My Life as a Dungeon Keeper
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -24%
OPPO Reno7 128Go 4G Noir
Voir le deal
249 €

Avènement du Destin: Tournoi

+3
Engar
Theorem & Ishtar
Kumie Astara
7 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Avènement du destin Round 1 (Version Palmessi)

Message  Invité Mer 05 Déc 2012, 02:13

Ma-gni-fique. Cette nuit l'était assurément. Un léger vent d'été naissant, faisant frémir les plus hauts feuillages. Une lune magnifique éclairant le terrain d'un pale éclat bleuté. Ma-gni-fique. Et puis cette rivière s'écoulant calmement pour renvoyer l'image de la lune le plus fidèlement possible. Au loin, un loup hurlant, repris comme en écho par ses congénères. Vraiment... Ma-gni-fique ! Pourtant, cette ambiance calme appelant à la romance allait bientôt perdre son charme enchanteur. Ce lieu avait été désigné comme arène pour la première phase du
tournois du destin confrontant Palmessi la jeune femme Plant à Kumie, une Elfe des neiges.

La belle plante arrivera la première, ou plutôt l'espérait-elle. Avançant au centre d'un pont constitué de planches craquantes soutenus par de solides pilier de pierre, elle observait le reflet mouvant de la lune sur l'eau. Certes, dans cette position surélevé, elle était une cible facile. D'autant qu'il était aisé de se cacher dans l'une des deux bandes forestières situés de part et d'autre de la rivière. Certes, elle n'avait aucun plan et ne se demandait pas encore si son adversaire allait lui tendre une embuscade. Certes, elle était perdu dans ses pensés nostalgiques. Certes, elle venait de prendre une flèche à pointe de glace profondément dans l'épaule. Mais bon, elle est un peu tête en l'air Palmessi...

Le combat avait débuté si rapidement que la rouquine n'avait même pas encore réalisé la gravité de la situation dans laquelle elle se trouvait. Les yeux grands ouverts sur le trait planté dans son épaule, elle se jeta à terre en geignant une fraction de seconde avant qu'un Kunaï ne lui passe au raz des oreilles. Les mains tremblantes elle
arracha la flèche, un liquide ambré semblable à de la sève s'écoulait de la plaie, le sang de la Plant. par réflexe elle la recouvrit du même feuillage servant à son habillage, ceci empêcherait le saignement mais pas la douleur... Le bras ballant elle essayait de reprendre ses esprits. Tout avait été si soudain, et tellement silencieux. Une nouvelle flèche vola dans sa direction, la plante roula sur le côté, une autre, elle se jeta en arrière, et encore une, elle se releva juste à temps. Courant vers la sécurité des bois avec une volée de flèche à ses trousse elle plongea derrière un arbre qui accueillit les projectiles à sa place.

Le souffle déjà court, elle sentait son cœur battre à cent à l'heure. La réalité lui sauta au visage: Quelqu'un dans le bois en face essayait de la tuer ! Et elle s'en sortait à merveille jusqu'à présent. Heureusement, ce genre de combat de distance était un de ses point fort, mais dans cet état de stress il lui serait difficile de
maitriser la situation. La blessure lancinante avait gravé dans son esprit une peur inconsciente qui lui donnait des frissons. Pourtant ellesavait qu'elle devrait se battre en décidant d'accepter l'invitation, elle y était préparée. Elle réfléchit un instant... Les flèches allaient vite, très vite, mais elle devait avoir une vu dégagée pour êtres efficaces. Palmessi posa une main au sol et lança une invocation. Quelques craquellements plus tard un arbre venait de pousser à l'entrée du pont à une vitesse prodigieuse. La jeune Plant se jeta derrière celui-ci en quittant le bois trop éloigné pour qu'elle puisse affronter l'archère. Les flèches ne pleuvaient plus, son adversaire semblait attendre une occasion favorable pour lui porter un coup fatal. La Plant posa à nouveau ses mains au sol et ferma les yeux... Elle voyait toute cette végétation. Comme un sixième sens, elle sentait les ramification des racines sous le sol, le vent courbant les hauts branchages, et entendait la voix de ces êtres si proches d'elle. Elle se concentrait, parlant dans une langue impossible à retranscrire dans un langage usuel,
le langage des plantes. Quelques minutes passèrent, l'ambiance n'avait rien perdu de son charme... Jusqu'à ce qu'enfin elle se décide à passer àl'action ! Voyant à peu près ou se situait son adversaire grâce au concours des végétaux l’entourant, elle fît pousser les racines de son arbre à toute vitesse en direction du pont, celles-ci s’insinuant dans chaque trou, chaque faille dans la pierre et entre les planches pour se greffer finalement de l'autre côté du pont. Ce pont naturel allait servir de médium pour qu'elle lance ses invocations sans avoir besoin de toucher la terre situé de l'autre côté.

Et c'est ainsi que le combat débuta vraiment. Palmessi invoqua une plante carnivore de deux mètre sous les pieds même de son adversaire. Doté d'une simple mais grande mâchoire ornée de crocs acérés, la plante carnivore se jeta sur la haute branche qu'elle arracha d'un seul coup une seconde avant que l'archère ne saute sur un autre arbre. La poursuite commença entre l'Elfe esquivant habilement les assauts de la plante qui surgissait du sol avant d'y disparaitre à nouveau à chaque assaut. Palmessi ne pouvant soutenir un tel rythme d'invocation décida de miser sur la quantité et tenta de la prendre au piège grâce à une seconde plante. Celle-ci plus étendu sur le sol que la première n'était constituée que de lianes gluantes, terriblement collantes et vivaces. La plante quadrilla la zone de ses lianes, formant comme une toile d'araignée dans les bois pour prendre la mouche-archère dans ses filets. Les hauts branchages n'étaient plus sures pour elle, mais la menace de la plante carnivore était tout aussi dangereuse. L’Elfe des neiges cessa de sauter au moment ou le terrain fût bien trop envahis de lianes collantes pour pouvoir continuer, elle dégaina sa lame, une idée en tête. Elle attendit
jusqu'au dernier moment l'attaque sauvage de la plante carnivore pour sauter au sol. Ni une ni deux elle se jeta sur le corps sans défense de la plante et le trancha d'un geste précis ! La tête de la plante encore en l'air retomba mollement au sol. La menace était écarté, mais elle y avait laissé quelques plumes. A son côté droit, une cruelle blessure saignait abondamment, sa dernière esquive avait été bien trop juste et un des croc s'y était planté profondément. Un genoux à terre, elle s'accorda un temps d'arrêt pour retirer l'objet de sa vive douleur, un temps d'arrêt bien trop long qui laissa le temps à Palmessi de retrouver sa position !

Derrière l'Elfe encore à terre, une plante poussa soudainement. Elle se retourna, son sang se glaçant lorsqu'elle vit la sorte de trompe la mettant en joue. Vite esquiver, c'est sans doute la dernière pensée qu'elle eu au moment ou une giclée d'acide lui fût cruellement craché au visage par la trompe. Ses hurlements déchirèrent
le silence.

Certaine de sa victoire, Palmessi quitta sa cachette pour se précipiter dans les bois en face. Sa dernière attaque avait réussit parce qu'elle ne bougeait pas, mais si elle recommençait à courir elle risquerais de la perdre à nouveau. Son adversaire en vu, elle n'aurait aucun mal à l'entraver grâce à ses lianes. A mesure qu'elle avançait à l'interieur de ces bois, le froid se faisait de plus en plus mordant. De la brume sortait de sa bouche, et le terrain semblait couvert d'une fine couche de givre. Le dernier recours de l'Elfe, avait été d'invoquer son blizzard. Cela ralentirais assurément les végétaux de la rouquine, mais elle était sur d'avoir réussit à toucher de pleins fouet l'archère grâce à son acide, sa victoire était acquise ! Arrivant finalement à l'endroit supposé de sa victoire, la Plant ne découvrit qu'un masque à demi-rongé par l'acide... La situation venait de prendre une tournure particulièrement dangereuse. Elle était loin d'avoir gagné.

Non loin de là, Kumie reprenait son souffle, elle avait perdu beaucoup de sang et ses épaules étaient atrocement
brulés par l'acide. Son assaut devrait être le dernier, aucune chance de courir à nouveau dans cet état, surtout avec ces lianes collantes fermants le terrain. Elle risqua un œil sur le lieu qu'elle venait de quitter pour voir, d'une manière un peu flou cependant à cause du blizzard et de son état, une Palmessi immobile face à la plante acide. Quelle imprudence, une cible facile ! L'archère jeta avec frénésie une dizaine de Kunaï, une véritable pluie invisible de glace s'abattit sur la rouquine. Sautant finalement de sa branche, l'Elfe armée de son Katana se jeta sur la femme plante pour lui donner le coup de grâce. Lorsque Kumie réalisa la nature un peu trop végétale de sa cible il était trop tard... Palmessi avait échangé sa place avec une grossière sculpture d'elle-même faite de lianes compactes. Quelques Kunaï étaient plantés dans celles-ci, mais cela ne suffit pas à l'arrêter lorsque se
desserrant de leurs état, elles fondirent sur la créature encore surprise d'avoir été victime d'une feinte aussi grossière. Le givre ralentis certes les mouvements de celles-ci, mais dans l'état de l'Elfe, elle ne pût esquiver complètement l'assaut. Les lianes s'enroulèrent autour de ses jambes, de ses bras, bridant tout autant son bassin et son cou, elle fût remmenée au sol avec force.

La belle plante qui avait passé tout ce temps à l'affut à l'interieur même de l'arbre le plus proche fît son apparition. Elle s'accroupit au dessus de son adversaire larmoyant. Elle avait non seulement perdu son masque, mais la douleur de ses brides et de ses blessures était insoutenable. Le combat était terminé, mais l'expression joueuse de la Plant n'avait rien de rassurant. Palmessi monta à cheval sur l'Elfe des neiges et glissa son
doigt le long du corps tentant vainement de se libérer. De ce doigt se propagèrent des dizaines de petites lianes qui se greffèrent sur la peaude Kumie, Palmessi s’apprêta à se repaitre de ses fluides vitaux lorsque les vêtements de sa proie arrachèrent les lianes dans un mouvement rappelant ceux d'un Slime. La rouquine soupira, elle ne pourrait pas la gouter. Mais au fond l'important était qu'elle venait de remporter la victoire.


"Je crois que tu devrait admettre ta défaite. Parce que tu ne peut plus bouger maintenant."

"J...Jamais !" L'Elfette serra les dents, une expression de colère mal à l'aise sur le visage.

La femme plante se gratta la tignasse en réfléchissant, elle n'avait pas prévu que son adversaire ne se rende pas après qu'il fût dans une telle position. Mais une idée de génie lui vînt en tête lorsqu'elle aperçu le
katana. Elle le pris dans la main.


"Attend... NON! JE ME R..."

Kumie
ne pût achever sa phrase que la lame venait déjà de s'enfoncer profondément dans son ventre, Palmessi en lâcha la poignée soudainement.


"Ah ! Pardon, je croyais que tu voulait continuer !" Elle se mordit la lèvre inférieure en la voyant se tordre de douleur. "Holala..."

Déclarée vainqueur du combat, elle pût profiter de la téléportation la remmenant au QG du tournois. Dans ses bras, l'Elfe des neiges affublé d'un masque de renard dont la moitié du bas avait été rongé par l'acide. La Plant
avait gagné un combat difficile grâce à son avantage plus que certain dans la forêt, elle pût enfin se réjouir de sa victoire en levant les deux bras en l'air.


"J'AI GAGNÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉE!"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Avénement du Destin Round 1 (Version Hollow)

Message  Hollow Darknight Jeu 10 Jan 2013, 08:45

Hollow dormait tranquillement dans la chambre que l'organisateur, toujours inconnu, du tournoi lui avait fourni, il se demandait quand même qui c'était, et aussi ce qu'était le prix réservé au vainqueur, ce qui le rendait encore plus déterminé à gagner. Il avait profité du temps qui lui était fourni pour se préparer mentalement et physiquement, Saphire l'avait d’ailleurs bien aidé pour cela, après avoir passé quelques heures à s'entraîner et se préparer avec elle, elle le quitta afin de lui laisser le temps de se reposer sans qu'il soit déranger en lui promettant qu'elle essayera de le suivre pour l'encourager si elle le pouvait. Ils se quittèrent donc, Hollow rentra pour se reposer afin d'être en pleine forme pour le début du tournoi.
Il fut réveillé, beaucoup plus tard par quelqu'un qui frappait sur la porte de sa chambre en disant qu'il était temps et que ça allait commencer, du coup Hollow se leva rapidement puis pris son équipement. Il mangea tout aussi
rapidement quelques fruits puis sorti de la chambre. A première vu on allait l'escorter jusqu'à l'endroit où se déroulerait l'ouverture du tournoi, ce qui l'arrangeait beaucoup car honnêtement, il n'aurait certainement pas trouvé où il fallait aller. Il suivit son escorte sans trop lui parlait, de toute façon Hollow n'avait pas vraiment de sujet de discussion, il ne demanda même pas à son escorte si elle avait des informations sur l’organisateur du tournoi.
L'inconnu qui le guidait le mena à une grande cours intérieur dans une alcôve, on entendait du bruit mais on ne voyait personne. La première chose qu'Hollow ressenti en y entrant c'était l'origine purement magique du voile noire qui empêchait de voir les autres. Il s'adossa contre la porte attendant qu'il se passe quelque chose, il n'avait pas du tout l'air stressé, au contraire, il semblait surtout confiant. Il ne savait ni comment ça allait se passer, ni contre qui il devrait se battre, mais dans n'importe quel cas, ça ne le dérangeais pas, Hollow n'avait pas beaucoup de connaissance dans le donjon, et, à moins que Saphire elle-même participe également au tournoi, il n'aura donc aucun problème quelconque de connaissance où autre concernant ces adversaires, et puis, de son
propre point de vue, ce n'était jamais qu'un simple tournoi, qu'il gagne ou qu'il perde, son but principal était surtout de s'amuser.
Bon c'est bien beau de réfléchir à tout ça mais bon, le temps commence à se faire long et d'ailleurs Hollow commençais à s'ennuyait un peu. Il s'avança au bord de l'alcôve et attendit, c'est à ce moment-là qu'une voix se fit entendre.

Ah bah enfin, je commençais à trouver le temps un peu trop long...

"Bienvenu à chacun d'entre vous.... Certains d'entre vous me connaissent, d'autres non, mais moi je vous connais tous. Certains ont juste acceptés une invitation, d'autres sont venus de manière moins conventionnelles,
mais vous êtes tous là pour la même raisons... Vos capacités, vos dons, parfois même votre passé, font que vous êtes parmi les personnes les plus à même à prendre part à ce tournoi. L'avènement du destin ! Ce nom
pompeux n'est pas dû à la vanité, mais sachez que si vous remportez ce tournoi il est probable qu'en plus de la récompense promise ceux qui cherchent encore leur voie la trouveront et ceux qui la connaissent déjà la verront se modifier... Chacun d'entre vous a reçu un sac avant de rentrer dans l'alcôve où il est présentement. Dedans un y une tablette de bois et une plaque de pierre avec plusieurs compartiments, ces derniers servent à accueillir la, ou les tablettes de bois. Oui, les, car le but de ce tournoi sera de prendre les tablettes des autres participants ! Cependant, pour éviter une anarchie totale les affrontements s'organiseront en duel. Le but y sera de récupérer le, ou les si vous franchissez le premier round, tablettes de votre opposant ainsi que de l'empêcher de la reprendre en l'empêchant de vous poursuivre, en le mettant hors d'état de nuire, peu importe... Une fois
la ou les tablettes récupérés, associez les avec avec celles que vous possédez déjà. Cela aura pour effet de vous indiquer le lieu de votre prochain duel par une croix et votre position par un point rouge qui se déplacera selon vos mouvements. Le tournoi pourra durer plusieurs jours, de fait vous devrez vous sustentez par vos propres moyens. Les règles concernant les combats eux-mêmes sont les suivantes. Toute armes, tout objets, toutes manières de se battre sont autorisés. Les combats étant des duels en un contre un les personnes ayant deux consciences ont actuellement et auront pendant toute la durée du tournoi leurs conscience "secondaire" endormie, mais les invocations sont autorisés. Un adversaire vaincu peut vous suivre, mais il ne devra se manifester d'aucune manière lors des combats. Un manquement à cet interdiction entrainer la disqualification du combattant encore en "jeu" et si un adversaire vaincu tente de reprendre ses tablettes à la personne qu'il
suit son châtiment sera... Conséquent. En cas d'imprévu ou d'intervention extérieure cela sera à vous de gérer les éléments nouveaux. Les abandons sont autorisés, mais s'il semble qu'ils ont lieu dans le seul but se faciliter la victoire d’un autre ils entraineront la disqualification des combattants concernés. Il n'y a pas de limite de temps pour rejoindre le lieu de votre prochain combat, mais le plus rapidement sera le mieux, tant pour l'organisation du tournoi que pour vous, votre adversaire risquant de préparer le terrain à son avantage. Il existe un périmètre à ne pas quitter que je suis le seul à connaitre, mais qui sera amplement large pour ne pas gêner durant les combat ou les déplacements, toute présence de vote part en dehors de ce périmètre sera vu comme un abandon. Dernier détail concernant les "règles". Vous avez le droit de tuer, mais sachez que les combats se passeront en dehors du donjon dont toute mort sera définitive. Bien sûr la "disparition" définitive d'un membre du donjon risque d'attirer
l'attention des autorités du donjon. De fait dans le cas où vous tuerez votre opposant dans le feu de l'action je me chargerai d'en dissimuler les circonstances et le coupable, mais si vous achevez votre opposant alors qu'il est hors d'état de nuire je ne m'engage pas à faire des efforts pour couvrir le responsable. Sachez par ailleurs que vous êtes seize, de fait il y aura normalement quatre round et j'observerai chacun de vos combats grâce à divers artéfacts magiques, je pourrai également vous observez individuellement, mais que les prudes se rassurent, je
respecterai l'intimité de chacun. Enfin j'ignore moi-même qui s'affrontera et où cela aura lieu, seuls les tablettes le savent, afin de rendre ce tournoi aussi impartial que possible... Que le meilleur gagne !"


Hollow eu à peine le temps de réagir que l'alcôve dans laquelle il se trouvait se transforma en portail, c'était
impossible de l'esquivait, mais en tout cas, malgré le fait que ce soit assez direct comme introduction, au moins cette fois c'était sûr, le tournoi avait belle et bien commencer. Étant aspiré dans le portail et ne sachant pas ou il allait être emmené.

Ok, cette fois, C'EST PARTI !

Hollow fût téléporter en un rien de temps près d'une église en Ruine, c'était un endroit vachement bien caché apparemment, Hollow ne l'avait jamais vu. Son premier réflexe fût de regarder autour de lui, il fallait qu'il s'approprie un peu le terrain, et comme il ne voyait personne dans les environs, il se devait d'en profiter, après tout, si son adversaire n'étais pas encore en vue, il pouvait explorer un peu le terrain et ainsi avoir l'avantage de connaître le coin.

C'est une chance, mais je dois quand même rester sur mes gardes, je ne sais pas sur qui ou sur quoi je peux tomber, alors la concentration est de rigueur.

Il fit le tour de l'église et regarda brièvement à travers les vitraux de celle-ci pour voir si son adversaire ne s'y
cachait pas. A première vu ce n'était pas le cas. C'était quand même bizarre qu'il ne voyait personne, il s'avança alors vers la forêt et commença à y entrer quand un bruit se fit entendre. Cela semblait venir de quelque mètre de lui, pour sa sécurité ne sachant pas ce qu'était ce bruit, il fit un pas de côté pour voir une flèche venir se planter justeà l'endroit où il se trouvait quelques seconde avant.

Wow ! C’est pas passé loin... Mais d'où est-ce que...

Il regarda dans la direction d'où semblait venir la flèche mais ne vit rien, ne sachant pas comment réagir, il prit un morceau de bois qui se trouvait là puis se mit accroupi derrière un rocher assez imposant en attendant de voir la
personne qui lui avait tiré dessus.

(Bon le tout c’est de rester calme et de garder son sang-froid, peu importe qui c’est, ou, ce que c’est, mon but principal c’est de récupérer sa tablette, je dois me concentrer là-dessus !)

A première vu la personne était assez rusée et rapide, par conséquent, Hollow devait en faire autant, si son adversaire se trouve dans les environs, alors il fallait qu’il arrive à l’attraper, ou au moins sa tablette. Hollow ferma les yeux et se concentra.

(Si la personne se déplace, c’est totalement impossible qu’elle ne fasse pas de bruit, même si elle le réduit grandement, il est temps que je me serve de mes sens. Elle doit forcément être par ici)

Rassemblant toute ses facultés naturelle, Hollow se concentra afin d’aiguisé ses sens et repéré les bruit de pas que devait forcément faire son adversaire, car il est théoriquement impossible de se déplacer sans bruit, le mieux qu’on peut faire c’est de réduire un maximum le bruit, mais on ne peut pas l’arrêter totalement. Hollow se concentra au maximum pour repérer n’importe quel bruit quelconque. Cela ne prit pas très longtemps pour qu’il repère quelque chose, il rouvrit ses yeux et se jeta dans la direction ou il avait entendu le bruit, il se retrouva donc rapidement face à une jeune fille avec des oreilles et une queue de renard. Dès cet instant, tout se passa très vite ! La première chose que fût Hollow, c’était de repérer le sac contenant la tablette de son adversaire. La
renarde étant rapide, il devait montrer autant de rapidité qu’elle, ou alors au moins rusé pour pouvoir lui prendre sa tablette.
C’est à cet instant précis que le combat pourrait réellement commencer. La première chose à faire, c’était d’affaiblir l’adversaire afin de pouvoir récupérer la tablette plus facilement, mais c’est aussi la plus difficile, connaissant parfaitement ses points faibles, Hollow se devait de les masquer coûte que coûte à son adversaire.

(Maintenant ça devient sérieux, plus de temps à perdre, tout doit se passer très rapidement, si jamais elle parvenait à découvrir mes points faible, je risquerai d’avoir beaucoup de mal à la vaincre, il va falloir se la jouer free style)

Sans attendre une minutes de plus, Hollow commença à porter quelques coups rapide à la renarde, celle-ci réussi à en arrêter un grand nombre, mais elle ne put esquiver le dernier coup de queue qu’il avait envoyé dans ses jambe, ce qui lui fit perdre l’équilibre instantanément, Hollow en profita pour lui lancer une attaque frontale ce qui lui permettrai de prendre un avantage certains, il fonça sur la renarde et lui donna un coup de bâton sur la tête.
Celle-ci ne réussit pas à esquiver le coup, mais elle se reprit rapidement et commença à riposter, elle s’arma de son couteau et avança de manière très fluide vers Hollow et lui porta un coup sur le bras droit, ce qui le blessa légèrement, mais qui lui avait également permis de repérer une petite faiblesse au combat au corps à corps, ce qui lui donna une idée. Si elle avait du mal en corps à corps alors c’était une chance inouï pour lui, il devait continuer encore un peu en maintenant le contact le plus possible afin d’avoir un avantage considérable, et aumoment propice il se servira de ses pouvoir d’ombre pour lui prendra sa tablette.

(Bien, c’est plutôt une bonne chose, on peut dire que l’analyse est complète, en tout cas, même si elle semble avoir un peu de mal au corps à corps, elle ne va pas se laisser faire aussi facilement, je dois continuer à l’épuiser encore !)

Hollow sauta en direction d’un arbre et pris appui sur son tronc afin de s’élancer sur la renarde. Cette dernière ne se laissa pas surprendre et parvint à esquiver l’assaut du dragon, mais ce dernier ne laissa pas tomber, il continuer à s’élancer sur elle, même si il ne la touchait pas, c’était un très bon moyen de l’épuisé. Il continua à appliquer cette méthode plusieurs fois, au risque que son adversaire ne découvre ses angles morts, mais dans tous les cas, cela semblais fonctionner et la renarde commençais peu à peu à fatiguer, maintenant ça devenait de plus en plus sérieux, se contenter de s’élancer sur elle ne suffisait plus, il fallait agir afin de pouvoir utiliser le grand final. Hollow repris une dernière fois appui sur un arbre et se propulsa sur Azélia, comme il s’y attendait, elle esquiva son attaque, le dragon enroula sa queue autour de sa cheville et la tira afin de la faire tomber.

(Maintenant c’est le bon moment !)

Hollow pris un peu de recul puis cracha une épaisse brume noire, il profita que son adversaire était au sol et aveugler par la brume pour lui prendre discrètement sa tablette puis s’éloigner d’elle avant même que la brume ne se dissipe.

(Pfiou, c’était pas aussi facile que je l’imaginais, mais au moins j’ai réussi)
Héhéhé, à la revoyure jeune renarde. Peut-être dans de meilleur conditions, qui sait.
Hollow Darknight
Hollow Darknight

Masculin
Messages : 38
Expérience : 320
Métier : Musicien

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Left_bar_bleue10/40Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty_bar_bleue  (10/40)
Race: Reptile
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Invité Lun 21 Jan 2013, 13:47

Round 2
http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=661528round2ok.png

Mission de Crocs Noirs
https://dungeonkeeper.forum-canada.com/t930-seconde-chance

Descriptions des lieux du round 1


Ferme
Près d'un champ, cet endroit à été récement abandonné. Il y reste donc encore les traces des derniers habitants ainsi que la présence même des animaux d'élevage. La présence d'une grange ainsi que d'une petite maison peuvent être utilisé facilement lors de la rencontre.

Mine
Maintenant vide, les anciens mineurs ont quittés les lieux depuis plusieurs décénies. Laissant quelques tunnels et possiblement quelques parties de leurs équipements, ses lieux sont déserts, sombres et bien souvent dangereux et instables.

Tour abandonné
Cette ancienne tur de garde est dans les derniers vestiges d'une ancienne cité qui s'y trouvait bien avant la création du donjon. Entouré de blocs de pierre et de vieille infrastructures, cette dernière cache peut-être plusieurs secrèts...

Glacier au sommet de la montagne
Ce terrain presque innexploré est possiblement l'un des plus dangereux. La morsure du vent glacé ainsi que l'étendue de neige rendent la survie des plus difficile. Sans compter l'escalade ainsi que ce qui vous attend à son sommet.


Malus du round 2  
Karl Grim: Vision en mode ''Steampunk''
Hollow Darknight: Prend les combats à la légère
Amaliah: Vision d'ombres au coin du regard ou éloignées, impossible à identifier
Sélèna Moonlight: Ne peut plus se transformer en loup (seulement la forme animale)
Ombresang: Devient plus lent
Palmessi: Illusions auditives des plus réalistes
Engar: Impossibilité d'utiliser son aura démoniaque
Felina: Transformation difficile, douloureuse et plus lente


Les participants continus leur cheminement en traversant les épreuves. Devant voyager jusqu'au prochain lieu pour leurs affrontements ou bien rendre le service à Croc Noir pour en cas d'élimination, les participants commencèrent à ressentir des effets secondaires. Différents pour tous, les pénalisants tous et chacun, ils devaient cependant continuer d'avancer et tenter de surmonter cet handicap...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Interlude du round 1 au round 2

Message  Crocs noirs Lun 21 Jan 2013, 16:02

Assis seul dans une sombre pièce depuis laquelle i ln'avait guère bougée depuis le ocmmencement du tournoi et qui lui servirait tout à la fois de domicile que de lieu de travail durant toute la durée de ce dernier, Crocs noirs demeurait assis dans un fauteul. Il était entouré de seize sphères qui gravitaient autour de lui, elles lui servaient à garder un oeil sur chacun des participants... Mais sept déjà s'était éteinte, celle devant suivre les perdants, par ocnséquent il était aisé de deviner que, présnetement, il n'y avait plus qu'un seul combat en cours... Et la vitesse à laquelle cette manche se concluait satisfaisait grandement le ruffian. Il ne s'agissait pas d'une de ces ocmpétitions où il avait misé sur un des combattants... Non ici il avait misé tout sur chacun d'entre eux et au final il fallait juste qu'il n'en reste qu'un, un vainqueur, le meilleur... C'était la seule chose qui comptait et la seule contrainte était le temps, ibne qu'il ignorait totalement combien il lui en restait.

Par conséquent quand le combat qui se déroulait s'acheva enfin il se releva brusquement, faisant s'éteindre la sphère du dernier perdant puis usa d'un artéfact, jsute à côté de lui, qui lui permettait d'entrer en contact avec ses hommes. Il s'adressa à seize d'entre eux, qui n'attendaient que son signal pour agie et qur, sur le champs, se servirent d'un sortilège pour se téléporter auprès des participants, un pour chacun , peu importait qu'ils se soient éloignés ou non du tournoi, la chose qui leur permettait de les rejoindre ayant été lié à l'individu qu'ils devaient prendre en cahrge. Par cela il fallait comprendre qu'à chacun ils proposèrent des soins, qu'ils étaient à même de décliner cela s'ils laissaient leur orgueil gourverner leur bon sens, bien que cela soit peu probable, d'autant plus pour les perdants qui n'étaient pas non plus en état pour telle caprice... Ni même pour empêcher l'homme de main se chargant d'eux les téléporter en un autre autre endroit, alors que ceux chargés des vainqueurs, une fois les soins accomplis ou refusés se téléporter à nouveau, tous n'ayant nullement parler aux participants pour uneautre sujet que la guérison, certains cas nécessitant un soins particulier après tout.

Ainsi les vainqueurs purent reprendre leur chemin, indemne, jusqu'au porchain lieu de combat alors que les perdant, guéris mais affaibli ,étaient amenés à une salle, à l'extérieur du donjon oujours, afin d'éviter d'attirer l'attention d'Oni, mais où crocs-noirs, qui s'était également téléporté se trouvait également, ayant abandonné l'observation des vainqueurs, doutant que durat leurs trajets il leur arrive quoi que ce soit de graves ou auxquels cas... Et de toute manière les risques encourus lors des déplacements faisaient parti du tournoi et de ce qui déciderait de qui serait les vainqueurs. une chose était certaine pou le ruffian, c n'était aucun de ceux qui étaient e nface de lui, néanmoins il leur laissait une chance de récupérer la récompense promise, ou tout du moins en partie.

"... A vous... Qui avaient été défait par votre opposant et avec vu vos espoirs perdus... je vous offree la chance de voir ces derniers se réaliser, mais il ne s'agira pas d'une compétition, mais d'une mission, sans autre règle qu'accomplir le but qui vous sera donné et qui vous fera courrir de nombreux dangers... Je vous laisse donc le choix... Abandonnez tout et je vous ramènerai au donjon ou accepter, afin d'emporter votre mise, et alors je vous dirai en quoi consiste votre tâche..."

Spoiler:
Crocs noirs
Crocs noirs

Masculin
Messages : 119
Expérience : 1170

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Left_bar_bleue25/40Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty_bar_bleue  (25/40)
Race: Angel
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Avènement Du Destin: Round 2 (Version Karl Grim)

Message  Invité Dim 17 Mar 2013, 19:50

Après le combat avec le beastman Sparkster, Karl continua le chemin, étant bien orienté vers le prochain lieu. Le golem aurait bien voulu refermer sa blessure, mais la mana de ses lieux n'était pas abondante ni suffisante pour refermer sa blessure. Les guérisseurs, regardant l'état du golem, ne considéraient simplement pas les blessures de ce dernier nécessitait une intervention de leur part. Et puis, de toute façon, aucun d'eux ne savait vraiment comment soigner le golem. Il fonctionnait grâce à la mana, mais les soigneurs ne savaient pas comment lui en donner. De plus, il pouvait encore marcher et il avait encore ses bras, ses jambes et sa tête... Il n'avait simplement pas besoin d'aide selon les critères des organiques...

Alors qu'il suivait le trajet, Karl ne remarqua pas immédiatement le changement que lui imposait son gain. Après tout, personne ne savait qu'il y avait des effets secondaires à la prise de cette seconde plaquette... Alors qu'il marchait à travers un champ, c'est à ce moment que les effets de cette malédiction commencèrent. Posant ses pas sur le sol, le golem regardait l'horizon, n'entendant que le bruit du vent sur les herbes hautes. Puis, un bruit qui ressemblait à un ''toonk''. Puis un second, un troisième, un quatrième...

Karl ne prit pas longtemps, après la trentième répétition de ce même bruit, à comprendre que c'était ses propres pas qui avait ce bruit. Avait-il trouvé par mégarde un énorme coffre ou bien poser ses pieds sur une cachette secrète? Lorsqu'il regarda le sol, c'est à ce moment que le golem commença à perdre ses moyens... Le sol, sur lequel poussaient de belles plantes, était en fait un sol de métal! Se jetant presque au sol, main contre le sol, pour regarder ce sol qui avait une couleur du fer rouillé. Un sol de fer? Non... C'était impossible. Comment est-ce que ses plantes pouvaient survivre sans une véritable terre pour les nourrir? Mais plus la statue regardait le sol, plus son incompréhension pouvait être ressentie... Le corbeau, qui s'était installé sur sa tête pour y reposer ses ailes, ne pouvait simplement pas comprendre le comportement de Karl.

Ses propres yeux le trahissaient, que pouvait-il vraiment faire pour l'aider en réalité? Il ne pouvait rien faire, ne sachant même pas quel mal atteignait le golem pour le moment. Il ne pouvait que constater que le golem n'allait pas bien et que quelque chose devait le choquer à un point tel qu'il ne l'avait jamais vu auparavant...


-----


Une tour en ruine se dressait à quelques kilomètres de ce champ dans lequel le golem commençait à voir sa propre vision du monde changer. Cette tour, bel et bien en ruine, possiblement abandonnée depuis des siècles, ne donnait pas l'impression qu'elle était des plus solides. Plusieurs morceaux des murs étaient tombés, dévoilant l'intérieur de ce bâtiment, vestiges d'autrefois. Contenant un mobilier en ruine, possiblement dévoré par les mites il y a de ça des années, on pouvait également trouver quelques os, possiblement humains, qui trainaient dans l'endroit. Si cette tour avait contenu des armes auparavant, ses dernières avaient perdu toute efficacité, ne laissant que des pièces de métal à peine utilisables.

Bien que la tour soit dotée d'un escalier, l'adversaire de Karl n'avait pas eu besoin de ses dernières pour y grimper. Hollow Darknight, homme-dragon, avait des ailes encore utilisables et s'en était servi pour monter au sommet de la tour. Depuis sa victoire du premier round, le dragon se sentait plus fort, peut-être même une légère pointe d'arrogance dans son comportement. Alors qu'il prenait un de ses outils humains pour voir plus loin, normalement utilisé pour repérer les troupes adverses, Hollow n'eut aucune difficulté pour trouver son adversaire.

Tentant de laver la lentille avec un morceau de ses vêtements, l'image n'en était pas moins floue... C'était les risques, cette longue-vue avait survécu à travers le temps, il aurait été étrange que ses dernières soient en parfait état. Cela dit, il pouvait voir les mouvements du golem et il avait l'avantage d'être arrivé à la tour le premier. Il pourrait lui tendre une embuscade ou quelque chose du genre. Après tout, il ne semblait pas des plus forts ni des plus intéressants. Hollow trouvait que cette statue était très... Commune... Presque faible contrairement à l'image qu'il s'était faite des combattants du tournoi... C'était bien sa chance!

Alors qu'il regardait le golem, se jetant par terre, l'adversaire de ce dernier se posait de lourdes questions... Qui pouvait bien agir ainsi? Surtout, comment est-ce qu'un golem pouvait ainsi réagir? Il avait bien compris sa nature, au vu de la couleur de son teint, grise par la perte de plaque de peinture durant le combat précédent. Sa connaissance de ses créatures était peu approfondie, mais ses derniers n'étaient pas incapables de ressentir le moindre sentiment ni la douleur? Alors pourquoi agissait-il d'une manière si... émotive? Continuant d'observer Karl, ce dernier se leva, regardant de droite à gauche très rapidement. Il ne pouvait pas voir les traits faciaux, puisque sa vision était des plus floues, mais ce dernier agissait de manière complètement chaotique. Lançant quelque chose, que son corbeau se dépêcha de retrouver à tir d'ailes, il semblait que le golem prenait sa tête entre ses bras.

Retirant son oeil, celui encore valide, de l'appareil, Hollow ne put s'empêcher de dire, dans un murmure :

Mais... C'est quoi cette histoire???


-----


La vision du golem changeait de plus en plus rapidement. Ce qu'il avait vu comme de l'herbe haute quelques minutes plus tôt commençait à devenir des tiges de métal d'or, avec des motifs de ce qui pourrait sembler être du blé. Bien entendu, plutôt que de noter la finesse des traits de cette herbe métallique, un sentiment de détresse commençait à naître... Le monde devenait métallique... Tel que dans ses pires craintes! Se levant brusquement, la statue moqueuse ne pouvait garder le sourire qui était sa marque de commerce... Non, pas devant le paysage qui s'offrait à lui à présent...

Les montagnes aux loin devenait des tas de ferraille grossiers, touchants presque le ciel. La nature laissait sa place, telle une onde provoquée par Karl, devenant de plus en plus moderne. Les nuages devenaient des nuages de fumée noirs, tel un feu qui brûlait des villes entières, sortant de bâtiments étrange qui produisait cette fumée. Qui sait à quoi ses derniers servaient, mais le golem ne pouvait là que la production de fumée remplaçant les nuages blancs et floconneux. Le ciel, d'un bleu d'azur, était remplacé par une couleur orange, tel le signe d'une apocalypse presque certaine. Le soleil avait disparu, couvert par ce mélange de nuages de fumée et d'orange qui recouvraient le ciel.

Peu importe où se tournait le regard de l'homme de pierre, tout n'était qu'un monde dans lequel le golem ne se sentait pas en sécurité. Des machines qui créaient des nuages? Les plantes remplacées par des tiges de métal? Il ne prit pas très longtemps avant de comprendre que c'était un mauvais sort. Et puis, comme Sparkster avait été un adversaire honorable et qu'il n'était pas un sorcier maléfique (enfin, pas selon ce qu'avait vu la statue moqueuse), il ne restait qu'une solution logique : la plaquette qui possédait les tablettes. Si ses dernières tentaient de le déstabiliser, c'était réussi! Mais la véritable raison était : pourquoi?

Peu importait en fait... Si les tablettes étaient la cause, alors il devait s'en débarrasser! Les récupérer après son combat ou bien les laisser là alors qu'il commencerait une autre vie ailleurs! Prenant donc les objets qu'il craignait donc, Karl les lança au loin. Fermant les yeux, il espérait naïvement que ceci fonctionnerait... Mais peine perdue... Quand il ouvrit les yeux, le monde était encore ainsi... Métallique, froid, artificiel, moderne... Il ne pouvait s'empêcher de pousser un long soupir.

''Il semblerait que je ne puisse me défaire de cette malédiction... Pas tant que ce tournoi n'est pas terminé... Bon, je suppose que j'ai encore besoin de mes tablettes. J'espère ne pas les avoir lancés trop loin!''

Alors que le golem tentait de trouver les plaquettes au sol, marchant presque à quatre pattes dans les tiges de métal, ses dernières tombèrent devant lui. Comprenant rapidement qu'il devait ce prodige de son compagnon à plume, il ne pouvait qu'apprécier sa présence maintenant! Lui pouvait voir normalement et puisqu'il était son meilleur ami, il pouvait lui faire confiance dans ses situations telles que celles-ci! Rassemblant ses esprits, tout en tentant de se calmer, il rangea les précieux objets avant de refaire une action des plus stupides.

''Merci mon cher Hao! Sans toi, je serais vraiment perdu! En plus, je ne pourrais pas retrouver mon chemin sans elles... On peut dire que tu m'as donné un sacré coup d'aile! Quand cette histoire sera finie, je jure que je t'offrirais un repas digne d'un roi-corbeau!''

Mais alors qu'il retournait sa tête, ses yeux prirent la taille de pomme et le sourire, tentant de renaître comme un phénix, se dissipa aussi vite que des cendres laissées au vent. Devant lui ne se trouvait pas son corbeau, mais un être d'un métal noir. Ses yeux rouges, perçants, semblables à des rayons de lumières qui étaient pointées vers lui. Une fois de plus, ce fut l'évènement qui lui fit perdre momentanément la boule...

''À MOI! ILS ARRIVENT! LES CRÉATURES DE MÉTAL QUI VONT REMPLACER LES ORGANIQUES ET LES GOLEMS!!! À L'ASSASSIN! APPELER MONSIEUR SECOURS!''

Prenant la poudre d'escampette, la statue ne pensa pas à faire le lien entre son corbeau et la créature volante noire qui se tenait devant lui. Voyant que Karl tentait de le semer, le corbeau décida de le suivre. Après tout, si ce dernier perdait l'homme de pierre de vue, il finirait par se perdre! Pourchassant le golem, ce dernier commença à lui lancer des injures ainsi qu'en tentant de lui dire de partir et de le laisser tranquille. Se dirigeant vers la tour, constituée de brique rougeâtre et de forme rectangulaire, le golem fonça directement dans le mur. Traversant ce dernier sans peine, la secousse avait cependant ébranlé la structure entière.

Alors que le golem arrivait vers la tour, Hollow ne savait pas ce qu'avait en tête son adversaire, encore inconscient de sa présence. Cependant, à voir sa course, il ne pouvait pas croire que ce dernier agirait ainsi... Et pourtant! L'homme de pierre fracassa le mur, déstabilisant encore plus la tour fragilisé!

(Mais c'est pas possible d'agir ainsi! Mais que fait-il? C'est un corbeau! Rien de plus! Un simple corbeau! Ça cache quelque chose... Il doit tenter de me piéger... Mais maintenant que je le sais, je peux utiliser ça à mon avantage! Nous verrons bien qui rira le dernier... Et qui continuera la route sur le chemin de la gloire!)

Alors que le dragon, armé de sa lance, décida de commencer à descendre les escaliers, afin de rencontrer le golem à un étage plus bas, Karl, de son côté, montait les escaliers, toujours pourchassé par le monstre à plume de fer. Lançant des ''JE N'AI PAS DE MONNAIE SUR MOI!!!'' et des ''PITIÉS! PRENDS MES ENFANTS, MAIS LAISSE-MOI EN VIE!!!'', Karl gravissait les escaliers le plus rapidement possible, prenant appuie parfois sur ses mains sur quelques marches, voir bondir lorsque trop de ses marches étaient absentes. Le son que fait la pauvre statue dans la tour pouvait être entendu par le dragon. Il ne semblait pas s'arrêter, les portes en étaient la preuve... Dans cette tentative de prendre la créature folle par surprise, Hollow utilisa son pouvoir des ombres pour emplir la salle d'une épaisse brume. Il pourrait par la suite le frapper rapidement son adversaire sans être trouvé.

Alors que la brume avait envahi l'air de cette pièce, la porte tomba sous l'épaule de Karl, entrant sans le moindre doute dans le piège tendu par son adversaire. Bien qu'il ne pouvait rien voir, la statue moqueuse était toujours aussi paniquée. La lance de son adversaire fendit l'air, tranchant les vêtements pour laisser une longue blessure superficielle sur son flanc droit. Tentant de se défendre, le golem frappa dans le vide, ce qui laissait du temps à Hollow pour de nombreuses attaques. Utilisant de sa vitesse supérieure et du fait qu'il pouvait voir à travers le brouillard, le golem décida de bloquer plutôt que de contrer. Mais bien entendu, Darknight était beaucoup plus rusé que ce dernier, attaquant l'endroit non protégé du monstre de pierre, profitant ainsi de son état de faiblesse mentale. Par contre, le golem était solide et, contrairement à un adversaire normal qui aurait possiblement succombé à une perte de sang, résistait très bien à ses attaques. Il était rapide, mais il n'était pas pour autant aussi fort pour briser la pierre enchantée qui consistait Karl. Le nuage finirait par se disperser, alors Hollow décida de tendre un second piège dans une autre salle.

Alors qu'il se débattait toujours dans le noir, le golem cessa lorsqu'il réalisa qu'il était maintenant seul. Le nuage avait disparu... Ainsi que son assaillant et la créature qui le pourchassaient sans relâche... Alors qu'il sentait son corbeau se poser sur sa tête, Karl commença à se calmer... Pour ensuite refaire une crise de panique alors que son compagnon à plume pencha la tête pour se trouver devant les yeux du golem. Reculant contre le mur, ce dernier ébranla encore la structure de la tour... Alors que, prenant son courage à deux mains, ce dernier tentait de frapper le corbeau métallique. Les murs de l'étage commencèrent à perdre leurs pierres, rendant la tour de plus en plus instable. Détail que purent noter les deux combattants alors qu'un bruit sourd, semblable a un tremblement de terre. Alors que Hollow, abandonnant son idée de piège pour simplement fuir cette tour qui vacille! Alors qu'un corbeau passait devant lui, le jeune dragon ne pouvait s'empêcher de courir encore plus vite, sachant que le golem était à ses trousses! Courant comme il ne l'avait jamais fait, le golem était derrière, à quelques pas à peine. Voyant le monstre métallique, de taille humanoïde, suivant son guide corbeau, son incompréhension pouvait attendre. Depuis quand les corbeaux étaient à la mode? Une fois rendu au dernier étage, le dragon déploya ses ailes pour fuir la tour qui s'effondrerait à n'importe quel moment. Mais, au moment où cette dernière tombait, ce dernier pouvait sentir les mains de pierre se serrer autour de ses chevilles.

Ne pouvant voler avec un tel poids, Hollow espérait toujours rester dans les airs, ne serait-ce que le temps que la tour cesse de dégringoler. Sous eux, les ruines devenaient encore plus antiques... devenant ainsi les ruines des anciennes ruines. Le nuage de poussière, soulevé et créé dans les gravats, enrobait les deux combattants, présentement en chute libre. Après leur ''atterrissage des plus indélicats'', Hollow avait réussi se sortir de l'emprise du golem. Karl, de son côté, se releva sans trop de mal. Un être organique aurait eu, dans le pire des cas, un mal de dos après tout. L'atterrissage n'avait par ailleurs laissé aucune marque sur son adversaire. Par contre, au vu de son effort pour les maintenir dans les airs ainsi, ses ailes étaient quelque peu usées par l'effort. Ses dernières seraient probablement engourdies pour un bon moment.

Le golem de guerre, regardant le dragon, ne pouvait voir qu'une version ''moderne'' de son adversaire. Hollow, toujours étant un organique, portait pourtant un équipement des plus moderne. Tandis que ses vêtements semblaient être en cuir noir, mais ce qui lui servait d'aile était fait de métal. Tel un équipement qui permettait de voler plutôt qu'une véritable part de son corps. La vision de Karl déformait quelque peu cet être, mais la vérité est que son apparence était des plus moderne dès le début. À l'exception des ailes ainsi que de son arme, une lance noire absorbant l'énergie ambiante selon sa vision, le personnage d'Hollow était presque fidèlement reconnaissable. Mais alors que les deux adversaires se dévisageaient, c'est le dragon qui fit le premier geste.

Se dirigeant avec précision et vitesse, ce dernier visa les jambes du golem, ce qui laissa une trace sur ses jambes. Mais Karl, de son côté, ne pouvait contrer l'allonge de son adversaire. S'il avançait, ce dernier reculerait pour éviter les coups, tout simplement. Ce petit manège dura un temps, alors que la vitesse du jeune combattant lui conférait un avantage certain. Visant les points stratégiques, tels que les genoux, les coudes, les mains, son absence de résultat était choquante. Alors, si cette stratégie ne fonctionnait pas, il devait agir plus radicalement : viser la tête du golem pour le vaincre. Il avait vu que le golem avait caché les objets de sa convoitise dans sa veste, mais ne pouvait approcher sans se faire arracher un bras... Hollow devait en finir de son adversaire avant de continuer son chemin.

Bien qu'en état de panique, le golem avait déjà affronté des adversaires utilisant de lances. Après tout, même si Sardonyx utilisait la sienne avec plus de puissance, Karl avait combattu mainte fois ce dernier. Pour placer un bon coup, le corps entier de son adversaire devait bouger pour utiliser la force que le mouvement pouvait donner. Il y avait surement un concept très complexe derrière tout ça, mais le golem ne les connaissait pas... Il n'était pas un scientifique ni un grand philosophe... Mais il savait que la poigne de l'arme se devait d'être impeccable pour donner de meilleurs résultats...

Alors qu'Hollow chargeait son arme avec son pouvoir sur les ombres, le golem dévia l'arme de quelques centimètres à peine. Évitant ainsi de recevoir la lance directement sur son visage, la lance érafla la joue droite de l'être de pierre. Puis, d'un geste rapide, le golem prit la lance avec sa main et tira l'arme vers la gauche. Déséquilibrant son adversaire, ce dernier conservait sa poigne sur son arme. Mais même avec une seule main sur cette arme, le golem ne lâcherait pas prise. Commençant à secouer le dragon, ce dernier devait conserver son équilibre dans les débris. Le golem, trop lourd et trop fort pour bouger, avait le plein contrôle. Si la lance brisait, ce serait un combat à main nue... Alors, ce n'était pas dans ses intérêts de perdre son arme! Mais le dragon fini par perdre équilibre, tombant par terre tout en tenant sa lance. Prenant donc ce moment pour empoigner l'arme de ses deux mains, Karl tira sur la lance pour approcher son adversaire. D'un geste brusque, Hollow se trouvait à ses pieds. Lâchant finalement cette arme, Karl empoigna le jeune dragon par le collet et le leva dans les airs. Bien qu'Hollow aurait pu continuer à combattre, que pouvait-il vraiment faire dans cette position? Il pouvait lui broyer le coup en quelques secondes à peine! Cherchant quelque chose dans sa veste, il lança les deux tablettes qu'il possédait par terre.

Prend les... Je n'en veux plus de toute façon... Si c'est pour me faire attaquer par des mecs aussi cinglés, je préfère repartir en un morceau et avec ma santé mentale... Sois conscient que je suis très généreux et que je pourrais être beaucoup plus tenace!

''Alors, je te remercie de ta coopération. Cela dit, je pense que tu es en très mauvaise position pour te vanter ainsi... Mais bon, je garderais en mémoire ce que tu m'as dit... C'est vrai que rien n'est normal dans ma tête... Peut-être dans la tienne aussi à cause des tablettes...''

Laissant tomber Hollow sur le sol, ayant en main sa lance, ce dernier ne bougea pas immédiatement. Alors que le golem se retournait et qu'il se penchait pour prendre les objets qui lui permettraient de poursuivre son chemin, Hollow empoignait sa lance pour tenter de percer son adversaire. Le faible! Il pensait qu'il serait hors combat et qu'il capitulerait aussi facilement? Il serait transpercé et démembré par la suite! Il ne laisserait pas sa chance d'obtenir la récompense lui glisser entre les doigts! La statue moqueuse dirigeait sa main vers les tablettes alors que le dragon manipulant les ombres allait tenter d'abattre son arme sur le dos de son adversaire.

Les doigts de Karl touchèrent les tablettes alors qu'Hollow commençait son attaque, mais il s'arrêta subitement. Le voile qui se trouvait devant ses yeux tombait... La vérité lui apparut enfin... La différence de puissance était beaucoup trop évidente à présent. S'il pensait vaincre aussi facilement le golem, c'était un aller simple vers le cimetière. Alors, est-ce que ses tablettes avaient vraiment causé un sort qui lui embrouillait l'esprit? Et si c'était le cas, comment est-ce que le golem le savait alors que lui en était inconscient? Également... Comment le vivait-il? En vérité, il en tremblait presque... Il n'était pas en état de combattre ainsi et, à mainte reprise, le golem avait contré ses assauts...

Alors qu'Hollow abaissa sa lance et que Karl plaçait à présent les tablettes dans le socle qui lui révèlerait le prochain lieu de rencontre, il pouvait sentir le poids de son ami corbeau sur sa tête une fois de plus.

''Bon, ce n'est pas tout ça, mais je pense que c'est l'heure du thé... Ce qui explique pourquoi je dois filer à l'anglaise... J'espère que nous pourrons nous revoir un jour sans être dans une tour qui s'effondre, poursuivit par un robot volant ou bien que l'on tente de tuer l'autre...''

Heum... Robot volant?

''Oui... Celui qui me poursuit depuis quelque temps déjà... Pas vrai Goldorak?

Mais la suite est beaucoup trop prévisible pour l'expliquer une fois de plus. C'est alors que Karl, fuyant la ''perfide'' créature une fois de plus, sous le regard amusé du dragon, le golem poursuivait ainsi son chemin vers la prochaine destination... De manière peu discrète ou orthodoxe, mais qui ne laissait aucun doute sur sa prochaine destination...

Le plus loin possible de cette machine/robot volant!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Avènement du Destin : Round 2 (version Ombresang)

Message  Invité Lun 18 Mar 2013, 18:16

Ombresang se sentait lourd, terriblement lourd... enfin, bien plus que d'habitude. Cela faisait maintenant plusieurs heures qu'il marchait vers le Sud, suivant les indications données par sa tablette et l'herbe verdoyante de la prairie laissait place à de sinistres champs, dont l'entretien laissait à désirer. La mauvaise herbe y poussait, vivace, et moins rares étaient les colonies de rongeurs que le « Serpent Rouge » effrayait jadis.

Le golem ne tarda pas à arriver en vue d’une espèce de moulin, une vieille coque de bois aux pales émoussés, que le vent ne parvenait même plus à faire tourner. C’était un repère comme un autre et Ombresang ne doutait pas d’y croiser son adversaire : ses tablettes l’y avait très certainement amené.

Mais avant l’effort, le réconfort ; le golem devait se trouver un petit en-cas. Il opta donc pour une petite parcelle de terre moins garnie par la mauvaise herbe que son entourage, une colonie de rongeurs devant certainement s’y approvisionner. Il s’y rendit donc à l’allure d’un escargot sous-vitaminé, ce qui l’agaçait réellement, mais cette amertume passa quand sa langue fourragea le sol et se lova autour de la fourrure soyeuse et épicée de délicieux petits rongeurs. Aspirant tout d’abords le sang par petites ponctions, avant de mordre directement dans les os tout en produisant un petit craquement qui n’était pas pour lui déplaire, Ombresang se délecta de ce repas improvisé.

Il eut alors une idée : il n’avait qu’à se cacher là et attendre que son ennemi se rende au moulin. Sa récente victoire l’avait rendue plutôt confiant, et c’est ainsi qu’il se couvrit le corps de terre et de mauvaise herbe, espérant passer inaperçue. Imaginez un bon tartare de bœuf, de ceux que l’on vous sert au restaurant. Maintenant, tentez de le camoufler avec du persil et des échalotes. Vous voyez l’ensemble ? On ne pourra dire que le golem de sang était particulièrement bien caché.

Mais au pays des golems, le glouton est roi ; c’est ainsi que le pacha continua de satisfaire son appétit vorace en arpentant de sa longue langue les galeries creusées par nos amis les rongeurs, autour desquels la langue se lovait langoureusement, les entourant dans une étreinte aussi sincère que celle d'une amie de longue date se voulant réconfortante… avant de les happer dans une plus grande et terrifiante cavité, garnie de stalactites et stalagmites épointés dont goutait un liquide épais et odorant : sa terrifiante gueule.

C'est ainsi qu'Ombresang n’eut pas l’occasion de voir son ennemi passer à l’acte : en effet, il se retrouva soudainement emmailloté dans d’épaisses lianes particulièrement collantes que le golem peinait à déchirer malgré sa grande force. C’est donc dans un état d’humiliation suprême qu’Ombresang dut attendre que l’adversaire vienne se montrer.

Beauté. Notion abstraite lié à de nombreux aspects de l’existence humaine, communément définie comme la caractéristique d’une chose, cause, qui engendrera un sentiment de plaisir ou de satisfaction chez l’émetteur ou le récepteur, conséquence. Notion abstraite, donc, qui ne touche point aux mœurs des golems, l’esthétique étant au golem ce qu’est le rongeur à sa langue. C’est l’esthétique qui se fait happer par le golem et en prend pour son grade, tellement cette être de chair névrosée, fresque impitoyable d’un artiste morbide et obscène qui prétendait être magicien, semble incarner tous les aspects négatif des manifestations physiques telle que la forme, le son, le mouvement ou même l’aspect visuel. Vous vous verrez enlacer un immense bloc de tartare ? Personnellement, je m’éviterais ce désagrément.

Pourtant, la créature qu’Ombresang vit approcher était d’une beauté si parfaite, si sauvage que le golem se sentit d’humeur philosophique et perdit un instant la tête, se posant des questions sur la notion de beauté : était-ce ce nez si droit qui donnait à ce visage une beauté irréelle et dérangeante ? Ou bien était-ce ce regard impudique qui en était la cause ? A moins que la courbure de ces seins, que le feuillage ne parvenait pas totalement à dissimuler, ne soit elle-aussi, témoignage de beauté mais également de désir ? Ombresang, crée par un humain, se prit à apprécier les critères de beauté de cette espèce, songeant à une idylle impossible et risible… et fut ramené à la réalité par ce qui s’approchait plus à un chant mélodieux qu’à un réel ordre.

« Donne-moi tes tablettes. »

Ce n’était pas une question, et Ombresang songea à donner à la créature ce qu’elle voulait. Mais, se considérant humilié et gisant aux pieds de son adversaire, quelque chose en lui désira se rebeller contre cette beauté implacable qui l’écrasait de par sa suffisance, sa prestance.

« Oui, maître. » déclara d’une voix rauque le golem, cherchant maladroitement les tablettes qu’il avait cachées dans la gueule endormie d’Emet.

Il les tendit à la belle jeune femme, qui le regarda d’un sourire franc avant de les prendre. Le regard soumis du golem semblait attendre une récompense, tel un chien remuant la queue devant son maître –je précise que ce n’était pas le cas du golem en question, n’étant pas sujet à ce genre de pulsions malsaines-.

« Merci. Je ne pense pas qu’une aussi effroyable et épouvantable créature est sa place auprès de Mère Nature. Inutile de te débattre, tu ne peux plus bouger. »

Elle sembla réfléchir un moment, son visage se plissant délicieusement tandis que le golem attendait son verdict avec une appréhension croissante. Elle finit par prononcer des paroles étranges, parlant un langage indescriptible et étrange, produisant une série de sons que le golem était incapable de mémoriser. Deux plantes surgirent du sol, deux espèces de plantes carnivores dont l’une d’elles possédait une dentition à faire pâlir un golem de sang.

« Je ne peux me permettre de laisser en vie un être aussi dangereux que toi. Et puis, vu l’aspect que tu as, c’est presque un service que je te rends. Donc, survis comme tu peux, et prie pour que l’équipe du tournoi te vienne en aide »

Tandis qu’un épais liquide verdâtre coulait sur lui, brulant ses chairs, que les dents d’une autre plante le déchiquetait et qu’il gisait au sol, Ombresang tentait tant bien que mal de la pire blessure qu’il ait essuyé de sa longue existence : les paroles de la jeune femme. Le fait qu’une créature qu’il tient en si haute estime prononce des paroles aussi dénué de pitié, implacables, en énonçant que son existence est une erreur faisait plus mal au golem que le plus virulent des venins, que la plus mortelle des morsures. L’être de sang ne fut bientôt plus que ça, et il se glissa sous sa forme liquide hors de ce piège mortelle, n’aspirant qu’à une chose : la vengeance.

Ce que le golem ignorait, c’est que Palmessi avait ses propres espions. En effet, chaque brindille, chaque plante qu’Ombresang croisait, renseignait la jeune femme sur les déplacements du golem. Mais le golem avait tout de même une chance : la jeune femme était de plus en plus sujette à d’épouvantables hallucinations auditives qui l’empêchaient de percevoir clairement l’endroit où se situer le golem. Ainsi, le golem se rapprochait de plus en plus de la destination de Palmessi, à savoir l’Ouest, sans que celle-ci ne parvienne à le situer précisément : le golem avait recouvré toute sa vitesse et il n’était pas bien loin de la Plant, avalant les mètres à une vitesse folle sous sa forme liquide.

C’est ainsi qu’une informe et dense flaque de sang se mouvait rapidement, glissant avec de grands bruits de clapotis, parmi la mauvaise herbe vivace, produisant un vacarme répugnant qui se perdait dans l’immensité sonique qui accablait la Plant. Enfin, « immensité sonique », il ne faut pas exagérer. Disons que la Plante percevait des chants végétaux donnant des informations erronées, entendait des bruits étranges tel le grognement d’un cochon ou le couinement d’une souris.

L’être de chair se rapprochait donc de plus en plus de sa cible, s’enhardissant au fur et à mesure que la présence de l’objet de son désir se faisait ressentir. Il ne lui était plus possible de considérer ces traits magnifiques avec amour ou même désir. Seule restait l’absence d’amour, l’amertume de l’abandon qui présageait de tristes et sinistres conséquences pour son adversaire.

Qui a dit que la vengeance était un plat qui se mangeait froid ? A peine Ombresang eut-il aperçut la plante qu’il se rua sur elle, s’agglutinant autour de ses magnifiques et sveltes jambes, reprenant peu à peu sa forme initiale.

« Tu as tenté de me tuer… tu m’as considéré comme une vulgaire créature, indigne même d’existence… » constata Ombresang, crachant les mots comme s’il voulait se débarrasser ainsi du ressentiment qui l’accablait.

Il continua de se reconstituer, enserrant dans une étreinte solide le corps fragile de la jeune Plant, tel un volumineux anaconda. Il était un amas de chair difforme et solide dont les membres étaient disposés tout autour de la jeune femme, qui exsudait d’elle-même un lourd poison dont Ombresang commençait à ressentir les effets. Ce venin rongeait les chairs d’Ombresang, qui s’évaporaient tandis que celui-ci consacrait toute sa haine, toute la force de sa volonté à maintenir ses bras en place, tout en resserrant son étreinte. Il se retrouva dans un état presque spongieux quand la jeune femme sombra dans l’inconscience, victime du manque d’air ; même les plus belles plantes ont besoin d’oxygène pour survivre, surtout quand le soleil n’est pas au beau fixe.

Ramassant sur la jeune femme les quatre tablettes qui lui manquaient et regardant une dernière fois ce visage si parfait, il partit d’un pas horriblement lent loin de ce néfaste endroit qui lui faisait songer à sa condition de créature imparfaite et méprisée. Le fruit de ces efforts lui permit néanmoins de découvrir le lieu de sa prochaine lutte.
]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Avènement du destin Round 2 (Version Engar)

Message  Engar Lun 18 Mar 2013, 22:49

Le froid, la neige, le soleil sournois réfléchi par la glace qui affligeait les yeux... . On pouvait dire que la tablette, ou qu’importe ce qui avait décidé de cela, avait bien choisi pour moi le lieu de ma prochaine rencontre, car toutes ces difficultés, aussi pénibles soient elles, je savais comment les surmonter... L’avantage du terrain était toujours quelque chose de précieux dans un combat. C’était par ailleurs pour cela que j'avais appris à exploiter les spécificités de la plupart des lieux d'affrontement imaginable, de la plus profonde des grottes à la plus haute des tours, en passant par les divers bâtiments, les plaines, les plans infernaux... Ou tout du moins j'avais fini par retenir comment ne pas être désavantagé par l’environnement, et cela était en particulier vrai pour un lieu semblable à celui-là, une zone gelé, battue par le vent et la froideur. Après tout c’était dans une contrée présentant les mêmes caractéristiques que celle où j’étais né et bien qu’il ne me restait que peu de choses de mes origines c’était un fait que je n’avais pas seulement appris à me battre en un pareil lieu, je n’avais pas seulement appris comme y subsister… Mieux que tout cela je savais y vivre.
------------------------------------------------------------
Pour autant on ne pouvait pas dire que c’était l’idéal… Bien sûr au moins je pouvais déjà me ravir d’être indemne pour faire face à cela, car à peine deux ou trois heures après avoir commencé à me diriger vers le lieu indiqué par la tablette, un sbire de Crocs noirs était apparu juste devant mes yeux, franchissant un portail qui se referma juste après son passage et se proposant sur-le-champ de me soigner… Il aurait été stupide de ma part de refuser, car même si je ne souffrais que de quelques ecchymoses, coupures et brûlures minimes il valait mieux que je sois au mieux de ma forme lors du combat suivant, déjà que j’avais réchappé de peu à celui-là… Certes de par la faute à un certain nombre de coup du sort en ma défaveur, mais j’avais comme sacerdoce en matière de combat que le sort n’était jamais à blâmer et que s’il l’était c’était à nous de nous rabrouer pour avoir été incapable d’y faire face parfaitement.

Quoi qu’il en soit j’avais bénéficié des soins magiques de cet humain, tout en songeant à la justesse de la décision de Crocs noirs que de faire guérir les participants à la fin des combats… Je ne pensais pas cela pour moi-même, mais tout simplement car c’était plus « juste ». Il serait des plus déséquilibrés que deux combattants de niveau égal s’affrontent, mais que l’un soit désavantagé, juste parce qu’il aurait affronté un adversaire plus coriace que celui qu’aurait eu son opposant à la manche précédente. Bien sûr certains diraient que cela faisait partie du jeu, mais ce tournoi était tout sauf un jeu. Ainsi je profitais des soins de l’inconnu jusqu’à être indemne, pouvant alors me défaire des quelques bandages que je m’étais fait avec quelques étoffes que j’avais pris soin d'emporter avant le début de la compétition. Juste après cela mon guérisseur disparut par un nouveau portail qui se referma avant que je n'ai la moindre chance de le franchir. Il n’avait parlé que pour me demander si je désirais bénéficier de ses services et m’informer que l’espèce de dragonne que j’avais affrontée avait été bien ramenée en vie. J’appréciais le fait qu’il n’ait pas été plus prolixe, cela m’évitais d’oublier pourquoi j’étais là.

De fait j’avais repris la route peu après le départ de mon guérisseur. La tablette m’indiquait la direction du Nord-Est, mais je n’avais aucune idée de la distance que j’avais à parcourir… Ça n'était pas la première fois que je prendrai une direction sans savoir où aller précisément, et ainsi c’était sans appréhension que je partis en direction des montagnes que j’apercevais au loin. Pour la première fois je pus user des capacités surhumaines que j‘avais acquis autrement que dans un usage guerrier, et même si cela était l’usage le plus courant pour moi, j’étais forcé d’admettre que ça avait ses avantages dans d'autres circonstances. Ainsi je parcourus en deux jours la distance que j’aurai faite en cinq jours avant et cela me facilitait grandement les menus tracas du voyage, tel que la recherche de vivre ou la mise en place d’un campement un tant soit peu sécurisé. Cela fut d’autant plus précieux quand il fut question de monter la pente abrupte de la montagne, un effort harassant normalement, mais qui m’était devenu bien plus aisé. Néanmoins, cette satisfaction ne m’avait pas empêché de remarquer un détail… Le milieu était tempéré, giboyeux, propice à l’agriculture, doté de cours d’eau… Mais pourtant il n’y avait pas une seule trace de présence humanoïdes… Des animaux oui, mais pas la moindre trace de civilisation alors que la région avait tout pour que des personnes s’y établissent durablement… Étant donné que j’en savais plus que les autres j’avais une idée du pourquoi, mais les participants toujours en lice devaient bien se rendre compte que quelque chose n’allait pas…

Quoi qu’il en soit j’avais atteint au terme du deuxième jour cet espace sur la montagne déserté par l’herbe, mais résistant aux neiges éternelles. Une sorte de champs de bataille entre la verte vie et la froide mort… Mais je ne me sentais pas d’humeur lyrique. La tablette m’indiquait qu’il fallait que je monte encore et ça… Ça signifiait rejoindre les glaciers, si ce n’était Crocs-noirs lui-même je trouvais que la magie animant les tablettes avait un drôle d’humour que de m’envoyer en pareil lieu après l’incendie de forêt auquel j’avais échappé de peu, après le feu, la glace…Quoi qu’il en soit j’avais pris une journée pour me préparer à cela, bien entendu je perdais du temps et peut être que je laissais mon adversaire préparé le terrain à sa guise, mais il valait mieux cela que d’être tué par ce dernier. Pour autant je m’étais imposé d’avoir fini mes préparatifs avant la fin de la journée.

Ces derniers furent de m’approvisionner en eau à un ruisseau, car je savais qu'il me serait difficile de trouver de quoi boire à une plus forte altitude, et de tirer ce que je pouvais du corps d’un bouquetin que je parvenais à abattre de justesse, bien que je n’étais pas équipé pour la chasse, en réussissant à l’atteindre avec le jet d’une de mes lames. De son corps je réussissais à obtenir de la viande qui me permettrait d’économiser pour ce soir les vivres, que j’avais amassé en cours de route, pour la montagne, et que je consommerai tant qu’elle serait mangeable. Je me servis également de sa peau pour faire des bandes molletières autour de mes mains, de mes pieds et de mon crâne, l’important était de protéger les extrémités du corps, soit les doigts et les oreilles, sous peine de risquer de voir le froid les congeler et les « tuer », les rendant aussi gelés que de la glace et inutilisable à jamais. Avec le reste de la peau je me faisais une cape, par-dessus celle en cuir de démon, et qui bien que ne me protégeant pas intégralement, me garderait un peu au chaud. Enfin je pris un de ses os, le plus long possible, pour me faire une sorte de canne, avec laquelle je sonderai la neige devant moi pour éviter de tomber dans une vicieuse crevasse.

C’était loin d’être l’équipement idéal, d’autant plus que je n’avais pas été à même de retirer toute la chair de la peau que j’utilisais, mais c’était suffisant pour que je ne doute pas de mes chances de réussite au vu de mon savoir-faire… Et après une nuit de sommeil dans un renfoncement rocheux je reprenais mon ascension, pénétrant dans ce désert de glace, et me rendant compte alors de par le mouvement qui animait désormais le point sur la tablette que la confrontation ne se ferait pas au-delà du glacier, mais sur ce dernier…

------------------------------

Je savais vivre dans pareil climat, j’y étais né… Mais combien de personnes qui y étaient nés avaient péri par ce dernier ? Bien trop à ma connaissance. Pour autant la situation ne s’avérait pas dramatique pour l’instant, le soleil qui avait brillé durant mon voyage se maintenait, évitant que le froid soit trop intense, et bien que la vision de la glace en fût douloureuse c’était toujours préférable que d’être pris dans une tempête de neige, qui plus est grâce à ma canne j’avais évité à deux reprises de tomber dans une crevasse et j’avais plutôt bien avancé, suffisamment du moins pour atteindre le lieu précis de la confrontation à la fin de la journée, le point indiquant sa position sur la tablette se dissipant… Mais mon adversaire était absent… C’était embêtant sur plusieurs points. Tout d’abord, parce que je ne savais pas dans combien de temps il arriverait, cela pourrait être aussi bien une poignée de seconde que des jours et je ne savais pas quand je ne serai plus à même de demeurer ici, des mois avec un peu de chance, deux jours si le temps et les ressources venaient à faire défaut. Pire encore mon adversaire était peut-être en fait déjà arrivé, mais était tombé dans une de ces crevasses que j‘avais évité ou avait été recouvert par la neige, auquel cas il s’avérerait des plus difficiles de retrouver la tablette nécessaire pour la suite du tournoi…

Néanmoins, je décidais d’attendre quelque temps avant de me lancer dans de vaines recherches, au moins une journée… Mais le soleil commençait à se coucher, et cela signifierait passer la nuit ici et je savais que ce serait une tout autre épreuve, car si pendant la journée la température avait été un peu douce, pendant la nuit elle deviendrait glaciale et si je m’endormais dans la neige sans précaution, c’était la mort assurée… Je savais cependant quoi faire pour m’en préserver et ainsi revenant sur mes pas je cherchais l’aspérité rocheuse la plus proche qui soit à même d’abriter sous elle un homme. J’en trouvais une à une dizaine de mètre, suffisamment proche pour que je puisse percevoir mon opposant s’il arrivait à l’endroit le point sur ma tablette s’était éteint et suffisamment éloigné pour que je ne sois pas aisément perceptible. Je tendais ensuite la peau de bouquetin, que je retirais de mes épaules, et la placer de telle sorte à ce qu’elle tombe devant « l’ouverture » du rocher et dissimule un tant soit peu une personne qui s’abriterait sous la pierre. Pour la maintenir en place je plaçais dessus deux cailloux suffisamment lourds pour ne pas être déplacés par le vent, même si ce dernier se faisait violent. Cette tenture improvisée, en plus de dissimuler un peu mon odeur, me permettait de dormir sous le rocher avec moins de chance de finir ensevelir par la neige… Bien sûr « un peu » allait passer, mais il était moins probable que cela me soit mortel. Par la suite je chassais tant que possible la couche blanche qui se trouvait sous le rocher puis continuais pendant quelques heures à observer les alentours, faisant une ronde régulière autour de mon abri.

Le soleil finit par se coucher, laissant place à un voile noir aussi loin que portait le regard et une heure après je sentis un vent qui commençait à se lever. Je décidais dès lors de rejoindre mon abri de fortune pour la nuit, même si mon adversaire survenait pendant mon sommeil il était peu probable qu’aussi affûtés soient ses sens il soit à même de me trouver si, comme je le prévoyais, un tempête se levait… Étendu sur une surface de pierre couverte de gel je roulais ma cape en boule de manière à pouvoir reposer ma tête dessus, éviter qu’elle soit en contact direct avec la surface gelé, puis aidé par la langueur que causait le froid je ne tardais pas à m’endormir, mais d’un songe pénible où même dans l’inconscient régnait la peur de ne pas se réveiller.

Finalement cela advint plus tôt que je n’aurai pu le penser. Vers ce qui devait être le milieu de la nuit un rugissement bestial me tira de ma torpeur, parvenant à couvrir un instant le vent sifflant qui lui-même ne m’avait en aucune manière perturber dans mon sommeil. Il me fallut cependant un peu de temps pour être pleinement éveillé, mon corps engourdi par le froid peinait à bouger et il me fut même pénible d’ouvrir mes yeux, mon visage ayant été atteint par le givre. Finalement au bout de quelques secondes je parvenais à me redresser, victime de quelques courbatures dues à ma position inconfortable et chassant tant que je le pouvais la neige de mon visage, hormis de ma barbe qu’elle constellait de point blanc et où elle se faisait des plus tenaces. La peau de bouquetin avait fait son office. Le vent qui venait depuis le bas de la pente la faisait claquer, mais elle tenait bon et il était évident que sans elle je n’aurai pu me réveiller, où alors sous bien trop de neige pour que je m'en sortes par moi-même…

Après cette constatation j’achevais de me ressaisir tout en continuant à percevoir les hurlements bestiaux qui se faisaient entendre ils étaient tout proche et il me semblait qu’il s’agissait de deux animaux différents. In d’entre eux m’était curieusement familier, mais j’ignorais pourquoi. Dans un premier temps je songeais à tout simplement tenter de me rendormir, mais je me ravisais pour deux raisons… La première était que cela était tout simplement grandement imprudent que de se rendormir alors que non loin erraient des bêtes sauvages. La seconde était tout simplement parce que pour peu que mon opposant pour cette manche soit un beast il pouvait très bien s’agir de lui qui aurait maille à partie avec une des bêtes vivant sans doute dans le glacier, mais qui m’avait laissé en paix. Dès lors il était hors de question que je laisse passais la chance de profiter d’une telle occasion, ou même de risquer que l’animal viennent à bout de la créature et que pour diverses raisons sa tablette soient perdues.

Ainsi après avoir remis ma cape en place et saisit ma canne d’os je sortais de ma cache, accueilli de suite par une chose bien plus violente que ne pouvait l’être ces créatures, le vent qui balayait la montagne. Ce dernier me fouetta le visage et la neige qu’il emportait l’était avec une telle brutalité que leur impact sur la peau causait non seulement une sensation de mordante de froid, mais aussi un choc semblable à celui de grêlons. Il me fallut mettre la main en protection devant mes yeux pour espérer voir quelque chose, mais même ainsi la tempête était trop dense pour que je parvienne à percer les ténèbres de la nuit, d’autant plus profondes que les nuages ne laissaient pas passer la lueur des astres.

Pour autant je parvenais à me repérer un tant soit peu et les grognements et feulement discontinus me permettaient de m’approcher du lieu de l’affrontement. La neige crissant sous mes pas me faisait craindre d’attirer l’attention des combattants ou d’une autre bête sauvage, mais je parvenais sans encombre à m’approcher suffisamment pour apercevoir deux silhouettes, deux ombres, s’affrontant dans la tempête. Je reconnaissais une d’entre elle comme étant un brise-glace, du moins c’était ainsi qu’on les appelait chez moi, une des rares créatures des glaciers qui osait sortir de sa tanière quand il faisait un temps pareil.

Ces sales bestioles faisaient partie de ces créatures magiques, de celles chassées par l’église tout en ayant un intellect semblable à celui des animaux. C’était un être doté de longs poils, d’une ample queue ainsi que de grandes pattes avant et de petites pattes arrières dotés de sabots, ainsi que d’une griffe qui lui permettait de s’arrêter en plein milieu d’une charge en la plantant au sol, ce qui était cependant des fois plus périlleux qu’autre chose. La position particulière de ses jambes données à son dos une posture courbé vers le sol, mais également une souplesse impressionnante. Enfin sa tête tenait à la fois du cheval par sa forme et du félin par les longs crocs qui étaient siens. Un être redoutable, bien plus vif qu’on ne pouvait le penser et surtout sacrément endurant. Enfin son nom venait du fait qu’il était courant que cette créature, par sa masse, brise des plaques de glace et dévoile des crevasses, couvertes par le givre, lorsqu’il passait dessus ou même tout simplement quand il tombait au sol.

Bref un adversaire coriace que j’étais bien content de ne pas avoir eu à affronter pendant mon avancé dans le glacier… Et qui me rendait bien service en s’opposant à mon adversaire pour le tournoi, ce dernier ne sortirait probablement pas indemne d’une telle confrontation et je décidais de laisser cette dernière suivre son cours. Pour autant je m’approchais encore un peu, sondant le sol avec ma canne qui s’enfonça profondément au bout de trois pas, dévoilant une crevasse que je contournais. Je m’étais suffisamment approchée pour apercevoir désormais l’autre « combattant » et je n’eus plus aucun doute quant à sa nature de beast, une panthère ne vivait pas dans de tels territoires …
Mais je m’étais par la même suffisamment approché pour que le brise-glace se tourne un bref instant dans ma direction. Cela fut l’occasion pour la panthère de bondir sur son dos qu’elle commença à lacérer et à mordre… Une grave erreur, car non seulement il allait lui falloir du temps pour parvenir à percer le cuir du brise-glace et lui infliger de réels dégâts, mais aussi parce que son opposant ne lui en laisserait pas le temps... Et ainsi j’eus à peine le temps de crier au beast de bondir du dos, d’une voix qui fut couverte par le vent, que son adversaire usa de la souplesse de son cou pour basculer sa tête puis refermer sa mâchoire sur le flanc du félin, avant d‘exécuter un autre mouvement de tête, suffisamment brusque pour arracher le félin de son dos et le projeter plus loin... Je me rendais alors compte qu'il fallait maintenant que j'agisse pour que mon opposant survive et qu’ainsi j'évite de sérieux ennuis.

Ainsi avant que le brise-glace ne songe à l’achever je m’avançais, et lançait une de mes lames sur l’animal. Ma précision, à cause de la tempête de neige, était moindre, mais je parvenais tout de même à l’atteindre, l’irritant assez, sans le blesser sérieusement, pour qu’il se tourne, cette fois entièrement, vers moi, alors que je ramenais mon épée à moi. Il ne tarda pas à me charger, exactement ce que j’escomptais au vu de ce que je savais de cet être, et je prévoyais déjà mes prochains gestes. J’allais me décaler d'un geste assez brusque pour extirper mon pied de la neige, peu avant qu’il m’atteigne, mais usant de mon aura pour le distraire, ce qui serait nécessaire sans quoi il parviendrait à s’arrêter grâce à ses griffes et à réagir sur-le-champ à mon esquive, et profitant de la fraction de seconde qui me serait donnée je lui frapperai la gorge... D’habitude au lieu de l’aura c'était un autre chasseur qui devait faire diversion, mais je faisais présentement avec ce que j’avais sous la main et cela me paraissait être la meilleure méthode pour en venir à bout.

Me décaler à l’instant fatidique me fut aisé de par ma grande vitesse, et j’amorçais déjà mon nouvel assaut tout en déployant mon aura, pour que ce stupide animal ne savent où donner de la tête… Et à ma grande surprise je me rendis compte que mon aura ne se déployait pas et de fait la fraction de seconde qui aurait dû me permettre d’en finir se retourna contre moi, le brise-glace s’arrêtant brusquement et basculant sa tête avant que je ne puisse frapper. L’impact fut brutale et je fus projeté deux trois mètres plus tard, sans être à même de me réceptionner et tombant pathétiquement au sol. Peu avant l’impact il m’avait semblé entendre une voix familière me crier « attention ! », directement dans mon esprit, mais je mis cela sur le compte des hallucinations que pouvait provoquer le froid... Et de tout Le contact de la neige avec mon visage me ramena à la réalité, semblable à une brûlure tellement elle était froide et mon corps me faisait souffrir au niveau du flanc, là où j’avais été frappé. Mon armure avait absorbé une partie du choc, mais pas assez pour empêcher mes côtes de souffrir. Je parvenais cependant à me redresser, me retournant vers la créature qui se préparait à charger à nouveau…

Pourquoi n’avais-je pas été à même de déployer l’aura du démon ? Je l’ignorais … Et si le pourquoi m’inquiéta sur le coup je m’efforçais à ne pas y penser… Je ne pouvais plus l’utiliser, ce qui me fut confirmé alors que j’essayais une fois encore, c’était la seule chose qui comptait, il fallait juste que je fasse sans… Mais à vrai dire j’étais encore sur les genoux quand l’animal entama une seconde charge. Sans doute cette fois userait il de sa mâchoire, ce qui serait bien plus meurtrier. Je n’avais plus le temps de me relever, plus le temps de me mettre en garde, et pour autant j’essayais, dérapant un peu maladroitement sur la neige, mais continuant de lutter… À raison car la créature s’arrêta brusquement en lâchant un long « cri » s’approchant du hennissement…

La crevasse ! Celle que j’avais contourné avant d’attirer l’attention de la créature ! Elle me l’avait fait franchir en sens inverse en me projetant et elle venait de poser la patte dedans ! Certes elle n’était malheureusement pas suffisamment large pour l’engloutir comme elle le ferait d’un humain ou de tout être s’en approchant, mais suffisamment pour coincer un de ses pattes avant… Avec son habilité et sa force le brise-glace serait à même de s’en libérer, mais au bout de quelques secondes, suffisamment longue pour que j’en profite ! Ainsi je finissais de me relever et m’élancer vers lui alors qu’il prenait appui pour se libérer, un sourire sadique ornant mes lèvres alors que l’excitation du combat me gagner, réchauffant mon corps en dépit de la chaleur ambiante. À portée je me servais d’une de mes lames pour transpercer sa jambe avant libre et l’empêcher de s’en servir,il hennit encore, de douleur cette fois, et je profitais qu'il ouvre en grand sa gueule pour y enfoncer ma seconde épée qui transperça sans peine son palais, suffisamment violemment pour atteindre son cerveau et le tuer sur le coup. Je m’étais bien assuré que ma main ne passe pas le bord de ses dents, au cas où il refermerait, dans un dernier sursaut, sa mâchoire. Ce ne fut même pas le cas et son corps commença à s’affaisser sur le côté, mouvement que j’accélérai en retirant d’abord l’arme qui était plantée dans sa patte, puis prenant appuis sur son crâne avec ma main pour retirer la seconde , dans un chuintement un peu écœurant, rapidement suivi par le ton mat de la lourde masse tombant sur la neige, tandis que son sang jaillissait à flot, m'éclaboussant un peu, me réchauffant un bref instant avant que le froid de la montagne reprenne ses droits. Le son de sa chute se fit entendre en écho et je craignis pendant une poignée de seconde que cela crée une avalanche… Ce ne fut pas le cas et je me permettais alors de reprendre mon souffle, tout en laissant s'échapper un léger rire de satisfaction.

Mais à peine dix secondes s’étaient écoulées, alors que ma respiration haletante formée de léger nuages de par la fraîcheur environnante, qu’un son autre que celui du vent me parvint, un son infime, mais qui trahissait un geste brusque, un bond… Je pivotais alors sur le côté, suffisamment rapidement pour éviter ainsi de peu que la panthère ne me percute, auquel cas je serai tombé au sol et, elle au-dessus de moi, aurait probablement remporte la victoire. Le temps qu’elle se réceptionne me fut amplement suffisant pour voir que son pelage noir était taché sur les deux flancs par le sang, sans doute de par les plaies infligées par la morsure du brise-glace, que son corps affiché une multitude de petites plaies, subies probablement durant la partie du combat à laquelle je n’avais pas assisté et même qu’elle n’arborait pas sa tablette de pierre... Elle devait avoir une réelle volonté, pour avoir réussi à me contourner subrepticement, bien qu’elle ait aidé en cela par la tempête qui m’empêchait de voir au-delà de deux mètres, et continuer à se battre en dépit de son état. Ce que je respectais, mais ne m’empêcha pas de riposter, décochant un violent coup de pied dans son flanc gauche.
J’aurai pu me servir de mes épées, que j’avais conservées en main, mais au vu de son état il valait mieux éviter que je lui inflige d’autres plaies, à moins que je n'ai d'autre choix que de le tuer. Déjà la puissance ma frappe avait dû aggraver encore la morsure de la créature, d’autant plus qu’elle fut à même de repousser la panthère, cette dernière se releva, je m‘attendais à ce qu’elle me fasse face, qu’elle bondisse encore une fois… Mais cette fois je me tenais prêt. Une main tenant la chaîne reliant mes lames, l’autre tenant la garde d’une des épées, je m’apprêtais à me servir des maillons pour entraver la bête, la mettre à ma merci, un jeu d’enfant au vu de son état. Elle allait prendre l’initiative, c'était dans sa nature, une bête pouvait rarement tenir une position défensive… Mais à ma grande surprise elle me tourna le dos et déguerpit. Il me fallut une seconde pour réagir, une seconde de trop qu’elle mit à profit pour s’enfoncer dans les ténèbres à vive allure, trop rapidement pour que je puisse tenter de lancer une de mes armes pour la blesser ou user de ma chaîne.

Je remarquais seulement alors le sang qui s’écoulait doucement de mon aine… En vérité je n’avais pas totalement esquivé son assaut, mais le froid et l’adrénaline m’avait empêché de m’en rendre compte. Mais plus que la prise de conscience de ma blessure ce fut la disparition de ma besace qui me frappa, celle contenant la tablette… Voilà pourquoi la panthère avait disparue ! En vérité elle n’avait pas voulu me mettre à terre ! Elle avait juste cherché à saisir ma sacoche dans sa gueule et elle y était parvenue. Elle avait gagné ! Je ne pus alors m’empêcher de hurler alors de rage, de toute manière la tempête couvrait mon cri, le sang me battait les tempes au point que le froid ne m’affligeait plus, j’avais perdu de façon si sotte… Je m’apprêtais donc à attendre l’arrivée du guérisseur, qui serait pour moi tel un héraut de ma défaite, quand je me rappelais quelques paroles de Crocs-noirs.

"Le but y sera de récupérer la, ou les si vous franchissez le premier round, tablettes de votre opposant ainsi que de l'empêcher de la reprendre en l'empêchant de vous poursuivre, en le mettant hors d'état de nuire, peu importe..."

… Or rien ne m’empêchait de tenter de les reprendre ! Je pouvais encore rattraper la panthère ! Au vu de son état elle ne pourrait pas aller bien loin et malgré la tempête la piste qu’elle laissait derrière était encore assez fraîche, une piste de sang qu’elle ne pouvait retenir… La neige déjà commençait à la recouvrir, et prenant juste le temps de me faire un bandage de fortune en suant d’un de mes bandes molletières je me mis en traque !

Mon opposant s’avérait malin, il avait tenté de mettre à profit la tempête en changeant de direction à plusieurs reprises, mais malgré le vent toujours il y avait cette race carmine, parfois des plus tenues, mais après tout j’avais chassé un des pires gibiers qui soit alors remonté une piste je savais le faire… Ce ne fut pas aisé pour autant, en tant que félin il avait l’avantage de pouvoir percer les ténèbres de sa vision, à défaut de passer outre la gêne de la tempête de neige et il ne perdait pas de temps, lui, à chercher des traces… Qui plus est le froid ne m’aidait pas à avancer et je me sentais de plus en plus faible. La fraîcheur que j’éprouvais n’était pas seulement due aux conditions extérieures, mon corps était froid, mais pourtant je suais et me sentait de plus en plus haletant… Ces effets ne m’étaient pas inconnus, j’étais victime d’un poison… Malheureusement pour mon opposant il n’était pas suffisamment puissant pour me mettre à bas et bien que mon pas se fasse plus lent je poursuivais ma marche…

Il s’écoula plus d’une demi-heure avant que la tempête ne s’achève enfin, mes traits étaient rendus rigides par le froid et le poison et j’en venais à trembler, me frictionna les bras tout en avançant… Mais ma marche s’accéléra un peu par la même, car la tempête de neige achevé je pouvais désormais voir, de plus en plus clairement, les traces que la panthère laissait derrière elle… Je trouvais par ailleurs un endroit fouillé récemment, un trou à côté duquel reposait un plaque de pierre, la mienne, vidée de ses tablettes de bois, et il ne faisait nul doute que ce creux avait dissimulé celle de mon opposant, d’où le fait que je ne l’avais pas vu avec. Tant mieux, recreuser ce trou avait dû lui prendre du temps ce qui m’en faisant gagner… Je constatais qui plus est avec satisfaction que l’écart entre ses traces de pattes allait en s’amenuisant, elle ralentissait… Ce qui me galvanisait d’autant plus, j’allais la rattraper !
Quand un cri de souffrance, déchirant, se fit entendre dans la nuit.

Je fis alors le lien… La forme de panthère. Le poison. Cette voix, qui avait résonné dans ma tête et que j'entendais désormais…

Et pour la seconde fois dans la même nuit je hurlais, mais cette fois de détresse et en parlant de manière construites. Trois Syllabes. Un mot. Un nom.

"FELINA !"

Ce fut comme un coup de fouet ! La langueur, qu’elle soit due au froid ou au poison, quitta mon corps et fut remplacé par une douleur intense, mais pour autant je m’élançais en direction du cri. Je n’aurai su dire laquelle de la douleur qu’il traduisait ou de celle qu’il me faisait éprouver était la plus intense, mais ce n’était rien comparé à celle que subirait Crocs-noirs si les malédictions que je proférais intérieurement à son encontre pour avoir fait participer Felina à ce tournoi se réalisaient. J’aurai pu me rendre compte avant qu'il s'agissait d'elle, mais après tout elle ne devait pas être la seule panthère du donjon et je n'aurai jamais cru qu'elle aurait accepté une offre de la part du ruffian... Mais cela n’avait pas d’importance, il fallait juste que j’avance, le plus vite possible…

Et après une, peut être deux minutes, durant lesquelles je m’étais moqué de la piste, j’avais rejoint mon opposant qui n’avait pas su maintenir l’égard entre nous. Ma sœur recroquevillée sur elle-même, gisant sur une neige devenue carmine et dont le corps était parcouru de légers soubresaut, serrant quelque chose entre ses bras, une tablette de pierre. Il suffisait de quelques pas pour la rejoindre, mais durant ces derniers gestes je fus plus circonspect. Peut-être avait elle, elle aussi, comprit ce qui m’avait motivé à la poursuivre et feintait elle son état pour me prendre au piège. Après tout si elle avait participé au tournoi c’était pour le gagner, à n’importe quel prix, contre n’importe qui… Pour autant elle était ma sœur et bien que je le fasse avec une grande méfiance, je fus incapable de ne pas me pencher sur elle. Le vêtement slime qu’elle portait toujours avait pris la forme d’une tenue en fourrure qui la protégeait du froid, mais ne suffisait pas à dissimuler quelques unes de ses plaies, des écorchures sur son cou et son visage, mais je savais qu’elles étaient minimes, les vraies, celles infligées par la morsure du brise-glace était dissimulée par ses habits. Je la retournais alors sur le dos et relevais sa tête, son regard était un peu hagard, abrutie par une violente souffrance. Cependant, elle était assez consciente pour que, sentant que je la touchais, elle resserre sa prise sur ce qu’elle tenait entre ses bras et balbutie lentement.

"J’ai… J’ai gagné… J’ai la tablette. Pourquoi ils ne viennent pas me soigner…"

Son regard s’agrandit alors, elle semblait prendre conscience de ma présence… Et elle fondit en larme, parcourue de sanglots qui me fendirent le cœur.

"J’AI GAGNÉ ! Pourquoi tu es toujours là ?!"

Alors, elle remua, joua des pieds, tenta de me repousser tout en gardant serré entre ses bras la plaquette de pierre. Mais elle était affaibli, et bien que je le sois également c’était dans une moindre mesure et je n’eus nul mal à l’empêcher, mes mains glissant sur son dos pour la serrer contre moi contre moi pour cela, faisant même fi de la morsure qu’elle me fit à l’épaule droite. Je ne comprenais que trop bien sa volonté de gagné, mais cette fois il semblait que le jeu était fait. Ici il n’y avait eu nulle réelle confrontation entre nous, cela avait juste été un combat entre la nature et nos déterminations respectives, nos envies de victoires… Mais en dépit de tout mon esprit guerrier ma prise se mua en une sorte d’étreinte affectueuse alors que d’une voix douce je « citais » à ma manière les paroles de Crocs noirs qui m’étaient venues à l’esprit pour conclure.

"… Ce que tu as fait été bien, mais tu aurais dû t’assurer que j’étais incapable de te poursuivre… Et désolé bien que ton poison m’ait donné du fil à retordre ça n’a pas suffi."

L’étreinte de sa mâchoire sur mon épaule cessa, et je desserrais mes bras afin qu’elle s’étende au sol. Elle semblait un peu calmée, mais son visage demeurait fiévreux et blafard à cause de ses blessures. Couvert de neige et affligé par le poison je n’affichais pas une meilleure mine, pour autant je continuais à lui parler, toujours de cette voix tendre que je n’avais que pour elle.

"Ma petite sœur, tu t’es bien battu et tu n’as pas eu de chance face au brise-glace, mais même sans cela je crois que j’aurai gagné. Tu t’es trop précipité, précipité face à cet animal, précipité en me bondissant dessus, précipité en fuyant sans réellement m’empêcher de te suivre… Une précipitation qui m’aurait assuré la victoire même si nous nous étions affronté directement et… Tu m’en vois heureux. Pas parce que je demeure meilleur combattant que toi, mais parce que je peux ainsi continuer à te protéger, Felina."

Mes mots semblèrent lui apporter un peu de réconfort, mais pour autant de nouvelles larmes roulèrent sur ses joues alors que de nouveaux sanglots la parcoururent, rabaissant brusquement la tête et repliant les genoux alors quelle gémissait.

"Griffu... Engar... J’aurai pu continuer à courir ! Mais… Je… Je voulais juste panser mes plaies alors j’ai repris forme humaine et ça m’a fait mal, si mal… Et je suis si faible sous cette forme… C’est la première fois que ça arrive."

Je fus un peu interloqué par cela. D'abord par la confusion entre le nom de son vrai frère et le mien, puis par le fait qu'elle aussi avait vu une de ses capacités altérées, tout comme l’aura du démon dont je faisais habituellement usage, de manière inexplicable ? Cela ne me disait rien qui vaille, mais je n’en laissais rien paraître alors que Felina reprenait une fois encore la parole.

"Mais mes parents, mes frères, mes grands-parents… Ma famille… Je dois gagner pour eux…"

Mon sourire s’agrandit alors, avec une infinie tendresse. J’aurai pu au vu de son état de faiblesse lui arracher la plaquette de pierre qu’elle serrait si fortement contre elle, mais au lieu de cela je me penchais pour déposer un baiser, juste affectueux, sur son front.

"Je comprends, mais moi aussi je dois gagner pour quelque chose... Quelque chose dont je te parlerai plus tard, et pour laquelle je ne peux rien faire par moi-même, mais ta famille… Je la sauverai. Je te l’ai juré."


"Promis ?"

"Promis…"


Un sourire vint doucement étirer ses lèvres à l’écoute de mes paroles et dans le même temps ma main venait lentement caresser sa joue… Mais je n’avais pas le temps d’achever mon geste que ses yeux se fermaient et qu’elle semblait s’assoupir. Avais-je réussi à l’apaiser ? Son corps était-il trop faible pour continuer à la maintenir éveillé ? Je l’ignorais, mais toujours était-il qu’elle arborait dans son sommeil le même sourire et cette vision suffit à guérir la blessure en mon cœur que son cri de douleur avait causé… Oh je ne culpabilisais pas, oui parce que je n’étais pas intervenu dans son combat face au brise-glace par un esprit calculateur elle avait été blessé, mais je ne pouvais pas savoir que c’était elle, je n’avais pas à me blâmer… Et maintenant elle allait mieux, le ou les guérisseurs ne tarderaient pas à venir, à la sauver… J’aurai aimé le faire moi-même, mais je n’en avais pas les moyens.
De fait je me contentais d’enfin prendre la plaquette de pierre de ses bras, qui ne la retenait guère plus, et d’en extraire les tablettes de bois pour les encastrer dans ma plaque, à peine avais-je fini de faire cela et de regarder la direction que m’indiquait le sortilège animant les morceaux de bois, que les guérisseurs, outrageusement couverts de vêtements chauds, se manifestèrent. À temps, le souffle de Felina se faisait de plus en plus court, et le poison de ma sœur faisait de plus en plus effet… Ils parurent surpris de voir les deux opposants côte à côte, et l’un d’entre eux alla même jusqu’à prendre la parole pour demander autre chose que mon approbation pour les soins.

"Que… Pourquoi n’êtes-vous pas déjà parti vers votre prochain combat ?"

Le ton de ma réponse fut un peu sec et brutal, mais cette question me paraissait être une perte de temps.

"Mon adversaire est dans un tel état que le laisser dans un lieu pareil avant votre arrivée aurait été un meurtre ! … Et avant que vous ne posiez une autre question stupide, oui, j’accepte vos soins."

La question ne fut donc pas prononcé pour moi, ni pour Felina qui ne pouvait apporter de réponse dans son état et les guérisseurs se mirent au travail sans plus tarder. Celui s’occupant de la panthère se dédia en priorité à ses plaies tandis que l’autre usait d’un sortilège de purification pour me guérir du poison qui circulait dans mes veines. Ce fut bref et il ne tarda donc pas à se pencher sur mon bandage, mais je le retenais, en lui saisissant le bras.

"C’est bon… Ça vous n’y touchez pas."

"Euhm vu l’état ça va vous laisser une sale cicatrice, et vous risquer une infection…"

« Pour l’infection je sais quoi faire, quant à la cicatrice…"

Je haussais les épaules en guise de toute précision et le soigneur n’insista pas, allant plutôt aider son partenaire pour soigne Felina… La cicatrice ... C’était justement le but. J’en arborais déjà tellement, et toutes me rappelaient un évènement bien précis, plus ou moins amer… Et de ce jour je voulais me souvenir, pas pour me blâmer ce qui était arrivé à ma sœur, mais simplement parce que ce qui c’était passé faisait, à mes yeux parties des instants forts de notre relation. Celui où en dépit que nous étions opposés, que je lui infligeais du mal, je ne pouvais qu’aimer ma petite sœur, alors que je n’éprouvais plus rien à l’égard de ceux qui avaient été des frères d’armes puis des ennemis… Un nouveau point particulier de cette relation qui me faisait un peu plus prendre conscience de moi-même. Mon regard s’était perdu dans le ciel étoilé quand les guérisseurs achevèrent de soigner Felina et m’interpellèrent à nouveau.

"Euhm… Vous savez si vous le voulez vos opposants peuvent vous accompagner…"

Je rabaissais la tête vers le sol, et affichait alors un tendre sourire avant de me retourner vers eux, tenant lune sorte de brancard, sans doute amené par portail, ou état étendue ma sœur.

"Non… Elle doit repartir, cela vaut mieux pour tout le monde…"

Je ne désirais pas qu’elle m’accompagne, car la raison de ma participation ne souffrirait pas de sa présence…Et puis je connaissais un certain loup qui devait s’inquiéter pour elle, à moins qu’il n’ait été également embarqué dans ce tournoi. Je m’approchais alors et vint une fois encore poser un baiser sur le front de ma sœur, écartant une mèche rebelle avant de chuchote faiblement.

"Merci."

Les guérisseurs furent quelques peu circonspect face à cela, mais ils n’insistèrent guère et se téléportèrent à nouveau en emportant ma petite sœur, me laissant seul… Les soins m’ayant donné une nouvelle vigueur, je me dirigeais en direction de mon nouveau combat, en dépit de la neige, du froid, des créatures qui devaient rôder, et surtout me moquant des ombres…
Car désormais c’était au nom d’une d’entre elle que je menais bataille.
Engar
Engar
A-Mis-ter des fées du Donjon
A-Mis-ter des fées du Donjon

Masculin
Messages : 1975
Expérience : 10307
Métier : Boire/ Se battre

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Left_bar_bleue32/40Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty_bar_bleue  (32/40)
Race: Humain
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Avènement du destin - round 2 (Version Amaliah)

Message  Invité Mar 26 Mar 2013, 22:29

Musique!

Rétablie des blessures que j'avais subi lors du premier combat grâce à l'aide des soigneurs qui avaient été envoyés par l'organisateur du tournoi - bien que cette aide se soit contentée d'être un accès à leur stock de potions de mana dont j'avais dû boire un bon litre - je m'étais avancée dans la direction de la scène du le second round.

Durant tout le voyage, qui avait duré un peu plus d'un jour, j'avais eu l'impression d'être épiée, et à quelques reprises, j'avais cru voir une silhouette se dissimuler derrière arbres et rochers, disparaissant dès que je tentais de me concentrer dessus. J'avais cru distinguer de longs cheveux sombres tirant sur le violet, mais rien de plus précis. Cela dit, même ainsi, cette ombre m'était tellement familière... Mais c'était impossible. Vraiment? Après tout, j'avais rejoint ce tournoi pour recevoir des informations sur une personne qui avait ce trait, une personne que j'avais crue morte...

Quoi qu'il en soit, cette réflexion était inutile pour l'instant et je tentais de m'en débarrasser l'esprit. J'étais enfin arrivée à destination et en face de moi s'ouvrait l'entrée d'une mine abandonnée. Les supports de bois, bien qu'encombrés de toiles d’araignées, ce qui confirmait que ce lieu n'était plus fréquenté, semblaient encore robustes et je m'avançai donc dans les profondeurs, éclairée uniquement par la lueur que mon corps produisait, pas que ce soit un problème étant donné que mes yeux étaient tout de même ceux d'un prédateur nocturne... ou diurne ou matinal ou de soirée, remarque, tant qu'il y avait quelque chose à tuer... bon sang, je détestais ma race, je -me- détestais, je... j'étais bien plus atteinte par cette ombre qui me poursuivait que je ne l'avais pensé.

Ce n'était vraiment pas le moment. J'étais déjà bien trop visible dans l'obscurité et ces tunnels sinuaient et s'entrecroisaient comme un véritable labyrinthe. Il serait bien trop facile de manquer un ennemi se dissimulant.

Ma dernière remarque fut prouvée lorsque, sans que je n'aie entendu ou vu quoi que ce soit, je sentis une lame déchirer mon flanc d'un coup rapide. Je me retournai en lançant une poignée de flammes derrière moi par réflexe, mais sans succès, le couloir me précédant étant vide.

Je crus entendre une série de bruits de pas très légers, mais je ne pouvais pas être certaine que ce n'étais pas mon imagination qui me jouait des tours. Déjà, l'entaille qui m'aurait fortement entravée si j'avais été vivante s'était refermée et je revins sur mes pas en restant sur mes gardes. Malheureusement pour moi, le tunnel se séparait en plusieurs chemins peu après, ce qui m'empêchait de savoir où était partie mon adversaire. J'en choisis un au hasard, fit quelques pas et fut récompensée par une nouvelle attaque. Je ne gaspillai pas d'énergie à contre attaquer cette fois ci - dieux savent que j'en aurai besoin pour me soigner durant ce combat qui s'annonçait long et agaçant - et aperçut cette fois une masse argentée filant dans un autre couloir, étant donné que je ne m'étais pas aveuglée avec des flammes ce coup ci.

Au moins, je savais que ce n'était pas cette ombre qui m'avait fait ça, mais une autre créature. C'était peu, mais c'était une bonne nouvelle pour moi. Ca voulait dire que- que ce n'était vraiment pas le moment de penser à ce genre de choses en ce moment, bon sang!

Mon retour à la réalité soudain me permit d'éviter le coup suivant, qu'un bruit imperceptible si ç'avait été le premier avait annoncé. Je fis un pas sur le côté en panique, l'attaque restant vive, et contre attaquai en faisant jaillir la pierre d'un des murs en direction de mon adversaire. J'entendis un cri de surprise, plutôt compréhensible étant donné que le début de l'affrontement ne m'avais pas vraiment décrit comme une menace, mais à nouveau les bruits de pas s'éloignaient, leur direction étant impossible à deviner avec l'écho des tunnels.

Ayant enfin l'idée de me placer dos au mur afin de ne plus être une cible aussi facile, je passai en revue mes options. Faire s'effondrer la mine pour éliminer mon adversaire était trop létal, et je ne pouvais pas l'immobiliser sans le voir... quoique, peut-être était-ce possible.

Lorsque j'avais manipulé la pierre du mur, j'avais cru détecter une rivière ou un lac souterrain. Si je pouvais l'atteindre, j'aurais une chance de gagner. Je me concentrai sur la roche dans mon dos et étendis mes sens à la recherche d'eau et la trouvai bien vite.

L'étape suivante consistait à lui ouvrir un passage sans rompre l'équilibre des pierres afin de ne pas tous nous tuer. La perspective de pouvoir être attaquée à tout moment n'aidait pas ma concentration, mais je pu finir mon oeuvre en paix, mon adversaire étant probablement également en train de préparer quelque chose ou simplement d'attendre une opportunité.

Mes efforts furent récompensés par un ruissellement qui inonda les tunnels jusqu'aux chevilles en quelque minutes. Il ne restait plus qu'un seul point: disperser de nombreux cristaux de glace dans l'écoulement, réglés afin de se développer au contact de la vie, ce qui emprisonnerait mon opposant sans le blesser. Je me penchai pour préparer ça, et me fis projeter la tête la première dans l'eau boueuse qui remplissait le sol.

Je me débattis, mais bien que n'était pas forcément plus forts que moi, voire même plus faibles, les bras qui me tenaient étaient accompagnés du reste du corps et étaient placés de façon à m'empêcher d'utiliser ma force efficacement. Pire encore, je ne pouvais pas bouger avec assez de précision pour tracer une rune ou parler pour utiliser une incantation.

Oh, et si j'avais eu besoin de respirer je n'aurais pas pu. Maintenant que j'y pensais, c'était probablement l'idée de mon adversaire: me noyer de façon à ce que je perde conscience, ce qui pouvait ne pas être mortel puis récupérer ma tablette avant que je ne me réveille. C'était bien pensé et j'aurais presque pu avoir de la peine pour mon adversaire étant donné que ça ne marcherait pas sur moi. Cependant, j'avais le visage dans la boue, ma robe dans la boue et mes cheveux dans la boue, donc non, je n'étais pas vraiment d'esprit à avoir de la peine pour qui que ce soit d'autre que moi.

J'eus cependant une idée et arrêtai de me débattre au bout d'un moment, me laissant aller pour faire croire que j'avais effectivement été noyée. J'avais lu une manœuvre semblable dans un livre récemment, quand la vaillante princesse avait été capturée par le général qui avait trahi son père et avait essayé de la droguer pour la forcer à se marier, elle avait attendu d'être en présence de son peuple pour le dénoncer, puis son brave chevalier qui s'était déguisé en simple servant s'était révélé! Et... Et non, je n'avais pas du tout lu un roman d'aventure à l'eau de rose de bas étage. C'était... c'était un ouvrage traitant d'audacieuses manœuvres militaires, comme j'allais le prouver. Bon, il traînait dans ma bibliothèque, je n'allais quand même pas le jeter sans y toucher. Je l'avais lu pour me moquer de ceux qui aimaient cette série. On me l'avait prêté et je ne voulais pas vexer son propriétaire. On... Arrêtez de me juger! Quand on n'a pas besoin de dormir, il faut bien trouver le moyen de s'occuper!

Bref! Quelques secondes après que mes mouvements avaient cessé, on m'avait retiré de l'eau. Je n'avais que quelques instants pour agir avant qu'on ne m'enlève ma tablette et avant même de rouvrir les yeux, je traçai une paire de runes dans l'eau, gelant l'eau qui nous entourait, nous figeant tous deux dans une prison glacée.

Je pus enfin voir le visage de mon adversaire, et je dois avouer que je laissai échapper un petit cri quand je m'aperçus que j'étais à quelques centimètres de la gueule d'un loup - ou plutôt d'une louve j'imagine, le corps y étant relié étant indéniablement féminin. Oui, la tête animale était fixée sur un corps humain. Après, je suis un squelette recouvert de magie animé par la haine, donc je suppose que je suis mal placée pour juger, mais ça restait une apparence étrange.

Elle commençait déjà à se débattre, mais je doutais qu'elle arriverait à se libérer d'aussitôt. Cela dit, étant donné qu'il me fallait aussi me libérer, je n'avais pas de temps à perdre en contemplation.

Heureusement, contrairement à mon adversaire, j'avais une solution plus simple que de briser la glace par la force. Je laissai tomber mon linceul un instant sur les parties figées dans la glace, ce qui me laissa un espace me permettant de bouger, suite à quoi je manipulai l'eau qui m'entourait pour m'en faire sortir. J'aurais pu utiliser une flamme pour faire fondre ma prison, mais au vu de la proximité de la louve, j'avais préféré ne pas prendre de risque. Ceci étant fait, je me penchai et récup- bon sang, c'était autorisé de ne pas garder sa tablette sur soi?

La louve s'adressa à moi avec ce que j'imaginais était l'équivalent lupin d'un sourire en coin.


"J'ai dû la perdre en passant dans un des couloirs..."

Pour je ne sais quelle raison, j'avais l'impression que cette phrase aurait pu faire sourire certaines personnes, mais je ne savais pas pourquoi. Je me contentai de lancer un regard mécontent sur mon adversaire et de modeler la terre autour d'elle pour m'assurer qu'elle ne se libère pas de sa prison avant de partir à la recherche de ce fichu objet.

Je passai près de trois heures à ramper dans la boue sans voir grand chose avant de penser au fait que je pourrai peut-être détecter la faible quantité de magie qui en émanait en me basant sur la signature de celles que je possédais, mais il me fallut encore presque une heure pour la trouver, ma détection ne me donnant qu'une position très vague.

Bon sang, j'aurais encore préféré être gravement blessée comme durant le précédent combat plutôt que ça.

En repartant, je supprimai la prison de terre sur la louve, mais je la laissai attendre que la glace fonde, ça lui apprendrait à me faire subir ça.

J'espérais que les guérisseurs seraient d'accord d'échanger les soins contre un bon bain étant donné que nous n'avions presque pas été blessées l'une comme l'autre...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Avènement du Destin: Tournoi - Page 2 Empty Re: Avènement du Destin: Tournoi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum