Quand la vie ne tiens qu'à un fil...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand la vie ne tiens qu'à un fil...

Message  Invité le Jeu 26 Avr 2012, 10:31

    Je n'en pouvais plus, cher dernier jours de voyages m'avaient complétement ruinés... Cette forêt me paraissait bien grande maintenant que la fatigue se faisait ressentir, et pour mon plus grand malheur, je pense bien ne pas avoir arrêter de tourner en rond... Je m’arrêtais quelques secondes contre un arbres, me demandant si j'allais finir mes jours ici, mort de fatigue et de faim, becqueter ou dévorer par les créatures ou les animaux qui devait surement passer dans cette forêt... La reprise fût difficile, j'étais vraiment éreinter par toute ces aventures, en espérant que la mienne ne s'arrête donc point ici. Puis la chance me sourit enfin, je pouvais voir des reste de civilisations au loin, ça ressemblais fortement à celle dont on m'avait parler, mais je ne pourrais pas aller jusque là malheureusement... Ma joie ne fut récompenser que par le fait de me dépêcher, et donc de tomber lamentablement sur le sol, me cognant la tête sur un tronc pourris. J'étais quelques peu sonné au départ, puis il me semble qu'à cause de la fatigue je m'évanouis aussi bête que cela puisse être. Je n'avais plus qu'à espérer que quelqu'un trouve mon corps, sans pour autant avoir envie de le dévorer. Il fallait aussi qu'il y ai du soleil, car mes bijoux réfléchissaient leur couleurs sous l'influence de celui-ci, même si cela risquerait tout aussi bien d'attirer les foudres des voleurs... Quoi qu'il en soit, je suppose que je n'ai pas d'autre recours que de laisser le destin parler...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la vie ne tiens qu'à un fil...

Message  Invité le Ven 27 Avr 2012, 18:31

Écoutant avec attention les bruits de la forêt, allongé sur le sol avec les bras croisés derrière la nuque, je me sentais vraiment en paix. J'adorais toujours autant m'isoler des couloirs étroits du donjon : l’atmosphère étouffante me plombait à chaque fois le moral quand j'y restais trop longtemps d’affilée ainsi je profitais de chaque occasion pour filer à l'Anglaise en dehors de mon nouveau ''foyer". Le calme de la zone de la forêt pourtant réputée maudite que j'occupais était on ne peut plus reposant : le loup était d’ailleurs surprit de ne jamais croiser personne ici. En effet, les lieux était si tranquille que des monstres un peu plus poétique que les autres auraient tout à gagner à venir profiter du calme pour se ressourcer et réfléchir. Pour ma part, c'est plutôt l'abondance de tapis d'une mousse très douce que j'affectionnait : on pouvait dormir dessus aussi bien que dans un bon lit de plumes. Une propriété étrange certes mais apparemment, rien de nocif la dessous car je n'avais jamais ressentit un effet néfaste quel qu'il soit. Pourtant, ma petite sieste sous un arbre touffu qui me dispensait de suffisamment d'ombre pour dormir en paix allait bien vite être écourté.Je ne ressentis rien de spécial dans l'air et n'entendit aucun bruit à connotation hostile mais pourtant, alors que je dérivais dans un agréable demi-sommeil, ma sieste fut irrémédiablement troublé. Mes oreilles hypersensibles se concentrèrent sans raison apparente sur un petit bruit de fond semblable au bruit d'une limace effleurant lentement le sol. Ouvrant paresseusement un oeil en tournant mes oreilles recouvertes d'un poil blanc soyeux, je voulus me concentrer sur le dit bruit.



Ce que j'avais prit pour une limace s'identifia bien vite comme quelque chose d'un peu plus, voir beaucoup plus, gros que ce misérable invertébré. Me redressant souplement et sans un bruit, je m'emparai de mon petit poignard, seule arme que j'avais emporté. Repérer la créature qui causait ce bruit fut très aisé : en effet, alors que j'allais me lancer en chasse, une grande silhouette blanche s’effondra à proximité en se cognant la tête sur un tronc ! Observant les alentours, je définis bien vite que la forme lamentable à mes pieds était seule et que ce n'était pas un piège à première vue. M'accroupissant à ses côtés, je pris une petite gourde d'eau fraîche et en versa un peu sur le visage de l'inconnu avant d'en faire couler à petites gorgées dans la bouche du pauvre hère. Veillant à ce qu'il ne s'étrangle pas, je claquais des doigts de mon autre main pour voir si il était à nouveau attentif : se prendre de l'eau dans le visage était en général un bon moyen de réveiller une personne mais on ne sait jamais. Une fois le ''garçons'', du moins c'est ce qu'il me semblait, un peu soigné je lui dis tranquillement :

- Tu es une bien étrange créature, et une très jolie avec tout ce blanc et ses bijoux : qu'es-tu ? Un ange, un lamia ou bien un mélange des deux ? Mais avant, comment tu t'appeles et que viens-tu faire dans ce coin ?


Cette dernière question était vraiment pour la forme et pour maintenir notre pauvre monstre éveillé car il était évident qu'il devait venir pour le donjon...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la vie ne tiens qu'à un fil...

Message  Invité le Sam 28 Avr 2012, 11:45

    Je sens quelque chose d'étrange... Comme si on me donnait à boire, chose que je compris bien rapidement en fin de compte. Ainsi, ma chance m'avait poussé à trouver une personne qui voulait m'aider, heureusement ce n'était pas du poison, ce qu'il me donnait, après tout ça aurait bien pu être une ruse de ce style. Plusieurs bruits heurtèrent mes oreilles, comme des claquements, je ne savais pas ce que c'était mais cela me faisait doucement reprendre conscience. On me parlait, une voix posée et masculine, je me demandais si c'était un humain qui m'avait trouvé, le soleil m'aveuglait quelque peu et le fait que je ne puisse ouvrir qu'à peine les yeux n'arrangeait rien.

    - Ce que je suis... ? Je ne sais pas vraiment au fond de moi... Je m'appelle... Loo Shimin... Je me suis égaré en cherchant un donjon et-...

    Une puissante toux me pris alors la gorge, ayant avalé un peu d'eau de travers, au moins cela m'avait permis de me redresser, un peu brutalement ma foi, peut-être n'aurais-je pas dû mais j'y fut un peu obliger. Les yeux correctement ouvert, je regardais cet homme, ou plutôt ce qui y ressemblait. Il n'était pas comme tout les humains, il avait plusieurs attributs qui le différenciait bien. J'observais les alentours, rien ou presque n'avait changer, j'en déduis que ma perte d'esprit n'avait pas durée longtemps, je regardais d'un air interrogateur mon sauveur.

    - Et vous, quel est votre nom... ? Et je me permet aussi de vous retourner la question sur ce que vous êtes aussi...

    J'étais encore un peu sonné et surtout mal à l'aise, voilà bien longtemps que je n'avais pas parler avec quelqu'un...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la vie ne tiens qu'à un fil...

Message  Invité le Dim 29 Avr 2012, 15:12

En tous cas, je pouvais m'estimer heureux d'avoir choisi ce lieux pour me reposer : en plus d'une bonne sieste, j'avais gagné le droit de regarder cette étrange créature. Je devais bien me l'avouer, j'étais charmé par l’assemblage de bijoux et d'ailes très artistique dont le jeu effectué par les rayons de lumière touchant les joyaux était tout simplement hypnotisant. Avec un demi-sourire, exprimant à la fois mon amusement et mon agréable surprise de trouver un être surprenant de la sorte. Certes la nécessité de le soigner primait sur le fait de m'interroger au sujet du visiteur mais je ne pouvais m'empêcher de remarquer qu'il se démarquait des lamais que j'avais déjà vu jusqu'ici. Pourtant ce n'était pas les êtres reptiliens dans ce genre qui manquait au donjon loin de là mais jamais je n'en avais déjà vu possédant des ailes dans le dos et aux écailles aussi blanches et pures que de l'argent. Cela renforcé à sa parure d’émeraudes, je me demandai un instant si je n'avais pas affaire à un ou une lamia de haute noblesse. Je ne connaissais que trop mal la hiérarchie de ces hybrides d'humains et de serpent, je ne savais pas si il existait une haute caste lamia ou même des rangs de noblesse. Entendant que la créature parler d'un donjon, notre havre de paix, j'hochai la tête simplement : il était logique que ce monstre cherche le donjon, on venait rarement dans le coin pour faire du tourisme ! J'appris dans la même foulée son nom et cela me rassurai : il était toujours plus facile de mener une conversation en sachant le nom des deux partis et en plus cela signifiait aussi que le lamia (ou là ? Ses cheveux longs m'empêche de le dire avec certitude tout comme son visage assez féminin pour jeter le doute !) Me faisait un minimum confiance.



Soudain, il cracha et toussa et je lui tapota par réflexe le dos et attendis que sa crise passe. Une fois la quinte de toux terminée, la créature me demanda lui aussi mon nom et je ne pouvais décemment pas la laisser dans l'ignorance :

- Tu peux m'appeler Artyom, je suis un ranger : un éclaireur du donjon que tu vois la bas. Et pour ma race... Et bien je suis juste un loup quelque peu spécial... Vois par toi même....

Disant cela, je me mutai en loup noir, mes yeux bleus brillant d'une intelligence humaine. Je fis quelques pas autour de la lamia aux ailes d'anges pour qu'il puisse m'observer à loisir. Revenant son forme humaine grace à l'étrange procédure de métamorphose qui fonctionnait à peu près comme un sortilège, je le regardais, agitant légèrement ma queue de loup.

- Tu peux marcher ? Te faut-il de l'aide ? Je vais t'amener au donjon mais il y a encore pour un bon quart d'heure de marche alors si tu veux te reposer et manger un morceau d'abord dis le moi...

J'attendis sa réaction, non sans planter mon regard dans une émeraude qui brillait intensément à cause d'un rayon de soleil

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la vie ne tiens qu'à un fil...

Message  Invité le Sam 05 Mai 2012, 15:53

    Ainsi donc il s'appelait Artyom... Un nom plutôt étrange comparé à ceux de mon clan, je suppose que c'est parce qu'il appartient à une autre race qu'il n'hésite d'ailleurs pas à me révéler. Voilà donc que cet homme partage du sang de loup en lui, qui l'aurait cru en le voyant du premier coup d’œil ? Il avait aussi ajouté qu'il était une sorte de ranger, je connais plutôt bien cette catégorie d'action, chez nous on appelait ça les pisteurs, je suppose que ça revient au même principe. Ça question me fit ensuite doucement sourire, si je pouvais marcher ? Si j'avais des jambes tels que les siennes, en effet je pourrais marcher, mais ce n'est pas le cas, toujours est-il que j'avais compris ce qu'il voulait.

    - Je pense que ça pourrait aller si le chemin est si court que ça...

    Après tout, je venais de faire un petit tour du monde a quelques exceptions près, ce n'était pas une quinzaine de minute en plus qui allait me tuer. Je me relevais donc en chancelant un peu, trouvant finalement une stabilité acceptable. Puis je remarquais une chose assez dérangeante, il m'observait avec une telle attention que ça en devenait gênant. A quoi pouvait-il bien réfléchir, surement à une seule chose étant donner que c'est un loup ! Il voulait me manger, voilà qui est bien vil de sa part...

    - Heu... V-vous savez, je ne suis pas... Comestible... Et je suis sûr qu'il y a beaucoup de choses bonnes dans cette forêt !

    Je me montrais plutôt distant au cas où il déciderait de me sauter sauvagement dessus pour me dévorer, je ne voulais surtout pas avoir fait tout ce chemin pour me faire manger par le plus commun des animaux de chasse non plus !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la vie ne tiens qu'à un fil...

Message  Invité le Sam 05 Mai 2012, 20:42

sans en être totalement conscient, j'avais gardé braqué mon regard sur la gemme qui brillait dans la parure de la créature aux ailes d'anges : un tel artifice n'aidait pas à être discret ça c'est certain mais au moins elle charmait l'oeil. Ayant du mal à en détacher le regard malgré mes efforts de volonté, fasciné par le jeu de lumière dans le joyaux, j'en vins à me demander si l'objet n'était pas enchanté ou maléfique ! On ne sait jamais, après tout, beaucoup de choses étaient possibles dans cette forêt maudite et l'éventualité que la créature soit un vil sorcier n'était pas impossible. Les talismans ornant ses vêtements avaient peut-être pour but de paralyser la proie pendant que le monstre encerclait la pauvre victime qui ne pourrait se défendre lorsqu'elle se ferait dévorer vive ! Pourtant à voir le visage amical du monstre, il était difficile d'accorder du crédit à une si ville méthode. Sans parvenir à détacher mon regard des diverses babioles brillantes ornant les vêtements du lamia, je sentis lentement mon corps se crisper : mon inquiétude avait finit par faire croire à mon corps que j'étais en danger c'est malin !

Le monstre aux cheveux d'argent finit par rompre le silence une première fois puis une seconde et le ton de sa voix réussit enfin à m'arracher à la contemplation des émeraudes enchanteresse. Mon cerveaux étant en train de rouler dans la guimauve, j'eu un peu de mal à saisir ce que me voulais le nouveau venu puis partit dans un petit rire étouffé quand je compris enfin ce que craignais le lamia. Me massant les tempes après un instant de fou rire discret, je dis en regardant l'être mi-homme mi-serpent :

Ne vous en faites pas, je ne comptais pas vous manger ! A vrai dire je suis plutôt très attiré par tous ces joyaux verts... Sont-ils magiques ?

Voulant apaiser la crainte du monstre argenté, j'écartai les mains de manière contrite pour lui prouver que ce n'était pas voulut.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la vie ne tiens qu'à un fil...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum