Tout ce qui monte... [Libre]

Aller en bas

Tout ce qui monte... [Libre]

Message  Serenos Sombrechant le Sam 23 Aoû 2014, 05:34

L'escalade était une activité comme les autres, lorsqu'on était un docteur aussi dévoué à la tâche qu'un certain être à la fois insensible au trépas comme à l'âge. Serenos avait l'habitude de grimper le Pic d'Horëhedal au moins une fois chaque cycle lunaire. Et il semblait, à sa propre surprise, qu'il y prenne un malin plaisir. Les pieds dans le vide et les mains solidement accrochés à une corniche après qu'une pierre trompeuse se soit dérobée sous son poids, l'homme voyait au bout de ses pieds ce qui aurait pu être sa fin, dans une autre journée. La vue du vide sous lui ne créait chez lui aucun malaise remarquable, hormis la dangereuse pensée qu'une chute d'une telle hauteur serait garante de mort aussi honteuse qu'inévitable. Là était le risque de s'aventurer hors des limites du pouvoir de résurrection du Donjon, mais pour Serenos, c'est ce qui était véritablement de vivre; craindre la mort, et pourtant l'accepter comme une fin, même si aucun plaisir n'était tiré de cette conclusion. Il se hissa tout de même hors de danger, avant que sa vague d'euphorie existentielle ne le pousse à lâcher prise pour goûter ce que tous ces êtres vivants auront un jour la gloire de connaître, alors que lui ne vieillirait pas, et peut-être même ne mourra jamais.

Alors qu'il escaladait une nouvelle face de la montagne, il entendit en contrebas des bruits de sabot. Des sabots étant normalement signe d'un déplacement de troupes, le jeune homme s'empressa de grimper et trouver refuge sur une corniche. Pas très grande, juste assez pour cacher son corps. Parfois, il se reprochait de manquer de virilité, mais pour une fois, son corps plus menu lui semblait soudainement plus utile. L'homme se rapprocha donc du bord et regarda en bas, sur le sentier qui passait le long de la montagne, creusé à même celle-ci, pour regarder ceux qui passaient. Il nota la présence de plusieurs hommes en armure. Un en particulier attira son attention. Un grand homme, dotés de cheveux noirs comme la nuit, ainsi que d'une étrange aura que même Serenos pouvait définir de... pure. Pas pure dans le sens où elle était innocente, mais où il n'y avait aucune trace de doute, de questionnement ou même d'hésitation; une pure force, sans cran de sûreté, comme une lame sans fourreau. Il en eut même des frissons tant cette même aura était d'une puissance et d'une flamboyance rare. Un seul nom pouvait accompagner cette personne, le seul qui pouvait avoir une force de caractère aussi imposante pour faire frémir un monstre; Silvärrandër. Le Héros.

"Sir, vous êtes sûr de vos informations? Un monstre dans les environs du village de Carter?
- Je ne suis pas reconnu pour me tromper, paladin. Les Haut-Prêtres m'affirment qu'il y a un nombre croissant de morts dans les environs, et les corps arborent des lacérations qui rappellent une bête féroce. S'il ne s'agit pas d'un monstre, je ne laisserai pas un assassin se promener librement.
- Mais nos ordres...
- Paladin Nathanaël, je ne comprend pas votre hésitation. Pour la trentième fois; vous êtes à ma botte, pas à celle de l'Église. Nous collaborons avec eux. Même s'ils m'ont collé au commandement des Paladins du Sacré Ordre, ils n'ont aucune autorité sur moi, et du coup, sur vous. J'ai dit que nous allons à la Crique de Carter, et vous allez me suivre. Maintenant, retournez dans vos rangs.
- Sir...
- Exécution, paladin!"

Aussitôt, l'homme fit demi-tour, cessant de harceler Emmerïch. Une fois seul, celui-ci délesta sa monture de son poids et ordonna à ses hommes de monter un campement. Malgré les grommellements, la plupart le firent sans poser la moindre question de plus, et contrairement à Nathanaël, ils le faisaient avec un certain entrain. Le Héros leva soudainement la tête et leva une main en direction de la corniche où se cachait Serenos.

*Oh putain...*

Jaillissant de la main du Héros, un éclair d'énergie bénite frappa la pierre. Bien que rien de maléfique ne soit dans celle-ci, la pression d'énergie suffit à la briser. Serenos eut tout juste l'intelligence de ne pas hurler quand la pierre céda et tomba dans le vide, l'entrainant dans sa chute. Probablement que les paladins l'interrogeraient, mais qu'il prétendra s'entrainer, tout bêtement, mais Serenos ne comptait pas justifier qu'il ne lance ses alliés à sa suite. La chute devait bien faire près plusieurs centaines de mètres, surtout que le Roi avait gravit le flanc d'une falaise, ce qui ne laissait rien à se raccrocher. Plutôt que de se débattre avec des options qui n'existaient pas, le Roi s'empressa de passer des cordes à son manteau long et à ses pieds pendant sa chute et de les attacher rapidement, avant de relâcher ses flammes devant lui, générant suffisamment d'air chaud pour faire gonfler son manteau et ralentir sa chute.

*Moins! Moins vite, bon sang! MOINS VITE!*

Il parvint à réduire sa vitesse de chute à plus de soixante pour cent, mais il comprit qu'il ne pouvait ralentir davantage quand il atteignit la cime des arbres... et qu'il se planta dans les branches de ceux-ci. Il sentit la douleur le traverser alors que plusieurs cédaient sur son poids, mais une branche derrière sa tête le heurta avec force, puis ce fut le noir, lui laissant juste le temps de sentir quelque chose de froid, mais intangible, l'envahir; probablement de l'eau.
avatar
Serenos Sombrechant

Masculin
Messages : 59
Expérience : 30
Métier : Roi de Meisa et Héritier des Ashanshi

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum