Un lieu... dont personne ne parle... (libre)

Aller en bas

Un lieu... dont personne ne parle... (libre)

Message  Elladus Trallen le Lun 28 Jan 2013, 14:58

Cela faisait plusieurs jours maintenant que j’arpentais cette forêt qui je le sentais bien ne voulait pas de ma présence en son sein. Pourtant, je ne faisais rien de mal hormis cueillir quelques plantes pour mes recherches mais également des plantes dont je connaissais déjà les effets et qui pourrait être utile un jour ou l’autre pour quelque personne qui en aurait besoin.

« De la valeriana officinalis contre les insomnies et l’anxiété, excellent ! Du bryophyllum pinnatum ? Incroyable ! Je ne pensais pas trouver de cette plante dans un endroit aussi reculé de la forêt ! Quelle chance !!! »

Seulement je sentais bien que ma présence ici n’était pas admise, comme si j’avais dû avoir une invitation pour pénétrer en cet endroit... Je ne savais que trop penser de tout ceci ainsi que des sensations qui me traversaient. Que diable cette forêt voulait-elle me dire ? Contre quoi voulait-elle me mettre en garde ? Si toutes fois c’était bien une mise en garde... Cependant, si vraiment ma présence ici n’était pas désirée, on me l’aurait fait clairement savoir et je le sais bien. Je n’ai jamais compris pourquoi d’une forêt à l’autre je pouvais passer du « bienvenue en ces lieux » à « étranger prend garde à toi ceci est mon territoire ». Pourquoi diable donc ne m’a-t-on envoyé aucun message ? Qu’est-ce qu’il peut bien se préparer par ici ?
Je ne voulais pas prendre le risque qu’un autre drame ne se produise, aussi, et comme à chaque fois que je ne suis pas le bienvenu quelque part, je prends déjà soin de regarder aux alentours afin de savoir si personne ne peut me voir et m’entendre, car si il y a bien une chose que j’ai appris et assimilé, c’est d’être discret.
Après vérification de l’endroit où je me trouvait, je m’avança prêt d’un pin, toujours en vérifiant de bien être seul, puis commença à lui parler, lui susurrer tout contre son écorce quelques mots.


« Je ne vous veux aucun mal, je ne suis pas une menace. Si tu regardes en moi tu verras que ce que je dis est vrai. »

D’aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours aimé parler au monde végétal car j’ai toujours eu l’intime conviction qu’il me comprenait. Même si cela ne paraît pas vraiment suspect de voir quelqu’un parler aux plantes et aux arbres, surtout pour un herboriste, je prenais quand même toujours soin d’être prudent, ce qui pourrait éviter un drame comme j’ai pu en connaître par le passé…
Bizarrement cette fois-ci je ne compris pas pourquoi il n’y eut aucune réaction de la part de la forêt après avoir dit que j’étais amical, en général soit tout redevenait calme, signe que j’étais arrivé à les convaincre de ma bonne fois, soit je me prenais un charmant coup de racine dans l’arrière train suivit d’une sublime bourrasque d’air frais en pleine poire ayant pour effet de décoiffer ma superbe coupe de cheveux, ce qui montrait bien que je n’étais pas le bienvenu… CHOSE QUE JE DETESTE PAR-DESSUS TOUT !!! PERSONNE N’A LE DROIT DE TOUCHER A MA MAGNIFIQUE CHEVELURE DOUCE ET SOYEUSE !!!... Hum hum… désolé. Mais là rien, aucune réaction, cela ne présentait rien de bon je le savais, je le sentais… Quand soudain !!! J’entendis non loin de moi un craquement, un bruit net, impossible que cela puisse être mon imagination j’en étais certain.


*Que se passe-t-il donc ici ? Je n’ai eu vent nulle part et à nul endroit que cette forêt avait un caractère plus spécial que les autres... à quel genre de maléfice dois-je bien pouvoir m’attendre…*

Je me sentais de moins en moins rassuré au fur et à mesure que les secondes qui me paraissaient une éternité défilaient devant moi… je me tenais prêt, à côté de ce pin, à tout ce qui pourrait bien se passer dans quelques instants.
avatar
Elladus Trallen

Masculin
Messages : 9
Expérience : 223
Métier : Herboriste et jardinier

Feuille de personnage
Niveau:
1/40  (1/40)
Race: Demi-Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu... dont personne ne parle... (libre)

Message  Tunski le Lun 28 Jan 2013, 23:40

Cela faisait un long moment déjà qu'une ombre discrète observait la créature au poil noir. Tapi dans les branches hautes, l'ombre turquoise observait, faisant preuve d'une patience étonnante. Cela faisait au moins trois minutes qu'il avait aperçu ce qui semblait être un humain, mais pourtant il attendait. A vrai dire, lui-même aurait été surpris de cette attente, si le follet avait été capable de réunir deux pensées à la fois.

En effet, quelques chose dans l'air entourant cet énergumène le dérangeait. Il avait tout d'un humain: la taille démesuré que le monde leur avait imposé pour les punir de leur cupidité, l'immonde couleur rosée de leur peau que ceux qui vivaient au début du monde leur ont imposé pour les punir de leur agressivité, et même cette démarche qu'ils étaient obligés d'arborer depuis des âges immémoriaux pour les punir. Enfin, tout ceci était en tout cas le point de vue de Tunski, bien à lui et trop complexe pour que les autres ne le comprenne semblait-il.
Mais il y avait aussi autre chose. Un mouvement dans l'aura magique autour de lui qui ne le rendait pas si étranger aux bois rancuniers dans lesquels ils évoluait. Il aurait presque semblé que cet humain n'était pas humain, mais bien un esprit de la forêt.

Ne tenant pas cette attente insoutenable qui avait duré au moins des minutes, le farfadet sauta de son perchoir. Et disparu lorsqu'il percuta la branche d'en dessous. Une seconde seulement plus tard, il reparaissait derrière une racine, d'où il partit en voletant rapidement pour contourner l'étranger qui se rapprochait d'un vieux pin.
Puis, à son grand étonnement, l'autre parla à l'arbre, comme tant d'elfes l'avaient fait devant lui, et tant d'autres fées de mêmes. Mais cela ne fit pas que le surprendre.


* Idée ! * émit soudain mentalement le petit être, avant de filer à vive allure vers le vieil arbre.

Sa course chaotique à travers le feuillage ne dura qu'un instant, mais sa vitesse et son manque d'attention suffit à contrer la discrétion de sa petite taille. Il manqua en chemin percuter un tout jeune écureuil -non sans chiper la baie que l'infortunée créature s’apprêtait à gober goulument. Et si Tunski poursuivit sa route, le roux lui resta une seconde interdit, seconde qui suffit à achever de perdre ce qu'il lui restait d'équilibre.
Le follet sourit lorsqu'il s'évanouit sur le tronc sombre du pin: il avait entendu derrière lui la chute humide du mammifère dans l'humus épais, suivi d'un petit sifflement injurieux à l'attention du fauteur de trouble.

Lorsque Tunski pénétrait dans une plante, il en résultait toujours un mélange étrange de leurs deux personnes. Le farfadet s'en trouvait aussitôt apaisé, l'éternelle immobilité de son hôte lui apportant un sentiment de calme qu'il ne pourrait jamais éprouver autrement. Le végétal quand à lui était pris d'une vague de vitalité, sentant affluer en lui le dynamisme de la créature.
Si les corps ne faisaient plus qu'un, les esprits eux étaient rapprochés mais pas fusionnés. Ainsi c'était le petit turquoise qui parla, seul, bien que le vénérable végétal vienne lui souffler quelques mots habiles captés au vol d'un passant.


"Une menace dis-tu ?" grogna une voix caverneuse depuis l'écorce sombre, Tunski empruntant la dureté de ce bois qui avait résisté au décennies pour durcir sa propre voix nasillarde. "En quoi un vulgaire Grands da... un vulgaire humain pourrait représenter une menace pour une si majestueuse et puissante forêt ?!"

Ainsi donc celui aux cheveux de bec-noir voulait parler aux arbres ? Tunski allait donc lui en donner pour son argent, foi de malicieux ! La colère de sa voix trahissait aussi celle du pin, et de tous ses frères alentours, lorsqu'ils repensaient aux innombrables mutilations que les humains avait infligé à leurs races. Sans oublier tous leurs compagnons dont le chant harmonieux s'était tu sous les coups d'une hache, avant de soupirer dans un craquement au sein d'un feu dévorant.
La forêt toute entière, Taurost maudite des hommes, haïssait cette race. Son fils turquoise le savait, et il était de son devoir de l'apprendre à l'imprudent avant de le tuer.


"Cependant aucun de ta race n'a jamais foulé le sol humide d'un bois sans les intentions les plus mauvaises. Et tu ne peux me duper en prétendant faire exception !"

* Attends, malicieux, calme un instant éphémère cette rage guerrière qui anime ton coeur. Observe plutôt la couleur du coeur de celui qui face à toi nous observe incrédule. Ouvre tes sens et ton âme et vois en lui comme tu verrais en chacun de tes frères, végétaux ou esprits, l'âme puissante d'une graine qui germe. Si je ne peux l'affirmer ami, celui que tu vois là n'est point ennemi. *

* Arrête ton charabia feuilles-de-flèches, * répondit Tunski aux paroles lentes -il détestait plus que tout attendre la fin des interminables phrases des arbres- et profondes du vénérable, * un cupide reste un cupide ! *

Toutefois cette dernière phrase visait autant à se convaincre lui-même que son hôte au tronc solide. Il avait aussi perçu, d'autant plus maintenant, cette magie sylvestre qui baignait le semblant d'humain.
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu... dont personne ne parle... (libre)

Message  Elladus Trallen le Mar 29 Jan 2013, 14:39

Mais d’où pouvait bien provenir ce bruit ? Ce seul léger et infime bruit qui fit palpiter mon cœur à une vitesse remarquable que ça m’en faisait vriller les tempes. Après quelques secondes qui firent interminable et avec une concentration digne des plus grands druides qui leur permettaient de rester en méditation des jours durant, mon regard fixe dans la direction d’où venait le son qui faisait chavirer toutes mes émotions, apparut soudain un petit animal brun qui semblait courser une baie roulant sur le sol… un écureuil ? C’était donc un écureuil qui m’avait mis dans tous mes états ?

*Maudite bête va j’ai frôlé la crise cardiaque ! Sait-elle au moins ce que cela peut-être ? Heureusement que personne n’a vu ce qui vient de se produire. Si jamais on apprenait qu’un druide a frôlé la mort à cause d’un écureuil !... non mais attendez ! Non mais je rêve où cette boule de poil peste en ma direction en me faisant… UN BRAS ??? NON MAIS POUR QUI IL SE PREND LUI ???* Plongé dans une colère noire je fusse interrompu dans l’orage de mes pensées quand j’entendis une voix à la fois grave et lointaine, qui semblait venir d’un autre temps.

« Une menace dis-tu ? »

Je n’étais donc pas seul, je me suis fait avoir ! Cette voix terrifiante venait de derrière moi et la phrase que je venais d’entendre n’avait rien d’amicale. Essayant de contrôler à nouveau mon rythme cardiaque qui faisait encore des siennes, je décidai donc de me retourner lentement en direction de cette voix en espérant que ma vie ne se finirait pas là, piégé par une vulgaire diversion, enfin vulgaire mais terriblement efficace…

Quelle fût ma surprise quand une fois retourné dans la direction de la voix que je venais d’entendre, je ne vis personne !


*Ne te fait pas avoir une seconde fois El ! Cette diversion était peut-être bien plus qu’une simple diversion ! L’ennemi peut surgir à tout instant de n’importe où ! Soit extrêmement prudent où tu risques bien de…*

« En quoi un vulgaire Grands da... un vulgaire humain pourrait représenter une menace pour une si majestueuse et puissante forêt ?! »

*Quoi ??? Aurais-je rêvé ? Serais-je empreint d’hallucinations à être resté trop longtemps dans cette forêt dont la magie se jouerait de moi ??? Ou alors est-ce que ce pin, le pin à qui j’ai parlé… ME PARLE !!! Il me parle !!! M’a répondu !!!*


Pris dans une sorte d’euphorie excitative je ne savais que trop penser de tout ceci, si ce n’était pas une hallucination et si ce pin venait bel et bien de me parler, à moi, parce que toute évidence je suis bel et bien le seul dans les environs, cela serait une grande première ! J’étais sûre que la nature me comprenait ! J’étais sûre qu’elle m’entendait ! Mais là ! C’est une grande première !!! Jamais auparavant la nature n’avait pris peine de me répondre, peut-être n’étais-je qu’un petit druide sans importance, un petit insecte qui foulait un sol empreint de magie et de sacré qui ne méritait pas l’attention de mère nature !!!

*Une seconde El… ne t’emballe pas ! Tu sais que tu es tiraillé par toutes les émotions qui puissent exister en ce monde aussi essaye de garder ton calme et cherche plutôt à savoir pourquoi on s’adresse à toi maintenant ! Reste concentré ! C’est ça ! Un concentré de druide !!!*

Malgré toutes les questions qui se bousculaient dans mon esprit, je pris mon courage à deux mains et m’avança en direction de ce pin ancien, qui avait pris la peine de s’adresser à moi. Et c’est ainsi que dans une démarche noble et respectueuse tout en m’approchant de ce merveilleux pin, j’en profitais pour me passer un coup de main dans les cheveux pour être présentable parce qu’il faut le dire, ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de parler en direct avec la nature et c’est donc pour cela que…

« BBBBBAAAAAMMMMMMM !!! »

*Que venait-il de se passer ? J’ai… trébuché ??? Mais, mais, mais, sur quoi diantre ?... Une baie ???*

A quelques pas de moi se tenait cette petite boule de poil couleur m… marron, qui me regardait en me montrant de son petit doigt infimmement mince la baie qui avait servi à ma chute, puis en me retournant à nouveau vers l’animal je vis qu’il… ME TIRAIT LA LANGUE ???

« Non mais attend tu vas voir toi !!! Tu ne perds rien pour attendre !!! Tu viens de me faire passer pour le roi des imbéciles devant ce pin majestueux et tu crois que tu vas t’en tirer comme ça ??? »

Bien décidé à en découdre avec cette créature remplit de malice je m’apprêtais à bondir sur elle quand soudain…

« Cependant aucun de ta race n'a jamais foulé le sol humide d'un bois sans les intentions les plus mauvaises. Et tu ne peux me duper en prétendant faire exception ! »

C’est sûre qu’avec la réaction que je venais d’avoir à l’attention de cette… aaaaaahhhhhhh !!! Je ne pouvais guère prétendre à de bonnes intentions, aussi je me devais impérativement de remettre de l’ordre dans tout cela et c’est donc avec plus d’humilité, et en faisant cette fois-ci largement plus attention, que je me dirigeai vers ce pin majestueux.

« Bonjour, esprit de la forêt ! »

*Tu parles non mais tu t’adresses à un esprit ancestral El tu pourrais quand même faire l’effort de trouver mieux que ça quand même !!!*

« C’est un grand honneur pour moi que vous vous adressiez à moi. »

*Attend une seconde… qu’est-ce que c’est esprit a dit tout à l’heure ? Un vulgaire grand da… pour ne pas dire dadet ? Etonnant ! Je ne pensais pas les esprits de la nature aussi familiers ! Enfin peu importe, il s’est adressé à moi.*

« Comme je vous l’ai dit, je ne représente nullement une menace pour vous, la preuve avec cette magnifique galipette effectuée sur le sol juste à l’instant ! Je suis un noble druide qui ne cherche que quelques plantes afin de les étudier afin d’en comprendre les effets et permettre ainsi de les utiliser au mieux pour aider les autres en concoctant des potions ou des élixirs ! »


Je décidai pour lui prouver ma bonne foi de lui montrer une fiole que je gardais toujours sur moi dans l’une de mes poches.


« Regardez ! Ceci est un élixir provenant d’un mélange de multiples plantes ! »

Par chance dans ma malchance tout à l’heure, ma chute avait été amorti par un petit tas de fougère, oui bon d’accord les fougères n’amortissent rien mais, les fougères sur lesquelles j’étais atterri faisaient clairement mauvaise mine. C’est donc vers ces fougères que je me dirigeai avec ma fiole, puis l’ouvrit et en versa le contenu sur ces pauvres plantes qui avait dû subir mon poids lors de la chute.

Après quelques secondes, le temps que l’élixir fasse effet, les fougères retrouvèrent leur vitalité, leur couleur mais surtout guérissait des blessures que je leur avais infligé. Et oui, ce que je voulais montrer à l’esprit de la forêt c’était ma bonne foi dans la guérison de ces petites plantes qui n’avaient pas demandé à ce que j’atterrisse dessus.


« Vous voyez ? »

Ce que j’espérais de tout cœur c’était de prouver à l’esprit de la forêt que je ne faisais pas parti de ces hommes qui s’amusait à trancher et taillader tout ce qui pouvait se trouver dans un bois aussi majestueux, mais que bien au contraire j’étais du côté de la nature qui m’avait fait grâce de pouvoir la comprendre dans mes recherches, me permettant ainsi d’effectuer le bien autour de moi.
avatar
Elladus Trallen

Masculin
Messages : 9
Expérience : 223
Métier : Herboriste et jardinier

Feuille de personnage
Niveau:
1/40  (1/40)
Race: Demi-Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu... dont personne ne parle... (libre)

Message  Tunski le Mar 12 Mar 2013, 22:09

Le "déguisement" du farfadet était en ce moment bien la seule chose qui l'empêchait d'exploser, hilare. Nan mais franchement: c'était pas un humain, c'était un clown qu'il avait en face de lui. Ce qui est, c'est une vérité absolue à tout le monde pour Tunski, une race différente ds humains. Bah oui: les clowns sont drôles, du coup ils peuvent pas être des cupides. Mais celui-là, malgré ses pitreries, avait une apparence humaine... Un homme-clown peut être ? Mais alors... Ca veut dire qu'il avait mangé du clown ! Mais dans ce cas il est encore plus humain (i.e. monstrueux, pour ceux qui vivent en dehors du petit crâne turquoise) que les humains ! Mais c'est absolument humanesque !!!
Du coup, alors qu'il allait presque s'attendrir de ces gags à répétition, voilà que toute cette humanité mit le follet hors de lui. Il était tellement hors de lui -même si stricto sensu il était même pas en lui puisqu'il était dans l'arbre- qu'il entendait à peine ce que racontait l'humain clownivore en face de lui. Bon, ok, ça ça changeait pas tellement de son habitude en fait...


"Comment oses-tu !" gronda l'arbre-farfadet (le farfabre donc... ou l'arbfadet, au choix...) d'une voix encore plus sonore, faisant frissonner les jeunes pousses alentours."Parce qu'en plus tu viens ici..."
"... pour empoisonner cet endroit en refilant tes machins à mes frères feuillus !" continua le petit être turquoise qui était tellement énervé qu'il en était sorti de l'arbre pour pointer un doigt accusateur à quelques centimètres du nez de l'homme. Le tout sans le remarquer, bien sûr. Et en plus il continue... Toujours sans le remarquer, évidemment, sinon ce ne serait pas drôle, tiens !"Nan mais je te jure, mange-clown, que tu t'en tireras pas comme ça ! La forêt toute entière va t'apprendre à ne pas t'aventurer sous ces arbres !"

Puis il réalisa, un peu tard sûrement, que le feuillu n'était plus derrière lui pour lui donner des conseils sur ses phrases. Et aussi que sa voix était redevenue ce son aigüe et agaçant qu'il appréciait tant. Et enfin il vit son bras, tout turquoise, pointé vers Elladus. Et alors, il comprit qu'il avait quitté l'armure d'écorce et ses sages décisions...

"Oups..."
avatar
Tunski

Masculin
Messages : 148
Expérience : 438
Métier : Garde forestier

Feuille de personnage
Niveau:
10/40  (10/40)
Race: Fairy
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un lieu... dont personne ne parle... (libre)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum