Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Aller en bas

Arrivée, hésitation et indécision (Libre: pour celui/celle qui veut! ^^)

Message  Jared Foraoise le Sam 19 Jan 2013, 16:08

Le soleil venait tout juste de se coucher. L'horizon était encore rougeoyant. Dans les ruines submergées de végétation et de nombreux grands arbres, je me réveillais: j'ouvris les yeux et leur lueur rouge brillante ressembla pendant un instant à deux rubis tombés au sol. Mais cette impression ne dura pas. Je me levais lentement, déroulant mes pattes sous mon corps et me dressait finalement de toute ma hauteur. Je bâillais ostensiblement et humais l'air, en quête d'une odeur humaine qui me guiderait jusqu'à mon repas: je ne trouvais rien. Je décidais donc de faire un petit tour dans le beau morceau de forêt qui couvrait le terrain adjacent aux ruines, et me mit en marche aussitôt.

Je pris mon temps, adoptant une allure 'promenade', afin de ne pas rater les signes de l'éventuelle présence d'un repas quelconque. Un bruit résonna soudain pas très loin de moi: on aurait dit quelque chose qui cognait sans arrêt contre l'écorce d'un arbre, comme s'il voulait l'abattre. Une espèce de sourire étira la commissure de mes babines: un bûcheron humain! Je n'aurais même pas besoin de trouver une excuse pour le bouffer, celui-là! Aussitôt, je m'élançais au pas de course vers l'origine du bruit, et ralentit progressivement en approchant. Je finis par aboutir dans une minuscule clairière, où le bruit résonnait plus fort que jamais. Je m'aplatis au sol, et mon pelage me fit disparaître à tous les yeux alentours. Je ne ressemblais qu'à une bosse de gazon au milieu de l'herbe, et mon regard explora l'ensemble de la clairière pour dénicher le bûcheron qui serait mon repas d'aujourd'hui. Mais soudain, mes yeux se posèrent sur le tronc d'un arbre, à environ cinq mètres du sol: ce n'était pas un bûcheron humain, mais un stupide pivert!

Je me relevais donc, abandonnant ma position de camouflage, et retroussait les babines à l'égard de l'oiseau qui m'avais fait perdre mon temps. Imbécile de volatile! Ravalant ma déception, je me remit en marche vers les ruines, avec l'attitude du chasseur qui revient bredouille: ce crétin d'emplumé m'avais fait perdre un temps précieux, mais je me rendis vite compte de la stupidité de mon raisonnement. Pourquoi précieux? Je n'avais rien à faire! Mais avoir suivit une fausse piste à cause d'une bête boule de plumes insomniaque m'avais laissé un faux espoir, et mon estomac grondait à présent de manière guère discrète.

En arrivant à l'entrée des ruines, je remarquais un mouvement derrière ce qui restait d'un muret de pierre. Je me remit en position d'embuscade, et rampait progressivement de façon à contourner lentement le muret. C'est là que je vis une sorte de gros ragondin visiblement perdu qui cherchait à passer de l'autre côté du muret en le longeant jusqu'au bout. Je retins un soupir: au moins, cette bestiole me remplirais l'estomac pour quelques heures! Je rampais dans la direction du ragondin, jusqu'à me mettre dans son sillage. Soudain il s'arrêta et se tourna vers moi: je m'immobilisais aussitôt et fermais les yeux, devenant une butte d'herbe parmi les autres. Mes oreilles m'indiquèrent que le rongeur avait reprit son chemin, et je rouvrais les yeux, en continuant de le suivre en rampant. L'extrémité du muret était en vue à moins de trois mètres et il fallait que j'agisse: sinon, je devrais encore me remettre en chasse. Je me mis lentement debout et vis le ragondin qui s'arrêtait à nouveau pour se retourner: je ne perdis pas de temps et bondit en avant, les mâchoires grandes ouvertes. Le rongeur, en se retournant, n'eut que le temps d'avoir une vue imprenable sur mes crocs avant que ces derniers ne se referment brutalement sur sa nuque. Il couina et gesticula pour tenter de se débattre, mais d'une pression brutale de la mâchoire, je lui brisait la nuque.

Le goût du sang chaud se répandit sur ma langue et je soupirais d'aise. Je revins sur mes pas et me dirigeais vers mon poste d'observation favori: un énorme amas de cailloux qui fut sans doute, dans une autre vie, une sorte de tour de guet. Les mousses qui avaient recouvert le pourtour des pierres rendait le monticule particulièrement confortable. Aussi, j'y grimpais en deux ou trois bonds bien placés, m'allongeais au sommet, lâchais ma proie entre mes pattes avants et commençais à manger. A moins d'une dizaine de kilomètres de là, on voyait la silhouette noire et imposante du Donjon Kanabo qui se découpait dans l'horizon maintenant bleu foncé. Encore une fois, le doute me saisi: j'avais quitté mon territoire natal pour explorer le monde, j'avais rencontré des humains vraiment antipathiques, j'avais entendu parler du Donjon, j'avais décidé de m'y rendre pour y vivre, et maintenant, arrivé là, j'hésitais. Il y avait sans aucun doute d'autres monstres qui y vivaient, et si j'y allais, il faudrait que je partage mon lieu de vie, ma nourriture et mon temps avec eux. Et ça, je doutais de réussir à le faire: j'avais toujours vécu seul, et j'avoue volontiers avoir besoin d'un territoire bien à moi. Aussi, j'ignorais si je serais capable de
partager avec d'autres ce qui m'appartenais.

C'est à ce stade de mes réflexions qu'un bruit discret m'alerta: un bruit qui approchais des ruines... Vite! Je bondis au bas de mon poste d'observation, me couchais dans l'herbe et me mit en position 'camouflage embusqué'. Là, caché dans l'herbe, invisible aux yeux de tous les 'observateurs du dimanche', je surveillais ce qui approchais de moi...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Mar 22 Jan 2013, 12:04

J'avais beau avoir été lié au donjon, j'avais bien entendu les soupirs de soulagement quand je passais la porte pour l'extérieur du donjon... Soulagement que je pris un malin plaisir à démolir quand je leur annonçais que je reviendrais vite. Quand est-ce qu'ils comprendraient que je ne leur veut aucun mal, contrairement à nombre de mes semblables? Enfin... Par moment, ils n'étaient pas différents des humains: totalement butés. Je repris le cours de mes pensées: j'étais partie parce que des rumeurs d'un monstre nouvellement arrivé dans les environs provoquaient de l'émoi et de la peur dans les populations humaines, et ces rumeurs parlaient d'un carnage sans victimes dans la plupart des cas, tout du moins au début. Il était facile de penser que le 'carnage' n'était que pure exagération, mais il devait quand même être assez impressionnant.

J'avais beau être une rejetée, j'avais encore un petit peu de crédit parmi les autres rejetés et les groupes de mercenaires, et je pu avoir une description, sans doute exagérée: comme un énorme chien allant de 2 mètres à 3 mètres de haut, complètement recouvert de feuillage quand ce n'était pas la forêt elle-même qui se déplaçait avec lui et avec les yeux flamboyant comme les flammes de l'enfer. Ce qui était fiable? La forme d'un gros chien suffisamment imposant quand même, mais sans doute pas plus grand que moi quand même. Sans doute de couleur verte, et avec les yeux rouges. Les dernières rumeurs le racontait partant d'un village proche pour se rendre trente lieux plus loin, s'il n'y était pas déjà, puisqu'il serait capable de se déplacer 'plus vite que le plus rapide des chevaux au galop et sans s'arrêter'. Je visais donc la zone intermédiaire, recouvertes d'un ensemble de ruines non loin du donjon. En fait, tellement proche qu'on pouvait le voir, brisant la ligne d'horizon sur les restes de lumière du crépuscule.

Et là, je constatais avec plaisir qu'au moins j'étais sur la bonne piste: il devait être passé récemment ici, voir même être encore là. Je trouvais une fine piste de sang, sans doute animal mais frais, et je la suivit silencieusement. Elle se dirigeait vers une ancienne tour de guet envahie par la mousse et entourés de touffes d'herbes de taille variée, dont une sur un des flans particulièrement dense. Gardant un oeil sur ce petit buisson, je montais au sommet de l'amas rocheux, guidée par la piste de sang. Arrivée au sommet, je vis l'origine de cette piste: un petit animal qui avait du servir de repas. Je posais mon doigt dessus: il était encore tiède. Donc il n'était vraiment pas loin. Autant essayer de l'appeler à ce stage: s'il n'était pas loin, il pourrait m'entendre.


"Il y a quelqu'un? Je ne vous veux aucun mal."
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Jeu 24 Jan 2013, 15:55

J'entendis les bruits se rapprocher au fur et à mesure, et éliminais d'office un quelconque animal: c'était pas un oiseau parce que ça ne volait pas, ni un poisson parce que c'était sur la terre ferme, et encore moins un mammifère puisque c'était trop silencieux pour avoir plus de deux pattes. Donc, c'était bipède: soit un monstre, soit mon futur dîner (autrement dit, un humain). Finalement, une silhouette sortit des bois pour approcher des ruines, inondées par la lumière de la lune...
Je vis très vite arriver un bipède, visiblement femelle, et je dû m'empêcher de lui sauter dessus dès son approche de mon poste d'observation: c'était une humaine! Enfin, j'allais pouvoir manger un repas plus consistant que le ragondin! Je ne bougeais pas d'un pouce et m'aplatis davantage sur le sol, attendant que l'humaine ai grimpé sur l'amas de pierres au-dessus pour me déplacer en rampant lentement. Elle inspecta les alentours rapidement d'un regard et je m'immobilisais, fermant aussi les yeux pour que leur éclat ne me trahisse pas. C'est à ce moment précis qu'elle ouvrit la bouche pour annoncer:


"Il y a quelqu'un? Je ne vous veux aucun mal."

Je retint un grognement de rire: elle ne me voulait peut-être pas de mal, mais qui lui disait que moi je ne lui en voulait pas? J'attendis quelques instants avant de rouvrir les yeux, et patientais le temps qu'elle regarde à nouveau devant elle: me levais alors avec précaution mais rapidement, pour grimper en silence sur le promontoire derrière elle et lui bloquer toute retraite. Là, je me tint sur mes quatre pattes, me dressant de toute ma hauteur, les yeux braqués sur elle. Je retroussais mes babines sur mes crocs et émit un grondement sourd pour qu'elle se retourne: je ne la quittait pas des yeux un seul instant. Balançant lentement ma queue végétale de droite à gauche, c'était le seul mouvement qui trahissait ma hâte de lui sauter à la gorge.
Et puis soudain, je réfléchis: cette humaine, d'où qu'elle vienne, avait sans aucun doute déjà entendu parler de mes chasses dans les villages humains alentours. Or, elle était quand même venue ici, sachant pertinemment que j'y étais. Donc, deux explications étaient possibles: soit elle est était suicidaire et adepte des morts lentes et douloureuses, soit elle me voulait quelque chose. Elle n'avait pas l'air de faire partie de la première catégorie, donc, elle me voulait quelque chose. Et là, elle pouvait toujours se gratter les puces! Je ne rends aucun service, je n'accepte aucun ordre, je ne partage rien, et je n'accorde aucune pitié.
C'est là que je lui répondis:


"Aucun humain ne m'approche sans être certain de vouloir mourir. Alors que me veux-tu, petite friandise?"

J'avais décidé de quand même lui laisser une chance de s'expliquer: elle avait intérêt à se dépêcher de me dire ce qu'elle me voulait, parce que j'avais vraiment très envie de la dévorer...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Lun 28 Jan 2013, 17:02

Un bruit survint derrière moi, et je me retournais pour voir ce qui ressemblait à un énorme chien vert, presque aussi grand que moi! Bon, pour le coup, je comprenais mieux les exagérations qui avaient été faites... Ses yeux rouges me fixaient directement, et son attitude était plus qu'explicite: il comptait bien m'attaquer. Je fixais mon propre regard légèrement sous ses yeux: chez les beast canins, fixer les yeux de quelqu'un pouvait être considéré comme un défi. Je ne savais pas s'il en était de même avec lui, mais autant ne pas prendre de risques. Se faisant, j'observais son pelage. Enfin, si on pouvait appeler ça comme ça... C'était très semblable à de l'herbe... Si ça se trouvait, j'étais passé tout juste à côté de lui sans même le voir.

"Aucun humain ne m'approche sans être certain de vouloir mourir. Alors que me veux-tu, petite friandise?"

Bon, au moins, j'allais pouvoir parler avec lui. Mais la situation était claire: un mot de trop, et je passerais entre ses crocs. Enfin, dans son idée. Je ne voulais pas l'attaquer, mais je n'allais tout de même pas me laisser faire sans me défendre, quand même!

"Je viens du donjon que l'on voit sur l'horizon. J'y habite, parce que les humains me pourchassent à cause de mon passé trop lié à ceux qu'ils appellent des monstres. Tout comme toi, ils veulent me tuer dès qu'ils me reconnaissent."

Bon, ce n'était peut-être pas suffisant pour le convaincre, mais au moins je montrais que je n'étais pas contre lui.

"Les humains sont sur le point de monter une milice contre toi. Aussi fort que tu ne peut l'être, ça va être très difficile d'en sortir indemne. Alors qu'au donjon, tu sera à l'abri. Et il y a toujours quelques humains suffisamment bêtes pour venir mourir sous les murailles. C'est pour cela que je t'invite à y venir."

Je l'inviter à venir au donjon, pas à me suivre. Même si cela revenait au même, accepter une invitation pour un endroit était très différent dans les esprits que devoir suivre quelqu'un. Leo m'avait appris ça.
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Lun 28 Jan 2013, 18:31

La friandise bipède m'annonça qu'elle venait du donjon, et je faillis éclater de rire: comme si des monstres accepteraient de vivre avec des humains! Non mais sérieusement quoi... Et puis, même si c'était vrai, il était hors de question que MOI je vive aux côtés d'humains: c'était beaucoup trop dangereux... pour les humains... Ensuite elle me révéla que les humains des villages alentours parmi lesquels je chassais depuis mon arrivée voulaient monter une milice pour m'attaquer. Je n'en avait cure: qu'ils viennent, ces insectes: j'ai encore de la place dans mon estomac! Enfin, l'humaine m'invita à venir m'installer au donjon. Là, je ne pus m'empêcher de ricaner:

"J'ai toujours vécu seul: je ne partage rien, et encore moins mon lieu de vie ou ma nourriture! J'ai besoin d'un territoire bien à moi, et ce n'est sûrement pas cette minuscule et étroite bâtisse qui va me l'offrir, aussi grande qu'elle paraisse vue d'ici! Et dernière chose la plus importante: je n'accepte d'ordres de personne et je ne me reconnais aucun supérieur: si toi ou celui ou celle qui dirige ce donjon espérez faire de moi un sous-fifre ou un chien domestique, je préfère retourner immédiatement dans mon territoire natal!"

Cela était un fait: dans n'importe quel endroit que ce soit, qu'il soit peuplé par des humains ou par des monstres, il y a toujours un chef. Et généralement, il faut prêter allégeance au-dit chef pour s'installer dans ces endroits. Et la simple idée de devoir obéir à qui que ce soit me retournais l'estomac, à tel point que j'en perdais l'appétit. Mon agressivité naturelle fut déstabilisée par une démangeaison sur ma peau: je m'assis et me grattais le cou avec ma patte arrière gauche. Une fourmi s'était glissée sous mon collier à pointes et ses petites pattes me chatouillaient. Le collier était quasi invisible sous la longueur et l'épaisseur de mon pelage végétal.

Je me souvenais d'ailleurs parfaitement de la petite humaine qui m'avais enfilé ce collier... C'était il y a une demi-dizaine d'années, alors que je traversais de nuit un village humain, et j'avais vu cette fillette qui jouait avec une poupée de chiffon sur le porche de sa maison. Ses parents avaient laissé la porte ouverte pour pouvoir la surveiller depuis leur salon. J'avais décidé de la dévorer, et je m'étais approché. Je m tenais soudain devant elle, la dépassant largement de presque deux têtes, les babines retroussées et les crocs parés à mordre. C'est là qu'elle fit la seule chose à laquelle je ne m'attendais pas: elle m'attrapa le cou et se serra contre moi en riant...

J'étais resté figé sur place pendant un long moment, tétanisé par la surprise et complètement déstabilisé par ce comportement totalement inattendu! D'ailleurs, ce que j'avais pu avoir l'air bête, à ce moment-là... J'avoue n'avoir pas comprit sa réaction: et je crois qu'aujourd'hui encore, ça me laisse perplexe. Elle m'avais appelé ¤Tou-tout vert¤ et était rentré chez elle. Le temps que je me dise qu'il fallait que j'aille chasser autre chose, elle était revenue avec un collier pour chien en main, et me l'avais passé autour du cou: d'après ce que j'avais pu comprendre de son babillage d'enfant de dix ans, le collier avait appartenu à son chien, mort depuis presque un mois. D'ailleurs, elle m'avais donné un nom: celui de son chien mort. Elle m'avais appelé Jared.

C'était la première fois qu'un humain m'appréciais, et j'en avait été tout retourné. Je restais pendant plusieurs jours avec la petite fille, appelée Maria. Peut-être même deux semaines s'étaient écoulées, je ne me souviens plus. Elle me surnommait 'Touvert', et moi je la surnommait 'Sucrette'. Notre jeu préféré était 'cache-cache': elle adorait que je me dissimule dans le gazon autour du village, et pouvait passer des heures à sauter sur les mottes de gazon pour me retrouver. Hélas, ça ne pouvait pas durer: un jour, ses parents l'ont surprise à cueillir des pâquerettes, assise à côté de moi, pour me les coincer dans mes poils. Évidemment, ça a finit en guerre ouverte: ils m'ont chassé à coups de fourche, malgré les sanglots stridents de ma petite Sucrette qui criait mon nom. Je suis donc partit, mais je me suis caché pas loin pour revenir le soir: Maria n'était plus là. Sa maison était vide. Je suis donc repartit, continuant mon voyage, mais c'est en repensant à elle que j'avais ressentis pour la première fois un sentiment qui m'étais inconnu jusqu'à lors: le chagrin. Je me suis donc juré de ne jamais l'oublier, ma petite Sucrette: la petite Maria Foraoise...

M'aperçevant que mes yeux commençaient à larmoyer, je secouais la tête et m'ébrouais pour chasser ces fichus souvenirs. J'attendais de voir ce que la Friandise allait répondre à mes objections...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Mar 29 Jan 2013, 14:59

Bon, le moins qu'on pouvait dire, c'est qu'il était territorial. A partir de là, il ne serait clairement pas facile à convaincre. Voir même impossible... Bon, au moins, j'avais transmis le message.

"Tu sais, on ne reçoit d'ordres de personne là-bas. Mais si tu tiens toujours à vivre seul, je ne vais pas te forcer à venir. Chacun doit être libre de faire ce qu'il veut."

Son attention sembla baisser un moment, et j'en profitais pour regarder derrière moi. Il n'y avait aucun chemin possible pour descendre en marchant, mais en cumulant escalade et sauts dangereux, il devait être possible de descendre assez rapidement, si toutefois les roches ne bougeaient pas trop. Ce dont je n'aurais pas parié... Bon, ça restait une possibilité, mais ce ne serait clairement pas mon choix... si j'avais le luxe de l'avoir, et c'était plutôt mal parti pour. Je me retournais vers lui au moment où il s'ébrouait. Il agissait vraiment comme un chien et aurait pu passer pour un simple animal si ce n'était sa taille, sa couleur, la couleur de ses yeux, le fait qu'il parle... Bon, d'accord, beaucoup de choses, mais quand même.

"Bon... Si tu ne veux pas venir, comme je te le disais, je ne te forcerais pas. Et je vais alors rentrer au donjon. Tu peux me suivre pour vérifier que je ne te mens pas et que je vais bien directement là-bas sans chercher à dire ta position si tu ne me fais pas confiance. Mais fait attention à toi tout de même."

Est ce qu'il allait me laisser passer comme ça? Je ne le savais pas... Et même si je l'espérais, cela serait un peu surprenant. Et j'avais pas vraiment envie de partir quand même... Je veux dire: j'ignorais tout de lui : je ne savais pas son nom si il en avait un, ni même d'où il venait, ce qui le poussait à vivre seul... Bref, vraiment rien. Sauf sa forme maintenant.
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Mar 29 Jan 2013, 19:39

La friandise m'annonça qu'aucun habitant ne recevait d'ordres de qui que ce soit au donjon. Nouveau ricanement de ma part:

"Mais bien sûr! Une centaine de monstres qui vivent ensemble dans le même donjon, qui font ce qu'ils veulent et quand ils veulent, et personne qui les envoie défendre les remparts en cas d'attaque d'autres monstres... Excuse-moi, mais je trouve ça carrément tiré par les poils! Tout groupement d'êtres vivants est régit par un dominant, un Alpha, et ce, même chez les humains. Alors n'essaie pas de me faire croire que ce n'est pas le cas pour ce donjon! Et je me vois mal m'installer dans cette bâtisse sans que ledit Alpha ne me demande des comptes!"

Déjà, je la trouvait antipathique: ouais bon, c'est vrai que je trouvais absolument tous les êtres vivants que je croisais antipathiques... Mais je détestais sa façon de me mentir: soit elle mentait pour essayer de m'embobiner, soit elle ne se rendait même pas compte qu'elle mentait. Attend une minute... Mais pourquoi je réagissais donc comme ça? Depuis un bon bout de temps, j'étais hargneux, farouche, agressif, presque cruel: oui bon, j'avais très mal prit la réaction des humains depuis que j'étais partit de ma terre natale. Mais en ce temps-là, j'étais simplement distant et nocturne, voilà tout! Pourquoi à présent, j'étais aussi... aussi... asocial et antipathique?
J'eus soudain un éclair de compréhension: je n'étais ainsi que depuis cinq ans environ. Je n'étais aussi mauvais que depuis le départ des parents de Maria... En fait, je crois que je me sentais affreusement seul: ça m'avais fais si mal au cœur de perdre Maria, que je refusais à présent que cela se reproduise, quitte à me montrer hargneux et cruel envers tous ceux qui m'approchaient pour les faire fuir, les chasser loin de moi pour éviter que je ne m'attache à eux...

Je descendis au bas du tas de pierres et m'assis à côté, la tête basse et le regard perdu dans le lointain. J'ignorais ce que je voulais: je ne savais même plus ce que je devais faire à présent. J'étais complètement perdu, et ça me rendais fou... En fait, j'avais toujours été seul: à tel point que je ne savais même pas c que ça signifiait que d'avoir des parents, des frères et sœurs, des amis... Enfin, si, j'avais eus une amie: Maria... J'étais tellement perdu que je ne faisais même plus attention à la Friandise...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Lun 04 Fév 2013, 15:16

Sa réponse était sèche, et sans équivoque. Là, il était allé trop loin.

"Ai-je dit qu'on n'avait pas de comptes à rendre? On a une seule consigne, celle de ne pas attirer les ennuis. Quand le donjon se fait attaquer, tout le monde le défend volontairement. Ne crois-tu pas que quand tu tiens à un endroit et qu'il est menacé, tu ne va pas de toi-même le défendre?? Ca tu devrait pouvoir le comprendre non?"

Je repris mon calme et l'observa. Il se tenait bien différemment de tout à l'heure... Bon, d'accord, il m'avait laissé le chemin libre pour partir, mais quelque chose semblait le tourmenter. Si je calquais son comportement sur celui des chiens que j'avais pu croiser, il semblait triste. Bon, je risquais de me faire déchiqueter pour m'être approché, mais je ne pouvais pas le laisser. Je m'approchais doucement et posait ma main sur son encolure, ou ce qui lui en tenait lieu.

"Est-ce que ça va? Je ne sais pas si tu as un nom ou si on t'en a donné un, mais moi c'est Kaïla."

Sous ma main, on aurait dit que son pelage était de l'herbe. C'était la même texture, la même couleur, et même une odeur assez proche maintenant que j'étais là. Bon, je n'aurais pas parié que l'odeur était la même, mais c'était assez proche tout de même. Je restais quand même un peu sur mes gardes au cas où il avait une réaction agressive. J'avais ma main à la même hauteur que mon épaule après tout.
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Lun 04 Fév 2013, 18:21

Je ne faisais plus du tout attention à la bipède, à tel point que je n'entendis pas la moitié de son babillage. J'étais comme... déconnecté. Des tonnes de questions se bousculaient dans ma tête, tourbillonnaient de tous les côtés à m'en rendre fou: avais-je vraiment envie de rester seul? Non.
Etais-je tenté par la proposition de la Friandise à vivre au donjon? Oui.
Avais-je envie de rencontrer de potentiels amis? Oui.
Etais-je prêt à partager un petit espace vital avec beaucoup d'autres créatures? Non, et c'était bien là le problème: j'étais incapable de vivre enfermé. J'avais besoin d'espace vital, d'un endroit où je pouvais être seul, réfléchir, méditer sur ma vie, prendre des décisions, penser à de nouveau projet, élaborer des scénarios d'avenir. Bref, un endroit qui me donnais au moins l'illusion d'être libre... J'étais tellement troublé que je sursautais en sentant quelque chose se poser sur moi, au niveau du côté du cou. Comme il s'agissait d'une zone sensible, mon instinct et mes réflexes démarrèrent au quart de tour: je retroussais vivement mes babines, grognais et esquissais un mouvement pour mordre, avant de me rendre compte que c'était juste la Friandise. Je me calmais et retournais à ma posture dépitée tout en posant le regard sur le donjon au loin. Ce fut elle qui finit par briser le silence:


"Est-ce que ça va? Je ne sais pas si tu as un nom ou si on t'en a donné un, mais moi c'est Kaïla."

Je la regardais un instant, puis levait la tête vers le ciel étoilé: aucun nuage ne masquait les petits éclats de diamants du firmament, la lune en croissant fin semblait sourire, et la voûte céleste était d'un somptueux bleu noirâtre. Bref, la nuit était magnifique: Isylh'om montrait son meilleur côté... Un soupir franchit mes babines, et c'est presque en marmonnant que je dis au paysage:

"Gaïa'ma: dis-moi, que dois-je faire?"

Je retrouvais mon mutisme sitôt mes paroles envolées, espérant qu'Isylh'om les porteraient à la Toute-Mère sur ses ailes couleur charbon... Je finis par répondre à la Friandise d'une voix monocorde:

"Je m'appelle Jared. Jared Foraoise. Et je vais parfaitement bien! Enfin... d'un certain point de vue..."

J'étais sur le point de faire me dire que la meilleure solution serait en fin de compte de rentrer chez moi, lorsqu'une grosse boule duveteuse se posa brutalement à moins de deux mètres de ma queue. Je tournais vivement la tête pour apercevoir un hibou de style grand-duc debout dans l'herbe, tenant entre ses serres un mulot qui se tortillait encore. Le rapace me fixa intensément de ses yeux d'or, avant de s'envoler en silence, emportant son dîner entre ses serres. Je m'approchais de l'endroit où s'était tenu l'oiseau et remarquait que ce dernier avait perdu une plume en s'envolant: une plume qui se parait de reflets violets dans la lumière lunaire. C'est alors que le déclic se fit: violet... comme le plumage du Caomnaigh du Vent! D'ordinaire, j'assimilais tout au hasard. Mais là... c'était carrément trop gros pour être le pur hasard!

"Celui-qui-Prend a visiblement prit la décision a ma place... Soit remercié, noble Sangh'or!" chuchotais-je au vide.

Je retournais m'assoir à côté de la bipède et finit par annoncer après un moment de silence:


"Puisque visiblement, la Toute-Mère et les Caomnaigh semblent penser que c'est une bonne idée de te suivre, je vais donc me plier à leur jugement et accepter ta proposition. Mais il est hors de question que qui que ce soit me donne des ordres, entendu?"

Je me couchais confortablement dans l'herbe et baillais outrageusement. La curiosité me titilla alors:

"Comment une Friandise comme toi a réussit à se faire accepter d'une horde de monstres sans se faire dévorer?"

Ben oui quoi! Moi, les humains, à de rares exceptions près, je les mangent! Comment avait-elle fait pour se faire accepter, ça, j'aimerais bien le savoir...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Mer 06 Fév 2013, 00:37

Il semblait quelque peu perdu pendant un moment, après m'avoir dit son nom. Comme s'il cherchait quelque chose, une aide ou un signe. Un hibou se posa à côté de lui avant de s'envoler à nouveau, mais je ne sais pas ce qu'il a vu ou compris, mais il sembla se sentir mieux peu après. Il revient s'asseoir à mes côtés, en me disant qu'il se pliait à la décision de la Toute-Mère et des .. Caomnaigh? Surement une sorte de divinité pour lui. Toujours est-il qu'il allait venir avec moi. Il avait donc changé d'avis, mais émettait quand même ses conditions. Il voulait rester autonome, et cela se comprenait.

Il se coucha et bailla, avant de me poser une question surprenante.


"Comment une Friandise comme toi a réussit à se faire accepter d'une horde de monstres sans se faire dévorer?"

Je restais quelques secondes à ne pas réagir, avant de sourire.

"Oh, cela n'a pas été facile."

Je m'assis à ses côtés. Il avait calmé ses ardeurs agressives envers moi, je lui montrais ainsi que je lui faisais confiance.

"Tout d'abord, je n'ai pas de souvenir d'avoir vécu parmi les humains. J'ai toujours été en compagnie de ceux qu'ils qualifient de 'monstres', et que j'appelle tout simplement 'autres'. J'ai d'abord été élevée par un vampire, avant qu'un humain le tue et que je sois retrouvée par un groupe mené par un beast lion. C'est lui qui m'a appris à agir pour ne pas vexer par mon comportement les autres occupants du groupe, et j'étais la seule humaine."

Je me penchais un peu en arrière, m'appuyant sur mes mains.

"Il a bien eu du mal à faire comprendre aux autres que me punir pour les actes des autres humains ne servait à rien, parce que j'avais moi-même souffert à cause d'eux. Mais petit à petit, la plupart a finit par me considérer comme l'une des leurs. J'étais même tellement proche d'eux que quand j'ai commencé à travailler avec eux, les services humains m'ont surnommée 'La fille des monstres'. Des imbéciles ceux qui ont choisis ça..."

Je soupirais à l'évocation de ces souvenirs. C'était le bon temps... Pourquoi donc Bekfin n'avait pas pu comprendre que j'étais pleinement avec eux? Je me tournais alors vers Jared en souriant.

"Je ne suis jamais sentie chez moi avec les humains. Et comme je ne suis pas assez forte pour vivre seule, je n'ai pas d'autre choix que de vivre parmi les vôtres. Et j'essaie de me faire accepter. Le fait que les humains ne veulent pas de moi m'a aidé, je dois le reconnaître."
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Mer 06 Fév 2013, 10:56

La bipède, Kaïla, m'expliqua qu'elle n'avait aucun souvenir d'avoir jamais vécu auprès d'autres humains, et ça m'intrigua: alors, ça, c'était la première fois que j'entendais un truc pareil! Elle me raconta son histoire, et je fus surpris: elle avait toujours vécu auprès des monstres, et d'assez diversifiés, d'après ce que je compris. Les noms de races qu'elle employa sonnèrent parfois étranges à mes oreilles: Beast, ce devait être ces humains à moitié animaux. J'en avait rencontré un, lors de mon voyage, il a une dizaine d'années: c'était un humain, mais il avait des oreilles et une queue de renard. Je l'avais trouvé amusant, mais n'avais pas eu le loisir de l'observer de plus près: il s'était enfuit avant. En revanche l'autre race de monstre qu'elle mentionna sonna totalement inconnu à mes oreilles.

"Je n'ai jamais entendu parler de... vamfi... Venki... heu... vampire? Qu'es-ce que c'est que cette race, exactement?"

C'est bon, c'était fait: je passais pour un inculte... Bon, après, c'est sûr qu'avoir toujours vécu seul, ça aidait pas à se faire des amis, loin de là! Surtout que ça n'avait jamais été un but pour moi. En fait, ça avait toujours été impossible, puisque je voyageais seul, de nuit et que j'étais hargneux et agressif avec quiconque tentait de m'approcher... Et maintenant que j'y songeais, je n'avais rencontré presque aucun autre monstre durant mon long voyage: il y avait eu cet humain-renard, une humaine avec de grandes ailes blanches dans le dos, un humain avec une queue de poisson, et, une que j'avais tout de suite aimé de par sa similitude avec moi, une femelle qui ressemblait à une humaine, mais dont le corps tout entier semblait constitué de bois, d'herbe, de feuilles et de terre.

Je reportais mon attention sur Friandise et attendit patiemment qu'elle réponde à ma question: j'étais drôlement curieux, aujourd'hui...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Mer 06 Fév 2013, 16:43

Jared m'écouta parler, et il sembla surpris. Qui ne l'a pas été en écoutant mon histoire. Il faut dire qu'elle est assez atypique.

"Je n'ai jamais entendu parler de... vamfi... Venki... heu... vampire? Qu'es-ce que c'est que cette race, exactement?"

Là, c'est à mon tour d'être surprise. Mais s'il avait toujours vécu seul, c'était possible en effet qu'il ignore tout des autres races. Je me redressais pour lui expliquer.

"Un vampire, c'est... Ca ressemble un peu à un humain, sauf qu'il est généralement plus pâle de peau et qu'il a des dents pointues"

J'illustrais mes propos en montrant mes propres canines et en mettant mes pouces dessus, avant de reprendre une posture plus normale.

"Les humains disent que ce sont des morts qui ont été maudits, mais je n'en crois rien. Mais c'est vrai que ce qui peut effrayer, c'est qu'ils se nourrissent de sang, et ils ne supportent pas la lumière du soleil. Ca, c'est vrai, c'est que Viktor, le vampire qui m'a élevé quand j'étais toute petite. Après, j'ai entendu dire qu'ils craignaient également ce qui était 'béni', mais je pense que c'est plus une histoire inventée par les humains pour se rassurer."

D'ailleurs, quand j'y pense... Je n'ai pas de souvenir que Viktor m'ait un jour pris mon sang... Cela ne voulait rien dire, il m'avait dit qu'il pouvait effacer ces souvenirs brefs et ne laisser aucune cicatrice s'il le voulait, mais aussi que cela marchait moins bien s'il se nourrissait sur la même personne... Pourquoi? Il m'avait sauvé la vie de ce qu'il disait, je lui en aurais bien donné un peu s'il l'avait demandé. Mais il ne m'avait jamais posé la question...
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Mer 06 Fév 2013, 19:40

Friandise m'expliqua que les vampires ressemblaient à s'y méprendre à des humains, mais que leur peau était plus pâle, leurs canines plus pointues, qu'ils ne se nourrissaient que de sang, et qu'ils ne vivaient que la nuit. En bref, un beau paradoxe! Bah oui: presque jumeaux aux humains, mais en fait, ce sont des monstres.
Note pour plus tard: une fois au donjon, trouver un vampire et le bombarder de questions sur sa race...
Je me rendis soudain compte de ce qu'étais Friandise: une encyclopédie descriptive des monstres. Et je l'avais justement sous la patte... Je décidais donc d'en profiter:


"Comme tu semble bien connaître les monstres, je voudrais en savoir un peu plus. Combien de races y'a-t-il? A quoi ressemblent-elles? Je n'ai rencontré que quatre monstres durant mon voyage, et la plupart de ces rencontres datent d'il y a cinq à dix ans. Il y a cinq ans, j'ai rencontré un humain avec des oreilles et une queue de renard. L'année d'avant, c'était une humaine avec de grandes ailes d'oiseau blanc dans le dos. Il y a huit ans de ça, je suis tombé sur un humain avec une queue de poisson. Et il y a dix ans, c'était une 'humaine', mais son corps était complètement constitué de terre, de feuilles, de bois et d'herbe: il y avait même des fleurs qui poussaient dans ses cheveux! A quelle race appartiennent-ils?"

Ouais: de 'méchant gros toutou croque-tout', je suis passé à 'moulin à paroles infantile qui veut tout savoir'... Quel revirement de comportement! Eh, c'était pas ma faute: Gaïa'ma et les Caomnaigh m'avaient fait savoir que je devais accepter l'invitation de Friandise, et je voulais donc en savoir un maximum sur les autres monstres qui vivaient au donjon! Et puis, un peu de culture, ça ne fait pas de mal...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Ven 08 Fév 2013, 23:47

Jared m'écouta avec attention, puis il se mit à me demander à peu près tout ce que je savais sur les différentes espèces d'êtres différentes des humains. Je rigolais doucement.

"Hey la, du calme, laisse moi le temps de répondre aux questions une à une."

Je repris mon sérieux, mais j'avais toujours mon sourire aux lèvres pour répondre aux différentes questions posées par le chien géant.

"Combien y a-t-il de races? Je ne sais pas... Beaucoup, je dirais facilement 20 ou 30 races. Et elles sont très variées, j'en ai vu des toutes petites volantes et des grands géants qui faisait plus de 2 fois ma taille. J'en ai vu qui ressemblaient à des poissons, et d'autres qui étaient plus proche de l'araignée, et encore d'autres qui partageaient beaucoup de traits commun avec les oiseaux. C'est difficile de tous les décrire, et il en est certains qui n'ont pas de formes à eux. Ou alors dont on a jamais vu la véritable forme, au choix."

Maintenant, les différentes races de monstres qu'il avait rencontré... Voyons voir..

"Un humaine avec des oreilles et une queue de renard? C'était un beast, renard bien évidemment. Il y a deux grandes catégories de beasts, ceux qui ont juste les oreilles et la queue d'un animal, et ceux qui sont beaucoup plus proche de l'animal par rapport à un être humain, avec la tête et de la fourrure sur tout le corps. Celui que tu as rencontré faisait partie de la première catégorie, tu t'en sera douté.

Voilà pour le premier, à présent, le second...

"Une humaine avec de grandes ailes d'oiseau blanc... Ca devait être une ange. Je ne sais pas grand chose sur eux, on en voit rarement. C'est quasiment la seule race qui soit plutôt bien acceptée par beaucoup d'humains. Ils les prennent pour des envoyés de leur dieu, alors qu'ils vivent juste... ailleurs.

Le troisième, l'humain avec une queue de poisson, ça devait être un triton. Il fait partie de ces créatures qui vivent principalement dans l'eau, que ce soit les rivières ou les fleuves, mais également les mers et les océans. Je ne les ais jamais longtemps été avec eux, le groupe dans lequel j'étais avant d'entrer dans le donjon voyageait beaucoup dans les terres loin des cours d'eau qui sont nécessaire à leur survie, donc je ne peux pas beaucoup t'en dire plus."


Le dernier monstre qu'il m'a décrit, c'était... c'était ... Ah oui, c'est bon.

"La dernière, donc le corps semblait être fait de bois et de feuilles, c'était sans doute une dryade. Elles vivent dans les arbres. Non, pas dans leurs branches, mais directement dans l'arbre lui-même. Je crois qu'il y a certaines légendes qui les décrivent comme des esprits des bois, mais j'en ai rencontré une qui m'a affirmé que si on les appelait comme ça, c'était à cause de la vision qu'elles donnaient quand ils sortaient de chez eux"

Je me retournais vers celui que j'étais venu chercher, toujours souriante.

"Tu sais Jared, quand tu n'essaie pas de me manger, je te trouve plutôt gentil. Et pourtant, c'est vrai que tu peux faire peur quand on te voit pour la première fois. Regarde ça, on était à peu près à la même hauteur quand on était debout, mais moi j'étais sur mes jambes alors que toi tu marche à quatre pattes. Tu imagine si tu te tenais comme moi? Je devrais me tordre le coup pour regarder ta tête."
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Sam 09 Fév 2013, 10:04

Friandise répondit à mes questions: ouaou... Entre vingt et trente races de monstres? Eh bien, j'étais très, très loin d'avoir tout vu pendant mon voyage! Mais au moins, je pouvais mettre un nom sur ceux que j'avais rencontrés: un beast renard, un triton, une ange et une dryade. D'accord, ça ne m'avançais pas beaucoup: mais au moins, maintenant, j'avais l'air moins ignare! Une autre fourmi me démangea sous mon collier et je m'assis pour me gratter, mais avec ma patte arrière droite cette fois-ci. Quand l'insecte fut tombé, je me recouchais à côté de Friandise. Elle finit par dire quelque chose qui me toucha:

"Tu sais Jared, quand tu n'essaie pas de me manger, je te trouve plutôt gentil..."

Je levais les yeux vers le ciel: on était plus ou moins au milieu de la nuit. Je finis par me coucher sur le flanc droit, de façon à pouvoir regarder Kaïla sans tourner la tête. Je soupirais:

"Tu es la deuxième humaine que j'avais envie de manger au début et avec qui j'ai finit par me lier. Je n'ai pas toujours été aussi hargneux et agressif. Je suis partis de mon territoire natal il y a environ trente ans: je voyage depuis lors un peu partout, et..."

Je fis soudain silence et tendais l'oreille: j'entendais quelque chose approcher de nous... C'était une sorte de martèlement sourd et involontaire, comme si un éléphant approchait et qu'il voulait se faire discret. Je levais mon museau et humais l'air: le vent m'apporta une information alarmante... Le temps que je réfléchisse, des lueurs orangées dansèrent derrière les six arbres qui étaient derrière nous: des humains! Vif comme un serpent, je bondis sur mes pattes et m'aplatis dans l'herbe, bosse de gazon parmi les bosses de gazon: Kaïla avait ainsi l'air d'être seule.

Le groupe d'humains déboucha alors de la clairière et s’avancèrent à peine dans les ruines, s'arrêtant quand ils aperçurent Kaïla, assise par-terre, visiblement seule. Les yeux mi-clos afin que leur lueur ne me trahisse pas, je pus observer le groupe d'humains à loisirs: ils étaient une quinzaine, peut-être vingt, et tous brandissaient soit une torche, soit une arme, généralement des fourches ou des couteaux, bien que trois d'entre eux avaient une hache en main, et deux autres une épée. A présent, seuls deux scénarios étaient possibles: soit les humains croiraient que j'étais partis et ils rentreraient chez eux, soit ils croiraient que Kaïla me cache, et ils attaqueraient alors. Mais si le deuxième scénario se réalisait, ils risquaient d'avoir une très mauvaise surprise: je me foutais éperdument qu'ils soient cinq, dix, vingt, cinquante ou deux cent! On m'avais arraché injustement ma Sucrette, ma première vraie amie. Et il était absolument hors de question qu'on me fasse pareil avec la seconde...

Embusqué dans mon élément, muscles bandés et nerfs aussi tendus qu'un ressort, je me tenais prêt à sauter à la gorge du premier bipède qui oserait esquisser un seul geste agressif à l'encontre de Kaïla...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Mar 12 Fév 2013, 18:56

Jared commença à me parler de lui, avant de se taire, l'oreille aux aguets. Il huma l'air dans une direction, et je regardais également vers cette dernière, pour voir des lueurs orangées à travers les arbres. Le vent m'apportais tout juste leurs bruits quand Jared se camoufla de manière parfaite. Je ne l'aurais pas vu se cacher, ce n'était pas dit que je le découvre, même en étant au courant de sa présence.

J'attendis calmement que le groupe humain apparaisse. A voir leur attirail, il n'était pas difficile de deviner qu'il s'agissait d'un groupe monté à la va-vite pour chasser du monstre. Enfin, va-vite... Deux d'entre eux avaient des épées et trois des haches, et l'une d'elle ressemblait bel et bien à une hache de bataille, les deux autres étaient originellement prévues pour le travail. Ils s’arrêtèrent à ma vision, et je vis certains d'entre eux regarder toute la zone autour, en cherchant quelque chose. Il n'était pas difficile de deviner ce qu'ils cherchaient, compte tenu de la situation...


"Où est-il?"

"De quoi vous parlez?"

"Fait pas la plus maligne avec nous, tu sais très bien de quoi je parle!"

"Ah, vous parlez du monstre que vous cherchez? Il n'est pas ici, il doit être là où vous supposiez qu'il est, à des lieux d'ici."

"Ouais, c'est ça, tu nous prend pour des imbéciles Fille des monstres? Là où tu es, il y en a forcément. Quelqu'un t'as regardé partir, t'es allé directement ici. Il se cache donc là."

La situation commençait réellement à se compliquer... Je me relevais, prête à tout.

"Quel genre d'homme suit une femme de loin sans l'avertir? Ce n'est pas digne de vous."

Le chef de cette compagnie, en tout cas celui qui parlait depuis le début, cracha sur le sol avant de me répondre.

"Peuh. Tu ne sera jamais que la fille des monstres, pas une femme. Allez les gars, on l'emmène. Au pire, il y a toujours la récompense pour sa capture."

Bon, la conversation était close. Quelques hommes avec des fourches commencèrent à s'approcher. Je restais immobile, concentrée, avant de disparaître à leur yeux. Il fallait bien que ces quelques tours de passe-passe que j'ai appris me servent. Je me penchais lentement pour ramasser un caillou et le lança loin à ma droite. Diversion basique, mais qui avait le mérite de marcher pas trop mal quand on ne voyait rien. Durant le bref moment où l'attention se porta sur le bruit de l'impact, je me jetais derrière une touffe d'herbes hautes, non loin de Jared, et utilisa mon pouvoir d'ombre, plus stable. Hélas, je dû faire une gaffe...

"Elle vous a eu, elle n'a pas bougée! Par ici!"
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Mar 12 Fév 2013, 20:02


J'observais la scène qui se déroulait sous mes yeux, les muscles de plus en plus tendus: la nervosité me gagna chaque seconde davantage, mais ce n'était pas de la nervosité dû à la peur. C'était l'envie d'attaquer, le désir de planter mes crocs dans de la chair, qu'elle fût humaine ou non... Ce qui semblait être le chef du groupe d'humains s'adressa à Kaïla: ils échangèrent quelques mots, qui ne firent que me rendre plus nerveux encore. Pendant tout l'échange, je priais Gaïa'ma que la lueur rouge de mes yeux ne me trahisse pas... et ce n'est qu'au bout d'un certain moment que je me rendis compte qu'une sorte de voile noir vaporeux recouvrait mes yeux! Je faillis sursauter de stupeur, mais parvint à rester immobile: néanmoins, cela eut pour effet de faire disparaître le voile mystérieux, et je fus forcé de fermer les yeux presque entièrement pour ne pas que leur lueur me trahisse.

Intérieurement, je priais Rocal'ya la Gardienne de la Pierre de protéger ma petite Friandise: je m'en voudrais s'il lui arrivait du mal, et les humains ne semblaient pas lui vouloir du bien. Soudain, Kaïla se volatilisa complètement! Elle avait disparue! Je me retins d'ouvrir les yeux pour la chercher du regard et sentit son odeur à ma gauche, derrière la tour effondrée qui me servait de poste d'observation il y a peu: elle était devenue invisible pendant un bref instant! C'était tout bonnement hallucinant... C'est alors que le chef du groupe d'humains fit la seule chose qu'il n'aurait pas dû: il s'approcha de la cachette de Kaïla pour s'emparer d'elle... Par Roskh'om, Celui-qui-Vainc que je priais brièvement de me donner courage et force! Le bipède venait de signer son arrêt de mort, ainsi que celui de tous ceux qui l'accompagnait...

Le chef avait posé sa jambe droite juste à côté de ma tête lorsque je me redressais brusquement et lui mordit sauvagement le mollet: je l'entendis hurler et tirait sur sa jambe, le faisant chuter. Je bondis sur son torse pour le plaquer au sol et retroussait les babines en approchant ma tête de la sienne, pour qu'il ai une vue imprenable sur mes crocs. Je grondais sourdement, la bave aux babines:


"Par Volko'ry, Celui-qui-Venge: touche-la et je te dévore vivant, immonde parasite!"

Visiblement, cela n'eut pas l'effet escompté, puisque ses acolytes chargèrent, armes en avant. Je poussais un hurlement sauvage, quelque part entre celui du loup et celui du lion, et chargeait à mon tour... J'évitais d'un seul bond une fourche qui m'arrivais dessus et d'une roulade à droite une hache qui se planta dans le sol à trente centimètres de mon oreille gauche. Je sautais sur le dos de celui qui avait faillit m'amputer de l'oreille et le mordit violemment à la jointure entre le cou et l'épaule droite. Le sang qui coulait dans ma gueule réveilla mon instinct de prédateur, et c'est à Isylh'om, Gardien des Ténèbres et Maître de la Souffrance et de la Mort qu'alla ma prière muette suivante... D'on saut vif, je descendis de celui que j'avais mordu et sautait sur le dos d'un humain qui s'apprêtait à scalper de son épée ma petite Friandise: cette fois-ci, mes crocs s’enfoncèrent dans son cou, et d'un mouvement brusque de la tête, je lui brisait la nuque. Ils ne pouvaient pas dire que je ne les avaient pas prévenus!

Pendant que je sauvais la mise de Friandise, un autre humain en profita pour enfoncer les pointes de sa fourche dans ma cuisse droite. Je glapis de douleur et me retournais vivement vers lui: il semblait fier de son coup, mais il n'allait pas fanfaronner longtemps, c'était garanti... Je lançais ma patte avant droite vers sa cheville mais il me faisait barrage de sa fourche, et je ne réussit qu'à le griffer: mon but avait été de le faire chuter. Au même moment où je réfléchissais à la meilleure manière de l'avoir, une douleur atroce dans mon flanc droit m'annonça qu'une lame venait de ricocher sur mes côtes, manquant de peu mon foie... Je sursautait en glapissant de douleur et me retournait vivement pour mordre sauvagement le poignet tenant l'épée qui venait de me blesser. Le propriétaire dudit poignet cria en lâchant son arme, et j'en profitait pour l'envoyer valdinguer sur son ami à la fourche: les deux chutèrent ensemble, dans une posture guère seyante...

Le prochain adversaire qui se présenta ne semblait pas aussi sûr de lui que les autres, et manipulait sa torche comme un enfant le ferait d'un bout de bois... Je tournais rapidement la tête vers Friandise, et vit qu'elle était cernée par cinq hommes: vite! Je bondis sur le dos de celui qui me tournait le dos et sautait à nouveau pour atterrir entre Kaïla et ses assaillants: je leur présentait un regard rouge incendiaire furieux et une rangées de crocs luisants, histoire de leur faire comprendre qu'ils devraient d'abord me tuer avant d'espérer toucher un seul de ses cheveux. Je sentais mon sang couler de mes blessures à la cuisse et au flanc, colorant l'herbe en-dessous de moi, mais je tentais de faire abstraction de la douleur et de ne pas y prêter attention. Je grondais sourdement, à en faire presque trembler le sol, dans un ultime avertissement: un seul geste, et je les égorgeraient sans pitié...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Jeu 14 Fév 2013, 00:46

La situation évolua très rapidement, trop rapidement même. Dès la première approche d'un des miliciens volontaire, Jared se dévoila pour me protéger. Mais en se dévoilant, il s'attira la hargne de tos ceux qui étaient venu pour le tuer.

Je n'avais pas le temps de réfléchir, je devais agir. D'autant plus qu'une partie des hommes se désintéressent de Jared pour s'en prendre à moi, même après que ce dernier ait tué sans efforts le premier qui avait tenté de me frapper de sa lame, dévoilant ma position. Tiens donc, leur cupidité dépassait leur soif de sang. Je me concentrais sur eux en tentant d'ignorer les glapissement de douleur du chien vert et les bruits de chair déchirée. Je sorti mes dagues et n'eut aucun mal à blesser aux poignets l'un d'entre eux qui s'approcha de trop près avec sa fourche, mais je me retrouvais bientôt encerclée par cinq d'entre eux, avant que Jared ne revienne se placer entre eux et moi. Il était blessé à plusieurs endroits, à priori non vitaux mais qui devaient quand même lui faire mal.


"Comment tu peux te prétendre femme quand même les monstres te défendent?!"

Je tournais rapidement la tête vers le chef. Malgré le fait qu'il ait été mordu à la jambe et méchamment projeté au sol, il était maintenant debout, même s'il ne faisait pas parti des cinq qui étaient les plus menaçants.

"Vous nous auriez laissé tranquille, tout ceci aurait pu être évité! Maintenant, c'est trop tard pour sauver vos morts, mais il est encore temps pour les autres."

"Si on peut protéger nos familles de votre fléau, alors nous aurons droit au Pardon Éternel. N'essaie pas de nous détourner du droit chemin, Fille des monstres."

Bon, génial... Un fanatique... Il n'y a pas pire. Toutefois, l'annonce de les laisser tranquille s'ils en faisaient de même en incita quelques-uns à partir. Mais c'était déjà ceux qui tremblaient et visiblement ne partageaient pas l'avis de leur chef... Donc pas les cinq autour de nous. Je soupirais, et dit doucement, en passant la main sur le dos de Jared:

"Cela doit donc toujours se terminer ainsi?"

Je me redressais alors, défiant à nouveau cette milice improvisée en reprenant une attitude déterminée à leur égard.

"Je vous préviens, nous n'avons pas l'intention de vous suivre ou de nous laisser capturer. Si vous insistez, vous mourrez, tout simplement."

J'aurais préféré les laisser en vie. Mais puisque tous les avertissements avaient été donnés, et bien... Il fallait bien passer à l'étape supérieure. Je n'étais pas restée libre sans faire couler le sang, et ils allaient l'apprendre. C'est parce parce qu'on n'aime pas faire quelque chose qu'on ne sait pas le faire.
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Jeu 14 Fév 2013, 16:13

Je me tenais là, campé sur mes quatre pattes, faisant barrage entre Kaïla et ces vermines, quand le chef dit quelque chose qui m'énerva au plus haut point:

"Comment tu peux te prétendre femme quand même les monstres te défendent?"

C'est là que je rétorquais d'un ton sans équivoque:

"Stupide asticot! Au lieu de te demander pourquoi elle se prétend femme, demande-toi plutôt pourquoi un monstre qui voulait en faire son déjeuner la défend maintenant griffes et crocs! Parce que, comme la petite Maria Foraoise il y a cinq ans, elle a fait, sans même me connaître, la seule chose qu'aucun humain n'a fait auparavant: elle m'a considéré comme un ami potentiel! Vous les humains, vous vous souciez bien peu de votre entourage: vous ne considérez égaux et dignes de confiance que vos semblables, et la cupidité vous ronge bien plus que le remord. Et c'est pour ça que je n'ai aucune pitié envers vous: vous n'êtes que des parasites, et même une fourmi a davantage de valeur à mes yeux que l'un d'entre vous!"

Et voilà: maintenant, il savait pourquoi je ne le laisserait pas repartir vivant. Kaïla donna cependant une chance à ces idiots de faire demi-tour et de rentrer chez eux, et certains la saisirent. Sur les dix-sept assaillants que comptait leur groupe au départ, j'en avait tué un, blessé quatre, cinq nous encerclaient et six s'en étaient retournés chez eux: je n'avait donc encore plus que dix ennemis à détruire. Pendant que Friandise échangeait des mots avec le chef, je remarquais que sa jambe, là où mes canines l'avaient blessé, se colorait de noir et que ses veines se teintaient d'un vert vraiment pas rassurant: de plus, l'homme commençait à transpirer sérieusement, pâlissait à vue d’œil, et ses mains étaient parcourues de tremblements visiblement incontrôlables. Je fus encore plus surprit lorsque je remarquait que les trois autres que j'avais mordu étaient dans le même cas...

C'était vraiment étrange... C'était bien la première fois que ça arrivait: aurait-ce un rapport avec mes récentes envies inexpliquées de manger des plantes vénéneuses? J'avoue que je me nourrissait maintenant presque autant de plantes toxiques que de viande, sans que leur poison ne me fasse rien... Mais alors: étais-je venimeux? Il semblerait que oui, et cela étira mes babines en un sourire carnassier et satisfait: il suffisait donc que je les griffent ou que je les mordent pour les empoisonner. Parfait... Ça allait être d'une facilité déconcertante, d'autant que j'ignorais complètement si mon venin était guérissable! Le temps que Kaïla termine sa conversation avec le chef, ce dernier et les trois autres blessés commençaient à ne plus pouvoir tenir sur leurs jambes: visiblement, mon venin était affaiblissant, et j'étais quasi-certain qu'il était mortel, puisque les deux-tiers des plantes que j'avais mangé étaient mortelles, et ce, même en petites quantités...


"Votre dieu n'empêchera pas mon venin de vous tuer: adieu, pitoyables vermines!"

Bon, j'avoue que ma haine était surtout dirigée contre le chef de cette bande d'idiots, mais ça comptait aussi pour les autres blessés, et servait d'avertissement pour les autres. Kaïla se mit en position d'attaque, qui ne lui serait peut-être même pas utile, puisqu'il fallait d'abord que les humains me passent dessus: et ça, c'était pas gagné!
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Ven 01 Mar 2013, 23:53

"Stupide asticot! Au lieu de te demander pourquoi elle se prétend femme, demande-toi plutôt pourquoi un monstre qui voulait en faire son déjeuner la défend maintenant griffes et crocs! Parce que, comme la petite Maria Foraoise il y a cinq ans, elle a fait, sans même me connaître, la seule chose qu'aucun humain n'a fait auparavant: elle m'a considéré comme un ami potentiel! Vous les humains, vous vous souciez bien peu de votre entourage: vous ne considérez égaux et dignes de confiance que vos semblables, et la cupidité vous ronge bien plus que le remord. Et c'est pour ça que je n'ai aucune pitié envers vous: vous n'êtes que des parasites, et même une fourmi a davantage de valeur à mes yeux que l'un d'entre vous!"

Je restais sans voix face à cette déclaration, une fois que j'eus bien pris conscience de ce que cela signifiait. Il allait se battre corps et âme, griffes et crocs pour me défendre... Il ne me connaissait pas plus que ça, mais il allait le faire quand même. Comme Viktor avant lui, puis comme Leo après lui. Je ne pouvais pas rester sans rien faire, quoi qu'il dise.

"Votre dieu n'empêchera pas mon venin de vous tuer: adieu, pitoyables vermines!"

Nous étions tous deux sur le point d'attaquer au moindre geste des humains. Ils étaient mal en point, ce poison semblait violent. S'ils persistaient, ils ne pourraient rien faire. Et pourtant, ils étaient sur le point d'agir quand même. Pour quelle folie, pour quelle perversion...

"Si vous restez, vous mourrez. Et vos familles souffriront. Nous voulons partir, et vous laisser tranquille."

"Et vous pourriez agir en toute impunité depuis votre tour, alors laissez tomber."

Je soupirais de rage. Quel entêté.

"Vous ne pouvez rien faire dans cet état, à part y passer... On part tranquillement et on vous laisse en vie pour revoir vos familles.

"Et ce poison va nous tuer de toute manière, sauf si cette bestiole possède en elle l'antidote. Alors pourquoi partir?"

Bon... C'était peine perdue... Il allaient passer à l'attaque, ça n'allait pas faire un pli. Quels entêtés, tout ça pour une foi idiote... Je surveillais ceux qui nous encerclaient, mais les autres n'avaient pas la même flamme folle dans la tête. Il n'y avait vraiment que le chef qui était entêté à ce point, les autres étaient motivés par la peur je pense. Mais la peur de qui? De Jared, ou de ce chef?
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Lun 04 Mar 2013, 15:41

Kaïla était vraiment beaucoup trop gentille: voilà qu'elle leur laissait encore deux autres chances de s'en aller vivants! Si j'avais été seul, je les auraient tous tués sans même leur en laisser une seule! M'enfin bon... La preuve de leur stupidité déconcertante se révéla de façon absolue quand ces idiots refusèrent de partir en un seul morceau: parfait, j'avais envie de me défouler!

"Je ne connais pas d'antidote à mon poison. Et d'ailleurs, même si je le connaissais ou que je l'avais, jamais je ne vous en donnerait! Qu'Isylh'om vous emporte!"

C'est sur ces trois derniers mots que je bondis en avant: en plein milieu de mon saut je me tournais sur le côté et repliais mes membres contre mon ventre, tendant la queue de toute sa longueur afin qu'elle fasse l'effet d'une corde tendue. J’atterrissais à l'horizontale, balayant au passage les jambes de quatre des cinq humains qui nous encerclaient, les faisant chuter tandis que je finissais de rouler dans l'herbe et me relevais péniblement après m'être immobilisé. Le villageois que je n'avais pas fait tombé s'avançais vers ma petite Friandise, mais je n'eus pas le temps de voir comment elle se débrouillait: il fallait que j'empêche les autres de l'approcher...

Je me jetais sur le premier qui arrivait sur ma gauche, lui rentrant dedans au niveau des jambes: son genou droit fit un bruit vraiment pas rassurant lorsqu'il tomba et se réceptionna sur une pierre que l'herbe cachait. Il fit une grimace de douleur et je me désintéressait vite de lui: ce serait un miracle s'il arrivait à marcher, alors me sauter dessus une seconde fois... Deux humains me chargèrent en même temps, un de front et un autre sur ma droite: au moins l'un des deux était suicidaire, puisqu'il osait m'attaquer de face, là où se situaient mes crocs... je mis un dixième de seconde à comprendre que ce n'était qu'une diversion pour que celui qui arrivait sur ma droite puisse m'enfoncer la fourche qu'il brandissait dans le ventre. J'eus tout juste le temps d'agir en me projetant sur la gauche dans une roulade douloureuse mais plutôt réussie, et je savourais d'un rictus le bruit mou d'une fourche qui s'enfonce dans de la chair... humaine! Les deux idiots n'avaient pas pu s'éviter à temps, et le fourchier venait d'embrocher non pas mon ventre, mais le torse de son compatriote...

Et de deux qui ne nous enquiquineraient plus! Trêve de jeu: je tournais la tête vers le chef de cette bande de débiles profonds et commençait à courir droit sur lui. Il ne bougeait pas d'un pouce, ce qui me fit flairer une embrouille... trop tard. Un rondin qui ressemblait à une masse en bois percuta mon flanc blessé et me fit chuter et rouler dans l'herbe: je poussais un glapissement de souffrance qui me fit ressembler à un bête chien pendant l'espace de quelques secondes. La douleur me donnais le tournis et pulsait dans ma tête comme si elle voulait noyer mon cerveau. Le chef et le fourchier s'avançèrent vers moi et je relevais vivement la tête vers eux avant qu'une idée fantastiquement géniale ne traverse mon esprit embrumé par la souffrance... Je laissais retomber ma tête sur le sol et commençais à gémir comme un chien à l'agonie: ça me meurtrissais l'ego mais bon, puisqu'il le fallait... Les deux humains s'arrêtèrent au niveau de ma tête avec un sourire visiblement satisfait sur les lèvres. Ils croyaient m'avoir mis hors jeu: parfait!

Le chef prit la fourche des mains de son compatriote et lui ordonna de tourner ma tête pour exposer ma gorge: l'autre se pencha vers moi, agrippa les brins d'herbe entre mes oreilles et s'exécuta. Le chef brandit la fourche, et la leva au-dessus de sa tête: je n'avais qu'une fraction de seconde pour agir... Lorsqu'il commença à abattre la fourche vers ma gorge, je me tordis le cou, attrapa le poignet du fourchier entre mes crocs et le tirait violemment vers mon ventre, en même temps que je roulais sur le côté. Gagné! Le fourchier tomba sur le ventre juste à la place de ma tête et c'est lui que le chef cloua au sol avec la fourche... Je ne lui laissait pas le temps d'agir et lui bondit dessus, refermant mes crocs sur sa gorge. Nous chutâmes et roulâmes sur une courte distance avant de nous immobiliser: je me tenais au-dessus de lui, et refermait mes mâchoires sur sa gorge de toutes mes forces. Il se débattit, tentant de me faire lâcher prise, mais tel un loup, mes mâchoires restaient hermétiquement closes. Sans desserrer ma prise, je fit un mouvement brutal de la tête vers la droite, et un craquement sourd me confirma que je venait de briser la nuque de ma proie.

Je lâchais prise et, levant la tête au ciel, je poussais un hurlement de triomphe. Il restait entre cinq et six survivants sur lesquels je braquais mon regard rouge incendiaire:


"Par respect pour ma petite Friandise, je réitère son offre: votre chef est mort et vous êtes les seuls survivants. Soit vous rentrez chez vous maintenant, soit je vous fait subir la même chose. Quelle est votre décision?"

Après s'être échangé des regards, ils finirent par faire volte-face et repartir en courant vers leur village: enfin! Je n'en pouvais plus: si j'avais dû les tuer aussi, j'ignore si j'aurais pu éviter encore une fois d'être davantage blessé... Je me laissais tomber dans l'herbe, épuisé par ce combat, mais je ne pris que quelques instants pour me reposer: je me relevais et approchais de Kaïla pour vérifier qu'elle n'était pas blessée. Et au vu de ma blessure au flanc qui saignait encore et me fatiguais encore davantage que je ne l'étais déjà, il allait falloir qu'on se mette très vite en marche vers le donjon: si je m'asseyais, je risquais de m'effondrer et de ne plus pouvoir me relever...

"Tu n'as rien petite Friandise?" fis-je en frottant ma tête contre son bras gauche.
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Mer 06 Mar 2013, 20:45

"Je ne connais pas d'antidote à mon poison. Et d'ailleurs, même si je le connaissais ou que je l'avais, jamais je ne vous en donnerait! Qu'Isylh'om vous emporte!"

Sur ces mots, Jared passa à l'attaque, puisque personne ne semblait renoncer. Inutile de le convaincre de ne pas agir, on ne pouvait plus rien faire. Il balaya le groupe devant nous, n'en laissant que un de côté qui partit sur moi, et je dus me défendre. Il était armé d'une fourche, mais j'avais l'habitude de ce genre d'arme improvisée. Une bonne portée, mais il suffisait d'éviter le coup pour pouvoir s'approcher et riposter.

Toutefois, il se contenta de me menacer dans un premier temps, et je vis qu'un autre des hommes se relevait pour aller sur moi. Je grimaçais: j'allais devoir attaquer, et je n'aimais pas cela. Je fis un pas rapide en avant, puis un autre avant que l'homme en face de moi ne se décide à bouger et à m'attaquer, mais j'étais trop proche pour éviter parfaitement, alors je me plaçais une de mes lames entre les pointes de la fourche pour l'arrêter, puis je profitais de cet appui pour décaler la fourche et passer de l'autre côté. Il retira son arme bien vite, mais j'avais avancé dans le même temps et il ne pouvait plus se servir de son arme. J'allais frapper ses mains pour qu'il lâche, quand l'autre est arrivé, et l'a défendu. Je dut le repousser, et l'autre se mit hors de portée. Je pris toutefois la fourche dans ma main, et même si du coup je tenais en même temps la poignée de ma dague, la manoeuvre surprit son porteur et je pu lui prendre son arme, au prix d'une éraflure à l'épaule gauche à cause de son compagnon.

Hélas, dans le même temps, j'entendis un gémissement canin, et je tournais la tête vers Jared... pour le voir couché après un mauvais coup. Je restais sans réaction quelques secondes durant lesquelles les deux hommes me prirent les bras pour essayer de m'empêcher d'agir. Jared releva la tête, puis la laissa retomber brutalement... Un peu trop pour que cela soit naturel. Mes deux 'gardiens' me forcèrent à me mettre à genoux pour me faire assister à l'exécution. Elle eut bien lieu, mais ce n'était pas la victime qu'ils pensaient. Au moment où Jared se redressa et agit, l'emprise sur mes bras fut plus légère, et je pus me dégager facilement. Et au moment où celui qu'ils étaient venu abattre hurla sa victoire, je vis les blessures qu'il avait récolté. Ils auraient été plus nombreux, il n'aurait pas résisté.


"Par respect pour ma petite Friandise, je réitère son offre: votre chef est mort et vous êtes les seuls survivants. Soit vous rentrez chez vous maintenant, soit je vous fait subir la même chose. Quelle est votre décision?"

Après une brève hésitation, tous les survivants partirent, et je poussais un soupir de soulagement, qui ne prit fin que quand Jared se frotta contre moi.

"Tu n'as rien petite Friandise?"

Je serrais alors mes bras autour de son cou.

"Rien de grave, comparé à ce que tu as. Dépêchons nous, au donjon nous avons tout ce qu'il faut pour te soigner."

Nous nous mîmes en route, puis je me tournais vers Jared, en repensant à la façon dont il m'avait appelé.

"Au fait... Tu m'as bien appelé 'Friandise'? C'était comme ça que tu avais décidé de m'appeler avant que je te dise mon nom? Tu avais réellement l'intention de me manger au départ?"

J'avais voulu avoir mon ton moqueur, mais ma voix laissait transparaître quand même l'inquiétude que j'avais pour les blessures qu'il avait... Certaines avaient l'air profonde... Je n'étais pas très douée dans le domaine, mais ce n'était pas de simples égratignures qu'il avait reçu.
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Jeu 07 Mar 2013, 11:16

Lorsque je vins m'enquérir de son état, Kaïla manifesta son inquiétude à propos de mes blessures, ce qui étira mes babines en un simili-sourire, un peu crispé à cause de la douleur. Elle passa ses bras autour de mon cou, et devant cette marque d'affection, je ne put m'empêcher de ronronner. Oui, je sais, les chiens ne ronronnent pas: et bien ça tombe bien puisque je suis un monstre, et non pas un chien! Okay, je ressemble à un canidé, mais je n'en reste pas moins un monstre, donc...

Visiblement, la petite bipède semblait avoir comprit l'urgence de se mettre en route pour le donjon le plus vite possible, puisqu'elle commença à marcher dans la direction de l'imposante bâtisse, et je me hâtais de la suivre, un peu claudiquant. Elle avait dit qu'il fallait se dépêcher et qu'au donjon, ils avaient tout le nécessaire pour me soigner: je ne pus empêcher mes babines de s'étirer en un nouveau sourire. Dire que l'on s'était rencontré... il y a moins de trois heures! C'était vraiment amusant de voir comme elle s'inquiétait pour moi, alors que lorsque nos regards s'étaient croisés pour la première fois, je n'avais qu'une envie, celle de lui sauter à la gorge! D'ailleurs, elle ne tarda pas à me poser une question à ce sujet:


"Au fait... Tu m'as bien appelé 'Friandise'? C'était comme ça que tu avais décidé de m'appeler avant que je te dise mon nom? Tu avais réellement l'intention de me manger au départ?"

Je ne pus m'empêcher de rire, ce qui ressembla plus à un grognement d'outre-tombe qu'à un rire, m'enfin bon...

"La réponse à tes deux questions est oui! Tu es la deuxième humaine que j'avais prévu de dévorer et avec qui je me suis finalement pris d'amitié. Ça s'est passé il y a un peu moins de cinq ans: alors que je traversais de nuit un village humain, j'avais faim et j'avais aperçu une fillette qui jouait avec une poupée de chiffon sur le porche d'une maison. J'avais décidé de la dévorer, et je m'étais approché, les babines retroussées et les crocs parés à mordre. C'est là qu'elle a fait la seule chose à laquelle je ne m'attendais pas: elle m'a attrapé par le cou et m'avais serré contre elle en riant... J'étais tellement surpris que j'en étais resté stupidement planté là, comme un idiot, en me demandant pourquoi elle avait fait ça. Et je n'étais pas au bout de mes surprises..."

Je ralentis l'allure, adoptant la vitesse d'une tortue rhumatisante: ma blessure au flanc me faisait souffrir et chaque pas était un supplice, en particulier quand le rythme de marche était soutenu. Alors pour oublier la douleur, je me plongeais dans le récit de ma rencontre avec ma première amie:

"Elle m'avais appelé Tou-tout vert et était rentré chez elle. Le temps que je me dise qu'il fallait que j'aille chasser autre chose, elle était revenue avec un collier pour chien en main, celui que je porte, et me l'avais passé autour du cou: d'après ce que j'avais pu comprendre de son babillage d'enfant de dix ans, le collier avait appartenu à son chien, mort depuis presque un mois. D'ailleurs, elle m'a donné un nom: celui de son chien mort. Elle m'a appelé Jared."

Je souris à l'évocation de ce souvenir: c'était vraiment drôle, parce que je n'avais pas de nom avant ce jour, et ça ne m'avais jamais dérangé.

"C'était la première fois qu'un humain ne me chassais pas en hurlant au monstre, armes en main. Du coup, je suis resté plusieurs jours, voir plusieurs semaines avec la petite fille: c'est avec elle que j'ai appris la signification du mot 'amitié'. Elle me surnommait 'Touvert', parce que je ressemblait à un chien vert, et moi je la surnommait 'Sucrette', parce que j'avais d'abord eut l'intention de la manger, comme une sucrerie. Elle adorait qu'on joue à 'cache-cache': je me cachait dans le gazon autour du village, et elle passait des heures à sauter sur toutes les mottes de gazon qu'elle voyait. Quand la motte de gazon sur laquelle elle sautait grognait, elle était contente parce qu'elle m'avais trouvé..."

Je me souvenais d'ailleurs de ça jusque dans mes muscles: j'en avais encore mal... Mais comme je l'adorais, je ne disais rien.

"Mais, bien évidemment, je ne serais jamais venu jusqu'ici si ce beau moment avait duré... Un jour, nous étions tous les deux dans l'herbe, moi couché et elle, assise, le dos contre mon flanc et ma queue sur ses genoux: elle cueillait des pâquerettes et s'amusait à e les coincer dans les lianes de ma queue, quand ses parents nous ont surprit. Ils m'ont chassé guère aimablement, malgré que leur fille pleurait à chaudes larmes en criant "mon Toutoutvert!", les bras tendus vers moi..."

A l'évocation de ce souvenir, je dus ravaler des larmes qui me montaient aux yeux: je n'avais jamais oublié ça, et je me rendais compte à quel point elle me manquait...

"Je suis partit, mais je me suis caché pas loin pour revenir le soir: elle n'était plus là. Sa maison était vide. Je suis repartis, seul, mais en me jurant de ne jamais l'oublier: je n'ai plus jamais revu ma petite Sucrette, Maria Foraoise..."

C'était pour ne jamais l'oublier que j'avais gardé autour de mon cou le collier de son chien, qu'elle m'avais enfilé lors de notre première rencontre. C'était aussi pour ne pas l'oublier que j'avais gardé le prénom qu'elle m'avais donné. Enfin, c'était en sa mémoire que j'avais pris son nom de famille. Et malgré tout ça, elle me manquait atrocement...

Voilà pourquoi j'avais défendu Kaïla contre ces imbéciles de villageois. Voilà pourquoi j'avais refusé de m'enfuir en la laissant seule avec ces crétins quand ils sont arrivés. Parce que, à sa façon, elle avait fait la même chose pour moi que Maria: bien qu'humaine, elle m'avais traité en ami, même si j'avais l'intention de la dévorer à ce moment-là...
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Kaïla Vitae le Mer 13 Mar 2013, 17:05

Jared ralentit un peu le rythme. Sa blessure le faisait plus souffrir qu'il voulait bien le montrer, je le voyais. Toutefois, il répondit à ma question, puis me raconta son histoire. Et au fur et à mesure qu'il parlait, je sentais sa voix qui se teintait de tristesse. Cette Maria Foraoise.... Qui sait ce qu'elle était devenue aujourd'hui? Je cherchais rapidement dans mes souvenirs si j'avais pu croiser ce nom, mais rien ne me venait en tête... Au moment de ces faits, je préparais ma sortie du camp pour échapper à la surveillance de Bekfin... Je ne portait pas attention aux rumeurs, et une histoire comme celle-ci aurait pu parvenir à nous.

"Les enfants voient avec leur cœur. Maria avait comprit que tu n'étais pas méchant, et c'est pour ça qu'elle a agit comme ça. Je suis sûre que si vous ne vous oubliez pas l'un l'autre, vous allez vous revoir un jour. Mais pour cela, il faut qu'on te soigne avant."

Je continuais à marcher à ses côtés, tout en surveillant quand même l'évolution de sa blessure. Je n'allais pas le laisser.

"Quelqu'un m'a dit un jour: 'Ne soit pas esclave de ta vie, mais fait en sorte qu'elle serve ta volonté'. J'essaie de mettre en pratique ça. Si j'aurais du me laisser guider par la vie, je ne serais pas ici. Tout d'abord, on ne voulait pas me donner ma chance, et j'ai du prouver que j'étais capable d'agir pour qu'on accepte enfin de m'écouter. Et après, il y a eu un changement, et j'ai du partir si je voulais rester libre."

C'était à l'arrivée de Bekfin à la place de commandant du groupe. Je ne sais pas pourquoi il agissait ainsi.... Mais c'était comme ça. Je me tournais à nouveau vers Jared.

"Accroche toi. Nous allons bientôt arriver."

Le donjon n'était pas encore tout juste à coté, mais avec un peu de chance, des gardes nous verraient bien. Et là, on pourrait appeler à l'aide pour demander des soins.
avatar
Kaïla Vitae

Messages : 37
Expérience : 285

Feuille de personnage
Niveau:
12/40  (12/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Jared Foraoise le Ven 15 Mar 2013, 18:49

Friandise était certaine que, si je n'oubliais pas Maria et que Maria ne m'oubliais pas, nous finirions forcément par nous revoir un jour ou l'autre. Et lorsqu'elle m'annonça cette certitude, je priais très fort mentalement la Toute-Mère pour qu'elle ai raison... Elle m'avoua qu'elle avait dû partir de sa famille d'adoption de monstres pour pouvoir conserver sa liberté: je ne pus qu'acquiescer, car pour moi, la liberté était plus importante que la vie elle-même. C'est vrai quoi: à quoi bon vivre, si c'est pour vivre enchaîné? Heureusement pour moi, je n'avais jamais subit une quelconque privation de ma liberté, et j'espérais de tout mon cœur qu'il en serait ainsi jusqu'à ma mort...

Kaïla était visiblement bien inquiète à cause de ma blessure, et cela me fis sourire de nouveau: je m'empressais de la rassurer.


"J'ai appris au cours de mon voyage que les blessures les plus douloureuses sont souvent les moins graves. Le seul problème est que je suis épuisé: si je m'arrête de marcher, il ne faut surtout pas que je m'assois ou que je me couche, sinon, je risque de ne pas pouvoir me relever avant plusieurs heures..."

La lune était à son apogée, et la nuit était d'une beauté sidérante: mes babines s'étirèrent brièvement en un sourire quand je me dis que pendant cette même nuit magnifique, j'avais essayé de dévorer une humaine qui était finalement à mes côtés en train de s'inquiéter pour moi, et qu'un groupe de bipèdes débiles m'avait blessé méchamment avant que je ne prenne finalement le dessus. Pour résumer, une bonne et une mauvaise chose s'étaient produites pendant cette même belle nuit: quelle drôle d'ironie!
avatar
Jared Foraoise

Masculin
Messages : 55
Expérience : 76
Métier : Garde

Feuille de personnage
Niveau:
8/40  (8/40)
Race: Plante
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur http://samhainburtonia.creation-forum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arrivée, hésitation et indécision (Kaïla)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum