Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Mer 11 Jan 2012, 22:42

Les odeurs de la forêt m'était inconnue. Cette forêt entière l'était d'ailleurs. Et le temps lui non plus ne jouer pas en ma faveur. Après la pluie d'hier soir, le sol, humide garde certes plus les traces mais les odeur s'en retrouvaient toutes modifiées, étranges. Pister quelqu'un n'étais pas forcement mon sport favoris - Chacun son atout; je préférais sauter de toit en toit-, mais avec cet inconvénient en plus, la chose n'était vraiment pas aisé. J’espérai seulement que son odeur ne quitte pas mes narines. Je ne pouvais pas revenir en arrière, je me perdrai a coup sur. Pas le choix il fallait avancer.

Toujours truffe contre le sol, j'arpentais la roche et la boue, me salissant encore plus mon pelage déjà bien sale. Décidément une bonne pluie serait la bien venue, ou un lac. Peut être que le lac que 'javais sentis quand nous étions dans le couloir n'était pas lion. Quoi que, c'était peut être la simple rosée que j'avais repéré. Mais une petite toilette ne serait pas de refus. Avoir une fourrure propre et impeccable était primordiale voir vitale pour un félin. C'était non seulement sa fierté mais aussi le signe de bonne santé (et qu'il n'avait rien d'autre à faire de sa journée). Mais c’était avec des grelots de boue accrochés aux pattes que j’avançais lentement vers ma proie.

La piste s’entrecroisait par endroit, et je devais choisir la direction a prendre. La chance me souris, enfin! La en contre bas, sur un tapis de feuilles morte a moitié humide, un loup noir était assis. Un canin aux yeux bleu caractéristique. Le voilà, planté devant un arbre frappé par la foudre. Il ne m'avait pas repérait, enfin je crois. Pas de réactions qui le laissais penser du moins.


*On rejoindra le donjon c'est ça hein! Tu parles tu voulais juste me laisser en plan!*

Écrasée contre la pierre chauffée par le soleil matinal, j'attendais encore un peu. Ma vengeance préméditée allait pouvoir être mise à exécution. Me cachant dans les feuillages, je descendais sans bruit le long du sapin et atterris sans bruit au sol, dans son dos pour que l'effet de surprise soit total. Le compte a rebours était lancé. Tout mes muscles étaient tendue, mes nerfs répondraient a la seconde ou je décidais de lancer mon attaque. Le voir suppliant, le sentir sous mes doigts...

Il n'en fallait pas plus. D'un bond je m’élançais de ma cachette. D'un autre, je me transformais en humaine, les bras tendus devant moi. Je l'emportais dans mon élan. Après deux roulades où je ne le lâchais pas ma prise, j'étais au dessus de lui. A présent, le loup était sous moi et je commençais a resserrais mes griffes autour de son coup quand soudain quelque chose m'attrapa la jambe et me tira. Je hurlai. Ma jambe n'était pas simplement attrapé mais lacerais. Des crocs s’enfonçaient dans ma chaire me déchirant de l’intérieur. Je hurlai encore.

Une louve? Peut importe. Mon instinct changea de proie. Arty n'était plus un ennemis. La Louve blanche derrière moi était bien plus dangereuse sur le moment. Je n'avais pas fait attention. D'où sortait elle? Et zut! Qu'est ce qu'elle faisait ici? Mes doigts se détachèrent du loup pour happer la tête de mon nouvel adversaire. Le combat allait commencé. Moi qui voulait chasser, me voilà une proie. Un petit chat en sommes entre deux loups.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Sam 14 Jan 2012, 17:10

Sentir à nouveau le monde sous l'apparence de ce noble anima qu'est le loup me laissais une impression étrange mais réconfortante : je me sentais à la fois plus fort et plus faible, rassuré et inquiet. Plus aucune des considérations humaines si futiles et encombrantes ne m'atteignaient mais une nouvelle flopée de problèmes m'assaillaient à présent sans qu'une solution ne se forme dans mon esprit modelé autrement qu'auparavant dans mon enveloppe d'homme si faible et disgracieuse. La présence d'une semblable à proximité tendit encore plus à me faire oublier tout ce qui concernait les évènements récents pour me plonger avec délice dans le tumulte d'une vie animale parfois si brutale mais parfois calme et rassurante parfois : certes la survie était plus difficile mais au moins je n'avais plus à craindre le fléau humain ou tout du moins moins qu'avant : détourné par la présence des monstres, les hommes nous laissaient depuis peu une paix toute relative... Juste le temps d'en finir avec un autre ennemi avant de revenir nous chasser tout ça parce qu'on se révélait être gênant quand on croquait une petite tête de bétail. Repensant à la dernière conversation que j'avais eu avec un gros loup gris que j'avais défendu face à trois chasseurs, je ressentis une certaine amertume en me repassant ses paroles dans ma tête : les hommes sont une folie qui n'aurait jamais dû être inventée car ils détruisent tout et trouvent que c'est normal de tuer celui qu'ils ont pourtant provoqué le premier et ne fait que se défendre. Pourquoi donc le destin avait-il laissé une race si ignoble se développer au point de devenir la plus forte sur terre ? Car je n'étais pas stupide : l'homme était devenu l'espèce dominante sur notre monde, pour chaque homme tué, dix autre prenait sa place et il en allait de même pour les armées qu'ils levaient qui s'adaptaient après chaque défaite pour vaincre l'adversaire. Constatant le triste sort qui attendait notre race à nous les monstres, je baissa le museau en proie à un certain désespoir.


Le trouble qui habitait mon esprit me cacha d’ailleurs l'approche d'une créature, sans doute un prédateur que je ne remarqua qu'au moment où il sauta sur moi sans doute en vue de me tuer. Cela aurait d’ailleurs bien pu se produire si l'autre louve ne se serait pas jointe à moi dans la bataille : son attaque brutale me permit de rouler à l'écart avant de fixer mes yeux azur sur l'attaquant... Elle ?! Fermant ma gueule ouverte en vue de mordre ma proie, je fis un gros effort pour me calmer et reprendre forme humaine. Me redressant au milieu des feuilles mortes dans une métamorphose plus douloureuse que prévu, je cria ''ça suffit'' ce qui effraya à la fois le félin et le canidé toujours en pleine mêlée et ils se séparèrent brusquement. La louve grogna longuement en toisant la féline prostrée à quelques pas d'elle et je compris qu'il ne faudrait qu'un geste de sa part pour relancer le bain de sang interrompu par mon intervention. Soupirant, je me penchais sur la jeune Beast et lui dit dans un murmure bas :


- Pourquoi m'as-tu suivie ? Hum, j'aurais peut-être dû te prévenir avant de partir mais il ne fallait pas t'inquiété : je serais revenu ! Je voulais juste passer un peu de temps avec une semblable, tu peux comprendre ça non ?


Je lui rendis un sourire chaleureux avant de me pencher sur sa jambe bien abîmée puis, sans prévenir, la pris dans mes bras pour m'en aller avec un regard d'excuse envers l'autre animal qui retourna s'occuper de sa progéniture avec un grognement d'adieu. Continuant à marcher jusqu'à tomber sur un petit cours d'eau, j'y déposa la Beast et récolai un peu d'eau pour nettoyer la blessure avec. M'asseyant ensuite à côté d'elle, je lui dis :


- ne t'en fais pas, je te ramènerais au donjon coûte que coûte c'est de ma nature... Pourquoi t'aurais-je aidé au village sinon ?


Même si ça pouvais paraître rude c'était on ne peut plus vrai et je me tiendrais au moins à cette résolution : faire de la jeune chatte égarée une nouvelle habitante du donjon !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Dim 15 Jan 2012, 01:20

Un loup avait peur des hommes. Les loups naturels j'entendais pas les beast. Alors cela voulait dire que je me battais avec un beast. Il n'y avait plus ciel ni terre. J'avais perdu mes repères, balloté dans tout les sens. En évitant un coup de mâchoire, j’aperçus 3 ou 4 louveteaux dans le troncs.Une louve. Elle protégeait sa portée, et en tant qu'humaine j'étais une menace. En plus j'avais attaqué un loup devant ses yeux. Voilà la raison du combat. C'était une louve guidée par son instinct de mère. Je ne trouvait plus de raison de me battre, mais comment arrêter le débat maintenant? Elle ne s'arrêterait pas avec un claquement de doigts et puis, elle m'avait quand même blesser. Tout compte fait, j'allais me battre aussi.

-Ca suffit!

Mes oreilles furent véritablement blessées; Par le coup de griffes de mon adversaire mais également par le cris d'Artyom derrière moi. La louve s'écarta de moi d'un bond, j'en fis de même, mais l'atterrissage fut mouvementé. Je m'étala disgracieusement sur le sol, impossible de me réceptionner correctement avec ma jambe dans cet état. Le comble pour un chat... Je restait néanmoins sur mes gardes. Même si la bataille semblais un moment suspendu, je ne quittais pas des yeux ceux de la canidé. Mais la plaie ouverte de ma jambe combiné a l'effort que je lui avait demandais pour le combat.
Il s'approcha de moi et examina ma jambe.


-Pourquoi m'as-tu suivie ? Hum, j'aurais peut-être dû te prévenir avant de partir mais il ne fallait pas t’inquiéter : je serais revenu ! Je voulais juste passer un peu de temps avec une semblable, tu peux comprendre ça non ?

Ah bon? Il voulais juste voir un loup? Pourquoi je n'y avait pas pensé plutôt. Après les loup sont moins solitaire que nous les chats. Il lui fallait juste un contact canin. Je me sentais bien bête à présent quand il me pris dans ses bras et partis, laissant la louve à ses petits. Je restais silencieuse. Que dire? J'avais vraiment une mauvaise image de lui. Mais après tout, c'était le propre de ma race que de changer d'avis tout le temps. Alors qu'avant de m'endormir je pensais m’excuser, en me réveillant je voulais le tuer. Les sauts d'humeurs n'étaient pas une tare chez nous. Certaines races ne pouvaient pas comprendre cela. Enfin, je me laissais porter sans rien dire, cachant quand même ma poitrine et mon entre jambe avec mes mains. Même si la nudité ne me gênait pas, je préférais ne pas tenter le diable. Je ne quittait pas son visage des yeux, avec un air que j'espérais neutre.

Je ne savais pas ou il me portait. Il faut dire que mon sens de l'orientation n'était pas mon point fort. Je me perdait sous, alors dans une forêt inconnue, c'était inutile que j'essaye de savoir si j'étais déjà passais par la. Nous arrivions près d'un petit cours d'eau. Pas vraiment très profond, une vingtaine de centimètre tout au plus. Délicatement, il me déposa au sol. J'étendais devant moi ma jambe blessée et plier ma jambe valide contre ma cuisse. L'eau fraiche sur ma plaie me fit frissonné. J'étais étonnée d'autant d'attention, a vrai dire, je ne savais plus quoi penser. Je l'observais juste, en me repassant mentalement notre périple. Une fois les "soins" finis, le loup s'assit à mes côtés.



- Ne t'en fais pas, je te ramènerai au donjon coûte que coûte c'est de ma nature... Pourquoi t'aurais-je aidé au village sinon ?



Pourquoi m'avait il aidé? Bonne question. Je m'étais déjà posé la question plusieurs fois, à croire que cet aspect de ma personnalité était également lié à ma race. Il attendait une réponse, mais aucune ne venait. J'ouvrai et refermai la bouche sans qu'aucun sons ne sorte. Je ne savais encore une fois pas quoi dire. Mes frères me venaient en aide, pas les loups de mon village. Peut être le coéquipier de mon père m'avait aidé une ou deux fois mais c'est tout. Alors pourquoi l'avait il fait? Une chose était sur, c'était que ce n'était pas dans sa nature. Il n'avait peut être pas vue mes oreilles au début et pensait simplement sauver une jeune femme. J'attendais encore une minute, avant de prendre une mine grave et de baisser la tête.

- Je pense que,...au contraire ce n'est pas dans ta nature...

J'avais raison. Ses paroles dites plutôt me revenaient en mémoire. Pour lui il y avait une sorte de justice, je l'avais plusieurs fois noté et également rayé. Il tuait à tour de bras. Mais sa ligne de conduite semblait "bonne". Peut être meilleure que la mienne qui était simplement de vivre sans me soucier du reste. Mais il fallait reconnaitre une chose au loup; il n'avait pas abandonné, malgré je pense, de nombreuse pulsions lui ordonnant de me laisser à mon sorts.

- "Espérons juste que ta vie coûte plus que celles de tout ceux qui risquent de mourir aujourd'hui dans la balance de l’équilibre."...


Je relevai la tête vers le ciel en me penchant en arrière, les bras tendue derrière moi. Pourquoi m'avait il sauvé? La réponse se dessinait dans mon esprit. Il ignorait juste qui j'étais, il ne savait même pas mon nom. Ce que j'avais provoqué dans mon passé et mieux encore, il ignorait mes actes futurs. Le loup m'avait juste aidé par principe en réalité. Ce n'était pas la première fois qu'il se mêlait de ce qui ne le regardait pas, pour reprendre ses propres paroles. Peut être que justement cette obsession de la justice venait d'un traumatise lié à cela. Quoi qu'il en soit, j'étais contente tout de même de ne pas avoir finir en pâté pour chat.
J’annonçais ma théorie aussi simplement et clairement que dans mon esprit.



- Je pense que tu as simplement eu pitié d'un chat et que ta volonté a été plus forte que l'idée de m’abandonner c'est tout. Tu n'es pas vraiment du genre à sauver des demoiselles en détresse. Encore moins des boulets dans mon genre. Enfin, tu ne pouvais pas le savoir justement quand tu m'as sauvé dans le village. Sinon je crois que tu ne l'aurai pas fait. C'est aussi simple que ça.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Lun 16 Jan 2012, 14:31

le petit voyage avec la jeune chatte dans mes bras se fit en silence, un silence juste troublé par les bruits de la forêt que mes pas souples ne dérangent pas à cause du craquement surprenant d'une branche morte ou l’effleurement feutré de mon manteau sur une plante bordant le ''sentier'' que je suivais. Je me repassai encore une fois les évènements de la journée dans la tête : nous avions vécu à nous deux et en une seule journée plus d'aventures et de dangers q'un aventurier en un an ! L'eau fraîche et calme du petit ruisseau s'avéra être aussi bénéfique pour ma compagne que pour moi : elle me revigora et permit aussi de nettoyer un peu la blessure. Il faudrait des soins plus attentif que ça pour guerrier entièrement mademoiselle l'aventurière du dimanche mais au moins je diminuais je l'espère les risques d'infections de la plaie. Bien entendu il pourrait toujours y avoir le risque que l'eau soit polluée par le travail de l'homme plus loin sur l'eau ou qu'un animal soit mort sur une des berges et répande son sang ou ses entrailles putrides dans l'eau mais j'évitai d'en parler pour ne pas choquer la Beast. Remplissant une gourde de l'eau froide et rafraîchissante, je me rassis ensuite près de ma ''camarade" pour continuer à inspecter la morsure : elle n'était pas encore trop grave mais vu l'état général de la féline, cette blessure pouvait prendre des proportions plus dangereuses à cause de son état d'épuisement avancé. Prononçant une nouvelle fois une petite promesse dénuée de poésie mais qui sonnait bien vrai, je faillis m’offusquer quand mon interlocutrice clama que tout cela était ''faux" mais le commentaire qu'elle émit ensuite me fit sourire : en effet j'étais plein de contradictions et cela ne me gênais pas le moins du monde et j'étais aussi très borné comme l'avait démontré cette aventure périlleuse où j'avais eu maintes occasions d'abandonner cette Beast à la mort pour retourner vivre ma vie sans plus me soucier de rien. Pourtant j'étais resté à ses côtés tel le chevalier blanc que je n'étais pourtant pas : un petit acte charitable à droite à gauche mais jamais rien en mesure de mettre ma propre vie en danger ! Pourtant cette fois j'avais enfreint sans soucis mes ''règles"pour me porter au secourt de la fille allongée sur le sol à proximité. Gardant un sourire amusé mais fermant les yeux, je me laissai aller en arrière sur le sol en croisant mes mains derrière ma nuque. Laissant un petit silence s'installer durant une poignée de secondes, je pris ensuite la parole d'un ton distant, un peu rêveur :

- Je suis un homme plein de contradictions hein ? Et après on viens dire que les femelles sont complexes ah ah ah ! Au moins tu peux te consoler en te disant que j'étais dans un de mes bons jours pour t'avoir aider jusqu'au bout. Mais pour le moment, il faut oublier le passé et plutôt nous concentrer sur le futur : il faut qu'on atteigne le donjon avant qu'une nouvelle tuile nous tombe sur le dos ! Mais tout d'abord il nous faut revenir au campement pour récupérer nos affaires d'accord ? Tu puex marcher ou tu veux que je te porte ?



Sans trop attendre, je lui tendis la main pour l'aider à se relever, un geste simple d'amitié et d’entraide...



HRJ : comme ça on peut revenir au camp puis zapper au lendemain où nous arrivons au donjon ou bien faire autre chose une fois que nous sommes revenu au camp où j'ai toujours laissé ma veste et mon arc ^^"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Dim 22 Jan 2012, 20:12

Le petit ruisseau coulait lentement. La nature c'était arrêté un instant pour nous laisser souffler. Notre périple n'était pas encore finis. Nous n'étions pas au donjon, mais perdu en pleins milieu d'une forêt. Peut être que le lubin a mes côtés savait se repérer, moi non. Il s'était allongé, se détendant enfin un peu. Ce matin ne devait pas être de tout repos. Contrairement a moi il n'avait pas dormis. Le silence illusoire s'installa et j'en profitais pour l'observer sans dire un mot. Ma réflexion le fit réfléchir et l'amusa en même temps.

-Je suis un homme plein de contradictions hein ? Et après on viens dire que les femelles sont complexes ah ah ah ! Au moins tu peux te consoler en te disant que j'étais dans un de mes bons jours pour t'avoir aider jusqu'au bout. Mais pour le moment, il faut oublier le passé et plutôt nous concentrer sur le futur : il faut qu'on atteigne le donjon avant qu'une nouvelle tuile nous tombe sur le dos ! Mais tout d'abord il nous faut revenir au campement pour récupérer nos affaires d'accord ? Tu peux marcher ou tu veux que je te porte ?

Sa main tendue devant moi attendait ma réponse. Nous étions ensemble ici, maintenant. Mais effectivement, au donjon, je serai à nouveau seule. Même si les chats étaient indépendants, la compagnie d'autre créature était vital des fois. Mes jours de marche en solitaire m'avais non seulement exténué physiquement mais mentalement aussi. Et à présent, l'idée de n'avoir plus personne, me parue insurmontable, impensable. Mine de rien, la présence du loup était un bon appuis et une compagnie plaisante malgré les différences notables entre nous. Mon cerveau ne fonctionnait sûrement plus bien pour que je pense cela. Tant pis. Je lui répondis d'un ton sec et aigre en faisant la grimace, lui en voulant pour un acte qu'il n'avait même pas encore fait.

-Trop aimable...

Il me tira en douceur vers l'avant pour que je puisse me relever. Ma jambe m’élança un peu et m'arracha un grognement roque. La louve m'avait plus amochée que je ne l'avais fait. Certes elle n'avait pas loupé mon mollet droit, mais une de mes oreilles avait reçût un bon coup de griffes, ma longue queue avait quelque poils en moins et ici et là, des marques rouges se confondaient avec les poils de ma fourrure. Si Artyom n'avait pas interrompu le combat, cela ne faisait pas de doute, j'en serai ressortie avec beaucoup plus de complication que maintenant. Je regrettais de ne pas être bonne dans ce domaine, le combat. Mais comme le disait ma mère «  On ne peut être meilleure dans tout. Chacun a ses spécialités. Ce n'est pas une des tienne. C'est tout » et la elle me souriait. Oui, mon domaine était a des centaine de lieux de celui la, malheureusement. Mais hors de question que le loup me porte a nouveau. J'étais un boulet pour lui, et voulais me rendre un peu utile. C'est donc déterminé, du moins en apparence, que je fis un pas en avant.

- Pleins de contradiction ? Oui et

Et je m'étalai de tout mon long sur l'herbe humide. Oui c'est à ce moment précis que ma jambe choisit de lâcher mon poids plume. Face contre terre, je ne pouvais m'empêcher de retenir un juron félin. Décidément ce n'était vraiment pas mon jour. Alors que je m'étais résolu de ne plus être une charge pour lui, je n'étais même pas capable d'avancer. Me maudissant intérieurement, j'étais a nouveau dans ses bras. Je n'osais même pas le regarder dans les yeux tellement j'avais honte et j'essayai de garder mon calme en reprenant ma phrase que je n'avait pas pu terminer, omettant l'évènement qui venait de se produire.


-Oui et non. Par expérience, je sais que les chats sont bien plus complexe que vous les loups. Il faut dire que nous n'avons pas le même mode de pensé non plus. Vous êtes plus comme des...des...des chiens, ce qui est normale en y réfléchissant, et nous des...des...

Les mots me manquaient. Je n'étais pas non plus doués pour les longs discours. De toute notre aventure c'est lui, sans conteste qui avait le plus parler. Je préférais resté silencieuse et observé comme tout bon animal de ma race. Il était donc plus sage que je me taise. Je luttais pour ne pas m’endormir, bercée par le rythme régulier de ses pas. Le paysage ressemblait en out point a tout les autres. J’espérais que le loup lui savait ou nous allions. D'ailleurs je me notais mentalement de m'améliorer également sur ce point. Mes frères n'étaient plus la pour venir me chercher et je doute fort que quelqu'un dans le donjon pourrait le faire à chaque fois. Vue que je m'aventure des fois loin dans des endroit inconnue, poussé par la curiosité, il fallait absolument que mon sens de l'orientation se développe rapidement. Sinon j'étais condamné a restait enfermé. Mes yeux décrypté donc les alentours, faisant abstraction de mon porteur.

L'endroit me disait vaguement quelque chose. Mon instinct me dit que nous approchions du mini campement de ce matin, mais vue la justesse de mon instinct en ce moment, je ne préférais pas m'y fier. Et demandais au loup ou nous sommes, aurait encore une fois appuyé l'idée que j'étais un fardeau. J'attendais donc patiemment d'être sur de notre destination. Quelque minute plus tard, j’aperçus le petit feu que j'avais fait et également sa veste accroché bien plus haut dans un arbre. J'avais oublié ce détail. Je me raclais machinalement la gorge.



-Je suis désolée. J'ai jeté ta veste avec tes fioles dans un arbre. Si elle est abîmé, je t'en reprendrais une autre. Pour les fioles, je pense qu'on ne peux pas trouver ça a chaque coin de rues alors...

Alors quoi ? Oui les explications en tout genre n'étais pas mon domaine. La où je me débrouillais ne nous étais pas d'une grande aide. Je pouvais lui rendre une veste mais je n'avais aucune idée de l'endroit ou trouver son liquide ni même ce que c'était. Je me transformais en chat dans ses bras et tomba au sol. Mauvaise idée. Les blessures se manifestèrent a nouveau en me tirant les muscles. Je réussis néanmoins a retomber sur mes pattes ce qui me fit encore plus mal. Mais je voulais récupéré sa veste dans les branches. C'est moi qui l'avais jeté c'était a moi de la récupéré. Par contre il n'avait aucune trace de ma cape, sûrement emporté par le vent. Tant pis, de toute façon, le loup ne semblait pas réagir a ma nudité, ce qui était assez étonnant d'ailleurs, mais qui m’arrangeait.

D'un saut maladroit je grimpais dans les premières branches et me hissai vers mon but, la veste de cuir noir a une dizaine de mètre de haut. Délicatement, enfin aussi délicatement que je le pouvais, je décrochais la peau des branchages. Un cliquetis m'informa que les fioles étaient toujours dans sa poche, en bonne état çà je ne le savais pas. Doucement je rebroussais chemin, le manteau dans la gueule. Il était en bas de l'arbre, les bras tendu pour le recevoir .



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Mer 25 Jan 2012, 16:38

Marcher jusqu'au campement sommaire que nous avions dressé pas loin de la sortie du tunnel menant à la maudite cité naine ne prit que quelques minutes. Minutes durant lesquelles je me mis à penser encore une fois à cette si surprenante journée où tout était allé de travers. Mes pensées se déformèrent un instant pour revenir sous la forme d'une petite scène où je voyais les gens de mon village tordus de rire quand je leur racontais le déroulement de cette aventure périlleuse : l'un des habitants se fendit même d'une claque amicale que je crû ressentir réellement avant de se plier en deux de rire. Le même okami s'écria : ''mais ma parole, t'es tombé amoureux de le chatte entre-temps que tu as continué à la traîner comme un boulet derrière toi ?" La justesse des paroles de cette illusion tirée de mes souvenirs déformés faillit me faire stopper net mon avancée déjà rendue compliquée par le poids supplémentaire de la Beast affaiblie. Je souris bêtement en repensant à la façon dont la féline s'était étalée comme une cruche en voulant me prouver qu’elle s'avait se déplacer normalement et je secouai la tête pour chasser sa silhouette allongée sur le sol combiné à sa nudité qui rendait parfois les choses un peu plus compliquées pour moi. Je ne pensais bien entendu à aucune chose étrange mais mes hormones de mâle, qui constituaient plus souvent un défaut qu'une aide, me donnèrent envie un court moment de profiter d'elle et de sa fatigue pour ''évacuer la pression de ces derniers jours''. Pouffant de rire, je me rendis compte à quel point j'étais stupide de penser à des choses aussi dégoûtante : déjà que penser à la reproduction avec une femme-chat était une chose peu commune chez moi mais alors penser à la voiler car il n'y avait pas d'autre mots pour décrire cet acte vil et cruel... Je devais être encore plus fatigué et affecté par l’élixir au sang de dragon que je ne le pensais ! Chassant définitivement cette idée saugrenue de mes préoccupations actuelles, je finis par rejoindre le camp en accueillant avec soulagement la présence du feu qui brûlait encore bien que beaucoup plus faiblement.

-Home sweet home... Bon sang, ça faisait longtemps que je ne m'étais plus contenté d'un simple feu de camp comme maison : je me suis trop habitué au lit du donjon, ce n'est pas bien ! Je suis un éclaireur que diable !

Le chatte ne répondit pas par un commentaire ironique à ce petit monologue et je tournai donc le regard pour faire ce qu'elle faisait : elle était déjà en train de grimper à un arbre où je vis pendre ma veste de cuir tel un étrange épouvantail. Ressentant dans un premier temps de la colère à l'encontre de la chatte pour avoir malmené mon manteau, je me calmai en la voyant entamer l'ascension d'un air mal assurée : un chat qui a du mal à grimper à un arbre ? C'est mauvais signe en général... Me rapprochant du pied de l'arbre en quelques mouvements, je suivis avec inquiétude son parcourt aérien : une chute de cette hauteur avec une patte mal en point risquait fort d'être fatal à l'animal. Elle parvint cependant à reprendre mon vêtement au lustre noir et je lui fit signe de le jeter dans ma direction, elle le fit et je rattrapa vite la veste pour l'enfiler d'un geste fluide. Je lui fit ensuite signe de sauter en écartant les bras pour lui signifier que j'allais la rattraper. Cependant, comme pour prouver qu'il avait un sens de l'humour assez douteux, le destin se mêla encore de nos affaires et fit céder la branche sur laquelle se trouvait Séléné. Sifflant de colère, je bondit au dernier moment pour la rattraper et la cala dans mes bras pour la ramener près du feu. M'asseyant sans la lâcher, je lui dit au creux de l'oreille :

-bon et si on n’essayait de ne plus faire de folie jusqu'à ce qu'on soit rentré au donjon hum ?


HJ : désolé du retard >.<

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Jeu 26 Jan 2012, 00:03

Artyom avait bien réceptionné la cape. Tant mieux. Au moins j'avais ca de moins à lui rendre. Si on compte touts les services qu'il avait fait depuis hier soir comparé aux miens, j'étais loin du compte. Tout ce que j'avais réussis a faire c'était de le faire sauter de toit en toit et de l'amener dans des égouts. Alors qu'il m'avait tout simplement sauver au village. Enfin ca ne servait a rien de ruminer maintenant. Je trouverais bien quelque chose en échange des services rendus. J'attendais un moment avant de redescendre, le temps de bailler pour m’oxygéner le cerveau. Il valait mieux que j'ai toute ma vision pour éviter de tomber. D'ailleurs, le loup me fit signe en bas, de sauter directement dans ses bras. Pourquoi pas, ca m'évitera de tout redescendre. Agilement, je mis sur la branche en dessous de moi pour avoir plus d'espace et au moment ou je m’apprêtais a sauter, j'entendis un magnifique son. Celui d'une branche sèche cédant sous le poids de son assaillant. Ma branche pour être précise. Ce n'étais vraiment pas mon jour...

Comme tout bon chat, même amoché, je me tordais alors que j'étais encore en l'air afin de me réceptionner sur mes pattes et priais mentalement pour ne pas avoir trop mal ou pire encore. Mais a ma plus grande surprise, l’atterrissage se fit en douceur, dans des bras moelleux. Le canidé avait plus de réflexe que je ne le pensais. Il avait réussit a m'attraper au vol. Je laissais un miaulement m'échapper qui pouvait se traduire par un "bien joué". Aucune chance qu'il me comprenait bien entendu. Je me tortillai afin de m’échapper de son étreinte. Visiblement il n'avais pas l'intention de me lâcher. Porté comme un enfant, il s’installa près du feu et me souffla quelques mots a mon oreille qui frémissa sous son expiration.


-Bon et si on n’essayait de ne plus faire de folie jusqu'à ce qu'on soit rentré au donjon hum ?

Ah oui effectivement c'était un bon plan. Mais je pense qu'il n'avait pas remarqué que justement j'essayais de ne pas faire de bêtises. Que je me retenais de réagir de façon irréfléchi. Ca c'était vue pourtant dans la cité. Bon d'accord, nous avons faillit nous faire enfermer, j'ai faillit tomber des ruines, ajouté a ca le faite que j'avais commencé une bagarre et que je me suis retrouvé bien amoché et que a l'instant, j'avais défié la gravité impunément. Oui a mieux y réfléchir, mes efforts n'était peut être pas assez visible. Dressée sur mes deux pattes arrières, je poussai son épaule avec mes pattes avant pour me dégager un peu et le regarder dans le yeux.

- Miiiiuuu

Mauvaise pioche. Miauler n'était fait pour communiquer avec lui. J'allais sur le sol, de l'autre côté du feu timide pour me transformer. Il aurait mieux valut que je reste en chat. Même si je pouvais changer de forme a volonté, cela me prenais de l'énergie, qui était rare ces temps ci, et en plus, mes blessures étaient comme rouvertes à chaque fois. J'arborais une fière grimace involontaire en me remettant les poils en place.

- Je disais donc que ce n'était pas forcément ma faute. Généralement j'évite de me mettre dans ce genre de pétrin. A croire que nous avons tout les deux franchis nos règles. Mais oui. Si nous pouvions arriver au donjon entier, ça m'arrangerait.


Je me levais doucement et m'étira haut vers le ciel avant de soupirer et de relâcher mes muscles. Après deux trois minutes j'avais réanimé le feux avec les petits tas de bois éparpillés autour de notre endroit. Je savais que je ne devait pas trop en faire. Pas de folie nous avions dit. Je restais un moment accroupis près du feu, hypnotisée par les flammes. Puis, d'une voie lasse en baillant, je me relevait.

- On cherchera à manger demain.


Je me tournais vers le loups qui avait repris son poste de sentinelle. La nuit allait tombé. Je supposait donc que nous avancions demain jusqu'au donjon et qu'il allait restait éveillée toute la nuit. Les évènements de cette après midi me revient en tête. Même s'il m'avait dit qu'il resterait avec moi jusqu'au donjon je me méfier toujours, surement un défaut de ma race. Je m’avançais vers le rocher.

- Je préfère rester en chat si ca ne te gêne pas.


Et sans attendre de réponse, je me transformais juste avant de grimper sur ses genoux et m'installer pour la nuit. Morphée ne se fit pas attendre. J'ouvris la gueule une dernière fois. De mon trône improvisé je pouvais savoir quand il partirai et s'il essayait de me laisser.
Plus tard dans la nuit, je en sais pas quand, je me sentis soulever et reposer sur la roche froide. J'ouvris un oeil et observais Artyom.

- Je reviens. Je vais me dégourdir les jambes.

Je m'étirai avant de me retournais attendant qu'il revienne. Le soleil pointais ses premiers rayons au loin. Cela voulais dire que j'avais dormis toute la nuit. Tant mieux je serrai plus en forme. Je décidais de me réveiller quand le loup reviendrai. Je préférais trouver le donjon vite afin d'éviter de nouvelle tuile. Mes oreilles dressé comme des radars bougeait selon ses pas. Il se rapprochait. Déjà? Ca ne fait pas longtemps qu'il était partis. Tant pis je devait me lever. A contre cœur, les chats aimaient trop dormir, je me remis sur pieds en m’étirant les pattes avant et griffant un peu la pierre.
...
...


- KYYYYYYYYYYYYYYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!

Une chose...gluante et visqueuse! Horrible! Ce n'était pas Artyom qui revenait de son tour mais un monstre qui avait profité de son absence momentanée pour venir m'attaquer. Mais pourquoi moi? Pourquoi maintenant? Pas le temps de s'apitoyer sur mon sort. Cette chose hideuse m'avait agrippé la queue en traite. instantanément je m'étais transformais, rendant cette fois ci le changement douloureux. J'essayais de m’éloigner de ce machins mais il m'attrapa la jambe, valide, et je m'étallait une fois de plus au sol.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Mar 31 Jan 2012, 18:14

* Tu n'oublierais pas un détail Artyom ? C'est à un chat que tu parles là : même si elle te comprends tu veux qu’elle te réponde comment ? Tu comprends pas le miaou miaou toi ! En tous cas pas à ma connaissance, bon elle attend quoi pour se transformer ? C'est pas comme si je ne l'avais jamais vu nue. D’ailleurs, je me demande ce qu'elle pense de ce fait : elle ne semble pas trop craintive à mon égard et c'est tant mieux, j'aurais vite laissé la jeune femme en plan si elle se serait mise à hurler au violeur au moindre regard.*

M'amusant de cette pensée malveillante, j'observai un court instant la chatte s'éloigner puis reprendre forme humaine : voulait-elle me communiquer quelque chose ? Sans aucun doute vu qu'elle me regardait à présent en peignant une grimace de douleur sur son visage. La petite crispation de son visage m'inquiéta un court instant : était-ce à cause de ses récentes blessures ou bien sa transformation était-elle toujours un peu douloureuse ? Son petit aparté sur nos ''fautes'' respectives m'amusa autant qu'il me déprime : en effet, à cause de cet unique écart, je venais de ruiner ma couverture chez les humains et avait même risquer la sûreté du donjon pour... Pour quoi en fait ? Je n'étais pourtant pas vraiment le type de Beast à jouer au héros : silencieux et individualiste la plupart du temps, je ne pouvais pas non plus dissimuler une certaine hypocrisie car j'enfreignais mes règles de conduite dés que le besoin s'en faisait sentir. Après tout, n'avais-je pas tué sans pitié plusieurs personnes au village pour me défendre et défendre accessoirement la pauvre demoiselle en détresse ? Souriant encore plus comme un imbécile à cette pensée macabre, je repris mon sérieux dés que Séléné reprit la parole. Ses paroles furent d'une extrême justesse aussi décidais-je de l'écouter : mieux ne valait pas la laisser seul encore une fois ou bien quitter l'enceinte du camp une nouvelle fois. Préférant rester une nouvelle fois éveillé, ayant un peu dormit en compagnie de la louve qui était sûrement revenue à des activités plus... Animales, je me sentais encore prêt pour une nouvelle veille vigilante. Et en effet, cette vigilance fut utile pour débusquer un couple de ratons-laveurs qui avaient tenté de s'infiltrer dans notre camp sommaire pour manger ce qui nous restait de provisions... C'est à dire presque rien mais bon.




Le lendemain à l'aube, j'en eu assez de surveiller apparemment pour rien la petite zone qui n'abritait pas plus de vie hostile aux humanoïdes que le fond de ma poche... Enfin sauf si on considérait les moustiques comme une forme de vie hostile. Je descendis donc de mon perchoir en pierre et partis me dégourdir un peu les jambes ainsi que faire plusieurs mouvements de combat et assouplissements. Alors qu'une série d'exercice était à peine entamée, je sentis mes poils se dresser brutalement sur mes avant bras et sur ma nuque : deux choix, soit un orage approche soit un danger. Levant le nez et remarquant le ciel dégagé, je me raidis en m'attendant à ce qu'une tuile me tombe plutôt sur la crâne. Le destin semblant avoir un sens de l'humour assez vache, j'entendis soudain le cri de Séléné qui me confirma la présence d'un danger mais pas pour moi... Pour le Beast ! Accourant en refoulant derrière ma détermination la douleur et la fatigue, je revins en à peine une minute au camp de base. La jeune femme que j'avais entendu crier était effectivement en danger mais d'une bien drôle de façon : un monstre visqueux et stupide, une slime venait d'attraper par surprise la chatte et se demandait sans doute quel drôle de chose il venait de prendre entre ses ''membres''. Le monstre sans cerveau étendit ses appendices gluants et se mit à frotter le corps de ma compagne d'infortune à divers endroits comme si il l'analysait de manière tactile mais de l'extérieur... La scène semblait tout autre. En effet, vu l'endroit où les extrémité de la créature bleu touchaient le corps tremblant et gluant de la jeune femme, on aurait plus cru à une scène tirée des pensées érotiques d'un gros pervers que d'autre chose. Séléné poussa un autre cri qui attira l'attention de la bête sur sa bouche : elle fut vite bouchée par un tentacule qui chercha à aller plus profond sans se soucier de sa victime qui étouffait. Sentant que la situation risquait vite de dégénérer et finir par la mort de ma compagne provisoire, je décochai la flèche que j'avais prit soin de placer sur mon arc tendu. Le projectile fila mais ne réussit pas à percer assez loin dans la matière translucide composant la slime pour toucher son noyau. Poussant un juron, je pris une seconde flèche que je passais prestement au dessus du feu : la flèche s'enflamma et il la décocha dans la substance gluante du monstre qui grésilla , fuma et finit par s'évaporer complètement. Je me précipitai ensuite vers le corps inconscient de la jeune femme pour la sauver : le traitement brutal de la Slime semblait l'avoir plongé dans l'inconscience et j'hésitait un court instant à lui faire les premiers secours. Voyant que son été était quand même assez grave, je passai outre les problèmes que mon comportement allait causer et posa mes lèvres sur celles de le jeune femme et commença le bouche à bouche suivit d'un massage cardiaque... Et tant pis si elle se réveillait !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Jeu 02 Fév 2012, 20:51

La chose gluante et visqueuse ne semblait pas vouloir me laisser tranquille. Alors que ces 'tentacules' ou je en sais pas quoi m'enroulai toute entière, je sentais que ça allait mal finir. J'étais un espèce de jouet entre ses mains et la créature était déterminé a m'examiner sous tout les angles possible. Impossible de m'enlever malgré mes contorsion invraisemblable. Un tentacule s'approcha de mon visage ce qui m'arracha un cris d'effrois. Mauvaise idée, je n'ai même pas eu le temps de finir mon cri que j'avais une tentacule en pleins dans la gorge. J'eus juste le temps de me dire que j’allais y passer sans l'aide de quelqu'un avant de sombrer dans l'inconscience, privé d'oxygène.

-----

Tiens je ne savais pas qu'on pouvait entendre quand on était morte. J'étais morte pas vrai? étrange, j’entendais encore la voix d'Artyom a côté de moi. C'est peut être par ce que j'étais morte depuis peu. Le loup devait être revenus au campement, mais trop tard pour moi. Un poids me compresser par moment la poitrine...Vraiment étrange. Je pensais qu'on ne sentais plus rien une fois mort.
Doucement, et sans vraiment trop y croire, j'ouvris un œil et ne vit que du noir, comme avant. Je me demandais si j'avais réussit. L'odeur du loup me piqua les narines. Le noir devant moi bougea. J'ouvris mon deuxième œil. Je n'étais pas morte. Ses cheveux sombre me chatouillais le visage. C'est alors que je sentis sa bouche contre la mienne; ce n'étais pas vraiment désagréable - mieux que ce c'était un humain- soit dit en passant mais je ne comprenais pas ce qu'il faisait.

Il releva la tête et posa ses mains sur ma poitrine pour la compresser. Je le fixai avec un air perplexe tout en restant immobile. Je toussais involontairement quand ses mains me firent expulser l'air de mes poumons. C'est a ce moment que je compris. Il essayait de me sauver en me faisait du bouche a bouche. Je me rappelais alors pourquoi j'étais inconsciente et, paniquée, je regardais tout autour de moi. D'instinct, je fis un bond pour me redressais, prête a détaler si la créature visqueuse était toujours la. La manœuvre m'arracha un autre cris de douleur. J'avais oublier ma blessure a la jambe et aux divers endroit de mon corps. Je repris quelques instant mon souffle avant que mes nerfs lâchent.


- KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA! J'en ai marre! Marre! Marre! MAAAAARRREEEEE!

Je gesticulais dans tout les sens, m'arrachant presque les cheveux de mon crâne.


- Mais bon dieu qu'est ce que j'ai fait pour mériter?? C'est quoi ca! Pourquoi j'ai toutes les emmerdes du monde qui me tombe dessus à la suite! Mais pourquoi je cherche ce donjon de pacotille? Pourquoi je ne suis pas rester chez lui?


Pourquoi? Je le savait très bien. Mais je m'aurai évité de mourir en restant chez lui. Enfin pas aussi vite et pas autant en si peu de temps. J'aurai jouait les chat domestique tout le jours sans que cela me gène. Emporté par ma rage, je donnais un coup de pieds dans une branche au sol. Décidément mes idées étaient bien stupides. Après un moment de silence ou l'information monta a mon cerveau je me décrochai encore une fois la mâchoire en me tenant la jambe.

- KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!


Les larmes coulèrent sans que je ne leur ai donner l'ordre. Je tremblais de froid et de fatigue. Mes courtes nuits n'avait pas réussis a me revitalisé entièrement. Mon corps m'ordonna de m'assoir, mes genoux me lâchèrent et dans un bruit sourd je tombais lourdement sur les feuilles. J'étais bien pitoyable. Un pauvre petit chat incapable de se défendre toute seule contre des nains ou une slime...ou pire encore des humains.

- Je suis un véritable boulet...Désolée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Sam 04 Fév 2012, 17:08

Tuer une slime en soit n'était pas une épreuve insurmontable, il fallait juste faire très attention à la manière de faire : taper dedans à coups d'épée comme un gros idiot ne parviendra qu'à augmenter le nombre d'adversaires à combattre ou à vous faire perdre une arme. Bien entendu, avoir un mage même un simple apprenti boutonneux et avec encore la morve au nez : un sort de feu et on en parlait plus. Cependant, sans mage à portée de main, je devrais me débrouiller seul : avec seulement un arc et un couteau ce n'est pas comme si j'allais aller loin ! Le pensées d'une torche traversa à toute vitesse et avec violence mon esprit : déjà que moi j'avais une peur irrationnelle du feu mais les slimes fondaient de terreur face à l'élément mortel qu'étais le feu. Parvenant enfin à me débarrasser de l'ennemi après un tir d'une précision mortelle qui aurait peut-être même fait pâlir un elfe de jalousie... Enfin bon ce n'est sans doute pas vrai mais laissez moi mon quart d'heure de gloire s'il vous plait ! Enfin bon, une fois la créature retournée à l'état de poussière, je courus vers la silhouette allongée sur le sol et vérifia en un instant son statut : mauvais sans aucun doute, le bête stupide n'y avait pas été de main morte ! Ne sachant pas trop quoi faire d’autre j'appliquai les premiers soins que l'on dispensait à toute les races en danger : le massage cardiaque et le bouche à bouche.



M'interrompant dés que je sentis la poitrine de le jeune femme se soulever à nouveau, je me retirai mais pas assez vite pour éviter qu'elle me frappe accidentellement du coude alors qu'elle regardait autour d'elle de manière paniquée. Son cri me transperça ensuite les tympans si fort que je cru entendre un ''plop'' ressentir dans mes conduits auditif pour signifier qu'il prenaient congé et fermaient leurs portes. Sonné, souffrant le martyre par mes oreilles de loups plus sensible que celles d'un humain Lambda, je titubai en arrière et tombai sur mon séant ce qui m’empêcha de rattraper Séléné qui s’effondrait elle aussi à cause de ses blessures. Le cri avait été si puissant que, malgré le passage des secondes, le sifflement aigu qui traumatisait mes pauvres oreilles ne diminuait pas du tout. Me redressant de manière mal assurée, je sentis le monde tanguer un peu et grimaçai en réalisant que mon oreille interne avait peut-être subit des dégâts et que cela était très grave. N'entendant qu'à moitié le commentaire de Séléné, j'entendis par contre parfaitement bien sons second cri qui faillit me rendre définitivement sourd et me bouchais en réponse les oreilles en menaçant à mon tour d'hurler... De douleur ! Finissant par reprendre mes esprits, je lui pris l'épaule et, rassemblant mon self control, me contenta de lui prodiguer une étreinte rassurante : une partie de moi me soufflait de la gifler pour toute la douleur que son cri hystérique avait causé mais sa dernière phrase souffla ma colère tel la flamme d'une bougie prise dans un brusque courant d'air. Revenant à de meilleurs sentiments à l'égard de la féline, je l'aida à se redresser et à la faire marcher jusqu'à une pierre proche sans pour autant la soutenir entièrement. La regardant à la dérobée, je finis par lui souffler :

-ne t'en fais pas, tu n'es pas un boulet : tu m'as déjà sauvé la vie plusieurs fois il y a peu : au village à cause du vertige, dans la cité au moment où tu as servie d'éclaireuse et tout cela... Par contre la prochaine fois évite de hurler comme ça car j'ai les oreilles très sensibles tu sais !

Ces dernières remuèrent de manière courroucée comme pour indiquer qu'elles avaient eu mal. Après cela, je lui souris pour souligner que je plaisantais puis réunit nos maigres affaires. Une fois tout empaqueté, je lui dit d'une voix décidée :


-Bon nous allons partir maintenant car on dirait bien que plus on reste sur place plus on se prend des tuiles alors en avant, ne laissons pas le temps au danger suivant de venir à nous !

Et je lui tendis la main pour la convaincre de partir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Dim 05 Fév 2012, 23:44

J'étais complètement désespérée et abattue. Je ne savais pas quoi faire. Revenir en arrière et rejoindre le village de mon sauveur ? Je savais qu'il m’accueillerais a nouveau. Il avait été gentil une fois et m'avais gardé des mois avant que je ne décide de partir. Je me repassais le chemin en tête. Oui je pouvais le refaire, je m'en souvenais. Il fallait juste que je contourne le village. Mais déjà, où était le village ? Je ne savais même pas où j'étais à ce moment précis. En faite, je ne pouvais rien faire. Le destin devait bien rire la où il était. Si jamais je le croise un jour...

Dans mon désespoir je n'avais même pas vue que le coup que j'avais mis au loup. Je relevais la tête pour le voir me relever. Ma blessure à la jambe me signalait encore une fois sa présence. Il faut vraiment que je la soigne avant qu'elle ne s'infecte. Pendant mon questionnement intérieur, les bras du lupin m'enlacèrent. J'ai du louper quelque chose la.


-Euh...

Le temps que mon cerveau se reconnecte, car il faut dire que ces derniers temps, il était plutôt en vacance, Artyom éteignit le feu et pris son arc. Son discours percuta enfin ma boîte crânienne. C'est vrai que je m'étais bien déchiré les corde vocales, plus que je ne le voulait d'ailleurs. Mes oreilles aussi en avaient pris un coup.

-Oui, oui, pardon. J'essaierai de m'en souvenir.

Encore une fois, sans le vouloir même, j'avais gaffé. Je devais de avoir atteint mon quota pour la semaine non ? J’espérais en tout cas. Le loup me tendis la main. Il n'avait pas tord d'un côté. Bouger n'était pas une mauvaise idée. Bien je respirai un bon coup et avança d'un pas. Je voulais éviter de me gameler comme l'autre fois. Mes jambes tenaient encore.

-On est encore loin ? Je ne vois ni tour ni remparts avec tout ses arbres.

La vue n’était pas très bonne. Même en automne comme ici, avec les branches dénudés on ne voyait pas grand chose. J'avais beau pointer mon nez vers le ciel, rien à l'horizon. Mais pas le temps de me décourager, la fin de notre aventure elle était en vue. Ma nouvelle maison, mon nouveau chez moi. Espérons qu'on m'accepte et que je pourrais rester. Je restais un moment a regarder le ciel avant de me jetais dans les bras d'artyom qui passai a côté de moi. Oui je n'avais pas envie de marcher pour aller jusqu'au donjon. D'ailleurs j'avais une bonne excuse pour ne pas me fatiguer les jambes. Sans regardais le loup, mais plutôt le chemin devant nous.

-Et au faite, pour répondre à ta première question... Mon nom...c'est Séléné Némésis.

J'avais oublié, volontairement, de lui donner mon nom. Juste par précaution. Après tout, au début, je ne savais si c'était un gros pervers détraqué psycopathe, visiblement non.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Invité le Mar 14 Fév 2012, 17:09

Réussissant à rassembler mes esprits après ce torrent d'ondes soniques agressives, je me fis tout de douceur et de compréhension envers la pauvre jeune Beast dont les nerfs venaient de craquer. Après tout il était vrai que son coup de colère était compréhensible après tout ce qu'elle... Ce que nous plutôt, avions traversé durant cette journée bien chargée en évènements en tout genre. Mais il était nécessaire pour nous d'encore avancer : je sentais au fond de moi qu'une certaine résistance n'allait pas tarder à céder... Celle de ma libido ou celle de ma patiente reste à voir ! Rassemblant mes esprits qui détaillaient de quelle manières me débarrasser de la chatte à la voix aussi puissante que celle d'une Banshee, je réunis aussi mes affaires dans un même geste. Sentant la résolution de ma compagne faiblir un peu à cause du désespoir et des blessures, je la força à démarrer et à avancer. Bien entendu, je n'avais pas le plan précis de la route du donjon en tête et tenter de me concentrer dessus échouait à chaque fois à cause d'une distraction ou l’autre. L'une de ses distractions par ailleurs fut de savoir la chatte entièrement nue derrière moi. Il était assez distrayant d'imaginer mille scénarios bizarre mais cela ne s'avérant que peu constructif, je cessai vite ce genre d'activité.



S'orienter dans la forêt était une tache ardue surtout si on y incluant mon récent manque de sommeil et l’inefficacité croissante du remède à base de sang de dragon qui aurait normalement dû me redonner vitalité et soigner mes blessures. Alors, les autres distractions comme mon esprit mal tourné et les questions de la chatte ne m’arrangèrent en rien. Manquant à plusieurs reprises de lui dire de se taire malgré qu'elle ne dise presque rien, je ne parvenais pas à réfléchir. Par contre, sans doute à cause de sa trop grande fatigue, la chatte se jeta dans mes bras et m'accabla d'un poids supplémentaire. Sans broncher pourtant, je me saisis d'elle et la transporta sans mot dire. Entendant sa voix s'élever à nouveau, je me concentrais sur elle et entendis enfin quelque chose de très intéressant : son nom...
Savourant le mot à la fois compliqué et charmant, je souris un peu bêtement. Heureusement, son expression bête fut dissimulée à temps par un écartement entre les arbres qui indiquait qu'on allait bientôt sortir de la forêt. Débouchant dans une clairière très familière, celle de l'entrée du donjon ! La transportant toujours dans mes bras, j'approchai du poste de garde qui s'ouvrit sans poser de question : j'étais un agent assez connu donc on ne me posais pas trop de questions et surtout vu que je ramenais un probable futur membre du donjon et bien pas de soucis ! Adoptant un ton pompeux, je clamai à Séléné :

- Bienvenue dans ce bon vieux donjon, dernier refuge de notre peuple menacé ! Voulez vous que je vous serve de guide Mylady ?


Nous étions ENFIN arrivé en un lieux sûr... C'est pas trop tôt !




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la gueule du loup... Pv Séléné

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum