Le Marais-Carrière d'Ouraline

Aller en bas

Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Mar 24 Juin 2014, 10:05

C'est ici qu'il avait été envoyé... Cet effroyable endroit avait acquis une réputation séculaire et dangereuse qui faisait échos à des centaines de batailles, à de sombres malédictions et même au pleurs des dieux qui avaient vu l'ampleur des dégâts dans cet endroit reculé. Le Marais-Carrière d'Ouraline avait un passif peu commun. Il y a bien longtemps, cet endroit fut employé comme exploitation forestière puis comme carrière afin d'en extraire l'Ouraline. Ce matériaux dangereux et riche en énergie était prisé pour la création de golems et d'artefact magiques. Cependant, les exploitations avaient fait l'envie de nombreux belligérants et pilleurs. La carrière, soumise aux intempéries, ne tarda pas à être immergée sous une eau putride et malsaine qui causa son abandon. Quelques exploitants tentent de récupérer les précieux minerais pour être quasiment aussitôt éradiqués par le mal de l'Ouraline ou par les pilleurs de ces terres. Il y a cents ans, la guerre frappa de nouveau ces terres en une escarmouche mortelle entre les Haiena du Mawden et leurs rivaux Léonides. La guerre se finalisa sans qu'aucun ne puisse sortir vainqueur... Mais la bataille laissa derrière elle une machine, une entité artificielle du Mawden... Le Gardien des Tombes. Dans une réunion inter-clanique du Mawden, il fut décidé qu'un guerrier à l'aise avec les golem et avec la mort serait plus à même de s'aventurer dans les Marais-Carrière d'Ouraline...

... Et c'est ainsi que Theorem fut nommé à cette tâche de rapporter au Mawden l'étrange machine qui avait renvoyé quelques signaux de vie à travers la trame psychique du Mawden jusqu'à Gula. L'énergie de ce golem semblait basse mais il devait la rapporter. Le Marais-Carrière serait grand, son exploitation large et imposante, constituée de bassins d'eau stagnante, de flore sauvage et exotique, d'une faune atypique et fluorescente... La tâche semblait mortelle mais à peine Theorem arriva dans les carrières où de larges murs naturels de pierre et de lychen légèrement brillants l'entourait, qu'il se sentit en terrain familier. Les matériaux de ses prothèses se rappelaient eux aussi leurs origines. Ne craignant pas spécialement l'environnement, et sous une pluie fine et tiède alors que la chaleur était étouffante dans cette carrière, Theorem regarda autour de lui et avança sur un sentier en pente douce l'amenant aux plus bas du marécage. Ses pas se firent plus lents cependant... et il se tourna vers l'arrière. L'odeur familière de quelqu'un s'était mélangée à celle de la flore moisie qui devenait légion dans cet endroit.


". . . Tu m'as suivit depuis combien de temps, Séraphin ?... Aller, sort de ta cachette, je sais que tu es ici."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Mar 24 Juin 2014, 14:00

Le marais-carrière d'Ouraline ... Voilà un lieu qui alimentait bien des légendes, et il était un véritable cas d'école pour les inquisiteur. Tout d'abord les ressources qui en étaient extraites comptaient parmi les plus précieuses qui soit, mais les récits des batailles qui y avaient eu lieu et les altérations qu'avait subi les terrains étaient aussi des détails historiques des plus importants à étudier. Enfin, et non des moindres, le conflit que s'y étaient livrées deux races de créature était un exemple précieux quant à l’intérêt d'exploiter les différentes rivalités entre les créatures.

De tout cela Séraphin avait décidé de faire table rase depuis son arrivée au donjon, enfin presque, puisque certains de ces savoirs lui était utile dans d'autres domaines que la chasse au monstre. Tout d'abord il savait pertinemment qu'une des races impliquées dans ce conflit de monstre était celle à laquelle appartenait son ami Theorem, mais aussi ,le matériau que recelait les marécage, l'Ouraline lui serait des plus précieux pour ses travaux d'ingénierie, puisque ce matériau lui permettrait des applications qui n'étaient jusque là possible qu'avec l'aide d'un magicien. Or avec un tel composant il deviendrait entièrement indépendant de ces derniers, et il allait de soit que c'était une de ses grandes ambitions.

Cela avait donc fait partie de ses projets de s'y rendre, et ce depuis longtemps, mais avec son arrivée au donjon c'était un projet qu'il avait quelqu'un peu oublié... Mais qui s'avéra revenir sur le devant de son esprit, quand il entendit parler que quelqu'un était parti en direction de ce lieu, un membre du donjon. Il ignorait à cet instant encore de qui il s'agissait, mais cela lui rappela ses envies passées, et laissant là ses affaires courantes il se prépara au voyage. Seul, il ne fallait même pas songer à une telle expédition, mais à deux nombre de danger du marais pouvait être évité ou amoindri, tels les sables mouvants !

Se mettant ainsi en route, avec en sa possession la cartouchière et les munitions que lui avait fabriquées Bea, une carte pour aller jusqu'au marais et des provisions. Il avait emprunté une monture, un cheval, ayant appris à monter ces animaux lors de son entraînement d'inquisiteur afin d'être certain de pouvoir rejoidnre la créature, qui avait de l'avance sur lui et qui à pieds se déplaçait probablement plus rapidement que l'humain qu'il était.

Durant le trajet cela s'avéra difficile de savoir s'il avait devancé ou non le non-humain, ce dernier ne laissant guère de trace derrière lui, mais au moins était il sur la bonne route pour rejoindre le marais. Rejoignant ce dernier en moins d'une journée, il avait laissé sa monture dans un abri proche, car dans les fondrières elle serait plus une gêne qu'autre chose. Mais alors qu'il s'approchait il commença à voir des traces, la végétation des plus denses et le sol humide empêchant qu'on s'y enfonce sans laisser la moindre trace. Il les suivit alors, s'efforçant à un minimum de discrétion au cas où la créature n'apprécierait guère sa présence... Mais alors une voix s'éleva, l'interpellant non loin, à travers l'environnement étrange de ces lieux, qui recelait l'histoire de ces derniers, et un large sourire couvrit les lèvres de l'humain. Cette voix il la connaissait, et son possesseur l’avait aussi reconnu, s’il s'était attendu à cela.

Ainsi sans hésiter une seconde il s'avança à découvert, entrant dans le sentier proprement dit traversant le marais et saluant son ami d'un signe de la main, l'autre tenant son pistolet depuis l'instant où il avait pénétré en ces territoires hostiles.

"Bonjour Theorem... Je savais que quelqu’un venait ici, mais j’ignorais que c'était toi. Tu ne peux pas savoir à quel point cela me fait plaisir. Mais je me demande justement, qu'est ce que tu viens faire ici pour ta part ? Pour ne rien te cacher j'espère pouvoir ramener un peu d'Ouraline pour mes inventions, mais te connaissant cela ne t'es d'aucun intérêt ! Je me trompe ?"

Il s'approcha de lui avec un large sourire, lui faisant face, et plaçant son pistolet sur son épaule il ajouta d'une voix joyeuse.

"Ça fait plaisir de te revoir, t'étais un peu absent avec Ishtar ces derniers temps."
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Mer 25 Juin 2014, 12:25

Son odorat affûté et sur-puissant avait vu juste une fois de plus. Malgré tout, la nature en putréfaction de ce marais avait caché son odeur suffisamment longtemps. Celle de Séraphin semblait toujours entouré d'un nuage putride mais pour autant Theorem imputait ça purement à ce qui se déroulait ici, dans cette ancienne carrière délaissée et à jamais entachée par la guerre et les attaques. Pour autant, la hyène était contente d'avoir de la compagnie dans cette mission conférée par le Mawden. A deux, c'est toujours mieux.

"Je me disais bien que ça sentait le Séraphin ! Et non, je ne viens pas pour l'Ouraline de cet endroit. J'en ai déjà pas mal dans mes prothèses. Je m'enfonce dans cet endroit pour récupérer une antique construction des Haiena. Cela fait cent ans qu'elle est ici, il est temps de la récupérer."

Theorem avait les cheveux mouillés de par la pluie qui tombait sur ces terres et le ciel gris menaçant au dessus d'eux semblait montrer des signes avant-coureur d'orage. Le bruit de tonnerre au loin signifia rapidement ses dires alors qu'il replaça son masque sur son visage. La piste d'accès la plus proche, taillée à même la roche les conduisirent lentement mais sûrement aux bassins plus bas où la faune et la flore était devenue luxuriante voir inhabituelle. La quantité de magie qui irradiait dans cet endroit avait nourrie ces espèces qui vivaient de ça. Les murs de la carrière les empêchaient de réchapper au reste du spectacle... De magnifiques ruines dépassaient de l'eau putride du marais, recouvertes d'algues et autres parasites. D'antiques machines de guerres, totalement détruites et irréparables. Ca allait du golem de guerre au barges de bataille pour accoster des soldats plus vite. De vieilles épées rouillées et brisées, dont le manche en bois avait été digérée par l'eau du marais. Cela faisait si longtemps qu'on distinguait à peine les anciennes traces du conflit. Theorem posa sa main sur l'antique golem le plus proche, décapité et recouvert de cratères et de trous.

"Celui-la a perdu son générateur en Ouraline. Probablement pillé il y a bien longtemps... C'est tout de même incroyable que ce conflit ait laissé des survivants."

De l'eau jusqu'aux genoux, il essaya de monter sur le golem pour gagner de la hauteur et de la facilité de repérage. Mais monter dessus semblait compliqué même pour Theorem, dont la surface moussue et humide rendait donnait la plus grande misère à la hyène pour grimper.


"Et ne t'en fais pas pour mon absence au donjon... Ishtar est revenue à Kanabo pour gérer quelques détails au Niveau Caché et ses affaires. Mais je suis tout de même soumis aux impératifs du Mawden. Récupérer cet antique machine les intéresse."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Jeu 26 Juin 2014, 17:15

C'était justement parce qu'il avait de l'ouraline dans ses prothèses que le jeun homme avait pensé que ce matériau pourrait intéresser l'haïena, après tut s'il voulait parvenir à encore améliorer ces membres, pour peu qu ça soit encore possible, il aurait probablement besoin de davantage de ce matériau !  D'ailleurs l'humain avait à une époque longuement hésite à lui demander de participer à ses tests pour cette raison, mais il n’avait finalement pas voulu l'embêter avec cela, craignant que cela soit perçu comme une insulte par son ami. Pour autant il écouta avec une grande intention l’explication qu'il lui donna quant à sa présence. Une relique de son peuple que les marais avaient engloutis, sans doute durant le conflit qui avait opposé sa race aux léonides ! Cela le jeune homme pouvait très bien le comprendre, l’Église elle même organisant nombres d'expéditions pour récupérer d'antiques reliques, qu'il s'agisse des siennes ou de celles d'autrui afin de les détruire !

Fort de ces informations, Séraphin rabattit la capuche de sa tenue de voyage, très proche de ses anciens oripeaux d'inquisiteur, si ce n'était l'absence de tout signes religieux, et suivit Theorem, qui après lui avoir répondu continua sur le chemin qu'il empruntait jusqu’alors. Ce dernier les mena derrière les vestiges jonchant les marias, qui trahissait la splendeur qui avait été celle des lieux par le passé. Mais ne dépit de la beauté des ruines il ne s'agissait là que de restes, de débris et de fantômes et l'ingénieur ne se laissa nullement détourner de leur progression. L'humain retrouvant ses vieux réflexes se montrait des plus prudent vis à vis de chaque éléments inhabituels passant à porté de ses yeux.

Certes nombre d’entre eux étaient inoffensifs, mais la magie qui avait affecté ces lieux ne l'était nullement, et comme pour le confirmer, les vestiges se muèrent rapidement en ceux d'un champ de bataille, un des nombreux qui jonchaient le marais. Était ce là les vestiges de la lutte entre les haïenas et les léonides ? Ou bien d'un affrontement entre d'autres factions ? C'était impossible à dire. Ici, ils furent obligés de quitter le sentir, le niveau de l'eau l'ayant effacé. Cependant l'humain estimais que Theorem devait savoir où il allait d'autant plus qu'avec ses sens accrus il était bien plus fiable que lui même ! Cependant, il commença à monter à un des imposants golems pour se repérer, et le voyant en difficulté l'humain essaya de l'aider du mieux qu'il put tout en lui répondant.

"A ma connaissance il n'existe pas une seule bataille qui n'est pas laissé un seul survivant, sauf dans les chansons des bardes. Entre le fait qu'il faut bien un vainqueur au final et qu'il y a toujours quelques fuyards..."

Et une fois que l'haïena fut à une hauteur à laquelle il ne pouvait plus rien pour lui, il se mit à scruter les alentours, afin de voir toute chose qui s'approcherait d'eux et pourraient les menacer. Et alors l'haïena en dit un peu plus sur son absence, arrachant une faible moue à Séraphin, qui néanmoins s'exprima sur le ton de la plaisanterie.

"Oh quel dommage moi qui espérais que tu sois repassé pour me dire bonjour ! Enfin...Ça se passe bien avec Ishtar ces derniers temps."

Il n'allait pas sans dire que la simple vocation du niveau caché l’intimidait quelqu peu, lui si prude, mais au delà de cela il était tout de même un peu amer. Si Ishtar n'était pas revenu au donjon , et qu'il n'avait pas reçu d'ordre de la part de ce Mawden, dont il lui avait déjà parlé, il ne serait pas revenu avant un long moment...Et peut être même que si le destin n'avait pas fait se croiser leur route il ne serait même pas venu lui rendre visite, trop occupé qu'il devait être entre sa femme et le Mawden. Du moins cela était l'impression qu'avait le jeune homme, qui peut être était juste amer de ne pas l'avoir vu si longtemps... Mais cela ne l'empêcha pas d'être aux aguets percevant un mouvement dans les fourrés, et pointant son arme vers ces derniers.

"Et le Mawden t'as dit ce que tu risquais de rencontrer ? Car là j'ai l'impression qu'une bête arrive et elle est grosse !"


En somme la cible idéale pour tester le mélange de Bea et sa puissance de feu ! Ainsi, une fois confirmation de l'agressivité de la chose s'approchant l'humain n’hésiterais pas un instant avant de tirer !
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Sam 28 Juin 2014, 14:35

Theorem termina son repérage du haut de cet antique golem ravagé par le temps et la guerre. La pluie devenait de plus en drue et le banneret était plus exposé que son compagnon du haut de ce golem. Un éclair tomba au loin alors qu'il cherchait de son mieux l'emplacement du gardien des tombes. Mais pour le moment il ne ressentait qu'une faible présence du Mawden avec son masque, comme un feulement lointain qui lui revenait aux oreilles, un léger coup sableux dans la bouche... Toutes ces sensations confuses dût à la synesthésie donnée par son masque. Il entendit Séraphin parler plus bas et lui dire qu'il était content que ça marche bien entre lui et Ishtar... Mais Theorem sentait une pointe de tristesse amer chez l'humain qui ne lui échappait pas. Etait-il triste de ne pas pouvoir avoir le Banneret pour lui tout seul ? Ou alors était-il déçus de ne pas être plus présent dans sa vie ? A ces mots il allait répondre, quand la présence d'un prédateur se fit entendre entre les hautes herbes.

"Le Mawden m'avait prévenu que l'endroit serait plein de créatures plus véloces et dangereuses qu'à l'accoutumée. Mais rien d'insurmontable !"

Sur ces mots, il bondit du haut de son perchoir en un salto avant pour retomber sur ses pieds, genoux fléchis et épée à la main. Ce qui sauta hors des hautes herbes fut une créature bipède mais au dos horizontal comme un chien dépourvu de pattes avant et dont les pattes arrières revenaient vers le centre de son corps. Une large gueule ornée de crocs et des yeux rouges perçants. Une corne surmontait sa gueule béante et sa peau semblait recouverte d'une épaisse carapace. Le Grench de la carrière d'Ouraline était un prédateur unique, déformé par la puissance des cristaux d'Ouraline et transformé en une créature féroce et sauvage.


Theorem sauta devant pour que Séraphin soit à l'abris le plus longtemps possible. Fonçant sur l'ennemi, il lui envoya de puissants coups d'épées en tournant sur lui-même telle une toupie mortelle, mais la lame heurta la carapace de son adversaire en plusieurs gerbes d'étincelles qui se perdirent dans l'eau putride. En contre-attaque, le Grench tenta de mordre le Haiena avec sa puissante gueule mais un saut en arrière l'évita de rencontrer une funeste fin. Theorem mit son épée en garde défensive.


"Son épiderme est trop résistant ! Il nous faudrait quelque chose de puissant pour exposer sa chair faible..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Sam 28 Juin 2014, 18:56

Séraphin était d'accord quant à ce que disait Theorem, concernant ce à quoi ils allaient faire face. Certes il connaissait très bien ce que la magie pouvait infliger aux bêtes vivantes, les mutations qu'elle pouvait causer et qui entraînait parfois un accroissement de leur capacités, les rendant souvent d'autant plus redoutables. Mais cela se faisait souvent à un certain prix, à d'autres vulnérabilités qu'il savait très bien reconnaître.

Et il en fut ainsi pour la bête qui jaillit des forêts, un grench. Sa carapace était plus épaisse à vue d’œil que celle de ses congénères, sa vitesse aussi, ce qui avait dû entraîner une fragilité osseuse ou une baisse de la densité des muscles, afin de compenser cet ajout de masse. En somme une fois passée la carapace son corps était bien plus fragile que celui de ses congénères !

Mais encore fallait il la passer cette carapace ! Dès que la bête était apparue, Theorem s'était placé de manière à protéger Séraphin, puis avait entamé le combat avec la créature. Se faisant il interrompit la charge de cette dernière et gagna du temps à l'ingénieur. Cependant, il se mettait également en travers de la ligne de tir du jeune humain qui ne pouvait pas tirer sans risquer de toucher son ami, surtout avec le nouveau mélange de Bea !

Qui plus est l'haïena ne paraissait pas à même de percer la carapace de cette créature avec sa seule lame ! Ainsi alors qu'il esquiva la contre attaque de cette dernière, elle paraissait indemne et le combat bien mal engagé. Percer cette carapace était une priorité, quant à fuir ce n'était même pas envisageable vu la vélocité de cette bête ! Cependant, maintenant que son ami avait reculé, l'humain pouvait tirer sur leur adversaire !

Le viser fut simple au vu de sa proximité et de sa taille, et ainsi il tira rapidement. Le tir claqua sèchement, tel un coup de tonnerre, mais sa violence, accrue grâce au mélange de la gobeline, entraîna aussi le bras de Séraphin, pourtant tireur aguerri, et dévia son coup. Ainsi, ce dernier au lieu d'atteindre l’œil de la bête frappa sa jambe droite. La chose arracha un juron à Séraphin qui ne plus se tenait l'épaule de l'arme tenant l'arme, ayant manqué de peu de se la démettre !

Cependant un léger sourire lui vint peu après, la bête avait essayée de charger à nouveau, mais l'impact avait été suffisamment puissant pour la faire tituber, et en plus sa carapace s'était effritée... C'était minime, à peine de la taille d'une bille et impossible à exploiter, mais il voyait distinctement sa chair rosâtre, saignant suite au passage de la balle, au milieu de la carapace grise. Cela était une petite victoire, puisqu’il ne pourrait probablement pas viser une deuxième fois au même endroit, de toute façon recharger prendrait trop de temps !

Il fallait agir vite et bien... Et alors il eut une idée. La balle avait percée sa carapace, ce qui signifiait que sa charge de poudre avait dégagée assez d'énergie pour cela... Sachant qu'une partie de cette dernière s'était perdue dans la propulsion du projectile, il y avait moyen d'attaquer avec plus de puissance ! Mais il allait avoir besoin de son ami. Ainsi, prenant une de ses charges dans sa besace alors que la créature récupérer, il lança à son ami.

"Tu maîtrises toujours le feu, hein ? Dans ce cas, embrase ce que je vais lancer dès que cela l'atteint ! Fais moi confiance !"

Serrant fermement la dose de poudre dans sa main, il savait que l'opération était hasardeuse, mais si l'explosion ne tuait pas la bête sur le coup, elle le rendrait à coup sûr assez vulnérable pour que Theorem puisse l'achever. Néanmoins ce dernier allait devoir faire preuve de grand réflexe, ne pas agir trop tôt pour que le grench subisse de point fouet l'explosion, ni trop tard pour ne pas que la charge tombe dans l'eau et ne devienne inutilisable. Mais Séraphin lui faisait confiance et ainsi il n'eut nul hésitation en s'avançant, s'exposant, afin de lancer la petite capsule métallique droit sur leur adversaire qui reprenait sa charge !
C'était un quitte ou double...
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Mar 01 Juil 2014, 12:02

Dans le feu de l'action, si on peut dire ainsi, Theorem ne pensa pas plus loin que l'affrontement qui était en train de se produire. La bataille serait bientôt terminée et ce monstre serait dans très peu de temps redevenu un cauchemar. La charge de poudre que jeta l'humain fut suivie du regard par le Haiena qui chargea alors son pouvoir de feu dans sa main droite. L'orbe rouge brilla plus fort un instant et la main droite de Theorem se nimba d'un feu cinabre enragé. Une ligne irrégulière de flamme s'échappa alors de sa manche et frappa de plein fouet la créature et la charge de poudre qui explosa peu de temps après. L'explosion qui s'en suivit fit éclater la carapace de la créature en fragments fumants qui atterrirent autour d'eux. Le Grench blessé et partiellement brûlé, éborgné par l'explosion, recula de plusieurs pas faiblement avant de s'écrouler en couinant comme un goret. Theorem ne supporta pas longtemps cette agonie qu'il stoppa d'un coup d'estoc précis et rapide dans la blessure jusqu'au coeur de son adversaire qui s'arrêta brusquement de couiner et devint immobile. Il détestait tuer... Mais le Grench ne se serait jamais arrêté.

"Voila, c'est terminé..."

Il retira la lame de son sabre chinois de son adversaire et donna un coup circulaire dans l'eau basse, retirant le sang de la créature. Ce coup d'épée dans l'eau lui permettait de passer ses nerfs d'avoir tuer une créature qui devait juste crever de faim et aussi de montrer l'inutilité de le tuer. Le Haiena préféra ne pas en ajouter pour l'instant et détourna son regard du Grench avant de pointer la direction à suivre, avançant sans inquiétude dans l'eau vu l'état non naturel de ses jambes. Le calme revint au bout de plusieurs minutes.

"Tuer cette créature a dût attirer quelques autres... Nous ne serons plus aussi invisibles qu'avant. L'explosion et les cris du Grench ont dût résonner dans cet endroit comme une véritable alarme. Et pour info, j'ai l'intention de rester à Kanabo encore quelques années."

Theorem sortit de l'ouverture de son hanfu une montre à gousset. Pour autant elle n'avait pas l'air normale. Son couvercle possédait les armoiries d'Ishtar et de Theorem. L'ouvrant d'une simple pression sur le côté, l'intérieur n'affichait pas l'heure mais une sorte de boussole avec un cadran indiquant une distance. Pour autant, l’aiguille n'indiquait pas le nord. Le haut du couvercle, émanant d'une lueur spectrale, clignotait régulièrement avant que le buste d'Ishtar dans une lueur fantomatique verdâtre n'apparaisse. La dragonne avait le bras tendu, mais sortait du cadre de la montre, ne montrant pas qu'elle tenait elle aussi sa montre à gousset.

"Guten Tag Theorem. Content de voir que tu n'as rien."
"Goeienaand Minnares Ishtar. J'ai quelques soucis avec des locaux hostiles. Il y a un plan de renfort possible ?"
"Je pensais que tu voulais t'en charger sans appuis... Mais je peux mobiliser quelques personnes en cas d'ennuis."
"Parfait. Je vous tient au courant, Minnares Ishtar."
"Viel Glück meine lieben Verkleidungen."

Refermant la montre et la replaçant dans sa tenue, il se tourna vers son accompagnateur. C'est quelques mètres plus loin qu'il écarta les hautes herbes pour tomber sur une seconde partie de la carrière, plus profonde, dont un petit campement avait l'air en place en contre-bas. Le drapeau ne trompa pas... Ni même les armures et les attributs léonides qu'ils possédaient. L'exploitation d'Ouraline continuait, sous la garde exclusive des guerriers-lions. Des esclaves travaillaient à la force du fouet pour transporter la dangereuse matière, morceaux par morceaux, malades et affaiblis.

"Voila ce que mon odorat n'a cessé de flairé depuis la mort du Grench... Ils se préparent à amplifier leurs patrouilles... On peut peut être en profiter pour se glisser dans leur campement moins gardé..."

Un éclair tomba non loin et le tonnerre assourdissant s'accompagna soudainement d'une pluie battante.
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Mar 08 Juil 2014, 22:59

Comme Séraphin l'escomptait, Theorem se montra des plus vifs, et à l'instant même où sa charge s'approchait de la gueule de la créature il la fit exploser. Comme il l’avait escompté, cela rompit la carapace protectrice de leur adversaire, exposant sa chair à vif et légèrement brulées. Les fragment de cornes et de plaques furent projetés autour d’eux et, qui plus est le Grench semblait hors d'état de nuire. Sous le choc et la douleur il se débattait pathétiquement, ne paraissant guère menaçant, et allant probablement finir par mourir, que ce soit de ses blessures ou par un autre prédateur qui s'en prendrait à cette proie facile. Dans tout les cas ce serait lent et douloureux, et surtout vain. De fait, sans un mot, le jeune homme approuva la décision de son ami, et profita du temps qu'il mit pour achevé la bête pour recharger sa propre arme, un peu songeur quant à la suite des opérations.

Il voyait bien que son ami était irrité, et il savait aussi pourquoi, il le connaissait bien assez pour cela. Il savait se battre, mais tuer, même une telle créature, lui était une idée insoutenable. Le jeune homme aurait aimé le rassurer, lui dire que c'était de toute façon nécessaire, lui ou eux, mais il savait que cela ne l'aiderait nullement, bien ua contraire, il fallait juste laisser le temps faire. Ainsi, il se contenta de suivre son ami et ce fut ce dernier qui rompit le silence par une nouvelle qui lui arracha un sourire, en dépit des détails fâcheux qui la précédaient, et auxquels il répondit.

"Son corps va déjà servir de repas pour les plus affamés, et l'eau suintant des marais va suffire pour couvrir notre odeur. Honnêtement, je ne pense pas qu'on ait vraiment à craindre davantage les créatures de cette zone. Par contre i lest vrai que s'il y a d'autres êtres intelligents dans cette zone ils sauront maintenant que nous ne sommes pas seuls. J'en suis désolé, mais je ne voyais pas vraiment d'autres solutions de nous en tirer... Et merci..."

Il était sincère sur tout la ligne, mais encore plus quant à ses remerciements. Lui qui avait une certaine rancœur à l'égard de l'haïena, pour l'avoir ainsi abandonné pour rejoindre son aimée était désormais soulagé après l'avoir entendu promettre de rester au donjon Kanabo, à ses côtés... Et quand bien même les choses avaient pu changer il ne semblait guère s'en soucier, ne faisant qu'apprécier la chose. Cependant, alors qu'il parlait Theorem avait sorti une montre qui attira son attention, ce genre d'objet Séraphin en avait lui même fabriqué, mais il put se rendre rapidement compte que celui là n’avait de commun avec les autres que l'apparence ! Ainsi, sans doute par une magie s'apparentant à du transfert astrale, apparut Ishtar, ou tout du moins une partie d'elle, ainsi que sa voix. C'était en effet un moyen très pratique de communiquer entre eux, et comme leur conversation semblait porter sur leur mission il se permit d'écouter distraitement, le résultat le déconcertant au final ! De fait il ne se priva pas pour poser la questions qui lui brulait les lèvres.

"Des renforts ? Comment va t-elle faire ? De la téléportation s'avère compliquée, nous sommes loin des côtes et tout moyen de transport rapide serait aussi facile à détecter pour les hommes du clergé. Je dois avouer difficilement voir comment tu comptes t'y prendre."

Mais il ne put entendre la réponse car leur marche les avait visiblement mené au devant d'une menace, le campement de la race opposée aux haïenas. Même sans avoir les yeux de son ami il pouvait aisément voir leurs drapeaux, leurs silhouettes, ainsi que les esclaves qu'il employaient, ce qui lui arracha un faible juron.

"Bon sang, que font ils là ? L’Église n'est peut être pas établie, mais l'exploitation de l'ouraline ne serait pas passée inaperçue !"


La réponse lui vint quand il vit deux humains en compagnie de léonides, richement vêtus. Sans doute ces derniers les couvraient ils et leur fournissaient les esclaves monstres qu'ils pouvaient se procurer sur le marché. Bien que l’Église méprisait la vente d'esclave monstre, estimant qu'il valait mieux les tuer, elle pouvait la tolérer, et de fait s'il était connu que ces deux hommes employaient ces monstres pour exploiter l'ouraline, nul ne se douterait que les léonides seraient mêlés à cela !

Quoi qu'il en soit la chose n'était clairement pas leur objectif, mais non seulement Séraphin pourrait n profiter pour récupérer l'ouraline dont il avait besoin, mais il ne pouvait tout simplement pas laisser ces malheureux à leur sort ! Alors que sa rage bouillait, la pluie tomba, camouflant encore un peu leur odeur, et il acquiesça aux dires de son ami.

"Cela me va, je te laisse ouvrir la marche...Et si t'as besoin d'une diversion trouve moi un mécanisme qu'ils doivent bien utiliser pour extraire ou transporter le matériau, ou bien de la poudre dont ils usent peut être, et avec mes petits talents je te jure qu'ils auront les yeux pour tout autre que toi."


Et il commença à chercher du regard quelque chose qui ferait l'affaire, une poulie, un treuil, n'importe quoi un tant soit peu mécanique qu'il pourrait saboter... Et quoi qu'il en soit il attendait le signe de son compagnon.
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Mar 15 Juil 2014, 12:47

Le Haiena regardait calmement les alentours, surveillant les avancées des troupes et l'organisation en place. Il put voir également comment les esclaves étaient maintenus sous contrôle. Une drogue les empêcherait de bien travailler. Une menace de mort était plus clair et il comprit en voyant que ceux à bout étaient battus et poussés jusqu'à l'extrême. Ils les maîtrisaient à coup de fouet et de bâton. Mais Theorem voyait une autre solution à ce problème. Les soldats étaient nombreux et la cavalerie tarderait à arriver.

"Regarde, ils utilisent une ronde de mule pour drainer l'eau des mines. La pompe est manuelle et continue. On devrait éviter de détruire ce dispositif pour ne pas noyer les personnes dans la mine. C'est l'endroit à sécuriser si on fait une attaque."

Theorem ouvrit sa montre à gousset et vit l'afficheur à distance descendre de plus en plus. Ishtar se rapprochait d'eux mais ils seraient en retard. En attendant ici, ils seraient repéré très rapidement. Le Haiena regarda dans toutes les directions avant de s'arrêter sur un vieux golem de combat abandonné et délaissé par les conflits, couché contre un gros rocher. Un golem d'exploitation, tellement vieux qu'il était érodé de partout. Theorem s'en rapprocha en vitesse avant de placer sa main sur la partie ronde en son centre pour accueillir une sphère d'ouraline. Il était temps de réactiver cette vieille carcasse de pierre.


Le poing noir de Theorem déversa alors un flot continu de liquide visqueux dans le golem. Tout s’aggloméra dans l'emplacement de la sphère, pénétrant dans les moindres interstices de la machine. La quantité de slime fut telle que bientôt, juste le hanfu de la hyène le couvrait, ses prothèses devenant apparentes. Mais le golem craqua de partout, se redressant et bougeant en grinçant tel une mécanique rouillée. Plusieurs pièces tombèrent mais il se redressa, massif et fonctionnel. La voix d'Adin s'éleva des profondeurs de cette carcasse de pierre.

"J'ai terminé de prendre le contrôle de cette enveloppe. Je vous ouvre la marche."

Les pas lourds du golem résonnaient dans la carrière alors qu'il avançait droit vers le campement. Les Léonides lancèrent des lances qui ricochèrent sur la carcasse, les rendant encore plus inquiets. Theorem regarda Séraphin et lui fit signe d'aller avec lui à couvert, jusqu'au camp. Le Haiena pénétra le mur d'enceinte souplement en aidant son camarade humain, entrant enfin dans l'enceinte du camp. Le garde Léonide retardataire se tourna vers eux mais un coup sec de la tranche de la main sur le haut du crâne suivit d'une remontée de genoux sous son menton le fit s'écrouler.

"Le golem ne fonctionnera pas éternellement. Il faut sécuriser la pompe et libérer les prisonniers ! Charge-toi de la pompe, je m'occupe des cellules."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Ven 18 Juil 2014, 12:08

Séraphin gronda faiblement en voyant la scène. L'esclavagisme avait toujours été une chose qu'il avait abhorré, même alors qu'il était un inquisiteur aux opinions extrêmes. Pour lui il valait mieux exécuter les monstres que les exploiter, déjà par mesure de précaution, mais aussi par "humanité". Depuis le temps il avait bien changé, mais ce mépris du servage était resté. Même, il s'était exacerbé après son emprisonnement par le clergé, et l'asservissement qu'il avait connu sous l'emprise de drogues. Mais malgré toute sa hargne il avait confiance que charger en avant ne mènerait à rien. Leurs adversaires étaient trop nombreux et trop bien armés. Il fallait trouver une autre solution.

Mais cette dernière semblait devenir encore davantage hors de protée alors que Theorem pointait la présence d'une espèce de pompe rudimentaire. Sans elle les esclaves dans la mine risquait d'être noyé, et de fait il faudrait éviter à tout prix l'usage d'explosif... Alors oui il s’agissait bien d'un mécanisme, mais qui allait leur compliquer la tâche, puisque Séraphin ne devait pas le saboter mais le protéger. Enfin avant fallait il encore l'atteindre... Mais alors que Theorem se tournait vers un golem, il sut ce qui allait se passer. Il connaissait les dons d'animisme de son ami et réveiller cette carcasse ne serait qu'une formalité... Enfin pas tant qu'il l'escomptait puisqu'il pompa tout le slime de l'haïena, mais cela l'humain n'en eut qu'un bref aperçu, alors qu'il regardait en coin son ami et constatait se prothèses apparentes, une grande première !

Enfin il n'avait pas le temps de se soucier des détails, le golem allait attirer l'attention de la garde léonides. C'était maintenant ou jamais ! Ainsi alors que les cris effrayés et énervés de la garde s'élevaient les deux s’avancèrent jusqu'au mur d'enceinte, le franchissant sans grande peine, principalement grâce aux talents de son ami. Une fois cela fait il n'y eut guère de résistance, le seul garde léonide présent étant assommé par Theorem... Ce dernier savait d'ores et déjà quoi faire, et Séraphin ne fit qu'acquiescer à ses propos.

"Très bien, les dieux te gardent mon ami."

Ayant repéré la pompe il tourna sans hésitation les talons dans sa direction. La ronde tournait grâce à une mule et de fait il n'y avait personne pour surveiller, parfait. Cela lui évitait déjà d'attirer l'attention par un tir bruyant, et donc gagner du temps. Pour sécuriser la pompe à lui seul il ne voyait qu'un moyen, des pièges et il était plutôt doué à cela ! Mais pour se faire il allait devoir éviter les explosifs ou bien la mule allait s'emballer !

Ainsi il dut trouver par lui même de quoi en fabriquer. Avisant, un ratel d'armes non loin il se servit des cordes rattachant les lances et de ces dernières afin d'élaborer des pièges simples qui embrocherait les premiers arrivés. Ça ne serait pas efficace face à un trop grand nombre, mais en voyant ce qui arriverait au plus téméraire cela en ferait réfléchir quelques uns.

Se faisant Séraphin remarqua néanmoins un problème. Quand bien même Theorem parviendrait à libérer les prisonniers, comment allaient ils faire pour sortir ? une fois le golem hors d'état de nuire, les léonides n'aurait aucune peine à se retourner contre les prisonniers en fuite, et ces dernières, fatigués et sous-alimentés ne pourraient pas leur résister. Quand bien même certaines parviendraient à fuir, ce serait au prix de bien trop de vie. Il fallait trouver une diversion... Et pour se faire il se dirigea rapidement vers une de réserves léonides, il avait aperçu des sacs de toiles, et après avoir vérifié leur contenu, sourit. Du sable, sans pour soutenir les fondation des mines ou pallier à des inondations, tout ce dont il avait besoin. Alors que le golem luttait encore il en traîna une dizaine de sac vers le milieu de la base en une dérisoire barricade.

Les léonides l'ignoreraient sans doute, mais ils ne pourraient pas ignorer le nuage de sable qui se formerait lorsque les charges qu'il avait placé entre chacun de sacs exploseraient ! Le sable gênerait leurs sens, aussi bien leu vue que leur odorat ou leur ouïe, ce qui allait permettre de temporiser quelque peu vis çà vis des esclaves...et au fur et à mesure que les secondes s'égrenaient et que déjà des gardes s'avançaient vers lui et ses pièges il commençait à s'inquiéter pour son ami...

Et pour lui même, honnêtement, seul il n'allait pas tenir longtemps !
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Sam 19 Juil 2014, 21:29

S'occuper de libérer les prisonniers n'était pas non plus la chose la plus facile à faire. Le combat avec les léonides était des plus violents... Le golem faisait une résistance incroyable alors que, pendant la résistance de Séraphin, Theorem s'enfonçait dans les mines d'Ouraline. Les gardes étaient peu nombreux et pour la peine, il ne croisa pas de résistance particulière. Tout ceux cherchant à s'opposer à lui se faisaient assommer sans aucune cérémonie et en quelques secondes, Séraphin perdu de vue le Haiena qui s'enfonça dans une des galeries de la mine, pénétrant dans la noirceur. L'odeur de moisie des mines où les pieds de Theorem s'enfonçaient dans une boue moite et des flaques d'eau croupie, aurait prit à la gorge n'importe qui alors que le Haiena accéléra le pas jusqu'à atteindre les portes verrouillées des cellules. Plusieurs coups de dadao brisèrent les serrures en métal qui s'explosèrent en fragments gelés. Les prisonniers regardèrent dehors et l'ordre vint rapidement.

"Vous êtes libres, combattez pour garder votre liberté !"

Armés d'outils de mineurs, d'épées prisent sur quelques gardes, les prisonniers s'élancèrent en hurlants et en opposant soudainement une double résistance aux Léonides qui étaient bien moins nombreux que les forces prisonnières. Pour autant, Theorem ne s'était pas encore montré à l'extérieur de la mine. Il s'enfonça plus dans les entrailles du sous-terrain avant de s'arrêter exactement où il avait prévu d'aller. Une géode d'Ouraline mise à jour récemment. A la vue de cet endroit, il eut un sourire sous son masque de hyène impassible et un petit rire digne de son animal totem.

*Les infos étaient donc bonnes.*

Plantant son épée, il se concentra au centre de la géode avant de tirer un parchemin devant lui. Plusieurs symboles éthérés apparurent autour de lui et en quelques secondes, la géode toute entière se mit à vibrer. Les veines d'Ouraline tout autour eurent la même vibration que l'on pouvait sentir par delà l'extérieur des mines. Les Léonides arrêtèrent même un bref instant de frapper pour voir ce qui maintenant leur faisait de l'ombre. Un éclair s'abattit non loin d'eux et soudain la terre s'ouvrit pour laisser émerger un rayon vert d'énergie crépitante qui s'éleva en spirale jusqu'à atteindre le ciel, lui faisant prendre une teinte verte avant que la pluie elle-même ne prenne cette teinte en brillant de milles éclats, tel des pierres précieuses. Theorem s'extirpa de la mine désormais à ciel ouvert avant de constater lui-même de son effet. Une figure noire non loin de lui sauta pour arriver à sa hauteur, tout en restant dissimulé le plus possible.

"L'Ouraline de cette mine n'est plus. Elle est retournée aussi vaporeuse que l'air. Et pour les golem, c'est la liberté ! Tes informations, ton parchemin et ce sort élémentaire m'ont été extrêmement précieux. C'est gagnant gagnant."

Les machines de guerre et autres golem qui avaient été abandonnées ici reprirent soudainement vie. La pluie d'Ouraline leur apportait plus d'énergie qu'ils n'en auraient jamais besoin. Et toute la carrière s'illumina des lueurs oubliées des guerres du passé. Theorem tendit alors le parchemin à la personne à côté de lui.

"Et toi, tu as ce que tu voulais ?"
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Invité le Sam 19 Juil 2014, 22:18

Sautant lestement à côté de Theorem, une Kunoichi masquée reprit le parchemin tendu par la personne à sa droite. Visiblement, elle ne chercha pas à être plus bavarde. Sa stature souple et rapide ne contrastait pas spécialement avec la personne à sa droite alors qu'elle replaça le parchemin dans une sacoche marquée du sceau de l'église. Souplement, mais seulement par des gestes mesurés et contrôlés, elle sortit de cette même sacoche une enveloppe qu'elle donna à l'Haiena. Ce dernier le mit en sécurité dans son hanfu.

"Les Léonides ne resteront plus sur une terre sans Ouraline. Tout se déroule comme prévu. Nos supérieurs auront bientôt toutes les cartes en main. En attendant, voici la suite des opérations à court terme. J'ai trouvé ce que tu cherchait."

Elle pointa alors une des nouvelles lueurs qui venait de s'activer dans les marécages. La Hyène golem du Mawden reprenait doucement vie dans ces terres boueuses et alors que la kunoichi décrochait une petite boule de sa sacoche, elle regarda de nouveau le masque bicolore de son interlocuteur.

"Lux diriget gressus tuos."

Frappant la boule au sol, un écran de fumée se propagea autour de la Kunoichi qui en profita pour disparaître en quelques secondes. Elle sauta proche de Séraphin qui ne vit qu'une ombre l'espace d'un bref instant. Elle ne put s'empêcher de regarder cet ancien inquisiteur en fronçant les sourcils. Curiosité... Colère... Qui sait exactement ? La Kunoichi jeta deux shurikens empoisonnés qui tuèrent sur le coup deux Léonides qui l'aperçurent trop longtemps à son goût. Passer sans laisser de traces, sans bruit et sans un mot, tel était sa philosophie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Mer 23 Juil 2014, 02:21

Heureusement Theorem respecta ses habitudes; A savoir accomplir rapidement son travail et avec la plus grande efficacité. Ainsi à Peine les léonides goûtaient ils aux premiers pièges de l’inquisiteur, menaçant rapidement de le déborder, qu'il durent face à l'arrivée des esclaves... mais la surprise fut double puisque quand ils se tournèrent vers cette nouvelle menace il durent subir de plein fouet les explosifs disposés par le jeune homme, qui firent se soulever un nuage de sable qui entoura les léonides les aveuglant et les prenant par surprise. Ainsi était offert un atout tactique non négligeable aux esclaves qui, emporté par leur nombre et leur détermination débordèrent sans le moindre mal les gardes léonides qui rapidement furent mis à bas, soit en déroute, soit exécuté par des être qui subissaient leur jougs depuis trop longtemps.

En fait la partie la plus dur ce fut de continuer à garder cette fichu mule un tant soit peu calme malgré les explosions. Certes les esclaves étaient sortis, mais Theorem était toujours en bas, et qu'il y soit pour libérer d’autres individus ou pour d’autres raisons importait peu, il fallait juste empêcher le niveau de l'eau de croître ! Le jeune homme en effet connaissait parfaitement la phobie que son ami avait de l'eau et s'il devait se trouver piégé par cette dernière il ne saurait pas lui faire face !

Mais alors une éclair d'énergie verte jaillit de la mine attirant l'attention de Séraphin... Il n’était pas un expert en magie, mais cette énergie ne pouvait être issue que d'une source, un important gisement d'ouraline mis à jour... Et détruit ! Hoquetant de surprise, le jeune homme relâcha alors la mule, qui néanmoins reprenait sa démarche normale, les détonations étant passés, puis il s'avança vers cet éclair vert.

"Non... Non !"

Il paraissait un peu désespéré et pour cause, extraire de l'ouraline solide s'avérait presque impossible pour un homme seul. Or cette mine avait représenté une issue possible pour lui, pour la tâche qu'il s'était fixé en venant, et désormais cet espoir venait d'être brisé. Qui en était les responsable ? Il l'ignorait, mais il souhaitait grandement que ce ne soi pas son ami...

Mais alors qu'il contemplait ce qui était pour lu un désastre et que le sable était retombé une nouvelle détonation retentit suive d’une rapide fumée ! Quelqu'un essayait une manœuvre furtive, mais ça ne pouvait pas être les léonides, ils étaient trop peu nombreux...les responsables de cette destruction ? Possible, mais le jeune homme ne les vit guère, et quand la fumée se dissipa il ne put que constater la victoire des esclaves qui avaient achevés les derniers léonides, ainsi que les humains qui n'avaient pas fui... Et alors ils se tournèrent vers lui, et le blondinet comprit que cela ne signifiât rien de bon.

Les yeux rivés sur la poignées de créatures qui s'avançait, menaçante, vers lui, il ne prêta pas attention à l'ombre qui s'approcha de lui..Et lui saisit violemment e cou, le soulevant du sol pour le tenir à bout de bras. Il put brièvement voir un faciès de pierre. Un golem, comme celui qu'ils avaient utilisés pour faire diversion, sauf qu'en lui il n'y avait pas Adin et qu'il semblait avoir identifié le jeune homme comme ennemi..Chose dont il eut rapidement la confirmation quand la poigne de pierre se resserra. Ne pouvant atteindre ses explosifs il eut le pathétique réflexe que de saisir de ses deux mains celle du golem, pour essayer de le faire relâcher sa prise, en vain. cette dernière se resserrait de plus en plus l'étouffant, il commençait à sombrer dans l'inconscience, ses yeux se révulsant et ses jambes se débattant vainement dans le vide, tandis que, la bouche grande ouverte, il essayait en vain de trouver un souffle qui ne serai plus jamais si on ne lui venait pas rapidement en aide, les créatures assistant à la scène semblant se régaler de cette "vengeance"...
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Invité le Mer 23 Juil 2014, 09:52

Sa fuite avait été efficace et pratique. Son chemin à coup de shuriken empoisonné lui avait permit de passer en force mais dans un silence incommensurable. Les quelques léonides qui posaient le regard sur elle finissaient par recevoir une aiguilles couverte de curare dans la gorge. Les humains fuyards se faisaient aussi rattrapés et traqués dans le marais mais alors que la kunoichi allait passer les murailles fragiles du camp, elle s'arrêta en entendant un couinement désespéré. Pas de doute qu'il s'agissait de Seraphin. Elle se glissa jusqu'à l'humain avant de voir son adversaire... Un golem. Sortant un disque de métal de sa poche, elle la jeta avec une précision incroyable sur le bras tendu du golem. Le disque émit une brève lumière et le golem relâcha sa cible avant de reculer, tombant par terre en ayant visiblement le bras paralysé.

*Mission secondaire faite. Traquer les humains responsables en fuite.*

Avant qu'on ne devine sa présence, elle se glissa jusque sur la muraille et disparue en quelques secondes dans les méandres du marais. Elle ne tarda pas à pister les êtres humains en fuite et à retrouver notamment le gros bedonnant qui avait bien profité de cette alliance avec les léonides pour se faire graisser la patte en or. Pour lui donner un avant-goût de l'enfer, la kunoichi sortit une boulette molle et les jetèrent avec précision pour attérir sur les humains. Pas d'effet immédiat, mais elles s'écrasèrent en expulsant un liquide visqueux sur eux. Ce liquide commença à attirer les bêtes sauvages du Marécage. Inutile de faire un dessin sur leur devenir, dévorés vivants par la faune locale.

*Mission accomplie.*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Mer 23 Juil 2014, 10:13

Peu de temps après que le golem ne relâche Séraphin, Theorem sauta devant lui, s'interposant entre lui et les monstres qui rechercheraient à l'atteindre. Ils n'allaient pas attaquer celui qui venait de les sortir de prison. Non pas qu'il imposait par sa stature face à certaines créatures en place, mais au moins son masque le rendait reconnaissable entre mille. Alors que les monstres prisonniers déposèrent pour la plupart leurs armes, Theorem aida Séraphin à se relever pour ensuite l'éloigner du campement.

"C'était étrange ce rayon vert... On dirait que l'ouraline est retombée sous forme de pluie dans le marais. Mais j'ai sauvé ça pour toi."

Il lui tendit un globe d'Ouraline, récolté dans la mine. La sphère était parfaitement ronde, recouverte de strie dû à son extraction. La hyène s'écarta un peu plus du campement avant de marcher dans la direction indiquée par la kunoichi plus tôt. Les quelques monstres présents étaient complètement apeurés par l'eau verdâtre et légèrement luisante de la carrière alors que la pluie s'intensifia encore. Il tombait maintenant des trombes d'eau et des éclaires frappaient au loin. Le tonnerre leur vint avec un léger décalage mais le plus impressionnant c'était les crépitements d'énergie verdâtre entre les nuages. Finalement, le chemin les menèrent devant un ancien site d'extraction à l'abandon, d'origine Haiena. Une statue de Gnoll, taillée dans le roc siégeait encore là, mais altérée par le temps. Passant un obélisque brisé, ils arrivèrent enfin dans le site abandonné. Un trou de chantier boueux remuait un peu et enfin une sorte de statue de hyène aux multiples yeux se débattait pour sortir de la boue et du trou à pic.

"Par les crocs de Gnoll... Le Gardien des Tombes est bien là... Calme-toi, je suis un Haiena du Mawden. Je vais te sortir de là."

" ⠞⠥⠠⠑⠎⠠⠡⠠⠁⠗⠙⠺⠕⠇⠋⠠⠢ "

Les lumières clignotantes de la créature interpellèrent Theorem qui acquiesça doucement, comprenant ce que voulait dire cette énorme créature.

"Oui en effet. Bon, il faut le sortir de là. Un système de poulie serait le plus efficace."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Dim 27 Juil 2014, 13:10

Séraphin fut le premier surpris en voyant le disque de lumière fendre les airs pour venir frapper le bras tendus du golem. Brièvement aveuglé, il fallut le contact violent du sol pour comprendre qu'il était libre, et reprendre une violente inspiration en crachotant violemment, peinant à reprendre son souffle. Sa gorge était marquée d'une profonde trace violacée qui allait probablement mettre un certain temps à disparaître. Néanmoins il était libre, et sans même réfléchir a qui avait pu lu le libérer et pourquoi ses instincts de survie reprirent le dessus. Se faisant violence il parvint à contraindre son bras a saisir son arme pour la recharger rapidement ,avant que le golem ne se remette de ce qui l’avait atteint et que les créatures réagissent en conséquence. C'était dérisoire, il pourrait au mieux en abattre un... Mais la plus grande force de cette arme résidait dans son pouvoir dissuasif, cela il l'avait compris depuis longtemps et c'était tout ce qu'il lui fallait pou le moment, même si un moment ou un autre il y aurait un des anciens esclaves qui se montrerait plus hardi ou hargneux et alors ça serait la fin...

Mais alors quelqu'un s'interposa, et bien qu'il ne pouvait voir son masque le jeune homme reconnut aisément son ami de par ses cheveux rouges, et au vu de la réactions des anciens esclaves, qui relâchèrent leurs armes, il comprit qu'il ne risquait plus rien. Abaissant donc à son tour son arme, bien que la gardant en main il se permit un discret soupir de soulagement. Relevé par son ami il hoqueta rauquement de surprise en voyant la sphère d'ouraline, lui qui avait cru qu'il devrait se contenter des résidus de la pluie. Rangeant son pistolet, il saisit la sphère à deux mains, faisant preuve néanmoins de précautions, connaissant ses propriétés néfastes, et de fait la rangeant rapidement en un emplacement où elle ne représenterait aucun danger. Il voulut alors le remercier, tant pour son intervention que pour ce présent, mais les mots moururent dans sa gorge, in capable de s'exprimer. La prise du golem sur son cou avait endommagé quel peu ses cordes vocales et même si ça serait temporaire il allait lui falloir un peu de temps pour retrouver la voix.

Il se contenta donc d'un long regard reconnaissant avant de se tourner dans la direction prise par son ami. Les monstres libérés, n'ayant nul part où aller, les suivirent, sans même demander quelle était leur destination, encore sous le choc du contre-coup causé par leur libération et la dissipation de la hargne des combats. Séraphin lui même ignorait quel était exactement leur objectif... Mais quand il le vit il e sut, ce golem... Le gardien des tombes, il avait joué un rôle majeur lors de la guerre entre les léonides et les haïenas, et il était communément admis que Gnoll avait repris ce cadeau fait à ses adorateurs afin de le conserver en cas de nouveaux conflits. Une version visiblement erronées vue la situation de la créature qui avait dû être endormie avant d'être réveillé par l'ouraline.

Un simple coup d’œil sur la situation suffit au jeune homme pour savoir que le golem ne s'en sortirait pas seul. Néanmoins il se rendit compte de l'échange lumineux et attendit la fin de ce cernier avant de faire quoi que ce soit. Lui même ne comprenait rien ,mis si le golem avait quelque chose à dire à Theorem il valait mieux que ce dernier l'écoute au cas où cela était important... En vain apparemment puisqu'il ne fit que demander à Séraphin ce à quoi il avait déjà pensé. Néanmoins il y avait quelques soucis. Crée une pluie ? Rien de plus simple en cela, mais il fallait le matériel et il se voyait mal exiger des créatures de retourner dans le lieu de servitude qu'avait été pour eux la mine. Il allait donc falloir improviser.

Usant donc de la'utorité que Theorem avait il essaya de demander à ce que soient récupérés des lianes souples et certains large fragments de bois du marais. La communication fut des plus difficile avec sa voix presque éteinte, mais se fluidifia rapidement quand un monstre s'avéra télépathe et put transmettre à tout le monde ses pensées, lui même œuvrant au fur et à mesure avec les matériaux qu'on lui avait apporté pour créer la poulie. Il travailla avec acharnement et efficacité, parvenant à créer un système simple en une demi-heure. Le tout était quelque peu branlant, mais accomplirait son office, à condition de résister... Mais cela Séraphin y avait déjà pensée et ainsi s'approcha de son maie afin de souffler à son oreille, de sa voix étranglée.

"Ça devrait aller... Mais pour supporter le poids du golem il faudrait que tu renforces avec ton slime... Tu penses pouvoir le faire ?"
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Ven 01 Aoû 2014, 14:30

Les anciens prisonniers suivaient Theorem et Séraphin. Même pour Theo c'était gênant car il n'imaginait pas que, soudainement, ces gens décident de le suivre. Il n'avait fait que les libérer et pour la peine il se disait qu'ils repartiraient chacun de leurs côtés vers leur ancienne demeure. Il était loin de vouloir déplacer tout ces gens loin de leurs origines, il était normal qu'ils repartent d'où ils venaient. Pour la peine, le Haiena serait clair une fois arrivé à destination. Séraphin décida de guider un peu la foule pour faire un dispositif et sortir le golem de la boue. Mais alors que le chantier commençait à se faire et qu'on commençait à tirer le golem hors du trou, Theorem s'arrêta un instant avant de se tourner lentement vers l'arrière.

"Nous avons de la visite..."

L'arrière garde des Leonides. Ils étaient nombreux et leur chef perché sur un lion de guerre borgne à l'air peu enclin à la discussion. Il devait avoir mal prit cette soudaine attaque et la destruction de la mine. Mais les prisonniers avaient la rage de liberté et ne semblaient pas décidé à fuir et se faire rattraper dans leur course. Ils feraient front même si certains semblaient bien fatigués. Theorem craignait sérieusement que le chef, armé d'une sorte de cimeterre imposant, ne soit là surtout pour empêcher Theorem de récupérer le Gardien des Tombes. Mais alors que la hyène regarda sa montre, il soupira encore plus fort.

"Ishtar ne sera jamais là à temps. Nous allons devoir encaisser cet assaut. En sous-nombre comme maintenant... Nous ne verrons pas le jour se lever si ça continu."

Mais plusieurs ricanements vinrent de derrière le groupe. Theo se retourna soudainement et plusieurs guerriers sortirent des ruines de la mine, descendant les murs de la carrière et se rejoignant en meutes sur-excitées. Les combattants à la peau foncée, aux marques tribales et aux vêtements fait en peau d'animal se tournaient autour de combattantes femmes plus grandes et plus fortes, imposant un grand respect aux autres combattants. Celles qui était le plus entourée pointa les troupes Léonides.

"Aanval !!"

Le cri de guerre fut donné et les troupes commencèrent une attaque d'envergure. Ainsi, les forces s'opposaient avec un nombre plus grand pour le côté de Theo et Séraphin. La chef ne tarda pas à se présenter en surveillant quand même le front non loin. Les Goules Haiena présentent faisaient un carton dans les Leonides, mais les lions de guerre faisaient aussi des dommages considérables.

"Aldiwit, le Mawden nous envois t'entourer. Grafsteen ne doit pas tomber entre les mains de Al'Zak. Nous allons les retenir. Ton esclave humain peut nous aider."

"Ce n'est pas mon esclave, il se nomme Séraphin. Je ne pensais pas que le Mawden enverrait la Lids Speler, la Gardienne des Portes du Mawden en personne."

Speler commença ses assauts musclés alors que Theorem se tourna vers les poulies, tirant de toutes ses forces en entourant une bonne partie du cordage avec son slime noir. Ses geta s'enfonçaient un peu dans le sol mais il tenait et le golem grattait pour pouvoir remonter. Finalement, alors que le conflit commençait à déborder jusque sur eux. La bataille était de plus en plus importante et Theorem faiblissait à vue d'oeil à cause du sort qu'il avait jeté plus tôt. L'ombre du Lion de Guerre d'Al'Zak se posa sur lui et tournant brièvement le regard vers lui, il ne put voir que l'énorme cimeterre stylisé du Léonide se lever pour s'abattre sur lui.
...
Jusqu'à ce qu'une ombre ne se précipite hors du trou de boue et ne projette violemment le léonide et sa monture au sol. Le Gardien des Tombes, Grafsteen, venait d'enfin sortir de son tombeau marécageux. La pluie le nettoyait progressivement et montra un état déplorable où les siècles avaient été peu cléments avec lui. Comme s'il faisait signe à Theorem de monter sur son dos, il posa une patte en avant et la hyène à la tignasse rouge monta sur son dos, dégainant son énorme sabre.


"Séraphin ? Il faut tenir jusqu'à l'arrivée d'Ishtar ! Ne te fais pas trucider par les léonides ou tu finiras comme moi !"
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Dim 03 Aoû 2014, 21:57

Les choses prenaient forme, tout selon le plan du jeune homme. Ce dernier était content de lui. Avec le slime de Theorem la poulie allait pouvoir extraire sans mal, juste avec du temps, le golem pris ua piège dans la boue. Tout n'était plus qu'une question de patience... Mais malheureusement la leur n'était pas la seule concernée, car en effet les léonides semblèrent s'avérer aussi quelque peu impatients de prendre leur revanche, et alors que l'humain croyait qu'ils avaient été mis en déroute ils apparurent au loin, et ça ce n'était pas bon. Ils semblaient encore en forme, étaient convenablement armés, alors qu'eux mêmes étaient équipés maladroitement, avec de nombreux individus épuisés et surtout en sous nombre ! Et pour ne rien arranger Theorem confirma cet état de fait, annonçant que la dragonne noire ne serait jamais là à temps ! Cette annonce, et la nonchalance avec laquelle Theorem semblait prendre leur mort prochaine inquiet tout de même Séraphin, qui manœuvrant la poulie, ne pouvait même pas faire face à l'ennemi et il parla alors de sa voix toujours éraillée.

"Bon sang ! Comment les léonides on pu déployer autant de forces en ces marais ? Même s’ils ont des accords avec des humains, c'est de la folie. Enfin tiens bon Theorem, si ce que j'ai appris sur le gardien des tombes est vrai, on pourra s'en tirer si on tient assez longtemps pour le faire sortir."


Le gardien des tombes... Alors qu'il contemplait le golem, maintenant entouré d'une large corde, les souvenirs de ce qu'il avait appris à son sujet revinrent à l'esprit du jeune homme. Si Theorem avait été choisi pour sauver ce golem et pas un autre c'était bien pour une raison, et si le temps n'avait pas trop érodé sa puissance il serait peut être l'atout majeur qui leur permettrait de renverser la balance ! Mais pour cela il allait falloir tenir, et ce pendant de longues minutes. Le dos tournée à la scène de bataille pour s'activer sur son ouvrage Séraphin ne vit nullement les haïenas arriver. Par contre il entendit leur cri de bataille, et un sourire vint à ses lèvres. il devait rester concentré, car slime ou pas slime le golem risquerait de retomber dans le trou boueux si personne ne gérait son déplacement, et de fait il ne connaissait pas leurs nombres... Mais il connaissait ce cri de guerre et leurs talents. Ces marais allaient à nouveau être le théâtre d'un conflit entre haïena et léonides, et peut être que pour cette fois il y aurait un véritable vainqueur !

La même voix qui avait lancé le cri de bataille se fit entendre peu après non loin, assez proche pour que Séraphin n'ait pas à se détourner de son travail pour lui prêter attention. Il aurait peut être mieux valu que ça ne soit pas le cas, car malgré la réponse de Theorem qui suivit, il prit quelque peu mal le fait d'être vu comme un esclave. Certes, aux commandes d'une machine, à l'écart du combat et dans une tenue des plus simples il pouvait en avoir l'allure, mais tout de même... Ce qui lui valut d'ailleurs une remarque acerbe de la part du jeune homme au final.

"Et il ne faudrait pas non plus qu'il retombe et reste dans ce trou, alors on évite de m'insulter pendant que je travaille !"

Néanmoins cette déconcentration eu du bon. Il pouvait voir maintenant que numériquement ils avaient l'avantage, d'autant plus que les haïenas avaient pleinement profité de l'effet de surprise qu'ils maîtrisaient à merveille. Cependant si les léonides reculaient face à leur assaut cela signifiait aussi qu'ils progressaient vers eux comme ils avaient été pris à revers ! Il ne fallait pas qu'ils atteignent la poulie, en tout cas pas avant que le golem soit "libéré" ! Mais Séraphin n'y pouvait rien il devait continuer à faire fonctionner le mécanisme, et bien que quelqu'un de plus fort serait plus adapté, il savait la structure trop fragile pour la laisser entre des mains inexpérimentées ! Néanmoins il pouvait compter sur l'aide de Theorem qui agissait de son mieux avec son slime et sa force, le golem remonntant lentement, mais sûrement.

Mais brusquement tout cessa, quand une ombre fondit sur l'haïena, le plaquant au sol, et manquant de peu de refaire tomber le golem au fond du trou, Séraphin restant seul  à œuvrer pour le maintenir... Mais sans le slime de THeorem ala corde allait rapidement céder, et pour être honnête il se souciait un peu plus de son ami que du golem. Ainsi, ne tenant la poulie que d'une main désormais il pointait de l'autre le pistolet sur l'assaillant, un chef au vu de son allure et sa monture, et sa lame était prête à s'abattre sur son ami ! Sans hésiter, Séraphin pressa la détente, mais au lieu de l'éclat de tonnerre habituel il n'y eut qu’un faible clack. Il avait oublié de le recharger ! Non...C'était autre chose, il n'avait tout simplement plus de munition ! Alors il ne lui restait plus qu'une possibilité, faisant jaillir la lame il se prépara à bondir sur le léonide, probablement en vain, mais il devait essayer !

Mais il fut devancé, une ombre jaillissant avec puissance du trou ! Ayant fait la plus grande partie du trajet, le golem avait pu achever de s'extirper par lui , et avec force avait repoussé l'assaut mortel de l'haïena, tout cela l'ingénieur le comprit rapidement, s'élançant ensuite promptement pour trancher le cordage attaché au gardien des tombes afin qu'il ne soit nullement gêné. Pendant ce temps Theorem était monté en croupe de ce dernier et s'adressa à son ami. Ce dernier lui sourit, il avait fier allure, on aurait pu croire à un de ces paladins...En version monstrueuses certes, mais la prestance était là ! Ainsi amusé, ce fut avec un léger rire qu'il répondit à son injonction.

"Compte sur moi pour survivre, même si après tout te ressemblait ne serait pas un sort si terrible que ça. Au moins on arrêterait de me prendre pour un esclave ! Et peut être que ça serait mieux que ce que je suis maintenant."

Son regard glissa alors en coin vers celle qui l'avait appelée ainsi, qui se démarquait largement du combat, avant de se concentrer à nouveau sur leurs adversaires. Des léonides n’avaient pas tardé à suivre leur chef, quand bien même la poulie ne présentait plus d’intérêt pour eux et ainsi un d’entre eux fit face à Séraphin. ce dernier n'avait que la lame dérisoire fixée à son pistolet tandis que son adversaire était armé d'un large cimeterre, qui lui conférait une meilleur allonge... Mais ce n'était pas son seul avantage. Il était plus rapide, plus fort, plus endurant et bien plus habile. Ainsi l'humain fut rapidement submergé par cet adversaire, reculant pas à pas, jusqu'au bord du trou boueux où avait été emprisonné la nouvelle monture de Theorem ! Pour autant le léonide ne jouait pas, l’entraînement d’inquisiteur de Séraphin avait tout de même eu du bon et lui avait permis d’esquiver jusque là...

Mais pas plus loin, ne pouvant plus reculer il ne put que pivoter lors d'un coup de bas en haut de la part du Léonide, et ainsi au lieu de son crâne ce fut son bras qui fut profondément entaillé.. Mais ce n'était pas le bras tenant l'arme, c'était celui couvert de bandage, et alors coula le sang...ou ce qui aurait du en être, au lieu de cela c’était un liquide noirâtre qui n'en jaillit pas, mais en suinta, visqueux et écœurant. Les bandages ainsi tranchées ne tardèrent pas à tomber dévoilant un bras à la peau grisâtre et à la peau tendue mettant en relief des veines noirs. Mais surtout ce qui en fut le plus marquant fut l'odeur qu'il dégagea, une odeur différente d'un cadavre mais tout aussi écœurante, à l'exception qu'elle paraissait aussi ainsi pour les charognards... Et cela s'avéra un atout pour l'humain, saisi e par cette pestilence le léonide hésita un instant, un de trop. Pivotant à nouveau, le bras blessé pendant le long du corps, mais sans lui causer de souffrance, cela était un des rares avantages de son état présent, Séraphin parvint à plonger la  lame de son arme en plein dans le cœur de son adversaire, le tuant sur le coups. Soufflant alors d'aise, il ne paraissait cependant pas satisfait. lui qui avait escompté dissimuler cela...

Mais là il pensait à autre chose... C'était la première fois qu'il tuait quelqu'un au corps à corps. Même leu meurtrier de son père il l'avait abattu avec son pistolet. Là, ses mains étaient couvertes de sang, et cela le troubla un peu. il s'était défendu oui, mais ce qui l’avait  amené à tué si spontanément ça avait été un pur élan de sauvagerie, une pulsion pour survivre et il en fut écœuré... Mais il n'eut guère le temps de s'en soucier davantage ! Deux léonides l'avaient vu tuer leur camarade et s'avançait maintenant vers lui. Là c’était cuit, personne assez proche pour l'aider, il ne pourrait pas tenir seul face à deux combattants...

Mais il était juste à côté de la poulie et rapidement une idée lui vint. Ses opposants approchèrent, menaçants, et parvenant à repousser cette répulsion causé par l'odeur émanant de la blessure de Séraphin qui paraissait aux abois... Mais dont le visage s'orna d'un sourire , brièvement, avant qu'il ne tranche un des cordages de la poulie en un geste, net et précis, avant de se jeter au sol. Les créatures n'eurent pas le même réflexe, et bien que pourrie, le madrier majeur de la poulie se mit à basculer dangereusement sans cette corde, la tension ainsi relâchée le fit tourner rapidement , trop rapidement même pour des créatures... et le crâne des deux furent défoncés par ce choc violente alors que Séraphin se relevait en s’époussetant un peu, essayant d'observer le champs de bataille.

Il n'était peut être pas un combattant, mais il possédait deux atouts, un personnel et un lié à sa race. L'ingénierie et l’adaptabilité...Et visiblement mélanger les deux donné de bons résultats !
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Ven 08 Aoû 2014, 11:47

Theorem combattait le guerrier chevauchant le lion de guerre avec férocité, accompagné de près par ses compagnons goules et surtout en protégeant ses alliés prisonniers. La bataille était violente et déterminait maintenant à qui appartenait ce territoire. C'était l'escarmouche décisive et Al'Zak comme Speler le savait. Parmi les bruits de lames qui se fracassaient, de cris de guerre et de douleur, de sang et de sueur, Theorem juché sur le Gardien des Tombes croisait le fer avec Al'Zak en personne. Leurs montures respectives s'affrontaient avec rage et après un long échange de coups, une taille de dadao chanceuse trancha l'attache de selle du lion de guerre, faisant choir Al'Zak au sol, désarçonné. Il ne tarda pas à se redresser mais... pas loin d'une dizaine de goules haiena en colère et rageuses lui sautèrent dessus. Le chef des Léonides avait à peine touché le sol qu'une meute s'était mise à le tailler en pièce, avec Speler en tête de lance qui décapita furieusement le chef des Léonides de ce territoire en lâchant un rire moqueur et sur-excité aux autres Léonides qui eurent des frissons de terreur.

"Voila ce qui vous attend, sous-créatures ! La Hyène Sacrée vous traquera et vous exterminera ! L'ombre de la puissante Gnoll est sur vous et réclame vos carcasses qui baigneront dans l'acide de son estomac !"

Le chef des Léonides tombés, les belligérants en face se sentirent un peu moins motivés pour continuer l'assaut. L'un d'eux prit soudainement les devant, se revendiquant comme le nouveau chef de la meute. Theorem coupa court à ses efforts pour prendre les commandes, ainsi qu'à ses espoirs de victoire. Faisant un rapide mouvement de bras latéral, un long tentacule noirâtre sortant de sa manche s'enroula autour de son cou et le tira prestement devant Grafsteen qui plongea son regard sombre dans celui du Léonide en le gardant sous sa patte. Le nouveau chef trembla en ne quittant pas des yeux les orbes du Gardien des Tombes avant de s'écrouler pour de bon, le regard blanc et vide. Levant sa patte, Grafsteen écrasa son crâne dans la boue, lui faisant prendre une teinte rouge.

"Maintenant, disparaissez ou nous vous massacrons ! Les carrières d'Ouraline sont à nous les Haiena ! Fuyez pour vos vies !"

Même Theorem pouvait tuer des Léonides. Ils avaient asservis son peuple, massacré des milliers des leurs, et ne cessait jamais leurs escarmouches meurtrières à Raksoom. Speler ne retenu plus longtemps ses troupes qui fondirent sur les Léonides en fuite. Se tournant enfin vers les prisonniers et surtout son ami, Theorem s'approcha avec le golem avant de voir sa blessure et son bras dans un triste état. Le combattant efféminé s'approcha de l'humain, prenant délicatement son bras. L'odeur et l'aspect firent une grimace d'inquiétude à Theo qui n'osa même pas lécher la blessure. Il posa sa patte de hyène dessus et dégagea une fraîcheur anesthésiante.

"Par les crocs de Gnoll... Séraphin... Que t'ai-t-il arrivé ?... Ton bras..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Sam 09 Aoû 2014, 23:20

Peu après son coup remarquable qui lui avait probablement sauvé la vie Séraphin put enfin regarder exactement comment se dérouler l'affrontement... Et ce fut pour constater qu'il touchait à sa fin ! En effet, à peine relevait il la tête qu'il vit les haïenas se précipitaient sur le chef de guerre adverse le massacrant violemment sous les yeux de ses hommes, qui l'instant d'après commencèrent déjà à reculer. Bien sûr il y eut une tentative de continuer la lutte, comme cela pouvait s'attendre d'un peuple aussi belliqueux , mais l'ingénieur put également voir comment son ami s'y prit pour briser sur le champ cette tentative, réduisant par là même à néant le moral de ses adversaires ! Viser la tête, abattre le meneur, voilà le moyen le plus simple pour vaincrez une armée, et ce en versant le moins de sang possible !

Mais pourtant Séraphin grimaça par la suite, car à ses yeux ce qui suivît, conformément aux ordres de son ami...Ce n’était même plus de l'ordre de la bataille, c'était du carnage, guère mieux que ce que les humains infligeaient aux créatures. Certes, ces léonides avaient capturés et asservis nombre de personnes, ils étaient les ennemis héréditaire des Haïenas et on ne blâmait pas des loups pour avoir tués des renards... Mais l'adrénaline du combat retombait chez lui, et son regard finit par basculer vers les corps de ceux qu'il avait tué. Celui effondré au sol, une plaie béante au torse, ensanglanté, et les deux autres dont la cervelle et le sang se mêlait à l'eau suintante du marécage.

Ces blessures, ces morts qu'il avait causé... Cela le rendait malade maintenant. C'était comme lorsqu'il s'était défendu avec Bea dans les souterrains du donjon. Il savait pertinemment qu'il avait fait ça juste pour se protéger, et protéger autrui... Mais au fond de lui il avait encore éprouvé ce plaisir d’ôter la vie à une créature, et ces réflexes qui s'étaient éveillés étaient tout autant de vestige de son passé, de sa nature d'inquisiteur. Il avait cru pouvoir la renier aussi facilement, mais il ne pouvait que le constater, lorsqu'un combat advenait il redevenait comme avant... Non, même pire, car avant il ne savait pas s'il devait tuer, maintenant, si.

Et il avait beau savoir, il avait beau avoir pu apaiser son esprit en s'établissant au donjon cette impression persistante qu'il finirait par faire le mal l'inquiétait... Toujours était il qu'il était nauséeux, mais il était dans le fond difficile de savoir si c'était son étranglement et sa blessure au bras qui avaient causé cela, ou ces étranges remords qu'il subissait, ou encore la simple vision de ce membre immonde qu'était devenu son bras. Quoi qu'il en soit, le mieux à faire était de se reposer, même un bref instant.

Ainsi alors que les anciens esclaves acclamaient leur sauveur, lui se contenta de s'asseoir contre les restes de la poulie, qui sans le slime et avec une corde de coupée s'était effondrée. Le dos posée contre le bois, il bascula un peu la tête en arrière, songeant alors à panser son bras... Mais c'était trop tard, car il vit son ami chevauchant toujours le golem. Cette vision lui arracha encore un sourire. C'était égoïste, mais de tous c'était vers lui qu'il s'était tourné...Et cette pensée le rassura quelque peu.

Mais il put voir son air soucieux, alors qu'il fixait son bras noirâtre et s'approchait de lui. Pourtant il n'effaçait pas son sourire. Au contraire même, ce dernier s'élargissait, et ce afin de rassurer son ami. Pour être honnête cela e dérangeait de montrer cela au grand jour. Il aurait voulu garder cela pour lui et le médecin qui l’avait découvert, ne serait ce que pour épargner aux siens, et donc à l'haïena, toute inquiétude, une inquiétude que lui même n’avait plus s'étant finalement habitué à cet état. Mais son ami demeurait inquiet, et quand il vint saisir son bras il le laissa faire. De toute façon, il ne ressentait rien en dépit de sa blessure, pourtant profonde, ni douleur, ni apaisement alors qu'elle se refermait. Ce membre lui obéissait toujours du bras jusqu'aux doigts, mais il ne ressentait rien, ce qui était problématique des fois.

Quoi qu'il en soit il était maintenant acculé, il lui fallait répondre à Theorem..Et il le fit sur le champs, sans faux semblant et faisant montre d'une grande sincérité. Pour autant il évitait de l'annoncer abruptement, prenant la parole d’une voix douce, et pleine d’empathie.

"Ce n'est pas que mon bras Theorem, c'est tout mon corps... C'est juste que c'est plus visible là, ainsi qu'à ma jambe gauche. Tu dois t'en douter, les léonides n'y sont pour rien, ils ont juste taillé un peu de chair morte et coupé mon bandage ! Non, la source tu la connais. tout cela vient de quand j'étais captif par l’Église. la drogue qu'il m'avait donné, on s’en défait pas aussi aisément. Comme je ne ressentais aucun symptôme je croyais qu'elle provoquait juste aucune dépendance, mas ce n'est pas le cas. La drogue... Peu après mon départ du Czarina Tiamat j'avais quelques piques d faiblesse, et j'ai fini par m'effondrer en pleine rue. Le médecin qui s'est occupé de moi a alors constaté que toute ma chair était...Rongée, qu'elle se pourrissait de façon subtile et la résurrection du donjon n’aurait constitu qu'un cycle éternel de mort douloureuse. Le seul moyen de me sauver c'était de me redonner de cette drogue. J'ai accepté, mais j'ai demandé le silence du médecin. Cependant le temps que les premières doses arrivent tout mes membres avaient "noircis"."


Il eut un bref soupir, n'arrivant pas à soutenir complètement le regard de son interlocuteur... Mais il y revint, toujours avec un sourire rassurant. Il ne voulait pas qu'il s'inquiète plus que nécessaire.

"Mais ce processus n'est pas irréversible. La reprise de la drogue fait disparaître sur le champ les noirceurs superficielles et pour les autres... Eh bien le temps y contribuera. Chaque matin j'absorbe de cette drogue, diminuant à chaque fois la dose. Juste ce qu'il faut pour que mon corps ne pourrisse pas et même se régénère, mais petit à petit la quantité diminue et u jour je serai guéri... Dans des mois, des années peut être.. Mais je serai guéri."

Il eut un petit rire et tendit alors sa main sain vers son ami, caressant avec une grande douceur sa joue, avant de rire faiblement, une lueur de complicité dans le regard, avant d'ajouter.

"Pas de quoi s'inquiéter en somme... Et surtout pas de quoi gâcher la joie de la victoire et des retrouvailles. Tu me présentes à tes amis ?"


Et l'instant d’après il essayait de se relever, avec une certaine difficulté tout de même, encore sous le choc de ce qui c'était passé malgré ses sourires.
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Theorem & Ishtar le Lun 11 Aoû 2014, 11:49

Si le problème de son ami était curable, alors... il s'inquiétait un peu moins. Il l'aida cependant à réajuster ses bandages soigneusement et à correctement refermer la plaie. Ce n'est pas parce qu'il ne ressentait rien que les dégâts de son corps étaient sans danger. Une fois son travail lentement ajusté, Theorem prit le temps de présenter Séraphin aux Goules Haiena présentes. Speler, la Gardienne de la Porte, était la plus puissante des Goules Haiena postée en permanence au Mawden. Elle s'occupait aussi de la formation des nouveaux et de les faire passer les épreuves de Gnoll. C'était une guerrière puissante à la peau bronzée et aux cheveux argentés. Ses peintures tribales et ses pattes et pieds de hyène indiquaient très bien sa position socialement. A peine au dessus se trouvait Gula, la chef des Goules Haiena, et la première goule tout simplement.

"Ils vont occuper cette zone maintenant et réinvestir leur lieu sacré dans cette mine. Car ce n'est pas l'Ouraline qu'ils protègent avec une telle ferveur... Mais ceci."

Les Goules Haiena entraient et ressortaient des mines avec de mystérieuses boîtes cubique, de 60cm par 60cm environs et certaines plus décorés que d'autre, ayant chacune un skedelhyne intégré dessus et scellé. Les restes de tout leurs compagnons et les Léonides s'en étaient donnés à coeur joie... Le convois mortuaire dura quelques temps avant que Speler ne se tourne vers Theorem pour lui parler à part. Mais pour autant elle ne demanda pas à Séraphin de s'éloigner.

"Le Mawden va récupérer les dépouilles de ceux tombés ici, dans ces marais. Le Gardien des Tombes a disparu si longtemps, nous avons été forcés de le remplacer... Nous aimerions que tu prennes soin de Grafsteen, tu seras connu comme Aldiwit Ruiter se Grafsteen, le chevaucheur."

Theorem s'inclina en réponse à cette demande. Il avait libéré ce golem et désormais il en avait la charge. Le sanctuaire des Goule haiena désormais libéré allait tout doucement reprendre vie et sûrement retrouver un semblant de calme. Speler se tourna ensuite vers l'humain à sa droite.

"Quant à toi, tu as sût te défendre et même affronter les Léonides. Je t'offre ma reconnaissance et celle des Goules Haiena. Tu aurais été un apprenti, tu aurais reçut la marque des braves, ainsi que le droit à tes premiers vêtements en peau de lion... C'est un modeste présent, mais tient."

Elle retira un collier de sa bourse en cuir pendant à sa ceinture. Une chaînette avec une dent sertie et des symboles Haiena gravé dessus. Sûrement que si Séraphin présentait un tel pendentif à une Goule Haiena, cette dernière lui devrait une faveur. Theorem lui expliquerait après coup qu'un tel pendentif l'indiquait chez les Goules Haiena comme une sorte d'ami. Speler fut bien obligée de retourner à ses occupations et laissa les deux aventuriers en place. Theorem grimpa sur Grafsteen, faisant un peu de place pour Séraphin.

"Tout danger est écarté ici, Ishtar ne va pas tarder et nous pourrions les attendre un peu plus loin. Nous serons bientôt au sec au donjon."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Seraphin le Sam 23 Aoû 2014, 00:47

Soulagé que son ami se rassure et ne l'interroge guère plus sur ce qui lui était un sujet des plus délicats, le jeune humain accepta avec grand plaisir son aide quant à soigner sa blessure et surtout remettre son bandage en place. Il n'était pas besoin d'infliger plus que nécessaire à autrui la vision de ce membre hideux. D'ailleurs, une fois la plaie refermée et dissimulée l'odeur écœurante qui s'en dégageait disparu rapidement, n'étant guère persistante. Ce qui fut une bonne chose puisque Theorem le fit se relever et présenter aux autres haïenas, qui devait avoir l'odorat aussi fin que lui ! Enfin à vrai dire il n'y songea rapidement plus alors qu'il faisait face à Speler... Comptant parmi les monstres du rang se trouvant deux crans en dessous les quasi divinités telle Kanabo et juste en dessous des êtres légendaire tel Naviento, ces derniers était assez rare pour que Séraphin ait mémorisé le nom et les informations détenus par l’Église sur la plupart de ces derniers. Alors ce savoir ajouté à la silhouette imposante qui lui faisait face n'était pas sans l'intimidé, maintenant que la fièvre du combat était retombée.

Mais il se ressaisit rapidement, alors que Theorem lui donnait quelques indices sur la raison de la présence de haïenas ici, certaines inquiétudes naissant alors en lui, et s'avérant accrues face à la vision du convoi, dont il devina rapidement la nature. L'ouraline ne les intéressait pas, c'était pour cela que Theorem n'avait pas hésité à en détruire le gisement, et il commençait à comprendre pourquoi. Néanmoins ses doutes persistaient, mais pour autant il garda le silence, tout d'abord par respect pour les mots pour lesquels il adressa une prière, à l'égard de Gnoll. C'était certes là une divinité païenne à l'égard de sa propre croyance, mais pour son ami il avait appris quelques unes des prières d'usage, dont celle ci qu’il murmura à voix basse.

Ensuite il n'eut pas l'audace d'interrompre Speler dans ses explications d'autant plus alors qu'il s'agissait d'une décision d'autorité, d'une sort de promotion, si l'ingénieur comprit bien, pour son ami, qui allait avoir à sa charge le golem qu'ils venaient de libérer. Ce détail le surprit quelque peu. Pourquoi diable avoir envoyé Theorem le libérer s'il avait été au final remplacer et n'en faire qu'une monture. L'humain ne pouvait s'empêcher de penser qu'il y avait d'autres desseins derrière cela.

Mais il savait aussi quand limiter sa curiosité, surtout quand il s'agissait d'une question de confiance. Le présent que lui fit la gardienne de la porte était déjà une première marque de cette dernière, mais il connaissait la culture haïena et il savait qu'il aurait encore bien des preuves à faire, d'autant plus en tant qu'humain et en tant qu'homme ! Pour autant ce fut avec gratitude qu'il saisit le présent, même s'il n'en comprenait pas l'entière signification.

"Fusse t-il modeste, c'est un honneur et une joie que d'être reconnu auprès des vôtres... Surtout après avoir été vu comme un esclave."

Affichant un sourire légèrement amusé il accompagna par la suite son ami, alors que ce dernier lui expliquait la signification du cadeau, qui allait bien au delà de ce que l'ancien inquisiteur avait pu imaginer. Combien d'humain avait reçu ce signe un jour ? Presque aucun, car nul écrit n'en faisait mention à sa connaissance ! Cependant, alors qu Speler s'éloignait et que Theorem invitait son ami à monter sur le dos de sa nouvelle monture, ce dernier parut soucieux, son regard baissé sur le sol.

"Tout danger écarté ? Je ne pense pas. L'ouraline extraite de ces mines devait être revendue, et des hommes influents vont bien se rendre compte que quelque chose ne va pas. Les miens vont finir par revenir dans ce marais en nombre, et les léonides n'ont tout de même pas entièrement été éradiqués en tant que race, peut être y aura t-il à nouveau une alliance aussi. En détruisant l'ouraline je suppose que tu as voulu les décourager... Mais on peut toujours creuser une nouvelle mine ,et quand bien même ce serai vain, les miens reviendraient pour s'en assurer... Et même si nous faisons de notre mieux, tout le monde ne pourra pas être sauvé comme aujourd'hui..."


Son regard était en vérité rivé sur un corps, pas celui d'un léonides, ni d'un guerrier hyènes, mais d'une haïena, vêtu de haillons et aux mains encore cerclées par des chaînes. Visiblement jeune, elle devait faire partie des esclaves qu'ils avaient libérés, mais lors de l'affrontement elle avait été tué d'un coup d'estoc qui avait meurtri son corps, le souillant d'une ample tâche rouge...Et elle n'était pas la seule, Séraphin en avait bien conscience... C'était de fait avec l'idée amère qu'ils ne pourraient pas sauver tout le monde ,quoi qu'ils fassent qu’il monta enfin derrière son ami, ses bras autour de sa taille pour se tenir.

"En route..."
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Marais-Carrière d'Ouraline

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum