La Rose de serpent [PV Ophyde]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Dim 01 Avr 2012, 13:47

La Forêt maudite, bien que contenue par les remparts du Donjon, était, il fallait bien l'avouer, très étendue. Suffisamment en tout cas pour que l'on y retrouve des zones plus ou moins denses, plus ou moins inquiétantes. Ainsi certains pans entiers de ces bois ne recevaient jamais plus qu'une demi-lumière, ou plutôt une mi-ombre à vrai dire puisqu'il était difficile ici de parler de lumière. Ces zones n'étaient jamais totalement éclairées, même lorsque de le Soleil tapait dru au plus haut des cieux. De ce fait, l'humus s'accumulait dans ces coins humides et la faune comme la flore était bien différente du reste de la forêt. Plus ici de clairières ensoleillées peuplées de fleurs colorées et odorantes. Plus d'arbres fins et aux feuilles presque transparentes qui jouaient avec les rayons lumineux. Plus non plus d'oiseaux qui chantaient à tue-tête avant de repartir chasser quelques grillons et papillons.
Non, c'était là le règne des arbres noueux et épais, des fourmis et autres vers de terre qui grouillaient dans l'humus, des quelques bêtes tapies dans l'ombre d'un tronc pourrissant et autres branches touffues. En vérité, cette région qui pouvait paraître si angoissante était, et de loin, celle qui contribuait le plus à la réputation de malédiction de cette forêt.
Mais la végétation dense de ces bois sombres et humides ne rebutait pas tout le monde, et même en attirait certains. Il faut dire que tous les monstres n'étaient pas partisans des rondes dans les clairières où l'on chantait et l'on buvait. Bon, en l’occurrence, c’était bien le cas de Tunski, farfadet gourmand et fêtard oblige. Mais il aimait aussi comme personne à trainer dans les futaies sombres. Après tout, le rôle de garde forestier que lui avait confié cette démone de patronne comprenait, entre autres, l’entretien de la réputation de Forêt maudite, tâche qui lui seyait comme un gant.

Ainsi il était là en cette matinée fraîche, dormant tranquillement à l’abri d’une Hellébore noire, une plante aux petites fleurs blanches rosacées et aux racines noires. Du fait de sa grande toxicité, cette herbe-aux-fous comme la nommaient parfois les longues-jambes était l’une des plus élégantes fleurs aux yeux du petit empoisonneur.
Il somnolait donc, à l’abri dans la tige de la petite plante lorsqu’une masse vint s’appuyer sur lui et la plante, les écrasant tout deux et les arrachant presque de terre. Aussitôt réveillé, il sortit de la petite plante torturée alors que la masse relâchait tout juste sa pression, ivre de colère. Qui dérangeait ainsi son sommeil ? Et surtout qui osait maltraiter ainsi une plante si délicieusement vénéneuse ?


"Nan mais ça va pas ?" lança le petit follet à l’attention de la femme-serpent qui lui tournait le dos.
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Jeu 05 Avr 2012, 13:25

Fini! J'avais enfin fini de graver tout la pièce qui me servirais pour partir en transe en toute sécurité. Certes elle n'était pas fini car il faudrait encore peindre les runes de protection afin de parfaire leur pouvoir mais pour les peindre il fallait des pigments et de l'huile. Or ces deux types de substances étaient cher...Voir très cher...J'en revenais donc au même problème : l'argent. Sauf que maintenant j'avais tout mon temps, ou presque, pour remplir mes stock de plantes et de potions et ainsi répondre à une demande potentiellement plus conséquente. Ainsi j'étais depuis le petit matin dans la forêt pour la parcourir de long en large un sac en bandoulière qui se remplissait au fil des heures.

Au début la forêt était des plus banal et me fournissait des plantes de la même nature : banales elles ne pouvaient aucunement procurer quelques effets magique nécessaire dans une potion. Certes ce genre de bois avait ses avantages comme fourmiller d’œufs et de surmulot, je ne m'étais d'ailleurs pas privé d'en profiter...Mais ce n'est pas ce que j'avais recherché en allant dans la forêt maudite. Alors j'avais continué, plus j'avançais plus les arbres devenais denses et tortueux, la lumière du jour ne passait plus et à tout heure de la journée on avait l'impression d'être au crépuscule. C'était le milieu presque parfait (presque car j'avais toujours une préférence pour les marais en tout genre) les plantes qui vivaient dans des milieux aussi restreints devaient développer des techniques pour compenser le manque des ces lieux et c'était ces techniques parfois très...imaginatives qui les rendaient parfaite pour les potions.

Cela faisait un certain temps que je me faufilais entre les tronc sans grand résultat quand une odeur bien particulière m'apprit qu'une Hellébore fétide se trouvais non loin. À faible dose elle était un remède pour des problèmes de cœur ou contre la goutte, mais surtout sa racine m'étais utile pour une poudre de transe et quelques potions visant l'esprit. Ça me chagrinais un peu de devoir arracher une plante car cela voulait dire qu'elle ne serait plus là pour réapprovisionner, alors souvent je me limitais à un plant ou deux et laissait les autres en place. L'odeur caractéristique du pied de griffon n'était pas dû à mon imagination car quelques mètre plus loin j’aperçus plusieurs pieds de bonne qualité. Je m'en penchais au dessus de l'un d'eux et pinçai le bas de la tige avec mon pouce et mon index, j'enfonçai mes ongles griffus dans la terre pour m'aider à en dégager la racine et tirai d'un coup sec et vif. Je m'apprêtai à secouer la plante pour enlever une bonne partie de la terre attaché à la racine quand une voix aiguë se fit entendre dans mon dos. Je me retournai pour voir rien au premier coup d’œil qui avait tendance à ne pas chercher plus loin que ma hauteur de vue. Intrigué je me mis à scruter plus méticuleusement les environs et aperçut un petit être bleu ailé comme une libellule...Une fée mâle? Je penchai ma tête sur le côté avec un regard interrogateur.

"Si ça va...Pourquoi une telle question?"
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Sam 07 Avr 2012, 13:10

Ainsi donc, c'était une longue-pas-jambes qui venait le tirer si douloureusement de ses rêveries ? Cela le calma quelque peu, il connaissait suffisamment ces créatures pour savoir qu'elles avaient parfois tendance à ne pas faire attention à ce qu'il y avait autour de leur queue. Donc même s'il lui en voulait d'avoir ainsi écrasé l'hellébore, c'était toujours mieux que si ce crime avait été commis par un quelconque longues-jambes.
Mais alors qu'il était sur le point de s'adoucir -du moins autant que peu l'être un follet pernicieux- la lamia se retourna pour lui faire face et prononça quelques mots seulement, mais qui suffirent à rappeler son ire.


"Si ça va...Pourquoi une telle question?"

"Pourquoi ? Et moi qui croyais que c'était à cause de leurs jambes que les Grands-dadais étaient idiots ! Visiblement pas besoin de jambes pour ça en fait..."

Irrité, il voletait en tout sens autour et au dessus de la reptilienne, l'obligeant à tourner et retourner la tête si elle voulait le suivre du regard. C'était un comportement qu'il avait souvent, notamment parce qu'en plus d'embêter son interlocuteur, il avait là l'occasion parfaite pour l'observer sous toutes les coutures.
A vrai dire, son énervement cachait une bonne part de curiosité. S'il avait vu et persécuté -comme toute autre créature- des centaines de serpents au cours de sa vie, il n'avait jamais croisé que deux lamias. Mais cette troisième-ci était bien différente, ne serait-ce que de par sa sombre peau, rehaussée de lignes claires entremêlées. Il ne savait pas ce qu'ils voulaient dire, mais il avait toujours été attiré par ce genre de dessins qui lui rappelaient les pierres gardiennes de Mistë.
Il nota aussi les têtes de petites créatures qui pendaient à sa ceinture. Elles n'étaient pas bien grandes et il se demanda un instant si elles provenaient d'esprits du petit peuple, avant d'éloigner cette idée: à sa connaissance lorsqu'un farfadet ou autre esprit meurt, son corps de dissipe rapidement, retournant à la nature.

Puis il remarqua enfin ce qu'Ophyde tenait en main: de l'hellébore justement. Ainsi donc elle connaissait cette plante ?


"J'étais sur le point de te dire ce que je pensais des sombres idiots qui, comme toi à l'instant, écrasent une plante aussi superbement parfaite que la Folle-griffes-noires..." commença le follet en venant se placer à quelques centimètres du visage de la lamia, l'obligeant à loucher, pour lui parler les yeux dans les yeux. Fait difficilement perceptible mais annonciateur, la peau de l'esprit des bois se fit un peu moins sombre, signe qu'il se calmait. "Mais en fait il semble que tu saches aussi pourquoi cette fleur est magnifique, puisque je vois que tu as cueilli des griffes noires. Donc on va dire que tu n'as pas fait exprès, pour cette fois en tout cas... Par contre...

Filant de toute la vitesse de ses petites ailes agiles, il fila en piqué vers le sac de la jeune femme-serpent. Bousculant au passage une ou deux têtes réduites, il plongea prestement sa minuscule main dans l’entrebâillement de la poche de cuir, il en extirpa une petite baie rouge puis prit appui sur la peau écailleuse pour repartir tout aussi rapidement vers les sombres frondaisons. Il avait beau ne pas être magicien pour un sou, sa nature d’esprit des bois lui permettait de voir les courants de magies s’enrouler autour de l’environnement : les plantes magies arboraient donc à ses yeux un éclat irrésistible qu’il percevait même à travers le cuir.

"Voilà qui te fera pardonner !" lança le malicieux, assis sur une branche. Tout en mordant goulument dans le petit fruit appétissant, il voulut satisfaire sa curiosité :
"Mais tu fais quoi dans le coin ? Tu ramasses à manger ? Ou tu récupères du poison pour tes armes ?
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Lun 09 Avr 2012, 21:01

"Pourquoi ? Et moi qui croyais que c'était à cause de leurs jambes que les Grands-dadais étaient idiots ! Visiblement pas besoin de jambes pour ça en fait..."

C'est bien gentil de me traiter de stupide, mais il ne m'informait pas sur ce qui l'avait énervé...Et puis pourquoi était-il énervé? Il ne venait pas de me demander si j'allais? Peut être que j'avais mal compris sa question... Et puis zut à la fin! C'est quoi cette langue qui utilisait des termes pour dire deux choses différentes? Et pourquoi il me volait autour comme un papillon de nuit autour du feu? Je n'essayais même pas de suivre ses mouvements, non pas que j'eusse eu l'habitude de se genre de comportement mais autre chose attirait mon attention : juste à côté de ma queue se relevait difficilement une hellébore. Zut...J'étais sur d'avoir fais attention où je mettais ma queue! Je me penchais légèrement pour voir l'étendue des dégâts. Bon, ils ne semblaient pas si conséquents que ça...Disons que la plante s'en remettrait facilement sans aide.

Contente, de n'avoir détruit deux pieds au lieu d'un je me redressais pour me retrouver avec l'être aux ailes de libellules presque sur mon nez. Au moins on ne risquait de le perdre de vu de cette façon...Il m'apprit de bien étrange façon que son énervement était dû à la victime de ma queue. Instinctivement je reposais les yeux sur la précieuse herbe-aux-fous, peinée. Étrangement le fait d'avoir arraché un autre pied n'avais déranger le petit être bleu, au contraire cela m'avait peut être sauvé de sa colère. Le fait qu'il parle de la plante toujours dans ma main me rappelais qu'elle n'était toujours pas rangée. Mais je n'eus pas le temps d'ouvrir mon lourd sac que déjà le petit lutin ailé en sortait avec une baie de raisin des ours.

*Et! Mais j'ai eu dû mal à en trouver en cette saison! Il va me le payer ce...*

"Voilà qui te fera pardonner ! Mais tu fais quoi dans le coin ? Tu ramasses à manger ? Ou tu récupères du poison pour tes armes ?"

Son pique m'arrêta le doigt en l'air, la bouche à moitié ouverte pour émettre une tirade rageuse qui n'eut pas lieu...Si c'était le prix à payer pour avoir écraser une hellébore noire, je voulais bien laisser passer. Puis il m'en restait encore assez dans le sac pour faire un petit test en plus des potions à vendre. Je rabaissais mon doigt et refermais ma bouche avant qu'une mouche ne décide d'y rentrer et regardai dans la direction où j'avais vu disparaître l'être bleu.

"Ni l'un ni l'autre, c'est pour des potions ou des infusions curatives que je remplis se sac de simples depuis se matin. Et toi que fais-tu ici? Tu protèges les plantes d'agresseurs inexpérimenté?...Et quel genre d'être es-tu...Tu ressemble à une fée, mais se terme ne s'utilise que pour les femelles non?"
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Dim 15 Avr 2012, 13:33

La posture d'Ophyde, figée alors qu'elle s'apprêtait à répondre au farfadet, était pour le moins comique. Suffisamment drôle à vrai dire pour provoquer chez le petit être une crise de rire, l'obligeant à reporter son grignotage. Puis enfin, à son grand regret, elle reprit une pose plus normale, pour enfin lui répondre, visiblement plus calme.

"Ni l'un ni l'autre, c'est pour des potions ou des infusions curatives que je remplis se sac de simples depuis se matin."

L'herboriste était donc une guérisseuse... C'était courant chez les elfes et le fées que fréquentait Tunski autrefois, mais voilà bien une profession que le follet ne comprenait pas. Bon, il fallait bien avouer aussi qu'il ne cherchait pas à la comprendre, ce qui n'aidait pas... En fait tout ce qui l'intéressait chez les cueilleurs de plantes, c'était qu'on trouvait souvent chez eux de quoi grignoter en abondance sans se fatiguer à chercher, élément qu'il appréciait.

"Curatif ? Pour soigner, quoi... Ça explique pourquoi ton sac brille plus de blanc que de noir... Pouah, c'est quoi cette manie de vouloir guérir alors que les poisons sont tellement plus admirables... Mais bon, comme les fées me le répétaient sans cesse, "Il faut faire le bien, c'est cruel de faire souffrir les gens !"" Il marqua une courte pause puis continua, hilare, "En fait je n'ai jamais compris cette phrase ! A moins que cruel ne soit synonyme de drôle, mais ça n'en avait pas l'air..."

"Et toi que fais-tu ici? Tu protèges les plantes d'agresseurs inexpérimenté?...Et quel genre d'être es-tu...Tu ressemble à une fée, mais se terme ne s'utilise que pour les femelles non?"

Tunski, qui avait recommencé à grignoter, toujours assis sur sa branche, sourit face aux suppositions de la jeune femme-serpent. Finissant de mastiquer, il répondit tout sourire, d'un ton à la fois sadique et amusé.

"Ce que je suis ? Ce que je fais ? Oh, bah ce n'est rien de bien compliqué. Cette forêt a la réputation d'être maudite, donc moi je m'assure que cette réputation soit vérifiée ! Je viens tourmenter ceux qui pensent que tous les bois sont calmes, je venge les plantes en faisant aux longues-jambes une démonstration des délicieux poisons qu'elles abritent et surtout, j'explique avec grand plaisir aux humains que la forêt ne veut pas d'eux !" Son sourire s'élargissait au fur et à mesure qu'il énumérait quelques unes de ses responsabilités. Quand la démone avait accepté qu'il soit le garde de la forêt, elle n'avait peut être pas en tête ces aspects de son métier. Mais lui, il y avait bien réfléchi: il n'était pas là pour faire découvrir les bois aux randonneurs mais bien pour leur démontrer que les forêts sont vivantes et hostiles aux profanateurs ! Bon, et puis, pour le moment, il n'avait encore assassiné personne: même l'humain de l'autre jour s'était enfoncé seul son coutelas dans la poitrine parce qu'il n'avait plus de forces et qu'il se croyait entouré d'une horde de créatures...
Sortant de ces délicieux souvenirs, il reprit son explication:
"Quant à ce que je suis... Eh bien je suis un esprit des bois, tout simplement ! Non pas une de ces petites fées toutes gentilles, ah non ! Je suis un malicieux, un démon des forêts, terreur minuscule, empoisonneur insaisissable. On porte bien des noms, mais on est tous pareils au fond, on fait la sélection naturelle dans la forêts: ceux qui nous paraissent sympa survivent, les autres partent en courant, quand ils le peuvent..."

Croquant le dernier morceau de baie qui lui restait, le follet disparut soudain. Seul restait le petit grain du fruit, laissé par l'elfe, qui, après un instant d'hésitation, tomba. Le petit être s'était comme volatilisé, délaissant la branche. Un instant, l'endroit resta silencieux. Puis, aussi soudainement qu'il était partit, il réapparut allongé sur une grosse racine de l'arbre, confortablement installé comme pour digérer son repas -car lorsque l'on fait une trentaine de centimètres, une baie a la taille d'un melon pour un longues-jambes.

"Ah, ça fait du bien un petit repas ! Ça faisait quelques jours que je n'avais plus mangé de ces baies en plus. Bon, par contre tu aurais pu mieux choisir... Je connais un coin où elles sont délicieuses, tu aurais du aller là bas au lieu de prendre la première qui passait. Ah ça, ça va vite mais ça voit pas grand chose à cette taille là."
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Jeu 19 Avr 2012, 14:21

Ainsi il était un esprit de la forêt? J'aurais imaginé ça plus...Moins parlant...C'était un genre de lutin malicieux avec des ailes pour faire encore plus de bêtises. Un sourire se dessina sur mes lèvres, j'aimais bien se genre de petits êtres.
Alors qu'il disparu, laissant un pépin de la baie qui ricocha sur quelques branches avant d'atterrir définitivement sur le sol, j'en profitais pour lui répondre me doutant que même invisible à mes yeux il ne devait se trouver bien loin. Je l'avais fais rire et c'était un signe que l'avais intéressé au moins un instant.


"Si je fais des potions curatives c'est à cause de la demande...C'est ce que je vends le plus en se moment. Faut dire aussi que pour des potions plus...intéressantes que je connais il faut des plantes qui n'existent en ses lieux...Je cherches à les remplacer part des simples d'ici mais sans succès pour l'instant..."

Je le vis réapparaître sur une racine. Je m'approchai en faisant attention ou je sillonnait pour éviter d'écraser de nouvelles plantes puis me baissait pour être au niveau du farfadet.

"Ah, ça fait du bien un petit repas ! Ça faisait quelques jours que je n'avais plus mangé de ces baies en plus. Bon, par contre tu aurais pu mieux choisir... Je connais un coin où elles sont délicieuses, tu aurais du aller là bas au lieu de prendre la première qui passait. Ah ça, ça va vite mais ça voit pas grand chose à cette taille là."

Sa réflexion me fit sourire, ça fait toujours du bien de manger. Mais surtout il connaissait un coin où il y avait des raisins des ours dignes de se nom! Je le regardai captivé par ce qu'il venait de m'apprendre.

"A bon? Il y aurait-il moyen que tu me montres ce lieu en échange de quelque chose?..."

J'espérais juste qu'il ne me demanderais pas des choses impossibles comme monnaie d'échange...Comme de l'argent...
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Lun 23 Avr 2012, 01:02

Le follet, du fait de sa capacité d'attention restreinte mais aussi de la multitude d'information que lui transmettait l'arbre, n'écoutait que distraitement Ophyde pendant sa brève disparition. A vrai dire, s'il était resté invisible si longtemps, c'était parce qu'il avait senti, à travers les sens de cet ami sylvain, un petit grimpereau installer son nid dans une anfractuosité de l'écorce. Aussi, prenant son rôle de garde forestier et de gardien de la réputation de malédiction de la forêt très -trop diraient certains- à coeur, il se fit un devoir de faire un détour pour l'embêter, lui murmurant quelques mots en apparence innocents. Mais pour l'oiseau qui ne parvenait pas à comprendre d'où provenaient ces étranges sons, l'expérience était des plus étranges. Le résultat ne se fit pas attendre car il s'enfuit à tire d'aile sans chercher plus avant la cause de son tourment.
Mais être distrait n'empêche pas t'entendre ce qui se dit alentour, surtout si, comme Tunski, on a tendance à voir ses longues oreilles trainer à la recherche de distraction. Aussi il avait saisi quelques mots qui étaient venus titiller sa curiosité:
"... intéressantes ... des plantes qui n'existent pas en ces lieux ...". Oh, ce n'était certes que quelques mots, mais tout ce qui était susceptible de lui en apprendre plus en ce qui concernait les poisons et autres drogues, il était toujours preneur !

"Et elles font quoi de beau ces supers plantes ?" demanda-t-il tout curieux, un sourire tant à la fois joueur et pervers se dessinant sur son visage de petit empoisonneur. "Si elles sont intéressantes, ce doit être des poisons violents, pas vrai ? Tu sais où il y en a dans le coin ? Tu veux bien me montrer ? Allez, dis oui, dis oui !"

Eh bien oui, il n'avait bel et bien pas écouté grand chose de ce qu'avait dit la femme-serpent... Mais il avait, à son sens tout du moins, une excuse imparable: il devait embêter un oiseau ! Il avait beau aller vite, il ne pouvait pas non plus tout faire. En tout cas, pas si ce n'était pas très marrant.

Mais la discussion avait changé de sujet depuis que le farfadet avait évoqué son coin à baies-froides.


"A bon? Il y aurait-il moyen que tu me montres ce lieu en échange de quelque chose?..."

"Bah... Tu connais pas le coin ? Pourtant on le repère de loin: il fait un froid de canard de ce côté là ! J'avais raison en fait: vous allez vite mais vous ne regardez pas où...

Il hésita un instant à lui montrer le chemin: son travail était de terroriser, pas de guider... Et puis il n'avait pas envie qu'on lui pille ses réserves si durement méritées. Oui, méritées, tout à fait: il travaillait à l'oeil pour le Donjon. Pour la gloire diraient certains, bien que dans son cas ce soit plutôt pour le plaisir de faire souffrir. De ce fait, il considérait mériter toute nourriture sur laquelle il mettait la main du moment qu'il était capable de la transporter ou de l'ingurgiter sur place !
Puis il se remémora un point essentiel: elle pourrait sûrement cueillir les baies à sa place ! Parce que bien qu'il raffole de ces baies des ours et qu'il connaisse l'endroit parfait pour les cueillir, il hésitait toujours à se rendre là bas... Il ne supportait pas le froid: c'était pour lui l'hiver et le signal qu'il devait chercher un arbre vigoureux qui l'accueillerait pour cette longue pause que s'accordait la forêt et ses esprits. Et puis la zone était déjà gardée, et farouchement même, par un autre monstre, moins vicieux mais bien plus puissants, aussi n'avait-il pas tellement besoin de surveiller l'endroit.

Ayant hésité suffisamment longtemps à son sens, c'est à dire une poignée de seconde, il avait finalement prit sa décision. Vif et leste, il bondit sur ses pieds mais ceux-ci ne touchèrent jamais le sol comme les ailes du follet se mirent à vrombir. Et ainsi, en l'espace de quelques instants, il s'était éclipsé, laissant Ophyde là pour zigzaguer à vive allure entre les troncs.

Il fallut presque une minute entière pour que, remarquant l'absence de la demoiselle serpentiforme, il revint à l'endroit où il l'avait laissée. S'agrippant à une branche dans son dos, pendu par les bras et laissant ses jambes menues pendre de le vide, il lança avec un sourire espiègle:


"Eh bah alors, tu fais quoi ? Tu veux que je te montre ou pas ?"

Il ponctua sa phrase d'un bref bourdonnement d'ailes, signifiant qu'il n'attendait qu'elle pour se remettre en route. Mais son impatience cachait bien sûr une nouvelle plaisanterie, comme toujours avec lui, car il se demandait bien combien de temps il lui faudrait pour réussir à la perdre parmi les sombres futaies. D'autant qu'ils avaient un peu de chemin à faire, et il pariait contre lui même pouvoir l'égarer au moins trois fois dans ces bois qu'il commençait à bien connaître.
Mais il aimait bien cette herboriste à la langue fourchue - c'était d'ailleurs peut-être cette langue que la fame voulait mensongère qui attirait son affection, entre autres - et il reviendrait sur ses pas pour la chercher s'il réussissait son coup. Du moins, sûrement. Tout dépendait bien sûr des autres distractions qu'il ne manquerait pas de dénicher en chemin.


Spoiler:
Je suis un peu fatigué, donc il est bien possible que j'ai laissé passé une bonne dose de fautes et je m'en excuse...
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Ven 27 Avr 2012, 20:48

Alors que j'attendais qu'il finisse sa phrase, il se leva d'un coup et partit tout aussi rapidement en volant comme un oiseau mouche. Quand il revint, je débattais encore avec moi même pour savoir : s'il avait fuit pour x raison ou s'il était parti chercher quelque chose pour illustrer la fin de sa phrase. Et bien apparemment ni une partie ni l'autre de mon esprit avait vu juste! D'après se qu'il me demanda dans un sourire narquois, il était parti pour me montrer ou trouver des baies des ours...C'était bien malin de partir sans prévenir qu'il allait là bas...Je suis pas devin! Même si j'avais tendance à pas vérifier si on me suivait j'expliquais toujours mes départs si on voulait me suivre...Enfin le plus souvent...Quand je pensais à le dire...Oh et puis zut!

Je le suivit en croisant les doigts pour ne pas le perdre de vu où pas me perdre tout court...Enfin me perdre j'avais l'habitude, mais les autres eux ne l'avaient pas. La première fois que j'étais partie à la chasse dans les marais avec un groupe de reptiliens j'avais réussit à ne pas me perdre pendant la première demi-heure...La journée qui suivit cette demi-heure fut un long chemin avant que je me retrouve au camp. J'avais eu le droit à un drôle d'accueil ce soir là, apparemment un groupe m'avait chercher pendant la journée avant de rentrer bredouille au camp, ils m'avait cru morte. Il faut avouer que ces marais n'étaient pas des plus accueillants, surtout pour une jeune inexpérimenté dans la défense physique qui avait des crises de démences... Depuis j'avais pris l'habitude de m'accrocher par divers manières à la personne qui ne voulais me perdre.

Tout en sinuant entre les arbres en faisant attention de ne pas écraser les maigres plante que croisait ma queue, je me remémorais ce que m'avait dit le follet à propos de son coin à baies. Avec sa disparition inexpliquée je n'avais eu le temps d'assimiler ses dires...Il avait expliqué quoi d'ailleurs? Il m'avait demander où ce trouvait les plantes dont j'avais besoin? Non...Ça c'était avant...A oui, il avait parler d'un froid de canard...Bon je comprenais pas trop pourquoi un canard avait affaire là dedans, mais il avait dit froid?!...Froid comment? Non parce que il faisait froid là...Alors plus froid! Aussi froid pour avoir ce truc blanc et froid que tout le monde appelait neige? D'ailleurs, beaucoup de personnes s’extasiaient face à cette "merveille de la nature qui épurait tout"! Une merveille de la nature...La pire chose qu'elle est inventé oui! C'était froid, humide et encore plus froid à cause de l'humidité...Il n'y avait aucune plantes qui vivaient, c'était pas des paysages épurés que je traversait quand il avait neigé mais des paysages de mort. Si s'en était pas ça y ressemblait beaucoup, aussi silencieux qu'après les ravages d'une tempête et les arbres aussi nus qu'après un feu : la mort. Je maudissait cette neige qui me donnait qu'une envie me terrer dans une grotte ou un trou pour y dormir le temps que ce fléau blanc ne fonde.

Je relevais la tête pour voir qu'aucune petite tâche bleue volait devant moi... Ba, il devait pas être bien loin. Et s'il n'était pas loin c'est qu'il pouvait m'entendre, je haussais quand même la voix avec des petits yeux inquiets, c'est on jamais.

"Heu...Quand tu as dit qu'il faisait froid là où on va, c'est froid comment? Assez pour devoir s'habiller? Ou encore plus froid?...Parce que c'est pas que le froid m'aime pas, c'est moi qui l'apprécie guère..."
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Sam 28 Avr 2012, 18:44

Beaucoup de ceux qui s'y connaissent à propos du petit peuple disent des follets qu'ils sont particulièrement étourdis, ce qui se traduit souvent dans leur manière de se déplacer, changeant sans cesse de direction comme si ils ne savaient pas où ils allaient. Cela est sans aucun doute la vérité. Et Tunski ne comptait pas faire mentir ces érudits du dimanche.
Il avait beau savoir parfaitement où il se rendait, il ne connaissait que vaguement le concept de "chemin le plus court". Oh, en intérieur, il l'utilisait très souvent, profitant de sa petite taille et de ses ailes pour se faufiler dans des passages incongrus, évitant ainsi les dédales de couloirs qui auraient tôt fait de l'égarer. Mas en extérieur, et en forêt en particulier, il n'était pas rare de le voir faire de grands détours parce qu'il avait vu briller des gouttes d'eau ou tout simplement par plaisir. Si quelqu'un s'était amusé à le suivre une journée durant et à noter ses déplacements sur une carte, il y aurait rapidement vu apparaître de larges dessins sans queue ni tête -avant de voir sa carte disparaître tout simplement sous l'encre symbolisant les mouvements constants du farfadet.
Mais même sans carte, son mouvement était chaotique, en particulier dans les bois. Il slalomait à vive allure, tantôt entre les troncs, tantôt entre les branches. Il ne restait jamais bien longtemps à la même altitude, aussi était-ce déroutant pour ceux qui restaient fixés au sol de le voir disparaître dans les frondaisons pour reparaître quelques mètres plus loin, rasant le sol. Plus étrange encore, il usait et abusait de son étrange pouvoir d'harmonie avec les plantes pour, par moments, purement et simplement traverser un tronc, sans prendre le temps de le contourner. Cette attitude n'était d'ailleurs pas nécessairement un gain de temps, car il s'y attardait souvent quelques secondes pour communiquer avec le végétal.

Mais le plus problématique lorsque l’on suivait un farfadet comme celui-ci était encore une fois leur capacité d’attention limité. Outre le fait qu’ils oubliaient parfois où ils étaient censés vous accompagner ou, pire encore, que vous les suivez, ils avaient la fâcheuse manie de partir faire autre chose pour, parfois seulement, revenir un instant après. C’est exactement ce qui se passa avec celui-ci.
Lors de sa dernière traversée d’avec un arbre, il avait senti qu’évoluaient sur ses branches un petit être de fourrure, l’un des compagnons de jeu préférés de l’esprit des bois : un écureuil. Ni une, ni deux, le monstre miniature fila vers les branchages, à la recherche de la tache rousse qui avait poursuivi son chemin arboricole, accélérant même lorsqu’il se vit poursuivi.


*Bah ? Il me fuit ? On se serait déjà croisés il faut croire.* pensa Tunski, ne ralentissant pas pour autant.

A vrai dire, le follet accéléra même et cette course dura bien quelques minutes, l’écureuil passant tant sur que sous les branches, changeant de trajectoire au dernier moment et effectuant de longs sauts pour semer son poursuivant qui, ailé, continuait à la même allure sans encombre. Puis l’animal décida que le jeu avait assez duré et, avisant un nouveau grand chêne, fila à toute vitesse vers son sommet, empruntant la large piste que formait le tronc. L’esprit des bois s’arrêta net, tirant la langue au fuyard : il devinait que celui-ci allait s’enfermer dans l’un de ses nids pour qu’enfin on lui fiche la paix.

Aussi Tunski se retrouva à nouveau seul dans les bois. Puis, avisant une vipère qui se faufilait dans l’humus au dessous de lui, il se souvint de la raison de sa présence dans ce coin de la forêt. Il repartit donc, ne se sentant pas coupable pour un sou, pour retrouver la lamia qui était restée en arrière, ayant visiblement perdu sa trace pendant qu’il jouait avec son ami grimpeur.
Il retrouva Ophyde, seule, qui le cherchait du regard, proche de l’endroit où il l’avait laissé. Elle ne faisait guère attention au bruit qu’elle faisait et, pour qui vit toutes les heures de sa vie en forêt, un être comme elle émettait de loin un boucan certain, précédé par le silence ou l’affolement des autres habitants du lieu. Il la retrouva donc facilement et, amusé, s’assit sur une branche basse, attendant qu’elle le remarque enfin.


- Eh bah alors ? On visite ou on va cueillir ? ricana-t-il dès qu’il fut sûr qu’elle l’ait vu. Il fallait le dire si tu ne suis pas la cadence. Je t’en voudrais pas d’être lente, c’est pas si rare chez vous autres, les grands-trucs.
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Sam 05 Mai 2012, 00:38

Alors que je lui demandais s'il faisait vraiment froid dans le lieu où on allait, mon attention fut attirée par une tache rouge au sol. Je me tournais vers le petit amas de champignons rouges aux points blancs pour en couper deux pieds. Le farfadet devait être loin vu qu'il ne m'avait répondu donc autant rester ici à ramasser des amanites tue-mouches qu'avancer au hasard et risquer de me perdre. Je fit bien attention de prendre deux pieds jeunes mais pas trop, pour que leur toxines soient assez efficaces pour la transe. C'est en observant quelques animaux en abuser que l'idée m'était venue de les tester, tout comme certaines plantes aux propriétés à la fois toxiques et hallucinatoires. Au bien sur, au début, j'avais attendu de croiser le chemin d'humains, pour tester sur eux. Et j'eus bien fais car ce champignon c'était avéré en plus de d'aider à partir en transe, un parfait purgatif...Voir un peut trop parfait...Le problème était donc les doses, trop peux et on n'avait rien ou presque et en trop grande quantité c'était l'hécatombe, chez les cobayes, sans qu'ils ne s'en rendent compte tellement il étaient loin dans le monde des esprits. J'en ai usé des humains pour trouver les bonnes doses, mais maintenant je les connaissais et je ne les oublierais. Et puis elles sont nombreux ces bêtes là, un peut d'épuration dans leur rang pour la connaissance il n'y a pas de mal à ça, non?

Ainsi j'étais restée sur place pour une cueillette. Une fois seulement les champignons de chaman dans ma besace je relevai le nez pour repartir et bien...En face de moi ça avait l'air d'être une bonne orientation. Mais à peine avais-je écrasé une feuille sèche au sol que le follet se manifesta, assit sur une branche juste à mes côtés.

"Eh bah alors ? On visite ou on va cueillir ? Il fallait le dire si tu ne suis pas la cadence. Je t’en voudrais pas d’être lente, c’est pas si rare chez vous autres, les grands-trucs.

Décidément j'avais beaucoup de mal à comprendre ce qu'il disait...J'étais ici pour cueillir, c'est ce que je faisais quitte à m'arrêter et perdre la cadence. Ne voyant que répondre je haussai les épaules et repris le chemin...Enfin chemin, façon de parler, j'avançais quoi...Après suivre un chemin c'était une autre affaire. Tout en avançant à mon rythme, qui variait au fil des minutes, je lui reposai ma question. Il fallait dire que j'y tenais à savoir s'il faisait froid, ou froid froid, ou encore plus froid.

"Dis moi, tout à l'heure tu as dit que là où on allait il faisait froid...Par froid tu entendais quoi? Froid comme quand il fait nuit? Comme quand les arbres enlèves leurs feuillages?...Ou quand...Quand la nature est morte?..."

Bon, voilà il n'avait plus d'excuses pour ne pas me répondre. Je ne savais pas s'il me suivait ou non, mais je me doutais qu'il ne devait être bien loin. Voir encore plus proche à rigoler si je m'était trompée de direction. Mais une chose était pratiquement sur, il m'avait entendu cette fois là.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Dim 10 Juin 2012, 18:13

Toujours installé sur sa branche, le farfadet observait la femme-serpent qui semblait vouloir lui prouver qu'elle ne connaissait pas bien cette forêt. Puis, finalement impatient d'arriver, il s'envola pour passer à vive allure sous le nez de sa nouvelle amie puis de changer brusquement de direction, empruntant celle qui les mènerait au fameux coin à Raisin des ours.
Mais ces petites acrobaties ne l'avaient pour une fois pas empêché d'écouter ce qu'on lui disait. Visiblement, elle aussi était du genre frileuse. Eh bien tant mieux pour lui, cela signifie qu'ils seront aussi peu enclins à traîner dans le coin l'un que l'autre.


"Il fait froid comment ? Disons qu'il fait... hiver." murmura Tunski, frissonnant en prononçant ce dernier mot, synonyme de léthargie pour sa race. Puis il reprit des couleurs et expliqua en murmurant : "L'histoire est plutôt marrante par contre. Je la tiens d'un ami qui vivait là bas. Lui et son frère ont été dérangé en pleine sieste par une bande d'humains errants: quelques guerriers dans ces tonneaux de fer qu'ils affectionnent tant et une saleté de magicien de glace. Comment peut-on décemment utiliser la magie de glace d'ailleurs ? C'est tout gelé, tout blanc... Bref, c'est tout froid !
En tout cas ils sont venus les déranger sans se douter que les deux frangins étaient aussi de sacré fortiches à la bagarre. Donc, et c'est bien fait pour eux, les courtes-cervelles se sont fait ratatiner. Et quand ç'a été le tour de l'autre sorcier givré, mon copain a tapé un peu fort et c'est la baguette qui a prise... Et du coup, CRAC BOUM, ça fait un hiver toute l'année...
"

L'histoire avait l'air de particulièrement amuser le petit être, comme à chaque fois qu'il la racontait. Mais il est vrai qu'il en fallait souvent peu pour rire ou s'énerver, aussi il n'était pas le meilleur des exemples.
Se remettant de son rire, le follet se retourna vers Ophyde, voletant à reculons.


"Mais je pense que je n'ai pas besoin de t'en dire beaucoup plus, tu verras bientôt ça par toi même. Parce qu'on bavarde, on bavarde, mais tu suis pas si mal que ça la cadence en fait."

En effet, l'air se rafraichissait déjà autour d'eux, obligeant bientôt le petit être à se poser et continuer à pieds. Il détestait avoir à marcher comme ça, mais dans un froid de plus en plus mordant -bien que ce ne soit pas non plus insurmontable, mais ils étaient tous deux peu vêtus il faut l'avouer- il avait parfois quelques difficultés à voler. Toutefois, être au sol ne lui faisait pas de suite perdre tout son dynamisme et il courait encore de toute la misérable vitesse de ses petites jambes.
Aux alentours, le paysage changeait lui aussi. Les arbres perdaient de leurs couleurs, à l'exception de quelques rares résineux dont le vert persistait. Déjà certains perdaient leurs feuilles, seule la magie ambiante les maintenant dans un semblant de vie malgré le fait qu'ils n'avaient plus vu une goutte de chlorophylle depuis des années. Plus loin encore les branches étaient totalement dépouillées, abritant seulement quelques oiseaux moins frileux que les autres mais qui ne restaient pourtant guère plus de quelques instants dans les parages.
Puis enfin, les derniers arbres s'écartèrent pour laisser les deux créatures ayant la hantise du froid dans une clairière dépouillée et couverte de neige que seule décorait une statue de glace. En effet, juste face à Ophyde, à trois mètres tout au plus, se dressait un troll des forêts qui la toisait de toute sa hauteur, massue au poing et prêt à écraser qui lui faisait face. Du moins il l'aurait été s'il n'était pas entièrement congelé, séparé du monde extérieur par une épaisse pellicule de givre qui le rendait plus menaçant encore.


"Ah, je t'ai pas dit ? Mon ami en question, c'est un Gros-bras-marrons ! Et lui, c'est le frangin." lança un Tunski hilare en réponse à la réaction de son ophidienne amie.
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Ven 15 Juin 2012, 16:44

Hiver, le mot maudit pour mon pauvre corps. C'était la seule période de l'année où l'on pouvait me voir avec des habits. Même si la plupart du temps je préférais trouver un endroit à l’abri des intempéries et dormir devant un feu jusqu'à la fin de cette saison de mort. Je ne compris pas trop pourquoi le fait que ce soit l'hiver toute l'année cela faisait rire le farfadet... Peut-être plus le fait que des humains se soient faits laminer... Oui ça semblait plus logique, sauf s'il aimait le froid et la neige...

"Mais je pense que je n'ai pas besoin de t'en dire beaucoup plus, tu verras bientôt ça par toi même. Parce qu'on bavarde, on bavarde, mais tu suis pas si mal que ça la cadence en fait."

Sa remarque me fit sourire, ce n'est pas parce que je n'avais pas d'ailes que j'avançais lentement. D'ailleurs plus on avançait et plus je regrettais de n'avoir un bout de tissus sur moi. Quand le farfadet se mit à marcher, j'hésitai à lui proposer de monter sur moi, mais son rythme n'avait pas tellement diminué. Et surtout j'oubliai vite mon idée en voyant la forêt qui prenait des couleurs d'automne. Comment les arbres arrivaient-ils à vivre toujours en cette saison? Et pour ceux qui avaient eu le malheur d'être dans le rayon : hiver toute l'année? La réponse vint rapidement, seuls les conifères arrivaient à tenir le coup.

Après quelques ondulations, nous arrivâmes dans une clairière enneigée. Malgré ma réticence à sentir cette chose blanche, froide et humide sur mes écailles, je pris sur moi et avançai vers la masse humanoïde au centre de la clairière. Tout en avançant sans trop regarder où j'allais je me remis à penser à mon petit guide bleu et me retournai pour lui proposer :

"Si tu veux tu peux monter sur moi, tu n'as pas l'air bien encombrant et puis ça t'évitera de marcher dans la neige."

C'est alors que je pris le temps de lever la tête pour voir une massue prête à m'écraser, je sentis mes pupilles devenir de simples fentes alors que je me reculais par réflexe pour éviter le coup. Je m'apprêtais à lui sauter dessus quand je réalisai que la massue restait en l'air et qu'elle brillait étrangement. Je me retournais vers le lutin la bouche fendue, il lui en fallait peu pour rire celui-la, alors qu'il m'expliquait quelle était cette massue. Heu, non pas la massue, ce qui tenait la massue. Un gros-bras-marron? Je reportais mon attention vers toute la masse humanoïde cette fois. Ah, oui il a de grands bras et il est dans l'ensemble marron... Il a aussi de belles quenottes brillantes par le givre, et une taille un peu trop haute à mon goût... En plus de la neige et du froid, une statue de troll... J'avais de moins en moins envie de traîner dans les parages.

"C'est...impressionnant..."

Il me fit pensé à l'orc que Cirno avait statufié sous la frayeur. Rien qu'en repensant à la tête de l'orc un petit sourire naquit sur mes lèvres. Oui enfin, ce troll n'avait rien d'hilarant...

"Elles ce trouvent où ces graines de Raisin des ours?"
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Lun 18 Juin 2012, 23:04

S'il n'aimait pas le moins du monde le froid qui régnait dans cette clairière maudite, Tunski appréciait à chaque fois jouer avec le corps gelé de la créature -son frère ayant beau cherché de quoi lever le maléfice depuis des années, il restait toujours ainsi pétrifier. Mais ce qu'il adorait encore plus, c'était de voir la réaction des gens, monstres ou animaux, qui entraient dans l'espace enneigé pour se retrouver face à massue avec le géant de glace.
Il se remettait doucement de son fou rire lorsque, se reprenant après un petit moment de scrutation de la statue vivante qui lui faisait face, la lamia lui posa la question qui justifiait leur présence dans cet environnement honni.


"Elles ce trouvent où ces graines de Raisin des ours?"

Ce rappel à l'ordre, même s'il devait mettre fin à son fou rire, permit au farfadet de se remémorer que plus tôt cette cueillette serait faite, plus tôt il pourrait retourner à la chaleur. Ce qui serait, il ne faut pas l'avouer, pas du luxe !
Mais si le froid qui le dérangeait était supportable tant que cela ne durait pas, il était tout bonnement impensable pour le petit être de venir se jeter dans la poudreuse. Aussi, s'élançant en voletant (aussi difficile que ce fût du fait du froid), il vint atterrir sur la queue d'Ophyde. Épuisé après cet effort, il se mit tout de même à grimper le long de son échine, s'accrochant aux écailles sombres. C'est donc après quelques longues minutes, son métabolisme commençant à se ralentir, qu'il atteint enfin l'épaule de la lamia. Et il ne perdit pas un instant, une fois sur son perchoir, pour s'entourer des cheveux de la jeunes femme pour se réchauffer quelque peu.
Reprenant doucement de sa chaleur, toujours emmêlé dans la chevelure sombre, il se remit en devoir de guider sa nouvelle amie:


"Ce que tu cherches est plus loin. Tout droit, après la neige, là où l'hiver commence à s'en aller." Malgré son manteau improvisé, le froid l'engourdissait toujours, aussi parlait-il très doucement. Le contraste avec son entrain précédent était pour le moins saisissant. "Si tu ne regardes pas trop en l'air, tu devrais pas pouvoir les louper: il y a plusieurs gros arbustes. Et en plus, grâce au sorcier cupide trucidé, ils sont gorgés de magie."

En bon esprit des bois, Tunski commençait à s'endormir avec le forêt qui l'entourait. L'hiver était une période où l'âme de la Forêt maudite s'endormait, les farfadets qui formaient son extension disparaissant mystérieusement en son sein. Et c'est ce qui arrivait au petit follet qui ne pensait désormais plus qu'à quitter la clairière ou à aller lier son esprit avec un arbre et y dormir. Et si la première option était intéressante, la seconde était pour le moins dangereuse: dans cet hiver perpétuel, son sommeil n'aurait plus de fin...
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Lun 02 Juil 2012, 01:11

Je ne sus si c'était parce que je lui avais proposé où s'il m'eût escaladé derechef mais il se trouva rapidement logé sur mon épaule entouré de quelques dreads. D'après ce qu'il me dit, il fallait que je traverse cette clairière pour rejoindre un lieu plus automnal qu'hivernal. Je pris une grande inspiration qui me gela les poumons pour me donner du courage et me mis à avancer péniblement dans cette neige. La progression aurait put être rapide si la neige avait été couverte d'une épaisse croûte. Mais là, ma queue était trop lourde pour la fine couche cristallisée et au lieu de glisser sur la neige, je m'enfonçais et devait pousser le poids de la neige. Pour avoir moins de neige à embarquer je me mis à la limite des arbres quitte à faire plus de chemin qui si j'étais bêtement allé tout droit.
Heureusement j'atteins l'opposé de notre position première assez rapidement, car déjà je n'avais plus de sensations sur une bonne moitié de ma queue. Et si la traversée de cette clairière de mort avait dû durer plus longtemps en plus de lutter physiquement pour ne pas geler sur place, j'aurais dû lutter mentalement pour ne pas chercher un trou au sec pour hiberner.

Alors que mes dents s'acharnaient à nous faire écouter leur concert de claquette, je cherchais dans le sac en bandoulière une fiole que je n'aurais jamais pensée avoir eu besoin d’utiliser. C'était une tisane de plantes stimulant le rythme cardiaque, elle était principalement composée de plantes, normalement mortelles, qui, prises à petites doses bien calculées créaient un effet bénéfique. En y réfléchissant c'était assez ironique d'avoir de quoi tuer la population du donjon, voir plus mais de la soigner de ses petits maux ou de lui offrir des potions agissantes sur le mental. En pensant à ces dernières, il fallait que je réapprovisionne mon stock de philtre d'"amour"...

Alors que la gorgée de potion commençait à faire effet, le froid perdit un peu de terrain alors que la vie en regagnait... C'était bien utile d'avoir pris de quoi avoir moins froid... Je tournai légèrement ma tête en direction du farfadet.

"Ça va aller? Je te sens moins vivace... Si tu veux, j'ai un petit remontant qui réchauffe. Sinon, si tu arrives à tenir entre ma poitrine, elle est plus chaude que mon épaule où tu es aux quatre vents."

J'espérais que ce n'était que l'effet du froid qui l'avait rendu légèrement apathique, sinon je devrais chercher un moyen de lui rendre son entrain, qui bien que fatigant manquaient au bout d'un moment pour égayer les lieux.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Mar 03 Juil 2012, 04:26

S'installer sur un perchoir improvisé et surtout vivant était depuis longtemps l'un des jeux préférés de Tunski. Mais là pour le coup, ça ne l'amusait plus le moins du monde. Emmitouflé dans les cheveux de la lamia, il luttait pour se maintenir éveillé, tétanisé par le froid. Il n'avait pas fait attention avant de venir à faire le plein d'énergie, aussi le voilà aussi faible que s'il avait été tiré de son sommeil en plein coeur de l'hiver...
Autour de lui, il apercevait le paysage bouger. C'était d'ailleurs impressionnant comme il passait vite. Il se souvenait pourtant que son amie était pas aussi rapide que lui. Et voilà qu'elle filait à vive allure. D'ailleurs, "son amie" ? Il était avec qui déjà ?

Il en était là, reconnaissant à peine les alentours et cherchant à se remémorer les récents évènements lorsqu'Ophyde tourna la tête, manquant l'envoyer voler puisqu'il tenait les dread comme si sa vie en dépendait. Mais le visage familier lui fit revenir quelques souvenirs. Puis voilà qu'elle se met à parler à toute vitesse, plus vite encore que lui ne le ferait en temps normal.


"Ça va aller? Je te sens moins vivace... Si tu veux, j'ai un petit remontant qui réchauffe. Sinon, si tu arrives à tenir entre ma poitrine, elle est plus chaude que mon épaule où tu es aux quatre vents."

Il lui fallut bien une bonne minute après qu'elle ait fini pour réécouter ces quelques mots dans son esprit gelé jusqu'à leur donner un sens. Puis enfin, comprenant ce qu'elle disait, le follet tourna la tête vers la fiole... et ses yeux s'éclairèrent subitement. Il commença même à s'agiter en tous sens, piaillant doucement:

"De... De l'alcool ! Tu as de l'alcool ? Tu as de l'alcool ! Trop bien, de l'alcool ! C'est super bon et ça réchauffe l'alcool ! Je veux de l'alcool ! Ca va me réveiller l'alcool !"

Puis, ses sens se réveillant un peu plus du fait de son excitation, il perçut l'odeur qui s'échappait de la fiole dont le goulot n'était pas bien éloignée de lui: elle portait les fragrances de quelques plantes, mais pas la moindre once de vapeurs d'alcool. Déçu, le follet arbora la tête de l'enfant à qui on vient d'interdire le paquet de bonbons qu'on lui avait promis, s'enfonçant dans les cheveux de la lamia, comme pour cacher sa déception. Puis il sembla enfin se souvenir de la seconde proposition.

"Bon, si tu n'as pas d'alcool..." murmura-t-il tout en se dégageant lentement des cheveux de la jeune femme. Puis commença une petite séance d'acrobatie où, échappant à sa léthargie, Tunski se saisit d'une dreadlock comme d'une corde afin de s'élancer dans le vide en ricanant, glissant le long de la mèche jusqu'à arriver à une hauteur suffisante pour s’accrocher au sein gauche d'Ophyde. Il entreprit alors de grimper sur le promontoire puis, manœuvrant aussi agilement que son corps engourdi l'autorisait, il réussit à s'asseoir, calé, appuyé sur le mamelon gauche et les jambes bloquées entre la poitrine, les cheveux venant par au dessus le protéger un peu plus. Tout content de son acrobatie, il adressa à Ophyde un sourire pâlot, le visage du follet à peine en dessous du sien, avant de terminer: "...Tu vas être obligé de te débrouiller autrement pour pas que je me transforme en glaçon !"

Malgré le froid toujours mordant, Tunski, qui avait reprit du poil de la bête -en l’occurrence du cheveux de la lamia semble-t-il, éclata d'un rire cristallin qui résonna longtemps dans le paysage bientôt plus givré que gelé.
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Lun 09 Juil 2012, 14:38

"De... De l'alcool ! Tu as de l'alcool ? Tu as de l'alcool ! Trop bien, de l'alcool ! C'est super bon et ça réchauffe l'alcool ! Je veux de l'alcool ! Ça va me réveiller l'alcool !"

Je faillis m'étouffer avec ma salive, tout d'abord offusquée d'avoir eux de l'alcool sur moi puis pour éviter d'éclater de rire. Moi? Avoir de l'alcool où tout autres substances pouvant altérer mon esprit?! Les seules "drogues" que je m'autorisais à prendre étaient les feuilles de transes et encore n'étaient-elles appelées de cette façon que par les ignorants que n'arrivaient pas à l'utiliser correctement et recevaient ses effets secondaires directement sans bénéficier du pouvoir de la plante. Alors que je m'étais retenue de rire en manquant de m'étouffer la première fois, je ne pus résister à sa petite tête triste et sa remarque et éclatai de rire. Quand je me remis de mes émotions, je le vis installé de telle façon que son visage arrivait au niveau du mien. Sa remarque me fit penser que ma proposition était stupide, c'était entre mes seins qu'il faisait le plus chaud...Mais il n'y avait aucune possibilité de se tenir à cet endroit. Quelle idiote lui proposer quelque chose d'impossible... Bon il y avait toujours la technique de la potion, mais pas sûr qu'il accepte maintenant qu'il savait que ce n'était pas de l'alcool. Je lui tendis tout de même la fiole non finie en lui proposant :

"Et bien, tu peux toujours boire un peu de la potion accélérant le sang dans ton corps..."

Je m'arrêtais brusquement en voyant un bouleau, parfait! Son écorce avait l'avantage de partir en grandes lanières et j'avais vu les peuplades plus au nord former des chausses avec quand ils n'avaient pas assez de cuire. Apparemment ça gardait assez bien la chaleur... Ou alors les personnes du nord avaient le cerveau congelé à vivre dans des régions où seul des fées givrées s'y plairaient. À l'aide d'un ongle griffu, je fis une encoche pour déterminer la largeur de la future lanière puis je tirai sur l'écorce. Ce fut un magnifique échec, tout comme les cinq autres tentatives, les lanières étaient soit trop petites pour entourer ma poitrine, soit ne gardaient pas une largeur uniforme et risquaient de se rompre trop facilement. Pour éviter de causer trop de dégâts en enlevant trop d'écorces à l'arbre je m'arrêtais sur cet échec le temps de trouver d'autres bouleaux. Je gardais tout de même les six lanières sur une épaule, on ne sait jamais elles pourraient toujours servir au moins pour une tisane contre les maux de tête. Tout en reprenant le chemin vers un milieu plus automnal je pris mon couteau en os et verre de dragon pour découper dans une lanière plus large que les autres une petite cape rigide pour le farfadet. Je lui mis sur les épaules en le frottant délicatement, de peur de lui faire mal, comme certaines mères faisaient pour leurs enfants quand ils étaient transis de froid. Pour éviter que cette "cape" improvisée ne tombe je pris un petit os recourbé qui traînait dans mes cheveux pour lui attaché la cape au niveau du col.

"Pour l'instant je ne peux pas faire mieux..."

Peu à peu le bruit de la neige crissant sous ma queue se transforma en bruissement de feuilles mortes écrasées atténué par le sol lourd d'humidité. Le froid se fit moins mordant et une odeur de matière végétale en décomposition et de champignons envahie l'air. Je me rapetissais pour être plus près du sol à la recherche de busseroles tout du moins un endroit plus sec, là où les arbousiers traînants se trouvaient le plus souvent. Alors que j'espérais que la chaleur revenante fébrilement allait redonner un peu de vie au fé bleu, un sourire se dessina sur mes lèvres un buisson contre un rocher était couvert de baies rouges, éclatantes de magie.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Dim 23 Sep 2012, 17:18

Le follet tentait tant bien que mal de tenir sur son perchoir, s'agrippant aux cheveux de la lamia pour ne pas tomber comme celle-ci avançait. Malgré l'équilibre précaire, il avait tout de même moins froid ici. Et puis, même s'il n'avait pas bu d'alcool, l'évènement l'avait au moins réveillé. Suffisamment pour qu'il éclate de rire en tout cas, comme s'en rendit compte la demoiselle lorsqu'elle lui reproposa à boire.

"Le sang ? Dans mon corps ?" lança-t-il, un instant avant que son rire agaçant ne résonne encore. "Mais pourquoi est-ce que je m'embêterai à m'alourdir avec du sang ? Je suis pas une noire-ailée, je bois pas de sang moi !"

Il rit encore un instant, manquant de tomber de son perchoir improvisé, avant de reporter son attention au curieux jeux auquel s'adonnait la lamiane sur l'écorce de ces pauvres bouleaux. Il observa, curieux, se demandant bien ce qu'elle trafiquait.
Encore une fois, le froid lui joua des tours car, son esprit s'embrumant, il n'eut pas le temps de remarquer les doigts qui s'avançaient vers lui qu'il fut bientôt affublé d'une large cape rigide. Il lui fallut d'ailleurs un certain temps pour comprendre qu'il portait là un ... vêtement... Choqué, et à moitié écrasé par le poids du bois, il entendit à peine ce que lui dit Ophyde -ce qui ne changeait à vrai dire pas grand chose par rapport à ses moments d'éveil.

D'ailleurs, en parlant de moments d'éveil, il y en avait un qui se profilait à l'horizon. En effet, ils -ou plutôt Ophyde comme Tunski était toujours caché sous cape et cheveux- avaient continué à avancer, s'échappant peu à peu de la zone hivernale. La végétation revivait lentement, et avec elle l'esprit des bois, bien que plus lent à la reprise que le paysage évoluant. Puis, soudain, son regard croisa les raisins d'ours et ses yeux brillèrent comme deux petites baies rouges.
Avant que sa compagne serpentine ne puisse se rendre compte de la réaction du follet, elle sentit un courant d'air parcourir ses cheveux. Au moment où ceux-ci revenaient à leur place, elle perçut aussi le poids sur son sein de la cape de bouleau, réalisant par la même que le fardeau qu'était Tunski s'était envolé. Et pour cause, celui-ci avait déjà plongé dans le buisson de busseroles, ingurgitant goulument toutes les baies qui passaient à portée de ses petits bras.
Et avec le rouge qui teintait ses mains et ses lèvres revenait aussi les couleurs turquoises de sa peau, signe que la vie l'habitait de nouveau.
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Lun 29 Oct 2012, 00:21

J'éclatai de rire avec lui quand il se méprit sur ma phrase... Je parlais de son sang et non celui d'un notre, mais peu importe à peine avais-je fini de rire qu'il re-sombrait dans la dormance de cette saison. De toute façon je me demandais s'il était bien utile d'essayer de faire comprendre quelque chose à l'esprit aussi volatile que le sien.

L'esprit n'était pas le seul à être volatil. A peine arrivée à proximité d'un plant de raisin d'ours qu'un courant d'air parti de ma poitrine et qu'un morceau d'écorce chuta. Je me baissais pour remettre l'os recourbé dans mes cheveux et garder précieusement l'écorce puis rejoins le petit être bleu. La vie qui le parcourait de nouveau me donna du baume au cœur et ne pu m'empêcher d'aller récupérer de belles baies inaccessibles pour ses bras et le lui poser à ses côtés. Je n'étais pas à quelques baies prêt. D'autant plus qu'au vu de leur beauté, elles devaient regorger de magie et très peu me suffiraient pour les potions. Décidément c'était un endroit parfait! Je me demandais si la forêt cachait d'autres lieux comme celui-ci mais pour d'autres plantes... Le follet serait alors une vraie mine d'or d'information pour trouver ces lieux. Mon sourire se fit un peu plus intéressé avant de disparaître.

"Dit-moi, tu as l'air de bien connaître la forêt et ses plantes."

Je me mis à son niveau le temps de réfléchir à mes mots.

"Ça te dirait un marché? En quoi aimerais-tu êtres payé en échange d'un travail à fournir? Un travail comme... Allez chercher certaines plantes à un certain moment et les déposer à un certain endroit. Je n'ai pas d'argent à te proposer, mais peut être qu'autre chose te ferait plaisir?"

Oui bon, j'avais beau avoir cherché mes mots au préalable je n'avais pas été aussi douée que Crocs noirs... En même temps je me comparais à un haut niveau de maniement de la langue... Au moins avais-je été franche et directe. Il restait plus qu'à croiser les doigts pour qu'il écoute, comprenne et accepte en échange d'un prix abordable.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Lun 29 Oct 2012, 20:06

Le rire de la lamia la rendit plus amicale encore aux yeux du follet (du moins jusqu'à ce qu'il oublie de nouveau), même si la raison n'en était pas claire: avait-elle enfin compris l'idiotie de sa phrase, sachant que son espèce ne possède pas de sang (et c'est à peu près tout ce qu'on peut affirmer, puisque leur corps disparaît dès leur mort, aussi personne n'a pu s'amuser à en découper), ou bien riait-elle parce qu'elle riait. Toujours est-il qu'il n'alla pas aussi loin dans le raisonnement: peu lui importait, tant qu'il y avait matière à rire !


La gourmandise des fées était connues et reconnue, et Tunski n'allait pas à l'encontre de cette règle. En moins d'une minute il avait déjà ingurgité trois fois son poids (ce qui ne faisait certes pas grand chose pour un longues-jambes) en baies, et il ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin. Il dévorait absolument tout ce qui passait à sa portée, passant d'une branche à l'autre par l'intérieur de la plante. Il se goinfrait tant et si bien qu'il attrapa les baies laissées par Ophyde sans même se rendre compte de son intervention, ni même qu'elles n'étaient pas reliées au reste de l'arbuste.
D'ailleurs, il se goinfrait tant qu'il faillit ne pas l'entendre parler. Il quitta l'arbuste voletant, un raisin des ours dans chaque main et un troisième dans la bouche, pour se rapprocher de la reptile.


"Bah un peu crunch que je la connais, c'est miam c'est chez moi !"

"Ça te dirait un marché? En quoi aimerais-tu êtres payé en échange d'un travail à fournir? Un travail comme... Allez chercher certaines plantes à un certain moment et les déposer à un certain endroit. Je n'ai pas d'argent à te proposer, mais peut être qu'autre chose te ferait plaisir?"

Pendant un long moment, Tunski réfléchit sérieusement à ce qu'il venait d'entendre. Les mains et la bouche libres, débarrassés des baies (avalées, bien sûr), il se concentrait. C'était quoi de l'argent ? Elle disait qu'elle n'en avait pas, mais il savait pas ce que c'était. Et par curiosité, il aurait bien voulu en avoir. Plus il réfléchissait, plus il s'embrouillait. Puis il se souvint ! Il avait entendu une personne, qui se prénommait Forgeron, parler d'un bout de métal argenté. Donc l'argent c'était ce bout de métal tordu d'un mètre de haut qui se referme comme un coquillage géant ? Alors non merci, il ne voulait pas d'argent !
Cette question réglée, il revint au sens premier et plus important de la proposition de la lamia, arborant de nouveau son sourire énervant:


"Tu sais faire à manger ?"
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Mar 08 Jan 2013, 20:08

Le temps d'attente pendant sa réflexion me fit légèrement peur, je lui avait peut être donné trop de liberté. Peut être faisait-il semblait d'être moins perfide que les autres espèces intelligente,
moins calculateur. Peut être que ses envies étaient trop grandes pour que je puisse les satisfaire? Peut être...


"Tu sais faire à manger ?"

Manger? Je faillis exploser de rire. Moi qui m'étais imaginé le pire, comme aller chercher la relique d'un illustre inconnu dans les montagnes perdues du nord blanc de neiges éternelles et noir de mort-vivant. Parce qu'il est bien connu que le froid conserve les corps mort, donc en toute logique le nord devait regorger de non-mort qui cherchaient à partir en lambeau moins rapidement. Et puis le froid, la neige, la morte saison, la mort tout court tout ça collait bien ensemble et... Qui ce ressemble s'assemble c'était bien ça?
Alors que je venais de comprendre la signification de cette expression une bonne partie de mon esprit se mit à ressasser la phrase du farfadet. Parce que certes il y avait le mot manger, mais c'était avant tout une question pour savoir si j'étais capable de cuisiner... Mais cuisiner quoi?! Parce que des rats grillés, des poules en multiples façons ça je savais cuisiner. Et oui, à force d'avoir plein de poules
égorgées sur les bras j'avais bien dû trouver des moyens pas trop mauvais de les consommer... Il y avait aussi quelques desserts du désert qui m'avait été appris quand j'étais logée chez les prêtresses de la déesse lamia. Et même si je ne les mangeais pas parce qu'elle m'avait mis au régime nourrissons mort-nés, lesquels j'avais également appris à cuisiner pour éviter de tomber malade ou de
les vomir à cause du goût de ceux mort-nés mais pas de la veille... Où en étais-je? A oui, je n'avais pas le droit de manger mes desserts au miel et à la cannelle, mais vu comme ils ne duraient pas longtemps ils devaient être loin d'être mauvais. Le problème est que ça remontait à longtemps et je n'étais plus sur de savoir encore les faire.


"Heu... Et bien oui, je me débrouille... Surtout pour le rat et les poulets! Mais vu comme tu es friand de bais ça m'étonnerais que tu manges du rat ou du volatile stupide... Donc tout dépend ce que tu veux comme nourriture..."

Je préférais ne rien lui dire sur le peu de desserts que j'avais sut cuisiner de peur de le décevoir plus tard. Mais s'il me demandait quelque chose de sucrer je me promettais d'essayer de retrouver le tour de main pour refaire parfaitement ces petits nids miellés.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Dim 03 Mar 2013, 07:48

Lorsque la lamia explosa littéralement de rire, Tunski réfléchit un instant (mais pas trop quand même) à ce qu'il y avait de si drôle. Après s'être tourné sur lui-même au moins quatre fois dans chaque sens, il se mit à penser que c'était lui qui la faisait rire. Le malicieux se savait certes hilarant, mais il était bien rare que les autres rient de ses blagues, et moins encore quand lui-même n'en riait pas.
Au bout de quelques longs instants [Note de l'auteur: c'est à dire le temps qu'il vous a fallu pour lire les quelques lignes qui précèdent] de réflexion intense, il statua enfin sur le sujet: ce n'était pas grave pour cette fois, puisqu'il allait manger !


"Heu... Et bien oui, je me débrouille... Surtout pour le rat et les poulets! Mais vu comme tu es friand de bais ça m'étonnerais que tu manges du rat ou du volatile stupide... Donc tout dépend ce que tu veux comme nourriture..."

Inutile de préciser que le follet fut soudain déçu. Ca se mangeait les poulets ? Il était persuadé que le seul intérêt de ces bêtes là étaient de monter sur leur dos et de faire des courses formidables avec ses frères, en cravachant leurs montures avec des branches de ronces. Non, décidément, les poules étaient des jouets, pas de la nourriture -bien que le concept de "on ne joue pas avec la nourriture" n'ait jamais pu s'inviter dans son esprit.
Et puis, comme les rats d'ailleurs, c'était moche. Et si c'est moche, c'est pas bon. C'est pas toujours mauvais, mais c'est pas BON. Parce que si c'est vraiment bon, c'est forcément sucré. Et si c'est sucré, c'est que c'est beau. Et le meilleur moyen de savoir si c'était beau, c'était de regarder les couleurs: si c'est coloré, c'est bon. Donc c'est beau. Et donc forcément, c'est pas un poulet.


"Mouais..." commença la bestiole bourdonnante. "Tu sais pas manger des trucs plus beau ? Des machins avec tout plein de sucre quoi !

Inutile de dire que les yeux du farfadet pétillaient alors qu'il demandait son paiement. Cela faisait au moins... Trois heures qu'on ne lui avait pas offert (comprendre: qu'il n'avait pas chapardé) quelque chose à grignoter d'aussi bon que ce qu'il imaginait là. Il s'imaginait déjà voletant entre des montagnes de gâteaux de toutes sortes, les bonbons dressés formant des forêts entières sur se décor dont le sol n'était ni plus ni moins que du sucre coloré. Bref, le paradis !


HRP:
Bon, c'est pas forcément bien long, mais en fait maintenant j'ai faim... Donc bah ça s'arrête là et moi je vais faire une expédition punitive sur la cuisine ^^
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Jeu 07 Mar 2013, 19:32

"Mouais... Tu sais pas manger des trucs plus beau ? Des machins avec tout plein de sucre quoi !"

Sucre?... Je connaissais ce mot, c'était le goût écœurant qu'avait les gâteaux au miel que je faisais si bien aux dires des prêtresses. Il demandait du miel? Aucun problème il faudra juste que je me souvienne de comment les faire... J'allais devoir investir dans de la farine et du miel... Beaucoup... Ainsi que des fruits confits et des amandes. Les épices ne posaient pas de problème j'en avais déjà pour mon alimentation. De toute façon, vu l'enthousiasme qu'il avait au vu de manger de la viande il faudrait bien que je m'y mette... A moins de trouver quelqu'un qui cuisine et vende de la nourriture sucrée. Le mode de payement n'allait pas être si facile que ça enfin de compte.

"Oui... Je pourrais... Après ils ne sont pas plein de sucre mais de miel. Tu aimes le miel?... Si tu veux je te les laisserais dans un panier près d'une fenêtre. Comme ça, tu pourras prendre ton dû quand tu veux. A moins que tu ne veuilles que je te les déposes à la chaque fois que je vais chercher les plantes que tu auras ramasser."

Il faudrait voir comment je pourrais récupérer les plantes. Soit en décidant d'un lieu et venir chacun quand il voudrait. Soit en prenant des rendez-vous à chaque fois... Non la première option était la meilleure, il faudrait juste construire un abris dans le lieu en question. De toute façon les plantes devaient être protégées donc dans les deux cas il fallait fabriquer un abri pour stocker les plantes entre chaque rendez-vous ou allée et venue. Enfin, ce n'était qu'une question technique ça. Il fallait d'abord que l'être du petit peuple soit d'accord avec le mode de payement. Après au pire je m'occuperais du reste et trouverais un moyen de le recontacter pour lui montrer le lieu et l'abri.

hrp:
C'est court, mais je ne vois pas l'intérêt d'ajouter autre chose.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Tunski le Dim 21 Avr 2013, 19:55

L'esprit du farfadet entrait en ébullition. Il suffisait parfois de pas grand chose pour le mettre dans un tel état. Et justement, là le pas grand chose était un unique mot. Rares étaient ceux des longues-jambes qu'il comprenait sans avoir besoin de réfléchir, mais celui-là en était. Ils comprenait d'instinct quand on parlait de l'eau dorée de bourdonnantes, et ce quelle que soit la langue utilisée.
Son excitation était en ce moment plus que palpable. Sa peau s'éclaircissait et ses yeux, avides, brillaient d'une lumière intérieure. Il se régalait d'avance.
S'avançant vers la lamia, il lui donna une grande -pour une fée...- tape dans la main en s'écriant:


"Tope-la Noire-pas-jambe ! Ca me va ! Du coup faudra me montrer à quelle fenêtre faut que je vienne chercher à manger !

Le tout maintenant était surtout de ne pas oublier d'aller récolter des plantes. Et ça c'était nettement plus difficile.

hrp:
Idem, c'est particulièrement court. Mais bon, les discussions n'étant pas le fort de Tunski, je ne vois pas tellement quoi rajouter.
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Ophyde le Dim 12 Mai 2013, 10:07

Je n'aurais jamais imaginé que la simple évocation d'une certaine nourriture pouvait autant transformer quelqu'un. Surtout qu'il était loin d'avoir le ventre vide. Mais bon, l'important et qu'il fut assez satisfait de ma proposition pour... Me taper dans la main? Je le regardais faire alors que tout jouasse il donnait la validation à sa façon de notre accord. Je me demandais bien à quoi servait la tape dans la main alors qu'il ne m'avait rien donné mais peu importe... Peut être était-ce un rituel de son peuple? On a dit quoi? Peu importe! Ou alors une envie de taper dans la main comme une envie de câlin ! ... Laissant mon esprit continué à débité des hypothèses de plus en plus farfelues je souris au farfadet tout en lui répondant.

"Parfait Farfadet! Tu m'apportes des plantes je te fais des petits gâteaux, tu ne m'apportes pas de plantes la coupe à gâteau sera vide. Mon logement donne sur les jardins, plein sud au dessus de plantes aromatiques. Mais si tu n'es pas pressé je rentre chez moi tu peux me suivre. Ou alors tu peux demander aux gens où se trouve la vendeuse de simples et de potion du nom d'Ophyde, s'ils connaissent ils devraient pouvoir te répondre."

Sans plus attendre je récupérais le nombre suffisant de baie de raisin d'ours qu'il me fallait avant de repartir. Je ne prenais pas tellement mon temps, de toute façon j'avais bien remarqué que pour le petit être bleuté notre temps avait l'air d'aller beaucoup plus lentement pour lui. A moins que ce ne soit qu'une impression donnée par son survoltage constant. Une chose était sûr je n’avais pas perdue mon temps à l’avoir croisé, j’avais maintenant quelqu’un qui connaissait les plantes pour m’aider dans mes récoltes.
avatar
Ophyde

Féminin
Messages : 341
Expérience : 652
Métier : marchande : potions, herboristerie

Feuille de personnage
Niveau:
24/40  (24/40)
Race: Lamia
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Rose de serpent [PV Ophyde]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum