My Life as a Dungeon Keeper
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -24%
OPPO Reno7 128Go 4G Noir
Voir le deal
249 €

Avènement du Destin: Tournoi

+3
Engar
Theorem & Ishtar
Kumie Astara
7 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Mer 04 Juil 2012, 22:58

Avènement du Destin: Tournoi Add_ba11


Règlement du tournoi et Inscriptions
https://dungeonkeeper.forum-canada.com/t582-avenement-du-destin-regles-et-inscriptions


Participants
Round 1: http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=573507parcheminok.png
Round 2 (contient des spoilers): http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=318999parcheminokround2.png


Membres du jury
Adélaïde, Ophyde, Shkeil et Umbriel Celeboer


Aides artisitques
Amaliah et Séléné

Invité, attiré ou contraint, chacun a répondu à l'appel de l'homme d'ombre du donjon... Afin de faire couler le sang pour des raisons propres à chacun... Maintenant ce tournoi va commencer, fourbissez vos armes, préparez vos âmes, car il est probable que ce qui vous attend dépassera toutes les attentes que vous pouviez avoir...


========================================================

... Des pas... Rapides. Chaque choc raisonnait sur la pierre et semblait se répercuter contre les murs et le toit du couloir. Ponctuant par moment ce son régulier un halètement lourd et profond dans lequel suintait une peur profonde se faisait entendre... Ou du moins l'aurait été si qui que ce soit d'autre avait été présent dans la folle course de ce saurien qui semblait fuir un danger intangible. Dans cette cavalcade un court arrêt, le choix d'un chemin qui le mena à un escalier en colimaçon où il s'aida ponctuellement du mur pour tenter d’accélérer ou de stabiliser en vain sa fuite. Rapidement il atteint une trappe dont il connaissait le fonctionnement au point de l'ouvrir et la refermer derrière lui sans s'arrêter, à cet instant ses pas ralentirent et il regarda éperdument autour de lui pour une raison simple. Le trajet qu'il avait pris l'avait amené au sommet d'une tour crénelé à ciel ouvert, dévoilant ainsi un ciel d'ébène éclairci par l'éclat de astres, et aucune voie ne s'offrait à lui, dépourvu qu'il était d'aile, mais peut être la chute était-il un sort préférable à celui qui l'attendait... Mais il n'eut pas le temps de se décider que la trappe s'ouvrit brusquement, basculant en arrière et frappant le "sol" de la tour dans un fracas assourdissant pour la créature et à cet instant elle sut que tout effort été vain. Elle ne prit même pas la peine de sortir la hache qui pendait à son flanc et ne faisait que se plaquer autant que possible au créneau qui était derrière lui, comme s'il espérait s'y fondre et ainsi échapper à son détracteur qu'il ne pouvait voir... Et qui apparut brusquement quand dans sa main apparut une légère flamme qui chassa les ombres autour de lui. Il n'était pas plus grand ni plus large que le reptile, mais sa simple vision lui suffit pour que sa crainte se démultiplie. Malgré cela il réussit à parler à grand peine comme si cela pouvait apaiser l'homme qui s’avançait rapidement vers lui, sa torche à la main.

"Tsss... Laisssez moi ! Je sssais où il y en a d'autre ! Je peux vous les montrer !"

Sa voix était des plus effrayés, au point que même son accent reptilien en était atténué. Au contraire celle qui lui répondit était assurée, peut être juste un poil énervés par la lâcheté de celui qu'il avait en face de lui.

"... Je sais où chacun d'eux est ! Je savais depuis des mois où était ta misérable planque Sanesh ! Comme celle de n'importe laquelle de ceux qui me doivent des dettes ! Cependant la position que tu occupes en tant qu'officier de la garde t'offres une opportunité d'effacer tes dettes... Comptes-tu la laisser passer ? Car je pourrais d'ores et déjà t'en faire payer les intérêts !"

Sur cette dernière phrases il saisit la gorge du reptile d'une seule main, l'autre tenant la torche, et le souleva pour le placer au-dessus du vide. Les yeux du reptilien semblèrent alors devinrent des fentes sous l'effet de l'adrénaline alors qu'il se rendait compte de l'horreur de la mort qui l'attendait, même s'il devait revenir au cercle. Il voulut alors répondre obséquieusement à l'humain, mais la poigne qu'exerçait ce dernier était trop importante, sans pour autant l'étouffer, pour qu'il puisse s’exécuter.

"Tu as de l'influence... Essaye de persuader ou de contraindre autant de personnes que tu peux de venir dans les chambres 5, 14, 110, 139 et 157. Cependant une seule personne par chambre, ça m’étonnerait que tu persuades plus de cinq personnes. Fait en sorte qu'elles se taisent sur ce sujet et qu'elles n'entrent pas en contact entre elles. Si elles insistent pour savoir le pourquoi dis leur que c'est pour participer à un tournoi de combat dont la récompense leur sera transmise plus tard et s'ils se montrent trop curieux dévoile leur que j'en suis responsable, ça devrait convaincre les sceptiques, mais pas la peine de le dire en vain... Ai-je été clair ? Ah ...Et amène moi une seule personne et tes dettes seront effacés, mais ne te relâche pas pour autant une fois cela fait... Je le saurai..."

Ayant fini de parler il ramena la créature au-dessus de la tour et le laissa tomber au sol sans aucune tendresse, lui accordant un bref regard avant de se retourner vers la trappe il laissa tomber la torche au sol. La lumière disparut alors et il se fonda à nouveau dans les ombres, mais, alors qu'il n'avait aucune preuve qu'il était toujours là le saurien souffla en se massant péniblement la gorge.

"...Tout ce que vous désirez... Crocs noirs..."

Il n'eut pas de réponse et il était probable que cela soit heureux... Son angoisse s'apaisant petit à petit il se releva et quitta de suite cette place, car si on le trouvait là, sans raison, cela risquait de soulever des questions, même s'il était officier et d'atténué sa crédibilité auprès de ses "victimes" qu'il plaignait d'avance tout en se demandant ce que le ruffian leur voulait.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Enfin... Il avait fini de tisser sa toile... Maintenant il ne lui restait qu'à voir qui y tomberait dedans, du moins parmi ceux qu'il n'avait pas déjà choisir. Il marchait d'un pas lent le long des couloirs sombres, mais était désormais visible, ayant défait sa ceinture. Il semblait songeur alors qu'il poussait la porte de ce qu'il considérait comme son bureau. Une pièce où il recueillait les informations que lui donnaient ses espions et où il avait entreposé ses artéfacts les plus puissants et étrangement, cette pièce avait beau être une de ses caches les plus faciles d'accès il s'agissait de celle qui était la mieux gardé. Comme à son habitude il décacheta et ouvrit les plis qui lui étaient adressés et l'informaient du bon déroulement de ses diverses opérations, dont certaines avaient été similaires avec celle qu’il venait d’exécuter. Mais cela serait-il suffisant ? S'interrogeant il poussa un soupir las avant de s'affaler sur son fauteuil qui gémit au vu de la brusquerie avec lequel le ruffian se laissa tomber, mais il n'eut pas le temps de souffler plus que la porte s'ouvrit brusquement et qu'un homme arborant un ample manteau noir et recouvert à tout endroit du corps, hormis le visage, entra dans la pièce. Un de ceux qui servaient d'analystes à Crocs noirs quand celui-ci n'avait pas le temps de s'en occuper.

"Chef ! Nous avons fini de vérifier vos propres mesures et nous pouvons affirmer qu’elles sont parfaitement exactes ! C'est..."

"Merci... Maintenant sortez c'était tout ce que j'avais besoin de savoir."

L'acolyte, bien que frustré et surpris d'avoir été interrompu alors que si Crocs noirs était un chef intransigeant il était aussi à l’écoute de ses sbires, n'attendit pas qu'on le lui répète et s'excusant brièvement il quitta la pièce en refermant derrière lui, inquiet. C'était la première qu'il voyait cela dans l'oeil de Crocs noirs pendant le bref instant où leurs regards se croisaient. La peur... S'il ne s’était pas trompé dans son jugement il espérait pour la première fois, lui élevé dans la fange et la misère, que les dieux les protègent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Sam 04 Aoû 2012, 14:08

- Artyom, lèves-toi mon garçon, pas le temps de ronfler ! Allez, le temps presse ! Tu dois y aller ! Bon sang tu crois vraiment que les humains vont attendre que tu te réveilles tranquillement ? Ils sont déjà à nos portes ! Allez remues-toi par l'amour du ciel !


L'homme à la barbe grise taillée en pointe secoua le beast encore endormit au point que ce dernier ne pu ignorer plus longtemps le remue ménage extérieur. Pourtant, Artyom se souvenait parfaitement de cette scène... Était-ce un rêve ? Sans doute, après tout son mentor était mort depuis longtemps et le combat contre ces humains là s'était produit il y a de ça des années. Aucune raison donc pour que le ranger revive ce rêve étrange qui avait conduit aux massacre des autres rangers et des humains soutenant les monstres. Pourtant, Artyom avait la désagréable impression que le rêve ne s'était pas imposé à lui par pur hasard ou fantaisie de son esprit ensommeillé : était-ce un signe ? Si oui, de quoi le prévenait-il ? Du fait que le vieillard était encore en vie ? Peu probable. Une attaque alors peut-être ? Oui mais concernant quoi ? Il était peu probable que des humains en veuille à sa vie en particulier (enfin si, pleins de gens voulaient sa mort surtout dans un certain village) mais ils ne connaissaient pas son identité donc bon... Secouant la tête pour chasser ce stupide rêve de ses pensées, le loup finit par se vêtir de son manteau de cuir puis, prit d'une petite envie subite, s'empara également de tout son équipement. Fixant les couteaux et prenant l'arc noir qui lui servait d'arme principale, Artyom s'en alla non sans longuement caresser les plumes d'une des flèches. Voulait-il vraiment s'entraîner ? Ou bien juste partir un peu loin de l'activité grouillante du donjon pour se ressourcer ? Lui même ne le savait guère mais il sentait au fond de lui qu'il lui fallait bouger... Ce rêve l'inquiétait donc plus que de raison. Après tout, ce songe ne s'était pas vraiment terminé là, il y avait eu une suite. Au détour d'un couloir, Artyom replongea dans le rêve dont il avait gardé une impression un peu trop nette. Il s'était retrouvé en fuite, traqué par des humains ou d'autres choses il n'en savait rien lui même. Courant à perdre haleine, le coeur cognant contre ses côtes, le ranger à cette époque encore un simple initié s'était écroulé en butant sur une racine. Pestant et insultant dieux et sages contre sa déveine, Artyom avait redressé les yeux pour voir une nouvelle fois son mentor lui faire face. Voir la silhouette ensanglantée du vieil humain qui titubait pour venir à sa rencontre avait choqué Artyom : ce rêve était fichtrement trop réaliste et inquiétant pour qu'il l'ignore bêtement. Le vieil homme avait dit ceci à son élève, confirmant à ce dernier que le rêve étant quelque peu prophétique :

-Artyom, même si parfois je ne serais pas à guider tes pas, mes enseignements t'aideront toujours... Et quel est l'une des principales leçons ? Si l'ennemi est hostile et refuse de t'écouter *l'homme au visage barbouillé de sang lui jeta une arbalète de poing* tues-le... Tout simplement.


Les paroles étaient certes très dures mais censées : après tout, même avec les meilleures intentions du monde, qui se laisserait massacrer par son ennemi sans réagir alors qu'il avait les moyens de se défendre ? Ce ne serait pas son cas à lui en tous cas. Roulant sur le dos, il pressa la détente de l’arme et le carreau fila se planter au milieu d'un tas d'ombres folles et animées d'intentions meurtrières. Les ombres se dissipèrent en même temps que le rêve : que ce que tout cela signifiait ? Que Khan allait réapparaître pour voir si son disciple avait suivit ses conseils et appliqué ses leçons ? Artyom en doutait mais en même temps l'espérait : le vieil humain lui manquait tant. Bien que s'étant attaché à peu de personnes tout au long de sa vie, qui en était encore à son début, le loup avait tissé des liens assez forts avec une poignées d'êtres vivant dont Khan le ''loup gris'' faisait partie. Donc, quelle ne fut pas sa surprise quand il crû reconnaître, sur les remparts au dessus de sa tête une silhouette familière. Ouvrant de grands yeux,le jeune homme courut, bousculant une beastwoman qui cria des imprécations qu'Artyom ignora avec superbe. Grimpant sur le chemin de ronde, le loup entrevit furtivement une silhouette avec un long manteau brun à capuchon se glisser au détour d'une tourelle de garde. Suivant prestement l'homme au manteau, le jeune homme se retrouva pourtant bien vite seul au milieu du rempart... Où était passé cet inconnu qui lui rappelait son mentor ? Sa manière de se déplacer ne trompait pas son plus fidèle élève ! Mais une petite partie de son esprit chantait une chanson bien différente : trop de coïncidences pouvaient se dérouler sans pour autant qu'un évènement y soit lié. Oui, il avait rêvé de Khan, oui il avait eu un mauvais pré sentiment toute la journée et encore oui il y avait eu cette silhouette... Et alors ? Cela ne voulait rien dire. Trop encombré par cette pensée, il faillait ne pas sentir l'appel d'air dans son dos. Pourtant, à la dernière seconde, Artyom fit une roulade avant tout en dégainant sa lame. Se retournant en sifflant, le visage du loup se crispa : c'était la silhouette au manteau mais son visage n'était pas celui de son révéré mentor... Pourquoi donc était-il si semblable ? La silhouette écarta son katana pour ne pas se montrer menaçante et parla... Quelle ne fut la surprise du jeune loup quand il reconnut la voix de Khan malgré son timbre mécanique :

-Artyom mon brave, tu n'as pas perdu tes réflexes, j'en suis heureux ! j'ai crû in instant que la vie au donjon t'aurais ramollit... Comment te portes-tu après toutes ces années ?

Pourtant la méfiance du ranger ne s'apaisa pas au contraire : l'homme au nom de Khan était mort il y a des années donc qui était vraiment cet être dont les attraits golémiques se dévoilèrent un bref instant au yeux d'Artyom. Comprenant la méfiance du beast, l'inconnu enleva son capuchon pour dévoiler son masque de cuir... Il ne s'agissait pas du visage de Khan mais ce dernier pourtant parla :

-N'aie crainte Artyom, c'est bel et bien moi mais j'ai été... Grièvement blessé il y a peu de temps. Des gens bien intentionnés m'ont... Rendu à la vie alors que j'aurai dû mourir de mes blessures. Cela ne fut pas sans sacrifices ... Allons, ne reconnais-tu pas ma voix vânătoare mici ? (petit chasseur)

Artyom se détendit, en effet, peu de gens connaissait son ancien surnom et ceux encore en vie le connaissant se comptait sur les doigts d'une main... Il y avait de fortes chances que l'inconnu dise la vérité. Pourtant le loup n'avait pas entièrement confiance en l'être en face de lui. Ce dernier, voyant son scepticisme, lui tendit une lettre cachetée en lui donnant l'instruction de tout lire pour que tout soit expliqué. Le temps que Artyom baisse les yeux sur la lettre et les relèvent, "Khan" était déjà repartit et hors de vue. N'y tenant plus, le beast déchira la lettre et y lut une invitation pour un tournoi spécial... Après tout, pourquoi pas, tant qu'il obtenait des réponses.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Dim 05 Aoû 2012, 05:09

La nuit commençait à tomber sur le donjon lorsque le golem fût embarqué dans cette histoire... Rien de tel que la nuit pour porter conseil aux indécis… Ou bien pour contraindre les personnes qui commençaient à se diriger lentement vers le lit. Cependant, le golem n’avait aucunement envie de dormir et continuait ses sculptures comme il en avait l’habitude.

Prix d’une inspiration hors du commun, il commençait à finalisé sa dernière œuvre, un grand sphinx, regardant fièrement l’horizon. Un corps de lion, un visage humanoïde, un regard tentant de clarifier les mystères du monde… Voilà ce qu’il était en train de sculpter. La statue, grande comme un petit animal, demandait de la précision et le golem espérait finir ce projet avant de passer à un autre. Cependant, rien n’était aussi simple.

Trois coups se firent entendre sur la porte de l’atelier du nom de la statue moqueuse. Le propriétaire, ayant le même nom, répondit rapidement :

''Entrez, c’est ouvert! Laissez-moi quelques secondes, je dois finir quelques détails…''

Une voix grave et avec un arrière son de sifflet à vapeur se fit entendre :

''Question : Êtes-vous Karl Grim, propriétaire de l’atelier ’’La Statue Moqueuse’’?''

''Je vous ai dit d’attendre pendant quelques minutes! Je suis normalement patient, mais pouvez-vous…''

Se retournant pour voir la personne qui l’interrompu dans son travail, Karl ouvrit grand les yeux en regardant l’automate qui se trouvait devant lui. De forme humanoïde, il était néanmoins deux fois plus large que le golem et avait au moins une tête de plus question hauteur. Donnant un dernier coup de marteau, un coup de trop, Karl venait de faire tomber le nez de sa création. Ne sachant pas comment réagir, il hésitait entre sa peur des machines ainsi que l’indignation d’avoir gâché un si beau nez…

''Question : Êtes-vous Karl Grim, propriétaire de l’atelier ’’La Statue Moqueuse’’?'

''Ou…Oui, c’est moi… Je suppose… Qui êtes-vous? Si vous n’achetez rien, veuil…veuillez partir d’ici!''

''Réponse : Création Récréative Et De Destruction. Diminutif : C.R.E.D.D.''

''Hum… Ça ne me dit pas pourquoi vous êtes dans mon atelier…''

L’automate avança d’un pas, pesant lourdement sur le sol. Si Karl n’était pas occupé à se demandé en quoi le mastodonte pouvait être ’’récréatif’’, il aura clairement sentit que quelque chose clochait… Voir même être très dangereux. Après tout, ce n’est pas fréquent de voir une telle machine s’approcher…

''Information : Je suis un messager… Vous êtes invité à participer à un tournoi qui se déroulera d’ici peu…''

En disant ses mots, le robot tendit une lettre dans ce qui lui servait de main. Les plaques de métal n’avaient pas été complètements soudées puisque l’on pouvait voir les engrenages et divers mécanismes fonctionnant. Ce dernier, très près du golem, montrait ses défauts, mais également sa complexité. Son visage était probablement la chose la plus travaillée. Malgré le fait que ce soit simplement un mouvement de la mâchoire, l’automate parlait bien malgré son absence d’esprit…

Prenant la lettre presque craintivement de la main mécanique, le golem l’ouvrit, voyant une invitation en bonne et due forme… L’attrape? Malgré le fait qu’il était question d’une récompense, il n’était pas question de parler du fonctionnement ou bien des risques… Prenant quelques secondes pour le lire, Karl lança la lettre par terre tout en retournant vers sa statue abîmer.

''Je ne suis pas intéresser. Merci d’avoir pensé à moi, mais non… Je ne bougerais pas sur mon idée… Je ne suis pas une bête de foire et je n’agis pas quand je ne comprends pas tout…''

''Réponse : Veuillez reconsidérer…''

Le golem perdait patience… Et même très rapidement… Est-ce cette offre qu’il trouvait ridicule? Le fait que ce soit un automate, créature qu’il déteste presque autant que les humains? Ou bien simplement le fait que son œuvre semblait bafoué?

''… Sortez de mon atelier! Je ne reconsidérais pas une offre si obscure! Ça cache forcément quelque chose...''

''Réponse : Veuillez reconsidérer…''

''Je refuse! Il n’y a rien à discuter! Sortez, sinon je vais m’énerver… Je vais montrer à quel point un golem peut être violent sur une boite de conserve qui fait des bruits de montres rouillés!''

''Réponse : Due à une réponse défavorable, l’unité C.R.E.D.D a l’autorisation pour utiliser les arguments de la seconde option…''

Karl en avait assez, se levant de son siège, il se tourna vers l’automate. Il avait une idée de ce que pouvait être ’’les arguments de seconde option’’… Celle qui autorisait a brutalisé le propriétaire, détruire son échoppe ainsi que piller tout ce qui pouvait l’être… Animaux de compagnies compris!

''L’unité C.R.E.D.D aura mon poing en plein figure ainsi que ses morceaux éparpillés un peu partout dans le donjon s’il tente la moindre offense! Je ne sais pas qui te demande de faire ça, mais je le trouverais, fais-moi confiance! Alors, si l’unité machin-truc veut rester une seule unité et non pas un chiffre, la sortie est derrière vous!''

''Information : C.R.E.D.D n’a pas d’instruction pour la violence dans ce cas-ci… Cependant, l’unité C.R.E.D.D a des moyens pour contraindre le golem Karl Grim à participer…''

Tendant le bras derrière lui, la statue moqueuse eue presque peur que ce dernier ne tente de saisir un objet inconnu qui le mettrait au tapis rapidement. Cependant, avant même que Karl puisse se mettre en position de défense, l’automate montra une cage contenant un corbeau… Un corbeau aux yeux rouges… Avant même de pouvoir répondre, encore surpris par ce retournement de situation, C.R.E.D.D recommença son discours.

''Information : L’oiseau de compagnie de Karl Grim a été capturé et a été injecté d’un poison mortel. Le poison a été spécialement conçu pour certains participants récalcitrants et n’est donc pas connu par les guérisseurs ou docteurs… Le potentiel de mortalité après quelques jours est d'environs 98.7%. Puisque Karl Grim est un être non-organique et ne possède pas de maître, l’animal de compagnie de Karl Grim était la seule cible pouvant faire réagir Karl Grim. Si Karl Grim participe, il recevra l’antidote à la fin du tournoi en plus du prix…''

Ayant déjà pris la cage des mains de l’automate, il était sous le choc de cette nouvelle… Pour n’importe qui, ce n’était qu’un animal et rien de plus… Pour Karl, c’était son compagnon, témoin de sa fuite, unique survivant avec lui de sa traversée du désert… Il lui était impossible d’imaginer avoir réussi sans lui… Il était son compagnon, son confident, son ami…

Bouillonnant de rage, le golem tentait de se contenir. S’ils disaient vrai, il n’y avait maintenant qu’une seule échappatoire… Rien ne servait de détruire la créature artificielle qui se tenait devant lui… Reprenant la lettre qu’il avait laissée par terre, il commençait à chercher ses armes.

’’Interrogation : Avez-vous reconsidéré?

''Oui… Conduit-moi à l’air de repos des combattants ou peu importe le nom que vous lui donnez… Et pour ta sécurité, plus un mot…''

Armes accrochées à sa ceinture, corbeau confortablement niché sur sa tête, sac sur le dos, le golem éteignit toute source de lumière de son atelier. Fermant la porte à clé et laissant un panneau poussiéreux écrit ’’fermer pour temps indéterminé’’, le golem suivit l’automate. Son instinct lui dit qu’il avait eu tort d’accepter alors que son esprit lui disait qu’il ne pouvait agir autrement.

Dans la nuit, il n’y eu que le son étouffer d’un juron d’origine golemique qui s’estompa dans le silence d’une soirée sordide…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Kumie Astara Dim 05 Aoû 2012, 15:32

Kumie était en train de travailler à sa pâtisserie comme d'habitude, servant ses clients avec ses créations, les satisfaisant par la même occasion lorsqu'un un homme, un humain, vint près du comptoir de la pâtisserie et se mit à appeler la «patronne» comme il le disait si bien donc l'elfe vint au comptoir de sa boutique voir pourquoi on l'appelait, dès qu'elle apparut l'homme l'accueillit avec un sourire comme elle en voyait tout le temps sur le visage de ses clients satisfaits...

«Je suis là, que puis-je faire pour vous satisfaire ? Tiens, je ne vous avais jamais vu auparavant, êtes-vous un nouvel habitant du donjon ?»

Effectivement, Kumie n'avait jamais vue cet homme là dans le donjon, en plus il était humain et le seul humain qu'elle connaissait était sans doute à la garde et en train de former des jeunes combattants pour le donjon...L'homme sortit une lettre et la donna à l'elfe tandis que ses clients semblaient quitter son commerce hâtivement laissant l'elfe et l'humain seuls.
Kumie se mit à lire la lettre attentivement avant de soupirer doucement et de rendre la lettre à l'humain en secouant la tête, il s'agissait d'une demande pour participer à un tournoi aux raisons qui restaient dans l'obscurité...


«Désolée, je refuse de participer à ce genre de choses, ce n'est pas mon genre de devoir me battre rien que pour amuser la galerie, maintenant si vous le voulez bien pouvez-vous quitter ma pâtisserie pour que je puisse continuer à travailler ?»

L'homme poussa un soupir et secoua la tête, ce qui énerva un petit peu l'elfe, ensuite il se mit à faire un sourire peu bienveillant et se pencha au dessus du comptoir pour venir murmurer à l'oreille de Kumie.

«Même si on vous dit que si vous gagnez vous pourrez savoir où se trouve vos semblables voir même vos parents que vous avez perdue de vue depuis la destruction de votre village par d'autres humains ? Enfin vu que vous refusez je crois que je vais m'en aller. Au revoir madame.»

Les oreilles de l'elfe des neiges se dressèrent lorsqu'elle entendit parler des autres elfes avec qui elle avait passée toute son enfance mais un beau jour les humains vinrent et détruisirent tout son village et tout les elfes s'étaient fait soit tués soit ils s'étaient enfuis en s'éparpillant, ce fut le cas de Kumie qui dût fuir seule sans ses parents, ces derniers s'étant enfuit sans elle...
Elle ne savait que faire dorénavant, refuser de combattre et laisser les informations sur ses semblables et surtout ses parents disparaître à jamais ou bien devoir combattre pour un tournoi aux buts encore mystérieux et enfin connaître où se trouvent les autres elfes des neiges et ses parents...
L'homme avait bien remarqué que l'elfe était en plein dilemme et décida donc de rester pour connaître la réponse mais un rictus sombre se dessina sur ses lèvres, il semblait vraiment tenir à ce que Kumie participe au tournoi.


«Vous savez ce serait également très très gênant pour vous si il devait arriver quelque chose à quelqu'un qui se nomme Engar si mes infos sont exactes...»

Kumie fut frappée de stupeur, il était désormais clair qu'elle devait participer à ce tournoi malgré le fait que c'est contre son gré, elle hocha donc doucement la tête en signe d'acceptation, jamais elle n'aurait pu tolérer que quelque chose arrive à l'humain qu'elle aime.

«D'accord...Je vais participer mais laissez moi aller chez moi d'abord, il faut que j'aille chercher quelques affaires.»

L'homme sembla satisfait de la réponse de l'elfe des neiges et lui céda la place pour qu'elle puisse sortir de son commerce, par ailleurs elle le ferma à clé quand ils furent sortis de là, une pancarte «Fermé» pendait sur la porte de la pâtisserie dorénavant et elle ne savait pas quand est-ce qu'elle pourrait retravailler.

Ils allèrent donc chez Kumie pour que cette dernière puisse récupérer son arc, ses flèches, son Katana, son vêtement slime et enfin un masque de renard mystérieux que l'elfe voulait a tout prix avoir pour le tournoi, ce dernier lui servira à se cacher aux yeux des participants.
Après avoir fait cela ils quittèrent le domicile de l'elfe et se dirigèrent vers une destination inconnue que seul l'homme pouvait connaître. Peut-être un lieu et un destin que l'elfe n'aimera pas.
Kumie Astara
Kumie Astara

Féminin
Messages : 247
Expérience : 409
Métier : Pâtissière

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue20/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (20/40)
Race: Elf
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Lun 06 Aoû 2012, 16:08

Même si Ombresang ne ressentait guère la fatigue, il était remué émotionnellement par sa rencontre avec le démon, mais était tout de même satisfait de ce que lui avait promis ce dernier. Il referma la porte de la salle de torture, avant de descendre les escaliers, activité peu aisée pour un être aussi grand que lui. Les marches, larges et pleines d’aspérités, étaient avec les murs, un témoignage de l’ancienneté du donjon. Le golem se prit à songer à toutes les créatures qui l’avait emprunté avant lui : peut-être y avait-il un autre golem, tel que lui, qui avait un jour arpenté ce donjon ? Il en doutait toutefois fortement : il était certainement le seul golem de son espèce, conçue par un esprit détraqué et sénile, ainsi que par la lubricité perverse de Baal’Rens, mais aussi par le sacrifice d’une centaine d’âmes innocentes. Il contempla sa peau avec dégoût : elle était faite avec le sang d’une dizaine de nourrissons, et de plusieurs dizaines de vierges, sans compter les résultats de la semence du démon, dont Emet semblait en être le vestige. Pourtant, Ombresang avait le droit de vivre, il avait connu le bonheur au côté de sa fille, et ne méritait pas la réaction qu’avaient les humains à son égard.

*Bien sûr que tu la mérites, n’as-tu pas rasé des villages, tué d’innombrables groupes d’aventuriers, semant un climat de terreur durant deux siècles ? susurra Emet*

*Tu sais très bien que c’est toi qui me contrôlait à cette époque, vil créature…*

*Il est vrai que tu n’aurais jamais eu la puissance nécessaire à la destruction d’un village, ou au massacre d’un groupe d’aventurier. Tu es un faible, Ombresang, et ce possédé n’a fait que le confirmer.*

Préférant ne pas penser aux paroles d’Emet, Ombresang accéléra le mouvement, dévalant les marches par groupe de quatre… et renversa un être difforme et disgracieux. Il ressemblait à un humain, mais était légèrement bossu. Son crâne, couvert par quelques mèches éparses, était couvert de tâches de son. C’était l’humain le plus laid qu’Ombresang ait vu de sa vie. L’un de ses yeux, difformes, pendait mollement, tandis que l’autre s’agitait frénétiquement dans son orbite. Son nez était énorme et suintait tel un champignon noirâtre et humide, tandis que sa mâchoire difforme révélait une dentition digne de celle du golem. Cette…chose ne pouvait être humaine. La peau pelée s’écarta, dévoilant plus les innommables crocs, et se mit à produire des sons. Ombresang eut alors une idée : le démon ne lui avait pas demandé de lui ramener un humain ? Et malgré ces déformations, il semblait en être un. Et puis, ce ne serait que rendre service à cet homme difforme que d’abréger ses souffrances. Mais il fallait qu’il tue un prisonnier humain… Il eut une idée, il n’avait qu’à manger celui-là et récupérer un prisonnier humain dans les cachots… Mais bon, celui-là avait l’air d’avoir quelque chose à dire….

« Monsieur, je viens vous remettre cette lettre, déclara la créature, ses dents luisants dans l’ombre »

« Hum, je n’ai pas le temps, je suis pressé, voyez-vous ! » s’exclama le golem, qui préférait tester jusqu’au pouvait aller la patience du monstre.

Le sourire de la créature s’étira, tandis que son air devenait sombre, voire lugubre. Il sembla grandir, et sa présence devint menaçante, écrasante.

« Vous allez m’écouter, ce serait dommage de perdre une si belle pièc… »

Emet goba d’un coup la pitoyable créature. C’était encore un possédé, mais cette fois-ci, la résidence secondaire d’un démon mineur, de piètre catégorie. Il laissa échapper un rot satisfaisant, la frustration de ne pas avoir pu éclater le démon lui ayant provoqué une faim déraisonnable dont la conséquence fut la fin de cette pitoyable créature.

« Emet ! Cette lettre m’intéressait ! » s’écria Ombresang, vert de rage à l’idée de s’être fait voler son repas par son parasite »

« Calmes-toi, c’est bon, je te la sors *burp* ta lettre… Et puis, tu pouvais me le dire en pensée…» se défendit le fils de Baal’Rens, avant, dans un indescriptible bruit de déglutition, de ressortir la lettre, couverte de sang, et d’autres immondices.

Une main fit elle-aussi son apparition, et à la vue de cette dernière, Ombresang se dit que tout compte fait, il avait bien fait de ne pas manger ce déchet. La lettre restait heureusement visible, et Ombresang put lire qu’il était question d’un tournoi, dont les raisons, obscures, titillait la curiosité du golem. Il devait faire ce tournoi ! Ce serait un bon moyen d’entrainement. Mais avant cela, il lui fallait passer par les cachots…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Theorem & Ishtar Lun 06 Aoû 2012, 17:13

C'est en pleine garde nocturne que Theorem fut invité à rejoindre le tournois. Alors qu'il faisait le tour des remparts du donjon, un étrange monstre encapuchonné croisa sa route. Ce dernier ne fit pas mine de continuer et s'arrêta bien vite face au Banneret qui ne le contourna pas. A la place, il le regarda et sembla attendre quelque chose de sa part. Le jeune soldat eut une seconde d'inquiétude quant à ce mystérieux messager et se sentit obligé de faire le premier commentaire.

"Hmm... Heu... Bonsoir. Vous voulez quelque chose en particulier ?"

Le messager resta silencieux un moment avant de fouiller dans son ample manche. Theorem posa instinctivement la main sur la garde de sa dague, prêt à se défendre. Finalement, le jeune Inu eut un moment d'inquiétude qui passa rapidement. Le banneret se retrouva simplement face à un bras tendu tenant une enveloppe. Haussant un sourcil, ce dernier la prit de ses doigts gantés. Il l'ouvrit pour en lire un peu le contenu. Il était invité à un tournois sportif... Il n'était pas fait mention de qui le dirigeait et quel serait la récompense... Juste que les participants allaient s'affronter en duel et le vainqueur remporterait quelque chose de spécial. Theorem avait des centaines de questions à ce sujet et leva les yeux de l'enveloppe.

"Et quel est ce..."

Le messager avait disparu... La lettre était pourtant bien réelle. Et ses questions ? Sans réponse ? Il allait donc agir comme il se devait. Calmement, il replaça le document dans l'enveloppe et la glissa dans son sac fait en slime de Adin. S'il devait avoir des réponses à ces questions, il fallait participer. De plus, de part son statut de Banneret, il pouvait enquêter là-dessus de l'intérieur. Pour finir, s'il ne voulait pas de blessés graves ou de morts, bien que le pacte empêchait ça, il allait devoir participer. Il referma son sac et regarda la lune un instant avant de soupirer. Seul cet astre allait être témoin de cet étrange échange. Calmement, Theorem reprit sa marche. Après son tour de garde, il lierait cette lettre avec plus d'insistance. Mais, dans le doute, il se tourna vers l'ancienne position du messager.

"C'est d'accord, je participe !"
Theorem & Ishtar
Theorem & Ishtar
Maison Bivoï

Masculin
Messages : 852
Expérience : 468
Métier : Amirauté de la Marine d'Inferis et de la colonie de Nachtheim

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue32/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Undead
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Lun 06 Aoû 2012, 21:27

Des pions, il manquait des pions dans l’échiquier de Croc Noirs. Qu’importe que toutes les pièces maitresses soit déjà invité/amené/contraintes à participer, il fallait des pions supplémentaires, des atouts, des personnes dont la disparition ne causerait pas trop d’émois de préférence… Mais pas non plus le parfait inconnu, il aurait fort à parier que ces derniers ne tiendraient pas suffisamment de temps pour que toutes les ficelles se tissent… Or si les bonnes maitresses sont faciles à identifier, les bons pions le sont moins… Car, étant à la frontière entre l’inutile et le trop important, il fallait rapidement jeter son dévolu sur quelques pions…

De fil en aiguille en utilisant la plupart de ses informateurs, Croc Noir arriva à trouver un bon pion. Un beastman pas très connu, garde comme beaucoup, disposant toutefois d’un gros succès à son palmarès : avoir participé à la défaite d’un draco-liche, et même y avoir survécu ! De plus, ce dernier, ne recherchant nullement la gloire ou l’avancement, n’était pas allé le crier sur tous les toits, il était resté parmi les habitants lambda… Le pion parfait pour son plan… A un élément près : Son passé était inconnu. Au vu de son gabarie et de sa mentalité, il devait avoir une bonne 20e d’année, mais pourtant toutes ses apparitions n’avaient que quelques mois… Or son pion ne devait en aucun cas refuser son offre… Il lui fallait un moyen de pression en cas de refus… Personne ne semblait même savoir d’où il venait, à moins que ces dernières ne soient que bien trop prudente… Diantre… Tout le monde a une corde sur laquelle on peut tirer pour forcer les choses, mais celle de celui-ci était bien dissimulée…

Il fallut quelques jours encore à Croc Noir pour trouver quelque chose… Peut être une simple coïncidence… Mais c’était une piste à creuser… Les premières apparitions du beastman arrivaient peu de temps après la découverte d’un cadavre d’un autre beastman de la même nature. Un cadavre chez un certain mage monstrologue… Un survivant de la guerre de l’arcane… A laquelle il avait ardemment combattu du « bon » coté… Ce dernier n’aurait jamais pu exterminer un beast de manière froide, mais en protéger un par contre c’était parfaitement dans ses cordes… Ils étaient liés sans l’ombre d’un doute… Mais de quelle manière cela était bien difficile à cerner, mais peu importe, il avait son moyen de pression, cela lui suffisait pour ajouter ce pion à son échiquier.


___________________________


Après une journée ensoleillé et calme, l’opossum rentrait tranquillement chez lui après avoir fait quelques passes d’entrainement avec sa nouvelle arme. Le style changeait radicalement vis-à-vis de sa précédente arme, mais cela lui convenait mieux. Il progressait bien plus vite et arrivait à se défaire de bien plus d’adversaires qu’auparavant. Il progressait vite et cela le réconfortait dans son choix. Après un copieux repas il reçut une étrange lettre à son domicile, composée de ces mots :

Cher Sparkster.

Vous avez été spécialement invité à participer à un concours prestigieux opposant les meilleurs combattants du donjon. Votre maitrise et vos talents font de vous un candidat de choix pour la victoire. Ce concours mettra à l’épreuve toutes vos facultés, quelles soient martiales ou autre. Cet entrainement de choix vous permettra sans aucun doute de vous améliorer de manière significative dans vos arts, talents qui ne vous ferrons plus jamais défaut après, soyez en garantis.
Veuillez prendre en considération la close la plus importante de ce tournoi, et la respecter sous peine de disqualification : veuillez n’informer personne.

Veuillez je vous prie donner votre réponse à la personne derrière votre porte.

En espérant vous voir parmi nos concurrents.



A peine avait-il finit de lire la lettre que l’on sonnait à la porte. C’était un humain qui directement demanda directement quelle était sa réponse...

Le chevalier n’aimait pas ça, il avait l’impression d’avoir été entrainé dans un piège, néanmoins, il ne pouvait rater une occasion pareil pour s’améliorer… Mais il était gêné par la clause de n’informer personne… Après un rapide tour de la situation, il se dit deux petites choses : d’une il ne craignait pas grand-chose, d’autre si il était vraiment tombé dans un piège, il était certainement trop tard pour y réchapper… De plus, il DEVAIT le faire, il DEVAIT s’améliorer… Pour Erk… Sans autre commentaire, il pria l’humain de lui laisser le temps de préparer son équipement pour le rejoindre. Il fit un tour rapide de ses derniers achats… Il était grand temps que son équipement serve à autre chose qu’à faire des combats d’entrainement ou des katas. Il prit une pierre d’aiguisage en plus de son équipement habituel et suivi le parfait inconnu...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Engar Mer 08 Aoû 2012, 13:56

Debout dans une pièce dont les murs gris avaient pour tout ornement une fenêtre, trop petite pour laisser passer un homme, qui était ma seule source de lumière et m’indiquait ainsi par ailleurs qu'il faisait jour je vérifiais une énième fois mes armes ainsi que mon armure. J'ignorais combien de temps s'état écoulé depuis que j'étais là et j'avais oblitéré les évènements récents qui avaient précédé cet isolement. Enfin presque, mes souvenirs allaient jusqu'à cette invasion de zombies, cette nouvelle rencontre avec Ferliost et après... c'était fragmenté, j'avais souvenir d'une enquête, de ce qui en avait découlé, mais... Tout cela était flou, et cela était surtout le cas pour cet effroi que je n’appréhendais pas pour mon aimée. Kumie... Qui en un soir et une nuit avait su me donner plus que quiconque à ce jour, à condition bien sur qu'elle soit plus sincère qu'Amelya, mais de cela je n'avais aucun doute... On me dira cependant que je n'avais aucun doute vis à vis de la succube également, mais bon ne dito n pas que l'espoir fait vivre ? D'accord cette phrase est idiote j'ai très bien vécu des année sans réel espoir et je suis bien en vie. Toujours est il que depuis que j'étais ici tout le instants que je ne consacrais pas à ma préparation je songeais à elle en contemplant cet anneau qu'elle m'avait donné et dont je ne m'étais pas défait à ma connaissance depuis et à chaque fois... J'étais partagé entre une douce joie et une peur indicible et cela se réitéra encore cette fois ci, alors que j'avais achevé de nettoyer mes lames de la rouille qui avait commencée à les ronger.

Cependant je fut arraché à temps de ce songe avant qu'ne sorte de mélancolie m'envahisse et que je mette à songer à cet absence de souvenirs en vain. La porte, verrouillée en temps normal, qui était la seule issue de cette pièce pour y voir entre Crocs noirs, celui qui m'avait emmené en ces lieux. Je Haïssais cet homme pour tout ce qu'il représentait, tout ce qu'il y avait de plus vil dans les moeurs des humains si on omettait le fanatisme et dont la survie était pourtant indispensable pour le bien de nombreux monstres qu'il avait réussit à rendre dépendant de ses services. Le faire tomber revenait à entraîner dans sa chute de nombreux monstres... Et s'il était vrai que j’étais du genre à être à même de sacrifier des innocents pour mettre à bas un mal qui risquait d'en toucher encore plus je ne pouvais cette fois m'y résoudre pour deux raisons toutes simples... J'avais beau abhorré ses méthodes il n'avait contrait personne, ses victimes avaient eux même choisies leurs chaines alors pourquoi le tuerai je alors qu'au fond il ne fait de mal qu'à ceux qui le demandent... Et puis il faudrait pour se débarrasser définitivement de lui qu'il ne soit plus lié au donjon. Qui plus est il fallait reconnaître qu'avec ses artéfacts il était un des individus les plus puissants du donjon et dans le fond... Il lui arrivait de pouvoir se rendre utile, comme ce qui l’avait amené en ces lieux.

"Bonjour Engar... Encore une fois tu m'excuseras de garder la porte fermée, mais c'est une précaution que..."

"Laissez tomber les politesses Crocs noirs, si je dois vous tenir griefs de quelque chose ce n'est pas de cela. Même si je n'ai nullement l'intention de m'enfuir nous sommes tout deux des hommes de terrains, d'actions, même si pour votre part vous vous cachez derrière vos sbires, de fait nous connaissons tout deux les règles de bases à respecter pour ce genre de situation. Cependant... Je doute que vous soyez là pour me faire poliment la conversation ou même m'amener mon repas, ce n'est pas l'heure de toute façon... Alors qu'avez vous à me dire."

Négligemment je me dirigeais vers la fenêtre et posais mon épaule contre le mur, la tête dirigée vers le fin rayon de lumière afin de contempler le ciel, dégagé aujourd'hui, puis le sol qui me donnait une vue imprenable sur les remparts et la forêt. J'avais par ailleurs finit par comprendre que j'étais au deuxième étage du donjon, dans la zone des appartements, bien que la pièce où j'étais s'apparentait plus à un cachot qu'autre chose, bien qu'elle ne soit pas tant que cela différente de la chambre qui m'avait été attribuée. Toujours est il que mon observation en m'empêcha pas d'écouter ses dires.

"Mes... Recruteurs ont trouvés, malgré quelques incidents, plusieurs individus apte à participer à mon... Projet certains sont encore en train de se décider, d’autres sont déjà dans leurs "appartements" ce n'est plus qu'une question de jour avant que tout cela ne soit prêt. Cependant j'ai également une question personnelle. Nous sommes loin d'avoir une relation amicale donc pourquoi avoir accepté aussi facilement de me rendre ce... Service ?"

Sa question était légitime, mais tellement prévisible qu'elle m'arracha un sourire suivit rapidement de ma réponse, que je prononçais sans prendre la peine de me tourner vers lui.

"Tout simplement car tu me devras quelque chose en échange et que je serai en doigt de réclamer beaucoup non ? Cela est assez décisif, n'oublie pas que j'ai été un mercenaire avant. Ensuite cet... Evénement induira forcément des affrontements et je n'en refuse JAMAIS, du moment qu'il y ait une bonne raison à cela et cela est le dernière point, ma raison est que je finis toujours mes combats."

Au vu des circonstances de la chose, et dont il avait dévoilé certains détails à Engar il comprenait parfaitement ce qu'il voulait signifier par cette phrase, peu importe qu'il perde ou qu'il gagne à ses yeux il en profitera, même s'il fera tout pour obtenir la victoire, probablement par simple plaisir du défi martial... Ou alors afin d'accomplir le plus plus gros de ce combat qu'il évoquait. Le ruffian lui même serait incapable de le dire, mais toujours est il qu'il comprit au son de la voix de son interlocuteur que leur conversation était finie, mais alors qu'il allait sortir Engar lui dit une dernière chose qui lui arracha un léger sourire.

"... Et merci pour le démon."

Simple formalité... Et part du règlement du tournoi qui stipulait bien qu'il fallait être seul en se présentant au combat, hors aux yeux du hors la loi le démo n'était une personne parfaitement dissociable d'Engar. Bien sur même avec les artéfacts il n'avait pas été simple de contourner le sceau de Shiru pour "endormir" le démon et faire en sorte qu'Engar demeure le dominant aussi longtemps que nécessaire et ne soit pas interrompu par les commentaires de l'infernal tout en pouvant puiser dans son énergie, ce qui faisait après tout partie de ses capacités personnelles, puisque ce n'était pas son démon qui lui donnait sciemment ce pouvoir à sa connaissance. retournant à son "bureau" derrière lequel il s'assit l'air pensif il songea que cela avait été néanmoins une formalité par rapport à ce qui avait suivit. Altéré les souvenirs récents du chasseur de démons, sans pour autant toucher à ses expériences passées ou à son identité n'avait pas été des plus simples, mais au vu de ce qu'il avait vécu récemment il avait mieux valu l'altéré pour éviter que cela l'affecte outre mesure lors du tournoi. Cependant le sortilège avait uniquement atteint le cerveau de manière et donc n’avait pas atteint le démon, ce qui justifiait d'autant plus son sommeil. Ces deux sortilèges seraient par ailleurs temporaires et ils dissiperaient de toute façon à la fin du tournoi, si ce n'était pas déjà fait avant... au vu de ce risque peut être aurait il été plus prudent de le tenir à l'écart, mais il avait entendu certaines histoires sur cet hommes depuis qu'il se renseignait sur lui... Le porte haine... Peut être au final cela pourrait il être une force pour lui. De toute manière il avait une chose dont il était certain, il avait perçu la détermination de ce participant dans sa voix. Il se tiendrait à ses dires. Il ferait tout pour mener ses combats à leurs termes, peu importe ce qui adviendra, n'importe quel combat...
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue32/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Jeu 09 Aoû 2012, 14:23

Et voilà que j’étais encore en train de baver sur mon comptoir en train d’attendre l’arrivé d’un client tout en écoutant le son des tic-tac des horloges… Les bruits se chevauchant dans des sons qui étaient presque les mêmes… Oui presque ! Il faut bien un peu de nuance non ? Certains sont plus grave, d’autre plus aigue… C’est beau… Si on est une fanatique de tout ce qui est horloge ! Ce qui n’est pas mon cas ! Bordel… Faut que j’en coupe quelqu’une… Cela commence même à ressonner dans ma tête ! Arg! Non… Calme et sérénité… J’ouvrais chacune des portes des grosses horloges, ainsi que les petites… Je les arrêtais chacune avec un rire presque sadique… Voilà ! Le silence absolu ! Ah ! Que c’est bon de ne rien entendre ! Bien sur… Le bruit de l’extérieur ne pouvait pas être coupé comme si on appuyait sur une télécommande ! Stop délire… Inspire, expire, inspi… Oui comme on dit pour les femmes qui sont en train d’accoucher ! Bref… Je me recalais tranquillement sur mon siège derrière le comptoir. Deux livres étaient là… L’un était ma Chronique, l’autre était : comment faire cuire vos œufs en poudre sans vous faire cramer – édition pour les nuls… Oui ! J’suis un blaireau en ce qui concerne la cuisine ! Bah… C’est juste un détail n’est-ce pas ?

Je ne vous décrirais pas le contenue du second livre pour des raisons plus que évidentes… On nous sort plus de trois cent pages juste pour nous décrire comment dévissé le bouchon sans perdre de matière… Ensuite on nous parle de comment le préparer et tout le reste… Autant dire que c’est la joie quand on lit cela… Et pour finir, arriver à la moitié du livre, je me dit comme un con que je ne mange les œufs que dans les omelettes et les quiches… Oui, ceci est très logique et très brainfuck quand on y pense… Bah… Peut importe… Au moins… Je dormirais moins con ce soir ! Ce qui n’est pas plus mal me diriez-vous…

____

Un homme s’avançait… Se trouvant devant le donjon, il prenait un croquis du lieu… Pourquoi était-il là ? Pour faire simple, on lui avait envoyé une invitation… Mais bon, ce qu’il voulait c’était d’explorer le monde encore une fois ! Sachant que le tournoi serait ici, il décidât d’aller voir son fils qui avait ouvert une échoppe.

____

Le son de la cloche sonnait ! Un client ! Enfin ! De l’argent ? Pitié… Faite que ce soit un client. Je levais ma tête pour voir un homme encapuchonné… Bizarre… Les traits du visage me rappelaient quelqu’un.

Bonjours et bienvenue à Time travel, a votre service ! Vente et réparation des instruments du temps ! Que voulez-vous ?

Vous êtes Mephisto ?

Heu… Oui ! C’est bien moi… Que me voulez-vous ?

Dans mes bras fiston !

Pour une raison assez bizarre… Ce type se prenait pour mon père… Mais non ! Il est sencé être à la maison avec mam… Cela fait presque quatre-vingt que j’ai quitté la maison… Mère devrait être morte… J’enlevais la capuche…Cheveux vert jaune comme les miens… Je le poussais un peu pour voir sa tête. Les même yeux.

Nous parlions un moment… Du temps qu’il c’est passé depuis que nous nous sommes quitté… Il me montrât une lettre.

C’est une invitation… Tu la veux ?

Une invitation ? Hein ? Attend laisse moi lire.

Je pris la lettre, puis je lue. Un tournoi ?

Il y une récompense à la clef ? Si non… Je pense refuser ! J’suis assez mal au point niveau financier tu voie…

D’après la lettre oui.

J’prend !

Je me baissais en dessous du comptoir, mon père regardait ce que je faisais… Bien sur, je me cognais contre lui ne sachant pas qu’il avait la tête au dessus de la mienne… Mes gantelets équipés, j’étais chaud comme la braise au point… Nan… Juste chaud comme la braise ! Il est où ce tournois ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Hollow Darknight Mer 15 Aoû 2012, 11:56

C'était par une journée normale qu'Hollow se réveilla tranquillement et se leva pour aller chercher de quoi manger, pour une fois, le soleil ne le dérangeait pas car il n'était pas tellement fort, ce qui lui permettrait d'élargir ses horizon de chasse, en essayant de ne pas trop s'éloigner pour se perdre, c'était un dont chez lui ça, se perdre... Non mais franchement, comment on pouvait avoir un sens de l'orientation aussi nul ? Et surtout venant d'un dragon... On aura tout vu. Bref, il marchait dans la forêt à chercher son petit dèj', un gars normal ne se serait pas fait chier à aller chasser alors qu'il y a une taverne au donjon, mais Hollow préférait chercher son repas lui-même, c'était une habitude chez lui, même si ça paraissait idiot aux yeux des autres, enfin, de toute façon personne le savait, alors tant mieux pour lui.

Il marchait, dans la forêt tranquillement, calme, les promenades en forêt, même pour chasser c'était toujours tranquille, et ça le faisait plonger dans ses pensées même si il restait à l'affût d'une proie, pourtant malgré que tous ses sens soit en éveil, Hollow n'avait même pas remarqué qu'il y avait quelque chose qui l'observait et le suivait. Il traînait en route, au point de presque oublier qu'il était censé chercher son petit déjeuner, il finit par s'arrêter au pied d'un arbre, pensant reprendre la chasse plus tard, de toute façon il ne semblait pas avoir très
faim, en général quand on a faim et qu'on doit chasser on ne perd pas son temps.

---------

Depuis que le dragon s'était réveillée, une silhouette le suivait, elle était très souple, et glissait sur le sol et parmi les buissons dans un extrême silence, en prenant soin de rester à l'écart, étrangement rien de ce qu'elle faisait ne semblait attirer l'attention d'Hollow, tant mieux dans un sens, il devait être trop absorbé par ses pensées pour faire attention.

Ça faisait bientôt plus d'une heure que l'inconnu suivait Hollow, il commençait à se lasser, heureusement, une ouverture se montrais enfin, c'était le moment de se montrer, le dragon c'était enfin décider à s'arrêter, une chance, sans attendre l'inconnu sorti des buissons et alla au-devant d'Hollow qui venait de se poser au pied d'un arbre.

C'est bien ton genre de laisser tomber la chasse pour te reposer dis-donc... Tu n'as pas changé

En entendant cette voix qui lui était d'ailleurs très familière, Hollow leva les yeux, devant lui se tenait un serpent d'une taille assez imposante, avec de magnifiques yeux bleu, la créature semblait le regarder avec un léger sourire. Hollow se frotta les yeux, comme s'il ne croyait pas ce qu'il voyait.

Et bien, on ne dis plus bonjour à sa vieille amie ?

Hollow se leva et s'approcha doucement, légèrement incertain.

Saphire, c'est bien toi ?

Nan pas du tout, je suis son fantôme... Mais bien sûr que c'est moi
mon petit dragounnet.


Ne voulant pas trop croire à ça Hollow se secoua en se disant qu'il devait certainement rêver, pourtant ce n'étais pas du tout le cas, il avait beau essayer il ne parvenait pas à se réveiller, ce qui prouvait bien que c'était la réalité. Sans attendre, il se jeta sur le serpent le serrant dans ses bras.

Saphire, tu ne peux pas savoir comme tu m'as manqué.

Toi aussi tu m'a manquer Hollow.

Après ces rapide retrouvaille, Saphire ne traîna pas trop, pour tendre le bout de sa queue à Hollow, elle tenait quelque chose.

Tiens, on m'as donné ça en disant que c'était pour toi.

Qu'est-ce que c'est ?

Hollow pris ce que lui tendait son amie, il s'agissait d'une enveloppe, il n'y avait rien écris dessus, même pas le nom de l’expéditeur, ni même le siens, il l'ouvrit et la lit.

Alors qu'est-ce que c'est ?

Une invitation à un tournoi à première vue, il y a écrit qu'il y a un bon prix à gagner, mais il n'est pas écris ce que c'est, ni même le nom de l'organisateur...

C'est louche... Tu comptes vraiment y participer ?

Bien évidemment, ça changera de la routine à tout le temps tourner en rond dans la forêt ou bien au donjon...

Bien je vois, comme tu veux, allons-y

Sur ces quelques mots, Hollow ainsi que Saphire se mirent en route, visiblement, Saphire savait ou ça se passait, bah tant mieux, au moins ils se perdront pas.
Hollow Darknight
Hollow Darknight

Masculin
Messages : 38
Expérience : 320
Métier : Musicien

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue10/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (10/40)
Race: Reptile
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Jeu 23 Aoû 2012, 17:30

Voilà maintenant quelques temps qu'Azélia venait de rejoindre le donjon. Maintenant installée dans c refuge qu'elle espérait définitif, elle avait même réussit à se trouver un métier. Elle avait réussit à rentrer dans la garde du donjon, un poste qui lui plaisait plutôt bien. Elle avait l'impression d'être utile à quelque chose, ce qui était assez rassurant. Par contre, elle se retrouvait face au problèmes des horaires de travail, qui était assez tardif. C'est d'ailleurs pendant son travail qu'elle fit une assez drôle de rencontre.

Par une fin d’après-midi, elle patrouillait dans les couloirs du second étage, veillant sur la petite foule qui passait devant toutes les boutiques. Elle avait déjà interpellé deux voleurs, depuis le début de la journée. Alors qu'elle passait devant une forge, qui dégageait une chaleur terrible, elle entendit un "Pssst" venir de sa droite. Le genre de "Psst" qui indique clairement qu'une personne souhaite attirer votre attention, sans attirer celle du reste des montres. Elle s'arrêta et se tourna vers l'origine du bruit. Appuyé contre le mur, une silhouette encapuchonnée fixait pesamment la renarde, les bras croisés. Azélia hésita un instant, avant d'avancer de quelques pas. Elle n’eut pas le temps de placer un mot que l'inconnu lui tendit une lettre cachetée. Haussant les sourcils, elle regarda tour à tout la lettre, puis l'inconnu.


"C'est pour vous"
glissa l'inconnu d'une voix basse et sifflante, qui trahissait des origines reptiliennes, sans aucun doute. Azélia attrapa la lettre du bout des doigts. Elle semblait fine, plutôt courte...qui donc pouvait bien lui écrire ? Elle chercha un nom sur le papier, une indication, mais rien. Et quand elle leva les yeux vers le messager, elle ne vit que le mur en pierre du couloir. Qu'est ce que ça signifiait ?

En décachetant la lettre, elle découvrit une écriture fine et stylisée. Elle ne contenait qu'un seul paragraphe, bref, qui l'invitait à un tournoi entre membres du donjon. Il semblait y avoir une récompense à la clef. Et aussi, le paragraphe lui indiquait ou se rendre si elle souhaitait participer. Intriguée, elle relut le parchemin plusieurs fois. Un tournoi...Est ce que ça valait le coup de participer ? En y réfléchissant bien, elle n'avait jamais entendu parler d'un tournoi un tant soit peu officiel. C'était étrange...raison de plus pour participer et enquêter. Elle se demanda un instant si elle devait en parler aux autres membres de la garde. Peut être avait-ils reçu la même invitation, qui sait. Elle froissa la lettre et la glissa dans sa petite sacoche, à coté de son couteau. Puis après un instant de réflexion, elle se décida et vérifia qu'elle avait bien tout son équipement, avant de se diriger vers le lieu indiqué par la lettre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Sélèna Moonlight Dim 26 Aoû 2012, 17:23

Dans mes tentatives de recrutement, j’errais parfois durant de longues heures dans l’enceinte du donjon, aussi bien sous ma forme habituelle que ma forme de louve. Aujourd’hui en l’occurrence, j’avais adopté ma forme animale pour tenter de repérer certains avec une haine suffisante des humains pour vouloir agir si on leur en donnait l’occasion. C’était précisément ce type de personnes que je cherchais, et certains étaient eux-mêmes suffisamment discrets pour me servir d’intermédiaire. Mais cela ne m’empêchait pas de faire mes repérages moi-même.

J’étais dans les environs des salles d’armes quand j’entendis discrètement un chuchotement dans une salle voisine. Je m’approchais et plaça mon oreille dans l’embrassure de la porte. J’entendais que très vaguement la discussion entre deux voix reptiliennes, mais l’une était presque aussi douce qu’une ombre, et je n’arrivais pas à comprendre ce qu’il disait. Heureusement pour moi, l’autre n’était pas aussi discret et j’arrivais à peu près à suivre le sujet de cet entretien secret. Un tournoi ? Une récompense ? C’était intéressant… et même très intéressant. Il fut question d’une invitation, et l’invité laissa échapper une exclamation de surprise peu après. Il se mit à parler plus fort et je compris alors que son interlocuteur avait comme disparu. Si je voulais participer à ce tournoi et me faire voir, ainsi que de voir des meilleurs combattants, il me fallait une invitation. Et le meilleur moyen de m’en procurer une était d’emprunter celle qui venait d’être donnée.

Devinant la suite, je reculai précipitamment et reprit ma route comme si je venais d’arriver, et j’étais à quelques mètres de la porte quand ma cible sortit de la salle, et me regarda tout de suite. C’était un reptilien humanoïde, ressemblant à un iguane. Le fait que je pouvais être une louve n’était plus un secret, mais certains ne semblaient pas encore faire le rapprochement entre une simple louve et moi-même. Et celui-là en faisait visiblement parti puisqu’il ne s’attarda pas sur moi et continua à regarder autour. Je le laissais dans l’ignorance et continua ma route comme si de rien n’était, retenant juste son odeur au passage. Avec cette information, une fois que le mur me masqua à son regard, je partais en courant vers la zone résidentielle et cherchait sa chambre. Il me fallut quelques minutes pour la retrouver, un peu isolée, avec son odeur dominante sur la porte. Elle n’était pas fermée à clef, et je regardai rapidement à l’intérieur pour y voir quelque chose d’utile. Mon choix se porta sur une petite corbeille de fruit. Je savais quoi faire, il me fallait juste retourner dans ma cachette. Je repris brièvement ma forme garou pour refermer la porte, et une fois à nouveau à quatre pattes, je sorti de la tour pour rejoindre mon chez-moi, dans la forêt. Je pris mon pagne et m’attarda un instant devant ma table de travail, observant les différentes fioles devant moi. Laquelle serait la plus adaptée à ce que je voulais faire ? Le choix fut rapide : si je voulais en plus de récupérer l’invitation et ne pas qu’il cherche à me rattraper, il devait ignorer mon passage ou être inactif le plus longtemps possible. La fiole noire me semblait tout indiquée.

En possession de ceci, je repartis au donjon et me dirigea vers les résidences en faisant un bref détour par les tavernes, où je vis ma future victime dans une des salles, en train de boire tranquillement ce qui ressembler de loin à une bière, mais je tournais le regard quand le sien se dirigea vers moi. J’ignorais s’il ferait le rapprochement immédiatement, mais je décidais de ne pas prendre de risque et me mit à courir vers sa chambre dès l’encadrement de la porte de la salle franchie. J’arrivais presque essoufflée, mais avant lui. Sa porte n’était toujours pas fermée, et j’entrais comme avant. Je versai le contenu de ma fiole sur quelques pommes et autres fruits à manger entier. Il suffisait d’un fruit pour sentir les effets après quelques minutes, et s’il en mangeait deux, je serais tranquille : il aurait suffisamment d’hallucinations pour croire en n’importe quoi. Je sorti et referma la porte, et j’eu à peine le temps de m’éloigner de quelques pas que j’entendis quelqu’un arriver. Selon toute vraisemblance, il avait donc fait le lien avec ma fourrure claire. Je repris précipitamment ma forme de louve, et prit mon pagne dans ma gueule avant de me replier dans un creux. Les bruits de pas s’arrêtèrent devant sa porte. C’était bel et bien lui. J’attendis quelques secondes avant de l’entendre ouvrir la porte et la refermer, accompagnée d’un bruit de verrou. Mince. Je me dirigeai vers la porte et reprit ma forme garou. J’écoutais attentivement, attendant les premiers signes. Ils ne se firent pas attendre, sous la forme d’un râle de douleur qui s’échappa, avant de gagner en amplitude. Je souris, et m’attaqua à la serrure. Utilisant mes griffes, je cherchais à accrocher quelque chose pour ouvrir la porte. J’étais bruyante et pas efficace, et je ne savais même pas si j’allais y arriver. Heureusement, il ne pouvait rien faire vu les bruits que j’entendais de derrière la porte. Je grognais intérieurement, et restait bien dix bonnes minutes à tenter d’ouvrir cette serrure, avant de réussir finalement à agripper le loquet et à l’ouvrir. Quelle piètre voleuse je ferai… Heureusement, je n’étais pas là pour ça.

La porte ouverte, je vis que l’iguane était à terre et semblait regarder un point du plafond d’un air effrayé et en se tordant de douleur, et je constatai qu’il avait mangé pas moins de trois de mes fruits piégés ! C’était au-delà de mes espérances, et je n’osai même pas imaginer ce qu’il devait voir à cet instant. J’eu un large sourire en voyant un morceau de papier à côté de la corbeille et en constatant qu’il s’agissait selon toute vraisemblance de cette invitation.
Calmement, je sorti de la chambre sous les cris terrorisés du reptile, je fermais la porte et partit prendre mes affaires avant de revenir ici avec cette invitation, comme cela était demandé dessus.
Je n’étais pas attendue, mais cela ne pouvait que créer la surprise à celui qui avait organisé cela, peu importe son identité.

Sélèna Moonlight
Sélèna Moonlight

Féminin
Messages : 182
Expérience : 310

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue20/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (20/40)
Race: Beastman
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Lun 27 Aoû 2012, 16:32

C'avait été une journée éprouvante. Pas tant sur le point physique, étant donné que je ne pouvais de toute façons pas me fatiguer de cette façon, mais parce que j'avais dû enchanter une amulette avec une bonne centaine de runes. Le tout sur un objet dont le diamètre ne faisait même pas cinq centimètres.

Cela dit, alors que je me posais confortablement dans un fauteuil situé au fond de la boutique après les rangées de bibliothèques, une douce chaleur se rependait à travers moi à l'idée de la belle pile de pièces d'or que ce travail me ferait gagner. Je restai sans bouger pendant un bon moment, profitant du calme du magasin et de l'épaisseur du rembourrage dans lequel je m'enfonçais jusqu'à ce qu'un bruit ne brise ma relaxation.

D'ordinaire, j'accueillais le 'ding' familier de ma clochette avec joie étant donné que ça signifiait un nouveau client. En revanche, quand il résonnait alors que ma boutique était fermée. A clé. Et que je n'attendais personne, il avait plutôt tendance à me mettre sur mes gardes.

Dans la pénombre de ma librairie, j'avais peu de chance de me cacher; contrairement aux humains et la majeure partie des créatures, les banshee brillaient légèrement. Rien de visible lorsque l'éclairage était suffisant, mais étant donné qu'une unique bougie était utilisée pour éclairer la pièce entière, il m'était impossible d'être discrète.

Ainsi, je m'avançai vers l'intrus, qui m'attendait calmement, une expression d'arrogance particulièrement agaçante sur son visage. Maintenant que j'étais face à lui, je me rappelai qu'il était passé dans ma boutique il y a de ça quelques jours. Il n'avait rien acheté, d'ailleurs, mais d'un autre côté, l'aspect crade, l'armure de cuir et sa façon de bouger ne l'avait pas vraiment marqué comme client mes yeux.

De plus, le regard qu'il me jetait, comme s'il examinait une pièce de viande au lieu d'une personne ne me rendait pas particulièrement à l'aise, ni disposée à être aimable, d'ailleurs. En soit, ce genre de personne n'était pas vraiment rare, mais il portait le fait d'être un infâme enfoiré à un tout autre niveau.

Du moins, c'était l'impression que j'avais de lui.

"C'est fermé. Allez-vous en."

Ce qui explique ma réplique. Evidemment, ce genre de personne n'était pas vraiment connu pour écouter ce qu'on leur disait. Avec un sourire encore plus désagréable que l'expression qu'il affichait auparavant, il parla avec une voix qui l'était tout autant.

"Allons, ne sois pas comme ça, ma jolie. Je viens avec un message."

Il me passa alors une enveloppe. Sa main toucha la mienne moins d'une seconde, mais c'était suffisant pour que j'aie envie de le la lui arracher.

Je lus rapidement le contenu du message avant de lever ma main pour le brûler sous les yeux de celui qui l'avait amené.

"Je ne suis pas intéressée. Maintenant, allez-vous en."

Participer dans un tournoi, surtout un organisé par une personne en rapport avec cet intrus? Et puis quoi encore?

Malheureusement, ce n'était toujours pas suffisant pour me débarrasser du messager, et il posa sa main sur mon épaule en me demandant de reconsidérer. Que je regretterai ne pas avoir accepté son offre. Je chassai sa main d'un geste sec avant de le pousser contre le mur et de le tenir par la gorge.

Il y avait des choses qu'on ne faisait pas à une pauvre demoiselle sans défenses.

Et il y en avait qu'on ne faisait pas à une banshee.

En général, si les premières pouvaient être ignorées sans trop d'ennuis, il valait mieux faire bien attention à ne pas commettre les secondes.

"A présent, écoute moi bien. Tu vas quitter ce magasin. Tu n'y remettras plus les pieds. Tu resteras hors de ma vue. Si je te revois ou que j'entends parler de toi, la dernière chose que tu entendras sera le cri de la mort, et tu sauras pourquoi il ne faut pas croiser le chemin des filles de Kriemhild."

Ou les menacer, en l'occurrence. Peu importe. Je le relâchai, ou plutôt le lançai, notant au passage que le bout de mes doigts était légèrement ensanglanté. Ce sang n'était pas le mien, bien sûr, et je pus le confirmer lorsque l'intrus cessa de masser sa gorge.

De façon surprenante, plutôt que de prendre la fuite, comme je l'espérais, il se mit à rire.

“Haha, oui, comme ça, je vois vraiment ce qui est arrivé à ta famille!”

Cette remarque me figea un instant. Comment pouvait-il savoir ce qui s’était passé il y a maintenant plus d’un siècle? Mon histoire était presque inconnue, et la façon dont il avait tourné sa phrase, en parlant de ma famille plutôt que du manoir ou de la zone l’entourant, était différent de la façon habituelle de la raconter.

Il profita de mon manque de réaction pour continuer et se releva, son insupportable sourire à nouveau sur ses lèvres.

“Oui, je sais ce qu’il s’est passé. Après tout, malgré ce que tu penses, tu n’es pas la dernière des Béris.”

Malgré moi, il avait à présent toute mon attention. J’avais... j’avais encore une famille? Avant que je ne sache ce que je faisais, je m’étais rapproché de lui et avait posé mes mains sur ses épaules, mais au lieu d’être menaçante comme toute à l’heure, mon attitude était suppliante.

“Oui... Lawrence et Fleur ont survécu. Sont-ils encore en vie? Où sont-ils?”

Les paroles échappaient de ma bouche sans que je n’aie aucune contrôle sur elles. Bien sûr, mon frère et ma soeur avaient survécu; le premier n’était pas là lors de l’attaque et la seconde avait été épargnée lorsque j’avais repris mes esprits. Mais c’était il y a longtemps et je n’avais pas la moindre idée d’où ils étaient à présent, ou s’ils étaient encore en vie.

Cependant, le messager se remit à rire au lieu de me répondre. S’il n’avait pas eu d’informations que je souhaitais plus que tout, je jure que je l’aurai démembré sur place.

“Voyons... Je croyais que les Béris étaient des marchands. Tu devrais donc savoir qu’on obtient rien sans rien, ma belle.”

Je faillis laisser échapper un “tout ce que vous voulez”. Heureusement, j’avais encore assez de contrôle pour ne pas le faire. Cela dit, j’accepterai probablement toute condition qu’il poserait.

Je devais savoir!

Résignée, je posai la question fatidique.

“Que voulez-vous en échange?”

Je n’aurais pas pensé que c’était possible, mais le sourire du messager s’élargit et devint encore plus agaçant alors qu’il sortait une seconde lettre, identique en tout point à la première qu’il m’avait remise. Je n’avais pas besoin de l’ouvrir pour savoir son contenu.

“Très bien... Vous avez gagné. Où dois-je me rendre?”

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Felina Jeu 30 Aoû 2012, 13:45


Felina,
J’ai l’incommensurable plaisir de vous convier au Tournoi des Créatures, évènement spectaculaire
mettant en scène les plus beaux combat des plus puissants guerriers !
Étant donné votre réputation, c’est l’évidence même de vous choisir parmi nos meilleurs compétiteurs,
et nous savons bien sûr que vous serez à la hauteur de nos espérances…
Pour ne pas gâcher la surprise au public (qui sera nombreux !) nous vous prions
de bien vouloir garder secrète votre honorifique participation.

Nous vous remercions chaleureusement, sublime créature.
L’équipe du Tournois des Créatures.
Certes, j’étais sensible à la flatterie. Mais de là à croire que je me laisserai séduire par des mots suintant l’hypocrisie, c’était se moquer de moi. Je reposai la carte sur la table en verre du jardin, scrutant les environs avec agacement. C’était peut-être une merveilleuse blague des follets, me pensant assez stupide pour croire à leurs farces.

" C’est hilarant ! " Raillais-je dans le vide.

" J’étais pourtant persuadé qu’une combattante comme vous ne se défilerait pas face à un tel tournoi. "

Je me tournai brusquement vers la voix suave qui avait surgit derrière moi. Un reptile rouge aussi grand que moi, se dressait de toute sa longueur, un sourire commercial déformant son visage triangulaire. J’allais ouvrir la bouche pour riposter mais il continua, son ton gonflé de charme.

" Je peux vous assurez, charmante féline, que vous nous remercierez pour cette invitation ! Veuillez me suivre je vous prie. "

" Ça ressemble plus à une convocation qu’à une invitation votre truc… C’est quoi ce tournoi ? Je n’en n’ai jamais entendu parler. Étrange non, pour un événement si spectaculaire ? "


J’étais pleine de suspicions à présent. Le serpent se retourna lentement et plongea ses yeux sournois dans les miens, perdant soudain toute la sympathie qu’il s’était forcé à transmettre. Quelque chose avait changé, comme s’il avait compris que ses tentatives de séduction ne marchaient pas, et qu’il faudrait passer à quelque chose de plus… corsé. Il fit ramper son corps écailleux vers moi, ondulant comme un serpentin. Il me mettait mal à l’aise, je sentais l’atmosphère pesante, étouffante. Étais-ce un sortilège ? Des picotements dans mon ventre me firent comprendre que j’angoissais. Comme prise dans un piège.

" Ne soyez pas stupide… Vous voulez participer à ce Tournois. Nous avons certaines réponses à vos questions, des informations précieuses, qui font l’objet de la récompense… "

Il venait définitivement de gagner mon intérêt. L’image de ma famille me vint dans un flash brutal. Mais je me sentais étouffée de sa présence, une étrange aura gravitait autour de nous, me forçant à l’écouter, à céder.

" Chaque chose à un prix. Les réponses contre les combats. La vérité contre le sang. Si vous échouez vous ne saurez jamais où ils se trouvent… "

J’eu un hoquet de stupeur et mon cœur cessa de battre durant une douloureuse seconde.

" Où… Où sont-ils ? " Sifflais-je tout bas, à la recherche d’une respiration correcte.

" Patience, panthère… suivez-moi, battez-vous et soyez victorieuse. Nous vous révèlerons tout. "

" Pourquoi devrais-je te croire ? " L’accusais-je d’une voix plus forte, emportée dans un mélange de panique et d’abandon. L’aura sombre se ressaierait autour de nous, je manquais d’air.

" Tu ne me dois rien.
Dit-il en souriant, Tu es libre de me croire ou non. "

Son corps longiligne bougea lentement. J’avais les larmes aux yeux. Je n’avais pas le choix, le croire ou non n’avait plus d’importance face à l’enjeu. J’avais tellement envie qu’il dise la vérité, tellement besoin d’avoir mes réponses. L’aura se dissipa, et une violente bouffée d’air emplis mes poumons. Je pouvais de nouveau respirer. Je m’empressai de reprendre la carte sur la table :
" Nous savons bien sûr que vous serez à la hauteur de nos espérances…"
C’était peut-être le seul moyen de les ramener.

Felina
Felina
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 652
Expérience : 285
Métier : Gardienne

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue34/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (34/40)
Race: Homme-bête
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Mar 04 Sep 2012, 06:14

Spoiler:

Chacun sait que les végétaux sont des êtres vivants. Bien sûr, ils "vivent" à leur manière, à leurs rythme et sont pour la plupart d'une extrême fragilité. Mais dans certaines parties du monde, lorsque l'on sait où aller les chercher, on peut rencontrer d'incroyables plantes aussi sauvages que les animaux qu'elles chassent. Ces plantes sont parfois armées uniquement de patience et digèrent lentement leurs prises en les engluant et plus souvent elles possèdent crocs et griffes, bec et ongles, lames et acide. Ces êtres, car nous pouvons ici bel et bien parler d'êtres à par entière au vu de leurs intelligences, vivent dans les contrées les plus lointaines, dans les forêts sauvages les plus profondes. Pour le plus grand bien des Humains qui n'en savent que de vagues légendes peu entrainantes. Il faudrait être complètement cinglé ou terriblement naïf pour vouloir planter une de ces créatures dans un jardin...

-Alors maintenant tu recrache le Monsieur !

Devant le donjon, s'étendant sur des centaines de mètres alentours, un magnifique jardin. Une jeune Femme-Plante s'était désignée pour en prendre la responsabilité et en faire un paradis. Cependant sa vision du paradis très personnelle ne semblait pas plaire à tout le monde. Et encore moins au pauvre messager luttant pour ne pas se faire avaler par une plante carnivore sortit de nul part sous ses pieds. Actuellement dans sa gueule, il hurlait à propos de choses et d'autres, difficile à dire avec le bruit strident émis par la fameuse plante et la jardinière lui criant dessus. Au moins, il était encore en vie.

-Je disais que vous aviez de la chance ! Cette plante ne tue pas de suite ses proies, elle les liquéfie lentement à l'aide d'une substance chimique très corrosive ! Oui oui le liquide vert qui vous coule dessus !

- ...... . !! ....... !!.... !.... !.....

-Quoi?! Oui bien sur que vous allez sortir. Je m'occupe de tout !

Inspirant profondément, la magnifique rousse avança d'un pas sur vers la gueule de la plante et y posa fermement la main. Ses yeux aussi courroucés qu'un dresseur face à un lion désobéissant elle récita quelques mots tout à fait impossible à transcrire dans le langage courant ce qui eu pour effet immédiat de stopper net le bruit insupportable émis par la créature. Elle ne bougea plus du tout pendant quelques secondes, ses lianes, feuilles et autres pistils ne remuant plus du tout. Le messager retenait lui-même son souffle. Un instant plus tard la gueule s'ouvrit en grand, un liquide vert fumant s'en échappa ainsi qu'un petit messager brun vêtu d'une tunique à demi décomposé. La plante s'enfonça de nouveau dans le sol comme si rien ne s'était passé et bientôt plus une seule trace de l'attaque ne fût visible.

-Hihihi. Je lui ai dit que vous étiez un Zangrion, c'est toxique pour elle.

Certes le messager aux lunettes de travers et aux oreilles de souris n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait être un Zangrion, et pour l'heure il s'en fichait. Il se mis à fouiller frénétiquement sa sacoche pour en tirer un plis à l'aspect officiel et le tendit en tremblant à la jeune femme verdâtre.

-C'est un... un message pour un t...t...tournoi. Mercid'avoirutilisernotreservicedemessageriepassezunebonnesoiréeabientôt.

Une fois son baragouinage très professionnel terminé il sauta sur ses jambes et s'enfuit sans demander son reste, perdant la moitié de ses vêtements au passage le long de la route. Palmessi le suivit du regard jusqu'à ce qu'il rejoigne le donjon à l'aide de ses petites jambes de rongeur.

-Quel drôle de bonhomme. Il aurait pût faire attention, il a fait très peur à ma petite plante, elle en est encore toute retournée. Et puis il m'a donné un papier mais je ne sais pas lire moi pfff...

Elle arrêta ainsi les premier passants qu'elle pût (grâce au concours d'un arbre particulièrement attachant, et même adhésif, mais ceci est une autre histoire) pour apprendre qu'elle était invitée à une sorte de tournois. Sans réfléchir outre-mesure elle imagina de suite une récompense suffisamment conséquente pour qu'elle puisse acheter à cet étranger une graine particulièrement rare (Une plante vampirique fort sanglante, mais ceci est une autre histoire). Elle se mis en route en suivant le plan dessiné au dos de son invitation, un sempiternel sourire naïf aux lèvres, et un regard joueur s'amusant d'avance de cette nouvelle expérience.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Mar 04 Sep 2012, 08:54

"Comment ça t'as du mal avec le Syndrome Big Boss?"

Jubei. Mon fidèle camarade le plus bavard parmi les deux qui avaient été envoyés sur Terre avec moi lors du massacre de la Griffe de Léviathan. Il était inquiet à mon sujet en ce moment... Pourquoi? Tout simplement parce que j'ai eus du mal à gérer le Syndrome. J'ai du mal à gérer mes nouveaux pouvoirs et surtout à savoir comment tout maîtriser. Ainsi on pouvait lire de l'inquiétude dans mon comportement et évidemment, quand je suis pas dans mon assiette, Jubei s'inquiète. Après lui avoir avoué mes soucis avec mon don héréditaire, j'avais pris soin de lui décrire mes craintes et mes ennuis. Je n'arrivais pas à user totalement de ma puissance et pour tout dire, j'avais l'impression de régresser. Pas au niveau de mes avancées, au contraire! Au niveau en revanche de ma maîtrise du combat. Avant je savais utiliser tout mes avantages: C'est à dire mon scalpel et le corps à corps. Mais avec l'arrivée de l'acidité de plus en plus importante de mon Syndrome et de ces drôles d'ombres que j'arrivais à utiliser, je ne savais plus comment me gérer. C'est ainsi que ça allait: Quand j'avais du nouveau, j'appréciais maîtriser ce dernier à la perfection avant d'en avoir plus. Sinon on finit par voir qu'on est pas parfaitement bon dans tout les domaines... Même si le but pour moi c'était d'être bon dans les trucs qui me permettaient de me battre! Quoi qu'il en soit, c'est après ce discours que le beastman me donna une petite tape directe dans l'épaule, pas bien violente, pour me donner de l'idée

"Te fais pas d'bill Big Boss! T'sais bien qu'tu peux compte sur nous hein? En plus avec nos contrats dans c'donjon, t'peux nous buter même: On r'viendra dood! Faut juste qu'tu t'batte pour qu'ça r'vienne!"

Toujours aussi rural dans ses propos... Je réfléchis un peu et même si l'idée me plais: J'ai mieux!
Une sorte d'ange de platine -surnom que j'aime donner aux personnes qui m'offre des solutions- entra sans même toquer à la porte. Une jeune femme, semi-humain à l'odeur, avec une frange qui lui cachait les yeux. Une sorte de Cléopâtre... Elle était venue pour me donner une lettre d'une main tremblante et bien sûr je la pris. Sans trop de soucis, je vis que sa confiance à l'entrée s'était évaporée quand, par réflexe, Némésis fit un quart de tour en écrasant bien fort son pied au sol. Oui, il avait prit appui au cas où il aurait dû bondir pour intercepter l'invitée surprise. Mais heureusement, vu qu'elle ne représentait pas de menace, elle a évité le démembrement~ J'en souris en tout cas en la remerciant. Dans le doute, mon garde du corps colossal vint se placer derrière elle, coupant le chemin vers la porte, au cas où j'aurai des questions sur ce papier. C'est à la lecture que je sentis mon cœur chavirer

"Yeager Léviathan
Au vue de vos capacités, nous vous invitons à être acteur du Tournois des Créatures. Un événement qui vous opposeras à vos semblables. Ayant appris que vous aviez besoin d'entraînement, cette occasion n'est pas à manquer. Nous vous conseillons donc âprement de participer aux combats en vous souhaitant bonne chance."


Et je souris! Quel pied! Quel joie! Sur la fin en revanche, je vis un petit mot. Un seul mot, en bas à gauche de la page, écrit à l'encre rouge. Une encre écarlate qui puait une odeur qui me rappelait le sang. Mais le sang d'une espèce particulière... Laquelle? En tout cas, ce mot c'était...

"Coucou ♥"


Je ne compris pas le sens de ce dernier mais mon enthousiasme avait prit le dessus sur l'envie de savoir! Je range la lettre et m'incline doucement devant la jeune femme en la remerciant de ses services, tout sourire. Elle rougit un peu et s'incline à son tour, me donnant un petit coup de tête pour lequel elle s'excuse avant de s'évader, paniquée. Je lui lance un compliment pour la faire rougir, la trouvant simplement adorable, puis me tourne vers mes compagnons

"Némésis, Jubei... Je compte sur vous pour vous entraîner aussi. Je reviendrai à la fin du tournoi!"

Les deux se mettent au garde-à-vous et approuve les dires du chef que j'étais et qui, joyeusement, prend quelques éprouvettes sur sa table avant de partir. Scalpel dans la manche, solutions en poches et motivation dans le cœur. C'était bon: J'étais prêt pour tout ce qui allait suivre! Ma marche se faisait tranquille, un large sourire carnassier animant mon visage alors que je chantonnais un petit air que Papa m'avais appris lors de ces chasses en enfer

"Alors bouge, bouge, bouge~
Il y a une sale odeur dans l'air~
Ses mains sont rouges, rouges, rouges~
Voilà qu'arrive l'enfer sur Terre~"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Mer 05 Sep 2012, 00:09

Comment elle avait fait pour se retrouver ici? C'était qui ces gens qui la transportait, et surtout pourquoi il faisait tout noir? Ouais... Comment elle a fait pour se retrouver dans une telle merde?

Oui, rien ne devait se passer ce soir à la base. Elle venait de finir sa soirée, elle allait rentrer dans sa grotte et passer la nuit à dormir tranquillement après s'être empiffrée au préalable... En parlant de s'empiffrer d'ailleurs, elle aurait du se méfier de ces petits gâteaux qui traînaient par terre. Elle avait faim et elle n'avait pas réfléchi... Elle s'était mise à quatre pattes et commençait à suivre le petit chemins fait de gâteaux et de douceurs qu'elle aime tant !
La mauvaise surprise du à sa gourmandise arriva bien trop vite... Alors qu'elle rongeai son dernier cookies, d'immenses ombres s'approchèrent d'elle. Shugo leva la tête, ne sachant trop ce qu'il se passait... Et avant qu'elle puisse faire quoique ce soit, elle se retrouva enfermé dans un grand sac.

Quand la lumière revint chatouiller le bout de son nez, les hommes avaient disparus, la dragonne était dans un endroit qu'elle ne connaissait pas... Et une drôle de foule s'y trouvait. Peut être que si elle allait demander à un gars ou elle se trouvait, peut être qu'elle pourrait rentrer chez elle.

Shugo sortit de son sac et s'approcha de la foule, elle toqua l'épaules d'un inconnu et lui posa cette question avec un grand sourire niais.


Dites, vous savez ou se trouve la direction de ma maison?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Crocs noirs Ven 07 Sep 2012, 11:21

Tout était prêt, ou presque. Bien sur il y avait eu quelques à peu près. Une des personnes qu'il avait "convier" avait quitté le donjon avant d recevoir une invitation et bien qu'il aurait pu le ruffian avait préféré ne pas insister. Deux autres avaient refusés l'offre et il n'avait guère eu le temps d'organiser quelque chose afin de les y contraindre... Et surtout un des conviés n'était pas venu, remplacé par une invité surprise. La louve ! Une des rares personnes, si ce n'était pas la seule, personne à pouvoir prétendre être sa rivale. Néanmoins, ce n'était pas une mauvaise nouvelle en soit. Elle était une opposante bien plus... Coriace que le saurien dont elle avait prit la place et le fait qu'elle ait parvenue à faire cela prouvait d'autant plus son efficacité dans ce qui allait suivre... Quelle ironie. Sans doute songeait elle à lui nuire si elle savait qu'il était derrière cela, mais elle n'allait faire que l'aider.

Il ne manquait plus que... Une saurienne d'un gabarit assez imposant l'interpella alors, brisant le fil de ses pensées... Shugo Dragmire. Il ne s'agissait pas d'une combattante redoutable, ce qui était aisé de deviner quand on la voyait ainsi, fixant son interlocuteur avec de grands yeux candides et affichant un air aussi doux que le lui permettait son faciès. Néanmoins Crocs noirs avait eu vent de l'autre facette de cet étrange personnage, plus sauvage et brutale. Il avait donc envoyé des hommes la chercher, de manière un peu brusque, car au vu de sa psychologie habituelle il était probable qu'elle aurait refusé de prendre part à un tournoi où il fallait se battre. Cependant maintenant qu'il l'avait devant lui il devait s'avouer un peu déçu. Il avait sciemment limité le dosage du somnifère qui lui avait été administré afin qu'elle se réveille assez rapidement ,espérant avoir ainsi un aperçu de cet état second dont il avait entendu parler, hors ça n'avait pas été le cas ...

Tant pis il ne pouvait e permettre de la congédier et peut être ferait elle ses preuvesplus ard. Bien sûr malgré ces pensées c'est immédiatement qu'il avait réagi à la question de son "invitée". Affichant alors un grand sourire puis saisissant la créature par l'épaule afin de la mener où il voulait, il comptait bien évidemment sur la timidité qu'elle affichait habituellement il en profita par ailleurs pour glisser sa main un sachet assez ample.

"Vous songez à rentrer chez vous ? Mais attendez voyons ! Vous êtes convier à un événement jamais vu au donjon, vous n'allez pas laisser passer cette occasion!"

La tirade était courte, d'autant plus que le ruffian parlait vite, mais ce fut amplement suffisant pour mobiliser l'attention de son interlocutrice le temps de l'amener près d'une porte avant qu'elle ne réagisse. Il l'ouvrit à la volée,y fit rentrer Shugo sans lui laisser le temps de lui répondre, puis la refera soudainement. Elle était alors pris au piège et de par le sortilège qu'il avait lui même apposé sur la porte grâce à divers artéfact elle ne pourrait la forcer de l’intérieur.

Voila, il ne restait plus qu'un léger détail à régler et le tournoi pourrait commencer. Tentant de réfréner tant que possible son empressement il se dirigea vers des escaliers légèrement courbés qu'il monta rapidement. Il ne tarda pas ainsi à déboucher à un sorte de balcon intérieur surplombant un grande salle possédant de nombreuses alcôves dont seize, où était pour chacune un des participants qu'il avait fait chercher dans les chambres qu'il leur avait "loué" depuis leur acceptation de l'invitation, étaient dissimulés par un voile noir dont l'origine était purement magique. Ces derniers avaient une double utilité, premièrement ils empêchaient les participants de tenter de s'en prendre à Crocs noirs, certains après tout ne l'aimaient guère ou avaient été contraints de venir. Secondement cela les empêchait de se voir mutuellement, ce qui empêcherait tout risque de démoralisation à l'idée d'affronter un connaissance, avant le moment fatidique où ils ne pourraient plus reculer. Il lui avait semblé par ailleurs qu'une participante avait pris ses précautions à ce sujet, une histoire de masque de renard, et bien qu'il était sceptique quant à son efficacité il était curieux de voir les réactions que cela provoquerait... Cependant rapidement il chassa cette pensée de son esprit pour prendre appuis sur la balustrade et prendre la parole d'une voix forte. Les voiles noirs n'empêcheraient pas les participants de l'entendre...

"Bienvenu à chacun d'entre vous.... Certains d'entre vous me connaissent, d'autres non, mais moi je vous connais tous. Certains ont juste acceptés une invitation, d'autres sont venus de manière moins conventionnelles, mais vous êtes tous là pour la même raisons... Vos capacités, vos dons, parfois même votre passé, font que vous êtes parmi les personnes les plus à même à prendre part à ce tournoi. L'avènement du destin ! Ce nom pompeux n'est pas dû à la vanité, mais sachez que si vous remportez ce tournoi il est probable qu'en plus de la récompense promise ceux qui cherchent encore leur voie la trouveront et ceux qui la connaissent déjà la verront se modifier... Chacun d'entre vous a reçu un sac avant de rentrer dans l'alcôve où il est présentement. Dedans un y une tablette de bois et une plaque de pierre avec plusieurs compartiments, ces derniers servent à accueillir la, ou les tablettes de bois. Oui, les, car le but de ce tournoi sera de prendre les tablettes des autres participants ! Cependant, pour éviter une anarchie totale les affrontements s'organiseront en duel. Le but y sera de récupérer le,ou les si vous franchissez le premier round, tablettes de votre opposant ainsi que de l'empêcher de la reprendre en l'empêchant de vous poursuivre, en le mettant hors d'état de nuire, peu importe... Une fois la ou les tablettes récupérés, associez les avec avec celles que vous possédez déjà. Cela aura pour effet de vous indiquer le lieu de votre prochain duel par une croix et votre position par un point rouge qui se déplacera selon vos mouvements. Le tournoi pourra durer plusieurs jours, de fait vous devrez vous sustentez par vos propres moyens. Les règles concernant les combats eux mêmes sont les suivantes. toute armes, tout objets, toutes manières de se battre sont autorisés. Les combats étant des duels en un contre un les personnes ayant deux consciences ont actuellement et auront pendant toute la durée du tournoi leurs conscience "secondaire" endormie, mais les invocations sont autorisés. Un adversaire vaincu peut vous suivre, mais il ne devras se manifester d'aucune manière lors des combats. Un manquement à cet interdiction entrainer la disqualification du combattant encore en "jeu" et si un adversaire vaincu tente de reprendre ses tablettes à la personne qu'il suit son châtiment sera... Conséquent. En cas d'imprévu ou d'intervention extérieure cela sera à vous de gérer les éléments nouveaux. Les abandons sont autorisés, mais s'il semble qu'ils ont lieu dans le seul but se faciliter la victoire d’un autre ils entraineront la disqualification des combattants concernés. Il n'y a pas de limite de temps pour rejoindre le lieu de votre prochain combat, mais le plus rapidement sera le mieux, tant pour l'organisation du tournoi que pour vous, votre adversaire risquant de préparer le terrain à son avantage. Il existe un périmètre à ne pas quitter que je suis le seul à connaitre, mais qui sera amplement large pour ne pas gêner durant les combat ou les déplacements, toute présence de vote part en dehors de ce périmètre sera vu comme un abandon. Dernier détail concernant les "règles". Vous avez le droit de tuer, mais sachez que les combats se passeront en dehors du donjon dont toute mort sera définitive. Bien sûr la "disparition" définitive d'un membre du donjon risque d'attirer l'attention des autorités du donjon. De fait dans le cas où vous tuerez votre opposant dans le feu de l'action je me chargerai d'en dissimuler les circonstance et le coupable, mais si vous achevez votre opposant alors qu'il est hors d'état de nuire je ne m'engage pas à faire des efforts pour couvrir le responsable. Sachez par ailleurs que vous êtes seize, de fait il y aura normalement quatre round et j'observerai chacun de vos combats grâce à divers artéfacts magiques, je pourrai également vous observez individuellement, mais que les prudes se rassurent, je respecterai l'intimité de chacun. Enfin j'ignore moi même qui s'affrontera et où cela aura lieu, seuls les tablettes le savent, afin de rendre ce tournoi aussi impartial que possible... Que le meilleur gagne !"

Sur ces mots il serra un sceptre accroché à sa ceinture et chacun des alcôves se transforma en un portail, auquel les gens qui y étaient présents ne pouvaient pas échapper, qui se refermèrent presque instantanément. Les participants seraient divisés en "duo" téléportés approximativement au même endroits, séparés par quelques centaines de mètres... Crocs noirs avaient un peu de temps devant lui avant d'avoir à surveiller les combats et avec un long soupire las il s'affala sur un siège présent sur le balcon.

"Il FAUT que le meilleur gagne..."
Crocs noirs
Crocs noirs

Masculin
Messages : 119
Expérience : 1170

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue25/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (25/40)
Race: Angel
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Ven 07 Sep 2012, 16:34

Round 1
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=441850parchround1.png


Descriptions des lieux du round 1

Rivière avec pont
Deux longues étendues de terre séparées par une large rivière de cinquante mètre de largeur et coulant le long de plus d'une dizaine de kilomètres et, au-dessus de cette dernière, un pont courbé dont le dessus est constitué de robustes planches de bois et dont les piliers sont fait en pierre, reliant les deux bord. Les combattant peuvent aussi bien se faire face à face sur le pont que se retrouver, par le hasard de la téléportation du même côté du pont, le combat peut donc aussi bien avoir lieu sur une des berges que sur le pont ou encore dans la rivière elle-même.

Abord d'un lac
Un ample lac vaguement rond dont le diamètre est d'environ un kilomètre et dont la profondeur maximale est d'environ une cinquantaine de mètres, il est amplement suffisant pour habiter des poissons, des insectes d'eau et d'autres bestioles plus ou moins sympathiques.

Village intacte désert
Ce lieu, passablement ancien, a cependant gardé à peu près l'apparence qu'il avait à l'époque du départ de ses habitants, si on ne prend pas en compte la poussière et les toiles d'araignée. Nul ne sait son nom ni ce qui a provoqué le départ de ses habitants. Néanmoins il demeure de nombreux vestiges de leur présence.

Plaine
Une grande étendue qui semble s'étendre aussi loin que porte le regard. Il y pousse de nombreuses variétés de plantes, mais hormis cela il n'y a rien de notable.

Église en ruine abandonnée
Vestige d'un culte humain, existant probablement toujours il est depuis longtemps à l'abandon et dans un bien piteux état, néanmoins cela n'empêche pas les liens de dégager encore une énergie divine, faible, mais présente.

Abords d'une montagne
Une montagne comme il y en a tant d'autre, le sol y est rocheux et souvent en pente. Il n'est pas rare de fait d'y perdre l'équilibre, ce qui peut être fatal, d'autant plus au vu de la fréquence des avalanches et de la présence de faille qui ne "recrachent" que rarement ceux qu’elles avalent.

Forêt
Arbres, jeunes comme centenaires, poussent en ces lieux, offrants leurs couverts à des nombreux animaux. De fait ce lieu est l'image même d'un havre de paix, mais dont l'équilibre peut être aisément rompu.

Champs de bataille
Nul ne sait qui sont les peuples qui s'y sont affrontés, ni pour quelles raisons. Toujours est-il que, malgré le temps, il reste de nombreuses traces de leur passage et de leur affrontement. Qu'il s'agisse d'arme usée par le temps ou bien de corps n'ayant pas achevé d'être rongé par le temps.

Suite au discours lancé par le mystérieux Croc Noirs, les participants ayant été ammené devant lui se retrouvaient dès maintenant confronté à leurs premiers défis ainsi qu'à leurs premiers adversaires. Sachant que le combat était hors de la zone de sécurité du donjon, et que la mort était maintenant une chose à redouter, les participants se retrouvèrent dans des endroits des plus différents pour une lutte avec leurs adversaires...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Avènement Du Destin: Round 1 (version Karl Grim)

Message  Invité Lun 19 Nov 2012, 16:08

Après avoir suivi l'automate qui l'avait conduit à ses ''quartiers'', le golem avait attendu. Il ne pouvait rien faire d'autre après tout puisqu'il ne savait que très peu de choses de ce qui arriverait. S'il savait qu'il aurait des adversaires, il ne pouvait savoir comment ses derniers seraient. Il pouvait aussi bien se retrouver face à face avec un beastman à tête de poisson (ce qui lui donnerait une victoire très facile et très rapide) ou bien devant un monstre qui avait, comme seule source d'alimentation, de dévoré le crâne de ses adversaires à la petite cuillère... Enfin, c'était peu probable puisque ce n'était pas une arme très efficace, mais la statue moqueuse ne savait simplement pas ce qui lui était réservé.

Si ce n'avait pas été de la situation dans laquelle il se trouvait, il aurait probablement apprécié tout ceci. En tant que golem, il y avait une parcelle de sa personnalité qui était vouée aux combats. Mais les organiques pouvaient également ressentir l'excitation causée par un combat, alors la statue animée savait que c'était normal d'avoir cette réaction. Mais contrairement à ce que l'on pensait, son esprit était plus concentré sur la survie de son ami à plume...

Cependant, il ne pouvait que faire une seule chose : faire le plein d'énergie pour la suite des évènements. Ne prenant pas la peine de regarder plus longtemps cette ''loge'', le golem commença à prendre la mana nécessaire à son alimentation, traversant naturellement le donjon.


-----

Le lendemain, le grand robot lui conseilla de le suivre pour la suite des évènements. Pour éviter de trop parler avec cette boite de conserve qui lui était antipathique, le golem ne rechigna que très peu et ne l'attaqua d'aucune manière possible. Le conduisant à une sorte d'enclos, la statue moqueuse entra comme l'aurait fait un mouton vers l'abattoir. Une fois à l'intérieur, le golem entendit la porte se refermer et les lourds pas métalliques repartir. Est-ce qu'il était seul à présent ou bien les autres personnes étaient près de lui?

La salle était plutôt petite, mais elle contenait une petite table avec un tableau ainsi qu'une plaquette. Cette dernière, fait en bois, semblait presque anodine si ce n’était pas d'une énergie dans celle-ci. Imaginant que le tableau pouvait contenir plusieurs plaquettes, Karl se demandait cependant l'utilité de ses derniers. Dans un tournoi normal, on continuait d'avancer après avoir vaincu son adversaire... Quel était l'intérêt de cet objet?

Le temps passa, des bruits se firent entendre... Puis une voix... Une voix qu'il ne connaissait pas du tout, mais qui était probablement le mystérieux commanditaire. Incapable de voir l’individu, ce dernier expliquait cependant à quel point il était important de conserver les objets présents. Prenant la tablette de pierre, qui était d'une couleur noire incrustée de pierres rouges, le corbeau du golem saisit la plaquette de bois dans son bec. Toujours présent et sans véritable malaise apparent, il était résolu de suivre le golem dans cette histoire.

À la fin de son discours, le commanditaire activa un artéfact magique qui les téléporta tous à des endroits différents... Ainsi donc, tout commençait ainsi... Sentant l'énergie magique se former sous ses pieds, il n'y avait rien d'autre à faire... Tout était commencé...


-----

Karl fût téléporté avec son corbeau près d'un grand lac. Enfin, le terme ''près'' était peut-être légèrement faussé puisque le golem tomba directement dans l'eau habitée. Dans une partie peu profonde, le golem était maintenant assis au fond de l'eau, complètement trempé et étonné. La magie était souvent imprécise, mais a ce point? Crachant de l'eau sous la forme d'un jet pendant qu'il réfléchissait à tout ça, la statue moqueuse se demandait si son adversaire était arrivé lui aussi dans un état semblable. Qui sait, il était peut-être atterrit dans un arbre ou bien au milieu d'un rocher...

En se relevant et en tordant sa cape, il se retourna rapidement pour voir que son adversaire le regardait avec un air amusé, mais aussi très déterminé. Un beastman avec de grandes oreilles et un museau, il être revêtu d'une armure bleuté et de vêtement d'une couleur semblable à celle de sa cape brune. Les deux monstres se regardèrent pendant un moment, regardant l'équipement de l'autre et tentant déjà de juger la force de l'autre. Puis, le golem ne put s'empêcher de parler comme à son habitude.

''Oui, je sais... La téléportation, c'est quelque chose qui ne fonctionne qu'à moitié... La magie ne m'aime pas, tout simplement je pense... Cependant, je suis surpris... Si tu m'observes depuis mon arrivée, pourquoi ne pas avoir tenté de me transpercer avec ton épée ou bien tenter de me trancher la tête? Une telle occasion ne se reproduira peut-être plus, qui sait?''

''Je considère que ce ne serait pas un comportement digne, tout simplement. Il n'y a aucun honneur à agir ainsi.''

''Ah, je vois que l'on préfère un véritable combat plutôt qu'à un acte de lâche. C'est très... Noble de ta part. Si tu me permets de sortir de cette flaque d'eau souffrant légèrement d'obésité, nous pourrons ensuite passer à la suite si tu es pressé...''

''Rien ne presse, je présume. Cependant, je me demande… À voir votre allure, je ne vois pas vos armes… L’auriez-vous perdu durant votre chute? ''

Le golem regardait à sa ceinture, Karl repéra rapidement ses knuckles. Après tout, c’est vrai que sans armes, il n’aurait pas eu un de ses atouts principaux. En les enfilant, le golem se sentait déjà beaucoup plus à l’aise.

''Non, tout me semble bien. N’ayez pas de soucis. Cependant, si ce n’est pas trop demandé, puis-je demander à voir votre tablette? ''

Le beastman chercha dans sa cuirasse pendant que le golem finissait de s’extirper du lac. Montrant ensuite cette dernière pendant un instant, la statue moqueuse tendit le bras pour que son corbeau se pose dessus. Ce dernier, ayant la tablette dans son bec, était la preuve qu’il possédait le droit de combattre. Souriant ensuite de cette confirmation, Karl secoua la tête vers la droite, sortant un dernier petit filet d’eau de son oreille.

Déposant la plaquette sur une pierre plate non loin de là, le beastman démontrait ainsi qu’il ne souhaitait pas un combat déloyal. C'était presque effrayant, puisque sur le concept d'honneur, c'était une preuve de grande confiance en soi même ou bien même une confirmation de ses propres talents... Enfin, c'est ainsi que le golem le golem le voyait, en tant que guerrier prêt au combat et, surtout, prêt à gagner contre lui... Laissant son corbeau déposez sa propre plaquette sur cette pierre avant de se poser sur cette dernière. Après tout, il n'avait rien à faire dans ce combat, ce n'était pas le sien...

Levant donc ses poings comme s'il avait été un boxeur, plaçant sa jambe droite en position de force devant lui. Le beastman dégaina son épée qui était, selon le golem, assez impossante et potentiellement dangereuse. Prenant une position offensive sans pour autant sembler agressif, le beastman. Le combat commençait... Le silence qualifié de calme avant la tempête (ou bien comme le calme avant l'ouverture du magasin) était omniscient au lac, n'étant interrompu que par la nature ambiante. Mais l'illusion de parfait silence était présente et, pour faire plus clicher, il ne manquait plus qu'un coup de gong pour sonner le départ...

Donnant un élan à son épée, Sparkster lança une onde vers le golem. Surpris par cette attaque qui était illogique selon Karl, il ne put se contenter de bloquer en utilisant ses avants bras pour protéger sa terre. Le coup, plutôt puissant, l'obligea à baissé la tête et de descendre son genou gauche presque au niveau du sol. Relevant les yeux pour regarder son adversaire, Sparkster s'était rapproché dangereusement et se préparait à le transpercer. Évitant le coup en se lançant au sol, le golem répliqua rapidement. Toujours au sol, le golem donna un coup avec ses deux pieds sur le thorax de son adversaire. Avec son armure, ce dernier ne devait pas ressentir beaucoup de douleur, mais assez pour le faire reculer.

Profitant de l'impact pour tenter de se relever, le golem roula pour environs deux rotations parfaites de sa personne avant d'être sur ses pieds. S'étant relevé trop vite, Karl peina à garder l'équilibre, secouant les bras de chaque côté pour tenter de rester en position. Sparkster, regardant le golem, se demandait probablement qui était cet hurluberlu qui, très visiblement, n'avait pas de style de combat ni aucune discipline... Ou du moins, un style de combat très peu conventionnel...

Karl ne savait pas du tout ce que savait le beastman sur les golems, mais d'après sa propre expérience contre d'autres golems, il était très peu semblable à ses congénères... Basés simplement sur une grande force physique, ses derniers étaient prévisibles. Lui, il était un peu plus faible que les golems colossaux, mais assez forts selon les critères des organiques. Revenant ensuite à la charge sans crier gare (ou simplement terminus), le golem tenta un simple coup de poing vers le rongeur humanoïde. Bloquant l'assaut avec le plat de sa lame, le chevalier en armure repoussa le golem.

Échangeant coups pour coup, il était difficile de savoir qui prenait le dessus. Lorsque le golem pensait affecter son adversaire grâce à sa puissance, ce dernier revenait reposé quelque temps plus tard après ce concentré sur une défensive. Avec ses attaques à distances, Karl ne pouvait que les éviter ou les bloquer... Ce qui laissait assez de temps de récupération... Il devait admettre que l'endurance de son adversaire était impressionnante... Le combat pourrait durer plusieurs heures à ce rythme... Certains coups du rongeur touchaient le golem, mais rien qui n'était dangereux à son bon fonctionnement. Plutôt des blessures ''esthétiques'' selon lui. Quelques entailles à ses vêtements et quelques plaquettes de peinture perdue, mais ce n'était pas le moment de se soucier de quelques petits détails. Mais il y avait également un détail qui gênait les deux monstres de terminer ce combat plus rapidement...

Ni un, ni l'autre ne voulait tuer son adversaire...

Il lui faut un plan... Sa seule chance était d'utiliser ses armes magiques au bon moment, évitant ainsi de donner sa carte maîtresse. L'arme du guerrier était solide, trop difficile à briser... Il devait donc s'en occuper au plus vite avant de se prendre un coup fatal...

Mais fatal, dans sa définition, était différente pour chaque monstre... Une idée germa... Probablement pas la meilleure qu'il avait eue, mais une idée qui pourrait fonctionner. Enfin, dans le meilleur des mondes. Son plan était si improbable qu'il fonctionnerait probablement. Sinon, mieux vaut ne pas y penser...

Attendant le bon moment une fois de plus, Sparkster tenta de faire un coup d'estoc. Luttant contre une mentalité de préservation, Karl s’empala lui-même sur l'épée. Transpercée au niveau du ventre, la lame le transperça de part en part jusqu'à la garde. Voyant le visage surpris de son adversaire, la statue moqueuse répliqua rapidement. Utilisant le pouvoir de glace de son poing gauche, le golem figea la lame dans son corps. Privant ainsi le beastman de son arme, il posa son autre main sur le casque bleuté. Tandis que Sparkster tentait de retirer son arme, Karl ne pouvait que parler.

''Ma main droite possède le pouvoir de tout brûler... Sans arme et à cette portée, ne me force pas la main pour faire ce que je ne veux pas... Si ce n'est pas la mort, ce sera la douleur perpétuelle et un visage défiguré par les flammes... Crois-moi, tu as beaucoup plus à perdre qu'à gagner...''

Il aurait pu le tuer ou pire, mais avait décider de lui laisser le choix... Le beastman savait qu'une telle chance ne se reproduirait pas... Le combat avait été honorable, mais il savait que la mort n'était pas le but de chaque combat... Il savait intérieurement que le combat était terminé à présent. Mais des questions restaient à répondre... Tandis que le golem redonnait l'arme à son propriétaire, il ne pouvait s'empêcher de demander.

''Pourquoi mettre sa vie en danger ainsi? Même si tu es une créature qui ne peut mourir normalement, s'exposer ainsi n'est pas dangereux?''

Pendant que Karl passait quelques doigts à travers le trou de son chandail, il regarda son corbeau se poser sur son épaule. Ayant pris les tablettes dans son bec, il les déposa dans les mains de son compagnon. Après un sourire plutôt vague, caressant le corbeau sous son bec, il répliqua simplement :

''J'ai une raison plus importante de combattre que ma propre survie... Et puis, ce n'est pas ma vie qui est en jeu contrairement à vous, les organiques... Je peux être reconstruit, réparé, repeinturé... Mais un organique ne peut être remplacé... Vous êtes plus attachants que vous le pensez... Assez pour faire battre le cœur de pierre d'un golem...''

Après un adieu plutôt court, la statue moqueuse plaça les tablettes sur sa plaquette rouge. Regardant l'endroit se dessiner sur ce dernier, il ne pouvait s'empêcher de se demander où était cet endroit... Voyant ensuite une flèche rouge lui indiquer le chemin, la statue moqueuse se demandait presque si le commanditaire le connaissait personnellement pour connaître son sens de l'orientation inexistant... Enfin, il était vrai que ce n'était pas un secret, mais c'était vexant...

Il ne manquait plus que le message ''suis la flèche, espèce d'idiot!'' et la scène était complète...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Avènement Du Destin: Round 1 (version Felina)

Message  Felina Lun 19 Nov 2012, 18:45

Le reptile m’avait conduit dans ce qui semblait être une vaste pièce sombre. Mais je ne pouvais pas complètement voir son étendue : Une substance noire et vaporeuse me retenait comme prisonnière dans la petite alcôve exiguë où j’étais confinée. Mes yeux trouvèrent un sac jonché sur le sol. A son ouverture, je découvris deux objets. Une sorte de palette en bois, creusée à plusieurs endroits, ainsi qu’un objet en pierre. Visiblement sa taille convenait parfaitement aux creux de la palette. Quelque chose de magique, un peu effrayant, émanait de ce qui semblait être un artefact. Je le reposais avec une précaution exagérée sur le sol, ne voulant pas prendre le risque que ça m’explose à la figure, si je m’amusais à faire du puzzle avec...

Soudain une voix forte et familière retentit à l’extrémité de la pièce. Je me suis figée d’effroi, reconnaissant la voix de Crocs Noirs. C’était une évidence : lui seul pouvait être à l’origine de ce tournoi, et cette perspective n’était guère rassurante. Mes muscles se contractèrent et je laissai échapper un grognement menaçant.

L’avènement du destin. Durant son discours la colère s’était infiltrée lentement dans chacune de mes veines, comprenant que derrière tous ces combats et ces promesses de récompenses, le ruffian attendait quelque chose. Il ne faisait rien sans intérêt personnel. Mais si c’était le seul moyen de récupérer ma famille, ça n’avait plus tant d’importance… J’avais compris les règles, et assimilé les enjeux d’un éventuel meurtre. Je m’emparai de la plaquette et de la tablette, les remis dans le sac puis l’enfilai sur mon dos. Ça allait commencer… je le sentais… Des picotements d’excitation agitèrent mes griffes, prêtent à perforer ma peau pour jaillir.

Un portail de téléportation se forma, m’enveloppa, et m’emporta dans un intense voyage magique.

Le vent manqua de me faire tomber. Sous mes yeux, une immense falaise ouvrait sa gueule dentée de roches menaçantes tel un monstre des abimes. J’eus un hoquet de stupeur. Puis mes mains se sont agrippées férocement sur le sol lorsque je me suis accroupie. Bon sang mais où étais-je ?! Je sentais un vent polaire agresser ma peau. Mes doigts enfouis sous la neige commençaient déjà à me faire mal. Sérieusement… une montagne ? Une foutue pente de montagne ! Pourquoi avais-je été téléportée dans un endroit si… vertical !

Mais soudain un sifflement aigu vînt trancher le son du vent… suivit du bruit d’un choc contre la pierre. Mes yeux terrifiés aperçurent la flèche qui m’avait loupé de quelques centimètres. Hein quoi on commence déjà ? On ne va pas discuter un peu météo pour détendre l’atmosphère ? ^^

Mais mon objectif a percuté mon esprit pour me rappeler la raison de ma présence ici. Mes yeux se firent soudain plus sombres, puis des éclairs jaunes zébrèrent mes iris lorsque mes muscles grossirent et ma fourrure recouvrit ma peau. J’avais tellement plus d’équilibre quand j’étais moi… Quand j’étais panthère. L’adrénaline se déforma en excitation, et tout mon corps tressautait à l’idée de se battre ! Cet endroit représentait un challenge, et la récompense était ce que je désirai le plus au monde. Peu importait l’adversaire… Il allait morfler.

J’avançais en rasant le sol pour rejoindre un endroit un peu moins abrupt. L’épaisse couche blanche trahissait ma position : mon adversaire n’avait sans doute aucun mal à me distinguer avec le noir de ma fourrure. De toute manière il m’avait déjà repéré, la flèche en était la preuve.

Je le distinguais enfin. Ma vision féline me permit de remarquer certains détails, malgré les bourrasques de vent parsemés de flocons blancs. Un beast, un canidé. Il était beau, avec ses yeux bleus et ses délicates oreilles blanches… Mais ça n’avait pas d’importance. Seule sa plaquette de pierre en avait. Lui aussi était vêtu de noir, il aurait donc le même handicap que moi pour se fondre dans le paysage… En revanche, il avait l’avantage de la distance : Son arc était typiquement le genre d’arme que je redoutais.

Il s’engouffra derrière les rochers pour prendre de la distance. C’était évident, il ne pouvait pas se permettre que je m’approche. Je rugis à pleins poumons comme pour officialiser le début des hostilités et me donner du courage. Sans surprise, le vent emporta mon cri de rage dans la direction opposée, et j’en profitais alors pour escalader la pente escarpée, voulant rejoindre le beast en prenant un chemin différent, sans suivre ses traces.

Seulement ce n’était pas ce qu’il y avait de plus malin à faire… Le son alla retentir sur les parois rocheuses comme une onde de choc. Puis le tonnerre sourd qui suivit informa mon adversaire et moi que quelque chose de lourd, très lourd, allait s’écrouler. Une boule nerveuse s’agita dans mon ventre. Je venais de déclencher une avalanche ! Terrifiée je m’engouffrai dans un trou légèrement protégé par la pierre, puis m’arrêtai de respirer lorsque l’épaisse couche de neige dévala l’immense pan de montagne.

Un intense frisson d’effroi me submergea à l’idée que la tablette du beast soit emportée dans les profondeurs de la falaise. Où était-il d’ailleurs ?
Quelques mètres en dessous de ma position je vis sa tête enneigée surgir de derrière un éboulement de pierres moyennes, le regard en direction de la pente, arc bandé et flèche prête à s’envoler. Il devait penser que l’avalanche m’avait fait descendre…

Maintenant ! J’ai bondi du creux où je m’étais réfugiée, traversé les airs avec une vitesse trop peu contrôlée à mon gout, donc une légère angoisse tant la pente était raide, puis je suis retombée de toute ma puissance sur le beast. Le choc fut brutal. Il poussa un cri et l’arc se brisa sous mon poids. Mais le sol ne permettait pas un atterrissage stable… Nous tombions dans la neige l’un sur l’autre, dévalant le terrain hostile comme l’avalanche à présent passée.

Une pointe de douleur dans la patte arrière m’arracha un rugissement de fureur. Il venait de me poignarder avec un couteau ! Hors de moi, mes griffes sur son dos resserrèrent l’étreinte et traversèrent le cuire de ses vêtements. J’abaissais violemment mes pattes pour le lacérer, zébrant sa peau de larges entailles écarlates. Nous laissions des giclées de sang derrière nous, striant la neige de coulées rouges tandis que nous dévalions le versant à toute allure.

Je me heurtai soudain contre une énorme roche. Cette fourbe avait surgi de l’étendue blanche, imposante, forçant un brutal impact durant lequel tous mes os s’entre choquèrent. Étant donné la vitesse que nous avions prise le choc me fit perdre ma proie, et celle-ci s’envola à quelques mètres pour retomber mollement sur la neige.

J’eus du mal à me relever… Mais lui aussi. Le poison de mes griffes commençait à faire effet, s’infiltrait sournoisement dans son sang, et je le sentais déjà étourdi, souffrant. Satisfaite, j’en oubliais la plaie sur ma patte, puis me relançai sur lui avec hargne et détermination. Mais soudain il fut téléporté d’une dizaine de mètres ! Horrifiée de lui découvrir cette capacité je me suis figée, fulminante de rage. Mais cet exercice semblait l’avoir affaibli : Il prit une grande inspiration comme s’il était sorti de l’eau après un certain temps. Ça devait lui pomper de l’énergie ! Ravie, je m’élançai de nouveau.

Il n’allait pas pouvoir courir bien longtemps avec mon poison et les lacérations dans sa chair, et je doutais qu’il puisse réitérer son tour de passe-passe dans son état.
Cependant il s’arrêta de courir, se tourna sèchement vers moi pour me faire face, et lança quelque chose qui brilla sous la lumière durant son vol.

C’était tranchant. C’est venu se planter directement dans ma poitrine, perforant ma peau. Ma respiration fut coupée, je me suis sentie vaciller dangereusement. La douleur n’est pas venue tout de suite… Mais lorsqu’elle est arrivée, je me suis écroulée sur le sol, ne pouvant supporter la pression de la lame à travers ma chair. Un grognement de douleur raisonna dans mes oreilles, me brouillant la vue. Le sang battait mes tempes au même rythme que mon cœur effréné, et l’horrible sentiment de défaite renversa tout espoir.

Très lentement, j’approchai ma gueule du couteau, saisis le manche entre mes crocs et tirai douloureusement pour retirer la lame. Le sang se déversa comme un petit ruisseau, formant une flaque écarlate sur la neige glacée. J’avais l’écœurante sensation de me vider, mais avoir retiré le couteau était un timide soulagement. Je levais mes yeux vitreux vers mon adversaire. Le beast me regardait d’un air tout aussi abattu, étalé sur le dos, à bout de souffle tout comme moi. La froideur de la neige devait apaiser ses blessures, et sans doute se demandait-il aussi comment terminer ce combat.

Nous avions tous deux survécu à une avalanche, à une descente infernale le long de la falaise, aux chocs des roches de montagne, aux coups de couteaux, de crocs et de griffes… Tout ça sans un mot, sans une parole pour l’autre, seulement concentrés sur le combat. Mais nous n’allions pas tenir très longtemps avec nos hémorragies respectives.

Je fermais les yeux pour m’apaiser. Le beast était à une dizaine de mètres, faible… Il se reposait aussi en quelque sorte…
L’image chaleureuse de ma mère en train de sourire me transporta, réchauffant mes muscles meurtris et calma tout mon être. Je me concentrais sur son rire, sa douceur… Sa bienveillance calma tout mon être et me fit presque oublier la douleur. Puis un rugissement félin retenti. Mon visage se crispa. Je vis une nouvelle fois mon cauchemar, en une série de flashs insupportables : Les hommes armés, le visage horrifié de mon père, la poursuite dans la forêt, puis le néant. L’absence totale de ma famille durant des mois, l’angoisse, le manque. La souffrance.

Mes muscles se contractèrent brutalement, mon corps lourd se souleva pour tenir sur mes quatre pattes. J’étais debout. Je ne prêtais plus attention au sang qui se déversa d’avantage sous la pression. La douleur me déchira la poitrine, mais je fis quelques pas vers le beast, babines retroussées et crocs apparents. Celui-ci se retourna sur le ventre, puis se mit à ramper. Je savais bien que la douleur du poison s’intensifiait. Mais je me suis concentrée de toutes mes forces pour ne pas ressentir de peine, de pitié, ou d’empathie.

Une fois à sa hauteur, je me suis affalée sur lui comme pour reposer mon corps de ses souffrances. Il poussa un cri, protesta, voulu se débarrasser de cette lourde masse noire. Je plantai mes crocs dans une de ses oreilles, lui épargnant cette fois ci mes griffes et leur poison. Il rugit à son tour, se tordit, me frappa avec toute la puissance de ses muscles et manqua de me faire tomber. Je comprenais alors…

Malgré toute la douleur, le sang, le froid, la pente… J’avais gagné. J’avais l’avantage. Cette nouvelle et heureuse perspective me frappa d’une bouffée d’espoir revigorante. Dans un élan de rage, et avec mes dernières forces, mes griffes se plantèrent dans ses jambes, perforant sa peau, labourant sa chair. Il hurla. Je voulais simplement l’empêcher de marcher, pas le tuer. Même s’il allait avoir besoin de soins en urgence, tout comme moi d’ailleurs.

Je le laissai ainsi à l’agonie, puis rampai vers mon sac à dos qui me semblait à des millions de kilomètres. Laissant une immonde trace de sang sur le versant de la montagne, je m’emparais enfin de mon bien entre mes crocs, puis tachai de chercher la tablette du canidé. Après de longues minutes interminables, je trouvais enfin son sac, bien caché dans une petite crevasse de glace. Une bouffée d’euphorie me secoua. Je repris forme humaine pour m’avachir à genoux sur la neige.

M’emparant de ma tablette, je fixais ma propre plaque de pierre dans le premier trou. L’objet s’illumina, le bois se réchauffa et brula mes doigts qui eux étaient glacés. Mon cœur s’accéléra lorsque je pris ensuite la plaque de mon adversaire vaincu et la dirigeai vers un deuxième trou. Je n’avais plus peur que ça m’explose à la figure. Je ne pensais plus qu’à une chose : Quitter cet endroit et entamer le deuxième combat. La plaque s’encastra parfaitement dans la tablette, intensifiant soudain l’aura de lumière autour de l’artefact.

Un sourire victorieux se forma sur mon visage ensanglanté. Puis je fus téléportée… vers la prochaine étape, de mon Destin.


Felina
Felina
Miss-tique du Donjon
Miss-tique du Donjon

Féminin
Messages : 652
Expérience : 285
Métier : Gardienne

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue34/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (34/40)
Race: Homme-bête
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Avènement du destin Round 1 (Ama edition)

Message  Invité Lun 19 Nov 2012, 20:37

Bonne lecture =P

Oh, et si vous voulez, le thème pour le combat

=][=

Ainsi, le combat avait commencé. Après un discours pour le moins énigmatique du non moins mystérieux organisateur du tournoi, un portail s’ouvrit sur moi et me précipita sur ce qui semblait être un vieux champ de bataille, et qui n’allait pas tarder à redevenir actif, si elle en croyait les dires du responsable de l’évènement.

Le vertige causé par le changement soudain de location s’estompa après quelques secondes et je regardai autour de moi, cherchant mon adversaire et examinant le lieu où je devrais l’affronter. A ma taille, un poids inhabituel m’indiqua la présence de la tablette que je devais garder et à laquelle je devrais ajouter une autre pour gagner ce round.

Je ne vis rien qui aurait pu être mon ennemi. En revanche, partout où se posait mon regard, les traces du passé étaient bien visibles. Epées, lances et boucliers brisés, et çà et là, les restes de leurs utilisateurs. Il n’y avait pas besoin d’être un expert pour savoir que ce lieu était l’idéal pour un nécromancien, qui aurait deux armées à son service. Malheureusement pour moi, je n’en étais pas une. Cependant, j’avais un nombre quasi illimité de bases sur lesquelles placer mes runes, le métal ancien étant généralement un excellent réactif, à condition qu’il n’ait pas trop été détérioré.

C’est durant mon examen des divers objets au sol que je vis un mouvement au loin, en partie dissimulé par la brume qui était présente à certains de la zone, ce qui ajoutait à l’atmosphère inquiétante de l’endroit.

Immédiatement, je traçai quelques runes au sol avant de faire quelques pas en arrière, sur mes gardes, attendant avec appréhension l’arrivée de mon adversaire.

Heureusement pour mes nerfs, je n’eus pas à patienter longtemps avant qu’il ne sorte de la brume, marchant calmement vers moi, un sourire dérangeant et dérangé sur les lèvres.

Il avait les cheveux verts et les yeux clairs, la distance m’empêchant de voir clairement leur couleur. Il n’avait visiblement pas d’armure, si ce n’est deux protège poings en métal, probablement de l’acier bien que je n’avais aucun moyen d’en être sûre, dont il se servait probablement pour attaquer.

Il s’arrêta quelques pas avant mon piège et m’observa de la même façon que je l’avais fait, déduisant probablement que j’étais une magicienne au vu de mon absence d’arme et d’armure.

La tension montait et je jugeai que si j’espérai arrêter ce combat de façon pacifique, c’était maintenant où jamais. Ainsi, je pris la parole.


“Pourrais-tu me laisser ta tablette sans combattre? Je ne souhaite pas te blesser, mais il faut que je gagne ce tournoi ridicule.”

Une expression de surprise traversa les traits de mon adversaire, avant de céder la place à l’hilarité.

“Je suis ici pour la fête et la butin, poupée, et je ne partirai pas sans m’être amusé! Maintenant, prépare toi et allons y!”

Un sourire dément sur son visage, il descendit sur ses positions et se mit en garde, son regard fixé sur moi, analysant le moindre de mes mouvements. Résignée, je poussai un soupir.

“On ne pourra pas dire que je n’ai pas essayé... Mais j’ai absolument besoin de progresser. Ne gardons pas de rancune sur ce qui va se passer.”

J’étendis mes mains sur mes côtés, attendant que mon adversaire ne fasse le premier mouvement pour pouvoir le contrer avec la rune que j’avais placé au sol. Malheureusement, mon ennemi avait visiblement une intention semblable et aucun de nous deux ne bougea pendant près d’une minute, puis au même instant, nous passâmes tous deux à l’offensive. Lui en se projetant en avant, poings prêts à me percuter, et moi et tentant de l’encastrer dans de la pierre pour l’immobiliser.

Aucune de nos attaques ne porta de fruit, la sienne parce que mon piège lui avait fait perdre un peu d'inertie et la mienne parce qu’il s’était déplacé. Cependant, nous étions à présent proches l’un de l’autre, et il ne perdit pas une seconde avant de projeter sa main droite dans mon plexus. Plus par réflexe que consciemment, je fis un pas sur le côté, passant sur son flanc et esquivant son attaque avant de bondir en arrière, tentant de mettre de la distance entre nous deux.

En voyant son sourire s’élargir au milieu de mon saut, je sus que ça avait été une mauvaise idée. Il leva sa main au ciel, et en tant que pratiquante des arcanes, je pus voir la masse d’énergie impressionnante qu’il y assembla.


“GUARDIAN’S...”

Avant de l’abaisser et de la pointer en ma direction.

“AWAKENING!”

La magie se forma en une vague déferlante à ses pieds qui jaillit en ma direction, se changeant en une créature de cauchemar. Elle n’était pas vraiment rapide, mais dans ma position, j’avais peu de chance de l’éviter.

Incapable de faire autre chose, je me contentai de concentrer de la magie devant moi afin de me défendre, mais lorsque la chose la toucha, rien ne se passa. Elle la traversa comme si elle n'existait pas, ce qui, maintenant que j’y pensais, était probablement le cas. Une attaque mentale.

Je n’aimais pas les attaques mentales.

Pourquoi? Outre le fait que c’était absolument traumatisant, il y avait dans ma tête certaines choses que je souhaitait que l’on laisse en paix. A savoir, l’ombre qui m’habitait.

Malgré la situation et l’enfer que la créature me fit subir en me persuadant d’être dévorée vivante, je ne pus m’empêcher un instant de plaindre mon adversaire. Puis plus rien.

Il m’avait attaqué. Il m’avait fait du mal, pour s’amuser alors que j’avais une raison importante pour gagner ce tournoi. Oui, c’était injuste. Cet être était mauvais. Malfaisant, même.

Il était temps de me défendre, et de rétablir la balance. Du coin des yeux, je le vis s’avancer de moi. J’étais tombée au sol durant son attaque, et il pensait sûrement que j’étais vaincue par sa cruauté.

Mais non.

La cruauté ne me vaincra pas. Après tout, j’avais bien trop à faire pour être défaite par ça.

Je sentais mes doigts s’allonger et s’aiguiser, alors que je les bougeait dans la terre, y inscrivant une série de runes, qui s’allumèrent dans un éclat de magie, créant une rafale de pics de terre effilés destinés à transpercer ma proie de part en part. Visiblement surpris, il parvint tout de même à briser celle dirigée vers son coeur avant de faire une série de sauts sur le côté afin d’échapper à mon piège.

Fonçant à travers mon attaque ratée, je me rapprochai de lui avant de lui asséner un coup de griffe, qu’il contra de sa main gauche, mais le déséquilibra. Je profitai de l’ouverture pour lacérer son torse de mon autre main avant de subir sa contre attaque, qui m’envoya valser sur un mètre avant que je ne me rétablisse sur deux pieds et une main, saisissant de l’autre une lame qui se trouvait à portée. Une rune de vent et une de foudre y furent inscrites avant que je ne la projette dans sa direction, et que je ne m’élance à sa suite. Bien sûr, étant donné qu’elle filait à la vitesse du vent, je fus rapidement distancée, mais j’arrivai à temps pour profiter de la blessure au bras que mon projectile avait infligé à mon ennemi.

Malheureusement, j'arrivai également à temps pour un nouveau service de son poing dans ma figure. Je ne fus pas envoyée valser cette fois, l’inertie du coup étant contrée par celle de mon mouvement. Ca voulait également dire que sa force avait été augmentée, mais peu m’importait. S'ensuivit une série de coups, mes griffes lacérant ses chairs et étant parfois contrés alors que ses attaques, moins nombreuses que les miennes, touchaient généralement leur cible vu que la défense m’importait peu. Au fil de cet échange, nos hurlements se changèrent peu à peu en éclats de rire, alors que la folie du combat nous atteignait.

Aussi plaisant que de verser le sang de mon ennemi était, je ne pouvais cependant plus me permettre de subir d’autres attaques, malgré le fait que la magie soignait mes blessures peu après qu’elles aient été infligées. Ainsi, alors qu’il ramenait son poing en arrière pour un nouvel impact, mon rire se tut alors que ma magie se rassemblait dans ma gorge avant d’être libérée dans un hurlement à glacer le sang qui immobilisa mon adversaire pendant un instant.

C’était suffisant. Je me ruai sur lui, saisi sa tête et le projetai au sol violemment avant de monter sur lui, immobilisant ses bras sous mes jambes avant de planter ses mains au sol avec des lames qui avaient été dérangées par sa chute. Son sourire avait disparu à présent et je me délectai de ses cris de douleur.

Jubilant du fait que ma proie était à ma merci, je commençai à entailler sa peau lentement, un sourire malsain sur mes lèvres. Cependant, lorsque je levai ma main pour l’achever, l’autre se fit connaître et arrêta mon mouvement.

Bien que je souhaitais vraiment le tuer, je suppose que je m’étais déjà bien amusée...

Je repris mon souffle avec peine. Etant hors de l’influence du donjon, une catastrophe avait failli arriver. Je regardait le corps mutilé de mon adversaire avant de me relever avec peine, récupérant sa tablette au passage. J’allais ensuite vers chacune de ses mains pour retirer les morceaux de métal qui s’y trouvaient puis concentrai ma magie dans un mélange d’eau et de terre afin de remplacer le sang qu’il avait perdu et refermer ses plaies afin qu’il reste dans son corps.

Titubante après que mes réserves aient été dangereusement réduites par la quantité de magie que je venais d’utiliser entre le combat et les premiers soins, je m’éloignait un peu de ma victime, m’appuyant sur la hampe d’une lance afin de me reprendre.


“Je suis navrée de t’avoir mis dans cet état, mais au moins... tu devrais comprendre qu’il y a des moments où il ne faut pas s’amuser, maintenant.”

Je commençai à m’éloigner à petits pas, toujours appuyée sur ma béquille de fortune lorsque je pensai à ajouter:

“Et... ne m’appelle pas... ‘poupée’.”

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Avènement du destin Round 1 (Version Engar)

Message  Engar Mer 21 Nov 2012, 20:56

Enfin... Je ne savais pas combien de temps s’était écoulés depuis la visite de Crocs noirs. Un ou deux jours sans doute… Bien sûr j’étais bien traité malgré ma réclusion un peu forcée, mais ce fut un véritable plaisir que de voir la porte s’ouvrir pour laisser apparaître la sale trogne d’un homme de main. Surement au service du responsable de ma présence en ces lieux, il me fit signe de sortir et la satisfaction que j’éprouvais fut encore plus grand quand, après m’être exécuté, j’entendis les gonds qui tournèrent sur eux-mêmes et fermèrent ainsi l’entrée de cette cellule, sans moi à l’intérieur. Après ce bref et minime instant « d’extase » le sous fifre me devança à pas rapide et me dit de le suivre. Ce que je fis sans crainte, sachant à peu près ce qui allait en découler, et sans mal, ayant après tout pris soin malgré ma « détention » d’entretenir mes armes et mon corps. De mon point de vue même les capacités surhumaines que j’avais acquises devait être entretenues… Qui plus est j‘étais ainsi prêt pour le tournoi. Bien que je me doutais qu’avant qu’il ne commence vraiment Crocs noirs ait à régler certains détails qui retarderaient la chose.

Mais cela serait de l’ordre de la minute et dans le fond ce n’était pas important. Ces quelques minutes ne seraient riens au vu des jours que j’avaient passés dans cette cellule… Et cette attente n’était rien en comparaison de ce qui allait advenir, même pour un mortel comme moi. Néanmoins, malgré ce stoïcisme face à l’inactivité qui allait de nouveau m’attendre c’était également avec hâte que je suivais mon guide. Il ne tarda pas à m’emmener à une autre porte grande ouverte et donnant sur une pièce encore plus petite, ce qui m’arracha un sourire à la fois amusé et dépité, que celle où j’avais été « consigné. Cependant, alors que j’allais y entrer, il me retint un bref instant afin de glisser un sachet dans la main en me disant de la garder précieusement. J’en ignorais les raisons mais suivant cette directive je l’accrochais solidement à ma ceinture avant d’entrer dans la pièce… Ou ce qui semblait en être une, car après quelques instants d’observation il était aisé de deviner au vu de la courbure des murs qu’il s’agissait en fait d’une alcôve et que le voile noire qui semblait tomber sur l’ouverture de cette dernière, n’était pas d’origine naturelle. Cela aurait très bien pu être un piège, me confiné ainsi dans une pièce restreinte me rendait ainsi vulnérable à bien des menaces, mais j’avais la certitude que ce n’était pas le cas, pour deux raisons. Premièrement car malgré l’animosité que nous éprouvions mutuellement l’un pour l’autre, nous avions passé un accord et malgré ses filouteries il était bien plus honnête que moi quand il s’agissait de respecter sa part du marché, quant à savoir si ce dernier était équitable c’était une autre affaire… Secondement cela ne lui servirait à rien, puisque je reviendrai, à moins qu’il n’ait réussi à trouver un moyen d’annihiler les effets du pacte, ce qui était fortement improbable… Bien sûr même dans ce cas il n’était pas agréable de mourir, j’en savais quelque chose, mais dans le fond il n’y gagnerait rien. Il y avait même peut être un troisième détail qui me confortait dans le sentiment de sécurité » que j’avais. Quand il était venu me chercher… Je ne sais pourquoi mais cet instant était flou dans ma mémoire, je serai incapable d’en préciser le lieu où les circonstances, mais je me souvenais d’une chose, d’une lueur dans ses… Enfin son œil. En me parlant il avait peur. Pas de moi non… Mais j’avais fini par apprendre que quand les gens s’adressaient à vous avec crainte et que ce n’était pas à cause de vous-même c’était qu’il avait besoin de vous. Ce contrebandier avait besoin de moi…

Cependant je ne prenais pas pour autant de risque inutile, et bien qu’il fût probable qu’elle ne fasse que nous empêcher de rejoindre la salle sur laquelle l’ouverture de l’alcôve, je ne me risquais pas à toucher la barrière magique et à en découvrir des effets indésirables. De toute manière même si j’en avais été capable je n’aurai pas eu le temps d’en tirer grand-chose puisqu’à peine après deux minutes la voix caractéristiques du contrebandier se fit entendre. Il commença bien sûr à parler du tournoi en généralité, en en faisant presqu’une promotion, normal pour un « commerçant » ceci dit. Je n’en eus pas grand-chose à faire sachant déjà de quoi il en retournait, et sans doute de manière plus détaillée que ce qu’il voulait bien dire aux autres participants. Par contre mon intérêt fut particulièrement éveillé quand il aborda les règles, que j’avais ignorées jusqu’alors, et que je m’efforçais de retenir dans la globalité. Donc pas de restrictions imposés, même si je ne faisais preuve d’aucune technique particulière cela me plaisait bien d’être certain de pouvoir me donner à fond. Devoir gérer les imprévus me parut la moindre des choses… Mais il y eut cependant un détail qui m’inquiéta un peu. Le fait d’avoir le droit de tuer un adversaire, d’autant plus que cela serait définitif. En plus du fiat que les incidents étaient probables, certains monstres ayant presqu’eu « l’habitude » d’être « invincible », c’était assez inquiétant pour moi. Pour ma part même si je ne m’imposerai pas de limites en combat j’étais certains, sauf éléments imprévus d’être à même de mettre mon adversaire hors d’état de nuire sans le tuer, sauf incident, et je n’aurai aucun intérêt à l’achever. Même si c’était un démon je devrai parvenir à me retenir. Par contre de par le fait que j’étais humain il suffisait que je tombe sur un monstre qui ait une hargne particulière à l’égard de ceux de ma race et une défaite signerait mon arrêt de mort… En y réfléchissant bien en fait… Tant mieux, on ne se battait jamais avec tant d’ardeur que quand on risquait de mourir.

J’appris également ce que contenaient le sachet qui nous avait été donné et l’usage de ces choses. Ainsi donc en plus de devoir veiller sur moi il faudra que je fasse attention à ces objets, que je m’empressai d’assembler comme il l’indiquait, mettant la tablette de bois dans un des compartiments, un coin, de la plaque de pierre. Ensuite il annonça le nombre de participants, seize, qui devaient être présentement dans des alcôves semblable à la mienne, et de fait celui du nombre de combats qu’il y aurait, quatre. Cela aurait pu être épuisant et rendre les choses plus difficiles face à une créature particulièrement endurante si on avait dû les enchainer. Mais comme il n’y avait pas de limites de temps entre chaque duel, je devrai parvenir à récupérer entre chacun d’entre eux, même si je comptais bien arriver avant mon prochain adversaire sur les lieux du combat afin de pouvoir prendre l’initiative. Je commençais à ce sujet à réfléchir aux précautions que je devais prendre, alors qu’il concluait son discours quand je sentis soudainement un brusque souffle, que j’aurai pu croire être dû aux vents s’il ne m’avait pas… Aspiré.

Durant un bref instant ma pensée sembla éteinte et de fait ce ne fut que quand mes pieds touchèrent à nouveau le sol que je compris de quoi il en retournait. Un portail… Logique, c’était le moyen le plus rapide pour envoyer des individus d’un point à un autre, d’autant plus si les deux étaient lointain, je supposais par ailleurs qu’il avait prit ses précautions pour que cela ne soit pas perçu ou que, si ça l’était, cela ne paraisse nullement étrange… Ceci dit j’aurai apprécié être prévenu étant affligé d’une nausée assez sévère après avoir rejoint le lieu où j’avais été envoyé. Certes j’étais accoutumé à ce genre de chose grâce aux portails démoniaque, dont la traversé était plus pénible. Car là où je, et sans doute les autres participants, n’avions fait que franchir un distance par ce portail c’était une toute autre affaire pour rejoindre un plan infernal, puisqu’il s’agissait d’en plus de la distance d’aller au-delà des barrières qui étaient établi entre les mondes, et ce n’était jamais une chose agréable. Mais n’ayant pas pu me préparer à cette traversée je ne pus m’empêcher, avant même de regarder où j’étais, de recracher mon dernier repas au pied d’un… Arbre. Posant ma main sur mon tronc tout en vomissant intensément la tête baissé je pus deviner sans le regarder qu’il ne s’agissait nullement d’un de ces frêles végétale qu’on pouvait voir pousser de ci de là en plaine mais bien d’une de ces choses dont la largeur du tronc et la hauteur laissait témoigner d’un âge vénérable et qui ne poussé que dans des forêts. Un simple coup d’œil, après avoir achevé ma purge forcée des intestins et m’être essuyé négligemment le contour de la bouche avec la manche de mon armure, me confirma ma position. Probablement devrai-je mener le combat en ce lieu, ce qui ne m’arrangeait pas vraiment. Bien sûr je savais comment mettre l’environnement à profit pour tenir de me dissimuler et comment en plein combat exploiter l’environnement sylvestre, mais mes connaissances en la matière seraient bien minces si je devais affronter un elfe des bois ou une autre créature particulièrement proche de la nature… Néanmoins je me plaignais mais premièrement il était vrai que ça serai la même chose par rapport aux nains et autres créatures minières si je m’étais retrouvés dans une grotte ou aux revenants si j’avais du mener le combat dans un cimetière. Deuxièmement rien ne me prouvait que mon adversaire était accoutumé à cet environnement, puisque j’ignorais qui il était, et de fait ce serait moi qui aurait un avantage sur lui car bien que n’ayant pas d’affinités particulière je savais exploiter le terrain… Et troisièmement même s’il avait un avantage initial sur moi rien n’était perdu, si j’étais bien plus doué que lui renversait la tendance serait dur, mais possible, à condition que je ne laisse rien au hasard. De fait je ne tardais pas à tenter de me rendre le moins visible possible, commençant à me mêler à des broussailles touffues, afin d’être moins visible et me mit en marche. Je ne faisais pas attention à ma position par rapport au vent car pour que mon adversaire puisse sentir mon odeur il faudrait déjà que ses sens soient particulièrement développés, mais pour que je puisse le faire de manière efficace il aurait fallu quelle était sa localisation par rapport à moi… Comme autre précaution j’aurai pu me couvrir de terre afin de parfaire mon camouflage, mais cela m’aurait pris trop de temps et si j’avais été attaqué alors que je faisais cela j’aurai été particulièrement vulnérable. J’avais également songé à me positionner sur une branche et à attendre mon adversaire, mais si ce denier faisait la même chose nous risquions d’attendre longtemps. Cela me permit néanmoins de prêter plus attention aux dangers que pourraient dissimuler les arbres. Si mon assaillant s’y était positionné je lui offrais l’initiative, mais je ne le laisserai pas en profiter pleinement.

Cela faisait plusieurs minutes que j‘avançais entre les arbres, me repérant à leurs mousses, toujours plus drus au nord, afin d’éviter de tourner en rond et rien ne laissait à penser que mon ennemi était présent. Deux idées me vinent alors en tête, soit ce n’était pas ici que je devais me battre, mais à ce sujet la table ne me donna aucune indication, soit mon ennemi faisait de même que moi et nous risquions de mettre des heures à nous trouver. D’autant plus que je veillais bien à ne faire craquer aucune branche et à ne pas effrayé des animaux, si ce ne fut un écureuil avec lequel j’étais tombé nez à nez en écartant des broussailles. Je songeais alors à me mettre dans un lieu dégagé et à faire en sorte de mettre en place un campement qui signalerait ma position à mon adversaire et le prendre au piège en lui faisant croire que j’avais été assez stupide pour commettre pareille imprudence. Cette idée se faisait de plus en plus séduisante quand soudain j’entendis un bruissement sur ma gauche…Et je vis alors avec une certaine surprise un renard filait entre mes jambes en poussant des glapissements paniqués. Qu’est ce qui avait pu l’effrayer à ce point ? Un prédateur ? Ou mon adversaire qui se serait enfin trahi ? Dans les deux cas il s’agissait d’une menace et en réponse à cela je portais ma main droite sur la poignée d’une de mes lames.

Je dus m’avouer un peu surpris quand je finis par entendre des sanglots. Une manœuvre de mon adversaire pour m’amener à me découvrir ? Peut-être ce qui fit que tout en me dirigeant vers le lieu d’où semblait provenir ces pleurs je pris mille précaution… Ce que je vis quand, dissimulée derrière un arbre j’perçus grâce à un discret coup d’œil ce qui devait être mon opposante, expliquait amplement la peur qui avait saisi le renard. Il s’agissait d’un reptile, debout et pleurant contre un arbre, à l’allure cependant bien spécifique au vu de la carapace qu’elle avait sur le dos... Mais ce n’était pas tout ce qui pouvait susciter la peur chez un animal, bien que cela aurait pu être suffisant, son gabarit était un autre facteur qui pouvait justifier l’effroi causé, tant de par sa largeur que sa petite taille… Néanmoins chez un être intelligent cette crainte qu’aurait pu causer son apparence était grandement atténuée de par son état… Elle ne cessait de geindre et elle parlait suffisamment fort pour que je comprenne que ses lamentations concernait le fait qu’elle n’avait pas voulu participer à ce tournoi, qu’il désirait juste retourner chez elle, ce qui me permettait de confirmer le fait qu’il devait bien être mon adversaire, fait confirmé quand j’aperçus qu’elle tenait dans sa main un sachet semblable à celui où j’avais récupérer … Crocs noirs devait vraiment être dans un manque crucial de combattant pour choisir, et contraindre visiblement, un tel individu à participer. Bah au moins ce premier round sera aisé à remporter. Il me suffirait de profiter de ses sanglots pour m’approcher d’elle sournoisement et dès lors il me serait aisé de lui porter un coup fatal.

S’il n’y avait pas eu à prendre en compte ce qui m’avait rendu le plus vulnérable lors de ma marche dans la forêt, mon odeur que je n’avais nullement dissimulé et malheureusement pour moi le vent le portait au reptile… Qui semblait bien doter d’un odorat supérieur à celui d’un humain puisqu’alors que je sortais de ma cachette, tout en dégainant mes lames, pour m’approcher de mon opposant, elle interrompit ses sanglots et se tourna dans ma direction. J’interrompis alors marche pour mettre en garde. Bien qu’elle semblait un peu pataude, il aurait été ridicule d’espérer de pouvoir me cacher discrètement et espérer qu’il ne m’ait pas perçu si, comme je le pensais, il m’avait perçu grâce à des sens. Mon regard était alors dur et un rictus déformer mon visage, je me forçais un peu, mais si la tristesse dont il avait fait preuve n’était pas feinte l’impact psychologique que pouvait avoir mon attitude sur elle risquait probablement de fonctionner à merveille… Mais j’eus bien du mal à ne pas laisser se biser mon « masque » pour laisser transparaitre mon étonnement quand je fus bien forcé d’admettre que cette allure trapue appartenait à une femme. Sa poitrine ample et indécente ne laissait aucun doute à ce sujet ! Par ailleurs en observant bien ses cils, son regard et certains de ses traits, cela me parut encore un peu plus évident. Il s’agissait d’une femme, apparentée aux reptiles, larmoyante dans la forêt car elle avait été embringuée contre sa volonté dans un tournoi possiblement mortel et clairement… Nue.

Heureusement pour moi le fait que son apparence était par trop éloigné de celle d’une humaine m’empêchait d’être perturbée par s nudité, une fois le premier étonnement passé. De toute manière au vu de l’adrénaline qui commençait à parcourir mon corps à l’idée de combattre m’aurait permis de surmonter cela, mais c’était quand même un plus que de passer outre sans « efforts ». Je remarquais alors qu’elle semblait paniquer à ma vue, sans doute avait-elle plus peur de ma race qu’elle ne la haïssait, ce qui encore une fois allait me faciliter la tâche. Elle recula par ailleurs un peu en tendant ses mains devant elle, dont une tenait toujours le sachet qui lui avait été donné et qu’elle n’avait même pas déballé. Néanmoins elle ne tarda pas à percuter de son dos l’arbre contre lequel elle pleurait peu avant et qui sous la pression de sa carapace lâcha un léger craquement. Pour ma part j’avais rabaissé mes lames, prêt cependant à en faire usage, et m’avançais vers elle en soutenant son regard rosée. Le mien dut lui faire peur puisqu’elle détourna le visage et ferma ses yeux comme si ma simple vision lui était insupportable. Néanmoins elle trouve suffisamment de courage pour prendre la parole même si sa voix suintait la peur et, bien que je continuais de m’avancer vers elle je prêtais une attention distraite à ses dires.

"Arrêtez ! Je ne voulais pas faire ce tournoi ! D’ailleurs ce trop…Crocs noirs a dit qu’on pouvait abandonner alors je… J’abandonne ! Laissez-moi !"

Elle voulait fuir le combat, ce que je pouvais comprendre au vu de sa peur, néanmoins il y avait deux détails dans ce plan qui ne me convenait pas.

"Le problème vois tu es que le but de ce tournoi est de récupérer un objet que possède l’adversaire. Hors tu es mon adversaire vraisemblablement et tu encore en possession de cet objet. Il y a d’ailleurs un autre détail... Vois-tu l’organisateur à bien dit que si un abandon paraissait trop en faveur de l’adversaire, les deux combattants concernés seraient éliminés de fait…

Elle ne semblait pas trop saisir pourquoi j’évoquais cette règles, mais elle comprit que je voulais le sachet de fait elle fit mine de me le lancer, mais je devançais soudainement son geste, le temps d’une soudaine expiration… Et pendant la durée de cette dernière je déployais tout la vitesse dont j’étais capable dans un soudain mouvement de détente qui me propulsa juste devant la reptile. Une inspiration, je lâchais une de mes lames qui tombait au sol pour saisir brusquement le sac de sa main à moitié ouverte, et avec mon autre bras lui assénait un coup du revers de ma lame, forcée de lever haut le bras au vu de sa taille. La frappe était violente, mais calculée, de sorte que je ne fis que lui tracer une profonde entaille sanglante sur ce qui devait lui servir de nez. Mon but n’était pas de tuer après tout... Une nouvelle expiration et alors qu’elle portait les mains à son visage je bondissais en arrière, ramenant ainsi grâce à ma chaine l’arme que j’avais laissée tombée. Ceci dit je la laissée au sol afin d’accrocher le sachet que j’avais prit à ma ceinture. Elle était encore en train de pousser un léger gémissement de douleur, ses mains sur sa plaie, alors que je finissais de m’approprier mon butin, j’enfoncerai la tablette de bois dans son renfoncement plus tard, puis récupérer ma seconde lame, pour enfin, sans me défaire de mon sourire carnassier, conclure mes propos que j’avais moi-même interrompu.

"... Il faut qu’au moins un peu de sang coule pour paraître crédible, voilà qui est chose faite…"

En vérité je mentais un peu, bien qu’on puisse en douter puisque je léchais le sang sur ma lame, plus dans le but de l’effrayer encore que de gouter à ce liquide ferreux. Je ne connaissais pas cette créature alors pourquoi aurait-elle abandonnée pour m’aider à gagner ? Qui plus est Crocs noirs devait savoir que ce genre de magouilles n’étaient pas dans mon genre. Cependant cela me paraissait nécessaire pour supprimer les derniers doutes qu’il aurait pu avoir à mon sujet quant à ma détermination à mener à bien ce tournoi et puis… Je devais m’avouer un peu frustré de ne pas pouvoir faire un vrai combat pour ce premier round alors que je m’étais mis en condition pour cela et mon geste m’avait permis de me vider de cette frustration. Oui quelque part c’était cruel, mais ce n’était qu’un bonus et je ne l’aurai pas fait s’il n’y avait pas eu l’autre raison… Enfin en même temps je me demandais clairement pourquoi le contrebandier l’avait convié au tournoi. Quoi qu’il en soit je ne comptais pas harceler cette pauvre créature plus longtemps. De fait commençais à tourner les talons quand sa voix s’éleva de nouveau, ce qui aurait été négligeable si elle ne s’était pas faite bien plus rauque, au point d’en devenir… Inquiétante.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Proposition de musique !
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
"… Pourquoi vous les humains êtes si… Mauvais ? Ma « mère », celui qui m’a mené ici, vous… Vous ne désirez que la souffrance et la mort des autres... Vous… Vous ne devriez pas vivre au donjon… Vous ne devriez pas exister !"

Elle avait presque crié ce dernier mot, qui sembla même s’achever en un grognement des plus bestial… Et lui ayant accordé un regard distrait en entendant le début de sa diatribe je ne pus me retenir les muscles au-dessous d’un de mes yeux de tiquer légèrement alors que je comprenais pourquoi elle avait été choisie pour ce tournoi. Envolée toute la douceur que pouvait avoir le corps massif de mon opposante ! Désormais il n’en ressortait que de la brutalité, de la sauvagerie et des flammes. Ces dernières m’empêchaient de voir sis ses muscles saillaient, mais au vu de son allure trapue il ne faisait aucun doute qu’elle avait une masse musculaire bien supérieure la mienne, néanmoins la mienne, bien que moindre, était plus efficace en proportion et surtout je savais l’utiliser. En vérité la menace principale venait du feu, car s’il était vrai que concernant le combat individuel mon armure, ainsi que ma cape qui ne sera nullement une gêne contrairement à ce que l’on peut penser, devraient tenir un certain temps face à la morsure des flammes elle ne pourrait pas faire grand-chose face à un feu de forêt... Qui avait déjà commencé. Que cela soit parce qu’elle était aveuglé par sa rage ou parce qu’elle en était tout bonnement incapable mon adversaire ne semblait pas maitriser les flammes qui sortaient de son corps et ces derniers commençait à embraser l’humus au sol qui n’allait pas tarder à le communiquer aux arbres. Il fallait finir ce combat et vite, sinon elle en serait forcément la gagnante puisque je doutais que le feu ait un quelconque effet sur elle.

Par ailleurs même sans compter sur le feu qui rongeait rapidement le bois je n’avais pas beaucoup de temps pour élaborer une stratégie. Mon opposante se courba, et mettant ses cornes en avant elle s’élança, chargea dans ma direction. L’esquiver serait facile au vu de ma vitesse, mais j’eus un bref instant l’idée de laisser tomber mes lames afin d’affermir mon équilibre sur ma position et au moment de l‘impact stopper sa charge en saisissant ses cornes, si elle n’avait pas de capacités insoupçonnées je devrai pouvoir tenir bon et ensuite retourner la situation à mon avantage, mais je dus me résoudre à abandonner cette idée au vu des flammes qui sortaient également de sa gueule ce qui compromettraient grandement mon plan… A vue de nez la situation m’était grandement défavorable puisque le terrain était pleinement à son avantage, ce qui pouvait lui permettre de combler l’écart entre nos capacités. Néanmoins il y avait une chose, en plus de mon expérience probablement bien supérieure, qui faisait que peu importe la situation je lui étais pleinement supérieur... Il s’agissait de la différence entre nos rapports vis-à-vis de la hargne. La sienne l’aveuglait, moi je maitrisais celle qui m’habitait telle une force… Et aucun brasier ne saurait compenser l’écart entre ceux qui animaient nos cœurs.Ca pouvait paraitre vaniteux, mais avoir la certitude de la supplanter grâce à cela ne signifiait pas pour autant que je négligeais mon opposante, ni la situation actuelle.

Par ailleurs la fumée qui commençaient à emplir les bois me faisait un peu suffoquer et je ne pus retenir quelques larmoiement du au picotement qui affectait mes yeux. Couvrir mon visage avec ma cape aurait été une bonne idée pour me protéger de ces effets, mais cela m’aurait empêché d’agir face à mon assaillante qui malgré sa rage incontrôlée aurait pu ainsi mener la danse… Par ailleurs cette dernière avec ses longues foulées et malgré son allure pataude comblait rapidement l’écart qui nous séparait, et bien qu’en garde et étant prêt, j’avais conscience que dans le mouvement que je prévoyais mal moindre erreur pourrait m’être fatale… Mais je ne m’en faisais pas, j’avais déjà tant de fois misé ma vie sur la bonne exécution d’un assaut que je n’éprouvais même plus la moindre angoisse à ce sujet. Certes mon sourire ainsi que mon allure sadique et nonchalante avaient disparus, mais la seule raison à cela était qu’au vu de son état la reptile ne se laisserait pas influencer par cela, alors autant ne pas perdre une partie de ma concentration pour adopter une attitude feinte… ce qui me fut précieux quant, alors qu’il ne lui restait plus qu’un pas à faire je déployais, en plus des capacités de Franken Fran, l’énergie du démon, faisant apparaitre un aura sombre en contraste avec les flammes rougeoyante de mon opposante. J’eus ainsi une vitesse suffisante pour qu’au moment où elle aurait du me percuter, je me fende, pivote sur la gauche, et mette un genou à terre, me serve de mes deux lames pour la frapper au flanc et au jarret, alors que mon aura formait divers appendices qui l’entaillèrent à de multiples reprises. Ce n’était pas des coups mortels, mais au moins j’étais certains de parvenir à les placer tout en esquivant l’assaut et si la première ne faisait que la faire saigner légèrement et provoquer une vive douleur la seconde devrait profondément l’handicaper, voir même l’empêcher de se servir de sa jambe gauche, quand aux coupure de l‘aura elle ne feraient qu’attiser encore sa souffrance et sa rage. Cependant je ne tardais pas à me relever et à bondir en arrière, avec raison puisque peu après elle se retourna rageusement en donnant un violent coup de patte dans ma direction. Dans ce mouvement je pus voir qu’elle était toujours capable de se servir de la jambe que j’avais frappé, mais qu’elle la trainait légèrement… Au moins était-il peu probable qu’elle puisse me charger à nouveau, ce qui fit venir sur mes lèvres un sourire un peu narquois…

Je n’eus comme réponse qu’un grognement, alors qu’en boitillant à moitié elle s’avançait de nouveau vers moi… Elle était aussi obstiné que les berserkers de mon pays, mais j’aurai été incapable de dire s’il s’agissait d’un défaut ou d’une qualité...Quoi qu’il en soit cela m’assurait la victoire… Bien sur j’aurai pu fuir, au vu de son état j‘aurai aisément pu la perdre et ainsi obtenir la victoire puisque j’avais sa tablette, mais comme je l’avais dit à Crocs noirs, je mène toujours mes combats jusqu’au bout, même quand lorsqu’ici il n’y avait aucun prestige, cela n’était qu’un bonus… Par ailleurs la chaleur commençaient à se faire étouffante, pour ma part je suais comme jamais dans mon armure ce qui était particulièrement désagréable, Et bien qu’une fois encore j’attendais Shugo afin de profiter de son emportement je ne pus retenir une quinte de toux… Mais j’avais inspiré tellement de fumée que cette dernière fut brutale au point qu’un bref instant je baissais ma garde, que mes sens furent entièrement concentré sur mes crachotements… Il… Il fallait que j’en finisse au plus vite !

Cependant avant que je ne puisse me ressaisir je ressentis un violent choc venant de derrière, ce qui rajoutais au déséquilibre provoqué par ma toux me fit tomber au sol. Mon adversaire m’avait elle contournée et était elle parvenue à me prendre ainsi par surprise. Non pas aussi rapidement et si elle s’était suffisamment approché de moi elle aurait plus tenté de m’assaillir directement que de provoquer pareille manœuvre… Etendu sur le ventre, la douleur qui vrillait mon dos était atroce, néanmoins je parvenais à retenir et cris et gémissement de par l‘habitude de pareilles blessures, mais surtout je parvenais à redresser ma tête et ainsi voir un élan, le dos en feu tenta d’échapper au sort qui frappait son habitat, même si pour lui il était trop tard. Il avait du me percuter avec ses bois, et connaissant les dégâts qu’ils pouvaient infliger je ne pouvais que remercier une nouvelle fois les capacités hors normes qui m’avaient été conférées, notant par ailleurs que sans elle ça ferait de nombreuses fois que je serai mort, après dix ans de survie sans… Ce qui quelque part était un peu déprimant… Néanmoins alors que j’étais encore un peu hébété, il fallait bien ça pour que mes pensées se soient éloignées du combat, je parvenais à me retourner sur le dos avec une grimace, apercevant alors un vol d’oiseaux avec le même but que le responsable de mon état. J’entendis alors un grognement qui me ramena à la réalité, juste à temps pour lever la main gauche et la plaquée sur le museau encore ensanglanté de mon opposante et faire en sorte que sa mâchoire claque dans le vide et non sur ma gorge. J’avais réussi à sauver ma peau, mais pas pour longtemps, car bien que mes capacités étaient supérieures elle était clairement en position de force, m’écrasant de tout son poids, m’empêchant ainsi d’user de mes jambes, et tentant de repousser la dernière défense qu’était ma main entre ma gorge et ses crocs, qui cependant n’étaient pas ses seuls armes, puisque avec ses griffes, que je parvenais seulement à éviter par d’habiles mouvements d’épaules. Quand à ses flammes il s’avéra heureusement que mon armure bien qu’en proie aux flammes remplissait son office à merveille et se régénérait juste un peu moins vite que la vitesse à laquelle les flammes le consumaient… Toujours est il que je ne pouvais garder cette position bien longtemps, car j‘allais finir par commettre une erreur et elle me tuerait pour de bon, qui plus est mon aura ne serait pas assez efficaces pour me permettre de la repousser, juste au mieux lui infliger quelques estafilades supplémentaire... Bien sûr j’aurai pu me servir de ma seconde main, mais cela n’aurait fait que me donner un sursis, et au lieu de cela elle tâtonnait furieusement le sol à côté de moi, m’étant rendu compte que dans le choc j’avais lâché mes armes, une d’entre elles ne devait pas être bien loin ! Au bout de quelques secondes de cette lutte bestiale, dans laquelle aucun de nous ne parvenait à prendre le dessus, alors que le feu se faisait plus menaçant à chaque instant, je parvenais à poser ma main sur la chaine reliant mes armes… Ce n’était pas exactement ce que j’espérais, mais cela suffirait amplement.

Je saisissais quelques uns des maillons d’acier dans ma main, que je refermais, et ramenait vivement vers nous afin de frapper la reptile à la tempe pour la déstabiliser. A temps d’ailleurs, puisque sa gueule commençait à se remplir de flammes qu’elle comptait probablement me cracher au visage et contre lesquelles je n’aurai rien pu faire. Néanmoins le choc que je lui assenai fut suffisant pour qu’elle interrompe son action et la sonne suffisamment pour que je me permette de relâche un instant son visage afin de saisir de ma se seconde main la chaine afin d’enfin la croiser autour de son cou. Au vu de son comportement j’espérais qu’elle se comporterait comme tout être bestial victime de strangulation… Et comme je l’escomptais elle porta ses mains sur la chaine et non sur mes bras où mon visage, qu’elle aurait pu lacérer aisément, et commença à tirer de toutes forces pour se défaire de cette étreinte qui l’empêchait d’user de sa gueule. Pour ma part ma force demeurant supérieur à la sienne malgré ma position je tins bon, mais entre ses mouvements de gorge, entrecoupés de grognement étouffés, et ses efforts pour arracher la chaine je doutais que le maillons tiennent bien longtemps… Par ailleurs je remarquais qu’un d’entre eux commençait à se distendre, peut être serait il le « faible », qui alors causerait mon trépas. La sueur perlait sur mon front, tant à cause de la tension de la situation que de la chaleur ambiante. Le regard rivé sur ce petit anneau de métal distendu sur lequel se jouait ma victoire, ma vie, était si intense que je mis un instant à me rendre compte que la prise de mon adversaire se relâchait, mais que son poids augmenta significativement. Je me permettais alors de faire glisser mes yeux sur les siens, clos. Par ailleurs les flammes couvrant son corps s’était également éteintes…

J’avais gagné et avec un léger soupir, d’aise pour être honnête, je repoussais son corps et me relevais en éteignant les flammèches qui avaient noircies mon armure, qui s’en remettrait rapidement. Tout n’était pas encore gagné, il fallait encore que je sorte de ce brasier et au vu des flammes qui m’environnaient ce n’étaient pas gagné d’avance… Bien sur je savais quelques notions de bases, comme le fait qu’il fallait aller à l’opposé du vent, puisque le feu serait poussé dans le sens de ce dernier, mais cela… Je ne pus songer plus longtemps à comment j’allais sortir d’ici que la branche d’un des arbres finit par se rompre et me tomba dessus tel un gigantesque tison ardent. Mes réflexes me permirent néanmoins de l’éviter d’un ample bond, mais ce n’est qu’alors que je songeais à la reptile… Je ne m’en étais pas assuré, mais il était peu probable que je l’ai tué, n’ayant pas continué ma strangulation après que ses muscles s’étaient détendus… enfin ceci dit cela ne durerait pas puisque les éclats brulants du tison allaient la frapper et probablement l’achever ou, dans le pire des cas pour moi, juste la réveiller dans un état encore pire de folie furieuse… Et lorsqu’elle n’eut comme réaction un grognement minime je compris que je tenais là mon échappatoire ! Elle ne devait pas être sensible, ou alors de manière minime, à l’élément qu’elle manipulait, du fait je pourrai me couvrir avec son corps ! Bien sur cela serait une gêne, et je risquais ainsi d’être définitivement coincé par les flammes, mais il valait mieux cela qu’être tué presque par hasard par des retombées incandescentes. Après une énième quinte de toux, je faisais un ample mouvement de ma cape, qui bien que légèrement brulée ne me dérangeaient aucunement, et je m’entourai la bouche afin d’éviter de nouveau les désagréments liés à la fumée, puis je me penchais sur la reptile. Après m’être assuré brièvement qu’elle était encore en vie et que le grognement que j’avais perçu n’était pas qu’une hallucination je la saisissais et, avec peine, plaça sa lourde carcasse sur mon dos et entama une marche bien périlleuse.

J’ignorais combien de temps elle dura, sans doute une heure ou deux, mais pas plus, puisque mon opposante ne s’était pas réveillée. La perte de mes repères causée par la chaleur ne m’aidait pas à déterminer cela avec aisance… Tout ce que j‘étais à même de dire était que le chemin que j’avais prit semblait le bon puisque les animaux suivaient la même, à moins que ce soit moi qui me soit inspiré d’eux. Je ne sais plus trop, sans doute les fumées m’ont elle un peu monté à la tête… Toujours est il que mon adversaire, dont j’ignorai jusqu’au nom, remplit parfaitement son « office » et me protégea efficacement des dangers du à la simple chaleur... Bien qu’elle n’aurait probablement pas pu faire grand-chose si le gros du brasier nous avait enveloppé. Au fond cela n’avait plus d’importance j’avais atteint la lisière de la forêt, je sortais du fourneau qu’était devenu le bois. C’était un grand soulagement que de sentir comme seule chaleur celle du soleil et de pouvoir retira ma cape de ma bouche afin de respirer un air pu après ces derniers instants. Je m’accordais alors quelques instants de répits, sans prêter attention aux quelques bêtes qui fuyaient encore en nous évitant.

Mon répit fut cependant de courtes durées, Mais ce n’était pas à cause d’une nouvelle menace ou d’un événement soudain. C’était mon choix, la reptile était inconsciente, j’avais sa tablette et j’étais presqu’en pleine forme malgré quelques contusions mineures, je pouvais donc m’engager vers la suite du tournoi sans perdre plus de temps, et peut être devancerai je ainsi mon prochaine adversaire. Passant la main dans la sacoche que j’avais réussi à arracher dès le début de la confrontation, et qui avait été quelque peu brulé, sans danger majeur pour ce qu’il contenait heureusement, et j’en sortis la tablette. J’y laissais par contre la plaque de pierre, elle ne me serait d’aucune utilité, et saisissant la mienne j’y emboitai mon butin, à côté du morceau de bois que je connaissais déjà… Je fus un peu surpris d’y voir s’y graver, par magie sans doute, une sorte de mini carte puis les indications tels quel es avaient énoncés Crocs noirs… Il fallait donc que j’avance au Nord, sur quelle distance précisément ? Je l’ignorais, mais je prévoyais déjà de me reposer au mieux durant cinq heures quand la nuit tomberait et de sustenter avec les corps des animaux victimes des conséquences de notre duel… Ce dernier avait par ailleurs fait pas mal de dommages collatéraux, mais de toute façon je ne m’en souciai guère. Je n’en étais même pas le responsable après tout.

A ce sujet j’eus un dernier regard pour celle que j’avais eu à affronter et avait vaincu… Ses traits avaient retrouvés leur « douceur » initiale et il fallait reconnaitre que malgré sa carrure elle semblait bien fragile. Je me demandais alors si c’était vraiment pour ma seule survie que je l’avais prise sur mon dos et non pour la sauver également. Bien sur Crocs noirs n’aurait pu « m’accuser » de l’avoir lâchement achevé si je l’avais « juste » délaissé et il aurait du couvrir sa mort, mais justement… Je faisais ce qui devait être fait, mais de la manière aussi juste que possible, bien qu’elle puisse parait abominable aux yeux d’autrui. Ce n’était pas le cas ici, j’avais gagné, sauvé ma vie et épargné la sienne… Je pense que cela n’aurait pu se terminer d’une meilleure manière, même dans le fiat que j’avais remporté… C’était ce qu’il y avait de bien dans les tournois, il n’y avait pas à se soucier de détail, le meilleur gagnait et c’était ce qui importait. J’adressai alors un sourire à la reptile dont elle n’eut aucunement conscience et sachant que Crocs noirs allait la faire récupérer je pris la route qui m’amènerait au prochain affrontement. Elle me forçait visiblement à contourner la forêt désormais calcinée, ce qui me ferait déjà une sacrée trotte… Cela laisserait le temps à mon armure de se remettre totalement de ce qu’elle avait subi. Il me faudrait par ailleurs également e trouver un point d’eau, même si je ne m’en rendais pas compte je m’étais desséché, mais cela ne devrait être qu’une formalité. De nombreuses bêtes avaient quittés la forêt intacte et il me serait aisé de trouver leurs traces qui les mèneraient bien au bout d’un moment à un point d’eau. Bien sur cela me forcerait à faire un détour, mais… Encore une fois ce n‘était qu’un détail qui s’incorporait dans le seul objectif valable et sur lequel se focalisait mon esprit.

Remporter l’avènement du destin… Ou laisser cette tache à une personne qui s’en montrerait plus digne.
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue32/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Avènement du destin Round 1 (Version Ombresang)

Message  Invité Jeu 22 Nov 2012, 17:23

HRP : Les musiques sont dans les différents titres. Bonne lecture :p

Après avoir écouté avec attention la voix grave qui émanait de derrière le voile noir, Ombresang fut quelque peu étonné d’être si soudainement projeté dans une vaste étendue herbeuse. Il atterrit sur le dos au milieu d’herbages d’une grande diversité de tailles et de couleurs, et balaya les alentours d’un regard rêveur : cette plaine, qui n’évoquait que calme et sérénité, le plongea dans une profonde méditation. Emet n’était pas là pour troubler sa contemplation et, pour la première fois depuis le commencement de son existence mouvementée, Ombresang ne possédait plus que sa conscience propre. Et cela n’était pas pour lui déplaire…

La marche solitaire d’un golem


Le soleil avait grandement baissé à l’horizon, et la créature artificielle se mit à songer à son adversaire. Il n’avait pas vraiment envie de l’affronter, après tout, il n’était pas qu’une créature assoiffée de sang, quoi qu’en dise les humains. Bien entendu, il n’hésiterait pas à dévorer ces derniers, dans la plus savoureuse des vengeances. Mais après tout, les crapauds ne dévoraient-ils pas les mouches ? C’était dans l’ordre naturel des choses, et son estomac avait le droit à sa place dans la chaine alimentaire.

A force de penser à la nourriture, le golem se mit à avoir faim. Il n’y avait malheureusement autour de lui moins de nourriture que de cheveux sur le crâne d’un chauve. Et, même si les chauves avaient un arrière-goût d’oignon plutôt exquis, cela désolait Ombresang qui ne pouvait clairement réfléchir avec cette faim dévorante qui le tenaillait. Il se mit donc en quête de l’ennemi, afin de se faire un petit casse-croûte et de récupérer la tablette que transportait ce dernier. Tout en pensant à la tablette, il se prit à rêver à la récompense que lui avait promise la voix. Cela devait être un gigantesque festin, ou alors tout un régiment d’humains… Rien que d’y penser, le golem salivait. Et plus le golem salivait, plus sa soif de sang plongeait son esprit dans une sorte d’inconscience meurtrière. Inconscience qui contrastait terriblement avec sa crise de conscience d’il y a quelques minutes.

C’est ainsi que les quelques habitants de ce désert verdoyant, différentes races de petits mammifères, virent passer plusieurs centaines de kilos de muscles disproportionnés aux lames aussi affutées que la plus meurtrière des épées. Tandis que le sol tremblait, les rongeurs se blottirent les uns contre les autres, se réconfortant mutuellement et tremblant dès que la langue, ou plutôt « le Grand Serpent Rouge » passait trop près d’eux. Une idole fut d’ailleurs érigé en l’honneur de cette dernière afin d’éviter son possible retour, mais cela est une autre histoire.

Observant pour la première fois la tablette qu’on lui avait remise avant son départ, Ombresang l’enfonça dans la plaquette, produisant un déclic satisfaisant. Une image en relief en émergea, représentant une mince étendue boueuse bordée de quelques flaques et d’une végétation dense, vestiges d’une ancienne rivière. Telle était la destination des deux belligérants : leur affrontement serait donc inéluctable.


Un titanesque adversaire


Ainsi Ombresang marcha plus d’une vingtaine de minutes, sans jamais apercevoir ne serait-ce qu’un indice sur la présence d’un second intrus, ce qui ne manquait pas de l’agacer tant et si bien qu’il trépignait presque sur place. Mais son impatience ne tarda pas à être récompensée par un cri rauque et caverneux qui rompit le silence environnant.

En effet, avant même d’avoir le temps de ralentir l’allure, il fut percuté dans le dos par une masse prodigieuse de muscles dont la couleur n’avait rien à envier à l’humus le plus putride et le plus spongieux qu’un marais puisse abriter. Des veines semblables à de gigantesques serpents ondulaient sur ce corps herculéen : la créature était un mort-vivant dotée d’une si grande carrure que le golem de sang devait lever la tête afin de le regarder dans ses yeux dénués d’âme. Mais, si le choc l’avait quelque peu décontenancé, il tenait stoïquement debout, enserrant le colosse de chair dans une étreinte mortelle… enfin qui l’aurait été pour toute créature d’une centaine de kilos de moins. Le duel de force brute dura une bonne trentaine de seconde, sans qu’aucun d’eux ne parviennent à prendre l’avantage.

Le golem, interloqué par tant de puissance physique, se décida à tenter une autre approche : refermant ses appendices osseux sur le monstre cadavérique, il entreprit de le découper en morceaux… Grossière erreur ! Un flot de sang verdâtre surgit des plaies de la victime, liquéfiant toute chair, toute matière organique s’en trouvant aspergé. Regardant la peau de ses membres s’évaporer à son contact et réprimant un hurlement de douleur, Ombresang prît la sage décision de s’éloigner de ce sang infecté qu’il ne pouvait ingérer.

La créature, percevant ce mouvement de recul comme une marque de faiblesse, bondit sur le golem avant de le frapper d’un uppercut à la mâchoire que ce dernier encaissa afin de se saisir du bras qu’il tira en arrière, d’un violent mouvement qui eut pour effet de faire perdre l’équilibre à l’abomination d’outre-tombe. Cette dernière se jeta en avant, afin d’écraser le golem dans sa chute, mais elle fut esquivée d’une brève roulade de sa cible, qui en profita pour attraper sa jambe tout en se levant. C’est ainsi que le zombi modifié se retrouva dans l’impossibilité de se relever, ses cinq-cents kilos de chair forçant son inactivité. Se servant de son appendice droit pour lui écraser la cervelle, Ombresang tressaillit quand la substance corrosive se répandit sur son membre, même si les dégâts restaient moindres. Le mort-vivant devint définitivement inerte.


Une aura terrifiante... présage sanglant, empreint d'une indicible Folie


Ayant repris sa marche, le golem ne tarda pas à arriver à destination. S’arrêtant et se tenant sur ses gardes, il ne manqua pas de se retourner quand retentirent des applaudissements. Un jeune homme se tenait là, un sourire narquois figé sur les lèvres. Sa chevelure bleutée contrastait avec son teint d’une grande pâleur. Il semblait frêle, mais Ombresang ne se fiait pas à cette impression : une impression de menace émanait de cette être, impression qu’il n’avait eue qu’une seule fois : en face du démon d’Engar. Et Emet n’était pas là pour le rassurer ou pour lui faire part de ses conseils : pour la première fois depuis sa libération, le golem regrettait l’absence du parasite qui, d’origine démoniaque, disposait de talents vraiment utiles.

« Bravo, vraiment , félicitations ! Je ne pensais pas que tu te débarrasserais de ce prototype de Némésis avec si peu de blessures… vraiment je te félicite. Néanmoins… je te conseille de sagement me donner ta tablette. Elle ne te sera plus d’aucune utilité si tu perds la vie… » déclara calmement le jeune homme, dégainant deux scalpels d’une poche de son smoking azurée.

Ne répondant pas, Ombresang se contenta d’analyser son adversaire : sa posture négligée témoignait d’une grande confiance en ses talents, mais aussi d’une volonté de ne donner aucun indice à son adversaire quant à sa technique de combat. Ombresang avait entendu dire un jour que les maîtres moines chez les humains prenaient une posture neutre afin de dissimuler l’école et les techniques qu’ils allaient employer. Son adversaire semblait ne rien leur envier, et l’utilisation d’outils chirurgicaux de cette précision témoignait de sa dextérité.

Mais le golem était lui aussi plutôt adroit, malgré ce que sa pesante taille le laissait supposer, et ce combat ne serait pas aussi inégal qu’il ne le laissait paraître. Se jetant en avant telle une flèche, glissant sur une flaque continue de sang, Ombresang se prépara à entrer de plein fouet dans son adversaire. Mais ce dernier se contenta de pivoter sur le côté, accompagnant le mouvement du golem tandis que la lame d’un de ses scalpel s’égarant dans l’aine du golem. S’arrêtant brusquement et pivotant lui-aussi, ce dernier tenta de se saisir de son adversaire… et resta les bras ballants. Yeager se tenait hors d’atteinte, quelques mètres plus loin.

Mécontent de son initiative trop brutale, le golem voulut attendre que le créateur de Némésis prenne l’offensive, mais ce dernier ne semblait pas vouloir d’un trop brusque corps à corps, ce qui interpella le golem. Une idée lui vint : peut-être pouvait-il se servir de la langue d’Emet ! Se retirant dans son esprit, tout en conservant un regard vague sur le champ de bataille, il tenta de manipuler la langue. C’était comme de déplacer un membre endormi… La faisant claquer comme un fouet, il la projeta sur Yeager… qui l’esquiva d’un pas de côté dédaigneux.


« Hum… Plutôt faiblard, comme coup…. Tu sais, il est préférable de garder des cartes en main, au lieu de les gaspiller dans de vaines tentatives… enfin… tu peux toujours te rendre. Après tout, tu ne m’as pas l’air d’être fait pour ce tournoi. Peut-être manques-tu d’entrainement ? »

Le sarcasme de l’ennemi ne parvint à atteindre le calme du golem, qui tentait de se familiariser avec sa langue. Récapitulant ses forces et ses faiblesses, il se rendit compte qu’il lui restait beaucoup de cartes en main. Par exemple, sa coupure à l’aine était tranquillement en train de cicatriser, et son sang avait des propriétés toxiques qui n’avaient rien à envier à celles du mort-vivant. Ensuite, il ne serait guère difficile de prendre un avantage certain sur le combattant aux scalpels s’il parvenait à arriver au corps à corps, car son seul avantage était sa petite taille (comparée à celle du golem) qui lui permettait d’esquiver les coups de ce dernier.

Ombresang fondit une seconde fois à une vitesse effarante sur Yeager qui, comme la première fois, l’esquiva d’un habile pivot sur sa jambe droite. Mais la langue du golem fendit les airs et le faucha, le projetant au sol. Le golem sauta donc sur son adversaire, tel un ours en rut, dans le but d’écraser son adversaire sous son poids… et s’empala sur de multiples scalpels. Le sang suinta des plaies, effectuant son travail corrosif sur le corps du jeune démon, et fut contré par le Syndrome du Léviathan, qui formait une faible carapace violette autour de son possesseur. Les lames étant toujours enfoncées, les plaies ne pouvaient se refermer et le golem se sentait pris au piège… Ruant et criant comme un sanglier blessé, il tenta de se sortir de ce piège d’acier mais ne fit qu’aggraver les coupures, tandis qu’une lueur malsaine luisait dans les yeux de son bourreau. Le sang ne s’écoula que plus, entourant le fils de Léviathan, se mouvant comme une créature vivante. Mais le syndrome remplissait bien son office. Avec un dernier cri déchirant, le gardien de sang s’extirpa des lames qui le torturait, envoyant valdinguer leur possesseur dans les airs, tandis qu’il s’ébrouait dans une gerbe de sang. Puis, pris d’une frénésie animale, il s’enfuit à toute vitesse, s’enfonçant dans les vastes tourbières entourés par l’arène végétale, avant de se dissimuler dans les ombres


♥♥♥

Yeager se releva rapidement, ayant perdu de vue sa proie ainsi que l’objet qu’il cherchait. Il n’avait reçu que quelques blessures bégnines et se sentait rassuré à l’idée d’un autre affrontement avec le golem, qui s’était empressé de fuir.D’abords impressionné par la puissance brute de la bête, il avait vite été déçue par ses faibles capacités de réflexion. Le golem ne semblait valoir guère mieux que Némésis, et comme le disait toujours Yeager : le savoir l’emportait toujours sur la force brute. Il ne lui restait plus qu’à retrouver exactement le lieu de sa destination avec la tablette, afin d’y retrouver le golem et d’y récupérer la sienne. Fouillant dans la poche de sa tenue de noble, il s’étonna de ne pas la trouver tout de suite. Il chercha dans une autre poche, puis encore une autre, allant jusqu’à sortir son étui de scalpels afin de vérifier qu’il n’était point-là. Entreprenant de fouiller le lieu de la bataille, pataugeant dans la boue, une expression angoissée dénatura ses traits perpétuellement impassibles : il ne pouvait pas avoir perdu la tablette ! C’était d’une bêtise !

♦♦♦

Une main difforme se tendit, ramassant la tablette poisseuse et engluée de sang. Le golem s’était servi de ses pouvoirs sur le sang afin de mouvoir celui entourant le savant, pour récupérer la tablette de ce dernier. Il ne lui avait plus fallu que prendre son mal en patience, à attendre sa sanglante voleuse. Ce plan comportait de nombreux risques, l’un d’eux étant que le porteur du Syndrome se rende compte de la disparition de la tablette trop tôt. Mais l’important était que le démon l’ait mésestimé et se soit laissé duper.

Insérant la tablette durement obtenue dans sa plaquette, le golem dévoila un lieu qui, couplé avec celui projeté par sa première tablette, lui permit de repérer son lieu de destination. Ainsi l’ombre avança d’un pas glissant sur la boue spongieuse, d’un pas plus près vers la victoire, serrant contre sa poitrine la plaquette et les deux tablettes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Avènement du Destin: Round 1 (Version Sélèna)

Message  Sélèna Moonlight Dim 25 Nov 2012, 17:38

Je me retrouvai dans une espèce d'alcôve fermée par un drap noir qui suintait la magie. A quoi pouvait-il servir? Je me doutais bien que je ne tarderais pas à le savoir, sans doute en même temps que les modalités de ce tournoi auquel je m'étais proprement invitée et ce petit sac posé à côté. Et si ma présence n'était pas la bienvenue, ils devraient faire avec: le fait que la plus grande discrétion soit de mise prouve que cela doit rester secret. Et je ne sais pas pour le reptile, mais moi je ne me tairais probablement pas.

"Bienvenu à chacun d'entre vous.... "

Ma fourrure se dressa sur l'ensemble de mon corps tandis que je cherchais l'origine de cette voix. Car je la reconnaissais et la haïssais. Le collectionneur. Ainsi donc, c'était lui qui était à l'origine de ce tournoi. A dire vrai, cela ne m'étonnais guère, c'était parfaitement son genre du peu que je connaissais de lui.

J'écoutais ses instructions sans un bruit, en vérifiant en même temps qu'il l'annonçait le contenu du dit-sac que je gardai précautionneusement sur moi. Je n'étais pas venu faire de la figuration, et je saurais bien trouver une utilité à la récompense qu'il a promis de fournir au gagnant. Je me devais d'être de remporter ce tournoi. Quand il annonça que la mort était possible, je ne pus m'empêcher de sourire en l'imaginant entre mes griffes et à l'agonie sous l'effet de mes poisons. J'attendrais ce moment avec délectation. Mais avant cela, je devrais vaincre ceux qui seront dressés contre moi... Des duels, et nous étions seize selon ses dires. J'aurais donc quatre adversaires à vaincre en combat individuel si je ne me trompais pas. Cela n'était pas ma spécialité, mais je ne serais jamais devenue Alpha si je n'étais pas capable de ça.

-------------------------------------------------------------------
Je n'eus toutefois pas le loisir de réfléchir d'avantage que le drap se mit à briller et à m'envelopper. Je dû fermer les yeux pour ne pas être éblouie, et les rouvrit après quelques secondes, après avoir compris que j'avais été transportée autre part durant ce bref laps de temps. Immédiatement sur la défensive, je regardais la chambre dans laquelle je me trouvais à présent et dans laquelle persistait une odeur humaine sous celle de la poussière. Il me fallut près d'une minute pour me rendre compte que cette chambre, tout comme le reste de la maison, avait été abandonnée depuis longtemps.

Je repris difficilement mon calme, et m'approcha d'une fenêtre pour me rendre compte plus précisément de ce qui serait donc le terrain de mon premier affrontement. J'ai été transporté dans ce qui semblait être un village humain, mais totalement à l'abandon. La mousse commençait à se faire présente sur les murs, et de nombreuses toiles d'araignées étaient visibles au moindre emplacement disponible pour ces dernières. Aucun humain ne laisserait sa demeure dans cet état... Ils étaient donc tous partis et ce, depuis longtemps. Je voyais peu d'arbres par-dessus les toits, j'en déduisis donc, du moins du côté que je pouvais voir, que ce village devait être entouré d'une clairière. Avec ces ruines en devenir à ma disposition, je préférais encore rester à l'intérieur de l'enceinte du village avec toutes les cachettes possibles que les maisons désertes pouvaient m'offrir. Certes, elles pourraient profiter à l'autre concurrent, mais j'étais la chasseresse. Il était ma proie.

A ce propos, où était-il? Et surtout, qui était-il? J'avais rencontré tellement de personnes différentes dans l'enceinte du donjon que je ne pouvais pas utiliser une méthode d'approche sans avoir la moindre identité de la personne que j'allais devoir affronter. Et le fait que nous soyons absolument seuls ne me permet pas d'apparaître sous ma forme de louve pour pouvoir m'approcher sans craindre d'attaques de sa part, inutile donc de compter là-dessus. Mais j'étais toutefois plus discrète et rapide en étant louve que garou, donc c'est quand même ce que je vais faire.

Je posais dans un coin de la pièce mes affaires et je sortis de celle-ci en louve. Descendre les escaliers pour rejoindre le niveau du sol fut aisé, celui-ci était en bon état et solide à défaut d'être silencieux: chacune de mes pattes était la source d'un gémissement de la part du bois qui le composais. Je finis par me demander depuis combien de temps les humains étaient partis, et pour quelle raison pour que cet endroit soit dans cet état presque intact et pourtant envahis de ce qu'ils qualifient sottement de parasites. J'ouvris la porte et me retrouva dehors, sortant de cette ambiance poussiéreuse et renfermée pour une autre remplie de danger, compte tenu de la situation. J'avançais prudemment, ne m'engageant dans une nouvelle rue qu'une fois que je m'étais assuré qu'aucune odeur ou aucun bruit ne m'informais de la présence de mon adversaire désigné pour cette étape du tournoi.


Ce n'est qu'au bout de cinq minutes que je vis enfin mon adversaire. Le seul ennui, c'est qu'il me vit également au même moment et qu'il m'identifia sans problème: Theorem. Quiconque vivait au donjon depuis suffisamment longtemps connaissait au moins de vue le banneret, et je savais qu'il était inutile de me leurrer sur mes chances sur un affrontement face à face: je n'avais tout simplement aucune chance. C'est d'ailleurs la remarque qu'il dut faire puisqu'il commença tout simplement à courir vers moi en dégainant son arme dans une posture plus que significative. Je me retournais et commença à courir à toute vitesse pour récupérer mes affaires. Je pensais que je n'aurais aucun mal à le distancer, mais il est plus rapide que ce je ne pensais. Je m'estimais assez rapide debout sous ma forme garou, mais il n'aurait aucun mal à me distancer. Et même ainsi, je ne pouvais que conserver la distance entre nous. Je m'efforçai alors de brouiller ma piste et je m’engageai à chaque bifurcation, sans succès. Je ne m'approchais plus de mes affaires, je cherchais juste à ce qu'il perde ma trace.

Je tournais ainsi deux à trois fois, avant d'arriver suite à un nouveau croisement sur une porte ouverte de ce côté de la maison que je venais de contourner, et m'engagea directement à l'intérieur. Pas d'escalier dans celle-ci, juste une porte menant à une autre pièce que je m'empressais de franchir, donnant sur ce qui aurait pu être la cuisine et possédant une fenêtre par laquelle je pouvais toujours passer si le banneret retrouvait ma trace. Je ne pus m'empêcher de me retourner vers la porte d'entrée de la demeure, et ce que je vis n'était pas pour me plaire: Theorem avançant un peu plus lentement, mais rentrant sans hésiter. Il ne pouvait pas m'avoir vue rentrer! Comment avait-il su??

Je répondrais à cette question plus tard: je sautai par la fenêtre et me retrouva ainsi à nouveau à l'extérieur. Je n'allais pas pouvoir continuer longtemps comme ça, il fallait que je retrouve mes poisons. Je repris ma course et me fia à mon flair pour retrouver la maison par laquelle j'étais arrivé. Le flair! L'odeur, voilà comment il avait su que j'étais rentrée! Par son apparence et sa vitesse, j'en avais oublié qu'il était avant tout un chien, donc avec un flair largement suffisant pour remonter une piste à l'odeur. C'était inutile de penser à le semer à moins de pouvoir me débarrasser totalement de mon odeur, mais je n'avais pas le temps de le faire et je n'avais rien vu qui puisse la troubler en un instant ici.


Cependant, je continuais de franchir chaque porte et de sortir par une fenêtre immédiatement. Cela le contraignait à chercher ma piste au lieu de me poursuivre, et c'était ma chance de réussir à atteindre ma planque avec suffisamment d'avance pour être quelque peu tranquille. J'arrêtais de compter les fenêtres ainsi franchies et j'entrai enfin dans la demeure qui m'avait vu arriver si l'on peut dire. Je montai les escaliers et repris mes affaires en redevenant garou. Je jetais un bref regard à la fenêtre: Theorem était déjà dans la rue et se dirigeait directement vers la porte d'entrée. Je n'avais plus beaucoup de temps. Je sortis une de mes fioles noires et en enduisit la lame de mon kriss. Je finis la fiole sur mes propres griffes, ce ne serait pas de trop. Je n’eus pas le temps d'ouvrir une autre fiole pour renforcer l'effet que j'entendis le bruit de l'escalier. Theorem était déjà presque sur place.

Je sorti par la fenêtre, encore une fois, et me retrouva sur le toit. Il n'était pas très stable, mais une idée me vint, une précaution supplémentaire. Je pris le sac du tournoi et en sortit un des deux objets, la petite plaquette de pierre, celle dont la voisine devait sans doute se trouver dans un sac similaire en possession du banneret. Je la glissais sous une des plaques du toit, parmi la paille qui était à l'intérieur, et m'éloigna de la fenêtre, passant par l'autre côté. Un léger vent commença à souffler face à moi, faisant s'envoler mes cheveux et emportant mon odeur vers la fenêtre. Arrivé presque au bord du toit, je regardai un bref instant en dessous - je pourrais descendre par là sans me faire mal - et me retourna vers la fenêtre d'où Theorem sortait à son tour.


"Tu ne peux plus fuir."

Je ne pris même pas la peine de répondre… Il pouvait penser tout et n’importe quoi, mais face à lui, le moindre petit avantage était important. Toutefois, sa parole m’incita à me placer en défense, ne serait-ce que pour le perturber quant à la suite. Son avancée fut à peine plus lente que sur le plat de la rue, et je ne pus qu’esquiver son coup pour tenter une riposte maladroite qui ne l’approcha même pas. Pire, je ne pus pas totalement esquiver son coup suivant qui me fit une entaille sur mon bras. Je me retrouvais alors à un pas du bord, prête à sauter. Le banneret n’hésita pas toutefois et me lança une nouvelle attaque, que j’esquivai en basculant en arrière. Mais je n’eus pas le temps de me préparer à la réception que mon bras gauche fut tout de suite attrapé par l’homme-chien, me retenant de tomber. Et à son regard, je vis qu’il était réellement soucieux que je ne me tue pas. L’honneur… Quelle idiotie ! Je frappai de ma main libre et ma lame m’échappa quand elle heurta son bras avec un bruit curieux. Comme si la lame heurtait un bloc métallique.
Toutefois, il me lâcha, et je vis avant de tomber un bref reflet en effet métallique sur son bras, sous son vêtement qui se reforma pour combler cette courte faille.


*Qu’est-ce que ce maléfice ?*

Bon, pour l’heure, me rattraper. Je me retournais pour atterrir correctement sur mes quatre membres. Malheureusement, je ne pus pas me redresser que Theorem me rejoignit immédiatement et frappa ma main pour me faire lâcher mon arme. D’un mouvement de pied, il me plaqua au sol et pointa sa lame sur ma gorge, le pied sur moi pour m’empecher de me relever.

"C’est terminé. Tu es vaincue."

Sans cesser de me menacer, il me débarrassa de mon sac de fioles et de mon sac de tournoi, et fouilla dans ce dernier. Il en sorti la pierre centrale, mais bien sûr pas ce qu’il cherchait.

"Où est-elle ?"

"J’ai dû la perdre en sortant de la chambre…"

Il me regarda droit dans les yeux durant quelques secondes, durant lesquelles je ne bougeai pas d’un pouce. Il lança alors les deux sacs à ma portée, mais suffisamment loin pour que je ne puisse pas les récupérer sans mouvement. Il resta un peu méfiant, puis se dirigea vers la maison. Dès qu’il eut le dos tourné, je tendis le bras vers ma besace et plongea ma main à l’intérieur. Sans regarder, je pris à pleine main ce que je pu attraper, trois fioles je crois, et les brisa en me relevant. Le bruit alerta le banneret qui se retourna, pour me voir debout, la main griffue encore ruisselante de ces poisons et très proche de lui. Il ne put m’esquiver totalement et je laissais quatre longues marques à travers son vêtement souple et sa chair, mais peu profonde. En retour, j’héritais d’un de ses coups de pieds qui me projeta contre le mur. Je retombais sur le sol, sonnée. Mes os avaient bien souffert, mais je ne pensais pas avoir quelque chose de cassé. Ou rien d’irrémédiable de toute manière.

"Tu n’avais pas à te relever."

Quand je voulu parler, je toussa à plusieurs reprises du sang, avant de regarder à nouveau Theorem, dont l’arme était à nouveau pointée sur moi.

"Tu pensais vraiment que j’allais rester à terre ?"

Si j’en croyais le fluide qui coulait de mes griffes et qui était visible sur les marques de son torse, il n’avait plus que quelques secondes avant qu’il ne sombre dans le délire. J’avais particulièrement corsé la dose, à un point tel que mes doigts commençaient à me faire réellement mal au niveau des griffes. Et je m’étais insensibilisé à ces poisons, alors que dire de ce qu’il devrait subir d’ici quelques instants.
Je me redressais péniblement – finalement, j’avais peut-être quelques fractures - et commençait à voir les premiers effets de mon mélange sur lui : il ne semblait plus parvenir à me fixer. Les effets étaient plus lent à arriver que ce que à quoi je m’attendais, mais ils arrivaient tout de même. Je me détachais du mur et sa lame se pointa à nouveau sur ma gorge, mais la prise du banneret était un peu tremblante. Je souris et me décala pendant que les symptômes s’accentuaient.


"Finalement, tu ne m’en voudra pas que je prenne ta place pour la suite ? Tu ne me semble plus en état de continuer."

J’essuyais le sang qui était sur le coin de mes lèvres en prenant mes distances en attendant qu’il lâche son arme. Une fois son klaive sur le sol, je m’approchais alors que ses convulsions étaient de plus en plus violentes. Je pris son sac, et sentis une douleur aigüe dans mon ventre. Je regardais la source de la douleur, et vit une lame plus courte rentrer dans ma chair, tenue par la main de Theorem. Je l’avais sous-estimé. Ma main était fermée sur son sac, mais lui venait en même temps de me maintenir et de m’empêcher de partir. Combinée aux différents coups qu’il m’avait portés, je n’allai pas tarder à succomber à cette nouvelle source de douleur, surtout qu’il insistait pour me faire craquer. Mais finalement, ce fut lui qui sombra le premier. Je m’éloignai alors qu’il lâcha tout et que ses convulsions et vomissement devinrent incontrôlables. Je retirais la lame et la jeta loin de lui. J’avais les flancs en sang, et chaque pas serait une torture pour au moins une heure, et resteraient douloureux toute une journée. Mais au moins, j’avais en ma possession son morceau de la fameuse tablette. Je repris mes affaires et me hissa péniblement dans la chambre. Là, je tendis le bras à la fenêtre pour récupérer mon propre morceau et emboitai les deux sur ma plaque, et deux points se mirent à briller dessus.
Si je me souvenais bien, c’était censé indiquer le lieu de notre prochain affrontement. Alors l’autre point était sans doute ma position. Je me mis en route, laissant la Theorem qui me regarda partir sans pouvoir bouger de manière cohérente.

Rien ne m’empêcherait d’arriver au bout. Et le tuer n’avait aucun sens, en plus d’être dangereux pour la suite. Il finirait par reprendre ses esprits dans quelques heures.
Sélèna Moonlight
Sélèna Moonlight

Féminin
Messages : 182
Expérience : 310

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi Left_bar_bleue20/40Avènement du Destin: Tournoi Empty_bar_bleue  (20/40)
Race: Beastman
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum