Le procès de la colère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le procès de la colère

Message  Engar le Sam 23 Mar 2013, 02:34

Le conflit avec le donjon Naviento s'était achevé, par notre victoire, provoquée par une manœuvre efficace... Mais tellement malhabile et dû aux erreurs de notre adversaire que je n'en avais tiré qu'une joie un peu amère alors que je reprenais conscience dans un des lits de l’hôpital...bien sûr j'étais sans doute quelque peu mal placé pour me plaindre, après tout j'avais survécu, on avait pu guérir ma main mutilée et on avait eu l'amabilité de prendre un minimum soin de moi... Mais je ne pouvait m'empêcher d'être...Agacé que notre triomphe soit ainsi, dû à une seule personne, à un seul acte... tout simplement parce que cela n'augurait rien de bon de mon point de vue. La mort de Naviento avait été possible uniquement parce que sa fille connaissait à la perfection son père, et ce trépas nous avait assuré la victoire uniquement parce que ses troupes dépendaient trop de lui... Et si on omettait notre victoire final les faits étaient juste catastrophiques, en moins de trois heures les trois quarts des défenseurs du donjon avaient été éliminés, nous devions déplorer plus d’une demi-douzaine de mort définitifs et Oni ni Kanabo elle même avait été, selon ce que j’avais entendu, défait par le dragon noir...

… Mais de tout ces détails qui affectaient le donjon lui même , je n’avais pas grand chose à faire pour le moment, après tout le donjon m’avait trahi et si je m'étais battus à ses cotés, c'était uniquement pour ceux qui comptait pour moi... Felina, Kumie, Shkeil,Shrvie, Serenna... Et aucunement pour ce triumvirat et sa toute puissance qui m'accusait d'un crime qui me faisait souffrir au plus profond de mon être et pour lequel je n’étais en rien responsable... Il semblait cependant que c’était un fait avéré puisqu’après qu'on se soit assuré que j'étais à même de marcher deux gardes, particulièrement robustes, m'accompagnèrent pour me mener aux geôles... J'étais dépité, mais à vrai dire je m'y étais attendus. On allait pas m'oublier facilement...Et puis les procès après les guerres étaient idéals à près tout pour donner un coupable à la masse, même si le criminel n’avait rien à voir avec le camp adverse, voir le contraire comme c'était mon cas... Néanmoins, bien qu'agacé, il ne fut pas nécessaire de m’imposer des entraves, suivant calmement les gardes. Nous ne croisâmes nulle personne, que ce soit volontairement ou parce que la majorité des habitants du donjon étaient occupés par les conséquences du conflit, jusqu'à atteindre la cellule où je reconnaissais une silhouette familière.

"Bonjour Shrivei..."

"C'est capitaine Shrivei, humain !"

… Abruti d'ange, je pourrai t'arracher les ailes dans la dizaine de secondes qui suivaient et tu ne réagirais même pas, ne comprenant même pas ce qui t'arrive... Oh je le jugeais un peu hâtivement, mais tout dans sa démarche, dans son assurance, indiquait qu'il ne saurait pas faire face à moi... D’autant plus que cette guerre et ma confrontation avec le démon blanc avait aiguisé mes réflexes et particulièrement ma brutalité... Je e contenais cependant, ce n’était pas le moment pour ce genre de bagatelles...

"Laissez Erul, je prend la charge du prisonnier maintenant."

"Mais nous sommes juste en face des geôles !"

"Cet humain, comme vous le dites si dédaigneusement, va avoir un procès en bonne et due forme, or vous savez que le triumvirat aime justement les formes... Je me charge de les arranger je pesne que vous préférez cela non ?"

… Je mettais ma main à couper que ce n'était pas vraiment une question, mais plutôt un ordre. Dans tout les cas les deux gardes s’exécutèrent et Shrivei me fit entrer dans la cellule, m'y suivant puis refermant la prote derrière elle.

"On dirait que le moment de ton jugement est venu Engar."

"Ouais et je ne me fais pas d’espoir quant au fait d'y couper... Et à vrai dire je ne pense pas qu'on en se contentera pas du viol, mais aussi de mon passé..."

"Pff, c'est ridicule, alors qu'on voit ce que tu as fait dans le présent."

"Hm je ne suis pas d'accord, après tout je pourrai avoir agis en héros juste pour être disculpé...Vois tu tout est question de formes, et comme tu le disais si bien il est temps de s'en occuper... Ça fait la deuxième fois que tu m'emprisonnes et ça va faire la deuxième fois que je te demande la même chose. Pourrais tu m’apporter certains documents ?"

Elle hocha la tête, acceptant visiblement... Cela faisait du bien d'être soutenu et tout en souriant pour la première fois depuis mon réveil je lui détaillais ce que je recherchais. Les rapports des assauts de ces derniers mois, ainsi que celui des conséquences précises de ce conflit et ce qui en était de l'état actuel de la garde. Je lui demandais également d'essayer de trouver des ouvrages où mes acte passées seraient évoques dans la bibliothèque, que je sache de quoi on m'accuserait en premier lieu, puis enfin je formulais une dernière requête...

"...Et si tu pouvais aussi m’amener Brendal Vezio ce serait parfait..."

Elle accepta cela aussi...Ce n'était pas difficile de deviner quelles étaient mes attentions à son égard... Je savais quelles informations exploiter, mais je n’avais aucune idée de comment les présenter convenablement à un tribunal... Cet avocat que j’avais sauvé aurait donc l'occasion de payer sa dette sans tarder...

Trois jours s'écoulèrent pendant lesquels je croupirent dans ce cachot avec pour seule distinction comparé aux autres prisonniers le fiat d'avoir des visites régulières de Shrivei, ainsi que de Brendal, qui se promit de m'aider pour mon procès et tenta d m'expliquer les subtilités d'un tribunal, en vain, il y avait trop de manœuvres perfides et d'exactions sournoises pour que je puisse retenir pareille chose... Au moins J’avais les bases de mon argumentation, il restera à espérer que mon langage cru et mon style direct ne me soient pas trop préjudiciable... Enfin de manière général et au vu des faits dont il avait eu vent Brendal semblait confiant quant à mes chances d'être innocenté, du moins pour le viol... Et à vrai dire j’étais parfaitement d'accord, sachant n'y être en rien responsable, mais il resterait à savoir si le triumvirat verrait la chose du même point de vue que lui...

J’allais bientôt être fixé de toute façon puisqu'à nouveau deux gardées, différents de la dernière fois, vinrent me chercher au matin du quatrième jour, alors que j'étais en pleine conversation avec Shrivei, lui rendant les documents qu'elle m’avait donné ainsi qu'un texte, dédié à Felina... Son contenu était un peu particulier, mais c'était la meilleure manière que j'avais de lui communique ce que mon échec quant à ma famille me faisait ressentir... J'espérais qu'elle comprendrait mais je n’avais pas le temps de m'en soucier, le temps que mon officier une boutade et on m'emmenait déjà vers la salle de tribunal, vers mon jugement...

Durant ce trajet je pus surprendre de nombreux regards hostiles à mon égard, des chuchotements, qui véhiculaient une rumeur dont je devinais sans peine la teneur. Le violeur de Kumie Astara allait être jugé, ou alors peut être devançaient ils le verdict du procès, ou spéculait sur d'autres crimes que j'aurai pu commettre. Cette dernière hypothèse était sans doute la moins stupide qu'ils pouvaient mettre en œuvre, car j'en avais effectivement commis de nombreux par le passé...

Je fus ainsi mené à la salle des seigneur du boss, le repaire des seigneurs du donjon... Je ne m'y étais jamais rendu, mais le simple fait savoir conscience du lieu où je me rendais me permettait de prévoir la suite. J'allais voir pour la première fois l'archange déchue qui avait conçu ces lieux et, pour être honnête, j'avais beau la respecter ça ne me faisait ni chaud ni froid, ce serait m'être laisser déstabiliser pour bien peu... Par contre je dus avouer que je le fus entièrement quand les imposantes portes ouvrant sur la pièce nous laissèrent passer, et me permirent de voir sur trois trônes de dimensions différentes Shiru, l'être qui devait être Oni ni Kanabo et un dragon que je supposais être le troisième membre du triumvirat qui gouvernait dont le donjon, mais don j'avais oublié le nom pour être honnête. Ôtait ce vraiment un procès qui m'attendait ? Dans ce cas quelle bien noble assemblée pour cela, même l'église ne mettait pas en œuvre tant de moyen lorsqu'elle jugeait un infâme hérétique. Cela me déstabilisa réellement, mais s'ils espéraient par la même me faire peur ou me rendre confus, ils s'étaient trompé. Je n'en devenais que plus vigilants, cherchant à savoir ce qui se cachait derrière cela et alors que lentement Theorem avançait derrière moi et m poussait doucement vers le milieu de la pièce je scrutais chaque recoin de cette dernière. J'y aperçus des ombres se mouvaient, des créatures venus à assister à ce qui allait suivre, peu importe de quoi il s'agissait. Je tentais d'y trouver une figure amicale, ou tout du moins connue, mais avant que je n'y parvienne mon attention fut attiré par une légère luminescence qui m'entoura, dévoilant alors visiblement un pentacle. Même si j'aurai été incapable de produire une telle œuvre je reconnus le tracé, un pentacle d'emprisonnement... La plupart des pentagrammes permettaient d'enfermer des entités démoniaques,certes, mais celui là permettait de capturer tout être vivant et il était des plus complexes à détruire, celui là d'autant plus car j'y apercevais des runes que j'ignorais... Ils n'avaient vraiment pas lésiné leurs efforts et pourtant, malgré cela, malgré ma position délicate ce fut avec désinvolture que ma tête se leva vers le trio régnant sur le donjon et dit.

"... Commençons le jugement, si c'est bien pour cela que nous sommes là..."


C'était sans doute osée de ma part, mais je signifiais au moins par la même que je ne demandais rien d'autre qu'en finir au plus vite avec ce qui aller suivre et que si on pouvait éviter les fioritures ce serait appréciables pou tous...

*Tu n'as pas froid aux yeux... Enfin il est vrai que tu n'as jamais su reconnaître tes maîtres...*
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le procès de la colère

Message  Oni-ni-Kanabō le Mer 27 Mar 2013, 10:45

Ce tribunal, c'est Oni ni Kanabo qui le présidait. Il y avait peu de procès mais la fin de la guerre avait laissé place à un grand procès qui voyait chaque prisonniers jugés. Bien entendu, la justice appartenait seulement au triumvirat, mais il y avait bel et bien un jury. La foule présente dans la pièce écoutait attentivement les procès et ce coup-ci, c'était à Engar de se faire juger. Une fois l'humain installé dans le pentacle pour le bloquer et l'empêcher de fuir, Oni se pencha un peu pour le voir. Cet humain faisait mine de ne pas avoir peur et était même bien bavard et insolent, mais il avait peur. L'archange déchue ayant totalement récupérée de ses blessures face à Focus s'approcha calmement d'Engar avant de lever sa main vers lui, paume orientée dans sa direction.

"Ce n'est pas à toi que je veux parler, Engar. Ton cas sera vu plus tard..."

Sa paume s'entoura d'énergie et seul le démon put parler et agir dans le corps de l'humain. La conscience d'Engar fut plongée dans la léthargie alors qu'Oni laissa juste au démon le pouvoir de s'exprimer. La foule devint tout de suite moins silencieuse et des murmures de condescendance se levèrent dans les ténèbres.

"C'est toi qui est jugé actuellement. Les faits qui te sont imputés est le viol de Kumie et la dissimulation de preuves. La peine pour de tels actes atroces au sein du donjon est l'emprisonnement. Je demande au Banneret Theorem de raconter les éléments de l'enquête."

Oni se réinstalla dans son fauteuil, laissant la goule haiena s'approcher.
avatar
Oni-ni-Kanabō

Messages : 22
Expérience : 415

Feuille de personnage
Niveau:
50/50  (50/50)
Race: Demon
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le procès de la colère

Message  Theorem & Ishtar le Mer 27 Mar 2013, 11:04

Theorem savait que son histoire allait beaucoup influencer les faits. Il se devait d'être le plus réaliste possible et le plus complet. Après tout, le démon d'Engar était sur le billot et il devait faire attention de ne pas provoquer sa condamnation. Il prit une inspiration avant de s'approcher. La tête encore bandée par une bande de tissu blanc. La bataille avait été rude pour tout le monde et en fait, même si Theorem avait fait son rapport sur Engar et son démon, il avait un autre dossier sur les bras : celui de la cohorte. On appelait ça des vacances ? Enfin bon, il s'approcha calmement, prenant la parole.

"J'ai été appelé suite à une agression sur la personne de Kumie Astara. Suite à son agression j'ai été tenté de prendre contact avec elle, mais le médecin m'a dit qu'elle était en état catatonique. Faute d'attendre son réveil, j'ai fait avec les preuves retrouvées sur l'elfe. Nous avons trouvé dans ces cheveux une feuille. Cette dernière provenait d'une plante voisine d'un plan de Belladone. Avec l'aide d'une experte en la matière, Sélèna Moonlight, nous sommes remontés jusqu'à l'endroit du crime. J'ai alors employé mon flair avec celui de la louve pour en venir à la conclusion qu'il s'agissait d'Engar. Une étrange aura maléfique entourait l'odeur, ce qui m'a immédiatement amené à la conclusion qu'il s'agissait de son démon. Après avoir pisté Engar jusque dans la forêt, le suspect m'a dit ne pas avoir été au courant mais qu'il venait de l'apprendre de son démon. Je l'ai surveillé jusqu'à son retour au donjon. Au retour il a chargé plusieurs corps dans la charrette les ramenant. Capitaine Morgan et Yeager pourront confirmer qu'il s'agissait des proches de la garde Felina. Engar a avoué avoir achevé le frère de cette dernière. Suite à cela, Yeager a tué Engar en lui assénant un coup de hache, frappé par le ton direct de l'humain. Engar n'a pas porté plainte contre Yeager dès son retour au respawn point. Mais pour l'instant, c'est le viol de Kumie qui est jugé et nous avons de fortes suspections quant à lui ainsi que des preuves. Ce démon est responsable de cet acte atroce..."

Conclua Theorem en déposant les feuilles mise en sac et plusieurs images de la scène de crime certifiées par des dessinateurs agréés. La goule trouva son enquête complète et se remit à sa place. après ajouter un énième élément.

"La membre du Triumvirat Shiru laisse à Engar le libre arbitre de son corps trois jours avant de le laisser au démon trois jours. L'agression de Kumie tombe sur les trois jours où le démon avait le contrôle. Engar n'est donc en rien responsable de ce viol."
avatar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le procès de la colère

Message  Engar le Jeu 28 Mar 2013, 00:17

... Ma phrase insolente ne causa guère de réaction sur l’instant ,si ce ne fut quelque murmures agacés parmi les spectateurs, qui devaient sans doute trouvé mon comportement sacrilège, mai peu m'importait, car contrairement à bien des personnes se présentant devant un jugement je savais être honnête, ce qui pour moi valait bien mieux que de belles paroles trompeuses. Quoi qu'il en soit Oni Ni Kanabo ne tarda pas à se lever pour s'avancer vers moins, peut être était ce un honneur que d'être aussi proche d'un tel être, mais c'était une notion qui m'était quelque peu étrangère... Pour autant en dépit de toutes les critiques que je pouvais avoir à l'égard de cette entité je savais aussi quelle était sa puissance et de fait je ne pus retenir un léger mouvement de recul en voyant sa main se tendre vers moi, agissant par réflexe et crainte d'un geste agressif avant de me ressaisir... Et ne nullement cacher l'agacement qu'éveillait en moi ses dires, que je percevais non seulement comme condescendant mais aussi comme menaçant au vu de la précision sur mon cas, ce que je manifestais par un léger grognement de colère...Qui fut interrompu en plein milieu alors qu'usant de son énergie elle força le sceau de Shiru afin de me reléguer dans les fins fonds de ma conscience et en faire sortir mon démon...

La sensation n'était nullement agréable,...En fait c’était comme quand le démon prenait le contrôle par lui même, mais en encore plus intense. Ainsi le sceau n'appréciant pas être forcé, me causa une grande douleur, muette puisque je n'avais plus le contrôle de mon corps. Puis ce fut la chute, nauséeuse oppressante, durant lequel je fus entouré d'un voile noir au travers duquel je ne pouvais rien percevoir...puis ce fut le choc, brutale, mais n'ayant plus de sensation physique cela n'avait pas d'importance. Je me retrouvais ainsi étendu, sur le dos, au milieu de la plaine d'herbe rouge qui constituait la vision que j'avais de mon propre esprit, puis quand je tournais la tête à gauche j’apercevais le rocher sur lequel se tenait habituellement le démon... Je fermais alors un instant les yeux afin de savoir ce qui se passait au travers des yeux du démon, mais le pacte que j’avais passé avec lui afin que soit préservé l'intimité de mon étreinte avec Kumie, m'en empêcha... Bien entendu je me sentais frustré de ne pas savoir ce qui se passait dans ce jugement qui me concernait de près, mais je décidai de prendre mon mal en patience...Ainsi je me relevais, puis prenait la position de mon démon sur le rocher, ce dernier désormais libéré de sa sombre présence, puis mon regard se perdit dans la contemplation des plaine sanguines qui s'étendaient devant moi, attendant simplement que revienne mon heure... Ou que le néant survienne.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

... Evidemment un fois de plus il prenait contrôle de ce corps, une fois encore sa liberté de mouvement était restreinte, comme il y a a peine six jours et qu'il s'était retrouvé enchaîné au cachot peu avant l'assaut... Enfin il fallait reconnaître cependant que la situation était un peu plus délicate. Non seulement parce que s'il avait conscience, Oni Avait bien veillé à juste lui permettre de s'exprimer, mais également de par la simple raison de sa présence en cette pièce... Pour autant il n'était pas inquiet, après l'acte qu'il avait commis il aurait fallu qu'il soit parmi les siens pour ne pas que cela entraîne un jugement, mais à vrai dire bien qu'il était tendu, il n’avait pas peur, et il avait de bonnes raisons pour cela... Pour autant il ne se montrait pas inconscient et se contenta de se taire alors qu'Oni retournait à on siège, et il en alla de même quand l’efféminé haiena prit la parole... Dans des circonstances ordinaire le démon aurait prit soin après son forfait de couvrir son odeur qui était vraisemblablement ce qui l'avait principalement trahi... Cependant la goule évoqua également la concordance des dates ainsi que l'évocation des quelques faits qui ont suivi, dont celui non négligeable de la mort d'Engar... Enfin de leur mort puisqu'ils partageaient le même corps... Quoi qu'il en soit face à cet exposé il était obligé de reconnaître les aptitudes de la goule, bien qu'à vrai dire ce n'était pas très malin, ayant juste brisé l'espoir du démon que la haine des humains supplanteraient le bon sens des créatures. Cela avait été un échec, il était inutile de se voiler plus longtemps la face... D'où sa prise de parole avant que ne survienne les questions inutiles. Sa voix était plus douce que ce à quoi on pouvait s'attendre, plus grave et rauque que celle d'Engar, sans pour autant être si bestial que celle qu'il avait pu laisser entendre lors de ses brèves apparitions...

"Il me serait vain de nier les faits au vu de pareil preuves...Et donc oui je les reconnais. Oui j'ai violé l'elfe des neiges Kumie Astara... Mais sans pour autant les nier je tiens à préciser certains points pour ma défense..."

Sa voix fut un instant couverte par les conspuations des monstres, énervé par le fait qu'un de leurs, n membre du donjon Kanabo, ait commis un tel acte. Cependant, la présence du triumvirat suffit pour que les esprits se calment et que l’infernal puisse reprendre la parole.

"Tout d'abord j'évoquerai une particularité de la possession... Imaginez un esprit qui n'a pas eu de corps physiques pendant un certain temps, que va t'il se passer quand il va s'en approprier un ? Son jugement va être troublé par les pulsions primaires de ce corps humains, d'où la violence que j'avais déjà pu manifester suite à mon "réveil" lors du combat de Ferliost. Engar savait cela, mais il avait espéré qu'en me laissant de son plein gré prendre le contrôle cela n'adviendrait pas . il s'était trompé....Sauf que ce ne fut également pas le cas le jour du réveil des morts et donc du viol de Kumie, le sceau de Shiru n'empêchant pas cet effet secondaire...Et à vira dire la seule raison pour lequel ce dernier ne se produit pas maintenant et le fait que vous ne me laissez pas d'autres contrôles sur ce corps que celui de la parole... Enfin après cette brève explication général je tiens à souligner un point particulier qui a aggravé les conséquences de cela. Comme vous le savez peut être deux moi avant l'invasion des zombies Engar a subi une opération menée par Franken Fran visant à améliorer ses capacités physiques, suite à sa défaite face à Ferliost. L'opération fut un succès et après être resté deux mois dans le coma durant lesquels le temps qui nous était partagé ne s'écoula pas, il se réveilla. Cependant, il y avait quelques petites conséquences néfastes à cela. Celle qui nous intéresse et que durant plusieurs jours il devait éviter les efforts intenses sous peine de voir son corps avoir des réactions pour le moins brutales, et il fut ensuite autorisé, après une opération minime qui le rendait un peu plus digne de sa situation d'homme, à sortir de l’hôpital...Mais Engar fit fi de ces recommandations, intervenant dans une agression de manière abrupte, puis reprenant son poste de garde le lendemain,se livrant même à un certain sport de chambre de manière plutôt intensive... Vous savez peut être avec qui d'ailleurs. Ni plus ni moins que Kumie Astara, qui était celle qu'il avait sauvé de l'agression et qui tomba vraisemblablement amoureux de lui et se donna à lui sans rien savoir du personnage...Enfin cela est un autre point, bien qu'il s'agisse d'un détail croustillant."

...C'était sans doute mal venue, mais il savait également qu'en vérité sa position était indéfendable, alors autant en tirer quelques moqueries au détriment de l'humain et de son amante, bien qu'il devait être un des seul à trouver son allusion amusante... Ce qui ne le gêna nullement puisqu'il n'attendit guère longtemps avant de reprendre la parole.

"Et pour finir parmi ces efforts il prit activement part à la défense fac aux zombies, affrontant même de nouveau l'assassin Ferliost dont la mort n’avait nullement détérioré les aptitudes... Cependant, son corps récemment opéré ne supportait pas pareil chose et il vomissait déjà du sang et commençait à être victime d'hallucinations. Maintenant associé cet état physique avec les conséquences de la prise de possession que j'ai évoqué plus tôt... A votre avis que cela entraîne t-il ? Des réactions purement bestiales et brutales dont Kumie a été la victime."

Il se garda bien cependant d'évoquer les visions dont il avait été victime, et qui pourtant... Justifierait d'une certaine manière son acte... Mais à vrai dire non seulement il doutait que les juges soient sensibles à ces arguments, mais il considérait également que c’était...Trop tôt pour que cela soit dévoilé...

"... Mais je vais être honnête... Je ne regrette nullement l'acte que j'ai commis, même si je ne l'aurai pas fait consciemment pour ne pas me retrouver ici... Tout simplement parce que je considère avoir rendu à l'humain Engar la monnaie de sa pièce... Vous connaissez déjà l'histoire invocatrice Shiru ! Cet humain a couché avec mon aimée, bien qu'il ignorait notre relation, et surtout a été incapable de la protéger l'amenant à périr... et j'aurai dû assumer cela sans le châtier ? Cela m'était impossible avant, parce qu'en meurtrissant son corps je me meurtrissais moi même et qu'il n’avait aucune attache que je pouvais frapper... Or cela n'est plus le cas et bien qu'il n'était guère dans mes intentions d'en arriver au point que je sois amené devant vous pour être jugé ce serait un piètre mensonge que vous dire que je suis désolé pour cet acte... Non pas par le sadisme de ce viol ou le plaisir physique de l'acte dont je n'ai nullement eu conscience, mais parce qu'enfin j'ai pu atteindre cet humain de la même manière que je l'ai était... A vrai dire reconnaissait que je suis clément, en dépit de ce qu'elle a subie son aimée est toujours vivante..."

Il sembla tenter de baiser la tête, mais n’ayant pas le contrôle de ce corps, il ne fut parcouru que d'un léger spasme au niveau du menton... Puis bien que de son propre point de vue tout ait été dit il ajouta.

"... J'aurai préféré que personne d'autre que nous deux ne soient impliqués dans cela, surtout de cette manière... Mais je ne regrette pas... Non..."

Il en avait fini pour de bon cette fois, le regard tourné vers l'archange déchue, il attendait son jugement... Il reconnaissait les faits et les avaient détaillés avec une exactitude presque parfaite... il serait inutile de son point de vue de continuer plus longtemps cette "mascarade", de faire défiler les preuves ou les témoins... Mais de toute manière il n’avait pas peur. ils ne pourraient pas le tuer ou le faire souffrir sans affecter de même manière Engar, quant à le sceller... Aussi puissante soit Oni Ni Kanabo son sceau finirait par se briser... Mais de toute manière il avait pu lancer l’engrenage qui amènerai à la réalisation de son but. Peu importait désormais qu'il soit "libre" ou non, la tâche serait accomplie ou alors ce corps périrait ...
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le procès de la colère

Message  Oni-ni-Kanabō le Lun 01 Avr 2013, 19:10

Oni l'écouta attentivement. Après tout il était irrespectueux de laisser un condamné parler dans le vide. Il avait besoin de se vider complètement, de dire ce qu'il avait à dire et l'assistance ici présente en tiendrait compte ou pas. Personnellement, Oni n'avait nullement envie de donner du crédit à ce qu'elle faisait. Le jugement était là pour punir un violeur et normalement c'était le bannissement qui allait être la seule réponse. Pour la peine il ne fallait pas faire preuve de mauvais jugements et surtout faire une preuve de justice. Il y avait des circonstances atténuantes, alors le bannissement d'un démon le temps d'une vie d'homme était plus plutôt juste au vu des circonstances. Quand le démon eut finit de raconter son histoire et les raisons l'ayant poussé au viol, Oni se releva.

"Avec ou sans raison, un viol reste un viol. La lois des humains est plus dure encore que la mienne, alors autant que tu acceptes ton sort. Pour une vie d'homme, tu resteras scellé dans le corps de ton hôte. Tu ne pourras plus jamais prendre la parole ni agir contre lui de tout son vivant. Il en va de même que l'humain qui te sert d'hôte ne recevras pas de capacités sur-humaines. Tel est mon jugement. Ma loi ici est indiscutable, démon !"

Levant la paume vers elle alors que les grandes ailes de plumes rouges de l'archange déchue se dressèrent, le pentacle sous les pieds d'Engar vira au rouge également. Plusieurs frappèrent le démon sans que l'humain servant d'hôte n'en subisse la moindre douleur. Quand le sort fut terminé et que les éclaires stoppèrent, le pentacle reprit sa forme plus tôt, laissant Engar tomber à genoux, le corps encore un peu fumant et se sentant certainement bien seul dans son esprit désormais.

"Justice est rendue pour le démon. Voyons voir pour l'humain désormais. Les faits sont la mort du frère de Felina, garde du donjon. Quelqu'un souhaites prendre la parole pour la défense de ce garde humain ? Car la peine pour un meurtre est trop grave pour la prendre à la légère."
avatar
Oni-ni-Kanabō

Messages : 22
Expérience : 415

Feuille de personnage
Niveau:
50/50  (50/50)
Race: Demon
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le procès de la colère

Message  Engar le Dim 14 Avr 2013, 10:05

... Le jugement fut sans surprise pour le démon, à vrai dire il était même plus clément que ce à quoi il s'était attendu, mais quoi qu'il en soit il manifesta tout simplement...Aucun sentiment, ni joie ni hargne, il paraissait parfaitement neutre, guère troublé...Cet impassibilité aurait pu passer pour de l'insolence, mais il n'en était rien. Le plan prenait une voie un peu différente que celle qu'il avait prévu, mais il serait de toute façon accompli... Avec comme seule condition que l'humain s'en montre à la hauteur cette fois et, à vrai dire, autant son châtiment ne le dérangeait guère, autant celui qui affectait indirectement l'humain ,c'est à dire la privation de ses dons surhumains, était plus gênants. Enfin connaissant Engar il était probable que par hargne et frustration il cherche à pallier à cela. Ainsi il soutint le regard de l'archange pendant tout son discours, et même après, attendons juste qu'elle exécuté le châtiment puis, alors que ce dernier commençait à être exécuté, il ferma les yeux, serein. Cela ne dura pas, quand les premières plumes le frappèrent il ressentit une vive douleur physique alors qu'en même temps son esprit était affligé par les sceaux les plus intenses qui soit. Bien sûr comme tout sceaux il serait possible de les briser, mais avec un peu plus de difficultés qu'il ne l’avait escompté, peut être même plus que le temps de vie d'un humain, mais encore une fois cela relevait du détail. Il n'était pas pressé... Ainsi il attendit juste que la douleur passe, puis il tenta de rouvrir les yeux... Mais tout ce qui s'offrit à lui ce fut le néant, les plaines rouge qui constituaient l'esprit d'Engar, le rocher sur lequel il s'asseyait d'ordinaire. Tout cela avait disparu, il ne restait tout simplement rien et plutôt que d'être confronté à cette angoissante vision l’infernal préféra fermer les yeux, et s'endormir pour aussi longtemps qu'il le faudrait.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

... Quand le démon fut scellé je le suis rapidement... Tout d'abord par une impression que je ressentis au fond de moi même, puis le rocher, qui était son sempiternel domaine s'effondra et avec lui disparaissait ainsi la seule chose qui tranchait avec le paysage qu’offraient les plaines sanguines de ma conscience. Par la suite étant la seule conscience en ce corps je me sentis emplis d’une sensation de bien être avant de recouvrir me sens physiques... J’avais les yeux fermés et la tête qui bourdonnait légèrement mais après l'avoir légèrement secoué je parvenais à rouvrir les yeux, constatant alors que j’étais à genoux et que mon corps dégageait une sorte de vapeur ,comme si j'avais subi une chaleur intense ou un sortilège puissant;..Ce qui devait être la seconde options au vu de ce que j’avais ressenti concernant le sceau du démon, et d'autant plus probable que ma peau anti-magie avait du réagir violemment, e n vain, face à pareil sortilège... Il me fallut ensuite quelques instants pour reprendre mes esprits, cela ne m'empêcha pas pour autant d'entendre la dernière partie des dires de l'archange. Évidemment...Ça n'aurait pas pu se finir aussi simplement que sur un jugement de mon démon, il fallait aussi que cet acter, pourtant commis à l'extérieur du donjon soit également pris en compte... Et à vrai dire je songeais depuis un certain temps qu'il ne serait pas le seul, alors qu'on l’avait si bien ignoré jusque là on allait me blâmer de mon passé. C'était si facile maintenant... Quoi qu'il en soit j'escomptais bien prendre la parole pour ma propre défense, je doutais que Felina soit présente, émotive comme elle est elle ne supporterait pas cela et j'estimais que personne d'autre n'était assez impliqué pour prendre la parole.

Ainsi je me relevais, avec peine et en un ahanement d'effort, pour finalement être aussi droit que possible et regardait Oni droit dans les yeux... Mes lèvres remuèrent alors, j'allais parler, quand je sentis frémissement familier passer devant. Shrivei... la vision de ses serres, posées sur ses hanches comme elle en avait l'habitude quand elle était mécontente suffit pour me faire taire. Elle ne s’était pas avancée pour rien, elle allait parler pour moi, je savais que cela serait en bien. On avait beau se disputer régulièrement elle reconnaissait ma valeur en tant que garde et c’était la seule chose qui importunait pour elle, qui plus et elle avait été lié à l'organisation de l'enquête, donc elle ne parlerait probablement pas ne vain.. Cependant, je ne m’étais tout simplement pas attendu à ce qu'elle intervienne. bien qu'officie sa position était bien inférieur à celle de bien d’autres personnes et ne particulier du triumvirat et au vu de son respect de la hiérarchie je n’avais pas pensé qu'elle prendrait la parole...Mais puisqu’elle le faisait je n’avais nulle doute que ce soit en bien pour moi du moins, ainsi en dépit de ma volonté de me défendre seul, par respect pour le cadeau que me faisait la harpie je me taisais, la laissant prendre la parole tandis qu'elle me désignait d’une de ses serres clamant d'une voix forte bien respectueuse.

"Je suis Shrivei, capitaine de la garde du donjon, vous me connaissez peut être dame Oni Ni Kanabo... Je me permets d'être témoin e n faveur du garde Engar en premier lieu parce que je suis celle l'ayant sous ma responsabilité, mais aussi parce que j'ai aidé à organiser la mission qui a amené à la mort du frère de Felina, Claws... et dont Engar m'a fait un rapport écrit et oral durant les jours précédant ce procès où il a été incarcéré, et ce pas seulement depuis le début de la mission elle même, mais également de ses préparatifs."

Je pus alors deviner de la surprise parmi les gens présents, qui avaient bien pu imaginer que je ferai un rapport depuis ma cellule ? Cela était d'autant plus vrai que les autres gardes savaient très bien à quel point j'avais horreur de cela, mais bon... Après tout n'étais je pas capable de commettre le nécessaire, aussi abject et immondes soit il ? Quoi qu'il en soit Shrivei évoqua alors les premier préparatifs de l’enquête qui remontait à trois mois à peu près. Fut ensuite abordé tour à tour le retard que j'avais involontairement pris en passant deux mois dans l'inconscience suite aux opérations de Franken Fran visant à me rendre plus fort, la rencontre avec Kume, ma relation avec elle... A ce passage je sentis un peu ma gorge se serrer, songeant que nous allions également bientôt arrivé au passage où elle avait été violentée... je parvenais cependant à me calmer et à souffler en fermant les yeux. Ce n’était pas mieux, le visage de Felina m'apparaissant. Je songeais alors que je ne l’avais pas vu dans la salle, mais que si Shrivei était là elle avait du apporter le message que j'avais écirt pour elle... Ainsi alors que la harpie abordait les préparatifs finales de l'enquête suite à l'assaut des zombies etl es trois jours où le démon avait dominé , ainsi que l'arrivée dans le village, la découverte du sort de la mère de Felina et l'intervention du lycanthrope qui allait nous accompagner de mon côté, je fredonnais, dans ma tête, une petite mélodie familière avec un sourire curieusement insouciant, tout en écoutant les propos de Shrivei qui en arrivait, enfin, au passage où après avoir appris les exactions de Yeager et Morgan en ville et l'agitation de la garde que cela avait provoqué j’avais précipité les choses en me laissant capturer...

"Échappant ensuite à sa cellule il retrouva le frère de Felina qui lui apprit le trépas des autres membre de la famille, les grands parents étaient avaient été tués dès leur arrivée, quant au père et au petit frère ils auraient pu être sauvés si l'expédition avait débuté plus tôt. l'humain voulu alors le faire sortir, mais la panthère refusa tant que n'était pas retrouvé un héritage de famille... je vous passe ensuite le reste des détails, ils retrouvèrent l'héritage de la famille, ainsi que le reste des corps, qui sont tous désormais en la possession de Felina Black, mais Claws fut grièvement blessés et le dissimula. Engar ainsi que les humains qui l’accompagnaient ne le surent qu'une fois sortis de l’église par un ancien passage secret. La blessure ayant été provoqué par un carreau d'arbalète et au vu de la situation il était impossible de guérir le frère de Felina ou de le transporter sur une longue distance... Alors Engar l'a tué. Un crime grave selon vous... Mais parmi nous, parmi ceux présent ici, nous sommes plusieurs avant même d'être arrivé en ces lieux à avoir du tuer des êtres, parfois qui nous étaient chers, afin d'abréger leurs souffrance. C'est ce qu'a fait Engar, pour un être qu'il ne connaissait pas et au nom d'une des personnes qui lui est le plus cher. Engar pourrait par ailleurs être blâmé d'avoir agi trop tard, mais au vu des erreurs de ses compagnons il est un fait que sans las capacités conférés par les opérations de Franken Fran cette mission aurait été un échec total entraînant la mort de plusieurs de ses participants, enfin il est vrai que le frère de Felina, mais le passage d'Engar, puis celui du tiers que j'ai évoqué précédemment et du capitaine Morgan ont permis de libérer six autres de nos semblables qui auraient sans doute péris dans d'atroces souffrances sans l'intervention d'Engar...Et cela aurait été également le sort de Claws de toute manière...Enfin je tiendrai à souligner les services qu'a rendu Engar au donjon, se sacrifiant pour que soit terrassé Ferliost avant qu'il ne fasse trop de dégâts, prenant part activement à la guerre avec Naviento et faisant partie de ceux étant venu à bout d'un de ses officiers et enfin s'acquittant à merveille se tache de garde, effrayant et blessant les sots et éliminant pour de bon ceux qui sont trop dangereux. De fait je considère pour ma part qu'il serait injuste de punir plus avant Engar... Pourquoi plus avant ? Tout simplement parce qu'au vu de son état la perte des pouvoirs que lui conférait démon est déjà une peine importante pour lui, et à vrai dire au vu de vos propre propos concernant ses capacités « surhumaines » vous n'avez pas également effacer le fruit des expériences de Franken Fran.. Qui plus est il serait plus injuste qu'autre chose de blâmer Engar d'un meurtre qui pèse sans doute sur son cœur..."

...Shrivei s'était montré bien volubile...Mais je ne me faisais pas d’illusion, bien qu'elle l’avait exprimé de sa manière c'était Brendal Vezio qui avait songé à évoquer tout les points qui me seraient favorable et s'il ne les avait pas prononcé lui même c’était tout simplement parce qu'il considérait comme plus défavorable qu'autre chose le fait qu'il soit un humain, arrivé récemment qui plus est, pour son plaidoyer, qu'il a donc laissé entre les mains d’une personne plus respectée soit Shrivei. C'était malin. Je le cherchais un instant du regard dans la foule , je le vis... Et en apercevant son sourire je sus que mon hypothèse était la bonne, mais...Certains détails avaient été omis et qu'il me soient défavorable ou non je me permit de prendre la parole avant qu'Oni réagisse aux dires de Shrivei. ma voix était un peu faible après le traitement que j’avais subi, mais ma détermination compensait quelque peu ce désagrément.... Et puis le fait d'apprendre que certaine des capacités que j’avais péniblement acquis m’avaient été arraché à cause de l'incompétence d'un des juges et de ce qui en avait découlé m'énervait suffisamment pour me donner le courage de m'adresser un peu directement au triumvirat. je fixais alors l'archange à nouveau, ignorant ma supérieure qui se retourna brusquement dans ma direction, étonnée.

"Tout ce qu'a dit Shrivei est vrai...Sauf un point. La mort de Claws ne pèse pas sur ma conscience, comme aucune mort que j'ai donné... Bien entendue je suis...Désolé pour Felina d'avoir été incapable de le sauver les siens, mais... Pourquoi devrais je souffrir d'avoir tué une personne dont la mort aurait été la seule voie à court terme ? Je lui ai juste épargné des souffrances... Et je tiens également à profiter de l'attention qui m'est accordé pour aborder un sujet omis dans le récit de Shrivei mais pas dans mon rapport.. Comme me l’avait dit Brendal Vezio l’église ces derniers temps cherchent plus à capturer les monstres qu'à le tuer, ensuite ils les nourrissent avec les corps des prisonniers humains qui ont péris, voir de ceux des leurs. Dans quel but ? Je l'ignore à vrai dire, mais je crois avoir ma petite idée. J'ai récupéré une substance là bas que j'ai confiées au médecin Yeager pour qu'il les analyse, mais surtout... J'ai croisé un monstre... Comment dire... Un vrai monstre, une aberration de la nature. Un être qui n'appartient à aucune race, au comportement bestial et au corps chaotique. Un être...Qui n'existe pas. Je me suis informé aucune espèce ne s'apparente àce que j'avais vu... Et cette saleté était drôlement coriace. Et par ailleurs je tiendrai à préciser un autre point... J'aime Felina comme une sœur et de fait pensez vous vraiment que s'il y avait eu la moindre chance de sauver la vie de son frère je ne l'aurai pas prise ? Bref pour en revenir à notre jugement je ne me considère pas coupable du moindre crime qui soit et que je ne mérite aucun châtiment, ou alors dans ce cas il faudrait aussi punir le capitaine Morgan et Yeager dont l’incapacité dans ce genre de mission a provoqué la précipitation de notre action et probablement la mort de Claws ou encore... En plus de mon démon...Considérer celle qui lui a permis de prendre sa liberté sans juger de son comportement alors que je le maîtrisais jusque là et qui a ainsi entraîné ce qui est arrivé à Kumie devrait également être jugée... Mes mots peuvent paraître insolents mais je pense que vous pouvez comprendre mon point de vue... Ainsi que le fait que seul le jugement de Felina sur cela aura valeur à mes yeux... Quant à mes services passés je me permets également d'évoquer le fait que...C'est moi qui ai incendié le tavernes lors du conflit, ou tout du moins me suis je arrangé pour qu'elle s'enflamme. Un acte criminel encore ? A cela je répondrai que ça l'était sans doute moins que ce qu'aurai commis la dizaine de soldats de Naviento qui ont péris dans ces flammes. Quelque chose de bien plus utile que les actes de ceux qui torturent les prisonniers humains juste pour le plaisir non ?"

... Avoir dévié de sujet pour aborder une information grave, pour ensuite presque insulté un des membre du triumvirat n’était sans doute pas la plus habile de manœuvres à faire, ce que je devinais aux regards que me lancèrent Shrivei et Brendal... mais j'étais sincère, je reconnaissais mes actes et j'assumais me ressentiments du moment que cela n’engageait que moi... Et c'était parfaitement le cas ici, cela n'aurait été qu'hypocrisie que de taire ce que j'ai vu dans les sous sols de la cathédrale ainsi que mon ressenti personnel à l'égard de Shiru...Par contre ce que je n'avais pas prévu c'est qu’une voix soudainement s'élève de la foule. Une voix que je connaissais en plus. Marak... Le démon avec qui j’avais eu un démêlé à la taverne.

"Nous évoquons ici un meurtre, celui du frère de Felina et regardez comment cet humain y accorde peu d'importance ! Tout comme il accorde peu d'importance aux autres crimes qu'il a commis avant d'arriver ici et qui ne sont pas jugés ! Le meurtre de mon frère et de bien d'autres démons, dont il arbore sans honte les oripeaux ! Et je me suis informé sur cet homme, ce porte-haine ! Certains d'entre vous connaissent la guerre de l'arcane, e bine il y était ! Comme simple soldat certes, mais celui qui a engendré la mort de la quasi-totalité des enfants de cette nation. Tueur, infanticide et violeur, bien que la culpabilité soit sur son démon, nous ne pouvons tolérer qu'un tel être soit parmi nous, qu'un pareil être soit encore en vie !"

... Évidemment il avait bien fallu que quelqu'un fouille mon passé et quoi de plus cohérent qu'il s'agisse d'un être qui me haïsse... Ses propos fut accueilli par les commentaires bruyants hargneux de ceux qui le soutenaient, et ils étaient nombreux. Cependant, je n'y répondais pas, j’attendais tout simplement la réaction d'Oni Ni Kanabo face à mes dires, ceux de Shrivei et peut être également ceux de ce démon...Bien sur j’avais envie de faire taire ce sot, et s'il n'y avait pas eu ce pentacle je lui aurai fait rendre gorge brutalement, mais je ne pouvais pas et je n'avais rien à répondre à ce qu'il disait, car c’était la vérité simplement, hormis sur le passage me disant violeur ,mais passons. Ce ne fut pas le cas de Shrivei cependant qui répondit avec hargne.

"Engar a été un chasseur de démon c'est vrai ! Il a participé à d'atroces conflits et en ressorts sans être traumatisé, c'est vrai ! Mais il ne l'a jamais caché et s'est servi des talents que cela lui a conféré toujours dans l’intérêt du donjon depuis son arrivée ! Si je peux me permettre Oni Ni Kanabo nous avons toujours donné notre chance aux humains et en mourant par deux fois pour le donjon, une fois de son plein gré et une fois en assumant la mort sans chercher de représailles à l'autre habitant du donjon qui en était responsable je crois qu'Engar a suffisamment prouvé que les crimes de son passé n'ont pas à être pris en compte et que..."

"Tais toi Shrivei..."

Elle fut encore plus éberluée qu'après ma tirade... Mais autant je me serai tu face aux accusations d Marak, autant ce qu'elle disait, ce portrait positifs de moi est faux, je ne pouvais le laisser passer et je me dépêchais de le rectifier.

"... Shrivei a raison, mais une fois encore qu'en partie. Par deux fois j'ai accepté la mort, une fois pour le bien être de tout ses habitants et une seconde fois parce que j'assumais la haine que les autres me vouaient après l'échec de ma mission. Et il est vrai également que je n'ai jamais caché mes crimes passé. Tout simplement parce que je serai prêt à les commettre à nouveau. Tuer un enfant ? ... Je vous l'accorde c'est immonde mais qu'en est il quand cela est la seule voie d'en sauver cent autres ? Ça ne l'est plus... Mais alors il faut que des individus n'ayant pas peur de salir leurs mains ainsi que leur noms agissent... Et je suis cela, une personne capable de commettre des actes immondes pour le bien général. Prenez par exemple un héros, la légende et les chansons le présenteront sans tâche et, en vérité, ce sera souvent vrai, et pourquoi ? Parce que des individus comme moi auront commis les abjections nécessaires pour que lui en fasse résulter un bien plus grand . On pense souvent par ailleurs qu'on me nomme le prote-haine car je porte en moi une grande hargne, c'est vrai, parce que je suis capable de la dominer de ne pas la laisser m'aveugler et d'en obtenir une grande force, c'est vrai aussi, mais c'est surtout parce que pour le bien de chacun j’assume la haine que peuvent me vouer les autres à causes de mes actes, ce qui est d'autant plus vrai pour les proches de mes « victimes »... Il est plus facile de vivre en haïssant une personne précise qu'en retournant cette hargne contre soit où à vivre dans le regret... Donc je vais être honnête, je ne regrette pas mes actes passés, je les assume au contraire et je serai prêt à les commettre à nouveau si c’était pour le bien du donjon...Et encore plus si c'était pour le bien de Kumie ou de Felina... De fait j’accepterai votre jugement, mais que dans ce cas il soit également pris en compte ce qui a pu en découler..."

Nouveau silence dans la salle... Et si ce n'était l'autorité qu'imposait la présence de l'archange je crois que j'aurai déjà été mis en pièce, mais je faisais abstraction de ce détail, tout mon attention était dédiée à l'archange et à on opinion face à mes propos, face à mes actes...Face à ce que je suis .
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le procès de la colère

Message  Oni-ni-Kanabō le Jeu 25 Avr 2013, 15:04

-HJ- Avec l'autorisation d'Engar de poster -HJ-

Oni avait écouté les témoins qui se manifestèrent pour la défense de l'humain. Même si elle avait toute l'éternité pour prendre une décision et écouter les dires de tous, elle en avait assez entendu. Le donjon était en réparation et il y avait des sujets plus importants qu'un procès d'un crime datant déjà de plusieurs mois. C'est donc un peu lasse qu'elle tapota l’accoudoir de son trône. Des pours, des contres, un humain faisait rarement l'unanimité aux yeux des monstres. Il aurait été étonnant même qu'il soit blanc comme neige. Cependant, elle avait entendu qu'Engar avait défendu le donjon et que, malgré qu'il ait tué un monstre, ce dernier le lui avait demandé. La suite était donc assez sombre car Engar ne pouvait pas être totalement pardonné, totalement absous de ses péchés longtemps passés. Cet humain vivait dans une sorte d'univers sombre et cauchemardesque auquel il aspirait à sortir, mais perpétuellement ramené dans l'impasse. Il ne savait que tuer et porter la haine. Oni tapota une fois trop fort sur son trône, ce qui força un certain silence dans la pièce.

"Engar Fenril... Garde humain. On te nomme le Porte-Haine. Pour toi la fin justifie les moyens. Te salir les mains et détruire sont ton lot quotidien. Au lieu d'anéantir et de chercher la colère, pourquoi ne porte-tu pas la reconnaissance et n'essais-tu pas de créer ? Ton démon ne t'embêtera plus, porter l'épée n'est même plus impératif pour toi, mais tu t'obstine à rechercher l'excitation du combat et de la guerre. J'en déduis donc que ta colère ne s'apaise que dans le combat. Si la mort est ta vie, je vais te forcer à changer, avec ceci."

Elle leva soudainement un dé. Ce dernier fait d'un métal opalin et très brillant était marqué de runes incompréhensibles. Même que, selon le temps, la lumière, l'humidité et encore la chaleur, les runes semblaient bouger et offrir un changement perpétuel malgré le nombre de faces limité à 6. Elle le bougea légèrement dans sa main avant de reprendre.

"Ceci est un dé divin du destin. Il te changera pour que tu changes à ton tour. Le monde est ce qu'il est et il ne changera pas, seul toi doit changer. Apprend de tes erreurs, de tes goûts, et du piège que sont tes aptitudes et ta maîtrise de l'épée. Lorsque ce dé s'immobilisera, il choisira la forme qu'il te faut revêtir et tu la conservera jusqu'à ce que le dé estime que tu as compris, que tu as évolué. Je sais qu'au fond de toi, tu recherches le calme... Il ne te restera qu'à le trouver. Dé du destin, révèle la nouvelle forme d'Engar Fenril !"

Oni le laissa échapper au sol. Ce dernier rebondissait plusieurs fois en tournant sur lui-même. Il pivota sur les angles, roula au sol dans une courses interminable tant le suspens fut long. Dans le vent et les bruits qu'ils provoquaient en roulant au sol, c'est comme s'il parlait. Le dé disait des noms de races extrêmement vites, si vite qu'on pouvait à peine en saisir le sens. Sa course ralentissait de plus en plus, son inertie s'arrêta progressivement. Le dé fit une ultime révolution avant de retomber lourdement, comme le poids du destin lui-même... La rune s'anima une ultime fois avant de revêtir un motif d'homme grenouille à la carapace de tortue. La voix désincarnée du dé répondit de concert...

- Kappa -

Une seconde pour que Engar comprenne exactement ce qui se déroulait quand une gigantesque fumée noirâtre s'échappa du dé pour envelopper l'humain. Prit dans une puissante bourrasque éthérée, sans que ce soit foncièrement douloureux, juste gênant, la fumée se dissipa lentement. La petite tempête du dé se désagrégea avant de revenir dans le dé qui roula pour revenir dans la main de Oni. L'archange déchue leva son oeil unique vers Engar.

"Justice est rendue... Engar, n'ai crainte et regarde ton apparence. Tu redeviendras humain lorsque le dé t'en trouvera digne..."


Spoiler:

Ton nouvel avatar :)

avatar
Oni-ni-Kanabō

Messages : 22
Expérience : 415

Feuille de personnage
Niveau:
50/50  (50/50)
Race: Demon
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le procès de la colère

Message  Engar le Jeu 25 Avr 2013, 20:17

... Si je devais bien reconnaître une chose à Oni Ni kanabo c'était l'autorité qu'elle exerçait sur les monstres, ainsi un simple choc un tant soit peu bruyant de sa part et les piaillements des spectateurs cessèrent, rendant à cette cour le calme qui devait être sien. Néanmoins je savais pour autant demeurer le centre de l'attention de chacun, chose habituelle quand on était l'accuse dans un tribunal, cela je le savais déjà avant ce jour. Moi même je me taisais, pas tant par respect à l'égard de l'archange, mais par désir qu'on en finisse car chaque partie avait dit ce qu'il pouvait et rien ne pourrait rallonger de manière intéressante le débat si ce n'était l'intervention d'un quelconque individu... Et à vrai dire quand Oni prit la parole je fus déçu de ne pas voir une panthère se manifester, ou elfe franchir la porte du tribunal pour venir prendre ma défense... Bien sûr au vu des circonstances je ne m'étais pas trop reposer sur elles, mais je devais avouer que quelque part en moi cela me faisait plus souffrir que toutes lames dont j’avais eu à subir la morsure, mais je n’avais pas le temps de m'y attarder l'archange allait se prononcer sur mon sort... Mais avant cela elle osa, oui je dis bien osa, juger de mon comportement passé et, il est vrai, présent, vis à vis du combat,. A cet instant je commençais à me demander... Avait elle vraiment la sagesse qu'on lui prêtait, enfin de mon point de vue ce n'était déjà pas le cas, mais là sa sagesse me paraissait encore moindre que celle de bien des mortels. Comment après une poignée de jours après une guerre qui aurait pu causer la chute du donjon pouvait elle dire cela ? Comment alors que ce pourquoi je me battais désormais avait failli être emporté par la guerre pouvait elle me dire d'oublier le métier des armes ? De me dédier à la construction plutôt qu’à la destruction ?

C'était tout simplement idiot ! Certes je n'avais pas de réels opinions quant à ceux qui estimaient que la vie n’était qu'un cycle de destruction et de renaissance, mais je savais bien que c'était un fait que pour protéger ce qui avait été bâti, et qui en valait la peine, il était tout bonnement nécessaire de détruire ce qui le menaçait et ne pouvait être raisonner ! Après elle avait raison, le combat apaiser ma haine et me plaisait, mais cela... N'était pas la raison pour laquelle je les menais, il s'agissait du'n moyen. Une manière pour ne pas sombrer dans la démence après tout ce que j’avais vu et vécu et même après cela être à même de commettre ce qui devait l'être, là où justement bien des personnes auraient déjà déposé les armes pour se tourner vers une autre voie et laisser d’autres porter leurs fardeaux, là où moi j’avais continué, même si j’avais accompli bien plus que mon compte de ces batailles... Cependant je me taisais... Le jugement n’avait pas encore été rendu et il aurait été mal venu de critiquer l'archange avant qu'il ne soit fait, sous peine de le rendre plus désagréable pour moi... Mais cela fut particulièrement difficile quand je le vis sortis un dé et que je compris que mon sort serait déterminé par le hasard et ce fut encore pire quand elle me dit que mon apparence allait être changé, pour celui d'un monstre sans doute... Je ne pouvais tout simplement l'accepter ! Je m'étais préparé à tout les châtiments, le bannissement, à être tué" de manière définitive ou temporaire, même plusieurs fois, être emprisonné pendant des années, torturé pendant des mois ... Mais ça... Ça ... Je ne pouvais pas rester inactif face à cela ! C'était réduire à néant le principal combat que j’avais mené, mon travail sur moi même, que j'avais fait pour rester humain depuis que le démon s'était introduit dans mon corps, efforts déjà souillés par l'acte de l'invocatrice, ne comprenaient ils donc rien de leurs erreurs ?! Quelle ironie qu'ils me demandent alors d’apprendre des miennes ! Dans un sursaut idiot je tentais de m'élancer sur les barrières du pentacle, mais une des serres antérieurs de Shrivei, qui se tenait à côté de moi, me retint... Elle avait raison, cela ne servirait à rien, je ne pouvais briser le cercle de Shiru et même si j'en étais à même je n’avais pas les capacités de résister à Oni Ni Kanabo, même le simple fait de lutter m'était interdit ! ... Finalement résigner, je ne fis même pas attention à la voix éthérée jaillissant du décideur de ma future apparence, prenant juste la peine d'entendre la peine le nom de la créature que j'allais devenir avant que le nuage noir ne fonde sur moi.

Un kappa... Une créature dangereuse oui, mais tellement grotesque et fragile, devant vivre dans l'eau et étant dépendant de l'eau présent dans sa tête... Bien peu de choix de choix aurait pu être pire, mais je ne ds rien... Jusqu'à ce que le nuage noir m’enveloppe... Je ne ressentis alors que de désagréables frissons tel l'étirement de ma peau ou des variations de température, et pourtant je hurlais, mais pas de douleur, non je ne tentais même pas de feinter cela, mais bien de haine, une haine intense qui n'avait rien à envier à celle que j'éprouvais au cœur de la bataille. Puis la brume se dissipa, laissant voir à tout le monde ma nouvelle apparence, qui fut acclamé par des rires moqueurs et des exclamations qui ne firent qu’accroître ma hargne. Je me tournais alors vers ma supérieure, qui avait retiré sa prise quand la fumée m'avait enveloppée, et je vis alors qu'elle était désolé... Non c'était autre chose. Elle avait pitié... Pitié de cette peau verdâtre et humide qui me couvrait désormais, cependant dissimulait par ma tenue qui était demeurée en dépit de la transformation, de ma taille qui avait réduite de trente centimètres au moins, de cet affaissement sur le sommet de mon crâne...S'en était trop et oubliant alors que je pouvais être encore punie d'une pire manière, bien que je voyais difficilement mal comment, je laissais éclater ma hargne et disait à Oni Ni Kanabo, ainsi qu'au reste du triumvirat leurs quatre vérités.

"Je n'ai pas de crainte Oni Ni JKanabo... Pas de craintes pour des êtres aussi vénérables que vous , mais qui pourtant n'en acquiert pas une once de sagesse , ou plutôt si. De cette sagesse formatée qui ne veut voir que le bien et l'ordre et qui remet le destin d'autrui au hasard sous prétexte de ne pas commettre le mal... MAIS OUVREZ LES YEUX ! Si nous avons survécu à l'assaut du donjon Naviento en dépit de leurs surnombre et de leurs habilités supérieurs c'est uniquement parce qu'ils se sont montrés encore plus idiots que vous et nos stratèges ! Et maintenant ? Nous avons bien vu que les défenseurs du donjon pouvaient facilement être...Renversé, qu'adviendra t-il quand le humains assailliront le donjon par milliers ! Chacun d’entre vous pourra compter sur ses pouvoirs naturels ? Ce sera vain si de leur coté ils dont des aberrations comme cela que j'ai pu affronter et qui n'ont rien à vous envier ! Vous me dites que le monde est ce qu'il est et qu'il n changera... Cela prouve encore une fois votre bêtise, ou du moins votre résignation ! Car si le monde demeure ce qu'il est comme aujourd'hui et qu'il évolue sans que nul n’agisse il tombera fatalement entièrement sous la coupe de l'église ! Et pour contrer cela... Des individus comme moi, prêt à commettre et à subir le pire pour ce qui est nécessaire pour ses objectifs. Ça vaudra toujours mieux que des couards qui fuient face au danger comme j'ai pu en voir durant l'assaut ! ... Et pour avoir vu des frères d'armes être dévorés devant mes yeux, voir des familles être ravagés par la magie, des villes rasées par la seule volonté des puissants et avoir été du côté des perdants et des vainqueurs je peux vous le dire, des gens comme moi sont nécessaire à ce monde ! Enfin je suppose que mes mots ne sauront atteindre votre éminence, sure d'elle j'imagine et bien que vos exigences me soient impossible à accomplir je vais vous préciser quelque chose... Parmi les nécessités qui m'ont toujours régi, la première d'entre elle était de demeurer autant que se peut humain alors je vais faire la seule chose possible pour que cet objectif ne soit pas trop souillé."


Ma voix, déformé par cette apparence étaient rauques et variaient de manière curieuse, mais mes paroles était suffisamment compréhensibles en tout cas pour que le silence se fasse dans la salle, et je me surpris à m'amuser d'entendre plusieurs individus se rejeter la faute quant à la couardise dont j’avais accusé certains d'entre eux... Mais ce n'était qu'un piètre sentiment en comparaison de la détermination qui m'habitait pour respecter ce qui était ma principale nécessité, mais il ne s'agissait pas de la voie qui m'était offerte par le dé, que je ne pouvais accepter sans renier tout bonnement ce que j'étais, ce que je refusais, mais il existait une autre possibilité, et j'étais prêt à cet ultime recours... Le pentacle au sol s'effaça en dépit de mes dires virulents et je fus libre de m'en aller, sans même un regard ou un mot de plus pour le triumvirat, ce que je fis, écoutant juste Shrivei qui me dit faiblement.

"Tes affaires sont dans la salle de gardes..."

Bien pour ce que je comptais faire j’avais besoin de récupérer un seul objet... Ainsi sous les regards des monstres présents dans la pièce qui observait cette odieuse apparence avec curiosité et moquerie je quittai la salle d'Oni Ni Kanabo et me dirigeait en direction de la salle des gardes... Mais ma direction devait être bien prévisible, puisqu'un trio de monstres me bloqua la voie avec des sourires malsains... Ils me rappelaient les voyous des bas-quartiers des villes humains... Sans doute s'agissait il d'individus qui étaient certain que parce que j’étais un proscrit ils pouvaient s'en prendre sans risques à moi... Après tout un démon l’avait fait avant eux, ainsi qu'un arbalétrier et ces derniers n'avaient rien eu, mais à vrai dire j'escomptais tout simplement passer par une autre voie quand je les aperçus, mais je vis alors un poignard à la ceinture d'un d'entre eux... Le passage à la salle de garde ne serait pas nécessaire et ce que j’avais à faire serait fait bien plus rapidement... Et ainsi je m'avançais vers eux, sans plus d'hésitation. Ils commencèrent alors à me bousculer, commentant ironiquement mon apparence... Jusqu'à ce qu'un d’entre eux, le porteur de poignard, commente.

"Et bien sous cette apparence tu dois faire moins le fier maintenant ! un corps que tu ne connais pas cela doit te rendre bien fragile..."

Et de manière bien prévisible il tenta alors de me frapper... Grave erreur...

Spoiler:
rassurez vous, ce post ainsi que le sujet s'achève ici, mais vous saurez dans un autre topic qui le suit chronologiquement ce qui se passe juste après :p et suite à des difficultés rencontrés avec l'avatar propose finalement c'est un autre qui sera pris ^^'
avatar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
32/40  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le procès de la colère

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum