1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Aller en bas

1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Message  Engar le Ven 04 Juil 2014, 05:39

Petite précision:
Pour ce rp j'utilise le je comme avec Engar, mais le protagoniste est bien petit Engar, tout simplement car il me parait bien plus approprié vu le personnage et la situation d'appliquer cette première personne.

Maman... Pourquoi ils sont méchants ?

Tu avais dit, quand nous avons quitté notre maison, avec ma sœur, mon frère et mon tonton, que nous partions pour être en sécurité, pour ne plus que j'entende cette voix qui avait crié dans ma tête, qui m'avait fait si mal. Tu me l'avais promis...

Tu avais dit, quand nous avons fait face à notre nouvelle nouvelle maison, que nous serions heureux. Qu'il y avait d'autres enfants comme moi, avec qui je pourrai jouer, avec qui je pourrai rire, comme je l'ai fait avec Felina...

Tu avais dit, quand nous étions installés et que ma sœur, mon frère et mon oncle sont partis, que je les reverrai, qu'ils veilleraient sur moi, quoi qu'il arrive...

Maman... Pourquoi tu m'as menti ?

Ça fait six jours qu'on est arrivé, et ils sont toujours pas revenus me voir, ça fait cinq nuit que je dors, et à chaque fois j'entends encore cette voix qui m'appelle, qui me fait mal !

Et aujourd'hui on est sorti tout les deux... Tout est si grand ici, je ne regardais que ça, puis j'ai vu d'autres enfants et je me suis approché d'eux. Je leur ai dit bonjour comme tu me l'as appris, mais ils me regardaient bizarrement.

Je me suis quand même approché, puis une d'entre elle, avec deux pointes sur le front et de grands yeux s'est approchée, je lui ai souris. Tu m'avais dit qu'un sourire apaisait tout le monde... Mais elle, elle ne souriait pas. Elle m'a demandé ce qu'il y avait sous mon bandeau, comme tu me l'as appris j'ai dis que j'avais été brulé, mais un d'entre eux m'a traité de menteur. Son père, m'avait vu dans la salle d'eau selon lui, et j'étais un monstre. Bien évidemment, puisque nous sommes tous des monstres ici, non ? Mais alors leur regard était différent, mais toujours aussi bizarre. La fille m'a alors pointée du doigt, et elle a criée, très fort, que j'avais "tué ses parents". Ses parents ? J'aurai été ravi de les rencontrer, mais je ne comprenais pas ce qu'elle disait.

Elle m'a alors giflée, comme tu le faisais quand je retirais mon bandeau, et elle, elle a essayée de me le prendre ! Tu m'avais dit de le retirer sous aucun prétexte alors je l'ai empêché, je l'ai poussé... Mais les autres ils se sont jetés sur moi et m'ont frappé, de leurs poings, de leurs pieds. Ca faisait si mal... Mais le pire c'est que j'ai encore entendue cette voix, mon bandeau me brulait, et cette fois je la comprenais, elle me répétait ce que cette fille avait dit, tué, tué, tué, sans s'arrêter. J'avais chaud et mon corps tremblait, je ne voulais plus l'entendre, je devais courir, et c'est ce que j'ai fais ! Ils ont alors arrêté de me frapper, mais je les ai entendu m'appeler monstre, aberration, et cette voix continuait à parler, à me faire mal. Plusieurs fois j'ai voulu retirer mon bandeau, mais tu m'avais dit de ne jamais le faire et quand ma main s'en approchait la voix se faisait plus forte.

Je n'entendais qu'elle, et ne voyait rien, c'était comme si j'étais dans la nuit maman...Et quand j'ai rouvert mon œil j'étais dans une salle étrange, j'avais mal partout et j'avais quelque chose de mauvais et de rouge dans ma bouche. Je suis assis contre un mur, autour de moi, il n'y a personne, rien, je suis seul, et je comprends alors ce qu'ils m'ont dit.

Il n'y en a pas d'autres comme moi ! Tu m'as menti !

Mais je veux te voir, j'ai si mal et je pleurs, je sens mon bandeau se rafraichir, se mouiller. Quand tu me prenais dans tes bras, après que la voix m'ait fait mal tu me disais de pleurer, que ça soulageait, alors je reste là, sans bouger, à me soulager... Ou j'essaye, car j'ai peur, je ne sais pas où tu es, je ne sais pas où je suis . J'ai peur qu'ils me retrouvent, qu'ils me frappent encore. J'ai peur que la voix parle encore !

Je me souviens alors des parties de cache-cache avec Felina. J'aimerai tant qu'elle me retrouve encore. Mais j’entends soudain quelque chose, quelqu'un, et je me demande alors.

Suis je un monstre à ses yeux ?

Précision:
Son bandeau c'est plutôt un bandage !
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Message  Invité le Ven 04 Juil 2014, 12:30

Je m’ennuiiiiiiie… Je m’enuiiiiiiie… Rhâââ, ce que ça peut être pénible ! Des jours sans compagnon de jeu, c’en est désespérant ! Ça fait bien une semaine que je tourne en rond, attendant que quelqu’un vienne dans cette salle où j’ai élu résidence. Mais personne n’est venu ! Personne ! C’est presque déprimant… Vous vous rendez compte ? Un fantôme qui déprime, c’est un comble ! Enfin, fantôme… simili-fantôme serait plus exact, mais là n’est pas la question. Le problème du moment, c’est que je m’ennuie à en mourir. Quoique… Est-ce que je peux mourir, puisque de base un fantôme est déjà mort ? Oh, c’est intéressant, ça, une question sans réponse… Il faudra que j’essaye de me suicider un de ces jours. Pour voir si ça marche. Mais pas aujourd’hui. Non, aujourd’hui je veux jouer ! Et si je ne trouve pas rapidement un compagnon de jeu, j’irai en chercher un moi-même, na ! Reste à trouver où. Oh misère, j’en ai pas fini de galérer, moi…

Eh, une minute ! C’est quoi que j’entends, là ? Des bruits de pas ? Intéressant, très intéressant… Serait-ce mon nouveau compagnon de jeu ? En tout cas il court. Et au rythme que j’entends, il est pas bien grand. Un gamin ? Chouette, c’est encore mieux ! Les enfants aiment jouer encore plus que les adultes ! Je suis sûre qu’on va bien s’amuser tous les deux ! ♪

Oh, mais…il pleure ? Ooh, pauvre petit… Non, tu ne dois pas pleurer ! Tu n’as pas le droit ! Vite, il faut que je trouve un moyen pour qu’il arrête ! Euh… Ah oui, je sais ! Je matérialise mes pieds pour qu’il entende le bruit de mes pas, comme ça il saura que quelqu’un vient le voir. Et puis je suis visible, bien entendu, pour qu’il sache qui est là avec lui. Il hors de question que ce petiot continue de pleurer tant qu’il est dans ma salle, non mais ! Et puis, la règle est la règle, il restera ici pendant un an. Ouh, je sens que ça va être génial ! ♫

Tap, tap, tap… Je m’approche de lui. Je m’assois à côté de lui, et je matérialise ma main pour la poser sur son épaule.

"Bonjour petit. Pourquoi tu pleures ? Dis, comment tu t’appelles ? Moi c’est Andizia."

Il a un truc bizarre, ce gamin… Pourquoi il a ça sur la figure ? Oh, on verra plus tard !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Message  Engar le Lun 07 Juil 2014, 14:47

Il fait noir et le bruit se rapproche...

Mais je sais qu'il s'agit de quelqu'un, je vois une ombre qui se découpe, puis que je vois... Elle te ressemble un peu maman ! Elle a pas nos oreilles, mais elle est aussi belle que toi et elle a de long cheveux... Mais surtout, elle me sourit. Pourtant, j'ai encore peur, je me demande si elle me voit bien, si elle me sourit juste parce qu'elle ne sait pas ce que je suis, parce qu'elle ignore ce que disent les autres sur moi.

Je ne veux pas qu'elle crie, je ne veux pas qu'elle me pointe du doigt en me hurlant dessus. Alors je baisse le visage pour ne pas qu'elle ne voie mon bandeau, qu'elle se doute de ce que je suis. Ainsi je ne la voix plus, mais je l'entends, elle continue de s'approcher, à chacun de ses pas, je sais qu'elle vient vers moi. Je me recroqueville de plus en plus, j'ai peur de voir ce sourire s'effacer pour laisser place à ces grimaces hideuses ! Mes larmes continuent de pleurer, malgré moi... Alors je sens quelque chose sur mon épaule, une main, comme quand mon frère m'avait dit au revoir. Même s'il m'a menti ce geste me rassure et je finis par relever mon visage, regardant à nouveau son joli visage.

Elle me parle avec douceur, comme le faisait Felina... Mais un de ses mots me blesse un peu, ce petit... Mais ce n'est pas une tristesse comme celle que j'avais avant, c'est autre chose. Toujours est il que la voix dans ma tête s'est tu et que brusquement, sans même y réfléchir, je réponds à cette belle femme, Andizia, comme elle le dit.

"Je ne suis pas petit ! Ma maman me dit toujours que je suis très grand pour mon âge."

Enfin, pourtant les autres enfants faisaient après tout la même taille que moi, certains étaient même plus grands que moi... Et puis je ne sais pas ce que c'est l'âge, quand j'ai demandé à mon frère il m'a dit qu'il avait 29 ans, mais c'est quoi un an ? J'ai cru comprendre que c'était comme les jours, les semaines ou les mois, mais je ne sais pas "combien" ça fait. Est ce que c'est un age sept mois ? Je ne sais pas... Mais par contre je connais les réponses des questions qu'elle m'a posée ! Je me rend aussi compte que j'ai été impolie, alors je me mord la lèvre, comme m'a dit de faire ma mère quand je pensais dire une bêtise, même après, puis je parle encore.

"Et bonjour Andizia... Je m'appelle Engar et..."


Alors je me mord encore la lèvre... Mon frère, qui a le même nom, m'a dit de ne pas le dire à n'importe qui ! Mais en même temps maman m'a dit de toujours répondre sincèrement aux questions ! Et puis je dois plus obéir à maman qu'à mon grand frère, non ? Enfin, je l'ai  dit, et je dois encore répondre à une question bien que ça ne me plaise pas, des larmes reviennent...

"Parce que je ... Je suis différent des autres, ils me disent... Que je suis un monstre, horrible, une abomination. Ils disent que j'ai tué, que j'ai fais mal, mais je... Je n'ai rien fais..."

En un sursaut j'entends la voix qui revient, et enfouis ma tête entre mes genoux afin de la faire taire. Je sens encore sa main sur moi, et elle me calme... La voix se tait encore, et mon souffle s’apaise, je relève les yeux, mon regard croise le sien, encore ce sourire... Je le lui rend, et finalement, calmement, je lui dis.

"Vous semblez gentilles..."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Message  Invité le Mar 08 Juil 2014, 14:06

Il a peur… Je le sens, sa peur est encore bien présente. Mais il n’a pas peur que de moi. Qu’est-ce qu’il a, ce pauvre garçon ? Qu’est-ce qui lui fait peur comme ça ? C’est bizarre, vraiment bizarre…

Pendant qu’il parle, je ne quitte pas ses yeux des miens, ou plutôt son œil puisqu’il a un gros truc sur la moitié du visage. Ça sert à quoi, en fait ? C’est pour cacher, mais pour cacher quoi ? Il a un œil de démon sur une peau de lézard, c’est ça ? Oh, ce serait tellement génial ! Il faut vraiment que je sache ce qu’il y a sous ce truc !

En attendant, je caresse doucement son épaule, parce que ce geste a tendance à rassurer les gens qui ont peur, et là ça a l’air de marcher à peu près bien. Ça veut dire quoi, au fait, qu’il est grand pour son âge ? Y a pas deux gamins qui font la même taille au même âge, sa phrase n’a aucun sens ! Cela dit, rien n’a de sens dans ce lieu, et j’ai même envie de dire en ce monde. Ouais, le monde n’a aucun sens (à part peut-être 42) et on devrait tous se passer mutuellement la corde au cou et crever tous ensemble, comme ça ce serait vite fait bien fait et on aurait plus à se poser de questions idiotes ! Ouais, idée trop géniale !

Quoi ? Je me calme ? OK, OK… Mais de toute façon j’étais très calme, hein, c’est juste dans ma tête que ça s’est passé, tout ce que je viens de dire. Si Engar (du nord, hihihi) lève la tête, tout ce qu’il verra, c’est mon visage souriant qui l’encourage à continuer de parler. Parce que j’aime bien que les gens me parlent, ils ont souvent des trucs intéressants à raconter.

"Toi, une abomination ? Faut pas les écouter, tu es un adorable garçon ! Et puis tu sais, tuer des gens, c’est pas très grave, c’est des choses qui arrivent. Tout le monde meurt, enfin je crois, alors si jamais tu tues quelqu’un tu accélères juste un peu son temps pour qu’il arrive plus vite à son dernier jour."

Est-ce que j’y crois moi-même, à ce que je viens de dire ? Euh… Ouais. Ouais, j’y crois plus ou moins, mais en même temps, comme je peux peut-être pas mourir (ça reste encore à prouver) je peux bien me permettre de dire que la mort c’est cool, j’ai rien à craindre de mon côté !

Et là, trop mignon♥, il me dit que j’ai l’air gentille. Mon sourire s’élargit. Il est vraiment trop chou ce gamin !

"Mais bien sûr que je suis gentille, Engar ! Tiens, tu sais quoi ? On va jouer tous les deux d’accord ? Et même si t’es pas d’accord on va jouer quand même, na ! Parce que j’ai oublié de te le dire, mais y a une règle quand on entre dans cette pièce : il faut jouer avec moi pendant une année complète. 365 jours, à l’heure près. Je compte pas les années biss…bi…oh, les années avec un jour en plus ! Celles-là je les compte pas, ça fait tomber mes calculs dans l’eau. Comme ça, plouf !"

Tout en parlant j’agite mes bras comme si j’essayais d’appuyer mes mots avec. Ce qui est tout à fait idiot, vous serez d’accord avec moi pour le dire. On ne peut pas appuyer des mots. On peut appuyer sur eux, mais on peut pas les appuyer. Bref ! Tout ça pour dire que je fais un truc idiot, comme ça le petiot va rigoler et on pourra s’amuser plus en jouant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Message  Engar le Mer 09 Juil 2014, 12:52

Adorable ? A part ma maman et ma sœur, personne ne m'a appelé ainsi par le passe ! A cette appellation mon sourire s'élargit et l'écoute avec attention. Tuer ce n'était donc pas une chose grave ? Mais alors pourquoi la fille avait parue si énervée si son père avait été juste tuée ? Je ne comprends pas vraiment tout ce qu'elle me dit. C'était quoi mourir ? La petite démone aux cheveux roses en avait aussi parlé, mais elle ne m'avait pas expliquée, et ma mère non plus. enfin il ne doit pas s'agir de quelque chose de très important si on peut l’accélérer comme cela, non ?

D'ailleurs elle semble ravi que j'ai dit qu'elle soit gentille, avec un large sourire... Auquel je continue de répondre alors qu'elle parle de jouer. La seule personne avec laquelle j'ai jouée jusqu'alors c'était ma sœur, et qu'est ce que je m'amusais alors ! J'aimerai bien m'amuser encore comme cela ! De fait je ne vois pas pourquoi je ne serai pas d'accord pour cela et me contente de hocher la tête, comme pour signifier mon accord. Andizia est drôle d’ailleurs à bouger comme cela tout en parlant, en plus on voit bien mieux ce qu'elle veut dire, c'est à peine si on a besoin de l’entendre. En fait peut être que ça serait mieux que tout le monde parle comme cela, je suis sûr que dans ce langage les mots "aberrations" ou "monstres" n'existent pas...

Et elle m'apprend alors une règle de ces lieux, jouer pendant une année ? Voilà une règle qui était drôle, bien plus que les autres que je connais "ne retire pas ton bandeau" "ne t'éloigne pas trop de maman"... Mais je ne sais toujours pas ce que c'est une année, et c'est au final elle qui me l'apprends. Enfin en partie, trois cents soixante cinq, c'est quoi ça ? Avec le cinq je devine que c'est un chiffre, et comme je le connais pas c'est que ça doit être plus grand que vingt !

Ça fait beaucoup...Et je me dis aussi que ça fait trop ! Plus de vingt jours à jouer ? L'idée en soit me fait plaisir, mais je sens, je sais que ma mère va s'inquiéter si je ne la revois pas, et je ne veux pas que maman ait mal, comme j'ai eu mal. En plus Andizia complique encore les choses en parlant d'années bissextiles. Il y en avait en plus avec un jour de plus ? Mais comment font les grands pour s'y retrouver avec tout ça ?! D'autant plus que selon Andizia ça pouvait tomber dans l'eau... Mais comment ? Les années c'étaient des boites qui contenaient des jours ? Oulah, c'est compliqué, mais je n'oublie pas de lui répondre. Ça a l'air facile en y pensant, mais alors que j'essaye les mots refusent de sortir et je n'y parviens finalement qu'avec une voix hésitante et faible, comme quand ma maman me prenait à avoir fait une bêtise.

"Je veux jouer aussi Andizia... Mais je ne connaissais pas cette règle et ma maman va m'attendre si je reste ici plus de vingt jours à jouer, elle va être inquiète et je ne veux pas qu'elle soit inquiète ! Et elle, m'a dit un jour qu'on peut pas forcer quelqu'un à suivre une règle qu'il ne connaissait pas, et je connaissais pas la tienne avant que tu me la dises, désolé..."

La tête baissée, je la redresse néanmoins. J'espère que mes mots vont pas faire fuir ou énerver mon amie, d'autant plus qu'au final, j’ajoute d'une voix plus forte.

"Mais pour le moment, je peux jouer avec toi ! Tu veux jouer à quel jeu d'ailleurs ? Vu comment t'es grande tu dois en connaitre plein !"

Elle est bien plus grande que moi, c'est vrai, je me demande d'ailleurs pourquoi elle joue encore. Les adultes ne jouent pas beaucoup normalement, non ?
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Message  Invité le Ven 11 Juil 2014, 22:39

Ouais, il a rien suivi du tout, quoi. Je le vois bien à la tête qu’il fait, il est complètement perdu dans le labyrinthe de mes paroles. Et les grosses flèches indicatrices de mes bras ne suffisent apparemment pas pour qu’il y retrouve son chemin. Oh, j’adore cette métaphore, elle est tellement bien trouvée !♥ Bref ! Revenons à nos moutons. (Bêêê !) Il comprend pas la moitié de ce que je lui dis, pauvre petit. Mais ça veut dire qu’il comprend l’autre moitié, et ça c’est bien, c’est génial même ! Donc tout va bien et on peut continuer la conversation, youpi !

Qu…quoi ? Vingt jours ? Seulement vingt ? Ah non ! Non non non, quinze fois non, non puissance mille et plus encore, et on double le tout !!! C’est tout nul, c’est même pas la moitié de la moitié d’une année, vingt jours ! Faut trouver un moyen de contourner ce problème, et vite ! Mais quel moyen ? Oh là là, ma pauvre petite tête immatérielle se met à fumer virtuellement devant ce problème insoluble ! Bon, déjà il veut bien jouer avec moi vingt jours, parfait ! Il va juste falloir que je trouve un truc pour qu’il reste plus longtemps. Oh, mais je sais ! Oui, ça c’est génial !

"Je joue à plein de trucs ! Les gens ne savent pas s’amuser, c’est tellement triste. Mais moi, je sauverai l’avenir du jeu en le pratiquant continuellement, c’est pour ça que j’ai établi la règle dont je t’ai parlée !"

J’ai parlé avec ferveur et passion, un poing serré, des étoiles dans mes yeux dirigés vers le mur d’en face, mais en fait plus au travers, vers le lointain. Oui, c’est complètement débile comme mimique, mais je surjoue un peu, volontairement, pour faire rigoler Engar. Parce que si je commence à le faire rire maintenant, il arrivera plus à s’arrêter de rire quand on jouera et ça sera encore plus amusant !

"Voilà ce que je te propose : on joue pendant vingt jours, après tu t’en vas pour dire à ta maman de pas s’inquiéter, et puis tu reviens jouer avec moi vingt jours, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on arrive à trois cent soixante-cinq, d’accord ? Tous les vingt jours tu rassures ta maman, et le reste du temps tu joues avec moi."

C’est une idée de génie, hein ? Allez, dites-le que c’est génial et que je suis vraiment intelligente ! Bon, c’est pas tout ça mais maintenant il faut amener le jeu. Voyons voir, qu’est-ce que je vais lui proposer comme premier jeu… ah oui, je sais !


"Le premier jeu auquel on va jouer est le cache-cache, mais on va faire une variante. C’est une variante où on pose des questions à l’autre. Donc en fait, toi tu te caches, moi je te cherche, et chacun son tour on se pose des questions. Et interdit de mentir en répondant, hein ! Sinon c’est de la triche, et la triche c’est pas bien."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: 1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Message  Engar le Lun 14 Juil 2014, 18:13

Toujours en agitant ses mains, et même tout son corps, Andizia me fait à nouveau rire. Bien qu'elle paraisse un peu inquiétante des fois elle est vraiment drôle ! Mais je ne suis pas d'accord avec elle ! Les gens savent encore s'amuser, la preuve en était ma sœur avec qui j'avais pu jouer des mois dans la jungle !

"Mais si ! D'autres personnes savent jouer ! J'en connais une autre justement. Elle s'appelle Felina et elle aime beaucoup jouer avec moi. Ces derniers temps elle est un peu occupé, mais je pense qu'elle aussi voudrait s'amuser avec nous... Et tu sais on peut aussi s'amuser sans cette règle au pire !"


Je souris alors, je peux la comprendre en fait. Moi aussi je ne veux que m'amuser, mais personne ne veut le faire avec moi alors si c'est aussi son cas, peut être qu'elle n'a pas d'autres choix si elle veut jouer ! En tout cas avec moi ça n'est pas nécessaire ! Son idée n'est pas mauvaise, mais ici ce n'est pas un endroit très confortable pour dormir et maman m'a appris à ne pas prendre trop de nourriture aux autres qui m'en offrent alors, d'une voix joyeuse je dis.

"En moins de vingt jours elle va quand même s'inquiéter...Et je ne veux pas dormir par terre ou te prendre de la nourriture ! Je peux rentrer le soir au pire et chaque matin je reviens te voir ! Ça serait un plaisir !"

Elle aussi elle doit bien se nourrir et dormir de toute façon, on ne peut pas faire que jouer malheureusement ! Enfin, quand elle me propose un cache cache je sous tout excité. J'y ai joué avec ma sœur et je suis très fort ! Le secret c'est de ne pas que se servir de ses yeux, mais aussi de ses oreilles et de son nez, Felina elle même m'a montré comment faire. Mais elle parle d'une variante, c'est quoi ça ? Je ne sais pas exactement, mais je comprends ce qu’elle veut dire...Et ça me surprends, une proie ne parle jamais avec son prédateur !

"Mais je fais comment pour me cacher alors ?! Tu vas m’entendre et savoir où je suis , ça va être trop facile pour toi qui me cherches, c'est pas juste !"


Répondre à des questions m dérange pas ne soit, mais je ne veux pas perdre aussi facilement, ça ne serait pas drôle ! Alors je proteste un peu, les poings sur mes côtes je fais mon regard noir, comme l'appelle maman et je continue.

"Je veux bien jouer avec toi ou répondre à tes questions, mais faut que ça soit drôle et ça ne l'est pas ça !"
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 1, 2, 3, Rions comme des enfants 4, 5, 6 Jouons à tes dépens.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum