Ca coule comme de la bière

Aller en bas

Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Ven 07 Mar 2014, 23:28

La taverne...

Même avant que je ne me mette à boire il y a de cela même pas deux ans, je m'y rendais toujours après avoir accompli une mission ou bien m'être entraîné. La raison en était tout simplement que ce genre d'endroit était idéal pour les individus dans mon genre. On pouvait se relaxer, faire de s rencontres prometteuses, obtenir des travails intéressants.. Bon au donjon ce dernier aspect était quelque peu occulté, mais les deux autres demeuraient. Je guidais ainsi mon camarade vers un des quelques établissements dont le tenancier était devenu un ami, et pas seulement de par les bénéficies que je lui permettais d'obtenir. Ainsi après avoir pansé nos plaies et bosses dues à nos entraînement et avoir bien ri suite à notre réponse à l'égard de Varish, je poussais la porte de la bâtisse et salua le minotaure en train de nettoyer son bar, un salut qu'il me rendit avec le sourire, malgré le fait que sa taverne ait été une de celle qui avait été ravagée par les flammes à cause de mon initiative lors du conflit avec Focus. Par contre il eut une drôle de tête en apercevant Dokpel, que j'interrogeais brièvement du regard avant de m'installer à une table en poussant un soupir d'aise.

La pièce était aussi agitée que la salle d'arme, un bruit aussi intense s'élevait des combles se répercutant en un ample brouhaha. Sa nature était seulement différente et si j'appréciais aussi bien l'un que l'autre ce dernier, plus reposant, était bienvenu après l'exercice physique, un sourire se dessinant au coin de mes lèvres alors que je surprenais un fragments de phrases, une bribe de conversation. Les voix graves se mêlaient aux cris aiguës, le son des bocks s'entrechoquant cédaient des fois la place à celui des cartes qu'on abattait sur la table ou des dès qui roulaient, et il fallait à cela ajouter les rots et éclats de rires bruyants, qui m'amenèrent à débuter notre propre discussion.

"Ce genre d’atmosphère a dû bien te changer de ce à quoi tu étais habitué non Dokpel ? D’ailleurs, maintenant que j'y pense, tu parles de Fustilor comme si ce royaume se démarquait particulièrement des autres, mais à vrai dire si ce n'est les légendes sur sa création, comme chaque pays possède de toutes façons les siennes, je n'ai pas eu l'impression qu'il différenciait des autres nations féodales lorsque je m'y suis rendu. Les mêmes valeurs chevaleresques, les mêmes seigneurs qui se moquaient bien de ces dites valeurs qu'ils étaient sensés servir, ton frère en tête, et les mêmes paysans plus ou moins pauvres en fonctions des caprices de leurs suzerains."

J'avais foulé du pied la majorité des nations du monde connu, et je connaissais de façon superficielle la plupart de leurs caractéristiques, mais pour être honnête toute affaire qui n’avait pas u lien avec un démon m’intéressait assez peu, en particulier durant mes premières années de traques, et de fait il était probable que certaines subtilités m''échappaient, bien qu'elles ne changeait rien aux faits que j'avais pu constater lors de mes voyages... Tout en attendant la réponse du prince je pris la liberté de commander deux bock de bière. Je ne buvais certes guère plus depuis que mon démon avait été scellé par Shiru, mais je me devais bien d'accompagner Dokpel !
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Lun 10 Mar 2014, 13:50

Lorsque je reconnu le serveur -et inversement- je maudis un peu Engar de m'avoir améné dans cette taverne en particulier. La seule taverne ou le tenancier préférait voir mon sang couler sur le plancher, que des pièces d'or rouler sur son comptoir. Heureusement pour moi, celui si savait faire preuve d'un certain professionnalisme, et de mon coté j'avais bien fait comprendre à Varish,  qu'un seul mot venant de sa boite à connerie entraînerait aussitôt un couplet entier sur les dogmes de mon culte. Je suivis cependant Engar de prêt et m'essayai en face de lui à une petite table pouvant au mieux accueillir quatre clients d'envergure humaine. 

En attendant un serveur, je répondis à mon camarade d'entrainement.

-Ce n'est pas tellement la première fois que je viens ici. Même si j'en fait pas mon quotidien, il est important pour quelqu'un aussi exclue que moi de prendre par moment des bains de foules. En petite quantité cependant, car tant que je n'aurai pas trouvé un moyen sur de faire fermer définitivement le clapet à mon démon en boite, il y aura toujours un risque mortelle pour moi qu'une vanne acerbe aille éprouvé la résistance des nerfs de certaines créatures aux joies sanguinaires. Un peu dans le même style que ton gros lézard de tout à l'heure. Mon regard se posa brièvement sur le barman cornu. Le minotaure, c'est ton ami ?  Un jour alors que je discutais avec une jeune demi-ange, Varish s'est amusé à lui balancé qu'il prenait du plaisir à se couper les parties génitales si tu vois ce que je veux dire.

Un odieux gloussement sortit de nul part plana dans l'air englobant les deux humains.

-pff... Et évidemment ça l'amuse.

Bien vite un serveur vint chercher nos commande. Engar pris ce qui lui fit plaisir tandis que moi, je succombai une fois de plus à ma nostalgie et au bon gout sucré de cette merveille qu'était la bière de Fustilor. Je me fis la remarque au passage que je ne réagissais plus du tout face au différents aspect parfois désappointant des membres du donjon. Dans le cas ci-présent, l'employé était un homme oiseau au plumage arc-en-ciel tout bonnement magnifique et aux grand yeux verrons. Son grand bec courbé comme un crochet était d'une blancheur éclatante. Un très beau spécimen tout sauf effrayant. Il repartit chercher leurs boisson. Je repris donc la conversation.

-C'est vrais, je parle de mon royaume en des thermes très élogieux malgré ce qu'il ma fait subir. Peut être parce que seul ma famille m'a trahit et qu'au lieu de les suivre, le peuple à décider de me protéger au mépris du danger. Mais je pense plus parce que je n'ai pas autant voyagé que toi. Tout du moins pas aussi loin. J'ai visité plus d'une fois l'intégralité de mon pays mais je ne suis jamais sortit en dehors de ses frontières hormis pour le fuir. Je trouve au passage ce paradoxe particulièrement amère. Je ne sais pas comment les hommes vivent ailleurs, mais je sais que chez moi, ils sont pour la plus part satisfait. Du moins... J'espère.

Cette phrase éveilla mes craintes vis à vis de l'influence que pouvait avoir actuellement mon frère son notre père et les répercutions que cela engendrait.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Lun 17 Mar 2014, 00:14

Il était vrai que vis à vis de mon démon il y avait bien une chose dont je ne pouvais me plaindre, tant qu'il était contenu il se la fermait, je n’avais jamais eu des ennuis tels ceux que m'évoquait Dokpel. Cependant cela me surprit quelque peu, car il était ici depuis un certain temps, les habitants du donjon n'avaient pas fini par s'y habituer ? voilà qui me paraissait des plus étonnants, même venant d'une populace aussi agressive envers les humains ! C'était d'autant plus étonnant qu'en soit Dokpel paraissait bien plus fréquentable que je ne l'étais. il n'avais pas des centaines de cadavres derrière lui, qui même en restant mues lui faisait une réputation difficilement excusable. Enfin, quand il me précisa ce que Varish avait dit au minotaure... Je le compris un peu mieux. certes le tenancier était plutôt compréhensif, il m'avait par exemple pardonné l'incendie de sa taverne, mais une telle injure... voilà qui était une des pires injures à faire à un minotaure, cette part de leur anatomie étant ce dont ils étaient le plus fier avec leurs cornes. Et alors que le démon laissa son rire se fit entendre je me contentais comme réponse d'une maigre soupir pour montrer que je compatissais aux malheurs de Dokpel.

Cependant ce dernier ne s'attarda guère là dessus, et sa commande me laissa présager de la nostalgie dont il allait faire preuve suite à ce que j'avais dit sur les royaumes féodaux. Son récit me fit à deux reprises hausser le sourcil. La première fois de par l'attitude des habitants du pays à son égard lors de sa fuite, la seconde sur son bonheur relatif. J'aurai alors aimé les féliciter de leur bravoure et complimenter le travail de la famille du prince à l'égard de leur population... Mais je savais la réalité bien plus sombre et je n'allais pas mentir à Dokpel. Ainsi alors que le serveur allait nous chercher nos boissons mon sourire se fit bien maigre alors que je répondais d'une voix un peu amère.

"Tu as dû faire bien des choses à l'égard de ton peuple pour qu'il se montre aussi reconnaissant. D'ordinaire les petites gens se moquent bien des affaires des grandes, et mêmes de qui est sur le trône du moment qu'ils ont de quoi se nourrir et un toit. Or comme tu me le dis, cela était déjà le cas vu le bonheur qui était le leur. Enfin, le bonheur est relatif, hm ? Après tout il diffère pour chacun. Il ne faut pas se faire d'illusion, aussi bien loti qu'est le paysan il est bien peu probable qu'il possède un jour le bine être dont tu as bénéficié pendant les premières années de ta vie et quoi qu'on en dise ces genres de choses contribuent au bonheur. C'est juste que c'est comme un plat délicieux dont on se nourrirait tout le temps. La noblesse finit souvent par en perdre la saveur. Bref revenons à nos affaires. Comme je le disais tes gens devaient bien t'aimer pour faire cela... Ou bien ils se montrent particulièrement intelligent, car ce bonheur qui est leur il risque de ne pas durer."

J'essayais de contenir le mélange de hargne et d'amertume que ces songes éveillaient en moi afin de ne pas ajouter au trouble de Dokpel qui serait bien suffisant comme cela. Il semblait si attaché à sa nation que l'idée que cette dernière ou ses habitants souffrent devait lui être insupportable... et pourtant.

"Ton père finira bien par céder sa place... Et il le fait déjà, preuve en est la totale liberté qu'a eu ton frère pour m'engager, ainsi que bien d'autres mercenaires, en usant de l'or du royaume, juste pour te retrouver. Ton frangin est intelligent, et fourbe, mais il est rongé par l'envie et la jalousie. Je ne sais pas quelle fut votre relation, mais une chose est sure... Le pouvoir il le veut et il en usera comme on lui semble et cela le peuple risque d'en souffrir, si ce n'est déjà fait. cela fait un certain temps que je n'ai pas de nouvelles de Fustilor, et je suppose que ça doit être aussi ton cas..."


A ce moment là le serveur revenait, tout en le remerciant je saisissais mon bock, ainsi que celui de Dokpel, le lui posant devant lui avec une certain fermeté avant de porter le mien à mes lèvres. Il ne fallait pas qu'il se laisse abattre, surtout que je n'en avais pas fini ! Ainsi après ma première gorgée je me penchais un peu vers lui, mon sourire se faisant complice alors que je lui soufflais.

"Mais que dirais tu qu'on se charge d'en apprendre un peu plus par nous même ?"
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Mer 19 Mar 2014, 12:59

J'écoutai Engar m'ouvrir le fond de sa pensé sans le couper, encaissant douloureusement la confirmation de ses craintes tout en sirotant sa bière de Fustilor, ce qui accentua ce sentiment de nostalgie doublée par une crainte profonde. Je baissai les yeux quand il évoqua l'étendu du pouvoir d'Ereip. A chacune de ses critiques à son encontre, une image surgissant du passé s'imposait à mon esprit. Lui et moi jouant dans notre jardin d'enfance. Puis la fois ou je l'initia pour la première fois à l'escrime. Quoi que le plus vibrant dans ce souvenir était la voix vibrante de colère de ma douce mère, folle de rage que son benjamin tienne une épée courte à un si jeune age. Dans l'ensemble, toutes ces pensées mettaient en avant deux frères profondément liés. L'un par responsabilité en tant qu’aîné. L'autre, par adoration pour ce premier. Ces deux formait un tout, un symbole de la cohésion de la famille royale adoré par le peuple qui voyait en eux, les dignes descendants du prestigieux Héro (C'est ce que m'a rapporté mon père en tout cas concernant ce dernier point). Au bout du compte, pour une raison qui me parait encore totalement absurde et irrationnelle, cette union est partit en éclat pour toujours. Celui qui aimait chasse dorénavant celui qui le protégeait. Détruisant peut être au passage tout ce pourquoi j'ai œuvré avec tant d'hardeur.

J'avalai une autre gorgé de ma précieuse boisson afin de dissipé cette brume de tourment au profit d'une cascade fraîche pleine de saveur, cachant si subtilement un taux d'alcool assez important. Puis je poussai un profond soupir quelque peu agacé.

-Je sens bien que tu pas ça avec de mauvaises attentions Engar, pourtant... Comment dire ? Ce n'est plus remuer le couteaux dans la plaie là. Non, je dirais plutôt se tailler bol de soupe dans la chaire. Je gloussai un peu. Mais je commence un peu à mieux te comprendre, donc ça ira. C'est juste que c'est toujours un peu dur à entendre même si ça remonte à longtemps. Je ne sais pas comment c'était avec ta famille mais dans mon cas, on ne peut espérer séparation plus déchirantes. J'ai pensé les même choses que toi durant ces années. J'ai conscience de tout ce qu'il peut commettre et rien que ça suffit à me faire bouillir de rage. Mais malgré tout cela, ça reste mon petit frère.

Dans la salle, l'ambiance était plutôt au réconfort et aux blagues vaseuses ou salaces. Et bien que cela contraste du tout au tout à l'atmosphère raffinée dans laquelle je fus éduqué, cela me fit un bien fou. Cette aura de tranquillité et de simplicité contre balançait mes craintes, ma colère, mon incertitude et surtout m'offrait autre choses que des pensés noires à renifler. Tout du moins, a condition que mon compagnon infernal tienne son bec fermé à double tour. Je pouvais au moins me concentré sans trop de soucis sur ce que me disait Engar et d'y réfléchir en toute quiétude.

-Je ne suis pas sûr que mener une enquête prudent ou me sois juste profitable. Je ne sais pas comment tu souhaites t'y prendre mais si l'on venait à obtenir des résultats, qu'est ce qu'on en ferait ensuite ? Hormis ruminer la dur vérité et s'offrir de longue nuits blanches. Enfin je me doute que ce ne sera pas ton cas. Je ne dis pas non d'office, seulement, si ce n'est que pour constater je préfère m'abstenir. Obtenir la solution à un problème sans pouvoir l'exploiter est d'autant plus rageant.

Tout en faisant mine d'être sceptique, je commençai déjà à lister dans un coin de ma tête le nom des personnes susceptibles de me prêter main forte. Bien entendu, ils n'y en eu pas beaucoup. Mais au moins, ce fut toujours mieux que rien du tout. L'un d'entre eux attira tout particulièrement mon attention. Falvder Bernik. Prononcer ces mots suffit à faire resurgir une flopée de souvenir tous très précieux. Alors un sourire en coin se dessina sur mes lèvres.

-...Hm. Quoi que tout n'est peut être pas si impossible que ça. Vas y Engar. Présente moi le fond de ta pensée. Comment comptes-tu t'y prendre et pour faire quoi ensuite ? Dis-je en me penchant en avant comme mon camarade, un nouvel éclat dans le regard et de la mousse sur le nez.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Mer 19 Mar 2014, 20:09

Face à ses réticences et à son amertume j'eus un soupir las... Je savais pour ma part que ce n'était pas un mauvais bougre;.. mais cela faisait des années, il ne pouvait pas continuer à vivre avec cela. Sinon il ne pourrait jamais rien faire pour aider son royaume, juste par amour pour son frère. Je prenais ainsi une nouvelle gorgée de bière, réfléchissant d'ors et déjà à ma réponse, le laissant néanmoins poursuivre, espérant qu'il se ressaisirait quelque peu... Et plus ça allait plus son discours sembla abonder en mon sens. Il en finit avec les trémolos dans ses propos et commença davantage à s’intéresser sur l'aspect pratique de la chose. Comment nous allions agir et comment exploiter ce que nous obtiendrions...Avant d'enfin se montrer direct et me poser directement la question sur mon plan, mais plus important en m'adressant un regard qui m'était des plus familiers, pour l'avoir déjà possédé de nombreuses fois. Un regard empli de détermination, qui me fit sourire et m'amena à boire encore, mais de manière bien plus franche, un sourire complice ornant alors mes lèvres alors que je prenais la parole.

"Je préfère cela... Non pas que je ne comprenne pas l'amour familial, mais j'ai vu assez de situation semblable, et d'hommes qui s'en sont relevés, pour qu'il te soit intolérable que ce simple sentiment soit un obstacle infranchissable à tes actes. Et puisque tu m'interroges sur ma famille, je ne connaissais que mes parents et...Eh bien je leur dois beaucoup, mais cela fiat longtemps que j'ai coupé les ponts avec eux, je ne sais pas ce qu'ils deviennent, mais je ne m'en fais pas, mon père et ma mère sont un peu particulier."

je posais alors mon bock m'abandonnant un bref instant à la pensée de mes contrées natales, mais je ne m'y attardais guère. J'avais coupé les liens depuis longtemps avec eux, à la base pour ne pas leur attirer d'ennuis avec ma situation, mais désormais car cela serait vain...et contrairement à Dokpel rien ne me rattachait à la terre où j'étais né. Je me demandais quelques fois, en entendant les chants en contant les beautés ou le souvenir ce que cela faisait d'être lié à un pays. Au moins cet attachement était elle une chose que les créatures du donjon et les soldats en campagne que j'avais beaucoup fréquenté pouvaient avoir en commun. Enfin, je ne m'y attardais guère ,et au lieu de cela répondit plus avant Dokpel.

"Quant au comment, eh bien, cela fait pas mal d'années que tu es parti tout de même, tu as changé, et on ne te reconnaîtra pas sur le champs, surtout avec les bons oripeaux, et si jamais on se montre un peu tatillon je saurai bien arranger la chose. Le fait que j'ai été au service de ton frère doit ouvrir bien des passe droit vu le personnage, et on ne s'interrogera guère sur mes compagnons. Quant à nous y rendre je vois plusieurs possibilités. Se téléporter sur une telle distance est impossible, et marcher jusqu'à ce royaume prendrait trop de temps,et même si nous usions de chevaux nous nous éloignerions trop longtemps du donjon. Alors soit nous usons de montures volantes, soit nous empruntons un autre passage, à travers les plans... Ce n'est pas encore une technique que je maîtrise parfaitement, mais j'ai appris à ouvrir des portails de façon éphémère et dans certaines dimensions démoniaque le temps et l'espace sont distordus, tant et si bien que nous pourrions y passer une période raisonnable et que juste après, en ouvrant un portail depuis notre position nous soyons à Fustilor ! Ceci dit, je ne sais pas trop si cette dernière hypothèse est avisée avec Varish."

Mon regard se porta sur le bracelet, m'attendant à une réaction de l'infernal. Les plans démoniaques pouvaient affecter la magie, et malgré toute sa puissance j'ignorais si la mantra réagirait ou non avec les énergies de ces lieux. C'était un risque que je préférais éviter de prendre dans la mesure du possible, et ce malgré mon audace habituelle. Mon regard revint ensuite sur Dokpel alors que je poursuivais mes dires.

"Quand à ce que nous en retirerions... Tu connais sans doute le dicton "connais ton adversaire et connais toi toi même" hm ? Or cela va nous aider en ces deux choses. Premièrement pour mieux connaître ton frère. Secondement pour que tu clarifies ton ressenti à son égard. Seulement après cela nous pourrons escompter faire quelque chose. Qui plus est constater la réalité n'est jamais peine perdue. C'est justement affaire de choix. On peut la ruminer, ou bien l'observer et en grappiller des fragments de vérité, qui ne nous donnerons rien, mais seront peut être utiles plus tard. Par exemple en sachant comment le peuple vit sous sa coupe nous pourrions estimer les sens d'organiser un soulèvement en ta faveur, en nous informant sur les seigneur nous pourrions te rallier de précieux alliés. Enfin, même si cela ne menait à rien vis à vis de ton frère, je n'oublie pas que Fustilor est le lieu où a été créer le bracelet et la mantra, nous en apprendrons ainsi peut être plus sur ces derniers, ainsi que sur Varish. Et peut être, qu'avec de la chance, beaucoup de chance, tu pourras retrouver ton frère."

Mes mains se joignirent alors sur la table, et mon front y reposa brièvement. Il me restait à lui dire le plus difficile, mais accepterait il de l'entendre ? De ne pas le percevoir comme soudard habitué aux carnages et à la guerre ? je l'espérais et ainsi ce fut sur une note amère que je conclus mes propos.

"Mais je doute de cette idée, et dans toutes les autres hypothèses il faut que tu ais conscience d'une chose. Le sang des Fustiloriens va abreuver la terre où ils vivent, il y aura conflit, les innocents comme les chevaliers mourront, si tu t'engages sur cette voie il faut que tu sois prêt à cela. Je le devine d'avance, tu te moques d'être roi et du pouvoir pourvu que ton peuple vive heureux, alors tu vas me dire pourquoi ferais tu cela si des vies doivent être sacrifiés ? Tout simplement parce qu'il me parait encore plus probable que davantage de vies seront brisées si ton frère gouverne à sa guise !"

Je parlais à voix basse pour ne pas inquiéter les habitués de la taverne mais mon regard exprimais aussi vivement qu’aurait pu le faire ma voix quel est le choix que je ferai pour ma part. Un choix oui, celui qui était à mes yeux nécessaire, mais que je ne lui imposerai pas.

"Dokpel, par ta naissance et mes actes passés tu es plus que je ne serai jamais, mais chaque vie à son fardeau... Et bien que je puisse m'être trompé sur ton frère, qu'il ne soit pas un si mauvais monarque que cela, tu dois te préparer à l’éventualité où il le serait. Il te faudra te préparer au choix que je t'ai expliqué. accepter de sacrifier des vies à travers la guerre pour reconquérir ton royaume, ou bien en laisser bien plus s'éteindre sans que tu en sois directement responsable... Mais quel que soit ton choix Dokpel, n'ai pas crainte de voir ton nom et tes mains souillés, ne te laissent pas abîmer par le songe des innocents qui mourront pour toi ou dont tu causeras la mort. Pour une simple raison..."


Je m'affalais alors quelque peu sur ma chaise, le regard sombre, une main tenant toujours ma chope, l'autre pendant le long de mon corps, ma posture paraissait avachi, mais pourtant tout mon corps était parcourue d'une tension perceptible alors que je concluais mes propos.

"Car ce qui doit être, mais que ni les héros ni les rois ne doivent accomplir,un autre doit l'accomplir, porter cette part d'ombre. Celui qui accueillera la haine de tous pour que d'autres rayonnent davantage et en fassent bénéficier ceux qui pourtant le haïssent, c'est le fardeau que je me suis donné, le fardeau du porte-haine...Et je suis avec toi. Me fais tu confiance ?"


Enfin un ultime sourire vint m'orner mes lèvres.

"Et toi Dokpel, as tu des idées pour recouvrir ton trône ?"
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Jeu 20 Mar 2014, 18:10

Je décidai de laisser Engar narrer ses idées sans l'interrompre à un seul instant afin de ne rien loupé du fond de sa pensé. Tant au début je me suis rapproché de lui pour qu'il n'ai pas à exposer à trop haute voix le sujet de la conversation, mais bien vite, je remarquai que cela était purement inutile car le fond sonore de la pièce était suffisamment élevé pour masquer ses paroles. Je m'installai alors paresseusement sur ma chaise en bois et bus ses paroles avec autant d'attention que pour ma boisson. Ce que j'appréciai dans dans le discours de mon nouvel ami, ce fut cette hardeur et cette conviction ardente qui se dégageait tant par son ton que par son langage corporelle. Et cela allait crescendo. Quand il eu finit, je reposai mon bock à moitié plein sur la table et lâcha un léger gloussement que je m’empressai bien vite d'expliquer afin d'éviter tout malentendu.

-Mais qu'est ce qui nous chie ce type ? A peine deux gorgés et tu es déjà barré ? Et ça se prétend guerrier. Dokpel, je peux rire ? Juste cette fois, allez.

-Non, en revanche tu peux gardé ta bouche fermée comme tu l'as si bien fait pendant ces quelques minutes fortement appréciées.

-Quand je sortirai de ma prison, je me ferai une soupe avec les testicules et les ovaires des membres ta famille, avec pour décoration tes deux prunelles que j'aurai soigneusement arraché avec plaisir.

-C'est bien de rêver, ça aide à décompresser. Je me raclai la gorge. Ce que tu as dit était très beau Engar. Vraiment. Nous nous connaîtrions pas juste depuis à peine quelque semaine que j'aurai été extrêmement touché. Mais ça fait toujours plaisir à entendre. Mais je vais reprendre chaque point que tu viens d'énoncer par soucis de clarté.

Je lui montra ma main droite fermé et affichai en premier le pouce.

-Premièrement : Je suis d'accord avec toi. Mes sentiments familiaux ne doivent en aucun cas interférer avec mes devoirs envers mon peuple.

Je levai l'index.

-Deuxièmement : Pour ce qui est du déplacement s'il y a besoin, je ne peux pas te proposer mieux et même si je en te cache pas que comme mon peuple, j'apprécie moyennement la magie, je pense que ce serait toujours moins douloureux que de longues journées de chevauché. Après pour ce qui est des détails comme la résistance du sceau, j'avoue ne pas en savoir plus que toi. C'est quitte ou double.

Suivit le majeur.

-Troisièmement : Je comprend l'idée. en gros tu m'encourages à fomenter une révolte. L'idée de réunir mes potentiels amis encore existants se vaut. Un bon raison bien ficelé peut permettre d'agir efficacement. En revanche, on tombe sur un point ou je ne suis pas d'accord avec toi. Toutes les hypothèses pour renverser mon frère ne débouchent pas obligatoirement sur des bains de sang. Je reconnais là une attitude purement guerrière. Ce dont on parle, c'est un problème qui à vu le jour dans l'ombre. J'ai été victime d'un coup politique. Je me dois donc de riposter selon un schéma similaire. Réfléchissons un peu Engar. Comment pourrai-je justifier ma place sur le trône si pour l'obtenir je me limite à la force brute ou bien l'usage de moyen nécessitant la mort d'amis ? Non, il existe bien des moyens. Seulement, cela demande plus mure réflexion et non pas juste des élucubrations lancées à chaud. Et je compte bien trouvé la meilleur réponse si tout cela se concrétise.

Je sirotai ma boisson, la douce saveur de l'alcool et du miel manquant terriblement à mon palais.

-Toujours sur le plan approche : oublie de suite l'idée que sous prétexte tu es été appelé par mon frère pour répondre à un travail puisse nous faciliter les choses. Sans te juger ou même te critiquer, tu n'es qu'un mercenaire. Qui plus est étranger dont la mission me concernant s'est soldé par un échec. Dans la royauté, les nobles ne vous considères au mieux que comme des outils fiables. Au pire, vous voient des pièces sacrifiables. Et surtout, ils estiment ne rien de devoir mais pense que c'est plutôt l'inverse. Donc non, oublie. Aussi, pour la discrétion, je crains un peu avec Varish. Il y a plus discret.

-Si tu veux une approche qui n'éveille pas soupçon, alors libère moi histoire que je puisse te séparer la tête du tronc pauvre larve. Au moins comme ça tu peux être sur que mes paroles ne te dérangerons plus.

Nos regard se croisant, à moi et Engar, je sus que ce dernier avait comprit ou je voulais en venir. Enfin pour finir, je montrai l'annulaire.

-Et donc dernier point ; je haussai les épaules et gloussai encore une fois repensant au propos de mon camarade. Engar, on commence à peine à boire notre premier verre ensemble que tu me proposes déjà de te sacrifier pour moi et mon peuple. Ha mais c'est très serviable, je ne dis pas le contraire. Seulement, avant d'en arriver à cela je pense qu'on peut attendre d'avoir un plan et surtout qu'on se connaisses un mieux. Si pour toi, l'histoire vaut la chandelle de t'offrir pour l'avenir de mon royaume, je n'oublie pas que tu as été autrefois à la botte de mes détracteurs. Qu'est ce qui me dit qu'une fois la bas tu ne me tournera pas le dos pour empocher le pactole ? lançai-je volontairement avec une pointe de suspicion dans le ton de ma voix.

Bien que je dise cela, je savais qu'il était franc car mon pouvoir de perception n'avait révélé aucune mauvaise intention cachée dans ses paroles. Il était sincère le bougre. Un poil naïf comme approche non ?
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Dim 23 Mar 2014, 18:46

Il rit... Il n'était pas le premier à le faire face à mes déclarations, mais je ne pus tout de même m'empêcher une grimace vexé en me me préparant déjà à ce laïus que j'avais d'ores et déjà ouïe de nombreuses fois. C'était quelque part amusant, amusant comme les individus semblaient penser que je disais mes propos sur un coup de tête, mais le sujet était bien trop grave pour que je me laisse aller à un sourire. Après ce gloussement Varish s'y mit lui aussi, mais cela ne me dérangea pas, au contraire cela ne faisait que me confirmer dans mes propos, et si je fus tenté de lui rétorqué qu’avant qu'il en se libère Dokpel , moi même et nos familles serions de toute façon morts, cela étant un des quelques avantages à être mortel je ne m'en ravisais, car je n'avais pas la prétention de savoir ce que le futur pouvait nous réserver. Ainsi je le laissais, alors que je restais affalé sur ma chais,e me faire son petit cours, le laissant réagir à chacun de mes propos.

Au moins était il d'accord avec moi pour les deux premiers points, néanmoins si j'estimais pouvoir lui faire confiance en ce qui concentrait le moyen de transport je l'étais moins au sujet de sa famille. Combien de fois avais je déjà rencontré des hommes de son âge qui avaient des propos similaires mais qui une fois confronté au choix se ravisaient, incapable d'éliminer l'être qui leur avait été cher par le passé, mettant ainsi leurs vies, mais aussi celles des autres en danger, même si au pire des cas j'escomptais bien être derrière pour rectifier cela... Mais quant aux sujets qui suivirent il s'avérait s'être fourvoyé à mon sujet, et ce en interprétant quelque peu mes propos ou mon attitude à son égard. Pour être honnête j'eus envie à plusieurs reprises de l'interrompre à plusieurs reprises afin de le rectifier, mais quitte à le faire autant régler tout les détails dans le même temps. Ainsi il eut l'occasion de rire à nouveau ravivant une forme d'ire, tandis que je soutenais son regard. Ire qui s'apaisa alors que je pris enfin la parole, me redressant un peu contre ma chaise pour regarder à nouveau sa main, avant d'enfin lui répondre d'une voix grave.

"Pour le premier sujet...J'attends de voir. Pour le second je te proposerai d'effectuer quelques tests avant le voyage afin de minimiser les risques, de très courts passages en enfer pour observer les réactions de la mantra et agir en fonction de ces dernières. Je dois d'ailleurs avouer que la défiance des tiens face à la magie m'échappe un peu, après tout quoi qu'on en dise la mantra est une forme de magie... Mais le plus important les trois autres sujets."

Mon cou me démangeant d'une manière particulière je le penchais un peu brusquement, le faisant brièvement craquer avant de ramener mon regard sur mon interlocuteur, plus précisément sur son majeur.

"A juste titre tu m'appelles un guerrier... Et non pas un combattant comme le font bien des gens, La différence ? Je participe à des guerres, non à des batailles, et je sais pertinemment que ce genre de conflit ne se règle pas seulement à l'arme et à la magie, les paroles, les poisons et autres ruses et manœuvres font tout aussi partie d’une guerre et certaines peuvent se dérouler et s'achever sans même que deux armées ne se rencontrent... Et justement je n'ai jamais dit que le sol tremblerait sous le pas des chevaux ou que des forges seraient crées des milliers d'épées. J'ai juste dit que le sang serait versé... Et cela sera vrai quelque soit tes choix, qu'il s'agisse juste du tiens, de celui de ton frère ou d'autres encore je ne saurai imaginer cette solution sans qu'au moins une personne y perde la vie. Qui plus est ce complot a pu voir le jour car ton frère était plu ou moins ton égal ,deux membres de la famille royale, même si tu étais l'héritier, et maintenant quel est le rapport de force ?  Un paria face au futur, et peut être présent, roi de Fustilor, cela, l’air de rien, limite sacrément tes options. Imaginons par ailleurs que tu arrives à discréditer ton frère. Vu le personnage cela ne m'étonnerait pas qu'il reste des seigneurs fidèles à lui, car il leur aura permis de prospérer, et qui entraîneront inévitablement des violences. Et même si cela devait se faire en bain de sang... Crois moi cela ne poserait pas de problèmes aux peuples, ni aux seigneurs, surtout si ton frère était un tyran, tu ne serais pas le premier souverain en cette situation, et certains parmi eux ont réussi à avoir un règne stable !"


J'eus ensuite un léger rire à mon tour en songeant à ce qu'il avait évoqué par la suite, saisissant brièvement mon verre vide avant de le lever afin de commander de nouveau à boire, mais une boisson sans alcool cette fois, avant de prendre mon discours.

"Et sinon... J'ai parlé de passes-droits pas de nobles. Crois moi je ne suis pas assez ignorant pour savoir que les nobles ne nous voient que comme des parasites pouvant leur être utiles, mais à ton avis... Comment ai je pu survivre à l'église et au peuple ? Tout simplement parce que j'ai appris à jouer sur ma réputation. Or si cela n'est pas des plus efficaces face à des inquisiteurs fanatiques et de nobles méprisants cela marche au mieux avec des gardes serviles et des citoyens craintifs que se font une joie de me laisser passer ou de me parler plutôt que d'être confronté au portrait qu'on fait de moi. Quant à Varish, eh bien c'est vrai qu'avec lui tu vas être contraint de soigneusement te dissimuler, jusqu'à ce que tu trouves une manière de le faire taire, mais au pire tu resteras à l'écart pendant que j'irai chercher les informations, même si je doute que cela te plaise."

Enfin venez le dernier sujet le plus délicat... Et je ne m'empêchai pas alors de manifester un sourire qui pouvait paraître cruelle, voire sadique, surtout au vu de la lueur malsaine dans mon regard, ma voix se faisant alors moins grave, un peu plus ironique.

"Crois tu que je connaissais le nom de chacune de mes victimes ? Penses tu que j'étais intime  avec tout les individus qui ont employés mes services ? Dans ce cas tu es naïf Dokpel, et tu me diras que moi aussi pour tant me donner à un individu que je connais à peine... Mais vois tu, dans mon choix tu n'y es pour rien Dokpel, que tu sois mon ami ou un type qui m’insupporterai, ça ne changerait rien, ce qui m'importe c'est la cause. Quand j'ai servi sous ton frère j'escomptais surtout éliminer un démon, même si j'avoue qu'après l'avoir rencontré j'aurai bien aimé lui rendre la pareille, je n'escomptais pas m'impliquer dans la politique du royaume, car je ne voyais pas comment agir dessus. Voilà ce qu'il en est Dokpel, quand je me dédie à une cause je ne fais pas dans la demi mesure, j'ai une tâche, je m'en acquitte, certes tout en essayant de protéger mes proches, mais avant cela je fais ce qui est nécessaire, et au mieux. L'argent, le nom que je me suis fait, en bien ou en mal, les liens qui se tissent, tout cela ne sont que des bonus face à mes motivations. L'argent en est d'ailleurs le moindre, et tu n'as pas de soucis à te faire vis à vis de cela. Après tout si j'avais voulu devenir riche avant tout je ne me serai pas autant attiré d'ennuis dans le donjon avec mes convictions ! Ceci dit tu as raison de te défier de moi...Car les promesses ne me sont rien, ce ne sont pas des mots prononcés qui vont m’empêcher d'accomplir le nécessaire. Ainsi si je découvrais que ton frère était au final un merveilleux souverain et que tu persistais à vouloir prendre sa place, eh bien alors je changerai de camp."

Je le fixais alors avec ardeur une poignée de seconde... Avant de lui adresser un large sourire alors que mon verre m'était ramené, buvant une grande gorgée du jus de fruit avant de lui sourire à nouveau d'un air plus complice.

"Mais vu les caractères de vous deux je doute fort que cela arrive."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Mer 26 Mar 2014, 19:03

J'écoutai calmement mon camarade de table, broc aux lèvres attentif à tout ce qu'il me répondit. Et en fin de compte, je ne fus absolument pas déçu ni surpris. Engar dans toute sa superbe : franc et avec trop peu de subtilité dans l'âme pour comprendre tout les rouages d'un royaume. J'appréciai cependant ce coté si volontaire et désintéressé. Ça en revanche, je ne l'avais absolument pas vu sous cet aspect jusqu'à présent. J'appréciai même cette déclaration très osée avec laquelle il termina son discours. Aussi j'aurai put lui répondre immédiatement mais je préférai me délecter de ma boisson et de laisser son gout divin caresser mon palais.

-Merveilleusement savoureuse... Jamais je ne m'en lasserai. D'une dernière descente j'asséchai mon verre avant de reprendre la conversation si passionnante soit-elle. C'est un comble de se faire supposer naïf de la part de quelqu'un qui cinq ans plus tôt, s'est fait manipuler telle une marionnette par mon infâme frère. Toi qui croyais chasser le démon, tu n'as fait que servir les desseins d'Ereip pour son plus grand bonheur passant pour un fieffer abrutit fonctionnant à la carotte. Je sentis via mon don que mes mots ne lui plaisaient guère. Tu sais pourtant à quel point il est important de maîtriser les mots pour ne pas se discréditer ainsi. Je profite de te dire cela pour aborder l'idée de passe-droit. Franchement, tu penses sérieusement que ta comparaison tiens la route ? Que tu es survécu face aux hordes de l'église et celles du peuple d'accord. Mais là, on ne parle pas de survie. On réfléchis à une tentative de coup d'état si je puis dire ainsi. Les moyens à mettre en place sont touts autres et les méthodes aussi. Crois moi Engar, si tu es habile à l'épée et au jeu du chat et de la sourie, laisse moi m'occuper des modalités liées à la communication et à la politique. Chaque royaume possède sa propre complexité sociale. Et comme tu me l'as avoué plus tôt, tu n'y es pas resté suffisamment longtemps pour savoir l'aborder. Autrement sinon, je suis d'accord avec les autres points abordés.

Instinctivement, ma main se saisit de mon verre et j'y lançai un coup d’œil afin de me confirmer que le fond de celui-ci était bien remplis d'air sans saveur. Alors je le reposai contrarier.

-Bon exemple de diplomatie : savoir fermer son clapet pour ne pas se mettre à dos un compagnon de table potentiellement dangereux une fois vexé et tenant un récipient au fond plus solide que mon crane. Dis-je en plaisantant afin d'inviter la bonne humeur à revenir à notre tablée. Je vais en recommander. Tu as finis de ton coté ?
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Mer 26 Mar 2014, 23:31

L'irritation que je ressentis lorsqu'il parla de ma naïveté ne pouvait pas lui avoir échappé, néanmoins il s'avéra poursuivre sur sa lancée et je ne l'en empêchai pas, préparant néanmoins avec soin mes prochaines armes, en un arsenal qui allait en s'étoffant au fur et à mesure qu'il parlait. néanmoins ses arguments et ses points de vue n'étaient guère sots, je devais le lui reconnaître et c'était bien cela qui m'empêchait de tempêter comme je l'aurai fait à l'égard d'un individu qui parlait sans savoir. Enfin, pour être entièrement honnête il avait évoqué sans savoir cette dite naïveté et ce fut justement ce sujet que j'abordai en premier d'une voix plutôt rêche.

"Je te l'ai dit, dès la première fois où je l'ai vu j'ai jugé que ton frère était une ordure doublé d'un idiot, alors sérieusement tu crois que ce sont ses belles paroles qui m'ont convaincu ? Non, alors on ne peut pas vraiment dire qu'il m'a manipulé. A l'époque je ne savais pas grand chose sur la mantra, et tu reconnaîtra qu'entre laisser un tyran prendre le pouvoir sur un royaume et risquer la libération d'un archi-démon comme Varish le choix ait été vite fait. D'autant plus que ce qui m'a persuadé en ce choix ce n'est pas tant les propos de ton frère que la rumeur qui courrait la campagne qui sans jamais te blâmer évoquer avec craintes les pouvoirs de ton compagnon forcé... Qui plus est je te l'ai dit, je faisais à l'époque parti d'un groupe, et s'il avait fallu renverser ton frère par la suite ça n'aurait pas posé de problèmes, si certains problèmes que je ne pouvais prévoir n'étaient pas venus tout gâcher."


J'eus une légère grimace en songeant à cette période et au gâchis que cela avait été...mais ça ne dura guère tout comme ma voix grave le sujet le plus fâcheux avait été abordé et ainsi je ne tardai pas à adopter un ton plus ne joué et amical, tandis que je reprenais une gorgée du jus de fruit.

"Quant à l'histoire du passe droit... Je suis d'accord pour tout ce qui est diplomatie et politique c'est ton domaine, mais tu l'as dit, je suis doué au jeu du chat et de la souris et c'est dans ce contexte que je pensais au passe droit. Crois moi plus d'une fois j'ai dû aller chercher des démons dans des zones restreintes, et même dans les demeures d e nobles. Qui plus est même si j'affectionne de rester dans l'ombre il y a toujours un moment où on se retrouve immortalisé quand on marche dans les pas des grand,s or même si mon rôle en tant que mercenaire a été oublié il est certains de mes actes qui sont restés bien connus, tel le massacre de place gaie, crois moi à l'évocation de ce carnage d'enfant beaucoup d'individu préfèrent ne pas poser de question quant à ma présence et mes motivations...et laissent entrer le chat dans la tanière de la souris ! Enfin même si ses répercussions me sont aujourd'hui utiles qu'on soit clair...Cette action que j'ai évoqué n'est clairement pas celle dont je suis fier, mais pour autant je serai très bien capable de la recommencer."

Enfin pour accompagner mon camarade de beuverie dans s sèche infortune je vidais mon verre avant d'ajouter d'une voix enjouée.

"Et même si je ne connais pas toutes les subtilités de Fustilor il y a des points en commun entre chaque culture qui ne changent pas, ou peu."

Enfin je me laissais à rire à sa remarque, riant aux éclats avant de le rassurer d'une voix encore parcouru de rire mal retenus.

"Et ne t'en fais pas pour cela, je ne suis pas du genre à me laisser emporté e courir le risque de couper court à une aventure telle celle qui s'offre à nous !"

Puis avec une petite moue j'ajoutais.

"Et malheureusement, non. Je ne buvais que parce que cela m'aidait à retenir mon démon, maintenant je préfère éviter tant que possible, l'alcool nuit aux réflexes. Pour être honnête c'est pas facile de se défaire de cette sale manie, mais aujourd'hui je vais essayer d'y résister..."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Lun 07 Avr 2014, 17:05

Tant de sérieux me surpris. Je ne pris donc commande que pour moi. Après tout, ce n'est pas comme si je venais souvent me vider l'esprit.

-L'alcool a un gout différent quand il est bu seul. Mais heureusement pour moi, celui que je choisis est divin. Je ne compte pas m'en priver.

-De la bière sucrée... Pendant qu'on y est tu veux peut être aussi un jus de raisin ou bien de pomme. Il ne faudrait surtout pas brusquer ton palais royal petit prince.

-Dans l'immédiat c'est plutôt ta voix qui agresse mes sens. Pourquoi a t'il fallu que tu sois un démon aussi infâme à entendre. Tout les mots qui viennent de ton esprit perfide résonne à mes oreilles comme des ongles caressant la surface d'un tableau d'école.

-La faute à pas de chance. Pourtant je t'assure que ton frère à choisi du mieux qu'il pouvait dans le catalogue "achetez un démon pour pimenter votre vie". Malheureusement pour lui, il ne restait que la cerise du gâteau. Que veux tu ? Tout le monde n'a pas les moyens de se payer un démon de ma qualité. Donc forcément je suis le dernier qu'il reste à disposition. Mais si tu veux tu peux essayer de te renseigner auprès du service après vente des enfers. Tu dois pouvoir trouver les coordonnés magiques dans la bibliothèque.

Je glissai un regard à Engar.

-C'est inhérent au mien ou tout les infernaux s'essayent à faire de l'humour lorsqu'ils sont scellés ? Tu dis être possédé mais je constate que cela n'a pas l'air d'avoir grand effet sur toi. Est ce parce que le tien n'est pas du même rang ? Tu imagines une opération furtive avec un tel poid ? 
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Jeu 10 Avr 2014, 00:23

Je souriais doucement face à sa métaphore. Bien que j’étais en désaccord avec le sens propre de sa phrase, le goût d’un alcool ne changeant pas en fonction de la compagnie que nous avions, je comprenais parfaitement s'il l'employait au sens figuré. Boire seul son alcool était bien moins appréciable que de le faire en ayant d'autres personnes avec qui partager cette ivresse. Malheureusement pour lui je ne comptais pas retomber dans ce vice que je n'avais pas choisi... Et si j'étais parvenu à résister à l'emprise d'un démon je devrai bien être à même de tenir tête à l'appel de l'alcool ! Enfin au moins ne s'ennuyait on pas avec un "bout en train" tel Varish qui parvint à m'arracher un sourire avec son ironie, bien qu'elle ne parut pas du goût de Dokpel qui fut des plus désabusés. Je pouvais à vrai dire le comprendre, c'était agréable à voir de temps à autre, mais pas à supporter en permanence comme cela devait être son cas, et comme ce fut le mien, comme il le fit remarquer à juste titre.

Et à vrai dire je ne fus même pas surpris de regretter cette époque, les choses me semblaient bien plus simples alors. Je craignais alors brièvement de l’offenser avec de telles pensées... mais puisqu'il m'interrogeait à ce sujet autant que je sois franc avec lui, et ainsi je laissais transparaître une moue sur mon visage, ainsi que toute l'amertume dont j'étais capable en me laissant aller contre ma chaise et en le fixant.

"Et c'est pour ça que pour être honnête j'escomptais que tu restes dans la demeure d'un de tes partisans et me donnent les directives sur ce que je doive faire...même si je pense que Varish est un minimum intelligent et qu'il sait qu'il n'est probablement pas dans son intérêt que tu meurs là-bas, on ne sait jamais. Mais revenons à tes autres question. tout d'abord j'ignore quel est le rang de mon démon, je pense supérieur à un infernal de rang moyen, mais après difficile à dire. Peut être est ce aussi un archidémon vu qu'il a le même humour déplorable que Varish, et je crains que ça n'ait déteint sur le mien, alors tu peux le blâmer si mes plaisanteries ne te plaisent guère, même si pour être honnête je doute que s’il avait été un archidémon je serai en face de toi aujourd'hui. Quoi qu'il en soit tu ne pourras jamais les entendre de sa bouche, ou alors c'est que la situation sera devenue grave."

J'eus un léger sourire en songeant ne effet que si Dokpel avait été confronté à mon démon alors qu'il possédait mon corps il aurait subi exactement la même chose que tout à l’heure à la salle d’arme mais avec cent fois plus de férocité et le risque de mourir, donc il valait mieux éviter cela, et je préférais poursuivre que m'attarder sur la vision d'un tel massacre, mon démon étant plus habile sur le plan des armes et plus puissant que je ne l'étais.

"Premièrement mon démon m'habite d'une manière différente à la tienne, et à celle de la plupart des possédés. Généralement les infernaux utilisent soit un vecteur pour communiquer avec leur possesseur, comme Varish, bien que dans son cas se soit involontaire et que ses dons soient limités, soit ils s'introduisent dans le corps d'une personne à la volonté inférieure à la sienne et se contente de manipuler leurs corps. Leur âme est toujours là, mais juste immobilisé et bâillonnée par celle du démon qu'il est alors possible de chasser sans nuire au possédé et il arrive même que ce dernier résiste à la possession. Mais ma situation est plus complexe. J'ai été possédé à l'âge de dix ans, mais mon démon était affaibli, blesse, j’étais en fait sa seule porte de sorite, alors il a usé d'une possession plus ancrée, et risquée à la fois. Il s'est introduit dans mon corps, mais au lieu de bloquer mon âme, il en a dévoré une partie, pour pouvoir la remplacer avec son esprit affaiblie, et tenter ensuite de corrompre mon être tant par magie qu'en imposant à mon esprit des images et des visions d'horreur."

J'eus une légère grimace. Maintenant que j'y pensais cela me paraissait banale, mais en tant qu’enfant... C’était un miracle que je n'ai pas sombré dan la folie et c'était sans doute cela qui avait contribué à mon absence de regret face aux actes que je pouvais commettre. Je demandais alors d'un ton étrangement léger.

"As tu déjà vu les geôles et la salle de torture de ton château ? Si c'est le cas eh bien imagine toi qu'à chaque instant j’avais l'impression de subir ou d'assister à des choses dix fois pires que tout ce qui pourrait être fait dans cette zone d'ombre de ta demeure. A vrai dire il suffit que j'y repense pour connaître avec exactitude la quasi totalité des façon de torturer le plus douloureusement un homme de manière physique et psychologique, comment abuser d'une femme de la pire façon qui soit, comment donner la mort, mais sans qu'elle soit une délivrance... Tout ça alors que je n'avais que dix ans, si je suis encore sain d'esprit, ou presque ,c'est seulement grâce aux rituels exercés par mon père et ma mère... Mais revenons au démon."

J'affichais un sourire un peu désolé je m'étais un peu emporté à l'égard de mon passé, mais au moins cela lui permettait de comprendre que mon contact avec mon démon ne se limitait à pas à une conversation pénible. Mais les différences ne s'arrêtaient pas là.

"Et donc cette méthode de possession est redoutable car elle dévore l'âme du possesseur, mais les infernaux répugnent l'utiliser pour deux raisons. la première est qu'ils ne peuvent se séparer de leur hôte et retrouver leur vrai corps,contrairement à l'autre méthode, et sont obligé de demeurer en lui jusqu’à sa corruption complète. La seconde est que si l'hôte meurt définitivement, il meurt avec lui, bien que mon démon m'a déjà montré qu'à l’instant précédant la mort, où la conscience s'éteint, il pouvait reprendre le contrôle avec ses dons faire ne sorte que mon corps demeure en vie. Mais malgré ces désavantages cette manière de faire au aussi ses atouts. Ainsi il est bien plus difficile de résister à l'emprise du démon, à ma connaissance je suis le seul à être parvenu à le faire, et secondement l’hôte ne peut se défaire du démon sans mourir, ou subir encore pire, bien que j'ignore quoi précisément. Je t'ai dit en effet qu'une partie de mon âme avait été dévorée par le démon et qu'il l'avait remplacé, et donc si mon infernal était chassé de mon corps, il emporterait avec lui ce fragment d'âme qu'il remplace. Mon âme serait incomplète...et à ma connaissance un individu dans cette situation meurt, bien que je n'ai jamais pu assister à un tel phénomène, d'où mon incertitude..."

Je balayais ensuite l'air de ma main poussant un soupir négligent avant de poursuivre.

"Et donc sous mon emprise son influence était plutôt limité. Bien sûr il savait la moindre mes pensées et tout ce à quoi j'assistais mais il ne pouvait se manifester à autrui, et pour peu que je me concentrais je ne l'entendais même plus, même si suite à un incident je dus faire à l'alcool pour y parvenir...et malgré d'autres problèmes j'avais fini par en tirer des avantages. Le démon ayant conscience de ce qui m'entourais me prévenait de ce que je ne pouvais pas forcément percevoir lors d'un combat et qui avait son importance, telles des flèches qui m'étaient destinés, ou encore je pouvais puiser dans a propre énergie pour former des ombres ou accroître mes aptitudes physiques...autant de choses qui me sont impossible suite au jugement d'Oni Ni Kanabo qui l'a scellé, faisant se taire sa conscience sans pour l’ôter de mon âme... Et en soit il l'a mérité pour avoir violée Kumie, mon amour."


Mon regard se posa alors sur le bracelet. Que Varish fasse le moindre commentaire dessus et j’entendrai le chant qui était adressé lors des festivités papales ! Enfin après cette bref bouffée de suspicion je poursuivis.

"Néanmoins trois détails me chiffonnaient à ce sujet... Premièrement mon démon est brutal, mas toucher ainsi à une femme ne lui ressemblait pas, aussi surprenant que ça le soit il a lui même connu l'amour. Secondement, c'est la faute du Triumvirat s'il a pu le faire, car moi je le maîtrisais mais pour un soucis d'équité entre monstre et humain ils lui ont permis de supplanter ma pensée pour une période définie. Enfin, j'étais parfaitement à même de le dominer par moi même, même avec l'alcool, et j'usais du pouvoir que je pouvais lui arracher sans me corrompre pour protéger les miens et le donjon...mais au lieu de cela ils m'ont puni en même temps que lui en le scellant, sans compter le fait que j'aurai apprécie pouvoir régler mes comptes avec lui, mais que c'est impossible désormais."

Je poussais un soupir exaspéré mon regard naviguant brièvement entre le bar et Dokpel... Une bière aurait à vrai dire été bienvenu pour me déshydrater après avoir tant parlé, mais je me refusais de céder. sinon comment dès lors paraître crédible en affirmant que je pouvais tenir tête à mon démon alors que je serai incapable de résister à la soif ?! pour prendre mon mal en patience je concluais finalement.

"En somme c'était une chose différente de ce que tu vis, tout simplement, mais pas plus agréable tu en conviendras... D'ailleurs tu es je crois le premier à qui j'en parle autant depuis mon arrivée au donjon, j'espère que je ne t'ai pas trop assommé. Ceci dit , si t'as des questions sur certains détails, n'hésite pas."

Finalement je n'y tins plus... Et levant la main je commandais un pichet d'eau, triomphant finalement sur cette satanée tentation !
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Ven 11 Avr 2014, 16:08

J'en vins presque à regretter d'avoir abordé le sujet. Non seulement, part ma faute Engar ressassa de mauvais souvenirs  de son enfance, mais il avoua aussi les méfaits atroces de son démon. Bien vite alors, la conversation prit une tournure à mon gout trop glauque. Non seulement je n'appréciai guère entendre ce genre de chose la bière aux lèvres, mais aussi je ne souhaitai pas prendre le risque de cauchemarder le soir même sur les dangers liés à la possession démoniaque. Déjà  que mes nuits n'était plus reposantes depuis un certains temps...

Je voulus alors amener habilement la conversation sur un autre sujet plus léger sauf qu'à ce moment là, Varish prit la parole et ce pour le pire.

-Le viol... le viol... Commença t-il pensivement. Ha mais, c'est donc ça que j'ai entendu une fois depuis l'autre bout du donjon ! Mais c'est qu'il a du...

-Zytral. Quand le jour, tu te caches, la nuit tu nous pourchasses. Sous le soleil, tu trouves le sommeil. Mais quand la lune brille, tes dents scintillent. Tu répands alors la souffrance dans le sillage de ta démance sans aucune prudence, sans prendre garde que bien haut ils te regardent, le feux de la colère brulant au plus profond d'eux. Agis donc selon ton bon vouloir, mais sache que tôt ou tard, tu subira le courroux de leur pouvoir.

L'effet du Zytral ne se fit pas attendre. Immédiatement, Varish cessa de jacter et se limita ensuite à de pathétiques plaintes de douleurs.

-Il est nécessaire je pense de te rappeler que mes préventions ne sont pas à prendre à la légère. Je compte sur toi pour la boucler jusqu'à la fin de la journée. Mon attention repassa sur Engar. Je suis sincèrement désolé. Je n'aurais pas du aborder un tel sujet. Il était évident qu'il allait en profiter pour en placer une. Mais je t'assure qu'il se tiendra à carreau dorénavant.

Bien entendu, ce genre de réaction me mettait toujours à cran et ce fut aussi le cas pour cette fois. Heureusement que j'avais ma boisson pour me détendre. Mais tandis que j'appréciai une lampé, un élément de la conversation resurgit soudainement et me troubla.

-... Attends... Tu as une femme ? M'étonnai-je un peu trop explicitement malgré moi.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Dim 13 Avr 2014, 15:25

Varish tenta de donner son idée sur la question, pourtant je l’avais prévenu. Néanmoins j'avais l'intention de le laisser finir afin de jauger dans quelle mesure ma riposte serait cruelle... Mais Dokpel me prit de cours, récitant une prière qui eut pour effet de faire taire instantanément le démon avant qu'il n'aille plus loin. Il aurait quand même pu me laisser ce plaisir ! Néanmoins je n'étais nullement offusqué et ne fit que lui adresser un petit sourire, alors qu'il récitait sa prière, je ne connaissais d'ailleurs pas cette dernière, et quelque chose me disait que Dokpel était une véritable encyclopédie de prières. bien plus que moi même puisque pour ma part je préférais r retourner retourner les armes des démons contre eux mêmes qu'user des saintes magies. Enfin il s'excusa, mais je ne fis que lui adresse un léger rire tout en levant mon verre d'eau.

"Allons j'ai supporter un démon pendant plus de dix ans et nombre de créatures m'ont fait des remarques bien pires sur ces événements, je ne vais pas m'offenser pour si peu. Quant à aborder ce sujet, et bien il est intéressant, pourquoi s'en priver pour quelques troubles fêtes ? Ce serait tout bonnement dommage ! Cependant il n'y a rien de plus à dire dessus de toute manière."


Et l'imitant quant à boire le contenu de nos verres, mais je remarquais qu'au lieu d'apprécier sa boisson il parut troublé...Et sa question m'étonna un peu, et en retour je lui adressais un sourire exagérément énigmatique, le regard empli de malice.

"Enfin pas officiellement, nous ne sommes pas mariés, fiancé serait plus exact comme nous avons échangé des anneaux, mais oui...j'aime quelqu'un quelqu’un et je ne crois pas me tromper en croyant que c'est réciproque ! Elle s'appelle Kumie, c'est une elfe des neiges. Très gentille, très douce, même si les récents événements l’ont quelques peu changée. Enfin j'espère quand même pouvoir la protéger, surtout que hm... hm hm, nos deux jumeaux, une fille et un garçon, sont nés récemment."

L’amusement avait cédé la place à une certaine forme de gêne à l'évocation de mes enfants. En effet qui diable pourrait songer en me connaissant de la manière dont me connaissait Dokpel que je puisse non seulement avoir une femme, mais aussi des enfants. mon regard se fit alors quelque peu fuyant alors que malgré moi je rougissais un peu de confusion, et tenter en vain de me ressaisir par des mots prononcés d'une voix troublée.

"Enfin, si une personne comme moi a pu trouver l'amour, même avec Varish dis toi que ça ne sera qu'une formalité pour toi. D’ailleurs j'y pense, en tant que prince tu avais dû, même avant ton exil, être promise à fort parti non ? et même si ce n'est pals e cas est ce que tu as eu toi même un ou des amours ?"

J'avouais, par ces mots j'espérais bien pouvoir lui rendre la pareille en matière de confusion !
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Lun 14 Avr 2014, 18:19

Premièrement soulagé qu'Engar ne fut pas vexé par Varish, je fus ensuite amusé lorsque je sentis en lui une forme de malaise quand il évoqua sa vie amoureuse. Je fus moi même pleinement surpris d'apprendre qu'un homme comme lui ai réussit à s' attirer les faveurs d'un femme. Non pas que je le considère comme indésirable physiquement ou moralement ; mais disons que son attitude en générale ne laisse guère penser qu'il puisse accorder de l'attention a ce genre de sentiment. Et visiblement, il devait avoir connaissance de l'impression qu'il donnait aux vues de ce qu'il me lança juste après. Bien qu'il extrapola en affirmant que Varish ne serais pas un gène suffisamment important pour me couper toutes possibilités amoureuse. Sauf si celle-ci souffre d'un dédoublement de la personnalité, alors là peut être.

Je fus aussi doublement surpris en apprenant que le valeureux guerrier qui se tenait en face de moi était aussi un jeune papa de deux jumeaux semi-elfes. Je trinquai une nouvelle fois avec lui en le félicitant  en lui souhaitant bien du courage. Car de toute évidence, Engar devait être bien plus à son aise avec deux lames fendant l'air que deux bambin, brayant pour avoir le biberon ou un calin de leurs parents. J'évitai d'afficher dans mon esprit la vision du combattant nordique berçant avec douceur les nourrissons, car ma bouche était toujours pleine.

Mon camarade de table ne sachant aborder ce sujet personnel sans se troubler, se débina sans aucun remords en me retournant la question. Je m'absteins de rire ouvertement pour ménager sa fierté et preférai plutôt lui répondre en toute franchise en me réinstallant confortablement sur ma chaise

-Pour tout t'avouer, ceci est l'un des rares points pour lesquels mon père à du me maudire plus d'une fois. En fait je pense même que c'est le seul. Je vais pas te mentir en te disant que je n'ai jamais sentis la douceur des lèvres d'une femme et la chaleur de son entre-jambe. C'est probablement l'information la moins cher que tu puisses acheter à un réseau d'espions. Ma première relation, je l'ai eu lors de mes 14 ans. Si ça n'avait tenu qu'à mon père cela aurait été encore plus tôt. Dans notre dynastie, il est jugé préférable qu'aucuns ragots concernant notre incapacité au lit ne soient véhiculé. J'ai du donc suivre des cours de copulations.

Je pris bien garde de ne pas parler trop fort. Autant pour préserver mes origines royales que parce que cela ne regardait que moi et mon compagnon de table.

-Cela avait lieu une fois par semaine. Mon "enseignante" s'appelait Marifelle. Elle devait avoir... hm... Tout juste la trentaine il me semble. Belle, avec des attributs charnels il faut le dire envoutants. Au début j'aimais le faire avec elle, mais j'ai finalement finis par me lassé de ce coté étudié de la chose. Alors je me suis tourné vers les autres jeunes filles de la cours. J'avais 17 ans quand j'ai commencé a me forger une réputation solide sur mes aptitudes au lit. C'est à partir de ce moment là que mon père a commencer à regretter sa décision de me former si jeune. Certains parents de mes conquêtes d'un soir n'appréciaient guère mes qualités nocturnes. Afin donc de me passer l'envie d'abuser de mes cours, il a été décidé que je serai envoyé à la rencontre du peuple.  C'est donc à mes 19 ans que j'ai finalement connu l'amour.

L'amusement s'effaça alors de mon visage  pour laisser place à une expression de joie nostalgique quand j'évoquai ce qui fut sans aucun doute le moment le plus magique de ma vie.

-Ca s'est passé dans un petit village non loin de la frontière à l'ouest du pays. Je devais y faire escale afin d'inspecter l'avancé d'une nouvelle mine. Un banquet a été organisé pour fêter mon arriver. Au début, j'ai pensé que ce serait au mieux, agréable de passer un peu de temps auprès de ces gens même si le confort du palais se faisait déjà sentir. Mais j'ai rencontrer Elesys. C'était la fille d'un paysant. En soit, elle n'avait rien de particulier. Sale, pas le moindre maquillage, pas un seul bijoux, des cheveux emmêlés et gras. Bref, rien de bien intéressant pour un prince ayant vécu au milieux de toutes les beautés de la capitale. Et pourtant... Des les premiers instants ou mes yeux se sont posés, je me suis sentis captiver, attiré. Elle avait en elle une beauté comme j'en avait jamais vu ailleurs.

Je fis une pause pour me réhydrater le gosier puis je repris aussitôt. 

-Habitué à ce qu'on me dise tout le temps oui, je me suis présenté à elle sûre de mes chances. Je suis certain que tu aurais aimé voir avec quel talent elle m'a envoyé paître. Moi qui pensais être le séducteur, j'ai très vite compris que pour la première fois les rôles étaient  inversés. Bon, je ne vais pas tout te raconter en détail car je me doute que ce n'est pas très intéressant. Pour conclure, j'ai finalement réussi à lui faire dire oui, même si elle s' est un peu moqué de ma première prestation au passage. Finalement, une halte qui aurait dû ne pas dépasser une semaine s'est étaler sur deux mois complet. À mon retour à la capitale, je me suis fait incendier proprement par mon père. Ses conseillers eux aussi ont critiqué mon attitude irresponsable. Et pourtant, pas un seul instant je n'ai regretter mes actes.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Mer 16 Avr 2014, 19:25

J'acceptais de bon cœur ses félicitations de bon cœur. Certes Kumie s'en occupait davantage de moi et quand ni l'un ni l’autre nous le pouvions une nourrice s'en occupait, mais j'avais déjà eu un avant goût des premiers désagréments que pouvait provoquer le fait d'élever un enfant, alors deux. Entre leurs faim insatiable, leurs besoins constants et les cris en pleine nuit...C'était encore plus épuisant que de partir en guerre ! Je buvais d'ailleurs une pleine gorgée d'eau en songeant à cela, tandis que Dokpel répondait à mes interrogations...Et il me fallut bien des efforts pour ne pas que je lui crache l'eau à la figure !

La scène dut d'ailleurs être assez comique, m'étranglant à moitié avec l'eau qui se bloquait dans ma gorge, mes joues gonflèrent un peu, mes yeux louchèrent et ma peau rougit encore davantage avant que finalement le liquide ne passe et que je puisse prendre une profonde inspiration toussotant aussi discrètement que possible pour ne pas trop déranger Dokpel dans son récit et éviter d'attirer l'attention. Néanmoins mon regard étrange ne devait pas vraiment le rassurer, mais en même temps je n'y pouvais tout simplement rien ! Son récit ne pouvait que provoquer une telle réaction sur un individu de ma part. J'avais certes été à Fustilor et vu, voir fréquenté, pas mal de nobles, mais c'était bien la première fois que j'entendais cela et je me demandais même s’il n’était pas en train de me mentir.

De fait il n'y avait nulle concupiscence dans mon regarde, juste de la surprise et de l'amusement mêlé alors que je découvrais en Dokpel un coureur de jupon bien plus habile qu'il n'y paraissait et des coutumes qui expliquaient certains des travers de la noblesse. Néanmoins mon attitude se fit un peu plus grave et complice quand il me parla de l’amour et rien que la manière dont i le racontait me suffisait pour visualiser qu'est ce que ça avait dû être pour lui de se voir ainsi tenue tête par une donzelle, une situation à laquelle il aurait été fort cocasse d'assister ! Enfin au moins cette anecdote eut pour mérité de m'apaiser assez pour que je puisse répondre sans peine à ses dires, aussi surprenants étaient ils, me resservant à mon pichet d'eau et m'affalant sur ma chaise un large sourire ornant mes traits.

"Voilà une bien étrange coutume...Pas que c'est quelque chose de mal, après tout je me vois mal blâmer qui que ce soit de le faire même si je n'en suis pas un adepte, mais après on s'étonne que les bâtard pullulent dans la noblesse ! N'en soit pas offensé mais admet qu'une telle attitude peut entraîner ce genre de désagréments, et tout ce qui peut s'ensuivre ! Encore plus si c'était avec les filles d'autres nobles que tu couchais. Enfin, pour être honnête je ne m'attendais pas à ce que tu te serves mieux de ta lance que de ton épée, je suis donc un peu surpris par tes dires ! "

Je buvais une longue gorgée m’humectant le palais, faisant brièvement claquer ma langue avant de poursuivre, songeur.

"A vrai dire j'en suis encore ébahi. a ma connaissance les nobles avaient certes plein d'amants mais ils n'en faisaient pas une coutume...Et ton père me fait un peu rire car au vu de l'insistance que tu évoques il n'a pas dû être mieux à son époque. et...Bon sang il existe des professeures pour cela ? Avec travaux pratique en plus ? Sang diable... Enfin la réaction de cette... Elesys me surprend moins, les paysans sont souvent moins portés sur ce genre de choses que la noblesse, ils ont autre chose à faire ! Et puis elle n'a pas dû être influencé par les rumeurs ni impressionné par ton titre, parce qu'après tout les petites nobles devaient rêver pouvoir se rapprocher de toi et devenir ta princesse, alors qu'elle elle ne devait pas se faire d'illusion à ce sujet... Enfin au moins il est heureux pour toi que tu es connue autre chose que des parties de jambe en l'air."

Je le regardais en coin, absorbant une nouvelle gorgée, me demandant ce qu'il pouvait bien penser... Mais une pensée assombrit mon esprit et une légère moue marqua mes traits alors que je recommençais à parler.

"Et si tu me parles d'elle plus que d'une autre je suppose que c’est parce que tu éprouves quelques sentiments pour elle, je me trompe ? Si c'est le cas j'espère que ton frère n'a pas eu vent de cette histoire, sinon elle risque d'avoir des ennuis, si ce n'est déjà fait."

Je baissais alors le regard regardant ma chope, les sourcils froncés. Une telle vengeance pourrait paraître dérisoire, mais il me semblait que le prince n'hésiterait pas une seconde à faire cela, puis avec un léger soupir j'ajoutais.

"Je t'aurai bien proposé qu'on essaye de la revoir lors de notre voyage, mais si jamais elle est resté intouchée jusque là il vaut mieux éviter de prendre le risque qu’elle le soit en attirant l'attention sur elle, non ?"


Mais je n'étais pas homme à me perdre en de sombre songes, et ce triste constat m'amena à m'interroger sur un autre point qui me surprenait un peu dans toute cette histoire. Une aspect pratique, domaine dont mon esprit ne s’éloignait jamais longtemps

"Par ailleurs... Sans pour autant être moins adepte des activités au lit, bien que souvent plus discret, les nobles organisent souvent leurs mariages à l'avance, est ce que par hasard c'était ton cas en dépit de tes aventures et de cet amour que tu m'as évoqué ? Si oui ça pourrait être un atout, ou un problème. Après tout si c'est le cas ta future épouse et sa famille ont dû en partir te suivre dans la disgrâce et soit ils te seront de farouches ennemis pour essayer de redorer leur blason soit ils seront un soutien à ne pas négliger s’ils cherchent à en savoir plus sur l'affaire."


Je finissais alors une nouvelle fois mon verre d'eau et comme s'il s’était s'agit d'alcool ma bonne humeur revint juste après, alors qu'après que Dokpel m'ait fait de telles confidence je pouvais bien lui en partager quelques unes...Et ainsi je l'interrogeais.

"Et toi qui t'es dépucelé à quatorze ans, à quel âge ton avis moi je l'ai fais ?"

Vu ma gueule de mercenaire, mon passé et les habitudes de mes semblables je m’attendais, à n'en pas douter et ce malgré la surprise que j'avais manifesté face à ses dire,s à ce qu'il me dise un âge bien plus jeune que la réalité. Mais à vrai dire ça n'aidait pas d'être droit au point de ne pas violer les donzelles ou d'abuser de sa popularité, pas assez séducteur pour charmer des jeunes femmes et trop soucieux de son efficacité pour se payer du bon temps avec une catin, sans compter que mes voyages n'avaient pas facilités la quête de l'amour...

Mais quoi qu'il en soit je savourais d’instant la tête qu'il allait afficher quand je lui annoncerai que cela ferait à peine plus d'un an que j'avais eu ma première relation charnelle, durant mes 27 ans, ce qui était à ma connaissance assez peu courants !
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Mer 23 Avr 2014, 17:45

La remarque d'Engar concernant la prolifération de bâtard issus de cette pratique était parfaitement fondée. Moi même j'avais projeter de faire cesser ces pratiques douteuses et plutôt embarrassantes. A cause de cela, plus d'un de mes amis étaient devenu de véritables accro à la chose. Fort heureusement que ceux ci surent s’arrêter. En revanche j'accrochai moins a ce qu'il me lança ensuite.

-Dit moi Engar, ça te dérangerait pas de te dérider un peu et d'arrêter de voir les choses aussi sombrement. Je veux bien comprendre que ton estime pour la noblesse ne vol pas bien haut mais quand même. Penses tu vraiment que j'ai été gueuler sur tout les toits l'existence d'une telle relation ? Me faire réprimander juste pour un retard m'a bien suffit. J'ai su me faire discret à son propos et je suis prêt à parier la possibilité de me défaire de Varish que personne ne sait quoi que ce soit à ce sujet à la cours.

Engar en devenait presque épuisant de toujours aborder l'aspect sombre de la chose.

-Et si je parle autant d'elle ce n'est pas parce que je l'aime mais parce que je l'ai aimé. Tu penses vraiment qu'après cinq ans sans la voir je suis toujours attiré par elle ? Dis-je en soulignant l'absurdité d'une telle idée d'un haussement d'épaule. Si j'avais été aussi fou d'elle je l'aurais ramener avec moi en me fichant bien de ce qu'aurait penser ma famille. De plus lors de ma fuite du royaume, je suis passé par son village ou j'étais certain d'être bien accueillis. Un an juste après notre rencontre, sa famille l'avait déjà offert en mariage à un jeune homme du village dont elle était déjà enceinte. Elle ma affirmer être heureuse et ne pouvoir espérer meilleur père dans le coin pour son futur enfant. J'en demande pas plus.

Une autre lampé de ma boisson vint couper mon discours.

-En revanche j'étais effectivement promis à une fille de bonne famille de la ligné des Sqartos. Mais en toute sincérité, je me fiche éperdument de ce qui peut leur arriver. Rien que leur fille bien que charmante s'est révélée être un cadeau empoisonné à la langue de vipère. Si l'on devait me demander de quelle bouche, entre elle et Varish, provient le poison le plus sombre et le plus mortel, j'avoue qu'il me faudrait sûrement réfléchir longuement.

-Ho ! Sans blagues ? Ce genre de traîné existe vraiment ? Tout n'est peut être pas à jeter dans ton foutu pays finalement.

-Varish !

-Okay okay.

-Donc je disais avant d'être couper, cette famille peut bien s'éteindre ça ne pourrait que m'aider à trouver le sommeil. Le couple dirigeant du clan été plus d'une fois suspecter de traiter avec des seigneurs d'autres nation pour s'accaparer le pouvoir. D'un coté, quand on voit l'état dans lequel cette famille a mis la région dont elle a la charge, je comprend qu'elle ne veuille pas y rester ; dis-je non sans peiner à contenir ma colère. Rien que d'en parler me hérisse le poil...

Fort heureusement pour moi, Engar me posa une question des plus anodines, sans doute pour faire baisser la tension. Je ne crachai donc par sur l'opportunité de me changer les idées et aussi de mieux le connaitre. Premièrement, je me dis qu'avec son ancienne activité, voyageur et vaillant combattant, il avait dû s'attirer plus d'une fois les faveurs de femmes souhaitant partager la chaleur de leur lit avec un véritable "Homme". Mais quand je repensai à la réaction qu'il eu lors de mon récit, je me dis que finalement, il devait plutôt être du genre à changer de couleur assez facilement face aux avances d'une femme. En m'arrêtant à cela j'aurais sans doute dit qu'il était encore vierge. Mais avec ses deux jumeaux... 

-J'en sais trop rien. Je dirais dans les quatre dernières années ?
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Sam 26 Avr 2014, 23:46

Me dérider... Il n'avait pas tort quelque part. On était dans une taverne on parlait de sujets triviaux et j’évoquais encore le pire, mais en même temps qu'il le veuille ou non il était un fait qu'à travers ce que je disais la vie d'une personne était peut être en jeu et il m'était quelque peu difficile que de passer outre ce fait, et pour être honnête les explication de Dokpel quant à sa discrétion ne me rassurèrent pas tellement. Non pas que je remettais en cause son humilité ou ses talents, mais même si je n'en étais un intime de la cour je connaissais pas mal ses agents et savaient quelles étaient leurs attributions et leurs talents... Je fus par contre bien plus rassuré par la tournure qu'avait pris les événements ensuite , qui à mes yeux garantissaient une certaine sécurité de ce côté bien plus assurément que toute la discrétion de Dokpel, je lui répondais alors qu'il buvait avec un sourire amusé.

"Excuse moi d'être un minimum sérieux, mais je préfère régler les problèmes sur le champs. Qui plus est, je ne vais pas t'apprendre toutes les astuces et fourberies de la cour, mais dis moi. Tu penses vraiment qu'on t'as laissé sans surveillance lors de ta punition ? je ne sais pas pour toi, mais pour moi ça me parait hautement improbable. On ne laisse pas l’héritier d'une famille royale sans un minimum de surveillance, alors il est normal que je m'inquiète un minimum à ce sujet. Après tout peut être que certains sont au courant, mais qu'ils ont préféré ne rien en dire, soit par respect à ton égard ou bien parce qu'ils estimaient pouvoir en tirer profit pour plus tard. Néanmoins cette information perd tout de suite de sa valeur si ce que tu me dis est vrai, si tu ne l'aimes plus et qu'elle a un époux il est peu probable qu'il lui fasse quoi que ce soit. Après tout au vu de votre culture si ton frère venait à tuer toutes tes amourettes cela ferait un sacré scandale ! Quant à ton histoire d'amour désolé si mes dires t'ont parus farfelue, mais j'en ai vue tant que plus rien me parait improbable en la matière !"

Une fois qu'il eut fini de boire il poursuivit sur sa promise... Et décidément ce royaume ne cessait pas de me surprendre, en bien comme en mal. A vrai dire ce qu'il dit me choqua tant que je ne prêtais pas la moindre intention à l'interruption de Varish, fronçant plutôt les sourcils face à ce qu''il m'annonçait. J'avais entendu parler des Sqartos lors de mon passage. Si Fustilor se targuait de sa chevalerie et de ses règles d'honneur il existait pourtour comme partout des fruits pourris et ces derniers étaient les Sqartos. Une famille de noble cruelle envers leurs gens et incapables de gérer convenablement leurs terres, des parasites qui ne subsistaient qu’en pillant le bien d'autrui, du moins c’était ce que j'avais entendu... Tout cela n'augurait rien de bon. Ce que je lui signifiais par la suite d'une voix quelque peu amère, en dépit de sa remarque précédente concernant mes noirs songes.

"Décidément je ne comprends vos affaires de politiques...Si leur terres sont si mal entretenus et la famille si peu respectable, pourquoi ton père t'as t-il promis à une femme de cette lignée ? Je peux comprendre les mariages d’intérêt, mais là je ne voyais pas ce que cela pouvait lui apporter. La garantie qu'ils lui soient fidèles ? un mariage ne suffit pas à cela, et au contraire cela leur aurait donné tôt ou tard un motif légitime pour prétendre au pouvoir ? des territoires ? Certes tu es l'homme et de fait ta femme aurait été assimilée à ta famille ,mais pour peu que tu meurs malencontreusement le premier cela aurait pu tourner en leur faveur. Sans même parler de la souffrance que cela aurait été pour toi pour plusieurs années. Enfin en tout cas on ne peut pas compter sur eux comme allié. Soit ton frère à pris les devants et les a purgés, parce que leur fille t'étais promise ou bien parce que ce sont des vermines, ou bien eux ont avancés leurs pions sur l'échiquier et sont parvenu à entrer dans les bonnes grâces de ton frangin, peut être même lui ont ils offert la fille qui t'étais promise. Qui se ressemble s'assemble après tout."

Je poussais un léger soupir et vider un nouveau verre d'eau, tandis que Dokpel paraissait réfléchir à la solution de ma question. Cette dernier paraissait celle d'entre tous qui lui donnait le plus de fil à retordre. comme quoi la politique n'était pas l'art le plus tortueux qui soit ! Et finalement il trouva une bonne réponse, bien que quelque peu approximative, et je levais mon verre à sa perspicacité ,un sourire amusé aux lèvres.

"Tu as juste..En fiat ça fait moins de deux ans que j'ai perdu mon pucelage. Ça doit paraître ridicule, mais crois moi quand tu traques des succubes tu te méfies un peu des charmes des femmes, même si ironiquement..."


Je m'interrompais brièvement regardant brièvement Le bracelet puis Dokpel. devais je le lui dire ? j'hésitais... Et puis finalement haussait les épaules, tant pis pour les probables moqueries de la part du démon, mon passé en la matière n'était pas des plus secrets.

"Et je n'ai pas ton palmarès. je n'ai partagé ma couche qu'avec deux femmes. La première fut...Eh bien justement une succube, mais je n'ai pas succombé à ses charmes démoniaques. Si je suis en vie aujourd’hui c'est grâce à elle, c'est ma rencontre e avec elle qui m'a convaincu que tout les infernaux n'étaient pas malfaisants et c'est à ses attraits en tant que femme et non en tant que démone un humaine que j'ai succombé...mais elle fut tué et après mon arrivée au donjon j'ai rencontré Kumie, je l'ai sauvée d'un petit ami psychotique qui l'avait poignardé, et en échange elle m'a invité chez elle...Ce fut rapide, un peu trop, mais bref je suis heureux avec elle, j'espère juste ne pas la décevoir."


Malgré mes derniers dires, un peu sombre, j’étais sincèrement heureux rien qu'en songeant à elle, et ce malgré toutes les épreuves qu'on avait traversé ensemble en un si court laps de temps. Son sauvetage , son viol, l'assaut de focus, les enfants... Et tout ça en un peu plus d'un an...

Quel idiot avait dit que la vie de couple était ennuyeuse ? Une idée me traversa par ailleurs l'esprit à cet instant

"D'ailleurs j'y pense, depuis ton arrivée au donjon tu as eu des aventures ?"
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Lun 28 Avr 2014, 18:57

Ce petit discours sur sa vie sexuelle et sentimental apporta un coté innocent à l'image que j'avais d'Engar. En fin de compte, il était plus sentimental que ne le laissait penser son mode de vie ou bien son attitude excessivement franche. Un homme bon mais quelque peu naïf par moment. Il était aussi amusant de l'entendre dire qu'il s'y connaissait un peu en politique et donc de prétendre connaitre celle de mon pays pour finalement avouer qu'il n'y comprenait pas grand chose. Je décidai donc de délaisser la conversation sur nos romances personnelles pour en venir sur la construction politique et administrative de Fustilor. Un passage ô combien complexe pour les étrangers, mais que si Engar souhaitait vraiment entreprendre un périple sur ces terres, connaître son fonctionnement était la moindre des choses.

-Ce n'est pas pour rien que j'ai prétendu que la porté de la culture du pays influençait parfois beaucoup sa politique. Si tu envisage concrètement de m'aider à résoudre mon problème, tu vas devoir faire abstraction de ce que tu sais des autres nations et de leurs mœurs presque "traditionnelles " comme tu le laisses supposer. Fustilor a un fonctionnement qui lui est propre. Et ce que je viens de te dire est un parfais exemple de ce que tu peux trouver chez les miens et non chez les autres.

Décidant de tout lui narrer sans marquer de pause, je terminai mon verre pour bien m'hydrater la bouche et surtout pour ne plus être tenté par la suite. Chose faite, je me lançai dans ma leçon de politique Fustiloroise.

-A Fustilor, le passé de notre peuple à un impact direct et visible sur notre société actuelle. A l'origine, le pays n'avait pas de centre de pouvoir établit, seulement des clans nomade voyageant selon leur bon vouloir et selon les besoins de leurs membres. Puis il y a eu l'apparition du légendaire Alchimiste Éternel. C'est d'ailleurs lui qui à offert au royaume ses mines de promélianth. Il est le fondateur du culte qui est voué à Nispriel et Yolrien. Notre calendrier à pour date zéro le jour de son apparition auprès de nos ancêtres. C'est à ce moment précis que ces dernier se sont rassemblé pour parler de l'avenir du pays. Ils ont donc décider de créer un Etat similaire aux autres dans les bases, afin de consolider leur force et d'être mieux préparé en prévision d'éventuelles attaques ennemies.
  Un Roi a donc été élu au pouvoir avec sa famille. Cependant, les autres dirigeants de clan ne souhaitaient pas prendre le risque de donner tout le pouvoir aux mains d'un seul individu redoutant de lourde conséquent si celui ci décidait d'en abuser. Ils choisirent donc avec leur premier roi que chaque chef de clan et leur famille se verraient attribué un territoire dont ils auraient l'entière responsabilité. Ces terres s'appelles chez nous "Hiilpel". Et les familles qui en ont la charge porte le titre de Fulsprenzars, qui signifie "Gardien des terres". La famille royale elle porte le titre de Fulsprenzors qui se traduit par "Gardien du monde". Je sais ça ne fait pas très modeste.

Aborder ce sujet me rappela la difficile journée ou j'avais discuté avec cette jeune ange ivre. C'était aussi la fois ou Varish avait insidieusement insulté la virilité du très sympathique barman qui par la suite se l'était avéré beaucoup moins. 

-C'est là qu'est toute la prétendue complexité de mon pays. Le roi de Fustilor n'a pas de pouvoir absolut sur les autres nations. Uniquement sur son Hiilpel. En réalité, la royauté ressemble plus à une forme de délégué dont le rôle est de servir de médiateur afin d'aider le groupe entier à trouver une solution optimal. Bien sur, le Hiilpel de mon père est de très loin le plus puissant économiquement et militairement. Mais cette force est contrebalancé par le besoin en ressource disponible uniquement dans les autres parties du royaume. C'est un système astucieux qui permet au royaume de profiter d'un pouvoir centralisé mais aussi d'éviter de répondre aux envie absurde d'un souverain despotique. Seulement, ce fonctionnement empêche aussi toute action concrète menée par la royauté sur un Hiilpel voisin sans l'accord de son responsable. C'est ainsi que l'on en vient au problème des Sqartos. Pour mon père, ça toujours été un crève cœur de savoir qu'une partie de son pays délaissé et exploité dans le besoin. S'il m'a promis à cette famille, c'est pour lui permettre le droit d'intervenir directement sans aucun accord externe du Fulsprenzars en charge de la zone. Pour l'instant ça va tu suis ? J'essaye de synthétiser au mieux. Avouai-je surtout pour lui faire comprendre à quel point il en savait peu son mon pays. Si tu as des questions poses les mais je n'y répondrai qu'à la toute fin de mon explication.
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Jeu 01 Mai 2014, 00:58

Je fus un peu surpris par les propos de Dokpel... Certes j’avais rencontré son propre frère, j'avais entendu parler de certaines familles nobles et avait été à Fustilor, mais je n'avais rein remarqué qui ne démarque particulièrement ce pays des autres nations régies par une royauté. En conséquence il suscita davantage ma curiosité par ses propos. Certes il pouvait très bien s'agir d'arrogance, mais vu du personnage cela m'aurait étonné, surtout que moi même j'aurai du mal à vanter les mérites d'un royaume qui m'avait chassé. Ainsi je lui laissais le temps de boire avant de poursuivre ses propos,. Il débuta ainsi par une brève leçon d'histoire, ainsi qu'à un peu de théologie et si ces derniers points m’intéressaient peu en soit je pouvais voir les prémices des conséquences qu'ils allaient avoir. De par leur nature de clans à l'origine il aurait été surprenant que toutes ces petites factions se soient unies en acceptant de céder la laité de leur indépendance... Et mon raisonnement s'avéra quelque peu juste, car bien qu'étant le plus puissant des seigneurs, le roi ne pouvait rien faire à l'encontre de ces derniers, du moins pas sans être traité d'une égale manière. Cela me faisiat quelque part penser à un système de vassalité, si ce n'était que le seigneur dominant étaient moins influents que dans la majorité des cas.

Je ne pus d'ailleurs m’empêcher de sourire face à la traduction de son nom de famille, un nom en effet très prétentieux pour des gens qui n'avaient même pas l'autorité de protéger des terres qui appartenaient  à leurs pays. Je ne fis néanmoins aucun commentaire à ce sujet afin de ne pas froisser mon interlocuteur dont je continuais d'écouter les propos de mon interlocuteur, bien que j'avais deviné certains aspects avant même qu'il ne les aborde,  à commencer par le problème des Sqartos. En effet si un seigneur avait tout pouvoir sur ses terres et ne risquait rien pourquoi donc se priverait il d’en faire ce qu'il en veut, même si cela nuit au territoire lui même ?  Enfin malgré cette pensée je devais reconnaître les bonnes intentions de ce système, bien qu'à me yeux Fustilor n'avait de royaume que le nom en vérité... Et lorsqu'il m’invita à prendre la parole je ne m'en privais guère.

"Je crois suivre... En somme, Fustilor est composée de plusieurs nations en vérité, qui certes partagent une culture une religion, mais dominé par des seigneurs qui ont juste un arbitre le roi... Je n'ai jamais vu l'expression, un étant dans un état aussi bien appliqué... Et pour être honnête je suis surpris que Fustilor connaisse une telle cohésion, car si le roi n'a pas d'influence sur les terres de leurs seigneurs ces derniers pourraient très bien prendre de larges libertés en matière de diplomatie. Alors soit vous êtes particulièrement chanceux, soit Fustilor garde pour lui tout les hommes un tant soit peu droit qui existent, ce qui expliquerait pourquoi le monde est ainsi aujourd'hui."


Je me permis un faible rire tout en reprenant une gorgée d'eau avant de poursuivre, d'un ton un peu plus sérieux.

"Plus sérieusement, j'en comprends les atouts, mais je suis surpris non seulement de la cohésion comme je l'ai dit mais aussi du fait que les royaumes voisins n'aient pas essayé de grignoter le territoire de Fustilor petit à petit en profitant de cette politique qui gênerait le roi dans la levée d'une ost royale. Enfin je suis mal placé pour le critiquer, puisqu'au nord nous n'avons pas non plus de pouvoir centralisé, les villages et villes étant régies par un Thane et  les grandes décisions étant pris par les maîtres des clans  des Berserkers et des Chamanes, mais notre position est différente. Nous ne sommes pas sur le continent et sommes éloignés de ses manigances. Qui plus est, et contrairement à votre roi, les décisions du conseil sont irrévocables sur tout le territoire, et si un Thane s'y refuse il est déjà arrivé que les soldats de sa ville ne suivent pas son avis."

J'eus un bref temps de pause en songeant à mon propre pays, me demandant brièvement quelle était la situation là bas, mais je continuais finalement.

"Et pour en revenir à la famille Sqartos.... L'intention de ton père était louable, mais une famille aussi fourbe et assez intelligente pour subsister jusque là n'aurait pas accepté cela sans espéré pouvoir tire son épingle du jeu, alors même si je comprends ses motivations je pense que c’était un risque conséquent que ton père prenait là... Mais justement pour en venir à mes questions, eh bien je les ai déjà implicitement évoqué. En bref qu'est ce qui a empêché après toutes ces années un éclatement de Fustilor en de multiples nations ? Ce n'est tout de même pas une simple légende qui a suffit à calmer les orgueils des seigneur !"

Je pouvais paraître des plus irrespectueux, mais là n'était pas mon intention...j'étais simplement sincère dans mes propos. De ce que j'avais connu de la noblesse il  y avait plein de seigneurs qui auraient profiter d'une telle situation et au vu de cette dernière je comprenais un peu mieux les Sqartos, mais peut être que ce pays allait continuer à me surprendre.


Dernière édition par Engar le Dim 04 Mai 2014, 22:15, édité 1 fois
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Sam 03 Mai 2014, 14:33

Les Engar synthétisa mes propos d'une manière pour le moins pertinente. Ce qui l'était moins en revanche c'était sa dernière remarque qui en revanche m'agaça et je ne m'en cachai pas. Cette manie de laisser croire qu'il savait tout sur tout -ce qui n'était visiblement pas du tout le cas- m'exaspérais très clairement. Si je n'allais certainement pas remettre en cause ses connaissances sur monde global, il était plus que temps que je lui rappelle qu'il qu'il n'était rien d'autre au mieux qu'un vétéran du combat et non pas un seigneur capable de prétendre savoir diriger un pays. Si les rouages de la politiques étaient aussi simple à s'approprier, cela se saurait. Ainsi je laissai échapper volontairement un profond soupir en disant long sur ma contrariété.

-Bon Engar... Que tu veuilles m'aider c'est bien gentil. Mais si tu persistes à croire tout savoir mieux que tout le monde, et bien autant que tu y ailles tout seul à Fustilor. Que tu ai vu du monde d'accord, que tu sois mon aîné, là aussi pourquoi pas. Mais ce ne sera jamais suffisant pour te justifier de critiquer les décisions de mon père. Tu l'oublies peut être mais tu n'es qu'un pécore. Oui je te le concède, un pécore qui tue des démons et ce n'est pas rien. Mais juste un pécore. Et à moins d'avoir mentit sur ce que tu es, tu ne peut prétendre avoir en toi une once des capacités et des connaissances nécessaires pour diriger une nation avec - comme tu l'as souligné à juste titre- un système aussi complexe. La politique est un art que l'on enseigne aux nobles depuis leur plus tendre enfance. Et même après de longue années à vivre baigné dans cet univers, les meilleurs ne sont pas pour autant à l'abris d'une erreur. Alors oui, peut être que ta petite vision étriquée fait de nous les no... Les Fustilorois une bande d'imbéciles qui ne s'intéresse qu'à leur petite personne. Soit, mais qu'une chose soit bien clair. Plus jamais je ne souhaite t'entendre remettre en cause les décisions de mon père en ce domaine. Et si ton ego de chasseur de démon te l'en empêche, j'estimerai que nous n'avons plus rien à nous dire. Sommes nous bien d'accords ?

Malgré moi, je ne sus maîtriser pleinement comme je l'aurais souhaité. Je dus paraître bien agressif du tout au tout pour mon compagnon de table. Mais l'entendre me prendre moi et ma famille pour des imbéciles imprudent avait fini par m'exaspérer profondément.

-Je confirme que question diplomatie, tu t'y prends avec autant de finesse qu'un gobelin avec deux jambes de bois tentant de jouer à la marelle. Faut y mettre du sien pour gonfler cette pédale royale.

Bien que la fin de sa réplique laisse à désirer, je ne contredis pas l'infernal cette fois-ci. Car oui, pour me faire sortir de mes gonds, il fallait vraiment s'y prendre comme un bœuf. 
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Dim 04 Mai 2014, 23:04

Eh bien... Il semblait que j'avais fait sorti Dokpel de ses gonds. J'apprenais ainsi que je n'étais qu'un pécore, et eut le droit à l'éloge de l'enseignement des nobles , je fus aussi blâmé d'avoir une vision étriqués, et le tout sur un ton des plus agressifs qui laissait visiblement penser que Dokpel avait furieusement envie de me casser la figure. Enfin en tout cas il n'y avait pas la moindre once de diplomatie dans ses propos... Et la remarque du démon couronna le tout, du moins presque car au final tout ses mots ne fut accueilli que par une simple réaction de ma part...un grand éclat de rire alors que je basculais la tête en arrière, me laissant me balancer sur ma chaise. Rien que dans cette phrase le démon avait donné une piste sur ma réponse, qui pourtant était grandement en désaccord avec son opinion alors qu'au bout de quelques seconde je reprenais mon sérieux, croisant les mains sur la table avant de dire d'une voix, dans laquelle j'avais dû mal à réprimer mon hilarité.

"Ah, mais justement je ne suis qu'un pécore, alors pour ce qui nous intéresse ce n'est pas très grave si ma diplomatie est des plus mauvaises, par contre il n'en va de même pour toi Dokpel, toi le noble... Et pas la peine de préciser les Fustilorois ce que t'avais commencé était bien je prend de noble pour de bons crétins, mais ce n'est pas ton cas et  là n'est pals a question. Le fait est que tu t'es emporte pour quoi ? Une simple poignée de critiques à l'égard de ton royaume et de ta maisonnée. Oh tu me diras peut être que j'ai touché à ton honneur ou ce genre de chose, mais encore une fois cela n'importe pas."


Finalement toute trace de rire disparut de mes traits lors que mon regard se fit plus sérieux, je poursuivais.

"Je serai en effet bien incapable de gérer un royaume, je ne saurai pas me plier aux usages, aux exigences des nobles, toute l'économie me passerait au dessus de la tête... Mais à force d'être en guerre ou de traiter avec eux j'ai un peu appris comment marcher les nobles et ceux qui les servaient. Or ces derniers sont aussi des pécores comme moi. Et ils vont te servir, or il y a des choses qu'ils ne vont pas comprendre, certains, émettront des hypothèses et des avis comme les miens ,et tu devras leur répondre sincèrement et efficacement si tu veux qu'ils te suivent... Et ce que je t'ai dit un autre noble, externe à Fustilor mais dont le territoire entretiendrait des relations avec lui aurait aussi pu les poser. Tu lui aurais répondu comme à moi ? Je pense que c'est une mauvaise idée..."

Je lui levais alors mon verre un sourire complice aux lèvres, même si'l ne devait guère l’approuver alors que je concluais.

"Ah et sache que je ne prétends pas avoir raison, simplement c'est l'impression que cela me donne et je te la signifie, car les pécores sont nombreux et ils auront des réactions similaires à la mienne. Quant à mon ego...Ts c'est amusant car si tu affrontais les démons tu saurais qu'il n'est pas bon d'en avoir beaucoup, sans quoi tomber dans leur pièges est des plus simples ! Enfin... J'accepte de ne plus donner d'avis de ce genre pour la soirée, mais toi calme toi et commence à considérer comme tu réagirais si une personne que tu ne pourrais te contenter de balayer d'un revers de main te disait une telle chose."

Je l'interrogeais alors du regard, haussant le sourcil, attendant sa réaction, et me demandant si j’avais achevé de l'offusquer, ou bien s'il accepterait de m'écouter... Pour être honnête je n'avais pas prévu tout cela, mes critiques étant censières, mais en même temps j'avais en effet conscience de ne pas avoir forcément raison, c'es t lui qui s'était monté dans son esprit que j'affirmais que son père avait tort et que j'avais la certitude d'avoir raison.


Dernière édition par Engar le Mar 13 Mai 2014, 15:56, édité 1 fois
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Dokpel Varish le Mer 07 Mai 2014, 12:22

Ma main se posa sur mon visage machinalement. Pourquoi ? Etait-ce par dépit ? Par peine ? Tout ce que je sus, c'est qu'en fin de compte, mes premières impression sur Engar s'étaient malheureusement avérées juste . Aucune collaboration ne pouvait se conclure sur un bon résultat avec un tel individu aussi imbu de lui même, non. En fin de compte, il n'était qu'un simple chasseur de démon au facultés hors normes, totalement dénué de sens relationnel et diplomatique. Si la conversation avait commencé à faire germer en moi l'illusion d'une association pertinente, cette dernière s'était aussitôt fait balayer comme le serait une plume par un ouragan. Je poussai un autre soupir tout aussi profond de sens que le précédent. Tant à cause de ma déception vis à vis d'Engar que du fait que ma boisson était finie alors que j'en ai avait grand besoin pour me soulager l'esprit des absurdités que je venais d'entendre.

-A ce que je vois tu n'en démords pas. Dis-je sans me donner la peine de le fixer droit dans les yeux. Très bien, dans ce cas je pense que notre conversation touche à sa fin et qu'il n'est point utile de poursuivre. Personnellement je refuse de faire équipe avec une personne aussi imbu et sur d'elle pour un périple pareil. Puisque visiblement, les nobles sont pour toi tous pareils, un ramassis d'abrutis assis confortablement sur la gloire de leurs ancêtres, je gage que s'il t'en vient un jour l'envie de les destituer de leur place, tu n'auras probablement aucun soucis pour y parvenir. La politique, la culture d'un peuple, ce dernier même ne sont que des broutilles à surmonter pour un grand chasseur de démon comme toi. 

Mes yeux se levèrent pour rencontrer les siens. Mon timbre de voix resta parfaitement maîtrisé quand je poursuivis ma cinglante réponse, malgré la colère qui brûlait en moi.

-Plus sérieusement. Soit tu penses vraiment poser des questions et auquel cas tu t'y prends sans doute avec autant de savoir faire qu'un gobelin, ou alors tu me prends vraiment pour un imbécile. Tout ce que tu dis ne sont rien d'autre que des affirmations gonflé d'une suffisance insolente, avec laquelle tu ne te gène pas pour affirmer implicitement que tu sais tout mieux que tout le monde, en déguisant tes palabres d'un réel souhait louable de te sacrifier pour autrui sans contrepartie. Mais ce n'est en fin de compte qu'un illusion. Tu prétends connaitre les peuples et leur fonctionnement, mais aussitôt tu les insultes en les mettant tous dans un seul et même sac. Belle façon de prétendre qu'ils ne sont rien d'autre que de la main d'oeuvre dénué d'identité. Tu affirmes vouloirs être dans l'ombre mais tu te projettes déjà comme la tête pensante qui à systématiquement le dernier mots. Allant jusqu'à insulter ma famille sans aucun remord.

Je me levai avec un calme olympique en prenant mon broc et m'adressai une dernière fois à l'homme se tenant en face de moi.

-Tu es bien naïf de mettre tout le monde dans le même sac que toi. Je suis sur qu'ici, n'importe qui d'autre aurait su se fendre d'une pathétique excuse en voyant qu'il avait frappé dans les potins. Non, ici tu es le seul à croire que ton arrogance est légitime. A mes yeux, tes intentions chevaleresques ne sont qu'un moyens pour toi de fuir ta condition de guerrier orgueilleux. Et pourtant, j'implore Yolrien de me tromper. Pour la part, mes impressions sont confirmés. Merci en tout cas de l'entrainement de tout à l'heure.

Je n'attendis pas de réponse de sa part et partis en direction du comptoir pour rendre mon verre. Il aurait été cruel de donner une à cet homme l'opportunité de descendre encore plus bas dans mon estime. Mes idées se tournèrent finalement sur le minotaure qui tenait le bar, son regard d'acier braqué sur moi. A ce moment là, je sentis mon assurance princière se fissurer comme un miroir recevant un coup de maillet. Et la peur de son coté se consolida telle de la glace par le plus froid des hivers quand Varish l'interpella.

-Alors, elles ont repoussées ? Dit il en référence à sa blague sur la tauromachie.

Mon instinct de survit me poussa à lâcher subitement mon broc pour prendre la poudre d'escampette le plus prestement possible. Cette viré dans le donjon se conclut sur la puissante voix du barman, proférant une farandole d'injure à l'imagination malpropre. 
avatar
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
9/40  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Engar le Mar 13 Mai 2014, 16:49

Dokpel avait beau avoir une maîtrise de soi surprenante, sans doute travaillées par les années durant lesquelles il avait dû fréquenter Varish, et j'avais beau ne pas posséder pour ma part un don d'empathie, la hargne m'était un sentiment suffisamment familier pour que je sache la reconnaître chez un individu, et celle que Dokpel avait déjà envers moi allait en s’accroissant. Oh je devais bien sûr le reconnaître il savait tenir son rang à la perfection, mais cela ne changeait rien à la teneur de ses paroles. Je l'avais visiblement poussé à bout... Et j'étais à vrai dire surpris par certains de ses dires. Je n'étais pas un maître dans l'art de la parole, mais je l'avais après tout mis en garde contre mon tempérament et j'avais essayé de formuler mes derniers propos de façon à l'apaiser.

Il fallait croire que je m'étais trompé... Mais moi même ne manifestait aucune rancœur à l'encontre de ses dires et ce fut avec cette même nonchalance que je manifestais jusqu’alors que crachouillis ses propos, relevant par la même ce qu'il n'avait pas comprit dans mes mots, ou bien ce que j'avais mal exprimer. Cependant le fond restait le même, et je me contentais de l'écouter. J'aurai pu essayer de prendre la parole pour le tempérer, mais il avait l'air très bien parti dans sa diatribe et si j'essayais de l’interrompre de quelque manière que ce soit il me couperait la parole et ne m'écouterait guère de toute manière.

Cependant ma nonchalance laissant de temps à autre place à une grimace, comme lorsqu'il m'accusait de mentir quant à l'offre que je lui avait faite ou sur le fait que je préférai me tenir sur l'arrière de la scène... Et pour le coup c'était lui qui ne comprenait rien, interprétant des plus maladroitement ce que j'avais exprimé, mais je savais qu'il ne m'écouterais pas, il ne s’écoutait que lui même pour l'instant... Et finalement il conclut ses dires violent par une prière, qui m'arracha un sourire, et des remerciements qui me parurent presque déplacés au vu de ses propos précédents... Enfin il se leva, me tournant le dos, mais je levais alors mon verre, et ajoutais un sourire aux lèvres.

"Tu sais... Tu n'as pas besoin d'implorer ta divinité pour ça, il n'appartient qu'à toi et à moi de trancher à ce sujet. Et en ce qui me concerne il est clair que tu ne m'as pas compris."

Je lâchais un faible soupir il était déjà au comptoir alors que j'avais conclu mes dires. Il ne m’avait sans doute pas écouté et malgré le chahut de l'auberge un silence pesant s'installa, et même pas une goutte d'eau ou d'alcool pour la meubler... Mais elle céda rapidement la place à un éclat de rire lorsque j'entendis la réplique de Varish, et les insultes tonitruantes du minotaure à l'égard de mon congénère qui s'enfuyait à toutes jambes , pour qui heureusement le tenancier du bar ne pouvait se permettre de délaisser ce dernier... Ah je ne cherchais pas à me moquer de lui, mais la scène était trop drôle pour que je ne puisse pas en rire, en dépit de ce qui venait d'advenir.

Et à vrai dire même cela me faisait doucement rire alors que mon regard fixait un point dans le vide. Non Dokpel... Je venais de te demander d'agir comme tu le ferais à l'égard de quelqu'un que tu ne pourrais pas balayer d'un revers de main, mais même sans être un noble je savais que la réaction que tu venais d'avoir n'était nullement appropriée, ainsi que ton jugement à mon égard. Sur ma vision des nobles, le peuple et moi même tu t'es fourvoyé, tout comme moi me suis mal exprimé... Mais il était trop tard, tu as suscité mon intérêt et c'est pour cela et non pas par mon serment que tu ne vas pas pouvoir te défaire de moi si aisément, même si elle te déplait. Ce n'est pas comme si je n'avais pas habituée à des critiques bien plus acerbes... Et il me fallait encore jauger si tu valais vraiment mieux que ton frère et pour l'instant s'était bien parti. Au moins tu te souciais du regard qu'on porte sur les tiens.

Mais l'heure n'était pas de songer à cela, je ne le reverrai pas avant un bon moment après tout et je me tournais vers le tenancier encore énervé par ce qui venait de se passer.

"Bon sang... Qu'est ce que tu lui as fait pour qu'il se montre si vulgaire à ton égard?"

Le minotaure m'adresse une moue renfrognée , regardant la porte par laquelle était partie le prince.

"J'en ai aucune idée... Mais un jour c'est moi qui vais le faire parler son estomac !"


Je riais faiblement en me retournant, pauvre Dokpel...Varish avait vraiment frappé juste et connaissant le minotaure il songeait au moins à arracher le bras du prince pour le faire taire pour de bon, avant que ça ne lui sorte tout simplement de la tête car il n'était pas un mauvais bougre...

Mais il était clair qu'il valait mieux pour Dokpel trouver un autre lieu où boire sa fameuse bière ! Et justement... Pour conclure cette soirée, je me permettais enfin d'y gouter.

Après tout un simple verre semblait faire bien mon de mal que des mots.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ca coule comme de la bière

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum