My Life as a Dungeon Keeper
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -25%
Canapé d’angle réversible Boston ...
Voir le deal
299.99 €

[Fanfic] 3000 ans plus tard

Aller en bas

[Fanfic] 3000 ans plus tard Empty [Fanfic] 3000 ans plus tard

Message  Adélaïde Sam 27 Déc 2014, 17:05

Alors, petite fanfics en plusieurs partie. En fait, non, c'est juste que je ne pouvais pas attendre de l'avoir finie pour vous la mettre. Et qu'elle se découpe très bien.
Première partie maintenant, comme cadeau de Nowel. La deuxième partie arrivera peu après le début de la nouvelle année. La troisième... n'est pas encore écrite.
Donc, vous n'avez pas le droit de flooder, mais vous avez le droit de commenter (quoique pour le moment avec cette partie, et à cette période de l'année, je ne m'attends pas à grand chose)
Voilà. Enjoy !

_____________________________________________________

Il y avait bien longtemps que les humains n’avaient pas entendu parlé des monstres. Il y avait bien longtemps que la plupart d’entre eux n’y croyaient plus. Sauf quelques petits groupes qui faisaient des recherches archéologiques pour prouver au monde entier qu’ils avaient existé.

Ce jour-là, un petit groupe, Les Convaincus, se trouvaient aux alentours d’une forêt qui était connue dans les légendes comme étant une forêt maudite près de laquelle s’était tenue un donjon réputé. Des informations qu’ils avaient, c’était le Donjon Kanabo. Personne n’avait encore franchi cette forêt et en était ressorti sain d’esprit. Ceux qui arrivaient à décrire ce qui leur était arrivé parlaient d’une armée de fantôme, d’arbres vivants et de plantes carnivores. Évidemment, ce genre de discours ravissait les septiques. Des fantômes? Et puis quoi encore? Des statues qui bougeaient? Laissez les rire, cela n’existait pas.

Mais Les Convaincus étaient persuadés que leur volonté de trouver le donjon sans vouloir de mal à personne leur permettrait de passer. Tous ceux qui avaient essayé voulait les trésors que le Donjon renfermait, selon les légendes. Eux désiraient juste découvrir. Montrer au monde qu’ils avaient raison. Alors une expédition avait été montée. Ils avaient réussi à convaincre certains gouvernements de leur octroyé des fonds. Cette expédition avait d’utile que si les Convaincus avaient raison, on leur donnerait plus de fonds pour continuer, s’ils avaient tord ils seraient la risée de la planète entière et ne feraient plus jamais parler d’eux.

Ils étaient très équipés pour cette expédition. Chacun avait fait son testament, comme on ne pouvait pas savoir quels dangers il existait au sein de cette forêt. Ils avaient du matériel professionnel, voire militaire, pour faire des prélèvements, des vérifications et tout un tas de choses utiles à la science. Ils avaient une escorte armée, mais ils espéraient qu’ils n’utiliseraient pas leurs armes de manières exagérée — qu’ils ne tireraient pas sur tout ce qui bougerait, en somme. Ils avaient vraiment une volonté scientifique, pacifiste.

Au point du jour, ils se mirent en route. La longue colonne s’engouffra sous les frondaisons, la peur et l’excitation de la découverte leur lacérant les tripes. Ils avancèrent prudemment, pas assez vite pour les scientifiques, trop vite pour les militaires, mais ils avançaient. Au début, les branches basses et les arbustes furent particulièrement gênant, mais au fur et à mesure, étonnamment, c’est comme s’ils s’écartaient à leur passage. Enfin, au passage de certain. La forêt semblait savoir. Comment, c’était une bonne question. Mais elle semblait se rendre compte des sentiments des personnes de cette expédition.

Ils avaient tous été triés sur le volet. Chacun avait eu droit à un test psychologique éprouvant pour connaître ses véritables intentions à vouloir faire partie de l’expédition. Les scientifiques avaient une théorie, qui voulait qu’il restât de la magie résiduelle dans la forêt et qu’elle devinait les désirs de ceux qui la parcouraient, et les empêchait d’atteindre leur but le cas échéant. Les militaires également avaient été triés sur le volet. On ne voulait pas de fous de la gâchette, on voulait des hommes et des femmes qui sachent ce que “protéger” voulaient dire, mais qui étaient aussi intéresser par les avancées scientifiques, pour comprendre que parfois les scientifiques avaient besoin de s’arrêter pour faire des prélèvements.

Donc cette expédition finement choisie commençait à trouver le chemin plus facile. Personne n’avait encore vu de monstre, de fantôme ou de plante carnivore. C’était à la fois encourageant et démotivant pour les scientifiques, mais ils voulaient à toute force atteindre le donjon avant de faire quoi que ce soit d’autre. Ils firent plusieurs haltes. Parfois pour vérifier telle ou telle plante, parfois juste pour se reposer et manger un peu. Le soir du premier jour, ils étaient encore dans la forêt.

Au matin du deuxième jour, ils se réveillèrent tous en bonne santé, et frais et dispo pour reprendre une journée de marche. De la même manière que la veille, ils marchèrent, s’arrêtèrent pour faire des prélèvements, marchèrent, s’arrêtèrent pour déjeuner, marchèrent encore, encore, encore. Les images satellites avaient montrer une immense étendue verte, ils savaient qu’ils leur vaudrait au moins 3 jours pour la traverser au rythme où ils allaient.

Au matin du troisième jour, alors qu’ils n’avaient eu aucun soucis les deux premiers jours, les scientifiques se rendirent compte qu’il leur manquait des choses. Des prélèvements, des carnets de note. Tous les sacs furent fouillés, les gardes en faction cette nuit interrogés. Personne ne pouvait dire ce qu’il s’était passé. Pourtant il fallait bien que quelqu’un les ai pris, non? Les alentours furent fouillés également, mais on ne trouva trace des objets manquant.

Sur l’insistance du chef d’expédition, ils reprirent leur route. Ils firent deux fois plus de prélèvements que les jours précédents, mais ils avancèrent tout de même. Ils n’eurent toutefois aucun problèmes à reporter de plus. La nuit était sur le point de tomber quand ils sortirent de la forêt. Ce qui était étrange, c’était que les instruments les plaçaient à quelques kilomètre de là où ils auraient dû sortir normalement. Mais ils virent non loin de là un mur. Ou plutôt, un rempart digne des plus imprenables château fort de l’ancien temps.

Ils s’arrêtèrent à cet endroit pour la nuit. Ils touchaient au but, ils le savaient. Ce mur n’était sur aucune image satellite. Et pourtant, vu sa taille, il aurait dû apparaître. Les scientifiques en conclurent une chose : ils avaient trouvé ce qu’ils cherchaient. Un Donjon.

Les scientifiques avaient eu du mal à s’endormir, et les militaires avaient été plus vigilants que jamais cette nuit-là. Mais il n’y eu aucun incident. Les plus septiques des militaires commençaient doucement à ce dire que Les Convaincus avaient peut-être raison depuis le début. Les plus sensibles des scientifiques sentaient qu’il y avait quelque chose dans l’air qui n’était pas comme avant. Et les plus délurés s’imaginaient que les monstres n’avaient en fait pas du tout disparus et qu’ils ne faisaient que se cacher.

Quand ils démontèrent le camps au matin, ils avaient décidé de trouver une porte dans les remparts. Ils savaient que ça pouvait prendre plusieurs jours, notamment parce que les légendes disaient ce donjon particulièrement immense. Mais également, les scientifiques pensaient qu’ils pourraient ne pas la trouver si la magie du donjon était toujours active. Sauf qu’ils ne le dirent pas à voix haute aux militaires.
Adélaïde
Adélaïde

Féminin
Messages : 220
Expérience : 257
Métier : Péripatéticienne

Feuille de personnage
Niveau:
[Fanfic] 3000 ans plus tard Left_bar_bleue18/40[Fanfic] 3000 ans plus tard Empty_bar_bleue  (18/40)
Race: Ange
Capacités:

http://zephis-lexaelle.livejournal.com

Revenir en haut Aller en bas

[Fanfic] 3000 ans plus tard Empty Re: [Fanfic] 3000 ans plus tard

Message  Adélaïde Mer 07 Jan 2015, 18:11

Voilà la deuxième partie, un tout petit peu plus palpitante que la première.
Bon, la troisième n'est toujours pas écrite, je ne sais toujours pas où ça va me mener, mais c'est pas grave, c'est fun quand même.

__________________________________________

Ils ne marchèrent que jusqu’à la mi-journée avant d’apercevoir une immense porte. Qui était grande ouverte. Avec une toute petite personne qui se tenait au milieu du passage. Les militaires approchèrent, fusil prêts à être utilisé. Puis un des scientifiques passa devant les militaires.

— Baissez vos armes.

— Pourquoi ?

— Si elle avait voulu nous tuer elle l’aurait déjà fait.

Les militaires baissèrent leurs armes, mais les gardèrent tout de même prêtes à l’emploi. La jeune femme qui se tenait à la place des portes sourit doucement. Comment une personne comme elle pouvait faire du mal à qui que ce soit ? Elle avait tellement l’air inoffensive. Mais le scientifique qui les avait interrompu semblait la connaître.

— Bonjour Madame. Pardon d’être entrer sur les terres de votre donjon. Nous avons simplement une vocation scientifique et historique, nous ne voulons pas reprendre la guerre.

— Cela change des derniers millénaires, dit la jeune femme.

Sa voix était adulte malgré sa taille, et son regard trahissait cet âge qu’elle ne paraissait pas avoir.

— Quoiqu’il en soit, vos armes ne pourront fonctionner dans l’enceinte du Donjon. Vous les avez trop faite évoluer pour qu’elles nous soient désormais nuisible. En revanche, je vous prierai de bien vouloir laisser vos couteaux ici.

Elle désigna le sol avec légèreté. Et sourit avec ses dents. Ses canines étaient particulièrement pointues. Cela en fit frissonner plus d’un. Le chef des militaires, à contre coeur, fut le premier à enlever les différents couteau qui parachevaient sa tenue de combat. Ses subordonnés le suivirent, lentement. La — apparemment jeune — femme les regarda faire. Elle semblait savoir ce qu’ils avaient sur eux comme si c’était elle qui les avaient équipé. Elle rappela à l’ordre l’un des soldats qui avait voulu tricher. Gentiment.

Puis elle les invita à entrer dans l’enceinte du Donjon. Tout le monde sentait qu’elle y mettait une majuscule, que ce donjon c’était sa vie, son foyer.

— Nous n’avons pas eu de contact avec les humains depuis bien longtemps. Nous n’en accueillons plus, de ce fait. Aussi je vous demanderai de bien vouloir garder votre calme, tout votre calme, au cas où nous rencontrions des habitants qui n’en ai jamais vu.

— Alors nous sommes bien dans un repère de monstre, murmura le chef des militaires, qui commençait doucement à y croire.

— Tout à fait. Et je suis une vampire.

— Une vam… pardon ?

— Il s’agit de Elemina Alucard Vladimir Tepes. Je ne trompe pas ?

— Vous ne vous trompez pas. Comment pouvez-vous le savoir, il n’y a pas eu de contact depuis si longtemps ?

— Les légendes. Il y a eu des histoires sur ce donjon. Beaucoup d’histoires qui sont passé dans les légendes. Dans l’un des livres que j’ai un jour consulté à propos de ce donjon, il y a une image de vous. Très fidèle. Et j’ai une bonne mémoire.

— Je vous félicite. Comme vous ne le savez peut-être pas, je ne suis pas l’une des dirigeants de ce Donjon, bien que j’en sois l’une des plus puissantes créatures. Je vous amène justement à eux. Ils sont en ce moment en train de vous attendre dans la salle des trônes.

— Les trois dirigeants seront là ? Pour nous ?

— Pour vous. Parce que vous nous intriguez. Mais ils vous expliqueront tout ça là-haut.

Ils traversèrent la cour à grand pas décidés. À droite et à gauche, ils aperçurent quelques créatures, principalement aquatiques, qui flânaient dans les points d’eau disséminé harmonieusement de chaque côté de l’allée centrale. Ils virent aussi une ou deux créatures anthropomorphes mais ils ne purent savoir ce qu’elles étaient.

Ils furent tous émerveillés de l’entrée du Donjon. Ils avaient déjà vu des ruines, mais là, ça dépassait tout ce qu’ils avaient pu imaginer. Les scientifiques et les militaires s’arrêtèrent pour contempler le haut plafond, les tentures et les tapisseries. Et la statue qui trônait au milieu de ce hall immense. Une statue d’humain. Un guerrier avec un certain nombre de cicatrices, tant que le visage que sur les mains, dans une armure de cuir souple. Il était en posture de combat. Les militaires reconnurent qu’il avait dû être un farouche combattant. Les scientifiques se demandèrent de quand datait cette statue.

La vampire s’approcha de la statue, qui était beaucoup plus grande qu’elle. Elle posa la main sur la pierre froide et baissa la tête un instant.

— Je vous présente Engar, dit-elle en relevant la tête. Ce fut l’un des plus braves humains que nous ayons accueillit chez nous. L’un de nos plus braves guerriers. Mais les humains étant ce qu’ils sont et le temps ayant son emprise ici aussi, il a fini par nous quitté.

— Est-il mort au combat ? Demanda un militaire.

— … Il est mort après le plus difficile des combats.

Mina se tut. Le militaire qui avait posé la question ne demanda pas de précision. C’était plutôt clair. Un autre militaire prit la parole.

— Vous avez accueillit des humains. Pourquoi ? Je croyais que les donjons étaient réservés aux … montres et autres créatures non humaines.

— C’est vrai. Les donjons étaient réservés à ceux qui n’étaient pas humains quand les humains ont commencé à prendre beaucoup de place dans le monde. Pourtant, nous accueillions aussi des humains, rejetés par les leurs, ceux qui ne voulaient plus vivre avec leur race. Ou des humains qui se découvraient des capacités un peu spéciales.

— Et puis nous avons commencé à comprendre ces humains qui avaient des dons, des pouvoirs, et nous avons oublié qu’il existait d’autres créatures que nous sur cette planète, continua le chef des scientifiques.

— Nous avons suivit votre évolution de loin en loin. Quand je dis nous, je parle surtout de notre Triumvirat. Les autres donjons n’ont pas aussi bien résisté que le nôtre au passage du temps. Et comme des dirigeants d’anciens donjons sont venus s’ajouter à nos résidents, notre Donjon est plus fort que jamais. La structure est plus résistante si vous préférez. Oui, je vous ai vu froncé les sourcils.

Mina sourit doucement.

— Bien, pouvons-nous continuer ? La visite n’est pas prévue pour tout de suite.

Et même s’il n’était pas prévu qu’ils visitent, Mina leur indiqua tout de même ce qu’ils pouvaient trouvé à chaque palier, étant donné qu’ils se dirigeaient vers ce que les monstres du donjon appelait communément “La Salle du Boss”, au troisième étage. Elle sentit même quelques uns s’émoustiller de savoir qu’ils avaient un étage caché pour les activités extra-conjugales.

En passant au deuxième étage, par ailleurs, ils ne rencontrèrent pas tant de monstres qu’ils ne l’auraient cru, bien que ce soit l’étage des résidences. En vérité, ils n’en rencontrèrent pas un seul. Les militaires étaient soulagés, mais les scientifiques étaient évidemment très déçus.

Arrivés au troisième étage, la vampire s’arrêta devant une immense porte. Elle sourit largement, de sorte que les militaires eurent peur de ce qui pouvait se trouver derrière, se tourna vers la porte et la poussa doucement. Elle s’ouvrit comme si elle n’avait pas peser une bonne tonne, comme si elle n’avait pas fait 4 mètres de haut et été fabriquée en un alliage lourd et résistant.

— Messieurs, mesdames, bienvenus devant le Triumvirat.
Adélaïde
Adélaïde

Féminin
Messages : 220
Expérience : 257
Métier : Péripatéticienne

Feuille de personnage
Niveau:
[Fanfic] 3000 ans plus tard Left_bar_bleue18/40[Fanfic] 3000 ans plus tard Empty_bar_bleue  (18/40)
Race: Ange
Capacités:

http://zephis-lexaelle.livejournal.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum