L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Jarus Nirogh le Lun 08 Fév 2016, 16:05

Pour une fois la forêt maudite ne paraissait plus si maléfique que ce qu'on le prétendait habituellement. Entre gazouillis d'oiseaux de toute sorte et ces larges faisceaux de lumière diffusant une superbe aura verdoyante dans les environs, on pouvait être tenté d'aller y faire une promenade pour se relaxer. Pour cela il suffisait d'une bonne dose d'optimiste et peut être d'inconscience. Car comme toute forêt sauvage, ce lieu recelait en son sein tout un florilège de prédateurs l'estomac gargouillant ou bien à l'instinct territorial aiguisé. A cela on pouvait y ajouter une végétation suffisamment farceuse pour jouer avec la vie des plus insouciants s'y aventurant sans précaution. Une forêt en apparence idyllique mais en fin de compte égale à sa réputation.

De toute façon cela ne concernait pas Jarus qui connaissait que trop bien l'endroit. Non, ce qui l'avait amené ici était tout autre. Il le sentait, ce n'était plus qu'à quelques centaines de mètres de l'autre coté du rempart du donjon qui se tenait fièrement devant lui. Il l'entendait bien qu'atténué ; ce son si étrange, tantôt ronronnant calmement puis l'instant suivant grondant furieusement. 
Deux choses à son propos préoccupait l'élémentaire. Premièrement : personne d'autre que lui ne paraissait capter de telles vibrations à travers le sol. Et si c'était le cas comme pour Griffik -l'homme-taupe responsable des espaces agricoles- il n'y avait rien d'alarmant à leur propos. Ce dernier justifiait leur manifestation comme étant créé par l'activité dans les murs du donjon. Certe Kanabo a toujours été un lieu très animé, mais pas au point de provoquer un tel vacarme sismique.
  Pour Jarus ce n'était pas une explication suffisante pour doucher sa certitude que quelque chose de louche se cachait derrière ces secousses. Ainsi il avait aussitôt demandé une permission à son responsable pour quitter les champs.

De son œil tellurique, Jarus sonda les alentours. Plus haut sur l'édifice passèrent comme à leur habitude deux gardes en faction sur cette portion du mur scrutant minutieusement les environs de l'autre coté, prêt à prévenir leur collègue de toute tentative d'agression du mur d'enceinte. Silencieux et immobile, Jarus épia leur conversation -caché par la toison verdoyante des arbres sous lesquels il se tenait- à l'aide de ses sens d'élémentaire.

-Tu ne savais pas que l'autre équipe du soir avait subit une attaque l'autre jour ?
-Du tout. Encore une autre ? C'est déjà la quatrième ce mois ci. C'est quoi le problème chez ces foutus humains ? Il y'a une nouvelle prime au suicide c'est ça ? Et là aussi ils ont eu le droit à une escarmouche de quatre fous furieux ?
-Ca j'en sais trop rien. En revanche on ma parlé des dégâts. Pour une fois ce n'était pas qu'une équipe de débutants. Deux réapparitions à la source alors qu'aucune perte n'a été confirmée de leur coté. Seïlq et Guimur si tu veux savoir.
-Ha ouai ! Ils ne plaisantent pas eux...

Jarus les laissa à leur badinage. Ces histoires il en avait déjà eu vent. En revanche aucune information fraîche concernant un quelconque bruit dans les environs. Le mystère était complet. Alors que les gardes s'éloignèrent, il émergea de sa cache de fortune pour finalement rejoindre le mur quelques mètres plus loin. S'il voulait obtenir des réponses il se devait d'aller voir de ses propres "yeux" le source du problème. Il concentra son pouvoir et toucha avec la pierre du rempart. Comme lors de son arrivé pour la première fois au donjon, Jarus fit fondre en sable une portion de sa taille et s'y engouffra. Lorsqu'il émergea de l'autre coté, il en inversa le processus et remit les choses en ordre. Puis enfin il progressa en dehors du territoire Kanabo. Il n'était plus très loin.


Dernière édition par Jarus Nirogh le Lun 29 Fév 2016, 20:19, édité 1 fois
avatar
Jarus Nirogh
L'avatar des Roches

Masculin
Messages : 234
Expérience : 572

Feuille de personnage
Niveau:
20/40  (20/40)
Race: Elémentaire
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Tunski le Jeu 11 Fév 2016, 03:00

L'hiver touchait à sa fin et déjà la nature s'agitait à nouveau sous la chaleur nouvelle du soleil. Végétaux et animaux s'éveillaient les uns après les autres de leur torpeur et la vie reprenait son cours. Le petit peuple renaissait et était tout entier consacré à sa tâche la plus importante: la préparation du printemps et des nombreuses festivités qui allaient de pair. Et bien évidemment, Tunski n'ayant rien d'une fée des fleurs, son énergie débordante devait être mis à contribution autrement qu'avec les tâches classiques que l'on attribue à ces petites créatures, ne serait-ce que pour l'empêcher de gâcher le travail de ses semblables. Mais pour une fois, il s'avérait véritablement utile: sa turbulence naturelle et son potentiel inégalé lorsqu'il s'agissait d'embêter s'avéraient des atouts clés pour réveiller les plus lève-tard des hibernants.
Il était donc affairé à réveiller... Hum... Disons qu'il était chargé de réveiller un ours au sommeil particulièrement lourd, puisque pour le moment il était surtout occupé à nouer dans sa fourrure épaisse toutes les branches de sumac vénéneux qu'il pouvait trouver...

"Bah quoi ? Au moins il ne se rendormira pas !"
Mais.. C'est... Pfff, le pire c'est qu'il a raison, pour le coup... Bon, toujours est-il qu'il "travaillait" à préparer le printemps lorsqu'il perçut autour de lui un frisson parcourir les bois. Il arrêta là son ouvrage et se mit à voleter alentours, tâchant de repérer ce qui avait pu changer aussi brusquement et drastiquement l'humeur alentours. Mais rien qu'il ne put sentir, ni mouvement, ni son, ni même une variation de la magie ambiante ne laissait le moindre indice quant à ce qui troublait la végétation. Qu'à cela ne tienne. Le petit être était aussi lié à forêt que l'étaient les arbres eux-mêmes, quoique ses racines soient spirituelles plutôt que physiques. Il s'approcha, nerveux, du tronc de l'un des vénérables des environs et, sans hésiter, s'engouffra à travers l'écorce au plus profond de son essence. Le voilà qui ne faisait plus qu'un avec le vieux chêne.
Et alors il sentit. Comme bien des créatures vivant à la surface ou dans les airs, le farfadet entendait avec aisance les sons ambiant parcourant l'air. Mais cette prétendue acuité auditive cachait en réalité une surdité certaine à une large gamme sonore. Ainsi ne pouvait-il entendre auparavant ce bruit étrange qui faisait vibrer le sol et qui remontait maintenant depuis ses racines tout le long de son tronc. Le son était sourd et lent, puis soudain s'éveilla en tintamarre sous-terrain n'ayant rien au vacarme d'une troupe de farfadets devant une bouteille de whisky, avant de ressombrer bientôt dans les tons calmes précédents, comme si une sourdine lui était appliqué. Mais comment pouvait-on mettre en sourdine l'origine d'un tel tapage ? Celle-ci devait être pour le moins volumineuse, et la fusion de son esprit avec le grand arbre rendait la notion des distance du farfadet plus comparable à ce que pouvait imaginer un humanoïde.
Il essayait d'en apprendre plus sur ce qui causait ce son terrestre, tentant de joindre l'âme collective de la forêt à laquelle participent tous ses végétaux, lorsqu'une autre sensation l'en déconcentra. On venait de lui marcher sur le pied ! Pardon, sur la racine. Ce n'était pas vraiment inhabituel ou dérangeant pour un arbre, à vrai dire, sauf quand ce qui marchait était ni plus ni moins que quelques bons mètres de roche qui traversaient les bois d'un pas décidé. C'était dans ce cas tout de suite plus douloureux, l'écorce fragile de la racine grinçant sous le poids et la sève s'écartant prestement dans l'espoir de laisser le bois amortir la masse. Fort heureusement, il continua sa route sans s'attarder, et la sève pût reprendre sa place dans un membre endolori mais toujours entier. Bien désireux de ne laisser ce geste impuni, Tunski s'élança à la poursuite de la créature, s'imaginant d'ailleurs avoir trouvé par la même occasion le responsable de l'étrange son. Après tout, on parlait d'un bruit dans la terre qui inquiétait la forêt: qui pouvait être plus suspect qu'un élémentaire de terre qui blessait les arbres ? Il ne fallut que quelques battements d'ailes (une prouesse au vu la vitesse à laquelle elles battent) au farfadet pour se planter devant l'être rocheux.


"Hey, Cailloux ! On ne t'a jamais appris à ne pas marcher sur les racines des gens !" lança le petit être ailé, encore très vert de son séjour arboricole. "Et pourquoi tu fais autant de bruit en dessous d'ailleurs ? Tu fais peur à la forêt !"
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Jarus Nirogh le Lun 29 Fév 2016, 20:55

Alors qu'il poursuivait sa lente progression au-delà du rempart, Jarus fut soudainement interpellé par un étrange individu encore jamais vu dans le coin. Et pour cause, il s'agissait là d'une minuscule fée bien trop légère pour qu'il puisse l’apercevoir de loin (sans compter qu'elle ne devait pas poser si souvent pieds à terre). Il s'arrêta puis l'écouta proférer ce qui semblait être une remontrance. Une scène plutôt saugrenue à voir de l'extérieur ; un nabot de quelques centimètres faisant la morale à un élémentaire qui avait préalablement manqué de le ratatiner sans même s'en rendre compte. Ce dernier l'écouta cependant curieux de savoir ce qu'il pouvait avoir fait comme bêtise. Probablement suffisamment importante pour que le petit être puisse s'adresser avec une telle prestance furibonde. Mais lorsque celui-ci eu finis et semblât attendre une réponse en retour, Jarus lui attendait encore la suite. Un court silence se fit entendre avant qu'il ne lui réponde.

-Je marche souvent sur des racines sans que les arbres et autres plantes ne m'en tienne rigueur. Je ne suis pas assez habile pour toutes les éviter. Et de quel bruit parles tu ? Je ne suis pas plus bruyant qu'un autre. Les convois de marchandises passant parfois dans les environs sont bien pires. Sans compter que je ne suis pas certain que cela dérange qui que ce soit, hormis toi. Mais à peine eu t'il finis de lui répondre qu'il fit le lien entre cette accusation et ce fameux "bruit". Les arbres ont peur dis-tu ?
  S'il y avait bien un autre type d'êtres vivants capablent de percevoir cette nuisance autre lui c'étaient bien les arbres. Leurs racines s'enfonçant très profondément pour certains, il n'était finalement étonnant qu'ils soient eux aussi témoins ce phénomène. Quand au pourquoi de l'accusation, Jarus était à peu près certain de comprendre le quiproquo. Je suis désolé si j'ai fait souffrir un ou plusieurs habitants du domaine. Je dois cependant trouver la raison de ce fameux grondement dont tu viens de parler. L’épicentre n'est plus très loin, situé juste sous le sol là ou bien peu peuvent l'entendre. Si tu le souhaites tu peux venir avec moi pour être certain que ce n'est pas moi qui sème le désordre.

En temps normal, l'élémentaire serait bien resté pour parler du beau temps avec ce farfadet au comportement bien étrange. Mais son instinct primaire lui hurlait que ce qui se tramait plus loin, dans le royaume de ses frères, prévalait de très loin ses désirs propres. Il enjamba le lutin et repris son chemin, en essayant cependant de ne pas écrabouiller plus que de raison les racines d'un des fils de la terre. Certains mastodonte avaient jusqu'à mille fois son âge, le respect était donc de mise.
avatar
Jarus Nirogh
L'avatar des Roches

Masculin
Messages : 234
Expérience : 572

Feuille de personnage
Niveau:
20/40  (20/40)
Race: Elémentaire
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Tunski le Mar 08 Mar 2016, 15:23

Les rochers ne font pas partie des créatures les plus réactives de ce monde et des autres, c'est là quelque chose de bien connu. D'ailleurs, la plupart d'entre eux se contente de roupiller sans réagir du tout. Les farfadets à l'inverse... Eh bien heureux est celui qui put en voir un dormir, tant un tel évènement est rare (et reposant, si reposant, foi de narrateur). Autant dire qu'avant que Jarus ne réponde, qui plus est après l'instant de flottement qui régna après la tirade colérique du follet, ce dernier avait déjà fait au moins trois ou quatre fois le tour de son interlocuteur, avait fait un rapide séjour dans un jeune arbre qui aurait préféré rester spectateur innocent, avait observé encore cette masse rocheuse bien véloce (pour un caillou, s'entend) et avait même trouvé un peu de temps pour s'ennuyer. Une minute tout ce qu'il y a de plus naturel pour un farfadet énervé en somme.
La réponse de l'élémentaire ne satisfit pas, cependant, la volonté de Tunski de le voir ramper au sol...
"Hihi, caillou à terre !" Hum... De le voir ramper bien bas... "Pfff, t'es pas drôle..." ... et se confondre en excuses. Non seulement il ne demandait pas pardon (enfin pas assez, ni assez vite, à son goût) et avouait quantité d'autres crimes, mais en plus il se permettait de remettre sa parole en doute !

"Ah parce qu'en plus ce n'est pas la première fois ! Et qu'est-ce que tu en sais d'abord qu'ils ne sont pas fâchés contre toi ? Tu parles le feuillu toi ? Non, alors chut ! s'énerva la petite chose furibonde, voletant furieusement non loin de ce qu'il interprétait comme le visage de l'élémentaire, des tâches de la roche sur son épaule droite dessinant très vaguement des yeux. "Et pourquoi tu me parles des livreurs... Euh... Convois de marchandises ? Je te parle d'un bruit de cailloux, sous les cailloux. Hors tu es un caillou, donc tu es trempes forcément dans la comptine !"

Il ponctua sa démonstration de petits coups de poings sonores entre les deux tâches-yeux, avant de se retourner, boudeur. Ou plutôt pour masser sa main douloureuse sans perdre la face... Mais déjà son interlocuteur rocheux essayait vainement de lui expliquer des histoires de paysans, racontant quelque chose à propos d'épi au centre et de semer de l'orge. Et voilà qu'il commençait même à repartir, ignorant, que dis-je, enjambant le fadet pour poursuivre sa route plus en profondeur dans le bois. Et en marchant sur d'autres racines au passage, qui plus est !
Ni une, ni deux
"Ni trois, ni quatre, ni cinq, ni..." Mais tu vas arrêter, oui ?! Bref, sans hésiter, l'idiot ailé se lança à la poursuite de l'élémentaire. Il se posa à son sommet et lança, de sa voix la plus autoritaire:

"N'espère pas t'en tirer comme ça, Caillou ! Bien sûr que je vais venir, je te tiens par l'oeil ! (Enfin si tu en as un...) Et si tu marches encore sur une plante, je te tape !"

Il ponctua sa phrase d'un insignifiant coup de son talon nu sur le sommet de sa montagne mouvante personnelle. Puis ce fût en conquérant de cette cîme qu'il se laisse guider vers les profondeurs de la forêt maudite. Tout autour de lui, il sentait encore l'humeur inquiète de ses cousins feuillus. Aérien à nouveau, il ne l'entendait plus, mais nul doute que le grondement était toujours présent dans le sol.
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Demie-coeur le Sam 12 Mar 2016, 11:03

Demie-Coeur avait toujours eut un faible pour les objets quelques peu enfantins. Non pas que ses yeux brillent devant un hocher mais sa chambre abritait déjà quantité de peluches (certaines plus vivantes que d'autres pour le grand effrois des rares ayant pénétré ce sanctuaire) et autres babioles. Des petits jouets ne convenant pas vraiment à son âge ni à l'idée que la plupart des habitants du donjon se faisaient de la renarde peuplaient les tables comme autant de bibelots en vrac. Des attrapes rêves et autres babioles de perles et de liens végétaux pendouillaient paresseusement aux lourds rideaux empêchant la lumière de déloger Shadden lorsqu'il se lovait au pied du lit tintinnabulaient de temps à autres, sous l'impulsion de... il ne vaut mieux pas savoir peut être.
Mais bref, au milieu de la pagaille de vêtements, d'artefacts et de bricolage magique plus communément appelés bombes par les connaisseurs du bricolage rondement mené, se tenait la renarde. Pour le moment elle se penchait sur ce qui ressemblait à un gros dé à douze faces. De la taille d'un gros pamplemousse, l'objet dévoilait son intérieur par plusieurs facettes retirées. Et Demie, pinceau en main, repeignait les petites figurines se trouvant entre les rouages. Une boîte à musique, le dernier cadeau que la renarde avait reçu. Oh, bien évidemment, comme la plupart des présents horriblement chers en temps normal, celui ci était cassé, mais il avait suffit à la renarde quelques heures (jours) à la bibliothèque pour comprendre comment réparé ce fouillis de dents crénelées, de lanières fines comme des cheveux et de petites runes.
Cependant, bien qu'absorbée dans son travail, la bleutée ne le terminerait pas. Non, car elle redressa justement vivement le museau, les oreilles au garde à vous et la truffe prête à saisir la moindre odeur. Rien... Et pourtant... Pourtant elle sentait quelque chose, quelque chose qui n'allait pas, quelque chose sans manifestation physique assez présente pour qu'elle puisse s'en saisir à l'aide des sens communs.


-Il y a quelque chose.
Le silence flotta, sans honte pour sa présence gênante alors que la renarde espérait une réponse.
-Shadden, tu ne sens pas ça ? Il se passe quelque chose, et ce n'est pas si loin. Je jurerai que je peux entendre des voix. Et je suppose que c'est une grande nouveauté ? -lui répondit le ton caustique dans son esprit-
-C'est différent, elles ne sont pas dans ma tête, c'est comme quand je cherche un mot, que je le connais mais que je ne le trouve plus. Tu sais, je sens que c'est là, j'en suis persuadée, mais... mais je ne le trouve pas, et c'est ennuyeux pour moi... Je t'avais dit de te méfier des champignons gamine, maintenant si tu n'as pas d'autres hallucinations à me soumettre je vais retourner occuper la place qui sied à l'ennui dans tes pensées, ou peut bien celle de l'indifférence que tu as pour ta propre personne, ça me conviendra mieux en fait.
Dépitée, la renarde laissa ses oreilles retomber sur son crâne, elle aurait dû s'y attendre pourtant. Entre Shadden et le principe d'entraide il existait comme un statut co, le même qu'entre deux aventuriers voulant la même quête épinglée sur la tableau d'affichage, "t'approches pas et j'te tue pas".
-Tu as raison. Comment ?! Je te dis que tu as raison. Je ne sais pas ce que c'est mais je sens moi aussi l'agitation dans l'air en ce moment. Je pensais que c'était seulement l'arrivée de la belle saison qui faisait ça chez vous, mais des sentiments un peu trop négatifs y sont mêlés.
Cette fois le pinceau retourna se noyer dans son verre d'eau, personne ne prêta attention à ses protestations.
-Ouf, je ne suis pas folle alors ! J'adore ton humour gamine. Oh la ferme, gros paresseux ! -avant que Shadden ne puisse protester l'autre voix reprit- Si tu veux je peux te guider, je suis un esprit, j'entends toutes sortes de choses. Le donjon est plutôt calme aujourd'hui, du moins pour un donjon remplit de monstres, mais la forêt se fait du mourront, je sens la peur des arbres jusqu'ici et une fougère pleure depuis plusieurs heures. Oh mais c'est terrible ! La pauvre petite chose ! Oui.
Demie se leva alors, lissant rapidement les plis de sa robe sous son armure immuable, et prit un air décidé.
-Montre moi, il faut que j'empêche cette mauvaise humeur de ternir celle du donjon.


Voila pour quelle raison une renarde bleue, dans une envolée de cheveux bleues, engoncée dans une armure de cuir aux pierres bleues enfilées par dessus une robe bleue et avançant sous un ciel bleu faillit terminer en quelque chose de plat et beaucoup moins bleu en rencontrant une masse de pierre pleine de vitalité. Demie ne dût son salut qu'à un bon de côté avant que ce qui devait être un pied ne laisse une magnifique trace exprimant bien masse minérale de plusieurs tonnes qu'il supportait. Clignant des yeux, la renarde leva le museau, le leva encore, et rencontra deux têtes. La première n'en avait que vaguement l'apparence, la deuxième était bien trop petite pour être celle de quelque chose d'aussi gros. Se fendant d'un timide mais franc sourire, la bleutée fit ce en quoi elle excellait, elle se présenta poliment sans tenir compte de la mort qui repartait déjà en bougonnant parce qu'elle n'avait pas eut sa galette de renarde.


-Bonjour ! Je suis Demie-Coeur, je travaille au donjon. Veuillez m'excuser de vous interrompre dans votre promenade mais il se trouve que j'ai comme un léger soucis, et que celui ci risquerait bien de ne pas concerner que moi. Un de mes amis me dit que la forêt ne va pas bien, je ressens moi même comme un certain malaise ambiant, mais je ne parviens pas à trouver exactement de quoi il retourne. Si vous aviez une quelconque information sur ce qui peut faire pleurer une fougère je serait ravie de l'entendre !


Et sur cette tirade fleurant bon la démence, la renarde dévoila un large sourire de crocs blancs, des yeux pleins d'espoir, et toute l'ardeur innocente qu'une personne voyant le monde en rose peut présenter face à un danger bien véritable.


Une voix d'outre-tombe désirant visiblement s'excuser pour elle se fit entendre comme dans un soupir.


-Et elle est toujours comme ça...
avatar
Demie-coeur
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 392
Expérience : 80
Métier : contrôleuse des conditions de vie et du maintient de l'équipement

Feuille de personnage
Niveau:
25/40  (25/40)
Race: Ange
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://rp-horizon.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Taconix le Jeu 17 Mar 2016, 20:36

Que se passait-il par ici?

Taconix avait remarquer ces dernier temps que les insectes se faisaient de plus en plus rare dans le coin et cela l'inquiétait le plus au point. Pour quel raison ceux-ci avaient déserté la région, et que fuyaient-il?
Le professeur qui était venue voir ces cousins avant tout pour avoir quelques renseignements sur une ancienne arme antique qui l’intéressait beaucoup, celui-ci se rendit compte que ces semblables avaient déserté les parages s'en prévenir. Chose très étrange, surtout quand on sais que son plus grand représentant se trouvait au donjon. Pourquoi ne l'avaient-il pas prévenu de leur départ soudain ?

Taconix profitait donc de sa sortie pour faire une inspection des environs afin de s'assurer de la sécurité du donjon. Le jeune sage parcouru alors accompagné de son grimoire de runes, les alentours et ne vit rien à l'horizon. Rien. Aucun danger n'était visible.
C'est alors que l'érudit eu une idée. Pourquoi ne pas se transformer en tique afin d'être le plus proche de ces cousins pour éventuellement entre-apercevoir ce qu'ils ont pu capté comme danger avec leurs sixième sens ? Taconix décida alors de se changer en tique et fouilla de nouveaux le coin minutieusement. Rien de vint l'agresser et donc l'alerté d'un potentiel problème, quand tout a coup un vrombissement se déclencha. Celui-ci n'était pas continue et plutôt régulier, à l’exception de la puissance du bruit. Le son était inaudible pour un un homme, mais assez fort pour un insecte dont la perception était au dessus de la normal. On aurait dit le ronronnement d'un chat, qui cependant se mettait de temps en temps plus a à gronder qu'autre chose.

Le vrombissement assourdissant qui venait de la terre épuisait beaucoup la tique, cependant celle-ci décida tout de même de se rapprocher le plus du cœur de la source afin de déterminer d’où elle provenait. C'est une fois proche des remparts que le sixième sens de la tique l'alerta d'un danger potentiel à proximité. En explorant d'avantage, la petite boule jaune remarqua que le danger s'enfonçait  davantage dans la forêt maudite. Un endroit apparemment terrifiant selon les dires. Mais pour le professeur une tel alerte ne pouvait être ignorer. Il prit alors la décision de s'enfoncer plus profondément de celle-ci afin de déterminer quel était la cause d'un tel bruit souterrain . Il savait en grande partie les danger que cette forêt pouvait contenir, mais rien ne pouvait entraver la détermination du sage et de son envie de protéger les siens.

Le son désagréable en continue dans sa tête, se fut au bout de plusieurs mètres, que Taconix ne pouvait plus tenir et reprit à regret sa forme lutine afin d'avancer à tâtons vers la source du danger.
Malheureusement n'étant plus sous sa forme insecte, le blondinet n'était plus capable de capter le ronronnement. Mais un autre bruit lui vint alors à ces oreilles. Il venait de derrière lui. Comme ci un groupe se déplaçait. Taconix était curieux mais point inquiet. Il avait reconnu au loin l'odeur de deux personnes qu'il connaissait bien. C'est alors que derrière une grande branche noueuse, l'érudit vit une immense golem accompagné de son ami Tunski le lutin et d'une renarde bleue au nom de Demie-Coeur qui venait apparemment de les rejoindre depuis peu.

Étaient-ils eux aussi à la recherche de la source de se son étrange ? Taconix était curieux, mais aussi à la fois soulagé de voir des personnes qu'il connaissait déjà. Se fut alors avec gaîté qu'il alla à leur rencontre.

« Salut Tun. Bonjour Demie-Coeur. Et bonjour... monsieur caillou ? Êtes-vous ici également pour trouver la source de ce son étrange ? Si c'est le cas, pourrais-je me joindre à vous ? J'aimerais aussi éclaircir la cause de se bruit qui fait fuir tout les insectes du coin. »
avatar
Taconix

Masculin
Messages : 186
Expérience : 110
Métier : Professeur Runique et Archiviste

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Insectoïde
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Hik'a le Dim 20 Mar 2016, 16:09

"L'air est frais en cette douce journée, les rayons de soleil perçant entre les grands arbres éclairent d'une douce lueur les herbes hautes et les oiseaux chantent d'un gazouillis joyeux dans la Forêt Maudite.
Mais je ne suis pas né de la dernière pluie ! Je ne connais que trop bien les dangers de cette forêt où des yeux perçants m'ont maintes fois lorgnés rêvant de planter leurs crocs blancs dans ma chair. Néanmoins je sais qu'ils ne s'approche que rarement du grand mur traversant la Forêt. Ceux qui l'ont battit aiment la chasse aux bêtes immondes se targuant d'être au sommet de la Chaîne alimentaire des lieux. Et celles-ci ont appris à leurs dépens à éviter l'endroit. Quant à moi me direz-vous ?
Allons allons mes amis, je suis bien trop alerte pour eux. J'entends leurs pas de loin et hume leur odeur dans le vent. Et puis, je ne les intéresse que rarement, ils ne viennent dans la Foret que bien préparer pour abattre quelque dangereuse bête et rentrer entier. A leurs yeux, pénétrer en ces lieux juste pour me prendre en chasse est un risque trop grand !


Il y a un petit coin que je connais de longue date où courrait un ruisseau à l'eau claire où j'aime me désaltérer par beau temps. Il passe si près du grand mur que je peux me relaxer un peu sans craindre de voir quelque bête fondre sur moi. Il y a ça et là de jolies buissons à baies rouges, fort juteuses à la bonne saison.
Ah que la vie peut être douce par moments.. L'eau clair coulant jusqu'à mes entrailles tandis que je suis en train de boire. La chaleur éclatante du soleil quand mon regard se porte sur les trous de ciel entre les hauts arbres au feuillage si sombre. La caresse du vent sur ma nuque faisant danser herbes et feuillages tout autour de moi.


Je suis des yeux le vol d'un passereau chantant qui vient à se poser sur une branche de l'arbre auprès duquel je me tiens. Presque juste au-dessus de moi il chantonne comme si la vie n'a pas de lendemain.. Cela me rappelle mon jeune temps, tandis que j'apprenais encore à marcher au milieu des lapins et que ma mère me couvait de son doux regard.. Ma mère,.. Qu'est-ce qu'elle peut me manquer dans ses rares moments de repos que je m'accorde. Si seulement elle avait survécu à cet hiver. A ce monstre qui nous avait pris en chasse et qui l'avait abattue durant notre fuite de son puissant hurlement..


La tristesse m'envahit à chaque fois que j'y repense. C'était ce monstre là qui m'avait poussé à quitter le petit bois de mon enfance pour rejoindre ce lieu de dangers qu'est cette forêt. Oui, car ici le monstre n'a osé me suivre et les bêtes du coin n'ont point ce hurlement tuant à distance. Ici je suis capable de les repérer et de les distancer sans mourir dans ma course si rapide.. Tiens, il y a comme une ombre flou derrière le petit passereau. Je me demande ce que.."

Une tête qui se tourne, un oiseau qui s’envole, une ombre qui chute.
Une lance qui perce, du sang qui gicle, un râle d'agonie.

"Une belle pièce à n'en pas douter !" dit le troll les poings sur les hanches, tout en contemplant à ses pieds le magnifique cerf empalé sur sa lance.
Il chassa d'un main distraite les dernières vapeurs de ténèbres s'agrippant à sa veste couleur sable et resserra sa cravate bordeaux. Puis il arracha d'une main sa lance de la dépouille que la vie venait d'abandonner et de l'autre attrapa les bois du pauvre animal pour le tirer à l'ombre du grand rempart. Une fois à l'abri, il laissa choir négligemment la tête de sa victime à l’œil vitreux au sol.
"ARCHIBALD !!" appela t-il d'une voix forte résonnant ainsi dans la Forêt alentour. 

Il n'appela qu'une fois et plusieurs minutes s'écoulèrent avant l'arrivée d'un gobelin traversant les fourrés. Le petit peau verte portait une casquette de chasse, une sorte de short couleur sable tenue aux épaules par des bretelles et une chemise blanche. Il arborait aussi en bandoulière une gibecière en cuir bien remplie d'après son rebondi et à son coté pendait par le cou trois lapins dont les pattes traînaient au sol.
Il ne dit mot et analysa en une seconde la scène sous ses yeux. Dans le petit renflement au pied de l'escalier menant au haut des remparts se trouvait son Maître tranquillement assis sur un tabouret pliant, fumant nonchalamment sa pipe en faisant des ronds de fumée. Il était coiffé de son casque colonial couleur sable, portait une veste assortie munie d'une petite cape noire doublée de bordeaux et une cravate de la même couleur serrait le col de sa chemise sombre. Cet accoutrement aurait était plus complet s'il avait porté un pantalon et des bottes.. à la place d'un simple pagne de cuir. Devant lui reposait au sol un magnifique cerf, la langue pendante, une tache rouge ornant son flan.
Ni une ni deux, Archi se mit au travail. Il se rendit à la sacoche non loin de son Maître, posa sa gibecière et ses lapins et tira de la sacoche de cuir un tablier et une toque de cuisinier qu'il s'empressa d'enfiler et s'arma d'un grand couteau. Puis il s’avança auprès de la grande carcasse encore chaude.


"Voici Maître." dit-il en présentant à ce dernier un cœur sanguinolent sur un plateau d'argent.
"Hum ?" Cela tira le troll de ses pensées, qui porta alors son intérêt sur le muscle puissant qui fut le domaine de vie d'une créature majestueuse.
Il remercia son majordome, posa sa pipe sur le plateau d'argent en dehors de la petite flaque de sang et se saisit à pleine main du fruit rouge posé dedans. Il l'observa quelques instants et croqua dans le fruit de chair comme s'il eut s'agit d'une pomme mure. Le jus coulant de son menton pour tomber goutte après goutte sur le sol.

Ainsi se passa le temps pour un troll n'ayant aucune idée que, pas si loin que cela, un petit groupe cherchait la source d'un mystérieux bruit sous-terrain.
avatar
Hik'a

Masculin
Messages : 10
Expérience : 75
Métier : Homme à tout faire / Chair à canon

Feuille de personnage
Niveau:
1/40  (1/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Jarus Nirogh le Lun 28 Mar 2016, 08:52

Voila qui n'était pas vraiment pour lui plaire. En des temps plus normaux, Jarus aurait pour sur apprécié d'être rejoint par tant de voisins du donjon dans une de ses entreprises. A condition que la nature de cette dernière lui soit connut et ne recelant pas d'éventuels risques pour leur santé. Car il le ressentait au plus profond de lui ; cette sensation profonde le titillant de façon incessante lui hurlant que ce qu'ils trouveraient n'aurait rien de commun. Commun et inoffensif.
-Nous n'en savons rien. Je suis justement ici pour lever le voile sur ce mystère. Si vous souhaitez nous accompagner moi et lui (désignant la fée perchée), faites comme bon vous semble. Je tiens cependant à vous mettre en garde. En dehors des remparts la mort peut vous faucher pour de bon. Hors nous sommes dans le flou le plus total concernant une potentielle menace. Je ne pourrai pas assurer votre intégrité.
  Il le savait et cela le dérangeait pour la première fois au plus haut point : jamais son instinct profond ne lui avait fait défaut. S'il percevait un risque, c'est qu'il existait bel et bien, à l’affût du moindre signe de faiblesse. Un preste regard sur le duo le suivant (Tunski étant toujours sagement perché sur son crane) le rassura en lui montrant que ceux-ci guettaient prudemment les alentours, alertes. Ils n'étaient pas ici pour faire du tourisme.

  Il accéléra donc le pas rassuré ainsi que secoué par une autre déflagration sonore, cette fois-ci suffisamment puissante pour être audible par n'importe qui. Jarus et ses amis venaient de mettre le pas dans le territoire de la menace fantôme. L'épicentre n'étant plus qu'à quelques mètres devant eux, le rocher intima à ses compagnons de se presser. Etrange consigne de la part d'un être où la patience était une des qualités les plus unanimement reconnut. Mais la tension à son paroxysme depuis le début de cette journée chamboulait l'élémentaire qui ressentait de plus en plus cette aura malsaine. Une question germât alors entre ses doutes et craintes : "Pourquoi est ce que Gaos-Varpan ne m'a t'il pas informé d'un éventuel fléau ?" Etait-ce parce qu'il ne s'agissait en réalité que d'élucubrations infondées de la part de son protégé ? Ou est ce que lui même ignorait t-il la présence d'une telle chose ? Cette dernière pensé parut bien trop impossible et Jarus l'écarta aussitôt de son esprit.

  Marchand pensif dans un silence contemplatif, il chercha encore et encore la raison d'un tel mutisme. Jusqu'à ce qu'il soit tiré de ses songes par un étrange bruit. Un craquement sec et puissant déchirant l'air pour résonner puissamment aux oreilles de l'équipé. Jarus marqua un halte. Sans avoir besoin de se pencher il pouvait le voir, ce qui venait de se briser sous son pied, une large racine à semi émergée serpentant de quelques coudées en travers de leur chemin. Au delà d'une prochaine sanction de la fée trônant orgueilleusement sur son sommet, un élément interpella Jarus. Si marcher les racines des arbres n'était effectivement pas une bonne chose comme on le lui avait souligné précédemment, cela ne comportait en soit aucun risque pour la victime. Dans le pire des cas, il aurait laissé la forme de son empreinte pendant un temps. Hors celle-ci venait de se rompre sèchement en un millier d'éclats comme l'aurait fait une feuille... Morte.
  Jarus observa son méfait. Puis il remonta jusqu'au corps central du membre abîmé, se tenant debout non loin sur leur gauche. Une fois devant, il tapota avec retenue l'écorce qui s'effrita aussitôt.

-Petite fée. Toi qui t'adresses aux arbres, peux tu t'enquérir de son état ? 
avatar
Jarus Nirogh
L'avatar des Roches

Masculin
Messages : 234
Expérience : 572

Feuille de personnage
Niveau:
20/40  (20/40)
Race: Elémentaire
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Tunski le Ven 08 Avr 2016, 13:31

Ils n'avaient pas fait dix pas (enfin des pas de cailloux, parce que des pas de farfadets c'aurait été bien court, en temps comme en distance) que voilà déjà qu'une autre habitante du Donjon avait rejoint Tunski et sa montagne/monture personnelle. Un gros écureuil bleu se présenta à eux, disant chercher ce qui pouvait faire pleurer une fougère. Mais avant que le farfadet n'eut le temps de lui répondre et de lui lister les trèèèès nombreuses raisons pouvant pousser l'une de ces mauviettes de fougères, une nouvelle voix se fit entendre, plus fluette et surtout plus familière. Émergeant des fourrés vint à leur rencontre le lutin Taconix, un bon ami du lu... Ah bah bravo, avec deux fées dans le récit, je m'en sors comment moi maintenant avec la narration, vu que je ne peux plus les désigner par leur race ! Bref, Taco, un ami de Tun... Ah bah ouais, tout de suite ça se ressent quand on m'empêche de bosser correctement !

"Hey Taconix ! Coucou ! Viens, monte par ici, il y a de la place !" lança le farfadet en faisant de grands signes de la main à l'intention de ce nouveau venu. "Alors les mini-six-pattes l'entendent aussi ? Eux aussi ont peur ? Les arbres arrêtent pas de trembler depuis tout à l'heure..."

Mais déjà la-colline-qui-a-des-yeux s'était remise en marche, se dirigeant droit vers ce qu'il avait identifié comme étant l'épicentre de la perturbation. A mesure qu'ils avançaient, désormais à vive allure, le follet put percevoir comme la forêt autour de lui était non seulement apeurée, mais aussi physiquement affectée. Les habitants des bois étaient s'en étaient tous allés, cherchant à éviter le danger qu'ils ressentaient, mais les malheureux végétaux qui ne pouvaient fuir nul part n'avaient d'autre choix que de subir et encaisser tous les périls qui pouvaient se présenter. Aussi lorsque Jarus brisa une racine sèche sous son poids, et lui demanda plus tard de s'enquérir de l'état de son propriétaire, il l'entendit à peine. Il contemplait, prostré, le spectacle de l'écorce sans vie de cet érable qu'il connaissait si bien. Il lui avait parlé il y avait encore peu et celui-ci se portait pourtant comme un charme... Ah, tiens, Tunski n'a pas fait remarquer que c'était un érable, pas un charme ? Eh bah, c'est dire comme il accuse le coup... Décollant du sommet de l'élémentaire, le petit être voleta jusqu'à son ami décédé et posant, mélancolique, une main sur l'écorce familière, répondit enfin à ce compagnon de pierre.

"Pas besoin de lui parler pour connaître son état... Pas possible non plus d'ailleurs... Il est mort..."

Sa voix était emplie d'une profonde tristesse, bien que l'on pouvait y percevoir naître une sourde colère. Il resta là un instant puis, après un simple "Je reviens tout de suite. le voilà qui fila vers un arbre voisin pour se fondre dans son écorce noueuse. Quelques minutes passèrent alors pour les observateurs. Quelques longues minutes, rendues pensantes par le silence incongru qu'il planait aux alentours, à l'exception de l'étrange vacarme inaudible. Et alors qu'eux attendait, dans l'arbre, Tunski ressentait. Il percevait, bien plus fort, ce qu'il avait partagé avec un autre sylvain plus tôt. La forêt était apeurée, il l'avait déjà senti mais n'avait pu le comprendre jusqu'alors: que quelque chose puisse inquiéter la redoutée Taurost lui était difficile à imaginer. Pourtant, cette peur lui paraissait maintenant tout à fait justifiée et, plus restait-il en communion avec l'arbre, pire était cette sensation. Si le farfadet n'avait jamais réellement été inquiet pour lui-même, mais que le bois dont il était partie intégrante soit menacé, encore, le terrifiait.
Lorsqu'enfin il revint à sa forme naturelle, il resta hébété, l’œil hagard. Il lui fallut un instant afin de recouvrer ses esprits et expliquer à ces comparses ce qu'il avait pu apercevoir. Mais ce ton, ce regard n'étaient plus ceux du farfadet toujours riant...


"Il y a... Quelque chose... Quelque chose d'horrible qui... Qui pousse ! Ça pousse sous le sol ! C'est... Quelque chose... Ce n'est pas naturel ! C'est... Ça tue ! La forêt souffre, elle a peur ! Les mobiles fuient, les immobiles... Meurent... Il faut faire quelque chose ! Fuir ?... Non... Défendre... Comment ? C'est... C'est horrible !"
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Taconix le Jeu 21 Avr 2016, 18:27


Taconix rejoignit son ami farfadet sur monsieur Caillou qui ne s'était pas présenté. Alors qu'ils s'enfoncèrent dans la forêt maudite, le professeur ne pu s’empêcher de sonder avec son sixième sens tout ce qu'il pouvait voir ou ressentir. Bien évidemment, il ne trouva rien, même si son corps avait conscience du danger qui les entourait. Mais que se passait-il ici ? Le lutin était très stressé de tout ça, mais il restait tout de même à l’affût du moindre signe de danger.

Monsieur caillou qui avançait d'un pas décidé vers la source de leur soucis, s’arrêta brusquement suite à une branche qui craqua sous ces énormes pattes. Après une expertise de l'arbre dont provenait la branche briser, il remarqua que son état était anormal. Il demanda l'avis de son camarade Tun, mais la réponse était évidente et pas que pour le lutin. Taconix avait aussi entendu au son qu'avait émit le bois, que celui-ci était mort depuis bien longtemps.

Le farfadet était dans tout ces états, se qui mit le jeune sage mal à l'aise. Il comprenait tout à fait son ami. Pour eux la nature était à la fois leur maison, mais aussi leur amie. Et rien ne pouvait rendre plus triste un farfadet que la perte d'un ami plante. Celui-ci était encore plus sous le choc car il ne savait pas quelle était la cause de la mort de cet arbre.

Taconix impuissant devant son ami, ne savait que faire pour le réconforter. Il voulu aller le voir pour le calmer, mais il ne savait pas comment s'y prendre. Ce genre de relation amicale était nouveau pour lui. Que devait-il faire ? C'est alors qu'il eu une idée. Certes celle-ci était un peu étrange et peu commune, mais il la tenta tout de même. Il ouvrit son grimoire qu'il avait à sa taille et lança maladroitement sa rune de sentiment sur le petit Tunski.

Quand celle-ci s’appliqua sur la nuque de son ami, il dessina la même rune sur lui afin de lié son cœur à lui pour calmer sa tristesse et le gorger de liens agréable.
C'était une méthode certes étrange, mais c'était pour le professeur la seul solution qu'il avait trouvé pour s'exprimer sans paraître étrange. Il ne savait pas vraiment comment se comporter dans une telle situation et préférait utiliser une magie qu'il connaissait bien pour y arriver. Le résultat était tout de même là. Une fois que la rune fit son action, le petit lutin fut gorgé de la compassion et de la douceur de la tique. Cet échange de sentiments calma le petit farfadet qui retrouva tranquillement ces esprits. La rune ayant fait son travail s'estompa et disparu de la nuque de celui-ci.

Taconix, continua sur sa lancer pour écrire quelques runes qui pouvait être utile dans leur périple. Il rouvrit son grimoire et dessina sur monsieur caillou, deux runes qui lui serait plus que nécessaire au cas ou il rencontrerait un danger important. Il était normal que vu sa stature colossale, l'homme de pierre serait le premier rempart au combat. C'est pour cela qui activa sur celui-ci une rune de résistance, qui développerait sa constitution, déjà très imposante, mais aussi une rune de détection magique. Cette dernière étant surtout complémentaire à sa capacité de sentir les sons étranges qu'il percevait.

Le professeur lança aussi sans le consentement de son ami Tun, une rune de transfert afin de réduire les dégâts qu'il subirait au cas ou, ainsi qu'une de volonté. Dans cet action, Taconix cherchait surtout à protéger au mieux ces camarades, ainsi qu'à les renforcer. Certes son comportement était peut être un peu excessif et peu correct vis à vis de ces compagnons, mais il en prenait le risque afin de s'assurer que tout se passerait bien pour eux.
avatar
Taconix

Masculin
Messages : 186
Expérience : 110
Métier : Professeur Runique et Archiviste

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Insectoïde
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Jarus Nirogh le Lun 16 Jan 2017, 19:54

Le ton alarmiste de la petite fée à laquelle Jarus avait demandé expertise de l'arbre interpella ce dernier. Sachant Tunski comme un être mystique de la nature, il y avait forcément que très peu de chose à même de causer chez lui un tel émoi dans ce cas précis. Et parmi ce "très peu", il ne pouvait y avoir que de peu de naturel, ce qui pouvait être étrange venant d'un élément si profondément enfouie dans les entrailles de cette terre. Jarus ne pouvant faire taire son impatience, il se décida à prendre le devant en optant pour une approche plus franche. Après tout, ils -lui et les deux petites fées- n'étaient plus très loin de la zone "d'obscurité".

-Petits amis, je vous invite à vous tenir fermement à moi. Je vais sollicité l'étranger.

Il posa d'abords un genou puis ses deux mains bien à plat sur le sol, brisant au passage quelques corps d'herbes desséchées. Si une brève seconde de calme ponctua l'instant, ce fut pour se faire aussitôt écraser l'instant d'après par un hurlement sourd provenant du sol. D'une ferme volonté, Jarus y crachat de ses mains une puissante onde sismique qui, en une fraction de seconde, perfora les multiples strates souterraine pour finalement assaillir la zone ciblée. Il ne restait plus qu'alors à attendre une réponse pour le coup redoutée.
  "Il est parfois des silences plus effrayant à endurer que le plus puissant des rugissement imaginables" Pesta intérieurement Jarus. Il n'eu pourtant pas à attendre très longtemps. Un échos rugissant timidement se fit difficilement entendre. L'élementaire tenta de deviner la nature de l'émetteur ; en vain. Cela commença par des réponses plutôt timides rendant alors compliqué pour l'élémentaire de deviner ce qui se passait plus bas. Un peu comme si cette chose terrer sous leur pieds... se réveillait doucement.

-Je n'y arrive pas. Les paroles peinent à m'atteindre clairement. Pour ce que je ressens je dirais que c'est lent. Lourd dans sa gestuelle et...

Immense aurait t-il voulu avouer à ses camarades s'il n'eu été coupé dans son analyse par un terrible rugissement tellurique. Jarus se redressa alors immédiatement. Puis une autre secousse ébranla les fondations des environs.
-Aucun être de la création primaire autres que les seigneurs élémentaires n'est capable de telles prouesses physiques. Cette chose ne vient pas d'ici, on l'y a mit.

Après quoi des pans entiers du sol se mirent à gicler dans les airs. Des crevasses se creusèrent, des arbres y tombèrent tandis que les derniers êtres vivants des environs s'enfuyèrent. Brusquant violemment la terre nourricière en s'y frayant un chemin avec fureur, ce monstre de l'abîme s'empressa d'émerger au plus vite. Plus il avançait ; fracassant le moindre obstacle sur sa route, plus Jarus se pouvait de deviner la rage et la folie animant cette immondice d'outre-monde dont le profil se dessinait plus en plus nettement. Pour enfin terminer son ascension au monde du soleil dans un déchaînement de violence débridée de toute raison.

-Fuyez petits amis ! Fuyez !

Trop tard hélas pour leur épargner l'horreur du carnage se profilant dans la seconde à venir.
Le sol se volatilisa , brisé et soufflé en milliers de fragments éparses emportant avec lui nombres de corps d'arbres morts ; déchirés par ces lances primitives qui traversèrent sur des centaines de mètres les environs. Des volutes de poussières soulevées surgit la bête, probablement la chose la plus hideuse jamais vu à ce jour par l'élémentaire.
  Son crane déformé aux arrêtes osseuses saillante comme des pointes de lance fendit les airs présentant alors un regard vitreux plus blanc que ses propres dents acérées comme la cime des plus hautes montagnes de ce monde. Le cauchemar n'atteignit son paroxysme que lorsque qu'il présenta hors de terre son corps de canidé de dix mètres de haut, les muscles à vifs, les griffes courbées plus scintillantes et plus tranchantes que n'importe quelles épées du donjon. 
avatar
Jarus Nirogh
L'avatar des Roches

Masculin
Messages : 234
Expérience : 572

Feuille de personnage
Niveau:
20/40  (20/40)
Race: Elémentaire
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ombre du colosse. [ libre ][event]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum