My Life as a Dungeon Keeper
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-61%
Le deal à ne pas rater :
SEB Yaourtière multifonction : yaourtière, fromagère, desserts ...
39.49 € 99.99 €
Voir le deal

L'art de cotoyer la mort

Aller en bas

L'art de cotoyer la mort Empty L'art de cotoyer la mort

Message  Engar Dim 15 Sep 2013, 19:36

Bon sang...Comment avait pu faire un sage ayant étudié des années dans la section de démonologie d'une des plus grandes académies de magie du monde, qui y avait professé pendant le double d'années avant d’écrire cet ouvrage avait pu y commettre une telle erreur ? Sérieusement, je pouvais comprendre que le manque d'expérience pratique puisse amener à des méconnaissances, mais écrire tout un ouvrage de formules d'invocation avec des explications de comment se protéger du démon invoqué en fonction de ce dernier mélangées entre eux, c'était impardonnable ! Enfin au moins n'y avait il pas encore eu d’incident conséquent à cause de cette ouvrage, et il n'y en aurait, espérons le, jamais dans le donjon, car j'avais passé la journée à corriger ce fichu ouvrage de long en large et en travers ! Cela m’avait par ailleurs quelque peu tendus. D’ordinaire j’appréciais corriger ces ouvrages, car cela me permettait en même de me remettre en mémoire des connaissances qui avaient sombré dans mon inconscience, mais là... Ça avait juste été pénible !

Enfin cela ne servait à rien de ruminer ma hargne, et je cherchais surtout à chasser cette dernière, errant dans le donjon en laissant vagabonder mes pensées. J'aurai pu rentrer tout de suite chez moi, mais je n'avais pas envie de rester inactif durant des heures en attendant le retour de Kumie et je ne souhaitais pas déranger cette dernière dans son travail. J'aurai également pu m'entraîner, seulement il y avait trop de monde à la salle d'arme à cette heure et je préférais éviter de causer des incidents. Pour la même raison je passais par les lieux les moins fréquentés durant ma promenade, et ainsi mes pas me menèrent jusqu'au cimetière.

Pourquoi ce lieu ? Premièrement parce que même malgré son ambiance amère, le fait qu'elle soit une des zones ouvertes du donjon et qu’elle côtoie la forêt maudite lui donnait un certains charmes. Ensuite de par le sortilège d'Oni Ni Kanabo assez peu de monstres avaient des raisons de se rendre ici, la majorité des tombes contenant les corps d'aventuriers qu'on avait enterré, du moins depuis l'assaut des zombies, à la suite duquel tout avait été restauré depuis le temps. Enfin il y avait une dernière raison... Parmi les corps enterrés il y avait ceux de la famille de Félina et cela faisait si longtemps que je ne l’avais pas vu. Ainsi, alors que le crépuscule commençait, je franchissais le portail délimitant l'entrée du cimetière, alors que me revenait à l'esprit l'affrontement qu'il y avait eu en ces lieux, les zombies, le retour de Ferliost... Kumie et le démon... Une légère grimace me vint alors, mais je la chassais de mon esprit. C'était le passé et elle m'avait pardonné. Mes songes allèrent ainsi en s'apaisant alors que je m'approchais d'une rangée de six tombes, accastillant les corps de toute la famille de ma "soeur". A mon grand dam cette dernière n'était pas là. Je commençais à penser qu'elle avait quitté le donjon. Pourtant... Elle m'avait promis d'être avec moi et m'avait pardonné. Elle avait dû avoir une autre raison, tout du moins je l'espérais parce que... Je n'avais pas envie de savoir ce que c'était qu'avoir des remords.

Je n’avais pas eu besoin de fonctionner profondément dans le cimetière, les membres de la famille de Felina faisant partie des morts les plus récents leurs tombes se trouvaient près de l'entrée... C'était la première fois que je me rendais en ce lieu, sans trop savoir pourquoi, et à vrai dire cela ne me faisait ni chaud ni froid. Ils étaient morts, à quoi bon les pleurer maintenant ? J'avais fait ce que j'avais pu, et même si j’avais échoué je n'étais pas le plus à blâmer. Pourtant, bien que fort de ces convictions, je mis un genou à terre en signe de respect et marmonnait une petite prière nordique pour leurs âmes. Je ne savais pas si cela fonctionnait réellement, mais cela me coûtait rien et si'l y avait la moindre pour que ce soit efficace... Eh bien au vu des derniers jours de leurs vies ils en avaient bien besoin pour espérer trouver la paix ! Cependant alors que j'achevais mes dires j'entendis une voix de femme s'élever. Une personne qui était là avant moi vraisemblablement, sinon je l'aurai entendu venir, et qui ne se manifestait que maintenant.

S'il s’était s'agit de pleurs ou de lamentations je me serai contenté de tourner les talons, mais bien que je ne comprenais pas la psalmodie que j'entendais,j'en reconnaissais les accords, il s'agissait du'ne formule incantatoire de nécromant. Ce n'était guère surprenant en ces lieux... Mais au vu de l’incident des zombies cela m'étonnait qu'on laisse encore des réanimateurs de cadavre pénétrer dans l'enceinte du cimetière. Un manquement qui me paraissait bien imprudent, mais bon, je n'allais pan on plus contester chacun des choix du triumvirat ! Pour autant je m'avouais interloquer par ce que j’entendais, provenant d'une zone un peu plus lointaine du cimetière, dont je m'approchais à pas rapides, me mouvant rapidement et discrètement jusqu’à apercevoir la silhouette de l'incantatrice. M'approchant d'elle par derrière, je ne pu rien voir de son apparence, ni même de sa race; En effet elle portait une ample robe à la capuchon qui, depuis mon emplacement, la dissimulait intégralement. Néanmoins je pouvais juger qu'à sa stature il s'agissait d'une race humanoïde. Mon regard sep osa ensuite sur le cadavre où elle officiait, les signes cabalistiques étaient récents et le corps ne semblait pas trop décomposé, un parfait sujet pour des expériences nécromantiques.

En soit ces dernières n'avaient rien d'illégales à l'intérieur du donjon, mais, en particulier avec des précédents comme ceux qu'on avait eu ici, il n’était pas souvent rare que quelque chose d'anodin deviennent rapidement une exaction de la pire espèce. Ainsi  les mains croisées, mais prêtes à dégainer mes lames. Pourtant j'attendis qu'elle ait fini son chant lancinant pour prendre la parole, car même si ses paroles réanimait le cadavre il était probable qu'en les interrompant je provoque une réaction encore pire, allant de la simple perte de contrôle du mort vivant à un véritable maelstrom magique... Ma voix n'en était pas moins grave et sévère.

"Puis je savoir ce que vous êtes en train de faire ? Je ne suis pas sûr que la famille de ce défunt apprécierait ce que vous êtes en train d’exécuter..."

Il me paraissait peu probable qu'elle apprécie le fait que je l'aborde ainsi, sans même me présenter, mais ma curiosité et mes remarques me paraissaient légitimes...Et puis j'étais assez peu du genre à mes soucier de ce qu’appréciaient les autres, à moins qu'ils ne me soient proches.
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
L'art de cotoyer la mort Left_bar_bleue32/40L'art de cotoyer la mort Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

L'art de cotoyer la mort Empty Re: L'art de cotoyer la mort

Message  Invité Ven 27 Sep 2013, 10:01

Madeleine ne craignait pas spécialement qu'on la critique ou qu'on la déteste pour être devenue une magicienne et une nécromancienne de talent. En toute vérité, elle savait exactement quoi faire avec les morts et son respect était absolument religieux envers eux. Ayant préparé sa table avec minutie, les bougies éclairant les deux personnages, elle commençait de longues imprécations dans une langues totalement incompréhensible pour le non initié. Peignant des symboles ésotériques sur le corps mort à l'aide d'une patte de poulet tranchée récemment. Elle continua ses incantations sous formes de murmures inquiétants, tournant toujours le dos à l'humain. Le cadavre semblait frais, et visiblement c'était un beast au physique jeune mais dont la poitrine possédait de larges entailles. Un mort au combat certainement. Au fur et à mesure des imprécations, elle prit une dague posée à côté d'elle et invoqua silencieusement l'âme du défunt. Inclinant la lame vers le bas, Madeleine aux visage fatigué et blasé enfonça la lame dans le sternum du mort qui soudain fut prit d'un sursaut.

"Reviens parmi nous Sigmar..."

Le beast s'agita brièvement avant de se redresser comme s'il sortait d'un mauvais rêve, le regard vague et incapable de se focaliser. Ca prendrait un peu de temps, mais il reviendrait à lui. La nécromancienne avait fait son devoir et commença à rassembler ses outils pour les différentes invocations.

"Puis je savoir ce que vous êtes en train de faire ? Je ne suis pas sûr que la famille de ce défunt apprécierait ce que vous êtes en train d’exécuter..."

Madeleine s'arrêta un peu, s'immobilisant... Avant de se retourner pour regarder l'humain venu l'interpeller. Si pendant tout le rituel il l'avait vu de dos, maintenant qu'il la voyait de face c'est sa nudité qui allait le choquer. Pas une seule couche de vêtement hormis sa longue cape. Un bracelet à chaque poignets et chevilles était son seul ornement et elle ne fit mine ni de gêne ni de peur... Non Madeleine était imperturbable, un poker face immuable voir blasé alors qu'elle lui répondit de sa voix monotone.

"C'est sa dernière volonté... Je ne fait pas de bêtes zombies, des marionnettes... Je ramène les morts à la vie et ils devront faire avec leur corps meurtri par les conflits le reste de leur vie. Ils ne se lient à aucun contrat avec moi... La famille ou lui-même me paie de son vivant, et à sa mort j'exécute sa commande."

Son regard vide et vague se posa sur Engar avec intensité, passant de ses pieds et à son visage plusieurs fois avant de reprendre ses paroles.

"Vous aussi, vous voulez passer commande ?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'art de cotoyer la mort Empty Re: L'art de cotoyer la mort

Message  Engar Sam 28 Sep 2013, 21:43

A la fin du rituel le corps réagit curieusement à mes yeux. Certes il se redressa et afficha une expression vide qui pouvait laisser à penser qu'il obéirait docilement à celle qu'i l’avait animée, mais étrangement il ne paraissait pas comme ses morts ramenés brusquement, comme j’avais pu tant en voir, qui en absence d'ordre errait de ci de là, se montrant parfois agressif. Non il ressemblait plus à quelqu'un qui venait de s'éveiller après un long coma et qui cherchait ses repères... Et puis il y avait aussi d'autres détails. Le rituel avait durer bien longtemps pour simplement réveiller un mort et l’asservir et de fait ça me laissait deux hypothèses. Ayant déjà vu des nécromants éveiller plus de quinze morts vivants en un simple mot de pouvoir, soit celle qui me tournait encore le dos était une pratiquante des arts nécromantiques des plus médiocre, soit il y avait autre chose derrière cela, auquel cas j'escomptais bien apprendre quoi grâce à la réponse à venir de mon interlocutrice.

Ainsi mon regard la toisai sévèrement, alors qu'elle me tournait encore le dos. Les bras croisés j’étais néanmoins prêt à réagir au cas où sa réaction face à mon interruption était un coup de poignard ou un sortilège meurtrier. J’étais ainsi aussi ouvert pour le dialogue que pour le combat, mais je n'étais à vrai dire guère préparé à ce que je vis. Bien sûr ce que j'aperçus en premier lieu fut son visage, ayant prit depuis longtemps l'habitude de fixer dans un premier temps le visage de mes interlocuteurs, pas tant par politesse, que parce que bien rares étaient ceux dont le regard ne trahissait pas les intentions...

Cependant en dépit de tout mes efforts, la première chose qui me vint à l'esprit, fut une gêne intense, ainsi que la sensation chaude et un peu désagréable, du sang qui coulait le long de mon nez  suite à cette pudeur qui empourprait mon visage... Et ainsi alors que mon interlocutrice commençait ses explications je détournais brusquement le regard, la main posée sur mon menton, l'air pensif, alors qu'il s'agissait juste de dissimuler le léger filet de sang qui ruisselait de mon nez.

Bon sang... J’avais beau ne plus être puceau, avoir combattu des dizaines de succubes, et désormais dormir fréquemment aux côtés du'ne femme nue je ne pouvais toujours pas supporter la brusque vision d’une d’entre elle  dévêtue, si ce n’était dans une situation de combat, tout ça à cause d'une pudeur excessive...Et après certains s'étonnaient qu'avec ma réputation je n'ai jamais violé qui que ce soit ! Enfin maintenant il s'agissait surtout de me calmer rapidement, tandis que ses propos me parvenaient, comme étouffés.

Bon premièrement sa nudité n'était pas la seule chose que j'avais remarqué. J’avais aussi aperçue que sa peau était pale, voire bleutées, ce qui laissait à penser qu'il s'agissait en soit du'ne mort vivante... Bon en soit ce détail ne me surprenait pas vraiment, la plupart des magiciens non-morts savaient réanimer les corps, sans doute parce qu'ils avaient sans doute une bonne expérience de la mort, et par conséquent il s'agissait très probablement du'ne liche, bien que d'autres sortes de morts vivants pouvaient maîtriser la magie, comme les banshees par exemple, mais elle n'en était nullement une, car la voir suffisait à savoir qu'elle était bien matérielle, ça je pouvais l'affirmer. Enfin toujours est il qu'aussi animé qu'elle soit , elle n'était ni plus ni moins qu'un cadavre, je n’avais aucune raison d'être gêné, enfin certes c'était un corps très bien conservé, et avec certains atouts  mais... Non je ne devais pas penser à cela !

Fermer les yeux, respirer calmement, penser à autre chose... Des cadavres... Rah mais non c’était une revenante ! L'alcool alors.... Mais pourquoi est ce que la silhouette de Meredith me vient à l'esprit ? Bon, respirer calmement, faire le vide, après tout je pouvais très bien faire une conversation les yeux fermés en effet ?  Mais il était vrai que ce n'était pas très prudent, car si mon interlocutrice désirait me poignarder elle n'aurait aucune peine à m'atteindre, enfin non seulement cela ne lui servirait à rien, mais je ne pouvais rien prévoir... D’autant plus que je me rendais compte du'ne chose alors que maintenant j'écoutais avec attention sa voix. Elle n'y transparaissait guère d'émotion, n'ayant rien à envier aux plus froids meurtrier dont j’avais pu croiser la route. Après cela était aussi normal pour une revenante, car si certains d'entre eux tentaient de vivre comme de par leur vivant, d'autres avaient perdu nombre d'illusions, ou bien accordaient peu d'importance à cette vie après la mort.

Quoi qu'il en soit, je parvins à comprendre les raisons de ce rituel et, bien que rien ne me prouvait qu'elle mentait, d'autant plus de par l'absence d'intonation dans sa voix, cela ne m'étonnais pas vraiment. En fait plus grand chose ne pouvait désormais me surprendre chez les habitants du donjon... Enfin si la tendance pour la nudité de certains, et surtout certaines, mais ça c’était un autre sujet. Qui plus est, dans le fond, je pouvais comprendre. il devait déjà être dur pour un être immortel de voir un être cher périr, mais cela doit être d’autant plus difficile à assumer lorsqu'on est habitué à vivre entre des murs ou la "vraie"  mort n'est présente que par la vieillesse ou la présence de morts-vivants. A mes yeux c'était bien trop s'accrocher, mais je ne pouvais pas blâmer.

Par contre, une brusque irritation me parcourut lorsqu'elle parla de faire de moi un de ses clients, et alors je me retournai brusquement vers elle.  je relâchais alors mon menton, laissant apercevoir le sang qui avait coulé, légèrement barbouillé par ma main, et mon regard se posa à nouveau sur le sien, ne fixant que ce dernier cette fois ci... Une brève hésitation me parcourut alors en voyant que la neutralité de sa voix se retrouvait dans ce regard sans expression. Si ce n'était ses propos j'en croirais presque qu'elle n’avait nulle libre arbitre... Mais après ce faible tressaillement, je pris la parole d'une voix agacé, fouettant l'air du'n geste irrité de la main.

"Non, pas vraiment. Quand je suis arrivé au donjon en encore aujourd’hui, on m'a recommandé d'accepter de me transformer en monstre, et si j'ai refusé, ce n'est pas pour en devenir un après ma mort ! De toute manière, tout le monde finit par mourir pour de bon un jour."

... D'abord sévère, je finissais par lâcher un soupir, reniflant pour ravaler un peu du sang coulant de mon nez, avant d'essayer de l'essuyer quelque peu d'un revers de main. Il y avait au moins un bon côté à cet énervement, je n'étais plus trop gêné par la tenue minimaliste de mon interlocutrice, à laquelle je m'adressais à nouveau.

"...Pardonnez moi mes propos abruptes, mais vous comprendrez qu'il n'est pas facile d'être un humain ici. J'ai entendu plus que de raisons les autres me blâmer mes origines, mais je n'ai pas envie d'en changer, même au delà de la mort."

Je m'efforçais alors de lui adresser un léger sourire... En fait au vu de son attitude neutre je doutais qu'elle en ait quoi que ce soit faire, mais c'était bien un petit effort que je pouvais me permettre, d’autant plus que, après tout, sa proposition était des plus normales. Après tout je ne pouvais pas blâmer un marchand de fruit qui m'interpellais pour que j’achète ses produits.

"Permettez moi cependant de me présenter. Je me nomme Engar...Et vous êtes ?"
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
L'art de cotoyer la mort Left_bar_bleue32/40L'art de cotoyer la mort Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

L'art de cotoyer la mort Empty Re: L'art de cotoyer la mort

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum