My Life as a Dungeon Keeper
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -61%
SEB Yaourtière multifonction : ...
Voir le deal
39.49 €

Le prix de la haine

2 participants

Aller en bas

Le prix de la haine Empty Le prix de la haine

Message  Engar Lun 01 Juil 2013, 19:45

Il y avait une chose qui avait toujours impressionné mes partenaires d'aventures, c'était l'étrange aura mêlant la prestance et la peur que je pouvais dégager quand j'étais déterminé à accomplir quelque chose... Quand sous mon armure on devinait mes muscles bandés et prêt à agir, lorsque ma démarche se faisait rapide, faisant ainsi claqué ma cape, et que dans mon regard se lisait une détermination plus inébranlable qu'un golem il y avait quelque chose d'assez impressionnant, comparable à la présence dont pouvait faire preuve certains individus, et moi même, lors d’un combat. Désormais je pouvais affirmer que cela affectait aussi les monstres. Ah ces derniers qui se montraient si méprisants ou haineux à mon égard pouvaient être facilement impressionnable ! Cela pouvait paraître un peu méchant mais en même temps j'avais de bonnes raisons.

En effet  cette journée avait débuté normalement, je me promenais comme d'ordinaire, mais soudain alors que je passais près de la porte un monstre apparemment épuisé s'était élancé vers moi et parlant rapidement et de manière détaillé m'expliqua qu'il  avait été assailli par de humains et qu'une autre créature était resté en arrière, blessée. Ma réaction avait alors été immédiate, je l'avais redirigée vers Shrivei, dont je connaissais la localisation à cet instant de la journée, puis je m'étais dirigé vers les écuries afin de  louer un monture, impressionnant au passage le palefrenier qui ne protesta nullement alors que je balançais sèchement une bourse à ses pieds avant d'enfourcher un cheval qui par chance était déjà préparé puis m'élancer au galop  vers le lieu indiqué par la créature blessée.

… Je savais que normalement n’étant plus de la garde pareille affaire n'était plus de mon ressort, cependant je savais aussi qu'une expédition de sauvetage allait mettre au moins un heure à se préparer que cette heure pouvait amplement être fatale pour l'individu qui en avait besoin, tandis que je ne mettrai pas plus de dix minutes à me mettre en route. Par conséquent les circonstances me paraissaient suffisantes pour que j'intervienne sans que cela ne pose de problèmes particuliers, d'accord je reprenais les armes mais comment pourrait on me blâmer alors que je le faisais pour sauver une vie... Et oui peut être en faucher quelques unes parmi nos ennemis, mais cela c'était purement annexe. Néanmoins, même si j'agissais rapidement je ne le fis pas tête baissée et ainsi je commençais à réfléchir à ce qui pouvait advenir.

C'était d'ailleurs principalement à cause de cela que je paraissais si concentré car diverses hypothèses fusaient dans mon esprit quant à ce qui pouvait m'attendre. La personne évoquée par le messager pouvait aussi bien être dans un état suffisamment bénin pour que je lui laisse ma monture et que je m'arrange pour revenir à pieds, ou  bien il allait falloir que je le prenne en croupe, auquel cas nous serions ralenti et dès lors il fallait espérer qu'il n'ait pas eu à faire face à des cavaliers,auquel cas la situation serait des plus épineuse, d’autant plus que si je savais chevaucher j'étais plus habitué à me battre pieds à terre sue le derrière posée sur une selle ! Cependant des cavaliers ne passeraient pas inaperçu et je pourrai bien trouver un stratagème pour les distancer ou tourner la situation à mon avantage. De toute manière cette hypothèse était assez peu probable, pour la simple raison que les gens qui assaillaient le donjon Kanabo ne chevauchaient jamais de montures, la chose étant bien vaine pour prendre d'assaut pareille structure et les cavaliers traquant les monstres s'approchaient rarement autant de ces lieux. Par contre une autre possibilité était qu'il s'agisse tout simplement d’un traquenard des humains ,après tout la missive avait été rédigé en la langue dite commune et la position de la victime se situait curieusement à la bordure de la zone de résurrection du donjon, près des ruines. Enfin bien sûr cela ne changeait rien au sort de la créature blessée, s'il y en avait réellement une, si elle n’avait pas passée le pacte et justifiait mon intervention rapide. Pour autant j'étais bien décidé à ne pas me laisser prendre au piège tel un débutant !

Cela faisait environs une demi heure que j'étais parti quand ma route fut barré par une rivière surmonté d'un pont de bois qui allait me mener aux ruines. Je n’appréciais pas trop de m'avancer sur une construction aussi vétuste, mais je n’avais pas trop le choix, cette rivière n'avait pas de gué connu et je ne pouvais pas me permettre de perdre trop de temps... Mais pire encore je distinguais une silhouette étendue au milieu de la structure, d'apparence humanoïde il s'agissait probablement de la créature ! Je descendais alors de ma monture, certains que les planches de bois ne pourraient guère supporter le poids du cheval, et accrochait ses rênes à un des poteaux du pont. Je m'avançais prudemment sur ce dernier, main gantée posée sur une des cordes, je pouvais néanmoins sentir avec mes doigts, laissés dénudés quel e chanvre était rongé par l'humidité, à tel point qu'elle suintait suffisamment pour mouiller mon gant et de fait il était surprenant qu'elle ne se soit pas déjà rompue.. Et s ice n'était que cela ! La structure elle même se balançait lentement de droite à gauche, sous des flots paisibles, mais profonds, les planches de bois vermoulues craquaient sous chacun de mes pas alors que je les faisais aussi légers que possible. Il était surprenant que le pont n'ait pas déjà cédé sous le poids du corps du blessé...  L'hypothèse du piège me revint alors à l'esprit, tle un avertissement... d'autant plus aigu que j’entendis le sifflement caractéristique de l'acier à cet instant là. Alors mon regard se porta brusquement en direction du pont, où je vis brièvement une silhouette féminine, cependant je n’avais pas le temps de plus la détailler, la première corde tranchée faisant brusquement basculer  le pont sur le côté et seul un réflexe me permit de me retenir à la corde encore intact, si on pouvait encore la qualifiée ainsi au vu de son état déplorable. J4avias évité le grand plongeon, qui me serait assurément fatal, ma tenue n'étant pas réellement adapté à la nage, cependant ma situation n'en demeurait pas moins critique. La disparition du corps du blessé, mais l'absence du fracas de l'eau trahissait le fait que comme j'avais pu l’imaginer il s'agissait d'un traquenard, rendu possible grâce à l'usage d'un illusion.

Néanmoins je ne pouvais me permettre de trop réfléchir au comment de ce traquenard, je devais maintenant y survivre. Combien sont mes assaillants ? Quels sont leur équipement ? Leur niveau ? Tout cela je l'ignorai, cependant je pouvais m'en faire une brève idée. Ils pouvaient être de un à cinq, tout au plus car pareille manœuvre était rarement l'action d'un groupe d'envergure conséquente, à moins qu'on ne soit en temps de guerre, et tous présent depuis la rive opposée, sans quoi ils se seraient déjà assuré que je ne puisse récupérer ma monture et je ne l’avais pas entendu hennir, leur équipement devait par ailleurs être relativement léger pour user de telles manœuvres et il ne devait pas avoir d'armes à distance sinon ils en auraient usés enfin quant à leurs niveaux, ce n'était assurément pas des débutants, mais en aucun cas des professionnels, sans quoi ils auraient au moins couper les deux cordes simultanément, à moins qu'il s'agisse d'un individu esseulé, dans les deux cas ma situation n’étais pas aussi désespéré qu'il n'y paraissait, néanmoins il me fallait déjà éviter la noyade ! Et à vrai dire je n'y voyais nulle issue, je n’avais pas le temps d'user de mes mains pour avancer le long de la corde afin de rejoindre la berge, tenter d'accrocher un des bords en y plantant une de mes lames semblait irréaliste... Finalement ce fut la solution la plus simple qui me vint à l'esprit... Puis faisant mine de m'avancer avec mes mains vers la berge d'où venait l'assaillante j'attendis simplement qu'elle coupe la seconde corde. Alors je chutais  dans l'eau, mais je fus alors accompagné par le planches de bois composant le pont, et c'est là tout simplement que je pouvais saisir ma chance ! En effet le bois, aussi pourri qu'il était parvenait encore à flotter sur l'onde paisible et même si j’étais entraîné vers le fond par ma cape, mes bottes , et mes armes, m’accrochait solidement à une des planches, sans pour autant y mettre tout mon poids me permettait de flotter légèrement. Malgré ma cape qui flottait encore les remous causé par la chute du pont me cachait quelque peu, suffisamment pour que je puisse me projeter en quelques mouvements de brasses, me servant de mes jambes, mes mains s'accrochant à la planche, je me projetais en que trois mouvements de brasse puissant sur la berge... mais celle où se trouvait le responsable de cela car je comptais bien obtenir le fin mot de l'affaire !

Heureusement, le sol n'était pas particulièrement surélevé par rapport au niveau de l'eau et je pouvais ainsi remonté assez facilement sur la berge. Cependant, avant cela, je dégainais une de mes lames, ce que je parvins uniquement malgré la pression de l'eau grâce à ma force surhumaine. Et alors que l'eau s’engouffrerait dans le fourreau, m'alourdissant encore un peu plus, ma lame d'acier jaillit brusquement hors de l'eau et grâce à la chaîne je lui fit exécuter un arc de cercle, le but de la manœuvre étant de forcer tout individu tout proche de la berge à reculer afin de me permettre de remonter dessus, ce que je fis une fois le mouvement achevé, me servant de la seule force de mes bras pour me ramener  sur la terre ferme, et, me retrouvant d'abord dans une position accroupie assez peu confortable pour le combat je me relevais rapidement, dégainant dans le même temps ma seconde arme dans un bref chuintement afin de faire face à mon ou mes adversaires. Ma position n'était pas des plus avantageuses, car le fait de ressortir de l’eau n’avait pas pour seul désagrément de me faire éprouver une froid, qui ne me gênait nullement, ou de me donner cette désagréable sensation d'humidité, mais même une fois sorti de l'élément liquide j'étais alourdi par ce dernier, qui me handicaperait grandement si le combat devait s'avérer difficile. Ah saleté d'imprudence. Cependant, j’avais déjà commis une faute ne l'avançant imprudemment sur ce pont, par le passé je ne me serai guère préoccupé du blessé et je n'en serai pas là, alors autant allez jusqu'au bout... Et en évitant de commettre d'autres erreurs. Ainsi je ne bougeais guère de ma position, ce qui pouvait paraître sot au premier abord que de demeurer au bord de la rivière et à la merci du moindre archer, mais comme je l'avais songé plus tôt il ne devait pas y ne avoir un seul et au moins cette position m'empêchait d'être potentiellement encerclé, et le premier qui m’assaillirait, pour peu qu'il manque de coordination avec ses congénères, connaîtrait le sort qui avait été il  y a peu le mien, bien qu'il n'était pas certain qu'il s'en tire de manière aussi heureuse.

Un sourire naquit sur mes lèvres à cette pensée... Cependant quelque chose balaya cette assurance, une sensation familière, qui bien que s’étant émoussée depuis mon arrivée au donjon n'avait pas disparu. Mon regard se planta alors sur la jeune femme qui me faisait face, élancée, quelque pue musculeuse, suffisant pour manier efficacement la lame qu'elle tenait en main, elle ressemblait parfaitement à une humaine, une aventurière qui voudrait assaillir le donjon ou éliminer un de ses membre en l'attirant à l'extérieur, mais il y avait cette sensation, cette aura qui la trahissait...

"Uhm... Démone hein ? Vu que c'est un messager qui m'a abordé je suppose que tu viens du donjon et que t'as une raison particulière de me faire la peau."

C’était cohérent en fait... il y avait tellement d’individus qui me haïssaient dans le donjon, le messager avait dû être corrompu et cette démone pouvait avoir toutes les motivations du monde,n d’autant plus en tant qu’infernales. Peut être avait elle été payé pour m'abattre, peut être le faisait elle par haine pour mon espèce... Ou peut être par mêmes actes passés avais je affecté en mal sa vie. Quoi qu'il en soit, même si je lui avais infliger les pires atrocités du monde, bien que son visage ne me dise rien, je n'avais en aucun cas l'intention de me laisser faire, ce ne serait d'une lâcheté innommable que de mourir sous prétexte d'expier alors que j'allais devenir père. Néanmoins l'affaire allait s'avérer un peu compliqué, car quelque soit l'hypothèse qui motivait son agression, elle pouvait toujours avoir des complices or de ma vision, et qui plus est s'il venait tous du donjon j'allais devoir veiller à n'en tuer aucun, sous peine d'avoir encore des ennuis. Cependant... Je commençais à douter qu'elle soit accompagnée. Elle semblait jeune, pas physiquement car cela ne voulait rien dire pour les démons, mais  sa manière de tenir sa lame, qui trahissait une certaine inexpérience, et la façon dont elle tremblait de rage à ma simple vision trahissaient une certaine jeunesse pour un membre de cette race, ainsi qu'une certaine immaturité. Si elle était la meneuse elle n’aurait pas réussi à être assez charismatique pour réunir un groupe efficace et si elle était un sous fifre ce ne serait pas elle qu'on aurait choisie pour se dévoiler. Voilà qui me facilitait amplement la tâche ! Néanmoins je n’oubliais pas qu'elle avait été assez maligne pour me tendre un piège qui m’avait manqué d'être fatal, même si la simple vision de cep ont pouvait suffire à inspirer ce stratagème et que j’avais fait preuve d'imprudence... Et puis j'avais retenu ma leçon avec Mistral, je ne devais pas trop juger les gens sur leur seule apparence ou attitude, après tout rien n'était jamais acquis dans un combat, l'adversaire pouvait toujours bénéficier d'une aide imprévu, usée d'une botte secrète. De fait je restais finalement sur mes gardes, et j’adoptais une garde particulière, je pointais une de me lames en direction de la gorge de la démone, en une pose assez classique, si seulement, de mon autre main, je ne me servais pas de la chaîne pour faire décrire des huit couchés à ma seconde arme, dont je faisais varier la vitesse pour éviter que la démone ne s'en accommode.

"Si t'as des copains cachés dans les buissons, dis leur de sortir maintenant, ça fera gagner du temps à tout le monde et si t'es seul... J'espère pour toi que tu es un peu plus menaçante que tu en as l'air."

Je concluais alors sur mon typique sourire carnassier en me voûtant, adoptant une allure menaçante. Sa réaction à mes propos et mon attitude allait déjà me permettre de la jauger, si elle s'énervait ou paraissait effrayé c'est que je ne l’avais pas sous estimé, si elle demeurait impassible c'est qu’elle allait être un peu plus coriace qu'elle n'en avait l'air. Dans tout les cas je lui laissais l’initiative, premièrement pour ne pas m'exposer à d'éventuels autres opposants, et secondement parce qu'il me serait plus facile de la maîtriser sans la blesser mortellement en conservant une attitude défensive... et puis je comptais bien faire durer les choses, car c'était fou comme les personnes pouvaient être plus bavards durant les combats qu'après...

… Même si bien souvent c’était parce qu'après il n’était plus en état de parler... De manière définitive.
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
Le prix de la haine Left_bar_bleue32/40Le prix de la haine Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Le prix de la haine Empty Re: Le prix de la haine

Message  Aktane Ven 19 Juil 2013, 03:16

Beaucoup de chose s'était déroulée depuis son arrivée aux Donjons, certaines lui avaient été au final bénéfique, d'autre moins. Sa rencontre avec Umbriel le professeur en est une preuve vivante, grâce à lui Aktane avait put effleurer la surface de la magie. Disciple des plus étrange qui garde toujours son charme extérieur empli de mystère et de non dit, tous ce qu'elle avait pu contempler n'était que la partie connue de l'iceberg, on avait toujours l'impression de rester sur le sommet sans jamais plonger à l'intérieur du domaine magique. Cependant la jeune démone restait prudente avec la magie : comment dire ? Disons que l'expérience de la magie n'a pas non plus toujours apporté son lot de bonnes nouvelles et de joies, comme le font les cours qu'elle reçoit.

Ces souvenirs de son expérience temporelle était resté flous, comme si un filtre brouillait ces pensées cependant deux souvenirs bien précis : sa rencontre avec L'Overlord, la douleur et les larmes étaient bien présents dans son esprit ainsi que la faiblesse de son corps, mais surtout le visage de celui qui tua avec froideur ses deux parents et son demi frère. Aktane avait tellement revue cette scène de tellement de point de vue différent que le visage du meurtrier était gravé dans sa mémoire, jamais elle n'oublierais ces traits. Cependant elle fut rapidement confronté à un problème : sa quête de sang et de vengeance fut rapidement troublé par un élément important : Qui étais donc le meurtrier ? Savoir ces traits étaient déjà une énorme avancée, elle n'avait après tout rien découvert d'important durant ses 3 ans d'errance et 3 semaines après son arrivée au Donjon, elle avait déjà acquis une certitude.

Mais cette histoire ne devait pas se finir de cette manière, que ce soit le destin ou le hasard, ou tout simplement la taille du Donjon, Aktane finir par reconnaître celui qui avait détruit sa vie, marchant tranquillement comme si de rien n'était. Comment expliquer la haine qui emplit alors la jeune démone ? Un flot d'émotion l'emplir soudainement : Haine, Colère teinté de peur et de plaisir de l'avoir trouvé. La seul raison pour laquelle elle ne l'attaqua pas sur le champs faisant de son corps une bouilli de chair et de sang est la résurrection de toute morte dans l'enceinte du Donjon.

Prenant son mal en patiente, elle réfléchit à la manière dont sa vengeance pourrait être enfin complétée, le tuer sans le priver de sa vie n'est pas acceptable ! La jeune démone l'observa, s'informa sur lui, sur ce Porte Haine de malheur, continua perpétuellement son travail de réflexion. Apparemment il n'avait aucune raison de sortir ou quoi que ce soit, dans ce cas elle n'avait qu'a lui en créer une...

Le plus dure pour pouvoir achever son plan fut l'argent, Aktane fut forcer à devoir sortir dehors elle même et d'accomplir ce qu'elle détestait le plus, mais de cette manière elle accumula assez d'argent pour corrompre ou plutôt pour persuader quelqu'un de lui rendre ce petit service. Le Second plan fut de trouver l'endroit de l'embuscade, et étonnement c'est fut le plus simple de tout ce qu'elle avait prévu : Aktane trouva presque immédiatement le lieu parfait : un fragile pont en bois vacillant sous l'effort surmontant une rivière qui n'était pas des plus calme. Cependant il y avait quelques choses qui la gênait encore, une sorte d'hésitation lui traversa l'esprit : en était elle capable ? On pouvait aussi se demander comment une si jeune démone pouvait détruire celui qui avait aider la destruction d'un village entier. Mais une seule réponse traversa son esprit : ce Engar avait agit de manière traître sans aucun doute, et c'est pour cela qu'elle allait lui rendre sa pièce de la même manière.

La dernière partie fut la plus longue la création de l'illusion même si elle n'était la que pour faire l'appât était la plus importante mais dans une certaine mannière la plus hardue. Cependant à force d'acharnement elle finit par en créer une convaincante, du moins pour une personne pressé et inattentif. Aktane savait très bien que si le chasseur de démon y prêtait plus d'une dizaine de seconde d'attention sa ruse serait découverte. Tout était prêt.

La matin du jour J Aktane était plus que stressé, un sentiment proche de l'anxiété l'avait envahi, un tremblement de haine et d'espérance ... étrange alchimie qui forma sa détermination à finir sa quête. Le Monstre fut facile à convaincre, la bourse remplie ne le fit guère hésiter pour un si petit service et la jeune démone partit devant préparer le terrain, elle avait fait en sorte d'avoir suffisamment de temps libre pour préparer son attaque. Le temps passa et la détermination de la démone ne flancha pas, toujours prête à faire ce qu'il fallait faire pour continuer à vivre, ses ancêtres en paix.

Le cavalier au traits si particulier apparu enfin, n'hésitant pas une seule seconde avant de pénétrer sur le pont, laissant sa monture. La jeune démone aurait difficilement pu déterminer les émotions qui la traversèrent sinon une haine pure et insatiable qui tendait à la destruction pure et simple de l'être qui se tenait devant elle. Sans hésiter aucunement elle prit la lame posée près d'elle et s'élança vers le pont filant sur la petite distance qui existait, d'un seul mouvement la corde de chanvre se trancha, basculant le pont et son contenu dans l'eau. L'illusion du corps avait depuis longtemps disparu ne fit donc aucun bruit, cependant le bruit l'empecha de savoir si son but avait été accompli. La jeune démone perdit de précieuses secondes à verifier la chute, ce qui permit à celui ci de penser à un plan qui lui sauva probablement la vie. La colère fusa dans ses yeux et la seconde corde craqua envoyant valser l'amas de bois dans l'eau, Mais alors que la mort d'Engar semblait certaines celui ci survécut : pire il montait maintenant sur le rivage ! Le guerrier commença à faire vriller ses lames l'empechant tout mouvement vers lui.

Pendant un instant, il se contemplère sans un mot, une situation de regard, haine d'une part intérogation et instinc de survie de l'autre. Le clash des regards se termina bien vite, et Aktane qui avait pourtant prit la précaution de cacher ses attributs humain, ce fit découvrir sans plus d'observation. D'une certaine façon, elle devait avouer qu'il était inteligeant, une brute n'aurait pas pu tuer sa famille mais il devait mourir pour ses crimes !

Une démone qui te tuera Porte Haine !

L'achevement des trois années était devant elle, Engar le Pourfendeur d'Innoncent était devant ses yeux, à la portée de sa lame. Celui qui l'avait privé de tout bohneur allait bientôt tachée sa lame de son liquide précieux. Ainsi tout poura redevenir comme avant, ses parents ne reviendraient pas mais leurs âmes seront enfin soulagée de leurs peines et pourront continuer leurs chemins. Elle même sera libérer de ce lourd fardeau et poura continuer à vivre ... Enfin d'une certaine manière, sa vie avait déjà été gachée et son chemin avait déjà détruit plus de lumière qu'elle ne l'aurait voulu. La réalité se réimposa à elle quand la voix d'Engar l'interpela, elle lui répondit imédiatement positionnant sa lame dans une posture de combat.

Je n'ai pas besoin d'autre personne pour te tuer !

Elle n'était sans doute pas préparer, pas assez entrainer, sans expérience de réel combat, tombant dans la colère qui poussait ses gestes, Aktane s'élança ne voyant plus que la cible devant elle, Dans un mouvement vif, elle visa le cou, zone non protégé, cherchant la mort d'Engar sans se soucier de la sienne.


Durant cette attaque presque suicidaire, l'esprit d'Aktane était devenu blanc, plus d'émotion, plus d'autre volonté à part de la colère mêlé à de la tristesse... Avec la mort d'Engar un vide dans son âme allait se créait, avec sa mort son enfance serait enfin terminer, la page de sa vie allait être tiré, mais avant cela ...

Engar devait payer

Engar devait payer pour ses crimes

Engar devait payer le Prix de la Haine
Aktane
Aktane

Féminin
Messages : 35
Expérience : 145

Feuille de personnage
Niveau:
Le prix de la haine Left_bar_bleue7/50Le prix de la haine Empty_bar_bleue  (7/50)
Race:
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Le prix de la haine Empty Re: Le prix de la haine

Message  Engar Ven 26 Juil 2013, 13:18

Elle voulait ma mort, rien que ça ! Enfin en même temps vu le piège qu'elle m'avait tendue cela paraissait quelque peu évident... Au moins, j'avais désormais la preuve que la démone m'avait tendu ce piège pour des raisons personnelles, on n'éprouvait pas un telle haine au nom de simples idéaux... Car oui je pouvais la ressentir sa hargne, j'en percevais le plus infime signe. Une crispation sur la poignée de sa lame, un éclat dans le regard, une tressaillement. Elle m'avait appelé par mon prénom, clamant impétueusement qu'elle allait me tuer, de fait je devinais ses intentions n'étaient pas seulement dû à ma condition humaine, mais par ce que j'avais pu commettre dans le passé. Un acte suffisamment marquant pour qu'elle se tienne prête à m'affronter seule, non pas que je la croyais sur parole, mais s'il y avait eu compagnons ils se seraient déjà manifestés, et avoir la ferme conviction qu'elle était à même de me tuer. Cette dernière s'avérant suffisamment grande pour qu'elle me charge sans hésiter tout en étant aveuglée par la colère... Ce qui ne fit qu’accroître mon excitation, ainsi que mon ample sourire carnassier

Elle était rapide, emplie de haine et sa garde correcte... Tout en apparence pour titiller mon plaisir ! Cependant alors qu'elle me chargeait je n’oubliais pas qu'il fallait que j'évite que je la blesse trop sérieusement ainsi je ralentissais les courbes qu’exécutait une de mes lames, ce qui lui permit de passer aisément au travers et d'enfin pouvoir me frapper, exécutant alors un assaut redoutable ! ... Pourtant il me suffit de me pencher légèrement en arrière tout en reculant simplement d'un pas pour que la lame mortelle ne fasse que passer devant ma gorge en un sifflement caractéristique, le bruit d'un métal fendant l'air, qui avait tant quelque chose d'impressionnant par sa nature que de décevant pour elle car cela signifiait que l'assaut avait manquée, ainsi que pour moi, car en dépit de la première excitation je sentais que ce combat n'allait guère être plaisant entre son inexpérience et le fait que je devais me contenir. Néanmoins il pouvait en être retiré toute autre chose, quelque chose de plus grand encore... Et pour cela mon attitude passa de celle du guerrier un peu sadique à l'individu nonchalant, au point que si je n’avais eu mes lames en main j'aurais mis mes mains dans mes poches.

"... Ta garde est plus adaptée à un combat en face à face qu'à une charge, tu t'es entièrement exposée alors que je ne bénéficiais d'une allonge plus conséquente et tu as amorcé ton coup bien trop tôt, ce qui m'a laissé facilement deviner où tu allais frapper..."

D’ordinaire je ne parlais jamais en combat, c'était une erreur et si mon opposante avait été douée elle en aurait profité pour me frapper à la mâchoire. Au lieu de cela elle m'adressa un regard, toujours emplie de cette haine qu'elle ne maîtrisait guère et comprenait encore moins. Je pouvais la comprendre cependant, il n'y avait probablement rien de plus provoquant qu'n adversaire se permettant de critiquer votre manière de le combattre, mais je m'en moquais, mon intention n'était pas de lui faire la leçon, du moins pas sur ce domaine... Je n'eu cependant pas exactement le temps de poursuivre mes dires, car comme je l'avais dit, elle était rapide la donzelle. Ainsi elle avait déjà amorcée un nouvel assaut, levant haut son katana au dessus de son crâne avant de frapper à nouveau en s'élançant vers moi. Elle exécuta en assaut entièrement verticale, comme si elle avait voulu me séparer en deux parties parfaitement égales, mais de fat il me suffit de pivoter sur le côté pour éviter son assaut... Et la voir être emporté par l'élan de son propre assaut.

"... Tes jambes ne sont pas assez fléchies et tu tiens mal ton arme... Enfin tu agis en laissant la colère t'aveugler."

Sur ces dernières paroles je profitais de son déséquilibre pour lui frapper brusquement le dos du plat d'une de mes lames et la faire tomber pathétiquement au sol... De toute cette confrontation je ne m’étais même pas mis en garde, je n'avais nullement chercher à lui faire du mal, même le plaisir du combat s'était avéré absent, contrairement à ce que j'avais pu espérer. Ce qui venait de se passer ce n'était même pas un affrontement, c'était...

"... Affligeant... J'ignore pourquoi tu me hais spécialement... Peut être avais tu un frère ou une à Place Gaie, un lien avec un des nombreux démons que j'ai tué, ou encore que ma simple réputation t'as terrorisé alors que tu n'étais pas encore majeure. En tout cas je devine que t'as une bonne raison de m'en vouloir et je ne t'en blâme pas, c'est d'ailleurs pour cela que tu es encore en vie, ça et le fait que j'ai pas envie d'avoir à nouveau des ennuis avec le donjon Kanabo. C'est pour cela en partie qu'on me nomme le porte-haine, à cause de la haine que les gens peuvent me vouer et que j’assume.... Mais pourquoi je l’assume ?"

... Bon sang ce laïus, je ne savais pas combien de fois je le récitais depuis mon arrivée au donjon, tant et si bien que maintenant il était rare que je réfléchisse réellement à ce que je disais. Cependant...Ici c’était un peu différent, car cette personne ne prétendait pas vouloir faire en sorte que mon surnom, ne soit plus mérité, mais au contraire elle était une de celle qui lui donnait un sens, mais pour que cela soit efficace il fallait qu'elle même le comprenne. m'approchant un peu d'elle, sans pour autant être imprudent je mis à marcher lentement en cercle en l'observant. La démone, comme nombre de ses semblables étaient plutôt bien formée, peut être même s’agissait elle d'une succube, bien que cela paraissait peu probable vu son attitude. Après il était possible qu'elle dissimule certaines de ses caractéristiques infernales grâce à de l'illusion.. Ce qui m'attirait le plus le regard étaient cependant ses cheveux rouges sang, qui n'étaient pas sans m’évoquer la couleur de la "plaine" que je visualisais lorsque ma conscience se repliait en mon âme... Je pouvais deviner aisément sa déception, mais je n'en avais pas fini et ainsi je poursuivais d'une voix grave

"Parce qu'il est plus facile de vivre dans la haine que le remord ou le désespoir. Il t'es plus facile de me haïr que de regretter ce que j'ai pu te prendre... Et c'est normal ! Pour autant je ne me laisse pas faire, comme tu as pu le voir, et si je suis encore aujourd'hui c'est que tout ceux qui ont suivis la même voie que toi ont échoués... Pour les mêmes raisons. Tu connais mon surnom bien, mais sais tu quel est mon prénom ? Sais tu de quoi je suis capable ? As tu une idée de tout ce que j'ai pu commettre ? J'en doute, car même guidée par la haine tu ne m'aurais pas assailli avec aussi peu de préparation. Le piège était une bonne idée, mais après ? Si tu t'étais renseignée sur moi tu aurais su que seule tu ne faisais clairement pas le poids, pas avec ton niveau présent et une erreur qui est non des moindres la haine qui peut être une force t'es devenue une faiblesse ! Il y a bien peu de choses dans lesquelles je suis un exemple à suivre, mais la haine en est une... Si je ne la maîtrisais pas crois moi je t'aurai massacré pour cette trempette que tu m's fait faire et ton hostilité, mais... J'ai su qu'il y avait mieux à faire... Tu as au passage une chance que les autres qui ont voulu me tuer par hargne n'ont pas eu... Je les laissais peut être en vie, mais ils ne retrouvaient jamais ma trace... Or désormais je demeure au donjon, donc tu pourras toujours essayer... Ainsi... En mémoire de ce que je t'ai pris, entraîne toi, deviens plus fort, plus redoutable, plus vive, ne rend pas les sacrifice vain par ta ridicule faiblesse !"

Je décidait alors de lui tourner le dos, m'approchant ensuite et mon regard se perdant dans le courant de l'eau... Je semblais persister dans ma nonchalance, mais en fait je me doutais qu'elle avait dû se relever et ainsi j'étais à l’affût du moindre bruit qui traduirait une sotte persistance de sa part.. Cela aurait été vraiment grotesque qu'après mon beau laïus elle se montre à même de m'assassiner proprement ! Néanmoins, après quelques secondes de réflexion, mon regard se posa sur mon cheval, demeuré de l'autre côté de la rivière, et je repris la parole, d'une voix un peu lasse.

"Au passage, ne prends pas mes propos pour de la miséricorde ou quelques chose du genre, je considère juste que si quelqu'un qui m'en veut est à même de me tuer il sera capable d'accomplir de plus grandes choses que moi et de fait rien n'est perdu, et crois moi dans le fond ça ne me fait pas plus plaisir qu'à toi, j'aurai vraiment préféré un vrai combat, en particulier contre un membre de ta race. Je te cache pas j'ai beau vivre au donjon, certaines rancœur demeurent... Enfin... Tu comptes persister pour le moment ou on peut rentrer à la tour ?"
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
Le prix de la haine Left_bar_bleue32/40Le prix de la haine Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Le prix de la haine Empty Re: Le prix de la haine

Message  Aktane Lun 26 Aoû 2013, 14:25

Ses pieds prirent position sur le sol mouillé, trois pas furent nécessaire pour traverser la distance séparant la démone de sa cible. Trois pas furent poser sur le sol, et trois enjambés trancha l'air dans un hurlement de rage ! Aktane était complètement sombré dans la folie de sa vengeance, elle ne voyait plus que Engar, plus rien n'avait d'importance à part plonger sa lame profondément dans son cœur, de lui ouvrir le corps et de rependre ses viscères sur le sol ! La destruction de l'humain en face d'elle restait la seule chose qui était primordiale dans la pauvre vie de la démone, qu'importe le fait qu'elle jetait sa vie aux orties juste pour ses erreurs du passé : il fallait qu'il meurt, qu'il soit détruit. C'est avec cette résolution que la démone plongea et son arme directement dirigeait vers la gorge mais au lieu de l’effusion de sang ce fut le sifflement du vent qui récompensa son effort. Privé de support solide, la démone continua dans sa lancée dépassant largement son ennemi, dans un grognement furieux, elle se repositionna rapidement pour repartir à l'assaut faisant fit des dangereuses armes qui tournoyaient entre les mains du Porte-Haine

"... Ta garde ... face à face ... frapper..."

Les paroles de l'humain furent stopper par la vague furieuse de la soif de sang qui bouillait dans le sein de la démone, rien ne pouvait la toucher, elle était plongé dans son océan de douleur et de haine. Ce n'était plus un meurtre de sang froid, juste un simple contrat où elle s’extériorisait et tuer efficacement, c'était le première acte d'une boucherie donc elle serrait l'office et dont la sacrifice serrait chaque personne qui l'a jamais fait le moindre mal, leurs pêchées : l'avoir dérangée ! Ils allaient tous périr tout autant qu'ils étaient ! Bougeant comme une bête sauvage, elle se jeta dans la gueule du loup, furieusement elle leva haut sa lame et la fit vivre entre ses doigts, celle ci était animé par la même fureur désespéré ! Elle réclamait la même boisson que la démone, le sang ! Alors que cette attaque échoua de la même façon pathétique, les attributs démoniaque de celle ci se firent lentement place, sans même s'en rendre compte son contrôle sur eux disparaissaient. Ses cornes pointaient maintenant, sa peau s'éclaircissait, ses yeux s'étiraient laissant apparaître des craquelures aux coin, sa queue enfouit sous sa cape resta bien caché. Ce qui n’empêcha pas la démone de se faire expulser sur le sol, comme une misérable mouche !

"... ton arme... Enfin tu agis en laissant la colère t'aveugler."

Le coup qu'elle reçut lui éclaira légèrement l'esprit, la phrase de l'humain fut comme une goutte d'eau dans sa fureur, ne la délayant qu'a peine. Elle fut cependant suffisante pour qu'Aktane puisse avoir la présence d'esprit de rouler le plus loin possible d'Engar. La vision déformé par la haine, elle ne voyait qu'un pathétique humain drapé dans son arrogance de ses crimes, il pépiait, parlait mais les mots n'avaient aucune importance sur elle, il n'y avait que l'action et les actes qui en découlent qui peuvent forcer le destin. Son instinct lui disait qu'elle ne serrait pas de taille face à lui, pas pour l'instant, pas dans cette situation... Alors qu'il continuait à parler, la démone se préparer : si elle ne pouvait vaincre de cette manière, elle n'aura qu'a détruire cette situation et en construire une nouvelle en sa faveur ! Dans laquelle, sa vengeance aurait toute ses chances ! L'humain l'ignorait totalement, comme si elle n'était rien d'autre qu'un moustique qui avait essayé de le piquer, une pierre sur son chemin ! Alors qu'elle aurait pu partir sur le champs, fuyant la peur qui commençait à s'imprégnait en elle, une énième phrase de ce véritable démon la replongea dans sa fureur ! Elle n'était pas Faible ! Elle l'avait prouvé ! Elle avait survécu ! Elle avait tué ! Elle avait trouvé !

"En mémoire de ce que je t'ai pris, entraîne toi, deviens plus fort, plus redoutable, plus vive, ne rend pas les sacrifice vain par ta ridicule faiblesse !"

La démone se crispa, elle allait le tuer ! Sa main se transforma en une serre de violence dont la seule chair à porté était la sienne, déchiquetant avec violence son épaule, ses muscles se tendirent, son esprit se lança ! L'humain lui avait tourné le dos, c'était sa chance ! La magie lui emplit les veines et à l'instant où elle se jetait vers celui ci abandonnant son épée planté comme appuie sur le sol, son illusion se déclencha. Simple, efficace, un simple bruit : celui d'un carreau d’arbalète qui partait directement en direction de sa cible qui finissait de parler, elle serait la seul qui rentrerait à la tour ! Alors qu'il se retournait son attention fixé sur le bruit, elle tacla tentant de le plonger dans le tumulte de l'eau ! Mais jamais elle ne l'atteint, tous se passa très vite et après le contact dur de la terre, se fut le claquement de l'eau qui la prit. Le choc la priva de l'air de ses poumons, et l'eau l’entraîna vers le fond, tous son être était en panique ! L'adrénaline de la survie la chassa de sa soif de sang, son instinct de survie prenant le dessus, et Aktane se jeta vers l'autre bord, maintenant plus proche ! En tout cas c'était ce qu'elle aurait fait si elle avait pu, le courant de l'eau fut trop fort et le poids du cuir mouillé l’empêcha d'accomplir son dessein. L'air venait à manquer, la terreur dans ses yeux grandit : elle allait mourir ici... Mais soudainement un objet solide la heurta, et avec l'énergie du désespoir la démone le saisit : le pont de bois qu'elle avait détruit ! Elle s'y hissa, sa seule chance de survie : et soudainement en une gorgée l'air retourna dans ses poumons : promesse de vie... La démone finit par remonter sur la terre ferme, et se retourna vers Engar. Un regard, un seul « Je te tuerait! », promesse qu'elle accomplirait au péril de sa vie.
Aktane
Aktane

Féminin
Messages : 35
Expérience : 145

Feuille de personnage
Niveau:
Le prix de la haine Left_bar_bleue7/50Le prix de la haine Empty_bar_bleue  (7/50)
Race:
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Le prix de la haine Empty Re: Le prix de la haine

Message  Engar Mar 27 Aoû 2013, 19:01

Elle n'essayait même de dissimuler sa véritable nature, laissant petit à petit apparaître chacun de ses atours démoniaque. C'était un véritable rejeton infernal, un corps sculptural, des ailes de chauves-souris, des cornes menaçantes, un regard meurtrier et une peau blafarde, il ne manquait que la queue de reptile, mais quelque chose me disait que ses vêtements devaient l'empêcher de se manifester. Quoi qu'il en soit chacun de ces éléments étaient d’ordinaire un avantage pour le combat. Néanmoins cela ne suffisait pas à combler la différence de niveau qu'il y avait entre nous, d'autant plus que je savais comment contrer les atouts de ces choses, sinon j'aurai fait un bien pathétique chasseur de démons ! Ainsi les cornes qui pouvaient m'empaler étaient de potentielles prises pour la mettre au sol. Ses ailes qui pouvaient lui permettre de s'envoler étaient également des points faibles qui céderaient facilement face à mes lames. Pour autant je n'avais pas exploité cet avantage, c'était déjà si facile...Et puis il fallait bien que je lui réserve quelques surprises lorsqu'elle se sera amélioré !

D’ailleurs en parlant de surprises... mes mots comme mes actes ne semblaient pas avoir suffit à la calmer, et à mes oreilles me parvint un claquement d'arbalète, rapidement suivit d'un maigre soupir de ma part qu'elle n'avait pas dû entendre. alors que je me redressais lentement, quittant l'onde de l'eau des yeux et regardant devant moi. Que croyait-elle ? Je savais bien maintenant qu’elle n’avait nul compagnon. Elle n'arborait pas des habits suffisamment amples pour pouvoir dissimuler une arbalète sans que cette dernière ait pu échapper à ma vue. Mais surtout je savais maintenant qu'elle pouvait créer des leurres visuelles, alors pourquoi serait-elle incapable de créer un faux son ? Après tout les deux choses appartenaient toutes deux aux domaines de la magie d'illusion ! Bref, en somme elle persistait vraisemblablement à me prendre pour un idiot. Dans le fond elle n'avait sans doute pas tort(, après tout j'étais bien tombé dans son premier piège, mais manque de chance pour elle j'étais un idiot qui apprenait rapidement.

Je devais néanmoins lui reconnaître le mérite d'être discrète. Aucun son, après celui de la lame enfoncée dans le sol qu'elle abandonnait, n'était venue perturber le bruit de l'arbalète, pas un seul son, pas même celui d'une course sur le sol, pas un claquement d'aile... Mais cela la trahit, tout aussi assurément que le sifflement du poignard d'un mauvais assassin. Je ne voyais qu'un seul mouvement garantissant un tel silence,. Un bond, aussi rapide qu'une charge, cette manœuvre était efficace quand on prenait son adversaire au dépourvu et qu'on espérait le tuer d'un coup net et précis ou encore le mettre au sol. Seulement il avait aussi une grande faiblesse, qui était celle qu'une fois l'assaut entamée il était très difficile de l'interrompre ou de changer sa direction, même si ses ailes pouvaient l'aider en cela... Et malheureusement pour elle, elle ne m’avait aucunement surprise. Enfin si on exceptait le fait qu'elle m'assaille sans son arme. Sans doute visait elle à me bousculer, or il s'avérait que j'étais sans doute assez stable pour encaisser un choc contre une personne aussi légère.

Néanmoins je n'allais pas me contenter de cela et de l'ignorer, il fallait que cette démone têtue retienne pour de bon la leçon. Ainsi je ne demeurais pas immobile, mais pivotais au dernier instant sur la gauche, exécutant un demi-tour sur moi-même et alors qu'elle se réceptionnait sur le sol je lui donnais une simple tape négligente sur le dos, juste suffisamment forte pour que, avec la surprise et en dépit de ses ailes, elle tombe à l'eau. Alors comme si de rien n'était je repris ma contemplation, le regard perdu dans le cours d'eau, mais cette fois ci avec un réel objectif... M'assurer qu'au moins la démone allait être à même de s'en tirer, bien que sa morphologie et sa tenue n'allaient nullement l'aider, le cuir comme les ailes allant l'attirer vers le fond. En dépit de ce fait je vis rapidement une main fendre la rivière et parvenir à s'agripper à une des planches de bois comme moi je l'avais fais, il ne lui restait plus qu'à sortir par elle-même, mais le courant étant assez calme en surface. Peut-être allait-elle pouvoir faire quelque chose d'elle-même, et au fond de moi je serai curieux de voir le résultat final, bien qu'il était probable qu'elle me le montre d'elle-même le jour venu !

Ce dernier semblait néanmoins lointain et, au vu de son ultime action, il était évident qu'il allait falloir que je laisse un peu de temps s'écouler avant de lui donner une autre leçon, le temps déjà qu'elle réfléchisse à celle là ! Malgré cela je lui adressais à nouveau la parole, laissant néanmoins de côté le ton grave et accusateur et lui destinant même un sourire un peu taquin, tout en désignant ma monture.

"...Bon il va te falloir un peu de temps pour t'extirper de la rivière, mais tu devrais en être capable... Je te laisse ma monture pour rentrer au donjon, car si tu m'as fait tomber dans ton mensonge, c'est que ce dernier était des plus vraisemblables. Il n'est pas impossible que de aventuriers s'en prennent à des monstres en ces lieux et vu que moi-même ai été un chasseur de monstre je ne donne pas cher de ta peau. Néanmoins ils ne sont pas équipés pour traquer un cavalier, de fait tu devrais pouvoir atteindre indemne les portes du donjon. Enfin si tu sais bien sûr chevaucher... Et pas la peine de blâmer la monture ! Elle est habituée à l'odeur des créatures et même à celle du souffre."

Lui décochant un sourire sarcastique à l'évocation de ses origines démoniaque ,je me détournais de la rivière afin, de m'approcher de son katana, l'arrachant du sol avant de le glisser à ma ceinture, parlant ensuite d'une voix plus forte.

"Ah ... Et j'emporte ton arme, tu n'auras qu'à la demander au garde à l'entrée du donjon."

Je m’enfonçais ensuite dans les bois avoisinants. Pour ma part je n’avais pas trop à craindre l'ire d'éventuels aventuriers, puisqu'on me prenait aisément pour un d'entre eux, et même si j’avais maille à partir avec certains d'entre eux...Eh bien il était évident que j'avais plus de chance de survie que ma dernière opposante !

Et pour être honnête ça me donnerait au moins l'occasion de vraiment m'amuser !
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
Le prix de la haine Left_bar_bleue32/40Le prix de la haine Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Le prix de la haine Empty Re: Le prix de la haine

Message  Aktane Jeu 05 Sep 2013, 17:59

Tout son corps accusait le froid glacial qui commençait maintenant à se répandre, le choc violant avec l'eau l'avait suffisamment réveillé de sa fureur. La douche froide lui avait aussi permit de mesurer le gap entre les deux adversaires. C'était dur à admettre mais en ce moment même la démone n'était même pas capable de le blesser, alors mettre fin à sa vengeance serrait une action presque impossible, du moins pour le moment. Ce simple constat lui suffit à la faire trembler de frustration, il était si proche ! Si fragile ! Ce n'était qu'un humain ! Elle en avait massacrer beaucoup, étancher sa soif de sang : alors pourquoi celui ci refusait donc de mourir ! La démone en feulait presque, une simple tape l'avait envoyé valser ailleurs. L'eau l’alourdissait, il allait falloir un long moment avant qu'elle puisse à nouveau bouger à son aisance, ne pouvant pas retirer sa combinaison en cuir, n'ayant pas grand chose en dessous. L'humain posté sur l'autre rive la regardait avec arrogance un sourire satisfait au visage.

"...Bon il va te falloir un peu de temps pour t'extirper de la rivière, mais tu devrais en être capable... Je te laisse ma monture pour rentrer au donjon, car si tu m'as fait tomber dans ton mensonge, c'est que ce dernier était des plus vraisemblables. Il n'est pas impossible que de aventuriers s'en prennent à des monstres en ces lieux et vu que moi-même ai été un chasseur de monstre je ne donne pas cher de ta peau. Néanmoins ils ne sont pas équipés pour traquer un cavalier, de fait tu devrais pouvoir atteindre indemne les portes du donjon. Enfin si tu sais bien sûr chevaucher... Et pas la peine de blâmer la monture ! Elle est habituée à l'odeur des créatures et même à celle du souffre." 

Celui ci déblatérait encore une fois son discours qu'il pensait si intelligent et si juste, mais qui sonnait si faux aux oreilles de la démone. Ce n'était que du vent, comme si celui ci allait s'inquiéter de sa santé alors qu'elle avait failli à le tuer. Ce n'avait aucun sens, et ce n'était qu'un masque hypocrite de plus rajouter sur sa face. Mais Aktane voyait bien ce qu'il pensait réellement, et cela la dégoûtait : les humains étaient tellement faux dans leurs approches … Menteur ! Elle resta sous le silence de sa défaite, quand celui ci emporta son arme, sa seule amie, qui avait changé de tête depuis le passage d'un autre démon. Elle avait faillit, il avait tous les droit sur sa lame, du moins pour cet instant, elle le tuerais que ce soit avec celle ci ou une autre.

Elle le regarda partir, son ombre se faufilant à travers les ombres disparaissant de sa vue. Et seulement à se moment la elle sortit de la glaciale eau où sans s'y rendre compte elle était resté dans la contemplation de sa cible. Cependant elle ne partit pas de suite, non, elle resta contemplative... Réfléchissant aux raisons de sa défaite, elle était faible. Si faible que cela en devenait pathétique. Elle devait s'armer et devenir assez forte pour briser en deux cet méprisable humain.
Aktane
Aktane

Féminin
Messages : 35
Expérience : 145

Feuille de personnage
Niveau:
Le prix de la haine Left_bar_bleue7/50Le prix de la haine Empty_bar_bleue  (7/50)
Race:
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Le prix de la haine Empty Re: Le prix de la haine

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum