My Life as a Dungeon Keeper
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -61%
SEB Yaourtière multifonction : ...
Voir le deal
39.49 €

C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

2 participants

Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Dokpel Varish Ven 10 Mai 2013, 02:22

Je marchai dans les couloirs du deuxième étage. Mes jambes me faisaient encore mal suite à l'entrainement intensif d'hier. Depuis ma cuisante défaite face au démon Dycles, je me montrais plus exigent vis à vis de moi même. Peut être même trop... M'enfin, si cela pouvait m'éviter de devoir supporter à nouveau trois jours au lit, ça en valait la chandelle. Le rythme de ma marche restait calme et relativement lente. J'appréciais m'arrêter devant les fenêtres pour profiter du magnifique paysage qui s'offrait à ma vue. Le domaine du donjon, tout d'abord immense, variait de style plusieurs endroits. Les jardins ceinturant l'édifice proposaient chacun une biodiversité unique et représentait presque tout les milieux naturels. Je m'étais une fois aventuré dans la zone tropicale. J'avais manqué de me faire croquer par un étrange reptile. Depuis, je n'y ai jamais remis les pieds. Il y avait bien entendu des espaces je dirais "civilisé", sous entendu, entretenu par de la main d’œuvre comme les étables, la cours ou bien le cimetière. Plus loin, je pouvais voir le rempart. Un bien bel édifice dont prenait soin un golem du nom de Karl Grim. je l'avais déjà vu à l’œuvre et je dois bien admettre que j'ai été très surpris tant d'attention et par une telle efficacité. La construction paraissait inébranlable, et elle devait en être pas loin. Grande et assez épaisse, l'armé qui tenterait de l'abattre aurait bien du travail avant d'y parvenir si elle venait à se servir de moyens conventionnels. Il m'arrivait par moment de penser qu'il était bien dommage que les monstres et les humains ne cohabitent pas dans les mêmes cités, pour partager ainsi leurs connaissances. Je me doutais cependant que la chose n'était pas concevable, ou du moins, pas avant très très longtemps. Moi aussi, je considérais les monstres comme des aberrations -comme le voulait l'église- et si l'on m'avait dit que je vivrais dans un de leur donjon, je pense que j'aurais fait mettre au cachot le petit plaisantin. Soyons franc : les premiers jours furent juste atroces. Je voyais l'ennemie absolument partout à cause de ma sensibilité aux émotions négatives. Plus d'une fois j'avais frôlé le suicide. Sans parler des réelles tentatives assassina de la part de quelques habitants quelque peu extrémistes. De vrais allumés. A chaque fois, ces fous m'avaient sortit que ce n'était qu'un jeu et que je ne courais aucun risque grâce au pacte passé avec Oni. Ben voyons, c'est bien connu qu'on souhaite tous connaitre la mort plusieurs fois dans la même semaine !

Enfin... C'est du passé maintenant. J'ai su au bout du compte me faire une place dans ce monde parfois impitoyable. Je continuai de marcher dans le long couloir, chaudement éclairé par un sublime soleil d'été en plein midi. En gros, ça tapait bien fort. Je me fis d'ailleurs la remarque qu'il faisait souvent beau. Pas pour m'en plaindre, disons juste que c'est juste inhabituel. La plupart des fenêtres avaient été ouverte pour que l'on puisse profiter de la douceur de la brise. Un pur régal ! Je pris même le temps de m'adosser à la rembarre d'un petit balcon. J'y restai une bonne demi-heure. Suffisamment pour profiter de ce petit plaisir tout en évitant de le prendre un coup de soleil ma fragile peau humaine. Oui je sais, c'est étrange de parler de sois même de cette façon. Qu'est ce que j'y peux. Cinq ans dans un donjon de monstre, ça laisse des traces.

Pendant ce moment de prélassent absolument pas mérité comme l'aurait dit mon ancien maitre d'arme, je mis à observer le style global intérieur du bâtiment dans lequel je me trouvais. S'il y a bien un truc sur lequel je n'ai jamais pu adhérer, c'était la décoration des locaux ! Ce mixte de style architectural parfois surchargé de détail inutile me déplaisait fortement. Je comprenais la volonté de représenter tout les styles pour que tout le monde se sente chez soit, mais il y avait des limite à respecter. Autant créer un nouveaux style architectural. Puis alors ces têtes de monstres... Vive l'aspect joyeux du bâtiment... Tout y passait : Elfes, Gnomes, Trolls, Anges (quoi que ça encore ça me dérangeait moins), et même Démon !! S'il y a bien une race de bestiole que je ne pourrais plus jamais supporter, c'était bien les démons. Plus d'une fois on m'avait rabâcher qu'ils n'étaient pas tous méchants. Oui bien-sur... Allez dire ça à celui qui squatte le brassard que je porte.

- Ha putain mec... qu'est ce que je t'envie parfois...

- M'envier ? Toi ? Pour quelle raison ?


- Pouvoir me dorer au soleil... Ca me manque pas mal ces ptit plaisirs.

Je pris une expression d'incompréhension : Qu'est ce que tu racontes ? Je croyais que les démons exécraient la lumière.

- Toujours avec tes vieux clichés véhiculés par l'église hein ? Alors laisse moi t'apprendre un ptit truc vermisseau, tout les démons ne craignent pas le soleil. Je te rappel que ce n'est qu'une immense boule de feu. Hors je te rappel que je suis un démon du feu. Ce serait quand même paradoxal que je puisse souffrir de mon propre élément ! C'est la lumière pur que nous détestons principalement. Après, attention : Touts les démons ne craignent pas la lumière. Par exemple Dycles. Lui même associe la lumière et les ténèbres.

Je fis un petit hochement de la tête pour faire signe que j'avais bien comprit.

- Au fait, t'avais pas prévu un truc toi aujourd'hui ?

- Si, d'ailleurs je devrais y aller maintenant.

- Et c'est quoi ?

- Je veux parler à un humain du donjon qui s'y connait apparemment très bien dans le domaine démoniaque. Engar il s'appel je crois. C'est un monstre au bar qui m'en a parlé.

- Toujours dans l'optique de te débarrasser de moi ?

- Oui.

- Hm... Dit, au passage, tu pourras aussi lui demander s'il existe un moyen de me libérer de ma prison ? Je pense que j'ai compris la leçon et je vais me tenir à carreau.

- Mais bien-sur.

- Serieux t'es d'accord ?? T'es trop sympa toi ! Je t'ai mal jugé en fait. Je m'excuse en fait pour toutes les crasses que j'ai pus te faire le autres fois.

- Te donnes pas cette peine Varish : Je déconnais.

- Que... ?! QUOI ?? SALE FILS DE...

- Ne me donne pas raison de mettre procuré une bible s'il te plait. Ca me ferais mal pour toi.

- Tu verras, quand je sortirais de ce putain de brassard, tu seras celui pour lequel je réserverais le meilleur traitement dont tu ne peux avoir idée.

- Ça va alors, ça me laisse le temps de profiter allègrement de la vie.

Sur cette petite discussion pimentée à travers laquelle je pris beaucoup de plaisir à me moquer de Varish, je repris mon chemin en chantonnant un petit air guilleret de Fustilor. Je pense que le fait de sentir mon démon s'exciter de rage dans sa cage m'amusai. Pour une fois que c'est moi qui lui en mis plein la gueule. J'accélérai le pas cependant, de crainte de louper celui que je cherchais. On m'avait précisé qu'il passait pas mal de temps en ce moment à la bibliothèque. Je trouvais étrange de ne pas l'avoir encore rencontré. Peut être n'avons nous pas les mêmes horaires... J'arrivai enfin en vue des portes de la bibliothèque. Ma salle préférée après celle d'entrainement. Je les ouvris doucement pour ne pas déranger les gens qui étaient dedans, avec l'horrible grincement.

*Gnniiiiiiiiiiiiii*

Bon... Raté ! Je les refermai derrière moi, cet fois aussi en essayant de faire le moins de bruit possible.

*Gnniiiiiiiiiiiiii*

... Bref ! Un bref regard circulaire de la pièce m'informa que je me trouvais en heure de pointe. Plusieurs monstre, tous plus ou moins différents ne se donnèrent même pas la peine de lever leurs yeux de leur livre pour savoir qui venait de troubler la quiétude de la pièce. Un humain, je cherchais un humain. Bon... Ça ne devrait pas être trop dur. Je me mis à me balader dans la pièce pour le trouver. Mais, au bout du compte, je ne vis que des monstres. Rien de similaire à ce que suis. je refis le tour au moins trois fois sans plus de succès. je me vis alors obligé d'aller demander des renseignements à l'une des créatures ici présentes. J'optai pour celui qui ressemblait à un homme-poireaux.

- Excusez moi. L'intéressé releva la tête, une expression contrariée au visage. Est ce que vous sauriez par hasard si le dénommé Engar est passé par ici aujourd'hui ? D'après ce qu'on m'a dit, ce serait un humain qui...

Le monstre leva sa "main", ou du moins ce qui devait y correspondre.

- La créature, là-bas dans le coin de la pièce. Et maintenant, veuillez cesser de m'importuner pour de telles broutilles je vous prit !

Je préférai ne pas faire attention à la fin de la phrase et préférai me tourner vers l'endroit que l'on m'avait indiqué.
Au lieu de voir un humain comme je m'y attendais, je ne vis rien d'autre qu'une petite créature chétive au teint vert, avec de l'eau sur le crane.

- Heu... mais... ; dis-je à l'homme poireau en pointant du doigt le petit monstre.

-Qu'est ce que je viens de vous dire ?! Allez voir ailleurs si j'y suis !

Je viens pour voir un humain, et l'on me dit que c'est en réalité cette chose ? Je poussai un profond soupir. Allons bon... Autant allez lui parler. ce n'est pas comme s'il allait me manger. Quoi qu'après ça rien ne pouvait me paraitre impossible. Je me dirigeai alors vers cette petite bestiole, un air dépité dessiné sur les traits de mon visage.

- Excusez moi, seriez vous Engar ? Le spécialiste en démonologie ?


Dernière édition par Dokpel Varish le Sam 17 Aoû 2013, 01:27, édité 1 fois
Dokpel Varish
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue9/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Engar Ven 10 Mai 2013, 18:46

... Il y avait une chose que j'avais songé à faire depuis longtemps, mais que je n’avais que trop repoussé entre mes gardes, l'enquête sur la famille de Félina, l'assaut de Naviento et mon procès. Une chose que dans le fond j'avais fini par oublier et que ma discutions avec Theorem vis à vis de mon journal, qu'il avait bien accepté de me rendre avait rappelé à mon bon souvenir... Dans mon journal était consigné de nombreuses vérités oubliées par les livres d'histoire ou qui n'avait été que théorisé et dont la mise en pratique modifiait des détails parfois vitaux pour qui désirait les appliquer, en particulier concernant mon domaine de prédilection, les démons. Il m'était arrivé à plusieurs reprises d'étudier des traités les concernant, afin de savoir à quoi je m'affrontais dans ma traques aux infernaux... Et il était arrivé plusieurs fois que je tombe sur des informations que je savais comme étant erronés... Et d'autres dont j'ignorais tout et qui avait failli me coûter la vie de par l'erreur monumentale de l'information donné. Or il était fort probable qu'au vu du nombre d'ouvrage présent dans la bibliothèque j'en retrouve plusieurs que j’avais déjà compulsé et dont je connaissais les erreurs et d’autres comportant des indications tout aussi erronées et si je devais trouver une manière d’user de mon expérience autrement que par le combat c'était de cette manière, bien que je ne partageais rien avec les rats de bibliothèque ou un quelconque sage... Par ailleurs mon initiative pouvait paraître des plus curieux, après tout en principe qui se soucierait de la manière de terrasser un démon dans un donjon qui en abritait et qui en principe n'aurait nullement maille à partir avec les infernaux ? C'est probablement un des détails par ailleurs qui m'avait amené à oublier cela... Mais non seulement l'assaut du donjon Naviento, qui comptait dans ses rangs de nombreux démons, avait démontré que les monstres avaient également à craindre leurs semblables, mais il était un fait que certain humains étaient à même d'asservir les infernaux à leur bottes parmi mes connaissances il y avait celle permettant de libérer un démon d'un pacte... Et également bien sûr comment l'éliminer si'l s'avérait qu'en dépit du service rendu et du retour de son libre arbitre il persiste dans son agressivité...

On m’avait même rapporté plusieurs incidents dus aux exactions de démonologistes amateurs ! Dont même un qui avait lieu dans la bibliothèque récemment, durant ma captivité si je me souviens bien des dires de Shrivei et qui avait failli être désastreux pour bien des ouvrage présents, mais dans ce cas qui était le plus à blâmer ? L'amateur ou l'auteur du texte qui l’avait induit en erreur. a vrai dire tout dépendait sans doute des intentions de chacun, mais ua moins l'amateur, s'il avait de bonnes intentions, ne pouvait être blâmé autrement que pour une conscience excessive en l'auteur, qui lui était coupable d'avoir donné de mauvaises indications... Le problème alors étaient que la plupart de ces auteurs étaient déjà mort depuis longtemps donc il ne servait à rien de les faire payer ou encore de leur apprendre leurs erreurs, la seule chose à faire était de rectifier ces dernières....Et c'était la nouvelle tâche que je m'étais confié après le jugement... Bon à cela il fallait ajouter la réparation des tavernes qui m'occupaient la majeure partie de la journée, mais qui en plus de m’être imposé, étant donné que j'étais quand même celui qui les avait brûlés, était aussi payé, contrairement à cette initiative qui ne me serait nullement rétribué, mais que je faisais de bon cœur... Bien que nécessaires, et appréciés, les compensations matériels n’avait été que rarement mon objectif dans tout ce que j'avais pu faire, et celle payé pour ma participation à la reconstruction de ce que j’avais brûlé m'était suffisante pour le moment pour vivre... Et au pire je savais que je pouvais compter sur l'aide de mes proches, bien que cette extrémité me déplairait fortement, non par fierté mal placé, mais parce que je voulais nullement leur nuire de quelques manière que ce soit... Et à mon avis leur mendier de l'argent serait, indirectement, leur faire du tort.

Bref ce n'était pas réellement un travail ce que je faisais et si je désirais subsister il allait falloir que je me rende à l'A.E.M. une fois la réparation des tavernes achevées, ce qui ne tarderait pas, mais plutôt une... Occupation qui en plus de m’empêcher de m’ennuyer s'avérerait sans doute utile pour le donjon, et me permettait qui plus est de mettre en oeuvre mes connaissances sans que cela soit trop perturbateur. Parfaitement en accord avec les modalités de mon châtiment donc de mon point de vue... Ainsi au terme du premier jours des réparations aux tavernes je m'étais rendu à la bibliothèque, mon journal sous le bras, afin d'exposer mon projet aux gérants, et accompagné alors du tenancier minotaure avec qui j'avais fait connaissance le jour même et qui était un des rares monstres à ne pas me conspuer. Au début mes interlocuteur furent des plus sceptiques, principalement à vrai dire à cause de ma réputation, mais mon journal, qui contenait de nombreuses preuves de ma connaissance sur le sujet, et l'appui du minotaure changèrent la donne et même ma réputation de chasseur de démon m'aida finalement, puisque, après tout, pour avoir survécu aussi longtemps en les chassant je devais en connaître un rayon... Nous parvenions alors un accord qui obéissait aux règles suivantes. Chaque soit ils acceptaient de laisser à ma disposition les ouvrages traitant des démons, mais je ne devais pas effectuer de correction à même les livres ou le parchemins, de par leurs valeurs historiques, pour certains du moins, mais faire un recensement des erreurs et des précisions à apporter que je leur apporterai avant de quitter la bibliothèque et qu'ils se chargeraient de vérifier. Le seul point sur lequel je tiquais était sur le comment ils allaient vérifier, surtout pour tout ce qui relevait de l'élimination ou de l'exorcisme des démons, mais ils m'affirmèrent que cela pourrait être vérifié sans causer de torts à qui que ce soit... Ils avaient l'air trop benêts pour faire du mal et de fait je leur fis confiance et saluant le minotaure qui repartit chez lui je avais commencé cette tâche le soir même... Elle s'avéra à vrai dire bien plus conséquente que je ne pouvais l'escompter car la plupart des ouvrages traitant des infernaux étaient volumineux et il me fallait les lire en entiers avec une grande attention afin que mes corrections soient aussi justes que possible... Tant et si bien que trois heures s'étaient écoulées que je n'avais pu que compulser l’ouvrage et rectifier à peu près la moitié des fautes que j'y avais trouvé. Enfin au moins ce premier serait le plus dur, non seulement parce que j'avais préféré commencé par le plus imposant, mais également par le fait que les fautes que j'y avais trouvé se retrouverait probablement dans d'autres ouvrages et que bien qu'il me faudrait tous les lire intégralement ça m'épargnerait une partie du travail. J'y trouvais des inepties tel l'emploi direct des glandes salivaires de méphites permettait l'accroissement des facultés de maîtrise de la magie élémentaires, c'était vrai, mais pris directement cela tuait surtout celui qui le consommait, il fallait le réduire en poudre et le mêler à un liquide pour diminuer sa toxicité, et de référence du sang d'un autre démon, qui soit ingérable, pour en préserver les capacités, ou des imprécisions telle la catégorisation des démons tentateurs en succubes et incubes sans la moindre évocation du troisième type qui pouvait prendre aussi bien l’apparence d'un homme que d'une femme, fallait il croire que c'était un âne qui avait écrit cela , et encore l'âne ne mangerait pas des glandes salivaires de méphites  ! ... Je décidais finalement de m’arrêter quand la fatigue m'amenait à commettre de erreurs d'orthographe dans mes comptes rendus. D'ordinaire j'aurai aisément pu tenir toute la nuit, mais là j’avais senti la fatigue me venir rapidement... Évidemment j'avais oublié de m'hydrater le contre-coup s'en faisait sentir. Il allait me falloir du temps pour m'habituer à ce corps. Quoi qu'il en soit j’avais fini par rendre mon compte rendu et après un passage à la salle inondé pour suffisamment m'imprégner d'eau pour tenir quelque temps je revins chez moi... Et décider par précaution de m'endormir non pas dans ma couche mais dans une bassine remplie d'eau afin d'éviter la mauvaise surprise de me réveiller entièrement desséché, constatant avant de m'endormir que la solitude que j'avais ressenti dans un tout premier temps par l'absence du démon et de ses piques fréquentes avait disparu, comblé par mes activités et mes proches, mais également les liens que je commençais à tisser avec d'autres individus, tel que le tenancier minotaure ou les gérants de la bibliothèque....

... Cela eut l'effet désiré et ainsi le lendemain je repartis frais comme un gardon, sans mauvais jeu de mot en rapport au fait que j'étais mouillé, et me remit au travail dans les tavernes... Cependant une pause fut décrétée aux alentours de midi et après un frugal repas j'en profitais pour m'avancer dans mon travail... Cela allait être l'heure où la bibliothèque était la plus bondée de monde possible, mais ce n'était qu'un détail qui ne me ferait pas reculer ! Ainsi je pénétrais courageusement dans le temple de la connaissance sans craindre la masse de créatures... Qui de toute manière étaient trop occupées dans leurs études pour me prêter la moindre intention. Ce qui m'arrangeait bien. J'allais alors interroger le bibliothécaire le plus proche pour me tenir au courant quant au résultat de leur test vis à vis de mes corrections et il me confirma que, pour ceux qu'ils avaient déjà vérifiés, elles étaient exact. Je lui demandais alors à nouveau de quoi écrire, d'accord je faisais ça gratuitement mais j'allais tout de même pas payer le parchemin et l'encre, puis me dirigeais à ma place, heureusement libre, une fois le nécessaire obtenu. Il me fallut ensuite juste retrouver le livre, à la même place que celle où je m'avais laissé hier, puis je repris le passage où je m'étais arrêté, prenant le temps de le relire...

Mais cela faisait un à peine un quart d'heure que je relevais les erreurs et incohérences de l’ouvrage que je perçus quelqu'un s'approcher... Mais avant d'entendre le bruit de pas ou de le voir en coin ce fut son aura que je sentis. Une aura bien familière, cette présence particulière qui accompagnait chaque démon, à moins que ce soit moi qui avait développé une perception particulière les concernant. Enfin c'était un détail, le fait était que je pouvais sentir d’une certaine manière leur présence. Cependant je songeais tout d’abord qu'il était peut être là également pour étudier un ouvrage... Mais il s'approchait c'était un fait..et ce que pouvait me vouloir un démon était assez peu probablement quelque chose d'agréable, bien que je m'interrogeais sur son identité. Marak ? Bah même sous cette apparence je ne ferai qu'une bouchée de cette larve... Tout mes sens se mirent alors en éveil et bien que je paraissais encore pleine contemplation de l’ouvrage j’étais prêt à agir... Je n’avais pas mes armes sur moi, j'avais préféré abandonner cette habitude au vu de mon châtiment, mais le tabouret libre à coté de moi serait idéal à lui balancer à la figure, mais une fois qu'il se serait approché suffisamment et qu'ainsi je lui assène un coup de poing bien placé qui le laisserait à ma merci... Plus que trois pas, deux et... Il s'adressa à moi en des termes bien polis...

Un peu déconcerté je refermais le livre et me tournais alors vers mon interlocuteur pour constater avec stupéfaction que c'était un humain, un peu dépité en me voyant apparemment. Il paraissait comme déçu... Et je comprenais pourquoi au vu de la manière dont il s’était adressé à moi. il s'attendait à discuter avec un humain et ce n’était pas le cas...Bien que je l'aurai désiré du plus profond de mon être. Cependant... Je cherchais à déterminer d'où venait l'aura démoniaque que je sentais. C’était peut être un démon dissimulé sous une forme humaine, mais curieusement cette sensation ne venait pas précisément de lui non c'était...Sur lui et d'un endroit bien localisé. mon regard se posa alors sur son bras... Et la vision de l'objet me suffit. Je connaissais les démons, et encore plus leurs plus éminents représentants dont la plupart n'avait plus aucun secret pour moi...Même ceux qui étaient mort ou scellés... Et ce brassard portait certaine marque qui comparé à mes connaissances ne trompait pas. Voilà ce qui expliquait l'aura démoniaque entourant cet homme et peut être même le pourquoi il venait me voir, bien que je n'arrivais pas à mettre le doigt sur le nom du démon contenu dans cet objet et comment j'avais connu ce brassard... Je passais alors la main sur la couverture de l'ample volume et me le avait pour lui faire face, bien que je faisais avec cette nouvelle forme une bonne tête de moins que lui. Ce qui ne m'empêcha pas lui parler le plus sérieusement du monde.

"Oui je suis Engar... Mais spécialiste en démonologie est un bien pompeux terme qui convient à ceux qui parlent de ce sujet sans les connaître. Comme les auteurs de ce livre que j'étais en train d'étudier... Mais je crois comprendre ce que voulez dire. Oui je connais les démons pour les avoir chassé dix ans durant tout en en abritant un en moi et l'avoir contrôlé tout ce temps durant jusqu'à certains... Incidents."

... Je regardais un peu plus fixement son visage... Et alors je le reconnus et comprit brusquement, me rappelant le nom du démon, Varish, et les circonstances qui m’avaient amené à m’intéresser à lui au brassard...... Je me rasseyais alors et lui fit signe de faire de même en face de moi.... la conversation risquait d'être longue.

"...Qu'est ce que le sir Dokpel Varish veut à un des individus qui l'a pourchassé ?"

... Hm c'était un peu abrupte, mais manquerait pas de faire son petit effet et ça avait le mérite d'être clair... Mais pourtant je sentais que je devais apporter quelques précisions.

"Il y a de cela cinq ans lorsque vous avez fui votre père, et surtout votre frère ont fait appel à de nombreux mercenaires...on m'a dit que vous aviez emporté l’artefact renfermant un puissant démon alors que voulez vous ? A l'époque je chassais ses semblables et je ne pouvais prendre le risque de voir sa puissance utilisé à de mauvaises fins. Cependant vous n'avez jamais dû avoir vent de moi car votre frère a envoyé le groupe dont je faisais partie sur une fausse piste. Une sale affaire. Il nous avait envoyé dans un territoire corrompu où on aurait pu penser que vous vous seriez abrité pour libérer les énergies négatives du bracelet et surtout que vous y trouveriez la protection d'anciens sbires de Varish qui voudrait voir la libération de leur maître... Et honnêtement on en a trouvé, ainsi que d'autre démons et des morts-vivants. J'ai réussi à en tuer sept à l'époque, j'étais déjà assez doué... Mais il nous a fallu rebrousser chemin, et quand je dis nous... C'était les sept survivants sur la vingtaine d'hommes qui avaient composés notre groupe, qui étaient tous des membres du groupe dont je faisais parti à l'époque...En fait tout les membres de la bande dont je faisais à la base parti avaient survécus ce qui laissa penser à votre frère que nous étions de connivence avec vous, en dépit des quelques trophées que j'ai ramené et il s'en servit comme prétexte pour ne pas nous payé. Pourtant j’avais bien dit à votre frère que c'était une si mauvaise idée de nous envoyer en aussi petit nombre en ce lieu que j'avais déjà arpenté par le passé. Enfin ça doit être une bonne nouvelle pour vous car si votre frère gère votre royaume quand il sera sien de la même manière il va finir pendu par votre peuple d'ici au pire une décennie."


Cela allait faire beaucoup à encaisser pour lui... mais quelque chose me disait qu'il avait connu pire depuis toutes ces années et puis maintenant nous étions alliés... D'autant plus que les dires de son frère étaient vraisemblablement faux sans quoi le démon ne serait pas encore contenu dans le bracelet... Oh bien sûr c'était un artefact puissant qui le scellait, mais un individu déterminé aurai largement pu en briser le sortilège en l’espace de cinq ans, ou tout du moins l'affaiblit, surtout dan un lieu comme le donjon Kanabo et ça, ce mensonge, ça allait se payer...Non... je devais me contrôler, par le passé j'aurai pu faire cela, mais plus maintenant. On ne tuait pas un roi ou un prince comme cela et ce serait entraîné trop des miens dans une affaire qui ne les regardait nullement... Je ne pus alors retenir un soupir en reprenant la parole.

"Je sais c'est pas très rassurant de parler à un de ses anciens traqueurs hein ? Je connais ce sentiment... Mais vous n'avez rien à craindre Dokpel, nous sommes du même bord maintenant...Et puisque ce brassard est toujours à ton bras je sais que ton frère m'a menti. Je n'ai donc aucune raison de te nuire au contraire... Et à vrai dire..."

Je joignais alors mes mains, l'air curieusement décontracté, espérant qu'il comprenne qu'il n'avait rien à craindre de moi désormais... Mais il aurait été mesquin de dissimuler ce que je savais et le lien, bien que ténu, que j’avais vis à vis de lui. Enfin de toute manière il s'était déjà trop avancé pour reculer, ce que je soulignais par la conclusion de mes dires.

"Si vous venez me voir et que vous l'avez encore à votre poignet sans avoir libéré le démon qui habite dedans...C'est que le bracelet vous pose problème et que vous avez besoin de mon aide. Je vous la donne volontiers et je ne vous demande rien en échange... Tout simplement ça me fait plaisir d'aider, mais si vous voulez voir cela comme une compensation pour ce que j'ai fais je dirai, faites comme ça vous chante et expliquez moi vos problèmes... Oui vos, car je me doute qu'avec un tel objet il ne peut pas y en avoir qu'un seul !"


Dernière édition par Engar le Dim 26 Mai 2013, 22:03, édité 1 fois
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue32/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Dokpel Varish Ven 24 Mai 2013, 02:20

-"...Qu'est ce que le sir Dokpel Varish veut à un des individus qui l'a pourchassé ?"

Hm ? Qu'est ce qu'il me chante l'autre face de brocoli ?

-"Il y a de cela cinq ans lorsque vous avez fui votre père, et surtout votre frère ont fait appel à de nombreux
mercenaires...on m'a dit que vous aviez emporté l’artefact renfermant un puissant démon alors que voulez vous ?


Instinctivement, ma main droite bougea sans faire de gestes particulièrement brusques pour saisir le pommeau de mon épée rangée dans son fourreau, qui pendait habituellement sur ma hanche droite. Elle n'y était pas ! Je me rappelai alors l'avoir laissée près de mon lit ce matin avant d'aller prendre mon petit déjeuné. Maudite soit mon inconscience ! Faute de mieux, mon cerveau se mit à fonction à plein régime pour me trouver une solution au cas présent. Tout se passa si vite. Trois solutions s'offrirent à moi. La première consistait à prendre la chaise posé à coté de moi et de frapper de toute mes forces cette bestiole pour la faire passer par la fenêtre. Non, trop lent. La deuxième se résumait à faire basculer sa chaise d'un coup de pied. La non plus pas possible. Les chances de se raté était trop grande. Ou bien alors invoquer mon armure et lui refaire un portrait. Hm... Le soucis serait de passer pour le méchant en massacrant cette créature chétive et de me retrouver avec touts les monstres du donjon aux trousses. Je ne pouvait rien faire sans un prétexte d'auto-défense. Je m'obligeai donc à relâcher la tension de mes muscles et d'écouter son discours sans rien dire, sans pour autant baisser ma garde bien entendu.

Tout de suite, je compris mieux le sens de ses paroles précédentes lorsqu'il continua son récit. Malgré tout, je ne pus cesser d'être suspicieux vis à vis de lui. Parlai-je avec la bonne personne ? Je n'en fus pas sur, loin de là. On m'avait évoqué un humain -déjà un humain, pas un pseudo poisson croisé avec des légumes- particulièrement bon combattant. Hors, je l'imaginai mal porté une épée de taille commune. Heureusement qu'il parlait avec une certaine prestance. Sans ça, je serais déjà reparti chercher ma lame dont l'absence me démangeait horriblement. Il poursuivit. Certaines de ses révélations me choquèrent. Surtout celles à propos de ma fuite de mon propre royaume. Mon petit frère n'avait pas chômé sur les moyens mit en œuvre pour me capturer. Le pire dans tout ça, c'est qu'à mes oreilles, ses paroles vibrèrent de vérité. Oui, je voulais le croire sur parole. Mais cela aurait été une grossière erreur. Comment pourrais-je faire confiance à un inconnu alors que mon petit frère avait lui même pas hésité un seul instant à me maudire. Je m'obligeai donc à mettre de coté ce ressentit et à garder en tête que n'importe qui dans ce monde, surtout celui-ci, pouvait être un ennemie. Il conclu finalement sur des mots fort bien sympathiques. Ce n'était peut être pas un mauvais bougre finalement. M'enfin, ça, ça restait à prouver. Je pris la chaise la plus proche et me posa en face de mon interlocuteur, de l'autre coté de la table. Mon regard ne quitta pas un instant le sien.

- Très bien, très bien tout ça... C'est très intéressant. Seulement voila, vous comprendrez que j'ai énormément de mal à vous croire. Pour plusieurs raisons. La première : on m'a parlé d'un humain, plutot du genre très bon combattant. Hors là -sans vouloir vous manquer de respect- vous ne collez pas trop au portrait type. Je posai mes avants bras sur la table en m'appuyant très légèrement dessus. Je me mis à parler à voix assez basse pour être sur de ne pas me faire entendre pas les autres créatures présentes dans la bibliothèque. La deuxième raison c'est que je ne vois pas pourquoi vous m'aideriez si vous bossez pour le fric. Que je sache, la prime sur ma tête a bien gonflé ces dernières années et vous auriez plus grand intérêt à me vendre qu'à me libérer de mon maléfice. Non je suis désolé, mais je ne vous fais pas confiance. Il va me falloir plus de concret pour me convaincre que vous êtes bien celui que vous prétendez être. Et surtout me montrer que vous n'êtes plus mon ennemie si c'est le cas. Je ne sais pas ce que mon frère a bien pu vous raconter sur ma prétendus trahison mais sachez que rien n'est vrais. Si je suis maudit c'est de sa faute. Tout ceci n'est qu'une machination pour m'écarter de mon rôle de roi. Et à cause de ça je souffre d'un léger problème qui m’empêche d'avoir confiance en qui que ce soit. Un tout petit soucis de rien du tout ; dis-je avec ironie. Lui même pourrait vous le confirmer. Hein Varish ?

- Je conchie sur ta famille pour plus de dix générations !

- Et ça c'est le type de conversation dont je dois me contenter depuis cinq ans.

- T'inquiète pas jeune fille, moi aussi je souffre de t'entendre gémir a longueur de journée.

- En fait, j’espère
vraiment que vous êtes Engar le démoniste. Car si c'est le cas, vous êtes mon dernier espoir. j'ai tout essayé, tenté les trucs les plus stupides pour me débarrasser de ce foutu brassard. Sans succès. je ne sais plus quoi faire. Rien que la dernière fois j'ai manqué de me faire tuer par un rituel bancal ici, dans cette bibliothèque.

Je tentai tant bien que mal de masquer ma peine. Au fond de moi, je le savais, je commençais à craquer. Cette tension, ce calvaire imposé par l'attitude exécrable de Varish, l'isolement au milieux de tant de monstres commençaient à me ronger de l'intérieur. Peut être même que je ne croyais plus en solution pour libérer de ce maléfice...

- Hey mec ! Lança Varish au petit bonhomme. Moi je suis sur que tu es ce que tu dis. Chui pas comme cette mauviette trouillarde. Libère moi et je ferais payer pour le manque de respect qu'il a eu envers toi ça te va ?

Je soupirai excédé. Mon front se posa sur mes mains jointes, les coudes posés sur le bord de la table, afin de cacher l’expression de profonde détresse qui se peignit sur mon visage. Mes épaules s’apaisèrent légèrement. Je ne pus tenir. Je le savais, j'exposais mes faiblesses à un potentiel danger. Mais hélas, s'en était trop. Si la journée avait bien débutée, évoquer ce sujet qui coinçait depuis prêt de cinq avait suffit à abattre violemment ma résistance mentale. Depuis mon échec avec Dycles, plus rien n'allait.
Dokpel Varish
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue9/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Engar Dim 26 Mai 2013, 20:50

Bon... Forcément après mes révélations il était évident qu'il allait se montrer quelque peu méfiant, malgré mes arguments pour tenter de le convaincre de ma bonne foi, preuve de sa crispation qui me laissait deviner qu'il se tenait prêt à agir. Enfin soit il était assez naïf pour m'accorder sa confiance soit assez intelligent pour comprendre qu'il ne risquerait rien de moi en ce lieu ou, encore, la raison pour laquelle il venait me voir était plus grave que tout ce que je pouvais lui infliger, mais toujours était il qu'il finit par s'asseoir en face de moi, à une distance respectable qu'était la longueur de la table à laquelle j'étais installé et commença à prendre longuement la parole alors que je mettais de côté le livre que j'étais en train de corriger... Tout comme j'excluais le fait qu'il soit naïf, il se montrait vraiment méfiant à mon égard, un bon point pour lui, même si dans les faits ce n'était pas nécessaire. Enfin à vrai dire c'était tout simplement de la simple logique qu'il se montre suspicieux après avoir dû affronter son propre frère, même lorsqu'avant je n'avait aucun lien de fraternité avec qui que ce soit il m'était aisé de comprendre ce que pouvait ressentir celui qui avait été trahi par les siens, alors maintenant que j'éprouvais ce sentiment, vis à vis de Felina je me montrais d’une certaine manière compatissant à l'égard de Dokpel, j’avais déjà eu la peur qu'elle trahisse le donjon, et donc moi avec, lors de l'assaut de Focus et je ne souhaitais déjà à nul personne, enfin façon de parler car certains individus le mériterait réellement, de vivre cette peur et encore moins de la voir se concrétiser... Après cela dépendait bien sûr des liens qu'il avait avec son frère à la base, après tout contrairement à Felina et moi dont la liaison fraternelle avait été créer par les sentiments le sien lui avait été, d’une certaine manière, imposé par le sang... Et qui devait se finir dans ce dernier apparemment car là où Dokpel ne se trompait pas c'est que même si j’avais laissé tomber le contrat il était un fait que l'a prime avait augmenté de manière substantielle au fil du temps, au point que je me demandais si son frangin n’avait pas levé un impôt spécialement pour. Une idée idiote certes, mais allez savoir avec ces nobles...

Et la dite opinion sur les nobles se confirma même pour Dokpel quand il m'informa qu'il était ce demeuré qui avait invoqué un démon au milieu de la bibliothèque. Dont concernant le pourquoi il était resté la naïveté était écartée, l'intelligence également, restait l’hypothèse de la menace réellement conséquente de son démon, concrète car je connaissais bien des choses sur Varish, ou tout du moins autant qu’avaient bien voulu m'en dire les livres... Ce qui était cependant réellement ébranlé par les dires de ce derniers. Je veux dire, les démons majeurs ou archi-démons s'exprimaient avec un certain raffinement en dépit de leur cruauté, afin de justement rendre la souffrance des autres plus douceâtre ou afin de mieux persuader autrui. Or c’était apparemment le but de Varish dans sa dernière phrase, mais en me tutoyant , en m’appelant mec, un mot que je dépréciais entre tous car je le trouvais grotesque, et le fait qu'il pensait vraiment que j'allais m’accoquiner avec un infernal alors qu'il prétendait me connaître, me faisait plus penser au comportement d'un vulgaire diablotin que d'un seigneur infernal, au point que je me demandais si ce que j’avais lu dans les livres le concernant n’était pas erroné, comme bien des pseudo-informations sur les démons, ou alors il s'agissait d'une manœuvre volontaire afin que je le sous-estime, à moins qu'en le supposant suffisamment fourbe et rusé pour faire cela je le sur estime au contraire. Dans tout les cas j'allais faire ce qui devait être fait, sans minimiser mes efforts sous prétexte qu'il n’était guère menaçant.

Néanmoins avant de songer à cela il me fallait rassurer Dokpel sur mon compte et ce que je pouvais faire pour lui. D'autant plus que dans le fond la tâche m’intéressait, car elle constituait un véritable challenge. Par là j'entendais que d'ordinaire quand un infernal s'en prenait de manière non physique à un humain c'était généralement en possédant son corps, auquel cas il est aisé de le chasser, en fonction bien sûr de sa puissance cependant. Dans des cas plus rares, comme le mien, l’infernal cherchait à s'ancrer dans l'âme de son possesseur et là soit le démon était chassé rapidement, soit s’engageait une bataille perpétuelles entre la victime et l’infernal, qui en ressortait bien souvent vainqueur, jusqu'à ce que quelque chose scelle le démon enfin lorsqu’un démon était confiné dans un objet et porter par autrui le démon corrompait le possesseur de l'objet et finissait par réussi à transmettre sa conscience dans le corps de son hôte, détruisant l'âme de ce dernier par la même . Or ici le proméliant constituant le bracelet évitait que Dokpel ait à subir l'influence de Varish, mais ne le préservait pas de ses interventions, il me fallait donc trouver un moyen d'au moins le réduire au silence, et d'au mieux libérer Dokpel de ce bracelet, tout en, dans chacun des cas, m'assurant de ne pas abîmer le sceau retenant l'infernal. une affaire complexe, mais non seulement en dépit de mon châtiment j'appréciais toujours les défis et celui là ne troublait nullement ma sérénité... Bien sûr c’était un fait que Shiru ou Oni puissent libérer Dokpel de son fardeau, mais avant de les laisser faire je préférais tenter d'agir afin qu'on évite un autre incident infernal comme celui qui avait été causé par la libération de mon démon, un souvenir qui raviva en moi une certaine morgue à l'égard des dirigeantes...Approprié par ailleurs puisqu'un des doutes de Dokpel que j'allais devoir éclaircir concernait justement mon châtiment...

"Et bien.... J'ignorais qu'il y avait une personne dans le donjon qui ignorait ce qui est advenu, d'autant plus un ancien résident comme vous. donc je vais essayer de vous la faire brève. Un membre du donjon qui m'est très proche attendait sa famille depuis des mois et j'ai essayé d'aller sauver cette dernière sans doute aux mains de l'église, mais il s'est avéré qu'ils étaient tous morts...Sauf son frère aîné. Cependant lors de notre fuite quelque chose a mal tourné et il était alors tellement mal en point qu'il serait mort alors, à sa propre demande, même si je l’aurai fait de toute manière, je l'ai achevé. Cela a été perçu comme un meurtre et j'ai été jugé pour cela, ainsi que pour mes "crimes" passés. Il a été alors décidé de laisser un artefact me changeait en monstre et je retrouverai ma forme humaine que lorsque j'aurai trouver une autre voie de vivre que celle des armes..."

Ma voix était alors un peu amère et il me fallut de nombreux efforts pour ne pas commenter cette décision de justice. Déjà que j'en faisais beaucoup afin de convenir aux conditions du lever de mon châtiment et devenir humain. Par ialleurs je lui avais épargné certains détails, mais rien qui ne soi nécessaire à la compréhension de ma nouvelle forme. Néanmoins je poursuivais, sur un domaine un peu différent afin d'achever de le convaincre de mon identité.

"Vous pourrez demander à n'importe quel monstre et ils vous confirmeront ce fait, mais si vous avez plus confiance dans les livre, une sotte chose à mon avis... Vous pourrez chercher tout ce que vous voudrez concernant le porte-haine, soit Engar et donc moi, ou ce que vous pensez que je prétends être, et je vous répondrai sur tout les sujets me concernant de près ou de loin. les coutumes des terres du nord auxquelles j'appartiens, les affrontements lors de la guerre de l'arcane, les raisons de l'échec de l'expédition de la corne d'aurore, ce qu'était l'ordre de chevaliers d'onyx et leur destruction, l'assaut de l’île du nécromancien Xenarat... Et le tout avec un point de vue bien plus sincère que celui de tout les vainqueurs qui ont écrit ces livres, que j'ai été dans leurs camps ou non... Et vous apprendrais par la même occasion que ma motivation n'est pas l’argent, loin de là. La seule raison pour laquelle je vous ai traqué c'était le fait que vous risquiez de libérer ce démon et c'est pour cela qu'en dépit de l'augmentation de la prime sur votre tête je n'ai pas continué à te chasser, j'était au pire des cas prêt à remonter la piste de Varish. Après il est vrai que j'ai évoqué le fait que ton frère ne nous avait pas payé, mais comprends moi bien, l'argent avec lequel on me payait n'était pas une finalité en soit, cela me permettait juste de m'assurer que mon commanditaire ne se moquait pas de moi. Une sorte d reconnaissance de me actions en quelque sorte... En fait je ne demandais pas toujours de l'argent, il était bien plus régulier qu'on me le donne, mais quand une personne m'en promet et se joue de moi et bien il en paye le prix... Oh pas par le sang à moins que la tromperie ne soit très conséquente, mais disons que dans le cas de votre frère moi et mes compagnons nous sommes payés sur quelque babioles du château. Oh rien de rare et qui ne devrait vous manquer si vous revenait sur le trône, rassurez vous... Donc oui je suis bien Engar malgré cette apparence grotesque. Ah et si vous vous inquiétez pour mes talents de guerrier et bien je me vois mal vous en faire une démonstration maintenant, mais je peux vous dire que vous avez hésité à vous en prendre à moi et dans ce cas le plus simple aurait probablement été un assaut direct, un simple coup de poing. M'assaillir avec un objet ou une arme prendrez trop de temps et me laisserez le temps de me lever, alors qu'avec un coup de poing vous auriez pu profiter de ma position assise, et donc défavorable, même si je réussissais à arrêtez votre coup vous auriez été en position de force... Mais à vrai dire ça a été le cas de bien des démons et je ne connais pas assez votre habilité pour pouvoir jauger de ce qu'aurait été le combat par la suite, mais j'espère que mes hypothèses sur son ouverture vous convaincrons sur mes aptitudes de combattant. Et enfin j'ai chassé les démons, je connais leurs mœurs ainsi que comment les révoquer, voir en invoquer certains, j'en ai même dominé pendant des année un qui était mêlé autant que possible à mon âme... Mais prière de ne pas m'insulter en m'appelant DÉMONISTE."

...Oui cette manière de me désigner m’avait un peu irrité, d'où mon éclat de voix qui fut accueilli par des chuintement réprobateurs qui m'assaillirent de la part ds autres personnes j'allais devoir baisser le ton de ma voix d'un cran, déjà que je m'efforçais à parler à voix basse, damnées soient les créatures avec une ouïe sur-développée. De fait je me levais de ma place et m'approchait un peu de Dokpel afin de parler moins fort et que pour autant il continue de m’entendre.

"Bref...Comme je vous l'ai dit plus tôt mes motivations étaient surtout l'élimination des démons...Et bien que depuis mon installation en ces lieux mes objectifs ont changés, vous devez vous en douter, ce sera un plaisir de vous libérer de votre fardeau.. Ah je suppose que tu dois être déçu Varish, mais j'ai déjà refusé tant d'offre des tiens qui s'avéraient bien plus alléchantes alors pourquoi aurais je accepté la tienne... Mec ?"

En fait j'avais accepté un pacte avec mon propre démon, un pacte qui m’était défavorable mais que j’avais consenti pour le bien de Kumie, du moins je le croyais...Et de toute manière personne ne le connaissait. Affichant un sourire suite à ma petite pique à l'égard de l'infernal je m'adressais de nouveau à Dokpel ,entrant dans le vif du sujet...

"Enfin, puisque je suis votre dernier espoir autant tenter de répondre de suite à vos attentes avant que vous commettiez l'irréparable...Alors premier conseil ne fat pas confiance aux traités de démonologies, soit ils ont été rédigés par des individus qui n'ont jamais eu affaire avec des infernaux et qui rédigent des choses bien souvent erronées ou approximatives, ou alors il s'agit de partisans des démons qui au travers de leurs ouvrages visant prétendument à informer sur les démons renforcent ces derniers ou leur faciliter leurs entrées dans notre monde, c'est sur un d'antre eux que vous avez du tombé pour en invoquer un d'ailleurs. Ensuite... votre cas est particulier car vous n'êtes pas possédé et donc les rituels de rejet ne devront pas s'effectuer sur vous, mais sur le bracelet lui même. or son matériau le proméliant empêchera toute intervention brusque, qui seront au mieux inefficientes, soit risqueraient d’affaiblir le sceau du bracelet. Néanmoins... Il y a à première vue trois moyens possibles pour que vous ne soyez plus déranger par votre démon. Je vais donc vous les exposer maintenant, mais il va falloir ensuite que vous me détailles un peu ce que vous vous savez sur le bracelet et le démon qu'il renferme."

Je me tins alors devant lui et levait alors l'index, indiquant alors que j'énonçais la première de mes hypothèses. J’avais sans doute une attitude un peu professorale, mais l'important était qu'il retienne.

"Premièrement je sais que la magie du bracelet est très ancienne voir oublié et que de fait elle ne s'affilie ni à la démonologie elle même ni à la magie sacrée, qui toutes les deux peuvent être efficientes pour contenir un infernal. Cependant comme je l'ai dit plus tôt une action brutale ne saurait être bénéfique, il s'agit donc d'apposer un sceau empreint d'une de ces énergies pour renforcer l'action du bracelet de proméliant qui devrait d'autant plus restreindre ton démon. Néanmoins vous ne pourrez user des deux sceaux ou leurs effets s'annuleront, voir auront des conséquences néfastes, il va te falloir donc faire un choix. Si jamais vous choisissez d’user de la démonologie je pourrai m'en charger rapidement, quant à la magie sacrée vous trouverez bien des individus au quartier des temple à même de vous aider."

C'en en était fini pour les explications de la première solution. La seconde, accompagnée de la levée de mon majeur allait être un peu douloureuse...Et ... Aussi sadique que cela puisse paraître je ne pouvais m’empêcher d'afficher un sourire amusé en l'évoquant, tant l'idée était à la fois surprenante et simpliste.

"Secondement, le démon semble pouvoir communiquer avec vous seulement par l'intermédiaire du bracelet et à moins que vous ne soyez un crétin fini et si les écrits que j'ai lu sont exacts sur ce point vous ne pouvez pas le retirer par vous même, et j’ignore comment se faire précisément... Mais j’ai une petite idée. Ce bracelet a bien dû être porté par quelqu'un avant et pour que vous puissiez le mettre il a fallu le retirer de son bras, or quand cela a vous il été possible le plus probablement ? A sa mort ! ... Oui ça parait bizarre mais à première vu le plus simple serait de mettre à profit le sortilège de résurrection qui affecte les habitants du donjon, et donc vous même surement puisque vous es là depuis cinq ans. Néanmoins vu le lien que le bracelet a avec vous il pourrait vous suivre dans la dissipation de ton corps donc... Dans ce cas il faudrait te trancher le bras, dès lors le membre sera sans doute perçu comme mort par la magie du bracelet et on pourra en retirer le bracelet sans trop de problèmes, après au vu des puissants mages et guérisseurs du donjon ça ne devrait être qu'une formalité de faire repousser ce bras ou de replacer par magie celui tranché, une fois qu'on en aura retiré le bracelet. Dans le fond ce choix parait le plus évident le plus simple, et avec les bonnes personnes pour s'en charger ça ne serait nullement douloureux et sans aucune séquelle... Mais je doute que vous acceptiez, je me trompe ?"

... Enfin venait la troisième hypothèse... Et je fut saisi d'une légère hésitation accompagné d'un faible tremblement...Avant d’enfin lever mon pouce, avec une grimace de dégoût.

"... Et la troisième solution serait que vous vous demandiez l’aide d'Oni ou de Shiru, elles auront sans doute le pouvoir de te soutenir... Mais même si ça parait être le plus facile je te le déconseille. En dépit du respect que je peux avoir pour le travail qu'ils ont fait en ce donjon je pense que cela pourra faire beaucoup de mal."

J'avais consenti à cesser d'être agressif à leur égard... Mais on ne pouvait pas me demander d'oublier, pas cela, pas la douleur causée à un être cher de par l'incompétence d'une personne toute puissante...D'autant plus que le coupable de cette douleur était un être qui avait usé de votre propre corps et que vous auriez été à même , en d'autres circonstances, de contenir avec aisance... a cette pensée mes tremblement s'accentuèrent... Et je tournais alors le dos à Dokpel afin de dissimuler le masque qui marquait mon visage. Ce n'était pas de la haine, pas de la tristesse malgré quelques larmes juste une sorte de lassitude profonde. Ce n'était pas très convaincant pour quelqu'un qui était sensé faire montre de son expérience pour aider autrui, mais là j’étais tout simplement incapable de contenir ce sentiment... Que je ne parvenais même pas à totalement dissimulé dans ma voix.

"...Oh je contrôlais mon démon, certes suite à un certains incident il me fallait boire pour le dominer, mais rien de conséquent et j'étais même parvenu à maîtriser son pouvoir. Puis, lors d'une rencontre avec Shiru faite à la demande de mon démon cette dernière l'a autorisé à prendre contrôle de mon corps tout les trois jours, pour une durée d'également trois jours. La première fois ça s'est manifesté lors de l'incident des zombies et au milieu de ce chaos il a vi...Abusé d'une personne, Kumie Astara, une elfe des neiges dont j'étais tombé amoureux à peine...Deux jours avant. Certes il a été jugé pour cela et condamné, scellé en mon âme, mais de manière à ne plus pouvoir se manifester de quelques manières que ce soit, et par conséquent j'ai également perdu les dons que j’étais parvenu à obtenir en le dominant par ma seule volonté, tout simplement de par une décision de puissants qui ne savaient pas ce qu'ils faisaient... Et n'ont même pas daigné reconnaître leur faute. Comme moi vous êtes un humain, comparé aux créatures, nous n'avons rien si ce n'est notre volonté, alors vous comprendrez à quel point il est frustrant de se voir arracher un don qu'on a péniblement obtenu, maintenant ajoute à cela la douleur de voir souffrir un être cher sans pouvoir rien faire et que, parce que ton corps a fait cela, vous ne pouvez plus la regarder sans souffrir... Non parce que je n'ai pas de regrets, ce n'est pas exacts plutôt... Songez aux souffrances qu'elle a vécue et vous comprendrez mon avertissement. Ceci dit si comme moi, avant mon arrivée ici, vous n'avez rien d’autre à perdre que votre vie et votre humanité c'est peut être la meilleure des solutions."

Je ne pus alors retenir un léger soupir, mais par ce dernier j'évacuais également ma lassitude et à sa conclusion je finissais par me retourner, les bras croisés et fixant Dokpel avec un léger sourire, avant de conclure d'une voix que je m'efforçais de rendre amicale.

"Bref comme je l'ai dit au début ce n'est que des hypothèses dites assez rapidement. Donc avant de prendre votre décision explique moi tout ce que vous savez à propos du bracelet et de Varish, ainsi que de vos tentatives pour vous en défaire, afin que je puisse avoir une idée un peu plus précise de ce qu'on a faire, parce que tout spécialiste des démons que je sois je pense ne pas pouvoir prétendre mieux connaitre que vous certains aspects de cet objet... Ah et je voudrai vous demandez une chose."

Alors je décroisais assez brusquement mes bras, puis en un geste vif je tendais la main vers Dokpel...En un geste purement amical, le tutoyant par la même pour la première fois de notre échange. Après tout lui même l’avait bien fait jusque là à mon égard, et tout prince qu'il est j'estimais au vu de l'aide que je lui apportais que faire preuve plus longtemps de politesse serait assez mal venu.

"Je te prierai de bien me considérer comme un humain en dépit de mon apparence présente. Je pense que cela ne sera pas un prix trop lourd à payer en échange de mon aide non ?"
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue32/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Dokpel Varish Mer 29 Mai 2013, 19:32

La petite créature me répondit avec un air des plus sincère sans se laisser démonter par ma suspicion. Je dois bien admettre que malgré ce contexte en sa défaveur, il se défendit admirablement bien avec des arguments tout à fait sensés (dans un lieu pareil) et parvint finalement à dissiper tout mes doutes sur son identité. En partit grâce à son étude de mon comportement qu'il expliqua avec le plus grand calme. Je me fis cependant la remarque qu'il ne manquait pas d'assurance. Soit il avait entièrement confiance dans ses capacités de combattant, soit ce n'était qu'un vantard qui, parce qu'il avait combattu pas mal de fois, ne se sentait plus pisser. En revanche, je me fis une image plus que douteuse de sa personne après qu'il m’eut raconté son histoire sur ses multiples forfaits. Même s'il parla bien, certains détailles auraient puêtre mis de coté. J'avais certes déjà entendu parler de Engar mais je n'y avais pas fait plus attention. Qu'elle genre de vie avait il pu mener en dehors du donjon ? Le pire dans l'histoire, ce que je ne ressentis absolument aucun remord, regret ou douleur émaner de lui lorsqu'il aborda ce point là. Soit il croyait dur comme fer que ce qu'il avait fait était nécessaire, soit il était dénué de coeur et se contre fichait de la porté de ses actes. Malgré tout, je m'efforçai de mettre tous ces éléments de coté. On ne va pas voir un médecin parce qu'il chante bien, mais parce qu'il soigne bien. Ce que je cherche, c'est quelqu'un capable d’atténuer, voir de me libérer de ma malédiction. Qu'il soit un être sans cœur m'importe bien peu, tant qu'il fait ce pourquoi je viens le voir ! Si cette fois ci ne marche pas, je crains devoir supporter l'autre emmerdeur jusqu'à la fin de mes jours... Ou alors trouver le secret de la Mantra. Mais courir après un mythe ne sauve que très rarement.
-Mais prière de ne pas m'insulter en m'appelant DÉMONISTE."

Je ne savais pas vraiment ce que pouvait précisément signifier ce mot mais apparemment, ça ne lui convenait pas du tout.

-Suis désolé si je vous ai insulté. Dis-je le plus sincèrement du monde.

Il ne sembla pas vexé et préféra continuer dans sa lancé.

-"Bref...Comme je vous l'ai dit plus tôt mes motivations étaient surtout l'élimination des démons...Et bien que
depuis mon installation en ces lieux mes objectifs ont changés, vous devez vous en douter, ce sera un plaisir de vous libérer de votre fardeau.. Ah je suppose que tu dois être déçu Varish, mais j'ai déjà refusé tant d'offre des tiens qui s'avéraient bien plus alléchantes alors pourquoi aurais je accepté la tienne... Mec ?"


-Parce que cela t'aurais évité d'atroce souffrance pour le jour ou je
serais libéré de ce brassard, petit vermisseau pas même humain.
Prie pour que ce jour n'arrive pas avant ton décès.

Engar ne fit même pas attention à cette remarque. Il ne mentait vraiment pas quand il disait avoir été possédé. Cet homme faisait preuve d'un sang-froid à toute épreuve. Si seulement je pouvais en faire autant... Bref, pour en revenir au sujet de base, Engar se lança dans un trèèès long monologue dans lequel il m'expliqua le danger que représentait le contenus erroné de pas mal de traités concernant les démons. Il insista sur la dangerosité de consulter de tel ouvrage. Il prit pour exemple le tome dans lequel avait été consigné la formule permettant d'invoquer Dycles. Un frisson me parcouru le dos lorsque que je repensai au monstre qui avait manqué de me tuer salement en me broyant avec ses longues griffes. Engar aborda enfin au bout d'un moment le point que j'attendais avec impatience : Les solutions envisageables. La première, se basant sur l'usage de sceaux sacrés ou démoniaques me semblait être un bon début. J'y connais pas grand chose évidemment mais c'est déjà une idée
constructive qui me paraissait plus abordable que de devoir invoquer encore une autre chose dangereuse pour ma santé. En revanche, la seconde d'après, je me pris de plein fouet une vague d'émotion malsaine. Et à juste titre : Il me proposa en seconde idée de me couper. Je parvins à me contenir et à ne pas afficher un air de dégout. Je me sentit cependant atrocement mal à l'aise face à cette émanation mauvaise. Je le laissai finir, j'aurais tout le temps par la suite de contester ses idées. La dernière idée ne me parut cependant pas mieux.

- Très sérieusement Dokpel, je te déconseille vivement la troisième solution. Quand à la deuxième, tu devrais l'essayer... çà promet d'être très festif !

Si Varish disait ça, c'est que mon intuition se révélait juste. Et comme si ça ne suffisait pas, Engar confirma la chose en racontant sa vie. Une histoire de pacte qui aurait mal tournée. Je me dis au passage que finalement, j'étais pas le pire question chance. Puis quand il arriva à la fin de son discours, seulement à se moment là, ses pensées négatives se disipèrent. Cette avait dû le marquer très profondément pour réveiller de tels sentiments en lui.

Puis soudainement, d'un geste vif -oui, je ne m'y attendais pas du tout- il me tendis la main et en me tutoyant me dit :

-"Je te prierai de bien me considérer comme un
humain en dépit de mon apparence présente. Je pense que cela ne sera pas
un prix trop lourd à payer en échange de mon aide non ?"


Je restai en premier lieu coi par ce changement subit d'attitude. Puis se dessina sur mon visage un sourire chaleureux. Même sans me proposer son aide j'aurais accepté -à condition d'être sûr qu'il soit bien humain, ça va de soit-, car moi le premier je savais ce que cela faisait d'être vue autrement que ce que l'on est (dans mon cas, un traitre). je lui pris alors sa petite main verte dans la mienne d'une poigne mesurée (une poigne virile tout en évitant de lui briser ses petites phalanges) et la secoua. Un salut d'homme à homme comme je n'en avais pas fait depuis fort longtemps.

- Cela va de soit. Je propose que nous nous appelions par nos prénoms respectifs, sans plus. Sir Dokpel Varish c'est trop long. Et puis mon nom de famille me plait beaucoup moins depuis un certain temps. Un léger soupir sortit d'entre mes lèvres. Ça m'a beaucoup manqué une conversation avec un semblable donc ne t'étonnes si je peux pas paraitre bavard, même si ce n'est pas dans mes habitudes. Bon, alors pour vos idées : je refuse catégoriquement la solution de l'amputation. On sait même pas si ça va marcher et vos pensées m'ont limites donné envie de vous cogner. Oui, en fait Varish ne fait pas que dire des obscénités, il me confère aussi au passage certains dons comme la possibilité de ressentir les intentions néfastes. En l’occurrence, vos pensées ont pris une tournure qui ma déplu.

-Tu devrais voir parfois comment y sursaute à chaque fois qu'un type pense à truc pas net. On dirais une gamine perdue dans la rue haha.

-Bref ! Quand à la troisième solution, je suis pas non plus emballé, surtout comment vous en avez parlé. Et là aussi vos émotion m'ont montré à quel point vous n'êtes même pas convaincu de la sureté d'une telle tentative. Non ; même si je suis un pur ignare dans le domaine de la magie je préfère de loin la première proposition.

-Moi aussi car je sais très bien que ça ne marchera pas.

- Tu as l'air bien sur de toi Varish.

- C'est pas avec un sort de première zone que ton ancêtre m'a scellé. La Mantra sera trop puissante et à coups sur, perturbera l'efficacité de toutes les runes qu'il tentera de poser sur le brassard. Et c'est sans compter sur le fait que c'est du proméliant. Donc
la larve ; Lança t'-il à Engar ; tu peux toujours t'accrocher pour espérer réussir quoi que ce soit !

- Rah merde ! Il a raison !

-Comme d'habitude.

-La ferme !
Je soupirai d'exaspération. En fait mon brassard est très particulier. Je suppose que c'est mon frère qui vous a dit que la prison de Varish était en proméliant. Mais je ne pense pas qu'il vous ait parlé de l'histoire de brassard. Pour faire simple : La légende sur laquelle l'origine de ma dynastie se fonde est qu'il y a huit cents ans, Varish est venu à Fustilor pour semer la désolation. il s'est directement attaqué à la capitale.

-C'est la qu'on trouvait les mets gastronomique selon un camarade de profession.

- Mais il a été stoppé par mes ancêtres, Le Protecteur Renguil et la Grande prêtresse Seiriel...

-Même morts, ils se la pètent encore.

-... Malheureusement, le prix fut lourd pour Renguil, car durant la bataille, Seriel fut blessée grièvement...

- J'ai tenté de me la faire en brochette avec ses copines mais elle n'avait pas le même surplus de graisse que les autres.

-... Dans la légende, il est dit qu'elle aurait utilisé ce qui lui restait de vie pour créer le pouvoir destructeur de Démon : la Mantra. Elle l'aurait confié ensuite au Protecteur qui s'en serait servit pour enfermer Varish dans son armure enchantée. Suite à cela, Renguil a été choisi par le peuple pour remplacer l'ancien roi qui avait été manger... Par Varish bien entendu. Tout ce que j'ai dit est juste n'est ce pas ?
Demandai-je au démon.

-Tu sais vraiment pas raconter une histoire, tu sautes touts les passages les plus intéressants, comme lorsque que j'ai fait bruler un orphelinat, lorsque j'ai mangé effectivement le roi -qui était très bon d'ailleurs- ou bien quand j'ai démolis toute l'armé présente sur les lieux. Bref, le plus drôle. Mais oui, sinon ça s'est bien passé comme ça. Je précise aussi que ton ancêtre, il faut le reconnaitre, était un sacré combattant sans mauvais jeu de mots.

- Pour en revenir à l'essentiel, mon brassard renferme en lui un démon lui même scellé par ce qui fut sans doute -et qui est encore probablement- l'incantation anti-démon la plus puissante qui ait jamais existé.

-Elle portait bien son titre. Je porte encore la cicatrice qu'elle m'a faite avec un de ses foutus sorts, la grognasse. M'enfin ça n’empêche pas qu'en attendant, elle est morte et pas moi.

-Par contre j'ai effectivement une information plutôt positive : Varish est tout particulièrement frileux vis à vis des texte sacré. C'est une punition que je garde en réserve s'il dépasse trop les bornes. J'évite cependant d'en abuser pour ne pas générer une accoutumance.

-Sale vendu ! On avait dit que tu garderais ça pour toi !

-Je n'ai jamais dit oui ! Enfin toujours est il que j'ai déjà tenté de faire appliquer des sorts sur le brassard mais ils n'ont jamais tenu plus de deux jours. C'est tout ce que je peux te dire pour l'instant. Ça peut t'aider à trouver une solution Engar ?
Dokpel Varish
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue9/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Engar Ven 31 Mai 2013, 11:18

Le voir accepter de saisir ma main, et ce avec une vigueur qui caractérisai la franchise, ou des aptitudes étonnante en matière de tromperie, me fit grandement plaisir, marquant ainsi de son plein gré le début d'une collaboration, qui, je l'espérais, causerait grand tort au démon Varish. Cependant, et de manière paradoxale, elle me perturba également quelque peu. D'ordinaire dans ce donjon c'était moi dont la peau entrait en contact avec celles, plus ou moins bizarres, des monstres et ici le rôle était inversé. Je ne pus alors m’empêcher de me demander alors que je ressentais la chaleur dégagée par la peau ferme de sa main qu'est-ce que lui ressentait. De par ma présente nature il était probable que ma paume soit moite et quelque peu froide et j'en conçus une étrange honte... Je ne pouvais blâmer Dokpel pour cela, mais maintenant, par ce simple contact de main et sa nature elle-même, humain ayant tourné le dos aux siens et ayant maille à partir avec un démon, il me renvoyait à ce que j'étais... Ou tout du moins à ce que j'avais été, chose que je constatais avec ce qu’on appelait probablement... Nostalgie. Cette sensation fut néanmoins fugace, s’interrompant dès que nos mains se séparèrent et alors qu'il précisait la manière dont nous devrions adresser mutuellement à l'autre je reculais de quelques pas afin de me rasseoir en face de lui. En vérité j'aurai préféré rester debout, peut être en m'adossant contre une des bibliothèques, une posture certes assez peu efficace pour réagir rapidement en cas de besoin, mais que je trouvai plus confortablement que le fait de rester trop longtemps assis et contrairement à la correction des livres la conversation qui allait s'engager ne nécessitait nullement que je sois installé à la table.

Pourtant je m'étais rassis, pour deux raisons très simples en fait. La première était qu'il m'était brièvement venu en tête la scène saugrenue que cela serait si les étagères devaient basculer sous mon poids, bien que cela était peu probable, la masse des livres qu’ils soutenaient dépassant de loin mon propre gabarit. La seconde plus sérieuse revenait au fait que tout comme une personne parlant trop fort une personne se tenant debout dans une bibliothèque était peu appréciée. J’avais même connu les archives d'une école de sorcier où il était interdit de rester debout plus d'une dizaine de minutes sous peine de subir une combustion partielle, la raison d'un pareil châtiment étant qu'il était considéré qu'une personne debout perturbait les élèves et en y repensant je me demandais si cette école n'était pas spécialisé dans les sortilèges affectant la raison. Enfin quoi qu'il en soit j'étais à nouveau aussi devant l'humain, qui commença à accéder à ma requête, à savoir donner son opinion sur mes propositions et m'informer sur ce qu’il savait sur l'artéfact contenant le démon Varish.

Comme je l'avais escompté il précisa en tout premier lieu son refus de se faire amputer le bras, ce face à quoi je retenais un soupir. Cela pouvait paraître mesquin, mais après tout j’avais connu des individus qui avaient sacrifié leur bras ou leur jambe, sans le moindre espoir de les voir repousser contrairement à Dokpel, afin de voir leurs objectifs se réaliser, et de fait alors que mon interlocuteur pourrait guérir de cette infirmité je ne pouvais m'empêcher de percevoir ce refus comme une faille dans sa volonté de se débarrasser du démon... Une pensée sévère, mais que je ne regrettais nullement, même quand il me prévint de la faculté que lui conférait la présence du démon, information qui me surprit néanmoins. Un don des plus intéressants à vrai dire, le fait de percevoir les émotions lui permettant sans doute de déjouer la plupart des tromperies. Il fallait croire qu'au moins la "cohabitation" forcée avec un infernal apportait quelques avantages, un minimum au vu de ce qu'ils faisaient subir. je songeais par ailleurs quand Varish interrompit son hôte, afin de proférer de nouvelle moquerie à son égard, que ma cohabitation avec mon infernal avait dû être moins... Agaçantes que celle du prince. Au moins mon démon ne prenait il la parole que pour des piques acerbes, réfléchies et réellement mauvaise ou bien même, rarement, pour m'aider, car dans tous les cas il y avait un intérêt, ce qui ne semblait nullement le cas de Varish qui semblait prendre la parole dès que l'occasion lui en était donné afin de proférer des propos sans le moindre raffinement. Bien sûr je me doutais que la captivité dans un bracelet était ennuyeuse, mais quand on était une entité multi-millénaire pour qui le temps n'avait guère d’importance un pareil comportement avait de quoi désappointer. Qui plus est mon démon avec cet atout des plus précieux, frisant la bienséance, le fait que seul moi pouvait l'entendre, je songeais alors brièvement que justement c'était le fait d'être entendu par les autres qui rendait Varish aussi bavard qu'une pie et je me demandais si mon démon aurait agi de même, probablement... Mais probablement avec moins de ridicule, du moins selon moi.

Je décidais ainsi de juste faire fi des dires grotesques de l'infernal et de me concentrer sur ce que disait Varish qui écarta également la troisième possibilité, à mon grand plaisir et accepta ouvertement la première. Varish ne tarda pas à commenter la chose et je m'apprêtais mentalement à l'ignorer quand je fus forcé de me rendre compte que ses dires avaient un certains intérêt... Bien que ce qu'il dit je le savais déjà, du moins en partie. Bien entendu je ne connaissais pas le nom du sortilège affectant le bracelet et contenant l'archi-démon à l'intérieur, mais même si je ne maîtrisais par la magie, il ne fallait pas me prendre pour ignorant, je connaissais tout de même ses règles les plus élémentaires et je me doutais bien que pour contenir une telle entité dans un objet le sortilège devait être d'une puissance qui dépassait de loin mon entendement, de fait là où cela sembla dépiter un peu Dokpel les dires du démons m'arrachèrent un sourire discret, qu'il ne pouvait probablement depuis son brassard. Néanmoins le prince déchu et l’infernal étaient bien partis pour me donner tout les détails que je voulais et de ait je ne les interrompis pas. Ainsi j’eus confirmations sur la nature du matériau composant le bracelet, au moins son frère ne m’avait pas menti sur ce point là, puis il en évoqua l'histoire... De cette dernière j'en connaissais déjà des bribes, le fait que la ville avait grandement souffert de l'attaque d'un archi-démon n'était pas passé inaperçu à l'époque, j'avais même connaissance de certains détails"intéressant" qu'évoqua Varish, et qui ne me le rendirent que plus antipathique. Néanmoins j’ignorais tout des détails concrets concernant ce qui était advenu, telle l’origine de ceux ayant scellé le démon et la manière dont il s'y était prise, ce second point en particulier était des plus intéressant pour le sujet il nous intéressait... Et qui ne tarda pas à être suivi par la révélation d'une faiblesse conséquente du démon, qui allait considérablement nous facilitait la tache ! Tant qu’il me fallut faire des efforts pour ne pas avoir interroger Dokpel sur le fait de ne pas me l’avoir dit plus tôt, alors que c'était moi même avec mes suppositions qui l’avait empêché de s'exprimer... Quoi qu'il en soit il semblait avoir fini et m'interrogea sur mon opinion... Je laissais juste sa curiosité s’accroitre le temps de baisser un instant la tête, réfléchissant brièvement à ma réponse, pour ensuite la relever et planter à nouveau mon regard dans le sien, un coude posé sur la table de telle manière que le dos de ma main semblait soutenir mon menton.

"La mantra... Voilà un mot que je n'avais entendu que dans certaines cultures de l'est, pour désigner une chose que je n'ai jamais compris à vrai dire.Enfin quoi qu'il en soit je me doutais bien que le sortilège à même de contenir le démon Varish n'était pas issue d'une magie de seconde main et qu'elle devait être d’une grande puissance. Dommage qu'elle ne le soit pas assez pour qu'il se taise. Cependant... Désolé pour toi Varish mais il n'a jamais été dans mon intention de superposer des sceaux, dans tout les cas ces derniers entrerait en conflit et ça ne serait pas dans notre intérêt... Par contre ce qui pourrait être fait c'est en tracer un second qui ne
soit pas sur le bracelet lui même et donc la mantra."


... La démon devait commencer à comprendre et je ne pus alors m'empêcher de donner à mon sourire une
inflexion quelque peu carnassière. Cependant Dokpel ne devait pas saisir les tenants et les aboutissants de mon idée et de fait je poursuivais mes dires, d'une voix un peu... Moqueuse à l'encontre du démon.

"Vois tu Dokpel, bien que cela soit assez peu connu il est possible qu’un démon puissant puissent venir à bout de la résistance d'un pentacle, pour ton "ami" Varish ça doit être un jeu d'enfant par exemple. Pour pallier à cela des runes ou des écrits démoniaques peuvent être gravés sur le dit pentacle ou alors un second pentacle peut être tracé autour du premier, renforçant non seulement le premier, mais obligeant également le démon à devoir briser deux fois un pentacle, ce qui suffit pour en contenir la plupart. Bien sûr ce n'est pas aussi simple, puisque les tracés des pentacles vont fatalement se chevaucher et pour que l'effet soit réellement efficace il faut alors que le second pentacle soit tracés dans les mêmes proportions que le premier. Là où je veux en venir. C'est qu'en démonologie comme d'ans d'autres magies il peuvent être établies plusieurs protections les unes après les autres sans qu'elles entrent en conflit, chose très compliqué à faire si on se contente de les superposer les unes sur les autres. De fait si on réussit à isoler la voix du démon grâce à une marque qui n’affecterait pas le bracelet ce dernier agirait sans entrer en conflit avec la mantra et réciproquement !"


L'air visiblement satisfait je basculais légèrement la tête en arrière suffisamment pour que mon regard ait pour
champs de vision le toit de la bibliothèque,barré par un des madriers le soutenant. Mon idée pouvait paraître simpliste, mais avec un peu de chance cela pourrait marcher et au pire des cas la situation ne serait pas redu pire qu'est ce quelle était présentement, ce qui m'amena à continuer à ma lancée, après les explicitations de bases aient été faites.

"Cependant je propose maintenant d'exclure l'idée d'un sceau d'origine démoniaque. Je ne sais pas quelle est la nature exacte de la mantra il est probable au vu du fait que on ancêtre ait été une prêtresse qu'elle n'apprécie pas la proximité d'une énergie démoniaque, même s’ils n’entreront pas directement en conflit... Qui plus est ce que tu me dit quant aux prières et à leurs effets sur Varish me laisse à penser que l'option d'un recours à une magie religieuse est préférable. Ce qui va nécessiter l’intervention d'une autre personne en étant incapable moi même, à moins que tu maitrises pour ta part la magie sainte. Dans ce cas de figure deux hypothèses me viennent ne tête, la première reposerait su un symbole religieux que j’ai déjà vu employé, bien que je ne me souviens plus exactement de sa forme, qui accompagné d'une formule d'activation isole le démon qui est contenu de dans de notre plan, du moins sous certains aspects... Il demeure toujours visibles et il peut se déplacer dans l'espace du cercle religieux, mais on ne l'entend guère et même les odeurs qu'il exhalait ne nous atteigne plus. Une option que je n’appréciai pas trop personnellement car contrairement au pentacle il est impossible que quoi que ce soit venu de l'extérieur franchisse la barrière et donc il est impossible d'éliminer le démon, mais au moins dans ton cas tu seras certains de ne plus l'entendre, néanmoins il est certains que cela serait réciproque. Ma seconde hypothèse repose sur le fait que tu dis qu'il hait entendre les prières il faudrait alors user d'un sortilège un peu particulier qui réciterait en boucle des chants religieux, de manière suffisamment faible pour être à peine audible à autrui, mais auxquels le démon ne pourra pas échapper. Dans les deux cas cependant la chose devra être faite à même ta peau, et comme cette dernière s’use et se régénère le sceau finira par disparaitre de lui même et il te faudra par conséquent le refaire régulièrement. Pas tout les deux jours bien sûrs, mais une fois toutes les deux semaines serait raisonnables Qui plus est... Dans le cas de la seconde hypothèse ce serait idéal, je m'explique, laissez moi juste cinq secondes."

Je me levais alors de ma chaise puis me diriger vers une des étagères, nous étions en face du rayon démonologie, mais de par une certaine logique qui avait voulu que tout ce qui relève de l'extra planaire soit relativement proche nous étions également non loin du rayon des livres théologiques, je saisissais alors un recueil de prière adressées à plusieurs divinités, et donc en plusieurs langues, un volume idéal que j'amenais à notre table et ouvrait, sur une page choisie parfaitement au hasard.

"La faiblesse de la seconde hypothèse serait que le démon développe une accoutumance, comme tu le crains aux prière, après tout certains espèce vivant dans des territoires ravagés par les énergies magique se sont habituées à ces derniers... Néanmoins si je peux me permettre une comparaison les chants religieux doivent être pour lui comme un poison, a petite dose il va finir par s'y accoutumer... Mais ce n'est pas parce qu'on est habitué au venin d'un serpent et qu'on a plus à le craindre qu'on peut manger impunément une amanite. si tu choisis la deuxième option fait en sorte qu'à chaque fois le sceau et la langue change... De mon point de vue je pense que cinq prières que tu ferais alterner régulièrement seraient suffisantes pour annihiler les risques d'accoutumances. Qui plus est ainsi même si l'usage des sceaux que je t'ai proposé s'avèrent être un échec tu devrais être à même de bien mieux contrôler ton démon, puisque dès qu'il prendra la parole tu pourras choisir une prière dans ton répertoire et le repousser...Et crois moi des chants religieux il y en a tant et tant que jusqu'au jour de ta mort tu n'auras pas à craindre la moindre accoutumance."

J'eus alors un léger rire amusé, lui montrant dans un geste de la main les prières présentes sur le s ages du grimoire que j'avais amen, j'étais confiant das cette hypothèse... Mais sur mon visage et en mon cœur vint rapidement s'afficher un certain dépit, car en y repensant je ne pouvais m’empêcher de voir la situation comme un échec et je m'affalais alors un peu négligemment sur ma chaise, tapotant la table de min index.

"Enfin même si ça marche je te plains Dokpel... Bien sûr contrairement à moi tu n’avais pas à craindre que le démon qui t’accompagne prenne à tout instant possession de ton âme, mais au moins je pouvais l’affronter directement avec mes sentiments et ma volonté, ce qui avait plutôt bien marché, mais ce n'est nullement ton cas... Et je suis désolé, mais quoi qu'il advienne je dois t'avouer mon impuissance à te débarrasser du bracelet,et du démon qui va avec. Enfin il y avait une possibilité, mais pour cela il faudrait lever la mantra, de quelque manière que ce soit, et... Parvenir à éliminer le démon, un risque que tu ne veux pas prendre je suppose."

... Pour ma part j'étais prêt à le courir, oui ce démon avait balayé une armée mais Oni Ni Kanabo pouvait se targuer d'avoir déjà accompli pareil exploit, alors libérer aux abords du donjon ne présenterait pas, selon moi, de trop grands risques... Mais je savais que Dokpel s'y refuserait et je respectais son choix. On pouvait alors songer qu'avec pareil idée je méprisais la protection de mes proches, mais c'était tout le contraire. Ce système de sceau ne marcherait qu'à court terme, du moins à court terme au vu du temps de vie d'un humain, ainsi à mes yeux moi et Dokpel jusqu'à notre trépas ne risquerions rien. mais dans cent ans ? Dans mille ans ? L’infernal allait finir par se libérer et alors Shrivei, Theorm, Felina, Kumie... L'enfant qu’elle portait en elle, tous seraient encore vivant et risquerait de pâtir du démon car sa menace n'aurait pas été annihilé, mais juste contenue. Non cette fois ce n’était pas ma haine des démons qui motivait ce choix extrême, mais mon désir de protéger les siens. Pou autant je ne pus m'empêcher de fermer les yeux et de serrer nerveusement les poings, brièvement, mais sans doute suffisant pour que Dokpel parvienne à percevoir mon ressenti... Néanmoins je n’avais pas apprécié qu'on m’impose un choix vis à vis de mon démon et de fait je ne ferai nullement la même chose à son égard... J'eus alors grand peine à retenir un soupir.

"Par ailleurs tu m'excuseras également sur un autre point ... Mais si effectivement le port de ce bracelet te confère le don de pouvoir sentir les émotions tu risques de quelque peu souffrir avec moi... On ne me surnomme pas le porte-haine pour rien et si je suis à même depuis quelques années de ne plu laisser ma raison être aveuglé par mes sentiments ces deniers n'en sont pas moins extrêmes et bien souvent sombres. Je pourrai certes faire un effort pour les atténuer, mais d'une certaine manière... Ce serait de l'hypocrisie, non ? Ah... Et tu me permets de t'adresser cinq secondes à ton démon ?"

A vira dire c'était plus une question rhétorique qu'autre chose, puisque je m’exécutais avant même qu'il me réponde, m'adressant à Varish afin de réagir au propos qu'il avait tenu et qui m’avaient... Exécré.

"Si tu ressens aussi ce qu'à dû percevoir Dokpel en moi tu sais déjà que je préférerais qu’on agisse de manière risquée afin de te détruire pour de bon Varish... Mais je doute que ton malheureux hôte le veuille, néanmoins laisse moi te dire une chose... Dans ton bracelet tu dois sans doute te moquer de mes dires et tu t'auréoles toi même de tes actes passés, d'avoir terrassé à toi seul une armée, d'avoir détruit un orphelinat, dévoré des prêtresses et même avoir emporté dans la mort celle qui t'as sellé un sacré palmarès pour un démon je dois reconnaître, cependant... Non seulement cela remonte à des siècles, mais qui plus est le grand perdant ça a été toi. Oh tu me répondras sans doute que les morts ont plus perdu que toi... Sauf que ce pour quoi les soldats de l'armée que tu as défaite se sont battus, ce pour quoi les prêtresse que tu as tuées ont priés, ce pour quoi les citoyens que tu as massacrés ont espéré, tout cela, leur pays, leur descendance, leur culture, existe encore et s'est agrandi. Alors que toi... Tu ne te battais que pour toi je suppose et regarde à quoi tu en es réduit ? Même les actes néfastes récents dont tu es responsable sont dus aux actions d'autrui donc dit moi en fait... De quoi tu peux être fier concernant ce passé alors que tu en est le grand perdant ? C'est l'avantage de nous autres mortels, démons, étant voué à mourir, la mort mais aussi l’opprobre ou la captivité ne nous sont pas forcément des échecs contrairement à vous..."

Je l’avais probablement énervé, sans doute allait il m'agonir d’injures ou, avec beaucoup de chance, allait il se taire face à ma rhétorique. Dans tout les cas j'étais satisfait... On me dira sans doute qu’il lest couard d'ainsi narguer un démon scellé, mais à vrai dire j’avais déjà fait de même avec des infernaux en liberté, souvent même, afin de les provoquer et les amener à l'erreur, de fait je considérais pouvoir me permettre ce genre de "lâcheté". Pour être honnête plus que la réaction du démon ça allait être celle de Dokpel qui m'intéressait, comment allait il réagir à mes propos ? Et comprendrait il que l'allusion à notre condition mortel lui était en partie adressée.
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue32/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Dokpel Varish Lun 05 Aoû 2013, 17:28

« Qu…Quoi ? » J’avoue que la je ne m’y attendais pas, mais alors pas du tout. Je me retrouvai tellement médusé que j’en restai stoïque. Pourquoi ? Pourquoi ? Peut être finalement que Varish est un démon vraiment spécial ; spécialement casse ******* ; et que même un chasseur de démon vétéran comme Engar ne peut qu’être démuni face à lui. D’un coté, ce dernier a quand même proposé de le libérer et de l’affronter… Porte haine ? Grand Taré plutôt.

En attendant je ne parvins pas à comprendre, pourquoi il eu fait la morale à Varish ! Faire la morale à un Archidémon ! Mais… C’est profondément inutile ! Tout ce qu’il lui a dit, le fait que Varish se soit fait enfermer, que ses actes remontent à des siècles, que les humains qu’il ait tué se soient battus vaillamment, Varish le sait ! Seulement voila : Pour lui, s’être fait enfermé dans ce brassard ne constitue pas une défaite. Il a joué, il a perdu. Un jour la mantra faiblira et lorsqu’il se libérera, même le souvenir de son existence dans nos esprit aura disparu. A ce moment là, son jeu pourra recommencer. La notion du temps n’est qu’une broutille pour lui. Je l’ai sentit, son esprit n’est pas comme le notre. Infiniment plus complexe, plus retord. Quand à la notion de bravoure des hommes, ca ne se résume pour lui qu’à un amuse gueule qui se casse moins rapidement.

Mais le pire dans tout ça, c’est qu’il donne envie à ce démon qui me suit. Avouer que mon pays s’est développé, qu’il s’est épanoui… Varish doit sans doute déjà rêver du massacre futur qu’il causera une fois libre. Non, il n’y a pas à dire : Engar à fait une belle connerie !

Des émanations noires palpitèrent de mon brassard. De la colère ? Je n’en sais rien, ça fait quelques secondes durant lesquelles Varish n’a pas dit un mot. C’est tout sauf normal.

-HAHAHAHAHAHA, HA PUTIN JE VAIS EN CREVER HAHAHAHAHAHA !!

Je confirme, c’est tout sauf normal.

-HAHAHAHA LES HUMAINS HAHAHA ! HO MERDE QUE J’AIME CA !

Son rire caverneux fit vibrer le brassard sur mon bras. Son hilarité ne dura pas plus de quelques secondes avant de disparaitre comme il avait commencé, laissant derrière un silence horriblement pesant ainsi que la désagréable sensation d’être scruté par tout le monde. Je me permis de jeter un œil dans mon dos afin de confirmer mon impression. Toutes les têtes dans la salle se tenaient tournées vers moi, une expression parfois contrariée et pour d’autre haineuse. Et comme pour confirmer leur mécontentement, je reçus de plein fouet une vague de haine et de reproche. Si en apparence, je me limitai à cligner des yeux, en réalité je bandai brutalement tout mes muscles et serai violement la mâchoire. Dans ma tête se mirent à danser un torrent d’émotions de mots brutaux et noir comme une nuit sans lune. Comme d’habitude, cela ne dura guère longtemps et une fois le choc initial passé, je pus reprendre le contrôle de mes pensées. Je me retournai alors vers Engar, le regard encore incertain. « Ordure de démon » Pensai-je.

-J’espère que tu as une explication à tout cela Varish ; susurrai-je au brassard en tentant de réprimer au mieux ma colère.
-Ha…Haha… Ho cul de vierge… C’est la faute de l’autre légume. Hahaha… Pfiouu !

-Oui et alors ? C’est selon toi une raison valable pour  t’esclaffer dans une bibliothèque comme tu viens de le faire ? Par ta faute je viens de recevoir une vague noire.

-Si on se base sur mes critères, je n’ai pas besoin de raison valable pour te pourrir la vie et celle des autres … Mais bon, vu que je ne souhaite pas t’entendre déblatérer tes conneries de cureton je vais préciser. Comment réagirais-tu si une fourmie venait à te faire la morale à toi, un prince.

-Présenté comme ça, je pense que je serais mitigé entre rire gentiment et me pincer la joue pour être sûr de ne pas rêver.

-Exactement ! Et ben sache que c’est précisément ce qu’il vient de m’arriver. D’ailleurs si tu me permets de prendre la parole quelques instants… Mon beau crapaud sache tout d’abord que je te remercie de ce moment d’hilarité. Ce n’est pas tous les jours qu’on arrive à me faire rire ainsi ! Mais je tiens vraiment à te replacer dans le contexte. Comme tu l’as si bien dit je suis un misérable démon qui s’est fait scellé dans un ridicule bibelot humain par ces mêmes êtres. Sur ce point là tu as entièrement raison. C’est d’ailleurs pour cette raison que tu es encore en vie et que je me contente à la place de tailler le bout de gras au lieu de te tailler en pièce. Mais il s’agit d’un point de vu humain. C’est à ce moment la ou tu t’égares. Car si toi tu dois être âgé entre 25 et 35 ans, moi selon toi, je me situe dans quelle tranches ? 100-150 ? 300-400 ? Et non petit vers. Tu es très loin du compte. Pour ta gouverne. J’ai débarqué dans ce monde il y 1822 ans. Ce qui ne correspond pas à grand-chose sur mon existence totale. Si tu penses pouvoir m’apprendre quelque chose sur la vie tu te trompes. Ma simple existence dépasse de très loin tes capacités de compréhension. Tout ce que tu sais, je le sais dix fois plus précisément, et tout ce que tu ne sais pas, moi je le sais. Je ne vais pas m’étendre plus longtemps sur le sujet, mais retient bien une chose petit têtard : Peu importe ce que tu peux dire, ta voix ne portera jamais assez loin pour m’atteindre, ma conscience te dépasse de trop loin, ce que je suis te dépasse de trop loin. Tu es à mes yeux ce qu’est du plancton pour un baigneur ; invisible.
Dokpel Varish
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue9/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Engar Mer 07 Aoû 2013, 02:14

Un silence, de la part de Dokpel comme de son démon, suivit mes propos. Cela m'interloqua quelque peu, car je m'étais attendu à une réaction un peu plus vive de la part de mes interlocuteurs. Bon au moins le prince déchu semblait quelque peu surpris, hébété, comme s'il ne comprenait pas le sens de mes propos, ce qui n’était pas impossible, bien que dans ce cas il me décevrait. Quant à l'infernal... je ne pouvais voir quel était son visage, mais l'ombre émanant du brassard signifiait clairement que mon intervention ne l’avait pas laissé indifférent. Allait il soudainement m'invectiver pour l'avoir insulté, ainsi que sa race, ou allait il user d'une répartie cinglante afin de me contredire, même si j'étais certains de mes dires... Et c'est alors qu'il rit, de manière tonitruante, se moquant ouvertement de moi et de mes propos...Et faisant naître un sourire au coin de mes lèvres. Varish était bien un archidémon, mais c’était aussi un bouffon, ou tout du moins un être aveuglé par son arrogance. A vrai dire je devinais alors la quasi totalité de ses dires, tou en sachant très bien quelle serait ma réponse.

Pourtant... Je ne le devançais nullement, et ainsi laissant Dokpel l'interroger sur ses motivations, je me retournais vers ceux qui nous fixaient d'un air mauvais, les poussant à se retourner à leur tour. S'ils voulaient lancer des regards haineux ils avaient encorde bien des choses à apprendre en ce domaine... A commencer par savoir quand le faire. Oui il était vrai que dans une bibliothèque il fallait être calme et silencieux, mais il fallait être demeuré pour ne pas comprendre que l'humain et moi même n'étions nullement responsable de cet éclat de rire ! Enfin quoi qu'il en soit ils finirent tous par se détourner rapidement et alors mon regard se posa à nouveau sur mon congénère, visiblement en grande conversation avec son démon. Cela pouvait paraître une sottise que de le laisser converser avec ce dernier, mais au vu du sujet abordé, cela pouvait être intéressant. Bien sûr cela faisait des années qu'il côtoyait cet infernal, mais il lui semblait encore nécessaire assimiler comment est que son parasite pensait, tout comme je l’avais fait avec le mien, afin de mieux pourvoir l'appréhender et prévoir ses actions néfastes, et cette conversation était idéale pour que le démon livre son point de vue.

Il va sans dire par ailleurs que je n'étais pas d’accord avec ce dernier, qui rabaissait au possible le genre humain et il était hors de question que Dokpel apprenne cette pseudo leçon... Cet infernal était réellement irritant, mais parce que je savais exactement comment le contre dire et que j'y étais habitué, nul sentiment ne sembla s'afficher sur mon visage...Si ce n'était une confiance extrême... puis un sourire carnassier lorsqu'il eut fini, me réjouissant déjà de la manière dont j'allais le remettre à sa place. Je me relevais alors rapidement. J'allais avoir besoin d'un ouvrage et je savais qu'il n'était pas très loin. Je reconnus aisément le livre que je recherchais, l'ayant déjà aperçu en ces lieux, et le connaissant bien puisqu'il relatait des événements où j’avais pris part. Ainsi je prix un ouvrage pesant à la reliure rouge, tout comme la couture, ornée d’argent, le titre aussi était de la couleur de ce métal, et disait sobrement "Histoire des heures sombre de la ville d'Ostek." Néanmoins je ne l'ouvrais pas tout de suite, m'asseyant pour fakir à nouveau face à Dokpel, mon sourire sadique était demeurée et je pris la parole d’une voix...un peu plus aiguë que précédemment.

"Varish... Tu compare les humains comme étant des fourmis par rapport à toi... Mais ... Sais tu qu'il existe des fourmis qui en nombre suffisant peuvent dévorer un être humain en une poignée de minutes, tu ne dois pas l'ignorer, à moins qu'en dépit de tout tes millénaires mon savoir est supérieur au tien et qu'à vrai dire je comprenne bien mieux tes origines que tu ne le prétends. Tu dis ensuite que ma voix ne t'atteins pas, si c'était le cas, pourquoi alors prends tu la peine de me répondre ? Quant à ce que tu es et qui me dépasse... Qu'est ce que j'en ai à foutre ? Combien d'elfes immémoriaux ont dit cela à des humains avant de voir leur tête porter au but d'une pique ? Combien d'élémentaire primaires ont prononcé ces mêmes paroles avant que des mages les asservissent ? Et surtout... Combien de tes semblables m'ont dit la même chose avant de périr de ma main ? Le plus ancien que j'ai réussi à terrasser seul était âgé de... 758 ans, si je me souviens bien de son nom et de ce que j'ai vu dans un traité de démonologie et en fait t'es pas si différent que lui...et que tout les autres immortels. Vous croyez que votre âge vous suffit pour être à meilleurs , mais vous gâchez tant votre temps que parfois en un millénaire vous apprenez moins qu'un humain dans toute une vie. Néanmoins ce qui m’intéresse ce n'est pas ce détail, mais toi en particulier...et je vais peut être t'apprendre quelque chose, dont tu n'as pas eu vent depuis ton bracelet durant ces dernières années. Excuse moi Dokpel, ça ne doit pas être des plus intéressants pour toi... Mais justement comprends que même s'il t'es théoriquement infiniment supérieur tu peux mettre ce démon en tort et ce pas juste par de simples prières."

J'ouvris alors le livre, vers la fin, laissant alors apercevoir une page de texte sur la gauche, puis un dessin assez fidèle, représentant un groupe d'un vingtaine d'individu, trônant devant ou sur ce qui semblait un fragment du cadavre d'un gigantesque démon. Par ailleurs on pouvait me reconnaître en arrière plan, mais cela n'était qu'un détail. Les faits eux mêmes étaient bien plus intéressants.

"Mais le démon le plus ancien dont j'ai contribué à la chute se nommait Zaerkon, prince infernal du cinquième cercle, archi démon vieux de plus de cinq milles ans... Orken était une ville sur laquelle il avait décidé de transférer une partie de son royaume, il ya de cela un siècle ou deux. Son opération fut presque une succès, les trois quarts de la populations ayant été massacrée par ses hordes une heure après le début de l'invasion... Mais il se retrouva emprisonné malgré lui par les incantations de cinq des plus grands mages de cette époque, qui établirent un titanesque bouclier au dessus de la ville, ainsi qu'un un autre autour du château ou eux et les survivants s'étaient réfugiés qui les isolaient physiquement et magiquement, les sorciers se maintenant dans une espèce de stase pour pouvoir concentrer toute leurs énergies à cette magie. Ainsi isolés du monde et même des plans infernaux les démons tentèrent de briser les barrières en vain... Jusqu'à ce que ces dernières se fragilisent et qu'on se rende compte dans le même temps, du côté des humains, qu'il était encore possible de faire intervenir de l'aide extérieur, et ce dans l’œil du cyclone du sortilège, à l'endroit même où il prenait sa source. Ainsi furent amené au sein du château des centaines de combattants, de préférence ayant une expérience de la chasse au démon, je faisais partie de ces derniers... Mais surtout cette histoire attira une douzaine des plus grandes légendes de notre ère, tous au moins du niveau des ancêtres de Dokpel... Nous sommes ainsi entré en action dès que le mur fut brisé, entraînant alors la mort de cinq mages qui en était à l'origine, ensuite relayé par de nombreux autres sorciers qui maintinrent la barrière extérieur. Je faisais pour ma part partie du groupe de la piétaille chargé d'ouvrir la voie aux "vrai héros". En sommes de débarrasser les rues des démon mineurs pour éviter qu'ils n'interfèrent avec le combat contre l'archidémon. ah je me souviens de ce jour, Mes compagnons tombaient comme des mouches, mais pour ma part j’avais abattu pas moins de trente sept infernaux, plus ou moins puissants, ce jour là... Mais surtout j'étais parvenu, avec cinq autres survivants à permettre au héros d’affronter l'archidémon sans encombre et notre tâche ne s'arrêta pas là. En plus d’éliminer tout les démons s'approchant de leur seigneur nous avons servi de distractions...Et j'ai même pu entailler le cuir à sept reprises à cette raclure ! ... Mais soyons honnêtes c'est les "héros" qui ont fait le gros du travail, usant d’armes légendaires et de sortilèges à la puissance démentielle, ils sont parvenu à briser les défenses de l'archidémon, à créer une faille jusqu'à son cœur...Et à détruire ce dernier, en même temps qu'il brisait son âme pour qu'il retourne de bon au néant... L’affrontement avait duré cinq heures, la quasi totalité des combattants de notre camps étaient morts, même sept des héros avaient péris. Néanmoins, avec la mort de leurs maître et la disparition au final de la barrière isolant la ville tout les infernaux étaient soit morts soit retournés dans leur plan infernal. Nous avions gagné... Des fourmis avaient terrassés un colosse."

La fin de ce livre, qui relatait les deux siècles qu'avait passé la ville d'Ostek sous la dominance des démons, relatait exactement ce que je venais de dire, d'un point de vue étrangement objectifs... sans doute les atrocités de ce jour ci avaient elles laissées nulle place pour les belles paroles. Par ailleurs par les miennes je ne cherchais nullement à intimider Varish, je savais que cela était sans doute stupide, mais... il avait besoin de comprendre qu'il n’était pas tout puissant, et Dokpel avait sans doute besoin d'un peu d'espoir, tandis que moi je prenais un... Étrange plaisir à ressasser ces souvenirs.

"Ce jour là j'ai sans doute vu nombre des pires atrocités possibles...mais également le plus grand déferlement de puissance que j'ai pu voir ! Varish, tu es un petit chanceux, tu as été enfermé, parce que les ancêtres de Dokpel ne bénéficiaient, malheureusement pas des moyens de t'éliminer... Mais sache le, aujourd'hui le nombre d'individus puissants a grandement augmenté. Alors oui sans doute que je n'ai pas un dixième de ton savoir, peut être ne percerai je jamais la vérité profonde que cache ton existence, ou encore savais tu déjà ce que je vous ai raconté... Mais je m'en moque, car tout ce qui m'importe c'est que tu es une nuisance et qu'en dépit de ta puissance je sais grâce à cela que tu peux être tué ou repoussé... Et à vrai dire même si tu devais te manifester maintenant hors du bracelet, tu serais tout simplement hm...impuissant face à Oni... De fait... Je ne saurai trop te conseiller de te tenir à carreaux..."


Je m'arrêtais alors brusquement... Premièrement parce que je m'éloignais trop du sujet principal...Et secondement parce qu'en parlant il m'était venu une autre idée à soumettre à Dokpel. Ainsi mes traits s'apaisèrent brusquement et mon regard quitta le bracelet pour venir se planter dans le regard du prince, parlant alors de manière bien plus posée.

"...Bref excuse moi pour ce petit aparté, mais ce n'est pas parce qu'il est plus ancien ou infernal que le démon aura forcément raison, même si je me suis un peu emporté, c'est également ce que je comptais te faire comprendre. tu m'excuseras par ailleurs si à la suite de cela ton démon te harcèle d'autant plus, mais bon tu as déjà quelques cartes en main pour le faire taire et en plus...Comme il s’exprime entièrement oralement, tu pourrais tout simplement demander à un mage d'établir une bulle de silence au niveau de ton bras. La zone étant petite le sortilège pourrait être maintenu relativement longtemps sans nuire au mage et ça ne devrait nullement entrer en conflit avec la mantra. Qu'est ce que tu en dis ?"

Oui j'avais dévié rapidement de sujet, mais puisque j'en avais fini avec le précédent il n'était pas la peine que je m'y attarde plus longtemps non ?
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue32/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Dokpel Varish Jeu 15 Aoû 2013, 23:59

Je soupirais de lassitude. "Bon dieu Engar... Mais arretez" pensai-je exasperer de voir ainsi un chasseur de demon si renomme jouer au jeu de Varish. Ce dernier savait bien qu'un humain douer d'une forte volonte ne se laisserait pas s'ecrasser ainsi. Au contraire, plus sa proie se debattait, plus il y prenait du plaisir. Et le pire dans tout ca, c'est que non seulement il se foutait de sa trogne, mais il en profitait en plus pour me mettre dans l'embarras.

- Engar... Engar ? Dis je a voix basse comme si je voulais lui partager un secret. Seulement il ne m'entendit pas trop concentre par son exposer. Je me decidai alors a le laisser finir a la fois amuse et peine lorsque je sentis sa colere a l'encontre du demon. "Varish, tu es un beau fils de pute". Lorsque Engar eu fini je pus enfin esperer en placer une sans lui manquer de respect. J'appreciai par contre sa derniere idee qui me semblais de loin la meilleure.

- Hm... Je dois admettre que cette idee me convient bien plus que les autres. La perspective de me faire fondre la peau pour y tailler une rune tout les mois ne me branche pas trop. Et puis si la personne qui s'en occupe a la main trop lourde, je serais bien embette si je parviens un jour a me debarrasser definitivement de cette chiure de moultrouk.

- T'as le droit d'y croire sale merde au sang bleu.

A mon etonnement je sourris de cette remarque.

-Merci Engar pour votre aide. Je me sens deja plus heureux rien qu'a l'idee de lui rabattre le caquet. Vous meritez de loin votre reputation de specialite des demons. Enfin, pour ce qui est de comment les combattres. Je dis ca car vous vous etes fait avoir comme un bleu au jeu de Varish.

- Ouep d'ailleurs j'ai toujours pas repondu a sa replique vaseuse empestant la pseudo connaissance.

- je t'invite alors fortement a le faire car j'ai un psaume aui me titille les levres depuis un bon moment si tu vois ce que je veux dire. Je prix un ton plutot tranchant, ce qui eu un effet plutot convaincant. Le demon ne prononca plus un mot jusqu'a la fin de la conversation. Desoler de vous dire les choses ainsi. Je me doute que vous voulez me venir en aide mais dans le feu de l'action vous etes presque parvenu a faire l'inverse. Retenez bien qu'il ne faut jamais chercher a battre Varish de cette maniere. Meme si je suis de votre cote et pense que vous avez de loin raison, lui s'en contre fiche. La raison ne l'interesse pas, tout ce qu'il souhaite c'est nous mettre a bout pour rire de notre colere. Et a plus juste raison quand il sait que je les percois toutes. Chacunes contribue a me miner le morale. Je me suis fait la promesse de ne pas ceder, mais par moment ce n'est vraiment pas facile. Aussi, evitez si possible de lui donner le moyen de me nuire.

je marquai une petite pose dans mon monologue puis je repris ensuite.

-Encore une fois merci de votre soutient. Je vais m'empresser d'experimenter vos idees puis je pense que je vous reverrai pour vous tenir au courrant de l'efficacite de celle ci. Quand je vous entend, je me dis que c'est l'experience qui parle.

-Suce bite ; me susura Varish

-Grande bouche ; lui repondis-je.
Dokpel Varish
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue9/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Engar Sam 17 Aoû 2013, 00:27

Les mimiques gênées de Dokpel ne m’avaient pas échappées, pas lus que quelques regards méfiant de la part des créatures présentes. Cependant, j’avais mes intentions et de fait je ne m'interrompais nullement dan ma lancée, aussi dérangeante cette dernière pouvait elle paraître... Mais dans le fond, très profondément, j’étais quelque part désolé pour Dokpel, il était vraiment triste à voir avec son air contrit...et pourtant ce fut un sourire convaincu que je lui adressais en concluant mes propos, mais bon... Le malheureux avait sans doute subi bien pire aux côtés de son démon, alors je pouvais bien me permettre de le torturer un peu, très légèrement ! Enfin quoi qu'il en soit il prit la parole une fois que j'eus achevé, semblant approuver ma dernière idée qui lui serait la moins douloureuse, bien que la moins efficace s’il devait s'avérer que Varish était à même de communiquer avec lui par la pensée... Enfin il ne lui en coûtait rien d'essayer et de fait je ne cherchais nullement à le décourager, me contentant d'un léger soupir quand le démon se montra à nouveau des plus grossiers et ce sans la moindre finesse, avant que mon congénère jugea mes propos.

... Sans doute devais je me quelque part me sentir à la fois blessé et flatté par les dires et remarques de Dokpel... Mais j'étais juste flatté. Au vu de son comportement son commentaire sur le fait que je m'étais laissé manipulé par Varish ne me surprenait guère et, en vérité, m’arracha un petit sourire. Bien sûr j’avais conscience qu'en percevant les émotions néfastes cela n'était guère plaisant pour lui, mais bien que réprimé au plus profond de mon être la haine était omniprésente en moi et même sans répondre à son démon il la ressentirait de toute manière, trop me fréquenter ne serait pas une bonne idée de sa part. Qui plus est même si je ne l’avais pas manifesté Varish s'en serait sans doute amusé, ressentant comme Dokpel les émotions. En cela il n'aurait pas différé de bien des démons qui s'étaient targués n'en être que plus fort, peut être, mais pas plus que moi même qui savait en tirer tout les avantages. Quoi qu'il en soit je le laissais tout de même conclure, bien que je trouvais cela amusant qu'il me donne un conseil concernant l'archi-démon à la source de ses problèmes. Bien sûr sa remarque était des plus pertinentes si on se plaçait d'un point de vue ordinaire, seulement... Le mien n'avait rien de banal et lorsqu'il en eut finit avec ses remarques et remerciements, je ne pus m'empêcher de lui adresser un léger sourire amusé, avant de lui répondre d'une voix posée.

"Je vois Dokpel ... Et je comprends ton jugement sur mes actions, cependant permets moi de te faire également  une remarque. T'es un guerrier, cela je n'en doute pas, mais au vu de ton refus catégorique de la solution extrême de te faire trancher le bras et de ta... Réticence à l'idée de te faire entailler le bras, tu m'as l'air d'être le genre de combattant qui dans un combat serré cherchera avant tout à se préserver de toute blessure, tout comme ses camarades, non ? Quoi qu'il en soit, ce n'est pas mon cas, je suis prêt à baisser ma garde, même à encaisser une blessure ou à laisser un allié en pâtir, si ça me permet de faire s’ouvrir une ouverture dans la défense de mon adversaire qui me permettrait de lui infliger une riposte d'autant plus conséquente ou même de tout simplement mieux appréhender son style de combat afin de le contrer, et tu l'as dit je suis un spécialiste des démons en ce qui concerne le fait de les combattre."


Je refermais alors l'ouvrage, m'interrompant brièvement. Je relevais ensuite la tête pour soutenir le regard de Dokpel, puis rapidement je soulevais le, pourtant pesant, ouvrage afin de pointer mon congénère, ajoutant d'une voix enjouée.

"Or les infernaux ne s'affrontent pas qu'avec l'acier ou la magie..."

Mon sourire se fit alors complice... Dans le fond il était peu probable qu'il approuve, ou tout du moins apprécie mon point de vue et au vu de ce que j'en avais entendu Varish s’en moquerait ou n'y errait qu'un moyen de sauver l'honneur. Seulement ce que le démon ignorait c'est que parfois il était arrivé que je sois en correspondance durant des semaines avec mes proies, me fondant parmi des cultes de démonistes ou les invoquant moi même afin de mettre à jour leurs faiblesses et les exploiter, rien qu'à travers de simples mots... Or les propos du démon, sa réaction désinvolte face à mes arguments et son mutisme la fois où j’avais exposé sa vulnérabilité me laissait deviner que son côté guignol venait surtout du fait qu'il était arrogant.

Bon cela c'était facile de le deviner vu comment il était fanfaron alors qu'il avait été scellé dans un bracelet et s'avérait à la merci des prières de Dokpel, mais justement ça atteignait un point encore plus conséquent que je ne l’avais estimé dans un premier temps. A vrai dire j'acceptai sciemment de le croire aussi idiot qu'il le paraissait, mais autant si je n’avais aucun doute sur son amour propre excessif je gardais des réserves quant à ses facultés cognitives, le démons étaient trompeurs, et le fait de lui communiquer sans pouvoir le voir physiquement ou être dans le plan spirituel m'était un exercice peu coutumier donc il me semblait probable qu'il dissimule son véritable intellect, même si j’avais par contre la certitude qu'elle était moindre qu’elle ne l'aurait dû l'être après avoir vécu aussi longtemps !

Qui plus est j'avais noté qu'il n'avait réagit qu'au propositions les plus sérieuses, à savoir l'usage d'une rune ou d'un sortilège de silence, ce qui au vu de son orgueil me laissait à penser que, justement, il s'agissait de sortilèges pouvant avoir leur petit effet sur ses paroles... Et en me remémorant ses dires je me rappelais aussi ce qu'il avait dit sur mon compte... Comme quoi il fallait que j'espère être mort lorsqu’il serait libéré du brassard de proméliant, or les démons avaient plutôt l’habitude de menacer de torturer l'âme après la mort. Je savais que Varish était très puissant physiquement, mais ses propos traduisaient  peut être une faiblesse dans le plan magique, ou tout du moins spirituel, hypothèse corroboré par le fait que c'était bien par un sortilège qu'il avait été effectivement terrassé. Une hypothèse çà explorer... Quoi qu'il en soit je ne pouvais pas non plus trop m'y attarder, tout du moins pas dans l'immédiat... Néanmoins, il était probablement temps pour Dokpel et moi de nous dire de nous séparer, bien qu’il ne s'agissait probablement que d’un au revoir.

"Bref... Il est effectivement grand temps que tu recherches quelqu'un pouvant t'aider à appliquer au moins une de ces solutions... Néanmoins crois pas que je t'abandonne pour autant, je vais bien prendre soin de m'informer à ton sujet. Désolé si ça t'angoisse un peu, mais c’est une mesure de base, une simple précaution... Et puis... Je dois m'avouer curieux..."


Je me relevais alors, toujours le livre en main, me déplaçant lentement avant d'arriver à l'étagère où je l'avais retiré afin de l'y ranger en un léger frottement, toujours ce léger sourire aux lèvres.

"... Dans ma quête d'élimination des démons j'ai choisi pour les vaincre d'être pire qu'eux et ça a été efficace, mais en dehors des aptitudes je me suis toujours demandé si la vertu pouvait aussi aider à terrasser les infernaux... Or je crois qu'en t'observant j'en aurai la réponse."

Certes je ne parlais qu'à demi mots... Mais je me comprenais très bien. Le fait qu'il ne soit pas prêt à se sacrifier ou à mettre en danger un camarade, sa politesse face aux insultes du démon, par exemple "grande bouche", je n’avais jamais entendu un propos se voulant acerbes aussi poli. Tout cela trahissait une certaine vertu, une certaine innocence et j'étais à vrai dire surpris qu'il ait conservé si longtemps cette dernière tout en côtoyant un infernal durant tant d'années, par conséquent soit il s'agissait d'une force, soit d'un fardeau dont il ne parvenait guère à se défaire... Certes j’avais durant m vie rencontré nombre de héros vertueux à même de terrasser les démons, seulement, tous pouvaient se permettre de tels état d'âmes car ils étaient en possession d'un pouvoir surnaturel ou d'un artefact surpuissant. Dokpel n’avait rien de tout cela face à son démon, il était comme moi, démuni et obligé à y faire face par lui même... Dans le fond en titillant Varish j'en avais peut être plus appris sur son hôte que sur lui même.

Quoi qu'il en soit j'espérais que ma curiosité ne choquerait pas Dokpel... Et puis comme pour éluder une éventuelle protestation, je fis un vague geste de la main accompagné de mon sourire le plus cordial...

"Enfin excuse moi je t'ai assez retenu... Ne croit pas bien sûr que je veuille te chasser, mais j'ai à faire, et toi encore plus, alors je ne désire pas te retenir par de cordiales palabres qui pourront attendre."

Mes dires pouvaient donner l'impression que je désirais simplement qu'il parte, mais il n'en était rien et je comptais sur le don de Dokpel pour qu'il s'en rende. J'étais toujours d’une franchise concrète et j'agissais toujours pour ce qui me paraissait nécessaire, or à mes yeux il n'avait guère besoin de moi pour ce qu'il avait à faire et ce que je pouvais encore faire de mieux, c'était mes corrections, d’autant plus que je n'allais pas me priver pour profiter de ces dernières afin d'effectuer quelques recherches sur Varish.
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue32/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Dokpel Varish Sam 17 Aoû 2013, 02:15

Mon sourrir s'effacat lorsqu'Engar critiquat mon comportement pour pas dire peureux devant ses proposition brutales. Je dus alors me contenir pour ne pas laisser l'agacement et la frustration m'envahir. Ce type... En quelques phrase, il venait de detruite toute le capital sympathie et la credibilite que j'avais pour lui. Non pas que je refuse dorenavent son titre de specialiste de demon, non. Mais en me balancant a la face ces mots, je compris un peu mieux cet individu. C'etait purement un guerrier, preferant la maniere forte a l'approche reflechit et progressive. Il trahissait aussi son impulsivite en parlant ainsi de moi et de Varish. Si je refusais ces solutions trop expeditives, c'etait pour des raisons de prudences et aussi parce que j'estimais qu'il existait encore d'autre solutions toutes aussi efficaces et moins poussives. Si dans un avenir proche je devais les mettre en application, je le ferais mais uniquement apres avoir explore d'autres pistes moins risquees.

L'autre point trahissant un temperament un peu trop brusque etait son assurance face au demon Varish. Comment ce type se permettait ainsi de parler d'un etre eminemment trop different des demons commun comme si il avait deja eu a faire a lui. A l'entendre, mon demon n'etait qu'un gros tas de muscles belliqueux avec pour moteur intellectiel une pasteque un peu trop juteuse. Je dus alors me faire a l'idee -a contrecoeur- que malgre son savoir sur les demons certe important, Engar ne pouvait etre la solution definitive a mes problemes.

Meme devant ma mise en garde, il riait comme s'il savait deja tout. Pour ma part ce n'est pas parce que j'ai deja attrape un bandit que serait pour tout les autres comment ils fonctionnent... Je fus profondement decu. D'un cote, ce ne fus pas tres realiste de ma part de penser pouvoir compter autant sur un homme degageant une aura d'emotion aussi malsaine. Je testerai quand meme ses idees, tout du moins certaines, mais pour le reste je devrais allez voir ailleurs.

Avant de prendre conge je serrai la main au chasseur de demon tout en restant sur mon attitude souriante et amicale. Je le remerciai et sortis de la bibliotheque.

-On dirait que cette solution s'est solde par un echec n'est ce pas.

-Hm...

-Ha que j'aime ces humains. Ils pensent pouvoir nous vaincres en nous ressemblant et pensent tout savoir sur nous mais ce sont justement ces illusions qui les menes a leur perte hahaha.

Je n'avais pas le coeur a le reprimender mechamment comme d'habitude. D'un cote il avait raison : au lieu de trouver un reel allier, j'avais du faire face a un type aveugle par sa confiance et devore par la folie barbare. Quand je lui avait parle de mon don de perception il en avait presque rit... Ce type ne pouvait representer qu'un danger de plus pour moi.

Je soupirais fatigue de toutes ces constatation deplorables. Aussi pour me remonter le morale et surtout me defoule, je sortis un petit livre sacre de ma poche et l'ouvris.

-...Tu vas pas oser... ; murmura Varis.

-Sur ce monde vierge tu as foule le sol de tes pieds. De ceux ci sont les flammes de la vie, force creatrice, sang de ton corps...

-Gnih ! Se plaignit le malin.
Dokpel Varish
Dokpel Varish

Masculin
Messages : 74
Expérience : 126

Feuille de personnage
Niveau:
C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Left_bar_bleue9/40C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty_bar_bleue  (9/40)
Race: Human
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

C'est l'expérience qui parle ! [Termine] Empty Re: C'est l'expérience qui parle ! [Termine]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum