Une nouvelle aube

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une nouvelle aube

Message  Engar le Dim 30 Mar 2014, 23:57

L'agitation causée par Elder s'était achevé...Enfin du moins en apparence, car il y avait certains cœurs où les événement restants restaient profondément gravés et le mien en faisait partie. Le triumvirat et Gaëlle... J'avais essayé de leur pardonner, mais j'en étais incapable. J'avais fait tant de sacrifice, je n'avais pas hésité à me battre contre mes amis, contre mon propre amour afin que soit amené un changement bénéfique pour le donjon, et quelle réponse j’avais eu ? Un refus catégorique ? M'avait il été donné des arguments justifiant ce refus ? Bien sûr que non, ils étaient tellement sûr d'eux, certains que de toute façon tout irait selon leur plan, avec comme justification qu'ils étaient assez vieux pour avoir plus de sagesse que quiconque, argument fallacieux s'il en était, où était leur précieux savoir quand Elder est arrivé et les a rendu incapable d'agir avant d'asseoir son pouvoir ? Si Par un heureux concours de circonstance Gaëlle n'était pas venu pour offrir à Oni Ni Kanabo sa rédemption tout ce qui avait été bâti aurait pu être balayé, et cela pouvait très bien se reproduire. Il y avait un moyen simple de l'empêcher, mais il l'avait refusé...

J'avais ensuite essayé de réparer ce qui avait été brisée. En discutant avec Shkeil ce dernier avait compris mes motivations et m'avait pardonné, en partie par amour pour Félina. Cela n'avait par contre pas suivi la même voie vis à vis de Kumie, Elle n'avait pu me pardonner le mal quej e lui avais fait lors du duel, même si j'avais prouvé que ce que lui avait dit l'archange sur mon compté était faux, même si je lui avais rappelé ses promesses ses serments, elle m'avait quitté, et j’avais beau me dire qu'elle avait pris sa décision depuis longtemps, il suffisait de voir sa récente prise de distance et son changement partielle en démone pour savoir cela, mais pourtant j’éprouvais une peine en mon cœur. Je n'éprouvais pas de regret cependant...j'avais vraiment cru que j'avais trouvé l’amour ,et tout ce que j'avais cela avait été pour protéger Kumie éviter qu'elle ne suive le même chemin que moi...mais elle l'aviat fiat sa transformation l'attestait. Quant à nos enfants, je ne savais trop ce qu'ils allaient devenir, je voulais les élever, les voir grandir, mais je doutais qu'il en soit ne serait ce qu'accordé de les suivre, déjà j’avais pu m’estimer de ne pas avoir été jeté en prison.

Mais il me restait une personne à voir, celle que j'avais défaite la première au combat, le plus fervent défenseur du Triumvirat, celui qui devait le plus exulter de la libération des dirigeants du donjon. le banneret Theorem... Mais à vrai dire ce ne fut même spa moi qui prit l'initiative d'aller à sa rencontre, mais lui qui m'invita à aller à sa rencontre, à travers Doll-Chan une poupée animée qu'il considérait comme sa fille que j’avais déjà rencontré. Je ne savais pas trop si elle m'en voulait pour la défaite que j'avais infligé à son père, cela étant assez difficile à voir sur son visage de bois sur lequel n'apparaissait nulle expression, quant à sa voix et son regard ils me paraissaient relativement neutre alors qu'elle m’invitait à rejoindre l'haïena sur le navire d'Ishtar...et pour être honnête ça ne me plaisait guère. Déjà je n'appréciais pas la dragonne noire, ensuite le navire n'était nullement yen zone neutre comme le donjon, et mon interlocutrice m’avait clairement précisé qu'il serait en pleine mer, en somme idéal pour que je ne puisse pas m'échapper, idéal pour un traquenard, et si par le passé je n'aurai pas escompté cela de la part de Theorem la manière qu'il avait eu de se battre lors de notre dernière rencontre m'invitait à un peu plus de défiance à son égard, enfin plus précisément, à l'égard d'Ishtar dont je connaissais les méthode, qui étaient encore pire que les miennes.

Malgré cela je fus présent à l’heure dite au bord de la mer Phlégétonne, accompagnée depuis le donjon depuis Doll-chan, après avoir mis en place certaines précautions au cas où les choses tournaient mal, et une barque fut là pour nous accueillir. Au loin je distinguais le navire d'Ishtar... J'en avais vaguement entendu parler mais il était impressionnant de le voir ainsi, même de loin. Entièrement de métal gigantesque... J'avais du mal à croire qu'il s'agissait vraiment d'un navire mais force m'était de l'admettre. Néanmoins cela m’interloquait car Inferis était une nation de flamme et de laves, lié à nul mer ou fleuve don c pourquoi Ishtar possédait une telle arme qui pourrait lui assurer une domination navale que sous certaines conditions que la situation de son pays ne lui donnait pas ? je l'ignorais et à vrai dire je m'en moquais. La seule chose qui importait c'était que j'allai monter à bord de cette chose et que ce qui allait se passer à l'intérieur serait décisif.

L’allure des gens dans la barque ne m'échappèrent pas, androgyne et femmes seulement, ps un seul homme qui possédait un visage un tant soit peu viril, ce qui ne m'étonnait guère de la part d'Ishtar et de Theorem, mais tout de même. Qui conque voulait faire partie de équipage devait il abandonner toute trace de masculinité ? Ça me paraissait absurde ! Moi même en tant qu'aventurier je m'étais souvent battue avec des femmes sans jamais les exclure alors voir cette forme de discrimination venant d'alliés me révulsait quelque peu... Enfin il allait me falloir accepter cela pour le moment, mais pour autant je gardais u profond silence durant tout le trajet. de toute manière ce n'était pas comme si mes compagnons de route étaient plus bavards. Doll-Chan fixaient l'horizon et les autres se concentraient sur leur rames me jetant juste de temps à autres des regards qui me laissaient deviner qu'ils n'éprouvaient nul sentiment amical à mon égard, mais je n'en avais cure, et sans même leur accorder la moindre intention je me contentais e continuer à essayer de détailler le bateau depuis ma position.

Une fois arrivé je saisis l'échelle qui se présentait grimpant avant les autres je montais sur le pont ou comme sur tout navire s'affairaient l'équipage. Ce dernier était bien plus conséquent que celui d'un navire ordinaire, renforçant encore l'impression que le navire donnait d'être une forteresse flottante. le temps que Doll-Chan, que j'aidais vers la fin de son ascension à prendre pieds sur le navire je pus constater par ailleurs que le membres d'équipage étaient bien armé, juste assez pour être efficace et pas trop pour ne pas être gêné dans leurs manœuvres... Mais je n'eus pas le loisir de m'y attarder davantage, car Doll-Chan me fit à nouveau signe de la suivre, ouvrant la marche à travers le navire afin de me mener vers Theorem, avec qui il était temps de reprendre la discussion qui n'avait pu être achevé dans le donjon.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Dim 06 Avr 2014, 13:48

L'arrivée d'Engar sur le Czarina Tiamat avait été préparé. Autant la dragonne ne pouvait pas ignorer ce genre de visites, pas sur son propre navire. Elle avait donc décidé de changer quelques détails dans la visite qu'allait faire cet humain sur ce navire pour s'expliquer. La forteresse flottante d'Ishtar était conçus de manière à permettre une embuscade à n'importe quel moment. Ishtar avait donc prévu que le parcours d'Engar dans ce vaisseau ne l'amène au Grand Hall. Cette salle, la plus imposante au niveau richesse et niveau architecture, se ferma derrière lui. Le relief en forme de barre de bateau se tourna, verrouillant cette dernière. Le bruit de ces mêmes verrous se firent entendre dans toute la pièce et l'éclairage de cette pièce baissa au niveau visible mais trop sombre pour distinguer correctement les choses. En clair ce n'était pas la nuit noire mais une pénombre présente et enveloppante.

"Guten Abend, Tür-Haß."

La voix ténébreuse d'Ishtar raisonna dans la pièce sans que l'humain puisse la localiser avec précision. Le danger était bien plus grand que d'affronter Theorem qui lui faisait tout de même l'effort d'attaquer un minimum de face et à seul renfort de son épée ou de pouvoirs offensifs. L'annonce de ses attaques avait d'ailleurs été prit par l'humain comme une faiblesse démentielle qu'il avait utilisé sans aucun fair-play. Ishtar ne connaissait pas ces concepts là non plus de sport, mais elle ne pouvait pardonner qu'on ait blessé son Theorem. SON Theo à elle. Ouvrant ses grandes ailes, elle se manifesta enfin au premier étage, descendant les quelques marches pour arriver devant la grande horloge.

"Il me tardait de te voir... De voir celui qui a osé lever la main sur mon Haiena. Quel plaisir de constater que tu n'es qu'un humain... Un possédé qui doit offrir son enveloppe charnelle à une créature de l'autre plan pour survivre. On t'as nommé le Porte-Haine... Est-ce la Haine qui t'as poussée à faire toutes tes atrocités ? Ou bien ne peux-tu vivre sans la Haine que les gens te portent ?"

Elle lâcha un rire audible avant qu'elle ne ramène ses lunettes convenablement sur son museau, fronçant légèrement les sourcils avant de laisser apparaître doucement une marque blanche sur son visage... La marque de la colère qu'arborait Ishtar sur son faciès.

"Mais toutes ces questions que Theo m'a posée n'ont qu'une vérité... Ton âme est foutue. Tu es pourris de l'intérieur, taré et un chef digne de ce nom t'aurais jeté en première ligne pour une mission suicide et graver ton nom dans la pierre tombale mais pas dans l'Histoire. Theorem voulait des réponses, moi je désir la vengeance. Mais si je répond à mon caprice, tu ne serais plus là pour répondre à ses questions."

Claquant des doigts, la lumière se ralluma et Engar se retrouva cerné par des dizaines de Oozes que possédait Ishtar. Ils restaient immobiles, mais... Le danger était bien réel.

"... Je t'épargne donc..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Dim 06 Avr 2014, 21:47

Je laissais mené dans les entrailles du navire par Doll Chan, remarquant par ailleurs qu'il y avait étrangement peu d’individus qui croisaient notre route, néanmoins ce n'est pas ce qui me troublait le plus. La structure même de ce bateau m'interloquait bien davantage, partout des coursives ou des salles qui semblaient n'avoir d'autres usages que le confort. Cela allait à l’encontre de toutes les règles de la construction du navire, mais je m'étais attendu à quelque chose dans ce goût là. Rien qu’en étant fait de métal et non de bois il était évident que ce navire n'avait aucun lien avec les autres, et là où un constructeur de navire aurait été offusqué, je voyais, pour m'être déjà battu sur des navires, les atouts qu'offraient les dispositions étranges de ce navire. Ainsi d'ordinaire les navires qu'on voulait efficace était fait aussi petit que possible en fonction de leur vitesse ou de leur armements, et de fait nulle pièce ne devait être superflu, quant aux couloirs ils étaient limités car affaiblissant la structure du bâtiments, mais ces règles ne s'appliquaient pas sur ce navire... Ou tout du moins par rapport aux intentions qu'avaient du avoir son constructeur.

Ainsi même sans compter les pièces procurant du confort il me paraissait évident que ce navire était d'ores et déjà plus vaste que n'importe quel galion existant ,dès lors il était inutile d'essayer de réduire sa taille alors qu e même le plus mauvais des artilleurs pouvaient l'atteindre. De fait il m'apparaissait que la stature du navire était voulue pour être usé tel un atout, par son ampleur le navire impressionnerait ses ennemis tout en apparaissant plus menaçant qu'il ne l'était, bien que je me doutais que son armement était amplement suffisant. Qui plus est il était probablement le plus résistant des navires existant et de fait même s'il était touché il était peu probable que cela ait la moindre conséquences. Certes on pourrait argumenter que cette espace aurait pu être plus utile, mais à partie d'une certaine quantité de canons l'ajout d'artillerie servait davantage à être intimidante qu'efficace, par contre les hommes, eux n'étaient jamais trop nombreux. Or de tels espace d’accueil rendait l’accueil de nombreux hommes plus simples, tout en permettant un voyage plus long sans voir leur condition ou leur moral se détériorer. Enfin la présence de nombreuses coursives rendait l'occupation complète du navire impossible et offrait un atout d'autant plus grand pour quelqu'un connaissant sa structure, d'autant plus qu'elle n'était reproduite nulle part.

En somme je devais l'admettre ce navire était un chef d’œuvre, aussi bien adapté aux déplacements en haute mer que lors des combats, sa seule faiblesse étant de ne pas, contrairement aux drakkars de mon peuple, s'avancer dans les cours d'eaux à l'intérieur des terres, limitant ainsi son périmètre d'action. Malgré cela un tel bâtiment était un atout précieux pour celui qui le possédait, à condition d'en faire bon usage... Et malheureusement pour moi il me paraissait peu probable que tout ces dits atouts jouent en ma faveur, et cela j'en eux la confirmation quand, m'avançant dans ce qui semblait être une véritable rue marchande sur le modèle de celles qu'on pouvait trouver en de petites villes, la porte y menant se referma derrière mon dos en un grand bruit et la lumière commença à diminuer. Je ne me retournais même pas, je servait pertinemment qu'il serait vain de ma part d'essayer d'ouvrir ces imposantes portes, une fois ces dernières verrouillées, et ce même avec ma force. D'autant plus qu'il fallait me préparer cela ressemblait fort à une embuscade. Isolé son adversaire et réduire sa visibilité, un piège habituel et dans lequel j'étais tombé...Ou plutôt précipité. Je m'y étais attendu en montant dans ce navire.

Je me demandais si Theorem était derrière cela, en tout cas mon adversaire connaissait mes faiblesses, diminuant l'éclairage juste assez pour que ma vision ordinaire ne me serve à rien et que celle que m'avait offerte Franken Fran ne fonctionnent pas au mieux. Néanmoins je pouvais percevoir des tâches de température autour de moi, et constater ainsi que de nombreuses formes de vie se dirigeait vers moi et autour de moi... Je protégeais alors mes arrières ne m'adossant le mur le plus proche et porter mes mains à mes lames, mais ne le dégaina pas. Si m’éliminer avait été la priorité de mon invité il aurait plutôt profité de ma méconnaissances des coursives du navire plutôt que de m'attirer dans un tel lieu. Ainsi j'attendis...jusqu’à ce qu'une voix inconnue s'élève, mais elle me fut facilement d'en deviner l'origine, en dépit du fait que je l’entendais pour la première fois et qu'elle parlait dans un jargon que je ne comprenais guère bien que j'y reconnaissais des intonations des pays de l'est du continent.

"Bonjour... Ishtar..."


J’avais parlé d'une voix forte, mais j'ignorais si elle m’avait entendue. J’avais regarde dans une direction au hasard, ignorant la localisation de sa voix de par l'écho. Quoi qu'il en soit elle continua ses propos, me blâmant puis me rabaissant, mais tout cela ne m'affecta guère, pour deux raisons. La première était qu'il y avait une part de vérité dans ce qu'elle disait, comme le fait que j’avais porté la main sur son haïena, que j'étais un possédé et un humain. La seconde... Était que le reste relevait de son point de vue et que je n'en avais cure. Je n'étais pas venu pour parler avec elle... Mon regard se tournant néanmoins vers elle ,sa démarche sulfureuse, sa marque blanche...et je lui adressais un sourire amusée alors qu'elle finissait ses propos. Un sourire qui perdura même une fois que la lumière s’alluma et me révéla ses menaçantes aberrations. A les voir on aurait dit des noyés revenus à la vie rendues difformes par quelques magies, de belles horreurs, sans néanmoins arriver à la chevilles des aberrations créer par l'église. Bien sûr elles étaient trop nombreuses pour que je puisse les défaire si elles devenaient agressives, mais ce n’était pas le cas ,et manifester de la peur face à leur nombre ou leur apparence était tout ce que souhaitait Ishtar. De toute manière c'était un tout autre sentiment qui m’animait et motiver mon sourire... Du simple amusement.

" "Que" un humain ? Votre mépris de ma race est donc avéré, mais même en dehors du grotesque de la chose au vu de la place des humains dans le monde, les efforts que tu as déployé pour me menacer me semble plutôt conséquent pour un "simple" humain."

Je m'avançais alors un pue, sans pour autant m'approcher trop des noyés, je voulais juste ne pas paraître telle la proie acculée qui reste passive en attendant la mort... Et je continuais, mes propos mon sourire persistant.

"Quant à me tuer... Eh bien, je ne doute pas de votre envie de la chose, mais ça ne serait pas très intelligent, et je ne vous jugerai pas sur vos capacités en la matière. Seulement certaines règles sont communes à toutes les races, dont celle de l'hospitalité. Une de mes histoires favorites est celle d'un souverain bon et juste, un elfe je crois me souvenir, qui fit venir un tyran en sa demeure t en profita pour le faire exécuter... Il ne fut nullement acclamée, juste blâmé, et finit à son tour tué pour cela. Alors bien sûr bien des individus aimeraient me voir mort, mais m’éliminer alors que vous m'avez invité serait inconsidérée de la part d'une souveraine."

D’autant plus que j'avais pris mes précautions avant de partir. Rien qui ne me permettrait de détruire ces revenants ou d’atteindre Ishtar...mais qui se montrerait bien plus utile que cela si les choses venaient à déraper. Je ne constatais par ailleurs que maintenant la disparition de Doll-chan. J'en concluais donc une chose évidente.

"Enfin c'est Theorem qui m'a invité, mais ce navire reste votre territoire, je crois. Enfin en attendant que "votre" haïena revienne il serait honnête de ma part de répondre à vos questions, ainsi qu'à vos considérations à mon égard."


Mon sourire disparut alors, ça ne me plaisait guère de discuter avec elle, mais au moins peut être qu'elle pourrait me comprendre, un peu... Ainsi mon sourire s'effaça et mon regard se durcit un peu, soutenant le sien avant que je ne reprenne la parole.

"Vous me voyez comme un déchet, mais au moins vous avez l'honnêteté de me le dire en face. Je ne vous en blâmerai pas c'est votre jugement et j'en ai l'habitude. Néanmoins, il serait bon que je donne le mien sur moi même, ainsi que quelques éclaircissements. Parlons d'abord du porte-haine. Vos deux affirmations sont fausses, car la haine ni un moteur ni une fin, il n'est pour moi qu'un moyen. Jamais je n'ai usé de la haine comme motif ou comme substitut à la vie. Ma haine et le plaisir que j'y je m'en suis servi afin d'accomplir le nécessaire sans jamais reculer, mais avant cela j'ai usé de ma raison pour juger la chose. La haine des autres je l'accepte car elle leur permet de ne pas tomber dans les affres bien pires que sont ceux du désespoir et de l'atermoiement... Vous même. Vous me haïssez pour avoir porté la main sur Theorem, mais cela serait bien pire si vous n'aviez personne de précis à haïr. Je ne dis pas que c'est bien ou juste, c'est simplement, une réalité."


Doucement d'un geste presque négligeant je balayai l'air, le regard se détournant vers un des murs, soupirant faiblement.

"C'est un fardeau, mais contrairement à ce que croit Theorem je ne le vois pas comme une obligation. D'un simple geste je pourrai m'en défaire, je l'ai fais d'ailleurs en arrivant au donjon, j'aurai pu me contenter de vivre simplement, faire oublier ce que j'étais. Un instant j'y ai vraiment cru... Puis ceux que j'aimais ont soufferts de ce choix et alors j'ai compris une chose. Même au donjon des individus comme moi sont nécessaires."

Un maigre sourire désabusé naquit sur mes lèvres alors que mon regard revint vers elle, ces propos je les avais déjà tenus et les réactions se répétaient bien souvent. Ishtar suivrait elle la foule ? Rien n'était moins sûr entre sa haine à m on égard et son attitude peu commune.

"Aussi bien que moi vous savez que l'histoire ne se fait pas sans que soit versé le sang, des coupables comme des innocents, mais elle ne se fait pas non plus sans héros. Or comment faire en sorte que les héros ne soient pas ouillés par le sang des innocents qui sera versé, tout en s'assurant que les dégâts ne seront pas plus grands que nécessaires. Vaut il mieux qu'une armée se livrent aux pillages d’une ville entière, ou qu'un homme seul en tue une dizaine d'hommes et de femmes , la réponse est simple... Et c'est ce que font les individus comme moi. Qu'on y prennent plaisir ou pas, qu'on se voile sous des attributs de noblesse ou dénions la chose en public, peu importe. Seule deux choses comptent, avoir comme but le bien commun et n pas avoir de regrets à commettre le pire, et ce n'est pas très courant."

Mon regard se posa alors sur les noyés... Certains diraient qu'ils auraient pu remplir ma fonction, mais il s'agissait de poupées vides de conscience contrôlées par leur maîtres...et de fait si ce dernier est un héros la responsabilité de ses créations lui incomberait. L'état de leur chair me rappela par ailleurs une des remarques d'Ishtar

"Mais vous avez raison, je ne le cache pas, mon âme est en miette, vous me direz qu'elle pourrait être réparé, mais quoi que je fasse une de ses parties est d’ores et déjà dévoré par le démon qui niche ne moi et l'a remplacé, bien que je l'ai dominé tant d'années je sais qu'il aura à mon trépas la victoire. Ainsi le jour où je mourrai, mon âme sera récupérée par les démons qui la tortureront ou en festoieront avec plaisir et en vengeant leurs camarades, et je l'accepte. Cependant je ne compte pas pour autant me laisser mourir. et d'autres avant vous ont eu l'idée de me sacrifier ainsi. Mais je ne fais que ce qui est nécessaire, alors j'ai refusé la plupart de ces missions vaines et les autres... Je me suis arrangé que la place de celui devant mourir ne soit plus occupé par moi, mais par un ennemi, d'où ma survie jusque là... Et malgré tout ce que vous voulez mon nom est malgré moi déjà dans l'histoire. Le boucher de Place-Gaie, Le destructeur d'Asnor... Le tueur du héros Kalet."


Ce dernier mot me vit baisser le regard, ce n'était pas un abandon face à elle, mais face au passé, et à l'histoire. Ce dernier nom était le seul qui m'était attribué à être faux, mais c'était aussi celui qui me marquait le plus... Enfin je conclus, d'une voix que je ne pouvais empêcher d'être brouillé par la tristesse.

"Enfin... Je hais le Triumvirat pour bien des raisons, mais penses tu que par haine, j'aurai accepté d’affronter mes amis ? De blesser mon aimé et de supporter qu'elle me quitte ? nulle vengeance ne vaut cela. Vous même pou Theorem vous retenez votre courroux à mon égard, alors pensez vous que c'est pas simple haine que j'ai levé la main Sur mon aimé Kumie ? Sur le premier qui m'ait accepté, Theorem ? Sur celui qui aime celle que je vois comme une sœur, Shkeil ?Malgré mes actes passés je reste, comme vous l'avez dit, humain. Tout cela... je l'ai fais pour les préserver d'un danger bien plus grand que moi même. Tout d'abord, il est vrai que j'ai voulu mettre le Triumvirat en situation périlleuse, mais à aucun moment je n'ai voulu les mettre à bas, car sans eux le donjon s'effondre. J'ai conscience de leur valeur, de leur sagesse, mais je vois aussi des failles, et j'ai peur qu'elles soient exploités et c'est ce qui est arrivé avec Elder, il s'en est fallu de peur pour que la tour s'effondre. Secondement si je n'avais pas créer une faction rebelle quelqu'un de pire l'aurait. Crocs noirs qui y voyait une occasion en or de s’approprier les artefacts du trésor du donjon, Overlord qui souhaite plus que tout obtenir davantage de pouvoir. Mais j'ai été plus rapide qu'eux, je les ai ralliés à ma cause, et leur ait imposé mon plan , qui tout en semblant les satisfaire limiter les dégâts, mais aussi les proportions... Overlord aurait pu rallier bien plus de fidèles avec son influence, Crocs-noirs aussi. Mais moi ? le Haï ? Non, je savais que bien peu se joindraient à ma faction rebelle, mais elle été créer et il n'était plus temps qu'une autre la remplace. Voilà pourquoi j'ai agi..."

Je me plongeai alors dans un certains mutisme, mon regard revenant sur la dragonne, me demandant si elle me croyait alors que j'étais des plus sincères, avant de pousser un soupir avec une pointe d'amusement.

"Enfin je doute que tout cela vous intéresse vraiment, veuillez m'excuser je me suis laissé un peu emporté et je doute que quoi que je puisse dire ne changera votre vision de ma personne... Et dire qu'en plus je vais devoir le répéter à Theorem, espérons que j'ai assez de salive."


Je ne me voulais pas insolent, juste un peu moins grave que je ne l’étais dans mes derniers propos, sachant parfaitement que paraître contrit et désolé ne changerait rien à la situation, alors autant être aussi franc dans mon attitude que dans mes dires.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Jeu 10 Avr 2014, 13:11

Doll-chan avait fait vite. Une fois placée dans l'ombre, elle se téléporta au plus proche de Theorem pour l'avertir de ce qui se passait dans le Grand Hall. Le Banneret s'était attendu à ce qu'Ishtar trouve le moment pour piéger Engar et lui faire subir son courroux, mais pas aussi vite, pas dès l'arrivée. Il emprunta les passages les plus rapides vers l'endroit où Doll-chan avait quitté Engar, jusqu'à ce que l'humain n'aborde le sujet de l'hospitalité. Du haut du deuxième niveau il écouta l'humain parler à Ishtar qui avait stoppé ses créatures. Elle n'avait donc pas l'intention de tuer l'humain, sinon ce serait déjà fait. Non, elle venait juste de marquer son territoire. Une fois qu'Engar eut terminé son discours, Theo déploya ses ailes de slime noir avant de retomber non loin d'Engar en les utilisant comme parachute. Ishtar fit un geste discret et les monstres reculèrent jusqu'à disparaître dans les conduits et les interstices jusqu'à les laisser seulement eux trois. Ishtar sembla pensive avant de réajuster ses lunettes.

"Theorem, je me doutait bien que tu serais là rapidement... Ton humain n'a rien, tu vois... Je voulais juste lui rappeler que frapper ta personne revenait à s'attirer ma colère. Les humains sont si imprévisibles..."

"Je n'en doute pas, Ishtar, mais cet humain est là pour s'expliquer. Je l'ai invité et il se doit d'être sûr qu'on ne lui feras pas de mal."

La dragonne sembla réfléchir avant de s'approcher de l'humain, le jugeant du regard. Engar ne lui faisait pas peur, pas le moins du monde. Doucement, elle descendit les quelques marches avant d'être à une distance très courte de l'humain et de Theorem.

"Bien... Cela me convient. Mais mes créatures auront toujours l'oeil sur lui. S'il tente quoi que ce soit de pernicieux, contre toi ou contre le navire... Il rentrera au port à la nage."

Elle s'éclipsa quelques minutes plus tard, laissant à Theorem le loisir de parler à Engar. Malgré tout, la méfiance avait l'air de mise. Le Haiena gardait donc son masque sur le visage, l'isolant d'une quelconque magie odorante ou de poudres irritantes. Theorem veillait également à garder deux à trois mètres de distance, afin d'être certain de ne pas être touché par l'allonge de l'humain. De plus, il gardait à la main son épée et ne quittait pas des yeux Engar. Donc ce que l'humain pouvait constater de son côté, c'est que la confiance que Theo pouvait lui avoir donné était morte. Il s'attendait à une attaque sournoise... Après tout, Engar ne lui avait pas fait le cadeau d'un combat à la loyal dès les premiers instants. Maintenant il serait aussi sournois qu'un humain dans ses combats...

"Je t'écoute Engar. Si tu as un sauf-conduit jusqu'ici, c'est pour me raconter pourquoi. Je ne te savais pas aussi... sournois et cruel. Ton combat aurait été inutile si tu m'avais parlé avant. Des centaines de monstres m'ont dit durant mon enfance de ne jamais croire les promesses des humains... Et je dois dire que depuis notre combat je commence à le croire. Aujourd'hui, je fais confiance à un être humain, mais ce n'est pas toi."

Le ton était donné...
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Ven 11 Avr 2014, 19:47

Hm je n'avais pas eu tort visiblement en jugeant que Theorem ne devait pas être éloigné et avait sans doute entendu une bonne partie de mon discours, puisqu'à peine avais je conclu mes dires qu'il se manifesta, sautant du dernier étage, en amortissant sa chute grâce à son slime, pour me rejoindre tandis que les noyés disparaissaient dans les ténèbres du navire, je n'étais pas fâché de les voir partir d'ailleurs. Le tout en un timing parfait qui en était presque amusant tout en rajoutant à la solennités, mais cette petite distraction ne m'empêcha pas de remarquer la distance qu'il avait marqué entre moi. Lui qui d'ordinaire se tenait si près de ses interlocuteurs pour marquer la confiance qu'il avait entre eux... Ça en disait long sur ce qui allait suivre, mais je ne fis pas le moindre commentaire à ce sujet, me contentant de croiser les mains devant moi, relâchant ainsi mes lames, alors que l'haïena s'adressait à la dragonne. Je fus à vrai dire surpris qu'elle tente de se justifier de son attitude à mon égard alors qu'elle semblait si sûr de son droit, par contre bien qu'irrité d'être perçu comme "appartenant" à Theorem je ne pus m'empêcher un maigre sourire lorsqu'elle évoqua l'imprévisibilité de mon espèce. J'allais décidément d'étonnement en étonnement, si je m'étais attendu à ce que la dragonne noire reconnaisse ce qui était indubitablement, du moins à mes yeux, une qualité ! Enfin je ne me leurrai pas, ça ne devait nullement en être une à ses yeux, mais dans tout les cas je reconnaissais qu'elle avait raison.

Et puis je ne saurai bouder les garanties qui m'étaient donnés, et même s'il ne s'agissait que de mots j'avais conscience en ceux de Theorem, tout autant que je savais qu'Ishtar n'hésiterait pas un instant à appliquer ses menaces si je venais à faire le moindre pas de travers. Par ailleurs elle me semblait étrangement clément avec cette histoire de nage, mais je ne me leurrais pas. Elle ne se contenterait pas de me faire profiter d'un bain de minuit si je causais un réel tort à Theorem ou à son navire, elle devait avoir prévu quelques festivités, tel le fait de me lester ou de m’enchaîner avant cela, et comme cela ce sera parce que j'aurai été un incapable que je serai mort noyé... Mais il ne savait à rien que je spécule là dessus puisqu'il n'était nullement dans mes projets de l'irriter, enfin du moins plus que ne le faisait d'ores et déjà ma simple présence.

Quoi qu'il en soit je me permettais de me détendre quelque peu une fois la dragonne partit et ainsi je desserrais mes mains et commençait à marcher doucement à travers la pièce, sans quitter l'haïena du regard. Malgré le fait que son masque dissimulait son regard et ses traits je savais qu'il ne me quittait pas des yeux, et que ses autres sens m'étaient probablement tout autant dédié. Pour ma part il n'y avait nulle trace défi dans mon regard, mais pas plus de ressentis, je ne le regardais que pour éviter qu'il ait l'impression que je l'ignora alors que ce n'était le cas. Au contraire je l'écoutais attentivement, mes mains éloignées de mes lames, contrairement à lui. Sentencieux ses propos n'étaient ni plus ni moins qu'un blâme sur mon attitude et la déception que je lui avais causé, et cela j'en avais parfaitement conscience. Néanmoins je ne l'interrompis nullement, lui laissant dire ce qu'il avait sur le cœur alors que je savais d'ores et déjà quels seraient mes réponses. Alors qu'il parlait, je n'éprouvais même pas la moindre irritation, pour une raison simple. Venant de nombre d'autres personnes, dont Ishtar, de telles propos m'auraient énervés, mais Theorem était probablement une des personnes les mieux placés pour me les adresser, une des rares que je considérais pleinement dans son droit, ce qui pour autant ne lui donnait pas raison à mes yeux...

Et ainsi quand vint mon tour de répondre je cessais de marcher à travers le hall, accompagnant par réflexe mes propos de gestes de la main instinctive. Ma voix était calme posé, la même que celle avec laquelle je m'étais adressé à lui à l'issue de notre combat.

"Cruel ? Tu le penses vraiment ? Pourtant si je l'avais été je n'aurai pas pris la peine d'essayer de me justifier après notre combat, juste par plaisir de te laisser dans le doute, ou encore je m serai assuré que tu ne puisses pas te relever aussi promptement que tu l'as fait... Et même en dehors de cet instant je ne pense pas avoir déjà été cruel. J'ai commis des atrocités oui, j'ai torturé, oui, mais jamais gratuitement ou par simple plaisir, or c'est cela la cruauté...Et si moi je te suis déjà cruel, je te souhaite de ne pas croiser ceux que je vois comme tel. Quant à être sournois ? C'est vrai, je ne m'impose aucune limite, et les notions d'honneur et d'honnêteté, ne me sont pas familières. si en combat je peux profiter d'une faiblesse de mon adversaire, l'affaiblir avant l'affrontement ou le frappe dans le dos, pourquoi hésiter ? Après tout rien ne me dit qu'il ne me ferait pas la même chose, je pense de même lorsqu'il me faut accomplir ce que je pense nécessaire, mais en dehors... Je pense les respecter au mieux, par exemple je ne t'ai jamais menti dans nos discussions."

Je m'avançais alors un peu vers lui, après m'être éloigné un peu alors qu'il me parlait, néanmoins je ne me rapprochais pas directement, au contraire c'était distraitement que je le faisais me déplaçant des fois en diagonale ou en arc de cercle alors que du regard je me permettais enfin de fouiller la pièce du regard, non pas avec suspicions mais pour simplement profiter du décor splendide, et plutôt approprié à notre discussion.

"Quant au combat que tu dis inutile... Tu m'as entendu dire à Ishtar mes motivations, mais tu as raison j'aurai pu m'adresser à toi, l'idée ma effleurer l'esprit, mais je l'ai repoussé. Soit tu l'aurais tout bonnement repoussé et aurait tout fait pour contrecarrer mon plan, ce que je ne souhaitais guère, soit tu m'aurais rejoint et alors quoi ? Ton aide m'aurait été précieuse, mais même à supposer que je réussisse pleinement, ce qui ne fut pas le cas, ton nom aurait été traîné dans la boue pour m'avoir accompagné... Alors que le mien, celui de Mistral et d'Overlord, sont déjà souillés je ne voulais pas qu'il en aille de même avec le tien. D'autant plus que les gens ont besoin de modèle en ton genre, tout comme des individus comme moi sont parfois nécessaire pour faire face à des êtres semblables,m ais dans le mauvais camp."


J'étais alors près d'un mur et me mis à le longer, tendant légèrement le bras pour l'effleurer du bout des doigts. Il n'y avait nulle intention en ce geste, c’était juste un de ces mouvements puérile qu'il arrivait de faire lorsqu'on laissait son esprit vagabonder quelque peu...

"Quant à croire ce que disent les autres sur les humains. Tu es plus intelligent que cela Theorem, tu sais bien que tu ne dois pas te comporter comme tes opposants dans leurs travers, après tout c'est ce dont tu me blâmes. Rien que la confiance que tu accordes à un autre humain, je ne crois pas me tromper d'ailleurs en pensant que c'est à cet ingénieur que tu as ramené, montres que tu vaux mieux que cela. Même moi je n'ai plus ce genre de préjugés, fusse à l'égard des démons."

Je le fixais alors à nouveau, un maigre sourire aux lèvres. Que pouvait il bien penser de moi ?Je ne pouvais le deviner et la présence de son masque ne m'aidait pas en cela... Mais de toute manière je n'en avais pas fini, et alors je cessais de tourner autour du sujet et me mis à me diriger directement vers lui à pas lents, les mains toujours éloignées de mes lames.

"Je l'ai demandé à Ishtar...Mais dis moi Theorem, vaut il mieux que pour une guerre des dizaines d'individus simplement poussés par le conflit voient leurs mains souillés de sang, plutôt qu'un seul ? Vaut il mieux qu'un village soit rasé entièrement par une armée au lieu qu'un simple individu tue une dizaine de personnes ? La réponse me parait simple. Après j'ai conscience qu'il s'agit de raisonnement binaire et que de tels cas sont rare,s mais ils adviennent... Et alors c'est mon tour d'agir, de commettre les actes atroces, sans excès, ni dommages collatéraux, sans pour autant y prendre plaisir."


Je revenais ainsi à la distance qu'il avait établi entre nous au début et m'arrêtais dans ma progression, les deux bras le long du corps je le regardais songeur, toujours un maigre sourire aux lèvres...puis fit un nouveau pas en avant.

"Et toi le chevalier, celui qui n'a tué qu'une fois et à regret, celui dont le nom reste intouché.Tu ne peux bien sûr que désapprouver ce que je suis et pourtant... J'ai essayé de changer. Quand je suis arrivé au donjon je t'avais dit la vérité, j’avais réellement l'intention d'être quelqu'un de bienveillant, je comptais même tep rendre comme modèle, te dire. Mais Felina a souffert, parce que je n'avais pas été assez bestiale et Kumie a été violée car je ne fus trop franc, comment pouvais je continuer ainsi alors que ce que j'avais été aurait pu les préserver de cela ? Je n'ai pas accepté cela avec joie, mais il le fallait, tout d'abord pour moi même...Et puis pour les autres, c'est ce que mon jugement m'a fait comprendre, et qui a fait que j'ai été libérée de ma forme de Kappa."

Un nouveau pas, s'il pouvait il pourrait dégainer son épée et dans le même mouvement me blesser profondément, voir même me tuer sur le champ, mais je conservais mes mains loin de mes armes, me demandant ce qu'il allait faire. Reculer ? Dégainer ? Rester sur place ? Peu importait car je continuais.

"Maintenant que j'y pense tu as raison, ce combat a été vain et j'ai été cruel... Mais regarde ce qui est advenu, et considère celui qui a le plus perdu. J'ai vu tout mes efforts balayés d'un revers par l'opinion du Triumvirat, j'ai vu mon nom une fois encore souillée, Kumie ne m'aime plus, tu me méprises et je ne pourrai sans doute jamais élever mes propres enfants. Une bien lourd tribut, tu ne trouves pas ? Mais je ne m'en plains pas, car je savais à l'avance que j'aurai à le payer...et tu penses vraiment que je l'aurai fait pour un bas intérêt personnel ? Non je l'ai fais pour ces mêmes raisons que j'ai déjà évoquées, et peu importe que tu n'approuves pas ma méthode, alors que j’approuve la tienne, je n'arrêterai pas. Et pourquoi ? car je sais quel es deux peuvent être mise en place en même temps et être d'autant plus efficace, le héros marchant dans la lumière, et l'ombre qu dévore les ténèbres qu'il ne peut éclairer."

Je fléchissais alors le genoux, y faisant se reposer un de mes bras, pour me mettre à sa hauteur et mon sourire s'élargit, alors que pourtant un trouble traversa mes traits, sans que pour autant ma voix n'en soit affecté ou que mes yeux s'embrument

"Et cette formule n'est pas aune mauvaise rhétorique visant à te convaincre. elle n'est même pas de moi. Elle était d'un héros, un vrai, qui me l'a adressé lors de notre première rencontre, le même qu'on m'accuse d'avoir assassiné, Kalet..."

Je pouvais paraître ignoble de parler ainsi de celui qui fut mon meilleur ami sans la moindre larme...mais m'apitoyer sur lui aurait été infâme à l'égard de ceux que j'avais réellement tirer de ma main sans le moindre remords, et surtout je savais que ce n'était pas ce qu'il aurait voulu. Je baissais alors la tête, m'inclinant ainsi littéralement.

"Theorem...Malgré mes griefs à l'égard de certaines de tes méthodes, de ton excessive gentillesse à l’encontre de tes ennemis, je te respecte et n'ait jamais voulu te nuire directement. Tu as la possibilité de faire de grandes choses, et si j'ai accepté de venir c'est justement pour que jamais il n'advienne que je ne m'oppose à une de ces grandes chose,s et non pas par un désir égoïste de vouloir racheter une amitié brisée."


J'eus enfin un faible rire en redressant la tête, ça ne me ressemblait pas ce genre d'attitude, mais j'étais sincère, jusqu'au bout.

"Même si ça ne serait pas pour me déplaire."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Sam 12 Avr 2014, 12:36

Theorem avait gardé une posture de défense. Non pas qu'il s'attendait à une attaque soudaine ou un regain de violence de la part d'Engar, mais qu'il craignait de se prendre à nouveau des coups. Quand l'humain s'éloignait ou lui tournait autour, il n'était pas sans ignorer la technique des ours blancs qui était d'endormir la méfiance de ses proies en faisant semblant de ne pas les intéresser. C'est comme ça que le Haiena percevait ces gestes, bien qu'il était concentré sur ce qu'Engar était aussi en train de lui dire. Il lui réexpliqua ses motivations, sa façon de voir les choses pour qu'elles soient le moins empiriques possibles, mais sans jamais essayer de ne pas faire de victime tout simplement. Eviter de mettre des gens en danger ou uniquement soit était la meilleure des décisions, et l'humain face à lui semblait ne pas prendre cette décision du tout. Pourtant Theorem l'avait fait plus d'une fois et savait que cette méthode marcherait. C'est pourquoi il le laissa parler mais confirma tacitement qu'il ne croyait pas en cette technique. A un moment Engar chercha à creuser l'écart entre eux d'un pas en avant. Un pas en arrière de la part de Theorem se fit immédiatement pour garder une zone de confort. Il vint à mettre un genou au sol et à abaisser la tête pour se montrer le plus inoffensif possible et le visage inexpressif du masque de hyène ne semblait ni s'adoucir ni se durcir.

"Engar, j'ai la mort dans le sang mais la vie dans mon esprit. Je suis à la fois nature et contre-nature. L'appel de la Hyène contre celui de la Goule, la froideur de la Machine contre la chaleur de mon Âme... Quelque part entre Jour et Nuit, au seuil du Crépuscule. La Dualité Eternelle de mon être te pardonne et ne t'excuse pas. Clairement, je te pense capable du pire, et obscurément je te pense animé des meilleurs sentiments. Tu es une énigme, un puzzle, une équation qui ne se démontre pas mais qui doit se vivre."

Le manche du Dadao dans la main, Theorem le sortit de son fourreau sans pour autant être menaçant ou agressif. Il le sortait le plus naturellement du monde avant de regarder son reflet dans la lame. Il y eut un instant de silence ou le son cristallin de la lame résonnait encore dans la pièce. Le Banneret reprit alors avec une certaine amertume.

"Une lame sans courage est une lame sans force."

Les chevaliers et bretteurs un minimum formés connaissaient cette expression... Il était bien rare de l'entendre de la bouche d'un monstre mais son origine dans l'esprit de Theorem n'était pas à chercher loin. Sa figure paternelle qui l'avait formé à l'art de l'épée en avait été probablement la source. A ces mots, le Banneret sembla hésiter avant de baisser sa lame au point que la pointe toucha le sol.

"Ma lame fut sans force face à la tienne car j'ai manqué de courage face à ta détermination... L'échec ne se pardonne pas, il se vit, tout comme toi tu dois vivre. Les amitiés écrites dans le sable sont effacées quand la mer monte. Mais la marée finit toujours pas descendre... et laisse la place à une zone vierge à remplir... En clair, je te pardonne, Engar. Mais tu laisses dans mon âme quelque chose de plus âcre et de bien moins délébile..."

Le son mât et violent de la lame de Theorem tombant au sol résonna dans toute la pièce. Le Dadao remua sous l'onde de choc quelques instant avant de s'immobiliser dans le silence. Le Haiena tourna les talons et commença à s'éloigner.

"Une lame sans courage est une lame sans force..." Dit-il amèrement avant de s'éloigner. "Quand la graine de la peur finit par pousser, elle se change en haine... Je ne souhaite pas porter ce fardeau... maintenant que la peur est en moi. Ma nuit s'en nourrirait et mon crépuscule s'abaisse."

Et enfin, il s'immobilisa à quelques mètres de lui.

"Je te crains, Engar... Mon impuissance m'a ouvert les yeux sur l'espèce humaine. Et depuis, ma lame est restée sans force."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Sam 12 Avr 2014, 17:05

Il s'était éloigné de moi malgré mon attitude, je continuais d'éveiller sa méfiance malgré mes dires...Et de fait je m'attendais à des mots sévères. Je fus donc des plus désappointés quand il évoqua d'abord sa propre dualité, puis apporta un tout autre jugement sur ce que j'étais que celui que j’avais déjà entendu...et il avait raison. J’étais ne effet capable du pire, cela on pouvait me le reprocher, mais il allait au delà...Et je ne pus retenir un sourire de gratitude face à cet avis. Néanmoins je me raidis brusquement en voyant sa lame dégainé, me relevant alors, pour néanmoins constater avec soulagement qu'il n'adoptait nulle garde, se contentant juste de la fixer alors que son écho résonner encore entre les murs, mais je sentis qu'il n'en avait pas fini il avait encore quelque chose à dire. Alors je pus entendre à nouveau sa voix, mais quelque chose avait changé, une amertume...Et qui au vu de ce qu'il disait, de cette vérité qui était la justification même du plaisir que je m'étais entraîné à éprouver lors de mes actes abjects, et je commençais à voir où il voulait en venir.

Et alors que sa lame s’abaissait le moral de son manipulateur sembla faire de même alors qu'à travers ses mots, bien que des plus abstraits, je pouvais percevoir sa souffrance et son désarroi. Je m'étais attendu à ce que notre affrontement le blesse, mais pas à ce point, pas au point d'ébranler tant ses convictions et son courage, qui parurent toucher le fond alors que sa lame tomba au sol, un tintement s'élevant alors à mes oreilles tel un glas. J’aurai du être ravi qu'il me pardonne et qu'il reconnaisse une part de ses torts, mais le prix à payer pour cela était bien trop élevé, j’avais l'amer sensation de voir le passé se rejouer devant mes yeux, de façon plus subtile, moins brutale, mai avec la même finalité, le suicide d'un héros... Ainsi alors qu'il s'éloignait je lui emboîtai le pas et, après avoir récupéré son Dadao, profitai de l’instant où il s'arrêta pour poser ma main sur son épaule. Ma prise était ferme, mais nullement agressive, presque paternelle, alors qu'il finissait de parler de sa propre faiblesse, et que moi je commençais à parler de sa force.

"Manquer de courage ? Tss, ne dis pas de bêtise ! Si ça avait été le cas tu ne m'aurais pas affronté, ou alors ut aurais tellement paniqué que tu aurais oublié tes principes et essayé de me tuer, mais crois moi ça ne m'a pas échappé. A aucun moment tu n'a cherché à me tuer ou à me blesser de façon définitive et tout comme neutraliser un adversaire demande plus d'habilité que le tuer, cela demande aussi plus de courage. Moi même je n'aurai pas la bravoure de laisser la vie à quelqu'un alors qu'il m'a déjà trahis à plusieurs reprises,m ais plus important, même si nous n'avons pas les mêmes, c'est que tu as respecté tes principes malgré ta situation. Quant à manquer de force... Ma mâchoire se souvient bien de ton genou et mes sens de ton fichu masque, et si tu dis cela parce que tu as perdu, sache qu'il arrive aussi aux puissants de faillir, Pourquoi ? Car ils font face à des individus sournois..."

Faisant référence à ses propres propos à mon égard je lui souriais. Certes il était un fait que dans le maniement brute de l'épée je le surpassais, mais il avait pour lui sa magie, se pouvoirs de hyène, il avait bien plus de potentiel que je n'en aurai jamais, même si je maîtrisais un jour pleinement les pouvoirs de mon démon... Mais après il était vrai qu'il devait parler d'une toute autre force.

"Moi même Theorem, j'ai échoué plus que je ne l'ai souhaité, la simple conclusion de ces événements en fut un nouveau pour moi, et pourtant je continue, alors je ne te comprends. Pourquoi toi qui a réussi à franchir le traumatisme de ta mort, de te réveiller dans un corps qui n’était plus totalement tien, tu reculerai face à la peur de la défaite ? Ce serait du gâchis Theorem !"

J'étais sévère, mais tout aussi sincère. L'haïena ne devait pas oublier sa propre valeur au nom d'un simple échec, d'un simple tremblement. Qui plus est j'avais déjà assez perdu de choses comme cela suite à ces événements, je ne laisserai pas cela se poursuivre ! et malgré la tempête en ma conscience je lui adressais encore un sourire, tout en relâchant son épaule.

"Le courage ce n'est pas ne pas avoir peur, c'est faire face à cette dernière, et tu en es capables , tu peux t'en débarrasser... Laisse moi te dire qu'une graine se brûle et que des racines s'arrachent."


Je le contournais alors, pour me placer devant lui , tenant fermement sa lame , effectuant un petit moulinet avec cette dernière, tentant de lire son regard, en vain, à travers son masque, avant de poursuivre.

"Et si c'est en ouvrant les yeux sur l'humanité que ta peur est née, que ta lame est restée sans force... Eh bien dit moi que tu te fourvoie, tout comme je me suis fourvoyé quant aux démons. On ne peut pas ouvrir les yeux sur l'humanité... et c'est pour cela que je suis fier d'être humain et que je ne souhaite nullement devenir une créature. Tu me diras pourtant qu'avec mon démon net les expériences de Franken Fran ce n'est plus vraiment le cas, mais au fond je reste un membre de cette humanité indiscernable, car plus que toute autre race, de par notre versatilité et notre adaptabilité, tant des défauts que des qualités, nous ne pouvons être considéré comme un ensemble même si nous le revendiquons, et je suis fier d'en faire partie."


Je riais doucement en conclusion de cette contradiction, mais ne m'interrompais pas pour autant.

"Et tu l'as dit toi même tu apprécie un humain...et crois moi il yen a de nombreux comme lui, des justes, des innocents, simplement ils sont plus discrets, et c'est pour cela que l'ennemi n'est sûrement pas l’espèce humaine, mais ceux qui en pervertissent l'image et d'eux tu n'as rien à craindre ! Moi même je ne me fais pas d’illusion, je sais en être, à la différence que je lutte contre mes "confrères" et que je saurai m'effacer quand je serai le dernier."

C'était un des rares aspect que j'appréciais dans ma condition de mortel... Une fois mon rôle sur le devant de la scène joué je n'aurai pas à ne porter le fardeau durant des siècles, mon dernier soupir ayant lieu bien avant, si ce n'est même pendant la pièce qui se joue. A cet instant je fis basculer l'arme de Theorem, la saisissant par sa lame, et dirigeant la poignée vers lui pour qu'il la saisisse.

"Et toi qui tient bon dans le crépuscule, n'oublie jamais qu'à ton image il a son reflet, ni pire ni meilleur, et que même si la nuit finit par tomber, ce jumeau adviendra, l'aube finira toujours par se lever. Si des ténèbres subsistent je serai là pour les dévorer, et si la haine devient ton fardeau, je serai là pour te la prendre, car je suis le porte haine... Et ne me demande pas d'expliquer, comme tu l'as dit, ça se vit !"

...Voici la fonction qui allait de pair avec ce titre qui me plaisait le plus, car il soulageait les cœurs des autres, sans que moi même n'en ait à souffrir, car j'avais depuis longtemps appris à dompter cette haine...
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Dim 13 Avr 2014, 23:26

Theorem savait qu'Engar chercherait à le convaincre de reprendre l'épée. Après tout, Engar était un épéiste, il devait s'attendre à ce que ce soit seulement l'épée qui permette de pacifier. Qui veut la paix prépare la guerre. Mais quand il lui présenta de nouveau le dadao pour que Theorem reprenne simplement ses convictions, Mais visiblement, le contact avec l'humain ne se passait pas comme il l'attendait. Quand une main se posa sur son épaule, il sursauta. C'est comme si Engar véhiculait chez lui une peur, une crainte et que l'humain ne s'en rendait pas compte. Au derniers mots d'Engar, Theorem resta une seconde en silence, toujours impassible avec son masque avant poser sa main normale droite et gantée sur le pommeau du dadao... et une seconde plus tard, il posa alors sa patte de hyène sur la tempe de l'humain !


---------------


"Réveil-toi, Engar."

Un bref flash lui revint. Une voix lointaine et finalement il put se voir sur une sorte d'île. Du moins il voyait de l'eau à perte de vue et devant lui se dressait une sorte de cité asiatique. Le décor atypique de l'endroit et son crépuscule chaud et orangé éclairait l'endroit sans que le soleil ne semble réellement bouger. La plage donnait sur un parcours de promenade longeant la baie, en pierre. Plusieurs pieds de bambous côtoyaient le chemin avec ses portails torii. Mais le soleil éclairait plutôt bien une sorte de volcan sur l'île et un glacier l'avoisinant. L'endroit ne semblait pas franchement normal, pas plus que la Pagode posée plus loin... Theorem était à côté d'Engar l'aidant à se relever. Les interrogations de l'humain quant à ce mystérieux endroit furent rapidement répondus.

"Nous sommes dans une Psysalis. Ma Psysalis dans notre cas. J'ai dût traverser une grande forêt rouge pour atteindre ta conscience et t'attirer ici. Mais rassure-toi, ton corps va bien. Si tu souhaite réellement m'aider à déraciner la graine de la peur que tu as mit ici, tu vas devoir m'y aider en personne, métaphore mise à part... Dans ce monde qui est le miens, la terreur qui y pousse est bien réelle."

Imaginez donc... L'endroit semblait à la fois irréel et parfaitement tangible. Il semblait flou et mal définit comme le peut être un rêve, et pourtant vraisemblable et palpable. Tout touchait à l'émotion directement, sans passer par la logique, et semblait pourtant reposer sur la vérité. Cette Psysalis était donc l'esprit de Theorem, militarisé pour y empêcher toute invasion ennemie. Leurs corps n'étaient pas réels, mais certainement des avatars, des projections mentales d'eux-même, ou encore leur essence vitale.


"Tu es à la frontière de mon Animus Vitae. Et par delà tu ne trouvera que l'océan de mon subconscient où tu pourrais te noyer. La graine est quelque part sur cette île... Et tu dois m'aider à l'enlever."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Lun 14 Avr 2014, 00:18

Je fermais brièvement les yeux quand je le vis saisir la lame, mon sourire s'attendrissant...mais ainsi je ne vis nullement venir le coup qui me frappa en pleine tempe, avec largement assez de force pour me faire tomber dans l'inconscience avant même que je  me pose la moindre question. C'est à peine si je me sentis au sol alors que les ténèbres envahissaient mon esprit, me laissant plonger dans un profond sommeil...

Mais j'en fus arraché, et la sensation que j'éprouvais alors me fut assez familière pour que je ne m'inquiète pas trop du fait de me retrouver sur une sortie d’île, comme me le confirma mon premier regard. Il y avait cette sensation étrange, mais caractéristique, celle de voir toutes ses sensations physiques altérées sans être diminuées, qui me prouvait que je n'avais pas été réellement transporté sur une terre à l'autre bout du monde. Qui plus je reconnus aisément la voix de Theorem, mon accoutumance s'effectuant rapidement pour ma part, question d'habitude. Par contre telle une douleur fantôme le coup que m'avait asséné Theorem persistait à me faire quelque mal, cela ne durerait pas, n'étant qu'une illusion mais je me frottais la tempe en écoutant ses explication, dont je connaissais déjà une partie de la réponse. Je lâchais alors avec un maigre rire.

"Va bien, va bien, c'est vite dit ! T'as pas été tendre sur ce coup là quand même ! Sang diable, pourtant ça me connaît ces trucs Theorem, entre mon démon et ceux que j'ai chassé des autres j’ai appris à intérioriser ma conscience ou à l'infiltrer dans celles des autres, y avait pas besoin de m’assommer ! Enfin ça n'importe guère,je te fais confiance pour mon corps, j’espère néanmoins qu'Ishtar n’en profitera pas, surtout que si t'es là ça veut dire que tu ne sera pas conscient pour me préserver, mais bref, concentrons nous plutôt sur cette fameuse "graine" ."


néanmoins je me tus là, croisant les bras je fixais la mer de son inconscient...Ce n'était pas la première île que je voyais, mais il y avait aussi des pensées, comme la mienne, ou cette mer n'était pas apparente, ou tout du moins il fallait marcher longtemps avant d'y accéder... Mais au delà de cela je devais avouer que malgré mes propos j'étais un peu déraciné. J'avais l'habitude de traiter avec des démons, je savais comment les obliger à me confronter, s’il ne venait pas d'eux même ,attirer par mon âme qui était privée de plusieurs défenses en une autre conscience, mais qui en possédaient bien d'autres, ce qu'ils avaient appris à leurs dépens. Mais ici c’était toute autre chose. certes à force d'errer dans les esprits j’avais appris à reconnaître certains sentiments, mais quelles apparence pouvait avoir revêtu cette graine spécifique, la peur. C'était là une chose qui changeai de visage selon les personnes...et au final la réponse était évidente.

"Puisque c'est ta peur de moi qui est cette graine je suppose qu'elle va me ressembler ? Ça tombe bien je me connais assez comme cela pour savoir comment lui faire face ! Enfin plus sérieusement j'avoue que je n'ai pas vraiment d'idée de comment la trouver. Peut être que ma  simple présence ou la tienne va peut être l'attirer, après tout c'est une occasion pour elle de croître bien plus rapidement, et une de ce que tu crains en moi c'est justement que je reculerai devant rien pour acquérir ce que je veux. Sinon, au vu des défenses que je vois là il est aussi possible qu'elle se cache et petit à petit sabote ces dites défenses..."


Je me retournais alors vers Theorem le jaugeant, puis regardant ses défenses, songeur, avant de lâcher, l'air sévère.

"Mais tu connais mieux que moi même ce en quoi je t'effraie, tout comme tu connais mieux que moi ton propre esprit... Alors dit moi qu'est ce que ta peur menace le plus dans ton esprit et où peut on trouver cette chose menacée ? A moins que je ne me fourvoie complètement, dans tout le cas je t'écoute quant au plan à suivre."


Je m'étais peut être montré un peu autoritaire au début de mes propos, mais je ne faisais qu'exposer mes idées...Car à moins de vouloir briser l'esprit de la personne dont on partageait la conscience, il fallait la laisser souveraine de toute décision. Qui plus est mon interlocuteur serait sans doute bien plus à même de savoir où était allé se planter cette graine...

Et de toute manière, malgré les apparences je ne m'étais interdits d'écouter attentivement Theorem.


Dernière édition par Engar le Mar 15 Avr 2014, 16:34, édité 1 fois
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Mar 15 Avr 2014, 15:16

Theorem savait bien qu'Engar avait cette facilité à extraire sa conscience et il se rendra compte à son réveil qu'il n'avait pas franchement frappé l'humain. Un contact physique très intense suffisait généralement à abaisser la conscience des humains ou des monstres. Le contact avait été certes brutal, mais pas assez pour laisser de bleu ou de bosse. Dans la Psysalis, on avait tendance à se retrouver face à sa propre sensibilité plus qu'autre chose. Mais pour la peine, Theorem ne nota pas ça et resta conscient de la suite des évènements.

"La graine de la peur est quelque part ici. Dans cette enclave psychique il y a moi, la conscience avec qui tu as discuté la plupart du temps. Mais pas seulement... Tu y trouveras aussi d'autres parts de moi plus ou moins uniques et plus ou moins en conflits. Entre le volcan de la Foi et le glacier de l'Espoir, il y a cet endroit. Et si nous commencions ?"

La conscience de Theorem avança calmement dans la plage jusqu'à rejoindre la route pavée. Plusieurs gardes slimes les regardèrent passer avec calme, visiblement ceux que Theorem invoquaient. Adin ne tarda pas à se manifester, dans son armure asiatique.

"Gifu-sama, vous avez besoin d'assistance ?"
"Nous allons à la recherche de la Graine. En espérant que XR-371 s'ajoute à nous, nous ne serions pas de trop pour fouiller cet endroit."

Le slime noir acquiesça avant de regarder l'humain. Les intrus n'étaient généralement pas les bienvenus dans ce monde spirituel, sanctuaire de ce que pouvait être l'âme de son hôte. Les autres slimes garderaient la porte de son esprit en attendant.

"Le soleil est dangereusement bas, Gifu-sama... Plonger la Psysalis dans l'obscurité pourrait y faire surgir des cauchemars."

Theorem ne répondit pas de suite, continuant à avancer vers le volcan où le chemin pavé devint une sorte de successions de briques noires aux contours brillants comme la surface de la lave qui se refroidissait. Les flots de laves coulant à même le volcan formait des bassins et des cascades mortelles alors que la décoration de l'endroit ressemblait de plus en plus à une structure de temple qu'on pouvait croiser en Afrique. Plusieurs hyènes de feu traversèrent la route pour plonger dans la lave sans se soucier des deux voyageurs.

"Où peut bien se cacher Aldiwit-Vera?... J'ai bien peur qu'il ne soit pas prêt à accepter Engar dans cet endroit..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Mar 15 Avr 2014, 18:04

Ça allait singulièrement compliqué la traque s'il y avait d'autres présences autonomes dans l'esprit de Theorem que nous deux et la graine, car je n'allais as pouvoir me reposer sur la recherche d’une activité particulière, et je devais m'avouer un peu désappointé par ce fait. Après tout dans mon propre esprit je ne me souvenais pas qu'il y ait eu d'autres présence que la mienne ou celle de l'infernal que j'abritais, exception faite des quelques démons que j'y avait piégé pour mieux les détruire. Néanmoins il était vrai que d’autres esprits avaient déjà présenté cette multitude de facette, et vu la complexité de l'esprit de l'haïena il n'était pas étonnant que ce dernier se trouve symbolisé par d e multiples avatars... Mais au moins ils auraient sans doute une chose en commun, ils n'allaient probablement pas m'apprécier !

Malgré cela ce fut sans  crainte que j’emboîtai le pas de la conscience de Theorem, progressant sur le sable avant de rejoindre la route, al présence d'autres slime ne me surprit pas vraiment. Quitte à admette une division des parties de l’esprit j'en savais assez sur le lien que le banneret partageait avec une de ces créatures pour n pas être étonnée de leur présence, ni d'une représentation psychique d cette même créature. Enfin il était bien sûr difficile de reconnaître des slimes entre eux e c'était à vrai dire la première fois que je voyais Adin sous cette forme, vêtu d’atours asiatiques qu’affectionnait tant Theorem,  Ce qui me permit de le reconnaître fut sa prise de parole, traduisant une intelligence assez peu courante parmi ceux de son espèce pour que j'en entende parler. Néanmoins ne sachant trop quelle attitude adopté à son égard je lui adressais un simple hochement de tête pour le saluer, sans me soucier de son regard un peu méfiant, me montrant par contre plus loquace face aux dire de l'haïena.

"A la recherche en effet, mais ton esprit à l'air vaste et j'avoue que je crains qu'il nous échappe en passant à travers les mailles de notre patrouille, aurais tu une idée précise quant à la manière dont nous allons le trouver ? Non pas que je doute des talents de qui que ce soit, mais si la crainte que tu as de moi me ressemble un tant soit peu elle risque de se montrer retorse... Et c'est quoi ce XR 371 ?"

De cette dernière je n'avais jamais entendu parler...le nom me faisait penser à une machine, comme celles qui contribuaient à la mobilité et à la survie de Theorem et avait  ravivé ses instincts de survie  aux derniers instants de notre combat, mais cela me surprendrait grandement qu'une telle chose ait sa place dans l'esprit de Theorem, après tout ce n'était que du métal, fut il affecté par la magie... Mon regard se porta alors sur le soleil alors que le slime fit un remarque à ce sujet, et en effet il était un fiat que le crépuscule, bien que s’abaissant plus lentement que dans le monde réel le faisait indéniablement.

"Ne serait ce pas quelque part une bonne chose ? Après tout si la nuit vient, la graine fera sans doute partie de ces cauchemars que tu évoques et nous pourrons l'éliminer, fusse t-elle l'instigatrice de cette nuit."

Je me doutais moi même que ça ne serait pas si simple, mais j'escomptais obtenir l'avis de Theorem sur la question, afin de me préparer d'autant plus à la confrontation à venir et surtout savoir si le temps jouait réellement contre nous et dans quelle mesure... Malgré cela je suivais le rythme du pas, heureusement rapide, de l'haïena, observant le décor changeait rapidement, pour adopter un paysage volcanique, et je dus m'estimer heureux de ne pas ressentir de sensation physique, sans quoi la chaleur m'aurait rapidement rendue haletant au vu de l'environnement. J'avais déjà vu la lave d'un volcan couler et je savais quelle terrible chaleur elle dégageait, ainsi que les conséquences qui s'ensuivaient d'y tomber . De fait malgré ma condition de simple conscience dépourvue de corps à cet instant je me montrais extrêmement prudent, suivant scrupuleusement Theorem et Adin, tout en jetant des coups méfiants aux hyènes de feu qui croisaient notre route, écoutant à peine les dires de l'haïena.

Ces dernières ne semblèrent guère se préoccuper de mes compagnons, mais je pus clairement ressentir leur hostilité à mon égard, des regards insistants, des grognements ressemblant au crépitement d'un feu, chacun de ces signes accroissaient ma tension, et finalement un d'entre eux se jeta sur moi. S'il le faisait ce n'était sans doute pas gratuitement et je connaissais très bien les répercussion qu'on pouvait subir une fois revenu dans son corps si notre conscience était atteinte, de fiat ma réaction ne se fit pas attendre, je me fendais sur le côté, évitant la bête qui retomba sans dommage dans la lave, ayant moi même soigneusement fait attention de ne pas y tomber. Heureusement cette agression ne fut pas suivie par d'autres, mais la tension demeurait.

"Hmpf si cet Adiwit-Vera  à la même attitude que ces choses, pour sûr il va se montrer, mais ce sera pour me faire la peau ! Enfin il y a une bonne chose à cela c'est que vu le nombre de ces bestioles et leur attitude à mon égard il est peu probable que la "graine" soit par ici, sans quoi elle aurait déjà fiat un grabuge notable ou aurait même succombé à ces «charmantes " créatures, ce dont je doute."


Malgré l’irritation avérée qui s'entendait dans ma voie suite à cette agression je n'avais pas dégainé les lames qui accompagnaient la représentation de ma conscience, qui étaient restées à ma ceinture, ni  adoptait une attitude agressive. J'étais simplement sur mes gardes prêt à esquiver voir à courir si nécessaire, tout ne cherchant ce fameux Adivit-Vera qui comme je l'avais dit ne manquerait pas devenir à notre rencontre ne serait ce que pour moi.

Restait à déterminer si c'était pour me traiter comme une proie...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ils étaient venu ici... Sa Proie et son Père. Ils le cherchaient, il le savait... Mais il avait déjà trop entamé ses tâche,s il avait d'ores et déjà trop implanté ses racines pour être chassés si facilement que cela. Il faudrait bien plus que leur simple présence pour le faire disparaître, et lui même en se laisserait pas faire, il n’était que pulsions, instinct, mais il avait conscience que son heure approchait, le soleil de l'esprit de THeorem déclinait, et la nuit serait son territoire et alors sa Proie serait à lui...
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Sam 19 Avr 2014, 21:23

Theorem s'était approché rapidement quand il avait vu Engar se faire attaquer. Il n'allait pas laisser un ami se faire attaquer comme ça aussi rapidement et avec une telle hargne de la part des hyènes de feu. Ils étaient les globules blancs d'un système immunitaire et Engar était un intrus ici, un virus. La proximité de Theo n'avait pas été assez grande certainement et il fut content de voir que l'attaque n'avait pas été très violente. A l'évocation d'Aldiwit Vera, le Banneret regarda le grand temple à flan du volcan qui symbolisait la demeure de cette part de lui.

"En effet, mais Aldiwit Vera est la foi sauvage qui me compose. Il n'est pas d'accord avec toi mais j'espère le tempérer..."

Le temple figurait plusieurs statues de hyènes et pas mal de décorations remémorait Gnoll et sa grandeur. En peu de temps, une figure humanoïde sauta d'une colonne pour arriver devant les envahisseurs, se redressant pour voir plus en détail qui était là. C'était une sorte de version alternative de Theorem, habillé en tribal et d'une peau de lion, tenant une lance et le corps marqué de traits rouges. Ses cheveux enflammées et son regard de braise se posèrent sur Engar avant qu'il ne fasse une grimace de dégoût.

"Que fais cet humain dans le sanctuaire Mawden de notre esprit, Theorem ?"
"Sa présence est dût au fait qu'il peut détruire la Graine de la Peur qui se trouve dans notre conscience. Est-elle à s'attaquer à la Foi ?"

Aldiwit Vera s'approcha d'Engar avant de froncer les sourcils en sniffant un peu l'air autour de lui. Visiblement l'odeur ne lui plaisait pas et il reprit enfin.

"Le Volcan de la Foi n'a pas de Graine de Peur... Mais le Glacier de l'Espoir est plus sujet à s'ébranler sous la terreur. Si cet humain l'a causé, nous devrions l'empaler et l'installer à côté du Trône de Gnoll !"

Mais Theorem s'interposa, repoussant la lance d'Aldiwit. Le slime noir tira un peu Engar en arrière afin de lui indiquer de quitter l'endroit. Theorem reculait au même rythme, les bras écartés. Aldiwit ne se risquerait pas à planter la conscience même de sa personnalité et les laissa partir. Claquant des doigts, le Banneret ouvrit une sorte de portail, arrivant de nouveau proche de la plage. Il pouvait revenir à ce niveau de la conscience sans problèmes, mais s'enfoncer dans une partie de sa personnalité était un tout autre tour de bras.

"Bien, au moins on va arrêter de se concentrer sur le Volcan de la Foi... XR371-N va peut être nous éclairer un peu mieux... Du moins j'espère."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Lun 21 Avr 2014, 16:51

Pas d'accord ? C'était un euphémisme ! Si j'essayais de tuer toutes les personnes avec lesquelles j'étais en désaccord il y aurait eu encore plus de cadavre dans mon sillage qu'il yen avait déjà, et peut être même le mien pour être franc. Cependant, la chose avait cela de dérangeant que si Theo n'écoutait que ses seules conviction il aurait d'ores et déjà tenté de réellement me tuer. Je ne m'attardais néanmoins pas sur ce détail, les hyènes de feu cessant de m'agresser alors que nous nous approchions d'une imposante battisse nichée contre le volcan. Je n'étais pas un spécialiste de l'architecture et encore moins du culte qui était vouée à la déesse Gnoll, mais je me rendais bien compte qu'il s'agissait là de la représentation d'un de ses lieux de culte. Les statues des créatures qui lui étaient affiliées et d'autres caractéristiques spécifiques à une des divinités que j'avais le plus de mal à apprécier. Il ne s'agissait pas là d'une critique de la foi de Theorem, simplement j'avais un peu de mal avec cette histoire de domination féminine et autres aspect qui n'étaient pas sans me rappeler certains cultes infernaux franchement peu fréquentables.

Mais avant que nous nous avancions plus avant ce que nous étions venu chercher se manifesta, et je ne fus pas très surpris de découvrir qu'il s'apparentait à Theorem, c'était logique que ses traits de caractère lui ressemble dans son propre esprit. Je m'attardais par contre davantage sur ses attributs, qu'il s'agisse de ses habits qui n'étaient pas sans m'évoquer les tribus barbares que j’avais pu croiser ou de cette arme avec laquelle je voyais mal mon ami se battre. Non pas que sa longueur était gênante quant à son style de combat, bien qu'elle nécessiterait sans doute une grande maîtrise, mais je l’avais toujours vu manier l'épée et j’avais du mal à le voir avec une autre arme. Enfin je fixais ses yeux après un bref coup d’œil à ses cheveux.il était intéressant de voir à quel point les principes moraux de Theorem était lié avec sa magie, c'était une chose que j'avais rarement vu lors de mes "voyages" dans les consciences d'autrui. Or les magiciens qui tiraient leur énergie de leurs sentiments étaient bien souvent dévorés par ces derniers, ou bien ils devenaient des plus puissants car es limites de leurs pouvoirs n'étaient dès lors composés que des plus importantes de la magie et de celles de leurs sentiments.

Dans le cas de Theorem ce lien était particulièrement puissant...mais tout aussi destructeur, la preuve en étant la présence de cette graine de la peur qui se montrerait sans doute encore plus dévastatrice que chez d'autres personnes. Enfin aussi intéressant que cela était je n'appréciais guère cet aspect de sa personnalité , que je fixais avec la même hargne que celle qu'il éprouvait à mon égard et ce en dépit de l'intervention de Theorem... En fiat il n'était quelque part pas si différente de moi, mais au vu de ses menaces il avait oublié sa tempérance quelque part. J'en fis pour ma part preuve face à ses dires agressifs, laissant Theorem s'interposer entre lui et moi, sans même que je ne dégaine me armes, me contentant de froncer davantage les sourcils tout en suivant Adin...Et de lâcher d'une voix quelque peu moqueuse, le dos tourné à mon interlocuteur.

"Je crains malheureusement faire une décoration des plus laides et fort peu au goût de Gnoll, je me garderai bien de lui faire cette offense."

Je me limitais néanmoins à cela tant pour ne pas offusquer la conscience de Theorem lui même que parce que je n’oubliais pas que j'étais sur son terrain et d'un pas assuré je franchissais le portail que venait d'ouvrir l'haïena, à ma grande surprise, ne lui connaissant pas ce pouvoir dans le monde réel, cela signifiait qu'il avait une remarquable maîtrise de sa conscience, même s'il semble ne pas pouvoir faire cela où il voulait, sans quoi il nous aurait directement emmené au volcan dans un premier temps...Et au glacier désormais. Or notre destination s'avéra être la plage, probable ment car il s'agissait d’une zone neutre, et sans attendre une seconde je me tournais vers le glacier, écoutant Theorem avant de répondre avec un petit rire.

"Si on pouvait éviter j'apprécierai oui, j'espère que l'habitant des montagnes de la foi sera plus accueillant... Quant à ce XR300 je sais plus quoi, je ne sais pas où il est ni ce qu'il pourrait nous apprendre mais on a qu'à espérer qu'on le croise en route et qu'il nous rattrape, car si la graine est bien là où nous l'a indiqué Aldiwit Vera il vaut mieux agir au plus vite."

Bien entendu je le laisserai mener la marche, mais je n'attendais pas qu'il l'ouvre pour commencer à prendre la voie qui semblait mener au glacier. A vrai dire je me demandais bien pourquoi nous n'étions pas allé là bas en premier car en apprenant qu'il y avait cette représentation de l’espoir il me paraissait évident que c'était là que ma graine était plantée. C'était l'espoir que Theorem avait en moi qui avait été atteint, c'était l’espoir qu'il avait d'arriver à ses tâche qui était meurtries...Cette meurtrissure qui l’avait tant fragilisée et réduit à l'état dans lequel il s'était présenté à moi.

L'espoir que la peur dévorait et qu'il fallait sauver à tout prix pour la vie elle même de Theorem, comme le disait si bien un vieux diction...
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Ven 25 Avr 2014, 10:43

Theorem commença donc à prendre la route du glacier. La montagne voisine du volcan était enneigée, glaciale, aux brises mordantes. L'endroit semblait stérile mais à la fois imposante, infranchissable, dur comme l'acier et aux côtés tranchants. Un mur d'espoir au parcours rude et glissant qui s'annonçait plus compliqué encore que des canin de glaces courraient autour d'eux, semblant artificiels, tout fait de glace. Ils comportaient tous trois à six yeux, observant l'avancée des aventuriers sans paraître particulièrement agressifs. Leurs dos constellés de stalactites leurs donnaient ce look si particulier alors qu'enfin, Theorem, Adin et Engar se retrouvèrent enfin face à quelque chose que la conscience des hommes moyen ageux ne pouvaient pas appréhender totalement, tout particulièrement Engar... Une Usine.

"Nous y sommes... La Fabrique d'Espoir. On dirait qu'elle est à régime réduit."

Les murs de briques, partiellement givrés, à l'enseigne illisible au sommet d'une porte, tout concordait avec une vieille usine qui aurait été construis ici... sans raison. Poussant les grandes portes de métal, ils arrivèrent dans une antichambre ou une créature de glace possédant pas loin d'une dizaine d'yeux les regardèrent entrer. Pas de gestes hostiles, mais son rôle semblait être de l'observation. En silence, elle leur indiqua une porte, qui les amenèrent dans un atelier. De gros bras mécanisés semblaient avoir pour tâche d'assembler des éléments mais qui n'avaient ni queue ni tête... Et la plupart étaient à l'arrêt en plus. Theorem entra, inquiet, avant de voir une silhouette plus loin. On aurait dis une copie de lui-même, mais dont le corps était parfaitement mécanique, aucune partie de son corps ne restait organique et il s'approcha. Pas de bouche ou de nez particulièrement, juste onze yeux disposés en cercle qui les regardaient, semblable à des cristaux brillant d'une lueur verdâtre. Il s'arrêta devant eux avant que ses lumières ne s'allument de façons continus, alternant leurs dispositions, faisant une sorte de grésillement mécanique profond et étouffé, comme des paroles totalement brouillées et électroniques alors que Theorem ne quittait pas des yeux le visage de XR371-N.

"⠠⠧⠕⠥⠎ ⠑⠞⠑⠎ ⠑⠝⠋⠊⠝ ⠇⠁⠄⠄⠄ ⠠⠥⠎⠊⠝⠑ ⠝⠑ ⠏⠑⠥⠭ ⠉⠕⠝⠞⠊⠝⠥⠑⠗⠲ "

Les cliquetis de ce Theorem semblaient incompréhensibles pour Engar, mais Theo acquiesça doucement avant de se tourner vers l'humain.

"Il est ici. L'usine ne tourne plus. S'il sabote quelque chose c'est dans cet endroit. Je pense sérieusement qu'on a trouvé la meilleure piste. La Fabrique est immense... Mais en remontant les chaînes de fabrication, on devrait trouver la zone cauchemardesque qui pourris mon esprit. Engar, vu qu'il est inspiré de toi, que ferais-tu ?"
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Sam 26 Avr 2014, 15:18

Alors que nous arrivions au niveau de la montagne je dus m'avouer soulagé n'être "que" dans un esprit et non pas devoir gravir les lieux avec mon corps physique. Certes une route était plus ou moins aménagée et Theorem ouvrait la marche, mais de par mes origines je connaissais particulièrement les difficultés qu'il y avait à l'escalade d'un tel glacier, et si je connaissais les meilleures manières de le faire nous n'avions pas le temps de nous y attarder. Il me fallut donc me focaliser sur le fait que je n’étais ici qu'en songe pour éviter tant que possible de ressentir les sensations physiques, et surtout me focaliser sur le plus importants, un pieds devant l'autre, en dépit de la neige crissant sous nos pas et de la glace qui manquait de nous faire déraper à chaque instant. Qui plus est je ne fus pas réellement rassuré quand je vis à nouveau des représentations de hyènes, lié au milieu dans lequel nous étions, nous entourés, courir à nos côtés, alors que le moindre dérapage serait des plus lourds en conséquences. Néanmoins ils s'avérèrent bien moins agressif que leurs congénères de flamme, se contentant de nous observer avec leurs yeux étranges. Ce n’était pas plus agréable mais au moins n'avais je pas à me préoccuper d'un éventuel assaut.

D'autant plus que j'eus au final d’autres sujet de préoccupation... Comme cette bâtisse nichée dans cet enfer de glace qui ne ressemblait à rien à ce que j’avais pu voir auparavant et cela ne me rassurait guère. Ça ne ressemble même pas à un édifice orientale, comme affectionnait Theorem, et encore moins à tout ceux auxquels j'étais familier. S'agissait t-il là d’une culture qui m'était entièrement inconnue ? Des vestiges d'une race admirée par Theorem, mais dont j'ignorais l'existence. Alors que l'haïena prenait la parole j’effleurai des doigts. C’était une sorte de pierre étrange que je ne reconnaissais nullement, l'altération causée par le givre ne m'y aidant nullement par ailleurs. Mon compagnon parlait d'une fabrique, c'était donc ici qu'était créer ses rêves et ses espoirs, mais ce battement ne ressemblait pourtant nullement à une forge ou un quelconque lieu d'artisanat... Un peu perdu je le suivis, regardant les portes de métal avant d'apercevoir l’étrange monstre de métal, au rôle probable de surveillant vu le nombre d'yeux qu'il possédait.

Je songeais brièvement qu'il était le pendant d'Aldivit Verat, mais son manque de ressemblante avec le maître des lieux me convainquit que ce n'était nullement le cas, je regardais par ailleurs ce dernier alors qu'il se dirigeait dans la direction qui lui était indiqué, et je vis ainsi son inquiétude avant d'en apercevoir la cause...Et cette dernière persista à me déboussoler. En quoi ce lieu était une fabrique ? Je ne voyais là nul outil et ce qui semblait être créer n'avait pas de sens. Je voulais bien que l'espoir soit une notion abstraite mais tout de même...Et alors que je m'étais attendu à voir des slimes noirs œuvre il n'en était rien, seuls des étranges membre s'agitaient, semblable à ceux de golem que possédait Theorem, et encore pas tous.

"Bon sang mais qu'est ce que ces que ces choses... Ce sont des fragments de golem ?"

Et alors que je posais cette question un être entièrement constitué de cet étrange matériaux s'avança vers nous, en dépit de son visage absent je reconnus la silhouette de Theorem et espérait justement quelques explications de la part de ce nouvel arrivant... Et j’allais lui adresser la parole quand il commença à faire du bruit... Oui, juste du bruit, pas de propos, pas de mots articulés ,ou même des râles, juste des cliquetis étranges. Je me massais alors le front en poussant un long soupir un peu à bout de nerfs à l'égard des étrangetés de ce lieu, mais heureusement Theorem m'en offrit une traduction que je ne m'expliquais pas, moi même lui déodorant d'une voix bougonne.

"Faudra que tu me fasses une leçon pour comprendre les bonhommes en métal noir bizarres."

Et après cette petite plainte exagérée je lui adressais un large sourire. avec sa question il me parlait réellement là e me permit d’oublier un peu la bizarrerie des lieux, mais justement cette dernière allait avoir une influence sur ma réponse et il me fallut une poignée de secondes avant d'arriver à une conclusion, annoncée d'une voix un peu enjouée.

"S'il est inspiré entièrement de moi et pas seulement de pulsions primais et brutales...eh bien voilà ce que je ferai. je ne suis pas sur mon territoire, seul, au cœur d'une battisse dont j'ignore tout face, à un ennemi en surnombre. en premier lieu j'aurai pris le temps de comprendre le fonctionnement basique de ce lieu ses forces et ces faiblesses. Ensuite j'aurai saboté une de ces chaînes, comme tu le s appelles, afin d'attirer l'attention. Bien sûr je me rendrai ailleurs et de là j'essayerai d'atteindre une zone plus fragile ou à partir de laquelle je peux tout détruire... ou tout corrompre dans son cas, soit le plus probablement... Le cœur de ta fabrique, ce qui me parait probable vu le nombre de chaînes inactives."

Je m'avançais alors le long d'une chaîne, l'air songeur, effleurant doucement la surface de la chose puis une des étranges créations, avant de poursuivre d'une voix un peu plus grave.

"Et comme je connais mal les lieux malgré ma surveillance et que je ne sais pas dans quelle mesure les gardes me connaissent, je serait remonté le long d'une de ces chaînes afin d'être certain de rejoindre la source... Y en a t-il une communes à toutes les chaînes ? Dans ce cas il faut nous y rendre au plus vite...Et comme je connais mal les lieux je te laisse nous mener au chemin le plus rapide Theorem !"


Je me demandais si pour cela il faudrait prendre le même chemin que celui que j'avais évoqué, mais j'en doutais, car cette voie n'avait été prévue pour qu'un humain s'y déplace, mais savait on jamais...Et au final je dégainais une de mes lames, tant pour m'en servir plus tard que pour poser une question qui me taraudait l'esprit, regardant tour à tour la chaîne reliant mes lames et celles "de fabrication", lâchant d'une voix interloquée.

"Et quel rapport entre ces deux chaînes pour qu'on les nommes pareilles ?"
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Sam 03 Mai 2014, 12:01

L'endroit qui reliait toutes ces chaînes... Voila donc qu'Engar voulait voir l'origine des espoirs de Theorem. C'était un lieu très intime et secret, il était donc très sensible qu'un humain ne le voit et la sécurité de l'endroit allait être à son maximum ici. Angoissé par le fait de se dévoiler autant à quelqu'un capable de l'attaquer fit momentanément perdre de sa luminosité à l'endroit avant que ça ne se rallume, la lumière devenant vacillante et clignotante avant de reprendre une lumière convenable. XR 371-N posa sa main sur l'épaule de Theorem comme pour l'encourager, faisant clignoter de nouveaux ses lumières dans un ordre précis et complexe, délivrant un nouveau bruit blanc brouillé et incompréhensible, une soupe de dialogue aux fréquences basses et malaxés.

"⠨⠚⠑ ⠎⠥⠊⠎ ⠉⠑⠗⠞⠁⠊⠝ ⠟⠥⠑ ⠉⠑⠞ ⠓⠥⠍⠁⠊⠝ ⠎⠁⠥⠗⠁ ⠎⠑ ⠞⠁⠊⠗⠑⠂ ⠍⠁⠊⠎ ⠊⠇ ⠞⠑ ⠙⠑⠧⠗⠁ ⠟⠥⠑⠇⠟⠥⠑ ⠉⠓⠕⠎⠑⠲ ⠨⠇⠁ ⠛⠗⠁⠊⠝⠑ ⠙⠕⠊⠞ ⠣⠞⠗⠑ ⠙⠿⠞⠗⠥⠊⠞⠑⠲ . . . "

Theorem acquiesça doucement avant de relever les yeux vers Engar qui s'interrogeait plus sur le lien entre chaîne de fabrication et chaîne de métal. Dur d'expliquer qu'il était plus simple d'opérer la même action répétitive sur un objet en le passant d'étapes à étapes, jusqu'à sa fabrication totale. Ainsi plusieurs objets pouvaient être fait ensemble et pas juste un à la fois.

"Fort bien... Je vais t'emmener à l'Origine des Espoirs... Mais je dois te prév..."

Le banneret s'arrêta brusquement, regardant dans les airs. Mais ce ne fut pas juste lui. Adin et XR 371-N firent de même. Les projections mentales de Theo levèrent également ce qu'il leur servait de visage vers une seule direction. Un choc puissant ce fit entendre alors qu'une trape au plafond fut ouverte. Le ciel crépusculaire de l'extérieur fut visible jusqu'à ce qu'une masse imposante ne pénètre cet endroit, retombant alors brutalement devant eux, croisant les bras.

"Theo, la Graine ne peut pas s'être enfoncée jusqu'à tes origines... Mais y aller la conduira jusqu'à elles. Elle contaminera la source de tes espoirs et la peur te paralysera. Cet humain est à l'origine de tes tracas et tu veux l'écouter ?"

Dans l'esprit de Theorem, l'avatar d'Ishtar rayonnait d'une puissante énergie... Une déesse vivante semblait fouler son esprit. Sa beauté surnaturelle subjuguait tous les sens et même Engar devait ressentir la puissance et l'importance de son corps ici. Pour autant, elle ne fit que constater des choses, arrêtant d'être spectatrice.

"J'ai trouvé vos deux corps par terre et je vous ait conduit dans notre chambre. Je me suis connecté à ton esprit et vous ait rejoint."

L'explication était faite et Ishtar regarda les chaînes de fabrication avant de soupirer. Mais son regard se fit encore plus dur en regardant Engar, comme si elle l'accusait des pires maux qu'il avait accomplis dans l'esprit de Theorem. En plus il aurait commis une grave erreur qu'elle n'aurait pas pardonné.


"Ishtar... Il n'est pas totalement fautif, il souhaite aider..."
"Il te conduira à ta perte. Cet humain fait du mal à tout ceux qu'il connait. Il fait souffrir quiconque croise sa route. Je ne le laisserait pas faire, tu es trop important pour moi."
"Dans ce cas, il faut trouver une autre solution... Engar, nous n'allons pas remonter aux Origines de l'Espoir, c'est trop bien gardé et je le saurait déjà s'il y était. En clair, il est peut être dans l'usine, ou là, en train de nous regarder..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Dim 04 Mai 2014, 11:52

... Les difficultés qu'eut l'éclairage à retrouver une allure ordinaire ne m'échappa pas, bien que je n'en compris pas les raisons. S'agissait il là d'une des conséquences de la présence de la graine, ignorant tout des règles affectant la conscience de l'haïena, après tout peut être s'agissait il là d'un événement normal...Et ce n'étaient pas les sons incompréhensibles émis par la machine qui allaient m'aider ! Enfin au moins Theorem me répondit il rapidement. J'acquiesçai à ses propos, attendant néanmoins sa précision, quand soudainement tout les éléments de cette conscience, sauf moi même levèrent les yeux au ciel. Je ne tardais pas à les imiter, assistant à l'ouverture d'une trappe. Rien de bien étonnant par ailleurs, ce qui me fit soulever un sourcil... Avant que je ne grimace franchement en reconnaissant la silhouette qui apparut. Bien évidemment sublimée dans l'esprit de Theorem, je pouvais sentir sa puissance qui irradiait, mais ce n'était pas pour autant que je dissimulais l'irritation que j'éprouvais à son intervention, la reconnaissant.

Ishtar, la dragonne qui m'avait accueillit avec tant dégressivité lors de mon arrivée. Inutile de me demander ce qu'elle faisait là, au vu de son lien avec Theorem il était évident qu'elle venait pour l'aider mais cela ne me plaisait guère. Oh bien sûr avec elle nous étions certains de venir à bout de la graine, surtout au vu de la puissance qu'elle manifestant dans l'esprit de l'haïena, mais l’agressivité qu'elle éprouvait à mon égard n'était que des plus déplacés et surtout ruiné les efforts que j'avais bâti jusque là, m'arrachant un soupir exaspéré, alors qu'elle nous expliquait comment elle nous avait rejoint.

Oh Theorem tenta bien de prendre ma défense, mais Ishtar l'écrasait de sa présence, il suffisait de voir la manière qu'elle avait d'être représenté, telle une divinité, qui avait sas doute plus d'emprise sur son esprit que lui même, un rapport qui à vrai dire me répugnait presque, secouant finalement la tête face aux dires de Theorem, avant de soutenir le regard haineux d'Ishtar, et finir par répondre.

"Ishtar... Décidément, il est clair que tu n'as jamais lutté sur un plan spirituel contre quelqu'un, car ton manque de subtilité pour le coup dépasse de loin le mien. Tu me hais très bien, tu veux te venger, bien... Mais ce n'est pas en me dépeignant tel un monstre au cœur même de sa conscience que tu vas aider Theorem, au contraire... Tu es importante pour lui je le sens, et la graine est parce qu'il a peur de moi, or qu'est ce qui va advenir si cette peur est exacerbé par les mots de quelqu'un de plus puissants... La graine va croître et devenir plus fort. Je ne suis peut être pas subtil, mais une des raisons pour lesquelles on m'appelle le porte haine et que je sais ravaler ma hargne quand il le faut. Je me prends rarement comme modèle, mais là tu devrais prendre exemple."

Je me détordais alors d'elle m'avançant à nouveau le long des chaines, regardant une des curieuses choses fabriquées par l'usine, me demandant bien quel espoir il pouvait symboliser... Avant de reprendre.

"Quant au fait de faire souffrir ceux que je croise... Je n'ai pas envie de répéter ce que je vous ai déjà dit, mais permettez moi juste de vous demander. La lamia dont j'ai permis la résurrection en acceptant de mourir a t-elle souffert d'avoir croisé ma route ? La souffrance que Felina a éprouvé en apprenant la mort de son frère n'était elle pas moindre que celle qu'elle aurait eu en apprenant que je me suis contenté de le regarder mourir, agoniser, sous prétexte d'être miséricordieux ? Non plutôt... Mettez vous à sa place, imaginez que ce soit un être qui vous soit cher à la place de son frère, et dites moi ce que vous auriez préféré entre les deux alternatives... Et je précise qu'il n'y en avait pas d'autres."

Finalement je me retournais vers eux scrutant les alentours, sans y trouver la graine bien sûr, comme je l'avais escompté, poursuivant.

"A voir l'attitude dont Theorem à fait preuve face à moi dans la réalité, l'arrête de la plupart de ces "chaines" commence déjà à le paralyser et si nous le laissons faire le résultat sera au final le même que si on le menait à la source. Or ce que tu crains en moi c'est le fiat que je n’hésiterai pas à tout mettre, y compris moi même, en danger pour atteindre mon but, et que tu oublies que je peux être raisonnable... Pour autant tu me crains aussi car je sais être intelligent, on n'a pas peur d'un idiot de toute manière, alors je vais te dire maintenant ce que je ferai si je me faisais de tout ce qui me différencie de ce que tu crains en moi. Je me cacherai alors que vous me chercherez en vain, arrêtant une à une les chaînes, et vous évitant soigneusement. Oh il nous a peut être aperçu, mais il ne s'attardera pas. Moi même je n'aurai pas engagé le combat face à deux individus de mon niveau, alors je ne m'approcherai même pas d'eux s'il s'y ajoutait une personne qui pourrait me faire ravaler toutes mes dents d'un simple coup de poing. Ou la seule raison pour laquelle je m'exposerai ce serait l'espoir de prendre de vitesse mes ennemis en atteignant un point crucial."

Moi même dans la situation inverse c'était exactement ce que je ferai si ma raison ne me retenait pas et ne m'imposait pas la prudence...

"Je me connais Theorem, nous n'allons pas mettre la main sur lui, ou alors il sera trop tard... Il est devenu une part de ton esprit et va pouvoir se cacher comme il veut. Nous devons l'encourager à être certain de pouvoir t’atteindre, soit donc à cette origine, et le confronter là bas, sans quoi nous pourrions aussi bien chercher des heures durant et ne rien trouver... Et avant que vous ne disiez quoi que ce soit Ishtar, que vous me blâmiez de vouloir tuer cet être si cher pour vous... Eh bien laissez moi vous rappeler que vous n'avez pas hésité une seconde à faire preuve d'une stratégie similaire en laissant votre père arriver à la salle du trône, risquer de tuer Oni Ni Kanabo, afin de pouvoir prendre votre revanche."

Je me doutais bien qu'ils ne seraient pas de mon avis, mais si Theorem m’avait fait venir c'était parce que je me connaissais mieux que quiconque, et surtout mieux qu'Ishtar...à laquelle je finis par dire, grommelant.

"Et merci d'avoir déplacé les corps, ça m'aurait irrité de me réveiller courbaturé."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Mar 06 Mai 2014, 10:41

Ishtar ne fit rien et ne dit rien. Mais au fur et à mesure qu'Engar parlait, la marque blanche apparaissait sur son visage avec de plus en plus de précision, jusqu'à briller presque tellement elle ravalait sa colère contre cet humain. Engar lui sortait viscéralement par les yeux, c'était dire. Heureusement que Theo lui avait demandé de ne pas lui faire de mal, car là elle ne savait pas ce qui le retenait de l'étrangler avec ses propres intestins, ou de lui faire bouffer son foie. La haine et la colère fleurissait dans son âme comme si elle n'était plus que ça. Dans ce plan spirituel, c'est comme si l'atmosphère autour d'Ishtar émanait une lueur mauvaise. Elle s'approcha plus près de l'humain, sa respiration forte et puissante avant qu'elle ne se mette dans un mutisme proche d'une réflexion, d'un dilemme. Theo se remettrait de la mort d'Engar ?... Car si l'humain mourrait, la graine ne serait plus alimentée... Voila une solution rapide que la dragonne favorisait à cette incursion dans l'âme de Theo qui le ramènerait aux origines de ses espoirs. La dragonne leva la main avant de la serrer brutalement dans les airs, faisant grincer son gant de cuir.

"Mon cher Engar, ne trouvez plus rien à dire à l'instant. Contentez-vous de défaire ce que vous avez fait à mon compagnon et si un jour... il vous prenait la maladresse d'affliger d'autres désarrois de ce genre... ou même de me tutoyer à nouveau..."

Elle s'approcha plus près avant de lui faire un sourire carnassier qui faisait froid dans le dos, même à Engar.

"Je vous arrache vos putains de poumons pour vous les foutre sur la gueule comme les oreilles d'un lapin."

Ishtar tenait ses promesses. C'était indubitable. Elle avait promis un jour à un homme que si sa main effleurait de nouveau son corps, il ne toucherait plus jamais rien de sa vie. Il n'eut pas le temps de sentir la froideur de son sabre que sa main était au sol. C'est amusant comme des fois les humains se sentent obligés de rajouter quelque chose comme pour asseoir leur volonté. Il était quasi certains qu'Engar ne mesurerait pas la menace et rajouterais un "Tu me fais pas peur" histoire de marquer le coup... Mais Theorem fit un regard qui voulu tout dire à l'humain. S'il mouftait quelque chose... Il ferait mieux de se mordre la langue.


"Très bien, très bien, calmez-vous... Nous allons aller à l'Origine de l'Espoir. Suivez-moi."

Il fit signe de les suivre dans les méandres de cette usine qui travaillait à concevoir des éléments, des pièces qui allaient assembler une plus grande machines à partir d'autres éléments. Remonter ces chaînes les conduisirent jusqu'à une zone beaucoup plus sécurisée. Les gardes se firent plus nombreux, plus massifs... Des golems imposants fait de glace, ayant plusieurs yeux de manière à ne pas rater le moindre adversaire. Le petit groupe fut observé longuement jusqu'à ce que XR 371-N ne fasse clignoter ses yeux jusqu'à ce que les gardes ne répondent en clignotant à leur tour, se détournant de eux deux. Une gigantesque porte commença à se déverrouiller dans un puzzle complexe qui demanda à écarter 11 pièces d'un hendécagone compliqué. Finalement la porte s'ouvrit à la manière d'un disque en pierre se décalant sur la droite à la manière d'un engrenage. Theorem entra le premier dans cette pièce sécurisée... s'arrêtant devant un objet lumineux en suspension dans les airs... Un bouclier de type écu, flottant accompagné d'une épée dans son fourreau. Les armoiries gravée dans le bouclier étaient celles de son paternel, donc la figure fantomatique flottait avec imprécision autour. Les murs étaient recouverts de mots, de phrases... Toutes prononcés un jours par son père. Des conseils, des valeurs, des préceptes de justice et d'ordre.

"Ils n'existent plus qu'ici... Intouché... Immuable... Inductible... Il est tout ce qu'il reste de ce moment où mon père me laissait le toucher, ce symbole de justice et d'ordre. Tous mes espoirs viennent de ce moment..."

Theorem sembla silencieux un moment, caressant le bouclier du bout des doigts avant de regarder autour, s'assurant qu'il était dans un état parfait. Parfait, voila ce qui collait très bien comme description à cette arme. Le Banneret l'avait revu dans la vrais vie quand il avait affronté son stalfoss de père, après avoir trouvé son écu tout rouillé et abandonné... Il avait gardé cette image dans son esprit, à la rayure près. Un tel effort de mémoire et de précision était terrifiant et admirable.


"La Graine ne l'a pas corrompus."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Mar 06 Mai 2014, 16:14

La hargne émanant d'Ishtar ne m'échappa guère, mais je ne lui adressais qu'une attention "polie". Même dans la conscience de Theorem la marque blanche qui trahissait sa colère apparaissait, néanmoins et en dépit de sa réputation je ne songeais pas un instant qu'elle lèverait la main sur moi. Certes m'éliminer pourrait paraître être une bonne solution à première vue, mais pour l'avoir déjà testé j'avais appris qu'éliminer un individu à l'origine du peur ne suffisait pas à effacer cette dernière. L'effroi était un sentiment bien trop fourbe pour cela ! Et malgré tout ce pourquoi je pouvais la blâmer, la dragonne était assez maligne pour le comprendre. Ainsi je me permettais d'afficher une relative confiance alors qu'elle levait son poing et me menaçait...Et il me fallut faire bien des efforts pour me retenir de sourire d'amusement. Qu'espérait elle ? Si j’étais parvenu à effrayer à cep oint Theorem ce n'est clairement pas parce que je me laisse intimider par de telles manœuvre. Des démons m'avaient déjà adressés ce sourire, et m'avaient fait des menaces bien pire que celle ci, qui était presque comique à vrai dire.

Pour autant , comme je l’avais dit j'avais conscience de la puissance de la dragonne et n'allait pas la défier, Theorem n'avait pas besoin à m’enjoindre de le faire... Mais pour autant je ne m'écraserai pas tel un chien simplement parce qu'une créature que j'abhorrai me menaçait ! Alors certes je ne la défierai pas ouvertement, mais en même temps je ne me priverai pas d'agir comme je l'entendais. Heureusement Theorem désamorça la situation en se joignant à mon opinion, m'amenant à hocher doucement la tête dans sa direction avant de lui emboîter le pas, et nous enfoncer au plus profond de la bâtisse, se faisant je gardais un œil sur la dragonne, prêt à réagir au moindre coup fourré. Un exercice difficile car mon regard était fréquemment attiré par les gardiens de la route que nous empruntions, constitué de glace et au regard similaire à celui des hyènes du glacier. Je savais n'avoir rien à craindre d'eux, mais je sentais leur regard posé sur moi, du moins jusqu'à ce qu'ils détournent entièrement leur attention de nous.

Peu après nous arrivâmes devant une porte qui s’ouvrit à notre arrivée, reconnaissant la figure favorite de Theorem dans son ouverture, et nous dévoilant la source des espoirs de l'haïena... Je mis malgré moi un certain temps à la reconnaître. Les armes de son père. Certes il avait attaqué le donjon à l'aide d'une hallebarde, mais comme tout chevalier il possédait son écu et sa lame. C'était eux que son fils avait en son esprit. On pouvait par ailleurs voir la figure de son père disparu, et un simple coups d’œil sur le côté me permit de voir les mots gravés aux mures, des préceptes de chevalerie... Une salle qu'il était des plus curieuse de trouver dans une bâtisse, mais il était vrai que l'esprit d'un individu n'était pas forcément rationnel... Je laissais Theorem s'abandonner à ses songes, comprenant parfaitement quelle était la valeur de ce souvenir encore intact. A la voir, cette arme immaculée, la précision qu'il donna quant à ce que la graine n'avait pas fait me parut vaine...

Mais cet instant de paix ne dura guère, un sifflement familier me parvenant, celle de ma lame fendant l'air... Sauf que ces dernières étaient entre mes mains ! Je me retournais alors brusquement , entrapercevais l'ombre, et dans un tintement, ma lame frappa le projectile , le déviant... Mais au lieu de retomber au sol, elle fut ramenée vers son manipulateur... une ombre, avec ma stature, modulé de façon à imiter mon visage, aux yeux cruels et au sourire carnassier que j'avais en me battant...Et pire encore. Voilà quelle était la graine, un reflet de mon être en ce qu'il avait de plus sombre, ajouté à une touche d'ignorance et de méconnaissance... Et en me voyant son sourire s'élargit encore, inhumain, tandis qu'il faisait tournoyer la lame qu'il avait déjà projeter vers ce bouclier, ce symbole de pureté, pour le corrompre.

Autour de cette graine la lumière semblait disparaître, près de lui les mots gravés sur les murs semblaient s’éroder, s'effacer, son influence commençant à se faire ressentir... Il ne fallait pas tarder à agir mais avant cela je posais ma main sur l'épaule de Theorem, un léger sourire aux lèvres, lui soufflant.

"Ces armes que tu as si peur qu'il corrompe... Si tu penses pouvoir lui faire face saisis les et bas toi avec pour le triompher. Tu l'as dit toi même, si tu as perdu c'était parce que tes espoirs n’étaient pas assez puissants...mais l'espoir n'est que ce que l'on en fait. Cependant je sais que ce n'est pas si facile, alors... Je vais te montrer que j'avais raison en prétendant qu'une ombre peut en dévorer une autre !"

Je lui adressais un sourire complice avant de le relâcher, l'ombre ne bougeait pas, elle me fixait, semblant attendre et sachant pertinemment qu'agir maintenant ne lui apporterait rien. Mon regard sep osa ensuite sur Ishtar.

"Protégez le...Et aidez du mieux que vous le pouvez."

Elle pouvait tenter de prendre part au combat contre l'ombre, mais elle n'avait rien à faire avec elle, n'était ni sa source ni sa proie. Elle pourrait la détruire, mais le gain en serait bien moindre... Je me devais de prouver que je valais mieux que ce dont Theorem avait peur en moi. Cette ombre continuait à faire tournoyer une de ses lames de noirceur, gardant l'autre en garde alors que mes armes étaient dirigées vers le sol, me rapprochant de lui. Je me demandais comment il était passé à travers tout les gardiens, mais au final cette question n’avait pas d’importance, la seule chose qui comptait était de l'éliminer... Et lors que nous n'étions qu'à trois mètres l'un de l'autre je me mis enfin en garde. Une lame au niveau du torse, pointée sur sa gorge, l'autre au dessus de ma tête... Et son rire résonna alors, abject, raidement suivies par une voix des plus aiguës, similaire à celle de mon démon.

"Ahaha... Pourquoi me faites vous face "père" ? Pourquoi m'empêchez vous d'accomplir ma tâche ? Voulez vous vraiment me détruire ? Pourtant sans moi vous ne seriez rien de plus qu'un loque... Cette goule vous crainte pour votre haine, votre absence de remords, votre absence d'hésitation, mais sans elles, sans moi, vous ne seriez rien de plus qu'n fou."

Elle écarta alors les bras et ses ombres s'étendirent, des fresques recouvrant les mots sur les murs, r présentant des scènes de ma vie. le souvenir d'une guerre, me représentant tenant dans mes bras un jeune homme aux jambes arraché, puis un autre où je me tenais sur un tas de corps assis, un démon me faisant face... Et tant d'autres

"Quand le jeune Wilfred que tu protégeais a eu ses jambes arrachés sous tes yeux par une charge de poudre lâchés par les démon ailés ! Quand tu as dû rester deux jours, blessé, sous les corps de te s camarades à manger leur chair à boire leur sang, avant de pouvoir tuer le démon responsable de cela, quand tu as été incapable de défendre la petit Eloïse et que tu as vu tes frères d'armes massacrés... Toutes ces guerres, tout ces vies que tu as ôtés et ces amis que tu as perdus et tout cette démence... Tu la connais bien, cette folie et ce traumatisme du soldat que tu as vu dans tant de regards mais qui a toujours épargnés le tien grâce à moi... Encore grâce à moi que n'es pas devenu dément suite aux visions que t'as imposé ton démon... Si peu reconnaissant alors que je t'ai tant sauvé même lorsque..."

Je vis une nouvelle fresque apparaître, montrant tout Bradford une porte que je ne reconnus que trop bien... Mais avant qu'il ne l'achève, montre le reste de ce passé, je lançais une de mes lames droit sur lui, le déconcentrant, interrompant la progression des fresques, puis entraînant leur régression.

"Tu n'es pas moi...Tu n'es même pas une part de moi, tu en es simplement un vulgaire projection que je n'ai pas voulu."

Bien sûr il n'eut aucun mal à la dévier, et me trouvant avec une lame en moins il tenta d'en profiter, me rendant la pareille...Seulement je connaissais tout ce dont il était capable, alors que lui s'il connaissait toutes ma sauvagerie et ma brutalité, ignorait le reste de moi.

"Bats toi pour tes valeurs..."

Je déviais ainsi son coup également ,m ais ne me contentai pas de cela,, alors qu'il s'élançait vers moi pour profiter de l'ouverture que j’avais laissé, je saisissais les maillons rattaché à la lame que je venais de dévier et tirer brutalement dessus, le déséquilibrant.

"Lutte pour tes amis..."

J'avais déjà été dans la même situation que lui et je savais comment il allait agir, comment j'avais agis alors, avec succès d'ailleurs, mais je savais aussi comment le contrer. Dans son déséquilibre il prit appui et bondit sur moi tentant de me mordre à la gorge.

"Nul mort ne doit être gratuite, pas même la tienne."

C'était un coup inentendu de la part d'un humain, sauf pour moi. Ainsi avant qu'il ne m'atteigne je relâchais sa chaîne et relever le bras, lui assénant un violent coup de pommeau à l'endroit où devait se situer la mâchoire, le faisant tituber et lui arrachant un grognement.

"Si tu fais souffrir autrui sois toi même prêt à accepter sans rancœur toutes ces souffrance que tu subiras."

Je lui décochais alors un brusque coup de pieds qui le fit reculer et tituber, j'aurai pu en finir ici et maintenant, mais je devais laisser à Theorem sa chance, je devais laisser à la lumière sa chance de dissiper les ténèbres, avant de les dévorer... Je commençais alors à tourner lentement autour de lui, ayant repris mes deux lames en main, prêt à agir...

"Et enfin, fais ce qui est juste pour toi, même si cela doit couvrir ton nom d'opprobre, et n'en éprouve jamais de remords, même si pour cela tu deviens un monstre..."

Je mettais alors mes lames l'une contre l'autre devant mon visage comme pour en forme une seule, en une posture de chevalier, imitant malgré moi celui qui avait mis ces mots sur ce que j’étais, une part de ce souvenir dont j’avais pourtant empêché la représentation sur le s murs de l'esprit de Theorem... L'ombre ne compensait visiblement pas pourquoi je disais cela, mais ses mots étaient adressés à moi même ainsi qu'à mon ami vers lequel je me retournais pour savoir où il en était... Mais ce furent les murs qui y répondirent les premiers. Certains de ces préceptes le père de Theorem les lui avait enseignés, et ils s'illuminaient après que je les ai évoqués, une lumière telle qu'elle semblait même capable de détruire les ombres qui entouraient la graine, qui la composaient.

Cette lumière qui m’empêchait moi même d'être juste une parcelle de ténèbres... Mais qui ne suffisait pas poru retenir le sourrie canrnassier que j'adressais à l'ombre.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Mer 07 Mai 2014, 11:07

Theorem l'avait su, tout comme Ishtar... La graine attendait que la grande porte lui soit ouverte pour s'attaquer aux objets incarnant son espoir. Aussitôt qu'Engar s'attaqua à cette version corrompue de lui-même, le Haiena put voir des parties du passé de l'humain. Aucun doute là dessus, il y avait bien un passé parsemé de cadavres et d'horreurs. Mais pour autant, Engar voulu prendre les devant et défaire ce qu'il était dans la conscience du Banneret. Ishtar dégaina son sabre en quelques micro-secondes, se préparant à l'assaut. De même que les golems présents eurent leurs nombreux yeux passer au rouge carmin comme des alarmes, brillants et inquiétants. La violence qu'ils allaient déployer serait d'une puissance comparable à une armada sans fin, même Ishtar se prépara à l'affronter avant que Theorem ne lève la main, attirant l'attention de tout ses golems et d'Ishtar à côté de lui.

"Non... C'est à moi de l'affronter."

Montant sur le piédestal de granite sous les armes, il fit face à la Graine retenue par Engar. Prenant soudainement le bouclier et l'épée qui se positionnèrent silencieusement pour être empoignées, Theorem garda les yeux clos alors que les mots gravés dans la pièce s'illuminèrent tous en même temps. Le tout commença à se concentrer autour de l'Haiena, gravitant autour de lui comme une bourrasque de neige de lumière alors que la voix du Banneret s’éleva, souligné par une voix plus mature et plus masculine qui parlait en même temps que lui.

"Macte, Nova Virtute, Puer, Sic Itur Ad Astra !"
"Macte, Nova Virtute, Puer, Sic Itur Ad Astra !"


Le flash lumineux qui s'en suivit rayonna si fort que même la Graine dût reculer face à une telle aura. L'ombre paternelle dans la pièce se changea en lumière et brilla autour de Theorem, le laissant apparaître dans son armure de plates complète de chevalier. Ses pas lourds alors qu'il descendait du piédestal firent presque trembler le sol alors qu'il se mit en garde, arqué, bouclier levé et en face, épée en retrait et droite... La posture des chevaliers. Sa charge fut brutale et soudaine, souligné d'un cri de guerre assourdissant et résonnant dans les murs, frappant du bouclier dans le ventre de son adversaire. Le choc était si violent, si soudain, qu'il envoya le faux Engar plusieurs mètres en arrière, traversant plusieurs murs avant de s'écraser devant l'entrée de l'usine.

"A cane non magno sæpe tenetur aper."
"A cane non magno sæpe tenetur aper."

Theorem était déjà devant la graine, en transe combative, son père idéalisé vivant à travers lui. Il se replaça en garde, prêt à repousser son adversaire jusque dans l'océan de son subconscient, qu'il se noie et disparaisse dans l'effervescence de l'imaginaire. Malgré la nuit extérieure qui semblait prévenir de la puissance de la Graine, la lueur du soleil n'avait pas disparue et semblait prendre encore plus de présence.

"Ad metum, et facta est lux !"
"Ad metum, et facta est lux !"
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Jeu 08 Mai 2014, 13:27

Je n’étais nullement épuisé par cette passe d'arme, mais pour autant j'y imposait une pause que je faisais quelque peu durer, tutoyant mon ombre du regard, avant que ce dernier ne glisse vers Theorem, le voyant alors empoigner la source de son espoir... S'en servir telles des armes comme je le lui avais dit. Un sourire tendre se dessina alors sur mes lèvres, tandis que toute la pièce réagissait à la décision de l'haïena, tout les mots s'illuminant un par un, perçant les ombres établies par la graine qui poussa un hurlement de rage et de frustration. Sur le champs il se désintéressa de moi, et une fois encore projeta sa lame droit sur son véritable adversaire.... Mais bien que je lui faisais encore face, je ne fis rien pour l'en empêcher sachant pertinemment ce qui allait arrive, et un tintement le confirma, le voile tourbillonnant autour de mon ami repoussant la lame d'ombre tel un bouclier impénétrable. Mais le hurlement de hargne de l'ombre, qui pourtant semblait avoir fait tressaillir les murs, fut rapidement étouffés par la voix qui s'éleva, grave et puissante, différente de celle de l'haïena, tout en l'y reconnaissant, prononçant des paroles que je ne reconnaissais pas mais que je savais sacrées.

Et alors je m'écartai à petit pas, ne laissant absolument rien entre le chevalier qui venait de renaître et la graine de hargne et de peur qui l'avait menacé, leurs rôles de proies et de chasseurs venant à l’instant de s'inverser. J'avais atteint mon objectif, mais il restait encore à faire, mais pour l’instant, pour l'instant il fallait laisser le héros s'avancer... Et il le fit tout d'abord par un éclat de lumière qui arracha un râle à l’ombre, alors que toute trace de sa corruption s'effaçaient face à cette lueur, ne laissant que la pale copie qu'il était de moi, grognant de douleur et de rage. A vrai dire moi même avait du mal à soutenir cette lumière, peut être à cause de ma propre part d'ombre...Mais pour rien au monde je n'aurai alors détourné mon regard du spectacle resplendissant que m'offrait à cet instant à mon ami. Plus sûr que jamais, portant fièrement l’armure et les armes de son père, tel son digne héritier que je n’avais pu m'empêcher de chercher en lui.

Puis il chargea avec force et rapidité, prenant au pourvue l’ombre encore aux prises avec la lumière qui le blessait, et la puissance de son espoir prit toute son ampleur quand je pus voir la force qu'il était à même de déployer, bien loin de celle qu'il avait manifesté lors de notre propre combat. L'ombre fut ainsi violemment projeté par le choc, même expulsé de la bâtisse. Je me demandais brièvement si endommager ce bâtiment n'auraient pas de conséquences, mais un simple regard sur la conscience de mon ami me suffisait pour savoir que je n'avais pas à m'inquiéter de cela... Malgré la nuit naissante au dehors, le crépuscule n'avait pas dit son dernier mot.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'était impossible... Comment avait il trouvé un tel courage ? Lui qui n’avait été que son jouet durant tout ses jours, sa volonté s'érodant nuit après nuit... La lune était pourtant levée, malgré la présence persistante du soleil, alors pourquoi fallait il que cette créature trouve encore la force de lutter à cet instant. Il aurait juste fallu un peu... Ou bien en finir maintenant. A bien y penser c'était une occasion unique. tout ce qu'il avait fait avait pour but de meurtrir la conscience de l'haïena qui ne s’était juste là pas manifesté, mais désormais, toute armée et armurée qu'elle soit, lui faisait face...

Oh l'ombre n'était pas sotte, elle savait qu'elle ne pourrait rien face à un tel espoir ,de tels rêves, elle avait conscience de sa nature, aussi bien de ses forces que de ses faiblesses... Mais en dépit de l'aveuglement causée par la lumière et du choc causé par la charge de l'haïena elle savait quoi faire. Ainsi elle se releva alors que le chevalier lui faisant face, prêt à charger à nouveau, alors qu'autour de son corps se reformait à nouveau des ombres et qu'il se mettait en garde. Tout deux étaient sur un surplomb, un promontoire dominant l’inconscience et la graine avait conscience que son adversaire voulait l'y jeter...et il eut alors un rire sardonique.

"Ahaha... Petite proie qui se rebelle, tu crois pouvoir m’effacer... Mais on oublie jamais ses peurs, tu ne m’oublieras pas...Comme tu ne peux oublier les autres."

Il n'était pas seulement la peur que l'haïena avait d'Engar mais aussi toutes celle que l'humain avait ravivé, celle que le chevalier avait éprouvé avant son trépas, ou encore le remord qui l'avait étreinte pour avoir tué un jeune homme au sein du donjon...Et ainsi d'autres ombres, plus informes, mais indépendantes apparurent derrière le chevaliers, s'avançant vers la lumière, alors que la graine tentaient de se jeter sur lui, non pas pour le toucher avec ses lames, cela aurait été vain mais agripper à lui..Et chuter ensemble dans l'océan de l'inconscience dont il ne reviendrait pas. L'haïena ne pourrait pas repousser à la fois les ombres qui s'avançaient par derrière lui, lui renvoyant les horreurs de son passé, et face à lui même... Quand bien même il disparaîtrait, cela n'avait pas d'importance, il avait gagné !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mais une autre ombre survint, différente des autres. Elle n’était pas constituée d'une profonde noirceur, mais d'une étrange couleur carmine et sombre à la fois tel du sang séché qui paraissait se mouvoir et au cœur de laquelle luisait une lumière faible mais intense. Elle était bien plus consistante, pas seulement constitué de cette enveloppe, mais d'un corps qui au fil des mouvements de cet étrange aura qui se mouvait se dévoilait. Seul son visage était entièrement découvert.

C'était moi...

J'avais suivi Theorem peu après sa charge, traversant les murs qu'il avait détruit ,et je l’avais vu sur cet aplomb, prêt à en finir... Mais j’avais aussi vu de nouvelles menaces l'approchant et à les voir je savais que a conscience restreinte que j'étais alors ne pouvait suffire pour les repousser de l'haiena, l'empêchait de les meurtrir. Mais pourtant je m'élançais vers lui avec la conscience qu'il me fallait être entier. Entier dans ma déterminative, entier dans le horreurs que je pouvais connaître, entier en l'affection que je portais aux miens... Et je savais quelle était la forme que j’avais revêtu ,ce n'était pas la première fois, et c'était ce qui m’avait amené à m'appeler telle une ombre, j’étais l'image du porte-haine... Et une fois en ce nouvel avatar j'atteignais les ombres et les balayais en effectuant un assaut en arc de cercle, laissant ensuite mes pieds glisser légèrement sur le sol, et me retourner. Me retrouvant dos à dos avec Theorem... Son aura lumineux ne me meurtrissait guère, au contraire des ombres nées de ses peurs, les miennes, carmines, semblaient se mêler à la sa lumière sans la craindre tout en repoussant les ténèbres qui essayait de la meurtrir. Une forme horrifique, mais qui ne servait qu'à protéger ce qui devait l'être. Je le coupais ainsi de ses autres craintes que mon premier assaut n’avait fait que repousser, les ombres déchiquetées se reformant et s'approchant à nouveau de leur proies.

Mais il devait se jeter avant dans mes bras et je les repoussais avec hargne, mes lames les fendant et mon aura semblant comme les dévorer lorsqu'elle l'effleurait, l'ombre dévorant les siens...Et je lâchais alors, avec un large sourire.

"Finis en rapidement Theorem... Ou je risque l'indigestion !"

Je ricanais un peu, mais dans le fond j'avais peur. Je m'étais montré jusque là aussi humain que possible, aussi proche de ses préceptes que j'en étais capable, si ce n'était peut être avec Ishtar... Mais m'accepterait il sous ce qui était mon vrai jour, ce dernier ne raviverait il pas la graine qui l'avait juste là rongeait ?

C'était un pari risqué que je prenais là, mais je l'assumais, me remémorant une de ces phrases que je n’avais pu dire à l'ombre, mais que je connaissais et avait vu s’illuminer sur les murs et que je chuchotais doucement.

"Ne cache jamais qui tu es ..."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Ven 09 Mai 2014, 16:48

La Graine de la Peur essayait tant bien que mal à lutter contre les espoirs de Theorem, incarnés en une armure et des armes capables de pourfendre ses ténèbres. Le crépuscule du ciel semblait revenir en arrière alors que les peurs de Theorem l'attaquaient dans le dos. Cependant pour le coup, il n'était pas tout seul et Engar entreprit de les repousser, de les absorber... Le mal dont avait souffert Theorem était énorme et puissant, même pour un humain aussi habitué à ce genre de choses. Faute de pouvoir aider la Graine, ces peurs s'acharnèrent sur Engar, le repoussant vers l'océan à son tour. Si l'humain venait à tomber dans cette eau, son esprit se perdrait dans le subconscient et il ne reviendrait peut être plus jamais à la raison. Le sol sous les pieds d'Engar se fragilisa et toute une partie du glacier se désolidarisa pour couler dans l'océan. Mais une main ferme attrapa le poignet de l'humain avant qu'il ne tombe, les peurs accrochées à lui n'ayant pas la même chance tombèrent dans les profondeurs.

"Je ne veux pas que tu pollue les eaux de mon compagnon, ne te méprend pas."

Dit-elle sèchement en battant de nouveau ses grandes ailes, reprenant plus d'altitude. Ishtar faisait rarement des actes de bienveillance aussi gratuits, mais c'est surtout que les légendes racontées sur elle ne parlait pas de tout ce qu'elle faisait de positif. Oh il ne faut pas non plus confondre cela avec une machination de marchands visant à faire perdre du crédit à la dragonne en la dépeignant comme un monstre de cruauté... Non non, c'était sa volonté. La charité, même commise, ne doit pas s'ébruiter quand on compte des milliers de personnes qui veulent votre mort. Pourvu qu'ils vous respectent mais surtout qu'ils vous craignent... Ishtar déposa Engar sur une surface plus hospitalière jusqu'à voir Theorem attraper la gorge de la Graine qui se débattit vivement attrapé ainsi.


"Quo expleto, semen timoris. Inane appellas !"
"Quo expleto, semen timoris. Inane appellas !"

Armant son bouclier qui rayonna d'une lumière aveuglante, frappant de plein fouet le ventre du Faux Engar qui le propulsa avec violence dans les airs. Fusant dans les cieux, il pénétra dans l'eau de l'océan, le faisant s'évanouir dans les ténèbres de l'eau et disparaissant définitivement dans les eaux. Theorem resta un instant debout et immobile avant que son armure ne disparaisse dans un éclat lumineux, laissant ainsi son apparence habituelle revenir. Levant les yeux vers le crépuscule qui venait de reprendre sa place, telle une aube orangée, Theo exprima une plénitude et une expression sereine. Levant les yeux vers Ishtar et Engar, il acquiesça doucement.

"Il est temps de nous réveiller."

Dit-il doucement avant que tout ne devienne flou et imprécis... Le noir engouffra leurs avatars et quelques secondes après, ils ouvrirent les yeux, couchés sur le grand lit à baldaquin d'Ishtar, au sommier d'obsidienne noire et aux draps noirs et légèrement brillants. Ils avaient tous un contact physique vers Theorem et Ishtar se redressa lentement, se frottant les yeux.


"J'ai assez dormit pour un mois..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Sam 10 Mai 2014, 13:29

J'avais mené de nombreux affrontements dans mon propre inconscient, quitte à y amener les entités nuisant à autrui, mais rarement j'avais mené de telles luttes dans la conscience d'autrui,. Les peurs de Theorem était nombreuses intenses, et contrairement à une entité, tel un démon,les armes dont j'usais dans cette conscience ne leur faisait que peu d'effet, seul mon aura parvenant à les dévorer, mais je ne pouvais pas la contrôler ici et elle ne pouvait suffire à tous les repousser. Bien sûr j'aurai pu reculer, jouer sur la longueur pour les éliminer un à un tout en restant hors d'atteinte. Mais cela aurait signifié exposé Theorem, e de fait je devais tenir ma position, à n'importe quel prix. Ainsi malgré mes efforts elles progressèrent pas à pas vers moi, chaque seconde un peu plus proche malgré mes efforts, jusqu'à ce qu'une m'atteigne, suive d'une autre,puis rapidement de tous qui semblèrent s'agglutiner sur moi, me repoussant vers le vide, vers la mer de l’inconscience. Lutter ne faisait que repousser l'échéance, mais pourtant je persistais lâchant un petit rire à la fois cruel et satisfait quand j'en voyais une être détruite par mon aura carmine.

Pourtant je savais ce qui m'attendait si je tombais dans l’inconscience de Theorem, je ne pourrai plus me manifester dans son esprit, et il me serait des plus difficiles de m'en extirper, et quand bien même j'y arriverait il était fortement possible que j'y perde une grande part des mes facultés, emprisonné à jamais dans un esprit qui n'était pas le mien. J’avais une fois vu une personne qui avait subie cela ,ce regard vide,n ces paroles qu'il ne parvenait pas à finir et ces gestes hésitants... Un sort que je ne supporterai pas, et pourtant je ne manifestais nul peur. Cela aurait été concédé une nouvelle victoire aux rejeton de la graine, d’autant plus que je savais que je ne le faisais pas en vain, ma détermination couvrant toute velléités de peur... Et enfin la dernière raison de ma témérité était tout bonnement que j’avais une possible issue. D’ordinaire sortir d'un esprit nécessité soit l'accord de son propriétaire soit une longue période de clame, mais en cas de situation critique on pouvait essayer de s'y arracher de force. Une opération délicate, et pas sans conséquence. J'y avais déjà eu recours et je savais alors que ce qui m'attendrait seraient de violentes douleurs dans tout le corps et une disparition temporaire de la totalité de mes sens, mais au moins j'en sortirai indemne, au contraire des ombres que j'entraînerai avec moi dans ma chute, qui une fois ayant sombré dans les flots de l'inconscience ne pourront plus revenir... Néanmoins il y avait un mais, et de taille, le fait que je n'y arrivais pas toujours... Mais au moins je pouvais lutter, et cela suffisait pour persister !

Mes alors qu'une nouvelle ombre était dévorée par mon aura je sentis le sol céder sous mes pieds, la glace se fissurant brusquement pour plonger dans les ombres et entraîner toutes les ombres, mêmes celles qui n'étaient pas agrippées à moi vers les flots, celles accrochés à moi me lâchant alors. Volonté de Theorem? Réaction imprévue ? Phénomène physique transposée dans sa conscience ? Ça m'était impossible à savoir, mais si je voulais espérais m'en tirer je ne devais pas perdre une seconde. Ainsi je fermais les yeux et me concentrer pour essayer de m'arracher à l'esprit de l'haïena, rapidement je ressentis la douloureuse déchirure qui marquait le début du processus sans pour autant garantir sa réussite...Et qui disparut brusquement quand je sentis une main me saisir. Je rouvrais alors de surprise les yeux, surprise qui s'accrut quand je reconnus Ishtar. Je la fixais avec incompréhension et elle m'y répondit, m'arrachant au final un sourire. Sa justification ne tenait guère car si je pouvais agir sur la conscience je n’étais pas un être assez puissant pour influer en quoi que ce soit l’inconscience d'un être, quoiqu'il était vrai que ma disparition aurait pu le marquer, comme tout l’avait fait sa peur.

"Il semblerait déjà que je me sois mépris sur votre compte, alors je vais éviter de réitérer l'erreur."

Elle me ramena alors sur la terre ferme et effectivement je devais reconnaître mon erreur à son égard. je m'étais davantage attendu qu’en pareil situation elle se contente de d’observer la scène avec un cruel rictus, mais au lieu de cela elle m'avait littéralement tendue la main... Néanmoins je n m'attardais pas sur ce sujet, mon regard étant attiré par la fin de la confrontation entre Theorem et la graine. Cette dernière luttait tant qu'elle pouvait, se débattant sous la prise de l'haïena, mais en vain... Une dernière prière suivi d'un dernier coup l'acheva, le projetant dans les flots de l'inconscient pour ne jamais en ressortir.

A cet instant l'armure de Theorem disparut, l'espoir reprenant sans doute sa place initiale, et peu après le crépuscule resurgit, aussi puissant que mon ami paraissait serein. Un spectacle plaisant à voir... et je hochais alors la tête face à sa déclaration, sentant les premiers effets du transfert, fermant mes yeux pour atténue cette sensation de flou...Puis me réveiller un peu en sursaut sur le iit, me redressant et retirant ma main de l'épaule de Theorem, répondant avec amusement à la déclaration qu'Ishtar fit peu après.

"Rassurez moi ça ne fait tout de même pas un mois qu'on dort !"

Je me doutais bien que ce n'était pas le cas e me redressait brusquement. Je fus bien sûr pris sur le coups de quelques vertiges, titubant légèrement, le temps que mes sens se réadaptent au monde physique et j’avais une légère migraine, sans doute suite au coup que m’avait asséné Theorem. Je fis alors quelque peu pas, me ressaisissant rapidement puis me retourna souriant au couple, puis plongeant mon regard dans celui de l'haïena.

"Voilà une bonne chose de faite Theorem, tant que tu te serviras de ton espoir tel que tu l'as fait ut n'auras plus à craindre quelque peur que ce soit. Néanmoins je voulais te dire... Cette graine que nous avions détruit dans ton esprit avait raison, elle continue d'exister dans le mien, il faut que tu en ais conscience. Elle est une part de moi comme le sont Aldivit Verat et cet étrange golem pour toi. Sans elle je serai incomplet, je ne serai qu'un pauvre hère effrayé et paniquée, incapable d'agir après tout ce qu'il a vu. Comme toi avec ton espoir brisé... Mais pour autant elle n'est pas ce qui me définit, tout comme toi tu n'es pas qu'une foi aveugle. J'espère que tu comprends et que je me suis racheté à tes yeux."

Je hochais doucement la tête, et me tournais vers la dragonne. Je soutenais brièvement son regard dans une attitude qui pouvait paraître tel un défi, mais je m'inclinais alors brièvement, avant d’ajouter d'une voix calme.

"Et je vous remercier Ishtar de m'avoir sauvé du sort qui m’attendait dans l'océan de l'inconscience de Theorem, si je peux faire quoi que ce soit, dans la mesure du possible, pour vous rendre la pareille, n'hésitez pas... Et veuillez m'excuser, mais j'ai encore une requête. Je ne m'attarderai pas ici, et vous prierai de me laisser accéder dès que possible à une de vos barques."

Je me redressai alors, un tendre sourire aux lèvres alors que j'expliquais mes intentions, la simple évocation de ma "sœur" m'apaisant.

"L'archange Gëlle, m'a dévoile Que Félina était en vie, ainsi qu'où elle était . Shkeil est déjà en route pour la chercher, mais j'espère pouvoir le rejoindre en chemin. J'aimerai essayer de la ramener ici, m'excuser pour ce qui c'est passé... Au moins m'assurer qu'elle va bien et est en sécurité, mais avant cela je me devais de venir te voir Theorem."

Mes bras croisés, me tenant prêt de la porte je guettais leur réaction ,en espérant qu'elle serait favorable...
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Theorem & Ishtar le Lun 12 Mai 2014, 15:48

Pour avoir risqué sa vie et guidé Theorem jusqu'à la Graine de la Peur, l'humain ne demanda qu'une barque pour rejoindre au plus vite le rivage et partir à la recherche de Felina. Une demande très facile à satisfaire qui ne dérangerait pas la dragonne outre mesure. Elle descendit du lit, s'étirant avant de réajuster sa casquette militaire et ses lunettes qu'elle remonta sur son nez de l'index sur la partie centrale reliant les deux verres. Elle ne sembla pas faire mine d'hostilité particulière et ne releva pas non plus les remerciements d'Engar. Pourquoi devrait-elle justifier d'avantage ses actions ? Elle l'avait déjà fait au moment où elle l'avait sauvé.

"Une barque vous sera mise à disposition avec deux hommes d'équipage pour ramer jusqu'à la berge la plus proche. Pour un jour revenir, adressez-vous à mon cher Theorem... Sur-ce, pardonnez-moi. Tempus fugit, il reste encore beaucoup à faire."

Elle quitta la chambre très rapidement et ne demanda pas comment allait Theorem. Non, elle ne devait pas montrer son attachement et encore moins une faiblesse quelconque devant un humain comme Engar. Ils n'étaient pas assez intimes pour laisser de telles effusions de joies apparentes.
Un regard plus que subtile suffisait et un léger hochement de tête confirmé par Theorem qui se tourna vers Engar. Doucement il replaça son masque sur son visage, descendant du lit à son tour.

"Ceux qui ont vu ma psyché comme ça se comptent sur les doigts de ma main gauche. Je tiens à ce que tout ce que tu as put y voir reste entre nous. Maintenant je sais plus ou moins où on en est tous les deux. Ton aide m'a été très précieuse et j'ai enfin conclu cette histoire qui m'aurait causé beaucoup de tords. J'en sais plus sur toi, autant que tu en sait sur moi. Et désolé de rebondir sur autre chose mais tu viens de parler de Felina. Je te souhaites de la retrouver. Elle et moi étions liés avant, mais en ce temps là son âme allait vers quelqu'un d'autre. La savoir en vie et en sécurité m'est important malgré tout."

Theorem s'inclina alors doucement en remerciement avec Engar, le conduisant silencieusement jusqu'à un des niveaux du bateau ayant le plus de barques. Préparée par deux matelos qui ajustaient l'embarcation pour la mettre à la mer, elle fut toute prête pour qu'Engar monte à bord. Le Banneret prit soin de donner à l'humain un sac de provisions et quelques éléments de soin. Il en aurait besoin pour sa prochaine aventure, ainsi qu'une ration de bronzini pour le moral.

"Cette étendue glaciale et sombre me plonge toujours dans l'effrois, mais elle nous protège des humains. Je te souhaite de venir en aide à Felina et j'espère que mon aide matérielle te sera utile pour ton voyage. Nous nous reverrons j'en suis sûr. D'ici là, reste en vie."

Dit-il en faisant signe à un des membre d'équipage qu'il pouvait tourner le treuil et faire descendre la barque. Sur un ponton supérieur, Ishtar utilisait une longue vue pour estimer son prochain cap et, voyant le départ d'Engar, fit un bref mouvement du menton pour lui souhaiter bonne chance tacitement.
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Engar le Mar 13 Mai 2014, 14:44

Sans grande surprise Ishtar continuait à maintenir cette froideur et cette distance à mon égard ne répondant pas à mes remerciements;..Mais le fait qu'elle accepte ma requête sur un ton si aimable me suffisait amplement pour m'arracher un sourire et à ne pas éprouver une souveraine satisfaction à son départ, comme cela aurait été le cas avant les récents événements. Je ne prenais d’ailleurs nullement son départ précipité telle une injure. J'étais à vrai dire déjà étonnée qu'en tant que capitaine elle ait eu le temps de nous rejoindre. Après il était vrai qu'elle avait peut être délégué, voir que le temps avait été diffracté, comme c'était parfois le cas lors des transferts spirituels... Mais quoi qu'il en soit je comprenait parfaitement qu'elle ait des impératifs pressants au vu de ses fonctions et je me contentais ainsi de la saluer d'un bref mouvement de tête, avant de me tourner vers l'haïena qui se montra un peu plus chaleureux que sa compagne, malgré le masque qu'il réajuste sur son visage, dissimulant ses traits et son regard. Il paraissait m'avoir pardonné...Et il avait bien raison quant à l'évolution de notre relation. Même si je savais en surface quelle était sa pensée j'avais pu explorer plus avant cette dernière, tout comme la simple présence de cette graine et mes actions au sein de son esprit m'avait présenté à ses yeux sous un autre jour. Je hochais par ailleurs la tête pour signifier mon accord quant à sa requête de discrétion. En parler ne me serait de toute manière jamais venu à l’esprit, l'esprit d'un individu était quelque chose de bien trop personnelle pour en parler à tout les vents et ce qui c'était passé ici ne concernait de toute façon que nous.

Cependant j'eus une légère grimace quand il me parla de sa relation passée avec Felina... Même si cette dernière ne m'en avait jamais vraiment parlé et ne m'avait jamais donné les détails j'en avais eu vent et surtout j'avais été témoin du choc que cela avait causé sur elle. néanmoins cela n'était que passé et j'étais moi même mal placé pour dire quoi que ce soit à ce sujet...Et je comprenais très bien l'affection qu'on pouvait continuer à éprouver sur ces anciens amours, récents ou non. Je lui emboîtais alors le pas, le laissant me guider à travers le navire, tout en lui répondant d'une voix calme.

"Je suis compté de t'avoir été utile et de t'avoir montré que tout n'est pas à jeter en moi... néanmoins il faudra peut être un jour que tu t'aventures à ton tour à mon esprit, et tu m'en excuseras, mais il est un peu moins intimes, il a eu de nombreux visiteurs, mais indésirables et aujourd'hui détruits... Excepté mon démon bien sûr, mais c'est à part lui. Et ne t'en fais pas pour Felina. Cette fois ci je ramènerai tout le monde en vie, mais gare si je te surprends à lui tourner encore autour !"

Je ne faisais pas de promesses ou de serments, car ces derniers n'avaient que peu de valeur pour moi, mes mots suffisaient amplement... Et c'était avec un rire que je concluais ma dernière phrase, le taquinant bien évidemment plus qu'autre chose et surjouant le rôle de grande frère qui avait été le mien aux côtés de la panthère. Nous arrivâmes ainsi aux barques, une étant alors déjà prête, et l'haïena m’offrant t alors quelques bien. Je m'étais déjà préparé pour le voyage, une monture 'attendant un peu plus loin sur le rivage avec le nécessaire pour un déplacement, mais j'avais assez de place pour transporter cela, et de nouvelles ressources étaient de toutes manières bienvenue. Les bras ainsi chargés et le regard posé sur l'étrange bouteille qu'il m'avait donné, j'écoutais sa remarque..Et lui rétorquai avec un sourire.

"Je ne savais pas que tu avais peur de l'eau, et je m'en serai pas douté à te voir sur ce navire ! Quoi qu'il en soit Ne t'en fais pas je ferai bon usage de tes cadeaux et puis.. bon sang j'ai survécu à trois guerres avant même d'arriver aux donjons, ce n'est pas un petit voyage comme ça qui aura ma peau."

En vérité je savais très bien qu'il pouvait toujours subvenir des imprévus, des incidents, qui pourraient m’ôter la vie malgré toute mon expérience et mon passé, mais malgré cela j'avais l'habitude de traiter avec et sans en être imbu j’étais confiant dans mes capacités... Sinon à quoi bon partir si on estimait pas qu'on reviendrait en vie ? Sur cette pensée je m'élançais d'un bond dans la barque Saluant Theorem de la main avant de m'asseoir sur le bois, attendant sans plus un mot de rejoindre le rebord... Le soleil n'était pas encore levé alors que nous atteignions le rivage, mais je ne comptais pas perdre plus de temps. Saluant ceux qui m'avaient ramenés j'allai chercher ma monture et l’enfourcher...

J'adressais alors un dernier regard aux étoiles brillantes au ciel... Et je m'élançais au galop déterminé à ce que Felina et moi puissions à nouveau les regarder ensemble, comme nous avions tant l'habitude de le faire.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle aube

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum