My Life as a Dungeon Keeper
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Avènement Du Destin: Round 2 (Version Sélèna)

Aller en bas

Avènement Du Destin: Round 2 (Version Sélèna) Empty Avènement Du Destin: Round 2 (Version Sélèna)

Message  Sélèna Moonlight Lun 25 Mar 2013, 22:18

Récupérer ce morceau de tablette ne fut pas de tout repos... J'avais quand même un os qui me faisait mal et qui rendait douloureuse ma respiration, et la trace de la blessure que m'avait faite Theorem dans mon ventre n'était pas totalement cicatrisée. Mais j'avais franchis la première des quatre étapes qui me mènerait à Croc Noir. Lorsqu'un homme sembla surgir de nul part, je me mis immédiatement sur la défensive: pas question qu'il prenne mon dû! Je repérais sur lui l'odeur de Croc Noir, et il se présenta pour me soigner. Je refusais sèchement: pas question de recevoir de l'aide de la part d'un de ces êtres méprisables, et encore moins de lui. Je guérirais bien assez vite, sans aide de leur part. Ce n'est que quand il partit que je me permis une légère grimace: ressouder les os était douloureux quand même, et je ne voulais pas perdre de temps pour rejoindre le lieu du prochain combat: chaque minute était importante.

Il me fallut quelques jours pour que les deux points sur les morceaux de tablettes se rejoignent, à l'entrée d'une vieille mine désaffectée. Avec le temps du voyage, j'avais pleinement récupéré des blessures contre le banneret. J'observais ce que j'avais devant moi: des tunnels sombres que je voyais éclairés par quelques trouées et des restes de torches, et l'odeur qui remontait de ces mêmes tunnels était repoussante, et attirante à la fois. Une odeur de mort, certes, mais celle de la mort des humains était légèrement différente, et cette dernière avait cette flagrance que j'avais appris à apprécier. Je rangeais la tablette et ses morceaux dans leur sac, et j'entrais précautionneusement. Les tunnels étaient tous semblables, avec de temps à autre des outils oubliés et des renforts en bois à espaces réguliers pour soutenir l'ensemble.

C'était oppressant... Je n'aimais pas être coupée du ciel, la présence des étoiles, et même du soleil à défaut de celle de la Lune, avait quelque chose de réconfortant. M'infliger ça, ça sera quelque chose de plus à faire payer à ce contrebandier humain. Je décidais d'opter pour plus de précision dans mon repérage. Je repérais une petite alcôve en hauteur avec quelques repères pour y cacher mes affaires et les retrouver rapidement. Je les dissimulais donc et pris ma forme de louve. Enfin... Je tentais, mais ce qui était devenu totalement instinctif était... comme inaccessible... Impossible de retrouver les sensations nécessaire pour revêtir l'aspect de la louve. C'était comme un verrou, que je n'avais encore jamais rencontré. Qu'est ce qui se passait?? Je m'étais déjà retrouvée dans des lieux souterrains, jamais je n'avais eu un tel blocage. La seule chose différente par rapport aux autres fois... C'était ces tablettes. Il n'y avait pas d'autre explications! Croc Noir ne nous avait pas prévenu de ça... Je lui ferais payer, au centuple!! Mais en attendant, je devais déjà arriver jusqu'à lui.. J'espérais juste que je ne croiserais personne d'autre que mes adversaires... Comment faire respecter ma place d'alpha si je n'avais plus ça?

Du coup, d'une humeur maussade, je repris mes affaires et vérifiais mes stocks de poisons. J'en avais perdu une certaine quantité contre Theorem, et je n'avais pas pris le temps de refaire mes stocks, mais j'avais de quoi continuer. J'avançais en douceur, en étant aux aguets du moindre bruit ou de la moindre odeur. Après tout, j'ignorais tout de mon adversaire, et je n'allais pas me faire avoir une seconde fois. Je passais à travers différents embranchements, sans voir ni entendre quoi que ce soit. Je venais de passer un énième embranchement, j'avais cessé de compter au bout du dixième, quand j'entendis une voix.


"Qui est là?"

Je me plaquais contre le mur juste après cet embranchement en rageant contre moi-même... Encore repérée la première, décidément, je détestais la manière dont ces affrontements débutaient dans ce tournoi. Je soufflais deux fois, puis me plaça de manière offensive devant le couloir où j'avais été repérée. Et je vis... un autre couloir vide. Je restais pourtant dans la même posture quelques secondes, le temps de constater par le son et l'odeur qu'il n'y avait effectivement personne. Je me redressais alors, perplexe. Pourquoi donc mon adversaire, car ça ne pouvait être que lui, venait de crier si elle ne m'avait pas réellement vue? Nous n'étions que tous les deux ici, je suppose que, tout malhonnête qu'il était, ce méprisable humain s'en était assuré. Bon, peu importe qui cela était, son cri ne m'a pas permis correctement de déterminer sa position: le son était déformé et portait loin dans ces couloirs quasiment fermés. Mis à part que je savais qu'il ou elle était présent, j'ignorais encore tout.

J'avançais alors jusqu'au prochain embranchement, évitant quelques outils abandonnés là, puis je me mis à écouter chaque couloir, pour entendre le moindre signe d'une présence. Mais rien, rien de rien. Toutefois, j'avançais rapidement jusqu'à chaque embranchement avant de m'arrêter pour guetter. Jusqu'à ce que j'entende une autre fois la voix, un peu plus proche et moins déformée.


"Je ne veux pas vous faire de mal, mais ces tablettes sont très importantes pour moi. Je dois gagner."

C'était une voix plutôt féminine, mais décidément, cette personne était bien naïve pour croire que je la laisserais faire. J'avais à peu près estimé le couloir d'origine de la voix, mais j'allais profiter de l'écho important de ces tunnels pour la tromper. Je m'avançais vers un des autres couloirs et criait dans la direction opposée à celle d'origine pour lui répondre.

"C'est important pour tout le monde. Est-ce important pour toi au point de détruire des vies?"

Je rebroussais immédiatement chemin pour me diriger vers ce que j'estimais être la bonne direction. Toutefois, ma question a du la laisser dans l'expectative, puisqu'elle ne répondit pas. Je choisis les autres couloirs au hasard avant de la titiller à nouveau, d'une manière similaire.

"Pour moi, si. Je n'hésiterais pas à faire ce qu'il faut pour aller jusqu'au bout. Si tu estime qu'une vie détruite est un prix trop lourd à payer, alors c'est que ton but n'a pas autant de valeur que pour le mien. Alors c'est à toi de me laisser tes fragments."

Je n'eu pas le temps d'arriver à l'embranchement suivant que j'eu sa réponse, et me confirma que j'étais dans la bonne direction pour la rejoindre.

"Ça, je ne peux pas... Ne m'en veux pas, mais je ne peux pas."

Hum... Naïve certes, mais elle a une réelle motivation. Je devrais la mettre hors d'état d'agir pour avancer. Encore une victime malheureuse de ce tournoi ridicule, qui ne faisait qu'augmenter mon ressentiment à l'égard de son organisateur. Au bout d'un autre couloir, je vis que celui-ci se terminait par une grande cavité qui devait correspondre à un ancien gisement important de ces mines, et au centre de cette cavité se tenait une silhouette blanche, flottant légèrement et émettant une lumière suffisante pour éclairer d'elle-même la pièce. Elle me tournait le dos, et je pus l'observer en restant dans l'ombre, tout en essayant de la reconnaître, sans réel succès. Elle tourna brutalement la tête sur le côté et je reculais de même, mais c'était autre chose qui avait attiré son regard, puisqu'elle sembla revenir rapidement dans une sorte de transe, ou de concentration intense. Essayait-elle de capter ma présence par un quelconque instinct ou sens magique? Je l'ignorais.

Bon, réfléchissons... Cette grotte avait plusieurs sorties et donc plusieurs entrées possibles. J'avais la possibilité donc de venir par chacune de ces possibilités, ou même de préparer quelques possibilités de diversion avec les moyens du bord. Je reculais de quelques pas pour prendre une pioche qui avait été laissée là, et la posa en équilibre instable sur un petit amoncellement de terre. Mais comme je n'avais pas de quoi l'amorcer, j'allais devoir compter sur un peu de chance pour qu'il serve réellement. Ensuite, je repartis sur mes pas et pris la direction d'une autre entrée, celle que j'espérais être directement à ma droite. Sur le chemin, je ramassais une autre pioche, et commença devant l'autre entrée à faire de même, mais cette fois-ci, l'amoncellement s'écroula avant que j'ai le temps d'agir réellement, et des pierres roulèrent dans la grotte, et en entraîna d'autres pour provoquer un petit éboulement. Sans gravité pour la structure de la grotte, mais mon adversaire avait forcément vu et entendu ceci. Je me cachais dans les ombres pendant que mon adversaire devait se diriger vers moi, puis j'entendis ma précédente structure faire de même. Immédiatement, je profitais de cette diversion parfaite pour rentrer dans la salle pendant que mon adversaire avait la tête tournée puis me cacher derrière une des roches de la pièce.

Enfin, c'est ce que j'aurais fait si dès le premier pas dans la grotte, une espèce de lettre magique s'illumina avant de déclencher un piège magique sous moi, m'arrachant un cri de surprise et me jetant à terre, les jambes tailladée par des épieux surgis du sol. Pas très profondément, mais suffisamment pour me déranger dans ma course durant les quelques minutes avant que cela ne cicatrise. Je regardais alors mon adversaire qui avait le regard tourné vers moi. Je n'avais pas vu ses lunettes tout d'abord, et je compris qu'elle n'était pas aussi intangible que les vrais fantômes. Une banshee morte, peut-être. Je me relevais quand elle pris la parole.


"Nous pouvons encore éviter que le sang coule d'avantage."

"Est-ce que tu es suffisamment forte pour détruire une vie pour ce que tu pense? Tant que tu ne le peux pas, tu ne pourra pas avoir ce que tu convoite."

Elle sembla hésiter un instant, instant que je mis à contribution pour me placer derrière un rocher, avant de m'éloigner encore plus. Nous étions à présent toutes les deux à deux extrémités de la salle, nous regardant l'une l'autre. J'ignorais toujours ce dont elle était capable, et elle également. Sans me quitter des yeux, elle ramassa une pierre et dit quelques mots dont je ne compris pas le sens, mais qui faisaient s'illuminer la pierre qu'elle venait de ramasser. Cela n'augurait rien de bon, et je me remis immédiatement derrière un autre roc comme bouclier avant qu'elle ne le lance sur moi. J'ignorais ce qu'elle avait fait sur cette pierre, mais le roc, pourtant bien épais, explosa en morceaux et en poussière lorsqu'il reçu le petit projectile de la banshee. J'évitais de nouvelles blessures graves, mais mon sang coula doucement à différents endroits. Très bien, si elle aimait la distance, j'allais devoir répondre par le contact.

Je sortis mon couteau et une fiole de poison, peu importe la couleur, et sortit de la poussière lié à l'impact pour frapper directement la banshee, dont le regard s'était temporairement intéressée à quelque chose sur son côté. Je l'eus par surprise, et elle recula pour éviter le premier coup. Mais j'étais toujours dans mon mouvement et je pus l'atteindre sur le haut de son bras au deuxième coup. Et de mon autre main, j'arrivais à attraper son poignet. Elle n'allait pas pouvoir fuir plus que ça. Mes jambes allaient mieux, et je la tenais. La victoire était mienne.

Toutefois, j'avais peut-être crié victoire trop vite... Son regard se changea, se durcit, et ses doigts se prolongèrent, et un regard sur eux me montra qu'ils semblèrent plus tranchants. Bien trop tranchant à mon gout, surtout à cette distance. Je préférais la lâcher et m'éloigner, juste avant qu'elle ne tranche l'air là où j'étais. Elle avait totalement changée, et était presque terrifiante à présent. Et à présent, c'était elle qui fonçait sur moi, et je tournais les talons vers le tunnel face à moi. Me rappelant le piège de la précédente, je fis un écart au dernier moment pour éviter la place supposée du piège, mais le déclencha quand même derrière moi. Un bref regard en arrière me montra les épieux rocheux s'arrêter avant d'atteindre la banshee à présent en colère, et avec les deux bras en parfait état. Je m'enfonçais dans le tunnel sombre et tourna dès que possible, toujours en courant, mais un immense stalagmite surgit devant moi. Je perdis du temps à le contourner tandis qu'il redescendait pour laisser passer la banshee, dont les longues griffes sortaient de la roche des parois. Et la distance entre nous diminuait de plus en plus. Je tentais de me transformer en louve, plus rapide, mais toujours sans succès.

Je ne pouvais pas continuer ainsi. Je ramassais le premier outil que je vis, qui s'avéra être une pelle, et m'arrêta à côté d'un des renforts en bois pour y glisser la pelle entre le bois et la pierre, et m'appuya pour le casser. Le bois vermoulu craqua rapidement, et la structure de bois s'effondra, très rapidement suivie de plusieurs pierres, de plus en plus grosses, signe de l'effondrement du tunnel. Je repris ma course très rapidement pour éviter de me retrouver dans l'effondrement, mais la banshee se retrouva sous le plus gros de l'effondrement. Je continuais de m'éloigner, un peu plus doucement pour reprendre mon souffle tout en tenant ma pelle.

Je commençais tout juste à reprendre tous mes esprits quand mon dos buta sur un mur de roc. Je me tournais brutalement et tâta la roche, et y trouva encore quelques morceaux de terre encore accrochés à la roche. Je tournais la tête, pas de pioche. Et un petit bruit derrière moi qui m'incita à tourner la tête, pour voir l'éboulement comme s'ouvrir pour faire passer la banshee, moins brillante qu'avant. Je tentais de la prendre par surprise et voulu la frapper avec mon arme improvisée, mais quelques instants avant que le coup n'arrive, elle ouvrit la bouche et un cri assourdissant me terrassa totalement. Dans cette enceinte fermée et avec mon ouïe aigu les effets étaient dévastateur. Je lâchais tout et sombra dans une brève inconscience.

Je ne restais que quelques secondes, mais c'était suffisant pour me retrouver sous la banshee avec ses griffes dans ma peau. Je gardais les yeux clos, retenant ma douleur, avant que les griffes ne se retirent de ma chair, et que je ne sente des doigts normaux fouiller mon sac. Elle était revenue à son état normal.


"Je ne voulais pas en arriver là..."

Je ramassais la pelle qui était tombée à proximité, et frappa la tête de la banshee une première fois pour me déloger, puis une seconde quand je me rendis compte qu'elle n'était que sonnée, pour l'assommer totalement. Mon sang coulait le long de mes bras et de mon corps, tâchant ma fourrure, mais je n'avais pas terminée: je lâchais ma pelle et pris la sacoche qu'avait la banshee. Je vérifia un instant son contenu pour voir qu'il y avait bien ce que je voulais. Elle avait du voir mon mouvement de la main pour ramasser la pelle, mais elle n'y avait pas attaché d'importance... A cause de la façon dont les fragments de la tablette l'affectait? Je ne le saurais jamais.

"Je te l'avais dit... Une volonté plus faible que la mienne. Mais nous n'aurions pas dû nous battre."

Maintenant que j'avais ce que je voulais, je m'éloignais en boitillant. Je passais dix bonnes minutes à errer dans ces mines et laissant sur le début de mon chemin une trace de sang, avant de sentir une odeur boisée, qui ne pouvait pas venir de l'intérieur de la mine. Je suivis cette piste olfactive pour sortir. La banshee ne m'avait pas rattrapée, était-elle toujours inconsciente ou pas? Je n'en savais rien. Je la reverrais certainement au donjon pour m'excuser de l'avoir fait souffrir: il n'y avait que ce tournoi qui pouvait donner lieu à cet affrontement entre nous deux.
Sélèna Moonlight
Sélèna Moonlight

Féminin
Messages : 182
Expérience : 310

Feuille de personnage
Niveau:
Avènement Du Destin: Round 2 (Version Sélèna) Left_bar_bleue20/40Avènement Du Destin: Round 2 (Version Sélèna) Empty_bar_bleue  (20/40)
Race: Beastman
Capacités:

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum