Tears [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tears [Libre]

Message  Theorem & Ishtar le Dim 29 Jan 2012, 00:37

Il y a des jours comme ça...
Vous vous demandez certainement de quoi je parle.
Il y a des jours quand vous n'avez pas le moral. Vous préfèreriez parler à vous même plutôt que de subir un regard de la foule.
Il y a des jours quand vous ne voulez pas perdre un seul instant à apporter de la pitié ou de la compassion car personne ne vous apporte ce que vous recherchez, à savoir une écoute.
Quand un jour comme ça survient, généralement vous vous réfugiez dans le seul endroit où vous pouvez souffler, profiter de la vie pour vous même.
Ces instants là sont comme une bouffée d'oxygène quand vous vous noyez dans un océan d'amertume d'une vie que n'apporte rien de plus qu'une acidité et une absence de douceur. Par moment vous en obtenez trop d'un coup et c'est inhabitué de ce goût agréable que vous essayer d'en remettre l'excédent, comme remettre le trop de dentifrice dans le tube, en disant un "c'est rien".
Ce jour là est arrivé.

J'ai tué quelqu'un.

Tout cela est encore étrange. Une grande confusion règne dans mon esprit. D'un côté, je sais que tout ce qui a été fait ne pouvait se faire autrement, qu'on m'aurait félicité pour cela par beaucoup de monstres du donjon, et d'un autre côté, autre chose est mort ce soir entre mes bras, autre que le corps froid que je tiens encore. Ce qui vient de passer de vie à trépas n'est pas cet envahisseur qui se cachait dans la crypte en tenant une épée dans sa main dans l'espoir d'éventrer un quelconque visiteur qui fut moi. Non. Ce qui vient d'être terrassé sous mes coups, c'est la particule d'humanité qui brûlait en moi encore quelques minutes auparavant. Je ne ressent que l'âcre goût de la fumée de cette bougie qui vient de s'étouffer.

Pourquoi ?

Comme je viens de vous expliquer, la confusion est encore maîtresse dans mon esprit. Une ombre insidieuse vivait en mon âme depuis des années. Je la retenais avec mon code, mes valeurs. Face à mon instinct de survie, je ne pouvai plus la contrôler. Une noirceur insondable m'a enveloppé alors que l'adrénaline a affluée en moi. Je l'ai vu ave sa lame, implorer la force de dieux binveillants pour lui offrir la victoire et me pourfendre. J'ai levé mon épée et l'ai blessé mortellement. J'aurais put m'arrêter là, mais j'ai enfoncer mes doigts dans son corps fragile en le saisissant par les côtes. En faisant ça, c'est comme si j'avais été connecté. J'ai sentit son coeur battre la chamade. Une pulsion sanguinaire a comme soufflé à mes oreilles. A travers mes doigts enfoncés en lui, j'ai prélevé ce dont j'avais besoin afin de combler le vide de mon coeur de goule. La chaleur du pauvre mortel entre mes mains se glissèrent en moi alors que je soufflais comme un buffle. Une sauvagerie vampirique qui avala jusqu'au dernier degré la chaleur de ma victime qui fit battre mon coeur battant trop lentement pour me qualifier d'être vivant. Quand j'ai lâché un brutal soupire en sentant la vie renaître en moi même si ce n'était qu'éphémère, j'ai ouvert les yeux sur l'horreur bien réelle.

Le garçon n'avait pas l'âge de décéder...
Ce que je tenais dans mes bras n'était pas un humain aigris ou un belligérant au coeur gonflé par le dévotisme...
Entre mes mains se trouvait le corps froid et sans vie...
D'un enfant venant venger la mort de sa famille tuée par des monstres.

Je le savais, car alors que sa chaleur emplissait mon coeur inhumain, ses souvenirs avaient défilés en moi lors de son dernier souffle.
Un sentiment aussi cruel que la mort venait de retomber sur mes épaules telle une lame de fond au tranchant aussi glacial que le fond des mers, perçant mon enveloppe charnel d'une amertume, puis d'une rage envers moi-même qui me fit pousser un hurlement de rage.
Ce sentiment, c'est le remord.

Mais en plus du remord infernal qui me torture, c'est comme si un diable intérieur tirait mon intention sur mon seul ressentit physique. La chaleur du jeune garçon brûlait en moi comme la renaissance de mon être. Une sensation de béatitude m'avait enserré alors que je souffrais émotionnellement. Déchiré entre l'enfer et le paradis, je suis paralysé.

Je voudrais n'avoir jamais été là.
Ce jeune garçon vivrait, j'aurais toujours été ce que je suis.
Mais maintenant que j'ai goûté à la chaleur d'un mortel... Je ne pourrais plus m'en passer.
A chaque secondes, je brûle cette chaleur comme une petite vie, alors que le remord me prive de la mienne.

Il y a des jours comme ça...
...où on réalise qu'on est un monstre...
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tears [Libre]

Message  Invité le Dim 29 Jan 2012, 03:09

L'Ombre sans bruit suivait son instinct. Son instinct naturel, magique. Celui qui le guide quand elle ne sait que faire, où aller. Elle sentait la peur. Le peur pure, celle qui mène doucement vers la folie. Celle que touts êtres engendrent dans leur esprit. Cette même peur qui mène soit au sucés soit à l’échec. Ce sentiment absolue de Chaos et de Ténèbres. Cette peur, l'élémentaire l'aimait plus que tout. C'était de "ça" dont elle était faite. C'était de "ça" dont elle avait besoin. Le parfum lui piquait les narines, il amplifiait de minutes en minutes. Bientôt il allait atteindre son apogée. Elle se devait d'être la quand ce moment arrivera, au plus près de la source.

L'Ombre silencieuse glissa parmi les siens jusqu’au sous sol. La crypte, endroit humide et froid allait être le théâtre d'une merveilleuse victoire ou d'une sombre tragédie. Le plus étonnant ce que ces deux éléments contradictoires allaient de paire. L'un ne pouvait exister sans l'autre. Il faut un vaincu pour avoir un vainqueur. L'équilibre naturel ne pouvait rester sans cela. Il coulerait vers le néant. La peur fait parti de cette balance universel. Bien souvent c'est elle qui dirige les pas du chevalier lors de la bataille ou lui fait incliner les genoux devant son roi.

Mais ici, pas de roi ni de champs de bataille. Juste un humain, terrifié par son esprit; sa conscience jouant avec son inconscient. C'est dans l'attente, dans l'inconnu que l'esprit se retourne contre son possesseur. Il lui fait voir les pires choses qui existent ou non. Imaginant le mauvais comme le meilleur, l'humain attendait patiemment son heure ou celle de son futur adversaire. L'élémentaire elle aussi attendait ce moment. Elle se délectait de cette torture mentale et se délecterait encore plus dans la folie qu'il déragerait lors de son mouvement.

Il se raidit, s'excite, mais la peur le calme. Devant lui le fils du destin; une goule aux oreilles de chien. Voici donc le dénouement de ce supplice. Une courte croisade en somme. Dégainant sa lame, prêt au combat, l'esprit reprit conscience et implora les dieux. Mais les dieux ne peuvent rien. La sombre tragédie était pour lui, son heure avait sonné. L'odeur de peur se transforma en folie, comme prévu puis la folie de l'homme se mêla a celle du chien. Le spectacle n'en était alors que plus appétissant. La folie humaine était délicieuse, celle de la goule l'était encore plus. Sans retenue il se raccrochait a un espoir imaginaire, comme un humain partant sur le champs de bataille. Celle ci était finis. Le survivant s'était calmé et s’éteignit au fur et a mesure que son adrénaline retombait. Le remord lui mordait l'estomac. Jamais l'élémentaire n'avait vue une telle chose. Chose qui l'a fit réfléchir.

Pourquoi un monstre était il honteux d'avoir pris une vie humaine. Il lui semblait que c'était dans l'ordre naturel, du moins c'est ce qu'elle avait toujours cru. C'était peut être la qu'elle avait faux. D’ailleurs pourquoi le beast était il un monstre? Oui c'est de la que venait tout le probleme. Elle ne se considérait pas comme tel mais pour le reste du monde pourtant c'était une cible a abattre. Le loup qui avait manger le petit chaperon rouge et qu'il fallait châtie. Les deux visions opposées des créatures ne pouvait s'entendre. C'était deux choses compatibles. Le plus étonnant ce que ces deux éléments contradictoires allaient de paire. L'un ne pouvait exister sans l'autre...Son raisonnement s'éclaircit. Le mot 'monstre' prononçait par l'humain résonnait dans sa tête.

Elle matérialisa en femme chat, au fur et a mesure qu'elle descendait du plafond, tête vers le bas.


- Des monstres?

Arrivé au sol, à bonne distance du cadavre et de l'Inu, l'élémentaire approcha doucement. Ses yeux d'or toisaient le malheureux en face d'elle. Le dépi et le remord étaient visible sur tout les traits du chien autant que dans sa posture. Mais cela ne la dérangeait pas. C'est lui qui l'avait tué pas elle. De toute façon elle ne pouvait pas vraiment comprendre ce qu'il ressentait. Elle même ne ressentait rien. Son être magique le lui en défendait. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était d'éprouver les autres. Tous les autres sans exception. Dans la joie comme dans la peine, dans l'amour comme dans la haine. C'était ça, son équilibre a elle. D'une voie basse mais assez audible pour les fines oreilles de la goule, elle réfléchissait.


- Qui a décidé cela? Pourquoi nous serions "monstre" et eux "simple humain"? Tout la misère du monde est de notre faute...et eux se contentent d'être des saints?


Son pas lent et régulier ne raisonnait presque pas. Les murs froids et sans vie comme l'être allongé au sol, intrigué l'Ombre. Elle savait ce qu'était la mort, même si la sienne, elle le savait, serait différente. Elle savait que rien d'autre ne pouvait faire autant peur, ne pouvait causer autant de peine et mener a autant de haine. Elle s'arrêta a un pas du beast, droite et fière.

- J'ai vue les humains se déchirer pour un morceaux de pain. J'ai vue des centaines se soulever contre un seul Homme. J'ai vue des frère s'entre tuer pour un pouvoir illusoire. Pire encore, je les ai vue, unis et fiers, courir vers la mort tout ça dans un rage démesurée, un espoir fou...mais la peur leur tenait les entrailles. Cette puanteur exquise émanait de leur tripes, aux plus profond d'eux, comme elle émanait de ce garçon avant de se jeter sur "un monstre"... Ils tuent, égorgent, décapitent, sans faire de distinction. Des beast, des vampires, mais aussi des golems créés de leurs mains...Ils vont jusqu’à tuer leur propre sang. Et ce depuis la nuits des temps. Ils n'apprennent rien, ils ne voient rien. C'est un cercle infernal, sans fin...


Le réconforter ou le faire déculpabiliser n'était pas son but. Même si peut être ses paroles allaient dédramatiser son geste. D'ailleurs, elle ne l'avais jamais vue cet Inu. Dans les conversations qu'elle avait entendu par ci par la, des habitants du donjon, c'était Theorem le garde. Jamais l'élémentaire ne lui avait parlé ou bien ne l'avait suivi. Il n'avait pas grand intérêt. Maintenant que de plus délicieux sentiments se dégageait de lui, elle pouvait bien l'examiner un peu. Ou plutôt passer un peu de temps ici où une tempête d'émotions exquise fessait rage. Pour une fois, elle jouait franc jeu, ne se cachant pas comme à son habitue. Elle s'était de suite matérialisé. Peut être qu'elle n'avait absolument pas peur de lui ou tout simplement qu'elle avait d'autres projets.
Elle s’accroupit pour se mettre à hauteur du garde qui était assis en tenant le cadavre du jeune homme, les yeux rivaient sur le corps sans vie.


-Alors quel clan est "bon", lequel est "mauvais"? Lequel est "monstre", lequel "humain"?




[HJ: Punaise...sa m'a inspiré tout ça...pondu un pavé en 30 min ca me ressemble pas^^'. Désolée si ce ne te convient pas]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tears [Libre]

Message  Theorem & Ishtar le Lun 30 Jan 2012, 01:01

Alors que mon regard un instinct opaque et emplis de ténèbres reste fixé sur le petit cadavre brisé entre mes mains, je lèves un instant les yeux sur une étrange silhouette qui descend doucement du plafond en prenant une forme de jeune femme aux oreilles de chat. Je la toise un instant et regard de nouveau le corps entre mes doigts bouillonant de vie. La carcasse froide et immobile dans laquelle mes doigts sont encore plongés semble captiver mon regard.

J'entend la voix d'abord lointaine puis de plus en plus proche d'Isil me parler de l'Homme. Ce dernier brise sans hésitations les règles de sa propre race pourtant, c'est vrai. Je sais de mon père que l'humain se laisse séduire par des rêves et des promesses, se laisse consummer par le désir et carbure à la haine et au ressentit. Je sais tout cela et pourtant, nous sommes les monstres. Oui une partie de moi me chuchotte tout cela.

Je regarde ce corps. Je vois un garçon mort qui avait la vie entière devant lui. Privé de sa famille, il avait lui aussi cédé aux promesses de vengeance et de haine. Il avait brûler sa vie pour arriver à cette seule fin et c'est moi qui lui avait offert, lui donnnt au final raison. Le sinistre ouroboros, ce serpent qui se mort la queue, provoquant sa propre déchéance, me mordait la queue à mon tour. Je venais de mordre en moi même et causait ma propre destruction à mon tour. Comme si nous tournions sur nous même et alimentions cette machine d'auto-destruction, tel des engrenages bien huilés avec notre sang. Je viens de rentrer dans le tourmente tant redoutée... Je suis ce que je suis et le code sur mon flan gauche semble avoir perdu de sa verve...

Mon regard se pose de nouveau sur Isil alors que je l'entend parler. Quel est donc cette étrange créature ? Pourquoi est-ce que je l'attire ici ? Aurait-elle croisé la route de cet humain si je n'était pas intervenu ? J'aurais préféré... Si ça avait été le cas, j'aurais pesté sur le meurtre d'un enfant humain sous la direction de Skedar avant de le faire mettre en terre sans avoir vu son visage. Mais l'horreur de prendre une vie a brutalement violé mon innocence. Je suis dans ce donjon depuis mon premier souffle. Contrairement à beaucoup de monstres ici, je n'ai pas eut le luxe de voir la décadence humaine. Me voila en plein dedans pourtant.


"Es-tu la mort ? Es-tu une shinigami ? Est-ce que, parce que je suis mort une fois, je peux te percevoir en cette crypte ? Mon acte atroce ne fais pas de moi quelqu'un de bien... Je viens de prendre la vie de cet enfant, et pourtant... Je n'ai jamais sentit mon enveloppe charnelle aussi bien. Quand je regarde ce corps, je sens un appétit démentiel m'envahir et le remord museler ma dévorante envie. Peste soit de moi ! Peste soit de la goule que je suis !"

Mes doigts gantées se retirent de la chair froid et putressible de cet enfant que je dépose au sol avec remord et rancoeur. Le coeur noir mais engoncé dans ma cage thoracique gonflée à bloc de la chaleur vitale du jeune homme, je me refuse le plaisir élémentaire de goule que je suis à me repaître de sa chair cadavérique et grise. C'est avec une main tremblante que je referme ses paupières. Serrant les dents comme pour retenir un nouveau hurlement, de frustration cette fois, je refuse à mon corps de se contenter du jeune homme. Non, je ne laisserait pas la salope de goule qui est en moi dicter ce que je suis ! Faute de tenir cette frustration en mon âme, je m'empare soudainement de ma dague et c'est avec un souffle rageur que je l'applique sur mon flanc gauche.

"Si je suis indigne de mon propre code, si ma nature de goule m'empêche d'être ce que je pensais être, je me l'arrache sur le champ !"

La lame tremblante guidée par mon bras vacillant, j'éraffle ma peau jeune et imberbe. Je me rend compte que ma volonté n'arrive pas à la cheville de mon instinct de préservation. L'ouroboros a lâché ma queue et je m'effondre en pleurant, serrant cette poupée morte qu'est le jeune garçon. Mes larmes m'étouffent, s'échappant par mes yeux et mes narines dans un spectacle déconcertant. Je ne hurle plus, mais mon regret vient d'éclater alors que je condamne mon instinct sous mes pleurs.

"Pardonne-moi... Pardonne-moi... Que ton dieu t'accueille chez lui et profite d'une agréable éternité en son paradis... Puisse ce même seigneur me priver du repos dont toi tu jouieras pour des siècles et des siècles."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tears [Libre]

Message  Invité le Mar 07 Fév 2012, 23:46

L'odeur exquise remplissait peu a peu la pièce. Il n'en avait pas conscience. La plupart des êtres vivants ici bas ne pouvait en avoir conscience. Les bêtes avaient l'instinct pour desseller la peur chez leur ennemis, mais la, il ne s’agissait pas seulement de voir la peur, mais bien de la ressentir, la vivre, c'était ca que recherchais l'élémentaire. Cette petite parcelle, cette minuscule fraction de son plan d'origine, de son être entier. Une tornade, un cyclone de peur s'accordant avec elle. Le mince filé sombre qui sortait de la goule et se dispersait dans la pièce, la femme chat ne le quittait pas des yeux. Dès qu'une particule entrait dans sa 'peau' elle frissonnait. Le parfum délicat de la peur était toujours aussi bon. Hors de question que cela ne s'arrête.

Alors que le jeune homme en face d'elle reprenait peu a peu ses esprits, la peur laissait place à la folie. Le parfum changea. Ce n'était plus une odeur douce et tamisée. Lentement, il devenait un peu sucré et enivrant, prenant. Se délectant de cet agréable fumé, les pupilles légèrement dilatées, elle laissait le pauvre Inu dégénérer. Il n'avait pas besoin d'aide. Sa conscient torturait déjà son esprit à sa place. Visiblement, la mort n'était pas familière pour lui, la folie non plus. La première frénésie destructrice était le meilleur senteur qui soit. Il s'emportait sous le silence de l'élémentaire. Elle savait que la goule n'avait pas assez de courage pour mettre a exécution son petit manège. Voici un autre spectacle bien amusant qui lui arrachant un léger sourire

Elle se releva de sorte a être au dessus du cadavre et du pseudo canidé. Il la prenait pour un dieu de la mort ou même la mort elle même. D'un côté ca la flattait beaucoup. Après tout les Ténèbres et le Chaos menaient bien souvent a cette fin tragique. Enfin tragique. Tout dépendait du point de vue. Mais soit elle jouerai son rôle de la mort. Faire la comédie lui était facile depuis que l'Ombre était sur terre. Sa "vie" - parce que a proprement parler elle n'avait pas de vie non plus mais ca elle s'en fichait complètement - entière ici n'est qu'une simple plaisanterie. Un mensonge, une hypocrisie,...Droite et fière, ses yeux d'or détaillé a présent la goule a ses pieds. Elle le jugeait, comme l'aurai fait un dieu ou un inquisiteur, un envoyé. Méritait-il le châtiment divin ou au contraire, une errance sans fin? La réponse était vite trouver.

Le temps s'était arrêtait pour l'Inu. Abattue contre le corps sans vie de la fraiche victime, il pleurnichait contre lui même. Contre le destin si injuste. La folie s’atténuait posément, au rythme de ses sanglots. Le filet sombre se teinta d'argent. Après la folie, le remord. Qu'importe, l'élémentaire bercée entre les sentiments de la pauvre créature, s'en fichait aussi complètement. Tout ce qu'elle cherchais était la sous ses yeux. Ses sillons d'émotions fortes étaient sa drogue.

Continuant de jouer son rôle, de juger d'un regard froid et accusateur sa victime, elle décida de s'octroyer une autre dose. Ses lèvres s'animèrent en articulant bien, sa voix restait neutre, glaciale.



- Il n'y a pas de règle ou plutôt il y en a une seule...Tout le monde meurt un jour. Tout le monde... Tu es là pour provoquer ce jour et moi uniquement pour l'observer.


L'élémentaire savait très bien ce qu'elle faisait. A ce moment précis elle était en position de force. De force mentale. Son esprit était faible et utiliser cette faille était un jeu d'enfant. Certaine race son plus facile a berner que d'autre. De plus, la goule ne la connaissait pas, ce qui était un point de plus pour elle. Ses paroles semblaient peut être rassurantes mais la réalité était toute autre. Elle l'accusait indirectement. Comme un dieu de la mort devait se montrer impartial et ne pouvais avoir son propre avis, elle faisait tout ca dans la finesse.


- Tu penses que t'arracher ton code fera de toi un chevalier? Tu crois que même avoir un vague code de conduite fais de toi quelqu'un? Tu veux expirer ton crime avec ca? Tu pense pouvoir être pardonner? Tu veux sauver ton âme? Mais... Es tu sur d'en avoir une?


Elle voulait remettre en marche le temps pour l'Inu. Que son cerveau repercute encore une fois la macabre vérité. L'horreur de son acte ne devait pas s'effacer ainsi, comme le parfum qu'il dégageait. La folie pouvait être enfermer dans un cercle sans fin. Les homme avait un signe pour ca. Un serpent se mordant la queue. L'Ombre trouvait d’ailleurs que pour une fois, les humains avaient fait quelque chose de bien. Un cercle vicieux était dur a éclater quand on est pris dedans. Mais elle était le maitre de cérémonie de cette pièce. Le cercle, c'était elle qui allait l'installer.


- Est ce que tu devais le faire? Est ce que tu devais le tuer? Est ce que tu devais ...

Sa phrase non finis était volontaire. Faire réfléchir la goule sur son acte, sur la suite de son acte précisément, la où la folie était a son apogée était primordiale. C'est pourquoi ce n'était pas a elle de redire cela. C'était bien a l'autre de se torturer, a l’exécutant, pas au chef d’orchestre. Vue l'imagination et l'éducation de l'homme, il n'y avait pas de doute que laisser une phrase en suspend était bien pire que de tout dire. Puis tout cela était pour rester dans son rôle aussi. La mort ne fais pas de pitié, elle non plus. Elle l’enfonça encore plus.


- Il ne reviendra pas. Tu avais le choix.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tears [Libre]

Message  Theorem & Ishtar le Mer 15 Fév 2012, 00:24

La femme mystérieuse qui ne s'était pas présenté, semblait se régaler de tout ce qui se passait sous ses yeux, Theorem le voyait bien. Une telle créature ne pouvait être muée que par le malheur et tout ce qui pouvait arriver de négatif. Le jeune Inu serrait une dépouille et pourtant, il sentait encore en lui cette terreur insondable qui avait habité cette carcasse maintenant vouée à une lente disparition en putréfaction et autres effluves peu supportables. Theorem caressa les cheveux du jeune garçon avant de se relever tout doucement. Il leva ses yeux rougies par les larmes devant cette créature qui ne semblait pourtant pas correspondre à une shinigami. Elle ne venait pas prendre son âme, mais elle le tourmentait. Ca ne ressemblait pas au comportement qu'il attendait d'une ramasseuse d'âme. Non, cette fois, il sentait une entourloupe quelque peu dépassée mais qui fonctionne toujours : le quiproquo.

"Il y a des choses dont je n'aurais jamais les réponses. Où va ce jeune garçon à son trépas... Un dieu bienveillant l'accueille-t-il dans son royaume une fois ses fautes expiées ? va-t-il retrouver ses parents décédés ? Aura-t-il un oeil omniprésent sur le monde depuis les cieux ? Seul son âme le sait désormais. Mais il y a une chose dont je suis sûr à l'instant..."

Il déposa doucement le corps du jeune garçon au sol avant de se relever après lui avoir fermé les yeux. Theorem se replaça totalement debout, regardant Isil de sa hauteur naturelle. Son regard était différent de d'habitude. D'ordinaire emplie de sympathie et de calme, il avait cette fois une expression beaucoup plus amère, désabusée, rejoignant du même coup une haine profonde. Il avait d'abord axé cette rage vers lui, mais maintenant sa colère de goule se tournait vers la créature qui semblait avoir accentué sa misère et sa décadence. Oui... Sa rage venait de virer de bord pour se tourner vers Isil.

"Je suis sûr que toi... créature, peu importe ton nom ou ta fonction, n'a pas d'âme. Tu es tel une charognard, un vautour de la pire espèce. Ce n'est pas de la mort dont tu te repais mais du malheur, de la peur, de la haine... de ma haine. Aimes-tu le menu que je t'ai offert, créature ? Si tu peux avaler autre chose, reçois tout le dégoût que j'ai pour toi à l'instant. Je te vomi ! Ce jeune garçon en valait un millier comme toi. Disparaît de mon regard à l'instant ! Ta perfidie et ta nature dégoûtante me donne simplement la nausée, pourriture. Je te met à la diète, il n'y a plus rien à glaner pour toi... je vais laisser le calme revenir en mon coeur..."

C'était gratuit et ça faisait du bien. Theorem ravala sa salive avant de lâcher un soupire sonore par ses narines. Il baissa les yeux vers le jeune garçon avant de le prendre dans ses bras. La crypte allait accueillir sa dépouille. Il chercha une case vide où déposer son corps et le mit de façon solennel comme le voulait sa religion. Un suaire une fois en place, il se mit à prier silencieusement pour son âme, peu importe le dieu qui le récupèrerait dans le firmament. Une fois sa prière terminée, il fit ce que beaucoup de monstres ayant un pacte avec le donjon de longue date pouvait faire.

"Dans la lumière, je t'appelle, Shiru..."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tears [Libre]

Message  Shiru le Mer 15 Fév 2012, 19:12

Shiru était assise sur son trône. Jambes croisée, elle avait les mains remplis d'une dizaines de papiers, remplis de toutes sortes d'informations diverses concernant le donjon. Anna, toute exciter comme toujours, arriva en courant, tendant un plateau rempli des biscuits tout chaud et fumant. Shiru jeta un coup d'oeil discret dans sa direction, avant de se retourner vers ses papiers, faisant comme si s'était de la plus haute importance et qu'elle n'avait pas de temps à accordée à Anna... En fait, la démone voulait simplement éviter une terrible indigestion causée par une surconsommation de biscuits.

- " Maîtresse Shiru, et si vous preniez un moment pour manger de délicieux biscuits? "

- " Je suis désolée Anna, mais comme tu peux le voir, je suis débordées... Ces problèmes concernant des pans de rempart qui s’effondre sont de la plus haute importance. "

La beastman se mit alors devant la puissante démone, fronçant ses jolies sourcils, la regardant avec l'air sévère d'une mère grondant son enfant qui aurait fait une bêtise. Shiru resta un moment impassible... Puis, elle déposa ses papiers, soupirant, avant de prendre un biscuits, le mangeant en prenant un air boudeur. Anna sourit à pleine dents, lui montrant encore le plateau... Shiru dû donc se resservir. Oui, même Shiru pliait l'échine devant Anna, quelque fois. Personne n'aime recevoir de coup de poêle à frire...

Tout aurait pu se finir ainsi, et Shiru aurait reprit sa lecture de ces papiers ennuyeux, quand soudain, elle se raidit, les yeux perdu dans le vide.

- " Dans la lumière, je t'appelle, Shiru... "

Reprenant alors ses esprits, Shiru soupira, laissant tomber ses papiers au sol.

- " Ahlala, je n'ai vraiment jamais de temps pour faire mon boulot... "

Se levant de son trône, la démone marcha jusqu'au milieu de la pièce, levant le bras, faisant par la suite un mouvement vers la droite, comme si elle balayait l'air. Soudain, sur le sol apparut alors un grand pentagramme rouge, brillant d'une lumière des plus sombre. Sans la moindre hésitation, Shiru bondit, traversant le sol comme si il était aussi solide qu'un point d'eau. Anna s'agita aussitôt, avant de sauter a son tour pour la suivre, n'ayant pas trop réfléchit, comme à ces habitudes...

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Dans la crypte, alors que Theorem appelait Shiru, un pentagramme apparut dans les airs, à plus de 2 mètres du sol. Brillant de flamme sombre, Shiru le traversa noblement, se posant avec grâce sur ses pieds, jetant un regard autour, avant d'arrêter ses yeux sur Theorem. Anna traversa a son tour, mais la pauvre jeune femme n'eu pas la même classe que sa patronne, trébuchant et tombant au sol.

Shiru, sans la regarder, regarda l'intérieur de la tombe. Elle hocha ensuite négativement de la tête, soupirant.


- " Les humains qui s'attaquent à nous sont vraiment de plus en plus jeunes... Je ne sais pas si ils croient que nous seront plus cléments avec eux en nous envoyant des enfants. "

Soupirant une nouvelle fois, elle tourna la tête vers Theorem, puis elle regarda Isil, mains dans le dos.

- " Alors, que c'est-il passer? Et pourquoi as-tu jugé qu'il était nécessaire de m'appeler, Theorem? "
avatar
Shiru
L'Invocatrice

Féminin
Messages : 207
Expérience : 408
Métier : Boss du Donjon

Feuille de personnage
Niveau:
50/50  (50/50)
Race: Demon
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tears [Libre]

Message  Theorem & Ishtar le Ven 24 Fév 2012, 15:19

Une fois la bienfaitrice Shiru apparue, Theorem eut un petit pincement au coeur en voyant aussi sa mère. Le pauvre Inu ne savait pas vraiment comment réagir en voyant non seulement sa grande patronne mais aussi sa mère. Seul face à une émotion encore brutale et à une amertume pesante à cause de la torture psychologique que venait de lui faire Isil, il ne put que réprimer un sursaut de malêtre et lâcher son klaive qui s'abattit au sol en levant un petit nuage de poussière. Theorem reniffla avant de s'approcher doucement de la maîtresse de maison.

"Grande Shiru la bienfaitrice..."

Il posa un genou au sol, baissant doucement la tête. Calmement, il retira son heaume qu'il déposa aux pieds de la boss, puis le petit poignard qu'il s'était acheté. Une fois désarmé, il tendit ses poignets devant la démone en cachant le plus possible son visage, regardant le sol. Il sentait en son fort intérieur que ce qu'il faisait était la seule solution à sa portée afin de sauver son âme et sa conscience encore humaine et plein de bon sentiments. Il devait payer pour avoir prit la vie d'un jeune enfant.

"... Je demande à être mit aux arrêts et être jugé pour un meurtre... J'aurais put éviter la mort de ce jeune homme. Je ne mérite pas de rester chevalier... Une fois ma peine purgée, vous serez seule juge si je suis encore digne de l'armure et de l'épée... Sauvez mon âme..."

Theorem pleurait... Sa voix était entre-coupée de sanglots. Ses bras tremblotants gainées de slime imploraient presque une paire de menottes. Il voulait payer... Il avait besoin d'un geôlier cependant. Qui Shiru allait choisir pour cela ?
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tears [Libre]

Message  Shiru le Jeu 15 Mar 2012, 13:48

Shiru regarda Theorem se mettre à genoux devant elle, pour ensuite la supplier. La démone l'écouta sans l'interrompre, ne laissant rien paraître de ce à quoi elle pensait. Elle connaissait cette réaction... S'était celle d'un homme au coeur bon. Malgré ce qu'il avait fait, shiru ne pouvait qu'admirer se coeur pure. Theorem était vraiment l'un de ces meilleurs chevalier... Il n'était pas son favoris pour rien. Mais elle comprenait ses raisons. Elle savait à quel point il souffrait... Elle gardait pourtant un visage implacable, le regardant toujours de "haut" - enfin, peut-on vraiment dire de haut vue sa taille? - avant de parler.

- " Très bien Theorem... J'ai écouter ta demande, et je te l'accorde. Je te met donc au arrêt, Theorem "

- " Mais! Shiru, tu, tu ne peux pas... "

- " Silence Anna! N'oublie pas que c'est moi qui fait la lois... "

Anna baissa la tête. Elle ne voulait pas voir son fils aux arrêt, elle savait qu'il n'avait rien fait de mal! Mais elle avait jurée allégeance a Shiru... Et puis, même si parfois Shiru pouvait sembler froide et cruel, elle faisait toujours tout pour le bien de tout le monde... Elle devait donc lui faire confiance, comme toujours.

Prenant les poignets tendus de Theo, Shiru utilisa l'un de ces multiples sortilège, les liants alors magiquement. Même l'homme le plus fort ne pouvait se libérer de ces liens magiques... Elle fit se relever Theorem.


- " Je vais t'enfermer dans le cachot. Tu y resteras aussi longtemps que je le jugerai nécessaire, pour te laver de ton crime. "

Elle se retourna et commença a marcher. Theorem se senti alors comme tirer vers Shiru. Il était forcé de la suivre... Anna, le coeur brisée, commença a les suivre. Il ne lui restait plus qu'a croire en leur protectrice et d'espérer que son fils irait bientôt mieux...
avatar
Shiru
L'Invocatrice

Féminin
Messages : 207
Expérience : 408
Métier : Boss du Donjon

Feuille de personnage
Niveau:
50/50  (50/50)
Race: Demon
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tears [Libre]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum