m’informe qu'il serait mon adversaire. En absorbant de la chaleur il allait s'épargner une perte de mana en usant de sa magie de feu. L'idée qu'il s'agisse d'un leurre et qu'il use de givre ou de slime était aussi à prévoir... Mais de cela ma vision thermique saurait m'avertir.

Ainsi je sus qu'il était dans mon dos. Je fus un peu surpris, ce n'était pas son genre... Mais je devais reconnaître qu'il était doué, rapide, discret, si je ne l’avais pas vu peu avant je n'aurai même pas été capable de ressentir sa présence. Il s'approchait inexorablement et moi je m'apprêtais à le faucher, dès qu'il entrerait à porter. Il ne savait pas que je le voyais encore. il devait être confiant, sûr de lui, alors que je restais sur mes gardes...

Mais un imprévu arrive rapidement au combat ,et alors que je me retournais prêt à le frapper, je fus brusquement ébloui... Ce ne fut pas comme si je venais de prendre un raie de lumière en plein dans les yeux, ce ne fut pas douloureux, mais  la chaleur que je sentis, si près de moi, perturba ma vision bien plus que je ne l’avais escompté, et je fus incapable de porter le moindre coup. De là Theorem n'eut aucun mal à agripper. je pus sentir les griffes de sa patte transpercées ma tenue de cuir et s'enfoncer légèrement dans ma peau. la douleur fut faible, mais présente, et surtout je savais ce que cela signifiait. Son orbe rouge était sur ce bras, enfin cette patte, et en une fraction de seconde il pourrait m'incinérer tout mes organes internes, mais il ne le fit pas. A vrai dire j'aurai pu me débattre tenter de le repousser, mais c'était trop incertain, cela se jouait sur trop peu. Une fois la première fraction de seconde passés je savais que cela ne se finirait pas comme cela. Je tressaillais faiblement quand il me poussa dos contre une colonne, continuant à m'exposer l'éclat d'une torche, forçant à ma vision à redevenir à son état normal.

La scène avait alors quelque chose de fascinant, l'éclat de sa torche ne suffisait pas à l'éclairer entièrement, je ne pouvais voir que son visage et le haut de son corps. Derrière lui la pièce était nimbé d'un étrange voile gris avant de s'enfoncer dans les ténèbres. Si je n'y avais été habitué cette vision aurait attirée toute mon attention, au lieu de cela je fixais l'haïena, à l'endroit où étaient ses yeux que son masque m'empêchaient de percevoir. Lui aussi me fixait, tout en usant de menaces dont je connaissais déjà le fondement. Dans mon regard ne transparaissait ni frustration, ni désappointement, ni même une colère profonde, juste la hargne de vaincre. Puis alors vinrent ses questions et un sourire me vint aux lèvres. Il aurait pu être narquois, provocateur, mais ce n'était pas le cas... C'était ce même sourire que celui que je lui avais adressé lors de mon arrivée au donjon.

"Je te l'ai dit Theorem. Le triumvirat ne peux pas ...Est incapable de maintenir ce donjon. Je ais qu'ils ne sont pas mauvais en soit, mais ils sont bercés d'illusions idylliques et oublient une vérité, nous sommes en guerre, et il faut y réagir... Il faut que quelqu'un parvienne à amener le donjon à réellement agir, où il finira par s'effondrer. La simple situation du triumvirat aujourd'hui en montre ses faiblesses... C'est pour ça que j'agis ainsi, pour que ces faiblesses ne nuisent  pas au donjon."

Je pouvais sentir la chaleur menaçante poindre dans ma poitrine. pour lui éviter une décision malheureusement je relâchais mes armes, ces dernières tombant au sol dans un ton mat, trahissant le fait qu'elles n'étaient pas en métal. Je poursuivais alors.

"Je sais que toi même tu agis avec ta cohorte éternelle, mais tes actes restent minimes et leurs conclusions est parfois décevante. Pourtant, quand je t'ai rencontré j'ai cru que tu étais un héros... Mais tu n'es qu'un serviteur."

Dans ma voix il n'y avais nul reproche, peut être juste... Une pointe d'amertume, mais cela je ne pouvais le dissimuler. Quant à savoir si j'étais sincère... Je lui avais dit dès le début je mènerai le combat jusqu'à son terme, et à mes yeux il n’était pas fini. Je faisais ce qui était nécessaire.

Ce fut un léger tressaillement à mon poignet droit qui me donna le signal de la reprise imminente. Je savais déjà ce qu'il signifiait, je savais ce qui allait advenir et ce que cela allait entraîner. Même si je l’avais voulu il était impossible d'interrompre le cours des événements... Comme je l’avais deviné une marque rougeâtre, une traînée, se fit voir à travers le charbon recouvrant la lame. Ce dernier n’échappa pas à Theorem, il n'hésiterait sans doute pas...Et tout se jouerait sur notre temps de réaction...

Et je fus gagnant.

Cela sa joua à presque rien, je devais effectuer plus de mouvements que lui pour l'emporter, mais j'avais été assez rapide pour cela. ma main gauche repoussa brusquement la sienne, arrachant ses griffes d mon torse et les amenant à griffer ma tunique. l'instant d’après ma paume se refermait sur la lame qui avait été projeté dans le bon sens par ce brusque mouvement, tandis que ma main droite se refermait autour de sa patte, afin de la maintenir à l'écart de mon corps, l'empêchait de relâcher sa chaleur sur moi. A vrai dire le finaud n’avait qu'à moitié raté son coup, je l'avais à moitié senti cette chaleur, elle avait fait sauter un battement à mon cœur et je me retrouvais presque essoufflé, mais cela n’avait pas duré assez longtemps pour augmenter la température de mon corps. L'instant d’après j'opposais ma lame gauche à son bras métallique en un bref tintement, je savais qu'aucun des deux ne se briserait, mais c'était juste pour l'empêcher d'user de sa torcher ou de son bras pour riposter... Ma lame était d'ailleurs orienté vers son cou, mais tenter un assaut alors ça aurait été" par trop tentée ma chance... Il fallait cependant que j'en profite pour reprendre la main. En premier lieu il fallait que je m'éloigne, ses jambes seraient des armes redoutables de par leur nature et avec ma position je ne pourrai nullement y résister. Ainsi pour me dégager j'effectuais un mouvement de pivot, sans relâcher son bras droit ,le forçant à suivre mon mouvement, dont je profitais pour tenter de lui asséner un coup de pommeau au niveau de son oreille. je n'aurai pas pu avoir assez de force pour lui infliger de sérieux dégâts au cou, mais au vu de sa sensibilité auditive un choc même minime à cet endroit le déstabiliserait, et même si cela échouait j'étais hors de portée de ses poings...Et je pus me mettre hors de portée de ses pieds... Avec un atout supplémentaire.

Pour rester hors de portée de ses jambes il m’avait fallu reculer, relâcher ma prise sur son poing et droit... Mais en profitant de mon mouvement de pivot j’avais enroulé autour de son bras ma chaîne. elle était assez longue pour ne pas entraver ses mouvements, mais il ne pourrait pas m'échapper, il ne pourrait plus se cacher dans les ombres. Il allait devoir me faire face... Sans compter le fait que plus léger et faible physiquement que moi je pouvais imprimer des tensions pour le déstabiliser, et que s'ils s'essayaient à ses acrobaties  habituels il me serait aisé de le ramener plus ou moins brutalement au sol. De fait soit il résistait et je l'emportais, et s'il comptait tout simplement relâcher à un moment la pression pour me déséquilibrer ça ne marcherait pas, ou bien profiter de ma poussée pour s'avancer vers moi, mais auquel cas je lui réservais quelques surprise.

Je constatais alors que l'arme que j'avais toujours en main voyait aussi sa couverture de charbon percée, une sphère près de la garde s'illuminant d'un éclat grisâtre, la magie en émanant ne pouvant plus échapper à Theorem bien qu'il ne pouvait probablement deviner quelle était ses effets ni ce qui avait provoqué cet éveil. Ayant repris mon souffle,  je fixais à nouveau l'haïena ,ma lame orientée vers le bas, exécutant des mouvements souples, provocants. Ma voix se fit alors entendre.

"Et pour que les choses progressent il me faut l'emporter..."

Alors je tirais brusquement sur ma chaîne pour l'amener vers moi, vers une de ces zones sentant le sang. Je m'apprêtais alors à frapper. Mon cou semblait être un vulgaire coup de taille visant son cou. Ce qui était compréhensible, leur trancher la tête était une des seules manières de tuer les haïenas, mais j’étais quelqu'un de plus efficace que  cela. Je savais qu’il était un prompt épéiste, et que de fiat, bien qu'il ne l’avait pas en main, il lui serait aisé de la dégainer rapidement, il fallait que j me tiens prêt à interrompre mon assaut pour dévier le sien, ou encore pourrait il user de sa magie, mais c'était à cet effet que j'avais prévu cette salle...et que je m'apprêtais à brusquement reculer, pour l'amener à s'avancer.

Sa situation était délicate, néanmoins j’avais pu m'en tirer à peu de frais de la mienne, serait il capable d'en faire autant ?
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Theorem & Ishtar le Dim 19 Jan 2014, 17:17

Theorem était d'ordinaire vif comme l'éclaire, rapide et précis comme un scalpel plutôt que de miser sur la force brute et la puissance de la masse d'arme. C'est pour cette raison que lorsqu'Engar se débarrassa de la patte de hyène de Theorem, la force ne fut pas suffisante et Theo se retrouva avec un morceau de cuir dans la main. Il avait totalement économisé sa mana et la hyène préféra conserver sa chaleur et ne fit pas son attaque. Peut être que la peur avait suffit à donner des sueurs à l'humain. C'est à ce moment qu'il sentit la chaîne froide autour de son poignet gauche et la tension dessus. La contre-attaque vint aussitôt avec une tentative de coup à la tempe par le pommeau d'Engar. Mais l'agilité de son adversaire fit que le coup de pommeau ne parvint pas à atteindre sa cible. La goule préféra rester un minimum sur-place, sachant l'endroit sûr avant de plaquer son pied contre la colonnade à sa gauche. Le bras tendu tenant la chaîne, l'orbe bleutée de Theorem se mit à luire immédiatement.

"Pas si vite, Engar !"




La chaîne en métal fut un excellent conducteur de température. La chaleur autour d'Engar et même celle en proximité immédiate de la chaleur corporelle de l'humain. La chaleur emmagasinée rendait quasiment visible Theorem alors qu'il reprenait une température convenable. La chaîne congelé et bardée de morceaux de glace formés par l'humidité ambiante formait un très faible brouillard autour d'elle. Dégainant son dadao d'un coup sec, provoquant un son chantant et clair qui résonna un instant dans l'obscurité partielle de la pièce. Une rotation précise et chantante brisa la chaîne congelée en une centaine de fragments très petits et rapides qui s'écrasèrent sur Engar avec violence. Le reste de la chaîne dans sa main fut violemment jetée sur Engar avec le reste de la température absorbée. Ca ne monterait pas plus haut que 60°, mais ça avait de quoi être dérangeant et piquer un coup. Sans perdre de temps, Theorem se mit en garde, une main sur son masque. La torche au sol éclairait les deux opposants en contre-plongée, projetant des ombres menaçantes au plafond, vacillantes et incertaines.

"Dadao no Giwaku n'a pas croisé le fer depuis longtemps. Si tu doute, l'épée le saura. Mais je ne doute pas que là où tu souhaites m'amener, il y a un piège... Tu ne m'auras pas avec des pièges aussi évidents. Plus de cache-cache, vient à moi !"
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Engar le Dim 19 Jan 2014, 20:30

Eh bien il avait été vif, à peine avais je commencé à exercer une pression pour l'attirer qu'il avait su réagir de la manière la plus habile qui soit . Dès que je sentis la température diminuer je me doutais de ce qu'il allait faire, fragiliser ma chaîne puis la briser. Heureusement pour moi mes gants en cuir de démon m'empêchèrent de trop sentir la morsure du froid et Theorme n’avait décidément pas perdu cette manie d'annoncer ses assauts ! Ainsi je réagis à la seconde précise où il brisa ma chaîne, effectuant un brusque mouvement d'épaule pour ramener ma cape devant moi . Ainsi les esquilles de métal gelé vinrent se ficher dans le cuir épais sans m'infliger le moindre dommage. Un autre mouvement et la cape repassa derrière moi, assez vivement pour que certains des fragments qui s'y étaient plantés tombent au sol dans un tintement aiguë.

Ce n'était cependant pas fini et je dus effectuer une brusque torsion du torse pour éviter le fragment de la chaîne que m'avait lancé Theorem. Une erreur, car il avait certes brisé le lien unissant mes lame, mais juste de manière à les diviser, ce qui allait me priver d'un outil de parade, mais il avait eu la bonté de me permettre de récupérer mes lames encore rattachée au bout de chaîne qu’il venait de m’envoyer et que je saisissais promptement avant qu'elle ne touche le sol. Après la brusque baisse de température le métal commençait à reprendre une température moins agressive, néanmoins pour éviter de sentir mes mains s'engourdir je saisissais directement mes lames, dont les poignées n'avait été que peu affecter par le sortilège de l'haïena. Grâce à la torche au sol je pouvais le voir, toujours sous un éclairage qui le rendait plus intimidant qu'il ne l'était vraiment. Je jaugeais brièvement sa garde, pas un tremblement, pas une faiblesse par trop visible... Je l’avais rarement vu aussi déterminé, et ce n'était pas pour me déplaire. Je ne tardais pas à e mettre à mon tour en garde, une lame, celle parcourue par une fine ligne rougeoyante, dans une position défensive près de mon corps, l'autre un peu en avant, afin de frapper... Mais néanmoins je me permis un rire face au commentaire de Theorem.

"Je ne demandais pas mieux... Néanmoins je trouve ça amusant que tu me dises de cesser de me cacher alors que c'est toi qui a commencé à te dérober à user de ruses et de fourberie. Héhé... Mes pièges ne sont là que pour te rendre la pareille..Et permets moi de te le dire, tu as bien senti le piège devant moi...Mais qu'en est il de tout ceux qui nous entoure ? Tu as intérêt à bien faire attention où tu mets les pieds."


Cela devait paraître ridicule que je le mette ainsi en garde, surtout que le connaissant cela n'allait nullement l'inquiéter. Mais il savait probablement déjà ce que je venais lui dire et puis... Je ne suis pas homme à agir gratuitement. Par ailleurs puisqu'il ne demandait qu'à croiser le fer j'allais lui donner ce qu'il désirait ! Ainsi, brusquement, je m'avançais vers lui, ma lame en avant effectuant une vive diagonale, de haut ne bas, vers son cou, le seul point faible des haïena... Mais alors que j'étais à portée d'une possible parade ou d’une contre attaque, je changeais de position, inversant les positions de mes pieds ainsi que les position de mes lames. De fait l'assaut que j’avais porté manqua d'allonge pour atteindre Theorem , mais frappant violemment sa lame au lieu de cela... J'étais déjà plus fort et plus lourd que lui, mais il bdut se rendre compte que mon coup avait dû être plus volent que le précédent , au moins deux fois plus. Ce fut suffisant pour dévier son arme et ainsi l'empêcher de riposter, alors qu'une seconde sphère, rouge celle là, apparut à travers le charbon couvrant la lame. Je fis ensuite vivement glisser mon arme, de manière à ce que sa lame se retrouve bloqué entre la poignée et la garde. Il n'aurait pas assez d'élan pour nuire à ma main, incanter de la magie lui prendrait trop de temps, et ainsi je l'empêchais non seulement de pouvoir me frapper sans se déplacer, mais aussi de se déplacer rapidement sur la gauche, à moins de laisser là sa lame ou d’effectuer un mouvement de poignet vers la droite qui lui prendrait un peu de temps, assez pour que je porte mon coup de mon autre arme !

Ainsi, restant hors de portée de ses jambes j'effectuais un coup d'estoc avec ma lame droite. dans cet assaut je ne laissais rien au hasard. Le bras dont il pourrait user pour parer sans être dangereusement déséquilibré était le gauche, l'organique, qui ne pourrait dévier un tel coup. Ma cible, était son cœur slime, qui, s'il était touché, allait lui causer de grands désagréments. Enfin, pour esquiver, il lui faudrait soit reculer de manière assez conséquente, et risquait ainsi de tomber dans un de mes pièges, se déplacer à gauche étant compromis au vu de la position de sa lame, il pouvait encore tenter de se déplacer sur la droite se baisser ou encore sauter, mais dans tout les cas, ma lame suivrait son mouvement, tant pour tenter de le toucher que pour me prémunir d'une éventuelle riposte. J'avais assez observé ses acrobaties pour savoir de quoi il était capable et de fait je me tenais prêt à y faire face.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Theorem & Ishtar le Dim 19 Jan 2014, 21:44

Engar semblait prêt à affronter le diable en personne, et c'est pourquoi il donnait toutes ses capacités dans ce combat qui allait probablement le conduire aux frontières des capacités de chacun. Chaque belligérant allait devoir redoubler d'audace et de volonté pour faire de cet affrontement le coup final à porter. Theorem avait encore des ressources pour le coup et l'assaut éclair de l'humain pourfendeur de démon allait forcer les nerfs de la goule qui n'allait pas opposer sa résistance face aux coups d'Engar qui plongeait littéralement sur lui. Coup latéral dans son sabre ? Le banneret laissa le choc le pousser, ses pieds frottant le sol jusqu'à la colonnade en projetant de la terre sur cette dernière. La lame de son sabre frotta énergiquement le sol, faisant un bruit des plus désagréable pour ralentir d'autant plus l'impact. Le coup d'estoc arrivant de face se retrouva soudainement repoussé par une courte lame... La percemaille de Theorem dégainée avec une rapidité digne de ce nom repoussa le bras de l'humain, créant une ouverture de face imprenable.

*Ses coups sont plus puissants qu'avant... Ses deux lames semblent magiques, je dois me méfier. Mais la meilleure défense est l'attaque.*

Inclinant le haut de son corps, il prit une forme beaucoup plus élancée et d'un gabarit bien plus court que ce que l'humain avait l'habitude d'affronter. Theorem était partit comme une balle juste après sa parade, laissant son sabre fiché dans le sol à la verticale. Il avait prit appuis sur le plat de la lame pour s'élancer à une vitesse surprenante, passant outre l'allonge d'Engar car le dadao allait gêner tout retour de lame. En plus ce type d'attaque totalement atypique ne laissa qu'une demi seconde à l'humain alors que tout le corps de son ennemi venait de combler le mètre vingt qui les séparait, arrivant à une proximité si immédiate alors que les bras de son adversaire étaient encore écartés d'une possible contre-attaque. Tout ce que vit Engar fut le masque de Theorem passant à quelques millimètres de son visage et sentir la pression des avants-bras de la goule, leste et rapide qui s'était élancée vers le plafond. Ramenant brutalement son genou droit devant lui, l'impact fut sévère et plongeant vers le haut, claquant le bas du menton d'Engar contre sa mâchoire supérieure. Le choc dents contre dents claqua avec une sonorité claire et accompagné d'un probable son humide et pulmonaire dût au souffle coupé. Dans sa course, le pied de Theorem prit appuie sur l'épaule gauche de l'humain avant de se projeter en arrière, retombant à côté de son sabre qu'il sortit de la pierre d'un coup sec, se replaçant en garde. Engar pouvait maintenant comprendre qu'un genou artificiel en métal et en pierre à une telle vitesse avait de quoi sonner le plus solide des combattants. Mais quelque chose allait attirer l'attention de l'humain s'il avait retrouvé ses esprits. Son opposant n'avait plus de vêtements sous son hanfu vert ?

"Tombé de rideau."

La cape d'Engar sembla s'animer contre sa volonté et se retourna brutalement sur lui, couvrant son visage et une partie de son corps. La forte pression exercée lui donnerait l'impression que son vêtement venait de se liguer contre lui, l'étouffant et gênant totalement sa vision sous l'épais cuir de la tenue. Du slime noir recouvrait sa cape et sans qu'une quelconque magie opère, elle pressait sur Engar.
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Engar le Dim 19 Jan 2014, 23:06

Joli coup... je ne l’avais jamais vu avec cet arme je n'avais pas prévu qu'il en fasse usage...Et de fait je fus bien incapable de l’empêcher de dévier mon coup avec ce poignard ! Néanmoins je me ressaisissais rapidement exécutant une brusque torsion du torse pour esquiver un éventuel coup d'estoc, mais l'haïena fit tout autre chose, plantant sa lame au sol, il y prit appui et se projeta vers moi.Je fus alors si abasourdi par un mouvement aussi incongru. Ainsi je ne pus nullement esquiver le coup lorsqu'il se projeta sur moi, je ne fus même pas capable de riposter ! Le choc fut bref mais violent, mes dents claquant brusquement. Avant l'opération de Franken Fran un tel coup me les aurait toutes brisées, mais là elles avaient tenues bon, je pouvais en être gré à la docteur ! Ces mêmes expériences me permirent également de bien encaisser le coup en dépit de sa violence et ainsi je toisais Theorem avec hargne alors qu'il se remettait en garde.

J'allais lui faire payer ce sale coup...mai soudainement ma cape s'agita contre mon gré s’enroulant autour de mon visage et une partie de mon torse entravant me mouvements. Il ne me fallut guère longtemps pour comprendre de quoi il s'agissait. Son satané slime ! Je titubais alors, luttant avec le slime, marchant de manière un peu aléatoire, mais m'approchant malgré cela de Theorem, criant des imprécations à l'encontre de ce dernier... Imprécations qui se turent quand j’entendis sa voix. Tombé de rideau, hein ?

Pas de chance pour lui j'étais maintenant assez proche et le slime n'avait pas su m'immobiliser au bon endroit ! Je n’avais pas lâché mes armes et celle que je tenais en main droite fendit rapidement l'air, puis ma lame transperça ma cape sur toute la longueur... Dans la seconde qui suivit je sentis l'étreinte du slime se relâchait, et je n'attendais guère plus pour trancher l'attache de ma cape, la laissant tomber au sol, avec la masse noire et informe se tortillant de souffrance au sol. Il avait commis l'erreur de me laisser toucher un peu de slime noir à ma guise dès le début de la rencontre et persévérance avait largement eu le temps depuis pour l'assimiler et acquérir les propriétés des substances néfastes à cet espèce !

J'étais trop près de Théorem pour qu'il esquiver mon coup et ainsi je lui rendis la pareille de son coup de genou. Ma lame ornée de deux sphères luminescentes frappa brusquement son épaulée, à l'endroit où sa chair cédait du terrain au bras golémique. L'arme elle même transperça sans peine la chair de mon opposant, mais plus important encore fut la libération des deux coups qu'elle avait déjà accumulé, dont l'onde de choc qui se répandit dans le corps de Theorem ne dut pas être sans conséquence sur le corps de ce dernier. Quoi qu'il en soit je ne lui laissait pas le temps de récupérer lui décochant un violent coup de pieds au ventre pour le repousser ne arrière, et également déloger ma lame de son corps.

"C'est ton problème Theorem, tu es trop théâtrale."


Les deux sphères avaient disparu, et laissais désormais apercevoir la matière pale constituant la lame de mes armes... Reprenant mon souffle après avoir bien failli être asphyxié je me remis en garde. J’avais su reprendre la main mais ce n'était pas fini. Je me mis alors à tourner lentement autour de lui tel un prédateur guettant sa proie. Il avait jusqu’alors su déjouer mes assaut mais si lui m’avait un peu étourdi avec son coup de genou je bénéficiais d'un net atout avec son bras ainsi meurtri, car même s'il possédait une prothèse golémique il allait user des muscles que j'avais touché et de fait allait peiner pour manier son arme. Ainsi après quelques secondes de cette ronde silencieuse je m'avançais à nouveau vers lui, d'un pas plus mesuré.

Je frappais alors à nouveau, gardant cette fois ci réellement une lame près de mon corps pour me défendre, tandis que de l'autre, celle qui m’avait permis de me débarrasser du slime, je feintais, faisant croire à un coup de taille qui viserait à lui ôter son perce-maille avant , d'abaisser soudainement mon coup afin de lui transpercer l'aine. Il me fallait oublier l'idée d'une fin rapide, et même si Theorem ne serait pas mis hors combat par de telles blessures ces dernières l’affaibliraient il serait petit à petit affaibli jusqu'au coup de grâce ! Néanmoins je demeurais prudent , prêt à agir en cas de mouvement de son dadao ou d’une nouvelle tentative de saut. J'avais pu voir en direct la manière dont il s'y prenait et j’avais compris comment esquiver ce geste, l'appréhension de tels mouvements étant aisé de par leur amplitude, et en cela peu importait la vitesse de celui qui en usait !
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Theorem & Ishtar le Mar 21 Jan 2014, 10:17

Une très vive douleur fit se raidir Theorem quand la lame froide de son adversaire traversa son épaule. Cette fois on ne rigolait plus... Là où Theorem s'attendait à ce qu'Engar ne fasse que quelques démonstrations de force avant de s'arrêter en voyant la stupidité de ce duel, il en était tout autre. La lame mordant sa chair et traversant son épaule signa deux choses. La première était que le peu de sentiment qui existait entre Theorem et Engar venait de mourir. La seconde fut la résurgence de l'imminence de la mort qu'il avait connu il y a fort longtemps. De plus l'impact violent de l'épée avait fait s'écraser au sol la goule, bien plus petite et moins endurante que devait se l'imaginer Engar. Le Haiena mit quelques secondes à reprendre ses esprits avant de se redresser, sa patte sur sa plaie pour y injecter assez de froid et anesthésier la douleur. Les muscles et tendons en charpie ne lui permettrait plus d'utiliser son bras, et probablement définitivement s'il ne se faisait pas soigner.

"Tu as donc véritablement perdu la valeur des choses. Tu veux me tuer, Engar ? Me détruire ? Me transformer en charpie ? Est-ce que ma mort t'apportera la paix ? Elle t'apportera la gloire ? Toi qui a passé ta précédente vie à détruire les monstres sans peser le poids d'une vie humaine dans le lot, me détruiras-tu et oublieras-tu mon nom ? Vais-je figurer dans ton journal de mort que tu garde si précieusement. Peut être vais-je perdre ce combat, mais je graverait à jamais dans ton esprit ce que c'est que d'être un monstre en te plaçant de l'autre côté du miroir !"


"XR371..." murmura-t-il...

Theorem s'immobilisa et la feinte d'Engar arriva. D'un pas châssé et d'un retour de jambe, il repoussa vivement l'attaque d'Engar en tapant dans la garde de l'épée de sa geta en bois. La danse funeste de Theorem commença, et avec elle ses coups rapides, précis, millimétrés. La goule était devenue d'une froideur implacable alors qu'il reprit la torche en la relevant avec son pied, la tenant dans une main et sa percemaille dans l'autre. Les coups que Theorem donnait ne visaient pas à blesser, juste à parer. Theorem fit une soudaine diversion, frappant avec le percemaille la torche dans sa main. Une gerbe d'étincelles et de cendres brûlantes brouilla la vue de l'humain avant que le Haiena ne retire son masque de la dualité éternelle, le forçant alors sur le visage de l'humain qui, en faisant un pas de plus en arrière, buta contre une colonnade. Le champ de force du masque le colla au visage de l'humain et lui laissa le temps de voir le visage fatigué de son adversaire, cerné et le regard différent, absent. Les sensations décuplées que conféra le masque à l'humain furent d'abord très jouissifs... Mais bien vite, cet état fut trop important ! Sa vue, son ouïe, son odorat, son toucher et son goût se mêlèrent et se confondirent en une bouillie de sensations perturbantes et trop développées. Trop ! Il voyait avec ses oreilles, sentait avec sa bouche, entendait avec ses mains et tout cela ne cessait de changer !

Quant à Theorem, il profita du moment pour ramasser son dadao en titubant un peu, son regard perdu alors qu'il sortit son sabre du sol, prenant garde de marcher dans les traces d'Engar. Il était sur ses gardes et surveillait l'humain qui peinait à appréhender ses sensations chaotiques et développées. On ne pouvait pas retirer le masque comme ça, il y avait une manière pour le faire, inconnue de l'humain. Oh, il finirait par trouver qu'il fallait l'empoigner en posant ses doigts sur les symboles du masque... Et pendant ce temps, Theorem n'attaqua pas, s'appuyant contre une colonne avant de s'asseoir au sol, essoufflé. Une vilaine toux et il fouilla dans ses possessions de sa main gauche, sortant la canette qu'il se gardait toujours.


"Ne t'en fais pas, cela ne te tuera pas... C'était mon dernier coup, je suis épuisé... J'ai tout mit ce que j'avais dans ce duel... Mais avec un bras aussi amoché, XR371 ne m'a donné qu'un répit..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Engar le Mar 21 Jan 2014, 19:00

Je pouvais comprendre les questionnements de Theorem. Ses dires sévères à mon égard, j'avais l'habitude depuis mon arrivée au donjon, mais présentement il était sans doute l'individu qui avait le plus de raison en cela. Je foulais du pied sans hésiter tous ses préceptes alors qu'il avait été le premier à me tendre la main, le premier à m'appeler ami, comme si tout cela n'avait jamais compter. Il avait aussi tort sur certains points, mais cela je ne pouvais pas le lui dire, pas encore, pas maintenant. Je devais en finir maintenant, alors après... Seulement après.

Ce fut la concentration qui me fut nécessaire pour continuer mon coup, ne pas me laisser affaiblir par ses paroles qui me trahit. Si je l'avais écouté jusqu'au bout, si j'avais entendu sa dernière phrase, j'aurai sans doute pu éviter ce qui allait suivre, mais pour cette fois, comme cela m'était déjà rarement arrivé, je m'étais laissé malgré moi emporté. J'entendis par contre parfaitement son murmure, le mot qu'il prononça. Je l'avais déjà entendu, il m'en avait parlé et je sus ce que cela impliquait...Et même sans jamais l'avoir vu à l'œuvre je sus qu'il était trop tard pour réagir, du moins pour porter efficacement mon assaut. Je ramenais ainsi rapidement mon arme vers moi après qu'elle fut déviée. Il délaissa alors son dadao pour récupérer la torche, me laissant dès lors l'avantage de l'allonge. De fait bien que mon intention était alors de me défendre il me fut nécessaire d'attaquer, car justement, maintenant qu'il avait deux armes courtes il fallait que je l'empêche de combler l'écart, de prendre l'initiative.

Mais alors que j'enchainais les assauts qu'il devait avec une vivacité stupéfiante, comme s'il parvenait à les prévoir à l'avance, il profita d'un court répit pour provoquer un jet de cendre incandescente. Si j'avais encore ma cape j'aurai pu m'en prémunir, mais sans elle tout ce que je pus faire ce fut de ramener mon bras devant moi, n'empêchant pas la totalité des cendre de me meurtrir les yeux, mais m'obstruant moi-même mon champs de vision. J'aurai néanmoins été encore prêt à dévier un éventuel coup de perce maille, un coup de pieds ou un sortilège... mais surement pas à ce qu'il me réservait. Ainsi avant même que je ne comprenne ce qu'il faisait il avait apposé son masque sur mon visage, je l'entrevis alors, épuisé, à bout de force et le regard emplie d'un sentiment que je ne connaissais que trop bien. Je me doutais alors sur le champ que quelque chose n'allait pas avec le masque, et cela ne venait pas du choc de mon crane contre la colonne, mais malgré la vivacité de ma réaction c'était trop tard, le temps que je rengaine rapidement mes lames et porte les mains au masque, je n’étais plus à même de l’ôter et il commença à faire effet.

Je sentis mes sens se décupler, je pouvais percevoir chaque son de cette salle, et même en dehors, le bruit des affrontements qui avaient commencé en bas, les odeurs diffuses du sang, de Theorem et d'autres choses que je ne parvenais pas à qualifier. Mais rapidement cela devint trop intense, bien trop intense. J'entendis parfaitement ce que dit l'haïena il n'était plus en état de se battre, mais à quel prix pour moi ? Je me retrouvais plongé dans une tourmente sensorielle, une folie familière, qui remontait il y a de cela presque vingt ans, quand le démon s'était insinué dans mon être. C'était le même chaos, al même folie, aucune douleur physique, mais une sensation qui assaillait ma conscience...

Mais cette dernière était encore assez vivace pour comprendre que la solution se trouvait dans ce lien. Je le savais et justement les pas rendus hésitants par ce que j'éprouvais tentaient de me faire atteindre cette solution, alors que par un réflexe que je ne pouvais contrôlé mes mains s'acharnaient sur ce masque... Puis enfin j'y parvins, en partie grâce à ses sens décuplés, je parvins à distinguer une trace rouge, une odeur de sang...Et je mettais un pied dans un des pentagrammes dissimulés par la terre meuble. Alors toutes ces sensations commencèrent à s'apaiser, devenant bien moins intense, jusqu’à finalement s'effacer, me laissant dans un état d'étrange torpeur, comme l'individu qui se réveille après un cauchemar et reste immobile, à contempler les ténèbres... Puis le cheminement de mes mains se fit plus clame, caressant au lieu de griffer le masque, jusqu'à ce que je finisse par trouver comment m'en défaire. Je ne compris pas exactement ce qui l'avait rendu soudainement si aisé à retirer, mais l’importante était que j'avais recouvré mes sens. Ma tête était encore lourde, mes oreilles vibrait, et mes yeux étaient irrité par les cendres et injectés d'un voile rouge assez peu rassurant, mais tout cela irait en s'apaisant maintenant… Et un maigre sourire orna mes lèvres.

Je n'aurai pas cru que mes pentagrammes m’auraient aidé dans une telle situation. J'en avais tracé sur toute la salle, la terre meuble visant à les dissimuler à la vue d'autrui et à éviter qu'ils soient effacés trop aisément. Leurs fonctions étaient doubles. La première était de piéger l’individu qui y aurait mis les pieds, de cela je m’étais prémuni avec un signe cabalistique tracé sur mon torse et que les assauts de Theorem n’avaient heureusement pas brouillés. La seconde était justement que les règles des plans infernaux étaient différentes de celle de notre monde, et cela valait aussi pour la magie. Or à l’intérieur d’un tel pentacle ce sont les règles d’un monde infernal particulier, que j’avais choisi pour ses propriétés qui avaient cours. Dans le plan auquel j’avais lié ce signe la magie était altérée. Ainsi j’avais escompté m‘en servir comme protection contre d’éventuels assaut magiques de Theorem…Et ils m’avaient permis d’interrompre les effets de son masque, assez longtemps pour que je m’en défasse. Cela avait d’ailleurs était une nécessité car si j’étais sorti du pentagramme en continuant à le porter il aurait continué à me nuire, mais maintenant je ne risquais plus rien de lui.

Trois à cinq minutes avaient dû s’écouler depuis qu’il m’avait apposé ce masque, en fait à vrai dire je n’en savais trop rien, vu comment mes repères avaient été troublés, mais je me rendis rapidement compte que Theorem n’avait pas bougé. Il était assis, dos contre une colonne, sa boisson favorite en mai net toussant comme un beau diable. Il était en un bien plus piteux état que je ne l’avais escompté, que je ne l’avais souhaité. Gardant  son masque en main je me relevais, lui faisant face. La torche non loin de lui l’éclairait pleinement alors qu’elle me laissait à moitié dans les ombres. Je m’avançais alors, pour être plus visible. A cet instant les protections établies pour Elder se levèrent, témoignant ainsi de l’affaiblissement critiquer de mon opposant. Je pouvais partir, faire en sorte de poursuivre mon plan, mais le moment était venu pour les explications et répondre à ses questions. Ma voix s’éleva alors grave, et avec une pointe d’amertume.

"Helena Gribois, humaine, sacrifiée pour que son village soit sauvé. Kerlath, démon, éliminé pour mettre un terme aux meurtres sanglants dans la ville de Bristor. … Black, achevé pour lui épargner de vaines souffrances."

Je fis un pas de plus vers lui et m’accroupissait alors, pour me mettre à sa hauteur. D’un geste rapide je lui envoyais son masque. Un mouvement qui pouvait paraître négligent mais qui était juste prudent, au vu de son état. Il avait beau être à bout de force je connaissais assez le gaillard pour savoir les tours qu’il pourrait encore me réserver.

"J’ai tué des monstres, tout comme des humains. Tu peux me blâmer pour l’avoir fait, de manière abjecte des fois, tu peux également me reprocher le fait que certains ne méritaient pas de mourir… Mais tu ne peux m’accuser de ne pas avoir conscience du poids d’une vie, qu’elle soit humaine ou autre, ni d’avoir agi pour  des raisons aussi futile que la gloire ou l’argent. A chaque vie que j’ai ôtée j’avais une raison précise. Sauver d’autres personnes, en plus grand nombre, empêcher un drame… Ou depuis que je suis ici, protégé les miens."


Je portais alors la main à ma tunique, la plongeant dans la seule besace que j’avais conservée sur moi  et j’en extirpai le « carnet » de mort qu’il évoquait. Il devait avoir l’impression que je le provoquais, mais pour éviter ce ressenti je repris rapidement la parole, tenant le carnet entre mon pouce et mon index.

"Et je ne les oublie pas, chacun d’entre eux, même ceux dont j’ai oublié le nom, je m’en souviens. J’ai la chance, ou la disgrâce comme tu dois le penser, de ne pas avoir de remords, de dormir paisiblement, mais pour autant je n’efface pas ces individus de ma mémoire, même ceux dont j’ai oublié le nom, et surtout je n’oublie pas ce pourquoi ils sont morts…Et si j’entretiens ce carnet c’est justement pour que même après mon trépas il y ait une trace de ce qu’ils ont été. D’ailleurs ils ne sont pas les seuls à figurer."

J’ouvris alors le carnet à une page bien précise… Je la contemplais brièvement détournant alors mon regard de l’hïena, je sentais hésitant, pensif. Puis tout comme le masque je le lui lançais doucement, de manière à ce qu’il atterrisse non loin de lui à la page que j’avais ouverte. D’un coup d’œil il pouvait voir de nombreux textes ainsi que des croquis grossiers, qui devaient lui être familiers, représentant son armement ses attributs de hyène, mais aussi lui même dans a tenue de soubrette et son ancienne armure…  Mes talents au dessin était bien sûr médiocre à mon gout mais au moins étaient-ils clairs. Je me relevais alors.

"Si j’avais voulu te tuer Theorem je n’aurai pas attendu que tu te relèves quand tu étais à terre, je n’aurai pas visé ton épaule mais ton cou. Et ta  mort ne m’apporterait pas la paix ni à personne. Bien au contraire, j’espère que tu guériras entièrement de ces plaies… Sache le Theorem, je suis en paix avec moi-même, mais je ne me leurre pas, je suis un homme d’arme, un loup de guerre. Je vis et j’agis en me battant, en contribuant à la violence de la guerre. Mais je le fais pour protéger les miens… Je ne fais la guerre que pour mieux l’étouffer, pour qu’un jour la paix advienne, et pour cela je ferai tout ce qui est nécessaire. Et cela passera par  amener le triumvirat à modifier sa manière d’agir… Ou à être remplacé."

Je me relevais alors, m’étirant un peu. Mon corps tout entier me faisait un peu mal mais cela disparaitrait rapidement… Je m’éloignais alors un peu de lui, me dirigeant  à pas lents vers ma cape que le slime avait relâché, et tout en se faisant je continuais à m’adresser à l’haïena.

"Mais quand viendra le paix, je deviendrai vain. A quoi me servira ma brutalité et ma fourberie à part à abimer ce que j’ai voulu protéger ? J’ai pourtant essayé d changer Theorem, tu as été témoin de mes efforts, mais  à chaque fois cela à amenait mes proches à souffrir. Je ne suis tout simplement pas fait pour cela… Comme toi tu n’es pas fait pour l’horreur de la guerre. Tu es trop tendre, trop gentil, incapable de commettre des actes atroces quand ils sont nécessaires ou de les éviter. C’est pour cela que tu n’es pas un héros, tu ne peux pas faire de choix qui soit trop difficile et tu dois être guidé."


J’avais brisé la broche, mais je me servais des deux lanières du haut de la cape pour former un nœud autour de mon cou, la rattachant ainsi avec habilité. Néanmoins il faudrait que je la fasse réparer car cela pourrait me causer des ennuis... Je regardais alors brièvement un des deux chemins s’offrant à moi, sachant lequel me mènerait à Elder… Puis je fixai à nouveau Theorem.

"Mais tu peux tout de même être utile dans ce conflit…Et surtout la paix aura besoin de gens comme toi, alors quand ce jour adviendra, et si je suis alors encore de ce monde, j’espère que tu ne me décevras pas Theorem."

Et alors je m’inclinais devant lui, non pas à la manière dont j’étais coutumière, mais à la façon orientale, dont je ne connaissais à vrai dire pas grand chose, mais par signe de respect.

"Puisses-tu me pardonner… Je sais que je t’ai fait mal, et pas seulement physiquement, j’ai conscience que je fais souffrir mon aimée qui se bat à vos côtés, mais pour une dernière fois fais-moi confiance… Et même si tu ne le peux, élimine ta hargne à mon égard. Si je suis ainsi… C’est pour que personne d’autres n’ait à prendre ma place, et surtout pas vous…Ceux que je souhaite protéger."


Je me redressais alors à nouveau et fit mine de tourner les talons, mais alors que je lui tournais le dos je m’interrompis et tournait la tête, lui adressant un simple sourire. Ce même sourire que je lui avais adressé alors qu’il m’avait remis à ma place à la taverne, peu après notre première rencontre.

"Sur ce je te laisse, j’ai un autre combat à mener… Et toi aussi je pense, dès que tu seras remis. Je pense que ton soutien serait bienvenu en bas."

Et sur ces mots et ce sourire, sans lui laisser le temps de me répondre, je m’éloignais pour de bon à pas rapide, disparaissant rapidement dans les ténèbres de la pièce, puis rapidement inaudible pour l’haïena, mes pas me menant rapidement à la salle du trône. J’avais déjà assez fait souffrir les miens. J’étais prêt à en assumer les conséquences, mais il était grand temps qu’en soit récoltés les fruits.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sur la double page du journal d’Engar que ce dernier avait laissé près de Theorem, l’haïena pouvait voir les dessins de son armement ainsi que de ses tenues, mais aussi des annotations, sous formes de petits paragraphes, s’il y prêtait attention voici des extraits, les plus marquants, de ce qu’il pourrait y voir.

"Dès mon premier jour au donjon j’ai fait une rencontre étonnante, Theorem, fils de Tobor. Si je m’attendais à cela, chevalier et travestit, il m’a l’air étonnant, mais malgré son excentricité il a rapidement fait ses preuves. J’espère pouvoir plus le fréquenter.

J’ai appris l’union entre Theorem et Mina, ils font vraiment un couple attendrissant. Ces pour des histoires de ce genre que je ne regrette pas d’être venus au donjon.

Theorem est mort… Du moins c’est ce qui semble être advenu, lors de l’assaut Naviento il était manquant. Selon certains il aurait détruit des armes de sièges, une bien belle mort pour certains, mais je le sais… La mort n’est jamais une chose digne.

Il est revenu ! J’ai eu la nouvelle en prison, C’en est presque un miracle, mais je ne pense pas que les dieux y soient pour quelque chose, malgré sa frêle carrure ce bougre est aussi robuste que ses principes.

Theorem est venu me voir après mon procès… J’ai conscience qu’il veut m’aider, mais il ne semble pas comprendre que nous avons deux visions différentes du monde… Mais en même temps je ne lui souhaite pas de connaître ce qui a forgé la mienne.

Je viens de lire un rapport sur une mission de Theorem. J’ai bien ri devant, mais il y avait une part de dépit. Il  avait épargné de individus dont la mort aurait pu être des plus bénéfiques, mais je le blâme pas, c’est sa manière d’agir. Pour autant j’espère que les conséquences ne seront pas graves.

… Ca y est je dois l’affronter. Je n’ai pas peur, je l’ai observé depuis longtemps et même si l’issue est incertaine je ne regrette pas totalement ce combat… Il me haïra sans doute par la suite, mais si je l’emporte je saurai au moins que tous les sacrifices que j’ai fait, et que j’ai imposé à d’autres n’auront pas été vains. Et si j’échoue, eh bien je n’aurai que le sort que je mériterai."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Theorem & Ishtar le Mer 22 Jan 2014, 11:16

Theorem se reposait tranquillement en reprenant son souffle. Au fur et à mesure de son repos, il retrouvait un peu plus de force et malgré tout son bras resterait inutilisable pour un certain temps. Le banneret savait que l'humain aurait gagné, il était bien plus puissant que lui car ce dernier s'était entraîné pour tuer les monstres. C'était précisément ce qu'était Theorem et c'est pourquoi Engar avait tout ce qu'il fallait pour gagner un duel. L'agilité et la rapidité de la hyène n'avaient pas été suffisantes. Il lui aurait fallut plus d'années d'entraînement et moins de retenu que ce dernier. Quand Engar venait lui dire que s'il avait voulu, il l'aurait tué, il en avait tout autant à son sujet. Après tout, la lame de sa percemaille n'était pas passé bien loin de sa nuque lorsqu'il avait donné son coup de genoux. En clair il aurait très bien put trancher la carotide de son ennemi et, malgré les talents d'Engar, une artère ouverte était synonyme de mort immédiate. Theorem resta silencieux pendant les explications et les discours d'Engar. Il n'attendait plus rien de lui et reprit son souffle à travers son masque avant de jeter un coup d'oeil au livre qu'il lui avait confisqué un moment. La goule l'avait lu, il savait ce que cela contenait. Lorsque l'humain tournait les talons pour partir, Theo referma le livre avant de soupirer. Son silence se brisa.

"Pour toi il n'est pas héroïsme sans horreur... Tu donnes des leçons rapidement mais tu n'en conclus que ce qui t'arranges. Tu penses que lire ce paragraphe changera ma vision de toi ? J'ai eut ce carnet de mort entre les mains et je peux te garantir, Engar, que toi non plus tu n'as rien d'héroïque..."

Se redressant en s'appuyant sur son sabre, Theorem termina sa boisson avant de replacer convenablement son masque. Il savait que la réaction d'Engar serait peut être agressive ou violente, qu'il répondrait à tout cela. Mais à la place, la goule ne se ravisa pas. Ce qui fallait être dit serait dit.

"Tu te penses meilleur que moi car tu fais les choix qui coûtent des vies pour en sauver plus ? Tu penses que tuer est la seule manière de sauver le monde ? Comment peux-tu me faire la moral... Tu n'as ni loyauté ni honneur, tu ne souffres d'aucune limite dans la perfidie. Même Ishtar qui est probablement plus perfide que toi a des limites qu'elle ne franchira jamais... Pas comme toi, Engar... Tueur d'enfants."

Il referma le livre et le jeta en direction d'Engar pour qu'il le récupère. Pour autant, Theorem ne semblait pas amère. Il semblait juste au courant de tout et préféra donc tuer immédiatement ce rapport qui les liait. Lui qui l'avait accueillit à bras ouverts, avec amitié et sans réserve, il avait tout fait pour calmer la violence innée de cet être torturé, mais rien n'y faisait... Il avait été plus simple pour lui de critiquer l'autorité de ce donjon et maintenant se liguer contre eux. En même temps, c'était le choix le plus simple et le plus logique pour quelqu'un ayant son estime.

"Au nom de quoi puis-je te pardonner ? Tu prends la route où personne ne te suivras, même pas moi qui ait cherché à te comprendre. Je n'ai pas besoin de toi pour me dire qui je suis. Tu veux que la situation s'arrange et que, possiblement, je te pardonne ? Fait le bon choix. Sauve le Triumvirat. Sans demander merci, sans rien demander en contre-partie. Tu comprendras que l'héroïsme ne demande pas de remerciements."

Sur-ce, Theorem commença à prendre le chemin de la sortie, évitant les cercles pentacles au sol avant de s'engouffrer dans la porte restante.


"L'héroïsme ne se définit pas par le poids des décisions que tu prends et de la balance de la vie que tu jauges toi-même... Elle se définit par tes croyances et tu n'en a aucune... Tu n'es pas un dieu, n'oublis pas ça. Je nourris l'espoir que tu feras le bon choix, voila ce qui me différencie de ta vision du héros. Si tu continue dans ta voie, pense plutôt à la tyrannie que tu risques de créer..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Engar le Ven 24 Jan 2014, 11:55

A ma grande surprise il trouva encore la force de me répondre alors que je commençais à m'éloigner du hall. J'aurai alors très bien pu ne pas me retourner, ne pas m'arrêter, continuer ma route sans écouter ses propos dont je connaissais déjà la teneur. Mais j'avais un but, un but précis, et fuir ses remarques, cela aurait été à l'encontre de ce dernier. Ainsi je m'interrompis brusquement dans mon élan, et basculant la tête en arrière je fixais le plafond, songeur, tout en écoutant ses propos. A travers ses derniers ils continuaient de me blâmer pour ce que j'étais, pour ce que j'avais commis. Dans ses dires il y avait une part de raison, mais il se laissait aussi dominer par ses principes, ou encore interpréter mal certains de mes dires. Pour autant je continuais à lui adresser la même attention, guettant ses questions que j'avais prévue et auxquelles j'avais les réponses depuis bien longtemps, avant même de le rencontrer. Finalement, alors qu'il me mettait en garde quant à ma manière d'agir, je l'entendis se relever, puis s'éloigner... C'en était fini, et seulement alors je me baissai pour récupérer le carnet qu'il avait lancé non loin de moi.

Je m'étais à vrai dire attendu à ce qu'il le garde, ou le détruise et non pas à ce qu'il me le rende, cela était un peu imprévu, mais ce n'était pas un réel problème en soit. A vrai dire j'étais même plutôt content d'avoir ce journal sur moi. Carnet de mort pour Theorem, mais qui pour moi contenait la vérité que l'histoire ou moi-même dissimulions, une mémoire véritable de ceux dont j'avais contribué au trépas. Mon regard se baissa alors quelque peu sur la couverture abimée, un maigre sourire ornant mes lèvre, avant que je ne le range dans ma besace. A vrai dire j'aurai pu répondre à Theorem, peut-être même le retenir et tout lui expliquer, le faire rester à mes côtés pour cet ultime combat... Mais, cela aurait été cédé à une ridicule sensiblerie, cela aurait risqué de tout compromettre. J'avais déjà perdu bien assez de temps en m'arrêtant pour l'écouter, et ainsi une fois qu'il fut partis je repris ma marche, et comme pour compenser ces mots que je n'avais pu exprimer je me mis à me chuchoter à moi-même.

"Que veux-tu... Je ne suis pas un héros."

Un maigre sourire vint alors orner es lèvres. Cela je l'avais déjà dit à Felina, à Kumie, à tous ceux qui m'étaient chers. A tout ceux que j'avais fait souffrir, et que je protégeais. Je me demandais si un seul parmi eux avait compris ce que cela signifiait réellement. A vrai dire j'en doutais un peu, mais en même temps je ne pouvais les en blâmer. Je n'avais pas conscience de cela parce que j'étais meilleur qu'eux, j'avais simplement vécu différemment, vécu une vie qui m'avait amené à trouver cette réponse... Et à ne pouvoir la considérer comme fausse. Il  y avait encore tellement de mots qui me venaient à l'esprit, mais j'étais hommes d'actions avant d'être un homme de paroles de fait je les reléguais dans un coin de mon esprit, avant de marcher de manière d'autant plus vive vers la salle du boss.

Bientôt viendra l'heure où nous pourrons réellement parler Theorem... Fais-moi juste le plaisir de rester toi-même jusque-là.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Crépuscule sanglant.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum