La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Aller en bas

La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Demie-coeur le Dim 12 Juil 2015, 23:22

Six heures du matin, Demie-coeur s'est levée de bonne heure, comme toujours. La jeune renarde a dut passer une nuit sans sa compagne, chose lui déplaisant, de fait elle a tenté de se consoler comme elle le pouvait en répétant ses petits rituels matinaux. Se lever, constater que sa chambre est bien toujours le même désastre de rangement, avancer en esquivant les différents pièges qui emporteraient une aile du donjon si jamais ils devaient s'activer. Se frottant un œil encore endormit de ses petits poings la bleutée sort de son antre une fois la serrure déverrouillée, le loquet enlevé, la planche retirée, la chaise bloquant la poignée remise à sa place et les divers sceaux magiques désactivés. Parcourant son salon elle s'étire, slalome entre les meubles toujours aux même emplacements immuables, leurs bibelots semblant coulés dans un socle pour ne jamais bouger.


Un copieux repas plus tard, le lave vaisselle magique mit en route et les diverses denrées alimentaires rangées avec le même soin manique à rendre fou un administratif la renarde prend le chemin de la douche. Repasse par sa chambre avant histoire de récupérer sa tenue de la veille qui va lui servir pour sa journée de patrouilles incessantes dans le donjon, puis gagne la tranquillité douce et accueillante de sa cabine de douche. Une heure plus tard la voila qui ressort pleinement éveillée, un large sourire sur le museau, la truffe palpitante et l'air affairé des gens qui brassent beaucoup d'air pour avoir le privilège de se dire occupés.


Accrochant sa bourse à sa taille la demoiselle fait un dernier tour vers sa pharmacie, laquelle mériterait bien plus le nom de salle d'alchimie que de pharmacie, et glisse nombre de fioles et outils de petites tailles dans sa sacoche sans fond. Les attaches de celle ci vérifiée elle se rend dans l'entrée, se saisit de son inutile bâton à bout brillant, et déverrouille les innombrables sécurités de sa porte d'entrée. Un quart d'heure plus tard là voila dehors, parée à affronter une nouvelle journée au donjon !
Le petit bruit mat des coussinets enrobés d'une fine bande de cuir résonne alors dans les couloirs, le pelage bleuté le parcourant alors qu'un autre être s'éveille au même moment. Joyeuse sans savoir trop pourquoi le jeune femme chante une petite comptine dans sa tête, mauvaise idée.


-Ah non pitié ! Hier ! Avant-hier ! Et encore avant ! J'en ai marre, tu sais que tu commences à me faire vraiment chier là avec tes niaiseries ?! T'es déjà pas foutue de bien faire ton travail mais t'en rajoute une couche en m'empêchant de dormir pendant que tu mènes ta vie inutile ! -la renarde perdit son sourire, son petit chant s'étranglant dans ses pensées alors que son colocataire indésirable s'exprimait.- Je chante si je veux… Pas quand je dors, j'ai déjà assez de mal à te supporter comme ça ! -Demie se renfrogna encore un peu, mordillant sa langue en retenant de vilains mots.- Pourtant je ne fais rien de mal… Non tu te trompes, tu ne fais rien tout court, en plus d'être gourde tu ne sers à rien, c'est cela qui m'insupporte, cela et tant d'autres choses, tu veux vraiment que j'énumère ? Remarque… ça pourrait expliquer pourquoi tu a été délaissée cette nuit, une fois encore… -laissant sa phrase flotter dans l'esprit de la bleutée il se roula à nouveau en boule dans un coin, entre une névrose et une phobie de la renarde.-


Et le message de l'être sombre continua sa route, cheminant parmi les pensées de la jeune femme qui peu à peu perdit son intérêt pour ce qui l'entourait, son esprit semblant se corrompre face à l'idée que l'on venait de lui injecter. S’immisçant jusqu'à sa réflexion celle ci mit la machine infernale en route. Et si il avait raison, et si elle avait ennuyé Meredith. Peut être qu'elle n'avait pas assez bien fait la poussière la dernière fois ! En même temps après douze heures de travail elle fatiguait, il fallait la comprendre… Oui alors elle n'avait pas mit assez de lardons dans la crème de marron ! Et… et si un livre n'avait pas été à sa place ? Boule de poils et nœud de fourrure ! Ce devait être ça ! Elle avait encore lu et le livre n'avait pas été reposé très exactement à sa place ! Elle avait rompu l'équilibre du salon, Meredith s'était sentit mal à l'aise, elle avait prétexté avoir un truc à faire à la forge alors qu'elle n'avait juste plus envie de la voir et elle ne reviendrait jamais. Pauvre d'elle, elle finirait seule, délaissée jusqu'à la fin de ses jours au milieu de ses livres mal rangés et des grains de poussières s'accumulant entre deux jours de nettoyage méticuleu…


Vite ! Demie devait trouver un moyen de régler ça ! Il devait encore être temps ! Comment faire, qu'est-ce que Meredith aimait ? Heu… lui trouver des livres avec des images et des coloriages d'armes et d'ennemis baignant dans leur sang ? Oui mais où… De l'alcool à profusion ? Du moment que c'était pas au dessus des 150 % ça ne lui faisait rien… Peut être essayer une des armures qu'elle voulait lui faire endosser depuis un moment… comme son truc de la reine barbare ? Oh non ! Rien que d'y penser la bleutée avait honte. Elle n'avait pas le temps d'avoir honte ! Vite ! Il fallait trouver quelque chose ! Là ! Tout de suite ! Immédiatement !


Serrant les crocs en se tirant les oreilles sur le crâne sous le regard surpris et quelque peu inquiets des passants semblant soudainement douter de sa santé mentale qui passait déjà pour précaire dans le donjon le renarde cherchait. Et elle ne trouvait pas. En désespoir de cause elle se résolut à s'appuyer contre un mur du donjon, juste à l'entrée de la zone commerçante, laissant son regard parcourir avec fébrilité les différents étalages. Ses yeux passèrent sur une enseigne, continuèrent, revinrent, s'y accrochant l'espace d'une seconde cette fois, décalèrent un peu, puis se retrouvèrent à nouveau sur le nom de la boutique sans plus pouvoir s'en décrocher.



Un salon de coiffure… et si… et si elle essayait simplement de se faire belle ? Pour faire une surprise à Meredith et aller la voir avec le poil plus doux et soyeux que jamais… La forgeronne passait parfois des heures à la brosser et à la caresser… Ça lui ferait très certainement plaisir si elle était plus douce, pour ça et heu hrm… des activités plus intimes qui firent se hérisser les poils de la renarde sur son museau et ses oreilles. S'empressant de les aplatir à nouveau de gestes saccadés de la main la bleutée jeta autour d'elle des coups d'oeils prudents, vérifiant que personne ne l'avait remarquée. Alors seulement elle se rapprocha de la porte de la petite boutique et la poussa prudemment, passant avec timidité le bout de son museau à la truffe frémissante, puis la tête, cherchant du regard le ou la propriétaire des lieux en espérant qu'elle ne se ferait pas attraper à espionner.
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Meridia Inuendo le Lun 13 Juil 2015, 12:50

Il était tôt, très tôt mais comme chaque matin la boutique avait ouverte à 8 heures, ce qui fait que j'étais levée depuis 6 heures… Ce qui était complètement inutile. J'aurais très bien pu me lever à 7h30 et préparer la boutique depuis ce moment là vu que de toute façon je nettoyais déjà tout à la fermeture, mais j'aimais bien ce moment de flottement. Regarder par la vitrine de ma boutique, voir le donjon s'éveiller petit à petit, et regarder le sol pour voir s'il traînait encore quelques poils ou cheveux dessus, ce qui arrivait rarement. Je mettais un point d'honneur à avoir une boutique nickel tout au long de la journée et je m'y tenais plus que tout. Mais ce matin comme chaque matin, tout était en ordre. Pas un grain de poussière ou poil sur le sol.

En plus hier, j'avais pris dix minutes de pause le temps d'aller acheter une large baignoire pour mes clients et clientes les plus poilus, une chose que j'aurais dû faire bien plus tôt et qui m'aurait épargné bien des ennuis mais je n'avais tout simplement pas l'argent pour. Le prix des baignoires était complètement abusée dans le donjon, et pour ceux qui voudraient me répondre que je pouvais en voler une, vous avez déjà essayé de passer inaperçu avec une baignoire sur l'épaule vous ? Non ? Et bien essayez, vous verrez que c'est pas si facile quand vous avez mon physique.

7h30, je regardais donc le donjon s'éveiller un peu plus et me dirigea vers l'extérieur. Je n'en revint que 10 minutes plus tard, une tasse de café à la main que j'étais allée acheter à la taverne. J'étais généralement la première cliente du jour du barman et on commençait à bien se connaître. J'aurais aussi pu m'acheter une de ces cafetières magiques pour me faire du café chaque matin, mais j'aimais bien tout ces petits rituels que je faisais le matin en me levant. Me tenant derrière ma vitrine, je buvais mon café à petite gorgée, voyant déjà les marchands d'en face déployer leurs étals de fruits et légumes et discutant joyeusement entre eux, jusqu'au premier clients ou ils en viendraient probablement aux mains pour se l'approprier. La routine, la routine.

La nuit avait été mouvementée. Comme d'habitude, j'avais passé mon temps à voler sauf que cette fois, je m'étais retrouvée nez à nez avec le propriétaire du lieu. J'avais réussit à fuir avec mon butin, quelques bibelots en or et un calice de cristal mais j'avais passé deux bonnes heures à semer la garde, et heureusement qu'aucuns d'entre eux n'avaient vu mon visage sinon je pense que j'aurais passé quelques temps en prison, ou quelque-chose de pire. Je ne voulais pas savoir la sentence de toute façon. J'avais stocké tout ça dans mon coffre, en laissant une bonne partie pour Crocs noirs puisque ça faisait partie de mon accord avec ce dernier.

7h50, et je réalisais que je portais toujours ma tenue de voleuse. J'avais dormi une heure cette nuit, un peu comme chaque nuit donc autant dire que le café était vital pour moi et que je n'étais pas très fraîche. Je finis la délicieuse boisson chaude en quatrième vitesse et retourna dans ma chambre pour me changer, mettant mon habituelle robe blanche et retournait devant ma vitrine.

Mon dernier client hier soir m'avais tué, c'était littéralement une boule de poil crasseuse qui était venu pour couper le toute et se faire laver, et ça m'avait pris 4 heures ! J'avais fermé à 00h30 au lieu de 19h00 sachant que cet espèce de trouduc…. D'honorable client avait bien sûr pris le soin d'arriver à 18h55, cinq minutes avant la fermeture et que je ne pouvais pas le refuser puisque c'était encore aux heures d'ouvertures.

00h30 il était repartit, et j'avais passé mon temps à balayer et désinfecter le sol rempli de vermines après son passage inopiné et surtout celui de ses poils, et après ça j'avais passé 3 heures à aller dévaliser des riches dans les beaux quartiers, et là… J'avais une seule envie, retourner au lit, comme chaque matin, il fallait juste que la caféine atteigne mon cerveau pour me donner le coup de fouet nécessaire, ce qui devait prendre encore bien dix minutes, juste pour l'ouverture. Alors je m'assis sur une chaise devant la vitrine et continuait à observer les passants, et c'est là que je remarquais une hybride de couleur bleue. Même d'ici je pouvais voir qu'elle prenait soin de sa fourrure, mais elle semblait dans un espèce d'état de panique, regardant les vitrines en face d'elle depuis les stands de fruits et légumes. Instantanément, mon cerveau tira la sonette d'alarme.

*Non non non NON ! Pitié ! Pas une autre boule de poil à l'ouverture ! Mais on m'en veux ou quoi ?*

Bon ok peut-être pas finalement, après tout elle semblait chercher quelque-chose et même si elle s'accrocha deux ou trois fois sur ma vitrine, elle ne s'y attarda pas, et c'est rassurée que je replaçais la chaise dans le coin de la pièce avant de tourner le petit panonceau sur la vitre indiquant « ouvert » en opposition à « fermé ».

Je replaçais la chaise dédiée à la coiffure en elle même en place alors que j'entendis la petite clochette au dessus de la porte tinter joyeusement, enfin me marteler le crâne vu comment je manquais de sommeil en ce moment, et je me tournais vers cette dernière.

Bienve...

Je me stoppais l'espace d'une seconde, voyant un museau bleu familier dépasser par l'embrasure de la porte alors que je soupirais de manière totalement inaudible pour ma nouvelle cliente.

...nue.

Et voyant qu'elle ne rentrait toujours pas, peut-être avais-je parlé trop doucement pour elle puisque j'essayais surtout de faire le moins de bruit possible pour ne pas réveiller ma migraine.

*Bon allez, une cliente est une cliente.*

Je pris cette fois une grande inspiration et parla d'une voix forte, faisant résonner mon pauvre crâne avec ma propre voix, mais le ton était enjoué.

Bienvenue chez Meridia coiffure ! Vous pouvez entrer, je ne mords pas. Enfin, rarement.
avatar
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Demie-coeur le Lun 13 Juil 2015, 13:22

Une sorte de pénombre calme régnait dans la boutique, comme un accord tacite passé entre l'air et le silence qui faisait paraître l'atmosphère immobile, semblable à celle des lieux anciens dont on ne peux déranger la quiétude même en frappant des cymbales. C'est du moins l'impression qu'avait Demie-coeur en passant son museau par l'entrebâillement de la porte, cherchant de son regard scrutateur à qui s'adresser, car rien ne semblait bouger dans la pièce, et ce malgré le doux carillonnement de la clochette suspendue au dessus de la porte. La renarde se mordilla la langue, au comble du désespoir tout en reniflant le fumet d'un café encore chaud, le propriétaire ne devait pas être bien loin, il y avait même un mannequin sur une chaise qui attendait d'être mit en place, d'ailleurs il bougeait, peut être en avait-il assez d'attendre…
QUE QUOI ?! Une voix claire tintant aux oreilles de la renarde la fit sursauter, se redressant en manquant de faire frapper sa tempe contre l'un des battants de la porte. Ce n'était donc pas un mannequin mais bel et bien quelqu'un, la boulette…


°Quand je te dis que tu es débile… Tu vois bien que j'ai raison. Méchant ! Lucide je te prie.°


Quittant ses pensées pour répondre d'une voix un peu intimidée tout en rentrant dans la salle, se cacher derrière la porte ne servant désormais plus à grand-chose étant donné qu'elle avait été repérée. Faisant glisser sa queue dans l'ouverture de la porte elle laissa cette dernière se refermer avec douceur, veillant d'une main sur la poignée à ce qu'elle ne claque pas tout en faisant face à celle qui l'intimidait au plus haut point. La renarde resta un moment sans rien dire, statufiée dans l’entrée à se demander ce qu'elle devait faire maintenant. Puis ses neurones se remirent au travail et elle se rendit compte qu'elle devait sembler bizarre alors elle s'empressa de trouver quelque chose à dire pour combler le silence vidant l'endroit de toute énergie sympathique.


-Hrm heu je… Bonjour… Je ne crois pas vous avoir déjà vu au donjon au par avant, je suppose que vous êtes l'une des nouvelles arrivantes que je n'ai pas eut le plaisir de rencontrer. Je me présente, je suis Demie-coeur, votre meilleur contact au donjon si vous avez besoin de quoi que ce soit, que ce soit un remplacement, une demande de soin, de protection, ou une réparation. J'espère que l'endroit vous plaît et que vous resterez longtemps parmi nous. -totalement dans sa lancée la renarde en perdit la raison première de sa venue et continua son numéro de marchande de porte à porte.- S'il vous faut un logement autre que votre boutique, et ce dans le cas où vous y résideriez actuellement sachez que je peux me charger d'une grande partie des démarches administratives pour vous, ou simplement vous accompagner tout au long de celles ci si vous le désirez. Dans le cas où il vous serait utile d'en apprendre plus sur le fonctionnement du donjon je me propose encore et toujours pour votre service. Et heu… heu… -elle stoppa, un fou rire résonnant dans son crâne.-


°Nyarfnyarfnyarfnyarf ! Oh putain ! Je l'ai pas vu venir celle là ! Je huhuhu…. Je crois que c'est la première fois que je rencontre un esprit aussi bordélique que le tien ! Tu vas lui sortir la carte des canalisations du donjon maintenant ? Non parce que ce serait dommage de ne pas lui montrer l'étendue de ton savoir faire dans le domaine du ridicule… Bien que je doive avouer que là tu as déjà placé la barre très haut… huhuhu… houlala… vais mettre du temps à m'en remettre...°


Fronçant le museau le museau Demie ne put retenir sa voix qui claqua comme un fouet dans le silence pesant qui s'était installé.



-Ah mais tu vas la fermer ta grande gueule pour une fois ?! -ses petits poings serrés et tremblants de rage contre son corps. Sa queue battit furieusement l'air puis elle se rappela qu'elle n'était pas seule, enfin en dehors de sa tête.- Ah heu je je je… Je vous promet que ce n'était pas pour vous je… oubliez… s'il vous plaît oublier tout… je suis juste venue parce que je veux me faire belle… -avec un regard suppliant la renarde implora la clémence de la coiffeuse, ne voulant pas se faire juger alors même qu'elles venaient de se rencontrer.-


Dernière édition par Demie-coeur le Mar 14 Juil 2015, 11:49, édité 1 fois
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Meridia Inuendo le Lun 13 Juil 2015, 21:03

La créature entra dans ma boutique, ce qui me permit de la détailler un peu. Fourrure bleutée comme je l'avais vu de loin avec une nuance de blanc sur le museau et sur la queue, les vêtements étaient plutôt classique de ce qui se faisait dans le donjon en règle générale. En règle générale c'était plutôt moi qui passait pour bizarre avec ma robe de confection humaine… Certains me regardaient même de haut pour ça mais est-ce que je vous avais déjà dis à quel point j'en ai rien à faire ?

Je remarquais qu'elle s'amusa à retenir la porte pour ne pas qu'elle claque, ce qui était inutile puisque j'avais fais venir des ouvriers 3 jours en arrière pour régler cette histoire de porte qui claque avec la fermeture automatique. Il y avait un progrès, la porte ne claquait plus… Par contre elle ne se fermait plus tout seule maintenant, le loquet restant désespérément en dehors du penne sans jamais réussir à l'atteindre, comme deux amoureux transis séparé par leurs familles respectives.

Je secouais légèrement la tête, c'était fou comme mon esprit pouvait partir dans ses délires lorsque je lui en laissais l'occasion, ce qui n'était pas souvent. Et voilà que mon cerveau se mettait à chercher une histoire que j'aurais pu lire mettant en scène deux amoureux transits qui ne pouvaient s'aimer de par leurs familles respectives… Sans rien trouver. Il faudrait peut-être que je me mette à l'écriture moi tient, ça pourrait se révéler lucratif si ça n'existait réellement pas.

Le fil de mes pensées fut interrompu par la renarde qui commença à parler, et me fit douter du fait qu'elle était cliente finalement. Elle faisait du porte à porte pour vendre ses services ? Mais elle aurait pas eu meilleurs temps de le faire chez des particuliers plutôt que chez des commerçants qui étaient de toute façon bien établis ? Non ? En tout cas je tentais de répondre entre deux, ce qui se solda par des

Oui mais… C'est que… Bon, c'est sympa mais… Sinon je… Vous… Ok...

Mon dernier « ok » c'était accompagné d'un large et long soupir, rien ne semblait pouvoir l'arrêter et je m'assis sur la chaise, enfin, je me laissais surtout tomber dessus, mon bras gauche s'appuyant contre le dossier alors que je tentais d'assimiler le flot d'informations dont elle me faisait par, jusqu'à ce qu'elle commence à perdre un peu le fil de ses pensées visiblement, puisque le dernier mot fut un « euh » suivit d'un long silence.

Tellement long que j'eus la très nette impression que finalement, il ne s'agissait là que d'un tic professionnel de sa part. Elle venait en tant que cliente mais était tellement habituée à son travail qu'elle n'avait pas pu s'empêcher de me réciter son discours. Je n'allais pas le lui reprocher, ça m'était aussi arrivé quelque-fois et je savais à quel point ça pouvait être génant. Je lui fis un sourire amical, hochant la tête, et parla enfin.

J'ai noté dûment tout vos services et je crois que je pourrais faire appel à vous dans le futur, mais pour l'instant j'aimerais juste que vous me dis...

-Ah mais tu vas la fermer ta grande gueule pour une fois ?!

Je me stoppais net… J'en avais eu des clients désagréables par le passé mais aucun à ce point là. Des clients insatisfaits ? C'était arrivé mais c'était en général APRES que je touche à leurs chevelures ou poils, et là je cherchais plus ou moins frénétiquement dans ma tête ce qui avait pu provoquer une telle réaction. C'était ma position un peu désinvolte sur la chaise hein ? Je me redressais d'un coup, droite comme un I, littéralement au garde-à-vous alors que la renarde semblait trembler de rage… Sa queue ne me disait rien qui vaille surtout. Chez tout les animaux sauvage, des mouvements pareils prédisaient une attaque imminente et je laissais tomber une main vers mon sac accroché à ma taille là ou se trouvait ma dague, juste au cas ou… Mais il se trouva que je n'en avais pas besoin alors qu'elle sembla se rendre compte de ce qu'elle venait de dire.

Ah heu je je je… Je vous promet que ce n'était pas pour vous je… oubliez… s'il vous plaît oublier tout… je suis juste venue parce que je veux me faire belle…

Je haussais un sourcil… J'en avais vu des clients un peu foufou, voir carrément timbré, mais là c'était plutôt pas mal dans le genre. Est-ce qu'elle venait de parler à quelqu'un dans sa tête alors ? Je ne savais même pas si c'était possible mais c'était une simple déduction de ma part… Mais comme demandé, j'oubliais. Parce que je n'étais pas rancunière et que je n'étais pas non plus là pour juger vu que mon deuxième métier c'était psy, officieusement. Il y avait certains clients pour qui la coiffure n'était que secondaire, ils venaient surtout me parler de leurs problèmes et écoutaient avec attention les solutions que j'essayais de leur proposer. Parce que je suis avenante, et que j'aime aussi venir en aide aux gens.

Mais les derniers mots de la renarde avait déclenché un petit sourire sur le coin de mes lèvres. Je n'étais pas idiote… Elle ne voulait pas se faire belle juste pour se faire belle, elle voulait plaire à quelqu'un. Je le voyais dans son regard, sa posture… son expression peut-être ? Je ne le savais pas, mais en tout cas je m'approchais d'elle, observant sa fourrure méticuleusement, dans le moindre détail avant de me redresser d'un air un peu surpris.

Vous faire belle ? Mais vous l'êtes déjà. J'ai rarement vu une fourrure aussi parfaite, pas un parasite, pas la moindre poussière. Qu'est-ce que je pourrais exactement faire de plus que vous ne faites pas déjà ? Je suis ouverte à tout les défis toutefois, donc exposez moi ce que vous voulez et je vous écouterais avec attention. Mes tarifs sont de 5 pièces d'argents pour tout, donc au total.

Je marquais une petite pause avant de reprendre.

Et j'espère que l'autre a effectivement fermé sa gueule puisque de toute façon c'est à vous que je veux parler.
avatar
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Demie-coeur le Mer 15 Juil 2015, 21:55

Demie-coeur avait déjà commencé à désespérer à la seconde où elle s'était rendue compte des mots qui venaient de sortir de sa bouche. Elle qui était pourtant si polie d'habitude, jamais un mot plus haut que l'autre et toujours un sourire ou peu s'en fallait pour ne pas laisser paraître ses passages de mauvaise humeur. Elle avait craqué, elle n'avait strictement rien put faire et il était étonnant qu'elle soit encore dans la boutique. La renarde aurait pensé que la jeune femme en face d'elle, celle qui était restée bouche ouverte en la fixant, visiblement troublée, lui botterait les fesses jusqu'à ce qu'elle soit dans la rue. En même temps ça se serait comprit, et puis la population du donjon n'était pas connu pour sa capacité à se comprendre lorsqu'il y avait des insultes ou que le ton montait. Combien de fois la garde avait-elle du intervenir dans une bagarre commencée à cause d'un mauvais regard entre deux personnes se connaissant à peine… Demie avait arrêté de compter après la trentaine. Dans sa tête la créature ricanait doucement satisfaite de l'effet qu'elle avait produit sur son hôte et très certainement envieuse de la voir malmenée pour son mauvais comportement.


De fait la réaction finale de la coiffeuse les prit tous deux au dépourvu, Demie et son petit démon intérieur. Un léger sourire s'esquissant sur ses lèvres fines elle se leva pour tourner doucement autour de la bleutée qui se sentit alors terriblement mal à l'aise, comme si une torche se frottait à sa fourrure. A quelle critique allait-elle avoir droit ? Elle cherchait très certainement un moyen de lui rendre la pareille en termes peu gratifiants, ou alors elle cherchai les zones à cibles pour les coups de pieds qui la jetterait dehors.
C'est donc avec une surprise encore plus grande que la jeune renarde entendit une éloge à sa fourrure, et à tout son être au passage, c'était une nouvelle fois terriblement gênant d'entendre des compliments de ce genre, mais aussi tellement plaisant. Ici il était rare d'entendre quelque chose de raffinée quand à la beauté d'une femme si on ne la connaissait pas d'un moment, c'était plutôt la première impression qui comptait, alors avoir un avis professionnel si favorable sur sa fourrure… Demie flottait au paradis sur un petit nuage de guimauve à la vanille. Ce qui la ramena à la réalité fut le prix, mais il était tout à fait abordable pour sa bourse et cela ne lui semblait pas trop, du moins pas pour la masse de poils dont le jeune femme aurait à s'occuper. Elle allait reprendre joyeusement la parole, plus détendue maintenant qu'elle ne semblait plus rien risquer, quand son interlocutrice reprit soudainement la parole. S'adressant à l'être qui vivait dans la tête de la boule de poil avec un air plus que sérieux. Ce qui fit naturellement exploser de rage celui visé.


°Que que, quoi ?!! Non mais elle se prend pour qui la petite garce ?! Elle sait seulement qui je suis cette salope ?! Frappe la ! FRAPPE LA !!! ALLER REMUE TOI UN PEU VIANDE MOLLE ET FAIS QUELQUE CHOSE DE TES DIX PUTAINS DE DOIGTS POUR UNE FOIS !!!°


Demie sentit son esprit vaciller sous l'inflexion soudaine de la créature qui la hantait. Et il n'en démordait pas en plus, pilonnant ses prudes pensées d'images insoutenable de ce qu'il aurait voulu faire à la pauvre coiffeuse. Tentant de rester calme Demie lui opposa un simple « non » qu'elle pensa très calmement.


°Je n'ai pas à t'obéir...°
°Je me fou de ce que tu as à faire !!! Ce rejeton de dégénérescence telle qu'elle en devient séculaire ose m'insulter….° Demie le sentait dans ses pensées, comme s'il tremblait de rage, l'espace d'un instant elle eut peur. °Elle mérite le fouet ! Les clous et la presse jusqu'à ce que ses os se brisent ! Laisse moi la briser!!!°


S'attrapant les oreilles la renarde les plaqua sur son crâne, réaction inutile car ce n'était pas quelqu'un d'extérieur qui lui parlait, mais elle n'avait rien trouvé de mieux et c'était là un réflexe. Se crispant face au déferlement de fureur qui retentissait dans son esprit, bousculant ses pensées. Elle regarda finalement la coiffeuse avec désespoir.



-Par pitié, vite, dites quelques chose, n'importe quoi, racontez moi un conte s'il le faut ou expliquez moi une recette de cuisine mais faite le taire… j'ai besoin de me concentrer sur autre chose sinon je suis perdue… -et en effet elle perdait déjà pieds, l'autre devenant de plus en plus furieux face à son inaction il occupait de plus en plus de place, prenant celle des pensées plus importante de la renarde ce qui l'empêchait de se concentrer.-
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Meridia Inuendo le Jeu 16 Juil 2015, 11:19

Je crois que j'avais dis quelque-chose en trop là. C'était même fort probable vu la réaction de la renarde bleue en face de moi… Elle vacillait légèrement d'une patte à l'autre alors que je l'observais, reculant prudemment d'un pas. Je n'étais pas non plus idiote, et même si elle semblait être la plus gentille des filles que j'ai pu rencontrer jusqu'à présent, le truc qui vivait dans sa tête, qu'il soit réel ou simplement le fruit de l'imagination de la renarde, ne semblait pas du tout animé des meilleurs intentions à mon égard. Je ne pouvais bien évidemment pas l'entendre mais j'avais vu le visage de ma cliente se décomposer dès que j'avais demandé à ce qui l'habitait de la fermer. Peut-être pas la meilleure des idées mais deux semaines après être arrivée au donjon, j'avais appris à m'affirmer. Quel dommage que je n'ai pas encore appris à juger mieux les situations que je ne le faisais maintenant.

Alors qu'elle se plaquait les oreilles sur le crâne comme pour ne plus entendre quelqu'un, je notais soigneusement tout cela dans un coin de ma tête. Je restais une employée de Crocs noirs en plus de son amante, et une telle faiblesse ne pouvait pas passer inaperçue. Je plaignais tout de même un tout petit peu la renarde puisqu'elle n'était pas tombée en face de la meilleure des personnes pour faire ce genre de… crise. Tout était noté soigneusement dans mon cerveau, et j'étais déjà certaine que, une fois que j'en aurais finis avec elle au niveau du soin de sa fourrure, un certain truand en serait directement informé. Je fus un peu surprise lorsqu'elle me regarda d'un air désespéré, qu'est-ce que je pouvais bien faire pour elle ? Je ne pouvais pas non plus sauter dans son crâne. Ou alors si je pouvais, mais ça risquait d'être gore au final donc je ne préférais pas… Surtout parce que j'aurais dû nettoyer la boutique de fond en comble au final.

-Par pitié, vite, dites quelques chose, n'importe quoi, racontez moi un conte s'il le faut ou expliquez moi une recette de cuisine mais faite le taire… j'ai besoin de me concentrer sur autre chose sinon je suis perdue…

Je n'avais pas non plus besoin de lui parler non ? Je n'étais pas très douée en blabla, j'étais plus du genre à écouter à part quand il s'agissait de débiter mon baratin de commerçante. Et puis elle me l'avait dit, elle avait besoin de se concentrer sur autre-chose, alors j'allais la concentrer sur autre-chose, mais pas par des mots, juste par des gestes. Je levais un doigt.

Une seconde.

Je passais derrière elle et passait dans le petit dépôt, avant de pousser à toute vitesse la baignoire que j'avais acheté il n'y a pas si longtemps que ça. Elle n'était pas qu'une simple baignoire, elle était également plus légère grâce à quelques enchantements, et un simple claquement de doigt suffisait pour la remplir d'eau à une température idéale. Je poussais donc la baignoire jusqu'à ce que cette dernière tape doucement dans les jambes de la renarde et lui fasse perdre l'équilibre à l'intérieur de cette dernière.

Alors qu'elle était en train de tomber, je claquais des doigts, ce qui remplit la baignoire d'eau, principalement pour que ma cliente ne se blesse pas. Un plouf plus tard et je l'avais donc effectivement baignée… Alors qu'elle était encore toute habillée mais je n'en avais cure. Elle m'avait donné le feu vert pour la distraire par tout les moyens, et j'allais le faire quoi qu'elle en dise. Elle m'avait dit qu'elle avait besoin de se concentrer sur autre-chose, et j'allais la faire se concentrer sur autre-chose.

Je ne regardais pas sa réaction. D'un geste expert, je me saisis de la petite fiole de savon qui traînait sur mon comptoir et le déversait dans la baignoire qui, je le rappelle, avait une eau à température idéale pour la renarde. Ainsi que sur mes mains que je me mis à frotter frénétiquement afin d'obtenir une solution mousseuse idéale… Que je me mis à frotter sur sa tête doucement. Un massage du crâne totalement gratuit puisque je ne comptais pas lui faire payer. Après tout j'étais plus en train de protéger ma vie que de réellement lui apporter des soins pour lesquels elle n'avait pas encore payé. Je continuais durant 5 bonnes minutes, et ne m'arrêtais pas alors que je lui posais la question.

Ça va mieux ?
avatar
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Demie-coeur le Jeu 16 Juil 2015, 23:55

Demie-coeur attendait toujours, les oreilles plaquées contre le crâne car elle tirait dessus avec une telle force que si cela devait durer elle n'était pas certaine que ses pauvres petits organes auditifs tiennent longtemps le coup. Espérant une action immédiate de la part de la coiffeuse, quelque soit la dite action, de lui raconter la vie de feus a grand-mère à la technique secrète qu'elle a inventé pour réduire la cuisson des œufs à la coque de cinq minutes, Demie la fixait de son air suppliant, le ramdam dans sa tête gonflant encore et encore. Mais finalement c'est un doigt que la jeune femme lui présenta… Qu'est-ce qu'elle voulait que la renarde fasse avec un doigt !!! Celle ci faillit le lui dire car l'air de rien avoir quelqu'un qui vous met le cerveau sans dessus dessous ce n'est pas agréable, mais la jeune femme parti rapidement… Pour revenir avec une baignoire. Là il y eut un temps d'arrêt, même dans la tête de la bleutée, la créature ne parvenait pas à comprendre de quelle façon elle comptait la combattre avec une simple baignoire, mais l’accalmie ne dura qu'une demie seconde avant de reprendre de plus belle et Demie bascula dans un même temps, le rebord de l'objet venant lui taper dans les jambes elle chuta.


La renarde se prépara au choc, celui de sa colonne contre le fond robuste, celui de la base de sa queue quand elle se tournerait sur le côté et que celle ci serait écrasée par la bordure de la baignoire, puis celui de sa tête qui ferait entendre le son sublime d'une cuve que l'on heurte de plein fouet. Mais en fin de compte les seuls sons qui retentirent furent ceux que fait une renarde avec la bouche grande ouverte quand elle rencontre un mur d'eau, un plouf et quelques bulles.
Ce n'était pas possible, qu'est-ce qui se passait, la baignoire était vide un instant au par avant, c'était un piège, ça devait être un objet stupidement dangereux pour noyer les gens sans qu'ils s'y attende, on les jettes dans une baignoire et paf ! Noyade subite ! Le cerveau de le jeune bleute commença alors à s'emballer, si ça se trouvait la coiffeuse était en fait une tueuse professionnel, elle mettait du poison dans ses shampoings et enduisait la lame de ses ciseaux d'arsenics pour couper « par mégarde » ses clients qui n'étaient que des cibles. Par les esprit ça devait être ça !
Se débattant comme elle le pouvait, c'est à dire de la façon la plus ridicule qui soit, dans un fouillis d'armure de cuir, de robe et de fourrure, Demie chercha à s'échapper, le problème étant que dans sa panique elle en avait oublié dans quelle position elle se trouvait, elle mit donc un superbe coup de boule à la baignoire qui ne l'oublierait pas de sitôt. Tentant de crier l'eau s'engouffra dans son museau et elle se redressa cette fois en toussant, crachant des bulles odorantes par la bouche car du shampoing avait été ajouté au mélange renarde/eau.


Demie réagit alors comme son instinct le lui disait, puisant dans sa magie pour faire quelque chose qui la sauverait, sa magie interpréta son trouble pour lui fournir de l'aide. L'eau était dangereuse, l'eau allait la tuer, donc il ne fallait plus d'eau.


MAGIE


Le liquide autour d'elle se mit à pétiller, maintenant c'était une baignoire pleine de cidre dans laquelle elle trempait. La renarde stoppa en sentant l'odeur alcoolisée plus que le massage crânien que lui faisait la coiffeuse, ne remarquant pas sa demande. Toujours paralysée, mais maintenant autant pas la peur que la stupeur, elle chercha à comprendre, comme seule explication sa magie d'illusion fit apparaître une paille dans l'une de ses mains.
Et soudain tout devint calme, complètement perdue par ce que son cerveau avait trouvé de mieux et que la magie avait réalisé elle ne bougeait plus d'un poil, les seuls remous existants étant alors ceux causés par les petites bulles qui venaient éclater par dizaines à la surface. Puis un rire explosa, dans sa tête, à défaut de faire taire sa créature elle avait au moins réussit à faire radicalement changer son humeur. Les cris qu'elle entendit ne furent alors plus qu'éclats de rires, gémissements amusés, étouffements et pleurs de rire. Tournant le museau comme pour s'assurer qu'elle était bien toujours au même endroit Demie chercha à comprendre, prenant peu à peu conscience de la triste réalité et de sa fourrure aussi détrempée que parfumée à la pomme fermentée.


-Que… je… pourquoi… pourquoi ça n'arrive toujours qu'à moi ça… -dit elle d'une petite voix désemparée mais toute à fait calme.-
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Meridia Inuendo le Ven 17 Juil 2015, 12:07

O...Kay… ça n'avait pas eu tout à fait l'effet escompté non plus. Je m'étais stoppée dans mon massage crânien le temps qu'elle se calme un peu. Elle agissait comme si j'avais voulu la noyer ! Voyons ! Je ne suis pas comme ça… Bon il était sûr qu'un certain truand allait être informé de tout ça, mais ce n'était pas moi qui me chargeait des basses besognes de ce dernier. Elle m'avait demandé de la distraire, et je l'avais fais. Mais moi à la base je voulais juste continuer mon travail, pas tenté de la noyer, et c'est désemparée que je constatais les flaques d'eau qui traînaient un peu partout dans mon salon de coiffure, et je soupirais lourdement en mettant mes mains sur mes hanches, secouant doucement la tête.

Je voulu lui dire de se calmer alors qu'elle paniquait toute seule mais je n'en eu pas le temps. Tout à coup, tout se calma alors que l'eau avait pris une teinte jaunâtre et comnençait à pétiller. C'était elle qui avait fait ça ? Ce qui était sûr c'est que ce n'était pas moi, je n'y connaissais rien en magie et par ailleurs le vendeur m'avait certifié que la baignoire ne pouvait faire que de l'eau et pas…

Je trempais mon doigt dans l'eau et le ramenait à ma bouche. Du cidre, elle avait transformé l'eau en cidre dans sa panique, ce qui aurait pu être intéressant pour le tavernier du coin mais qui à moi ne me servait à rien. Et je ne pu m'empêcher un petit sourire lorsqu'une paille apparut dans sa main alors qu'elle restait désemparée. Oh moi ? Oui j'aurais pu m'avaler la baignoire de cidre sans que ça n'ait d'effets particuliers sur ma façon d'être. Mais elle ? Je ne savais pas pourquoi mais j'avais des doutes. Et maintenant il y avait un mélange de cidre et d'eau par terre, cidre qui commençait déjà à coller sous mes pieds alors que je maudissais de plus en plus cette cliente impromptue. Et la sonnette de l'entrée tinta joyeusement alors qu'un centaure entra joyeusement.

Un centaure venait d'entrer, en piteux état visiblement et couvert de boue alors que je le regardais en plein désarroi, ses sabots laissant de copieuses traces de boue sur mon sol carrelé. Et j'explosais littéralement alors que je tempêtais dans sa direction.

LE PAILLASSON A L'ENTRÉE C'EST POUR LES CHIENS ?

Le centaure me regarda d'un air plus que surpris alors qu'il recula un peu. Il était un client plus ou moins réguliers, mais ce n'était pas non plus le plus aimable. Nombre de fois il m'avait hurlé dessus, et c'était mon tour maintenant. Et il tenta de répliquer.

Je ne vous permets p...

CE QUE TU ME PERMETS JE M'EN COGNE ! TOTALEMENT ! CASSE TOI ! C'est FERMÉ aujourd'hui !

Il n'y a rien d'éc...

Genre tu sais lire ? Barre toi ! Va dans la rivière espèce de gros crado. Casse toi !

Et aidée par l'adrénaline, je le poussais au dehors avant de fermer la porte et de tourner la clé, tournant le petit panonceau ou il était désormais écrit « Fermé » et ça allait durer une semaine. J'avais besoin de vacances de toute façon et je ne demandais l'avis à personne. Je me saisis rageusement de ma panosse alors que je commençais à frotter le sol afin qu'il retrouve son éclat, ce qui se fit au moins rapidement. Je balançais la panosse en question dans mon entrepôt après ça et réalisais enfin que j'avais toujours une cliente.

Je… Oh je suis terriblement désolée… J'ai un peu perdu mon sang froid. Je… Enfin...

Je soupirais lourdement avant de poser la question qui fâchait pour de bon, claquant tout de même deux fois des doigts pour remplacer le cidre par de l'eau à nouveau.

Est-ce que vous désirez toujours bénéficier de mes services ? Je comprendrais si ce n'était plus le cas.
avatar
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Demie-coeur le Ven 17 Juil 2015, 16:38

 Demie-coeur restait perturbée par ce qui venait de se passer, elle avait juste voulu échapper à un danger et voila qu'elle se retrouvait plongée dans une bassine de cidre, une paille à la main pour seule explication de ce qu'elle devait faire. La plaisanterie n'était pas drôle, le problème c'est que ce n'était pas une plaisanterie, son cerveau n'avait vraiment trouvé que cette idée dans la précipitation de l'instant. Elle devait être débile… c'est tout ce qu'elle pensait en ce moment, elle devait être complètement débile, et la créature dans sa tête tentait d'acquiescer entre deux éclats de rires tonitruants. Alors qu'elle restait plongée dans ses pensées un léger tintement se fit entendre, la renarde releva le museau et put apercevoir un centaure boueux rentrer dans la boutique. Sa première pensée fut.


°Oh le malpropre ! Il n'a même pas enlevé ses sabots° puis elle se rappela que ce n'était pas comme des chausses que l'on peut retirer et rectifia pour elle même. °Il aurait au moins put s'essuyer les sabots à l'entrée, le paillasson ce n'est pas pour décorer…°


Puis un violent éclat de voix se fit entendre, venant du dos de Demie qui sursauta soudainement, rabattant les oreilles sur son crâne car le volume était vraiment fort. C'était la coiffeuse qui parvenait à hurler comme ça ? Par le vent et la foudre, elle devait s'entraîner tous les jours pour obtenir un tel coffre, le crâne de la bleutée résonnait sous les mots éructés avec violence, le pauvre centaure tentant vainement d'en placer quelques uns avant de se faire jeter dehors tandis que la renarde adoptait la technique de survie la plus simple. Se recroquevillant doucement sur elle même elle se réfugia sous la surface du cidre qui lui pétillait dans la fourrure, dissimulant son museau jusqu'à la truffe en tentant de se cacher dans les cumulus de savon qui dérivaient à la surface. Presque parfaitement camouflée elle ne bougea ni ne fit aucun bruit lorsque la terrifiante coiffeuse passa à côté d'elle, préférant éviter de se faire jeter dehors dégoulinante d'alcool, ça aurait été terriblement gênant. Un choc retentit en direction de l'endroit d'où la jeune hybride avait rapporté ce qui lui avait servit à nettoyer le sol, puis elle se rendit compte que la renarde était toujours là, deux oreilles bleutée dépassant d'un petit nuage de mousse.


Deux claquements secs et des excuses plus tard et Demie baignait à nouveau dans une bassine d'eau fraîche, la parfaite température après toute ces émotions. Soupirant doucement de bien être en sentant la totalité du cidre disparaître, avec son odorat être plongée dans quelque chose d'aussi acide que sucré était une véritable torture. La renarde sortit alors le museau de l'eau avant de détourner le regard, un poil ennuyée.


-Je… non non ce n'est pas grave, je voudrais juste m'excuser pour avoir mit de l'eau partout, je vous aiderait à faire briller le sol après ça, j'ai tout ce qu'il faut pour… Et puis, je dois dire que j'aurais très certainement réagit comme vous si j'avais vu quelqu'un entrer comme ça dans ma boutique alors ça ne me dérange pas vraiment, j'avais juste peur d'être la prochaine victime. -elle eut un petit rire forcé, elle avait vraiment été terrifiée en fait mais ça elle préférait ne pas le dire- Sinon je ne pense pas que ça change quelque chose à vos compétences non ? Mais heu… si vous voulez je peux très bien vous laisser tranquille, vous m'avez l'air fatiguée…


Se redressant alors dans la baignoire Demie fit un rond au dessus de sa tête, dessinant le contour du bout du doigt puis quelques symboles tandis que d'autres apparaissaient grâce à sa magie d'illusion. Elle le laissa ensuite tomber atour de son corps et il emporta avec lui la totalité de l'eau qui la couvrait, ce qui lui permit de sortir de la bassine sans refaire de flaques. En sortant elle prit tout de même soin de le repasser autour de ses pattes pour ne rien oublier, retrouvant une fourrure douce et lisse, et un peu plus parfumée tout de même. Avec un sourire elle regarda la coiffeuse, visiblement ravie d'elle même.



-C'est un bouclier, je lui ait fait repousser l'eau ! C'est pratique non ? -se lissant tout de même la fourrure du plat de la main ensuite, faisant passer sa longue queue entre ses paumes elle poursuivit.- Vous savez si vous avez dit que c'était fermé je ne vais pas vous embêter en fait. Vous devez avoir besoin d'un peu de temps pour vous non ? Je veux dire, je vois vos cernes et il est évident que vous ne dormez pas assez, c'est normal que vous soyez irritable. Sachez que si je peux faire quoi que ce soit pour vous il vous suffira de demander ! -et elle termina sur un joyeux hochement de museau, un large et adorable sourire venant illuminer son museau en lui donnant l'air innocent d'une petite fille qui veut bien faire.-
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Meridia Inuendo le Sam 18 Juil 2015, 18:52

[hrp]Ta ta ta on a toutes les deux besoins d'xp alors tu restes namého![/hrp]

Elle m'annonça que ce n'était pas grave, mais je n'étais pas du même avis. Pour moi c'était terriblement grave au contraire. Je ne me laissais jamais aller à de tels éclats de voix mais le manque de sommeil commençait à avoir raison de mon moral. Un jour j'allais m'écrouler dans la rue ou dans ma boutique et dormir là, et advienne que pourra. Je poussais mon corps dans ces derniers retranchements certes mais j'étais également curieuse sur un point. Jusqu'ou pouvais-je le pousser avant qu'il ne laisse tout tomber et décide de me faire dormir de gré ou de force ? De nuit, je possédais cette adrénaline lorsque je volais qui faisais que je ne pouvais pas m'endormir là. Mais de jour ? J'avais l'impression de vivre dans un rêve constant.

Et d'ailleurs ça y était, ça devait être arrivé. J'avais dû m'endormir là devant elle puisque ce que je voyais était tout simplement joli à regarder. Avec un petit sourire hébété par la fatigue, je regardais la renarde dessiner dans l'air avant que tout ne retombe et la sèche entièrement. Il faudrait que je lui demande comment elle faisait… Ah mais non je pouvais pas, j'étais en train de rêver en même temps donc ça allait être un peu plus compliqué que prévu.

Enfin c'est ce que je croyais, mais je devais être éveillé puisque mon cerveau fatigué me rappela que la magie d'illusion était quelque-chose de plutôt courant dans le donjon, et la renarde m'avait dit que j'avais l'air fatiguée. Je savais bien que mes cernes n'allaient pas passer innaperçue éternellement non plus.

Et je fus sûre que non lorsqu'elle me donna l'explication. Lorsqu'elle me demanda si c'était pratique, je répondis d'un simple hochement de tête, comprenant de plus en plus que l'usage de la magie pourrait m'être bénéfique sur le long terme. Autant en terme de combat que de praticité dans la vie de tout les jours. Mais je retrouvais toute mon énergie lorsqu'elle m'annonça qu'elle pouvait partir puisque j'avais annoncé que c'était fermé, avant de me dire que je pouvais demander quoi que ce soit qui pourrait m'aider. J'avais un tas de choses à demander… Par exemple si elle avait un sort qui pouvait faire disparaître la fatigue je n'aurais pas été contre, mais tout compte fait si son seul recours pour ne pas se noyer était de faire apparaître du cidre, j'allais peut-être éviter. Dieu sait ce qu'elle pouvait me faire par erreur. Je me décidais enfin à répondre à tout ce qu'elle m'avait dit.

Oh les cernes ? Je souffre juste d'insomnie, j'ai du mal à m'adapter au donjon c'est tout.

C'était l'excuse que je ressortais à tout le monde qui le remarquait. Si je passais moins de temps à voler au riche pour donner… à moi même et Crocs noirs j'en aurais certainement moins. Mais bon c'était le style de vie que j'avais choisis. Par contre je m'offusquais de sa proposition de partir et je le lui fis savoir, néanmoins sur un ton amical.

Vous êtiez là bien avant la fermeture et j'ai pour mission de m'occuper de mes clientes jusqu'au bout. Par ailleurs vous m'aviez dit vouloir vous faire belle, et même si vous l'êtes déjà comme annoncé précédemment, je n'ai pas encore apporté ma petite touche personnelle qui vous rendra magnifique. Alors si vous n'êtes pas trop pressée, pourquoi ne pas vous asseoir sur la chaise de coiffure et me dire ce que vous désirez ?
avatar
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Demie-coeur le Sam 18 Juil 2015, 23:10

Demie-coeur attendait la réponse de la jeune femme, qu'elle lui en fournisse une ou pas d'ailleurs, elle saurait la comprendre à son attitude. La renarde avait cela de bien qu'elle avait eut des années pour observer les comportements depuis sa bulle d'isolement, dans son petit monde clos. Désormais un simple geste de la main entre deux personne pouvait lui en révéler plus que bien des mots. Malgré cela elle restait assez hermétique à la compréhension de nombre de choses tels que les relations trop différentes de sa conception de l'amour pour qu'elle puisse les assimiler.


Mais bref, alors que son esprit commençait à divaguer, recréant l'image de la belle Meredith dans son petit cerveau qui nageait alors dans le bonheur, elle dut se concentrer à nouveau pour ne pas rater les trois quarts de ce que la coiffeuse lui dirait, il eut été embêtant de se contenter de sourire niaisement parce qu'on avait pas écouté.
Ainsi donc la bleutée apprit que Meridia éprouvait quelques difficultés à se faire à la vie du donjon. Elle aussi en avait connu. Devoir se tenir sur ses gardes presque en permanence. Ne pas pouvoir dormir la nuit parfois du fait des voisins trop bruyants. Découvrir le matin une odeur de houille caractéristique du sang dans le premier couloir qu'elle traversait. Tout cela n'avait pas aidé à ce qu'elle se fasse tranquillement à la vie du donjon. Elle avait au contraire eut l'impression que chacune de ses tentatives étaient balayées par le train train quotidiens des êtres autour d'elle.
Un peu attristée par la nouvelle la renarde ne put que ressentir un élan de compassion envers sa toute nouvelle coiffeuse.


Celle ci reprenant de l'aplomb elle lui offrit un énième sourire avant de lui expliquer que sa mise en beauté prévalait sur son envie de fermer boutique pour le moment. Ainsi donc sa colère n'était pas rétroactive, voila qui se montrait agréable à découvrir ! Agréable et plutôt soulageant, même si elle avait put sécher sa fourrure la renarde ne se sentait pas l'envie d'aller voir Meredith après un bain de cidre… quoique… peut être aimerait-elle de sentir sur elle l'odeur de la pomme et celle de l'alcool léger.
Se rappelant que Meridia attendait une réponse elle redescendit parmi les vivants et commença à réfléchir un peu avant de donner un réponse des plus évasive.


-Hmm… en fait je ne sais pas vraiment… je… je ne suis pas certaine que ma compagne ait réellement un type particulier de filles. Je sais juste que je lui plaît comme je suis, alors je ne sais pas, si vous pouviez rendre ma fourrure plus douce, ou plus brillante, peu être la lustrer un peu mieux que je ne le fait ? Je… Je suis navrée je ne vois vraiment pas ce que je pourrais dire de plus, regardez moi et… et dites vous que je veux rester moi mais en mieux. -elle eut alors un petit rire nerveux car cela ne devait pas être d'une grande aide pour la pauvre coiffeuse mais elle n'avait rien trouvé de mieux pour exprimer ses désirs.- Désolée, je sais que je ne dis pas grand-chose de sensé mais je ne peux pas inventer et, je n'ai jamais essayer de styles différents, je tiens à rester moi vous comprenez, pas de boucles en plus ou de formes bizarres, juste… juste moi, peut être que vous pourriez me rajouter un peu de charme non ? -baissant le museau en rougissant en dessous, ce qui eut pour effet de doucement relever la fourrure du dit museau et de ses oreilles elle dit d'une petite voix- J'en manque un peu je le sais bien, alors je voudrais qu'en me prenant dans ses bras elle puisse se dire qu'elle tient la plus jolie fille du donjon… Je me doute bien que ce ne sera pas le cas, je ne vous demande pas de faire de moi une princesse mais… j'aimerai pouvoir me sentir sûre de moi vous voyez ? Me sentir jolie, assez pour lui plaire…



Gênée la pauvre renarde ne parvint plus à ajouter un mot, se contentant de regarder ses pattes sur lesquelles elle se balançait doucement, torturant ses mains en contritions.
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Meridia Inuendo le Dim 19 Juil 2015, 15:35

Cette fois je l'écoutais attentivement. J'avais effectivement repris de l’aplomb et le fait que j'adore le challenge m'aidait à résister face à la fatigue. En ce moment elle n'était plus qu'un lointain souvenir même si je savais très bien qu'elle allait revenir une fois que j'aurais finie avec la renarde et j'irais sans doute m'écrouler dans mon lit, je n'avais pas pris une semaine de vacances sur un coup de tête pour rester éveillée de toute façon

Mais là c'était un peu plus que du challenge. Si je résumais c'était : « Je veux rester moi mais changer. » Non mais ça va, je vous change l'huile aussi ? Une révision complète ? J'avais quand même besoin d'un poil plus de détail pour œuvrer, je ne faisais pas non plus de miracles. Si j'avais pu faire des miracles je me serais faites apparaître 10 millions de pièces d'or dans mon coffre, j'aurais acheté la moitié du donjon, j'aurais fais apparaître encore plus et j'aurais acheté la totalité du donjon avant de tyranniser tout ceux qui ne voudraient pas payer l'impôt par la suite. Non en fait c'était peut-être mieux que je ne fasse pas de miracles… Pour la santé physique et mentale des autres habitants principalement.

Enfin mes réflexions personnelles ne m'empêchaient pas de l'écouter mais mes sourcils se fronçaient de plus en plus alors qu'elle parlait. Même si c'était beaucoup de paroles ça s'en tenait quand même à ce que j'avais résumé un peu plus avant. « Je veux rester moi mais en étant différente, ou en étant pas différente. Enfin va te faire foutre et résous mon énigme si tu veux vivre. » Bon la dernière partie était peut-être un peu exagérée mais… Non, ça restait une énigme des plus totales, de celles qu'on entendait dans les légendes et histoires épiques et ou on se demandait comment le héros avait bien pu réussir à la résoudre alors que c'était tellement obscur. Sauf que là c'était moi l'héroïne, et s'il se trouvait que quelqu'un était en train de relater mes aventures dans un futur lointain, sachez que j'ai aucune idée de la solution. Heureusement que ma vie était pas en jeu non plus sinon j'aurais eu l'occasion de mourir une bonne dizaine de fois.

Blague à part, mon écoute de ses réflexions m'avaient donné deux ou trois indices. Plus que d'un soin de la fourrure, c'était principalement de confiance en elle-même qu'elle manquait, et pour ça je ne pouvais pas faire grand-chose non plus. Comme indiqué précédemment, elle prenait un soin parfait de cette dernière et si tout les habitants du donjon avaient fait pareil avec leurs poils, cheveux ou plumes, j'aurais pu mettre la clé sous la porte depuis longtemps donc heureusement qu'ils ne le faisaient pas.

Et finalement, elle se tu, me laissant dans une impasse des plus totales. Elle voulait que sa compagne la prenne dans ses bras en se disant qu'elle tenait la plus jolie fille du donjon. Ça, c'était un défi, un vrai, et je retroussais mes manches alors que je poussais sur ses épaules pour la faire s'asseoir sur la chaise.

On ne panique pas précisais-je immédiatement. Je ne cherche pas à vous tuer, juste à vous rendre belle.

J'ajoutais un petit sourire avec ça alors que je me tenais derrière elle, mais elle pouvait parfaitement m'observer dans le miroir alors que je commençais à lui peigner les cheveux pour commencer. Malgré l'apparent soin qu'elle y apportait, j'y découvris quelques nœuds, ce qui m'apporta un certain espoir. Elle n'était peut-être pas si parfaite que ça et, peut-être, PEUT-ETRE y avait-il quelque-chose à améliorer la dedans. Une fois le peigne finit, ce qui ne prit pas plus de deux minutes puisque malgré tout les nœuds étaient quand même bien rare dans cette crinière, je me saisis d'une petite élastique avant d'y faire une queue de cheval, ce qui avait pour effet de rendre son visage bien plus radieux pour quiconque les regarderait puisqu'elle n'avait pas plus la moitiés de ses cheveux pour cacher son front. Cela faisait également ressortir de manière bien plus évidente ces deux oreilles de renarde et qui pour le coup, de mon point de vue, la faisait paraître plus intelligente rien que par son visage maintenant beaucoup plus découvert.

Il suffit de pas grand-chose. Rien qu'avec cette petite queue de cheval vous semblez déjà bien plus radieuse, et je ne dis pas ça pour vous faire plaisir. Je ne fais que citer un fait établi.

Sans attendre de réponse, je me mis à coiffer sa queue de cheval une fois de plus avant d'y appliquer une lotion qui la fit briller plus que jamais, avant de l'appliquer sur le reste de sa chevelure. L'effet était instantané et mon esprit commerçant repris le dessus.

Je vends également des bouteilles de cette lotion particulière, pour seulement 1 pièce d'argent le flacon ! Et si vous en voulez plus je peux même vous offrir le tonneau pour 200 pièces d'argent !

Je me calmais un peu, je commençais à ressembler un peu à ma cliente lorsqu'elle m'avait sortit son speech en entrant comme quoi je pouvais faire appel à elle en cas de problèmes alors qu'à la base elle était venue pour que je prenne soin de sa fourrure.

JAhem, pardon. Voilà je vous ai donné une petite idée de petits gestes simples qui peuvent totalement vous changer tout en vous faisant rester vous même. Celà dit c'était un échantillon, maintenant que je vous ai donné ces idées, peut-être avez-vous quelque-chose de plus précis à me soumettre ? Si vous voulez je pourrais également prendre soin de votre queue, mais uniquement si vous le voulez. Je sais que la plupart des gens de votre espèce, et j'en fais partie, n'aime pas qu'on leur touche cette partie de leur corps.

Et j'attendis une réponse. Maintenant que je lui avais montré ce dont j'étais capable avec quelque-chose de tout bête, j'espérais avoir des instructions plus précises.
avatar
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Demie-coeur le Lun 12 Oct 2015, 17:10

Demie-coeur attendait la réponse de la coiffeuse, toujours mal assurée elle tentait de ne pas montrer sa gêne en regardant ce qui l'entourait. Elle se sentait un peu comme une tâche noire du mauvais côté d'un oreiller blanc. On ne la voit pas vraiment mais une fois qu'on sait qu'elle est là c'est dérangeant et elle ne sort plus de la tête. Elle percevait en ce moment même cette sensation aussi bien chez elle que la commerçante, laquelle se creusait visiblement la tête pour trouver la clé de l'énigme que la jeune renarde venait de lui soumettre, à savoir ne pas changer en changeant, ou l'inverse, bref, un beau cadeau empoisonné.


Mais ce n'était visiblement pas ce qui arrêterait Meridia. C'est d'un air décidé et le ton impératif sans être sec qu'elle recula la chaise patientant devant l'une de ses coiffeuse pour inviter la bleutée à s'asseoir tout en la rassurant sur ses intentions. En réponse à cela Demie ne put exprimer qu'un petit rire nerveux, plus pour la forme que par réel amusement car elle n'appréciait pas spécialement de s'être donnée en spectacle pour une première rencontre avec l'une des nouvelles commerçantes du donjon. Elle s'assit toutefois sans rechigner et posa sagement ses mains à plat sur ses jambes, le bâton à l'horizontal car elle n'avait absolument aucune envie de lâcher son porte bonheur.


Commença alors le petit rituel de blabla anodins que tout bon coiffeur procure à ses clients pour les rassurer tandis que son aiguille oscille entre chef d’œuvre et catastrophe capillaire sur la jauge de la réussite. Meridia s'en tirait bien, elle agit en professionnelle et, sans se départir de son esprit commerçant, procura à la chevelure de la renarde une touche de nouveauté qui ne pouvait que l'embellir tout en lui proposant une nouvelle façon de se coiffer.
Demie réalisa alors deux choses, déjà elle aimait bien que Meridia la complimente sur sa beauté. L'air de rien cela compte pour une jeune femme qui cherche ses repères sur un tout nouveau terrain, un des plus accidenté qui plus est car il s'agit de celui de l'amour. La deuxième chose était simplement qu'elle n'avait jamais songé à changer quelques chose à son apparence. Bien entendu elle portait divers habits en fonction des tâches qu'elle avait à accomplir, mais celui qui la couvrait le plus souvent restait son outil de travail principal. Une tunique de cuir bouillit, solide là où il fallait et la laissant assez libre de ses mouvements pour qu'elle ne représente pas un obstacle entre elle et les divers buts de ses missions.


D'un hochement de tête la renarde fit savoir que la mise en plis lui plaisait, le museau légèrement entrouvert elle hésita quelques instants avant de se retourner vers la coiffeuse. Une ride soucieuse sur le front et les oreilles quelques peu tressaillantes, signe de sa gêne à demander.



-Je… Vous n'auriez pas aussi quelques conseil pour… c'est… pour la façon dont je pourrait m'habiller avec ça ? -se rendant compte qu'une fois de plus elle ne donnait pas dans la précision elle poursuivit- J'aime bien la façon dont vous venez de me coiffer mais… en fait c'est ennuyeux de l'avouer mais je ne sais absolument pas ce que je peux faire pour que ça m'aille le mieux possible. Je voudrais que ce ne soit pas juste ça, je ne vous demande pas de faire de moi quelqu'un de nouveau mais je ne saurait même pas quel genre d'habits porter pour aller avec une queue de cheval. Ce n'est peut être rien, je ne me soucis pas des courants populaires, enfin pas vraiment, c'est plutôt que je n'ai pas le temps de m'en soucier mais il semble que ce soit important. Même si je doute que ce soit possible je ne voudrais pas faire honte à Meredith en faisant n'importe quoi. -son regard se fit implorant- Dites moi que vous savez quoi faire, je vous en prie…  


Yup o/:
Désolé pour le temps de réponse mais comme j'avais abandonné Demie il m'a été un peu compliqué de bien la reprendre en main. Surtout pour un rp déjà bien lancé x.x J'espère que cette réponse te plaira et que le rp pourra continuer =D
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Meridia Inuendo le Jeu 15 Oct 2015, 12:48

Voilààà… J'avais réussit à rendre cette petite peste plus mignonne qu'elle ne l'était déjà. J'avais pu observer la renarde lorsque je l'avais coiffée, son comportement, ses mimiques, sa manière de parler ainsi que tout le reste et ma déduction n'en avait été que plus radicale : C'était une gamine. Mais pas tout le temps. Elle avait gardé un esprit très enfantin, bien que timide, mais j'avais l'impression qu'elle retrouvait tout son professionnalisme lorsqu'elle faisait son travail, quoi que ce dernier puisse être. Elle était commerçante certes, et vendait ses services en tant que guide général, mais je me demandais surtout si elle avait un magasin et si elle pouvait me vendre quelque-chose qui améliorerait la sécurité de la boutique… Non pas contre les voleurs, ces derniers savaient très bien qui j'étais, qui était mon amant et ce que ce dernier leur ferait s'ils osaient m'attaquer, mais plutôt contre les gardes qui rôdaient de plus en plus dans le coin.

Je fus toutefois rassurée de voir le petit sourire qui se dessina sur son museau alors que j'avais finis, mais également très déçue. Une partie de moi avait vraiment voulu qu'elle soit insatisfaite puisqu'il s'agissait… d'un sombre tas de caca, en matière de coiffure. N'importe qui pouvait faire une queue de cheval, et je ne voulais pas qu'elle ressorte en me faisant joyeusement de la pub sur à quel point les queues de cheval de Meridia coiffure était parfaite. N'importe qui l'aurait regardée bizarrement de un, et de deux j'aurais été la risée du donjon en tant que coiffeuse. Le fait est que j'avais choisis cette coiffure parce que les cheveux de la petite bleue n'étaient pas non plus des plus faciles à coiffer, c'était même un cauchemar. Ce fameux style « mi-long » qui était la lie de tout les coiffeurs et coiffeuses du monde, ce fameux style qui ne permettait rien de faire de correct et qui laissait les clients éternellement insatisfait. Mon petit conseil : Ne laissez jamais vos cheveux mi long bordel ! Vous les laissez pousser ou couper plus court, mais ne venez pas embêter les coiffeurs avec vos cheveux à la con trop mi-long !

Ouhlà, je crois que la fatigue commençait à revenir de plus en plus, mon cerveau se perdait de nouveau dans les limbes de ses propres absurdités, et là ou ça commençait à me faire peur c'est que les dites absurdités me semblaient de plus en plus plausible. Néanmoins, la renarde me coupa dans ce fil de pensée plus ou moins néfaste avant de me poser une autre énigme. Du moins je le croyais, mais en fait non. Elle voulait savoir ce qui allait avec une queue de cheval… et la réponse était : « Absolument tout ». C'était le style utilisé pour le combat, pour la vie de tout les jours ou pour un rendez-vous galant. La queue de cheval, c'était le passe-partout en matière de coiffure et j'aurais pensé que même elle le saurait, mais même si je n'étais pas styliste, je pressentais que quelque-chose de simple irait beaucoup mieux à la renarde que des fioritures en pagaille, et je me décidais à faire un petit sacrifice.

« Attendez-moi ici juste une petite seconde. »

J'avais dis ça sur un ton plutôt rassurant afin de ne pas la faire paniquer à mort même si je me doutais que c'était peine perdue vu comment elle semblait paniquer pour un rien. Mais cela ne m'empêcha pas d'aller dans ma propre chambre, passant une porte marquée : « Personnel autorisé uniquement », menant sur un petit escalier allant vers le souterrain, là ou se trouvait ma petite chambre comportant mon lit, une armoire et un petit bureau. Je n'avais pas besoin de beaucoup plus et le mobilier ne m'avait quasiment rien coûté excepté pour le lit. Sachant que tout le reste était des déchets que j'avais trouvé à l'extérieur du donjon. J'ouvris mon armoire et en regardait l'intérieur… Un grand nombre de robes de toutes les couleurs s'offraient à moi, mais il y en avait une en particulier que je pris dans mes mains, suspendue à son cintre.

Il s'agissait d'une robe noire aux manches courtes, s'arrêtant aux genoux et ayant une petite ceinture pour resserrer la taille. Elle me plaisait beaucoup certes mais je n'avais jamais pu la mettre puisqu'elle était trop grande pour moi, mais je me doutais qu'elle serait pile à la taille de la bleutée. Avec un sourire, je la pliais et revint vers la renarde qui n'avait pas bougé, alors que je posais la robe sur ses genoux.

« Je pense que cela vous ira très bien. Si vous voulez vous changer tout de suite, vous pouvez utiliser les toilettes juste là. »

Fis-je en désignant la porte, comportant un petit panonceau indiquant simplement « toilettes » en lettre blanche peintes à la main, par moi même.

« Et oui la robe est offerte par la maison, ne discutez pas. »

Fis-je avec un grand sourire. De toute façon je ne pouvais pas la mettre, à moins que j'ai envie de me retrouver toute nue au milieu de la rue parce que cette dernière me glissait des épaules, ce que je préférais évidemment éviter. Après cela je me tu, attendant simplement la réaction de ma cliente compliquée.

Je devais avouer toutefois que vu mes expériences passée avec cette dernière, qui était tout de même extrêmement récente, je restais sur la défensive à tout hasard.

[HRP]Je suis toujours partante pour rp de toute façon x)[/HRP]
avatar
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solution à tous les maux. [PV MERIDIA]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum