Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Ven 10 Aoû 2012, 13:01

*marchant ~ à travers les fougères, j'arriva à un village gobelin... Bien sûr qu'ils voulaient la guerre mais je les massacra à gros coups de couteaux dans l'taaaas !~*

Pouffant tout seul, le loup continua sa marche à travers la forêt : il avait patrouille à faire mais à vrai dire il s'ennuyais un peu pour le moment aussi avait-il décidé de changer de plans et d'aller se balader. Et quel meilleur lieux pour une ballade paisible que la forêt ? Même si de nombreuses bêtes y rodaient, le ranger était assez habile pour les éviter ou les éliminer avant même que ces dernières ne s'aperçoivent de sa présence. Fort de sa supériorité sur les dangers de la forêt, le loup laissa son esprit vagabonder sur les récents évènements qui l'avait un peu dérangé : le fait que Séléné et lui se soient rapprochés lors d'une nuit assez torride pour se séparer ensuite d'une manière plus que cocasse était un peu dérangeant aux yeux d'Artyom. Après tout, si il avait été plus susceptible (et une voix dans son esprit ricana à cette pensée) le loup se serait offensé de la réaction de la beast à la fin de la nuit : s'endormir sans demander son reste après une série d'acrobaties. Plus d'un aurait été choqué, d'autres auraient appréciés : après tout, pas de conversation sur l'oreiller grace à ça. enfin, pour sa part, Artyom était certes un peu vexé mais il relativisait : elle n'avait pas son endurance alors, les expériences qu'elle avait subies avant d'arriver au donjon pouvaient être la cause de son sommeil précipité directement après l'acte. Alors, même si une voix ricana une nouvelle fois dans son esprit, le ranger secoua la tête, oublia sa rancoeur et continua sa ballade en forêt. Alors qu'il avait chassé les pensées parasites à propos de Séléné, la voix de sa ''conscience'' (là ce fut au tour d'Artyom de ricaner) dit sur un ton un peu goguenard :

*et elle, tu crois qu'elle pense quoi de toi vânătoare mici ? Se moque-t-elle de toi et de ta performance ? Ça semble crédible non ? Sinon pourquoi n'a-t-on pas de nouvelles d'elle ? A-t-elle seulement tenter de te retrouver ?*

Cette fois ci, Artyom s'arrêta net, en colère contre lui même et contre Séléné aussi même si cela était puéril. Sa colère le fit même oublier où il était au point que, quand il repartit bien plus tard, il ignorait si il était suivit ou non... Stupide, il devait l'être en ce moment mais il n'arrivait pas à comprendre ce qui lui arrivait. Pourquoi diable se mettait-il si facilement en colère quand il était question de la chatte ? Il s'était dit à luii même à plusieurs reprises que c'était à cause de son comportement typiquement félin qui la rendait à la fois énervante et attachante mais était-ce autre chose ? Était-ce son orgueil qui avait été blessé et qu'à cause de cela il était irritable dés qu'on parlait d'elle ? Le visage du loup se détendit dans un sourire incertain : cela aurait été fort quand même mais l'idée méritait d'être retenue... Il ne restait donc plus qu'à voir comment il réagirait lors de leur prochaine rencontre si il y en avait une.


Et cela allait sans aucun doute arriver, bien trop vite au goût d'Artyom : le destin était bien trop vache pour le laisser tranquille plus d'une journée ou deux consécutive...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Ven 10 Aoû 2012, 15:29

La vie au donjon était bien paisible ces temps ci. Tant mieux, après mon périple quelque peu fatiguant, je préférai et de loin. Au moins je pouvais me reposer et découvrir mon nouveau chez moi tranquillement. En une semaine, je n'avais évidement pas eu le temps de tout faire. Il faut dire que le donjon était tellement grand. Puis surtout, la plus part de mon temps, je le passais a dormir. Ben oui, mes gènes de chat en profite aussi pour se refaire une beauté, après les 3 jours entiers a marcher sans sommeil. Quoi qu'il en soit, j'avais déjà découvert le toit, d'où je pouvais admirer de jolie couché et levé de soleil, la place du marché, la grande salle, mes poils s’irisaient encore a cette évocation, une partie de l'immense jardin et enfin les résidences, enfin surtout celle du loup...

D'ailleurs en parlant du loup - non elle ne voyait pas sa queue comme le dit le dicton - mais je ne l'avais pas recroisé depuis ma nuit avec lui. Étrange...pourtant dès que je faisait une bourde, il n'étais pas loin. Puis même au donjon j'aurai du le recroisé. Quoi que, vue mon rythme de vie et le sien, on avait peu de chance de se voir. Puis après tout, pourquoi j'irai le voir? Je n'ai pas besoin de lui, et il doit en avoir marre d'avoir un boulet entre ses pattes... Oui...


Je soupirai en passant les énormes remparts qui protéger le donjon. J'étais déjà bien loin du bâtiment, car cette partie ci était plongé en pleins dans la foret "maudite". Ces bois, que j'avais entre apercue la derniere fois avec le Beastman juste avant d'arrivé officiellement au donjon, était si dense et volumineux qu'elle englobé les remparts. Bref, je n'avais pas vraiment peur. Car j'avais un plan, OUI! Pour ne pas me perdre, comme a mon habitude! J'avais décidé d'explorer un peu cette fôret maudite, pour voir pourquoi on l'appelais ainsi, si c'était une légende ou si c'était vrai, et surtout je 'maventuré ici, car il faisait frais et j'étais a l'ombre. Au donjon aussi, mais le bruit des différentes créatures m'énervait a la longue, impossible de faire la sieste tranquil. Il faut dire qu'avec mes vêtements, mon pull sur le dos, je n'avais pas beaucoup de fraicheur. Donc la foret était la meilleure solution.

Alors que j’avançais prudemment, je me retournais régulièrement. C'est pas très prudent je sais, mais c'était obligatoire pour mon plan! Mon plan de sauvegarde! Je faisait 10 pas, puis je regardais si de un je voyais toujours le toit du donjon ou les remparts et surtout je mémorisais de mon mieux les alentours. Tout ca pour deux raison, la première savoir d’où je venais pour faire le chemin retour et de deux, en cas d'attaque, je savais ou il fallait que je cours, si je le pouvais et si jamais j'étais dévié de ma trajectoire, je pouvais me repéré avec la végétation! CQFD! Mon plan était infaillible! Bon je vous l'avoue, je l'avais déjà tester il y a quelques mois, chez moi, dans "ma" forêt.... seulement, je m'étais effectivement fait attaqué, et je n'avais pu retrouver mes points de repère...Ce fut encore une fois un de mes grands frère qui me retrouva terroriser accroché dans un arbre. Enfin, la ca serai différent, je fuiyerai vers le donjon et pas n'importe comment.

Bien, j'avais déjà fait plusieurs mètres et tout se passait bien, bien sur, je restais sur mes gardes quand même, a l'affut du moindre bruit ou odeur suspecte. Mais visiblement, j'étais bien seul. Les monstres devait dormir a cette heure ci de la journée. Le soleil tapais fort, et j'étais contente d'être à l'ombre. Je faisais une pause sur un rocher pour m'éventais. L'envie d'enlever mon haut me tiraillait l'esprit, mais non , il fallait que je le garde. Si je devais partir, je n'aurai pas moyen de le retrouver. Et me transformer en chat dans la foret alors que je ne la connait pas, était beaucoup trop risquais. J'observais les alentours de mon perchoir... Je ne comprenait pas pourquoi cette fôret était maudite...J'étais peut être dans une partie un peu moins risquais. Tant mieux! Je mémorisais ma position et les environs pour repartir.

Je me détendais un peu, après tout voilà une heure que je vadrouillais et toujours rien. Enfin rien...une brise légère, la seule qui arrivait a passer l'épais manteau de verdure, m'apporta une odeur familière. Celle du loup! Artyom était dans les parages!


*Artyom? Qu'est ce qu'il fait ici? .... ha oui je suis bête, c'est un ranger....*


Instantanément et instinctivement, je regardais tout autour de moi. Il ne devait pas être loin! Toute contente, je me laissais guidé par le mince filet de parfum du loup. Évidement, j'avais déjà oublié les remarques que je m'étais faite plutôt... J’avançais encore, il était la, devant moi, mais immobile. Pourquoi? Il semblait réfléchir si bien qu'il n'avait même pas remarqué ma présence. Ca me semblais plus grave qu'une simple réflexion sur la pluie et le beau temps vue son visage.

Je décidais de rester caché, bien a l’abri dans un buisson l’observant un peu inquiète pendant qu'il réfléchissait et de le suivre sans faire de bruit. J'étais plus douée que je ne le pensais en humaine car le loup ne semblais vraiment pas m'avoir repéré. Mon talent naturel pour le jeu pris le dessus et mon esprit se mis en mode chasse avec pour proie Artyom. Après tout c'est lui qui disais que je ne savais pas me débrouiller. Il aurait un choc quand je lui sauterai dessus pour le manger!

Et ce moment ne tarda pas. Alors qu'il marchait devant moi, il s'arrêta dans une clairière pour ramasser qu'elle que chose par terre. C'était l'occasion! Sans prévenir, je bondit hors de ma cachette puis, d'une deuxième bond je sauter sur son dos! Évidement, il s'étala de tout son long au sol, face contre terre avec moi au dessus! Hihih j'étais assez satisfaite du résultat! Et sans attendre, je lui mordillais une oreille canine, contente et amusé de mon coup sournois!


- J'ai gagné! Héhéhéhéhé


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Sam 11 Aoû 2012, 15:16

Artyom n'arrivait pas à se départir d'une certaine appréhension : la forêt était calme mais pas ua point d'être inquiétante. Elle l'était cependant un peu trop, comme si quelque chose le suivait et que la forêt toute entière regardait impatiente le dénouement de la situation. Mais quel était donc cet événement qui laissait la nature en haleine ? un adversaire ? Un animal ? un assassin ? Peu importe : si jamais le danger devenait trop grand, le loup n'aurait qu'à éliminer l'intrus d'un lancé de couteau ou bien d'une flèche bien placé. Après tout, on était actuellement en terrain forestier aussi était-il à l'aise, presque autant qu'un poisson dans l'eau. Il ne disait pas par là qu'il ne craignait personne : des prédateurs et des monstres sauvages pouvaient facilement surpasser les compétences du ranger surtout si il allait se perdre dans certaines zones de la forêt, mais ici la situation était globalement à son avantage. Il pouvait donc se détendre surtout qu'il n'avait pas de réelles preuves concernant son potentiel agresseur : peut-être la nature était-elle juste assoupie. Artyom ne ressentait nulle pression sur sa nuque ni ne trouvait le silence assez pesant pour qu'il aie réellement à s'inquiéter : il devait se faire des films voilà tout. Soupirant une nouvelle fois, le loup s'éloigna un peu d'un pas plus souple mais sans pour autant s’empêcher de jeter un regard discret par dessus son épaule. N’ayant rien vu d'inquiétant, le ranger se laissa un peu aller et observa les alentours avec un regard plus emplit de curiosité que d'inquiétude. Il chercha donc quelque chose d’intéressant au milieu des herbes, des plantes et des arbres qui l'entouraient.





Son petit jeu de pistes ne lui amena rien de probant : à part des cailloux, une petite araignée furibonde d'avoir été dérangée et quelques fleurs sauvages, il n'y avait rien d’intéressant à fouiller le sol. L'ennui commença à prendre possession de son esprit et cela abaissa dangereusement son potentiel de combat. Il se morigéna un peu mais rien n'y fit, il n'arrivait pas à se concentrer. Bon sang, manquerait plus qu'il tombe dans un piège à con et ce serait le pompon : le "grand'' ranger Artyom Krensky tombant dans un piège... Et pourquoi pas se faire surprendre en train de pisser par un géant des glaces ?!? Parce que vu la discrétion naturelle très limitée de ces abrutis congénitaux (car, sans être médisant envers eux, les golems de glace mal fabriqués faisant offices de génies à côté !) Et bien on pouvait dire qu'il fallait le faire exprès pour ne pas les voir arriver. Soupirant à pierre fendre, Artyom avança mais vit son soupir suivant étouffé dans l'oeuf par le retour d'une drôle d'impression : celle d'être observé par une créature. Cette fois ci cependant l’intuition se précisa : la créature n'était pas hostile. Après tout, pour peu qu'Artyom se concentre, il était capable de saisir les subtiles variations dans l’atmosphère environnante (on ne parle pas ici du climat mais des impressions ressenties !) D'une autre personne ou créature même sans la voir. Il était donc aisé de ressentir des émotions fortes comme la colère, l'envie de tuer, la faim ou l'excitation pour ne citer que quelques émotions discernables. Ici... Et bien le ranger semblait ressentir une certaine forme... D'amusement ? Cela lui fit hausser un sourcil : il ne pouvait s'agir d'une bête sauvage ou alors d'un très jeune spécimen qui pensait plus à jouer qu'à se nourrir.

*que ce que tu es et pourquoi donc t’intéresses-tu à moi drôle de créature ?*

Se penchant pour s'emparer discrètement du couteau caché dans sa botte (il en avait eu marre de se le prendre dans le flanc quand il se baladait alors l'avait changé de place) il attendit. Et il n'eut pas longtemps à attendre d’ailleurs. Il sentit quelque chose lui tomber sur le dos au moment où il refermait sa prise sur la garde de son poignard. Il manqua d'étriper sur place l'intrus mais la voit qui résonna au creux de son oreille le dissuada : Séléné ! Son coup avorté se ralentit donc au point que son coude ne fasse que ''poker'' ( Hj :oui je savais pas quoi mettre comme mot !) La tempe de Séléné. Il faillit d’ailleurs lui redonner un coup quand elle lui mordilla une oreille mais se contenta de dire :


- J'aurais bien pu t'étriper ! Heureusement que je t'ai reconnu à la dernière seconde et que je me suis laissé faire ! Bon maintenant que tu as gagné, descends de mon dos : faut bien te donner une récompense pour m'avoir surprit... Et sinon, pourquoi tu es là ?

En effet, le ranger doutait que la beast se soit retrouvé là complètement par hasard : même un sens de l'orientation désastreux avait ses limites ! En plus, le loup pourrait profiter de cette occasion pour discuter plus sérieusement avec elle

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Sam 11 Aoû 2012, 15:58

Je ne m'étais pas trompé, le cerveau d'Artyom fonctionnait bien au ralenti. Je ne sais pas pourquoi, peut être a cause du soleil. Heureusement qu'une partie était encore active! Je n'avais pas pensé qu'il essayerait de m’attaquer, chose complètement stupide vue que je l'avais pris pour proie et qu'une proie se débat forcément pour survivre. Enfin, les sens du loup avait du détecter ma présence ou je ne sais quoi et je ne reçus qu'un petit coup a la tempe. Comme quoi je pouvais avoir confiance en lui. Pas trop quand même, chaque personne avait ses limites. Mais j'étais contente de le retrouver et d'avoir réussit a le chasser ainsi! Lui qui se prenait pour plus doué que moi!

- J'aurais bien pu t'étriper ! Heureusement que je t'ai reconnu à la dernière seconde et que je me suis laissé faire ! Bon maintenant que tu as gagné, descends de mon dos : faut bien te donner une récompense pour m'avoir surprit... Et sinon, pourquoi tu es là ?


Étriper? Vraiment? Je remerciais sa partie de cerveau fonctionnel d'un coup. Le loup était plus violent que je ne le pensais. Et laisser faire...il exagère, j'avais quand même bien réussit non? Ca me vexait un peu, et m'enleva de ma bonne humeur. Je n'étais pas une chasseuse de loup hors paire; c'était le premier que je chassais même mais bon il aurait pu me féliciter. Enfin c'était surement son orgueil de mâle qui parlait.

Hors de question donc que je lâchais ma prise. Même s'il voulait effectivement me récompenser pour mon superbe assaut. Je préférais rester sur lui et savourer ma victoire encore un peu. C'est MOI qui avait GAGNE! Je lui pris les poignets pour les plaquer au sol et resserrais mes cuisses autour de lui pour qu'il ne gigote pas comme un petit vers de terre. Puis j'ajoutais avec un ronronnement:


- Huuuuumm... non. Je profite de ma victoire! Héhéhé! C'est rare que je prenne un si gros morceau étant humaine en plus!

Il ne devait pas apprécier mais tant pis, mes gènes joueurs étaient trop fort. Il fallait bien qu'il s'y habitue aussi si l'on vivait sous le même toi. Enfin, grrrrannnd toit! Le donjon n'était pas petit, loin de la! D'ailleurs en parlant de donjon...je ne savais plus du tout dans quelle direction il était. Je n'avais pas mémorisé mon trajet pendant ma partie de chasse. Zut mon super plan tombait a l'eau! Non je m'étais promis de m'en sortir seule pourtant . Zut de zut! Il faut croire qu'avec mes gènes c'était fichu d'avance. Heureusement que je m'amusais avec Artyom et pas un papillon...Lui au moins pouvait me ramener au donjon!

Je le gardais un peu sous moi, mes prises toujours aussi serrées. Bien sur que le loup pouvait se sortir de la, il avait beaucoup plus de force que moi. Mais je m'en fichait, s'il bougeait je m’agripperai encore plus! Je lui mordillai une fois de plus l'oreille pour lui montrer que j'aurai pu le manger s'il était une souris a ce moment la. Il détestait qu'on touche a cette partie la de son anatomie car "monsieur a les oreilles sensibles" mais je ne pouvais pas résister. C'est justement parce qu'il n'aimait pas ça que je jouer avec. C'était trop tentent!



- Et sinon je faisais la même chose que toi. A savoir me promener. J'évite le soleil et la chaleur et la forêt est beaucoup plus calme que les jardins ou le donjon a ce moment de la journée. Pas ma faute après si tu te trouves sur ma route. Miiiiiiuuuuu ~

Et je fourrais mon nez dans ses cheveux noirs pour frotter mes joues contre lui. Réflexe purement félin. Les canidés n'avaient pas ce genre de rapport, enfin je crois. Mais soit, comme dit, les réflexes ne se contrôlaient pas. Et puis, ça faisait au moins 3 jours que je ne l'avais pas vue. Il fallait bien que je lui dise bonjour et surtout que je me fasse un tout petit peu pardonné pour le tour que je venais de lui jouer. Je l'avais quand même mis a terre, et salit ses vêtements , bien que ce deuxième arguments n'avait pas grande valeur a mes yeux, pour lui peut être ça en avait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Dim 12 Aoû 2012, 00:00

Un peu plus détendu une fois qu'il reconnut Séléné perché sur son dos, le ranger se permit à relâcher la pression de ses doigts qui étaient restés serrées autour du poignard qu'il tenait quand même en main. Après tout, même si c'était Séléné, il se sentait un peu furieux de l'avoir laissé prendre l'avantage aussi aisément. Enfin quand bien même, il n'aurait pas pu la frapper pour l'empêcher de le toucher : c'était indigne d'un homme avec un tant soit peu de galanterie... Et Artyom n'en manquait pas dans ses bons jours. La preuve, il se montra assez aimable avec elle, lui promettant même une récompense pour s'être montrée à la hauteur. Pourquoi pourtant Artyom sentait une pointe de regret ? Peut-être parce qu'il n'avait pas eut l'occasion de montrer à la beast ses propres compétences en matière d'embuscade et de bonds sur le dos. A s'écouter, Artyom se retint de rire : voilà qu'il pensait avec des termes aussi simplistes que la chatte quand elle parlait. Cela amusa Artyom assez longuement, assez pour qu'il n'écoute pas la moitié de ce que la jeune femme lui dit non sans lui mordiller l'oreille. La bonne humeur du loup en pâtit légèrement car il détestait ça et elle savait qu'elle le détestait. L'idée de tirer sur la queue par vengeance fit son chemin dans la tête de pioche du ranger mais ce dernier se retint : patience patience. S'imaginant déjà saisir la queue poilue de la féline pour lui faire subir milles souffrances vengeresses, le loup plissa doucement les yeux, donnant à son regard une allure froide et perçante. Bien entendu, la jeune femme ne pu le voir vu la position qu'elle avait, confortablement juchée sur le dos du ranger, mais cela signifiait clairement que le loup avait une idée derrière la tête. Mais comme lors de leur première nuit ensemble, le loup allait devoir se montrer patient, endurant et inventif. Restait à voir si Séléné se décidait enfin à dégager du dos d'Artyom : pas que la miss soit lourde loin de là mais il fallait avouer que la position présente du ranger n'était guère confortable. Poussant un peu avec ses mains et ses coudes, Artyom se trouva dans un premier temps une position plus confortable et aussi pour tester l'équilibre de son ''assaillante''. Enfin, vu qu'il s'agissait d'une féline il y avait fort à parier qu'il ne la désarçonnerait pas aussi simplement.



Alors que le ranger allait se montrer plus ferme, en ayant assez de ces coups de dents, Séléné se mit à se frotter contre lui ! Un geste si surprenant que le loup en oublia ses velléités de revanche mordante sur la jeune femme. Cela ramena un autre sujet que le jeune homme aurait voulut amener aux oreilles de la chatte : que signifiait la nuit qu'ils avaient passés ensemble ? Rien ? Ou plus ? Cette question n'aurait normalement pas dû traîner dans la tête mais Artyom voulait en avoir le coeur net. Vu que la jeune emmerdeuse ne semblait pas vouloir dégager de son perchoir, le ranger la dégagea elle même d'une puissante torsion du corps combinée à un coup de jambe qui déséquilibre la chatte sur un côté. Profitant de cela, Artyom roula dans l'autre sens en ignorant la terre qui souilla ses vêtements. Se redressant rapidement, sans colère mais avec un regard plissé qui indiquait quelque chose comme un vague mais tenace agacement, il regarda Séléné. S'époussetant sans quitter la beast des yeux, le loup sourit et dit à la sempiternelle maladroite :

- Tu te ballades aussi donc ? Et laisses moi devinez, tu t'es perdue ? Non parce que personne ne vient ici en général sauf quand il s'est perdu... C'est une zone hostile et très éloignée du donjon.


Haussant les épaules, le ranger finit d'enlever la terre et l'herbe qui souillait sa veste de cuir avant d'ajouter :

-Mais enfin, je suis avec toi donc il ne devrait rien t'arriver de dangereux... Comment te portes-tu espèce de petite fofolle bondissante ? Quoi de neuf depuis notre passionnante dernière rencontre ?

Artyom insista quelque peu involontairement sur ce mot pour souligner qu'il n'avait pas oublié et que ce sujet était important à ses yeux... La jeune femme allait-elle aborder le sujet ou s'en foutre royalement ? Sa réaction dépendrait pour beaucoup de comment le loup verrait la beast par la suite...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Dim 12 Aoû 2012, 06:47

J'étais bien sur le dos du loup. Ca m'apportait un sentiment de puissance et de domination que je n'avais pas habituellement en ce milieu. Je sentais que je le regretterais d'une façon ou d'une autre mais tant pis! J'étais vraiment trop fière de mon coup! Je profitais de mes derniers instant de bonheur, car le loup allait forcement s'énerve au bout d'un moment et se dégager de la. En tout, j’espérais que le message avec mes câlins était passé et qu'il ne m'en voulais pas trop...Surtout que je n'allais pas trop le regrettais.

En même temps, avec mon karma, on apprenais vite a profiter de tout. Beaucoup plus, bizarrement depuis que j'étais sans ma vrai famille. Vue que j'étais miss gaffe, avec spécialisation, grosse bourde bonus réaction en chaine, les petits moment de bonheur et de joie, tous quel qu’ils soient étaient forcément bon a prendre. Même puérils ou une simple erreur. La je n'avais pas gaffé depuis au moins ce matin. Ca n'allait pas tarder a venir, je le sentais. Je n'avais rien vue en rêve pour le moment, mais je me méfiais quand même. J’évitais les ronces pour ne pas déchirer mes habits. Je faisais attention ou je mettais les pieds pour en pas tomber. Je n'avais bousculé personne non plus dans les couloirs, et écrasé aucuns orteils. Les murs restaient a une distance de sécurité de moi...bref depuis ce matin, je défier le destin lui même! Alors a un moment...tout allait me tomber dessus. Mais pas pour le moment.

Non pour le moment j'étais avec "mon chevalier servant" comme je m'amusais a le penser. Chevalier qui avait décidément une très grande patience avec mes stupidités de chats. Vue que j'étais encore sur son dos...pour 2 secondes! D'un mouvement contrôlé, il m'éjecta sur le côté ou je faisait 1 roulade avant de m’étaler de tout mon long, face contre terre. Voilà que j'étais dans la même position que lui. Je m'attendais a ce qu'il me saute dessus en retour, mais non. Artyom c'était simplement levé en me jetant un regard assez étrange. Oui j'usais peut être un peu trop de sa patience; je l'avoue.

Ce qui m'étonnais par contre c'est qu'il ne m'aida pas a me relevais. J'attendais exprès au sol...mais non, rien. Monsieur faisait son prince et s'époussetait le cuir en me regardant au sol. Bien...s'il le prend comme ca. C'était sa petite vengeance après tout, je l'acceptais. Mais hors de question que celle entache ma bonne humeur de toute a l'heure. Très vite je la laissais envahir mon esprit. Je m’assis, bras tendu derrière moi, relevant bien haut la tête afin de me donner un air faussement hautain avec un large sourire en coin!


- MAIS...Non! Je ne me suis pas perdu. Je sais très bien où nous sommes! Et vue ce que je viens de faire, c'est plutot toi qu'il faudrait protéger. Pas moi! Héhéhé

Oui je rigolais sur ca. Cette aventure allait le suivre pendant un moment. Jusqu’à la prochaine au moins, et elle, qui peut dire quand elle arrivera. Enfin je me relevais d'un bond pour atterrir sur mes pattes. D'un geste gracieux, je refis ma queue de cheval qui s'était desserrée lors de ma roulade. Ce qui me permis de réfléchir a ce que j'allais lui dire. Qu'est ce que j'avais fait après "notre passionnante nuit" ? Quelques souvenir et sensation me reviens en mémoire et mes lèvres souriaient toute seule alors que j'avais mon ruban entre. Bref qu'est ce que j'avais fais? Ha oui...dans la grande salle. Cette espèce de conférence sur la magie... Il faudra que j'aille "le" remercier lui aussi d'ailleurs. Je finissais de remettre mon ruban.


- Et figure toi que j'ai frôlé la mort au moins deux fois, ...mais comme tu peux le voir, je suis toujours en vie. Comme quoi, je n'ai pas besoin de toi, il semblerait, pour survivre! Nhhhh!

Oui oui je lui tirais la langue, comme la "petite peste" que je suis! Il faut dire qu'annoncer mes aventures comme ca; me servais beaucoup a dédramatiser. Je n'avais pas envie de finir en charpie et d'aller ressusciter dans la salon je ne sais plus ou. Je tenais a ma race. Aucune envie de devenir non mort. Enfin, je m’avançais vers lui, prudemment, histoire de déjouer encore le destin et de ne pas tomber quand je sentis un truc tomber de mon mollet droit. Je baissais la tête pour voir ce que c'était...

De la boue! Non! J'en avais pleins mes vêtements! Non non non! Mes seuls! Moi qui ne voulais pas les salir et les garder propres... J'avais réussit jusque la - bon j'évitais au maximum de les mettre aussi. En chat pas besoin! Et vue que j'avais passer pas mal de temps en chat...-! J'avais raté mon plan pour ne pas me perdre et en plus mes vêtements était taché de partout de tache d'herbe et un peu de terre humide! Je tirais sur mon pull pour vraiment voir l’ampleur du désastre oubliant presque le loup et ses questions...


- Oh non! Mes vêtements! Artyyyyyy! J'avais fait attention! Je n'ai qu'eux ceux la! Non...faudra que je les lave...pffff

Je remarquais un fils sur le coté qui pendouillais...Et voilà...le destin, ce foutu destin. Une maille de mon magnifique pull rayé, et taché maintenant, c'était filé, surement contre une caillasse. Ca voulais dire que si je tirais dessus, plusieurs mailles allaient s'enlever et au revoir "pull de mes rêves". Bon d'un côté je m'en fichais un peu...mais qu'un peu. Car après comme je l'avais dit je n'avais qu'eux et surtout je en voulais pas rendre visite a l'araignée géante. La dernière fois m'avais suffit... Les larmes presque aux yeux -réaction complètement stupide et enfantine- je regardais le loup en lui désignant la maille! Évidement, je pensais que ca lui importait autant que de savoir le temps qu'il allait faire demain, mais c'était une réaction spontané et non réfléchit. Bien sur il avait surement d'autre chose en tête plus importante.

Des fois, si je pouvais me voir a travers les yeux des autres, de mon interlocuteur, je pense que je me trouverai absolument débile et sans intérêt. Je me demandais vraiment ce que le loup pouvait me trouver pour ne pas m'avoir balancé dans le donjon comme ca. Ma maladresse était maladive, mon côté félin, incontrôlable et mes capacités aux combats quasi nul. Enfin j'avais réussis a le mettre a terre quand même. Et le moment d'après c'était moi qui l'était mais soit. Passons ce détail et gardons que l'image du loup sous moi.


Dernière édition par Séléné Némésis le Lun 05 Nov 2012, 20:08, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Lun 13 Aoû 2012, 13:46

Débarrassé d'un certain poids, le ranger étendit discrètement ses muscles : roulant des épaules ou fléchissant imperceptiblement les genoux, le loup se tenait prêt. Il adoptait ainsi par ces mesures prudentes une certaine défense contre Séléné : après tout, le jeu n'était sans doute pas finit de son point de vue à elle. Mais la facilité avec laquelle elle avait surprit le ranger enrageait un peu ce dernier : il avait besoin de se remettre les idées en place et il pourrait tourner ça en jeu pour que la jeune femme soit aussi intéressée à y participer. Se demandant quelle forme il allait faire prendre à l'entraînement qui était nécessaire aux deux monstres, il ne remarqua pas de suite l'état des vêtements de la beast. Quand cette dernière lui fit remarquer avec une attitude boudeuse au possible et quelques plaintes, Artyom se retint de juste hausser les épaules et de passer à un autre sujet. Le pull de Séléné, même si il était vrai que ce soit Artyom qui le lui avait acheté, ne représentait pas grand chose aux yeux du ranger et sans doute pas beaucoup plus aux jeux de la chatte... Vu qu'elle se baladait plus souvent nue qu'autre chose. Cette information amena un fugitif sourire sur le visage du loup : il se demanda brièvement comment devait vivre les gens du village de la beast si tout le monde se baladait en tenue d'Eve toute la journée ! Manquant une nouvelle fois de poufer de rire, ce qui aurait sans doute déplus à la pauvre jeune femme au pull déchiré, il chassa cette pensée parasite de son esprit sans néanmoins l'oublier : il en savait un minimum sur le passé de la beast et il devait admettre que cela le rendait curieux. Peut-être pourrait-il la questionner à ce sujet mais comment mettre ça sur le tapis sans la brusquer ou lui faire revivre des souvenirs douloureux ?


Car, Artyom l'avait déjà remarqué à plusieurs reprises, Séléné était très très sensible à ce sujet et encore plus quand elle avait de l'alcool dans le sang ! Cela lui remit en mémoire la soirée au petit restaurant que possédait son ami renard : la jeune femme lui avait montré son côté sensible ce soir là. Après une courte réflexion, le loup se souvint aussi des talents d'acrobates de la beast : certes ils devaient être naturel grace à sa nature félidé mais cela pourrait servir à d'autres choses qu'à s'amuser ! Le ranger se mit donc rapidement à réfléchir à la manière de former Séléné. Oui former, il avait bien dit ce mot : il rêvait depuis un moment d'avoir un compagnon pour l'assister et effacer un peu de la solitude qui s’emparait parfois de lui lors des longues patrouilles en extérieur. Cependant, faire comprendre à Séléné les attraits d'un tel travail risquait d'être sacrément ardu. Bien entendu il y avait la liberté absolue mais il y avait aussi une longue liste d'obligations... Et les chats avec les obligations. Riant cette fois tout seul, il baissa le regard vers Séléné et pencha la tête sur le côté, l'étudiant. Frappant dans ses mains comme si il voulait obtenir son attention, il dit d'une voix douce où perçait l'amusement :

-Ne t'en fais pas, je t'en achèterais un autre si besoin est. En attendant, j'aimerais te proposer quelque chose Séléné : un petit jeu juste pour voir à quel point tu es habile.

Prenant une pièce d'or d'une de ses poches, il la laissa capter les rayons du soleil qui perçaient à travers les arbres puis la fit tourner entre ses doigts avant de la faire rebondir d'une phalange de sa main droite à l'autre tel un prestidigitateur. Souriant toujours, il ajouta en préparant la pièce :

Rattrapes-là et tu pourras me poser une question sur ce que tu veux : mon passé, mon métier, ma famille, ce qui t’intéresses. Si tu n'y arrives pas, tu devras travailler comme apprentie ranger avec moi pendant un jour, cette journée ci comprise. Vu l'heure qu'il est, si tu rates une fois, tu ne t’ennuieras pas longtemps.


Lançant la pièce de manière vicieuse pour qu'elle fasse une courbe irrégulière, Artyom attendit et sortit d'autres pièces, rassembla des cailloux rapidement et se redressa une fois qu'il fut sûr que Séléné aie rattrapé la pièce et aie préparé sa question : même si le lancé était un peu difficile, il ne sous-estimait pas la dextérité de la chatte à ce point !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Lun 13 Aoû 2012, 17:25

Le loup n'était pas avec moi. Il était plongé dans ses pensées. Comme toute a l'heure. Aucune idée de ce qui le préoccuper, en espérant que ce ne soit pas moi, mais ca avait l'air assez sérieux. J'étais sur que je pouvais lui bondir dessus a nouveau, il ne s'en apercevrait même pas. Décidément, pour un ranger, je le trouvais bien inexpérimenté. Dans mon esprit, il était déjà rôder. Genre à ses 5 ans, il avait été lâché dans une foret avec juste comme ordre "survit" et puis c'est tout. C'était très stéréotypé mais bon c'est un peu comme ca que je le voyais. Mais ,mais, mais...jamais il ne dépassera mes frères! C'était sur.

Enfin, j'attendais qu'il se reconnecte a la réalité. C'était sur que de voir un mini chat pleurer pour un pull n'était pas si alléchant que ca...y'avait mieux je vous l'accorde. Je patientais, restant debout, m’empêchant de m'assoir, jusqu’à ce qu'il se décide a ouvrir la bouche. Ouf! J'avais peur qu'il ne se transforme en statue. J'aurai eut du mal a expliqué ca aux autres du donjon.


-Ne t'en fais pas, je t'en achèterais un autre si besoin est. En attendant, j'aimerais te proposer quelque chose Séléné : un petit jeu juste pour voir à quel point tu es habile.

Hein? Mais...c'était quoi le rapport avec avant? ...j'ai du sauter une étape là. Pourquoi est ce qu'il me lancé un jeu la? Pourquoi voulait il testé mon habilité? Ca n'avais aucun sens. Nous étions dans une zone dangereuse et a risque selon lui et il voulais..S'amuser? Décidément, j'avais beaucoup de mal a suivre la mentalité canine. Surement une histoire de gène tout ca. Attraper une pièce? Mais pourquoi? Mes yeux capter les rayons de soleils qui se reflétaient dessus.

C'est vrai que c'est jolie ce truc...Hum...Je redressais les oreilles et ne quittais pas la pièce du regard. A non! Voila que mon instinct de joueur reprenait le dessus. Heureusement que 2 minutes avant j'allais fondre en larme pour un futilité. Mon esprit pouvait de la peine absolue a une joie immense en moins d'une minute. Assez pratique d'un côté mais seulement d'un côté. Tout ca ne réglait quand même pas le pourquoi du comment le loup voulait jouer.


Rattrapes-là et tu pourras me poser une question sur ce que tu veux : mon passé, mon métier, ma famille, ce qui t’intéresses. Si tu n'y arrives pas, tu devras travailler comme apprentie ranger avec moi pendant un jour, cette journée ci comprise. Vu l'heure qu'il est, si tu rates une fois, tu ne t’ennuieras pas longtemps.


Ha.... c'était donc ca le but. Non...mais... il voulait me faire travailler... MOI? Mais il était pas bein. Quelles mouches lavé piquer. Bon même si je voulais travail depuis que je suis arrivé mais en tant que ranger. Il m'avait bien regardé? Il était saoule? Ce qui expliquerait ses absences et le faite que j'i pu le surprendre aussi facilement. Non je voyais mal le loup se saouler ben son job. Alors quoi? Il était sérieux? Pas possible....

Mais pas le temps de protester; il avait déjà lancer la pièce en l'air. Assez haut et en plus vers moi...si avec ca je ne pouvait pas la rattraper. C'était trop simple beaucoup trop. Mes genoux se plièrent un peu pour avoir assez de détende pour sauter au moment propice. Mes yeux ne décolèrent pas du point invisible parmi les feuillages. Je en pense pas qu'un humain aurait pu suivre le trajet de la pièce. Pour moi, ce n'était pas vraiment en problème.

Alors qu'elle était encore a 3 mètres du sol, j’ordonnais a mes jambes de sauter. D'un coup je m'écraser presque au sol, pliant mes genoux au maximum pour avoir une meilleur détente et je relâcher la pression pour m'envoler! La pièce ne tombait pas sur moi. Elle était plus en avant, je l'avais repéré. Pour ca que mon bond décrit une hyperball. Sans soucis, mes mains se refermèrent sur la pièces, dans un magnifique 'clac' et je retombais avec grâce a un ou deux mètre de mon départ.

Pas la peine de montrer la pièce, je supposais que le loup savais que je l'avais. Maintenant il me fallait trouver une question... Qu'est ce que je pouvais bien lui demandais. A vrai dire je ne savais pas trop. Il n'y avait pas grand chose que je voulais savoir. Etrange je sais vue mon penchant naturel a la curiosité. Mais la non...Je ne considérais pas le loup comme ma famille ni mon maître, je n'avais donc aucune obligation envers lui et lui envers moi. Il pouvait faire ce qu'il voulais, je n'avais pas mon mot a dire. Mais voilà que j'avais accepter le jeu, un peu malgré moi.

Je l'observais rassemblais un tas de cailloux, je ne savais pas pourquoi. Décidément, le loup était bien étrange aujourd'hui. Un tas de cailloux...mais oui! Je prenais mon visage le plus sérieux possible et me tenait bien droit devant lui.


- Dans la cité naine, la première fois qu'on c'est vue...Tu as bu un liquide rouge assez étrange et qui sent le souffre... C'était quoi ? C'était pas ...naturel... Et tu avais l'air vraiment bizarre...je veux dire plus que maintenant.

Le loup ne devait pas s'y attendre. Mais je m'étais souvenue de cette sensation que j'avais eu dans la citée lorsque nous étions traqué. L'impression soudaine que le loup allait sauter sur tout ce qui bouge me redonna un frisson. Je lui avais déjà demandé mais il ne m'avait pas tout dit. Et vue que c'était lui qui avait lancé le jeu, il ne pouvait pas se dérober. Il devait tout me dire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Mer 15 Aoû 2012, 19:04

Habilement lancée, la pièce d'or ne fit cependant pas long feu face à l'agilité de Séléné. Sans doute l'idée du jeu lui avait plu et donc elle s'était concentrée sur la pièce : elle avait régalé Artyom d'un saut agile avant de refermer les mains sur la pièce avec un ''clac'' retentissant... Ce n'était pas une mouche voyons, pas besoin de l'écraser ainsi cette pauvre pièce ! Suivant la trajectoire de la beast, Artyom finit ses petits préparatifs pour la suite : il savait bien qu'elle allait surmonter cet obstacle avec aisance. Mais le jeu et tout ce qui en découlait n'était pas finit loin de là, il venait à peine de commencer au contraire. Le loup avait déjà en tête tout ce que la jeune femme et lui allaient faire : les pièces, les pierres, les questions et les réponses ? Foutaises que tout cela ! Même si certaines questions auraient le mérite d'être intéressantes, elles ne constituaient pas la finalité de l'action du loup. Il avait aussi envie de voir la résistance morale de la féline par après : le ranger avait plus d'un tour dans son sac et il pouvait se montrer cruel sans pour autant afficher autre chose qu'un regard placide et des paroles un peu plus froides et directes que l'habitude. Et justement il allait se montrer sous un jour moins beau à voir : le tueur. Il allait tester Séléné tout en lui laissant une porte de sortie bien entendu : si à un moment elle voulait partir, elle pourrait tout claquer par terre et s'en aller sans se retourner. Après tout, elle aimait jouer mais à sa manière, elle n'aimait que moyennement qu'un autre lui dicte les règles : il suffisait de voir sa réaction dés qu'on lui parlait d'un travail ! Pourtant, celui qu'il lui avait proposé à mots plus ou moins couverts était un job qui lui conviendrait bien : elle pouvait faire ce qu'elle voulait la plupart du temps et devait juste aller mettre son nez à droite à gauche une fois de temps en temps... Franchement, pour un chat que demander de plus ? Des caresses peut-être ? Hem, c'est vrai qu'à ce niveau là, ce n'est pas comme si un autre ranger allait lui en donner à foison : ces gens là étant très peu portés sur le contact physique plus délicat.



Evaluant les cailloux qu'il avait rassemblé, le ranger en saisit plusieurs et jongla avec. Sa grâce n'égalait peut-être pas celle féline mais les mouvements exécutés par le loup étaient confondants de précision et de rapidité. Les faisant passer d'une main à l'autre, les faisant sauter aussi, Artyom regarda distraitement Séléné et lui sourit doucement. Pendant que l'une des pierre passait devant son visage, le ranger dit d'une voix calme et sereine :

-Ce liquide ? Ce n'est rien de bien spécial en fait, c'est un élixir. Il fonctionne de manière... Plus qu'aléatoire... Mais il a ses avantages : grâce à lui, j'ai survécu contre un monstre qui m'avait mit en pièces. J'aurais dû mourir ce jour là puis j'ai bu le sang du monstre et j'ai guérir instantanément : j'ai donc gardé les fioles pleines du sang de cette bête avec moi et je l'utilise quand ça va mal.

Savourant l'euphémisme qu'il venait de dire, le ranger balaya les environs du regard : il était temps pour un autre lancé plus audacieux cette fois. Lançant la pierre en prenant complètement la chatte par surprise, Artyom plissa ses yeux d'une manière cruelle et utilsa une de ces capacités méconnues : il entoura la pierre d'ombre. La surface était assez petite bien sûr, Artyom n'était pas magicien mais où se trouvait le cailloux dans cette boucle d'ombre. Pour pimenter une dernière fois le défi, le ranger ajouta froidement :

-Imagines-toi que l'un des membres de ta famille aie survécu à l'assaut. A présent, imagines-toi aussi que si tu rates cette pierre, il meurt.

C'était injuste, cruel et déplacé mais à vrai dire il... C'était en général des situations de ce genre qu'il devait affronter : chaque action influait d'une manière ou d'une autre sur le vie d'autrui. Cela dégouterait sans doute Séléné mais après tout il fallait bien voir en quoi elle était faite ! Si jamais elle passait aussi ce test, Artyom verrait son estime pour la beast monter d'un cran.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Jeu 16 Aoû 2012, 16:01

J'écoutais attentivement mon interlocuteur. J'étais curieuse de savoir ce que ce liquide était. Peut être il pourrait me servir...d'ailleurs, pourquoi le loup ne m'en avait pas donné quand je m'étais battu contre la louve? J'étais quand même amoché après...Surement ne voulait il pas me le prêter...l'égoïste....ou voulait il simplement éviter les effets négatifs. Enfin, Franken avait fait des miracle. Je n'avais plus de bandage déjà! En 3 jours c'était réglé! On pouvait compter sur les soigneurs du donjon.

C'était donc un monstre? Mais quel monstre? Il ne l'avais pas précisé. Mais pas le temps de réfléchir, déjà Artyom me lançait une autre pièce...dans l'ombre cette fois ci. Mais que cherchait il? Ce jeu ne rimer a rien ici. C'était incompréhensible. Pourquoi continuait il a me lancer des objets que je devait rattrapé? En plus c'était simple. L'ombre se détachait nettement en pleine journée. Je n'avais aucune mal a visualisé la trajectoire. Bon il aurait pu prévenir quand même qu'il lancé un nouveau projectile.
Comme pour l'autre, je me mis en position de saute et attendait le bon moment pour lancer l'assaut. Et hop! C'était le moment. Je m'envolais une fois de plus dans les airs.


-Imagines-toi que l'un des membres de ta famille aie survécu à l'assaut. A présent, imagines-toi aussi que si tu rates cette pierre, il meurt.


Quoi? Comment ca? Immédiatement, ma famille revient frappé mon esprit. En plein vole, je faillit louper ma cible et du donner deux coups de pattes au lieu d'un pour attraper la pièce dans la sphère d'ombre. Mon atterrissage n'étais pas aussi gracieux que l'autre, je ne tombait pas a la renverse pour autant. Je restais accroupis au sol, grognant sourdement. Comment avait il osé! De quel droit se permettait il une telle remarque! En plus il m'avait déjà interrogé lorsque nous étions au bar du renard. Je sentais les larmes, de colère surtout montés autant que mon sang a ma tête. J'ordonnais a mes jambes de se déplier doucement pour le pas rester au sol, en position de chasse, sinon...Mon visage pourtant rester rivé au sol pour ne pas apercevoir la cause d'un tel énervement.


- T'es....ignoble!

Pourquoi un tel revirement de situation? Pourquoi le loup était si...désagréable maintenant? Je ne comprenais pas. Pourtant il m'avait aidé plusieurs fois sans que je ne lui demande. Je n'étais pas méchante non plus. Certes j'étais maladroite mais ca ne semblais pas le déranger plus que ca. Là j'avais l'impression qu'il faisait tout pour médisant, blessant. Il était ignoble! Déjà il ne m'avait pas aidé a me relever, ensuite le coup du cailloux, conjugué avec ses pics verbaux. Non le loup n'étais pas gentil et doux comme l'image que je m'en était faite. Et j'avouais que ca me décevait un peu, de m'être autant trompé sur la personne. J'étais trop naïve...

- Je t'ai dit qu'ils n'étaient plus en vie! Tu le sais! Alors pourquoi tu me redemandes de penser a eux?

Je relevais la tête, mes poings toujours serré. La pièce dans ma paume s’enfonçait de plus en plus et me faisait mal, mais tant pis. Mes yeux, s'ils avaient put le tuer sur place, l'auraient fait. Oui j'étais en colère, vraiment. Mais je retenais mes nerfs temps bien que mal. Si j'engageais un combat contre le loup, je ne me donnais pas gagnante. J'avais vue ce que ca avait donné quelques jours plutôt contre la louve dans ses même bois. Heureusement qu'Artyom était intervenue sinon j'aurai surement finis en charpille. .

Il fallait que je me calme. Le regarder me donner trop envie de le punir pour son comportement insolent. Je baissait la tête pour regarder le sol et respirais calmement, essayant de me calmer. Le self-control n'étais pas un de mes atouts, je fonctionnais plutôt a l'instinct alors me maîtriser ainsi n'était pas une mince affaire. Je m'imaginais le tuer mentalement, et il semblerait que cette fois ci, ca avait marché.

Un sourire narquois apparu sur mes lèvres, il ne pouvait pas voir mes pensées c'était sur, sinon il aurait déjà rigoler. C'était toujours bon a savoir. J'avais donc un certain avantage sur lui. Pas que je pouvait lire les siennes non, mais maintenant je savais qu'il n'était pas si invincible. L'image du loup que j'avais eu dans son lit était bien loin. Oui j'enlevais Artyom de son pied d'estale sur lequel je l'avais mis. J'aurai pu partir et le laisser la maintenant, je n'avais plus rien a voir avec lui, mais il n'aurait surement pas compris le message .Calme et presque détendu, je le regardais un peu de haut, toujours pas avec le même sourire.


- Dit moi plutôt de quel monstre il s'agissait. Je n'en connais pas beaucoup qui soigne grâce a leur sang.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Sam 18 Aoû 2012, 17:56

Artyom se sentit aussitôt honteux : certes la provocation était nécessaire pour vérifier certaines choses mais ce n'était jamais facile de jouer le ''méchant". Même si certaines mauvaises langues auraient pu dire qu'un assassin était mauvais par définition, Artyom avait toujours tenu à conserver une certaine "éthique", un certain "code" qui lui était propre (et modifiable au gré des besoins aussi !) Cependant, cette fois, il n'appréciait pas devoir à le faire. Cela pouvait passer pour de la cruauté gratuite, une basse vengeance pour l'humiliation que lui avait fait subir la féline tout à l'heure mais non le but n'était pas uniquement de blesser cette chère Séléné... Le ranger l'avait testé. Car, bien qu'on aie parfois du mal à le croire en voyant des rôdeurs comme Artyom, le métier des rangers se résumait parfois à cela : faire un choix qui condamnerait ou sauverait des gens... Rater ou ne rien faire signifiant la mort, celle du ranger ou d'innocents. Enfin, de toute manière, le métier qu'il avait choisit n'avait jamais été de tout repos : sérieusement, qui avait envie de passer ses journées et ses nuits dehors, se lever tôt et vivre tout le temps comme un ermite à part un cinglé ? Souriant à cette remarque, le loup eut du mal à ne pas rire, ce qui serait vraiment mal passé à la suite de sa vilenie. En parlant de ça, Artyom se sentit un instant tiraillé entre le besoin de s'expliquer auprès de Séléné ou bien de laisser passer l'affaire pour ne pas s'enfoncer plus profond encore... Déjà qu'il était au fond du puits avec un bloc de béton attaché aux pieds, il n'allait pas en plus creuser le fond du trou quand même ?!?





Alors que le loup allait réfléchir à la justification de son acte déplacé, sans pour autant s'excuser en bonne et du forme, juste s'expliquer, la chatte la battit de vitesse. Sa posture se modifia et le loup compris qu'il l'avait mise en colère mais cela ne l’émeut pas plus que cela : il fallait savoir garder la tête froide en toute situation et ne pas céder à la colère. Si jamais la colère submergeait justement Séléné et bien Artyom ne se laisserait pas faire mais cela signifierait juste pour le loup que son idée de base avait été aussi stupide qu'il semblait de prime abord. Après tout, les félins n'étaient pas fait pour un travail quel qu'il soit si ce n'est servir de chat de compagnie et peut-être d'infirmières. Réprimant aussi sec le pensée de voir Séléné en tenue d'infirmière, le loup se concentra plutôt sur elle : il étudia chacun de ses mouvements pour se prémunir d'une attaque surprise... Il s'était fait avoir une fois et une seconde fois serait vraiment le comble. Pourtant elle ne lui sauta pas dessus, pas de suite tout du moins mais Artyom n'écarta pas la cela de son esprit, marchant calmement pour rester à distance de la beast sans se mettre trop loin pour paraître méfiant. Pourtant, même si il n'y eut aucune attaque, la question suivante de la jeune femme le prit aussi bien au dépourvu que si Séléné lui aurait flanqué une giffle. Respirant calmement par la bouche en se pinçant le nez, le ranger replongea dans ses souvenirs : ah oui, la bête... On pouvait en effet être curieux à son sujet. S'essuyant le front, le loup recomposa la scène et dit, comme si il racontait une histoire un peu sombre :

- la bête ? Hun, c'était une créature bien étrange il est vrai. J'étais bien jeune à l'époque.. Et encore plus inconscient et maladroite que toi ! A ce moment là, tu te serais surement foutu de moi en me voyant : un jeune coq avec un katana à la ceinture et prêt à affronter le monde ! Je me suis donc risqué sur la trace de cette bête qui terrorisait un petit village proche. J'ai traqué ce monstre toute la journée et toute la nuit pour finalement l'affronter... De face en plus ! A première vue, on aurait dit un dragon mais plus petit... Enfin, il était aussi dangereux que ça et ses plaies mêmes graves se régénéraient tout le temps ! J'ai finit par me faire avoir et je suis mort... Enfin, je crois, sauf qu'avant de sombrer, j'ai décapité le monstre et me suis effondré dans son sang. J'ai dû en absorber et gagner les propriétés de régénérations de cette grosse bête furieuse. En effet, quand je me suis réveillé, j'étais intact : j'avais pourtant perdu un bras dans le combat et j'avais une douzaine d'autres blessures graves !


Prenant une pause, il sortit une fiole et se rapprocha pour la donner à la beast avant de poursuivre sur un ton plus doux :

-tiens, fais-en ce que tu veux, j'en ai encore deux autres et j'essaye de ne pas les utiliser : c'est une vrai loterie ce truc ! Parfois, ça peut me rendre malade donc fais très attention si tu comptes le boire.

A vrai dire, cela aurait amusé Artyom que Séléné boive ce breuvage étrange... Qui sait ce qui allait arriver si elle le faisait ah ah ah !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Mar 21 Aoû 2012, 18:07

C'était étrange que le loup me raconte ça comme ça. Je voulais dire par là qu'il venait de m'énerver, je venais de le haïr et lui, il racontait son aventure comme si de rien n'était. Ça avait le don de me mettre en rogne. Peut être qu'il n'avait pas vue mon changement d'attitude. Non non non impossible. Je n'étais absolument pas discrète, j'avais agis sous le coup de l'émotion. Et lui là, il pavanait comme un coq, pour reprendre son expression. Je pestais intérieurement. Il y a une minute, Artyom était en haut du top de mes habitants préférés du donjon, en même temps, je n'avais eu le temps que de voir, dans l'ordre, lui, Shiru, Franken, les deux débiles de la rue, l'araignée géante qui fait trop peur et le vieux renard. A vrai dire...la concurrence n'était pas rude pour le loup.

Shiru me faisait un peu peur, je me demandais surtout à vrai dire comment une si petite créature pouvait être à la tête d'un si grand donjon. Ça en était flippant... c'était pas naturel du tout. Enfin, c'était un démon, une démone, la première que je rencontrais. Malgré sa petite taille, elle m'avait impressionné. Je m'étais tenue à carreaux pour faire le pacte. Ensuite, le docteur Franken était comment dire, assez flippante dans son genre. Un humain avec autant de cicatrice, CA c'était pas naturel. Mais ça n'avait pas l'air de la gêner plus que ça. Donc au final, même si je ne savais pas trop ce qu'elle faisait, je ne pouvait pas dire grand chose, je ne m'y connaissais pas en soins. J'étais contente que le donjon ai de tout les corps de métier, ça m'avait évité de mourir ce jour là. Pour les deux débiles de la rue, pas la peine de m'étaler. L'araignée géante, la gérante du magasin où on était allé avec Artyom, était elle aussi terrifiante. Comme je l'avais pensé à ce moment la, une araignée de cette taille ne pouvait exister chez moi. A près tout c'était débile. Un homme chat oui mais pas une femme araignée? Finalement non la gérante ne me faisait pas si peur. Quant au vieux renard, lui je l'aimais bien. Non seulement parce qu'il sait faire de très bon poisson mais aussi car une énorme sagesse se dégagé de ce petit bonhomme. Je sentais que j'irai souvent chez lui pour me reposer.

Enfin, comme vous pouvez le voir, le classement était vite fait dans ma tête. Entre ceux qui voulaient me violer, ceux qui me faisaient peur et ceux qui au contraire m'aider, ça ne se bousculait pas. Et en plus, Artyom m'avait sauvé deux fois la mise, voire plus vu qu'il m'avait accueillit chez lui. Pour une nuit certes mais c'était déjà plus que les autres! Car je n'avais toujours décidé de ma résidence. Ce n'était absolument pas dans mes priorités. Je préférais vagabonder un peu et partir à l'aventure, visiter un peu les lieux. Le donjon était grand, ses alentours aussi. Il me faudrait plusieurs jours , plusieurs semaines, que dis je pour en faire le tour! Et beaucoup plus vue que j’allai me perdre une bonne dizaine de fois rien qu'a l'intérieur même du bâtiment. Ah! Tiens je l'avais oublié aussi lui! Le petit truc volant qui avait l'air bon à manger... C'était un espèce de papillon-libellule...Je ne sais même pas si c'était vraiment un habitant du donjon, un parasite ou une simple bestiole. Quoi que pour une simple bestiole... elle était drôlement futée. Je l'avais perdu dans la grande salle... Bouah! A l'évocation de ce souvenir, mes poils se hérissaient dans mon dos. C'était vraiment un sale moment. Enfin, cet insecte ne rentrait pas dans mon classement des habitants du donjon. Au final, j'avais eu de la chance de tomber sur Artyom. D'ailleurs, je devais encore le remercier pour ce qu'il avait fait pour moi. Je n'avais pas encore trouvé le moyen de le faire mais rien ne pressé. J'étais à présent habitante du donjon, comme lui. Nous allons vivre dans le même lieu, je le recroiserai surement plus d'une fois. Et pour le remercier, il me faudrait sans doute des sous!

Je l'avais vite oublié, mais à la base, quand j'étais rentré dans le donjon, je m'étais dit qu'il fallait que je me trouve de un à manger, de deux des vêtements et de trois un boulot pour avoir des sous. Rien cas l'idée de travailler, je faisait un grimace. Quel boulot pouvait me convenir? Enfin, j'avais vite zappé cette idée de mon esprit pour partir à l'aventure et explorer le donjon. Mais maintenant qu'elle me revenait en tête, je me la gardais dans un coin. D'ailleurs, le loup lui même m'avait proposé, ou plutôt, obligé de l'accompagné dans ses expéditions pendant 2 jours non? En acceptant le jeu, malgré moi certes, il y avait un possibilité que je perde et que je devais le suivre comme un petit chien. Beurk beurk! C'était tout sauf naturel pour un chat! Mais bon j'étais trop stupide pour m'en rendre compte. J'enchainais une deuxième grimace en regardant le liquide rougeâtre un peu pâteux de la fiole que j'avais entre les doigts. Les rayons du soleil qui entraient dans le tube ne sortaient pas tous de l'autre côté. Une partie était bloqué par l'épaisseur du liquide. Certains traits de lumière vinrent quand même jusqu’à mon œil et m'éblouit. Je secouais la tête me reconnectant à la réalité.


En effet, j'étais resté plongé dans mes pensés un bon moment. Un peu par réflexe, j'avais pris la fiole que le loup m'avais tendu et l'avais machinalement fait tourné entre mes doigts a la lumière. Je remarquais d'ailleurs que le liquide changer d'état a chaque mouvement ou presque. Des fois, il était vraiment liquide d'autre, il s'épaissisais et allait plus vers une genre de pâte. Vraiment étrange comme chose. Quelle créature "un peu comme un dragon mais plus petit" -hey oui, Séléné écoutais quand même Artyom malgré son absence d'esprit momentané- pouvait avoir un sang si...magique? Enfin, pour ne pas paraitre complètement crétine aux yeux du loup, j’essayais de faire passer ses longues minutes de silence comme une réflexion interne sur la substance du sang, ce qui était complètement faux mais souate. Je déboulonnais donc le contenant pour renifler le contenu sans réfléchir. C'était la chose la plus naturelle qui me venait a l'esprit. Ma curiosité, sans attention aucune sur les éventuel danger que représenter le liquide, repris le dessus. A l'odeur, ca sentait... le... l'herbe après la pluie! Non... L’odeur d'un feu de cheminée... ha non plutôt la rosée du matin. Non, maintenant c'était l'odeur d'Artyom! Étrange, je n'arrivait pas a déterminer ce que sentais vraiment le fluide. A moins qu'il ne changeait de parfum a chaque respiration. Dans tout les cas, il ne prenait que des odeurs que j'aimais bien. Aucun doutes sur le faite que ce sang soit magique. Cela ne m'étonnais plus qu'effectivement le loup pu se soigner avec. Et qu'aussi, du coup, les effets étaient plus qu'aléatoire.

Encore poussé par ma curiosité sans gène, je portais la fiole a mes lèvre et but une petite gorgée pour voir le gout que ca avait. Je fronçais les sourcils et fermait les yeux! C'était amer! Comment Artyom pouvait il boire un truc pareil! J'ouvrais un œil pour voir le loup. Mais...le gout venait de changer. Je n'avais plus du souffre dans ma bouche mais un doux fumé d'air frais, celui que je respirai a pleins poumon le matin, lorsque le soleil se levé. Je ne savais pas si c'était normal, mais je profitais de cette sensation de fraicheur. Avec la chaleur ambiante, cela faisait un bien fou. Je regardais le lupin avec un petit sourire béa au visage et je me détendais. Mais cette impression de bien être n'était que passager. D'un coup, je sentis comme une brulure m'envahir de l'intérieur, démarrant de mon estomac et se propageant dans tout mon corps.

Je lâchais la fiole sur l'herbe pour me tenir le ventre et me plier presque en quatre. Ma respiration se faisait courte, l'air ne rentré plus dans mes poumons. Je suffoquais! C'était horrible! Mon corps devenait plus chaud que la température ambiante. J'allais cuir sur place, c'était pas possible autrement.


- Arty... arty... *respiration* Je ne me sens vraiment pas bien là...

Remarque complètement stupide. Je pensais que vue comment j'étais entrain d'agonisée, il le voyait bien. Artyom n'était pas aveugle. Quelqu'un qui se tenait les côtes et respirait aussi bruyamment qu'un bœuf n'était pas normal. Enfin, j'essayais de rester calme. Mais comment? J'avais l'impression, non j'étais certaine que j'allais mourir carbonisé de l'intérieur! Non! Non! Non! Je ne voulais pas mourir! Je ne voulais pas me retrouvé en undead ou je ne sais pas quoi! Je voulais rester en chat! Haaa! Une énorme vague de flamme me parcouru tout le corps, des pieds a la tête! Ca y est... j'allais y passer! Mon petit cerveau de piaf n'allait pas résister a la chaleur intense de la flamme. Je me tenait la tête pour que mon crane n'explose pas. il fallait qu'il reste entier. Mais rien... j'attendais encore un peu...non plus rien. La chaleur c'était dissipé, comme envolé par le bout de mes oreilles. Mon corps était redevenue normal. Je n'avais plus chaud. Le feu qui me consumé était partit. Étrange... J'étais vraiment morte alors?

Prudemment, je relevais la tête. Le soleil était toujours là. La forêt aussi. Bien je n'étais donc pas morte. Artyom était toujours à côté de moi et il faisait une grimace bizarre. Visiblement, je n'avais aps rêver donc tout ca. J'enlevais mes mains de mon crâne, toujours en un seul morceau et je m'essuyais le front d'un geste. J'étais en vie...enfin presque. Ma mains... elle était bleu! Mes poils de ma main étaient bleu! QUOI? Je la secouais frénétiquement dans les airs pour chasser la couleur. Mais rien a faire, elle restait collé a moi! De suite je regardais le reste de mon corps, affolé. Me tournant dans tout les sens pour voir absolument chaque recoin de ma peau, le verdicque était le même partout. Tout mes poils étaient bleu! Mes cheveux aussi! Ah non! Ils viraient au rose eux! Ma couelur fauve que j'aimais tant, où était elle passé! Tout mon corps changeait a nouveau pour être rose. Paniqué je tendais les bras vers le loup.


- POURQUOI MES POILS CHANGENT DE COULEUR!?


Je regardais mon interlocuteur et ouvraient de grand yeux tout rond. Lui aussi changeait de couleur! Sa peau, ses cheveux, ses habits, TOUT! Artyom se transformait. Lentement, ses cheveux déteignaient tout comme le reste. Alors que moi je changeais sans cesse de couleur - d'un coup d’œil, je m’aperçus que j’étais a présent d'un beau vert pomme- lui les perdait progressivement. Il virait au blanc, la sous mes yeux. Horrifié par ce spectacle, je pointais du doigt le futur fantôme! Mon dieu, mon chevalier servant, enfin mon ex chevalier servant vue qu'il venait de se faire détrônais il y a peu, s'effacer devant moi. Je n'arrivais pas a articuler. J'étais terrifié.


-A-A-A-arty... pour-pourquoi tu deviens tou-tou blanc?

Je retenais un cris lorsque celui ci tendis le bras vers moi. Non je ne voulais pas qu'il me touche. Je ne voulais pas disparaitre comme lui! Je voulais seulement redevenir normal et courir loin d'ici. Mais qu'est ce qui m'avait pris de boire un truc pareil? Pourquoi fallait il toujours que je fasse gaffe sur gaffe. Enfaite, mon corps s’endormait peu a peu. Ce n'était pas de la fatigue non, juste un état de béatitude profonde. Je me sentais partir, un peu comme contre la slime dans la foret la dernière fois. J'allais vraiment mourir. Mes fonctions s'éteignait peu a peu, j'avais de plus en plus de mal a garder les yeux ouvert et a me tenir debout. C'était venu d'un coup, c'était trop rapide. Peut être que mon corps ne supportait pas le sang de cet créature... La journée avait si bien commencé, pfff. Dans un moment de lucidité, mon cerveau déclara au loup un truc que je répétais assez souvent mine de rien.


- Arty,...je crois que j'ai encore fais une


Je n'avais même pas finis ma phrase que mes genoux lâchèrent. Par pur réflexe, je m’agrippait au cou d'Artyom. Mes yeux c'étaient aussi fermés tout seul. Et

- KYAAAAAAAAAAA!

Une chose complètement glacé me traversa tout le corps! Oui oui traversa! Après la chaleur intense de toute à l'heure, je venais de recevoir une vague glacée. Paniquée, j'ouvrais les yeux. Tiens j'arrivais a les ouvrir? Et ou était passé Artyom? J'étais toujours dans la même position, c'est a dire bras tendus devant moi, pour attraper la nuque du loup afin d'éviter de tomber. Et pourtant je ne tombais pas et le loup n'était pas devant moi. Mais j'étais au même endroit...
...
...
...
Attend... pourquoi je pouvais voir la forêt a travers mes mains là? Et pourquoi je ne tombais pas. Je descendais mes yeux pour voir si quelque chose était sous moi. Effectivement il y avait le sol et les jambes du lupin, mais pas mon ventre. Pas mon ventre...pas mon ventre.... PAS MON VENTRE! Je sautais pour faire un tour sur moi même, pensant futilement que j'étais derrière, comme si je jouais a cache cache avec moi même. Remarque complètement stupide et futile mais sur le moment, ca me paraissait naturelle. Comme si je jouait avec ma queue féline.

Mais non, je n'étais pas derrière moi. Enfin si. Sauf que j'étais au sol, immobile et que le loup était penché sur moi, un peu paniqué. Ca, c'était plus qu'étrange. Pourquoi j'étais allongé par terre et en même temps ici, de bout derrière le loup? -remarquez que pour Séléné, cela semble toute a fait normal puisqu’elle ne panique pas, encore...- Je secouais la tête pour me débarbouiller, me sortir d'un mauvais rêve et me raclais la gorge.

- Artyom? Hey je suis là!

Aucune réaction du loup. Il restait penché sur moi. Je n'entendais pas ce qu'il dit pourtant il bougeait les lèvres. Je posais ma main sur son épaule en répétant ma phrase précédente mais ma main traversa sa chair et la sensation de froid de toute a l'heure envahit ma paume. C'est alors que mon cerveau tilta! J'étais "morte" enfin non..mais si quand même. Mon corps était séparé de moi, de mon esprit... et ca...c'était super flippant! Je ne savais même pas ca possible! Et si je n'arrivais pas a le réintégré? Si je restais comme ca comme une ame en peine et que mon corps pourris sous mes yeux? HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA! Je "sécouais" virtuellement le loup comme une poirier!



- ARTYOM! ARTYOM! ARTYOM! ARTYOM! ARTYOM! ARTYOM! ARTYOM! ARTYOM! ARTYOM! ARTYOM!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Jeu 23 Aoû 2012, 12:19

Artyom ne pouvait s'empêcher de ressentir un peu d’anxiété : les choses entre lui et Séléné prenaient un drôle de tour et le loup ne savait quoi en penser actuellement. Oui il y a peut-être quelque chose entre le loup et la beast mais que ce que ça signifie en réalité ? Une vois insidieuse dans sa tête lui souffla qu'en tous cas ça ne lui donnait pas le droit de jouer avec les nerfs de cette pauvre fille comme il l'avait fait. Se sentant un peu morveux et honteux à ce sujet, Artyom se promit de se rattraper en l'invitant une nouvelle fois à manger à l'oeil plus d'autres choses si besoin est. La même voix qu'auparavant lui souffla que si c'était pour espérer la ré attirer une nouvelle fois dans son lit, il allait falloir innover un peu : le même plan ne marcherait sans doute pas deux fois. Cette fois ci, le loup fit taire cette saleté de voix intérieur qui le contrariait toujours : comme si il n'avait que ça derrière la tête franchement ! Même cette remarque ironique ne parvint pas à dérider la face soucieuse d'Artyom : que se passerait-il si jamais l'effet secondaire du sang de drake se passait mal ? Que cela empoisonne la beast ou que cela parte dans un truc complètement hors de contrôle ? Le ranger avait déjà subit plusieurs effets dont il se serait bien passé et qu'il n'aurait pas crû possible. Se retrouver avec des ailes de cuir ou des écailles sur la tronche n'était jamais quelque chose d'agréable même si, au grand bonheur d'Artyom, cela ne s'était avéré que temporaire. Enfin bon, la loterie allait peut-être s'avérer plus clémente avec Séléné : les effets étaient peut-être plus doux avec une femme qu'avec un homme. Enfin sur ce point là aussi le loup n'en était pas sûr mais qui vivra verra comme le dit le proverbe. Enfin, ce fut avec un regard anxieux mais aussi très curieux qu'il observa Séléné jouer longuement avec la fiole de sang : elle en admira les caractéristiques mais n'émit aucune question ou n'exprima de méfiance... Allait-elle donc vraiment boire ? Le loup se retint de la presser car cela aurait pu paraître suspect aux oreilles de la chatte qui aurait refusé tout net en croyant à un coup fourré... Et cela Artyom n'aurait pas pu la convaincre du contraire. Même si il n'y avait aucune malice la dedans, le ranger convint qu'il y avait quand même une part de risque qui était imputable à lui uniquement et cela le rendait nerveux. Mais l'heure était à présent venue de chasser toutes ces angoisses et de voir ce qui allait se passer : Séléné venait de renifler la petite bouteille et s’apprêtait à la boire. Une vaste gamme d'émotions et de sensations défila sur le visage de la jeune femme pour finalement être remplacé la la chose qu'Artyom craignait le plus : de l'incompréhension... Et de la douleur.




Se mordant la lèvre jusqu'au sang, ignorant le liquide écarlate qui emplit rapidement sa bouche de son goût métallique, le loup tenta de formuler dans son esprit une manière d'améliorer les choses : lui apporter de l'eau fraîche semblait bien dérisoire même si il avait une gourde à portée de main mais que faire d'autre actuellement ? Même si Artyom connaissait certaines plantes capables de guérir de beaucoup d’empoissonnements différents, il n'aurait pas le temps de faire la préparation ! l devait donc dans un premier temps veiller à ce que Séléné ne lui claque pas entre les pattes d'une manière ou d'une autre quitte à devoir lui faire un massage cardiaque comme lors de leur première rencontre après l'épisode de la slime. Soudain, les convulsions et les tremblements angoissés de la chatte s’arrêtèrent et, bien que le visage du beast loup soit toujours emprunt de contrariété, il ne pu s'empêcher de laisser échapper un soupir de soulagement. Avant de déchanter dés que la jeune femme cria qu'elle voyait ses poils changer de couleur ! Des hallucinations ? Sans aucun doute parce que la jeune femme était toujours aussi blonde ! 5enfin, de couleur fauve mais ce mot possédait bien entendu un double sens qui fit sourire Artyom l'espace d'une demi-seconde). Quelle était donc cette histoire de poils ? Se retenant de secouer la jeune femme, il se pencha néanmoins vers elle avec une moue inquiète... Et cette moue s'accentua encore plus quand Séléné lui dit le voir tout en blanc ! Voilà qu'elle le traitait de vieux maintenant ?!? Cependant, le visage horrifié de la beast l'empêcha d'omettre la moindre objection ou de faire la moindre remarque : il fallait dire que lui non plus n'en menait pas plus large qu'elle malgré tout ! Se sentant coupable, il voulut serrer la jeune femme dans ses bras et trouver un moyen de la rassurer mais il n'en eu pas le loisir : Séléné lui tomba dans les bras, sans vie... Morte ? La secouant bêtement, Artyom ne semblait pas vraiment comprendre ce qui venait d'arriver : son état avait pourtant semblé être en état d'amélioration non ? Alors pourquoi...



Ouvrant de grands yeux horrifiés, le loup secoua Séléné, lui mit des petites tapes, lui pinça l'oreille et lui chatouilla même le nez sans qu'aucune réaction ne parvint. En désespoir de cause, il plaqua ses oreilles contre la poitrine de la jeune femme puis lui tata les poignets à la recherche d'un pouls : il y en avait un mais si lent... Si faible. Le loup convint que séléné était en fait dans une sorte de transe ou ''d'hibernation'' mais même lui pouvait se tromper : la situation restait critique ! Voulant tenter de provoquer une réaction, le ranger dit doucement :

-Euh Séléné ? Faut se réveiller : c'est l'heure de manger et y a du poisson au menu !... Si tu te réveilles pas, je serais forcé de t'embrasser je te préviens !

Toujours aucune réaction... Là Artyom se mit à paniquer ! Jurant et pestant dans toutes les langues qu'il connaissait, le ranger sentit soudain une voix retentir dans son esprit ainsi qu'un contact frais sur son épaule. Ignorant cette nuisance au départ, le loup fut bien forcé de se retourner quand il capta son nom dans le flot de parole de l'apparition... Et quelle ne fut pas sa surprise ! En se retournant, le ranger tomba "nez à nez" avec une paire d'yeux flottant dans le vide ainsi qu'une bouche qui s'agitait pour former des mots. Bondissant en arrière aussi rapidement qu'un chat aspergé d'eau, Artyom souffla une nouvelle bordée de jurons : un... Fantôme ? Jetant un regard furtif à Séléné toujours allongé sur le sol, le jeune homme dit à voix haute sans s'en rendre compte :

-Ne me dites pas que cette apparition est en fait l'esprit de Séléné qui... Non trop loufoque et puis... Pour ça faudrait déjà que Séléné aie un esprit !

Disant cela, Artyom vint quand même se planter entre la bouche et les yeux volant et le corps allongé de Séléné. Il posa ses mains sur ses hanches et dit à l'apparition qu'il n'entendait plus (peut-être devait-elle obligatoirement le toucher pour que ça fonctionne) :

En tous cas, qui que tu sois, si tu n'es pas Séléné, saches ceci : je ne te laisserais pas toucher ce corps car cette personne est trop importante à mes yeux pour que je la laisse pourrir là entre les mains de je ne sais quel fantôme !

Finalement, Artyom espérait que ce ne soit pas Séléné l'espèce de fantôme transparent qui flottait devant lui car ses paroles ressemblaient à s'y méprendre à une déclaration ! Plissant les yeux, le ranger essaya de discerner les formes du ''spectre'' car il ne le voyait pas bien à cause de la lumière du jour... Si jamais il n'aurait pas fait si clair, peut-être Artyom aurait-il remarqué qu'il s'agissait vraiment de Séléné et qu'elle avait donc entendu sa déclaration...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Mar 28 Aoû 2012, 09:23

Visiblement, secouer le Loup ne servait a rien... ou du moins, ca n'avait pas eu l'effet que j'espérai. Certes il réagit, vivement d'ailleurs, mais il était surpris et ne savait pas trop quoi faire. Son cerveau, lui, en tout cas, semblais marcher. Il avait sa tête de quand il réfléchissait pour lancer un petit commentaire bien sympathique. Toujours à balancer une pique alors que c'était pas forcément le moment. J'vous jure... -Bien sur que oui j'ai un esprit- Qui d’ailleurs allait lui botter les fesses mais je me retenais; il me fallait le loup pour me sortir encore de ma connerie. Enfin MA connerie, c'était aussi la sienne. C'était lui après tout qui m'avait donné le fiole du sang de dragon. C'était lui qui m'avait insister a en boire! Oui oui oui! Donc c'était pas MA bêtise mais la SIENNE, pour changer! Et SA sottise nous avait mené là! A cause de LUI j'étais morte! Je dis bien morte car je ne pouvais pas savoir si mon cœur battait encore, je l'espérais grandement tout du moins. Donc a cause de LUI, je me retrouvé comme un fantôme, devant le loup, et je ne comprenais rien a ce qu'il se passait. Artyom aussi ne comprenait rien. Vue les actions qu'il avait fait - il essayait, en vain de me réveiller par le geste et la parole, ce qui aurait du marcher en temps normal - je devais être en vie et c'était tant mieux.

Maintenant, il prétendait me "voir" ou du moins voir une apparition, un fantôme. Bon au moins, ca prouvais de un, que j'étais bien immatériel et translucide comme je me voyais donc que je n'étais pas folle, pas encore et de deux que le loup pouvait me voir et me parler avec réception de mon côté. Ca aurait était le must s'il pouvait m'entendre aussi, mais visiblement, non. Le spectre que j'étais a ses yeux n'était pas celui de Séléné. Dommage... Je me demandais d'ailleurs qu'est ce qu'il pouvait bien voir? Pourtant j'avais une silhouette assez caractéristique qu'il avait pu voir un peu sous tout les angles pendant la nuit que nous avions passé ensemble. Cela voulait dire que je ne ressemblait pas a moi. Je ne savais pas si je devais être contente , neutre ou au contraire m'affoler. Enfin, j'en déduit que je ne devait pas être une beast chat devant lui. S'il avait vue ma queue ou mes oreilles, ca aurait était facile. Peut etre qu'il ne voyait que mon ventre ou mon visage? Non impossible il n'aurait reconnu aussi avec mes formes et mes couleurs. Je désespérai...


En tous cas, qui que tu sois, si tu n'es pas Séléné, saches ceci : je ne te laisserais pas toucher ce corps car cette personne est trop importante à mes yeux pour que je la laisse pourrir là entre les mains de je ne sais quel fantôme !


Non...je n'avais plus d'espoir là...

- Mais...mais...il est crétin ou quoi?

Et là... Mon cerveau craqua complètement! Poussant un énorme cri de désillusion, mes mains se plaquèrent sur mon visage, qui faisait 6 pieds de long et je commençais une tirade faite de juron, de vénération, de déception, d'ambition, de blasphème... Bref, je passait par tout les états possible et inimaginable qu'on pouvait avoir dans cette situation. Je faisais les 100 pas, sans m'arrêter et sans faire attention au loup qui devait sans doute me regarder, ou pas d'ailleurs. Mon dieu, qu'est ce que j’allai faire! Qu'est ce que j'allai devenir? J'allai vraiment pourrir la comme l'avait dit le loup? Haaaaaaaaaaaaa! Une nouvelle fois je criai mon désespoir. C'était quoi cette fatalité du destin a s'acharner sur moi hein? Je lui ai fait quoi moi au destin? Bon, là, mon cerveau se répondit a lui même. Évidement, la destinée pouvait m'en vouloir car je pouvait la voir avant qu'elle même n'arrive. J'avoue que ca m'énerverai aussi si on me voyait avant même que je fasse ma bêtise...

Cette mini remarque permis a mon cerveau de se calmer un instant. Il fallait que je me pose et que je pense a une solution au lieu de m'apitoyer sur mon sort et de compter sur le loup. Je trouvais un rocher pour m'assoir dessus, un peu a l'ombre. Peut être que ca me fera du bien. Vaillant à mettre ma tête sur une tache halé, je m'installais en tailleur et respirai un bon coup. Les esprits étaient possiblement sujet au coup de soleil. Mieux vaut préserver alors ma boîte crânienne des rayons, il me semblait que présentement, elle pouvais, non devais me servir! Je massais lentement mes tempes du bout de mes doigts pour m'aider a réfléchir.


- Non Séléné, pas la peine de t'énerver. Poses toi deux minutes et réfléchit. Car c'est pas l'autre débile qui va le faire a ta place. Il a l'air aussi paumé que toi sur le coup. Il te sert a rien... Actives ton cerveau bordel! Qu'est ce que tu peux faire pour lui faire comprendre que c'est toi ou encore mieux réintégrer ton corps! Bon la tu serais méga chanceuse donc rêves pas trop.

Comment je pouvais me démoraliser moi même? C'était stupide! Et pourquoi je ne pouvais pas traverser mon propre corps? J'étais donc matériel pour moi même mais immatériel pour le monde matériel? L'intangible était tangible et inversement? C'était ca? Je fonctionnais a présent a l'envers? Ca ne m'étonnais a moitié. Après tout, si déjà de mon vivant j'étais une véritable calamité ambulante et une boulette sur patte, pourquoi pour mon fantôme se serait différent. J'étais a moi toute seule un cas d'école, un cobaye qu'il faudrait examiner, une énigme, un mystère pour la science! Enfin, je me le laissais entendre.
Je soupirai une nouvelle fois, toujours ma tête entre mes mains et sans faire attention au loup. Je regardais le sol, peut être pour mes derniers instant avant de disparaitre définitivement de la surface de la terre... La surface de la terre j'ai dit? Mon cerveau tilta une nouvelle fois. Décidément, je m'étonnais moi même de trouver des solutions. Enfin solutions non mais des bizarreries fantomatiques.


- Attends...déjà comment ca se fait que j'ai mes pieds sur terre et que je traverse pas le sol? Alors que toute a l'heure ma main est entrée dans Arty? Techniquement parlant...je ne devrais pas avoir d'emprise sur le matériel et encore moins subir la gravité non? Et comment ca se fait aussi qu'il puisse me voir sans me reconnaitre? Ca c'est....

...
...
...
3 Secondes. Je m'immobilisais 3 secondes avant de réaliser ce que je venais de faire.


- KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!

Et c'était repartis pour un tour! D'un bond j'avais sauté en l'air, avant de me receptionner et de courir partout comme une tarée en hurlant de toute mes forces. Mon esprit ne pouvais pas concevoir ca! Comme pour démentir inconsciemment mes dires de toute à l'heure, j'avais posé ma main sur mon perchoir et avais "poussé" pour voir si effectivement je traversais bien le matériel...Et effectivement je l'avais fait! Si bien que mon bras entier entra dans le rocher suivit de ma tête. Car je ne m'attendais pas a ca! J'avais mon visage et mon bras dans un rocher! Y'avais de quoi être dingue non? Vous comprenez pourquoi mon cerveau péta a nouveau son câble et que j'étais la a faire ma dingue dans la forêt!
J'en étais donc là. Je savais que mon "corps" faisait un peu ce qu'il voulait. Passera pas ou passera a travers cet arbre hein? Et hop, un chat qui franchi l’écorce! Passera ou passera pas à travers un buisson? Et hop, me voici habillé de feuille maintenant! Non franchement, je n'osais pas imaginer si j'arrivais a travers la terre et me retrouver comme dans un cercueil! Je ne voulais pas mourir! Complètement paniquée, je réussis a me demander tout de même pourquoi mes jambes ne c'était pas pris dans quelque chose et que je n'étais pas encore tomber comme a mon habitude. J'avais trouver le moyen de défier le destin alors?



- AAAAAA! *pouf* ...ah?

Non c'était trop beau pour être vrai! Mon subconscient avait fait en sorte que je m’emmêle les pinceaux et que je tombe effectivement. Heureusement que mon conscient lui a pensais très très très fort de ne pas traverser le sol. Je n'avais vraiment pas envie de me retrouvé avec les vers de terre! Bon au moins, même en fantôme le destin et complètement affolée, la fatalité s’abattait toujours sur moi. Maintenant triste, je tournais, enfin, la tête vers Artyom, les yeux remplis de larme, non pas a cause de la chute, je n'avais rien sentis, mais a cause de ma réflexion intérieur. Je n'étais pas un chat noir mais j'étais maudite! Jamais je n'arriverai a rentrer dans mon corps! Dépité, et aux bord de la crise de nerfs, enfin en plein dedans je devrais dire, je retenais mes larmes.

- Artyom....

Je n'étais qu'un vulgaire esprit a ses yeux maintenant. Il ne me reconnaissais même plus alors qu'il m'avait sauvé plusieurs fois. Je retournais, face contre sol et je me maudissais. Je n'arrivais a pas a le haïr lui. Après tout, j'avais bu le sang. Quelle idée aussi de boire de l'hémoglobine pour un félin. Mes mains griffèrent, véritablement, physiquement le sol - car je le voulais! Il fallait que je passe mes nerfs sur quelque chose et je n'avait que ca a porter de toute facon. Je n'avais plus la force de courir ou hurler. Après tout pourquoi hein? Le loup ne m'entendais visiblement pas et personne d'autre de toute façon. Autant rester la un petit moment a coté de mon corps inanimé...


Spoiler:

HRP: Je précise que Séléné t'as entendu pour le "En tous cas, qui que tu sois, si tu n'es pas Séléné, saches ceci : je ne te laisserais pas toucher ce corps car cette personne est trop importante à mes yeux pour que je la laisse pourrir là entre les mains de je ne sais quel fantôme !" car tu t'es mis en face d'elle et que sa queue féline t'as touché inconsciemment > pur réflexe félin!
En plus, elle a pas tilté que tu lui laissais toucher son corps vue que c'est bien elle XD
Pour la suite tu as carte blanche, comme d'hab

J'aime Séléné quand elle pète son câble XD au moins elle le fait pas a moitié elle passe par tout les états possible XD

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Dim 02 Sep 2012, 13:56

*discuter avec un fantôme ? Décidément tu t'améliores Artyom, bientôt ce sera essayer de tailler une bavette avec un dragon peut-être ?*

Le ranger frémit : sa dernière rencontre avec une telle bête s'était on ne peu plus mal passé et c'était peu de le dire ! Il en était ressortit à demi-mort et avec une étrange capacité de régénération sans oublier les fioles aux pouvoirs plus qu'imprévisibles. Donc non pas de dragons par pitié ! Bien qu'il aurait été fort improbable d'en voir un déboulé maintenant, il était de notoriété presque publique que de parler d'un malheur l'attire comme si on posait une tartine de confiture sur le sol pour attirer des mouches. En parlant de confiture, le ranger sentit son estomac gronder et fit une grimace agacée : comme si s'était le moment pour ça ! Tout d'abord il devait résoudre le cas de la beast toujours allongée sur le sol. Après tout, même si le corps de la jeune femme semblait froid et sans vie... Elle était encore vivante. Alors même si le ranger pouvait parfois se plaindre de nombre de choses à propos de la chatte gaffeuse, il ne pouvait pas pour autant l'abandonner là dans l'herbe et faire comme si de rien n'était ! Mais le problème semblait bien dépasser les maigres compétences du loup qui, malgré sa bravade pleine d'assurance, devait se retenir pour courir en cercle en jurant dans toutes les langues qu'il connaissait ! Pourquoi diable le flacon de sang avait-il eut un effet si tiré par les cheveux ? Bien que dans un sens, Artyom soit content que ce soit la chatte aie tiré le mauvais numéro et pas lui, il était très inquiet. Après tout, cela était peut-être un signe du destin signifiant au ranger que d'utiliser une nouvelle fois le troublant breuvage pourrait avoir des conséquences plus... Désagréables que toutes les autres !



Mais bon, le mal était fait et le loup n'allait pas se défiler mais comment faire pour résoudre ça ? Son mentor, Khan en aurait peut-être su que faire car l'être humain était un véritable puits de science. Cependant, pour déchiffre le message du vieux grigou, car il parlait plus que souvent par énigme, il aurait déjà fallut qu'Artyom retrouve la pleine maîtrise de sois... Ce qui n'était pas gagné d'avance ! Tout à son petage de câble (car lui aussi pouvait péter une durite de temps à autre !) Le ranger oublia le spectre qui pourtant s'était rapproché et mordillait le pouce de son gant de manière rageuse, cherchant une ébauche de solution. Bon, en supposant que la jeune femme aie l'esprit hors de son corps (bon, ce n'était pas une première mais ce n'avait encore jamais été au sens littéral) il devait bien exister des façons de communiquer non ? Après une minute de réflexion, le ranger convint qu'une adepte du spiritisme serait vraiment utile en ce moment : lui n'avait pas les compétences requises. Cependant, comment faire pour dire de convaincre le spectre de Séléné de rester là pendant que lui même se démener pour ramener un Shaman ici ?



Bien entendu, tout à sa panique et à ses plans crétins, le loup n'avait pas remarqué un détail qui aurait dû le frapper : le fantôme en question n'avait pas arrêter de gesticuler dans tous les sens et, si jamais Artyom aurait pu le voir en entièreté, aurait finit de le convaincre qu'il s'agissait bien de la chatte en forme spectrale qu'il avait devant lui. Après tout qui mieux qu'elle pouvait péter un câble comme ça ? Bon, il y avait certes matière à faire sauter un fusible mais Séléné avait sa manière bien à elle, Artyom l'avait déjà vue en oeuvre après leur escapade à la cité naine. D’ailleurs ce fut précisément cet évènement qui lui permit d'y voir un peu plus clair. L'ayant déjà vu exploser et laisser libre court à sa frustration de manière plus que bruyante et remuante, le loup vit à plusieurs reprises une forme floue aller et venir en agitant le bras. Ce petit détail lui mit déjà la puce à l'oreille mais c'est surtout quand la silhouette en eut assez et se déplaça vers l'ombre. Le loup eut la pensée saugrenue que si jamais le spectre aurait été Séléné, il allait sans aucun doute se manger une branche vu sa maladresse naturelle ! Et en effet, le spectre se prit une branche basse ! Ah ceci prêt que bien entendu, la branche passa au travers ! Le loup siffla de surprise et marmonna le nom de la chatte en se grattant le menton. Se rapprochant, il distingua les traits de l'enquiquineuse de première un peu mieux. Réfléchissant tout en s'approchant, le loup se dit que le pouvoir du sang ne pouvait être définitif : la quantité ingurgitée était bien trop faible pour avoir autant d'effet. Et Artyom vit en effet les effets néfastes du breuvages commencer à se dissiper sous la forme d'une queue touffue qui apparut normalement.



Normalement, Artyom aurait dû se réjouir ou redouter un autre effet secondaire mais préféra attraper la queue qui s'agitait avec ses mains :

-Séléné... Tu es revenue là ?


Mieux valait demander hein mais ça n'aidait pas vraiment le ranger à se décider sur que faire lorsque l'effet d'intangibilité se dissiperait. Essayant de préparer milles excuses ou galipettes pour s'en sortir sans coups de griffes. Finalement, ce fut un torrent de paroles intraduisibles où perçaient des mots comme 'savait pas'' et ''drôle de fantôme" pour se terminer par :

-Désolé Séléne, je savais vraiment pas que ça pouvait faire ça... Je ferais tout ce que tu voudras pour me faire pardonner.

Dangereuse promesse que celle là mais Artyom n'avait pas trop le choix car après tout cette galère était de sa faute. Remarquant qu'il tenait toujours la queue de la Beast, il la lâcha en murmurant :

-Pas taper moi ?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Mer 05 Sep 2012, 22:28

Comment j'en étais arrivé la? Il y a 10 minutes, j'étais encore un chat en chaire et en os. Me voilà maintenant un esprit attendant la mort et le désespoir. Enfin non, le désespoir je l'avais déjà. J'étais la, allongée sur le sol, après m'être pris un cailloux ou je ne sais quoi au sol. Il fallait le faire quand même pour un fantôme hein? Même a moitié morte je défier toute logique et remettre en cause les règles de la race. Franchement j'aurai préféré rester en chat comme avant hein. Pas la peine de me foutre en esprits pour être bizarroïde, je l'étais déjà en félin. Entre mon combat contre le destin moqueur et mon cerveau spécial j'avais de quoi faire. Voilà que maintenant je devais composé en plus avec mon non-corps. Pfffff

Je déprimais, toujours face contre terre a griffé le sol. Qu'est ce que je pouvais faire. C'était un cercle vicieux dans lequel je m'engageait... Et l'idée que ce cercle dure l'éternité me terrifia... Non! Je ne pouvais pas rester la a me plaindre et gémir! Il fallait que je trouve une solution! Que diable! D'un bon, vertigineux, parce que oui, j'avais décidais de sauter hyper haut...sans me soucier de la gravité, autant en profiter. Bref d'un bon je me redressais et recommençais mes cents pas sous l'ombre des arbre, toujours pour m'éviter un coup de soleil.

Pris dans un monologue tant tot intérieur tant tot a haute voix, je gesticulais comme uen folle, accompagnant le geste a mes pensées. Oui j'allais m'en sortir coute que coute! Complètement absorbais par mon raisonnement loufoque, je ne sentis pas de suite la chose froide qui "m'attrapa" la queue. D'un coup, mon esprit pensa qu'elle devait se matérialiser et je ressentis une vive douleur a l'implantation de mon extrémité féline. On me tirer dessus! Je m'arrêtai instantanément avec un cris de douleur! Je ne savais pas que les fantôme était sujet a ca. D'un geste, je me retournais pour voir mon agresseur et prier pour que ce n'était pas un autre fantôme.


-Séléné... Tu es revenue là ?

... Arty? C'était Arty! Et en plus je l'entendais! Quelle joie! Je n'étais décidément pas toute seule. Je ne sais par quel miracle je pouvais l'entendre mais c'était déjà ca. Il me reconnaissait enfin. Je souris de suite mais il s'enleva bien vite quand le loup commença a débité un flot incompréhensible de paroles. Mes oreilles restèrent a l'affut mais je ne compris pas grand chose. Juste ma fin de son discours. Visiblement il était aussi bouleversé que moi mais aussi paumé. Bon, je m'étais peut etre réjouis trop vite a vrai dire mais deux cerveaux calent mieux qu'un! On trouvera surement une solution enfin je l'espère. J'essayais de communiquer ma joie en bougeant ma queue. Mais il la tenait toujours et s'en rendu compte. Il la lâcha.

-Pas taper moi ?

Taper? Lui? Mais ...pourquoi? Bon okey a ce moment la, j'avais super mal au dessus des fesses, mais bon... je lui rendrait la monnaie de sa pièce plus tard. Puis mon cerveau n'étais pas en mesure de réagir pour ca. Doucement, je me massais pour atténuer la douleure et baissait les oreilles inquiète. Il m'avait reconnus certes...mais pouvait il lui aussi m'entendre? Me voir oui mais m'entendre? Je tendais une de mes mains vers lui, timidement pour lui toucher le torse délicatement.

Arty? Tu m'entends?

Il hocha la tête positivement avec un grand sourire. Eurêka! Ca marchait! Passer les 3 secondes obligatoire a mon cerveau pour percuter, je lui sauter au coup, sans le traverser pour le câliner et m'accrocher comme un panda a lui.

ARTYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY!

J'étais contente mais apeuré en même temps. Ma condition n'avait pas changer mais en touchant un vivant. Je redescendit vite fait de lui pour l'accrocher ses épaules et le secouer vraiment cette fois ci comme un poirier. Et c'était a mon tour de péter mon câble. Je ne pouvais me retenir plus longtemps. Je débité un flot de parole continue sans respirer.


HAAAAAA! Mais qu'est ce que tu m'as fait! Regarde! Je suis morte! Bordel! C'est quoi ton truc stupide!? Regarde ce que ca a fait! Je vais rester en esprit toute ma vie! Et mon corps va pourrir ici sous mes yeux! Ou pire, je vais me faire bouffer par des créatures sauvage! Mon dieu! Je vais finir en charpille! HAAAAAAAAAAAAAAAAA Artyyyyyyy! Je veux pas mourir! Je suis trop jeune et jolie pour caaaaaaaaaaaaaaaaaaaa! Fais quelque choooooooose! C'est ta faute! Mais pourquoi je t'ai écouté! Je vais finir en paillasson! Non je peux pas je peux paaaaasss! Je veux pas finir en paillassooooooonn! Arrrrrtttttttyyyyyyy! Je veux pas! Pourquoi t'as pas continué ton jeu stupide avec les cailloux hein? Regarde ou ca m'a mené tout caaaaaaa! ARTYYYYYYYY! Je veux pas mourrrrriiirrrr! Je veux...

Et je continuai comme ca sans m'arrêtais pendant au moins 3 minutes continuant de le secouais. Mes nerfs lâchaient peu a peu. J'étais d'abord énervé! C'était ca faute oui! Mais la fin de mon monologue était parsemer de reniflement. Je sentais les larmes me monter. Non, je ne devais pas craqué! Pas temps qu'on aurai pas trouvé une solution a mon problème. Je m'arrêtais pour respirer un bon coup et pour que le loup puisse aussi le faire. Baissant la tête pour quelque instant mais restant toujours accroché a ses épaules pour garder le contact vocal et physique, je la remontais alors que des larmes coulaient sur mes joues. J'étais épuisée, moi qui n'étais plus vivante j'étais épuisée...Le comble!

Mais...Pourquoi je ne voyais plus mes mains le tenir la? Pourtant je sentais bien ses vêtements tièdes sous ma peau. Mais elles étaient passées où? J'en décroché une et la faisait tourné a hauteur de mes yeux. Mais rien...je ne voyais que le torse du loup....



Arty... A-A-Arty...Je je...Mon dieu ARTY! Je disparais! Regarde mes mains, mes mains! Je ne les vois plus! Oh mon dieu je meurt pour de bon?! Noooonn! Je veux vivre! Artyyyyyyyyy!


Avec stupeur, je découvrais que ma queue n'étais déjà plus la ainsi que mes pieds jusqu’à mes genoux. Je disparaissais! Peu a peu je voyais ma peau laissé place au paysage alentour. Mes secondes étaient compté. Finalement j'allai vraiment partir...J'allais mourir car j'avais bu du sang. C'était un mort bien stupide.Mais ca devait arrivé je suppose. Ma tête me tournais légèrement. Je devenais vraiment glaciale. Mes yeux se fermaient tout seuls. Et la seule chose que j'arrivais a faire 'était pleurer car je n'avais plus la force de parler. La vérité était bien trop atroce pour moi. Je n'arrivais même pas a me consolé en me disant que je ne mourrai pas seul mais avec Arty. Non... Je ne voulais pas partir et pourtant je n'avais déjà plus de jambes ni de bras. Mon sort était scellé. Lentement je relevais la tête pour voir les yeux du loup un dernière fois avant de fermer définitivement les miens trop épuisée.


Spoiler:
Pour la suite: Tu peux soit faire la réincarnation de Sélé comme tu l'avais faite ou bien faire complètement autre chose. Je ne sais pas si tu as une idée. Peut être que Séléné disparait vraiment et ne reviens pas dans son corps et tu découvre "un truc pour la maintenir en vie" ou bien autre chose a toi de voir:D


Dernière édition par Séléné Némésis le Mar 06 Nov 2012, 16:32, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Sam 08 Sep 2012, 11:39

Maudissant silencieusement cette fichue journée qui ne semblait pas décidée à redevenir un tant soit peu normale, Artyom se creusa une fois de plus la cervelle pour dire de trouver une solution. Etant un ranger, il ne connaissait pas trop de moyens magiques pour dire de trouver une solution en un claquement de doigts. Il y avait bien quelques plantes qui pourraient servir mais comment les trouver rapidement et qui sait ce que le sang ferrait encore subir à Séléné durant sa courte absence ? Surtout que le loup se sentait largement coupable de ce qui lui arrivait alors la laisser seule une minute ne lui plaisait pas trop. Car, oui, la pensée de la laisser en plan et de l'oublier définitivement lui avait traversé l'esprit l'espace d'une seconde mais il avait chassé cette pensée avec force violence. Surtout que, chanceux comme il l'était, abandonner la Beast chat lui vaudrait aussi sec une malédiction de la déesse des félins. S'imaginant déjà être transformé en chat par un éclair multicolore, le ranger frissonna en marmonnant un juron. Mais bon, la situation prit un tour plus plaisant quand Artyom et la jeune femme comprirent qu'ils pouvaient à nouveau s'entendre parler. Dans une autre situation, le loup aurait sans doute soupiré discrètement contre ce genre de désagrément mais ici c'était plutôt rassurant. Parce que discuter et tenter de trouver une solution quand le dialogue se faisait, d'un côté comme de l'autre, à sens unique n'était pas des plus évidents ! Heureux d'avoir enfin l'impression d'avancer dans cette histoire de fou, Artyom accueillit à bras grands ouverts la jeune femme quand elle bondit sur lui. Durant un fugace instant, le ranger avait pensé que Séléné faisait ça pour le mettre en pièces mais vu son grand sourire et son exclamation enfin joyeuse il ne devait pas s'agir de la première intention de la chatte.



Cependant, la tempête devait bien éclater ça Artyom en était sûr et certain : Séléné n'était pas vraiment connue pour posséder une nature patiente et calme comme celle qu'aurait un foutu ermite planqué depuis 400 ans dans ses montagnes ! Elle allait soit s'énerver soit pleurer soit encore débiter un flot de paroles incompréhensibles que le loup écouterait sagement pour ne pas brusquer encore plus la conscience chamboulée de la beast. Sentant les mains de la jeune femme se resserrer autour de ses épaules, le jeune homme comprit que ça allait commencer. La beast commença donc à secouer le ranger en lui débitant des choses que le loup eut bien une peine à comprendre (même si il comprit dans le fond que Séléné l’engueulait de ce qu'il lui avait fait faire) et se retint de faire un sourire compatissant car ça aurait sans doute été mal interprété par la chatte déboussolée. Mais soudain, son flot de paroles, comme sa présence, se tarit et le loup s'en inquiéta aussitôt. Repiquant sa crise, la beast fit remarquer qu'en effet elle recommençait à disparaître. Artyom lui même poussa cette fois un grand cri car il ne voulait pas la voir disparaître. Enfin, son corps était toujours là mais bon sang il fallait ramener son esprit dedans !




Une fois que Séléné disparue, le loup grommela une série d'injure qui aurait sans doute fait pâlir Séléné si elle aurait encore été ''là'' et tourna en rond jusqu'à un grand arbre. Sentant une colère froide le gagner, il brisa le fiole de sang qu'avait ingurgité Séléné dans son poing. Le liquide rouge tomba en émettant un ploc ploc régulier et, poussant un cri de rage, le loup flanqua son poing avec force dans le tronc le plus proche. Baissant les yeux, Arty les écarquilla soudain : une plante que le loup avait déjà vu tentait de pousser entre les racines du tronc et les propriétés de la dite plante lui revint en mémoire. On la disait très utile pour ceux pratiquants le spiritisme car il agissait comme un filet de sécurité en cas de voyage hors de son corps : il agissait à retardement certes mais il permettait à l'esprit de réintégrer l’enveloppe charnelle du voyageur après un moment. Bien entendu c'était là ce qu'il avait entendu et il lui aurait bien fallut la confirmation d'une adepte de cette forme de ''magie'' si particulière comme la lamia Ophyde pour l'aider mais ça valait le coup d'essayer. Cherchant une pierre d'assez bonne taille, le loup en trouva une et s'assit en tailleur pour broyer la plante sur la pierre avec le manche de son couteau. Après quelques minutes d’efforts et l'ajout d'un peu d'eau, le ranger obtint une espèce de patte qu'il pourrait faire avaler à Séléné toujours étendue par là sans qu'elle aie à mâcher (ce qui aurait été une vraie gageure vu son état). Espérant qu'il aie bien suivit la "recette" et qu'il n'aie pas à la place fabriqué un poison, le loup fit avaler la mixture à Séléné en faisant de son mieux pour ne pas l'étrangler et attendit.



Artyom savait bien qu'il devrait attendre aussi se posa-t-il sur le sol près d'elle et attendit un peu. Plusieurs heures passèrent en fait sans que l'homme ne bouge un seul muscle, cillant à peine de temps à autre. Les yeux brûlant, le loup vit cependant après un moment le corps de la beast bouger un peu : il pouvait s'agir de son imagination cependant le loup s'approcha et enlaça la jeune femme en disant bêtement :

-Séléné, reviens je t'en pries... Tu ne vas quand même pas refuser ma promesse de faire tout ce que tu voudras ?

*lui caressant le front, Artyom se mit à espérer qu'il n'avait pas rêvé et que le mixture faisait l'effet que le loup croyait qu'elle avait : c'est à dire ramener l'esprit d'un être dans son corps avec le temps.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Jeu 20 Sep 2012, 23:04

J'ai froid...
Vraiment froid...
Je suis gelée...
Complètement gelée...
Tout est noir...
Que noir.



Pas de lumière. Pas de chaleur. Impossible de bouger. Où est le soleil? Où sont mes jambes? Le haut et le bas?
C'est étrange. Je n'entend rien et ne sens rien. Je vole peut être? Dans le ciel il n'y a pas d'odeur. Je défis l'apesanteur. C'est ca. Je vole! Et je me sens vraiment bien. Complètement froide mais bien. Non il y a quelque chose qui me gène, aussi sourd et tapis dans l'ombre. J'ai oublié quelque chose...
Quelque chose d'important. Je sais où elle est mais comment y aller? Je ne sais même pas où je suis.
Mais ce n'est pas grave. Je m'en passerai. D'abord je dois...dois faire quoi? Rien. Je n'ai rien a faire. Et j'ai le temps non? Le temps? Mais je ne sais même pas quel jours nous sommes, ni depuis combien de minutes, heures, jours je suis là. Ca a de l'importance? Pas vraiment a vrai dire.
Je suis fatiguée, vraiment fatiguée. C'est dur de réfléchir. Autant faire une sieste. Oui, je trouverai ce que j'ai oublié plus tard. J'ai le temps. Et puis



Tout est noir...
Que noir...
Je suis gelée...
Complètement gelée...
J'ai froid...
Vraiment froid...




Des heures ou des jours plus tard





.........
.....
..
Arty?


Qui est Arty? C'est quoi? Pourquoi je pense à ca? Étrange, pourtant j'ai froid, je suis gelée, et tout est noir. Rien n'a changé. J'ai juste envie de dormir, où plutôt de me diriger vers ce doux rayon de chaleur au loin. Il est beau, il me semble. Ca doit être bien d'être la bas. Peut être que je peux y arriver. Même sans bouger. Oui il faut que j'y arrive. C'est ca! C'est la que je dois aller! J'ai toujours préféré la chaleur d'un vivant que la froideur d'un cadavre. Je dois me diriger vers la bas! Mais comment y aller?



....
..
Arty?



Encore Arty? Pourquoi? Je dois juste allé la bas! Je m'en rapproche je le sens. Le froid devient légèrement plus chaud. C'est bien. C'est mieux qu'avant. Et surtout ca sens bon. Je ne savais pas que le ciel sentais si doux. C'est agréable. Mais pourquoi j'arrive a sentir? C'est mon imagination je suis sur. Je ne vois rien et n'entend toujours rien alors pourquoi je sentirai quelque chose.
Mais la chaleur la bas m'attire. Je DOIS y aller! Je brule d'impatience! Il faut que je me dépêche. Mais j'ai l'impression de ne pas bouger de place.



..
Arty?



Arty! Arty! Arty! Mais pourquoi je n'arrête pas de penser ca sans cesse? Pourtant ce n'est pas la chose que je veux. Moi je veux aller la bas! Vers la douce chaleur. Bon sang je suis si lente! Ça prend une éternité pour se rapprocher d'elle. Je flotte vers elle. Vers ce minuscule éclat. Allez! Allez!



Arty?



Arty? Arty? Arty? C'est ca Arty? C'est l'infime lumière devant moi? C'est vers ca que je devais aller? Mais pourquoi? Je ne me souviens pas d' "Arty". Pourtant, la chose qui me dérangeait ne le fais plus. J'ai atteint mon but? Il me fallait atteindre "Arty"? Non, c'est trop étrange. Tout autour de moi. Le noir devient gris, la glace se transforme en flamme et le froid se réchauffe.
Mais...non



J'ai froid...
Je suis gelée...
Et surtout...
Tout est noir...
Que noir.










Si seulement ca aurait été toi ...à ma place....





Dernière édition par Séléné Némésis le Mar 06 Nov 2012, 16:44, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Invité le Sam 22 Sep 2012, 10:04

Malgré le passage du temps, rien ne semblait vouloir s'améliorer au grand dam du loup qui commençait à manquer cruellement de patience et d'indices sur la marche à suivre. Pourtant ça ne devrait pas être compliqué de ramener un fichu fantôme si ?! Enfin, le ranger n'avait que peu d'expérience en la matière bien que son mentor aie déjà eu affaire à plusieurs esprits pour sa part. Mais bon, le vieil humain n'était pas dans le coin actuellement donc il ne valait mieux pas compter sur ce puits de sagesse sur pattes ! Enfin, les bribes de souvenirs qui envahirent l'esprit du jeune homme et qui concernaient le vieillard ne lui apportaient rien ! Que faire par tous les saints et les rangers célèbres ?! En désespoir de cause, le ranger alla se cogner assez sèchement la tête contre un tronc : résultat des choses, des étoiles en supplément mais toujours pas de Séléné. Bon, ce plan était certes le plus stupide que le ranger aie jamais eu mais aussi, il n'avait pas prévu tout ce bazar juste pour une petite gorgée de sang de dragon ! Une autre solution aurait été de boire à son tour de ce breuvage maudit mais la peur de disparaître lui aussi le paralysait. Mais son honneur et d'autres sentiments indescriptibles l'empêchaient juste de baisse les bras en désespoir de cause et de laisser le cadavre de la beast sur place. Se rapprochant à nouveau d'elle, il se pencha et lui caressa les cheveux en se plongeant un peu dans ses souvenirs : malgré le peu de temps qu'ils s'étaient connus, Séléné et lui en avaient vécu des choses.



Tout d'abord ce village humain où ils avaient faillit périr par la faute d'une foule humaine en colère : même si Artyom n'avait fait que se défendre, aurait-il mieux fallut pour lui comme pour la chatte qu'il agisse autrement ? Allez savoir ! Ensuite il y avait eu la cité naine et là, le loup préféra passer certains détails. Le reste, étant un passage privé entre elle et lui, il ne fallait pas non plus en parler au vu du contenu plus que sensible des choses qui s'étaient passés entre eux. Secouant la tête, toujours penché sur la jeune femme, Artyom se décida à accepter l'inévitable : Séléné devait être passé de l'autre côté. Cela était triste bien sûr surtout que le ranger portait une grande part de responsabilité là dedans mais la gravité de cette ''mort'' était réduite par le fait que tout le monde ici ne meurt jamais vraiment. Mais autre chose vint troubler la certitude du loup : normalement, le corps de quelqu'un sur le point de revenir à la vie via le pacte devenait poussière qui allait se reformer dans le cercle d'invocation au coeur du donjon. Ici par contre, rien ne semblait encore se produire : le corps ne se modifiait pas et ne semblait pas non plus prendre la température glaciale d'un cadavre qui se refroidissait petit à petit à petit après le trépas. Tatant le pouls de la jeune femme, il le trouva à nouveau mais si faible... Si faible qu'on pourrait même croire à autre chose ou à une erreur de jugement. Mais Artyom était têtu, là où il y a encore de la vie, même si faible, il y a encore de l'espoir. Avec un mince sourire peu rassuré, le jeune homme souffla à la chatte ''endormie'' :


-Bon, je vais quand même aller demander aux pontes du donjon ce qui se passe car tout ceci devient fou... Trop fou pour toi et moi Séléné.


Cependant, le bon sens lui dictait de ne pas laisser le corps ici sans surveillance aussi s'en empara-t-il et le chargea-t-il sur ses épaules. Légère comme une plume, le corps de la Beast ne l'encombra pas outre mesure et il se mit rapidement en marche vers le donjon. Plusieurs gardes le virent arriver mais l'air inquiet sur le visage du ranger fut suffisant pour qu'ils ne l'arrêtent pas et l'un deux se dévoua même pour l'escorter et le soulager du poids de la jeune femme toujours dans le ''coma". Ouvrant les lourdes portes de la salle du trône le plus vite possible, il salua la patronne des lieux d'une inclinaison du buste et lui exposa son problème sans attendre en se fichant pas mal d'un quelconque protocole. Plusieurs heures passèrent et plusieurs personnes entrèrent et sortirent de la salle pour deviser sur le cas de la chatte toujours endormie. Le loup lui était resté sans bouger, presque aussi immobile qu'une statue pour regarder les mages s'affairer avec apparemment peu de succès. Au bout d'une autre longue heure, alors que l'esprit d'Artyom commençait à perdre de sa rigueur et de sa discipline, il sentit ''quelque chose'' effleurer son esprit. Mal à l'aise avec le spiritisme, le ranger se maudit de ne pas avoir mieux retenu les enseignements de son maître qui lui disait connaître les propriétés d'une plante censée ouvrir l'esprit à l'influences des esprits de la nature. Mais bon, après quelques secondes à chercher cette ''présence'', Artyom fut frappé au coeur par une pensée qui devait sans nul doute appartenir à celle allongée sur une large pierre au centre de la salle :

*Si seulement ca aurait toi ...à ma place....*


Une larme silencieuse roula soudain sur la joue du loup : même si il avait prévu l’éventualité que Séléné le tienne pour responsable de ses malheurs, l'entendre faisait mal, très mal. A ce moment là, Shiru se détourna du corps et vint lui annoncer que l'esprit de la jeune femme était ''perdue'' dans les limbes et qu'il serait très compliqué de le retrouver. Peut-être qu'avec le temps, la chatte retrouverait elle même le chemin de la ''maison'' mais rien n'était sûr. Après ces précisions dramatiques, Artyom se redressa, voûté et avec l'impression d'avoir prit cent ans. Il dit d'une voix brisée qu'on ne lui reconnaissait pas :

-Alors faites ce qu'il faut pour conserver le corps et le mettre en sécurité : je veux qu'elle soit bien traitée et que je puisse la voir de temps à autre... Après tout, tout est de ma faute... Depuis le début.


Sur ces mots, il s'en alla, la mort dans l’âme et sans retenir plusieurs larmes. Il erra longtemps avant de s'arrêter dans une boutique et d'acheter un objet qu'il plaça contre son coeur. Revenant par la suite à son point de départ dans la forêt, le loup retrouva la clairière où il avait vu ''disparaître'' la jeune femme... Apparemment pour de bon. Posant le paquet qu'il ouvrit pour révéler un collier munit d'un grelot d'or, il le déposa sur un petit cailloux près de l'arbre où il s'était cogné la tête et soupira. Caressant l'objet avec le regard dans la vague, le loup dit dans son dialecte maternel, incompréhensible pour qui que ce soit d'autre que les gens de son village :


-Adieu Séléné, je suis vraiment désolé pour tout, depuis le début je n'ai fait que t'attirer des ennuis en fait. Pas besoin de se leurrer, tu es certes la plus maladroite des deux mais je suis pire pour tant d'autres chose. Je ne veux pas qu'on me plaigne cependant mais saches que j'aimerais bien échanger nos places en effet... JE crois... Que... Que je t'aimais en fait Séléné.


Ne pouvant en dire plus, le ranger se leva et se retourna en jetant un dernier regard à sa petite ''offrande'' avant de partir... Espérant revoir la jeune femme un jour autrement que dans le cercueil en verre qui avait été confectionné pour elle : il allait maintenir pour l'éternité son corps en état et se briserait si jamais la jeune femme ouvrait un jour les yeux. En tous cas, pendant plusieurs jours, le ranger allait monter la garde près du cercueil... Avec l'espoir de pouvoir lui répéter sa confession de vive voix car il était dur de garder de telles paroles.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ça va finir en purée cette histoire...[terminé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum