Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Lun 30 Juil 2012, 00:51

Je suppose qu'après avoir passé plusieurs nuits en dehors du donjon rien que pour être sûre de ne pas croiser Meredith, il était temps d'être mature et de lui faire face, même si je n'avais toujours pas trouvé de réponse à mes questions.

Je veux dire, à la longue, je n'étais même plus sûre de quelles étaient mes questions. C'était sûrement un signe qu'il fallait simplement que je cesse de fuir et que tout s'arrangerait, ou arriverait à un terme, d'une façon ou d'une autre.

Ainsi, c'est dans une boutique enfin nettoyée et stockée (l'argent de la conférence avait aidé, bien que j'aie regretté ne pas maîtriser la télékinésie lorsqu'il a fallut tout mettre en place) que j'attendais, mes ongles faisant un tap-tap régulier sur le comptoir en acajou, résonnant dans le silence de la librairie.

Bien que j'essayais de ne pas être trop claire à ce sujet, le fait que mes yeux ne passaient pas cinq secondes sans regarder la porte et la petite clochette qui m'avertirait de l'entrée de quelqu'un rendait assez évident le fait que j'attendais une certaine personne.

Je veux dire, elle allait venir, n'est-ce pas? Elle habitait de l'autre côté de la rue. Et elle n'allait pas m'ignorer pour se venger des quelques jours où, par le plus grand des hasards, j'étais n'importe où sauf à proximité de cet endroit. N'est-ce-pas? Mon escapade n'avait même pas duré une semaine, juste… six jours.

Ce n'était pas si long, si?

Une plainte inarticulée sortant de mes lèvres, mes mains montèrent à ma tête alors que je la tournais dans tous les sens, pensant peut-être que si je me désorientais physiquement, tout serait clair mentalement.

Evidemment, ça ne marchait pas.

En revanche, c'était évidemment à ce moment précis que la porte s'ouvrit, et même avec le tintement de la clochette, il me fallut quelques secondes avant de m'en rendre compte.

Encore plus paniquée, je fis passer frénétiquement mes mains afin de lisser ma robe. Je n'avais pas vraiment de choix dans mes vêtements, mais je l'avais bien mise au moins? Et mes cheveux, ils étaient bien coiffés? Idiote! Tu viens d'en faire un désastre avec tes mains! Allez, sois naturelle, un petit sourire, absolument pas forcé. Bon sang, je ne me vois pas, mais je sais quand même qu'il est complètement figé! Allez, salue la!

Je sentis ma main se lever de façon mécanique avant de se figer environs à la hauteur de mes épaules et entendis une voix qui n'était pas la mienne, après tout ma voix ne tremblait pas autant, sortir de ma bouche.


"S–s-s-sa…lut?"

Au moment où mon regard se posait sur elle, ou plutôt à trois centimètres en dessus de son oreille droite, amusant comme un regard pouvait être difficile à croiser parfois, je sentis mon sang… euh, non, je n'en avais plus, mais si j'en avais eu, il serait maintenant dans mes joues, ce qui expliquerait pourquoi mon visage était aussi rouge.

Bon dieu… je ne savais vraiment pas quoi faire, là…


Dernière édition par Amaliah le Ven 01 Fév 2013, 20:23, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Mar 31 Juil 2012, 11:30

Meredith était forgeronne à présent et l'adage le plus célèbre et le plus juste du métier était "battre le fer tant qu'il est chaud". C'est pourquoi, dès le lendemain matin, la silhouette décidée se trouvait à la porte de sa voisine. Close. Pas la voisine, la porte. Elle la snobait? Un crochetage plus tard (par un humain aventurier voleur de passage qui a coopéré contre la pormesse -tenue- de le laisser repartir sans trop de dégâts) elle dût se rendre à l'évidence : Amaliah n'était pas là. Et, privé de son élan, son esprit commença à réfléchir, chose impossible en temps normal vu qu'elle fonçait en ligne droite.

Revenue dans sa forge après avoir -fait- refermer la porte. Meredith se mit à réfléchir. Des amants et amantes qui la fuit, c'était rare. Voir nouveau. Elle avait de solides arguments pour maintenir quelqu'un à ses pieds, surtout maintenant qu'elle pouvait fabriquer des menottes. En fait, c'était elle qui fichait le camp avant qu'ils (ou elles) pigent que la jolie chasseuse de monstre était un peu monstre par certains côtés. Marrant ce que le coeur était versatile et la boite de chocolat capable de se transformer en fourche et torche. Hors là il y avait une situation nouvelle.

Un changement de joueur.

Ce coup-ci, c'était ELLE qui s'était entichée d'une femme dont la simple évocation de sa condition vide un bar plus vite qu'un cas de peste bubonique. Un bar? Mais oui!

Se fiant à sa nature propre, Meredith passa donc les jours suivants à parcourir le donjon pendant son temps libre. Mais, ne connaissant pas trop les goûts d'Amaliah, elle chercha donc dans les bars, les boites de strip, les lieux glauques et mal famés habituels où elle irait personnellement se changer les idées. Ce n'est qu'au quatrième jour qu'un recoin de son esprit lui dit qu'avec sa jolie robe, Amaliah ne ferait pas de descente en rappel dans les oubliettes. Retour à la case départ avec un esprit chargé de questions pas courantes pour un mental qui se chargeait surtout de réfléchir à la nature du repas suivant.

Bon, elle avait pas aimé la séance? Question stupide, la Banshee avait failli la tuer tant elle avait apprécié! Elle en avait honte? Une morte-vivante peut avoir une religion rejetant les péchés de la chair et les relations entre femmes? Heu... la plupart des religions ont une opinion assez arrêtée sur les morts-vivants. Une histoire de bûcher. C'était donc pas ça. Elle avait honte? C'est vrai qu'elle était assez timide... Mais sur la fin il aurait fallu l'attacher pour la retenir donc c'était pas ça. Deux jours de "c'était pas ça" plus tard, elle avait même fini par fermer la forge vu qu'elle ne remarquait même plus les intr...clients.

Le problème venait d'elle? Fallait dire que sa nature était à 100% opposée à celle d'Amaliah. Mais ça n'avait pas eu l'air de la déranger plus que ça. Et puis, elle voulait la voir pour quoi?

La question qui fâche.

Elles étaient voisines. Dur de s'éviter. De plus, Meredith avait cessé sa vie de nomade, s'implantant solidement dans le donjon. Si solidement qu'un pied-de-biche et un tonneau plein de graisse ne la ferai pas bouger d'un pouce. Elle avait fait le premier pas vers ce qui ressemblait à une vie de couple. Et des couples, elle n'en avait pas croisé des masses dans sa vie. Déjà que sa mère avait été toujours seule... C'est à ce moment de ses réflexions, qu'elle sorti de la forge pour aller prendre l'air dans la boite de strip. Et vit que la boutique d'en face était à présent installée.

Retour arrière, lavage, essorage, habillage, désarmement.

C'est donc habillée de frais qu'elle se présenta dans la boutique. Elle avait son haut court en cuir par-dessous sa veste en meilleure état. Elle avait laissé les cuissardes de cuir usées à la forge pour se contenter de son boxer. Autant pas porter de fringues déchirées si on se pointe à une boutique pour cérébraux. Le tintement de la cloche la surprit. Pendant un instant hérité de traque dans des boyaux souterrains elle crut à un piège. Puis elle vit Amaliah. Toujours aussi bien habillée mais qui avait subie une espèce d'explosion capillaire. Le salut qui suivit n'était pas franchement assuré, ni vraiment rassurant. Elle était contente de la voir ou pas? Meredith elle-même ne savait pas si c'était une bonne chose d'aller la voir.

La forgeronne prit les choses en main. C'était elle qui avait le plus d'assurance en temps normal et elle avait besoin de réponses à un paquet de questions et un paquet de réponses attendaient des questions. Et inversement. Refermant la porte derrière elle, elle mit aussi en place le petit carton "désolé, on est fermé". A l'envers. Pivotant avec grâce, elle marcha de son allure habituelle, mi-lascive, mi-bagarreuse. Jusqu'à une sélection de livres. C'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait pas aller la voir en face. Intérieurement, elle se bourrait de coups de boules.

Souriante, elle prit un livre inconnu et l'ouvrit, le tenant à l'envers.

"Salut Amaliah! Jolie petite boutique que tu as là! Tu m'fait le tour du proprio?"

Côté lâche : bien joué!

Côté naturel : tu recule pour mieux sauter, t'es au courant?
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Mer 01 Aoû 2012, 14:57

Visiblement, Meredith était bien plus à l'aise que moi alors qu'elle entrait dans la boutique. Après avoir fermé la porte, elle se dirigea vers une des nombreuses bibliothèques qui parsemaient le magasin, ses hanches se balançant naturellement de façon assez… intéressante.

Vilaine Amaliah. Ne regarde pas… trop. Il faut rester concentrée, là.

Elle me salua de façon nonchalante avant de me proposer de lui faire une petite visite. Pourquoi pas, ça me permettra de me faire à sa présence avant d'entrer dans le vif du sujet… Quoique, elle semblait tellement à l'aise que je me demandais si elle pensait même à ce qui s'était passé entre nous. Non - elle devait y penser. Après tout, elle était bien venue me voir. Par contre, peut-être que j'étais la seule à être perdue et soucieuse?

Tentant de rester un minimum calme, je fis le tour de mon comptoir afin de me rapprocher un peu de la forgeronne. J'eus un petit incident en chemin, mais c'est un détail. Après tout, ce n'étaient qu'une dizaine de livres qui me tombèrent dessus lorsque j'entrai en collision avec cette étagère. Ca ne valait même pas la peine d'être remarqué. Je m'arrêtai lorsque je fus à quelques pas de Meredith, après avoir vaguement remis mes cheveux en ordre pendant que je marchais.


"Donc… C'est… cette partie contient les ouvrages sur les magies d'invocation."

Je lui fis signe de me suivre alors que je passais vers d'autres rayons qui traitaient chacun d'un style différent.

Bon sang, ne pouvait-elle pas être… je ne sais pas, un poil plus stressée, comme moi?


"Ici, il y a divers réactifs, que ce soit pour l'alchimie, l'enchantement,… il y a aussi des sels infernaux, qui peuvent servir à la forge."

Je veux dire, j'avais même stocké quelques objets qui donneraient une bonne excuse à Meredith pour passer.

"Là, ce sont une série de parchemins contenant des sorts et de quoi en créer d'autres."

Il y a aussi un atelier où je peux faire des enchantements à l'étage.

"Et tu es là, calme, alors que je ne sais pas quoi faire! Tu pourrais sois me dire que ça ne marchera pas et partir ou me prendre dans tes bras pour me rassurer!"

Uh-oh… Je crois que je me suis trompée entre pensée et parole, là… Euh… oui.

Idiote.

Je repris, d'une toute petite voix, maintenant que j'étais encore plus gênée qu'avant.


"Je voulais dire… Il y a aussi un atelier où je peux faire des enchantements à l'étage."

Mais, honnêtement, je ne pensais pas que ça rattraperait ma réplique précédente.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Jeu 02 Aoû 2012, 10:56

La forgeronne sursauta quand les livres tombèrent sur Amaliah mais ça n'avait semble t'il même pas ralentie la Banshee. Dans sa forge, une telle quantité de matériel qui dégringole laisse des trous dans le sol. Encore heureux qu'elle vive entourée de papier, c'était moins dangereux. Refermant le livre (qui traitait d'une histoire de résonnance morphique des citrouilles changées en carosses) et le remettant à une place qui n'était pas la bonne, Meredith suivit la bibliothécaire dans une présentation a peu près aussi sûre d'elle que de la part d'un bégayeur lors d'un congrès international de la saucisse sèche archi-sèche.

Son attitude lui rappelait beaucoup leur première rencontre. Visiblement la Banshee avait un lot de stress en rab en permanence. De façon surprenante, ça avait le dont de calmer Meredith. En effet, elle avait déjà quelques réponses à ses questions. Déjà, la Banshee ne se fichait pas d'elle comme du premier livre qu'elle avait lu : l'ex-bretteuse lui faisait de l'effet. Mais est-ce de l'intérêt ou de la peur? Du coup, elle perdit un peu pied. Elle se savait effrayante, elle faisait beaucoup d'efforts pour! Ce n'était pas en train de se tourner contre elle là?

Des sels infernaux? Dans une librairie?

Bien, voila déjà une réponse! Jamais elle aurait mis ça dans sa boutique si Amaliah claquerait des dents à l'idée de voir la terrible voisine déambuler entre les étagères. En fait, dans son esprit très chasseur-ceuilleur, ça ressemblait bigrement à un hameçon doté d'un joli appât. Du coup, elle sourit. Elle souriait encore, mais plus crispée quand une phrase qui n'avait rien à voir avec la description des lieux vint troubler l'ambiance très professionnelle qui régnait jusque là.

La prendre dans ses bras? Parce qu'elle croyait qu'elle se limiterait à ça?

Contrairement à sa forge, il y avait une vitrine ici, et propre en plus. Ce ne serait pas très décent... Coupant la poire en deux, Meredith leva la main droite (très haut, la Banshee étant plus grande qu'elle) et caressa le sommet du crâne de l'Undead. D'abord avec des gestes maladroit puis avec plus de tendresse au fur et à mesure.

"Y a de l'agitation intra-crânienne, hein? Faut causer, chérie, je suis pas du genre à me défiler..."

Un instinct hérité d'années de chasse lui fit retirer la main et s'intéresser aux parchemins. Un geste bref de la tête indiqua l'entrée de la boutique où plusieurs clients tentaient de regarder par les surfaces vitrées ce qui se passe à l'intérieur.

"Marrant que tu parles de ça. J'voulais justement t'en parler. Parce que je veux bien faire marcher un truc mais je vois pas trop quoi..."

Elle se pencha sur le meuble présentant les parchemins, les coudes posés dessus, faussement intéressée. Cambrée et le derrière se trémoussant à chaque changement de position, elle ne se rendait pas compte qu'elle maintenait les clients potentiels à la vitrine pour le moment.

"J'veux dire... J'ai pris pour habitude de me servir puis de repartir. Souvent pour éviter de me faire planter un objet pointu dans le dos. Mais là je peut pas m'enfuir."

Elle se redressa, au grand dam des spectateurs lointains, pour se retourner et regarder pour la première fois depuis une semaine la Banshee droit dans les yeux. Ce qu'elle pouvait être mignonne quand elle rougissait! Du coup, elle se sentit légèrement s'empourprer du côté des joues.

"Faudra me supporter, t'es au courant?"
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Mar 25 Sep 2012, 19:45

Mon cœur manqua un coup lorsque Meredith tendit la main pour me caresser, et non, je ne vais pas ajouter de précision sur l'impossibilité de cette chose; ça devient vieux. Je ne pus m'empêcher de regretter lorsqu'elle arrêta, car non seulement je désirais ardemment son contact, mais en plus, voir la puissante et séductrice guerrière tendre son bras à cause de sa taille était incroyablement mignon.

Son mouvement de tête m'indiqua la raison de sa décision et, pour la première fois de mon existence, je me mis à maudire les clients. Intérieurement, bien sûr, mais quand même. Ne souhaitant pas être épiée dans ce moment qui m'était précieux, je me dirigeai vers la vitrine de ma boutique, lançai un regard meurtrier aux 'spectateurs' avant d'activer un simple charme que j'avais apposé sur la surface transparente qui la rendrait opaque vue de l'extérieur. Je vérifiai au passage que la porte était vérouillée puis revint vers mon... amante? Ma conjointe? Peu importe. Au final, elle était ma Meredith, et c'était suffisant pour moi. A ce moment, elle s'était redressée et me fixait dans les yeux, une légère rougeur commençant à se rependre sur son visage, et pour je ne sais quelle raison, j'avais l'impression d'avoir vraiment raté quelque chose.

Au vu de son récit, il semblait que comme tout habitant de ce donjon, son passé n'avait pas été des plus joyeux. A vrai dire, je m'y attendais, mais entendre un aperçu de ce qui semblait pour elle être monnaie courante me fit de la peine. Ca, ou le fait qu'elle ait visiblement accumulé les relations dans sa vie, bien que je m'y attendais également, mais je préférais penser que c'était mon empathie et non ma jalousie qui parlait. Sans m'en rendre compte, ma main s'était avancée et caressait à présent la joue de la belle forgeronne, comme pour la rassurer.

Vint ensuite sa dernière question, et bien que j'aurai souhaité répondre quelque chose de romantique et/ou spirituel, les mots me manquèrent et je me contentai de me pencher en avant pour déposer un court baiser sur ses lèvres, suivi d'un autre plus long avant de simplement la serrer dans mes bras. Je n'avais pas pensé à où sa tête se retrouverait exactement, mais ça ne me dérangeais pas plus que ça. Tant qu'elle ne s'emballait pas, bien sûr, sans quoi les admins risqueraient de nous engueuler.

Je n'avais pas la moindre idée d'où était venue cette pensée ni de ce qu'elle voulait dire, tiens.

Bah, aucune importance, j'avais des choses plus importantes à faire que de penser à ça.


"Je pense que ça ne me posera pas de problème."

Je murmurai ça au dessus de son oreille, comme s'il y avait encore un besoin pour une réponse après mes actions avant de me relaxer et de profiter de ce moment. Après ces jours d'angoisse et d'incertitude, la sensation de son corps chaud contre le mien me relaxait et me convainquait que tout irait bien dans le meilleur des mondes. Ou dans ce monde là, en l’occurrence, puisque je n'étais pas dans l'autre.

Spoiler:
Pardon pour le délai...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Mer 03 Oct 2012, 21:14

Spoiler:
A mon tour de m'excuser pour le retard. Foutu orage qui fait fondre les lignes téléphoniques...

Alors que Meredith pensait avoir l'avantage tactique, la pratique, la connaissance du terrain et l'armement supérieur, Amaliah la prit en traitre après un assaut détourné de la main sur sa joue. Geste minimal pour effet maximal. Dire que Meredith n'attendait pas ce moment depuis une semaine serait mentir. Elle hurlait cette envie dans les oubliettes, c'est dire. Elle ne savait pas ce que la Banshee avait fait à la fenêtre mais les clients étaient repartis. Toutefois, la vitre lui paraissait encore parfaitement transparente et l'assaut la prit donc de court.

Amaliah donnait dans l'exhibitionisme? Pas courant pour une mort-vivante...

Le visage enfoncé dans la vallée des délices, la forgeronne manquait de visibilité. Si, elle voyait quelque chose. Quelque chose qui lui plaisait beaucoup. Mais la situation lui échappait fortement et elle n'avait pas souvenir que la timide marchande qui était entrée dans sa boutique soit aussi entreprenante. Elle qui voyait la Banshee comme une forteresse à prendre d'assaut à l'arme de siège venait de trouver le pont levis baissé, des camelots à l'entrée pour vendre des souvenirs du combat et un parcours fléché jusqu'à la salle du trésor.

Un valeureux chevalier, bien éduqué, repousserait doucement la gente dame, lui caresserait les cheveux et prétexterait moults quêtes à finir avant de pouvoir honorer l'élue de son coeur de sa présence. Il y a des jours comme ça où on est heureux d'être très mal élevé. Meredith serra vraiment son amante dans ses bras et remonta le visage pour un baiser qui était quelque chose de nettement plus sérieux que le petit interlude précédent. Elle avait une semaine à compenser et pour ça elle continuerai jusqu'à manquer d'air.

Cinq minutes plus tard, ayant bien décoiffée la Banshee, l'ex-bretteuse se sépara d'Amaliah, s'asseyant sur un meuble de façon décontractée en reprenant son souffle.


"Y a pas urgence... Laissons-en pour ce soir. J'vais pas te laisser dormir de la nuit de toute façon..."

Note pour plus tard : Chercher des stimulants. Beaucoup. Des tas. Un incendie couvait sous la surface mais elle n'avait pas envie de se faire kicker par les modos. Au moins, la glace était brisée. Autant aller au bout et brûler les navires.

"J'ai jamais été en couple bien longtemps jusqu'à présent. J't'inviterai bien à t'installer chez moi mais même les cafards osent pas s'y pointer. Maintenant que j'y pense, je suis pas resté une heure en tout et pour tout dans ma chambre... J'vis à la forge."

Petit rire puis regard pénétrant vers Amaliah. Pourquoi elle aimait tant le contact de la Banshee? Parce qu'elle luttait contre sa nature intérieure elle aussi? Parce qu'elle n'avait pas choisi de renaître sous cette apparence? Ou seulement à cause de son 110 de tour de poitrine? Meredith se connaissait assez pour savoir qu'elle n'était pas très simple. Facile à vivre, mais pas simple.

"Faudra se supporter l'une l'autre. Pas seulement filer un coup de hache à un emmerdeur de passage je veux dire. J'me suis un peu renseigné sur les Banshee chez un mec avec quelques bouquins. T'est une jolie petite machine à tuer dit donc!"

Le plus effrayant c'est que c'était dit avec un ton plein d'admiration. Surtout qu'elle garda son ton pour la phrase suivante tout en posant ses mains sur les épaules de l'Undead, un grand sourire rivé sur les lèvres.

"Si ça te travaille trop, hésite pas à essayer de me tuer. J'suis salement coriace et je peut même me faire repousser les yeux. Faudra juste penser à être gentille avec moi de temps en temps en compensation!"
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Jeu 04 Oct 2012, 00:12

Le baiser de Meredith me fit passer dans un état second, état qui finit bien trop tôt à mon goût, malgré le fait que je n'avais pas vraiment eu le sens du temps écoulé, étant donné que d'autres choses me préoccupaient durant l'action. A savoir la douceur des lèvres de la forgeronne et l'agilité de sa langue.

Je vacillai un instant sur mes pieds lorsque son étreinte se relâcha et qu'elle s'assit un peu plus loin sur une commode qui, heureusement, ne contenait aucun réactif volatile. J'aurai souhaiter rester dans ses bras encore un peu, disons trois heures, mais ce qu'elle dit juste après me fit prendre mon mal en patience. Après tout, les admins n'ont rien dit au sujet des ellipses et des sous-entendus, et les banshees n'ont pas besoin de dormir. Oh, oui, elles peuvent, si elles le veulent, mais à vrai dire, en ce moment, dormir était la dernière chose qui me serait venue à l'esprit.

Bon sang, je me souviens qu'il y a une semaine, j'étais encore un personnage pur et innocent...

Bah, ça en valait clairement la peine. Je ne regrette rien.

Ce qu'elle ajouta me fit sourire. A vrai dire, je doutais qu'une de nous deux ne puisse quitter son travail suffisamment longtemps pour s'installer à proprement parler chez l'autre. Bien sûr, étant donné que nous habitions juste en face l'une de l'autre signifiait que nous pourrions sans problème passer des nuits dans le lit de l'autre, mais pas vraiment déménager. De ce qu'elle disait, elle ne quittait presque jamais sa forge, et il n'était pas rare que je passe des semaines entières sans bouger de mon établi (ne pas avoir besoin de manger ou quoi que ce soit faisait des miracles pour la productivité). Ce n'était pas une question d'horaires, mais de passion.

En revanche, la fin de son discours me fit perdre le sourire, alors que des souvenirs que j'aurai préféré ne jamais me rappeler remontaient à la surface. Oui, les livres ne rendaient pas justice à l'horreur que ma race était. Des mots sur une page ne pouvaient illustrer les mers de sang, la chair déchirée et les os brisés. Pas plus qu'il ne pouvaient exprimer la peur et la souffrance causées ou la jouissance qui en était retirée.

Ma voix était neutre lorsque je répondis. Je ne lui en voulais pas, non, c'était juste que je devais sceller mes émotions si je ne voulais pas être submergée par mes remords.


"Ne... Ne dis pas ça, s'il-te-plaît. Je sais que tu ne penses pas à mal, mais ce n'est pas une matière sur laquelle on peut plaisanter. Nous ne sommes pas que des tueuses. Non... Tu... A ta façon de bouger, je peux dire que tu en as déjà pris des vies, et je ne t'en tiens pas rigueur. Tu es une guerrière, et le sang que tu as fait couler était celui de personnes pouvant se défendre, qui savaient à quoi s'attendre. Nous... Bien que les meurtres indiscriminés soient déjà impardonnables, c'est la façon dont ils sont commis qui est la plus abjecte."

Mes yeux regardaient à présent tour à tour Meredith et mes mains. C'était un geste inconscient, nerveux, et il ne s'arrangeait pas alors que des images de sang et de morts s'ajoutaient à ma vision. Les souvenirs de ce que mes mains avaient fait, et mes craintes de ce qu'il pourrait arriver à mon amante.

"Bien sûr, si un groupe est attaqué, tout se finit en un instant. Et... Et les enfants n'ont pas à pleurer leurs parents bien longtemps. C'est une mort injuste, mais au moins, elle est soudaine. C'est lorsque la victime est seule... isolée... Si tu as lu au sujet de ma race, tu sais que nous nous régalons de l'agonie. Et si... si nous n'avons pas la quantité, nous nous tournons vers la... 'qualité'."

Je crachai le dernier mot. Qualifier ces actes d'un quelconque mot positif me répugnait tout autant qu'ils me répugnaient, que je me répugnais.

"Sais-tu qu'un humain peut vivre un moment sans peau? Qu'il continue de hurler lorsque ses poumons prennent feu? Je... ce que je veux dire... Je ne veux même pas avoir à penser qu'il pourrait t'arriver quelque chose comme ça, et encore moins venant de moi. Je..."

J'éclatais en sanglots alors que je finissais.

"Après avoir appris tout ça, comment peux-tu encore vouloir de moi à tes côtés?"

Voilà d'où venait toute ma crainte. Je ne pouvais accepter ce que j'avais fait, et je craignais qu'elle ne le puisse non plus. C'était pour ça qu'il fallait que je vide mon sac avant que nous ne nous rapprochions encore l'une de l'autre. La séparation serait plus dure plus le temps aurait passé, et plus Meredith en apprendrait sur moi, plus elle aurait de chance de me laisser.

Spoiler:
T'as encore de la marge au niveau des délais ^^'

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Dim 07 Oct 2012, 17:49

Bon, encore une gaffe. Une de plus. Faudrait qu'elle arrête quand même mais elle avait jamais entendu parler d'un manuel qui empêche ce genre de situation. De toute façon, même s'il existait, il faudrait déjà qu'elle sache assez lire pour le comprendre. Elle calma Amaliah d'une claque retentissante sur ses fesses avant de soupirer et de regarder le plafond.

"Quand je disai qu'il fallait me supporter... T'vois, je réfléchis pas très vite en temps normal."

Sans même vraiment s'en rendre compte, elle avait commencé à palper la main qui avait frappé le fessier de la succube. Les histoires qu'elle avait raconté avait tendance à faire froid le dos si elles sont racontées dans le noir, dans une forêt profonde et de la bouche d'un moniteur de colonie de vacance particulièrement professionnel. Mais dans une librairie avec une femme qui a déjà ruiné sa coiffure avec du jus de cervelle, c'était plus dur.

"Bon, tout ton trip de torture, c'est voulu? Ou c'est une saleté de petite voix au fond du crâne qui te dit : tue tout ceux que tu croise. Ils ne méritent pas de vivre. Tu vaux plus qu'eux, tu vaut plus que ce monde, réduis le en cendre! Perso c'est à ça que j'ai droit et je l'écoute pas. Elle manque franchement d'imagination... Bon bref, va falloir te changer un peu les idées!"

Commençant à marcher de long en large, Meredith chercha l'inspiration. Qui finit par venir en un écair de souvenir salement douloureux (ça fait mal quand ça passe à travers la tête).

"Tiens, je vais te raconter un truc qui m'est arrivé et que j'ai raconté à personne. C'était il y a cinq ans. Après une baston passablement salissante contre une saleté de chaman, je prenais un bain de minuit... nan plutôt trois heures du mat... Bref, alors que je sors de la flotte et me couvre d'un grand drap blanc (t'as pas idée de ce qu'on trouve dans un coffre de boss de dongon) quelque chose sort de sous le couvert des arbres. Un type, franchement beau, super bien habillé et monté sur un superbe cheval blanc. Il me voit (bien que je le soupçonne d'avoir déjà profité du spectacle avant) et descent de son cheval à cinq mètres de moi."

A ce moment, Meredith se redressa et commença à marcher vers Amaliah avec la démarche de ce qu'elle pensait celle d'un noble.

"Oh? êtes-vous donc une nymphe? Jamais je n'aurai cru croiser pareille beauté au fond des bois. Permettez que j'honore votre prestance."

Et la forgeronne prit la main droite de la Banshee pour poser un doux baiser au bout des doigts. Ensuite, elle se redressa et caressa la joue de l'Undead.

"Quel est votre nom, belle demoiselle?"

Meredith se pencha alors vers le cou de son interlocutrice, les lèvres visant le cou. Puis s'arrêta.

"Et c'est là que je lui ai mis mon genou dans ses précieux bijoux de famille."

L'ex-bretteuse reprit son comportement habituel et retourna s'assoir sur la commode, rigolarde.

"Comment je pouvais savoir que le prince local aimait autant la chasse nocturne que les jupons. Moi, tout ce que j'ai vu c'est un mec beau, pâle, qui débarque la nuit et vise le baiser goulu dans le cou. Je l'ai prit pour un vampire. Vu que j'aime pas qu'on me reluque sans autorisation, j'ai voulu prendre mon temps et lui faire croquer de l'ail à pleine dents. Au quatrième, Y fallait bien que je me rende compte qu'il était humain le couillon. Et les chasseurs et rabatteurs le cherchaient à ce moment. Je l'ai donc bien ficelé à poil à un arbre avant de me tirer."

Un détail sembla lui venir à l'esprit.

"Si mes souvenirs sont bons, c'est à cette époque qu'il y avait eu une sacrée chasse à l'homme dans la région. Ils recherchaient un monstre féminin d'une cruauté rare. J'avais postulé mais j'ai rien trouvé dans cette forêt. Bizarre quand même."
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Sam 13 Oct 2012, 19:55

La réaction de Meredith fut aussi surprenante qu'efficace. Le claquement retentissant dans le silence de la boutique me ramena à moi et, avant que je ne puisse reprendre mes esprits pour recommencer à déprimer, la forgeronne commença à raconter une histoire de son passé.

Au fur et à mesure que son récit avançait, mon expression se changeait en sourire, bien qu'une part de moi fut déçue que la fin de son histoire la fit s'arrêter de mimer sa 'victime'. Une Meredith essayant d'être romantique était rare et précieuse. Cependant, sa conclusion m'arracha un petit rire et j'eus bientôt oublié la ligne de conversation précédente, du moins pour l'instant.


"Le cheval blanc aurait du te mettre la puce à l'oreille; un vampire aurait monté quelque chose de noir ou de squelettique... ou les deux."

En parlant, je m'avançai, souhaitant être le plus proche de la forgeronne que possible. Je n'avais pas trop confiance en la solidité de la commode qu'elle avait choisi comme siège, mais je décidai de prendre le risque et de m'asseoir à côté d'elle. Un craquement peu engageant fut entendu alors que mon poids (qui n'était pas élevé, contredisez moi à vos risques et périls) s'ajoutait à celui de Meredith. Avec hésitation, je fis passer une main dans son dos et la reposai sur sa hanche de l'autre côté, me serrant contre elle.

Mh, elle risquait d'avoir froid, si je restais en contact avec elle trop longtemps. Autant en profiter tant que ça pouvait durer.


"Cela dit, je suis assez contente que tu te sois trompée..."

La raison était évidente et je ne trouvais pas les mots pour bien l'exprimer et donc je laissai le silence parler pour lui-même.

Ensuite, je me contentai de rester contre la forgeronne, profitant de sa présence.

Cela dit... le fait que nous avions simplement une vue sur la rue - qui, en plus d'être peu intéressante n'était pas vraiment un grand passage qui méritait une belle architecture - n'aidait pas beaucoup à ce que nous ayons une bonne ambiance.

Ainsi, je fis ce que toute personne à ma place aurait fait: j'utilisai une quantité excessive de magie pour quelque chose de peu important. Pliant l'ombre et la lumière à ma volonté, je fis passer la pièce dans la pénombre de façon à ce que les murs ne soient plus visibles avant de créer de petites lumières, recréant artificiellement un ciel étoilé.

Yep, une bien meilleure ambiance. Une ambiance qui siphonnait mon énergie à une vitesse alarmante, mais une bonne ambiance quand même.


"Et désolée pour tout à l'heure... Je suppose que toi aussi tu auras à me supporter."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Lun 15 Oct 2012, 18:01

Amaliah souligna la nature démoniaque qu'aurait dû avoir la monture du "prince sanguinaire". La forgeronne balaya l'allusion avec une main qui s'agitait rapidement.

"J'ai jamais été douée pour contrer les sortilèges. S'il utilisait une illusion pour me faire croire qu'un tas d'os était un bourrin pur race, je pouvais pas le savoir. Par contre, on peut pas me rendre amoureuse au premier coup d'oeil, j'suis trop parano pour ça!"

La suite la plaça dans un état presque second. Bon, la petite phrase pleine de sous-entendu, faudra la passer devant le jury pour savoir si c'était un bon signe ou un mauvais. Par contre, le fait qu'elle la colle et la serre doucement contre elle c'était un bonus non négligeable. Puis, plus rien. Rien de rien. Nada. Que dalle. Immobilité vachement louche et carrément flippante.
Bon, la Banshee avait retrouvé le sourire mais ça restait fragile. Sauter dessus la bave aux lèvres et éparpiller ses fringues façon puzzle risquait de mal passer. Elle semblait juste vouloir rester coller contre elle, comme ça.
...
...
Ayant la patience d'un haricot sauteur placé dans un four allumé perdu au milieu d'une tornade, Meredith commençait à se demander si elle allait pas détourner la conversation vers des livres. Elle ne maitrisait pas le sujet mais elle aurait moins l'impression qu'un cadavre s'appuyait contre elle. Quand tout d'un coup, le décor changea. Quand Amaliah parla de devoir la supporter, Meredith tenta de parler.


"Ugnh?"

Elle oubliait un truc? Ah, oui, c'est vrai. Respirer. Important comme truc. Inspire, expire, parle.

"C'est... toi? Toi qui fait ça? La classe..."

Elle observa quelques instants le ciel étoilé avant de reprendre la conversation, son cerveau ayant décidé de refonctionner.

"Ecoute, on devrait arrêter de s'excuser. Sinon, on a pas fini. Faut voir ça... comme une espèce de contrat."

Meredith posa à son tour sa main sur la hanche opposée de sa voisine, admirant le panorama artificiel avec un grand sourire. Elle avait un truc à dire et il fallait que ça sorte.

"On a un énorme point commun. On n'est pas nées monstrueuses. On a avant tout été humaines. On a essayé de bien être, de bien paraître et une saleté de destin nous a fait un sale croche-patte. Ça fait un bout de temps qu'on vit plus trop en humaines et il faut pas l'oublier. J'me sent bien à côté de toi parce que... Je me sens à nouveau humaine."
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Ven 26 Oct 2012, 14:59

La dernière phrase de Meredith me frappa comme... quelque chose qui frappe fort. Je ne suis pas une guerrière, donc je manque de comparaison dans ce domaine. Déjà parce que je ressentais la même chose - la preuve étant le nombre de fois que j'avais senti mon cœur ou mon sang faire des choses qui devraient être impossibles étant donné que j'étais une undead - mais surtout parce que je me rendis compte que j'avais été particulièrement égoïste jusqu'à maintenant. 'Oh mon dieu, je suis une pauvre abomination, je suis une victime'. Pourquoi n'avais-je pas pensé au fait que Meredith aussi vivait la même chose. Elle me l'avait pourtant dit et j'avais entendu ce que l'on disait d'elle dans le donjon.

Mon dégoût envers moi-même revint, et pour une fois, ce n'était pas pour un lointain passé, mais pour le présent. C'était un changement pas spécialement agréable, mais un changement, et au moins je pouvait agir pour me rattraper. Mais comment? Une fois de plus, je n'avais pas la moindre idée de comment agir avec Meredith. Elle venait de dire que je devais arrêter de m'excuser, donc ça excluait cette option, d'autant plus qu'elle n'aurait probablement pas compris pourquoi je m'excusais sans ma réflexion.

Je suppose qu'il fallait juste que je sois plus attentive dans le futur. Et je pouvais déjà essayer de mieux la comprendre.


"Je... Moi aussi je ressens la même chose. A tes côtés, je sens mon cœur battre à nouveau, et j'ai moins de difficultés à me contrôler."

Je pris mon courage à deux mains avant de me lancer. Il fallait espérer qu'elle n'était pas comme moi quand on abordait ce sujet.

"Et... Comment ça se passe chez toi? Qu'est-ce que tu fais pour t'en sortir?"

Ma phrase était hésitante et entrecoupée, mais elle fut suivie d'une autre, bien plus rapide. Presque trop rapide, même, je n'étais pas sûre qu'elle était compréhensible, bien que mon ton paniqué aurait été suffisant pour qu'elle en comprenne le sens.

"Maistespasforcéederépondresituveuxpasenfaitoubliequejaidemandé."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Sam 27 Oct 2012, 16:43

Quand la Banshee devenait rougissante, elle devenait aussi adorable. Ça lui rappelait leur première rencontre et Meredith commença à frotter un peu la hanche sans même s'en rendre compte.

"Y faudra donc que j'reste toujours dans les environs directs hein? Faudra que je tire une ficelle par-dessus la rue pour que tu puisse sonner une clochette chez moi. En cas d'urgence. D'un genre ou d'un autre..."

Elle mordilla l'oreille la plus proche de l'Undead en disant celà. Mais le ton de la question qui était venu était assez sérieux même si, encore une fois, rempli de la peur panique qu'elle commençait à associer à Amaliah. Meredith fut un peu pensive, à part son rire qu'elle lâcha à la réaction bien gênée de la femme en blanc.

"Y a pas de mal. J'te l'ai dit avant. Une sale petite voix qui me chuchote des conseils pas sympas à l'oreille. Mais elle a pas l'air de venir de ma tête. On dirait qu'elle vient de... vachement plus loin. Quand je l'ignore, elle arrête pas de se répéter et insiste sur des trucs un peu ridicules. Merde à la fin, si je fout pas le feu à l'auberge, c'est parce que j'ai envie d'un toit au-dessus de moi pour dormir!"

Il y avait autre chose. Quelque chose qu'elle gardait pour elle. Fallait-il en parler? Mouais, Amaliah avait bien abattu ses cartes tout à l'heure.

"Et puis, y a un truc bizarre. Quand j'en ai marre et que je pousse une gueulante intérieure... On dirait que cette voix... a peur de moi. J'ai l'habitude de voir des mecs pêter de trouille devant moi mais cette voix c'est un peu bizarre. Comme si elle me guidait vers un chemin pour éviter que je croise sa sale face."

Bon, reprenons un peu le cours des évènements actuels. Elle voulait entendre sûrement des trucs plus pratiques. Comment elle se débrouillait dans sa vie de tous les jours, non?

"Sinon, même si j'ai un physique d'ado, j'ai largement passé la trentaine. Enfin, je crois, je perds parfois le compte. Vu que les gens s'attendent à ce que tu change à cette époque, je pouvait pas rester au même endroit bien longtemps. Surtout si on m'a vu me faire empaler ou salement massacrer avant qu'j'me relève et corrige l'impoli qui a osé passer aux travaux pratiques avant le premier rencard. Bref, mon p'tit corps de rêve est aussi une jolie petite malédiction."

Elle se serra plus fortement contre l'Undead, lui faisant sentir la chaleur de ce corps qui bouillait tant en temps normal qu'elle n'avait jamais eu à porter un anorak même dans le plus violent des hivers.

"Mais j'pense pas qu'tu vas t'en plaindre de ce petit point. Nan?"
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Sam 27 Oct 2012, 23:53

J'essayai d'être attentive à ce que Meredith disait. Vraiment. Je retins même qu'elle avait une voix et qu'elle pouvait l'intimider. Le problème, c'est que plus que ces informations qui auraient peut-être pu m'ouvrir de nouvelles méthodes pour me contrôler, j'étais plus concentrée sur le fait qu'elle me mordillait l'oreille, se frottait contre moi et que sa peau était douce et chaude, débordante de vie et de passion.

C'était alors que j'étais en train d'embrasser le cou de Meredith que je me rendis compte de ce que je faisais. Au vu de mon mouvement, j'avais commencé plus haut et étais bien décidée à continuer après cela. Curieusement, ce genre d'action incontrôlée me rappelait autre chose, mais quoi?

Oh. Bon, tant qu'à faire, je préférais que mes pulsions se manifestent sous cette forme qu'en tant que bains de sang, mais c'était tout de même assez surprenant. Et plus pernicieux que ce à quoi je m'étais habituée. En général, j'arrivais à sentir quand j'allais me mettre à attaquer. Là, j'avais déjà commencé quand je m'en étais rendu compte. C'était peut-être parce que j'étais plus en accord avec cette ligne d'action que l'autre…

Cela dit… il me semblait que j'essayais d'avoir une conversation sur un thème important.

Oh, oui. Effectivement. J'avais été distraite. D'ailleurs, ma concentration ayant été, de façon peu surprenante, brisée, l'illusion que j'avais créée s'était dissipée. Heureusement que j'avais mis au point quelque chose qui ne demandait pas mon attention constante pour l'opacité des fenêtres, sinon j'aurais été tellement embarrassée que je n'aurais eu d'autre choix que de tuer tous les passants.

Oui, tiens. Tuer les passants. C'était une bonne idée, ça- attends attends attends. Reconcentre toi, Amaliah, souviens toi, tu venais de dire que tu avais plus de facilité à te contrôler avec Meredith à tes côtés. Et elle y était, d'ailleurs, avec son corps bouillant, ses belles courbes, ses douces lèvres et cette langue qui pourrait- bon, ok, je n'étais pas en état de me concentrer. Il ne restait plus qu'une seule chose à faire.

"Emm… Tu… Ce soir… Attendre… NON! AUCUNE CHANCE QUE JE DISE CA A HAUTE VOIX!"

Et avec mon visage plus rouge que mes yeux, je me retrouvai contre Meredith et collai mes lèvres aux siennes alors que mes mains commençaient à écarter tout trace de tissu sur sa peau.

[hj]Et là, je demande une ellipse, sinon on se fait ban.[/hj]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Lun 29 Oct 2012, 16:08

Alors que Meredith avait parlé, s'attendant à une réponse de la Banshee sur ce qu'elle vivait, seul le silence lui répondit. Un silence bizarre. D'habitude, l'Undead ne respirait pas et il y avait comme un halètement. Puis vint l'assaut. Bien qu'Amaliah était aussi gênée et embrasée que d'habitude, un autre genre de chaleur la propulsait comme un ressort vers elle.

*****
***
*
***
*****

Reprenant un peu sa respiration et laissant une Banshee tremblante sur le sol, Meredith progressa à tâtons pour retrouver ses habits. Cinq bonnes heures s'étaient écoulées et la plupart des lanternes de la boutique s'étaient éteintes. Il ne faisait pas sombre dans le passage entre les boutiques mais l'action s'était surtout concentrée au fond de la bibliothèque. La forgeronne ignorait que les vitres étaient devenues opaques et tenait à un minimum d'intimité. Enfin, pas pour elle. Juste qu'à la vitesse où la Banshee était gênée, si un client avait vu quelque chose son joli petit crâne aurait explosé. Après celui du client, mais tout de même.

Où était sa veste bordel?

Elle s'assit contre un mur, laissant tomber la recherche de sa veste et ses chaussures pour le moment. Éreintée mais ravie, elle tenta de reprendre la conversation.


"J'prends ça comme un non..."

Elle avait oublié de quoi elles discutaient? Après tout, dans les dizaines de secondes avant l'assaut, elle lui faisait penser à un four de forge passé en post-combustion qui attendait que le travailleur ouvre la porte pour lui faire goûter à un retour de flamme façon "dit adieu à tes sourcils".

"Mon p'tit corps. Je pense qu'il te gêne pas."

Seule Meredith avait encore assez de forces pour pousser un de ses rires après une telle séance. Un humain normal serait déjà au septième ciel. Littéralement.

"Tu as quelque chose à boire dans le coin? Du vernis, de la colle, quelque chose de fort? Je blague, de l'eau suffira."

Le sol était froid quand même. La forgeronne fut un peu songeuse.

"Mouais. Va quand même falloir que j'fasse le ménage dans mon appart. Ça s'ra déjà plus confortable."
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Lun 29 Oct 2012, 18:48

***
*****
***

Officiellement les cinq meilleures heures de la semaine! J'étais à présent étalée au sol, ma tête appuyée sur ma robe roulée en boule, et plus ou moins incapable de bouger, chaque partie de mon corps ayant fait une demande de vacances après avoir été épuisée par ce qu'il venait de se passer.

Meredith avait visiblement récupéré plus vite que moi et était en train de rechercher ses vêtements. A présent que j'étais… satisfaite, j'étais un peu gênée de regarder son corps nu et détournai le regard, rouge, le temps qu'elle remette quelques uns de ses habits qui avaient été éparpillés.

A mon tour, je me redressai péniblement et entrepris de me rhabiller. Mh... Visiblement, Meredith avait eu de la peine avec le laçage et avait décidé de prendre la solution rapide. Il faudrait que je recouse certaines parties de cette robe. Je n'allais quand même pas me balader nue, donc je la mis tout de même, comme une sorte de peignoir avant d'aider la forgeronne à chercher certains de ses vêtements qui étaient toujours absents à l'appel, sans succès.

Ce faisant, je regardai dans quel état cette partie de la boutique avait été mis. Bon sang, il fallait que je refasse le rangement que j'avais pris tant de temps à faire il y avait à peine quelques jours... Je ne regrettais pas ce qu'il venait de se passer, mais à l'avenir, il faudrait peut-être penser à un meilleur endroit.

La petite conclusion de Meredith me fit hocher timidement la tête, qui était encore plus rouge qu'avant alors qu'elle se mettait à rire. Sérieusement, combien d'énergie avait-elle? Même moi qui, en théorie, ne devrais pas pouvoir me fatiguer, n'étais pas trop en forme. Ca se voyait, d'ailleurs, à la sphère -qui ne gardait pas vraiment sa forme et qui coulait un peu- d'eau que je fis flotter près d'elle à sa demande. Ben non, je n'avais rien à boire vu que je n'avais pas besoin de le faire moi-même. Il fallait improviser.


"En fait, il y a un grand canapé et des couvertures à l'étage... La boutique n'est pas vraiment destinée à ce genre de choses..."

Fut ma réponse à la sorte de conclusion de la forgeronne. Bien entendu, j'étais extrêmement gênée de parler de... -ça-, et j'avais à nouveau de la peine à croiser le regard de Meredith. En revanche, cela me permit de retrouver une de ses bottes... Comment était-elle arrivée en haut de cette bibliothèque? Oh... Oui, comme ça, en effet. Oui, extrêmement gênée, maintenant que la situation était passée. Aucun regret, mais je n'étais pas forcément à l'aise d'en parler.

Il fallait que je change le sujet.


"Et sinon, tu as... faim? J'ai... oh, zut, je n'ai rien, en fait. Je peux aller chercher de quoi préparer à manger. Ca fait un peu de temps que je n'ai pas cuisiné, mais je devrais m'en sortir."

Oui, donc par "un peu de temps", j'entendais "un peu plus d'un siècle", mais si mes souvenirs étaient bons, ce n'était pas si différent de l'alchimie, donc oui, je devais pouvoir m'en sortir. Bon, par contre, il fallait mettre la viande avant ou après avoir fait bouillir l'eau? Ou il fallait la faire cuire autrement? Mmh…

C'était quand même dommage que je n'avais pas de livres de cuisine parmi tous mes ouvrages.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Mer 31 Oct 2012, 16:43

Meredith se rhabilla avec ce qu'elle avait trouvé, à savoir ses sous-vêtements, son haut moulant et son petit short. L'ensemble faisait que la regarder n'était plus classé X mais nécessitait au moins un accord parental. Minimum. Elle tenta de se relever mais avait les jambes en coton. Les cris d'une Banshee, c'était quelque chose! Heureusement, elle n'avait pas à se relever pour profiter de la bulle d'eau. Tendant les lèvres, elle avala un peu du liquide. Pas assez alcoolisé à son goût, mais bon... Sans prévenir, elle mit la tête entière dans la sphère d'eau. Cinq secondes plus tard, elle dégagea son visage en un long geste gracieux vers l'arrière.

"Aaaahhhh! Ça fait du bien! Tu devrai essayer!"

Se passant les mains dans les cheveux mouillés, les rabattant en arrière, sa position lui permit de trouver une de ses chaussure, suspendue à une lanterne. Prenant appui sur une commode, la forgeronne parvint à se relever et même à décrocher le godillot. Waoh. Ce que le décor tournait dans le coin! Amaliah, repassée en mode super-gênée, proposait un repas. Manger? Ah, oui, le truc qui permet de rester en vie. Ces dernières heures avaient cramé quelques synapses au passage.

"Ouais. Dès qu'le panorama aura cessé de faire des petits tours sur lui-même j'serai partante. Et le canapé fera l'affaire en cas d'urgence. Si t'as trop de ces états d'urgence, faudra penser à installer un lit..."

Son instinct de survie fit sonner quelques clochettes au fond de son crâne.

"Heu... T'as un four dans le coin?"

La cuisine, selon les normes très laxistes de Meredith, se résumait à tout ce qu'on pouvait griller, frire, brûler ou ébouillanter avec un feu soutenu. Il paraissait qu'il existait des plats raffinés que l'on mangeait cru, avec un petit filet d'une huile rare ou bien encore au bout de petites tiges de bois. C'est fou ce que les rupins pouvaient inventer pour se sentir supérieurs! A propos de supérieur, la figure d'Amaliah venait de prendre un ton de rouge supplémentaire. Une clochette de format gong de temple impie se mit à résonner en grand. Elle allait quand même pas repasser à l'assaut, dites?

"Question four, j'en ai un. Un gros. T'as pas idée des supers bacons que j'arrive à obtenir avec la forge. Sans parler des saucisses cuites sur les braises."

Bon, les pieds semblaient toucher le sol à présent. Jusqu'à la stabilisation, elle avait la désagréable impression qu'ils étaient posés sur deux lattes de plancher montés sur des billes de savon. Oh, tiens, sa veste! Elle était tombée dans la vitrine! En voulant en rire et se tournant vers Amaliah, Meredith remarqua l'état de la robe. Oups. C'est vrai que la dernière fois elle avait attendu qu'elle retire ses fringues.

"Oups. Faudra que tu m'montres comment ça se retire ces trucs. Ou que tu changes de style. J'ai des fringues en trop si tu veux essayer!"
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Lun 05 Nov 2012, 15:10

Ah... Oui, il y avait ce détail aussi. Evidemment, je n'avais pas de four non plus. Et maintenant que j'y pensais, je ne pouvais pas vraiment aller acheter à manger avec mes vêtements dans cet état.

Un déplacement s'imposait.


"Dans ce cas, on peut aller chez toi, puisqu'il y a un four et je pourrai essayer tes vêtements."

Remarque, si cette séance d’essayage se terminait comme la dernière, il y avait peu de chances que Meredith mange de sitôt.

Un petit rire glissa de mes lèvres avant que je ne m'en rende compte et l’arrête, de plus en plus rouge.

Je me déplaçai donc vers ma porte, et empruntai la veste de la forgeronne qui me couvrirait peut être un peu plus que ce qui me restait et attendis. Comment ça maintenant c'était elle qui n'était pas assez habillée? Hey, ce n'est pas moi qui ai déchiré cette robe. Et oui, c'était mesquin, j'en étais consciente. Il fallait que Meredith ouvre la forge et que j'attende qu'il n'y ait personne dans la rue pour passer le plus vite possible. Sinon...

Vous vous rappelez ce que j'avais dit peu avant au sujet de massacrer les passants?

C'était toujours valable.

Remarque, c'était également valable s'ils voyaient Meredith vu le peu de vêtements qu'elle avait en ce moment.

Non, il n'était pas bon d'être un passant en ce jour.

Spoiler:
C'est un peu court, désolée

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Lun 05 Nov 2012, 19:29

Bon, destination la forge. Le sol froid lui rappela que c'était plus confortable avec quelque chose aux pieds. Où se trouve donc la seconde grolle? Son regard se porta vers le haut vu les circonstances dans lesquelles ses chaussures lui avaient été arrachées. Ah? Là, au sommet de l'étagère! Alors que Meredith récupérait les deux chaussures et les remettait grossièrement, la bibliothécaire s'était appropriée la veste rouge à la plus grande surprise de l'ex-bretteuse. Sans gêne, Meredith avança droit vers la porte, l'ouvrit sans précaution aucune et marcha droit vers la forge, roulant des hanches comme à son habitude. Ouf, un peu d'air frais.

Pour la forgeronne, la présence massive de livres avait tendance à lui faire sentir son inculture crasse. La rue avait quelque chose de rassurant, à part la présence des monstres qui avaient tout d'un coup envie de courir. Huh? Courir?

Quand Meredith souriait avec son arme sortie, elle avait l'habitude de voir des galopades. Par contre, désarmée et à moitié habillée elle avait plus l'habitude de regards concupiscents. Un coup d'oeil derrière lui permit à la forgeronne de voir une lueur bizarre sourder de la porte de la librairie entre-ouverte. Les nouvelles dans le genre d'Amaliah circulaient vite, visiblement. En moins d'une minute, la voie commerçante était libre et dégagée et Meredith avait ouvert sa porte.

Le feu avait diminué en force dans la forge et Meredith avait laissé ses habits en pagaille sur son lit sommaire, laissant la Banshee choisir selon son bon plaisir. Elle, elle avait déjà retiré ses vêtements pour piquer une tête dans le bac d'eau au-dessus du four. Ce qui ne l'empêchait pas d'avoir une bonne vue panoramique de cet endroit stratégique.


"Waaaaah, un bon bain après une bonne séance... Y a rien de mieux! Faudrai que t'essai une fois!"

Elle plongea quelques secondes puis réemergea en soufflant un petit nuage de bruine.

"Si tu cherche la viande, elle est dans le coffre placé dans l'eau froide, près du puits. Pour les fringues, c'est là où t'avais fait un essayage la dernière fois."
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Mer 05 Déc 2012, 19:44

Spoiler:
Une fois de plus, pardon pour le délai...

Contrairement à Meredith, je passai le plus vite possible entre les deux bâtiments, afin de ne pas tomber sur un passant qui serait revenu au mauvais moment. J'avais d'autres choses à faire de ma journée que de poursuivre un monstre à travers le donjon le tout à moitié habillée, bien que la petite veste de la forgeronne me rendait presque décente.

Au vu des bruits qui provenaient de plus haut dans la forge qui était, pour une fois, à une chaleur tenable, Meredith était en train de patauger dans le grand bac d'eau qui lui tenait lieu de baignoire et d'un peu tout ce qui avait un rapport avec l'eau. Du moins, c'était l'impression que j'en avais. Je fus tentée un instant de la rejoindre, étant donné que même si moi je ne transpirais pas (entre autres), elle si, mais au final, je me souvins de ce que j'avais à faire et je me contentai, avec regret, d'un léger sort d'eau pour être propre à nouveau.

Avant de m'attaquer au repas, j'allai dans la petite pièce qui contenait pour moi des souvenirs assez embarrassants et regardai les vêtements qu'elle avait laissé pour moi. Je passai un rapide coup d'œil sur la sélection qu'elle me proposait. C'était principalement des tenues similaires aux siennes, bien que, surprise, elle en possédait visiblement en d'autres teintes que son rouge habituel.

Cela dit, il y avait bien une tenue qui attirait mon attention, ou plutôt, qui me narguait. Je m'avançai un peu pour vérifier qu'il y avait également le... oui. Toujours en mithril, pas de doute. Sérieusement, j'espérais que ce n'était pas Meredith qui avait forgé cet ensemble, ça me décevrait.


"Meredith! Je croyais qu'on s'était mises d'accord pour ne plus parler de cette armure! Et de toutes façons, je ne peux toujours pas la mettre seule..."

Ma voix avait commencé forte pour qu'elle l'entende depuis là où elle était mais avait baissé à la dernière phrase, qui était plus une remarque personnelle qu'autre chose. Je crus entendre un rire, mais avec le bruit causé par l'eau, c'était difficile à dire.

Gênée, la tenant du bout des doigts comme si c'était quelque chose de sale, je retirai la tenue de paladin de la sélection avant de retourner à mon choix.

Quelques minutes plus tard, j'étais changée dans une tenue assez légère semblable à celle de la forgeronne bien que bleue et avec un pantalon plutôt qu'un mini short. Je n'étais pas vraiment habituée à ce genre de vêtements et le haut montrait quand même vraiment beaucoup de ma poitrine (étant donné que chacun d'entre eux avaient ce point commun, je ne doutais pas que c'était volontaire de la part de Meredith), mais c'était quand même mieux que ce que j'avais avant. D'ailleurs, il faudrait que j'aie me racheter une robe où que j'utilise l'anneau, mais bien que la tenue du second choix était parfaite pour moi... le sang était quelque peu dérangeant. Ouais, le shopping était inévitable.

Bref, à présent que j'étais habillée, je me dirigeai vers le coffre que la forgeronne m'avait indiqué. J'en sortis un pavé d'une viande indéfinie et sanglante - sérieusement, une autre femme aurait eu de la peine en voyant l'intérieur du conteneur, mais bon, c'était tant mieux pour moi - que je mis de côté alors que je passai en revue le reste des réserves de nourriture. Il y avait du pain, solide, du sel, en quantité correcte mais vu son coût c'était plutôt normal, des sortes de racines, mais je n'étais pas sûre que ce soit comestible, des flacons d'épices, non titrés, et une absence flagrante de fruits et légumes.

Mh... Ouais, mais les épices, c'était des plantes, non? Donc c'était un peu comme des légumes, pas vrai? Allez, j'allais lui faire un bon repas équilibré. Je sortis l'une des rares casseroles propres du tas sur lequel elle était posée (d'ailleurs il était difficile de trouver quoi que ce soit de propre) et plaçai la viande dedans. Je salai un peu et, après avoir tenté d'identifier les épices sans succès, en mis un peu au hasard, avant de saupoudrer le tout de miettes de pain. Il me semblait qu'il y avait une recette comme ça, bien que je ne me rappelais ni de son nom ni de ses détails.

Ceci étant fait, je réfléchis un instant. Comment les vivants aimaient la viande déjà? Il me semblait qu'il fallait que l'extérieur soit passé au feu et l'intérieur saignant. Quelque chose comme ça.

Allez! Un peu de feu et tout irait bien! Je fermai mes yeux, plaçai ma main au dessus de ma préparation et me concentrai avant de commencer à murmurer une incantation.


"Eternel Feu Purificateur, Seigneur de la Destruction et Symbole de Renaissance, jaillis de ma main et noie mon ennemi! Eclat Ecarlate!"

Même protégés par mes paupières, mes yeux furent aveuglés pendant quelques instants par... un éclat écarlate, d'où le nom de ce sort, je suppose. Quand je pus revoir quelque chose, je me penchai sur la casserole, qui rougeoyait encore après avoir été proie aux flammes intenses que j'avais créé. L'extérieur de la viande était cuit, pas de doute, même si certaines parties me semblaient quand même vraiment noires. Je la perçai pour voir ce qu'il en était de l'intérieur et, au vu du jet écarlate, elle était encore saignante (et composée d'artères reliées à un cœur qui battait encore, ce qui était plutôt étrange, mais un simple détail).

Parfait! Visiblement, malgré mes doutes, j'étais une cuisinière accomplie!

Je cherchai pendant quelques instants avant de trouver une assiète et des couverts et les plaçai sur une table que j'avais dégagée d'une pile de je ne sais quoi avant d'appeler Meredith et de servir son repas.

Ceci étant fait, je m'assis en face de son siège et l'attendit avec impatience pour voir sa réaction à mon plat cuisiné avec amour.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Ven 07 Déc 2012, 14:56

Elle classait l'eau dans deux domaines. L'eau froide pour se réveiller et refroidir l'acier brûlant. L'eau chaude pour se décrasser et se relaxer. Le fait de la boire restait réservé aux cas d'urgence. Alors qu'elle se frottait vigoureusement avec une pierre ponce, elle entendit la remarque d'Amaliah sur l'armure de paladin et sa pièce annexe si importante. Elle rit un peu avant de balancer, par-dessus le rebord de sa baignoire de fortune :

"Je la garde en souvenir. Je peut quand même pas la vendre. imagine seulement ta tronche si un canon débarque dans ta boutique en ayant ça sur le dos? Bwahahaha!"

Elle était debout dans l'eau et en train de s'essorer quand des termes du genres cabalistiques arrivèrent à ses oreilles. Elle n'allait quand même pas... A ce moment, une source lumineuse sous elle sembla imploser, noyant la sombre forge sous une lumière ardente. De sa position, elle voyait surtout les ombres qui étaient crées dans le processus. Amaliah avait quand même pas invité un putain de démon au dîner! C'était elle le cerveau du duo, elle était quand même pas débile à ce point! Quand la lumière fléchit, Meredith était déjà en train de s'habiller et elle débarqua, prudemment, à l'endroit où la Banshee travaillait. Pas de monstres tentaculaires en vue, de types avec de grosses cornes ou autres trucs bizarres produits par un illustrateur de fantasy carburant sous un acide périmé. Non, la vue était au contraire bien plus agréable.

Un large sourire s'invita sur le visage de la forgeronne. Sa maîtresse avait revêtu le long pantalon moulant et un petit haut ne tenant que par un noeud sur l'avant. Avec sa plastique, l'effet était nettement plus impressionnant que quand elle le portait. Pour un peu elle serait jalouse. Quand à ce qui était dans l'assiette... C'était noirci, forcément cuit vu que la casserole était encore en train de faire des sifflements de refroidissement, son acier meurtri par une incinération soudaine.

Pour comprendre son cri de joie qu'elle émis en voyant le contenu de son assiette, il faut d'abord s'attarder sur ses goûts culinaires. Meredith mange tout ce qui ne pouvait pas la manger. Ce qui voulait dire que son spectre culinaire était très large, surtout que la préparation se limite à couper les bords jusqu'à ce que ça tienne dans l'assiette et un passage à la cuisson suffisant pour transformer un jambon en arme contondante.

Elle mangea donc de bon coeur, essayant quand même de vider sa bouche quand elle parlait à la Banshee.


"Au fait, j'ai lu que ton apparence extérieure est plus ou moins contrôlée. Alors, j'me demandais..."

Elle prit alors une pose de conspiratrice, se penchant vers la Banshee.

"Est-ce que tu peut paraître encore plus sexy? Ne serait-ce que pendant une période limitée?"

Le plus dur était de regarder les yeux rouges de l'Undead. Sous la ligne du cou, le spectacle était envoutant...

"Si tu veux, je t'en prête de mes fringues. Les clients se battront pour avoir le droit de t'adresser la parole!"

Bizarrement, elle n'avait pas un côté possessif sentimentalement parlant. Surtout parce qu'elle aimait la conquête et la reconquête et se sentirait flattée que sa maîtresse soit désirée par d'autres.
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Dim 09 Déc 2012, 14:30

Spoiler:
"Amante" irait pas mieux que "Maîtresse"? Y me semble que la seconde sous entend que c'est pas la seule...

Et ton perso a une constitution incroyable pour survivre à mon plat.

"A part en mettant une... armure de Paladin... je ne peux pas vraiment dire que je peux... Enfin, à part si tu as des goûts vraiment étranges."

Je levai ma main droite qui se terminait à présent en longues griffes acérées pour résumer ce que j'entendais par "goûts étranges".

"A part ça, mon apparence ne peut pas changer. Cela dit..."

Je me concentrai un peu pour changer la répartition d'énergie de mon Linceul afin que le haut soit surchargé au détriment de mes jambes.

Je passai rapidement mon regard sur la main que j'avais levée et pu constater que ma peau était, bien qu'encore pâle, plus proche de la couleur d'une pêche que de celle d'une myrtille. Bref, j'étais plus humaine qu'avant. Du moins le haut de mon corps l'était; mes jambes étaient redevenues de simples os, mais au moins elles étaient cachées par mon pantalon.

Je n'avais jamais réussi à rétablir mon visage correctement, et au lieu des yeux verts et des cheveux noirs que j'avais de mon vivant, ces éléments étaient respectivement dorés et... doré pale. Je ne ressemblai du coup pas vraiment à une humaine, mais au moins la marque sur mon front avait disparu, et je n'avais plus l'air d'un cadavre.

"Je peux essayer d'être plus proche de ce à quoi je ressemblais avant, bien que les couleurs soient fausses. Et qu'une autre partie de mon corps fasse la même chose dans l'autre sens."

Quand elle donna sa suggestion, je hochai la tête négativement avant de m'expliquer.

"Je préférerai que les clients viennent pour la qualité de mon travail et pas pour la qualité de mes... bref. De plus, s'ils viennent pour ça, ça ne me fera rien gagner, à part si je les fait payer pour le spectacle, et je refuse de devenir une... une femme de mauvaise réputation."

J'avais de la peine à comprendre d'où venait son idée. Qu'elle me regarde était plutôt normal, bien que le fait que son regard ait de la peine à rester sur mes yeux depuis tout à l'heure devenait un peu gênant, mais pourquoi voudrait elle... partager?

Je ne savais pas vraiment comment le prendre. Devais-je m'énerver? Etre flattée? Je ne savais pas vraiment, et je décidai d'attendre pour voir ce qu'elle allait ajouter avant de choisir ma réaction.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Lun 10 Déc 2012, 19:24

Spoiler:
Navrée pour le terme "maîtresse", j'étais pas en forme et j'aurai du me relire. Pour la constitution physique, Meredith boit des alcools qui laissent des trous sur les comptoirs. Disons donc que son estomac, à force, doit avoir la consistance de l'adamantium pour des simples raisons de survie.

Alors comme ça, ça se limitait à ça la transformation? Avoir des doigts conçus pour curer des nez vachement longs? Pas très pratique de son point de vue. Quand une modification nettement plus radicale eut lieu. Sur le coup, la fourchette s'arrêta à quelque distance des lèvres. Elle ressemblait plus à ça quand elle était encore humaine? Non... Il y avait quelque chose de... faux. Elle ne saurait dire d'où ça venait, son esprit obtus étant naturellement imperméable à toute logique philosophique mais quelque chose lui disait que ça venait pas vraiment de ce qu'elle voyait mais plutôt... de ce qu'elle ressentait.

Comment ça ça devient autre chose dans l'autre sens? Ses jambes disparaissaient? Vu qu'elle était assise, ça ne se voyait pas mais, non, elle ne se voyait pas fréquenter une Undead qui flotte à 50cm du sol. Elle espérait qu'Amaliah puisse passer au 125 G mais ce n'était pas possible. Dommage. Meredith eut un geste vague de la main.

"Nan, laisse tomber! Je te préfère nettement en bicolore. Très nettement."

La tirade sur les femmes de mauvaises réputation surprit un peu la forgeronne. Jamais elle n'avait eu bonne réputation et en tirait même une certaine fierté. Et, franchement, fallait être aveugle pour les confondre! Cette histoire de faire payer le spectacle et le goût des clients la fit cogiter pendant quelques secondes où elle avait les sourcils fronçés avant de fournir ses conclusions au fur et à mesure qu'elle mangeait.

"Ben, j'me suis rendue compte que mes clients avaient de gros bras mais pas une grosse tête. En les faisant baver sur mon corps, ils passent moins de temps à mater les prix de ce que je leur tend. Vu qu'ils sont pas malins, c'est facile de les..."

Minute. Elle vend des livres.

"Ah ouaaaaiiiiis. Mais tes clients, à toi, sont foutrement malins eux. Quoique, ils doivent pas souvent voir des filles aussi belles que toi dans leurs bibliothèque. Juste un bon décolleté avec un corset qui remonte tes arguments et ils risquent moins de négocier tes tarifs!"

Il y avait autre chose qu'elle avait à dire. Elle finit par le cracher presque en même temps qu'un morceau coriace dans le feu de la forge.

"Conowell. C'est mon nom. Mon vrai nom, celui de ma mère et celui sous lequel j'ai grandit. Voila, t'es maintenant la seule personne de ce donjon et, à mon avis, à 100km à la ronde à le savoir. Si tu pouvais juste le garder pour toi..."

Un reste de vieille honte familiale lui nouait les tripes, tant qu'elle bafouilla sur la fin.
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Sam 12 Jan 2013, 19:07

Visiblement, Meredith n'avait pas saisi, et de loin, ce que je voulais dire. Ce qui signifiait qu'elle ne pensait pas à mal et que du coup, je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir. Il faudrait juste que je lui explique certaines choses quand je le pourrai.

Et ce n'était pas le moment, au vu de l'expression qu'elle avait affiché en me confiant son nom de famille. Vu comme elle l'avait dit, il s'agissait d'un secret qu'elle gardait bien, d'une chose honteuse, dangereuse ou les deux à la fois.

Cela dit, à mon plus grand désarroi, je ne l'avais jamais entendu, et je ne savais absolument pas quoi répondre.

Au point de ne rien dire pendant un mois et deux jours, carrément.

C'est pourquoi j'optai pour l'honnêteté.


"Je suis désolée, mais... ce nom ne me dit rien."

Etant donné que c'était assez léger et que je pensais que c'était quelque chose important pour la forgeronne, je me levai et fis le tour de la table avant de me trouver derrière elle et de passer mes bras autour d'elle, la serrant légèrement contre moi.

Je me rendis compte qu'au vu de ce que portais, cette action donnait un résultat différent de ce que j'avais envisagé.


"Mais je sens que c'est quelque chose d'important pour toi, donc merci de me l'avoir dit."

J'eus de la peine à dire cette phrase sans que la fin ne sonne comme une question. Je restai ensuite silencieuse pour que Meredith puisse continuer ses révélations si elle le souhaitait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Meredith le Sam 19 Jan 2013, 12:08

Elle n'en avait pas entendu parler? Vraiment? Vrai de vrai? Sur le coup, les épaules de Meredith s'affaissèrent. La forgeronne hésita entre le soulagement et la déception. Soulagement qu'elle n'en ait pas entendu parler et déception que ce qu'elle avait fui pendant tant d'années se soit révélé aussi ridiculeusement ringard. Bonne nouvelle ou mauvaise nouvelle?

Meredith fit alors son truc habituel : remettre à plus tard! Se concentrant sur son assiette, elle s'étouffa un peu quand Amaliah se releva, vu sa tenue. Fracture nette de l'oeil droit. Puis, la Banshee fit le tour de la table et... devint un coussin. Un coussin moelleux, frais et qui remplissait l'esprit brutal de la bretteuse de visions interdites aux moins de dix huits ans dans vingt pays et punies d'un internement psychiatrique dans quatre autres (et récompensées par cinq religions basées sur l'hédonisme).

Si Amaliah se redressait, Meredith devrait se lever en même temps pour éviter de se faire briser la nuque.

"Oh, heu... Ben disons... C'est plus ou moins à cause de ma famille que je suis là..."

Meredith toussota en tentant par tous les moyens de ne pas percevoir les vibrations causées aux zones périphériques de l'anatomie de son amante.

"Les Conowell ont une sale habitude de se mêler des histoires des monstres. C'est ça qui a eu la peau de ma mère. Une crevure a envoyé un de ses sous-fifres pour la liquider. Si ça se trouve, c'est mon sale co... heu... bref, mon père qui a fait ça. J'suis là pour ça. Pour retrouver celui qui a envoyé un tueur vers ma mère. Pour retrouver mon père. Et pour casser la gueule aux deux. Le premier pour ce qu'il a fait et le second pour ce qu'il a pas fait."

Il faudrait relever la viande. Meredith déboucha sa flasque et versa une dose généreuse de son étrange alcool dessus. Une seconde plus tard, au contact de l'air, le produit prit feu et la forgeronne continua de couper la viande enflammée, soufflant sur le brasier pour l'éteindre avant d'enfourner une part. Amaliah méritait de savoir ce qui s'était passé... A propos...

"Et toi? T'as pas la haine contre celui qui t'as... heu... fait renaître?"
avatar
Meredith

Messages : 192
Expérience : 50
Métier : Forgeron

Feuille de personnage
Niveau:
17/40  (17/40)
Race: Semi-humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Invité le Dim 27 Jan 2013, 13:58

Ce n'était pas exactement une surprise, mais il semblait que Meredith n'aimait pas vraiment sa famille. Pas vraiment étant un gros euphémisme. D'un autre côté, il n'était pas rare que ce soit le cas pour les demi-humains. Même en enlevant les nombreux cas où l'un des deux parents n'était pas consentant, leur simple ascendance leur aurait valu de nombreux problèmes durant leur vie, car si pour les humains ils étaient des monstres, c'était le contraire du point de vue de l'autre camp. La mort de la mère de la forgeronne était une bonne preuve de cet état de fait.

Si je ne le faisais pas déjà, je la serrerai dans mes bras.

Vint ensuite sa question. Je dois l'avouer, je n'étais jamais vraiment à l'aise quand il me fallait parler de ma nature, mais vu qu'elle venait de déballer son sac, il fallait bien que je fasse de même. Ca me prendrait juste un peu de temps.

Je tordis mes mains nerveusement avant de commencer.


"En fait... Si on enlève les théories religieuses, les banshees se font..."

Ca devrait pourtant être facile à dire. Le concept n'était pas vraiment compliqué en soit. D'autant plus qu'elle savait déjà de quoi j'étais capable, du moins d'un point de vue théorique.

"Les banshees deviennent ce qu'elles sont d'elle-même. Ce qui fait que je n'ai que moi à blâmer."

Encore un peu de tordage de main.

"Et s'il y a quelques... beaucoup de choses que j'ai fait que je regrette..."

Une maison en feu, des cris, du sang, le regard de ma soeur adorée derrière le corps brisé de ma douce mère.

"Je ne sais pas si 'haine' serait le mot que j'utiliserais."

Et je regrettai que Meredith soit assise et moi derrière elle, parce qu'après avoir parlé de ça, même sans aller dans les détails, j'avais aussi besoin que quelqu'un me serre dans ses bras.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Librairie du cœur inerte [Meredith] - Fini -

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum