Les sept... Ah tiens non, huit...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les sept... Ah tien non, huit...

Message  Engar le Mer 02 Mai 2012, 16:31

Cela faisait quelques semaines seulement que les six humains qui marchaient aux abords du donjon avaient eu comme contrat de nettoyer les abords du donjon,tant des brigands que de monstres qui tentaient d'atteindre la forteresse ou vivaient à la manière de pillards sous son ombre et ils avaient déjà du trouver trois remplaçant. Deux mutilés et un mort en tout et il n'était guère surprenant que ce soi toujours le "même" qui trépassait... Mordant à pleine dent dans son pilon de poulet, quoiqu'au vu de ses dimensions il était légitime de se demander si c'était bien du poulet, "Gourmandise" qu'il portait dans une main alors que l'autre soutenait un panier débordant de victuailles, mais qu'il semblait transporter avec aisance. Cependant son festin ne l'empêcha pas d'observer du regard chacun de ses compagnons. Le dernier "colère" venait de succomber la vielle à une meute de loups, qui s'était en fait avéré être des lycanthropes et qui avait fui sans demander leur reste après ce fait fait d'arme, avoir perdu deux des leurs et saccagé un village... Ils avaient de fait mener dés aujourd'hui une expédition punitive afin de retrouvé leurs traces et leur rendre la monnaie de leur pièce dans leur propre tanière, cependant les bêtes étaient rusés et cette piste s'avérait longue et fastidieuse pour les six mercenaires, d'autant plus que des tensions commençaient déjà à se faire sentir au bout de trois jours seulement.

"Luxure" Leurs séducteur, rôle qui s'il paraissait trivial au premier abord était en vérité des plus importants nombre de confessions se faisant dans le lit, ce qui faisait de lui un précieux espion, d'autant plus qu'à ce jour, parmi les hommes ou les femmes, les humains ou les monstres, seuls trois catégories avaient résisté à son charme. Les saints hommes de l'église, qui devenait en vérité de plus en plus rare malgré l'extension de cette dernière, les femmes et maris ayant une fidélité à toute épreuve et.. Les gens aux caractères aussi extrême que ceux des personnes qui composait leur bande. C'était un jeune homme fringant, au cheveux mi long et à la courte barbe soigneusement taillé toujours habillé avec élégance, mais de manière provocatrice, aux traits fin et aux manières exquises, au verbiage et au caractère flexibles. Il semblait chaque jour changeait d'apparence...Et ce n'était pas qu'une impression, une petite boite, don il se défaisait quand nécessaire, se ballotant à sa taille et qui contenait moult produit de maquillages, de cire, de faux doigt, de lentilles gnomes pour changer la couleur de ses yeux, de teintures elfiques qui en ce moment lui donnait des cheveux bruns e des yeux presque pourpre, un rien sinistre mais séduisant... En vérité il songeait que personne n'avait jamais du connaitre le vrai visage de "Luxure" à partir du moment où il s'était adonné à son vice... Quant il s'agissait de se battre il n'avait guère une grande expérience, mais il pouvait s'avérer d'un grand soutien avec sa lance, arme qu'il avait choisi uniquement par référence au terme qu'utilisait certaines galantes pour désigner l'objet de leur désir et qui en tant qu'armes d'hast bénéficiait d'avantages spécifique. Néanmoins son propre "don" commençait à lui peser, la lueur séduisante dans son regard devenant un pur éclat de désir et de vice, la dernière fois qu'il avait pu se "contenter" étant dans une vulgaire maison close juste avant leurs départ.

"L'envie" Leur voleur et un de leurs bras armés était un jeune homme frêle en apparence mais agile en diable et ayant l'oeil pour voir toues les choses ayant une quelconque valeur et pouvant susciter son intérêt...Et qui de fait ne tardait pas à finir dans son escarcelle, qui se remplissait rapidement, le désir de tout posséder l’animant en quasi permanence. Ainsi il n’avait pas son pareil pour désarmer ses opposants au combat et user de leurs propres armes contre eux ou leurs alliés, le rendant particulièrement efficace dans des combats de groupes, passant d'une arme à une autre, bien qu'il ne possédait pas d'armes propre à lui. Néanmoins il se contenait de justesse avec ses compagnons, sachant que ce serait raté l'occasion de posséder plein d'autre chose... il arborait en permanence une tunique de cuir et de tissu mêlé qui lui permettait de se fondre dans de nombreux décors avec aisance, il avait également un capuchon qu'il ne rabattait que rarement, car souvent se mêlé à la foule était la meilleure protection et dissimuler son visage, si l'on se faisait voir était le meilleur moyen de paraitre suspect. Ainsi il exposait en permanence ses cheveux d'ébène et ses yeux argents qui semblaient aussi malicieux que le sourire qui ornait bien souvent ses lèvres... Comme à cet instant où il essaya e dérober une bourse à "L'avarice" pour s'exercer et où il s'en mordit les doigts quand une baguette frappa sèchement ces derniers.

Parlons en justement de "L'avarice". Homme atteignant la quarantaine il était celui qui finançait la grande majorité des dépenses du groupes et gérait ses économies, pierre indispensable, mais au combien pesante parfois quand on commettait le moindre écart vis à vide son "cher" argent,appréciant probablement plus les pièces d'or aux être humain, au point que bien qu'il soit le plus riche il était le membre du groupe qui portait les habits les plus dépenaillés, étoffes de lin mités et presque trop courts pour lui. Ses yeux étaient fauves et ses cheveux mal coiffés, usant son peigne au minimum afin de ne pas avoir à en racheter, étaient d'un éclat blond platine malgré la crasse qui le recouvrait, se contentant d'eau claire pour se laver, refusant de dépenser en des futilités tels que les huiles nécessaires à un vrai nettoyage. Ironiquement il était pourtant attiré par les jeux de hasard...auquel il ne manquait pas de gagner régulièrement, ce qui expliquait probablement le fait que le choix de son arme, malgré ses faibles talents en combat, se soit porté sur des cartes de jet. Tout aussi stressé que les autres il gardait chaque main posé sur une des bourses qui étaient accrochés à sa ceinture, seule dépense un tant soit peu couteuse qu'il avait accepté d'effectuer pour pour lui même, et grommelant à l’encontre des pertes financières que produisait ce voyage. Ce qui ne manqua pas d'être réprimandée rapidement par une voix féminine, mais brutale.

"L’orgueil", qui était la saboteuse du groupe venait de s'exprimer blâmant "L'avarice" de ne pas lui avoir permis d'être suffisamment à son avantage avec ses économies.Femme atteignant tout juste la majorité elle arborait un visage fin, mais couvert de tache de rousseur qui accompagnait avec une certaine harmonie sa longue chevelure de feu dont elle prenait grand soin, enfin pour rehausser cela ses yeux étaient semblable à deux émeraudes. Il s'agissait définitivement d'une jeune fille de plus mignonnes si elle ne se surchargeait pas de maquillages pour paraitre plus belle et si l'on oubliait son épouvantable caractère, car que quiconque fasse mieux qu'elle et elle avait des crises effroyables et bien souvent mortelles pour plus d'un. Pourquoi était elle la saboteuse ? Tout simplement car de par son orgueil elle n'avait jamais supporté toutes les choses qui lui étaient supérieur ou se mettaient en travers d'elle une seule solution alors...Les détruire! Et elle excellait dans ce domaine, maniant de nombreux explosifs dont les composants étaient dans des sacoches accrochés en bandoulières à son épaule,l ui permettant de détruire tout monument qui n'était pas à sa gloire et pour les êtres humains qui lui étaient supérieur...Les deux crache feu de fabrication naines qui étaient fixés à ses bras, s'apparentant à des gueules de dragons qui lui empêchait de manipuler toute autre objet, mais qu'elle ne retirerait cependant que pour dormir ou manipuler ses bombes. Leurs feraient vite ravaler leur arrogance, condition qu'elle es encore de l'huile pour cela... Ce qui n'était pas gagné puisque même la nature lui paraissait cherché à la dominer et ponctuellement elle faisait jaillir quelques flammèches à peu près inoffensives de ses machines mais qui consumait quand même sa réserve qui à plein régime ne tenait guère longtemps... Il fallait noter par ailleurs que malgré sa vanité ses habits étaient plus utilitaires qu'autre chose, un short et une sorte de débardeurs, car des habits plus amples n'aurait pas manqué de pendre feu avec ses victimes.

Enfin venait la "Paresse" qui était la seule à se tenir coi...Et justement elle était de plus en plus calme ce qui était inquiétant, car elle risquait de s’endormir d'un instant à l'autre au milieu de la route. Stratège de la bande elle était partisane du moindre effort.... En ce qu'elle faisait et ce même pour se battre, son arme étant un chakram enchanté qu'elle se contentait d'envoyer et de diriger avec son bras, comme par télékinésie, ce qui lui évitait d'avoir trop à s'épuiser. Elle approchait de la cinquantaine et ses cheveux le marquait, avant semblable au plumage d'un corbeau, mais était maintenant marqué par des trainées blanches que tentait en vain de faire oublier son regard violacé... Qui en ce moment s'éteignait de plus en plus, probable qu'ils n'allaient pas tarder à monter le camp, encore plus tôt qu'hier... Il était vitale de trouver aussi rapidement quelqu'un qui symboliserait la "Colère".

Cette dernière,qui était le second bras armé du groupe, avait généralement l'art par ses coups de gueules de calmer les turbulents et de réveiller la "Paresse". La contrepartie était qu'il fallait bien souvent que tout les groupe se ligue pour essayer de le calmer au quotidien sinon ses crise de nerfs tournaient à l'excès et dégénérait bien souvent... Mais ça ne risquait pas d’arrivé puisqu'ici il était justement celui qui manquait...Pourquoi avait il fallut que celui qu'ils avaient le mieux connu le mieux parte et que tout ceux qu'ils avaient recrutés jusqu'alors n'avaient pas été fichu de survivre.

Enfin il restait lui la "Gourmandise", ravitailleur de la troupe et qui transportait de quoi nourrir une armée pour une journée alors de quoi nourrir six ou sept homme pendant au moins trois mois. Il était un homme gros, voir obèse, de trente-sept ans, mais dont la corpulence ne semblait nullement gêner ses mouvements, portant juste un pantalon sa bedaine étant ainsi à la vue de tous. Il arborait en permanence un air jovial et un peu rougeaud qui le faisait ressembler autant à un marchant qu'à un prêtre accoutumé à la bonne chair. Au combat il utilisait une lourd masse dissimulait dans la nourriture et qui servait aussi à l'occasion à touiller la soupe du groupe. Son mal être pour sa part se manifestait par ses grignotages...car oui bien qu'il soit un goinfre il respectait habituellement l'heure de repas avant de se remplir trois fois plus la panse que les autres...

..Chacun s'apprêtaient à laisser éclater son trop plein d'agacement, quand ils aperçurent une scène incongrue. Un humain se battant contre un nombre relativement important de démons... Certes ce n'était pas la première fois qu'il voyait un spectacle de ce genre et ils auraient contourner cette scène, n'ayant cure du sort de ces malheureux,quand ils virent la furie du combattant lorsqu'une de ces engeances avait osé touché sa protégé, qui avait dès lors criée de manière bien exagérée.. Mais ce n'était encore rien par rapport au hurlement de douleur que lâcha le démon quand lame du guerrier le faucha, le visage de ce dernier marqué par une mimique des plus spécifiques...Oui il ferait l'affaire. Dès ce moment ils intervinrent en sa faveur, un déluge d'acier ne tardant pas à s'abattre sur les démons qui finirent par être entièrement annihilé et ce rapidement. La"Paresse" s'avança alors vers l'inconnu, un sourire énigmatique aux lèvres... Oui, peut être pourrait il devenir la "Colère"... Restait à espéré qu'il tienne plus longtemps que les précédents la femme mûr prit alors la parole essayant de se défaire de la monotonie qui les accompagnait presque permanente...

"...Salutation monsieur... Et madame... Il est surprenant de voir des humains qui ne ressemblent pas à des brigands en ces lieux. Cela est bien insouciant à deux...Que venez vous faire ici ? ne prenez pas ça pour de l'indiscrétion, mais il se pourrait que nous puissions nous aider mutuellement..."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Invité le Mer 02 Mai 2012, 22:18

Cela faisait quelques temps que Kane et sa compagne avait quitté la demeure ''familiale" à présent emplie de cadavres dégoulinant de sang. Le mercenaire avait mit le plus de distance possible entre le lieux maudit et eux deux, ne voulant pas faire souffrir plus Cestia qui n'avait cessé de pleurer durant les premiers jours de leur fuite. Durant tout ce temps, ils n'avaient cessé d'être en mouvement : rester sur place signifiait laisser une chance à un démon de les retrouver. Car oui, le démon malicieux qui avait voulut voler l'âme de son amante et qui avait remplacé son bras tranché avait omit de dire une chose. Le petit "détail" était qu'en réalité, même si elle était utile, la prothèse remplaçant son bras était emplie d'une énergie démoniaque que Kane n'appréhendait pas. Donc, l'objet en métal servait de ''balise' à certains démons mineurs qui désiraient s'en emparer pour se renforcer d'une manière ou l'autre. Cela signifiait, il fallait s'en douter, que le jeune humain était forcé de se battre contre les hordes de ses créatures. Il avait déjà essayé par le passé de retirer la prothèse d'abord à main nue puis même en ayant recourt au services d'un forgeron mais rien n'y avait fait : le sale bout de métal démoniaque était solidement fixé à son moignon. Finissant par accepter son sort bien contre son gré, le mercenaire en armure noire combattait donc à chaque fois qu'un démon faisait surface. Heureusement pour lui, la prothèse n'était pas très attrayante pour des démons plus puissants : cela n'était qu'une peccadille pour eux aussi Kane ne devait-il affronter que des rebuts manquant de puissance.



Cela étant, les combats contre ses montres de cauchemars étaient souvent épuisant, les vagues de créatures plus grotesques les unes que les autres s'écrasant sur son épée, le laissant parfois vidé de toute son énergie. C'était dans de tels moments que la situation devenait tendue : malgré ses promesses, surveiller continuellement Cestia était difficile lorsqu'il était si épuisé et cette petite étourdie profitait de chacun de ces moments pour s'égarer quelque part. Plusieurs fois le mercenaire borgne avait dû la sauver d'une situation périlleuse et plusieurs fois n'avait-il reçu en retour qu'un feulement agacé de la folle qui ne comprenait pas pourquoi son amant s’énervait sur elle. Ayant désespérément besoin d'alliés et de gens plus compréhensif à son égard que la moyenne des humains, Kane se dirigea vers un lieu où des monstres vivaient soit disant. Après tout, le jeune homme avait vitre comprit que ses semblables ne l'aideraient pas : dés que Kane prononçait le nom ''démon", les gens sortaient les fourches et les torches alors aller demander à des humains de traiter son cas était pure folie ! Se reposant un jour au coin d'un bois en ruminant de sombre pensées, le jeune homme et sa compagne handicapée mentale furent de nouveau assaillit par de petits démons mineurs. Les êtres, à peine plus que des ombres malveillantes ne représentait pas un vrai défit pour un guerrier de la trempe de Kane mais il fallait quand même bien les massacrer jusqu'au dernier car un seul pouvait faire de gros dégâts. Les petits démon le prouvèrent bien vite car ils tentèrent de dévorer les restent d'âmes de sa pauvre amoureuse. Se ruant sur l'être pour le mettre en miettes ainsi que ses rares confrères encore trop proche, il éructa un défit aux démons survivants... Qui furent vite massacrés mais pas par lui ! Reprenant son souffle, le guerrier noir fixa le petit groupe qui venait de l'aborder. Il écouta avec attention mais sans néanmoins baisser sa garde le discourt d'une des femmes du groupe et finit par baisser la pointe de son épée. Hésitant à répondre, le guerrier tout de noir vêtu dit simplement, toujours en position de combat :

-Je suis à la recherche d'un lieux sûr : ma compagne ne peut rester dehors toute seule aussi suis-je à la recherche d'un coin où la cacher pour le moment... En tous cas, ce serait plus facile pour moi de la protéger avec des paires d'yeux en plus et vous pourriez profiter d'une lame supplémentaire si jamais on ''s'aiderait'' mutuellement...

Le combattant fixa tour à tour chaque membre et s'avoua qu'il leur trouvait un air bien particulier. En tous les cas, Kane se félicita de ne pas avoir mentionné le donjon qui était son objectif : les inconnis étaient peut-être venu l'attaquer !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Engar le Jeu 03 Mai 2012, 13:44

La fin de l'affrontement avait été des plus brutales, mais cela n'empêchait pas pour autant la bande d'aventurier de rester stoïque, voir de s'occuper pendant que la paresse discutait avec leur recrue potentielle. Ainsi "Orgueil" Annonçait à qui voulait l'entendre qu'elle avait tué plus de ces démons que n'importe qui. "Envie", après avoir lâché la corne d'un des démons qu'il avait arraché afin de pouvoir se battre, récupérer les babioles qu'avait posséder leurs victimes, voir certains attributs démoniaques, fascinés par tous, mis en abandonnant certains au final, se lassant rapidement de nombre d'entre eux. "Avarice" lui vérifié ne pas avoir perdu de bourses pendant la bataille et suivait envie pour arracher la moindre pièce qui pouvait être trouver sur le cadavre d'un des diables, poussant un petit cri d'exclamation à chaque fois. "Gourmandise" passé derrière eux afin de récupérer quelques bons morceaux sur les corps es démon out étant mangeable à ses yeux...et se demandant si comme un des anciens "colère" celui en devenir oserait et apprécierait en manger. "Luxure"était le seul au final à se tenir à carreaux assis sur un troncs d'arbre à terre, la lance à la main, il n'allait pas accomplir son "occupation" favorite devant les autres et avec des morts ! Son vice pouvait peut être paraître le pousser à cela, mais tout l'art de la luxure était de le faire avec le consentement et le plaisir de l'autre sinon il s’agissait de quelque chose accompli avec envie ou colère à l'égard de l'amant infortuné... Et ici un cadavre ne pouvait ressentir de plaisir, bien qu'une fois avec un undead...enfin passons. ses compagnon ne étaient de ceux qu'il n saurait séduire..Et il ne se risquerait pas à essayer avec la compagne de l’imposant guerrier, plus par ce qu'elle était...Dérangeante dans son attitude que par crainte du colosse, ayant déjà eu affaire à de nombreux cocu fort courroucés... En tout cas l'enrôlement de cet homme semblait mal commencé et cela se vit au sourcils de paresse qui se froncèrent un peu, au rien qui indiquait la sévérité ou l'énervement, mais c'était suffisant pour un observateur averti pour savoir que quelque chose la dérangeait.

"Hmm... Au vu de votre position je crois deviné de quel lieu sûr vous parlez... Et pour être honnête nous cherchons un partenariat sur le long terme, et sans.... Éléments non indispensable, mais au vu de l'attachement que vous avez pour cette personne il me parait évident que nous allons devoir faire avec... Néanmoins permettez moi d'argumenter quant à ma cause, car nous ne faisons pas que chercher une "lame" sinon nous en aurions autant que nous voulons, bien que ce ne serait pas du goût de tous." Lance un cou d’œil à "Avarice"... Oui ils avaient grâce à lui les moyens de payer des mercenaires, mais lui ne voudrait jamais lâcher le moindre sou pour cela. "Enfin... Pour faire simple nous cherchons un profil de personne en particulier, et vous en êtes, je ne pense pas que vous pourrez trouver meilleur endroit pour exploiter votre talent et si vous cherchez la sécurité pour elle, nous avons également les moyens de l'y mettre... Et j'appuie mes propos avec le fait que si ce donjon accepte les humains renégats, et justement ils acceptent n'importe qui ce qui pourrait être dangereux, cela m'étonnerait que ces derniers soient bien traités par toutes les créatures qui y habitent et vous risquez des ennuis rien qu'avec cela... Et sinon rassurez vous nous ne vous ferons rien pour avoir cherché à le rejoindre car..."

Elle porta alors la main à un parchemin, leur contrat,dont elle lut un passage à haute voix.

"...Êtes mandés d'exterminer autant que dans la mesure du possible les brigands, les créatures pillardes et celles voulant chercher refuge dans le donjon et qui pourraient être un menace future dans un périmètre de cinq lieux autour de la demeure citée... Il est de fait fortuit que vous n'ayez ni l'air d'un brigand et qu'il est clair que vous n'êtes pas une créature, même anthropomorphe, au vu de votre attirail."


...Voila c'était la "Paresse" ne faisant jamais pus que ce qu'on lui demandait et ce quand bien même quand cela allait à l’encontre de toute logique... Son regard se porta alors sur le bras mécanique, qu'elle estima de facture naine de son interlocuteur, qui justifiait sa dernière affirmation, cette prothèse ne pouvant probablement pas s'adapter à un changement de corps il aurait étrange qu'il se le soit greffé... Enfin il conclut ses propos.

"Voila ce que je vous propose... Finissez avec nous ce contrat et après faites votre choix. Si vous persistez à vouloir rejoindre le donjon nous vous y accompagnerons. cela me parait équitable... Ah si vous voulez que nous nous présentons, nous ne pouvons vous donnez nos nom...mai plutôt nos patronyme, chacun d'entre nous est assimilé à un pêché capital, je vous laisse deviner lequel pour chacun...Et bien sur celui quel serait le votre..."
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Invité le Ven 04 Mai 2012, 23:36

Un combat comme celui d'aujourd'hui, Kane en avait mené des centaines voir des milliers depuis que lui et son amante s'étaient mit sur les routes. Leur éternelle fuite en avant avait été semée d’embûches mais au final ils étaient toujours vivant et ''indemne" si on pouvait dire cela comme ça. Pourtant, le résultat du combat entre l'homme et le démon fut une nouvel fois pour le camp du mortel maniant la grande épée noire. Bien qu'il ne le dise pas en face des autres humains en face de lui, Kane aurait bien pu se débrouiller seul. Les compétences martiales du groupe n'étaient pas mauvaises, le guerrier noir ne pensait rien de tel mais malheureusement, les membres du groupe semblaient plus occupé par diverses choses que par une unité guerrière. Les ayant observé durant le court laps de temps où ils s'étaient battus ensemble contre les démons, le mercenaire avait pu voir qu'il y avait plusieurs failles qui pourraient pourtant être facilement évitées si jamais les différents guerriers travailleraient mieux ensemble. Le plus simple exemple à mentionner fut celui de la plus jeune femme du groupe qui n'arrêtait pas de se vanter : une attitude pareille était du genre à créer des tensions et à diminuer le potentiel d'un groupe. La jeune femme était égoïste et ne pensait qu'à sa propre gloire, cela était certain. Ayant déjà commandé des mercenaires ou ayant fait partie d'une unité de soldats de fortunes, Kane savait pertinemment que l’élément qui agacerait les autres par son comportement serait le premier à crever. Les autres ne l'aiderait pas ou hésiterait à le faire par rancune ou tout simplement par envie de ne plus entendre le vantard et cela mettrait donc en péril toute l'unité. Crispant doucement des mâchoires, le mercenaire se désintéressa d'elle pour analyser les autres mercenaires.


Cependant, Kane n'eut pas le loisir de s'occuper de cela : une autre femme, plus âgée, l'interpella et malgré qu'elle ne l'exprime pas verbalement, le jeune homme borgne devina sans peine qu'elle était quelque peu courroucée par son intention de rejoindre le donjon avec Cestia. Cette dernière, toujours aussi tête en l'air, s'amusait avec un globe oculaire démoniaque qui avait volé suite à un coup d'épée. Ne voulant pas la réprimander en public comme si elle avait été une enfant (ce qu'elle était au niveau mental !) Le jeune homme se contenta de faire voler le sang de son épée sur le côté avant de la ranger dans le dispositif qui courait dans son dos. L'assemblage de cuir et de clous pendait le long de son dos et même plus bas, donnant à Kane une espèce de ''queue de diable" qui voletait parfois au combat tel un fouet rageur. Un cliquetis se fit entendre, signe que l'arme mortelle était à présent dans son fourreau et le mercenaire sourit en entendant ''paresse'' donc parler au sujet d'une possible alliance. le borgne faillit rire à cette idée car tous ceux ayant voulut s'allier avec lui étaient mort dans d'atroces souffrances et il savait bien que ce groupe ci ne ferait pas exception. Pourtant, Kane avait grandement besoin de repos et il en était conscient : avoir plusieurs autres lames à ses côtés lui permettrait de s'économiser un peu surtout si jamais le donjon ne l’accueillait pas si bien que prévu. Hochant la tête avec un sourire entendu, le guerrier en noir diçt à l'attention du groupe :

-Ok, si j'ai bien suivit votre logique ''paresse'', je suis la ''colère'' du groupe hein ? Ça marche pour moi, ma lame est votre jusqu'à ce que j'en décide autrement mais... Si vous ne voulez pas que la "colère" retombe sur vous, ne touchez pas à cette jeune fille est-ce que c'est d'accord ?

Le jeune homme au bras d'acier montra du pouce la jeune handicapée mentale qui l'accompagnait qui fit un grand sourire innocent comme pour montrer qu'elle était gentille. Kane espérait bien mettre dans le crâne des mercenaires représentant les 7 péchés capitaux que quiconque toucherait à cette femme serait impitoyablement mit à mort... Lentement.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Engar le Sam 05 Mai 2012, 20:30

La jeune femme sourit, c'était déjà ça de gagné...Et décidément, même s'ils récupéraient un fardeau avec ce type correspondait parfaitement au profil qu'ils attendaient de lui. Détaillant la jeune femme quelques instants elle en prit une poignée d'autres pour réfléchir et enfin s'exprimer.

"Parfait et c'est parfaitement compréhensible... La colère fait bien partis de ces péchés pour lequel il faut une cause pour exister sans quoi il s'agit juste de folie meurtrière. Bon pour faire court votre sera le plus simple, sans vouloir vous dévalorisez, à savoir vous chargez de la mêlée dans toutes les circonstances...Quant à votre position dans le groupe...Hmm."

Elle analysa la situation, il fallait dans tout les cas qu'il soit devant,derrière ou à côté de sa protégée, évité ensuite que "Luxure" soit trop près au risque qu'il soit tenté de commettre un excès, "Orgueil" et "Envie" pourraient se montrer jaloux des talents du guerrier ou de ce qu'il possédait et il faudrait garder un oeil sur lui... Bien... Elle voyait ce qu'il fallait faire. Elle tapa alors dans ses mains, deux coup sec, un plus ample, qui, avec une discipline surprenante, poussa les autres à cesser leurs activités et à se réunir autour d'elle, sans même grommeler.

"Bon nous reprenons la route dans quelques instants, mais il y a changement de formation. Moi en tête seule, les trois rangs suivant en rang de deux dans cette ordre, "Colère"et son amie, "Avarice" et "Gourmandise", "Orgueil" et "Envie" et enfin "Luxure" tu fermes la marche. Des objections ?"

Aucune de son côté... Il regarda alors le nouveau afin qu'il fasse part de son opinion alors que les autre se mettaient déjà en position, prêt à reprendre la route et reprenant leur activité banale, "Gourmandise mangeait, "Avarice" comptait ses pièces... Sauf que le calme semblait déjà en partit revenu et cela était un grand plus avec ces personnes...
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Invité le Dim 06 Mai 2012, 19:50

Le contrat une fois scellé avec les étranges guerriers, le mercenaire habillé de noir se surprit à lorgner de son oeil unique chacun des membres des "péchés" plus en détail. Le jeune homme se rendit bien compte que, malgré leurs manque cruel d'esprit d'équipe, les mercenaires prit individuellement semblaient tous bien maîtriser l'art du combat chacun à sa manière. Kane les avaient un peu sous-estimé au début : l'apparente méfiance qui régnait entre les différents guerriers le leurrant. Mais il ne ferait pas cette erreur une seconde fois, malgré qu'il ai passé un pacte avec eux, le mercenaire en armure noire ne leur faisait pas encore confiance. C'est pour cela qu'il concocta déjà un plan pour se débarrasser d'eux tous en cas de besoin : certains s'annonçaient facile, ou tout du moins semblaient facile à combattre et à vaincre ou à corrompre. Par exemple, même si Orgueil était douée au combat, il avait déjà repérée des failles dans son style, qu'elle ne connaissait pas ou refusait de voir par... Et bien par orgueil ! Le suivant à venir était ''l'avarice", le corrompre ne devait pas être compliqué surtout si il touchait à son plus précieux trésor en lui promettant de renflouer ses caisses d'une manière ou une autre. Le reste du groupe était un mystère que Kane ne voulait pas encore explorer pour le moment. Pourtant le plus gros soucis pour le jeune homme restait celle qui lui avait adressé la parole, cette ''paresse'' : il doutait fort qu'un groupe de guerrier comme celui qu'il venait d'aborder puisse s’encombrer d'une femme à l'allure inutile sans une bonne raison... Quelle était la particularité de la femme ? Soudain, il entendit Cestia gazouiller des choses incompréhensibles en pointant du doigt une chose encore invisible au groupe situé au nord Ouest, juste après un tournant. Elle courut rejoindre ce qu'elle avait ''sentit'' et Kane lui colla aux talons, laissant le groupe derrière sans se soucier d'eux.




Arrivé là où Cestia voulait aller, Kane se figea brusquement : une troupe d'une trentaine de démons, et des spécimens bien plus puissants que ce qu'il avait affrontés, avaient été massacrés sans aucune forme de pitié par des adversaires apparemment bien entraînés. Ne voyant personne dans les alentours, le mercenaire borgne s'accroupit au sol et trempa ses doigts dans une flaque de sang... Il était encore chaud, les meurtriers de ces bêtes démoniaques n’étaient sans doute pas loin. Comme pour confirmer ses dires, une lame en argent se posa sur son cou et y fit perler le sang. Un piaillement paniqué informa le guerrier noir que Cestia était elle aussi prisonnière. Se tournant lentement, le mercenaire eut une grimace de dégoût quand il vit un jeune homme se tenir devant lui. Les cheveux d'argent allant de pair avec une armure de noble rutilante donnait à celui qui le menaçait d'une épée du même métal un air autant qui horripilait déjà Kane. Ce noble était encadré par une petite escouade de gens qu'il ne connaissait pas mais portaient la livrée de la ville ainsi qu'un petit groupe d'une dizaine de chevaliers en armure. Deux d'entres tenaient d’ailleurs les poignets de Cestia qui mordait vainement dans l'air pour se libérer. Se redressant de toute sa taille en ignorant l'arme d'argent qui flottait à quelques centimètres de son visage, Kane ne dit rien mais écarta les jambes discrètement pour se mettre en position de combat. Le jeune homme en armure d'argent et au manteau d’hermine d'un blanc immaculé redressa soudain la pointe de son épée comme pour un salut. Souriant, le jeune homme dit à celui se tenant en face de lui :

-Vous n'êtes pas un monstre au sens propre du terme ça se voit, vous n'êtes pas non plus attifé comme un vil brigand alors qu'êtes vous ?

Prenant son temps avant de répondre, Kane, dont les mains s'étaient approchés de la garde de son épée, le borgne répondit :

-Juste un homme qui essaye de protéger sa fiancée que tes hommes tiennent en otage blanc-bec alors relâche là sois gentil.

Ne supportant pas l'air supérieur de monsieur belle gueule, le mercenaire n'avait pas su se retenir de faire passer un ton moqueur dans sa voix pourtant le jeun e homme aux cheveux d'argents relâcha la pauvre Cestia qui alla se réfugier près de son ''amoureux'' en sifflant comme un chat furieux à l'égard du chevalier. Le chef de la troupe finit par rengainer son épée qui produisit un petit ''stack''. Se parant d'un sourire amical, le noble se présenta avec une petite inclinaison du buste :

-Je me présente : Sir Wallace Windhowl, paladin de l'ordre de la main d'argent pour vous servir ! Quel est votre nom guerrier noir ? Et surtout que venez vous faire ici ? Pas chercher le donjon situé à proximité quand même ?


Le visage du mercenaire borgne se rembrunit et il répondit simplement :

-On dirait que tout le monde le cherche ces temps ci...

Cela signifiait sans doute ''oui'' mais il ne voulait pas lui déballer toute l'histoire sans savoir si il n'allait pas à nouveau tenter de le tuer et aussi sans savoir au préalable où se trouvait le groupe des pêchés : ils pourraient lui servir de renfort après tout sait on jamais...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Engar le Mar 08 Mai 2012, 18:31

A peine lui laissait on la parole qu'il s'en allait..."Paresse" aurait pu largement s'en offusquer s'il n'avait pas un bon motif... Et surtout si elle ne avait pas la flemme... Bah il allé la récupéré et il reviendra... Ou bien il partira, elle se fixa elle même un temps d'attente d'une dizaine de minutes avant de le laisser avec sa compagne. Après tout ils pouvaient bien se permettre une petite pause... Encore... Et peut être cela lui permettrait d'apprendre ce que pensait ses compagnons du nouveau venu.

"hm...Votre av..."

Elle fut coupé en pleine milieu de sa phrase par un craquement sec, bien trop bruyant pour être du à un animal, et bien trop caractéristique pour que l'on ne soit pas certain qu'il s'agisse d'un indiscret... Il y avait décidément beaucoup de monde dans cette forêt aujourd'hui...

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

...Soupirant le capitaine Zephyr se demandait ce qu'il faisait là, jeune homme blond dans la seconde moitié de la vingtaine, fétu d’amples vêtements fauves et d'une cuirasse d'acier, alors qu'il avait déjà tout ce qu'il avait déjà espéré et tout ce qu'il était endroit d'espérer au vu de ses origines, car son grade était du uniquement à ses faits d'armes et non pas à ses origines, qui bien que nobles avaient été plus une entrave qu'autre chose, et il savait qu'il n'irait pas plus loin dans la hiérarchie alors... Pourquoi avoir accepté la demande de ce prélat qui lui avait promis monts et merveilles ? .. Il venait à peine d'être affecté au commandement de la garde d'une des villes majeures de la région où était situé le donjon qui avait tant fait parler de lui et qui serait sa principale source de travail, non pour l'assiéger, ses effectifs étaient insuffisants, mais pour apaiser la populace locale qui sous la harangue de prédicateurs se sentait prendre d'une violente vindicte. Et alors qu'il s''installait dans son bureau un homme encapuchonné qui s'était présenté comme appartenant à l'église et l'avait prouvé lui avait alors demandé un service bien particulier...Et le jeune homme s'était senti obligé, même si cela n’était clairement pas une requête officiel. Désobéir à ces hommes pouvait coûter cher... Et il avait déjà assez payé. Au moins lui avait il expliqué comment procéder. Ainsi il avait préparé un départ rapide... Mais pas suffisamment pour éviter la visite d'un paladin qui en vertu de l''autorité de son ordre le réquisitionnait, lui et ses hommes, à croire que c'était le jour...

Vola comment il avait réussit à se retrouver à errer en forêt en compagnie de vingt gardes et d'une dizaine de chevalier à chercher le donjon pour ce "sir" Wallace qui semblait être obnubilé par cet te antre de monstre... Grand bien lui fasse, Zephyr le laisserait à l'entrée de l'édifice et débuterait réellement sa chasse... Quoiqu'avoir des "renforts" s'il devait faire une rencontre fortuite ne serait vraisemblablement pas de refus s'il en croyait l’ecclésiastique. au terme de 5 heures de marche ils surprirent une troupe de démons mal équipés qui ne leur opposèrent guère de résistance grâce à l'effet de surprise et également, en grande partie, grâce à l'habilité des chevalier qui étaient tous au moins du niveau de Zephyr qui servait également de maître d'arme à ses hommes quant au commandant... N'en parlons pas. Ce dernier par ailleurs leur demanda de se poster en embuscade, certains que d'autres monstres seraient attirés par ce charnier et qu'il s'agissait d'une chance à ne pas laisser passer, le jeune homme en profita pour envoyez deux éclaireur patrouiller aux alentours, dans des directions différentes... Effectivement quelqu’un vint, mais pas la créature espéré, juste une folle qui se jeta presque dans les bras des chevaliers qui l'immobilisèrent sans aucune douceur, faisant s'insurger le commandant.

"Qu'est ce que ce comportement. Il ne s'agit que d'une donze..."

De toute façon c'est à peine si on l'écouta, mais il s'interrompit de lui même quand le spadassin apparut et récupéra avec aisance sa fiancée, selon ses termes, suite à un échange bref, mais acide. Ainsi donc il allait vers le donjon ? Un renégat ? Un peu facile de le juger ainsi sans preuve, il pouvait tout aussi bien être un aventurier, alors pourquoi s'encombrer d'un poids mort... Un appât ? Quoi qu'il en soit ils n’avaient pas suffisamment de preuves pour l’exécuter ou l'arrêter sur place et le commandant allait essayer une nouvelle fois de s'exprimer quand apparut Paresse qui sortit de bois, marchant dans le corps sans leur prêter attention afin de s'exclamer, apparemment agacé... Oui c’était un d'entre eux... Les autres ne devaient pas être loin de fait.

"Que voulez vous à mon camarade soldats ?"

Ainsi donc il été de mèche avec eux... Mais il ne correspondait à aucun description qui lui avait été faite, même à la plus ambiguë, un nouveau ? un allié qui ne faisait pas partie de leur bande ? Il faudra probablement qu'il le capture pour en apprendre plus quoi qu'il en soit c'était son tour de prendre les choses en main et ça tombait bien ses éclaireurs, qui étaient les meilleurs tireurs de la troupes revinrent, il leur fit alors signe de se positionner et alla lui même se poster près du commandant

"Veuillez m'excuser "sir" mais chacun d'entre nous à son objectif... Et le mien vient d’apparaître..." Se retourne vers la dame que ses arbalétriers gardaient en joue "Vous qui vous faites connaître sous le patronyme de "Paresse", êtes priés de vous rendre au nom de la sainte Eglise pour blasphème, hérésie, meurtre et autre crimes appelant à un châtiment divin mérité. Livrez vous sans résistance et dénoncez vos comparses et peut être aurez vous une chance d'avoir la vie sauve..."

Le jeune homme haïssait ces méthodes de lâches qui étaient conçus afin de semer le doute dans l'esprit de leurs proies, mais il s'agissait de la procédure et il ne pouvait y couper... Mais comme toute procédure cette dernière avait une faille, voire plusieurs, parmi elles, celle que l'interlocuteur n'est en vérité que très rarement impressionné par ce discours et qu’il était évident qu'elle été tiré du livre du parfait petit garde ce qui n'était pas sans attiré les railleries et cette fois là ne fut pas sans exception.

"Hmm je crois deviner qui t'envoie mon jeunot... Et on dirait qu'il nous sous estime vraiment pour envoyer un blanc bec comme toi... Néanmoins je vais être, après tout je ne suis pas assez leste pour éviter deux carreaux d'arbalètes..."

Sans se soucier vraisemblablement de "Colère" elle retira son chakram de son dos et le laissa tomber au sol. Ce qui eut pour effet de donner lieu à un étrange enchaînement d’événements, en premier lieu l’arbalétrier de gauche bondit brusquement en arrière, se dégageant de son collègue, du commandant et des chevaliers et tira au hasard abattant un des compagnons de Sir Wallace, cela eut pour effet de faire se retourner la plupart d'entre eux, dont Zephyr, vers ce traître, ce qui les empêcha de réagir face au chakram qui tourna tout seul...et s'élança vers le dos du commandant, heureusement pour lui le second arbalétrier avait réussi à garder sa position et en réponse à cette sorcellerie essaya d'abattre la femme qui les avait trompé, la forçant à tendre le bras pour dévier la trajectoire de métal pour qu'il dévie le projectile meurtrier... Et la débarrasse de l’élément important, prenant tout sa vitesse pour décapiter proprement le tireur...enfin proprement...Façon de parler au vu du sang qui occupa l’espace de l'air un instant avant de se répandre sur le sol. C'est à cet instant que la surprise se dissipa, les gardes quittant leur repos pour reprendre les armes et les chevaliers dégainèrent les leurs, certains se jetant sur le traître qui n'était autre que "Luxure" qui avait à l'aide de ces artifices réussit à prendre l'apparence de ce pauvre éclaireur qui était tombé entre leurs mains et qui après, rien que par peur, leur avoir avoué où était son escouade et surtout la raison de sa venue, et était allé nourrir les vers.

Quoi qu'il en soit "Luxure et "Paresse" étaient désormais exposés et en danger...mais ce n'était pour rien que cette dernière avait été désigné comme stratège du groupe, la phase deux de son plant entrait en œuvre, dans le camp elle se traduisit par l'embrassement des arbres sur un large périmètre, forçant les hommes à se mouvoir avec attention s'il ne voulait pas finir brûlé et par une série d'explosion qui se firent à divers endroits, fauchant régulièrement des hommes, l’œuvre d'"Orgueil" qui marmonnait probablement dan son coin que c'était le châtiment réserve aux vermisseaux qui la défiait. toujours est il que cette scène un peu surréaliste au vu du contexte donna l'occasion à Luxure de fuir avec aisance, s'enfonçant dans les bois dans lesquels personnes n'osa s’aventurer de criante de tomber sur d'autres membres de cette bande...Et veillant surtout à se protéger des détonations meurtrières. Dans la clairière la seconde partie se déroula bien autrement, ici nul feu nulle explosion juste un rire et un cri dément qui allait en direction u trio de chevalier qui s’était avancé pour s'occuper de la stratège.

"Tout cela doit être à moi ! A moi seul !"

Et sans plus de justificatif "Envie" saisit un coutelas tainant au sol et se jeta sur le premier chevalier à a porté abattant sa lame avecu ne telle violence sur sa main que, si l'armurel 'empêcha d'être infirme, il dut lache sa hallebarde que le voleur saisit à cet instant et fit basculerla loude lame sur le heaume d'un des compagnons du bougre qu'il avait dépouillé et se retrouait désarmé, lui défoncant le crane avant d'asséner un coup de manche vers l'emplacmeent du nez, dissimulé par son armure, des a victime intiale, avant de lacher...Enfin lancer en l'air, la pesante arme pour saisir le fléau durécent défunt et le faire tournoyer au dessus de sa tête, accaparant l'attention des deux survivants... Qui ne se rendaient pas compte que l'arme d'hast étaient en train de leur retomber dessus pique en avant. "Paresse" semblant ignoré cette folie, ayant même récupéré son chakram après avoir tué l'arbalétrier sans plus participer à l'affrontement, s’adressa à Kane...

"...En ce qui me concerne vous pouvez, si vous le souhaitez, être relevé de vos fonctions, ce qui nous ...Tombe dessus est une sorte de querelle familiale et vous ne faites pas partie de notre groupe depuis assez longtemps pour être réellement concerné... En tout cas il semblerait que je me sois trompé...Si vous restez avec nous vous ne serez pas en sûreté..."

Dans ce chaos Zephyr n’était pas resté les bras ballants, dégainant son élégante rapière il avait par ailleurs été parmi les premiers à chargé "Luxure" mais en vain,se faisant souffler par une explosion, il s'était retrouvé projeter un peu plus loin et, le bras brisé sous le choc, n'ayant que ceci comme blessure grâce à son armure, qui sans atténuer le choc avait empêché la branche sur laquelle il était tombé de lui transpercer le corps. Il essaya dès lors tant bien que mal de donner des ordres, essayant en vain de regrouper ses hommes... Il comprenait mieux sa mission, ces pêchés étaient bien plus qu'une simple nuisance comme on lui avait présenté... Mais dans ce cas pourquoi lui avoir demandé de s'en charger ? L'église avait sous ses ordres des hommes bien plus aptes à cela que lui !


Dernière édition par Engar le Mar 12 Juin 2012, 23:21, édité 1 fois
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Invité le Jeu 10 Mai 2012, 16:26

Peu tenté par un affrontement ouvert avec l'un des commandos d'élite de l'Eglise humaine, Kane resta plus ou moins tranquille mais en alerte dés qu'il sentit l'étau des chevaliers se resserrer autour de lui : il ne se sentait pas encore menacé, sinon il aurait déjà passé à l'assaut. En effet, son petit sobriquet de ''colère'' était certes justifiée mais il ne fallait pas ajouter le qualificatif ''idiot" ou "aveugle" pou le qualifier. Il voyait bien que les chances de s'en sortir indemne restaient mince même en prenant le blanc-bec par surprise mais vu que Cestia était toujours en danger, il se devait de combattre pour la protéger. Sa promesse le liant à elle était plus solide que n'importe quel acier, Kane se battrait sans relâche tant que quoi que ce soit menaçait son amante même si cela signifiait vider les réservoir à horreur de l'enfer. Sa posture s’assouplit lentement, partir par en bas puis remonter par un coup de taille au dessus de sa tête offrait une protection maximale contre coup et projectile le temps qu'il se rapproche des hommes armés d’arbalètes. Pourtant, à sa plus grande surprise, le mercenaire borgne n'eut même pas à se battre pour récupérer sa bien aimée : après un échange plutôt bref de paroles, le chef des chevaliers, l'idiot en armure d'argent rendit à Kane son bien le plus précieux. Le guerrier noir déploya sa large carrure pour offrir un bouclier à Cestia et observa le groupe, discernant les hommes moins bien armés des forces d'un village voisin et les chevaliers de mister cheveux blancs qui répondait au nom de Wallace Windhowl. Les hommes en armures étaient sans doute les ennemis les plus dangereux mais c'était bien leur chef qui intriguait le plus l'homme en armure noire. Même lorsque l'un des membres du groupe des "pêchés" s'ajouta à l'équation, ce dernier resta calme et serein, sa poigne ne se resserrant même pas sur la garde de son épée. Même lorsque la situation dégénéra avec la femme maniant une arme enchantée avec une habilité assez étonnante, ce jeune homme resta de marbre. Esquivant juste la trajectoire de l'arme en bougeant souplement malgré son armure, son manteau d'hermine virevoltant sans subir lui non plus la moindre égratignure. Il rassembla ses hommes et ajouta à l'attention de Zéphyr malgré le chaos ambiant :

-Je ne suis pas venu ici pour cela, votre mission est très digne et louable mais je ne puis vous prêtez moult assistance ici.

Rassemblant quelques chevaliers d'un signe de la main, le capitaine prononça quelques mots en avançant vers les flammes et les explosions qui le séparait du chemin qu'il voulait emprunter plus tôt. Avec son pouvoir sanctifié, le paladin pouvait facilement repousser dégâts et dangers sur une petit périmètre et donc garantit ainsi la survie d'une poignée de ses vingts chevaliers. Il avait gardé près de lui 7 autres membres de son ordre parmi les plus forts et disciplinés, les autres, ne constituant pas encore une unité de vétérans à part entière pouvaient bien mourir ça lui était égal mais si jamais quelques uns survivaient, Wallace veillerait personnellement à ce qu'ils soient ''augmentés". Être augmenté signifiait pour le paladin gravir le premier échelon de sa confiance personnelle. Être promu chevalier du poing d'argent était déjà un exploit rare mais au sein de la centurie de Wallace, cela ne valait pas un pet de lapin ! Il fallait encore gravir les rangs qu'il était le seul à accorder. Quittant la zone de combat, le noble chevalier se demanda un instant que ce qui était advenu de l'étrange duo composé d'un chevalier noir et de son amante : il avait ressentit une aura ténébreuse sourdre du mercenaire borgne mais rien de démoniaque... Cet homme étrange devait juste être un type ua passé un peu obscur.



Kane fut un peu surprit par l'efficacité du groupe : il les avait clairement sous-estimer. Une bonne équipe organisée pourrait les vaincre en éliminant certains éléments spécifiques du groupe en premier mais ce ne serait pas une tâche aisée pourtant jamais une telle occasion ne viendrait à notre mercenaire. En effet, "paresse", l'hérétique comme l'avait nommée l'officier du village, le congédia plus ou moins en bonne et due forme. Le mercenaire vêtu de noir n'hésita pas longtemps car après tout, la sécurité de Cestia importait avant tout : rester avec eux alors qu'ils étaient poursuivit par l'église et ses chiens de garde n'augurait rien de bon. Hochant la tête, l'ex soldat se tourna, faisant virevolter sa cape élimée et trouée de partout pour s'éloigner non sans devoir à un moment infliger un large coup d’épée pour repousser trois hommes d'armes. Une fois la menace directe écartée, Kane et son amante s'enfuirent sans demander leurs restes.



HRP : soit on peut en finir là soit se retrouver face au donjon et excuse moi pour la médiocrité du post Engar >.<

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Engar le Ven 11 Mai 2012, 23:06

Pour être franc "Paresse" n'était pas surpris du choix du spadassin, déçue, mais pas surpris. Il avait été clair dès le début qu'il était plus que probable qu'il fasse passer son amie avant la troupe. Elle avait néanmoins espéré bénéficié de plus du temps pour lui faire changer d'avis ou, pourquoi pas, réussir à mettre son amie en sécurité pendant qu'il les aiderait, cet assaut brutal, bien qu'ils avaient réussi, en surprenant un de leur éclaireur que "Luxure" avait remplacé, à le retourner à leur avantage avait chamboulé tout leur plan, elle avait espéré bénéficié d'un mois ou deux de plus dans le pire des cas... Mais au final elle était bien forcé d'admettre que si leur opposant avait un tant soit peu de jugeote et de ressource ce n'était pas très surprenant, leur groupe n'était pas particulièrement réputé pour sa discrétion, malgré le don d' "Envie" et de "Luxure" pour se fondre dans la masse quand nécessaire et il été aisé si on le souhaitait de suivre leur trace ou de leur tendre un piège comme la mission qu'il avaient en ces lieux avait du en être un cependant. Cependant quelque chose la dérangeait... Elle avait la quasi certitude que c'était un traquenard.

Mais dans ce cas pourquoi leur avoir opposé un si piètre troupe, d'autant plus que les chevaliers, qui constituaient clairement la plus grande menace, ne se souciait guère de leur casau vu de leur retraite ? D'autant plus que parmi les nombreux ennemis qu'ils avaient, ce qui n’était pas pour faciliter les choses quant à deviner le responsable de ce embuscade, si certain n'étaient plus du tout en état de se venger la plupart étaient en possession de moyens bien plus redoutable qu'une troupe de garde pour se venger. L'hypothèsequil s'agisse de fait d'un ancien sous fifre qui avait pris un peu de galon et qui voulait venger son défunt maitre ou son ancienne organisation paraissait de fait a plus évidente... S'il n'y avait pas eu de précédents, bien que ces derniers ne les avaient pas directement affecté, mais ce détail n'expliquait en rien cette vaine escarmouche...

Pendant qu'elle réfléchissait à cela l’affrontement suivait son cours, seule la moitié des gardes étaient encore debout et, en plus de celui qu'avait abattu "Envie" trois autres qui n'avaient pas fui avec leur seigneur étaient morts, l'un parce que pendant qu'il se concentrait sur le voleur avait reçu la hallebarde que ce dernier avait lancé tant tôt, sur le crâne, deux autres qui avaient subi les effets des assaut "d’Orgueil", qui commençait par ailleurs à perdre en intensité faute d'explosif. Dans les instants qui suivirent les gardes commencèrent à s'égailler, la peur s'emparant d'eux tant de par la mort de leurs camarades que parce que leur chef, malgré les ordres qu'il essayait de leur donner, n'était plus en état de les commander, abandonnant leurs frères d'armes à terre. En cela ils furent imités par tout les chevaliers restant qui sans plus se soucier de "Luxure" pourtant exposé de par la baisse du nombre d'explosion ou de quelques autres adversaires s'enfuirent... Du moins essayèrent celui faisant face à "Envie n'ayant pas le temps de tourner les talons que deux des trois boules de métal de l’arme saisi par son adversaire, lui brisèrent la mâchoire et la nuque le tuant sous le coup, et leur discipline les poussant à se retirer ensemble ils formèrent une cible de choix pour "Orgueil" qui en tua trois avec une seule bombe avant qu'il disparaissent dans les fourrés, à l'opposé de la position de la vaniteuse.

Ce ne fut que peu après que "Paresse" lassée de ses réflexions leva la main pour signaler l'arrêt des combats, ce qui était bien vain puisque faute d’opposants il s'était déjà achevé, "Envie" commençant à piller les corps, en achevant les survivants qui allaient forcément décéder de suite de leur blessure et se contentant de piller les autres sans se soucier de leurs plaintes, Luxure essayait de chercher les indices d'existence de veuves à "consoler", "Orgueil" à comptabiliser les morts qui l'étaient devenu "grâce" à elle et "gourmandises" et Avarice" quittant leur cachette d'où ils devaient assurer la retraite en cas de mauvaise surprise, le premier s'empara sans coups férir des provisions des hommes d'armes tandis que le second se disputait le pillage avec "Envie" afin de récupérer quelques misérables piécette... Soupirant face à toute cette activité qui l'épuisait déjà "Paresse" s'avança vers sa bande...Et dut se stopper quand une main lui saisit la jambe... Le jeunot qui l'avait interpellé,ainsi donc cet officier avait survécu. Par lacheté ou par chance ? Apparemment par chance car bien, que hormis son bras droit qui arborait un angle assez peu naturel et laissait à penser qu'il avait été victime "d’Orgueil", il avait son arme a ses côtés, il avait de fait du essayer de lutter... Au moins il tombait bien.

"Vous...ghh... N'échapperez pas longtemps à..."

Sans un mot la stratège se défit de sa prise alors que, remarquant la scène, les autres pêchés se réunissaient autour d'elle, et elle se retourna pour s'accroupir, se mettre à sa hauteur, et soutenir son regard, un sourire amusé aux lèvres.

"... Je parie que allait dire "La loi", "la justice", ou une autre ineptie de ce genre... Je préfèrerais en fait que tu me dises le nom de ton commanditaire, mais ça m'étonnerait, il n'aurait pas commis un telle erreur... Mais il va forcément te recontacter et c'est pour ça qu'on va te laisser en vie et retourner chez toi avec les survivants de ta troupe, mais tu devras lui passer un message ou alors...Nous ne serons pas aussi clément la prochaine fois... Dit lui que ses maigres coups d'éclat sur les "saisons" et les "sens" ne sont pas prêt de se réitérer car maintenant bien que nous sommes dispersés et sans liens tout les membres des "Parangons" sont prévenus...Et prêts à lui faire face..."

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Voici mot pour mot ce que leur meneuse m'a dit, les autres ont bien renchéri, mais il ne s'agit que de provocations que je n'ai pu retenir votre excellence... Après cela ils se sont juste retirés en me laissant sur place, je ne pus me relever que grâce à certaisn de mes hommes qui n'avaient été que sonnés et nous rentrâmes à la ville, évitant par chance toutes rencontres hostiles... C'est malheureusement tout ce que j'ai pu faire et je vous prie de m'en excuser."

Zephyr, le bras en écharpe et ayant défait son armure, n’arborant plus qu'une fine tunique de soie, s'inclina tout en veillant à ne pas réveiller sa blessure devant son interlocuteur, confortablement assis et faisant face au feu qui crépitait dans la cheminée, ils s'étaient cette fois donné rendez vous dans la suite de l'auberge réservé spécialement par l’archevêque et où il séjournait, l'église n'étant pas un lieu où il pouvait se permettre de parler de morts et de complots de par sa sacralité. Les mains jointes, il semblait concentré mais ce fut pourtant avec une voix nonchalante qu'il répondit à l'officier

"...Vous n'avez fait rien de plus que ce que j'attendais de vous. Votre... Échec était prévisible..."

L'incrédulité qui traversa le visage de Zephyr fut des plus intenses... Comment ça il était certain de leur échec ? Alors pourquoi les avoir envoyé ?

"...Vous plaisantez... Vous voulez dire que plusieurs des mes hommes sont morts pour rien ? Que leur femme et leurs enfants pleureront leur disparition... vous êtes un..."

"Un homme qui doit faire des choix difficile et qu'on blâmera pour cela..." S'interrompant il se leva et commença à se diriger vers la sortie, gardant toujours son visage dissimulé par son ample capuche. "Il y a des choses qui nécessitent des sacrifices... Mon objectif en faisait partie... Car ces personnes ont de nombreux ennemis, mais qui n'osent pas les assaillir au grand jour de crainte d'entrer en conflit avec les forces officielles, mais maintenant que nos proies ont tué des gardes cette nouvelle va se répandre et ils pourront agir sans crainte d'être inquiété et cette menace sera éliminé sans plus de perte ni fracas pour nous... Vous pouvez profiter des conforts des lieux si vous le souhaitez, mais le tenancier voudra probablement que vous partiez avant midi pour autoriser la réservation... Colonel Zephyr."


Et sans plus un mot il franchit le seuil de la chambre, laissant le jeune homme partagé entre sa hargne qu'il était forcé de muselé et sa fierté... Au final le seul choix qu'il fut capable de faire fut de sortir de l'établissement pour errer dans les rues, n'ayant rien d'autres à faire en attendant que son bras se rétablisse.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lentement, mais surement le piège se refermait... Oh non sans anicroches, mais le prélat était assuré de sa réussite... qu'avait dit "Paresse" , ah que les "Parangons" lui tiendraient tête... Si elle savait déjà combien d'entre eux étaient tombé, bien plus qu'elle ne pouvait le savoir malgré quelques débordements... Non en vérité le seul doute qu'il avait encore concernait l'élément manquant qu'il avait retrouvé depuis peu... Se joindrait il à la partie ou devrait il le débusquer de manière spécifique ? Pas vraiment une difficulté juste une perte de temps au pire... Et le temps il l'avait.
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les sept... Ah tiens non, huit...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum