My Life as a Dungeon Keeper
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
SITRAM – Batterie de cuisine 15 pièces – Inox
63 €
Voir le deal

Une information inattendue

2 participants

Aller en bas

Une information inattendue Empty Une information inattendue

Message  Crocs noirs Mar 03 Nov 2015, 18:03

Il y a bien des choses que Crocs-Noirs a appris à ses débuts de criminels, souvent à ses dépens, et parmi elles on pouvait compter la gestion du mystère dans le cadre d’activité illicite… Contrairement à ce qu’on peut penser il est possible, voir aisé, de conserver un secret, voir plusieurs, à condition d’avoir la prudence et les moyens pour cela. Néanmoins la sagesse populaire qui voulait qu’on était jamais mieux caché qu’en pleine lumière avait sa part de vérité. Bien sûr, il ne s’agissait pas de tout dévoiler, quand bien même le ruffian aurait peut être les moyens d’échapper au jugement de l’autorité. Seulement, à tout couvrir d’un voile d’ombre, cela finit par attirer les curieux, qui avec leur insistance finiront par découvrir quelques fragments de vérités… Et dès lors ce serait comme un fil dépassant d’un splendide tapis, il suffirait d’un peu de patience et de talent pour tirer dessus et défaire entièrement l’oeuvre, aussi parfaite puisse t-elle être. Il était donc important de garder quelques façades visibles, qui n’étaient à vrai dire que des façades, pour que la majorité de curieux en aient conscience et se rengorgent de savoir quelques secrets sur le ruffian, tandis que les plus persistants seraient ainsi aisément repéré et, si nécessaire, neutralisés, si les fausses pistes qu’ils rencontreraient ainsi ne suffisaient pas à les découragé.

Il allait d’ailleurs de soit que les façades visibles des activités de Crocs noirs étaient constitués des plus avouables d’entre elles, celles que la morale réprouvait d’ordinaire mais que l’ordre tolérait, et il en allait ainsi de la prostitution et des combats dans l’arène. En effet la structure de l’arène elle même existait bien avant l’arrivée de Crocs-Noirs au donjon, et les combats y étaient admis tant que les combattants étaient consentants et les morts lors des combats non définitives, exception faite d’éventuels bêtes sauvages ou, éventuellement, de prisonniers. Ces règles n’avaient pas changées depuis l’arrivée du ruffian, et de fait le lieu lui même et l’activité qui y avait court demeuraient parfaitement légal, on pouvait même penser à première vue qu’il n’avait qu’une autorité relative sur l’arène. Après tout il y avait des combattants renommés, et des fournisseurs de gladiateurs et de bestiaux influents qui prospéraient grâce à cette arène, et le ruffian lui même était occupé par d’autres affaires… Mais il se plaisait à détromper ceux pensant cela, apparaissant de temps à autre pour assister un combat, depuis une tribune surélevé à laquelle seuls lui et ses invités avaient accès, rappelant à tous sa position… Une position en vérité confirmé dans les faits, car même s’il ne s’occupait pas de l’arène lui même, la chose étant fait par un certain Meros, ce dernier était un de ses hommes et c’était lui qui organisait les évènements particuliers de l’arène, telles des batailles exceptionnelles, et c’était sous son autorité que se faisaient les paris… Et il était aisé de savoir à qui appartenait l’excédent des sommes versés par les parieurs perdants, une fois qu’étaient déduits les gains des plus chanceux et le paiement des combattants ou de leurs représentants. Une affaire d’autant plus lucrative que le ruffian avait eu l’idée de proposer des paris plus complexe que simplement la victoire ou la défaite, tel que la durée du combat ou les blessures infligées, avec moins de chance de survenir, mais des gains plus importants...Aussi bien pour lui que pour les rares gagnants.

Voici quel était son lien avec le lieu où il avait donné rendez vous à Meridia pour qu’elle lui fasse son rapport. Ce dernier survenait avec une certaine irrégularité, mais toujours avec un certain laps de temps, et les façons dont il était fixé varier, empêchant qu’une routine soit remarquée. Ainsi cette fois ci la coiffeuse avait reçu le rendez vous de ce qui semblait être un simple passant dans une rue, qui l’avait croisé en lui indiquant, une heure et un lieu dans l’arène, le tout avec une phrase banale fixée lors de sa précédente rencontre avec Crocs-Noirs pour s’assurer qu’il s’agissait bien d’un message de sa part. La rencontre devait avoir lieu dans une des salles de l’arène, dans un couloir doté de plusieurs portes derrière lesquelles reposaient principalement des armes.

Et celle de son rendez vous n’y faisait pas exception, elle put le constater dès qu’elle poussa la porte. Chaque salle avait sa catégorie d’arme, et celle ci semblait être dédiés aux armes d’entraves, tels les filets et chaînes de guerre. Tout aussi rapidement elle put constater la présence de Crocs noirs, qui semblait distraitement jouer avec les maillons d’une des armes, toujours avec cette nonchalance. Cela pouvait paraître paradoxal alors qu’il se qualifiait lui même d’homme occupé, mais c’était là une façon qu’il avait d’avoir un ascendant sur son interlocuteur… Mais il y avait aussi des détails que Meridia était privilégié de voir. Il en allait ainsi du regard du ruffian, qui bien que, par habitude, la scrutait pour l’examiner, s’attarder aussi tendrement par moment. C’était aussi le cas pour son sourire qui, d’habitude narquois ou confiant, était ici étrangement sincère, quand bien même il était sans doute à vrai dire la moins charismatique de ses mimiques.

Pour autant il ne s’oublia pas, et ainsi hormis ces quelques signes d’affection, il ne fit preuve de nulle familiarité alors que, sans plus tarder, il se tourna vers elle, lâchant la source de sa distraction et ouvrant les bras pour en venir à la raison première de la venue de son amante en ce lieu.

“Cela fait quelques jours depuis le dernier rapport… Tu as appris quelque chose d’intéressant ces derniers temps ?”

Bien sûr les raisons d leurs rencontres pouvaient paraître surprenante de la part d’un homme aussi puissant, qui n’aurait vraisemblablement aucune peine à garder un contact constant avec ses informateurs… Mais Crocs-Noirs avait des raisons d’agir comme cela, qu’il avait déjà expliqué à Meridia. Tout d’abord il y avait le risque d’interception, qu’il s’agisse d’un échange lettré ou par magie la chose pouvait être interceptée par quelques indésirable. Quant à le faire oralement, que ce soit auprès de lui ou d’un de ses sbires, cela risquait de finir par attirer l’attention sur elle, alors même qu’un de ses atouts était d’être encore relativement inconnu de la garde et des habitants du donjon. Mais il n’y avait pas qu’un soucis de sécurité, c’était aussi une question d’efficacité. A transmettre les informations aussitôt tôt qu’on les apprenait il y avait un large risque que ces dernières soient fausses, alors même qu’un peu de temps aurait suffit pour s’en assurer ! Qui plus est Crocs-Noirs avait déjà tout ce qu’il fallait pour connaître des rumeurs évidentes et pouvant présenter un quelconque intérêts, et de fait, ayant déjà la quantité il attendait la qualité de la part de Meridia. Et ainsi, comme toujours il lui prêtait une oreille attentive, prêt à entendre ce qu’elle avait à lui dire, quoi que ce soit...
Crocs noirs
Crocs noirs

Masculin
Messages : 119
Expérience : 1170

Feuille de personnage
Niveau:
Une information inattendue Left_bar_bleue25/40Une information inattendue Empty_bar_bleue  (25/40)
Race: Angel
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Une information inattendue Empty Re: Une information inattendue

Message  Meridia Inuendo Lun 09 Nov 2015, 12:02

Je me demandais parfois si j'avais une quelconque importance aux yeux de Crocs Noirs. Non ok j'étais son 'assistante'. C'était la façade que j'avais bien voulue laisser paraître à ceux qui s'étaient montré curieux à mon égard. J'avais laissé transparaître quelques informations comme quoi je lui devais quelques informations et qu'il me tenait par le bout du nez, non seulement afin de passer pour une victime, mais en plus cela me permettait de gagner la sympathie de mes clients qui déballaient encore plus leur sac pour le coup.

Et je devais avouer que je ne m'étais pas attendue à de tels résultats lorsque j'avais eu l'idée de ces fausses informations. J'avais toutefois appris que plus le mensonge était gros, plus il avait de chance de passer et lorsque je l'avouais au détour d'une conversation à un client, il compatissait immédiatement et enchaînait directement sur ses propres problèmes personnels que je notais soigneusement dans un coin de ma tête. J'avais une mémoire impressionnante et au vu de mon poste au coté de Crocs-Noirs, j'en faisais usage plus que de raison. Certains de ces crétins allaient même jusqu'à m'offrir de l'argent en secret en me disant que si ça pouvait me permettre de rembourser ma dette, alors il serait heureux de pouvoir aider. Un autre point utile puisque certains m'avaient vraiment offert beaucoup d'argents, me permettant de déterminer qu'ils étaient assez riche, et c'est tout naturellement qu'ils découvraient leurs demeures cambriolée le lendemain. Coïncidence. Allez, disons que je cambriolais les riches pour rembourser ma « dette ». Mon arrivée au donjon et le temps que j'y avais passé me faisait de plus en plus détester ce tas d'idiots, croyant à la moindre connerie qu'on pouvait leur raconter. Est-ce que l’instinct de survie était en option chez les créatures d'ici ? Tu m'étonnes que l'église nous massacrait à l'extérieur ! Je commençais à me demander si on ne leur racontait pas que l'église c'était les gentils, et qu'ils y croyaient au poins de se laisser détruire sans riposter. Une hypothèse douteuse certes, mais quand je voyais le niveau d'intelligence de certaines créatures…

Prenons par exemple les centaures. J'en avais quelques uns en tant que clients et je sais qu'un échantillon de quelques individus ne suffit pas à cataloguer une espèce, mais Dieu qu'ils étaient cons, cons à en crever. Il y avait une part de cheval en eux, et une part humaine ça je le comprenais bien. La seule chose que je me demandais c'était si le cerveau était humain…

Enfin pour l'instant je ne pensais pas vraiment à tout ça. J'étais en train de faire mes courses au marché du coin, souriant tristement aux marchands m'offrant un regard de sympathie. Encore des crétins croyant les stupidités que j'avais pu raconter, et c'est alors qu'on m'offrait quelques pommes (que j'avais à la base prévue de payer), qu'un passant s'approcha de moi, me faisait me mettre inconsciemment sur la défensive. Néanmoins, le message qu'il me délivra, qui était d'un banal pas possible et totalement non compréhensible pour les passants à proximités, me fit savoir que son altesse Crocs Noirs avait ENFIN daigné poser son attention sur moi. Quel honneur vraiment.

Comme d'habitude, il avait choisis un lieu public afin de ne pas attirer les soupçons… ou du moins pas trop de soupçons puisque, comme il aimait à le répéter, il était parfois impossible de cacher totalement une information. Néanmoins, les bobards que j'avais pu raconter sur ma relation avec Crocs Noir se faisaient dire à ceux qui étaient au courant du rendez-vous qu'il ne s'agissait que d'un autre rendez-vous pour me persécuter. Après, je n'étais pas sûr de qui allait persécuter qui pour le coup.

Il me donna rendez-vous à l'arène, ou plutôt dans les salles d'armes de l'arène, plus précisément là ou était stockée les armes d'entraves. Un choix intéressant… connaissant mes goûts. Je ne savais pas si c'était volontaire, mais il savait toujours comment me faire plaisir alors que je regardais autour de moi avec un petit sourire qui s'effaça rapidement. Non, je ne sourirais pas ok ? Trop longtemps, trop d'attente, ça allait chier sévère dès que je verrais…

Et je le voyais, en train de jouer nonchalamment avec les chaînes d'une arme, une autre petite chose intéressante sachant ce qu'il s'était passé la dernière fois que nous nous étions vu… intimement. Il me remarqua enfin, dans ma petite robe m'arrivant au genou, assez près du corps, de couleur noire. Je ne m'étais pas faites belle pour lui, en fait je n'avais juste pas changé de vêtements depuis que j'avais eu le rendez-vous, et c'était la dernière robe qu'il me restait. Il allait falloir que je fasse de la lessive prochainement. Enfin, quand j'aurais le temps, c'était à dire jamais…

Il daigna enfin lever le regard sur moi, et je remarquais les petits regards d'affection, trop peu à mon goût mais je m'en contenterais… pas. Je n'allais me contenter de rien aujourd'hui, et il allait le savoir.

“Cela fait quelques jours depuis le dernier rapport… Tu as appris quelque chose d’intéressant ces derniers temps ?”

Et je m'approchais de lui à grand pas, me tenant droit en face de lui, et levant la tête pour le regarder dans les yeux. Oui j'étais toute petite certes, mais il allait apprendre à ses dépens que ce n'était pas la taille qui comptait. Et il me connaissait maintenant, le regard que je lui lançais, ma position main sur les hanches… Ouais, j'allais gueuler.

"Mobius le centaure dois 4000 pièces d'or au barman de la fée argentée et a complètement changé d'identité et de visage grâce à la magie pour lui échapper. Son ancien nom est Mystir et le barman offre une prime de 2500 pièces d'or à qui le retrouvera. Il y a une renarde au poil bleu qui visiblement a un espèce de démon dans sa tête, et qui tout aussi visiblement veux garder le secret. Je crois que son surnom est demie ou quelque-chose du genre. Finalement, le gérant de la boutique d'arme du troll démembré m'as avoué qu'il ne savait pas lire le moins du monde et qu'il signait à peu près tout ce qu'on lui apportait du moment que ça avait l'air officiel."

J'avais dis tout cela très vite. Et il pouvait bien sentir que ce n'était pas DU TOUT le sujet qui m'intéressait. Je laissais planer une petite pause, regardant autour de moi. Comme d'habitude à ces rendez-vous, nous étions seuls et je savais que personne n'allait rentrer dans cette salle du moment que nous n'en étions pas sortis nous même, et je fis un effort pour garder mon calme.

"Sinon tu te fous de moi ? Trois semaines complète sans nouvelles ! Même pas une petite information, rien du tout. Et viens pas me dire que t'avais pas le temps ! Si t'as eu le temps d'aller dealer avec les elfes de la forêt noire personnellement, et c'est à perpet les oies d'ici, tu aurais eu le temps de venir dire ne serait-ce qu'un bonjour !"

Je ne lui laissais toutefois pas le temps d'en placer une alors que je reprenais tout juste mon souffle pour reprendre ma diatribe.

"Je ne demandais pas grand-chose hein ! Juste un signe, et viens pas me dire de pas hurler, de toute façon y a personne à 3 kilomètres à la ronde vu qu'on a rendez-vous ici. Personne n'écoute, personne ne nous entends… Et des fois je me demande si tu m'entends aussi."

Ma voix s'était calmée et avait repris un ton un peu plus normal alors que je croisais les bras et lui tournais finalement le dos. Je laissais planer un très long silence, pesant mes mots avant de réfléchir encore un peu plus, et de finalement reprendre la parole.

"Tu peux dire ce que tu veux Crocs Noirs, que nos relations sont strictement professionnelle comme tu aimes à le répéter pour te voiler la face, mais on ne couche pas avec ses collègues. On ne murmure pas les mots que tu me murmures à l'oreille quand nous sommes ensemble à des collègues."

Je me tournais finalement vers lui, les bras toujours croisés et le regardant à nouveau dans les yeux, mon expression plus triste encore.

"Je suis quoi pour toi Crocs Noirs ? Juste une de tes autres pute que tu baise dès que tu en as envie et que tu délaisse à la fin ? Ou est-ce que je suis plus que ça ? Est-ce que je vaux ne serait-ce quoi que ce soit à tes yeux ? Est-ce que tu pourrais être clair une bonne fois pour toute sur tes sentiments. Et là je ne veux pas la réponse du ruffian charismatique, je veux, non… j'exige la réponse de mon amant."

Et finalement je me tus, lui laissant finalement le temps de répondre.
Meridia Inuendo
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
Une information inattendue Left_bar_bleue10/40Une information inattendue Empty_bar_bleue  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Une information inattendue Empty Re: Une information inattendue

Message  Crocs noirs Lun 09 Nov 2015, 23:20

Bien sûr, l'attitude de Meridia n'échappa nullement au ruffian, qui dès l'instant où elle adopta sa posture sévère laissa disparaître son sourire et ses regards tendre, laissant place à un certain désappointement et, peut être, un mal aise, bien qu'il faisait tout pour le dissimuler. Il ne semblait pas aimer ce qu'il voyait, et paraissait se préparer au pire. C'était discret, trop infime pour être perçu par une personne ordinaire, mais c'était exactement cette crispation qu'il avait quand le danger était imminent, ou qu'il avait l'impression de perdre le contrôle de la situation, une chose à laquelle elle avait pu assister bien des fois durant leurs étreintes. Ce n'est pas pour autant cependant qu'il vacilla ou laisse transparaître la moindre faiblesse. Ainsi, il ne fuit pas son regard, le soutenant de son unique œil, et ce fut avec son attention coutumière qu'il écouta son rapport, tout en ayant parfaitement conscience qu'elle souhaitait rapidement passer à autre chose... Mais quelle que soit son irritation ce récit était une étape obligatoire et comme toujours le ruffian l'écouta avec attention, acquiesçant à chacune des informations, de façon séparées, avant de donner, comme d'habitude sa réponse à Meridia, apportant dans le même temps des précisions qu'elle ignorait.

"Pour Mobius, c'est nous qui nous sommes chargés de le faire disparaître, bien sûr il n'avait pas l'argent pour... Mais il va payer autrement, et crois moi, il est bien plus utile là où il est que ne le serons 2500 pièces d'or, quant au tenancier, il va retirer sa mise à prix en échange d'une réduction sur les prix de l'alcool. Quant à ce marchand d'arme, c'est une information intéressante, et qui pourra nous être profitable, à condition d'être assez fin, mon but n'est pas de les arnaquer une fois et de les mettre sur leurs gardes...  Enfin cette renarde dont tu parles s'appelle Demie-Coeur, une sainte nitouche jusque là insensible à la corruption, mais au vu de ce que tu viens de me dire la donne pourrait changer à ce sujet, et en tant qu'agent d'entretien du donjon elle pourrait nous être précieuse."

Lui même était à vrai dire passé assez rapidement sur ce retour quant au rapport de Meridia. D'ordinaire il le faisait pour qu'elle sache qu'elle avait bien travaillé, même si les informations ne l'intéressaient guère en soit, mais il se doutait qu'elle n'était pas là pour ça, et ainsi il attendit patiemment qu'elle en vienne au fait, les bras croisés, la chaîne emmêlée entre ses doigts... Ce qui ne tarda pas à advenir, avec violence et fracas, la voix de la féline raisonnant à ses oreilles. On aurait en effet alors pu craindre que quelqu'un puisse les entendre, mais Crocs-Noirs n'y fis rien, pas même lorsqu'elle fit elle même une remarque sur la chose, tout simplement parce qu'elle avait raison. Le lieu avait beau être relativement public il n'était pas pour autant question qu'un indiscret puisse les entendre et i lavait pris ses précautions pour que personne n'ait envie de se rendre en ce lieu, et ce pour des raisons parfaitement légitimes... D'ailleurs le ruffian ne réagit globalement pas face à ses reproches quant à son absence pour négocier avec ces "elfes de la forêt noir" cette appellation étant un vérité un surnom pour une des organisations criminelles à l'extérieur du donjon avec lesquels Crocs-Noirs négociait.

Mais cette impassibilité se rompit lorsqu'elle sembla mettre en doute son écoute. De nouveau un tressaillement parcouru le corps du ruffian, et il décroisa ses bras, la chaîne avec laquelle il jouait tintant doucement, seul bruit venant rompre le silence. Cependant, il semblait ne pas encore vouloir parler, il attendait, semblant savoir que ce n'était pas tout... Et en effet Meridia poursuivit ses propos, la colère ayant alors laissé place à l'amertume, qui elle même fut suivie de la tristesse, alors qu'elle parlait de la relation, de son intimité... Avant d'enfin l'interroger, de multiples questions. Il allait de soit qu'elle en espérait les réponses, d'autant plus que le ruffian était connu pour toujours en avoir une à chaque interrogation qui lui était posée. Cependant cette fois, elle ne fut pas cinglante et directe et nul sourire canaille ne se dessinait sur les lèvres du ruffian. Il n'avait aucune raison pour cela... Et ainsi, après un bref tintement de chaîne tombant au sol il s'avança vers Meridia, se rapprochant d'elle par revers, mais pour autant il ne fit nul geste particulier, pas de main venant glisser à l'épaule ou à la taille, il savait que cela serait mal venu. Pour une fois elle ne voulait pas des gestes, mais des mots... Et il les lui donna après un bref  soupir, une main sur la taille, l'autre le long du corps.

"Comment oses tu dire ça Meridia ? Je ne t'ai jamais caché effectivement que j'ai connu et connaîtrais d'autres femmes, mais pour autant aucune d'entre elle n'est qu'une "pute" à mes yeux, utilisable et jetables ! Pourtant je pourrai, cela me serait si simple en effet de me procurer les service d’une femme en fonction de mes fantasmes, mais tu le sais, il me faut plus que simplement... Ça. J'ai une sincère affection pour chacune d'entre elle, et je ne te permettrai pas de dire cela !"

Sa voix était empreinte d'une certaine colère, Meridia, avait visiblement atteint une corde sensible...En effet Crocs noirs ne lui avait pas caché son "infidélité", mais pour autant il avait toujours marqué un point d'honneur à les traiter comme davantage que de vulgaire maîtresse... Mais la colère s'effaça, alors que le ruffian vint doucement passer une main dans les cheveux de de la féline, venant doucement effleurer son oreille l'instant d'après, sa voix se faisant plus douce.

"Et c'est tout particulièrement vrai pour toi Meridia... Aurai je promu une "pute" au rang de lieutenant à mes côtés, en prenant le risque de son inexpérience et de m'attirer le courroux de mes hommes en rompant avec mes pratiques ordinaires ? Certes ce n'était pas un traitement de faveur, je l'ai fais parce que j'ai vu ton potentiel... Et de fais tu es bien plus que cela pour moi et tu vaux quelque chose."


Il n'insista cependant pas trop et retira sa main, se contentant alors de se détourner de Meridia, lui tournant à nouveau le dos, les mains jointes dans son dos, l'irritation revenant dans sa voix.

"Et c'est justement pour cela que je ne peux pas me permettre d'être trop près de toi si souvent... Et cela nous amène à un autre problème que je devais aborder, je suppose que cela tombe bien. Tu en veux trop Meridia... J'aurai bien envie de prendre tes vols pour exemple, mais alors que je pensais te transmettre l'ordre de freiner, tu l'as fais par toi, même ce qui était judicieux... Mais pour autant c'est le cas à mon égard. Tu as envie que je sois toujours là pour toi, que les mots que je te murmure le soient plus souvent, ou se manifestent pas plus de présence de ma part et, je ne vais pas te mentir, j'en ai envie moi aussi... Seulement, moi, je ne laisserai pas mon envie te mettre en danger. Les affaires que j'ai mené ces trois dernières semaines ont été telles que si je me laissais aller à te contacter cela aurait été nécessairement remarquée !"

Il continuait à lui tourner le dos en laissant nullement percevoir son visage, mais sa voix trahissait toujours sa colère, tout comme ses gestes assez  brusques.

"Pourtant j'ai été assez clair ! Je t'ai expliqué dès le début de notre relation, à quelle point elle serait sporadique et quels seraient les dangers si nous nous contentions d'assouvir nos envies sans la moindre précaution ! Je crois qu'à force de te sentir protégé par moi même tu n'as pas idées de ceux qui pourraient tirer avantage de notre liaison. En vérité ils ne s'en sont pas encore pris à toi car justement ils te considèrent comme une autre de mes maîtresses, une personne à laquelle il ne vaut mieux pas s'attaquer, mais qu'ils n'auraient en vérité aucun intérêt à menacer alors que..."

Il s'interrompit alors, prenant conscience qu'il en avait trop dit, un fait rarissime de sa part et qui le gêna d'autant plus... Mais il fit pourtant de son mieux pour garder sa contenance, se retournant vers son amante, avant de conclure, d'une voix plus douce.

"Voilà ma réponse... Celle de ton chef... Celle de ton amant. Les mots que je t'ai tant murmuré ne sont pas des mensonges séducteurs de ma part et mes sentiments me sont clairs... Mais pour ton bien ils ne doivent l'être pour personne, pas même pour toi."

Il lui aurait été à cet instant si aisé de simplement partir, maintenant qu'il avait donné ses réponses à Meridia... Mais lui même voulait savoir si elle serait assez raisonnable pour le comprendre, et si ce n'était pas le cas, il était prêt à encaisser sa colère, de quelques façons que ce soit.
Crocs noirs
Crocs noirs

Masculin
Messages : 119
Expérience : 1170

Feuille de personnage
Niveau:
Une information inattendue Left_bar_bleue25/40Une information inattendue Empty_bar_bleue  (25/40)
Race: Angel
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Une information inattendue Empty Re: Une information inattendue

Message  Meridia Inuendo Sam 14 Nov 2015, 15:23

J'eus droit à, comme je m'y attendais, des excuses. Beaucoup d'excuses et de détournement de sujet afin de ne pas répondre à la vraie question que je lui avais posée. Je voulais connaître ses sentiments à mon égard. Je le savais qu'il avait plus envie d'être près de moi, et je me demandais parfois s'il n'avait pas simplement envie de vivre une vie normale… Des fois, lorsque nous étions dans l'intimité, je me le demandais sincèrement, surtout lorsqu'il croyait que je ne pouvais voir son visage se perdre dans ses pensées alors qu'il croyait que je ne le voyais pas à cause de l'obscurité. Ce visage me disait souvent que cette vie l'épuisait, mais d'un autre coté je savais très bien qu'il adorait ce qu'il faisait.

Oui, la plupart des gens normaux pensaient que les criminels faisaient ce qu'ils faisaient car ils n'avaient pas d'autres choix, mais que leurs consciences les taraudaient en permanence. Et bien… ce n'était pas du tout le cas de Crocs-Noirs. Lui, il le faisait parce qu'il aimait ça.

Je l'écoutais me déblatérer que mes vols de nuit devenait dangereux, mais qu'il avait été judicieux de ma part de décider de faire une pause, résultant en cette vieille idée fatiguée que j'avais besoins de sa protection pour vivre. J'avais tellement envie de lui dire que j'étais une grande fille, et que je n'avais pas besoin de sa surveillance en permanence, ce que j'allais faire en fait, une fois qu'il aurait finit de me tourner le dos et de se comporter en chef, ce que je ne voulais pas qu'il fasse. Et il le fit enfin, non contente de ne pas avoir eu de réponses claires, je m'étais en plus faite sermonnée pour quelque-chose qui n'avait pas eu lieu d'être. Je soupirais très longuement, mon visage restant triste, mais probablement pas pour les raisons qu'il imaginait. Je ne manquais toutefois pas de le regarder droit dans les yeux alors que je parlais, d'une voix douce, et posée, un sourire un peu contrit se dessinant sur mon visage.

"Crocs noirs…."

Je marquais une longue pause ici, cherchant mes mots, comment les tourner, comment les exprimer en faisant bien passer mes idées. Contrairement à ce que l'on pouvait croire, dès que cela impliquait mes propres sentiments, j'étais en général aussi compréhensible et facile à suivre qu'une vache qui se serait soudainement découverte un don de parole. C'est bien beau de savoir parler, encore faut-il se faire comprendre. Je lui tournais toutefois le dos avant de lui répondre, soupirant longuement.

"Je n'ai jamais eu besoin de ta protection."

Je me doutais qu'il allait le prendre mal, enfin c'était ma supposition. Même si je le connaissais plus qu'il ne pouvait s'en douter, des fois ses réactions étaient un peu sporadiques et c'est pourquoi je me tournais à nouveau pour lui sourire d'un sourire plus naturel, peut-être un peu plus détendu.

"Je suis une grande fille, je sais me débrouiller toute seule maintenant."

Je riais doucement en faisant une flexion de mon bras comme pour en faire ressortir un muscle. Au vu de mon physique bien sûr, il n'y eut pas le moindre biceps pour ressortir, ce qui était le but de cette légère blague. Je repris toutefois mon expression un peu contrite après cela, reprenant une fois de plus la parole.

"Je ne te demande pas de me protéger. Je ne te demande pas non plus d'arrêter de coucher avec toutes ces femmes que tu fréquentes, ou de te dire que je peux me mettre en danger si je ne te demande pas conseil avant. Comme je te l'ai dis, je suis capable de prendre mes décisions toute seule, je connais mes limites et je sais quand j'attire trop l'attention de la garde ou de mes clients. Ce n'est pas la première fois que je fais des pauses, c'est juste la première fois que l'une d'entre elles est aussi longue."

Une fois de plus, je me coupais dans ma propre parole, cherchant la suite de mes mots pour ne pas me remettre à hurler. Je n'étais plus en colère mais mes émotions pouvaient revenir à tout instant.

"As-tu déjà remarqué que lorsque tu me poses une question, j'y réponds toujours directement ?"

On touchait là le cœur du problème, et même lui pouvait commencer à s'en douter alors que je regardais le sol un moment avant de le regarder à nouveau dans les yeux.

"Je n'ai jamais détourné le sujet ou chercher à passer par quatres chemins pour répondre à tes questions, aussi compliquée ou gênantes pour moi soit-elle. Je sais que tu aimes entendre la vérité venant de moi, et je ne te cacherais pas que j'aime aussi que l'on me dise la vérité."

Une pause une fois de plus alors que je fronçais légèrement les sourcils avant de reprendre. Mon ton était toujours toutefois très calme et toujours aussi doux.

"Mais là, lorsque je t'ai posé la question sur tes sentiments, as-tu remarqué que c'est la seule à laquelle tu n'as pas répondue ? A la place de ça j'ai eu droit à la confirmation que tu voyais d'autres femmes, ce que je savais déjà, un petit sermon sur le fait que mon rang dans ton organisation n'est pas réservée aux prostituées, ce que je concevais déjà d'avance, et encore un petit bout de conversation sur le fait qu'on ne puisse pas se voir aussi souvent que je le voudrais, ce que je conçois largement. Je sais que tu me connais, et je sais aussi que tu te doutais que lorsque j'ai dis tout cela que la colère ne m'aidait pas à être cohérente dans mes propos. Pourtant, tu as répondu à toutes mes questions colériques, les questions auxquelles je connaissais déjà la réponse."

Je souriais faiblement en disant cela, alors que je me perdais sur le haut de son crâne un court instant avant de revenir sur ses yeux.

"Je garde espoir que tu n'ai juste pas compris ma question, mais j'en doute fortement. Tu sais manier les mots, et ta maîtrise de la langue dépasse celle de l'habitant moyen du donjon. Mais as-tu réalisé que tu n'as pas répondue à la seule question qui me tenais vraiment à cœur Crocs Noirs ? Tu ne sais toujours pas de quoi je parle ? Oh oui tu le sais très bien… Lorsque je t'ai demandé d'être clair sur tes sentiments, je t'ai tout simplement demandé : Est-ce que tu m'aimes ? »"

Je soupirais en finissant ma phrase.

"Et tu n'es pas idiot, tu l'as très bien compris. Tout ce que je sais c'est que tes sentiments à mon égard te sont clairs, très bien. J'aimerais qu'ils le soient pour moi aussi, alors je vais te le dire Crocs Noirs. Je t'aime. Toi tu es fixée sur ce que je ressens pour toi, mais moi à ce rythme là je ne le saurais jamais."

Je soupirais fortement une fois de plus avant de conclure.

« Je ne te demande pas de changer pour moi, je ne te demande pas de ne plus voir d'autres femmes, même si j'en aurais envie. Je ne te demande rien de plus que la réponse à cette question, alors si tu veux y répondre, fais le. Sinon, nous nous reverrons pour le prochain rapport. »

Je le contournais et commençais à me diriger vers la porte de sortie. D'habitude nous nous embrassions et nous enlacions toujours un instant avant de nous quitter, mais là… Je n'y avais pas le cœur du tout. C'était peut-être égoïste mais en ce moment, c'était à lui de me retenir. S'il ne le faisait pas maintenant, disons simplement qu'il n'aurait plus jamais l'occasion de le faire. S'il me laissait passer cette porte maintenant, alors nos relations ne deviendraient plus que strictement professionnelle… comme il aimait à le répéter.
Meridia Inuendo
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
Une information inattendue Left_bar_bleue10/40Une information inattendue Empty_bar_bleue  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Une information inattendue Empty Re: Une information inattendue

Message  Crocs noirs Dim 15 Nov 2015, 22:55

Crocs-Noirs parut impassible face à la tristesse qu'affichait Meridia... Il semblait simplement attendre sa réaction, peut être même tout simplement qu'elle parte... Mais cette façade se brisa un peu lorsqu'elle prit sa parole, la seule évocation de son nom semblant lui arracher un frisson, comme si quelque chose n'allait pas dans ses plans. Le sursaut se répéta de nouveau quand Meridia affirma ne pas avoir besoin de sa protection, et alors qu'il l'aurait fait d'ordinaire, il n'eut même pas un sourire face à la tentative d'humour de son amante. Il tentait de ne rien laisser transparaître. En effet, ses traits et son regards ne laissaient transparaître nulle tristesse ou amertume, mais ses réactions ne correspondaient pas à ce que Crocs-noirs auraient fait d'ordinaire. Le ruffian aurait en effet agit, d'une façon ou d'une autre concernant la personne qui se serait adressé en lui en de tel termes, quel que soit le domaine concerné ! Qui plus est , ce n'était pas les prises que lui offraient son interlocutrice qui lui manquaient, au vu de toute les pauses qui entrecoupaient ses propos... Mais au lieu de cela il se taisait, lui laissant tout le temps pour parler, quand bien même il était difficile de savoir si c'était pour l'écouter, ou bien tout simplement parce qu'il ne savait pas quoi répondre.

Pourtant, il acquiesça légèrement alors qu'elle faisait la remarque quant à la franchise de ses propres réponses. En effet Crocs-Noirs n'avait jamais eu à se plaindre d'elle en la matière, que ça soit professionnellement ou intimement, quoique peut être un peu moins dans ce second domaine. Cependant l'importance n'était pas dans ce genre de détail. Il était assez intelligent pour voir où elle voulait en venir... Et il savait déjà quelle en serait la destination, les propos qu'elle tint par la suite lui offrant alors un délai pour réfléchir au choix qu'il allait devoir faire. Et ce fut ce qu'il fit, alors que Meridia résumer ses propres propos, expliquant son ressenti face à ces derniers, avant de clarifier une dernière fois ses propos, en vain à vrai dire... Puisque c'était déjà ce que faisait le ruffian, réfléchir à cette interrogation, et cela semblait lui coûter, grandement. Les sourires et les propos calmes et  amères de Meridia avaient fait plus d'effet que toute la colère et l'emportement dont elle aurait pu faire preuve.

Puis la question fatidique tomba, avec plus de fracas que n'importe quel jugement qui aurait pu affecter le ruffian... Mais alors qu'elle lui confessait ouvertement ses sentiments, Crocs-Noirs pour la première fois de leur discussion pour la première fois de leur relation, ferma son œil face à son regard comme pour s'y soustraire. Était ce un aveu de faiblesse, d'abandon ? Peut être, mais toujours était il qu'il le fit et les garda clos alors même que Meridia achevait ses propos.

Il semblait ainsi la laisser partir, sans un regard alors même qu'elle le contournait et se dirigeait vers la sortie... Mais à cet instant la féline put sentir son bras retenue par la prise d'une main. Cette dernière était assez ferme pour la stopper dans son mouvement, mais assez lâche pour qu'elle puisse s'en défaire sans grand effort, alors qu'elle savait que le ruffian avait largement assez de poigne pour la forcer à rester ici s'il le souhaitait. Elle put par ailleurs alors sentir que ce dernier se rapproche d'elle... Et enfin sa voix se fit de nouveau entendre, mais avec un ton étrange venant de lui. Il n'y avait nulle menace ou cajolerie juste une désarmante sincérité de sa part, comme si la voix qu'il avait quand il s'adressait aux autres d'ordinaire n'était pas la sienne... Non elle était ici plus calme, plus attentionnée...

"Tu sais... Normalement, ceux qui me parleraient de la sorte recevraient sur le champ leur punition et serviraient d'exemple. Cela, couplé à ton ascension à mes côtés, aux clients que j'envoie à ton commerce et à la protection que je te donne sans te réclamer de réels contreparties... Ça n'est pas assez de preuve pour toi ? Il te faut vraiment des mots ? Pourtant on m'a toujours dit que les actions valaient toujours plus que les paroles, en particulier en la matière !"

L'intonation de sa dernière phrase trahissait un léger amusement, et peut être un sourire sur son visage... Alors que la main tenant le bras de la féline glissa le long de ce dernier, venant se poser sur son épaule, avant qu'il ne poursuive ses propos.

"Et j'oubliais... Le fait que je te retienne à cet instant précis. Tu as pourtant conscience de... A quel point cela me serait plus aisé de simplement te laisser partir ? De ne plus avoir à me soucier de ton sort ou de ce que tu peux penser ? Et surtout de ne plus avoir à prendre en considération la façon dont les gens pourront te considérer comme un moyen de m'atteindre ?"

Maintenant c'était une sorte d'inquiétude que sa voix trahissait... Une intonation avec laquelle Meridia n'était guère familière, et n'avait pu entendre que lors de certaines nuits tourmentées du ruffian. En effet, il n'était pas coutumier que Crocs-Noirs ait peur, et encore moins qu'il le laisse voir, et pourtant c'était ce qu'il faisait à cet instant précis, mais probablement pas parce qu'il avait perdu le contrôle de lui même.

"Je tiens la pègre de ce lieu depuis des années, pour une raison très simple. Je ne suis pas le plus rapide, ni le plus puissant, ni même le plus rusé... Seulement je n'ai à ce jour laissé aucune prise à mes adversaires pour réellement m'atteindre, là où moi j'exploite chacune des leurs. Même la malédiction que m'a infligé le Triumvirat n'était qu'un coup d'épée dans l'eau au final... Alors que si je laisse ma passion l'emporter sur ma raison je peux voir l'oeuvre que j'ai bâti ici s'effondrer. C'est un pari aux risques démesurés par rapport aux gains qui en résulteraient..."

Il marqua alors une longue pause, semblant prendre une profonde inspiration... Mais sans un mot sa main quitta tout simplement l'épaule de Meridia pour venir doucement glisser dans ses cheveux, les remontant avant de venir caresser ses oreilles félines. Ce geste pouvait paraître étrange, et même un peu maladroit, comme si le ruffian n'y était pas habitué... Mais il était empreint d'une certaine affection, d'une attention particulière, qui n'avait rien à voir avec les étreintes et baisers passionnés habituels du ruffian, comme si ce dernier cherchait à signifier autre chose cette fois, à marquer une différence.

"Mais tu me connais... Je suis joueur, et je suis prêt à tout miser plutôt que de te perdre. En d'autres termes, si cela n'a pas été assez clair pour toi... Je t'aime."

Un silence pesant suivit alors ses mots, comme s'il ne savait pas quoi faire après un tel aveu. Oh, rien ne prouvait qu'il ne mentait pas, dans l'espoir de garder à la fois une lieutenante et une excellente amante... Seulement, et Meridia devait le savoir, le ruffian mentait assez peu au final, en particulier à ses compagnes. Dissimuler la vérité, la taire ou bien "l'oublier", cela, oui, il le faisait fréquemment. Mais mentir ? C'était déjà bien plus rare !

Puis le silence fut rompu par un léger rire, alors que Meridia pouvait sentir que le ruffian était tout prêt d'elle, juste dans son dos... Et l'instant d'après elle put entendre un murmure moqueur, bien qu'un peu embarrassé.

"Maintenant que tu es devenue une véritable cible vivante, tu es satisfaite ?"
Crocs noirs
Crocs noirs

Masculin
Messages : 119
Expérience : 1170

Feuille de personnage
Niveau:
Une information inattendue Left_bar_bleue25/40Une information inattendue Empty_bar_bleue  (25/40)
Race: Angel
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Une information inattendue Empty Re: Une information inattendue

Message  Meridia Inuendo Dim 22 Nov 2015, 13:00

Je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre en faisant cela. Crocs noirs avait sa fierté, complètement déplacée par moment, et je m'attendais à ce qu'il me laisse simplement partir afin de ne plus avoir à se soucier de quoi que ce soit. Oh oui il pouvait se ficher totalement de ce que pensait les gens, et encore plus de ses employés, oui c'était un vrai trouduc quand il le voulait. Enfin, on était pas chef de la pègre en étant un enfant de cœur dirons nous mais ça ne pardonnait pas tout.

Et c'était perdue dans mes pensées plutôt obscure osons le dire, me dirigeant vers la sortie, que je fus surprise lorsqu'une main vint me retenir le bras. Au début, mon cerveau n'identifia pas tout de suite de qui il s'agissait. Il me semblait tellement improbable que ce soit Crocs Noirs que j'en vins à me demander si il n'y avait pas eu tout simplement une troisième personne dans la salle, que CN avait engagée pour observer la discussion, auquel cas j'avais fais une très grave erreur en avouant ouvertement mes sentiments. J'eus un très léger frisson en sentant le propriétaire de la main se rapprocher de moi, par ailleurs cette main ne me retenait pas vraiment. J'aurais pu m'en défaire assez facilement, et je réalisais qu'il ne s'agissait ni plus ni moins de Crocs Noirs. Il ne pouvait pas le voir mais un sourire se dessina sur mon visage alors que je réalisais ça. Je savais que… j'avais gagné. A cet instant précis, avant même qu'il ne se mette à parler, je savais que son amour était réciproque… Sinon il m'aurait tout simplement laissé partir. Il avait simplement réalisé à cet instant précis que s'il me laissait partir, tout serait fini entre nous au niveau intime, et s'il n'en avait rien eu à faire, il m'aurait simplement laissée déguerpir. Oh je n'aurais pas cessé de travailler pour lui loin de là, mais nos relations auraient été plus froide, plus… strictement professionnelle.

Je l'écoutais attentivement alors qu'il se mit à me parler. Je frissonnais légèrement en comprenant ce que je venais d'éviter. Les châtiments de Crocs Noirs étaient loin d'être tendres, et même si je les avaient toujours évité jusqu'à présent, je n'avais pas la moindre envie d'en faire les frais. Je ne m'étais même pas rendue compte qu'il aurait été possible que je sois punie à ce moment là, j'avais juste parlé avec mon cœur sans réfléchir le moins du monde aux conséquences et on pouvait dire que Crocs Noirs avait été privilégié de pouvoir le voir, sachant que c'était quelque-chose que je ne faisais jamais. Du moins pas à ce point, même si je l'avais déjà fais un peu devant lui.

Il me parla ensuite de tout les avantages dont je bénéficiais, sans avoir vraiment à donner quelque-chose en retour, me demandant ensuite si ce n'était pas assez de preuves pour moi. Ce à quoi je répondis en secouant négativement la tête. Je voulais des mots en lieu et place des actes… Habituellement c'était le contraire mais je restais une femme plus portée sur les sentiments que sur les actions à proprement parler, et j'aimais à entendre ce que d'autres ne voulaient pas dire. Je ne répondis rien toutefois, j'avais l'impression que parler maintenant le ferait hésiter, le ferait trébucher sur ses mots pour qu'au final il s'enferme dans son silence habituel. Oh ça oui, il était doué pour omettre la vérité. Il mentait rarement, à moins que ce ne soit à un ennemi, mais cacher la vérité ou la détourner à ses fins, ça j'en avais été témoin plus d'une fois.

Je frissonnais doucement alors que sa main remontait doucement le long de mon bras, se posant sur mon épaule dénudée, la robe que je portais étant maintenue par une boucle dans mon dos et principalement par ma poitrine. Sa main était chaude, chaleureuse, et même si elle me serrait doucement, j'avais tout les moyens que je voulais de m'enfuir, ce que je ne fis pas, alors que mes oreilles se tournaient vers l'arrière. Quelque-chose que je ne contrôlais même pas, c'était un réflexe des plus félins. Essayez de parler à un chat un jour, vous verrez comment ses oreilles se tournent dans votre direction, je faisais pareil, sauf que moi c'était involontaire.

J'écoutais très attentivement ce qu'il avait à dire, même si je savais très bien ou cela menait. Il pouvait très bien me dire qu'il était intouchable parce qu'il était prudent, que c'était beaucoup trop risqué et que les vaches voleront le jour ou il s'ouvrira complètement à qui que ce soit, je n'en démordais pas de mon petit sourire qu'il ne pouvait toujours pas voir. Il ne s'était pas embêté à faire tout ça, me retenir et me parler, juste pour me dire que ça n'irait jamais plus loin. Il n'aurait pas eu à s'embêter à faire tout ça s'il l'avait voulu. Il aurait juste eu à me laisser partir.

La suite me fit perdre un tout petit peu la boule, mais cela resta intérieurement. Je sentis sa main remonter doucement le long de ma chevelure (toujours impeccablement coiffée et lavée, je n'étais pas coiffeuse pour rien) et que je croyais qu'il allait s'arrêter là, il remonta jusqu'à mon oreille gauche qu'il se mit à caresser doucement. N'importe qui d'autres se serait pris un coup de griffe en plein visage pour avoir fait ça, car c'était une zone extrêmement sensible de mon anatomie, tout comme ma queue par ailleurs, et encore plus en le faisant par surprise comme il venait de le faire. A la place de ça, tout mon corps se raidit l'espace d'une seconde avant de se détendre, et qu'un très léger ronronnement, s'échappant de ma gorge et presque inaudible, ne se déclenche sans que je ne puisse rien y faire.

C'était également la première fois qu'il faisait preuve d'une telle… marque d'affection. Oh j'avais eu droit à des marques d'affections au lit ne vous en faites pas, mais c'était les marques d'affections que recevaient toutes ses amantes. Là, j'avais l'impression que c'était quelque-chose d'unique, que j'étais la première à en bénéficier, quelque-chose de spécial qui me faisait me sentir spéciale.

Et ce qui me fit me sentir encore plus spéciale, ce fut les mots qui s'ensuivirent. Je les rejouais dans ma tête une bonne demi-douzaine de fois afin de les graver éternellement dans mes souvenirs alors que mon sourire se fit plus grand, plus joyeux, plus serein et surtout plus détendu. Tout mon corps se détendit d'ailleurs à l'évocation de ces mots. Je n'avais demandé qu'un je t'aime, mais il avait été encore plus loin en me disant qu'il préférait tout perdre plutôt que de me perdre ? N'importe qui d'autres, le citoyen moyen, aurait pu se permettre de dire ça car le citoyen moyen n'avait jamais grand-chose à perdre. Mais Crocs Noirs ? Oui, il avait beaucoup à perdre, énormément à perdre en fait… Et si j'avais eu besoin d'une preuve supplémentaire de son amour, je venais de l'obtenir.

Je le sentis se rapprocher encore plus de mon dos, avant de me demander si j'étais satisfaite d'être devenue une cible vivante, et son ton embarrassé était… adorable. Bien sûr je n'allais pas le lui dire de peur de le vexer, mais c'était tout de même la vérité.

"Je ne suis une cible que si tu veux me voir devenir une cible."

Répondis-je sur le même ton amusé que lui, mais pas du tout embarrassée. Après tout nous étions seuls ici, et à moins que nous n'affichions au grand jour notre relation particulière, il n'y avait pas le moindre risque de voir de petits truands essayer de m'utiliser pour l'atteindre. Et les petits truands qui essayeraient de m'utiliser risqueraient d'être assez surpris par mes capacités à me défendre.

Je m'éloignais d'un pas de lui, avant de me retourner, les mains dans le dos avant de l'observer de bas en haut… Et de retirer ma robe. Il me suffisait d'appuyer sur le petit bouton dans mon dos pour qu'elle tombe à mes pieds, et que je me retrouve nue devant mon amant.

"Tu veux savoir ce que ça me fait d'être une cible ?"

Mon ton était sérieux alors que je m'approchais de lui, pris sa main et la posait sur ma poitrine nue. Au delà du toucher agréable, il pouvait surtout sentir mon cœur qui battait à 200 à l'heure en dessous. J'étais excitée, excitée comme une puce, même si tout mon comportement suggérait un calme olympien alors que je le regardais dans les yeux. Je souriais doucement avant de reprendre la parole.

"Je suis ta cible actuellement. Maintenant la question est… peux-tu toucher droit au but alors que nous ne sommes pas sur ton stand de tir habituel ?"
Meridia Inuendo
Meridia Inuendo

Féminin
Messages : 71
Expérience : 95
Métier : Coiffeuse (et truande)

Feuille de personnage
Niveau:
Une information inattendue Left_bar_bleue10/40Une information inattendue Empty_bar_bleue  (10/40)
Race: Métis
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Une information inattendue Empty Re: Une information inattendue

Message  Crocs noirs Dim 22 Nov 2015, 22:10

C'était de nouveau une sorte de pari que Crocs noirs avait pris en reconnaissant ses sentiments auprès de sa subordonnée, il en avait bien conscience. Cette dernière aurait très bien pu se considérer comme trop insulté ou bafouée par son attitude passée pour accepter de lui pardonner, ou peut être même tout cela n'avait été qu'un mensonge, même s'il doutait de cela au vu de ce qu'il savait d'elle... Et il sut alors que tout ce qu'il venait de parirer venait de lui êttre rendu, et bien plus encore, alors que Meridia réagissait à ses légères caresses, au contact de son corps, avant d'enfin répondre à sa remarque quant au danger qu'elle encourrait... Comme toujours elle était confiante, et brave, de cela Crocs-Noirs n'en avait jamais douté. il s'était seulement demandé si c'était une bonne chose. Or, maintenant que leurs choix à tout deux avait été fait c'était sans doute là un des caractères les plus précieux de la féline. Même face au dangers de leurs relations elle ne reculerait pas, elle n'hésiterait pas...Et cela avait quelque chose de rassurant !

"Je ne vois pas pourquoi diable je pourrai souhaiter une pareille chose ! Enfin... Nous verrons, hm ?"


Il la sentit à ce moment là presser un peu pour se déplacer, l'amenant à la relâcher afin de la laisser librement s'avancer avant de se retourner pour lui faire face, lui offrant de nouveau la possibilité de s'abîmer dans son regard... Avant que le, sien, rapidement, ne descende sur le spectacle qu'elle lui offrait sensuellement, en se défaisant de ses habits d'un simple geste. Pour autant, malgré le plaisir manifeste qu'il avait face à ce spectacle, il ne brusqua nullement les choses, laissant Meridia parler et lui prendre la main pour la poser contre son torse... Et d'avantage que la douceur et la chaleur de sa peau, ce furent les battement de son coeur qu'il perçut au travers de sa paume, lui arrachant un léger sourire amusé.

"On dirait en effet que tu aimes les jeux dangereux, ma belle."

Et l'instant d'après elle le provoquait, le mettant au défi par ses mots de toucher au but, dans un domaine où il était familié... Mais où Meridia lui avait parfois rendu des comptes et critiqués... Mais il était hors de question de gâcher cet instant, et ce fut avec une certaine détermination que le ruffian rétorqua, alors même que sa main saisissait la taille de son amante pour l'attirer à lui.

"Tu sais, mon expérience ne se limite pas au nombre de cibles que j'ai atteinte... Et je serai un bien mauvais tireur si je ne savais pas m'adapter au terrain !"

Et ce fut ainsi après un léger rire qu'il vint l'embrasser, son premier trait, mais qui serait suivi de bien d'autres.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il s'avéra, heureusement, pour les sbires du borgne, que ce dernier avait bien prévu que cet entretien pourrait durer un certain temps... Car même ainsi ce fut avec un certain retard qu'il quitte l'arène... Mais cela n'était pas si grave. Après tout il avait des lieutenants fiables pour mener ses affaires, et les opportunités manquées se présenteraient de nouveau tôt ou tard... Alors que ce qu'il venait de conclure était une opportunité telle qu'il n'en existait qu'une dans la vie d'un homme, et ce s'il était chanceux.
Crocs noirs
Crocs noirs

Masculin
Messages : 119
Expérience : 1170

Feuille de personnage
Niveau:
Une information inattendue Left_bar_bleue25/40Une information inattendue Empty_bar_bleue  (25/40)
Race: Angel
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Une information inattendue Empty Re: Une information inattendue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum