Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Aller en bas

Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Mar 19 Mar 2013, 20:40

Ce n'était pas arrivé depuis son arrivée au donjon. Et Akaracthe ne savait pas si c'était un bien..
"Tu te ramollis. Fais attention à toi. Si tu meurs, je n'aurai plus assez de forces pour survivre seul."
Comme si elle ne le savait pas...
Mais elle ne devait pas le savoir assez.
L'autre soir, elle ne faisait que se balader pourtant. Sans son masque évidemment. Sauf que sans masque ne signifie pas de katana...
Un coup. En pleine poitrine. Elle ne se souvient pas de la suite, mais par miracle elle s'en ai sorti. Mais une rage était née en elle. Pas de la vengeance pure, non, elle laissait cela depuis maintenant des siècles à ces sous races, dominées par leurs sentiments absurdes. Non, ce qui la gagne depuis est bien plus profond. Bien plus ancré. Une rage de se sentir elle-même une soif de… Sang.
On lui avait donné deux contrats.
Pas forcément aisé, mais le défi avait lieu d’être non ?
Elle s’était faite insultée par son agresseur. Et son agresseur, maintenant…
Elle arriva dans l’auberge. Enfin, pas l’auberge fréquentée dans le village par tous les pauvres humains vivant ici, mais une toute petite auberge reculée, lieu de magouilles, de préparation à la chasse… etc.
« Tu sais qu’ils font… » .
-La ferme Kazui.

Elle jubilait. Un nouveau massacre… Enfin pas tout à fait d’ailleurs. Il fallait qu’elle reste prudente, elle n’était pas complètement ignorante des capacités de ses adversaires, même s’ils n’étaient pas forts, bien moins qu’elle en tout cas. Mais l’épreuve ne sera pas de les tuer. Mais d’affronter l’hypothétique peuple de malfrats dans cette auberge.

-Bon !

Elle mit son masque sur le côté. Ne couvrant pas totalement son visage, pour pas que l’on comprenne ses attentions…
Ou pas.
Elle entra dans la petite auberge. Personne n’arrêta ses occupations. Mais chacun la voyait. L’épiait.
Pas mal.
Tout les yeux étaient rivés sur elle, sans l’être.
Il n’y avait pas que des humains. Des elfes, une poignée, ainsi qu’un troll, un vampire (qui d’ailleurs était en train de sagement s’éclipser par la porte arrière, en même temps que le barman) et deux êtres étranges.
Elle avait repéré ses cibles.
Deux humains au fond de la salle, un petit gros, avec des bouclettes blondes, et l’autre au teint mat. Il puait l’alcool.
La vampire ne put s’empêcher un petit éclat de rire, elle n’avait pas bougé d’un pouce, mais une certaine tension s’était installée dans la salle.
Elle manqua d’éclater de rire.
Tous étaient plus ou moins en train de calculer comment l’attaquer, la vider de son sang, sans pour autant se faire égorger comme des moutons.

-Alors, Fra’ Herdith, et Omer Grey. Trois meurtres suivi de viols sur 3 jeunes filles en deux mois. L’une était un vampire d’ailleurs.

Ses yeux se fixèrent sur les deux concernés. Le gros bouclés se liquéfiait, et l’autre tentait d’évacuer son stress. Seul problème : une mini-horde de tarés fixaient Akaracthe comme une meute sur une pauvre brebis.
Sauf que ce n’était pas tout a fait une brebis .

« Le gros tu peux l’égorger en bloquant l’ombre des deux colosses à droite. L’autre sera plus coriace mais une fois immobilisé tu pourrai lui écarter les tripes »
-Tu comptes sérieusement m’apprendre mon job ?

Elle le dit d’un ton pensif.

A vrai dire elle ne se souciait que peu de ses victimes et des rapaces qui les entouraient.
Elle avait juste sentie une très fine présence non loin.
Pas forcément un bien.

-Bof après tout, je les tue et je file hein…

NON MAIS T’AS CRU QUE J’ALLAIS TE LAISSER FAIRE SALE PETITE PU...
Le gros avait ouvert la bouche trop vite.
Akaracthe n’eu même pas besoin de bloquer les deux colosses, il n’avaient pas réalisé qu’elle avait égorger la blondinette.
Mais elle le regretta assez rapidement.
Même avec Kazui en mode katana d’ombre, elle ne put tout esquiver. Le premier colosse se battait à la hache, heureusement très lent, elle eu juste à se décaler sur la droite. Le soucis, c’est que le deuxième lui avait une épée à double lame : plus rapide. Elle se fit lacérer la jambe droite, avant de bondir sur lui et de lui lancer sa botte en plein visage. Il était étourdit. Parfait !
Elle se retourna tout en bloquant l’ombre de Grey.

-Ses humains sont vraiment trop lents…

En effet elle pu passer devant deux humains sans se faire toucher. Elle transperça de sa lame l’abdomen du (beau d’ailleurs) Grey, tout en faisant attention à récupérer quelques gouttes de son sang.
-hihi trop facile !

Non pas vraiment. Elle était coincée. Les humains ne l’effrayait pas plus que ça, mais les elfes présents déjà …
Elle avait faillit perdre un combat une fois. Juste une. Mais cette fois-là suffit amplement pour qu’Akaracthe ne sous-estime plus jamais un elfe.
Le plan : deux morts derrière elle. OK . Trois elfes se tenaient sur sa droite, mais ils n’étaient pas en garde, donc ne voulaient (certainement pas) attaquer. OK. Les deux colosses fonçaient droit sur elle, pendant qu’un humain tendait un fil pas très net sur le devant de la salle, un alcolique buvait… QUOI ? Il buvait ? A sa gauche, cet ivrogne n’avait pas compris ce qui se passait. Une faille.
Kazui repris sa forme de masque . Elle couru de toutes ses forces vers l’ivrogne, renversa la table qui lui permit d’éviter une pluie de flèches qui sortaient d’on ne sait où. Surement ces satanés elfes. Plus que quelques mètres avant la sortie. Elle couru, évitant une flèche, puis l’autre, mais la troisième se logea près de l’omoplate gauche.
Elle étouffa un grognement. Elle y était presque !
Le colosse a la hache était près de la porte.
Sa hache fendit l’air.



-Enfin sortie….

Kazui ne répondait pas. Lui aussi était crevé.
Ils avaient réussis à grimper sur le toit de l’auberge. Au moins, personne ne viendrait les chercher.
Elle allait se lever mais retomba lourdement à terre.
Sa jambe lui faisait mal mais sans plus.
Mais ce n’était pas sa jambe qui la gênait.
Mais la hache de tout à l’heure avait touché sa hanche, et son omoplate était également douloureuse.
Elle n’avait pas vraiment mal, mais la quantité de sang qu’elle avait perdu lui fit prendre la décision de rester un peu ici.
Personne ne viendrait.
Personne…
-Merde…
avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Ven 22 Mar 2013, 10:33

... Enfin, après les évènements mémorables qu'il avait vécus dans les ruines Seraphin avait obtenu sa permission. Il va sans dire qu'il en usa sur le champ, prenant juste le temps d'emporter ses vêtements, son pistolet et des vivres ainsi qu'un nouveau mécanisme sur lequel il travaillait et qui devrait se montrer d'une grande utilité dans le futur. En tout cas plus que la boite à musique, qui bien que plaisante et lui ayant imposé un véritable défi cognitif ne lui serait que peu utile dans ce voyage, bien qu’il l'emporta également... Non pas qu'il craignait un vol, mais il n'avait que peu d'effet personnels et il lui aurait semblé ridicule de juste laisser ce mécanisme, d'autant plus qu'il pouvait probablement encore l'améliorer. Il y réfléchissait d'ailleurs, quand deux jours après être partis il pénétra dans une auberge reculée...

Il connaissait cette dernière de réputation, il était connu de nombreuses personnes que c'était un lieu malfamé et que, pire encore, que le tenancier avait accepté de passer un pacte avec certains, les promettant de ne pas les dénoncer aux autorités en échange de certains services, ces derniers variant d'un individu à l'autre... Mais l'Eglise n'avait pas besoin de délateurs pour savoir ce genre de choses et la seule raison pour laquelle ce lieu n'avait pas été rasé et que les monstre qui s'y rendaient n'étaient pas abattus et ce lieu rasé était tout simplement que c'était l'endroit idéal pour les informateurs religieux de tenter de glaner des informations qui seraient utiles à plus grand échelle. C'était même ici que l'église avait appris l'existence d'un passage vers les souterrains du donjon Kanabo et à deux reprises les discussions de quelques créatures trop bavardes avaient permises aux autorités cléricales de repousser la destruction de villages par des bandes pillardes de monstres qui avaient été éliminés par de puissant contingents de paladins et d'inquisiteurs... c'était d'ailleurs ces derniers, ceux qui étaient expert dans la dissimulation de leur aura et de leur appartenance à l'église qui étaient chargés de l'espionnage en ces lieux. Cependant Séraphin s'était informé, il n'y en avait aucun aujourd'hui et il n'était pas venu pour cela...

Il n'était peut-être pas un de ces experts de l'infiltration, mais le fait de n'avoir aucune affinité avec la magie religieuse avait ses avantages, comme le fait de ne dégager qu'un faible aura qui ne le trahissait magiquement que si un de ses adversaires se montraient spécialisés dans la détection d'aura...Quant à l'aspect physique il ne s'était pas défait de sa défroque d’inquisiteur, mais prenait soin de la dissimuler sous une ample tunique de toile à capuchon ,un peu crasseuse, qui dissimulait parfaitement sa tunique ainsi que son visage. Quant à son odeur elle était parfaitement humaine et ses diverses mission, loin du cloitre, l'empêchait de dégager ces effluves qui sont propres aux hommes d'églises... Bien entend u son déguisement n'était pas parfait et quelque chose dans son attitude, dans ses gestes, le trahirait au bout d'un moment, mais il ne comptait pas rester ici longtemps, juste se sustenter pour économiser ses vivres, dormir une nuit, et surtout brouiller les pistes... Car au lieu de se rendre ici il aurait pu aller dans un village bien mieux réputé, mais il aurait été aisé pour quiconque s'y intéressant de remonter sa piste...Et au vu de ce qui s'apprêtait à faire il préférait éviter que quelqu'un puisse percer à jour ses intentions.

... Mais alors qu'il était monté dans sa chambre, en train d'entretenir son pistolet, il entendit du grabuge en bas. Au début il ne s'en inquiéta pas, pensant qu'il s'agissait d'une simple bagarre d'ivrogne... mais rapidement les bruits se firent bien trop particulier, le tintement de l'acier, le sifflement des flèches... Et bien qu'il n'était pas en service et ne souhaitait pas se faire remarquer il ne désirait tout simplement pas rester là à ne rien faire alors qu'il y avait de pareils troubles, d'autant plus si des créatures y étaient impliqués... Ainsi son pistolet en main, heureusement il n'avait retiré aucune de ses pièces pour l'entretien, il sortit de la chambre, tout en chargeant on arme. Une fois que la balle fut inséré dans le pistolet il regarda la salle du bas, constatant alors la présence de deux cadavres, humains, ainsi que d'elfes qui semblèrent lâcher une volée de flèche en direction d'une ombre qui sortit par la porte, passant pour cela outre une véritable montagne humaine qui sembla la manquer de peu. Il semblait que la fuyarde soit responsable des troubles puisque dès qu'elle disparut les survivants ne se retournèrent pas l'un contre l'autre, au contraire ils se précipitèrent vers la sortie en un commun mouvement, le troll criant par ailleurs avec hargne.

"Fouiller ombres ! J'ai senti vampire ! Elle pas aller au soleil

Une vampire... Une créature redoutable d'ordinaire, mais comme chez les humains il en existait des puissants et des faibles, ce n'était donc pas suffisant pour que l'inquisiteur recule... Par contre il ne suivit pas la troupe qui s'était formé pour chasser la meurtrière, tout simplement parce qu'avec le raffut qu'ils faisaient Seraphin doutait qu'ils parviennent à lui mettre la main dessus sans la faire fuir, et aussi parce qu'on lui avait appris à agir de manière différente sur le terrain... Cependant il n'avait aucune idée, jusqu'à ce qu'il entende un léger craquement au-dessus de lui, au niveau du toit... Ça aurait pu être n'importe quoi, un oiseau, un chat, et peu probablement une vampire puisqu’il faisait grand soleil et que de fait il n'aurait pu s'exposer ainsi mais justement sa formation lui avait appris à ne négliger aucune piste, et qui plus est le toit de la taverne serait l'endroit idéal pour avoir une vision plus complète des alentours et repérer les lieux ou la fuyarde était partie... Bien sûr ce n'était pas les affaires du jeune homme, mais il y avait quand même eu meurtre, et qu'il soit commis par une créature ou un humain il ne pouvait laisser cela se faire en toute impunité ! Ainsi il S'élança vers la fenêtre et se servant du rebord de cette dernière et d'une poutre apparente il parvint à grimper au niveau du toit... Non sans mal cependant car après tout il n'avait en rien une agilité exceptionnelle et ses amples vêtements le gênaient plus qu'autre chose !

Mais à force d'efforts et d'ahanements il parvint finalement à rejoindre le toit, le visage rougis par l'effort, couvert de sueur et à bout de souffle, mais parvenant à se tenir debout sur le toit de la taverne, heureusement en ardoise et suffisamment solide pour supporter son poids, et satisfait, car il voyait une silhouette gracieuse et inquiétante, qui était probablement celle de la meurtrière... Sinon qu'est-ce qu'elle pourrait bien faire là ? Elle lui tournait le dos et ne semblait pas encore l'avoir remarqué, cependant cela ne durerait pas, puisque que le jeune homme pointa son pistolet dans sa direction et clama d'une façon un peu grandiloquente.

"Vampire... Vous avez causé la mort de deux humains et il est de mon devoir en tant qu'inquisiteur il est de mon devoir de vous faire payer ! ... Vous pouvez me suivre sagement si vous le voulez et tenter de vous expliquer ou bien vous résistez et je vous exécuterai sur le champs..."

Par le passé la première solution aurait été la seule envisageable... Mais bien qu'il était en mission Seraphin n'oubliait pas les récentes directives de l'église, qui avait demandé à ce que les monstres soient capturés plutôt que tuer, et en particulier les créatures femelles... Mais à vrai dire désormais il se moquait de cela en fait, puisque l'église l'avait trahie, pourquoi s'en tiendrait il à ce genre de règles ? Non ce qui l'amenait à agir ainsi c'était le fait que Theorem, qui lui avait ouvert les yeux, approuverait sans doute cette manière de faire, de donner une autre chance que la mort...

… Mais à vrai dire il devait également s’avouer interloquer par cette créature…si c’était bien une vampire pourquoi pouvait elle s’aventurer au soleil sans risque ? Et pourquoi avait-elle tué ces deux hommes ? … Mais à vrai dire la question qui envahissait le plus l’esprit du jeune homme tout simple qu’elle allait être sa réaction…
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Sam 23 Mar 2013, 10:31

"Fouiller ombres ! J'ai senti vampire ! Elle pas aller au soleil "

Elle faillit éclater de rire. Ho oui ils peuvent chercher à l'ombre, pendant longtemps même ! Personne n'aura l'idée de la trouvée en pleine lumière sur le toit de leur misérable auberge. Enfin, personne de "ces" personnes là. En effet sa joie fut de courte durée, elle avait entendu en un craquement, très léger, très fin, derrière elle. Un escalier ? Une échelle ? Cela devait être une femme, ou plutot un homme élancé, et... Peut-être pas un homme, ou autre chose, comme les autres.
Malheureusement pour elle.
"Vampire... Vous avez causé la mort de deux humains et il est de mon devoir en tant qu'inquisiteur il est de mon devoir de vous faire payer ! ... Vous pouvez me suivre sagement si vous le voulez et tenter de vous expliquer ou bien vous résistez et je vous exécuterai sur le champs..."


Elle soupira. Ne se donnant même pas la peine de se retourner. Elle l'avait senti bouger rapidement son bras, il devait certainement tendre sur elle, soit un couteau, soit une arme à feu. Elle n'avait pas spécialement envie qu'il voit son état physique, mais elle ne voulait pas chercher à le cacher non plus. Mieux valait se méfier tout de même. Elle venait d'échapper à une potentielle mort, même si elle n'avait pas lieu d'être, ces fichus elfes auraient pu mieux visé!
Si elle devait se battre, elle se battrait. En revanche, ce ne serait pas très prudent...

-Inquisiteur ? Quel ennuyeux personnage ...

Elle senti son masque près d'elle. Kazui voulait se transformer en katana. Akaracthe ne le laissa pas faire. L'inquisiteur derrière elle pourrait parfaitement croire à une attaque. Il tirerai. Il la manquerai, ses reflexes de vampire lui permettant se s'esquiver. Certainement qu'une seule fois.
Alors Kazui tenta de se reprendre.

"Qu'est-ce que fiche un inquisiteur comme vous dans une auberge aussi minable ?"

Bonne question. Bien joué Kazui. Lors de "mauvaises" rencontre, Kazui, la plupart du temps, posait des questions dites, délicates. Ou du moins, pour essayer de voir les tentions de son interlocuteur. Ca, c'était le job d'akaracthe. L'ombre se contractait quand on mentait. Et oui, on peut faire bouger nos ombre sans s'en rendre compte... Sauf que problème : elle lui tournait le dos. Et de toute manière elle était bien trop fatiguée pour tenter quoique se soit. Enfin, qui ne soit pas nécessaire, évidemment.

Elle n'avait pas peur. Mais elle guettait la réaction derrière elle. Mentir ? Jouer cartes sur table ? Il valait mieux pour elle qu'elle ne se rate pas. Elle avait beau être un vampire en pleine journée, elle craignait l'eau bénite, l'ail, et... Les balles en argent.

-Connaissiez-vous les deux corps -de leur vivant- sous silence désormais qui gisent dans l'auberge juste en dessous ?

Elle espérait simplement lui mettre la puce à l'oreille. Officiellement, elle n'a pas fait grand chose d'illégale... Elle était sous contrat. Certes d'un... Enfin, elle était sous contrat.

" <> "

avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Sam 23 Mar 2013, 14:25

... Les créatures avaient des capacités physique ainsi que magique bien supérieures à celles des humains ce qui entraînait chez la plupart d'entre eux l'erreur de sous-estimer ces derniers, et aux yeux de Séraphin son interlocutrice ne semblait pas faire exception à ce fait... Elle ne lui fit même pas face et lui adressa la parole d'une manière quelque peu insolente, mais de manière pas totalement erroné à vrai dire. Seraphin n’était pas ce qu'on pouvait appeler un joyeux luron, donc selon les normes de certains il comprenait parfaitement qu'on puise le percevoir comme ennuyeux. La différence ici était qu'elle semblait appliquer cet adjectif à tout ceux de sa caste. Cela eut le mérite de faire sourire le jeune homme, qui pour autant n’abaissa ni son pistolet ni ne tressaillit...

Mais bien au contraire il eut un brusque sursaut en entendant une autre voix, qui venait de la vampire... Un fait qui provoquait une constatation évidente, il y avait une autre entité e n sa compagnie, une entité éthérée même et ça... Ce n'était pas bon du tout ! Seraphin ignorait ses propriétés, mais s'il avait à l’affronter en même temps que la vampire cela ne serai pas simple pour diverses raisons. La première d'entre elle était que son pistolet, en raison du fait qu'il ne pouvait tirer qu'une fois et que son rechargement prenait un temps relativement conséquent,était plus une arme de duel que de combats de groupes, d'autant plus quand c'était lui qui était dépassé par le nombre... Et deux contre un c'était déjà bien trop. La seconde était tout simplement qu’ignorant la nature précise de cet élément inconnu, il ne pouvait savoir si son arme se montrerait efficiente face à une telle entité... Oh elle l'était contre les spectres ou les âmes errantes, quant au reste il n’avait jamais eu aucun moyen de le savoir, jusqu'à maintenant... Néanmoins, le plus déstabilisant dans cette intervention était le fait que cet interlocuteur sembla se montrer plus raisonnable que la vampire, interrogeant le jeune homme avec un peu plus de respect. Ce dernier un peu déstabilisé répondit tout en commençant à s'avancer à pas lent vers la vampire, chaque pas réduisant la vitesse avec laquelle elle l'atteindrait, mais aussi ses chances d'esquiver son tir. Un bien pour un mal en somme.

"Disons que je suis en voyage et que j'ai besoin d'une certaine discrétion... Ce qui ne m'empêche pas pour autant de m'acquitter de ma tâche, à savoir chasser les monstres."

Ce n'était pas très crédible puisque si cela avait été vraiment le cas il se serait manifesté bien avant et aurait aussi bien pu poursuivre les elfes ou le troll que la vampire, mais cela était un détail auquel il ne prêtait pas attention , continuant à s'avancer à pas prudents, jusqu'à ce qu'il s'arrête, n'étant plus désormais qu'à quatre pas de la vampire, son bras droit toujours tendu vers la vampire et soutenu par son bras gauche, quand sa cible prit à nouveau la parole, posant une nouvelle question, qui arracha un sourire peu assurée à l’inquisiteur.

"Non je n'ai pas pris le temps de regarder les visages de vos victimes..."

Il n’avait pas de preuves officiellement que ces humains aient bien été tués par elle, mais le fiat qu'elle avait fui et sa simple question suffisaient pour qu'il soient sûr de cette hypothèse.

"Et il est probable de toute manière que je ne les aurai pas reconnu... Mais à vrai dire s'ils sont dans un tel lieu c'est qu'ils doivent être quelque peu malfrats. toujours est il que... Vous avez ôté la vie à des humains alors que vous êtes une créature... Je suis plus tolérant que la plupart de mes confrères diront nous, mais je ne peux laisser passer cela... Alors maintenant faites votre choix... Résistez et mourrez ou suivez moi bien gentiment."

C'était ...présomptueux que d'affirmer que la moindre résistance de la vampire causerait sa mort, mais cela aurait été ridicule d'être hésitant sur une telle "offre", Même Seraphin en avait conscience, c'était dire ! Qui plus est à cette distance, aussi rapide qu'elle soit, il serait surprenant qu'elle parvienne à esquiver son assaut... Et en dernier recours, au corps à corps, il y avait la lame qu'il avait fixé à son pistolet, même si à vrai dire il ne se faisait pas d’illusion quant à ton efficacité, sans doute médiocre, bien qu'il n'ait pas encore eu l'occasion de l'utiliser jusqu'alors...

Quoi qu'il en soit la vampire devait se décider vite car les elfes, le troll et les autres de ses poursuivant avançaient rapidement dans leurs investigations et il était probable qu'à force d'être bredouille ils retournent à la taverne, et dès lors il était improbable que la silhouette de la vampire et de l'inquisiteur, perchés sur le toit, ne leur échappe.
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Lun 08 Avr 2013, 11:11

Akarcathe ne daignait toujours pas se retourner. Quel idiot ! Alors elle répéta prenant un air absurde :

-Vous avez tué des humains alors que vous etes des créatures ! Ha la blague ! Hé l’inquisitruc, tu crois que des humains qui tuent des ‘créatures’ comme moi ne doivent pas être punis ?

Elle allait rire, mais se ravisa. Kazui était en colère, et c’était pas normal.

-Un chasseur de monstres hein, et si c'étaient vous les monstres ? Tu te chasserais tout seul peut-être ?-

Akaracthe soupira. Kazui aurait mieux fait de ne rien dire, on entame très mal les négociations : l’inquisiteur , tout d’abord était bien trop près de la vampire avec son pistolet , et blessée comme elle l’était, si un combat devait avoir lieu, elle ne connaissait pas sa précision, sa rapidité, ni son temps de recharge. Il n’avait pas l’air excessivement fort, mais il ne tressaillit pas en entendant à plusieurs reprises une autre voix que celle d’Akaracthe, preuve d’une certaine assurance. Là n’était pas la question évidemment, on peut être prétentieux et s’uriner dessus comme pas deux… Mais enfin, mieux vaut prendre quelques petites précautions.

Enfin précautions… En même temps, Akaracthe n’avait pas été très respectable en lui balançant au visage ce qu’elle venait de dire, elle ne prenait pas la peine de se retourner, (d’un certain point de vue, il aurait vu son état et ces blessures, ce qui n’était pas bon du tout non plus) et elle se permettait (comme toute autre personne) de le tutoyer. Bon, fallait se sortir de là, et vite.

Tout lui expliquer dans les moindres détails ? Essayer de fuir le plus vite possible ? Non évidemment que non, elle était complétement épuisée, elle avait encore assez de force pour combattre un ou deux adversaires, mais pas assez pour sprinter jusqu’à Kanabo.

Akaracthe se mordit les lèvres en regrettant de n’avoir jamais écouté sa mère quand elle lui expliquait comment se tranformer complètement en ombre, ou bien comment utiliser son ombre pour former des choses matérielles, exemple évident des ailes… Ou encore comment invoquer un mur d’invisiblité… Ou comment se transformer en un animal de la nuit comme tout vampire qui se respecte. Ho non de dieu, c’était vraiment une erreure en fait de ne pas avoir cherché de vampires adoptifs. Bon, un peu tard pour s’en vouloir, il fallait calculer une bonne manœuvre pour s’en sortir. Le must, se serait que l’inquisiteur meurt, le soucis, c’était comment…
Elle pris finalement une décision. Elle regarda l’inquisiteur en tournant la tête, pour qu’il ne puisse la voir que de profil, masquant ainsi le sang qui coulait maintenant d’un peu partout. Elle le regarda droit dans les yeux, lui, et son pistolet. De l’argent. Merde. Lui, c’était un grand blond, assez séduisant en temps normal, s’il ne braquait pas sur la vampire cette fichue arme. Elle aurait sérieusement préférée le rencontrer dans d’autres circonstances, on aurait dit un…. Un …

Pas le temps de trop réfléchir. De grands bruits se firent entendre, du même côté par lequel l’inquisiteur était arrivé . La vampire put voir la magnifique tronche de l’orc, suivit de 2…3 elfes ! Mais seulement deux possédaient des arcs. Le troisième était revêtit d’une tunique sombre, certainement un magicien ou un sorcier. Un elfe noir ! Akaracthe manqua de se jeter sur lui, mais du se reprendre, car elle avait toujours une arme à feu braquée sur elle. D’ailleurs, le visage du jeune homme ( ou du moins il y ressemblait fort) c’était légèrement transformé : il était pas plus ravit que la vampire que l’ogre les elfes et… Ho dieu, il y avaient deux humains aussi ! Tiens le manieur de hache, et un inconnu pas moins imposant.

Cela s’annonçait vraiment, mais vraiment compliqué.
L’inquisiteur n’avait pas bougé, et il fixait durement Akaracthe. Elle n’était aucunement certaine qu’il comprendrait ce qu’elle avait à dire. Qu’elle ne les a pas tué pour le plaisir, que c’était un contrat, et que de toute façon se sont des pourritures de la société, ou… du moins… c’étaient .

Une fraction de seconde, elle pria les dieux pour que l’inquisiteur fasse attention aux details, et sachent les décrypter. Elle tenta de le supplier à travers son regard, elle n’avait aucun pouvoir ni de volonté ni de télépathie, mais elle espérait tout de même faire passer le message .

Ne me tue pas, ils te tueront aussi, bon dieu sors-nous tout les deux de ce pétrin, je suis blessée

Aucun moyen de savoir s’il avait compris, mais comme pour appuyer son message silencieux, elle se leva en essayant de ne pas tituber, cachant à moitié ses blessures, pour que l’homme devant elle les voit… Partiellement.
Elle ne se souvenait pas d’avoir un jour demander de l’aide à quelqu’un. Fallait bien un début à tout.

Akaracthe regarda autour d’elle. Elle ne possédait pas une agilité féline, mais elle se souvenait avoir vue au-dessus de l’entrée une toile, qui protégeait du soleil. Elle était assez fine, si elle sautait, elle rebondirait sur cette toile puis sur le sol. Même blessée elle devrait s’en sortir, mais elle risquerait de saigner encore plus…

Elle lança un dernier regard à l’inquisiteur, en espérant qu’il est compris.

Il ne la sauverai certainement pas, mais bon, fallait tenter, c’était ça et se sauver, ou mourir sous les flèches empoisonnées de ces elfes, ou décapiter par une hache ou…
Ha non pas l’ogre !

Elle sauta. Rebondit comme prévue sur la toile. S’écrasa comme prévue sur le sol.

Et comme prévue, étouffa un cri de douleur.

Et comme prévue elle ne pouvait plus bouger.

-M…mer…merde !
avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Mar 09 Avr 2013, 18:48

... Les remarques que lui firent la vampire et l'entité l'accompagnant, ne furent pas sans éveiller des souvenirs chez Seraphin. Après tout la question de la légitimité du meurtre des monstres était forcément un sujet abordé lorsqu'on se vouait à devenir un inquisiteur, et la réponse qu'il avait à cela jusqu'à récemment était que si de l'existence d'un homme il pouvait résulter du bien comme du mal, la vie d'un monstre, même s'il paraissait bienfaisant, ne pouvait amener sur le long terme que peine et souffrance... Mais cela c'était avant qu'il ne rencontre Theorem. Ce dernier aurait pu être tout simplement assimilé à ces monstres à l'allure bienveillante, mais à vrai dire il s'était tant éloigné de l'image qu'il se faisait habituellement des créatures qu'il était parvenu à changer la vision du jeune homme sur ces êtres. La vampire au contraire, meurtrière, bafouant les convictions religieuse et injurieuse, se rapprochait bien plus de cette image qu'il se faisait des monstres… Elle représentait même tous les « symptômes » qui faisaient d’elle une de ces créatures qu’il était en droit d’abattre selon Theorem. Il prit cependant le temps d’observer les blessures qui la meurtrissait déjà, la rendant bien moins dangereuse… Mais peut être qu’elle ne l’avait pas encore agressé juste de par ses plaies et blessée ou pas le fait qu’elle avait tué des humains demeurait… Il s’apprêtait donc à lui tirer dessus, mais non sans répondre, à ses propos, quelque peu blessé dans son amour propre par ces derniers.

"… Si j’étais un monstre je me serais déjà tué il y a longtemps ! D’autant plus si je devais être un de ceux qui, comme vous venez de le faire, meurtrissent des familles en tuant certains des leurs… Bien que je vous accorde que les humains qui commentent également cet acte n’ont pas plus de mansuétude que vous à mon égard. Si vous n’aviez rien fait peut être que…"

Il fut alors interrompu par un grand cri, qui lui fit tourner brièvement la tête. Les clients de la taverne étaient déjà de retour ! Qui plus est ils les avaient déjà aperçus et un des elfes les pointer du doigt… Il crut distinguer clairement le mot étranger et il se retourna alors vers la vampire. Il ne fit que croiser alors ses grands yeux et de fait ne comprit pas ce qu’elle voulait lui signifier… Mais il avait saisi par lui-même un fait, humain ou monstres, pour fréquenter un tel lieu les clients de ce bar n devaient guère être du genre à apprécier qu’on mette le nez dans leurs affaires. C’était bien ^sur le cas de la plupart des gens, sauf qu’eux faisaient sans doute parti de ceux qui n’avaient guère l’habitude de laisser de témoins derrière eux. Conscient alors du danger il hésita un issant quant au sort à réserver à la vampire. Peut-être que s’il l’abattait, les créatures lui laisseraient la vie sauve, mais il n’eut pas le temps de se décider, son hésitaiton étant suffisante pour permettre à la vampire de bondir sur la toile tendue à mi-hauteur de l’auberge, y rebondir et…S’écraser assez pathétiquement au sol, sous les rires goguenards de ses poursuivants, qui ne lui réservaient sans doute guère un sort enviable…

Seraphin aurait pu alors en profiter pour simplement partir sans demander son reste, laissant la créature de la nuit à la merci de ses détracteurs, mais deux choses le retinrent. Le premier point était que son indécrottable curiosité l’amenait à vouloir avoir le fin mot de l’affaire, et que cela seule la vampire pourrait le lui dire, à moins que les autres fassent preuve d’une honnêteté surprenante, et le second était tout simplement qu’un des elfes avait pointé son arc dans sa direction ! Cela faisait donc d’eux des ennemis directs du jeune homme, tout comme ils l’étaient de la vampire. Et après tout on dit que les ennemis de tes ennemis sont tes amis, et tout ce genre de chose… Quoi qu’il en soit, à moitié de par sa réflexion, à moitié de par son instinct, et une troisième moitié de sottise, il se décida sur sa voie, tout en ayant conscience que cela reposait énormément sur l’esbroufe, une chose qu’il n’aimait guère et qui l’amena à marmonner entre ses dents.

"Nom d’un troll édenté."

Il n’était pas dans les habitudes des hommes d’église de jurer, mais là il considérait pouvoir se le permettre… Et à peine ces quelques mots eurent ils filés entre ses lèvres qu’il leva son pistolet, visa le sorcier et tira. Un geste rapide et suffisamment maitrisé pour ne pas trop affecter sa précision. Par contre sa position sur le toit, l’empêcha de bénéficier d’un bon appui ,et il souffrit d’autant plus d’u recul, qui le fit tituber.. Mais à vrai dire il n’en avait cure, il s’inquiéta tout d’abord de l’archer qui le visait, mais ayant pris ce dernier de cours et un véritable nuage de fumée le recouvrant le tir de l’elfe, tout aussi haible soit cette race au maniement de l’arc, le manqua de plusieurs centimètres, tout comme celle de son congénère qui avait également visé cette menace immédiate. Séraphin le sut en entendant, en dépit de la légère surdité passagère que causait la bruyante détonation de son pistolet, leur deux sifflements instincts de part et d’autres, suivant de près la, trouvant là un avantage insoupçonné de lui-même à la fumée que dégageait à chaque tir son arm ce qui n’avait été jusque-là qu’un inconvénient, bien que ce dernier l’empêchait voir s’il avait touché sa cible. Néanmoins il le sut en entendant un cri de douleur aigue, et les exclamations que poussait le sorcier lui permettaient de deviner qu’il l’avait touché au bras, un avantage certain sur un mage, si les sortilèges de ce dernier nécessitait des gestes incantatoires.

Il profita alors du chaos qu’avait causé son action et de la couverture du nuage de fumée, pour descendre u toit, avec moins d’agilité que la vampire, mais aussi moins de précipitation et plus de prudence, ce qui lui permit, n jaillissant de la fumée, de se réceptionner sur le sol, non sans cependant une douleur minime à la cheville. Alors il put jauger la situation. Les archers, après avoir décoché, leurs flèches, s’étaient penchés sur leur camarade blessé, mais les humais net l’ogre s’étaient avancés vers la vampire, mais à pas lent au vu de à distance encore respectable à laquelle ils étaient. Que ce soit par prudence vis à vis u nouveau venu ou par excès de confiance, Seraphin l’ignorait, mais l’éloignement relativement conséquent entre eux l’arrangeait. Le jeune homme pour autant hésita un court instant avant d mettre en œuvre la suite de son plan… puis d’un geste ample il saisit les hardes qui le couvrait et, ces dernières étant de piètres factures, les arracha sans peine en grande partie. Quelques lambeaux pendaient de ci de là au niveau des manches et des jambes, mais cela n’était pas suffisant pour dissimuler plus longtemps la tunique qui reflétait ce qu’il reflétait, la tenue d’inquisiteur. Peu avant il s’était refusé de l’exhiber pour éviter les tensions, mais maintenant qu’il était en conflit avec les gens de cette taverne cet habit, son prestige, et la crainte qu’il inspirait, serait des plus utiles. Il y avait du bon à ce que chaque personne soit assez cultivé pour reconnaitre certains symboles…Et assez sots pour ignorer de nombreux mystères, et de cela Seraphin en tira profit, pointant son pistolet sur l’homme à la hache, le plus proche.

"Je suis l’inquisiteur Seraphin ! Vous savez tout en quoi consiste cette fonction et normalement je devrai abattre chacun ici présent, pour être une créature, un affront à la face des dieux, ou des humains les ayant aidés... Et j’en ai amplement le pouvoir, comme a pu le constater, et le subir votre ami, mon arme seul y suffit, un tir suffit à abattre le plus robuste des hommes."

Sa voix était haute et forte, afin que chacun puisse l’entendre et qu’on prête attention à ses dires, puis au fur e à mesure il se fit plus menaçant, pointant alors son arme sur l’ogre…

"Arrêter un ogre en pleine charge…"

Puis en direction des elfes…

"Et abattre un archer, avant que ce dernier ne puisse encocher une flèche… ou un mage avant qu’il ne finisse la moindre incantation… Six petits mouvements du doigt me suffisent pour envoyer ces projectiles meurtriers que nulle armure physique ou protection magique n’arrête."

C’était un énorme mensonge… Enfin sur certain point, l’arme était effectivement suffisamment puissante pour être dangereuse, même pour un ogre, et perçait bien des armures, mais pour abattre les six opposants présents, cinq si on excluait le mage blessé, cela lui prendrait un temps des plus conséquents, devant recharger son arme à chaque tir et étant alors des plus exposés… Heureusement pour lui peu nombreuses étaient les personnes connaissant les capacités de telles ares, et encore moins étaient doués pour l’ingénierie et la fabrication de tels objets comme l’était Seraphin, ce dernier avait vraiment joué de devienne sur ce point en tombant sur un connaisseur comme Theorem.

Et il ne fut pas une seconde fois « malchanceux » son discours semblant faire mouche et ceux qui s’avançaient encore vers lui se stoppant sur le champ, lui laissant également l’initiative de la parole une nouvelle fois.

"Oui j’ai ce pouvoir…Et j’aurai pu en user avant, ou même maintenant… Mais à vrai dire mes ordres ne sont pas ceux-là et mes supérieurs… Tolèrent votre présence. Par contre ce qu’il ne tolère pas, c’est que cette vampire se promène librement après avoir tué trois des nôtres, et de ce que j’ai pu voir ici elle a tué deux autres humains ! Son sort appartient de fait à l’église et la seule raison pour laquelle je ne l’exécute pas sur le champ est que nous avons l’intention de lui faire payer par des voix bien plus… Dignes d’un tel être…"

Bien entendu les elfes et l’ogre devaient se sentir insulté par pareil discours, mais ils devaient également se rendre compte qu’y résister ne servirait à rien. Le résultat serait le même, la vampire paierait pour ce qu’elle avait fait…Et ce encore plus entre les mains de l’église, ce dont chacun était conscient. Cependant Seraphin se permit de préciser.

"Et s’il devait s’avérer que vous me pourchassiez et me tuiez, maintenant ou plus tard, pour vous l’avoir arraché, soyez conscient que le repos qui vous est accordé ne durera guère longtemps et que les enfers dont vous sortez seront enviables comparés à votre sort."

L’ogre et les humains reculèrent .C’était une bonne chose. Le jeune homme baissa alors son pistolet, un échange de procédés se faisant alors, chacun se montrant moins menaçant, et se pencha sur la vampire pour, à première vue la soulever brusquement, mais durant les secondes qui lui furent nécessaire pour la saisir et la relever, il murmura, suffisamment bas pour que même les elfes n puisant l’entendre, ou tout du moins comprendre ce qu’il disait.

"Faites-moi confiance, je dis cela juste pour nous sauver tout deux…"

Heureusement la vampire était plutôt légère et il parvint à la redresser sans trop de mal, lui tordant le bras et posant le canon de son arme à hauteur de son cou, commençant à reculer doucement, en la plaçant entre elle et les autres. Il aurait été sans doute plus convainquant en le posant directement dessus, mais au vu des effets qu’aurait l’argent dont été constitué son pistolet sur la chair de la vampire, c’était une chose à éviter, , tant pour éviter une réaction imprévue de son « otage » que pour éviter de laisser le temps aux autres de se raviser… Pour continuer la mascarade il lâcha assez abruptement.

"Tu as intérêt à me donner des réponses…"

Mais sur ce point il était sincère… il voulait des réponses, pourquoi avait-elle tuée ses humains ? Comment un vampire comme elle pouvait marcher en plein soleil ? D’où venait-elle ? En fonction de ces réponses le jeune homme déciderait de son sort, contrairement à ce qu’il avait cru lui-même peu avant il n’avait pas encore fixé ce dernier… Mais à vrai dire, bien qu’il y songeait, il devait s’avouer assez peu assuré. Entre une troupe hétéroclites de monstres et d’humains qui pouvaient l’assaillir à tout moment, une vampire qu’il serait en vérité incapable de maitriser si elle résistait en dépit de son état, de par les capacités surnaturelles qu’étaient les siennes, sa position n‘était guère enviable et il ne se détendrait qu’une fois l’orée de la foret, non loin, atteinte…

Et encore c’était sans compter sur l’entité accompagnant la vampire qu’il avait oublié dans tout ce tumulte !
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Lun 15 Avr 2013, 18:54

Un coup de feu.
-Hey… Akaracthe…-

Du bruit
. Ça devait bouger là-haut.

-Akaracthe… Bordel !

Kazui tenter sans resultats apparent de réveiller la vampire, qui commençait à partir dans un coma imminent. Elle n’arrivait plus vraiment à ouvrir les yeux, et ne dicernait que quelques ombres vagues, des images floutées, tout au plus.
Elle entendait le murmure de Kazui, sans pouvoir articuler ne serait-ce qu’une syllabe pour lui répondre. Elle avait mal, vraiment très mal, mais ce n’était pas ce qu’elle ressentait qui l’inquiétait : mais plutôt ce qu’elle ne sentait pas ! Son bras gauche était figé, ne répondant à aucun appel du système nerveux.

Elle bataillait pourtant comme elle pouvait pour retrouver ses facultés primaires, à savoir ses sens. A défaut de la vue, elle tenta alors de tendre l’oreille. Des mots, mâchés, puis des hurlements. Pas le genre de hurlements qui vous glacent le sang, mais plutôt ceux qui vont font prendre coscience de quelque chose. Certainement des menaces !
Maintenant, faudrait savoir si les menaces étaient en sa direction, ou vers une autre.
Elle tendit un peu plus l’oreille.

…meurtriers que nulle armure physique ou protection magique n’arrête."

Hein ? Il parle de moi ? Ce serait presque flatteur mais ça m’étonnerai…
Non, c’était quasiment impossible. Il parlait certainement d’une arme plutôt, ou d’on ne sait quel type de magie noire, ou pas.

Elle recouvrait l’ouïe, encore un peu plus.

- laquelle je ne l’exécute pas sur le champ est que nous avons l’intention de lui faire payer –

QUOI ?

Akarcathe n’était pas sûre de ce qu’elle venait d’entendre, mais une légère panique la traversa. Surtout, elle se rendit compte que l’inquisiteur ne marchait pas forcement dans son sens –ce qui, admettons-le, n’était pas vraiment étonnant – mais qui plus est, il n’avait pas compris le message qu’elle avait tentée de lui faire passer.
Une autre pensée traversa son esprit quelque peu endoloris : elle pensait justement, et elle retrouvée enfin la majorité de ses capacités, ce qui était un bon signe.
Elle sentit son corps bouger, ce qui finit par totalement la réveiller.
Le corps bougea trop vite. Elle eût mal. Et étouffa un cri atroce. Jusqu’à ce qu’elle réalisa que son corps ne bougeait pas grâce à une étrange magie, mais c’était l’inquisiteur qui venait de la soulever.

-Enf…

Elle n’eût pas le temps de cracher son juron qu’elle fut interrompu par cet homme, justement.

"Faites-moi confiance, je dis cela juste pour nous sauver tout deux…"

Mais oui bien sur… De toute façon elle n’avait pas le choix. Elle fit tout de même rapidement le tour de ses blessures : bras gauche inutilisable. Mal à la tête, mais c’était gérable. Homoplates endoloris, à cause de la flèche, mais ça allait. Ses jambes flageolaient, surement à cause du choc de la chute de tout à l’heure. Rien de grave entre autre. Bon, s’il fallait, elle pourrait tenter un coup ou deux. Elle connaissait bien le physique d’un homme, un coup rapide bien placé, et il se vidait de son sang. Elle se ferait probablement tuer par les autres assaillants, mais au moins, elle jura de ne pas mourir sans avoir fait une victime de plus.

D’autant plus que c’était un humain.

Non. Il fallait réfléchir autrement. La forêt n’était pas loin. Akaracthe pouvait demander à Kazui de prendre sa forme de démon, sa forme originelle… Mais… Cela absorberait la quasi-totalité de son énergie qui lui restait, et dans son état, elle risquerait de passer l’arme à gauche…

Tant pis. Il fallait essayer quelque chose après tout, non ?

Elle n’était pas certaine de la marche à suivre. Son esprit était encore très embrumé, elle ne pouvait donc pas réfléchir correctement. Quelque chose la frappa. Elle ne connaissait absolument pas les capacités de Kazui. Elle avait beau se le trimbaler depuis maintenant pas mal de siècles cette ombre, elle n’avait pas…
Ho. Un démon d’ombre.

Au moment opportun…

Sa position n’était pas vraiment favorable à Akaracthe. Bien heureusement, l’inquisiteur avait eu la bonne idée de tordre son bras droit, et non le gauche, car la vampire aurait certainement eu des… ripostes disons, pour le moins violentes. Elle se sentait faible, et cela l’agaçait.
Son agacement venait probablement du fait qu’elle perdrait connaissance dans les bras de son agresseur, elle pourrait même mourir, si ce dernier était lui aussi un fanatique ne connaissant rien aux moyens de guérisons, et la laissant pour morte.

Si cela arrivait, elle ne s’en rendrait de toute façon jamais compte .

Elle se prépara discrètement à rendre sa forme originelle à Kazui. Il le senti, lui aussi.

-Je peux créer un nuage, un brouillard autour d’eux, vous pourrez vous enfuir. Je devrais réapparaitre sous forme de masque sur son visage. Si elle survit-

Ce message était surtout adresser à l’inquisiteur. Il avait entendu certainement. Pas forcement compris.

Quand le masque se mit à bouger par terre, proche de la vampire et de l’homme, chaque visage se tourna vers lui. Chacun des malfrats eurent l’air stupéfait, et l’ogre se mit à hurler des propos infâmes. Mais avant que l’un d’eux puisse réagir, déjà une légère brume commençait à apparaitre.
Le masque avait disparu.

La brume devint épaisse. Presque noire. Laissant la troupe des elfes aveugles, pour au moins une minute.

Comme elle s’y attendait, Akaracthe senti un souffle s’échapper, sa vue s’obscurcir.

Sa respiration devint rapidement faible, presque inexistante.

Elle tomba dans un cauchemar de silence.
avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Mar 16 Avr 2013, 10:34

... Le jeune homme ne comprit l'origine de la voix inconnue qu'après l'avoir entendu à nouveau résonner, elle venait du masque. L'entité était donc scellée dedans... Mais au vu de ses dires il possédait même sous cette forme certains pouvoirs, à moins que... Il n'eut pas le temps de mener sa pensée jusqu'au bout qu'il eut la preuve de son hypothèse, me asque tremblant au sol, la vampire libérait l'être qu'il contenait ! Au vu des dires de ce dernier il était attachée à sa "maitresse" et donc reviendrait, mais qu'adviendrait-il si ça avait été un mensonge ? Une simple manœuvre exécuté depuis longtemps afin de faire baisser la garde de la vampire et maintenant la sienne ? Le jeune homme ignorait après tout qu'est ce qui était enfermé dans le masque, mais généralement si un être était scellé dans un objet c'est qu'il y avait une bonne raison. A vrai dire il aurait probablement préféré attendre, en continuant de reculer, voir si son esbroufe fonctionner, qu'un nuage de brume se répandit, faisant disparaitre le masque. Doutant que leurs détracteurs restent passifs face à une telle chose Séraphin n'attendit guère longtemps avant de se précipiter en direction de la foret, soutenant tant qu'il pouvait la vampire, avant de finalement lui saisir brusquement les jambes pour la porter à bout de bras. Ce n'était guère simple d'avancer avec un tel fardeau et en étant entouré d'une telle brume, mais au moins, contrairement à ses agresseurs, Seraphin savait qu'il lui fallait juste avancer en ligne droite. Ce n'était bien sûr pas une chose aussi simple qu'on aurait pu le penser, que de devoir garder la même direction en étant plongé ans des ténèbres quasi-absolues, mais malgré cela, et en dépit des sifflements des flèches qu'il perçut autour de lui, sans l'atteindre cependant, il finit par rejoindre l'orée de la forêt et à sortir du nuage de fumée.

Haletant alors d'avoir dû porter la vampire il se permit alors de prendre une pause, brève, et de poser la vampire au sol. il constata alors que cette dernière était tombé dans l'inconscience, même pour une créature ce qu'elle avait subi était grave... on souffle paraissait presque inexistant, on aurait pu la croire morte, chose d'autant plus plausible qu'étant une vampire elle présentait même vivante plusieurs caractéristique d'ordinaire propre aux morts récent. Seraphin prit alors le temps de s'assurer qu'elle était toujours en vie, la déposant sur le ventre. Il ne pouvait percevoir son souffle et encore moins son pouls, mais il connaissait un moyen simple de s'en assurer. Pour cela il sortit d'une sacoche contenant son matériel d'ingénieur un petit bout de verre qu'il passa devant la bouche de la vampire, pendant quelques secondes avant de le regarder de nouveau. De la buée...Elle respirait encore et n'était donc pas perdue. Galvanisé par cela il finit par placer son corps en travers de ses épaules, il était plus commode de la porter ainsi, puis marche plusieurs minutes de manière à s'enfoncer dans la forêt. Il marcha durant plusieurs minutes et ne s'arrêta que quand il estima qu'il n'était pas nécessaire d'avancer plu loin. De toute façon les elfes étaient bien plus à l’aise dans pareil milieu que lui et s'ils le désiraient vraiment ils n'auraient aucun mal à le retrouver peu importe ce qu'il fasse...Et l'état de la vampire ne pouvait plus attendre. Il la déposa alors au pied d'un grand arbre, mais à nouveau sur le ventre afin que la flèche qui avait déjà meurtri son dos ne la blesse plus.

Il n'était pas un spécialiste des soins, et contrairement à nombre de ses confrères il ne maitrisait nullement la magie de guérison, mais par contre il était un spécialiste de la mécanique et une phrase de son père, qu’il lui disait quand il était malade, lui revint, non sans douleur, à l'esprit, comme quoi le corps humains n'était qu'une complexe mécanique qu'il convenait d'entretenir et de réparer si nécessaire. Alors Seraphin devait pouvoir faire quelque chose pour la vampire... Il s'efforça alors d'extraire la flèche de son épaule. Pour cela il brisa tout d'abord la tige de la flèche, puis il lui fallut ouvrir le dos pour tenter d'extraire la pointe. Pour cela il employa la lame qu'il avait fixée sur son arme. La plaie ainsi causé était plus large que nécessaire, mais en tant que vampire, et donc mort-vivante aux yeux du prêtre, l'hémorragie que cela entrainait ne devait pas être trop conséquente, mais de toute façon cela eut le mérite de faciliter la tâche de séraphin qui ensuite utilisa une petite pince qu'il utilisait pour le spièces les plus fragiles de ses inventions et la glissa dans les chairs de la vampire. Ensuite son habilité manuelle et une bonne dose de chance lui permit d'atteindrai la pointe de la flèche qu'il parvint à extraire avec une certaine délicatesse, emportant également ce qu'il restait de la hampe... Il savait que le mieux était de recoudre la palie, mais en plus de ne pas disposer du nécessaire cela s'avérai au-dessus de ses capacités. Quant aux restes des blessures de la vampire c'étaient des plaies internes pour lesquels il ne pouvait rien...

Cependant, après l'avoir reposé sur le dos et l'avoir recouvert de ce qui restait de l'habit dissimulant sa tenue d’inquisiteur il vit une option pour aider la vampire. De tels êtres étaient plus forts après avoir bu du sang, de fiat ce dernier devait pouvoir les aider à guérir... Pour autant, même si l'humain avait fait des progrès vis à vis des créatures, il se refusait à donner son propre sang, en partie parce que nombreuses étaient les légendes qui disaient que cela pouvait entrainer sa propre transformation e n vampire et cela...il s'y refusait tout simplement. Pour autant... Il ne pouvait quitter la vampire pour aller chasser un animal, même si son pistolet lui rendrait la chose relativement facile, et qui plus est la détonation faciliterait le travail d'éventuel poursuivant... Ainsi après un léger soupir et une hésitation de plusieurs secondes il concéda de donner son sang. Cependant il le fit de manière à ne pas être mordu, de toute manière la vampire en serait incapable vu son état. Pour se faire il s'entaille donc, assez profondément, le bras, et le tendit au-dessus des lèvres de la vampire, dont les lèvres étaient entrouvertes, accueillant ainsi une partie du ruisseau carmin qui coula et dont le reste coula un peu sur son menton et son cou.... Et, tout en se faisant, Seraphin serrait anxieusement son pistolet, au cas où après avoir aspiré du sang la vampire se sente subitement mieux et éprouve le désir d'en absorber encore plus du sien, auquel cas... Il n'hésiterait pas à l'abattre... Dans le même temps il s’inquiétait par ailleurs de ne pas voir le masque revenir, pourtant la vampire était encore vivante... D'ailleurs il interpella doucement cette dernière, voir si elle reprenait conscience.

"Mademoiselle ? Ça va mieux ?"

Il avait prévu que ce voyage lui apporterait des ennuis, mais si on lui avait dit que pareil chose lui adviendrait...Et bien dans le fond après sa rencontre avec Theorem il aurait pu le croire, bien qu'il l'aurait considéré comme très improbable... A croire qu'il attirait les situations improbables en vérité...
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Lun 22 Avr 2013, 21:39

Ca bougeait ... beaucoups... beaucoups... trop... Pourquoi est-ce qu'elle n'arrivait pas à ouvrir les yeux ? Au début elle se sentit enveloppée par une chaleur étrange. Quelque chose de doux... de tendre... Comme lorsqu'un amant vous enlace, comme lorsqu'un animal de compagnie vous saute dessus et montre son affection... Mais le bruit... Akaracthe ne se sentit pas longtemps bien, mais fut prise d'une violente angoisse, rapidement, les quelques battements dans sa poitrine vibraient, forts, beaucoups trop forts, elle avait mal, elle voulait hurler.

Un cauchemard. Elle ne savait plus différencier la réalité du rêve, les douleurs des plaisances, elle ne savait plus où elle était. Elle avait mal, pourtant, elle avait...
Elle ouvrit les yeux. Elle était enchaînée, des habits en lambeaux, elle se sentait perdue, en larmes. Pourquoi?

-Un rêve...

Ce n'était qu'un songe. Elle tourna la tête. Une pleine, entièrement recouverte de neige. Devant elle, au loin, à peut-être, quelques kilomètres, des corps... elle reconnue l'inquisiteur, qui gisait là. Sans trop savoir pourquoi, son coeur se serra. Au début, elle était choquée, perdue, hébétée. Puis, elle comprit. Parmi tout ces corps, des dizaines peut-être, elle n'avait posé les yeux que sur un seul. Le seul visage qu'elle reconnaissait, et intimement, elle espérait qu'il était toujours envie. Elle se raccrochait à cet espoir, un espoir... L'espoir, c'était ça, le signe de ce rêve.

Elle comprit autre chose.

Ces liens, qui la retenait sur place, n'était pas des chaînes, dures, froides, mais des tiges, facilement cassable.
Elle n'était pas obligée de défaire les liens, non, elle pouvait se sentir piégée, pleurer sur son malheur, elle pouvait...

Une claque. Moralement, elle se donna une claque. C'était qui pour laisser des personnes mourir ? Elle tuait oui mais... jamais par pur plaisir... Elle se délia les poignets, la gorge, et les chevilles: elle courru. Elle courru tout droit, vers ce corps peut-être inanimé, vers ce corps qu'elle ne connaissait, mais c'était tout de même un corps, qu'elle voulait sauvée. Derrière elle, une nuage, noire, épais, et au fond des êtres démoniaques, ils voulaient aussi ce corps, mais certainement pas pour les mêmes raisons.
Ce fut alors une course effreinée, pour se sauver elle-même, ou, pour sauver un monde, auquel elle tenait.


Un spasme violent traversa son corps. Elle se tourna pour vomir.
Après cela achevé, elle retourna la tête, et apparu le visage de Seraphin. Elle voulu l'embrasser, lui sauter dans les bras, mais se ravisa. Elle avait rêvée !

Elle se mit tout de même a pleurer. Se fichant de son état de faiblesse. Elle baissa sa garde, presque en attendant une dague en plein coeur. Mais tant pis, elle prit un risque.

"Mademoiselle ? Ça va mieux ?"

Elle ne réussit pas à réouvrir les yeux en sa direction. Elle était... elle se sentait fragile. Encore. Pourtant elle articula :

-Qu...qu... je... il... c'est pas...ssé ?
avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Mer 24 Avr 2013, 19:24

... La voyant dans un premier temps vomir Seraphin ne fut pas vraiment rassuré, mais à vrai dire c'était finalement, un bon signe qu'elle ait encore la force pour cela, et même se retourner un peu pour éviter quelques fâcheux désagréments. Le clerc la laissant donc faire, bien que dans le fond cela le surprenait quelque peu, il ne connaissait nulle plaie qui pouvait causer de telles conséquences. Était elle victime d'un poison ? Peut être, mais pourtant elle n'en avait affiché aucun symptôme jusque là et son acte état advenu des plus brusquement... Et ce ne fut que quand elle vit son visage qu'il comprit, la cause d'une telle réaction était un événement advenu durant son sommeil, probablement un cauchemars...Cela était souvent chez les personnes victimes de blessures graves et pareille chose ne faisait que prouver "l'humanité" déniée de ces monstres... Son regard demeurait baissé, comme si elle n'osait pas voir l'humain ou craignait ce qu'il ferait, mais ses larmes n’échappaient nullement invisible pour l'inquisiteur qui en un élan de bonté songea à tenter de la réconforter, mais s'en abstint, cette jeune femme, du moins à première vue, était tout de même victime du meurtre de deux humains et il se devait de tirer cette affaire au clair.

Finalement après ces quelques instants mouvementés se lèvres articulèrent quelques mots, pas vraiment une réponse à la question de Seraphin, mais le fait qu'elle soit en état de parler, même de manière aussi hésitante, était des plus rassurant... Cependant il eut un léger gémissement alors qu'il allait lui répondre...Après quelques instants sa plaie au bras se mit à le faire souffrir intensément et il ne fut plus à même d'ignorer le sang chaud qui ruisselait sur son membre ne quantité non négligeable, et pour apaiser ce flot il déchira un petit morceau de ce qui restait de sa tunique sensée dissimuler sa tenue d’inquisiteur et qui recouvrait encore la créature, s'en servant pour commencer à se panser, tout en répondant à la vampire... Cependant si sa voix était assurée ses gestes étaient quelque peu maladroits, non seulement parce qu'il n’était guère simple de panser seul un bras, une des deux mains étant dans une position guère commode, mais aussi parce qu'il ne regardait guère ce qu'il faisait, s'efforçant de fixer la vampire.

"Vous êtes tombées inconscientes alors que... La chose qui vous servait de masque a disparu et a laissé place à un nuage de fumée qui nous a permis de nous enfuir. je vous ai amené dans la foret proche pour les semer, mais à vrai dire s'ils veulent nous retrouver il est probable qu'ils en soient à même ,puisqu'ils comptent deux elfes sylvains parmi eux... Enfin je doute qu'ils fassent cela, ils doivent par trop craindre que ma présence trahisse la proximité de force cléricale plus importante. Je vous rassure ce n'est pas le cas... Enfin quoi qu'il en soit je vous ai amené ici afin de prendre soin de vos plaies. J'ai ainsi réussi à extraire la pointe de la flèche qui vous avait atteint, mais la plupart de votre autres blessures graves sont plutôt internes et je n'ai malheureusement pas le don de soigner comme bine de mes congénères donc.. En... En dépit de tout mes dogmes je vous ai fait boire un peu de mon sang afin de vous aider..."

Ce fut cette fois à son tour de détourner le regard, il était... Encore honteux d’une certaine manière de ce qu'il avait fait pour un monstre, venir en aide à un d’entre eux était déjà une chose, mais lui donner à boire son propre sang... Cela avait des consonances de pactes inavouable dont Seraphin, même aujourd'hui, éliminerait les auteurs de pareilles choses... Puis il se ressaisit, précisant.

"Cela parce que je me dois de savoir pourquoi vous avez tué ces humains... Et faire ce qui doit être fait selon la vérité..."

Ce n’était pas très rassurant, ni la meilleure manière d'obtenir la dite vérité, mais l’inquisiteur n’était pas un individu mesquin, parfois haineux, parfois... Perturbé, mais d'une sincérité à toute épreuve, même avec les monstres et de fait il ne pouvait cacher à la vampire la menace qui pesait sur elle. Enfin il conclut sa phrase par un soupir agacé, rien qui soit du fiat de la jeune femme, mais tout simplement, il ne parvenait pas à panser son bras , ce qui le frustra, et il se contenta finalement d'apposer l'étoffe sur sa plaie pour tenter d'éponger le sang qui continuait de couler.
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Ven 03 Mai 2013, 17:47

Akaracthe avait reprit son calme habituel. Elle se mis à analyser encore une fois son corps: ses membres étaient bizarrement ... Comme, revigorés! Elle tâta ensuite ces lèvres avec un certain délices, et tourna discrètement les yeux vers son interlocuteur.
Il n'aurait pas ?...

"Vous êtes tombées inconscientes alors que... La chose qui vous servait de masque a disparu et a laissé place à un nuage de fumée qui nous a permis de nous enfuir. je vous ai amené dans la foret proche pour les semer, mais à vrai dire s'ils veulent nous retrouver il est probable qu'ils en soient à même ,puisqu'ils comptent deux elfes sylvains parmi eux... Enfin je doute qu'ils fassent cela, ils doivent par trop craindre que ma présence trahisse la proximité de force cléricale plus importante. Je vous rassure ce n'est pas le cas... Enfin quoi qu'il en soit je vous ai amené ici afin de prendre soin de vos plaies. J'ai ainsi réussi à extraire la pointe de la flèche qui vous avait atteint, mais la plupart de votre autres blessures graves sont plutôt internes et je n'ai malheureusement pas le don de soigner comme bine de mes congénères donc.. En... En dépit de tout mes dogmes je vous ai fait boire un peu de mon sang afin de vous aider..."


Ha si. Elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourir. Son sang... Etait juste ignoble. Elle n'aurait jamais eu l'idée de boire quelque chose d'aussi dégoutant. D'ailleurs, elle se demandait bien pourquoi le sang de cet humain était si... C'est intriguant. Certainement parce qu'il maîtrisait un certain pouvoir... Oui, c'était assez plausible. La vampire s'était déjà faite la remarque deux ou trois fois : un humain qui utilise une sorte de magie voit son métabolisme se modifier la plupart du temps, ce qui est normal en un sens, mais son sang aussi se met à se transformer : peut-être... Un sort, utilisable, qui empoisonne le sang ? Elle en avait déjà entendue parler de quelque chose dans le genre, mais si c'était le cas, l'inquisiteur voudrait ?...

Merde !

"Cela parce que je me dois de savoir pourquoi vous avez tué ces humains... Et faire ce qui doit être fait selon la vérité..."

Il veut clairement me tuer!


Il en était strictement hors de question. Elle ne laissa pas deviner le cours de ses pensées. La vérité hein, en empoisonnant un vampire ? Le cerveau d'Akaracthe fila à toute allure. Mais, où était parti Kazui ? Cela faisait maintenant un bon moment qu'elle lui avait redonné sa forme originelle, et que l'inquisiteur avait réussit à s'enfuir vers la forêt.
Déjà un danger écarter, il fallait maintenant en affronter un autre...
Sans kazui ses capacités étaient beaucoups réduites, néanmoins elle avait récupéré assez d'énergie (aussi fictive soit-elle) pour tenter de reprendre le dessus. L'inquisiteur était blessé, semblait réfléchir, et lorsqu'il lâcha la vampire des yeux pour tenter de panser sa plaie, Akaracthe se jeta sur lui.

D'un bond relativement agile, elle plaqua Seraphin dos à terre, plaça ses jambes telles que l'inquisiteur ne puisse plus bouger les siennes; d'une main elle bloqua le poignet du bras valide de l'Inquisiteur, de l'autre, elle plaqua sa main contre le plaie ouverte . Elle ne voulait pas le blesser d'avantages, mais au moins, il avait repris un certain avantage, sur ce qui pourrait être potentiellement son adversaire. Elle regarda furtivement autour d'elle, et elle fut soulager en voyant au loin le pistolet d'argent. Au moins, s'il voulait s'en servir, il devrait se débattre avec sa plaie qui risquerait de s'ouvrir plus en plus. Il perdrait évidemment beaucoups de sang, et ça...
Néanmoins... Il l'avait sauvé... Elle décida tout de même de lui répondre.

-Tu as du voir que j'étais vampire donc, et, ton sang est juste ignoble!

Il semblait trépigner, il hésitait à se débattre, c'était certain . Akaracthe ne voulait évidemment pas le tuer, mais la possibilité qu'il l'est empoisonné...

-Si je meurs à cause de ton sang, Kazui te retrouvera, et t'étripera... D'accord ?

Elle reprenait son assurance (presque) légendaire . Mais au fond, elle s'inquiétait tout de même pour son masque. Kazui... Si elle le perdait...
Elle ne savait même pas ce qui lui arriverait... Il était là depuis sa naissance après tout, elle vivait avec depuis si longtemps, elle avait... Peur ?

Elle soupira.

-Ces deux meurtres n'étaient évidemment pas gratuits. Je ne suis pas complètement folle tout de même ! J'étais sous contrat à vrai dire. Ces deux hommes avaient violés et tuer ... Trois jeunes filles.

Il n'était évidemment pas du tout nécessaire que l'une d'elle était une vampire. Séraphin était un humain, le sort de monstres ne l'affligerait certainement pas ! Ce serait triste en un sens mais ... Tant pis, elle n'avait pas le choix.

-Que faisais-tu dans cette auberge ? Un inquisiteur... Seul... Tu voulais peut-être jouer les justiciers ?

Il voulut bouger pour se manifester. Akaracthe n'eût qu'a appuyer sa main sur sa plaie pour l'en empêcher.
Trop facile...

Ha non, pas si facile que ça en fait.

Akaracthe fut prise d'un tournit affreux. Inconsciemment, elle commença à s'affoler, à mal respirer. Elle pria pour retrouver Kazui, il pourrait faire quelque chose, mais bordel pourquoi est-ce qu'il ne revenait pas ?

Elle lâcha Seraphin pour grimper à un arbre. Haut, très haut. Elle croisait les doigts pour que son masque revienne, vite. Elle allait une fois de plus perdre connaissance.

En s'agrippant à une branche, et sans savoir pourquoi, son coeur lui lança une douleur immonde, qui la fit basculer, une fois de plus, en arrière.

-J'en ai marre...
avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Sam 04 Mai 2013, 00:33

Séraphin s'était tenu prêt à réagir au cas où la vampire résisterait, où tout du moins il avait cru cela. La vérité était toute autre, pour plusieurs raisons. Premièrement il ne s'était guère attendu à ce qu'au vu de son état de faiblesse elle puisse se jeter aussi promptement sur lui et avait ainsi inconsciemment baissé sa garde. Secondement la douleur qui accompagnait sa blessure et le fait qu'une de ses mains était occupée à tenter d'éponger le sang qui s'en écoulait l'empêchait de réagir aussi vivement qu'il l'aurait pu. La somme de ces deux faits l'amena à être totalement impuissant face à l'assaut de la vampire et à être immobilisé et ainsi réduit à l'impuissance en une poignée de secondes... Il avait qui plus est perdu son arme et se retrouver ainsi en situation de faiblesse totale désormais face à une vampire plus forte, plus rapide et plus endurant que lui et qui était clairement en position de force. Il était à sa merci et ne pouvait maintenant que se préparer à sentir les crocs de la jeune femme pénétrer sa chair en espérant qu'elle serait suffisamment clément, ou bien trop avide, pour ne pas lui laisser assez de sang pour le laisser survivre et devenir également un vampire... Mais seconde surprise, et agréable cette fois, elle n'en fit rien, prenant la parole d'une voix vive et un peu brusque, trahissant le fait qu'elle semblait aller un peu mieux afin de faire une constatation des plus curieuses qui étonna et amusa le jeune homme.

A vrai dire une superstition voulait qu'il suffisait de faire bénir son sang pour que son sang soit un poison pour les vampires, cela était faux, car le sang se régénérait sans cesse et rendait impossible la mise en place d'un sortilège suffisamment simple pour être faite n’importe quelle circonstance et pour n'importe qui, durant longtemps et étant efficace. Ainsi généralement si des individus devaient partir à al chasse au vampire et faisait bénir leur sang il leur fallait prier pour atteindre leur proie avant que le effets de la bénédiction ne s'estompe.... Et dans le cas de Seraphin il n’avait encore jamais subi ce rite, si ça n’était le sacrement qui avait suivi sa consécration en tant qu’inquisiteur mais dont les effets magiques s’étaient depuis longtemps estompés, bref il n'en voyait pas la raison, mais avait de toutes manières d'autres soucis à gérer, comme le fait de ne pas effaroucher la vampire afin d'éviter le pire... Il tenta pour cela de l’apaiser et essaya de dire qu'il n’avait rien fait pour l'empoisonner, mais ayant un peu bougé dans le même temps, et la poigne de son adversaire se raffermissant d'autant plus, seul un léger gémissement de douleur s'échappa de ses lèvres en dépit de tout ses efforts pour ignorer la souffrance causée par sa plaie. Ainsi la créature continua ses questions, ses explications et ses menaces sans que l'inquisiteur ne puisse lui répondre ou faire quoi que ce soit d'autre, si ce n'était écouté.

Et il le fit, découvrant ainsi pourquoi la mort avait frappé les deux humains au bar et songeant simplement sur le coup au regret de ne pas les avoir abattus lui même... Mais à vrai dire il conçut un certain soulagement dans le fait que l'action de la vampire soit justifié, bien qu'il était incapable de dire si c’était parce qu'il ne désirait pas avoir à la tuer ou parce qu'il pouvait ne pas se mettre en danger inutilement au vu de sa position sasn aller à l'encontre de ses convictions. Bien sûr selon toutes les lois humaines ce serait suffisante pour lâcher à ses trousses une demi-douzaine d'inquisiteurs, si sa simple condition de créature ne suffisait pas à cela, mais pour la conception du monde particulière qu’était désormais celle de Séraphin il n'était pas une nécessité d’éliminer la vampire. Cette dernière conclut sa diatribe en lui posant une question amplement justifié, après tout elle avait le droit de la lui retourner... Allant lui répondre il tenta pour se faire plus commodément de se redresse un peu, plus par réflexe qu'autre chose, ce qui fut suivie d’une réaction de la créature et d'une nouvelle vague de douleur pour Seraphin... Il se concentra quelques secondes ,déglutissant péniblement, puis était prêt à parler, mais avant qu'il ne puisse s'exprimer il en fut empêché, une fois encore, mais cette fois par la fuite de la vampire ! Cette dernière effectivement, sans raison apparente, grimpa brusquement au premier arbre venu et disparut de la vue du clerc qui se releva alors péniblement, haletant encore de douleur et le regard levé dans les frondaisons... Pour finalement en voir tomber la silhouette de la vampire. Sa chute était ralentie par les frondaisons et elle survivrait sans doute au choc, mais, pourtant, au lieu de tenter de récupérer son pistolet Seraphin s'approcha afin de réceptionner la créature, espérant qu’elle ne souffrirait pas d’encore plus de contusions.

Cela pouvait paraître curieux qu'il se préoccupe du sort d'une créature qui s’était tout bonnement montré odieuse à son égard alors qu'il avait presque tout fait pour être bienveillant, mais à vrai dire maintenant que la situation était clair le jeune homme ne voyait pas l’intérêt de tenter de la tuer...E t de ce fait tenter de la sauver, l’indifférence ne lui semblant pas être un option ! Ainsi il parvint à l’attraper à la fin de sa chute, heureusement ralentie par les feuillages. pour autant ce ne fut pas sans mal, son bras droit lui faisant souffrir le martyr il lui fallut lors de la réception mettre un genou à terre et dépose à nouveau la créature au sol, avant de dire une fois cela fait.

"Bon sang... Je vais croire que c'est une manie chez vous de prendre de la hauteur pour mieux tomber."

Il eut un sourire en disant cela...Mais il n’était pas très convaincant, la quantité de sang qu'il avait perdu commençait à devenir conséquente et ajouter à la fatigue physique cela lui donnait une mine des plus déplorables, blafard et tremblant légèrement sur lui même, alors que pourtant il soutenait le regard de la vampire. Cela ne l’empêchait pas pour autant de parler, sur un ton plus sérieux cette fois.

" Quant à mon sang, j’ignore pourquoi il vous est si ignoble, mais je vous l'ai donne seulement que pour que vous alliez mieux, ce qui à l'air d'avoir marché, du moins un temps vu comment vous m'avez bondi dessus... Par ailleurs j’approuve le sort que vous avez fait à ces hommes si ce que vous me dites est vrai, et pour être honnête si ce n'est votre agressivité je n'ai pas de raison de pas vous croire... A vrai dire si j’avais su régler leurs comptes aurait pu être la raison de ma présence si j'avais su, mais non...Si j’étais en ce lieux ce n'est pas parce que je jouais les justiciers. Au contraire je poursuis un but égoïste et qui n'a que...peu à voir avec mon rôle d'inquisiteur... Mon père a été tuée et ma mère enlevée quand j'étais jeune, j'ai longtemps cru que c'était l'oeuvre des monstres, d'où ce que je suis devenu, mais non... Il s'agissait d'humains, qui plus est engagée par l'église pour laquelle j'ai travaillée tant d'années... Je cherche le coupable du meurtre de mon père maintenant pour lui faire cracher les noms des responsables et l'abattre comme le chien qu'il est...Cependant pour ce voyage j'ai besoin d’être un minimum discret et d'ordinaire ce genre de lieu est l’endroit idéal pour cela... Enfin si on ne croise personne comme vous. Bon voilà pour ce qui est de mes réponses, maintenant désolé mais je vais voir si vous n’avait pas de nouvelles plaies suite à cette chute je..."

Il s'interrompit au milieu de sa phrase alors que sa main se levait pour commencer à tâter l'épaule de la vampire, balbutient, son visage devint encore plus pale et sa main se rabaissa brusquement sur la vampire pour prendre appui sur cette dernière. Le prêtre ne s'en était pas rendu compte, mais l'hémorragie, bénigne au départ, était devenue vraiment trop conséquente suite à l’agression de la vampire qui avait élargie la plaie, et il ne la supportait guère plus. Sa visions commença lentement à se flouter et un à ses sens semblaient commencer à s'éteindre. Il eut alors peur, peur de mourir ainsi, peur de mourir avant d'avoir connu la vérité sur ses parents... Mais il ne pouvait rien faire, il n’avait plus la force de bouger et il ne s'en fallait que de peu pour qu'il ne s’effondre par sur la jeune femme.
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Dim 05 Mai 2013, 16:25

-J'en ai marre...

Encore une chute... cela devenait une étrange manie, la perte d'équilibre n'était pas une caractéristique majeure chez elle, et se faire blesser aussi idiotement non plus d'ailleurs! Elle ruminer carrément de son comportement. Si il s'avérait que le sang de l'homme était réellement empoisonné, cela ne servait à rien de fuir: là c'était son égo qui en prenait un coup. En réalité, Akarcathe ne voulait pas fuir la mort, mais au moins mourir avec dignité... Elle a déjà vu des vampires mourir empoisonné, et ça casse toutes les images qu'on pouvaient avoir d'eux, très sérieusement !
Et c'est juste au moment où elle se faisait mentalement à l'idée de se fracasser -une fois de plus- par terre, qu'elle se senti receptionnée. Il lui fallut quelques secondes complètement sonnée pour comprendre pourquoi elle ne ressentait aucune douleur, et elle sentit le regard pratiquement amusé de l'humain... Qui la tenait dans ses bras !

"Bon sang... Je vais croire que c'est une manie chez vous de prendre de la hauteur pour mieux tomber."


Il souriait !
"Il se fou carrément de moi! Mais... Il ne m'a peut-être pas empoisonné alors..."
Akaracthe était à la fois soulagée d'avoir compris qu'elle ne mourrait pas d'un empoisonnement fourbe, mais elle était quand même assez véxée de se faire sauver plusieurs fois par un humain qui...
Elle fixa son sourire. Et elle pu constater l'état de Seraphin. Lui non plus, n'était pas en très bon état, celui-ci serrait très légèrement la vampire dans ses bras, ces même bras tremblant. Il était blessée, et elle venait de constater le teint trop pâle de l'inquisiteur, ainsi que sa blessure au bras... qui s'était élargie.
Une sensation bizarre la traversait, en fixant les yeux de l'homme, qui la fixait pareillement. Son sourire cachait sa douleur apparente, et il avait quelque chose de captivant. Peut-être était-elle influencée par le rêve qu'elle avait faite ? Assez étrange lui aussi...

" Quant à mon sang, j’ignore pourquoi il vous est si ignoble, mais je vous l'ai donne seulement que pour que vous alliez mieux, ce qui à l'air d'avoir marché, du moins un temps vu comment vous m'avez bondi dessus... Par ailleurs j’approuve le sort que vous avez fait à ces hommes si ce que vous me dites est vrai, et pour être honnête si ce n'est votre agressivité je n'ai pas de raison de pas vous croire... A vrai dire si j’avais su régler leurs comptes aurait pu être la raison de ma présence si j'avais su, mais non...Si j’étais en ce lieux ce n'est pas parce que je jouais les justiciers. Au contraire je poursuis un but égoïste et qui n'a que...peu à voir avec mon rôle d'inquisiteur... Mon père a été tuée et ma mère enlevée quand j'étais jeune, j'ai longtemps cru que c'était l'oeuvre des monstres, d'où ce que je suis devenu, mais non... Il s'agissait d'humains, qui plus est engagée par l'église pour laquelle j'ai travaillée tant d'années... Je cherche le coupable du meurtre de mon père maintenant pour lui faire cracher les noms des responsables et l'abattre comme le chien qu'il est...Cependant pour ce voyage j'ai besoin d’être un minimum discret et d'ordinaire ce genre de lieu est l’endroit idéal pour cela... Enfin si on ne croise personne comme vous. Bon voilà pour ce qui est de mes réponses, maintenant désolé mais je vais voir si vous n’avait pas de nouvelles plaies suite à cette chute je..."

Encore un autre soulagement lorsqu'elle vit que l'homme la croyait, et un petit ricanement lorsqu'elle comprit qu'il n'était pas tout à fait d'accord avec certaines idéologies humaines... Elle avait honte de l'avoir prit pour un monstre, il ne méritait pas une telle appellation. Finalement, lui aussi avait connue la disparition d'êtres proches, comme Akaracthe et sa famille. Même si elle n'avait jamais connue de peine à proprement parler, son comportement lors de cette nuit dite tragique était clairement un signe d'une certaine tristesse... Inconsciente, alors.

Elle allait répondre lorsqu'elle sentie une grande faiblesse s'emparer de l'inquisiteur. Il se mit à tituber, et Akaracthe n'attendit pas qu'il s'étale par terre avec elle dans ses bras pour réagir. Elle se fit tomber des bras de l'homme, qui ne s'en rendit probablement pas compte.

-Aïe... Encore une chute !

Pas le temps de souffrir, le sang de l'homme l'avait déjà bien assez revigorée (malgré quelques petits soucis mineurs..). La vampire sentait son cœur se serrer, une violente sensation d'angoisse était en train de s'emparer d'elle. Les mêmes sensations que ... le rêve ? Elle tenta tant bien que mal de canaliser cette angoisse, et de poser ses idées calmement. Mais bordel ce qu'elle avait envie d'hurler !

Elle prit la tête de Séraphin dans ses mains, et le fit doucement basculer en arrière, pour le faire s'allonger. Il était clairement en train de perdre connaissance, il fallait faire quelque chose! Elle regarda la plaie sur le bras de Séraphin. Malheureusement son instinct de vampire n'avait que pour seule ambition d’insérer délicatement ses crocs dans la blessure et d'absorber cette substance aussi ignoble soit-elle, qui lui est nécessaire pour vivre... Elle se mettait à transpirer, ses pupilles se dilataient... Kazui, en forme de masque, devait l'aider à canaliser ses pulsions horribles, mais là...

Elle entendit un bruit étrange.
Le temps qu'elle se retourne, une ombre noire fila à toute allure et s'écrasa contre l'ombre près d'eux.
D'instinct, Akarcathe pris la tête de séraphin dans ses bras et la plaqua conter sa poitrine, comme pour le protéger: elle savait pertinemment que se serait impossible de protéger quoique se soit de cette manière, et elle se mit à hurler .

-NON!

Elle s'en voulu immédiatement d'avoir hurlé, et des larmes commencèrent à couler sur ses joues. Elle ne comprenait décidemment pas ce qui lui arrivait, et s'empressa de sécher ses larmes lorsqu'elle comprit..

"Non mais quel merdier..."

-Kazui!!

Son démon était revenu ! Et comme pour répondre à son regard curieux et interloqué, Kazui s'empressa d'ajouter :

"Honnêtement, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas senti aussi puissant ! Même si, n'ayant pas absorbé ton corps, je n'avais que la moitié de mes capacités, je me sentais teeeeeeellement libre! Enfin, trêve de rêverie. Après avoir fais mon brouillard, et quand j'ai vu que vous vous étiez barré, j'ai eu la merveilleuse idée de dissiper l'ombre du côté de vos assaillants, et un passant de la même corpulence que ton homme là -heuuu, pourquoi tu le tiens comme ça vous êtes mariés ? Putain il se passe trop de trucs sans moi...- s'est mit à courir vers l'auberge, donc dans le sens opposé à votre direction : cet abruti d'ogre s'est mit à le pourchasser ! En revanche j'étais crevé, je me suis donc permis... une petite pause tu m'en veux pas ?"


Ne pas lui en vouloir? Si ce démon avait sa forme matérielle et non celle d'une purée avachit contre un arbre, elle l'aurait giflé! Elle... a eu peur ! Et puis dans tout les cas, il y avait plus important qu'une correction !

-J'ai une idée!

"Mmmmh ? Ho mais il est blessé le garçon !"

-Chéri quelle deduction !

Elle n'avait strictement aucune notion de médecine ou de magie de soin. Néanmoins, elle connaissait quelque chose que les chasseurs de vampires savaient : le sang de vampire avait les mêmes capacités sur un humain et sur un elfe que si c'était un vampire qui absorbait du sang.
Fut un temps où on égorgeait les vampire pour revendre leur sang justement, qui avait des propriétés particulières : entre autre, le sang de vampire permet à un elfe et à un humain de booster son métabolisme, refermant les plaies, régénérant les tissus et les os.
Akaracthe ne savait en rien si ces suppositions étaient vraies ou pas mais, elle n'avait pas réellement d'autres solution.
D'un geste rapide mais doux, elle posa la tête de l'humain dont la respiration commençait dangereusement à ralentir. Elle regarde quelques instants son bras : ce serait idiot de se creer une plaie telle celle de Seraphin. Alors elle mordit profondément dans son pouce, jusqu'a ce qu'une légère douleur lui indique qu'elle avait atteint le bon point. Un filet de sang déferla rapidement de son pouce, et elle s'empressa de poser le liquide rouge près des lèvres de l'inquisiteur.

Il ne restait plus qu'a prier pour que cela marche...
avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Lun 06 Mai 2013, 13:44

... Il y avait quelque chose de ridicule dans la situation de Seraphin. Lui qui avait passé sa vie à apprendre comment tuer des monstres s'étaient liés d'amitié avec certains d'entre eux et semblait sur le point de périr afin de préserver celle de la vampire... Enfin à vrai dire s’il avait été plus prudent les deux auraient pu être fait, en se montrant moins suspect aux yeux de son interlocutrice, en s'infligeant une plaie moins grande... Mais les faits étaient là et il était inutile de les ressasser et de s'en peiner...Et à vrai dire Séraphin appliquait à merveille cette pensée. Son organisme manquant de sang pour fonctionner à plein régime venait de justement réduire ses besoins, en un réflexe de survie des plus inconscients. Ainsi le clerc avait perdu le contrôle direct de son
corps qui avait cessé tout effort vital et donc l'avait amené à s'effondrer, mais également celle de sa pensée. Il était certes toujours conscient et ses yeux demeuraient ouverts, mais ils n'étaient pas en état de se rendre compte de l'imminence de la mort, de s’en inquiéter et curieusement il se sentait bien. Peut-être était-ce dû à sa croyance qui l'amenait à espérer un monde meilleur au travers de la mort, peut-être était-ce parce qu'il était heureux de donner sa vie pour sauver autrui, mais il paraissait bien plus probable qu’il n’en ait nullement conscience, le jeune homme ne pensait plus qu’il allait mourir, l’évanouissement était devenu un sommeil, paisible, bien plus sans doute à vrai dire que la plupart de ceux qu’il avait pu vivre…


Du moins ce fut ainsi au début… Alors que pourtant ses paupières étaient encore ouvertes et paraissaient continuer à fixer le monde extérieur il se sentit tout d’abord caresser par une douce fraicheur, agréable, mais qui n’était autre qu’une déformation pernicieuse de l’étreinte glaciale de la faucheuse. Puis cette fraicheur laissa place à une chaleur, celle des bras de la vampire, ça, il le sut… Il ignorait qu’un revenant pouvait émettre de la chaleur, surtout aussi réconfortante… Son regard se posa alors sur son visage, il y vit de la détresse sans en comprendre la raison. Il voulut le lui demander, savoir pourquoi elle paraissait si amère, mais il ne fit qu’expirer, agitant ses lèvres sans parvenir à articuler le moindre mot. Il ne s’en rendit pas compte et ne s’en inquiéta pas, il n’en avait plus la force…Comme il n’eut même pas la force d’être gênée par l’endroit où sa tête était collée… En temps normal il aurait reculé vivement, bondit en arrière en affichant une teinte écarlate et en expliquant vivement qu’il avait fait vœu de chasteté, bien que de toute manière son corps n’est plus assez de sang pour lui donner la vigueur nécessaire pour le briser… A vrai dire il
n’entendit même pas le cri de détresse de la vampire, non de ce geste il en perçut juste une douceur exquise… Qui ‘accompagna tandis qu’il sombrait pour de bon dans l’inconscience…


Il y eut une courte période de ténèbres, durant laquelle il eut réellement peur, comme s’il recouvrait une certaine forme de lucidité, mais la douceur qui l’accompagnait l’empêcha de paniquer, l’apaisa, et permit à la lumière devenir… Il se vit alors dans un étendue d’un blanc immaculé. Il ne semblait y avoir ni sol, ni plafond, ni mur, juste un lieu sans limité et inondée d’une lumière immaculée et il y était… Enfant lové contre le torse de sa mère d’où se dégageait cette douceur, cette tendre douceur qui le réconfortait tant. Et il était ravie de retrouver sa mère. Sa conscience embrumé ne le fit néanmoins pas étonné du fait qu’il paraissait enfant, après tout il voyait sa mère telle la dernière fois qu’il avait vu, il était dès lors logique que lui-même ait dans son inconscience l’apparence qu’il avait à cette époque… Un instant il s’interrogea sur où était son père, et un autre moment il se demanda s’il était au paradis, effleurant alors l’hypothèse de sa mort… Mais cette même douceur chassait ses inquiétudes. Il avait retrouvé sa mère, il avait atteint son objectif… Plus rien n’importait…

Mais les rêves sont faits pour être éphémères et ce dernier se brisa lissant place au cauchemar… Le corps de Séraphin avait réagi de manière e partir le plus doucement possible, mais à l’approche de la mort l’instinct de survie était le plus fort et venait perturber
le « sommeil » de Séraphin, Comme une manière de jeter ses ultimes forces dans la bataille, d’affronter au travers du cauchemar la faucheuse… Mais à vrai dire il est certain que le clerc aurait préféré avoir affaire à la moissonneuse de vie plutôt que ce cauchemar, encore pire que ceux qui hantaient ces nuits d’ordinaire. Ces derniers étaient d’ordinaire toujours les mêmes, il voyait ses parents au loin, sans jamais pouvoir les rejoindre et à la fin du cauchemar il les voyait tourner la tête, pour afficher un visage dont toute peau et chair était partie pour ne laisser place qu’aux ossements. Une vision macabre mais à laquelle il avinât fini par s’habituer, bien qu’elle continuait à troubler ses nuits, mais cette fois… Brusquement lâché par sa « mère », sans en comprendre la raison, il se vit chuter, brièvement, afin d’atterrir dans un flot carmin où il n’avait plus pieds, nageant désespérément dans ce sang dont l’odeur écœurant lui saisissait la gorge il chercha du regard celle qu’il avait enfin trouvé… Mais il ne la vit guère, elle avait laissé place à une femme défigurée, meurtrie, aux poignets entourés de chaines et dont les cheveux gris et sales couvraient le visage, dissimulant les traits de ce dernier sans parvenir à en cacher entièrement la laideur et la souffrance qu’on pouvait y lire… puis Seraphin croisa son regard, un regard de folie, qui s’exacerba à la vision du jeune homme… puis la chose nullement gêné par le sang s’élança vers le jeune homme.. Cette chose était bien humaine, une femme relativement âgée qui avait laissé place à la folie, … Mais bien qu’il n s’agissait que de cela Seraphin en fut tétanisé, incapable de comprendre quoi que ce soit jusqu’à ce que l’être étrange soit en face de lui, se tenant à quatre patte pour être à la hauteur de l’enfant qu’il était… Puis ouvra grand les mâchoires pour lui saisir la gorge, la lui arraché… Avant qu’elle ne soit balayée par une vague de sang , tout comme Seraphin,
quise retrouva submergé, se noyant dans cet immonde liquide… Mais il voulait comprendre, il voulait savoir et cela lui donna la force de remonter la surface et de respirer….


Et ce fut la première chose qu’il fit quand le cauchemar s’acheva se relevant brusquement et inspirant vivement, afin de remplir des poumons qui avaient failli manquer d’air… Dès que le cauchemar avait commencé, que l’ultime affrontement face à la mort et à ses peursavait commencé il avait tremblé et s’était mis à suer, lâchant par inconsciemment de léger gémissements, des « non » et des « arrêtez », sans autres mots concrets qui aurait permis cependant de leur donner un sens cohérent…Ces gémissements s’étaient tus juste après que le sang d’Akaracthe avait franchi ses lèvres, s’avérant être la vague carmine qui avait déferlé sur
Séraphin, lui sauvant la vie tant dans son rêve que dans la vraie vie, puisque seulement une poignée de secondes s’était écoulé entre le don de la vampire et son réveil… Et son corps s’avéra aussi tourmenté qu’à son réveil puisque de brusques nausées lui vinrent et qu’il eut envie de venir… Mais que ce soit le sang du vampire qi ne pouvait plus être rejeté ou bien son corps qui n’avait
pas encore la force de recracher juste la bile rien n’advint, si ce ne fut un léger spasme de haut le cœur alors qu’il était assis…


Il prit alors le temps de respirer un peu, inspirant et expirant à plusieurs reprises, sentant son corps envahit par une douce chaleur revigorant qui d’une certaine manière l’inquiétait n’en comprenant pas l’origine… Mais il ne faisait nul doute que cela était un bien, puisqu’il semblait ses forces lui revenir, suffisamment en tout cas pour qu’i les sente la force de se relever, et pour, qu’après s’être rendu compte qu’il avait échappé à la mort, tourner la tête vers Akaracthe, remarquant par ailleurs que l’ombre était revenu. Elle y était surement pour quelque chose et en guise de remerciement le clerc lui adressa un sourire.

"Je ne sais pas ce que tu as fait, mais … Merci… Je vois d’ailleurs que ton ombre semble revenu… Enfin bon il va falloir que je bande mon bras pour éviter que ça empire… Enfin au moins ça n’a pas été vain ! Tu as l’air en pleine forme, au moins il a été
efficace, aussi immonde qu’il soit mon…Sang…"



Sa voix d’abord enjouée devint… Faiblarde lors qu’il prononçait le dernier mot… Et comprit quel était l’origine du gout ferreux dans a gorge. Ce n’était pas le gout de son propre sang , mais celui de la vampire…Il regarda alors brusquement son bras. La plaie était toujours présente, mais de par la présence du sang de la vampire le sien avait coagulé et l’hémorragie avait cessé… Ce qui ne l’empêcha pas de paniquer au contraire, se relevant soudainement, pour prendre appui un arbre visiblement paniqué et regardant fébrilement ses mains, se disant qu’elle paraissait bien pâle avant de balbutier…

"Je … Tu m’as fait boire ton sang… Mais… je…Je ne veux pas devenir un vampire… Je…je préfère mourir que cela !"

Ça pouvait paraître excessif, mais devenir un monstre serait non seulement brisant pour le jeune homme, mais lui arracherai également toutes ses chances de remonter la piste de sa mère ! Néanmoins il parvint à se ressaisir, glissant une main dans ses
cheveux tout en reprenant la parole d’une voix entrecoupée de sanglots, laissant une nouvelle preuve de son caractère changeant et un peu perturbé, étant passé rapidement de la reconnaissance à la tristesse en passant par la peur, tout comme il était passé du confort à la plus vive des inquiétudes dans son sommeil, Mais dans sa voix n perçait nulle haine. La vampire n’avait pas agi pour le transformer, sinon elle aurait pu le faire avant et de manière plus brutale…Et il fallait être honnête il avait survécu uniquement de par cela…Ce qui ne l’empêchait pas d’être amer…


"Je… Je …bien sûr je te remercie de m’avoir sauvé, mais… Si ton sang doit faire de moi un de tes semblables je préfère mourir que cela ! Ce serait renié les dernières choses auxquelles je crois… Mes derniers espoirs et… je ne je ne peux pas… Je ne peux pas…"

Il était dans un état de détresse similaire à celui qui l’avait frappé quand Theorem lui avait appris à la vérité quant au coupable du sort de ses parents et à nouveau on y retrouvait les larmes et l’envie de mourir. On aurait pu alors croire qu’il n’avait tiré aucune leçon, rien de moins faux car il faisait des efforts pour continuer à réfléchir et il ne s’était pas jeté sur son arme pour mettre in à ses jours, déjà il attendait la réponse d’Akaracthe avant de décider quoi que ce soit, mais une chose était certaine quelle que soit sa réponse le comportement de Séraphin serait extrême, en bien ou en mal.

Pourtant cela était clairement excessif… Bien sûr Séraphin avait appris dans son clergé que des contacts rapprochés, come un rapport charnel ou un échange de sang pouvait transformer un humain en monstre, en particulier pour les créatures dont des
cas de contaminations avait déjà été avéré, comme les loups garous et les vampires. Dans les fiats en vérité il fallait déjà prendre en compte qu’une fonction des sous-races tous les vampires n’avait pas la même méthode pour contaminer leurs victimes, tout comme i l y avait des vampires stériles et d‘autres fertiles, et enfin certains pouvaient saigner et d’autre pas, Akaracthe pouvait… Qui plus est bien que cela puisse être possible, la contamination se faisait au moins par la morsure infligée à la victime, si ce n‘était par un rituel plus complexe, mais la nature était bien faite. Ainsi si les vampires volaient le sang des autres pour se nourrir exécuter le processus inverse, soit ingérer leur sang, leur sang pouvait aider autrui et cela les chasseurs de vampire le savait pertinemment. Ainsi le sang de vampire qui avait déjà des propriétés de coagulation et de régénération de loin plus conséquente que celui des humains pouvait affecter les fluides humains afin d’en faire partager temporairement les capacités, le rendant plus visqueux et donc réduisant les hémorragies, et véhiculant également une énergie spécifiques de telle manière d’une goutte de
sang de vampire stimulait l’organisme à produisait du sang en grande quantité rapidement, ainsi le sang des vampires était efficace en de nombreuses occasions ,donc leur chasse, ou leur propre sang s’avérait idéal pour sauver une de leurs victimes qui n’était ni encore morte ni infectée. Ensuite le sang était nettoyé de lui-même par le corps humain et finissait par être soit évacué
soit à devenir semblable à celui de l’humain. Bien sûr en fonction de la sous-espèce du vampire et de l’état de santé de ce dernier les résultats pouvaient varier, mais heureusement pour Séraphin Akaracthe était en pleine forme et ne faisait pas partie d’une de ces ethnies dont le sang était néfaste


Dernière édition par Seraphin le Mar 07 Mai 2013, 13:07, édité 3 fois
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Lun 06 Mai 2013, 14:51

Ouf ! Le sang avait eu une bonne réaction, comme l'avait prédit la vampire. En revanche, lorsque Séraphin se releva d'un bond, Akaracthe pencha la tête sur le côté et arqua un sourcil : elle venait de lui sauver la vie, et il était dans le même état que lorsqu'elle-même avait fait un cauchemar, quelques temps avant. Il s'agitait énormément, transpiré à grosses gouttes, et bafouillé des mots très rapidement. Beaucoups trop d'ailleurs. Akaracthe tout en se relevant se demandait s'il n'avait pas atteint un seuil de frénésie humaine en absorbant le sang d'un vampire : certes cette dernière action avait eu un bon effet curatif sur sa plaie, mais il perdait légèrement la tête. Dans le doute, et surtout pour prévenir de toute sorte de bêtises de la part du jeune homme, Akaracthe rappela rapidement Kazui son forme de katana, se dirigea vers le pistolet d'argent, et le brisa en deux. Après cela, elle redonna sa forme de bouillie noire à Kazui, le temps qu'il reprenne ses forces.

En essayant d'écouter le malade, elle comprit finalement qu'il n'était pas fou: il avait peur, il faisait une crise de panique ! Il avait peur de se tranformer en... monstre. Akaracthe grogna en entendant plusieurs fois ce mot dans la bouche de l'homme qu'elle venait de sauver. Même si concrètement le mot "monstre" était juste tout ce qui n'était pas humain, elle détestait ce terme. Oui, l'ogre et les elfes de tout à l'heure étaient des monstres, mais elle, elle n'était pas une chasseresse sanguinaire et assoifée de sang! Enfin, si plus ou moins... Mais pas au sens barbare du terme quand même !

-Moi je suis certaine que tu serai très mignon en tant que vampire...

Elle laissa s'échapper un léger rire cristallin, mais l'inquisiteur ne sembla pas prêter la moindre attention à cette... blague ? D'un peu mauvais goût.
A la surprise -d'elle-même- et de Kazui, elle s'avança comme un chat vers Séraphin, et lui décolla une droite en pleine mâchoire. Cela eu l'avantage de le faire taire.

-Oops, je voulais pas le faire si fort.

"Mais ça va pas ? T'es con ou tu le fais exprès ? Tu viens de le sauver et maintenant tu veux le défigurer!!"

Akaracthe ne fit pas attention aux dire de son ombre. Et après un petit regard confus comme pour s'excuser, elle rattrapa Seraphin qui manqua de basculer en arrière, et malgré la différence de taille le prit dans ses bras. Ce n'était pas un geste qu'elle avait l'habitude de faire, aussi cela lui faisait à elle aussi tout drôle; pour des raisons évidentes, la seule occasion où elle pouvait se permettre d'être aussi proche de quelqu'un, c'est lorsqu'elle voulait, ni plus ni moins, lui planter ses crocs dans le cou. Evidemment, elle ne voulait pas le tuer, mais voulait faire en sorte de se donner un côté rassurant. Oui, pour un vampire, c'est étrange, et les exclamations des moins harmonieuses de Kazui étaient là pour appuyer cette théorie. Elle n'en fit rien, et tout en restant dans cette même position, elle prit un ton calme et posé.

-Calmes-toi, tu ne vas pas te transformer en "monstre" comme tu dis, même si ce terme est blessant. Tu crois sincèrement qu'un monstre t'aurai sauvé la vie ? Tu n'imagines même pas avec quelle facilité j'aurai pu te tuer.

Ok, la dernière phrase n'était pas rassurante. Mais elle n'avait jamais réconforté quelqu'un de sa vie !
Sauf... une fois.

Elle repensa à cette fois-là d'ailleurs. C'était un tout petit peu avant la nuit du meurtre de sa famille. En voguant un peu au hasard sur les terres qu'elle ne connaissait que trop bien, elle tomba sur un plus jeune vampire qu'elle, pleurant toutes les larmes de son corps. Il bafouillait, paniquait, et avait des spasmes violent. Akaracthe se sentait un peu désarmé, en le voyant ainsi, elle ne savait pas vraiment quoi faire, mais au bout de quelques minutes, le petit vampire lui sauta dans les bras, toujours en pleurant. Il criait qu'on lui voulait du mal, qu'il ne pouvait pas se défendre. Akaracthe ne savant pas trop quoi faire, et en voyant ce pathétique petit être, lui asséna un violent coup dans la tête afin de le repousser. Une fois à terre, elle lui cracha au visage :

-Tu n'as qu'a pas être aussi faible et aussi lâche pour demander de l'aide à une fille.

Peu après ça et, une fois s'être détournée, elle entendit des bruits d'os. Elle retourna la tête et aperçu un monstre affreusement hideux, dévorant la tête du pauvre vampire. Après un court laps de temps, Kazui conseilla à Akaracthe de fuir. Il lui expliqua que le petit garçon avait eu à faire à un slime, et que ces choses étaient trop dangeureuses pour un être matériel.

Akaracthe sorti de ces pensées en entendant Kazui. Toujours en tenant l'humain dans ses bras elle tendit tout de même l'oreille.

"A vrai dire, non, elle ne te transformera pas en vampire. En revanche, le fait d'avoir été en contact direct avec le sang d'un vampire 'vivant'..."

-Hein?

Akaracthe écarquilla les yeux en entendant ça :vampire vivant ? C'est quoi ce foutoir ?

Kazui soupira longuement.

"Oui, un vampire vivant. C'est à dire que tu fait partie d'une lignée étrange de vampire non-mort. Tes organes marchent quoi ! Tes parents à ton avis, si leur engins sexuels n'avaient pas marché, tu crois que tu serai là maintenant toi ?"

-Je... Oui, je n'avais juste jamais... Enfin...

"Bon. Je disais donc, faisait parti d'une lignée "pure" si tu préfères, tu as maintenant sur toi une "malédiction", enfin, ou une "bénédiction", cela dépend de comment tu vois la chose. Tu as une seconde chance quoi. En gros si jamais tu es proche de la mort, Akaracthe pourra te redonner vie, mais avec des crocs. Etant une vampire ne craignant pas le soleil, tu pourrait potentiellement devenir pareille, si cependant ton âme s'accorde avec une d'un de mes congénères. S'il faut je pourrais les appeler, donc... Je crois que j'ai tout dis!"
avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Mer 08 Mai 2013, 14:19

... Le trait d'humour d'Akaracthe n'eut nullement l'effet escomptée, enfin, si pour elle même au vu de l'éclat de rire qu'elle eut, mais le pauvre Séraphin pour sa part ne fit que paniquer d'autant plus ! Si elle émettait une telle hypothèse c'est qu'il allait devenir un vampire ! Un être avide de sang obligé de tuer d'autres humanoïdes pour survivre en s'abreuvant de leur sang, devant se défaire de tout les symboles religieux pour ne pas en souffrir, fuir le soleil et avoir la lune comme seul compagnie... Il se tourna un instant alors vers son pistolet là où il l'avait laissé tomber...Et devint encore plus blême en le voyant briser en deux ! Il allait alors insulter la vampire de tout les noms, la créature venant de briser des années de travail ainsi, bien qu'en vérité ayant maintenant les schémas il pourrait en faire un autre relativement rapidement... Oui un autre parce, qu'ici contrairement à ce qu'avait fait Theorem, les dégâts étaient bien trop conséquent pour être réparés ! Cependant à peine avait il commencé à ouvrir la bouche et à se tourner la vampire qu'il l'aperçut, bien plus proche qu'il ne l'escomptait, et qu'un coup de poing le frappa à la mâchoire, interrompant le mouvement de celle ci et donc ses propos.

Le choc fut brutal, mais moins qu'on aurait pu l’escompter de la part d'un vampire. Akaracthe était forte bien sûr, mais sa force relevait encore du "raisonnable", en totu cas suffisamment pour que le clerc en soit pas tout bonnement projeté par le coup. Venant juste de se remettre d'un évanouissement il mit quelques instants à recouvrir ses sens, ne parvenant pas à rétorquer aux dires, amplement justifié vu son état présent, de la vampire et de son ombre... Au lieu de cela il manqua de peu de basculer en arrière, ce qui serait advenu si la vampire ne l'avait pas rattrapé pour le tenir dans ses bras. Peu après il recouvrit ses sens, ainsi qu'un certain sang froid, l'action de la jeune, du moins en apparence, femme ayant été positive en ce sens. Il cessait de parler pour ne rien dire et paraissait un peu moins paniqué. Pour autant son regard restait fixe et ses yeux étaient grand ouvert, bien qu'Akaracthe ne pouvait le voir au vu de leur position, L'humain ayant passé sa tête au dessus de son épaule tandis qu'il enlaçait également la vampire, s'y raccrochant par réflexe comme à un radeau, bien qu'ainsi il était totalement à sa merci...

Mais cela n'avait pas d'importance, après tout si elle avait voulu le tuer elle aurait pu le faire bien avant, comme elle le dit si bien.. C'était tellement vrai que le jeune homme ne le prit nullement comme un menace, de toute manière il était déjà par trop assuré par les dires de la vampire qui affirmait qu'il ne se transformerait pas... Après out elle n’avait pas d’intérêt à lui cacher la chose si c'était le cas, puisqu’il deviendrait tôt ou tard un vampire à moins de prendre des mesures qu'elle l’empêcherait alors de faire, et elle devait savoir de quoi elle parlait en toute logique... Il s'apaisa alors un peu bien que quelques doutes subsistaient et il allait les expliquer quand le démon d'ombre prit la parole afin de confirmer les dires de la vampire, mais surtout y apporter de nécessaires précisions, qui non seulement mirent la créature dans un embarras assez amusant à voir qui arracha un sourire au jeune homme, mais amenèrent également le jeune homme à avoir pleinement conscience de son état... il allait rester un humain, mai s était d'une certaine manière un vampire en sursis. Si Akaracthe le voulait il reviendrait d'entre les morts une fois son trépas advenu avec peut être les mêmes spécifiés qu'elle, dont la protection au soleil , mais aussi la compagnie d'un démon comme cette ombre...chose dont il se passerait bien à vrai dire! non seulement au nom de ses principes mais aussi parce qu'au vu des disputes entre l'entité et son hôte il ne s'agissait pas vraiment d'un "cadeau"... Enfin à vrai dire les choses étaient pires, même si Seraphin ne put s'empêcher, de manière un peu idiote, de se masser le cou, relâchant de fait Akaracthe, ainsi qu'à l’entité l'accompagnant et reculant d'un pas avant de répondre.

"... Oh que si j'ai conscience de la facilité avec laquelle tu aurais pu me tuer... Et j'avais tout de même des raisons de m'"inquiéter ! Je te sauve tu me bondis dessus, je tombe inconscient, tu m'aides à survivre et tu me donnes un coup de poing ! Tu changes plus rapidement de comportement qu'un opportuniste ! Et n'oublie pas non plus que j'aurai pu également te tuer... Mais je ne cherche pas à te menacer, juste... Merci..."

... Il ne savait pas trop pourquoi il avait dit cela... Et il y réfléchit quelques instants. Après tout la vampire l’avait quand même, d'une certaine manière, contaminé, avait failli le tuer alors qu'il lui avait sauvé la vie et avait détruit des années de travail... Par ailleurs il s'était un peu éloigné afin de récupérer les fragments de son arme, non sans un long soupir, les rangeant par la suite dans une de ses besaces. Certaines pièces pourraient être réutilisés, d'autres non, mais toutes les récupérer l'aiderait de toute manière dans le travail de reconstruction... Puis se faisant il reprit la parole.

"Je veux dire... Tu as détruit le fruit d'années de travail en brisant mon arme et tu t'es comporté de manière bien agressive envers ton sauveur. Mais tu m'as sauvé alors qu'aucune raison ne t’obligeait à le faire... Comme aucune raison ne m'obligeait à te venir en aide en vérité. Et justement non... Je pensais pas qu'un monstre, du moins dans son sens négatif, m’aurait épargné... J'avais récemment commencé à croire cela. alors merci... De consolider mes convictions. Cela peut paraître être des paroles de faibles, mais juste... J'en ai besoin."

Il avait conscience de passer probablement pour un individu ridicule, devant absolument se reposer sur une forme d'idéologie pour survivre. Mais quand on avait eu personne d'autres pour nous élever qu'une idéologie il était extrêmement difficile de vivre sans en avoir une, fusse t-elle différente de l'idéologie avec laquelle on avait grandi, comme le faisait désormais Seraphin qui avait décidé de ne plus juger les autres races sur leur simple naissance... Durant ses dires il s'était relevé et retourner vers la vampire, quelque pas les séparaient.... Et c'était sans doute mieux, car rien que pensait à la promiscuité qu'il y avait eu entre eux, suffisait à faire venir le rouge aux joue de l'inquisiteur, maintenant qu'il avait l'esprit lucide quant à cela, ce qui ne l'empêcha pas cependant de prendre à nouveau la parole.

"Je suppose que je devrai prendre cette seconde chance pour une sorte de cadeau... Mais j'aurai une seule demande à te faire... Me laisser dans les limbes si je dois les rejoindre. La condition n'aurait rien à m'apporter si ce n'est des regrets et de la douleur. J'espère que tu comprends..."

Il fit enfin quelques pas vers elle et en un geste purement amical tendis la main en direction de la vampire, justifiant sur le champs ce geste synonyme d'une séparation évidente.

"Enfin puisque nous allons tout les deux bien mieux et que tu va, je suppose, aller au donjon Kanabo et que moi je prends une direction opposé, je pense qu'il est temps de nous séparer... Permets moi tout de même de me présenter avant.. Après tout l'entité t'accompagnant a dit ton nom suffisamment de fois, AKaracthe, pour que je le retienne... Donc je me nomme Seraphin... Et si nos routes doivent se croiser à nouveau j'espère que tu te souviendras de ma demande."
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Akaracthe le Mer 12 Juin 2013, 19:46

Akaracthe restait tout de même légèrement abasourdie par ce qu'elle venait d'entendre. Elle savait déjà qu'elle faisait parti d'une lignée rare de vampire : elle ne craignait pas le soleil, et son coeur battait à plein régime. Mais de là a s'appeler vampire "vivant", elle ne connaissait pas vraiment le terme. Seraphin semblait également légèrement surpris, mais la vampire ne s'attarda pas sur ses traits : de toute façon, il commençait à sourire. Elle le laissa séloigner pour prendre plusieurs fois la parole. Le coup de poing avait bien heureusement eu l'effet escompter, le clerc était redevenu a peu près calme et visiblement apte à réfléchir correctement.

           -...Merci...

Akaracthe eut un léger sursaut. Un humain la remerciait, c'était la première fois de sa vie. Tout d'abord, elle ne s'y attendait pas du tout. Et ensuite, elle ne sembla pas comprendre le sens de ce mot. Elle ne l'avait jamais entendu sortir des lèvres d'un humain, donc elle ne s'était jamais attardé sur le sens d'un mot qui semblait aussi anodin. Pourtant, ce simple petit mot, avait des répercutions étranges sur son corps tout entier. Elle ne put répondre immédiatement, et Akaracthe se sentait comme aspirée devant la puissance de ce mot. C'était ... c'était...
Elle se sentait bien, vraiment, bien.
Une sensation vraiment nouvelle venait de faire irruption en elle. Une légère chaleur qui s'emplifiait de plus en plus en elle, se développant au sein de sa poitrine.

Elle regarda ensuite attentivement Seraphin se diriger en soupirant vers les pauvres restes de son arme. Akaracthe se dit qu'elle y été allé peut-être un peu trop fort, mais bon, ayant déjà assisté à pas mal de réactions d'humains en pleine panique, elle était persuadée que c'était une bonne décision pour elle... et pour lui aussi !
Après avoir ramassé ses miettes, Seraphin se retourna vers la vampire. Et tout en parlant s'approcha lentement d'elle. Il n'y avait pas de mot pour décrire ce qu'elle ressentait à ce moment précis. Une envie de parler, de bouger, de s'extirper de ce sentiment qui l'empourprait très légèrement. Mais elle se tut, et avala difficilement sa salive. Il parlait beaucoup, beaucoup trop encore une fois. Pourtant, elle l'écoutait attentivement, se délectant de chacune de ses paroles. Ca aussi, c'était nouveau. Ne se serait-elle pas un peu ... attaché, a cet humain? Et puis, la possibilité pour elle de le transformer en vampire... Tout de même, elle hocha la tête lorsqu'il lui demanda de le laisser mourir si lui le voulait.
Elle était cruelle, mais pas à ce point.

         "Enfin puisque nous allons tout les deux bien mieux et que tu va, je suppose, aller au donjon Kanabo et que moi je prends une direction opposé, je pense qu'il est temps de nous séparer... Permets moi tout de même de me présenter avant.. Après tout l'entité t'accompagnant a dit ton nom suffisamment de fois, AKaracthe, pour que je le retienne... Donc je me nomme Seraphin... Et si nos routes doivent se croiser à nouveau j'espère que tu te souviendras de ma demande."

Akaracthe tendit la main a son tour, et au contact de la peau de seraphin, elle se colla a lui et pinça son cou avec ses lèvre, avant de le regarder dans les yeux :

       -A la revoyure, cher clerc!
avatar
Akaracthe

Féminin
Messages : 114
Expérience : 153
Métier : Assassin

Feuille de personnage
Niveau:
15/40  (15/40)
Race: Non-mort
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Seraphin le Mer 12 Juin 2013, 23:47

Tout d'abord rassuré par le simple contact de la main de la vampire dans la sienne le prêtre afficha dans un premier temps un léger sourire... Qui ne dura pas quant à une vitesse par trop conséquente pour qu'il soit à même de réagir la vampire se jeta littéralement à son cou en un geste qui n'avait rien de rassurant quand on connaissait les aptitudes des vampires... Mais pourtant bien qu'il fut réellement effrayé en sentant les lèvres de la vampire sur son cou ce sentiment fut remplacé par toute autre, chose d'encore plus intense... Qui était tout simplement le rapprochement qu'il y avait entre lui et cette jeune femme, qui ressemblait malgré ses origine à une jeune humaine des plus attirantes... Chose qui fit rougir Séraphin de manière particulièrement intense, ayant en tant que prêtre rarement eu de contacts pareil avec la gent féminine... Il en était confus au point qu'il ne tenta pas de résister à Akarackthe et que cette dernière aurait bien pu le mordre à l'instant qu'il n'aurait sans doute pas résisté ! Bien sûr nulle pensée malséante ne venait à l'esprit du clerc, bien trop innocent à ce sujet, mais  si sa volonté était suffisante pour résister aux charmes magiques et s'ils s'étaient toujours méfiées des séductrices cette étreinte le ... Perturbait, simplement... Il ne comprenait pas pourquoi il entendait son cœur raisonner dans ses oreilles, était ce dû à une montée d'adrénaline alors que les crocs de la vampire étant si proches de sa gorge ? Ou bien à cause de ce sentiment inqualifiable, cette gêne extrême qui l'envahissait soudainement? Il l'ignorait, mais cependant il espéra ardemment que cela s'apaise dès que le visage de la vampire s’éloigna un peu de lui.. Mais au contraire son état empira quand il dut plonger ses yeux dans ceux, fauves, de la vampire, ne réagissant pas sur le coups à ses propos... Pour finalement secouer un peu la tête la relâcher, puis, le rouge de ses joues s'étant apaisé, il s'inclina doucement devant la vampire en un signe de respect.

"Au plaisir de te revoir... Dame de l'ombre."

Certes il connaissait son prénom, mais après tout elle l'avait bien appelée par son titre... et il se voyait mal la qualifiée de manière péjorative par le terme de tueuse. Par conséquent c'est ce nom qui lui était venu à l'esprit de par le démon d'ombre l'accompagnant. Enfin en soit cela n'avait pas réellement d'importance et elle s'éloigna tout de même de lui, disparaissant rapidement de son champs de vision... Et ce ne fut qu'alors que, avec une légère moue, il se massa doucement le cou, non pas pour vérifier si la vampire l'avait mordu, cela  il l'aurait ressenti, mais parce qu'il y demeurait bizarrement une sensation qui persistait. Il abandonna finalement cette entreprise et reprit sa route, les débris de son pistolet dans une de ses besaces.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le voyage avait amplement laissé le temps à Seraphin de réparer son arme, l'occasion par ailleurs d'effectuer le vérifications qui lui assurerait aussi peu de risques que possibles pour son prochain tir. Cela se fit cependant au détriment de la création qu'il avait débuté, ce qui n’était pas sans le frustre... Néanmoins dans le fond cela n’avait guère d'importance, seul comptait le fait qu'il était prêt... Après deux semaines en tout de voyage il avait atteint le lieu où se dissimulait l'assassin de son... Le kidnappeur de sa mère.. Le destructeur de sa vie... Il s'agissait de vas quartiers crasseux et peuplé par la pire des racailles... Mais Seraphin ne se cachait plus depuis sa rencontre avec Akarackte, sa tenue "discrète" ayant finie en lambeau, mais cela n'avait plus d’importance. Même en ces lieux on n'oserait pas s'en prendre à un inquisiteur quant à  sa cible... Elle avait conclu un pacte avec l'église, il ne devrait pas se méfier d'un de ses éminents représentants désireux de le voir. 

Bien sûr retrouver sa position exacte n'était pas des plus évidents, mais l'inquisition était organisée et cette dite organisation passait par un registre décrivant avec précision les suspects, en plus de leur nom, tant et si bien que ses mots furent suffisant à Seraphin pour lui indiquer où se dissimulait le coupable. Son nom il le connaissait déjà Dornas... Et il espérait pour lui que d'autres soient en possession de ce savoir afin que quelqu'un puisse graver l'épitaphe qui ornerait sa tombe... Il  y avait quelque chose d'amusant. D'ordinaire avant chaque mission, à chaque fois qu'il agissait il avait peur d'échouer, mas cette fois... Ce n'était pas le cas, sa main ne tremblait pas, il savait qu'il allait réussir et si ce n'était pas le cas... il en payerait le juste prix. Ainsi ce fut sans la moindre hésitation qu'il s’avança vers la battisse branlante, composée de bois pourrie, dans lequel dormait Dornas après une nuit de débauche... 

Le clerc entra sans difficulté dans le bâtiment, la porte était certes verrouillée, mais si le verrou était robuste il n'en allait pas de même des gonds qui ne résistèrent guère à une simple pression de la main du jeune homme, qui parvint cependant à empêcher que la porte tombe dan un grand fracas. La salle où il avait débouché composait entièrement le rez de chaussée et au vu des débris d'os qui y était présent et le sang séché elle pouvait aussi bien servir de cuisine que de salle manger, ou encore de lieu de travail pour son habitant... Il ne s'y attarda guère et s'aventura dans les escaliers, surpris qu'aucune des marche ne cède sous son poids... Puis il se trouva devant une unique porte, celle-là n'était pas verrouillée... Et il entra... Pénétrant dans un lieu encore plus crasseux que le rez de chaussée et ayant pour seul meuble un lit de mauvaise facture...

Mais qui était encore dévalorisé par l'être qui reposait dedans. Ce dernière, un homme âgé de la cinquantaine, gros, aux cheveux et à la barbe rare mais grisonnante, au visage constellé de tâches dû à on festin de la veille il était un véritable déchet humain... pour un acte abject l'église lui avait donné une seconde chance et il n’avait pas su la saisir... Le verdict tétait sans appel.

La détonation du pistolet  fut le seul bruit audible pour les autres habitants. Cependant, il n'avait pas été le seul dans la maison de Dornas lors des minutes précédant, tout d'abord il y avait les ronflements du ruffian, puis le choc sec de la crosse sur sa mâchoire, des plaintes, réduites au silence par un second coup de crosse accompagné de plusieurs questions qui reçurent toutes des réponses pour la plupart accompagné de suppliques invoquant son ignorance... Néanmoins il y avait un avantage à ce que son imposant ait été entendu par autrui si ce son était inconnu des gens il inspirait par la même la crainte et nul ne s'interposa face à l'inquisiteur qui sortit d cette demeure, capuche rabattue sur son visage pour le dissimiler... Même si cela était vain. Les clercs maniant ce genre d'armes ne couraient pas les rues et ses "vacances" ne passeraient pas inaperçus. Bien sûr on pourrait se demander s'il y aurait une enquête sur la mort d'un tel individu , mais en fait même aux yeux de Seraphin c'était probable. S'il avait été remis en liberté cet être devait continuer à être surveillé et de fait... L'hypothèse de la fuite semblait se confirmer de plus...

Mais en fait cela ne dérangeait pas Séraphin... Non en cet instant son esprit était préoccupé par autre chose, qui le dérangeait... C'était le premier être vivant qu'il tuait et c'était un humai et... Ça avait été si facile. Lui l'inquisiteur avait appris à tuer des monstre, des êtres aux pouvoirs surnaturelles aux sens sur développés et de fait se retrouver face à un être aussi démuni qu'un humain dans son sommeil, l'avoir exécuté.. Le perturbait un peu. En avait il le droit ? Que ce soit à l'égard de ses convictions religieuses ou d celles qu'avaient semé Theorem en lui ? Et surtout ce qui le dérangeait le plus... Pourquoi à l'instant où sa volonté avait manquer de faillir , que son doigts avait hésité à presser la détente lui était revenu le souvenir de la vampire de son récit et ses victimes ? ... Il ne comprenait tout simplement pas pourquoi cela... Et une nouvelle question vint s’ajouter à son esprit. Aurait il pu faire cela s'il n'avait pas croisé la route de cette vampire tuant par justice.... Justice oui...

Il comprit alors que quoi que soit les circonstances il ne dévait pas avoir peur de ce qu'il avait fait, c'était nécessaire. Cet homme devait mourir car sinon d'autres risquaient de subit la douleur qu'avait vécus Seraphin et qui plus est... Maintenant il savait. L’église lavait bien relâche cet individu en échange de ce service, mais le jeune homme n’avait ni explication au pourquoi de la chose , ni lieu, ni nom. En somme il n'était guère plus avancé comparé à ce qu'avait dit Theorem. En conséquence pourquoi, alors qu'il n'en savait guère plus sur la mort des parents, alors qu'il avait commis un acte répréhensible,aussi juste qu'il soit, alors qu'il allait devoir fuir, oui pourquoi... se sentait il si bien d'avoir tué Dornas ?


--------------------------------------------------------------------------------------------------------


"Archevêque... la piste du sujet n°12 a été retrouvée, il semble avoir réussi à remonter la trace de son passé."

"Je le sais... Le rapport de son supérieur m'indique que dans ses pensées il y a récemment été trouvés une affection pour le monstres.. Mais au lieu de s'en soucier ce vieil homme m demande des explications quant à ce Dornas dont  nous ne lui avions pas expliqué la libération... Il n'en avait pas besoin ! les affaires ds humains ne relèvent pas de sa juridiction, il doit se charger des monstres uniquement !"

"A ce sujet... Numéro 12 a tué Dornas...

Je vois. il devient donc une menace... Peut être est il temps d'exploiter pleinement ce pourquoi nous avons mis cette manœuvre en place. Donnez des ordres précis à nos rabatteurs et nos traqueurs, nous le voulons vivants et surtout... Qu'il soient les seuls à le pourchasser pour éviter tout incident, donc que sa tète ne soit pas mise à  prix... Il baissera alors sa garde et à ce moment...  Il sera à nous."
avatar
Seraphin

Masculin
Messages : 213
Expérience : 665
Métier : Inquisiteur

Feuille de personnage
Niveau:
21/40  (21/40)
Race: Human
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on attaque l'ombre... L'ombre contre-attaque!

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum