Dans la tanière d'une renarde bleue

Aller en bas

Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Sam 28 Mar 2015, 22:29

Demie-coeur s'était attendue à ce que la forgeronne rigole lorsqu'elle avait dit être trop musclée à son goût, enfin être peu être trop musclée, elle n'avait jamais comprit si son apparence était belle ou si au contraire les efforts fait pour son travail l'avait rendue trop... compacte. C'était une idée qui la terrifiait car si c'était le cas, personne ne voudrait d'elle et son prince charmant tant rêvé ne la regarderait même pas, surtout que même si elle avait sut que c'était le cas... elle ne pouvait rien faire pour changer cela, elle avait un travail auquel elle tenait et se devait de continuer ses rondes sans fin dans le donjon, même si cela devait la rendre peu agréable à regarder. En bref, la renarde souffrait d'un terrible complexe à propos de son apparence, voulant plaire mais pas trop sans jamais savoir si c'était le cas ou pas, et ce qu'il fallait faire ou pas, alors elle endurait ses doutes et finissait parfois par se vautrer une journée chez elle à rien faire à part soupirer en se demandant si il ne valait mieux pas qu'elle cherche d'autres horizons où elle risquerait moins de solliciter son corps mais dans ce cas c'était le risque de s'empâter qui la terrifiait.

Torturée par toutes ces pensées elle n'écouta que distraitement ce que lui racontait Meredith, mais cela ne l'empêcha pas d'être surprise que la jeune femme soit incapable de lire. Elle pensait que tous les gérants de commerces, même ceux dont le métier se résume à faire à manger ou taper sur du métal, savaient lire et écrire, en tout cas c'était ce qu'elle avait remarqué pour le moment. Il y avait certes une minorité d'analphabètes, mais là tout de même... la forgeronne lui avait pourtant bien amenée des contrats et parlaient d'écrire des petites spécificités quand aux risques si on cherchait à la retrouver après qu'elle ait posé. Comment pouvait-elle dire ça si elle ne manipulait pas l'écriture dans ses bases, ce fut ce qui brisa le flot de ses pensées négatives sur son corps et la ramena à la réalité, une réalité avec les yeux de Meredith posée sur une partie très... spécifique de son anatomie. Elle en fut si gênée, surtout qu'elle ne savait pas depuis combien de temps la forgefolle la regardait à cet endroit, qu'elle resta figée quelques secondes, la truffe palpitante en respirant rapidement. puis l'instinct repris le dessus et elle recroquevilla ses bras sur son buste pour se dissimuler, un peu tard...

Enfin vint la délivrance, Meredith prit les bouts de lacet qui restaient et entreprit de terminer de fixer l'armure sur son corps, une armure qui la couvrait comme une seconde peau. Elle n'en était toujours pas certaine car elle n'avait aucune preuve mais il restait qu'elle avait de sérieux doutes quand au fait que la forgeronne ait profité, ou pas, de son petit comma éthylique pour prendre des mesures à des endroits où elle n'aurait jamais accepté qu'elle la touche si elle avait été éveillée !
Elle eut ensuite droit à l'apologie de la musculature féminine par Meredith, laquelle se prit elle même pour exemple afin de démontrer qu'un corps de femme pouvait rester attirant même si il était musclé. Pour cela Demie-coeur ne savait trop quoi répondre, elle ne parvenait toujours pas à dire clairement si Meredith lui semblait normale dans sa morphologie, bien qu'elle possède une force et une résistance délirante, ou si elle était spéciale, ce qui la troublait beaucoup. Elle resta donc muette, se contentant de la regarder avec un air pensif et fermé, comme si elle s'était enfermée dans son crâne pour se protéger du regard de la forgeronne, ce qui ne dura pas longtemps car la forgefolle lui frotta la tête et elle répondit instinctivement pas un petit bruit de contentement, cela lui arrivait toujours quand quelqu'un lui frottait doucement les oreilles. Tentant de réprimer un rougissement contre lequel elle ne pouvait rien. Elle chercha à esquiver le regard de la forgeronne pour qu'elle ne puisse pas le voir, même si cela ne servait à rien étant donné que sa fourrure se hérissait doucement un peu partout sur son museau.

-Hrm je... merci pour, pour l'armure... je pense pas que j'y serait arrivée toute seule... -elle marqua ensuite un pause en regardant vers la porte.- On... on pourrait aller chez moi maintenant... pour manger, non ?... En tout cas moi j'ai faim alors si ça ne vous dérange pas je... je vais y aller... vous me suivez ?


N'attendant pas la réponse de Meredith elle se dirigea vers la porte dont elle se souvenait qu'elle était fermée, glissant une griffe dans la serrure pour la débloquer afin de ne pas être coincée. Elle attendit ensuite Meredith dehors afin de voir si elle la rejoindrait, puis elle se dirigea vers son logis.

La marche ne dura pas bien longtemps étant donné que les logements se trouvaient au même étage que les boutiques, un gros avantages pour les tenanciers d'ailleurs, certains ne pouvant pas dormir à leur lieu de travail. Les deux femmes passèrent dans une suite de longs couloirs où chaque porte restait semblable aux autres même si quelques petites différences pouvaient être notées. La sienne se trouvait tout au bout d'un couloir, cela faisait bien deux ans qu'elle y avait emménagé après avoir fait une demande auprès des gérants du donjon pour posséder une logement plus spacieux étant donné qu'elle dépensait plus d'énergie pour le donjon que bien d'autres de ses occupants, visiblement son avis été partagé car il n'y avait eut aucune difficulté à ce qu'elle obtienne son du.

Elle stoppa donc la marche devant une porte aux dimensions modestes, de simple bois vernis et sans œilleton car la renarde détestait ce côté pernicieux et avait de plus toujours peur que quelqu'un arrive d'une façon ou d'une autre à voir chez elle depuis l'extérieur. Elle ouvrit sa sacoche, toujours accrochée à son flanc, et fouilla quelques secondes avant de sortir plusieurs trousseaux de clefs devant bien peser quelques kilos chacun, en soupirant elle les regarda distraitement puis n'en garda qu'un seul et choisit une clef pour ouvrir un premier verrou, d'autres suivant peu après, au nombre de cinq en tout.

Elle rangea les clefs et se tourna vers Meredith, affichant un sourire gêné de se révéler si... peureuse, mais son chez elle était un peu sa bulle invincible, une fois dedans elle se sentait en sécurité et rien ne semblait plus pouvoir l'atteindre, aussi hésita-t-elle à nouveau un moment, regardant la poignée de la porte sur laquelle elle avait la main en se passant nerveusement la langue sur la truffe. Les gens a avoir déjà été invités chez elles se comptaient sur es doigts d'une main, une de plus c'était un peu comme un miracle. Finalement elle décida que ce serait trop malpolis et qu'elle devait bien ça à la forgefolle, en plus elle avait proposé l'idée elle n'avait pas le droit de se défiler, même si c'était son cocon. Elle ouvrit donc la porte en grand et fit signe à Meredith d'entrer, passant à sa suite.

L'entrée de l'appartement étai une petite pièce coupée des autres par un grand rideau aux tons crèmes parsemé de coquillages de toutes sortes brodés dessus dans des couleurs sable. Maintenant qu'elle se trouvait chez elle demie-coeur avait le contrôle absolu sur son environnement, un enchantement apposé par celui qui l'avait aménagé pour elle. Ca lui avait coûté cher mais elle en était heureuse, aussi la lumière s'alluma-t-elle sur un simple regard de la renarde à la sphère accrochée au plafond, révélant une petite pièce de deux mètres sur deux, un placard avec une porte coulissante à gauche, une râtelier d'armes et un présentoir pour armure de l'autre, le tout surmonté d'une petite étagère permettant de déposer divers objets et de quelques crochets dans le mur pour tenir encore d'autres armes. Ne sachant pas si un jour elle allait réussir à se décoincer et inviter plus de gens chez elle Demie avait prévue large, il y avait de quoi entreposer de tout de façon à ce qu'aucune arme ne pénètre plus loin dans ce lieu sacré.

Demie se tourna vers la porte et la referma ainsi que ses multiples verrous, puis elle en profita pour laisser sa sacoche sur l'étagère et défaire les bandes de tissus qui lui couvraient les pattes avant de bien les plier pour les ranger entre les deux râteliers. Alors seulement elle se sentit bien, enfin chez elle, dans sa bulle loin du monde méchant et violent, un endroit où rien ne pourrait jamais lui faire de mal et où elle n'avait pas à se retenir d'être elle même. Elle fit donc face à Meredith, un grand sourire illuminant son museau, et lui parla d'une voix joyeuse.

-Bon ! Enfin chez moi ! Excuse moi, ce n'est pas que ta forge me déplaise mais je ne m'y sentais pas très à l'aise, enfin je dis des bêtises, c'est plutôt que je ne me sens bien qu'ici. D'ailleurs ce n'est pas pour rien que j'aime être dans mon petit logis, ici je suis toujours en totale sécurité, alors si tu as des armes, quelles qu'elles soient, tu seras bien aimable de les ranger sur les divers ustensiles à ta disposition. Tu veux bien ?! -elle lui refit un grand sourire puis lui montra les bandes de tissus par terre entre les deux râteliers.- Et pour tes chaussures ou autres, je ne sais pas comment tu nommes ce que tu chausses ou ce qui te protège les pieds, c'est ici ! On ne marche pas chez moi avec ce qui a connu la dureté et la crasse du dehors. -elle se rapprocha avec un air de confidence.- Je m'occupe de tout ce fatras de donjon alors je sais bien que ce n'est pas si propre qu'on veut nous le faire croire...

-puis elle eut un petit gloussement et dépassa la forgeronne pour aller tirer le rideau, dévoilant un couloir au plafond haut (2,50m) et assez large pour deux personnes cote à cote. L'endroit s'illumina de deux globes placés dans sa longueur, une douce lumière blanche semblable à celle du soleil invitant à y circuler. des meubles style bureau y étaient disposé, l'un juste en face de l'entrée, un grand vase avec une unique fleur dont les pétales semblaient fait d'eau l'occupant, l'autre un peu plus loin était couvert de petites piles de papiers divers mais tous classés méthodiquement, pas une feuille de débordant d'un micron de sa pile.-


Alors tu viens ?! Je croyais que tu avais faim pourtant ! -La renarde attendit que son invité se soit conformé à ses règles puis elle lui sourit et la guida pour rejoindre la salon. Les différentes pièces de chaque côté du couloir long d'une dizaine de mètres étaient toutes visibles car il n'y avait pas une porte pour empêcher de regarder à l'intérieur, partout où les fenêtres étaient absentes des sources de lumière magiques prenaient le relais, illuminant les lieux de façon semblable.-


Si ça t'embêtes pas je pense que je vais te laisser un petit peu dans le salon, rien de bien méchant mais toutes mes pièces ne sont pas en libre service ! -elle se tourna et lui fit un petit clin d'oeil en ajoutant.- Les renardes aussi ont leurs petits secrets. -dans son cas le petit secret était un laboratoire d'alchimie/enchantement/autres trucs bizarres, et une chambre plus bordélique que l'antre d'un troll ayant pillé un magasin de jouets. Et sans attendre sa réponse elle conclut tout en la poussant dans l'embrasure de porte au bout du couloir.-


Puisque ça ne te dérange pas je te remercie, aller hop, reste là je reviens tout de suite.

-l'endroit où elle venait d'introduire la forgeronne était un grand salon, du parquet en bois tiède recouvrait le sol. Un large canapé pouvant facilement contenir six personnes, et bien plus en se serrant un peu, trônait tranquillement au centre d'une petite dépression d'une dizaine de centimètres par rapport au reste de la pièce, il formait un C et une jolie table basse en verre magiquement renforcé attendait sagement au milieu de cette forme, recouverte de livres tous alignés sur trois rangés de façon minutieuse, pas un ne débordant ne serais-ce que d'une façon infime de sa place. Derrière ce canapé se poursuivait la grande pièce à vivre, les murs et le plafond peints en blanc mais adoucis avec des couleurs chaudes très diluées, de façon à ce que la réverbération de la lumière n'agresse pas les yeux. Au fond une large fenêtre à quadruple battant commençant à une cinquantaine de centimètres du sol pour se terminer à une trentaine du plafond laissait la lumière se déverser dans la pièce. Un large buffet trônait contre le mur de gauche, le bas tout en bois ressemblant à une commode, des placards surmontés de tiroirs protégeant jalousement leur contenu, le dessus était laissé libre pour y disposer des coupes à fruits, comme c'était le cas, plus quelques dessins de l'extérieur, un poème sous verre et une petite sculpture d'une Demie-coeur joyeuse taillée dans le bois et peinte, la représentant comme une aventurière brandissant joyeusement son bâton d'une main au dessus de sa tête et tenant un coffre d'où s'échappaient des pierres précieuses de l'autre. Au dessus de cette partie du buffet un ajout avait été fait, un autre meuble dont les appuis étaient une plaque de bois à chacun des bouts reposant sur la partie basse du buffet, ici des placards vitrés laissaient voir la vaisselle simple mais propre et aux formes douces de la renarde. En face de ce même meuble mais plus au milieu du mur se trouvait une table en bois elle aussi, toute peinte en blanche et possédant un étage de tiroirs, un placard à double battant, puis un dernier tiroir s'étirant sur toute la longueur. Dessus était posé une platine fonctionnant à la magie, elle permettait à demie d'avoir tout le temps de la musique via des disques ronds qu'elle rangeait dans le placard du dit meuble. Enfin entre ces deux réservoirs d'objets s'étendait une grande table, faite de bois brut polis puis vernis de façon à former un meuble pesant et impressionnant qui occupait la plus grande partie de la pièce. C'était la table de repas de la renarde, elle avait ces dimensions car elle espérait un jour trouver le courage d'inviter assez de personnes pour occuper toutes les places, de nombreuses chaises disposées à intervalles mathématiques n'attendant que ces derniers pour enfin vivre au lieu de rester vide. Puis les vides laissés dans la pièces étaient comblés par diverses plantes, de toutes les couleurs et toutes les formes mais très peu avaient des fleurs.-


J'arrive !!! J'arrive !!! -Demie revenait justement en trottinant, elle avait barricadé la porte de sa chambre et rejoignait maintenant la forgeronne pour se faire une hôte plus accueillante que celle qu'elle était à présent, délaissant son invité pour aller ailleurs, ce qui était d'une grossièreté incroyable.- Pardon mais il fallait que je m'occupe de quelque chose... enfin au moins tu n'es pas morte de faim !
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Meredith le Dim 29 Mar 2015, 16:52

La forgeronne enfila sa veste en cuir élimée et ses bottes avant de suivre la bleutée et la promesse du repas Elle sifflota un coup quand Demie parvint à crocheter la serrure d'une seule griffe mais ça n'avait pas grand chose de sorcier : c'était une porte conçue pour empêcher de rentrer à l'origine, pas pour sortir. Elle se jura toutefois de revoir cet inconvénient histoire d'éviter une évasion d'un possible bon coup. Se jetant un sac de toile sur l'épaule et l'épée sur le dos, la promenade se révéla relativement courte. Elles n'étaient pas vraiment voisines, son logement étant plus à l'intérieur du donjon, dépourvu de fenêtres donc moins cher. Mais plus facile à défendre. L'ouverture de la porte mis les nerfs de Meredith à rude épreuve : à la troisième clé, elle réprima avec difficultés son envie d'ouvrir cette maudite porte d'un coup de semelle bien appuyé! Elle avait tellement peur des cambrioleurs? Au milieu d'un donjon?! La première pièce était un peu bizarre : elle lui faisait penser à son patio mais en plus meublé. Et magique aussi : elle était sûre que l'éclairage ne venait pas d'une flamme. C'est à ce moment que la bleutée ouvrit la bouche... pour dire autant en quelques secondes qu'en près d'une journée dans sa forge!


"Ah, heu! Oui, d'accord! J'vais poser ça, ouais... Pas besoin d'ça pour bouffer, ouais..."


Elle posa donc son épée dans le râtelier avant de jeter un oeil inquisiteur sur les espèces de bandes de cuir posées au sol. Une histoire de ne pas salir le sol? La bleutée tout d'un coup remplie de confiance en soi et parlant sur un ton confidentiel lui faisait l'effet d'une vache placide broutant son herbe pendant des décennies qui venait de décider de se relever pour faire un cours de bienséance à un boeuf qui venait d'aplatir une marguerite. C'était comme de voir un mouton charger et de comprendre trop tard qu'ils ont le crâne aussi dur que les béliers.


Se décidant pour carrément retirer ses chaussures afin de se déplacer en faisant glisser les bandes de cuir sur le sol, elle eut l'impression bizarre de se retrouver dans un hiver chaud et rempli d'obstacles plus sournois que les arbres à éviter. Elle s'était attendue à un terrier animal. Pas à un appartement témoin.


"C'est très... ordonné..."


Ayant fait ses courses chez le charpentier du donjon, elle savait à peu prêt quels meubles étaient disponibles. Mais là, on aurait dit qu'un malade de la scie à découper avait croisé un psychopathe du fil à plomb et que le duo avait coopéré avec un accro de la peinture qui en sniffait autant qu'il en met sur les murs. Pendant deux secondes, elle eut pitié des araignées, puces et autres nuisibles qui auraient la mauvaise idée de rôder par ici : elle avait idée que le lancer de couteau devait être l'option végétarienne.


Il y avait aussi plein de livres, mais pas le genre rempli de marque pages qui dépassent partout, à la couverture écornée et aux pages qui consistaient en des feuillets fixés ensemble. Ceux-la faisaient penser que quelqu'un avait prit un gros bloc de bois, l'avait taillé pour qu'il ressemble à des livres puis avait peint par-dessus. Elle en poussa un du bout du doigt et senti la résistance d'une couverture en carton. C'était donc de vrais livres. Intriguée, elle en chercha un de couleur rose mais n'en vit pas. Ils devaient donc se trouver dans la chambre, là où ils devaient avoir tout leur intérêt. Le reste de ce salon sentait la magie à plein nez. Ça manquait de suie sur les murs, d'impacts de hache et de restes de repas.


"Tu... vis ici?"


L'endroit semblait bizarrement vide par rapport à la nature catastrophique de la maîtresse des lieux. Elle s'était attendue à trouver le cratère fumant d'une expérience ratée au milieu du salon et les meubles réduits à des traces clairs sur les murs montrant leur emplacement avant qu'ils se fassent sublimer par une boule de chaleur de plusieurs milliers de degrés. Il n'y avait pas eu de catastrophe ici. Pas encore. Et elle allait cuisiner. Par tous les dieux... Le fait qu'elle parle de mourir de faim commençait à intriguer la forgeronne qui se demandait si la bleutée n'avait pas d'autres idées en tête qu'un petit déjeuner. Le genre vengeance.


"Nan, faut plus que ça pour m'avoir. Tu veux un coup de main pour le p'tit dej? Mais avant ça, tu veut pas mettre ça?"


Elle ouvrit son sac mystérieux, en sortant des anneaux de métal lourds et ronds. Elle eut à nouveau un de ses rires, les tendant à Demie-Coeur.


"T'es partie si vite que j'ai pas eu l'temps de te les mettre! T'as bien dit que tu te sentai à poil sans, nan? Alors, quelle impression ça fait de se balader comme ça dans le donjon?"


Gros rire amusé avant de s'affaler dans le canapé. La table basse transparente ne lui inspirait pas confiance, même si ses godillots de baston étaient restés dans l'entrée; elle garda donc ses pieds sagement sur le sol.


"J'dois dire que j'imaginais pas ça comme ça. J'voyait un truc plus... tribal."
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Dim 29 Mar 2015, 18:11

Demie-coeur fut quelque peu étonnée quand Meredith lui demanda si elle habitait ici, ce n'était donc pas assez clair ? Elle avait pourtant bien dit qu'elle était chez elle, enfin elle pensait s'en rappeler. Elle regarda donc étrangement la forgeronne avant de tourner le museau vers le reste de la pièce vide.


-Bha heu... oui pourquoi ? C'est chez moi ici, tout ça c'est à moi, je me le paye avec mon travail hein... Tu t'attendais à quoi ? Un trou dans un mur ? Je suis quand même civilisée tu sais ! -un moment elle hésita à lui parler des différents types de logement de son peuple mais elle se dit que ce serait trop long.- Enfin bref ! Tu es mon invitée, chez moi tu seras bien traitée !


Demie allait ensuite répondre à la forgeronne quand elle lui proposa de l'aider à préparer le petit déjeuner mais elle n'en eut pas la temps car l'autre continua de parler, dévoilant maintenant ce que contenait son sac. Quand elle vit les anneaux elle tourna vivement la tête de côté en rapprochant sa queue, remarquant qu'il n'y étaient pas. Toute sa fourrure se hérissa, trahissant une gêne que Demie ne cacha même pas, posant les mains de chaque côté de son museau pour se cacher le visage elle secoua la tête.


-Oh non non non non non... j'avais oublié... oooo... c'est atroce... devant tout le donjon... noooooooon... -elle releva le museau en regardant Meredith, la truffe frémissante en pleine détresse- C'est c'est... je suis vraiment toute nue sans... enfin c'est... ma culture et.... oh noooooon... donne les moi ! Vite ! -elle se rapprocha et lui prit les larges anneaux des mains, se laissant ensuite tomber sur le divan à côté en prenant sa queue sur ses jambes. Elle en enfila rapidement les anneaux, veillant à ne pas froisser la fourrure puis sourira en se lissant la queue du plat de la main- C'est... atrocement gênant... imagine que c'est comme si... comme si tu te promenais vraiment toute nue dans la rue... pour moi c'est ça... mais je pensais les avoirs remit... enfin... j'étais pressée de partir et... oh noooooon... ne me juge pas... pitié... -elle renifla en cherchant à se rappeler combien de personne elle avait croisé en rentrant chez elle. Mais elle se souvint que Meredith était son invité et devait être sur le point de tomber d’inanition malgré ses dires, aussi s'essuya-t-elle la truffe d'un revers de bras, geste manquant très certainement de classe mais au point où elle en était... puis elle se redressa et fit de même pour ses yeux larmoyant- Dé-désolée... je suis une hôte pitoyable de te faire subir ça... bon je... je vais aller faire à manger maintenant, si tu veux venir tu peux mais je ne pense pas avoir besoin de beaucoup d'aide. -elle allait partir vers sa cuisine quand elle se souvint d'autre chose et stoppa juste à côté de Meredith en lui faisant un sourire gêné- Et... merci beaucoup pour les anneaux, sans toi je sais pas comment j'aurais fait pour ressortir... j'en ai pas de rechange en fait... -elle décida ensuite de couper court à cette discussion des plus gênante et poursuivit son chemin vers la cuisine, se dirigeant vers le fond du salon avant de tourner brusquement sur la gauche une fois le buffet dépassé, la perspective dissimulait une porte derrière le bois du meuble et elle l'ouvrit en grand, laissant la forgeronne la suivre si elle voulait.-


La pièce était assez grande, toute en longueur, environ cinq mètres sur trois. Une grande fenêtre à double battant laissait passer la lumière et d'autres lampes au plafond se proposaient pour prendre le relais si jamais il le fallait. Les deux côtés de la pièce étaient couverts de divers meubles, allant de la cuisinière avec sa plaque en vitrocéramique au simple placard pour casseroles. L'endroit possédait aussi un four, une machine à laver, un grille pain, une plaque chauffante pour faire les crêpes, un objet pour préparer les gaufres, une grosse cocote minute posée sur un plan de travail et attendant que l'on se serve d'elle. Le reste n'était que plan de travail et alignement de condiments et ingrédients, un grand placard tout en métal trônant au milieu des autres meubles, un réfrigérateur qu'un sceau de froid gardait toujours à température basse. La renarde partit fouiner dans un placard et sortit diverses choses qu'elle posa sur le plan de travail le plus proche. Du sucre, du sel, des oeufs, de la viande, de la salade, du pain, du jus de fruit...


-Qu'est-ce que tu veux manger ? Je pense très franchement avoir à peu près de tout mais il ne serait pas non plus surprenant qu'il me manque juste ce que tu as l'habitude de manger, histoire que je rate tout jusqu'au bout. -elle lui fit un sourire amusée- Alors dit moi ! Lait ? Jus de fruit ? Viande ? Pain ? Confitures ? J'ai pleiiiiiins de choses ! Mais attention ! Si tu prends tu manges ! Et je me fiche que ça te fasse mal au ventre, on gaspille pas !
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Meredith le Dim 29 Mar 2015, 22:34

La bleutée était vraiment étonnante une fois le seuil de sa maison franchie. On aurait dit une toute autre personne! Du coup, elle se demandait si le nom de Demie-Coeur ne venait pas plutôt du fait qu'elle ne s'exprimait qu'à moitié la plupart du temps! Il faudrait qu'elle profite de son ouverture d'esprit pour tenter d'obtenir autre chose que des grognements à ses questions. Toutefois, la renarde timide et atrocement gênée débarqua en force à la vue des anneaux. Comme ça elle vivait ainsi le fait d'être sans ses cerclages, hein? Il faudrait qu'elle s'en rappelle au moment fatidique. Lui retirer un anneau du bout de la queue, elle devait quasiment le ressentir comme une main dans ses fringues. Ça ouvre d'intéressantes perspectives "d'accident" domestiques... Elle était si craquante quand elle rougissait sous son pelage azur!


"Ce que j'ressent en me promenant toute nue dans le donjon? Des courants d'air, surtout. Faudra lisser un peu mieux cette queue, j'suis sûre que t'as une brosse pour ça!"


Elle la mena ensuite vers ce qui ressemblait à un croisement entre un atelier d'alchimiste et un magasin de décoration. Et c'était une cuisine. Autre chose que la faim noua les tripes de la forgeronne : Pas question qu'elle touche à quoi que ce soit ici. C'était forcément magique tout ça, donc en bonne position dans les fausses bonnes idées : la magie, c'est un cheval sauvage. Lui faire tirer une charrue est une invitation à parcourir tout un continent sans arrêt pipi.


"Ecoute mon p'tit coeur... tu t'rends compte que la majeure partie de c'que je vois depuis qu'j'ai mis le pied ici fonctionne à la magie? Et qu'mes expériences en matière de magie ça a plutôt été du genre "crève salope". Et j'étais la salope. Y a pas de risque, genre, je deviens une grenouille si je chope un fruit?"


Ce n'était qu'à moitié une blague : Elle avait vue Demie-coeur en action! Elle avait transformé avec quelques runes sa forge en un mix entre un flipper et un hachoir grande taille! Elle n'avait aucune envie de voir ce talent appliqué à une innocente nourriture qui n'en avait pas tant demandé! Meredith soulignait son avis défavorable en restant obstinément sur le pas de la porte, jetant des regards nerveux sur les instruments dont elle ne pouvait que soupçonner l'utilité.


"J'vais t'attendre dans le salon si t'y vois pas d'inconvénients. Fait c'que tu veux, j'suis bon public question bouffe."


Et de disparaître pour revenir dans la pièce moins inquiétante. Elle se rabattit sur la chose qu'elle connaissait le mieux dans cet environnement hostile envers son QI : les livres. A part en utiliser un comme arme contondante, c'était inoffensif. Elle les prit un par un, cherchant un avec des images.
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Lun 30 Mar 2015, 21:38

Demie-coeur s'était retournée après avoir choisit quelques produits basiques dans ses placards, se doutant que la forgeronne aimerait car cela touchait à presque tous les goûts possibles. Elle fut surprise en la trouvant comme pétrifiée à l'entrée, la forgeronne semblait peu pressée de rentrer dans la pièce, comme si elle y découvrait un démon n'attendant que son prochain pas pour fondre sur elle. La renarde n'eut pas longtemps à patienter pour comprendre ce qui n'allait pas, un moment elle avait craint que ce soit de sa faute, elle aurait pu l'avoir gênée avec sa scène de tout à l'heure, voir l'avoir dégoûtée à cause de ses croyances, cela lui avait fait si peur l'espace d'un instant.

Avant qu'elle n'ait pu la rassurer la forgeronne était repartit en la laissant toute seule pour décider ce qu'elle apporterait. Ce fut alors un terrible dilemme, que devait-elle choisir... elle détestait ce genre de situation, ce n'est pas parce qu'elle était restée une bonne journée chez cette personne, qui plus est pour le travail et la moitié du temps dans un état second, qu'elle avait la moindre idée de ses goûts. En soupirant elle fouina un peu partout dans ses placards et son frigo, la truffe palpitante à la recherche d'une odeur qui serait plaisante et qu'une humaine, enfin une plus ou moins humaine, pourrait apprécier aussi. Les recherches prirent fin lorsque Demie se tint face à un monticule de denrées alimentaires, ne sachant trop comment faire le tris là dedans. Qui plus est elle avait encore perdue du temps et Meredith devait être au bord de l’hypoglycémie. Se grattouillant derrière une oreille d'un air aussi perdu que désespéré elle choisit la facilité, tout prendre ! Elle eut un peu de mal mais finit par réussir à passer l'embrasure de la porte, une montagne de bouffe dans les bras, disparaissant derrière, tanguant dangereusement sous le poids des objets et l'équilibre précaire de l'amas.

-Je... je... hmgf... je gère ! De-Deux secondes je... j'arrive ! -tanguant encore un peu elle finit par atteindre la table et s'y effondra à moitié, rattrapant de façon paniqué tout ce qui menaçait de se briser en tombant sur la table, comme les œufs par exemple.- Aaaaah !!! Non non non ! -elle parvint à limiter la casse et seule une pomme suicidaire se jeta du promontoire pour lui heurter le crâne juste entre les deux oreilles.- Ouch... méchante pomme... -tout en la ramassant elle s'excusa auprès de son invité avec un air gêné- Pardon mais... je savais pas ce qui te ferais plaisir alors bha... j'ai prit de tout, j'espère que tu aimes vraiment de tout comme ça je ne risque pas de m'être manquée ! Bon... tu peux commencer à choisir je vais nous prendre des assiettes en même temps. -laissant le fatras de denrées alimentaire la bleutée partit vers le buffet juste derrière elle et prit des assiettes ainsi que des couverts, des verres et un carafe, elle les posa ensuite sur la table- Alors ? Tu as trouvé ton bonheur ou tu préfères que je te cuisine quelque chose ? Je suis une très bonne cuisinière tu sais ! Bon c'est vrai qu'il y a eut quelques ratés mais c'est comme de l'alchimie sauf que je risque moins de mourir... -elle prit un air pensif tout en piochant une clémentine pour entamer sa peau d'une griffe distraite- Sauf peut être avec une frite trop cuite... ou du poisson, y en a des bizarres... il faudra que je revois mes recettes si tu en veux sans risquer de mourir...
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Meredith le Sam 11 Avr 2015, 11:24

Les livres ne proposaient que peu de contenu abordable à un cerveau de type chasseur/cueilleur. Heuresement, un "Trhaité de la Physyologyihe Compparhée" bien que d'une orthographe approximative était truffé de dessins très ressemblants et surtout très amusants pour un esprit tordu. Admirant les courbes improbables d'une créature devant être une Lamia ayant croisée un champ de pastèques, Meredith entendit les grognements de la bleutée qui venait avec le petit-déjeuner. Tant mieux, elle commençait à avoir faim.


"Dit donc, y a de bon bou..."


Avant d'avoir fini sa phrase, elle était en position de combat, la main droite agrippant un endroit où aurait dû se trouver la poignée de son épée. Épée rangée dans l'entrée de l'appartement.


"Et meeerrrddeeee..."


Quelques secondes! il lui avait fallu quelques secondes laissée toute seule pour créer un golem de nourriture! S'il y avait une compétition de gaffeuse, elle serait disqualifiée pour usage d'outils professionnels. La... chose... se traînait en direction de la table avant de s'y affaisser... et de révéler la bleutée qui se trouvait derrière. Elle avait tout ramenée pour que la forgeronne puisse faire un choix? Demie-Coeur avait donc encore moins de sens commun qu'elle? Admirant la bleutée comme une créature que l'on croyait anatomiquement impossible, il lui fallut quelques secondes pour comprendre que l'avalanche retardée trônant sur la table était le repas.


"J'ai un bon appétit, ok... Mais quand même..."


Se détendant tout en se rapprochant de l'énorme tas de bouffe. Meredith cherchait ce qui semblait le plus inoffensif tout en caressant les cheveux de la bleutée à l'endroit de l'impact de la pomme.


"Question p'tit dej, j'suis quelqu'un de très classique. Embryon d'oiseau coureur, intestin fourré au hachis d'organe, tranche fine de viande porc rissolée et graines fourragères moulues cuites dans la graisse animale. Bref : oeuf, saucisse, bacon et pain frit."


Toutefois, dans le tas, il y avait quelque chose qui lui attira l'oeil. Une poire. Une simple poire toute simple. Les doigts un peu tremblants, elle s'en empara. Comment diable ce fruit était arrivé jusqu'ici? Elle n'en avait pas vu depuis des années. Il y avait des poiriers chez elle et le fruit que la forgeronne avait à présent en main en était la copie conforme. C'était comme si un bout du passé venait de débarquer chez elle de la façon d'un agent du fisc qui défonce la porte. Il y avait des tas de variétés de poire mais ce fruit marron clair, au sommet jaunâtre et à la texture piquotante lui rappelait par tous les pores de la peau de sa main ces poires qu'elle avait dévorés pendant sa jeunesse. Combien de temps était-elle restée à admirer cette poire, le visage cireux et l'air absente? Elle l'ignorait. En tout cas, Meredith ne parvint pas à se reprendre assez pour avoir le même ton insouscient. L'estomac se rappela à elle par l'intermédiaire d'un long grognement plaintif.


"Hum... Mouais... p'tit dej... On peut causer aussi... J'me demandais comment t'as survécu jusqu'là... J'veut dire, on doit pas croiser des masses d'appart d'ce genre dans les cavernes... En tout cas, j'en ai jamais croisé..."
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Dim 12 Avr 2015, 23:18

Demie-coeur se trouvait encore plongée dans ses pensées de nourriture mortelle telle que la frite trop cuite qui se coince dans la gorge ou l'abricot avalé tout rond et dont le noyau... a... dirons nous... du mal à passer... Elle finissait donc d'éplucher tranquillement sa clémentine quand la forgefolle lui parla, elle n'avait pas remarqué le temps que cette dernière avait passé à fixer la poire, de toute façon il lui arrivait de faire de même car elle détestait trouver de petits intrus ondulant au creux de ses fruits.


Tout en gobant le premier quartier de son fruit elle remarqua donc que la forgeronne avait finit par faire un choix dans le colossal tas de nourriture qu'elle avait réussie à apporter traîner jusqu'à la table du salon. L'idée qu'elle était parvenue à contenter les envies de Meredith en matière de nourriture lui procura une certaine satisfaction, comme le fait d'avoir relevé un défit et surtout d'être parvenu à gagner. Quand elle croqua dans la poire ce fut encore plus satisfaisant pour la petite renarde bleue, finalement elle n'était peut être pas si mauvaise hôte que ça...


Par contre ce que dit ensuite Meredith en lui parlant du fait qu'elle veuille en savoir un peu plus sur la façon dont elle avait survécu et s'était retrouvée ici, cela la troubla. Elle fut encore plus troublée quand cette dernière lui parla de son appartement et de... grottes ? Qu'est-ce qu'elle croyait ? Qu'elle vivait dans un terrier avant de venir ici ? 


-Heu je bha je... heeuuuuuuuuuuu... Je... je comprends pas tout bien là en fait... Tu penses que je vivais dans des cavernes avant ? -elle mangea lentement un autre quartier de clémentine, savourant le jus qui coulait sur sa langue en la faisant frissonner.- Parce que je suis bien d'accord que j'ai une petit côté bestial... -elle lui fit un sourire malicieux en mimant un coup de patte- rawr... Mais quand même, ça ne veut pas dire que je creuse des terriers et que je vis entre les racines et les carcasses aux os rongés. J'ai depuis toujours habité une une maison, enfin diverses maison mais surtout deux en particulier bien que je ne me rappelle pas la première... -Son air s'assombrit alors qu'elle repensait à la description que son père lui faisait de sa maison quand il regardait le plafond d'un air mélancolique sur son lit.- J'étais trop petite... et lui il n'avait pas très bonne mémoire. Bien sûr il se rappelait l'essentiel mais je ne crois pas qu'il aurait pu la reconstruire à l'identiques, même si il n'en aurait tout de façon pas eut envie je pense... ça finissait toujours mal ces discussions sur... sur avant. -elle prit un autre quartier qu'elle mâchouilla d'un air légèrement perdu, comme si elle cherchait à se rappeler si sa mémoire ne lui jouait pas un tour.- Il parlait aussi de maman dans ces moments là... Mais il ne me disais jamais vraiment trop de choses à son sujet... c'est tout juste si je me souviens de son nom. Attend ça devait être... -elle fouilla visiblement intensément dans sa mémoire, un index en l'air de la main tenant le quartier suivant. Mais après un long moment figée elle s'assombrit, baissant son museau en coinçant le morceau entre ses crocs pour le broyer sans grande vigueur et reprenant d'une voix plus monocorde.- Non en fait je ne sais plus... c'était juste une renarde, comme moi, mais il m'a toujours dit qu'elle avait un beau pelage, comme le mien aussi d'ailleurs... Peut être bien le seul humain que je connaisse qui ait su apprécier une belle fourrure sur une femme... -elle attendit un instant avant de continuer, le museau toujours bas en jouant d'un quartier de clémentine devant sa truffe, sa petite voix se faisant maintenant entendre.- Je... j'aurais bien voulu qu'il soit là... maintenant... il... il prenait toujours le temps de me brosser... il était très doux... snrfl... mon papa... snrfl... snrfl... -elle tentait tant bien que mal de ravaler ses larmes mais ce fut plus fort qu'elle, elle ne parlait jamais de ce genre de choses aux gens, sauf à Amaëlia, et encore elle même ne savait pas tout. Lorsqu'elle y pensait elle finissait irrémédiablement par s'assombrir et plonger pour un temps aléatoire dans une petite dépression. Aussi le silence se fit-il, uniquement rompu par les reniflements de la bleutée et le ploc léger des grosses larmes roulant sur son museau pour s'écraser sur le sol.-
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Meredith le Mar 14 Avr 2015, 10:30

Encore un peu groggy par la vision de la poire et, surtout, de la masse de souvenirs qui étaient revenus au passage comme un cadavre gonflé remontant dans un marais putride, Meredith ne put s'empêcher de pouffer au "Rawr" émis par la bleutée.


"Ben y avait des jours où une caverne miteuse m'semblait l'grand luxe. Des apparts comme ça même dans les villes ça doit coûter bonbon!"


Où diable avait-elle trouvé tout cet argent? Mauvaise question. Tout le monde a un passé! Si elle n'avait pas autant bu, elle-même se rappellerait où elle a enterré une bonne dizaine de sacs de magots. Là où la forgeronne fut surprise ce fut de voir la descente rapide de l'humeur qui chuta de gaité flamboyante à noir comme charbon en autant de temps que ce qu'il lui fallait pour siffler une bouteille de bière. Elle a gaffé, c'est sûr! S'il y avait bien une personne dans tout le donjon capable de remonter le moral à quelqu'un, c'était bien Meredith! Hélas, ça impliquait la présence d'une quantité raisonnable (un bon tonneau) d'alcool. Se levant, elle s'installa directement à côté de la boule de poil frémissante, lui massant le cuir chevelu tout en discutant.


"Là, là! Faut pas pleurer à cause de bons souvenirs. Tes parents s'aimaient au moins. Mon père, j'l'ai jamais connu. Ma mère était détestée de tout l'monde. Personne a jamais regretté d'me voir partir. C'est pas cool de vivre sur la route mais maint'nant, t'as des murs autour de toi et un bon toit aud'ssus. Faut vivre quoi..."


Et cette maudite poire de la narguer dans la main lui brisait de plus en plus la voix.


"Tient, cette poire par exemple. Y avait des poiriers chez moi. Exact'ment la même espèce! J'arrêtai pas d'en piquer pour me baffrer. Même le jour où..."


Le sang, la mort, la défaite, la faiblesse... Des trucs qu'elle avait juré de ne plus jamais subir. Elle en frémit sur sa chaise. Pas question de se laisser aller. Ni maintenant, ni jamais. Inspirant un grand coup, la forgeronne redevint Meredith, ce récif de granit narguant une mer démontée ne pouvant le briser. Elle avait encore la main sur la tête de la bleutée, elle pivota donc un peu le bras pour attirer la tête trempée de larme contre son épaule.


"Pleure un bon coup. Y a pas d'honte à avoir. On a tous un putain de passé. Une fois qu'ça s'ra passé, j'te ferai un p'tit épouillage. Tu planques où tes brosses?"
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Mar 14 Avr 2015, 14:13

Demie-coeur s'en voulait de ne pas avoir réussit à se retenir, et encore plus d'avoir parlé de son passé. Elle savait bien que ça lui faisait cet effet et pourtant elle avait continué à parler sans réfléchir, sans imaginer un instant qu'elle embêterait son invité en la plaçant dans une solution des plus délicates.


Pourtant Meredith ne chercha pas à s'esquiver ni à attendre que cela passe. Elle se rapprocha de la petite renarde qui se cachait maintenant le museau dans les mains en sanglotant doucement alors que les souvenirs joyeux avec son père remontaient à la surface, des moments qu'elle aurait voulu oublier car y repenser en sachant comment il était mort lui était insupportable. La pression de la main de la forgeronne entre ses oreilles lui arracha un petit couinement plaintif, elle avait toujours trouvé certains gestes rassurants, les caresses en faisant partit, surtout dans ces moments là.


Elle se rapprocha de la forgeronne, se collant un peu contre elle tout en continuant de pleurer malgré ses paroles de réconfort. Cela ne lui permit pas d'entendre bien distinctement tout ce qu'elle disait mais elle comprenait la globalité. Visiblement la forgeronne aussi avait eut un passé mouvementé mais surtout, elle n'avait pas eut de famille. A vrai dire Demie non plus, les souvenirs de sa mère elle n'en avait pas... a par peut être ses cris sur le bûcher pendant que son père fuyait en la prenant contre lui.


De fait, quand Meredith lui proposa ses bras et son épaule comme refuges elle ne prit pas un instant pour réfléchir à refuser et se blottit contre elle tout en continuant de pleurer à chaudes larmes. Il lui fallut bien cinq minutes de plus pour parvenir à se ressaisir un minimum et cesser de tremper la veste de la forgeronne, ses sanglots s’espaçant lentement pour ne plus laisser place qu'à des petites reniflements occasionnels. Elle ne releva pas le museau, préférant étrangement rester blottit contre l'humaine qui se révélait si douce avec elle. D'une voix un peu hésitante elle se décida à lui dire où se trouvaient ses brosses, ou du moins l'une de celles qu'elle laissait hors de sa chambres, les meilleurs se trouvant là bas.


-Snrfl... elles... snrfl... y en a dans ça... là bas... snrfl... je... désolée... je gâche vraiment tout... snrfl... -elle avait désigné le canapé, au niveau du sol des tiroirs étaient découpés dans sa structure, presque invisibles pour qui ne savaient pas qu'ils existaient. Dedans elle trouverait bien une brosse.- Dans... dans les tiroirs... du côté de la table... d'ici on les voit snrfl pas...
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Meredith le Dim 19 Avr 2015, 14:05

Parce qu'elle n'était pas totalement sans coeur et qu'elle aimait bien la bleutée, la forgeronne laissa la Beast pleurer contre son épaule pendant de longues minutes. Parce qu'elle était Meredith, elle piocha dans le même temps de quoi manger dans le tas de nourriture devant elle. La marée contre son épaule se décida à refluer alors qu'elle venait de finir un saucisson à l'ail pas mauvais du tout.

"T'as dû garder ça longtemps, hein? Faut qu'ça sorte d'temps en temps, sinon ça pourri de l'intérieur. Un peu comme aller aux gogues, quoi!"

L'emplacement de la brosse apporta son lot de problèmes dont le principal était de se rendre sur le canapé tout en ayant une bleutée en mode ventouse collée à soi. Rien ne disait qu'elle allait bouger d'un centimètre et après le déluge qu'elle venait de subir la forgeronne avait la désagréable impression qu'il n'y avait qu'une ficelle à tirer pour enclencher une nouvelle explosion.

"Oky. On va te brosser un peu, hein? Mais tout d'abord... humpf!"

Les pieds solidement campés au sol et le bras gauche entourant une Demie-coeur frémissante, Meredith glissa son bras droit sous le siège de la renarde pour soulever les deux. Plus légère que ce qu'elle pensait, tiens! Ça doit venir du poil, plus léger. Soulevant d'une vingtaine de centimètre le petit paquet de nerfs brisés, la forgeronne la pilota dans le salon jusqu'au canapé, posant le siège délicatement au sol avant de la soulever ce coup-çi plus délicatement encore pour la poser sur le canapé. Bien, à présent elles étaient toutes les deux sur le canapé, collées l'une à l'autre. Et le tiroir était en-dessous d'elles. Gros blanc.

Elle n'avait pas réfléchi à comment faire une fois arrivé à ce stade.

En règle général, dans cette situation, elle pelotait, embrassait ou autre terme en -ait synonyme de beaucoup de sueur partagée. Saisir une brosse située dans un tiroir invisible tout en ayant une grenade lacrymoniale dégoupillée dans les bras était une nouveauté. Se rappelant qu'elle était pied nues, Meredith usa d'un de ses pieds pour tenter de saisir un bord du tiroir. Elle finit par sentir un coin, tirant dessus avec son gros orteil. Dans un silence étonnant, le tiroir s'ouvrit sous elle. Comme ce qu'elle craignait, tout avait été rangé avec un soin maniaque et une logique implacable. Elle voyait la brosse, mais se saisir de la poignée en usant de ses doigts de pieds causa un certain chaos dans le tiroir qui refusa de se refermer totalement. Un coup sec du talon mit fin aux protestations. La brosse était bizarre, comme conçue pour des cheveux fins et visiblement courts. Pour quelqu'un ayant presque rien sur la tête ou, dans le cas qui concernait la renarde, quelqu'un qui a une fourrure fine sur tout le reste de l'anatomie.

"Oky, bouge pas..."

La bleutée n'avait pas beaucoup de surface poilue visible question visage et l'armure n'aidait pas vraiment non plus. Dommage, elle était vraiment craquante la petite bête... Se rabattant sur les oreilles, elles les frotta doucement dans le sens du poil, les lissant. Elle voyait aussi un peu du coup et y fit quelques passages avant de frotter sur les bras. S'aidant de la main gauche toujours autour de Demie-coeur, elle parvint à rabattre la queue vers l'avant et passa quelques coups de la brosse sur son extrémité. C'était agréable ce contact doux et chaud contre elle. Ça pourrait bien lui plaire, tient...
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Lun 20 Avr 2015, 08:27

Demie-coeur s'était bien attendue à ce que la forgeronne bouge, car même si elle semblait forte l'esprit ne faisait visiblement pas partie de ses capacités les plus développées, donc la télékinésie encore moins. Cependant elle n'avait pas très envie de la laisser partir non plus, même si c'était juste le temps d'aller chercher une brosse, elle se sentait étrangement bien contre cette personne qui était si gentille avec elle... M'enfin, de là à soulever carrément sa chaise avec elle dessus ! Pour sûr ce n'était pas dans les possibilités qu'elle avait envisagé, pas une seconde même. Et pourtant ce n'était pas désagréable non plus, comme quoi la forgeronne avait bien comprit qu'elle ne désirait pas rester/se sentir seule ne serais-ce que quelques secondes. Elle reposa ensuite doucement sa chaise sur le sol à côté du canapé et s'assit dessus, la prenant dans ses bras en la serrant contre elle, elle était si tendre...


Il y eut ensuite une période de... vide, disons le franchement ni l'une ni l'autre ne savait comment agir maintenant. Demie tout simplement car elle ne se comportait jamais comme ça avec les gens, en général ceux qui la faisait pleurer ne venaient pas la câliner ensuite pour la réconforter, et ceux qui la trouvaient en train de pleurer préféraient laisser la lourde tâche de la remettre en état à d'autres personnes, qui faisaient comme eux ce qui ne l'aidait pas beaucoup au final. Là elle avait avec elle quelqu'un qui était venu tout de suite combler ce vide qu'elle avait ressentit dans son fort intérieur, quelqu'un qui lui avait parlé gentiment, même si c'était avec des paroles un peu bourrues, tout en la serrant contre elle, tellement gentille et attentionnée... Un nouveau sentiment commençait à poindre dans le coeur de la renarde même si elle n'était pas tout à fait sur de ce que c'était. Meredith par contre semblait comme, coincée. Acculée sur le canapé par la renarde appuyé contre sur elle, elle ne pouvait pas vraiment se mouvoir, et elle n'avait pas encore récupéré la brosse. Il lui fallut donc se débrouiller avec les pieds pour réussir à trouver et ouvrir le tiroir dans le canapé et parvenir à en extraire la brosse, dérangeant au passage tout l'ordre bien établit au micron près, mais ce n'était pas grave, Demie ne lui en voulait pas.


Une fois la brosse en main la forgeronne l'examina, elle semblait visiblement intriguée par sa forme et le type de brosse même qu'elle tenait dans sa main. Demie quant à elle attendit, relevant les yeux vers elle, encore baignée d'eau et la truffe toute frémissante. Elle ferma les yeux comme un petit animal effrayé sous le premier coup de brosse sur ses oreilles, reniflant au passage. La sensation était agréable, comme toujours lorsqu'elle se brossait, de plus ses oreilles étaient une partie particulièrement sensible de son anatomie, ce fut donc un long frisson agréable qui parcourut tout son corps, la détendant un peu plus à chaque nouveau coup de brosse le provocant. Puis vint le tour de son cou, sous son museau. Plus détendue la renarde se laissa faire en jetant de temps à autres de timides coups d'oeil à la forgeronne qui continuait de la brosser avec autant de douceur que de minutie, passant désormais à ses bras, c'était moins agréable mais ça restait une sensation que la bleutée adorait. De plus Meredith avait entre temps passé un bras autour de son corps, l'étreignant tendrement contre elle et faisant battre plus vite le petit coeur facilement impressionnable de la renarde qui se lova alors un peu plus contre l'humaine, ses larmes maintenant totalement sèches et la truffe ne remuant plus que doucement au rythme de sa respiration apaisée. Définitivement elle aimait ce que cette forgeronne lui faisait, c'était si agréable... Et puis... il n'y avait pas que la sensation de la brosse sur sa fourrure, elle se sentait rougir timidement en la regardant à la dérobée, le bras autour d'elle la faisant sentir plus en sécurité encore que lorsqu'elle se retrouvait seule chez elle dans de tels moments. Son petit cerveau totalement formaté par les livres de romance qu'elle lisait commençait à s'éveiller après le passage de traumatisme qu'il lui avait laissé subir en l'accablant de souvenirs, lui proposant maintenant diverses possibilités pour qu'une personne se conduise si bien avec elle, si... galamment...


Il fallut un certain temps à Demie pour réussir à stopper le flot de pensées qui l'inondait et faire un peu de tri pour ne garder que les plus, disons, vraisemblables, et l'une d'entre elle lui plaisait bien elle devait l'avouer, même si elle n'aurait jamais pensée l'appliquer avec une femme. Mais après tout, si des hommes pouvaient aimer des femmes, pourquoi cela devrait-il s'arrêter ici, des femmes pouvaient bien aimer des femmes et des hommes des hommes, cela revenait au même que les nombreuses unions inter espèce que la bleutée avait put voir jusqu'ici au donjon. Mais pour vérifier sa théorie il n'y avait pas trente six solutions... malheureusement...
C'est alors que, très timidement, elle releva son museau quand Meredith repassait la brosse dans sa nuque, soulevant ses cheveux pour atteindre la fourrure à chaque fois. Elle la fixa un moment d'un regard indécis pour rapprocha son museau juste assez pour lui déposer un baiser au coin des lèvres du bout des siennes, avant de le rabaisser en regardant ailleurs, rougissant terriblement au point de ressembler à une peluche tant elle gagnait en volume avec sa fourrure gonflée comme ça. Et si elle s'était trompée... elle risquait de lui avoir fait peur ou de l'avoir dégoûtée, car tout le monde n'était pas pour le mélange des espèces... et elle se retrouverait à nouveau toute seule...
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Meredith le Lun 20 Avr 2015, 18:39

La petite boule de nerfs se laissa docilement faire, passant progressivement de l'état de bombe tictacante sensible au mouvement à couverture frémissante. La renarde en avait visiblement bavé pour arriver jusque là et il était à présent clair que le passé était un truc qu'on laissait sur le pas de la porte. Voir qu'on assomme d'un coup de boule avant de lui claquer la porte sur les doigts. Un peu comme elle, quoi? Dingue de penser comme quoi une créature aussi dissemblable pouvait avoir eu un trajet presque similaire. C'est à ce moment de sa réflexion (qui tenait de l'exploit pour elle) que le baiser vint. Léger, vif et presque furtif. On aurait pu penser qu'elle l'avait rêvé mais elle n'avait rien bu depuis assez longtemps pour se rappeler ce qu'elle avait fait il y a dix minutes. De plus, la bleutée était passée en mode qu'elle nommait "polochon rougissant" que la forgeronne avait fini par attribuer à de la gêne chez la beast.

Demie-coeur ne put pas voir le petit sourire de la demi-humaine. Comme ça la petite chose voulait un peu d'attention? Par contre, vu sa timidité maladive, le petit baiser devait avoir cramé toutes les réserves de courage pour la semaine. Alors autant lui donner une petite récompense, non?

Sans donner l'impression qu'il s'était passé quelque chose, Meredith continua de brosser tranquillement le pelage. Les bras, les jambes, le cou, les oreilles... rien ne semblait échapper au brossage lent et systématique... Jusqu'au moment d'attaquer la queue. Comme avant, elle brossa l'extrémité, dans de longs mouvements dans le sens du poil. Puis, un mouvement de brosse plus long que les autres : la forgeronne avait saisi le premier anneau entre deux doigts et le fit coulisser le long de la queue ultra-touffue. De longues minutes d'un brossage régulier avant qu'un autre retour plus long que les autres fit coulisser et retirer un autre anneau. A part le petit sourire satisfait d'une artisan qui faisait bien son boulot, le visage de Meredith restait inexpressif.

Elle fit durer le plaisir bien plus longtemps cette fois-ci. Dix minutes, vingt? Puis, pensant avoir assez joué comme ça, elle saisit un autre anneau pour le faire coulisser au bout de la queue et abandonna la brosse, frottant les poils directement avec sa main. Encore quelques minutes avec ce petit jeu et elle releva la tête de la bleutée de la main gauche, tout doucement. La regardant dans les yeux, elle fit un large sourire avant de se pencher vers elle et de lui lécher la joue tout doucement, visant la même zone que Demie-coeur un peu avant. Puis, reprenant la position normale et sans cesser de frotter l'ample queue, elle posa une question très lourde de sous-entendue.

"Tu as faim? Tu peut te préparer ton petit-déjeuner. Mais je suis pas mauvaise en cuisine. Tu veux que je te prépare quelque chose... de personnel?"

Elle se moquait déjà que la personne ait le même sexe. Alors la même espèce...
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Mar 21 Avr 2015, 10:46

Demie-coeur n'osait plus regarder Meredith après l'audace dont elle avait fait preuve en lui déposant un bisou PRESQUE sur le lèvres, par tous ses dieux quelle folie avait-elle commit ! Elle en était à se dire que maintenant la forgeronne, qui pour elle n'avait toujours pas réagit, allait se moquer d'elle ou la repousser car elle n'appréciait pas du tout, quand les coups de brosse reprirent, tout aussi légers et doux qu'avant. Ainsi elle ne lui en voulait pas ? Ou alors le baiser de la renarde avait été assez rapide et furtif pour passer inaperçu, une sorte de don chez elle que de ne pas se faire remarquer, seulement là, étrangement elle aurait voulut avoir une réaction. Elle était en partie heureuse, car ce manque de réaction n'était pas un rejet, mais aussi douloureusement peiné de ne pas avoir de résultat après un tel acte de courage de sa part...


La renarde se laissa donc toujours faire, blottie comme elle l'était contre Meredith cette dernière n'avait aucun mal à atteindre chaque partie de son corps n'étant pas recouverte d'armure, la brosse n'en délaissant aucune pour lui accorder partout le même plaisir d'une caresse qui remettait aussi sa fourrure en place, c'était bon, mais il manquait toujours la réaction de Meredith et ça Demie ne pouvait cesser de psychoter dessus. Elle se disait qu'elle avait peut être bien sentit son baiser mais qu'elle faisait semblant de rien pour ne pas la gêner et que sitôt repartit elle ferait désormais tout pour ne plus jamais la recroiser, après la gentillesse dont elle avait fait preuve à son égard s'eut été un véritable drame dans la petite vie bien rangé mais déjà facilement perturbée de la bleutée, elle avait tant de mal à se faire des amis, il ne lui manquait plus que ça tient...


Mais étrangement, alors qu'elle prenait sans même s'en rendre compte un petit air triste de chient battu, la brosse passa sur sa queue. Au début elle n'y prêta pas attention, c'était une caresse pour une autre pour elle même si elle devait bien avouer que lorsque la brosse passait sur cette partie de son corps c'était plus agréable qu'ailleurs, pas au point d'être aussi bon que pour les oreilles mais tout de même, ça valait son pesant de douceur et de plaisir. Ce qui retint réellement son attention dans ce geste répétitif, c'est qu'au bout d'un certain temps elle sentit un anneau cerclant sa queue touffue glisser sans bruit pour abandonner sa fourrure sous la brosse de Meredith. La truffe palpitante Demie regarda sa queue d'un air presque terrifié, non tout à fait terrifié en fait, qu'est-ce qu'elle lui faisait ? Elle lui avait pourtant bien dit que ces anneaux était ce qui se rapprochait le plus d'un habit pour elle. Elle se serait retrouvée nue mais avec ses anneaux sur la queue que cela ne l'aurait pas gênée, enfin presque pas, mais l'inverse était... était... c'était terriblement gênant ! Surtout que durant cette réflexion la forgefolle en avait profité pour retirer un deuxième anneau ! Quelle folie ! Demie avait le coeur tellement serré par l'angoisse que la tête commençait à lui tourner, trop de pensées venant la tourmenter alors qu'il ne lui restait qu'un anneau pour l'habiller. Bien qu'elle soit terrifié à l'idée que rester contre l'humaine signifie peut être, sûrement en fait, le perdre aussi, elle ne voulait pas abandonner ce refuge rassurant qu'était les bras de Meredith. Se passant nerveusement la langue sur la truffe elle tenta de faire mine de rien alors que depuis le premier anneau sa fourrure avait prit le volume habituel de lorsqu'elle rougit à éclairer un stade de foot en pleine nuit. Tentant de se prévenir d'un nouvel attouchement à ses anneaux elle rabattit un peu la queue vers elle, l'air de rien. Un long moment cela sembla suffire, la forgeronne continuant de la brosser alors que la fourrure de Demie dégonflait très, très, très, très, très lentement par équivalence à sa gêne. Mais le coup de grâce arriva bel et bien et dans un loooong coup de brosse elle sentit le dernier anneau glisser, et elle ne fit rien pour l'en empêcher, elle s'en sentit tellement honteuse qu'elle détourna le museau pour ne pas regarder Meredith, certaine de passer pour une dépravée à ses yeux.


Alors que la renarde commençait à se sentir si mal qu'elle n'allait pas tarder à fondre en larme à nouveau, il se passa une chose à laquelle elle ne s'attendait absolument pas. Meredith lui passa une main sous la tête, la tournant vers elle avec ses yeux déjà plein d'eau et sa truffe brillante, puis elle lui sourit largement avant de rapprocher son visage du sien, qu'allait-elle faire encore !!! Alors que Demie s'attendait au pire elle eut droit à un long coup de langue appuyée sur la joue, finissant aussi à la commissure de ses lèvres. Un tel retournement de situation pour tout ce qu'elle avait imaginé la laissant un moment incapable de réagir, la forgeronne lui posant alors une question qui semblait totalement déplacée dans un tel contexte, pourquoi lui parlait-elle de manger, surtout après ce qu'elle avait fait, et puis ça voulait dire quoi personnel, elle comptait la manger, non ça c'était stupide, mais alors c'était quoi, ah et au passage il fallait qu'elle fasse une crise cardiaque, et puis elle ne savait pas comment réagir à ce qui venait de se passer alors autant lui laisser un peu de temps avant de demander des choses sans queue ni tête pour une situation pareille et...


L'esprit totalement embrouillé la renarde tentait de démêler ce qui venait de se passer, tout en repoussant momentanément la question. Elle ne savait pas quoi faire, dans les livres qu'elle lisait ça s'arrêtait aux bisous et aux câlins, et encore c'était les moment chauds qui la faisait rougir et chauffer sous sa fourrure, refermant parfois le livre quand il commençait à y avoir des histoires de langues dans une même bouche, c'était trop ! Mais jamais, non jamais ! L'un des personnages ne se retrouvait nu, et encore moins dans une pose comme celle ci, et avec des actions comme ça, là c'était l'anarchie complète ! Ça tournait à la pornographie ! Qui avait donc écrit le script de la forgeronne !
Il lui fallut bien cinq minutes avant de pouvoir remonter à la surface de son esprit et d'être réellement consciente, ne sachant pas trop ce qui s'était passé entre temps. Elle avait décidée que ce coup de langue, compte tenue de ce qu'elle était, était une tentative de la forgeronne pour lui rendre le baiser qu'elle lui avait fait. La simple idée qu'elle se soit donnée le mal de trouver un équivalent aux baisers humains pour elle qui n'en était pas vraiment une suffisait à faire chavirer le coeur de la renarder, Meredith n'était visiblement pas parfaitement, mais elle s'en fichait totalement maintenant, elle venait de trouver comment capturer son coeur et elle ne ferait rien pour l'en empêcher. Raison pour laquelle elle ne répondit pas mais se contenta de se redresser un peu contre la forgeronne, prenant les miettes de courage restantes à deux mains et venant l'embrasser tendrement durant plusieurs longue secondes. Là c'était finit, elle venait de faire exploser sa conscience et son cerveau devenait hors jeu pour un moment. Enlaçant la forgeronne elle ne répondit pas tout de suite à sa question, rompant après un certain temps le baiser pour frotter doucement son museau contre sa joue dans un petit câlin animal mais étant ce qu'elle connaissait de plus affectueux et intime pour ceux de son peuple, c'était ce que faisaient les couples dans sa culture, elle lui répondit d'une petite voix hésitante.


-N... non... pas besoin... je... je n'ai pas très faim pour le moment... et puis... je... je suis bien... là... -il lui avait coûté de dire ça, mais c'était vrai et elle n'avait strictement aucune envie de bouger pour aller manger ou laisser la forgeronne lui préparer quelque chose, elle voulait rester comme ça, contre elle dans ce moment terriblement gênant mais si agréable à la fois, pour toujours ce serait bien. Et bien sûr elle n'avait absolument pas captée l'allusion, trop subliminale pour elle.-
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Meredith le Jeu 23 Avr 2015, 11:50

Après le coup de langue, Meredith s'était attendue à une réaction rapide. Mais voilà, c'était la bleutée! Pas bavarde, peu démonstrative et fortement complexée. Du coup, pendant les cinq longues minutes où le cerveau de la renarde carburait à plein tube, la forgeronne avait la désagréable impression d'avoir fait une bêtise. Pire, une connerie. Elle ne se sentait aucun scrupule à charmer Demie-coeur, c'était plutôt qu'elle avait la désagréable sensation d'avoir raté une étape. A voir la fourrure en mode polochon et la couleur rouge pointant de plus en plus en-dessous, elle constatait la réponse beast à une phrase du genre "T'es mignonne, on baise?". Même Meredith, aussi complexée qu'une édition intégrale du Necronomicon, avait assez de tact pour ne pas aller aussi vite. Or, bien que la bleutée était couverte d'une armure de cuir qu'on ne pouvait retirer qu'avec le soin qu'on retire une perle d'une huitre, la renarde donnait l'impression d'être nue dans les bras d'un vieux pervers.


*Ma vieille, t'as pas mis le feu à la forge. Tu l'as alimentée en eau de roche et t'admire l'explosion depuis la pièce d'à côté, regrettant la disparition de tes sourcils et les restes de l'allumette crâmée en main.*


Il fallait couvrir le feu, diminuer l'incendie, pour ramener la fournaise à une température tolérable ou le cerveau de Demie-coeur allait finir en sauce blanche. Alors que les minutes s'éternisaient, la forgeronne eut enfin une réponse. Un baiser, presque de petite fille, les dents faisant un obstacle effilé à toute langue inquisitirice. Baiser accompagné d'une étreinte solide sans être passionnée, remplie d'une espèce d'espoir. Puis, Demie-coeur retourna à son naturel de beast sous pression avec une déclaration que Meredith eut du mal à détricoter vu qu'en cinq minutes elle avait presque oublié ce qu'elle avait dit à propos de la cuisine. Rester comme ça... Ok...


Elle passa sa langue sur les lèvres, savourant rêvesement le goût. Elle s'était attendue à quelque chose de plus... animal? Enfin, si la salle de bain était à l'avenant du reste de l'appartement, la mauvaise haleine devait être morte et enterrée depuis des années après d'intenses souffrances. La bleutée voulait donc juste rester comme ça? Bon, elle ne voulait pas s'enfuir, c'était déjà un bon point. Mais le paquet de nerfs sanglottant s'était transformé en une nouvelle sorte d'explosif dont elle ne tenait pas à assister à l'avenement à bout portant. Faire couver le feu, oky...


Doucement, elle remit un anneau sur la queue. Juste un. Avant de brosser à nouveau. Maintenant que le visage était plus visible, elle le lissa, effaçant les traces des larmes. Il y avait aussi les oreilles et la forgeronne regrettait que la brosse n'était d'aucune utilité pour les cheveux. Puisqu'on en était là, autant demander...


"Il y a des endroits que tu préférerais que je te brosse?"


Si la bleutée pouvait y capter des sous-entendus même pas désirés à l'origine, tant mieux!
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Sam 25 Avr 2015, 17:38

Demie-coeur frissonna quand la forgeronne lui sourit tout en lui passant la langue sur les lèvres, c'était divinement... agréable et gênant à la fois. Pour la première fois de toute sa vie elle échangeait un baiser avec quelqu'un, Ishtar mise à part car elle ce n'était pas un baiser mais une sorte... de... pulsion primaire animale revenant à un viol pour la renarde, donc c'était là ses premiers baisers et elle devait bien s'avouer à elle même que la chose ne lui déplaisait pas le moins du monde, même si elle aurait préféré ne pas le faire en se sentant nue à cause de la perte de ses anneaux. Être nue tout court mais avec ses anneaux l'aurait certainement moins traumatisée. C'était pourquoi elle tâchait d'oublier la nudité de sa queue en se perdant dans la contemplation de la forgeronne, ses yeux timide la détaillant rapidement en la faisant rougir d'oser une telle chose. Elle répondit néanmoins à la léchouille de l'humaine sur ses lèvres par une autre sur les siennes, pensant ainsi lui faire plaisir.


La remise en place d'un anneau sur sa queue la prit par surprise, elle qui trouvait cela terriblement gênant et déplacé de les lui avoir tous enlevés pensait toutefois que la forgeronne avait désiré cela, qu'elle voulait la prendre contre elle comme si elle était... nue. Ce qui était à la fois terriblement gênant mais réconfortant de savoir que la différence d'espèce ne la dérangeait pas pour cela. Alors lorsqu'elle remit l'anneau la renarde pensa avoir fait quelque chose mal, elle avait du rater un passage important sans le voir et de fait, déplaire à l'humaine, c'était sûrement ça, triste mais comme ça... au moins cette dernière ne la rejetait-elle pas totalement, même mieux, elle voulait savoir si un autre endroit conviendrait mieux pour la brosser. Etant donné la façon dont elle se plaisait à la brosser Demie ne perçut là qu'un énorme sous entendu, elle voulait donc aller si vite avec elle, mais ça n'allait pas être possible, elle s'était déjà trouvée sur le point de défaillir à la perte de ses anneaux, si la forgeronne voulait faire de... d'autres choses... ces choses auxquelles elle ne connaissait strictement rien, sans avoir approfondie ce qui semblait être une relation puissante se tisant désormais entre elle et bien... elle avait peur de se rater, car immanquablement ça arriverait, et alors elle passerait pour une gamine, voir pire, et tout serait raté. C'est avec un pincement d'angoisse dans la poitrine que la bleutée dut faire un choix. Prendre le risque de la laisser aller autre part avec elle, là où étaient ses meilleurs brosses, et tout son bordel au passage, et risquer donc de passer pour une totale ignorante. Ou alors lui dire qu'ici c'était très bien et risquer de la frustrer, un terrible dilemme... Dilemme que ses sentiments naissant résolurent à la place de son esprit en lui faisant timidement répondre.


-Dans... dans ma chambre... c'est là que je met mes meilleures brosses... mais c'est... tu te moqueras pas... c'est très en désordre... et j'ai fermé et scellé la porte pour le moment... Je... je l'ouvrirais si... si tu veux bien aller dans ma chambre avec moi...


Elle se sentait terriblement honteuse de dire cela à Meredith, mais son coeur tambourinant dans sa poitrine, lui, disait tout le contraire de son esprit, il était heureux qu'elle ait trouvé le courage de s'affirmer au moins un peu comme n'étant pas siiiiii peureuse, bien que cela ne change en rien la peur de la renarde de ce qui pourrait arriver. De plus sa chambre était le plus joyeux foutoir ayant jamais servit de tanière à un renard, partout des trucs qui traînaient. Des livres ouverts et des dessins ou notes posées un peu partout, des volets tout juste entrouverts et dont les rideaux devant les fenêtres ne laissaient presque pas passer le peu de lumière qu'ils auraient normalement accordés à la pièce. La pièce ressemblant à un lieu de bataille, entre le bureau et les différentes tables recouvertes de tout et n'importe quoi, quelques armes, parchemins, objets étranges et peluche encombrant le sol, des vêtements laissés à l'abandon depuis on ne sait quand, bien que ne sentant pas mauvais, occupaient des places incongrues. Au fond de ce fatras trônait un grand lit, du genre à accueillir facilement trois ou quatre personnes, quelques couettes et couvertes en désordres constituant sa topographie torturée avec l'aide des multiples coussins et peluches de la renarde. Et non loin de ce lit, attendant dans les plis des tissus ou par terre et sur les tables de nuit, quelques brosses. Voila donc ce que la renarde avait si peur que Meredith voit...
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Meredith le Mer 06 Mai 2015, 12:07

La remise de l'anneau n'eut pas l'effet escompté : La forgeronne s'était attendue à un soupir, à une perte de volume, à un virage vers un bleu moins rougeoyant... Mais elle continuait d'avoir dans les bras un paquet de nerfs rempli d'incertitudes, d'incompréhensions, de timidité tout en étant une bombe sexuelle en puissance. Bombe qui risquait bien d'exploser, au sens propre. Alors qu'elle frottait toujours le pelage de la bleutée, inconsciente de se comporter comme quelqu'un qui préparerait une bête de concours à un défilé, la situation se décrispa dans le bon sens, à savoir en direction de la chambre à coucher, promesse de moments bien plus intimes...


Le déplacement vers la chambre ne fut pas aisé, vu qu'il lui fut assez difficile d'arriver jusqu'à la pièce en portant la bleutée dans ses bras tout en essayant de la caresser. Cela n'avait pas été demandé mais elle tenait à effacer toutes traces des larmes sur les joues de Demie-Coeur. La découverte du contenu de la chambre fit qu'elle resta quelques instants sur le pas de la porte, encore aveuglée par le lumineux salon. Un magnifique et absolu foutoir. Souriant de toutes ses dents, elle en profita pour poser un autre baiser sur les lèvres de la renarde, un baiser rapide parce qu'elle rit ensuite de bon coeur.


"J'savais bien qu'y devait y avoir un côté de toi bien planqué que j'adorerai! Ici, au moins, on peut vivre!"


Toutefois une partie du bordel étant, à coup sûr, magique, il fallait à présent arriver jusqu'au lit en évitant l'espèce de champ de mine que représentait le plancher. Reproduisant les mouvements d'un archéologue au fouet, elle sauta d'un endroit dégagé à l'autre, son bagage à fourrure oscillant dans les bras. Une fois arrivée au lit, la forgefolle déposa délicatement la bleutée avant de lui tourner le dos, mettant le cap sur la table de nuit. Elle revint vite, sautant littéralement sur le lit à côté de la renarde tout en riant.


"Hé hé! J'avais vu un beast se brosser avec ça une fois. Un tel spectacle ça s'oublie pas..."


Elle brandissait effectivement une espèce de peigne court en forme de virgule, peigne qui avait des dents de chaque côté. Entourant délicatement le cou de la bleutée de son bras libre, Meredith commença à utiliser le peigne à oreille. Un côté du peigne était utilisé pour brosser les poils de l'extérieur et, surtout, l'autre côté était parfait pour la fourrure délicate de l'intérieur de l'oreille. Tout en brossant, elle se rapprochait de Demie-coeur, la collant presque à présent.
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Demie-coeur le Dim 17 Mai 2015, 15:39

Demie-coeur avait eut une certaine réticence à amener la forgeronne jusque dans sa chambre, il faut dire que si la porte était scellée en plus d'être fermée à clef c'était bien parce qu'elle avait peur de sa réaction en voyant son contenu. Mais Meredith la rassura déjà d'une certaine façon en la gardant contre elle, dans ses bras, une attention qui ne passa pas inaperçu pour la renarde bleue, surtout que sa compagne humaine ne cessait de la caresser doucement bien que cela soit assez compliqué étant donné la position dans laquelle les deux comparses se trouvaient. C'est avec plus qu'une petite appréhension que la canidé se tortilla pour récupérer sa clef et ouvrir la porte tout en supprimant l'enchantement temporaire qu'elle avait placé dessus. Et alors elle se blottit encore plus contre Meredith, lu museau coincé entre sa poitrine et son bras comme pour se cacher de la remarque blessante qui allait certainement fuser juste après l'ouverture du battant de bois. Mais il n'en fut rien.


Demie se retrouva fort étonnée que Meredith ne trouve pas sa chambre comme un véritable dépotoir, sa face un peu sombre et très très bordélique se retrouvant matérialiser dans cette pénombre presque hostile par le nombre de formes incongrues que les différents éléments de décors créaient. Elle rougit en entendant la remarque de la forgeronne, ne retenant évidement que le mauvais côté dans un premier temps, celui comme quoi il y avait bien une facette d'elle qui lui plairait, cela voulait donc dire qu'avant, tout le reste lui avait déplut ? En même temps elle avait ravagé sa boutique, détruit des armures, laminé des cuirs, transformé des métaux en mousse, dont l'argent de la forgeronne, elle pouvait aisément comprendre sa colère face à cela bien qu'elle ne lui en ait pas fait part. Mais une petite partie de son esprit gifla l'autre pour lui dire que si elles se trouvaient là maintenant c'est qu'il y avait certainement d'autres choses qui avaient plut à Meredith avant de se retrouver dans cette situation. En tout cas elle était heureuse que la forgeronne accepte ce côté d'elle, au point de l'adorer même, finalement c'était extrêmement plaisant à entendre, bien que le revers de la médaille lui reste à l'esprit et fasse un peu mal.


La forgeronne commença alors à progresser dans la pièce, et ce avec une certaine prudence, comme si elle avait peur qu'une partie du plancher se fissure sous ses pieds et qu'elles deux tombent quelques étages plus bas, ou alors c'était le fait que quelques objets par ci par là luisent faiblement, dégagent des ondes plus ou moins palpables... La magie en somme, voila ce qui faisait peur à Meredith, maintenant Demie réalisait qu'elle demandait à la forgeronne d'avancer en terrain miné, comme si elle risquait de découvrir une aiguille levée dans les airs sous chacun de ses pas. C'est plongée dans ces pensées qu'elle se surprit à être doucement déposée sur sa couche, elle vit la forgeronne se rapprocher d'elle en rampant sur le lit absolument pas fait, portant encore les traces de sa dernière nuit agitée dans ses plis. Cette dernière tenait un peigne dans ses mains, d'une forme que la renarde reconnaissait entre mille, son superbe peigne pour les oreilles, l'utiliser était un véritable plaisir, du genre de ceux que l'ont prend même lorsque ce n'est pas utile. Elle fut surprise que Meredith sache s'en servir, mais bien agréablement surprise.


La renarde se laissa sagement prendre contre l'humaine d'un bras autour de sa taille, se blottissant contre elle tout en rougissant affreusement quand le premier coup de peigne la fit doucement glapir de contentement. Fermant les yeux elle se laissa aller à la volupté du moment et la douceur d'un personne qu'elle avait pourtant prise pour une brute épaisse au premier contact mais qui se révélait maintenant à même de lui faire éprouver des sentiments bien plus agréables que la peur, sinon elles ne seraient pas en ce moment même toutes les deux sur son lit... Dans un soucis de confidentialité la porte se referma doucement, sans bruit car ses gonds étaient évidemment huilés avec un soin maniaque, et plus rien ne fut visible, mais qui sait ce qui s'est passé...
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans la tanière d'une renarde bleue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum