Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Demie-coeur le Ven 13 Fév 2015, 19:00

Il commençait à se faire tard, la fi d'après midi était là, l'astre solaire en attestant par sa lente descente vers l'horizon. Demie-coeur, aussi finissait sa journée, tout comme le soleil, son travail baissait en intensité et bientôt elle put prendre le temps de respirer. Il y avait eut un problème au niveau des dispositifs de défense de la salle au trésor, rien de bien incroyable mais suffisant pour la tenir depuis midi, accroupie à réparer les dégâts causés par elle ne savait trop quoi. d'ailleurs il valait mieux qu'elle ne sache jamais sinon elle irait lui tirer les oreilles à ce elle ne savait quoi qui détériorait son beau donjon adoré.

Alors que la renarde se préparait à partir elle passa devant le balcon, une bourrasque d'air frais lui parvint, comme un appel vers l'extérieur. Bien que ce balcon soit évidement dans le donjon elle hésita à y aller, c'était encore dehors, et dehors il ne lui été jamais arrivé que des horreurs, dedans c'était mieux, assurément. Cependant cette fois elle se laissa charmer par le souffle du vent et la caresse d'une brise tiède, quelques minutes passées à contempler le paysage ne la tuerait pas, enfin elle espérait...

Rangeant ses derniers outils dans un petite sacoche en cuir pendant à sa taille elle se rapprocha, la patte tremblante au dessus du sol le temps qu'elle se décide à la poser sur une partie qui, définitivement, était à l'extérieur. Avec une grande inspiration elle avança, se détendant une fois sortit, rien ne semblait vouloir l'agresser, la torturer, la violer ou la tuer, ce devait être possible de profiter du moment. Elle fit alors jouer ses épaules sous l'espèce de semie cuirasse qu'elle portait, des protections pour son travail mélangées à son habit traditionnel légué par sa mère. Ne se rendant pas compte que quelqu'un d'autre était présent dans la pénombre qui s’installait doucement, elle s'étira de tout son long en frémissant doucement.

-Rmoar... fait du bien de temps en temps...


Réprimant un bâillement, sa main sur le museau, elle partit s'accouder à la rambarde du balcon, observant la ligne d'horizon sur laquelle le soleil ne tarderait pas à flamber, elle ne voulait surtout pas rater ça. De puis combien de temps n'avait-elle pas réussit à s'occuper simplement d'elle une soirée, sans avoir à préparer des réparations pour le lendemain, elle ne savait même pas.
Un vol d'oiseaux passa et elle les suivit du regard, l'air paisible, du moins jusqu'à ce qu'elle tourne assez le museau pour apercevoir l'autre individu présent sur le balcon. ne s'y attendant pas elle sursauta si vivement qu'elle donna l'impression de bondir. involontairement elle activa son sort de fuite et tout son corps se transforma en une fumé grise, semblable à celle d'un feu mourant. Elle mit une dizaine de secondes à s'en rendre compte et se concentra pour se reformer normalement, reculant en même temps tandis qu'elle gardait un oeil sur l'inconnu.
Alors qu'elle pensait en avoir finit avec sa transformation elle sentit que quelque chose manquait, en se retournant elle vit qu'elle avait oubliée de reformer sa queue, toujours fumeuse, et que... cette dernière se décrochait par elle ne savait quelle malédiction pour partir dans le vent.

-MA QUEUE!!! NOOOOOOOOOOOOOOOOON!!!


Ne prêtant absolument plus garde à son compagnon de balcon elle se jeta sa partie fumeuse en essayant de l'attraper, voyant que cela ne fonctionnait pas elle hésita entre pleurer et se mettre à crier de façon hystérique. Mais la once de sang froid qu'elle possédait et son faible instinct de survie se décidèrent à prouver leur existence. Se relevant alors que la forme brumeuse passait la balustrade elle se concentra et parvint à lui redonner consistance, l'attrapant par le bout alors qu'elle menaçait de tomber, elle même à moitié par dessus la barrière. Elle reposa difficilement les pattes sur terre, essayant de ne pas penser au risque qu'elle bascule complètement et aille s'écrabouiller plus bas. Une fois le dallage retrouvé elle pu pousser un soupir de soulagement, suivit d'un gémissement de désespoir face à sa queue qui avait retrouvée son aspect initiale mais n'était pourtant pas rattachée à elle. La chose la plus étrange étant qu'elle pouvait la faire remuer tout comme et sentait très bien ses mains la retenant. Alors qu'elle fixait son pauvre membre dorsale une grosse larme roula sur son museau, venant imbiber le poil volumineux de la renarde.
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Brimsgard Vent-fuyant le Ven 13 Fév 2015, 21:23

La joie des airs juste pour moi ! Quel bonheur ! Me baignant avec paresse dans d'épais nuages se mouvant paresseusement, glissant avec légèreté sur les courants ascendant ou bien descendant, je savourais cet instant présent ou nul ne saurait troubler ma quiétude. Bien au dessus de cette immense foret cachant en son sein cette majestueuse tour de roc et de bois, je pouvais profiter d'une vue imprenable sur ce coucher de soleil qui de son éclat rougeoyant m'avouait sa fatigue et son désir de s'en aller se coucher sur son lit d'horizon... Ouai je sais ça fait très pompeux et un peu con dit ainsi. Comme si le soleil se couchait !... Une petite sieste tout au mieux.

Enfin bon, plus sérieusement bien que profitant véritablement de cette charmante fin de journée, plus que glisser planer ou flâner de façon gracile, on pouvait avouer sans trop de risque de se tromper que ma trajectoire perpendiculaire au sol pouvait au mieux s'apparenter une vulgaire chute  de caillasse. Et pour cause, je concluais ainsi une longue journée de balade aérienne qui me ramenait de la cote maritime se trouvant à l'est. Il était donc grand temps pour moi d'aller me la couler douce entre un bon repas à base de rongeur et une bonne nuit bien haut perché dans un arbre confortable.

En quelque seconde je traversai l'espace qui me séparait du sol pour finalement aller me poser sur le large balcon que j'avais aperçut quelques instant auparavant. Mais avant même de poser une grave sur le sol froid en pierre, j'entendis un étrange cris pour le moins... Surprenant.

-Ma queue !! Noooooooooon !!!

Une voix féminine ? Une queue en danger ? Mais que diable se passait t'il en bas ? Peu m'importe le danger (Jusqu'à ce que je me trouve en face de celui-ci bien sur) si une queue venait à être en danger -et à plus forte raison si appartenant à une jolie demoiselle- il était de mon devoir d'aller porter secoure. C'est pourquoi dans un élan de bravoure chevaleresque (Ignorance ou bêtise profonde) je m’élançai droit  en direction du signal de détresse : le-dit balcon déjà ciblé.

Aidé d'une cabriole élaborée, je posai mes pieds avec douceur et pus enfin m'enquérir du problème... Et comment dire ?

-Gné ? Qu'est ce qui se passe ici ? Avouai-je à d'un demi ton désabusé en voyant une femme renarde bleue -non non je n'ai rien bu- se tenant une partie de sa queue visiblement scindée du reste du corps. Plus loin je pus observer une sorte de canidé se tenant sur ses deux pattes arrières portant un simulacre de salopette vert caca d'oie. Nos regards se croisèrent et je pus lire dans ses yeux une crainte prononcée. Avait t-il une quelconque responsabilité dans cette mascarade improbable ? Un peu comme s'il avait lu littéralement sur mon expression, il me donna une réponse pas si convaincante que ça.

-Non... Je vous assure ce... Ce n'est pas moi ?

Un air perdu  et gêné, ses yeux firent des ricochets entre moi et la pauvre dame, ne sachant probablement ou se mettre entre une pseudo victime et un inspecteur commis d'office. Pour pas trop en imposer à son triste cerveaux atrophié, il opta pour le choix le plus simple : la fuite. 

-Mais ce ne serait pas là un délit de fuite auquel je suis en train d'assister. Mais n'ayant aucune volonté à pourchasser cet individu peu probable d'être un quelconque coupable dans cette affaire, je le délaissai pour voir l'état des choses avec la triste queue touffue de la demoiselle. Hou ! C'est pas beau... J'avoue compatir pleinement dans votre calvaire. Je pense que le meilleur moyen de lui rendre honneur serait de lui offrir des obsèques dignes de ce nom.

Voir ainsi une queue coupée aussi soudainement me fit bizarrement frissonner sur tout le long de la mienne. Par mon vieux grand père boiteux que cela devait être horrible.
avatar
Brimsgard Vent-fuyant

Masculin
Messages : 58
Expérience : 270
Métier : Chasseur

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Reptile
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Demie-coeur le Ven 13 Fév 2015, 22:07

Demie-coeur était plongée dans une telle tristesse qu'elle ne remarqua même pas l'homme bizarre, ou plutôt truc bizarre avec une partie homme, qui venait de descendre du ciel pour s'accrocher au balcon. Restant le regard fixé sur sa pauvre queue tandis que de grosses larmes roulaient sur ses joues. Comment allait elle faire maintenant, elle renifla, évitant tout de même de laisser la morve couler de sa truffe.


-Mais ce ne serait pas là un délit de fuite auquel je suis en train d'assister. -la renarde remarqua alors l'étrange individu- Hou ! C'est pas beau... J'avoue compatir pleinement dans votre calvaire. Je pense que le meilleur moyen de lui rendre honneur serait de lui offrir des obsèques dignes de ce nom.



Elle écarquilla les yeux en le regardant, resserrant sa prise sur sa pauvre queue qui vivait encore comme si c'était une peluche.


-Mais mais mais... snrfl... mais non... je... je veux pas snrfl... -Elle reporta à nouveau son attention sur sa queue, avant de dire d'une petite voix- Pourquoi ça m'a-m'arrive toujours à moi... snrfl... pourquoi... bouhouhou... -alors qu'elle commençait à fondre en larme un espoir réussit à passer la barrière de ses larmes et elle regarda le truc parlant sur la barrière d'un air suppliant.- Vous pouvez la raccrocher ? Pitié dites moi que vous pouvez... je peux pas vivre sans ma queue... c'est c'est trop horrible...


Elle essaya de reculer un peu pour s'appuyer sur quelque chose mais sa queue n'étant plus en place elle n'avait pas sa balance d'équilibre comme à son habitude, de fait elle tituba et fit rapidement quelques autres pas hasardeux pour se rattraper. Une erreur fatal qui la fit brutalement atterrir sur les fesses, elle glapit en heurtant le sol, le choc s'étant situé principalement sur son coccyx et la base de sa queue, enfin ce qui était la base de sa queue sans sa queue. Assise là avec son pauvre membre dans les mains, une cuisante douleur aux fesses et à la queue, elle fit ce qui semblait le plus normal pour quelqu'un comme elle et fondit littéralement en larmes comme une gamine.


-MAAA QUEUEEEEEEEEEEEE!!! JE VEUX MA QUEUEEEEEEEEEEEEEE!!! SNRFL MA QUEUEEEEEUEEEEUUEEEUUUEEE!!!- son petit pouvoir sonore s'en mêlant ses cris furent assourdissants et quelques pots de fleurs décorant la rambarde se fendirent.-


Dernière édition par Demie-coeur le Sam 14 Fév 2015, 20:11, édité 1 fois
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Brimsgard Vent-fuyant le Sam 14 Fév 2015, 19:51

Alors que je m'apprêtai à consoler cette pauvre renarde à qui le destin venait de faire une bien mauvaise farce, celle-ci s'écroula durement sur le sol, s'arrachant au passage un petit glapissement tout mignon de douleur. A peine eu t'elle touché le sol qu'elle se roula en boule par terre et cria d'un affreuse voix stridente à s'en arracher les tympans.

-MAAA QUEUEEEEEEEEEEEE!!! JE VEUX MA QUEUEEEEEEEEEEEEEE!!! SNRFL MA QUEUEEEEEUEEEEUUEEEUUUEEE!!!

Immédiatement, je plaquai mes mains contre mes oreilles naturellement sensibles mais cela n'eu guère beaucoup d'effet. Comment une si frêle demoiselle pouvait détenir en elle suffisamment de force pour exulter de la sorte ?  Une certitude, elle me pétait littéralement les esgourdes ne me rendant ainsi pas très gentillement ma sollicitude.  Et comble de la chose, elle ne paraissait pas vouloir se calmer.

La douleur lancinante qui résonnait dans mon crane fit exploser ma les gonds de ma patience pourtant légendaire (hem). Elle voulait la jouer grosse voix bien pétante ? Okay ! J'optai alors pour un coté plus flamboyant. J'inspirai une grande bouffé d'avant avant de me lâcher à mon tour.

-FERME TA PUTIN DE GUEUUUUUUUULLLLEEEEE !!!! Braillai-je en crachant par la bouche et le nez, au dessus de sa tête, de charmante langue flamme pour donner me donner un style plus infernal. Si je ne pouvait espérer la surclasser coté décibel, je comptais bien joueur sur mon coté charismatique pour lui faire revenir à la raison.
avatar
Brimsgard Vent-fuyant

Masculin
Messages : 58
Expérience : 270
Métier : Chasseur

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Reptile
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Demie-coeur le Sam 14 Fév 2015, 20:22

Delie-coeur continuait de hurler alors que de véritables ruisseaux de larmes coulaient sur ses joues, retombant au sol ou bien imbibant sa fourrure. Son regard fut cependant accroché par quelque chose de rouge orange qui dansait devant ses yeux. A travers ses larmes elle distingua des flammes et se mit à trembler, cherchant leur provenance alors qu'une voix lui semblant assourdit arrivait à ses oreilles.


-FERME TA PUTIN DE GUEUUUUUUUULLLLEEEEE !!!!



C'était l'espèce de truc homme lézard qui tentait de couvrir ses hurlement en donnant de la voix lui aussi, heureusement pour lui qu'il savait cracher du feu sinon elle ne l'aurait jamais remarqué. Mais l'effet des flammes ne fut pas seulement de stopper ses hurlements. Cela la terrifia aussi, elle crut qu'il voulait l'agresser en la brûlant et se mit à couiner en tentant de fuir. Elle se précipita en avant tout en se relevant, mais sa queue manquant toujours l'équilibre habituel n'était pas au rendez vous et sa fuite se résuma à un plongeon sur le dallage, son museau s'écrasant dessus alors qu'elle s'étalait.


Là elle craqua complètement, elle n'avait plus la force de crier et était autant terrorisée par la perte de sa queue que les flammes de l'inconnu. Elle se recroquevilla donc en boule autour de son pauvre membre qu'elle tenait toujours serré contre elle comme une peluche. Le corps secoué de sanglots alors que la pierre fonçait déjà sous le trop plein de larmes qui ruisselait dessus.


-P-p-p... pourquoi.... pourquoi moi... bouhouhou... marre... snrfl... veut pas... pas mourir... et ma queue... ma queue... bhouhouhouhou...-elle resta ainsi prostrée, à se lamenter sur son sort d'une voix couinante mais adorable, le corps tremblant de peur et secoué de sanglots.
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Brimsgard Vent-fuyant le Dim 15 Fév 2015, 16:25

De toute évidence, le style pyromania s'avéra très efficace pour calmer les hardeurs de la demoiselle sanglotante. Terrifiée par l'éclat de violence de ma part, elle se replia un peu plus sur elle même pour finalement se lamenter encore plus sur son appendice coupé. Mes oreilles me félicitèrent de mon efficacité. En revanche... Mon "moi" intérieur protesta violemment contre cette barbarie peu habituelle de ma part. Il faut dire que faire pleurer à deux reprise une jeune demoiselle lors d'une rencontre n'avait rien pour me plaire et pour cause : je préférais m'amuser avec elle en discutant ou autre... Autre... Bref !

Je me retrouvai donc ainsi, debout devant une pauvre fille pleurant toutes les lames de son corps alors que je venais de la terroriser. Serte pour une bonne raison mais quand même. Me passant une main dans les cheveux,très gêné par mon attitude à son encore, J'hésitai sur quoi faire maintenant. Partir dormir ? Hors de question ! La voix mal assuré et voûtant légèrement mon dos pour paraître moins menaçant, je proposai mon aide à la renarde. Au moins la consoler.

-Hem... Hey... Heu mademoiselle ? Je lui tendis ma main craignant pas mal que les écailles noires ébènes et les griffes ne la relance dans un vacarme assourdissant. Peut être que... Vaudrait mieux vous relever. C'est super propre par terre. Et puis concernant votre queue. Ben j'avoue très bien comprendre votre peine. Moi aussi j'adore la mienne. Donc... Voir un soigneur dans le coin pourrait vous aider. Non ? C'est un vrai nid de bizarrerie ici. Je suis à peu prêt certain qu'on peut trouver ça dans le coin. A condition de ne pas trop tarder. Le soleil décline assez vite en ce moment.

Voir son visage ainsi baignant dans les larmes me pinça méchamment le cœur. Pourquoi faut t-il toujours que je fasse peur au gentille fille et non pas aux stupides humains qui en on après mon cuir ? Au passage, je me rappelai que mes grandes ailes draconique étaient encore sortie et qu'il valait mieux les rentrer avant de les abîmer à l'intérieur du bâtiment. Doucement elle disparurent aspirées dans mon dos.
avatar
Brimsgard Vent-fuyant

Masculin
Messages : 58
Expérience : 270
Métier : Chasseur

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Reptile
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Demie-coeur le Dim 15 Fév 2015, 17:19

-Hem... Hey... Heu mademoiselle ? Il tendit vers elle une main bizarre avec des écailles noires et de vilaines griffes, pendant un moment elle crut qu'il allait lui mettre un coup avec pour lui faire mal mais non, il attendait juste et reprit ensuite. Peut être que... Vaudrait mieux vous relever. C'est super propre par terre. Et puis concernant votre queue. Ben j'avoue très bien comprendre votre peine. Moi aussi j'adore la mienne. Donc... Voir un soigneur dans le coin pourrait vous aider. Non ? C'est un vrai nid de bizarrerie ici. Je suis à peu prêt certain qu'on peut trouver ça dans le coin. A condition de ne pas trop tarder. Le soleil décline assez vite en ce moment.


Demie-coeur releva un peu le museau, sa truffe saignait à cause du choc violent avec le sol et elle couina en reniflant, étouffant un nouveau sanglot. Elle regarda d'un air craintif, se demandant encore si il allait lui faire du mal, après tout il avait bien essayé de la cramer. Serrant fort sa queue contre elle elle hésita, mais finalement elle lui tendit une main aussi et se laissa relever, non sans pleurnicher encore un peu parce que son museau et ses fesses lui faisaient mal.
Pendant une petite seconde elle lâcha la main de son sauveur et manqua de tomber à nouveau, chutant en arrière elle s'agrippa à ce qui passait à sa portée en criant, à savoir l'une de ses cornes, et se retint de justesse non sans tirer bien fort dessus. La renarde prit ensuite la décision que même si cela ne lui plaisait elle ne lâcherais plus son bras. Ce serait ça ou tomber à nouveau et se faire encore plus mal, hors elle avait atteint son seuil de tolérance à la douleur. Elle garda donc une main sur son bras écailleux, serrant si fort qu'elle lui coupait une partie de la circulation et enfin le regarda en hochant le museau pour répondre aux questions qu'il lui avait posé précédemment.


-Ou-oui... je, je veux bien mais snrfl... seulement dans-dans le donjon. -elle regarda du côté extérieur du balcon- seulement ici pas-pas dehors snrfl... Vous... vous pouvez m'aider à... à aller snrfl à l'infirmerie...?


Elle espérait bien qu'il dirait oui parce que sans son aide elle ne tiendrait pas debout plus de quelques secondes, et encore temps que le vent ne s'en mêlait pas, sinon elle se casserait à nouveau la figure sans même avoir à tenter de faire un pas.
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Brimsgard Vent-fuyant le Ven 20 Fév 2015, 18:09

La voix brisée de tristesse de cette renarde me brisa le cœur avec autant d'aisance qu'un boulet de canon tiré à bout portant sur un miroir. Ses yeux brillant noyés dans leurs larmes, ce fin museau teinté d'une tache écarlate et ses tremblements... En la voyant ainsi, je ne pouvais que me sentir encore plus coupable. Y'a pas à dire : la chance m'a toujours suivit en m'observant de loin, moqueuse. Précautionneux, je lui passais une main dans le dos pour ne pas risquer de la revoir s'aplatir le postérieur.

-Doucement, pas la peine de se précipiter. Allons y doucement. Je craignis de recroiser par mégarde l'immense taureau gentleman qui avait manqué de me jeter par la fenêtre avec Lucil. S'il venait à me revoir avec une autre demoiselle encore malmené, aucun doute qu'il n'hésiterait pas une seconde pour m'envoyer non pas au travers de la fenêtre, mais plutôt face contre brique. J'en frissonnai d'avance. C'est pas comme si une grosse bête allait surgir de nul part pour vous manger après avoir...

Grosse bête...

Pourquoi après avoir pensé cela, me sentis-je mal à l'aise ? Pourquoi une soudaine crainte m'envahit aussi prestement qu'un prédateur s'attaquant sur sa proie longuement convoitée ? Je nous stoppèrent pour prendre le temps de réfléchir sur cet étrange instinct. Qu'avais-je fais -ou ne pas fais- pour me sentir si subitement menacé par un danger imminent. D'autant plus troublant et inquiétant quand on voyait les mots responsables de ce trouble très clairement visible sur les trais de mon visage. Grosse bête grosse bête ? Non, aucune raison. Serte ce type n'était pas tout en bon terme avec moi. Pour autant je ne lui avais concédé aucune raison de m'en vouloir autant pour sentir aussi menacé. Une conquête un brin trop conne et dont je regrette d'en avoir la responsabilité ? La encore pas possible. L'idée de ma promise en colère si elle venait à apprendre un adultère en mémoire, impossible. Séducteur au pire mais pas suicidaire. Mais quoi alors ?!

Grosse bête... Hm... ? Ho... Mais oui !! ... Ha... Ho merde...

Réfléchissant du mieux possible, je parvins enfin de compte à me rappeler ce qui pouvait me mettre autant dans l'ennuis avec deux mots clef pareil. Il était vrai que pas plus tard qu'une heure auparavant, mort de faim, j'avais trouvé à l'aide de mon puissant odorat les restes d'un repas. Curieux je me rappelai m'être posé dans ce qui semblait être une caverne habité. Pensant qu'il n'y avait personne, je m'étai incrusté et voyant le magnifique morceaux de viande restant, je n'avais su résister à une si belle pièce aussi bien présentée. Aussi vue aussi tôt saisie, je m'empressai de la dévorer. Hélas pour moi, les doigts à peine léchés, le dépositaire de cet abris rustique rentra. Et comment dire ?... Comment expliqué suffisamment bien qu'il n'était pas très jouasse de me voir assis chez lui me pourléchant les lèvres après finis son repas.

Et c'est ainsi que je du fuir un énorme croisement entre un lézard et un faisan avec des dents d'au moins trois bon mètres de long. L'angoisse. Bien sur, je lui mis facilement de l'avance dans le bec. Mais en y repensant, peut être m'étais je un peu trop reposé la dessus et finalement pensé que celui-ci avait au bout du compte cessé la course à tord. Et pour le coup : le bruit lointain que je croyais entendre s'approcher au loin ne semblait guère contre dire cette impression.

Un regard en arrière dans la direction d'où je venais, ainsi qu'un plissement du regard et je fus fixé.

... Merde...

Ce fou furieux en avait toujours après mon gras !!! Se rapprochant dangereusement vite, j'entendis de plus en plus clairement son râle de colère et ma peur fit un bon explosif. Je me retournai aussi vite vers la pauvre renarde. Ainsi à cotée de moi toujours chancelante, à coup sur ce piaf n'allait pas faire de différence. Dans son état pas question de courir avec ce qui lui restait de pseudo équilibre. Ce qui pour le coup ne me laissai guère le choix.

-Pour faire simple et vite : un gros poulet avec des dents fonce droit sur nous. Donc gros danger. J'espère que tu n'as pas le vertige car on est partit pour une virée pas très romantique.

Sans trop lui laisser la possibilité de répondre ou même de regarder la-dite menace, je la pris dans mes bras avant de sauter par dessus la rambarde en pierre et de jeter tout deux dans le vide avec une vue imprenable sur le sol bien meuble en contre-bas. Pour le repos mérité on verra ça après. Dans l'immédiat, la survie de nos poiles et écailles prévalaient de très loin !
avatar
Brimsgard Vent-fuyant

Masculin
Messages : 58
Expérience : 270
Métier : Chasseur

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Reptile
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Demie-coeur le Ven 20 Fév 2015, 20:39

Demie-coeur frémit en l'entendant parler d'une possible grosse bête qui pourrait venir la dévorer, elle se demandait si il plaisantait, elle espérait, quoi que... elle ne le connaissait même pas, il avait l'air bizarre, et si c'était un méchant, un tueur, ou alors il allait la torturer, la violer et la tuer en lui pelant les oreilles. Des sueurs froides commencèrent à se faire sentir, comme un fourmillement, sur l'ensemble de son corps et elle eut un mal fou à faire comme si de rien n'était, il ne fallait surtout pas qu'il se doute de ses pensées. Si il était méchant il comprendrait qu'elle avait compris, sinon il la prendrait pour une folle ou s'énerverait très probablement en la laissant ensuite en plan alors qu'elle avait tant besoin de lui comme béquille.


Alors qu'elle faisait attention à son maintien, s'agrippant à lui, un homme en plus, grands dieux qu'est-ce que la perte de sa queue l'obligeait à faire qu'elle se retrouvait agrippée à un homme totalement inconnu. Elle veillait à ne pas tomber et avançait lentement, de concert avec son support lorsque celui ci s'arrêta sans prévenir, elle aurait été bien en peine de continuer seule et faillit fondre à nouveau en larmes car seul un ou deux pas les séparaient de l'intérieur du donjon, si rassurant, chaud, accueillant... mais si impossible à atteindre. Il prit un air pensif, inquiet et semblant réfléchir intéressement, une pratique apparemment peu courante pour lui étant donné l'effort que cela marquait sur son visage. Il finit par jeter des coups d'oeil en arrière, intriguée elle fit de même et se figea, le coeur battant, elle n'avait pas la vue d'un aigle mais tout de même, elle n'était pas myope non plus et voyait un point grossir à l'horizon, le problème étant que ce point avait des ailes et qu'à cette distance elle n'aurait pas du pouvoir distinguer ce détail. Ce devait être un très gros animal, qui venait par ici, comme avait dit l'autre taré.


-Pour faire simple et vite : un gros poulet avec des dents fonce droit sur nous. Donc gros danger. J'espère que tu n'as pas le vertige car on est partit pour une virée pas très romantique.



-Quequequequoi?! Que non! Nononon!!!


Elle sentit les larmes lui monter aux yeux, mais il n'était visiblement plus temps pour les discussions et protestations. La jeune renarde sentait déjà son coeur s'emballer et sa tête tourner, elle se trouvait dans le donjon mais à l'extérieur, accrochée à un homme suite à la perte de sa queue et une grosse bestiole méchante leur fonçait dessus, de quoi défaillir pour elle. Et là ce fut le drame, l'autre enjamba la balustrade en la prenant dans ses bras, dans un sens ce n'était pas désagréable, être la petite chose fragile protégée dans l'étreinte de son puissant sauveur cela lui allait parfaitement. Que ce dernier se jette dans le vide avec elle beaucoup moins, oui il se jetait dans le vide, DANS LE VIDE!!! Et de fait elle était maintenant totalement hors du donjon, du bâtiment principal mais toujours dans les remparts, trop de peurs accumulées d'un coup pour la renarde qui était déjà sur le point d'exploser. Elle ressentit une douleur atroce dans tout le corps alors que son coeur se serrait dans des battements à un rythme désordonnés. Dans sa chute elle gémit de douleur et le monde s'éteignit, la laissant pour morte dans les bras de l'homme dragon, un coup en trop qui avait finit par l'amener à l'infarctus.
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Brimsgard Vent-fuyant le Lun 02 Mar 2015, 14:35

A peine eu-je sauté par dessus la rambarde que l'énorme Oiseau/Dinosaure/Truc, s'écrasa violemment à l'endroit ou moi et la renarde nous nous tînmes quelques secondes plus tôt faisant valser dans l'air pas mal de poussière ainsi quelques cailloux. Par chance, aucun de ceux-ci ne nous touchèrent pour la simple raison que nous chutâmes  trop vite (paye ta chance...). Instinctivement, J'ouvris mes ailes qui s'extirpèrent de mon dos avec vigueur. Je fis jouer mes muscles dorsaux pour nous faire redresser. Hélas dans ma précipitation, j'avais complètement oublier que si mes ailes pouvaient largement nous soulever tout les deux, il n'en n'étais pas de même pour mes bras. Je sentis brutalement le corps mou de la renarde me glisser entre les doigts alors que je me débattais pour ne pas la lâcher. A mon grand regret je dus déchirer ses vêtements à l'aide de mes griffes pour ne pas laisser aller embrasser le sol aussi durement. Pour m'aider dans cette tâche, je renonça à reprendre de l'altitude. Au lieux de cela, je nous fis terminer notre descente sur un rase motte avant de toucher terre. Là encore, je n'avais pas pris en compte qu'avec nos poids combiner, freiner allait être plus difficile. C'est avec surprise qu'au lieux de nous arrêter proprement je nous fis faire un sublime roulé boulé sur quelques mètres avant de nous immobiliser. Seul réconfort, je tenais toujours la renarde et sa queue. Journée de merde...

Je me roulai sur le flan gauche, avant de sentir une vive douleur dans les jambes. Un coup d'oeil me rassura, je ne m'étais rien brisé. Cependant, le choc m'avait grandement endoloris les guibolles ce qui m’empêchai du coup de me relever. Un puissant grondement retenti aussitôt au dessus de nous. Je levai la tête et vis la chose que j'avais énerver nous fixer de sa position. Son éclat de rage brillant dans le creux de ses orbites était le même.

-Vilain rancunier. Bel euphémisme.

Malgré ma douleur, je me détournai de son regard vicié par la colère pour voir comment se portait cette malheureuse renarde indigo qui n'avait rien demander. Elle se tenait toujours là, à mes cotés, allongée en tenant toujours aussi fermement sa foutue queue fugitive. Je me traînai jusqu'à elle afin de la réveiller.

-Hey debout miss ! Tu joueras au faible princesse plus tard. Dans l'immédiat on est juste un futur repas pour l'autre truc. Heyho ! Hey ! Heu... Son silence m’inquiétât. Je lui pinçai la truffe ensanglantée pour la forcer à se réveiller par la douleur. Aucune réaction. Au même moment un deuxième cri venant du balcon retentit. Il fallait se dépêcher. Au diable la galanterie, je posai mon oreille contre sa poitrine redoutant qu'elle n'émerge et comprenne de travers mon attention. Au début, je crus mal m'y prendre. J'insistai donc de plus en plus inquiet de l'arrivé imminente du poulet. Puis dans un éclair de génie je compris.

-Ha je vois ce qu'elle a. Son cœur ne bat plus. Normal qu'elle ne puisse manifester un quelconque signe de vie. Dis-je en me frappant la paume du poing fière d'avoir cerné le problème. ... HO MERDE !!!

Au même moment, l'immense volatile se posa à quelques mètres de nous. Je réagis du tac au tac. Je repris fermement la renarde puis, dans un élan de folie masochiste, me propulsa à l'aide de mes jambes pour prendre un minimum d'élan. L'adrénaline me préserva quelque peu de cette sensation lancinante qui me déchira le corps. Mais pas assez pour pas avoir à pleurer comme un gosse. Tandis que notre prédateur plantait son immense bec dans le sol, je filais avec mon "paquet" en direction d'un lieu sûr ou j'étais certain qu'ici il ne pourrait rien contre nous : à l'intérieur du donjon. Je poussai donc mon corps au maximum de ses capacités. Je me mis ainsi à longer le mur de l'édifice à une vitesse hallucinante pour bien des passants qui ne purent sans doute voir qu'un projectile sombre passer (Modestie es tu là ?). Très vite, J'aperçue les portes ouvertes du donjon se profiler devant mes yeux. Je fis donc une manœuvre habile pour que dans un même mouvement, je puisse me mettre en face de l'entrer sans à avoir ralentir et à exécuter un virage bien trop brutal pour notre charge. Pour la seconde fois de la journée, nous nous étalâmes sur le sol mais cette fois dans un lieu bondé de monde.

Je protégeai de mes bras et de mes immenses ailes Demie délaissant alors mon crane de toute protection qui lors de notre entrée fracassante se cogna par terre. Je perdis mes idées clairs pendant un bref instant.
avatar
Brimsgard Vent-fuyant

Masculin
Messages : 58
Expérience : 270
Métier : Chasseur

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Reptile
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Demie-coeur le Jeu 05 Mar 2015, 11:14

La renarde ne se rendait plus compte de rien, elle ne sentit aucunement que l'homme qui l'avait fourré dans un tel pétrin la trimballait comme un sac d'un bout à l'autre des murs du donjon. Elle ne sentit pas les vibrations et tremblements causées par les hurlement et coups de l'animal qui les poursuivaient juste derrière eux. Elle ne se rendit pas non plus compte que le sol de pierre était dur lorsqu'ils s'écrasèrent dessus, encore moins de la tête de ce pervers contre sa poitrine même si ce n'était que pour vérifier son état… quoique…


En revanche, elle sentit très bien la douleur qui émanait de chaque cellule de son corps, irradiant dans tous ses muscles et nerfs, lorsqu'elle fut réanimée. Elle cligna plusieurs fois des yeux en gémissant mais ne parvint à voir que le noir, partout le noir, elle était aveugle. Paniquée elle tenta de remuer, pour tatôner autour d'elle et vérifier qu'elle n'était pas réellement morte, l'autre taré aurait pu les faire s'écraser au sol pour de bon ! Mais ce fut impossible, son corps refusait de réagir, il avait trop souffert et pour le moment ce serait repos.


Une voix lui parvint alors, à travers le bourdonnement de ses oreilles, comme atténuée par une sourdine, quelqu'un lui disait que tout allait bien, qu'elle avait fait une crise cardiaque mais qu'elle était en sûreté maintenant. Elle reconnu la voix d'une infirmière du donjon, étant donné son don pour se blesser elle les connaissait toutes, celle ci la rassurait en lui expliquant qu'elle mettrait un peu de temps à retrouver toutes ses facultés mais que si elle restait calme et ne paniquait pas ou ne tentait rien de stupide ça devrait être assez rapide. En effet de petits points lumineux dansaient maintenant dans le noir omniprésent de sa vision, elle se détendit, comme elle put étant donné la douleur irradiant dans son corps.



La renarde se contenta de rester au sol en attendant que ça aille mieux, de toute façon ce n'était pas comme si elle avait une foule d'autres possibilités. Peu inquiète pour elle, elle s'en faisait maintenant pour l'autre individu, même si il était complètement fou elle n'aurait pas voulu qu'il lui soit arrivé quelque chose de grave et elle espérait qu'il était lui aussi hors de danger.
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Brimsgard Vent-fuyant le Mer 18 Mar 2015, 18:48

Digne d'un atterrissage catastrophe, mon état qui en suivit le fut tout autant. L'esprit brumeux, les muscles mous et donc allongé au sol sur le dos, je priai je ne sais qu'elle divinité de mes fesses dans l'espoir que l'autre affamé ne me trouve pas avant j'eusse le temps de ramasser l'autre boulette poilue que je ne tenais plus dans mes bras pour nous tirer fissa . Je ne sus pas combien de temps je restai ainsi étalé de tout mon long. Trop longtemps selon moi, ce qui n'arrangea pas mon rythme cardiaque. Alors quand je sentis quelque chose me saisir par les épaules, mon cœur manqua  de s'arrêter net pour m'épargner une mort douloureuse. Heureusement, dans mon hébétement profond, je compris qu'il ne s'agissait non pas de notre poursuivant mais d'un gentil passant qui daignait me traîner plus loin. Pour m'aider  assurément... A coup sur... Surement... J'espère !

Toujours trop faible pour me mouvoir tout seul ou juste pour analyser correctement la situation, je me laissai faire jusqu'à me faire asseoir contre un mur. Des bribes de mots se heurtèrent sans grande efficacité à l’inefficacité de mes méninges. Précédant alors une série de violentes torgnoles qui elles frappèrent bien plus fortement ma conscience alors très vite réveillée. Dès que j'en eu la force, je levai mes bras devant mon visage en guise de bouclier pour bien clarifier que j'étais de nouveaux parmi les vivants.

-... Mon ... MOnsie... Monsieur !! Ho debout !!

Probablement après une bonne vingtaine d'aller retour à en juger par la douleur pinçant mon visage. 

-Ha... Ho... Aie aie aie stop stop stop, c'est bon j'ai compris je suis debout.


-Ouf. J'avais peur que le choc de votre chute ne vous ai trop sérieusement blessé.


-Si ça peut vous rassurer, je garde un plus mauvais souvenir de vos gracieuse mimines. Répondis-je d'une voix encore un peu chevrotante à la dryade qui s'occupait "gentillement" de moi. Elle me répondit d'un simple grognement avant de s'afférer à constater d'autres blessures éventuelles. Je me laissai faire, appréciant le geste et surtout l'attention. Avant de me rappeler soudainement que je ne m'étais écrasé tout seul sur le sol.

-Ou la renarde bleu que que je tenais dans mes ailes ? 

-Là bas.

Je regardai dans la direction qu'elle désigna du doigt. J'apperçu effectivement la pauvre bête toujours allongée au sol plus loin entourée de plusieurs personnes qui s'afféraient surement à lui prodiguer des soins d’urgences. C'est vrai qu'elle avait fait un violent malaise durant la chute du balcon du donjon.

-Elle va s'en sortir ?

-Aucune idée. Un de mes amis qui s'occupe d'elle -la simili anguille qui se tient sur sa gauche- a déclaré que son cœur avait cesser de battre avant que je m'écarte d'eux en vous tirant ici.

-Justement c'est plutôt grave non ?

-Oui, même si je trouve que c'est assez euphémique de dire les choses ainsi. J'admets cependant qu'avec mon camarade à ses cotés les risques sont diminués. Mais ne crions pas victoire trop vite.

Super nouvelle ! Une pauvre femme allait probablement mourir indirectement à cause de mon imprudence. La joie, ou comment me faire culpabiliser pour les dix prochaines années à venir. Tout ça à cause d'une saleté de bestiole avare pas foutue de partager sa becté ! A ce propos... En regardant plus attentivement, je constatai que le hall d'entré qui était bondé de mon lors de notre irruption était dorénavant vide ou presque. Mais ou était donc notre poursuivant ? Et surtout que s'était t-il passé durant le laps de temps ou j'étais au sol.

-Et la bête ? Elle est ou ? Y'a eu d'autres blessés ?

-Je me demandais quand est ce que vous alliez le remarquer. Après tout, vous étiez sa cible.

-Rah ! Elle est où ? Crachai-je sèchement agacé par cette remarque gratuite.

-Dehors sous bonne garde. Elle appliqua une petite tape sur ma cuisse pour signifier que tout allait bien chez moi avant de poursuivre son explication. Dans cette folie on a tous eu beaucoup de chance. Lorsque vous avez surgit pour vous étalez par terre, cette chose colossale vous a aussitôt suivit, prenant de court les gardes qui n'ont rien pu faire toujours surpris par votre irruption. Sauf à contrario de vous, ce dernier est arrivé avec un trajectoire bien plus proche du sol. Il s'est donc heurté à un élémentaire de roche vous avez probablement survolé en entrant. Après tout est allé très vites. Les badauds se sont enfuis très rapidement, et tandis que moi et mes amis du centre médicinal du donjon accourions pour vous prêter mains fortes, l'élémentaire s'est chargé de maîtriser le danger. Avec la garde, l'affaire s'est réglée en quelques coups. Maintenant, il ne reste plus qu'à savoir ce qu'il va advenir de cette créature. Et de votre amie. Ha attendez.

Elle se figea et regarda dans la direction de ses amis. Je fis de même pour voir l'un d'eux faire un signe du pouce avec un grand sourire au lèvre.

-Non juste la bête en fin de compte. Lâcha t'elle tout aussi satisfaite du travail de son collègue.

Rassuré, je me permis un profond soupir de soulagement qui ne manqua pas d'amusé la dryade. Elle me tapota l'épaule avant de se redresser.

-Ne bougez pas de suite. Laissez vous le temps de récupérer de toutes ces émotions. Je vais voir si je peux aider auprès de votre amie. Et puis la garde aimera sans doute en savoir plus sur votre implication sur tout ce raffut.

-Ce raffut ? La garde ? Hein, que mais quoi ?

La dryade fit clairement semblant de ne pas m'entendre, me laissant ainsi seul, fragilisé et en proie à une nouvelle angoisse encore plus grande que la précédente à savoir : rendre des comptes à une autorité supérieur à la mienne.
avatar
Brimsgard Vent-fuyant

Masculin
Messages : 58
Expérience : 270
Métier : Chasseur

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Reptile
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Demie-coeur le Jeu 19 Mar 2015, 17:17

Demie-coeur reprenait peu à peu ses esprits, pour le moment elle ne se sentait pas la force de se lever, elle se contentait d'écouter la semi anguille qui continuait de lui parler d'une voix rassurante, l'empêchant de divaguer en retenant son attention sur ses propos. Il lui fallut une bonne vingtaine de minute pour se sentir à peu près bien, elle pouvait maintenant déplier et replier les doigts sans avoir à couiner de douleur ni retenir ses larmes. La femme anguille déversait toujours un flot continu de paroles mais la renarde l'interrompit, elle venait de remarquer qu'elle n'avait plus sa queue dans les bras, elle ne la voyait nul part à ses côtés, la perte totale de son membre dorsale l'inquiétait bien plus que tout le reste, si elle l'avait laissé ailleurs ou se l'était faite volé ? La pensée que quelqu'un lui ait dérobée sa queue la fit trembler tant cela l'effrayait.

-Ma... ma... ma qu... queue... ? -elle fit un regard implorant à l'infirmière qui afficha une expression d'incompréhension avant de réagir.- Ah oui, votre queue ! Ne vous inquiétez pas, je l'ai remise en place, il y avait un petit problème magique mais j'ai remit les choses en ordre et tout va bien. Vous ne la sentez pas ? -Demie se sentit bête de ne pas avoir pensé à regarder simplement dans son dos, elle se concentra et chercha les sensations dues à sa queue, soupirant de soulagement. Puis elle hocha la tête en regardant l'infirmière.-

Suivirent ensuite d'autres soins, une deuxième infirmière arriva en trottinant, tenant une sacoche de premiers secours et souriant comme une ange. Elle s'agenouilla aux côtés de Demie tout en commençant à papoter joyeusement avec sa collègue anguille qui lui expliqua précisément, enfin du moins avec autant de précision qu'elle le pouvait, ce qui s'était passé. L'autre l'écouta en hochant la tête tout en sortant un tas de trucs de sa sacoche, préparant une seringue à l'aiguille affreusement longue d'un air distrait. Elle piqua ensuite un petit réservoir et remplis l'instrument de torture avant de se tourner vers la renarde, son grand sourire toujours aussi éclatant. Sans prendre la peine de la prévenir elle lui enfonça l'aiguille dans le bras, lui injectant le contenu de la seringue. Puis elle plaça ses mains au dessus du corps de la renarde, laquelle se sentait déjà beaucoup mieux, et une lumière verte éclaira ses paumes, répandant une douce chaleur dans le corps de sa patiente.

Quelques minutes de soin plus tard Demie-coeur était comme neuve, elle ne sentait plus aucune douleur et se demandait même depuis quand elle n'avait pas ressentit un tel bien être. Ses peurs et angoisses s'étaient totalement évanouies, laissant place libre pour d'autres sentiments, ces derniers bien moins sympathiques. Elle en voulait au demi dragon, elle lui en voulait vraiment, il aurait pu les sauver en les propulsant dans le troisième étage mais avait décidé de la faire souffrir et de la terroriser en prenant son envol, même pas certain d'en réchapper ensuite.
Elle se releva alors, la colère montant de plus en plus en elle, et l'aperçut, étendu plus loin. Lui aussi semblait avoir repris ses esprits et se trouver dans un bien meilleur état qu'à leur atterrissage, si cela pouvait être qualifié ainsi bien que la renarde aurait plutôt pariée pour un crash. Elle se rapprocha d'un pas rageur, la fourrure se hérissant sous l'impulsion de la colère, et l'attrapa par le col alors qu'il se relevait. Elle le plaqua contre le mur, le museau froncé proche de son visage, ses crocs à découverts.

-Vous ! Vous auriez pu me tuer ! D'ailleurs vous m'avez tué !! C'était pourtant pas bien difficile de nous mettre à l'abris ! -elle était tellement en colère qu'elle le gifla, pas une simple petite gifle, elle prépara son coup, mettant toute sa force dedans alors que deux sceaux se traçaient dans les airs grâce à ses illusions, des sceaux de vitesse. Sa main claqua si fort sur la joue de l'homme qu'elle sentit une vive douleur irradier jusque dans son poignet.- Vous le méritez ! -elle le lâcha et décida de partir, préférant ne pas rester car elle risquait de lui en mettre une deuxième et la marque de sa main sur sa chair était déjà assez impressionnante comme ça en ne l'ayant frappé qu'une fois, des petits points rouges signalant que le bout de ses griffes avaient piqué la chaire alors que chaque phalange était parfaitement représentée dans un rouge vif sur la peau claire de sa victime.-
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Brimsgard Vent-fuyant le Lun 06 Avr 2015, 19:18

Cette information me tarauda à tel point que j'osai presque à m'enfuir fissa comme à mon habitude face à ce genre de problème insoluble par souffle de feu. Mais je vis au même moment du coin de l’œil miss renarde marcher dans ma direction. Enfin une bonne chose. Sa santé m'avait inquiété. Je ne pouvais donc pas m'en aller sans lui faire part de mon soulagement. Alors je me redressai difficilement pour aller à sa rencontre. Sauf que... Ses poils hérissés, sa démarche énergique et son regard à tuer un poulet m'informèrent pour le coup que notre échange n'allait pas se faire sous l'étoile de la joie, de l'amour et des petites fées. Et effectivement, sans trop d'embarras, elle me saisit par le col avant me plaquer durement contre le mur que je venais à l'instant de quitter. Douloureux aller-retour mural.

-Vous ! Vous auriez pu me tuer ! D'ailleurs vous m'avez tué !! C'était pourtant pas bien difficile de nous mettre à l'abris ! Me hurla t'elle dessus. 

Ma tête rentra tant qu'elle le put entre mes épaules tant le ton de sa voix me laissant stupéfait par sa colère. Et encore ce n'était là que l'entré pour mon plus grand malheur. Alors qu'elle arma son bras en arrière, main aplatie et griffes sorties, je vis de chaque coté d'elle se tracer d'étranges cercles lumineux. 

"Si les gardes doivent pointer le bout de leur gras c'est maintenant. Car si j'ai survécu à un dindon dinosauresque, j'en suis pas certain pour le coup."

Hélas pas de garde. J'essayai alors d'un placer un tandis que la mimine bleue disparaissait soudainement. Le millième de seconde suivant, ma tête résonnait comme une cloche creuse pour la seconde fois de la journée. J'en tombai sur le cul au sens propre comme figuré. Elle me cracha quelque chose de sa jolie petite voix de furie mais dans l'immédiat, je n'y était pas trop réceptif. Puis elle s'en alla tandis que je tenais ma joue endolorie et marquée à vie. Si si à vie j'en suis certain. Mon bourreau poilue s'éloigna dépassant hargneusement un troupe de garde qui ni firent guère attention pour plutôt s'approcher de moi.

-C'est donc vous le dragonnet responsable de ce foutoir en fin de journée. Mon pauvre gars, sache que je ne fais pas ces heures sup' pour rien. Tu vas venir avec moi au baraquement et tout nous raconter dans les détailles.

-Mais ? Mais !

-J'espère pour toi que tu sauras être plus persuasif dans les heures à venir.

***

Et enfin une bonne journée de merde qui se termine... Du haut ma branche d'arbre, sous ce clair de lune,  je contemplais mon futur casse-croûte à poils communément appelé écureuil par d'autre en repensant à tout cela. A cet interrogatoire interminable avec types plus dingues les uns que les autres. Quatre heures pour leur faire paner que tout ceci n'était pas vraiment de ma faute. Pas vraiment parce que je me suis bien passé de leur avouer que j'avais piquer le ptit dej' de l'autre zozo. Mais quand même ! Quatre heures à me faire harceler tandis que l'autre renarde devant se la couler douce dans sa tour. Injustice qu'est ce monde. Et tant qu'à penser à celle-là ! Ha cette !... Je vous jure... Rah... Que dire de plus ? Comment ne pas s'en vouloir en repensant à son visage noyé dans les larmes et la truffe ensanglantée ? Elle semblait si fragile, si innocente en gémissant de la sorte (après avoir broyé mes tympans). Bon okay, j'aurai pu rentrer dans le bâtiment. Mais ce serait aller contre ma nature même. Je vol moi, je rampe pas au sol la queue entre les mains. Comment le savoir qu'elle ne supportait pas le fait de voler. j'y pouvais rien . Non clairement !


Je poussai un profond soupir. Elle m'avait frappé durement et sans trop de raison. Est ce qu'elle m'en voulait ? Peut être ben que oui. Peut être ben que non. Comment le savoir ? Je ne savais rien et cela me tiraillais encore l'esprit.

-Squiiirrk ! Squiiirk ! Piailla le petit rongeur que je tenais entre mes doigts.

-Tu penses que je devrai aller la revoir demain et lui présenter mes excuses ? Excuses de quoi d'ailleurs...

-Squiiirk !

-Mouai. Tu as probablement raison. Si je ne le fais pas je vais probablement me sentir coupablement. Un coup à me couper l'appétit.

-Squiirk !! Squiiiiiiirk !!

-Hm. Ouai je vais faire comme ça. Les choses irons toujours mieux ainsi. Aller mangeons un bout au souhait que tout s'arrange. Je glissai mon pouce sous son menton, et mon index au dessus de son crane pour mieux assurer ma prise. 

-Bon appétit !



*CRAK*
avatar
Brimsgard Vent-fuyant

Masculin
Messages : 58
Expérience : 270
Métier : Chasseur

Feuille de personnage
Niveau:
5/40  (5/40)
Race: Reptile
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démembrement en plein air [PV Brimsgard]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum