Encore une fois? [PV Artyom]

Aller en bas

Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Mar 21 Fév 2012, 11:39



Cela faisait a peine 24 heures que j'étais arrivée dans le donjon. Artyom m'avait amené saine et sauve, enfin du moins en un seul morceau, au refuge comme il me l'avais promis. Il m'avais directement conduit vers le cercle avec une certaine Shiru, une petite fille avec de grande lunette et 2 cornes sur la tête. J'avais fait un pacte me liant a mon nouveaux chez moi. J'étais a présent obliger de défendre le donjon et ces habitants. La par contre je pense qu'il y aura un soucis. Niveau combat, j'étais comme qui dirait une novice mais je me gardais bien de lui dire, ne voulant pas me faire expulser du donjon de suite. Après ça, je sortait de la salle, me dirigeant sous les indications de la démone vers l’hôpital ou je pouvais me faire soigner. Le loup n'étais plus la... J'étais un peu triste mais bon, je pouvais me débrouiller seule maintenant.



Prenant mon courage a deux mains, je suivais les ordres de Shiru a la lettre pour ne pas me paumer dans le dédale du donjon. Bon, je l'avouais, j'avais fait un jolie détour d'une petite heure avant de trouver la porte de l’hôpital. Mais bon, on ne changera plus ma nature je pense. Ma jambe n'était pas tombé en miette, dieu soit loué. Deux heures plus tard, je ressortait avec un beau bandage me recouvrant tout le mollet ainsi que plusieurs autres pansements et point de souture sur le corps. Enfin, j'en avais toujours moins que le médecin. D'ailleurs, elle était assez étrange, mais je pense que je devais m'habituer a ce genre de créature a présent. J'étais dans un refus pour monstres, pour tout les monstres.


Mes soins finis, je prenais la direction des boutiques, aux deuxième étage toujours. Heureusement, ce n'était pas trop loin de l’hôpital. Bien sur, j'étais extrêmement fatigué, j'avais faim et soif et je voulais m'habiller comme me l'avais conseiller Shiru. Je devais donc choisir entre ces 3 choix vitaux. Dans les boutiques, je pourrais me vêtir et me nourrir. Mais un autre problème se posé a moi. Sans un sous, comment pouvais-je tout payer ? Je fouillerais dans les poubelles pour ne nourrir mais pour m'habiller ? Tant pis, je trouverais sûrement une solution une fois la bas. J'écoutais les conversations des monstres que je croisais, histoire de voir si quelqu'un parlait d'un marché ou de magasin. J'étais trop naïve. A mon approche, tout le monde me jugeait de haut en bas, me détaillant chaque poils, chaque centimètre de ma peau en silence pour reprendre après en lançant des commentaire a tout vas. Effectivement, me vêtir était bien une priorité. Si Artyom avait put se retenir de se jeter sur moi, je ne sais d'ailleurs comment, sûrement que je n'étais pas sous type, après c'était logique, les autres membres du donjon n'étaient pas forcément de cet avis.


C'était donc en me dépêchant , autant que ma jambe le pouvait, jambe qui ne me relançait plus – il faudra que j'aille remercier encore une fois le médecin pour ces miracles -, que je me dirigeait vers une espèce de couloir, débouchant sur un place entouré de magasin en tout genre. Enfin. J'activais mes sens, mon odorat pour trouver a manger, ma vue pour voir des vitrines de vêtements quelque part. J’avançais assez lentement entre la foule. Il y avait beaucoup plus de monde que dans les couloirs que j'avais plus visiter. Sur la petite, enfin plutôt grande place, des dizaines d'espèce ce côtoyer. A vue de nez je dirai que nous étions une petite centaine a circuler ici. Me frayant un passage j’essayai d'être discrète, mais comment l'être ? J’étais nue et a certain endroit des bandes blanches recouvraient mon corps. Autant dire que je ne me fondait pas vraiment dans le décor.



Enfin, je me faufilait entre les personnes, agile comme un chat, quand un délicat fumet me parvins aux narines. Délicat n'était pas vraiment le mot puisqu'il s'agissait de poubelle, mais disons qu'après la citée naine, les cadavres en décomposition de ses habitants ou les égouts, les poubelles étaient une bien belle odeur. Je m'approchais de ma trouvaille. C'était les poubelles d'un petit restaurant. Décidément, le destin était de mon côté. Je piochais mon repas, un morceaux de poisson entamé, mais qu'importe, ca me remplira l'estomac pour le
moment. J'étais entrain de m'assoir dans un coin un peu reculer pour déguster mon repas tranquillement quand 2 individus, un démon et un semi humain a vue de nez, s’approchèrent de moi. Je m'étais peut être trompée sur le destin...


-Ha non ! Ca suffit !J'ai eut ma dose cette semaine, faut pas abusé non plus !
-Mais c'est qu'elle est farouche la petite
-Ouais
-Si tu ne veux pas qu'on s'amuse,
ma jolie, il faut cacher se jolie corps. Mais ne t'inquiète pas on ne va pas plus t’abîmer


La scène m'était familière étrangement. Je pestait entre mes dents comme l'aurai fait un chat, bien fort pour qu'ils puissent m'entendre. Tenant fermement ma trouvaille dans une main, je me mettais en position pour les accueillir. Je ne savais pas me battre, ca je savais qu'a présent je devais faire des efforts la dessus, mais je ne savais fuir. La rue m'offrait plusieurs possibilité de fuite, autant m'en servir.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Mer 22 Fév 2012, 13:31

Enfin du CALME... Mon dieu que cela m'avait manqué : ne plus devoir réfléchir continuellement à que faire, qui tuer, qui épargner. Aujourd'hui, je prenais enfin un peu de repos dans mon modeste appartement après la petite mésaventure dans le village. Cette histoire heureusement n'avait pas fait trop de bruit : l'incendie que nous avions causé à été vu par les gens extérieur comme une émeute d'anarchistes qui a été réprimée par une compagnie de chevaliers. Il aurait été fâcheux que les conséquences de son acte inconsidéré pour sauver Séléné eussent causé du tort au donjon et à ses habitants. Certes, je n'étais pas un modèle de chevalerie et d'honneur mais cela m'aurait beaucoup troublé de voir une horde de paysans mécontents débouler devant le donjon à cause de ce qu'il avait fait. Tout en luttant pour sortir de mon lit simple mais confortable, je m'étirai et observai ma chambre toute simple d'un oeil critique : il me faudrait bien acheter une chose ou deux pour décorer car franchement il n'y a rien ici. Enfin, pas que je sois accro à quelque artifice moderne et à la mode mais bon... Ma chambre est vide ! Il y a à peine un bureau avec une chaise dans un coin, une fenêtre car je suis dans une chambre faîte juste à côté du mur de la tour et une commode pour seul mobilier. Bien sûr, tout l'essentiel est là vu que je ne cuisine pas et que la salle de bain... Et bien je n'en ai pas car je préfère de loin les bains du donjon bien plus confortables. Le souvenir de ma rencontre avec l'Alter-Paladin dans les bains me revint un court instant en mémoire et j'en sourit durant un court instant.




Pourtant aujourd'hui, je n'étais pas vraiment d'humeur à aller le retrouver : je voulais juste glander et ne rien faire de constructif du tout de la journée. Par contre, hors de question de rester dans mon lit à ne rien faire quand même : je parlais d'une journée de vacances pas d'une journée de déprime ua fond du lit ! Alors, que pourrais-je bien faire d'amusant ? L'idée l'aller grignoter des brochettes sur le marché ouvert du donjon me séduisit presque immédiatement. Même si je savais bien que c'était mon imagination, un doux fumet de viande grillée saupoudrée d'épices me flatta les narines et j'enfilai presque à la hâte mon manteau et mes vêtements de cuir noir. Empoignant après un court instant d'hésitation mon poignard que je rangeai discrètement dans ma manche, je quittai ma chambre assez simple pour me diriger d'un pas léger vers le marché. Saluant les gens que je reconnaissais en chemin, j'arrivai enfin au marché : les odeurs et les couleurs m'assaillirent agréablement dans un défilé de senteurs exotiques et de formes attirantes. Bien entendu, il ne fallut pas me pousser longtemps pour explorer les divers étals de marchandises alléchantes. Sachant ma bourse bien remplie, je faillis me mettre à dépenser un peu pour acheter divers objets quand une silhouette familière attira mon attention.



Remarquant une queue poillue suivit d'un corps que je ne connaissait que trop bien, je poussai un soupir d'exaspération : c'étai bien Séléné et elle avait encore des ennuis. En effet, acculée dans une ruelle, la jeune féline était aux prises avec un couple de monstres du genre qu'il ne fallait pas déranger. Pourtant, mettant une nouvelle fois en doute mon impression personnelle d'être un égoïste hypocrite, je marchai d'un pas rapide vers eux. Arrivé à leurs hauteur, je me raclai la gorge pour avoir leur attention. Les monstres me reconnurent assez facilement : pas que j'étais célèbre mais la rumeur sur le ranger Beast au manteau noir avait largement circulé dans le donjon. Glissant mon poignard pour pouvoir le saisir en un éclair, je dis au couple d'agresseurs :

- Cette jeune femme est avec moi messieurs, elle vient tout juste d'arriver et vient de sa petite campagne alors je vus demanderais de bien vouloir la laisser tranquille...

Le petit éclat brillant de la lame mortelle était largement suffisante pour appuyer mes propos : personne censé n'attaquerait ouvertement un ranger sauf si il est sûr de pouvoir le tuer définitivement car rien n'est plus dangereux qu'un assassin sachant se glisser dans votre chambre sans être vu !

Reprenant la parole d'un ton plus calme, je poursuivis avec un sourire en coin :

- Encore dans les ennuis Séléné ? Ça commence à devenir une habitude... Tout comme l'est celle que j'ai de te sauver la mise...


Grace à cette phrase, je venais de confirmer aux deux autres que je la connaissais bien et que tout action agressive envers elle serait punie sévèrement...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Mer 29 Fév 2012, 21:45

Mon cerveau s'améliorait de jour en jour décidément. Je m'étonnais presque moi même. Il avait déjà repéré deux chemins de sortie. Un sur le côté en sautant au dessus des poubelles et un autre près du mur. Évidement, aucune certitude que ces passages soient bons. Mais la meilleure solution pour le savoir c'est d'essayer. Je prenait mon élan et m’arrêta net. Derrière mes 2 agresseurs, une silhouette familière pris la parole. Tiens donc, mon loup préféré venait encore à ma rescousse. Un sourire involontaire se dessina. Il me suivait, j'en étais sur. Peut être qu'il pensait que je ne pourrait pas m'en sortir toute seule. Et malheureusement, la scène qui se déroulait maintenant lui donnait raison.

Il ne fallut pas grand chose pour décourager mes agresseurs. A croire que le lupin était connu dans le donjon. Shiru ne m'avait pas spécialement parlait de lui pourtant. Il s’avança devant moi, les 2 autres passèrent leur chemins en pestant. Voilà qui venait d'alourdir ma dette envers lui. En peu de temps il était venus à mon aide 2 fois. Je me secouais la tête pour me remettre les idées en place. J'étais ici pour me nourrir et me vêtir. D'ailleurs ce deuxième point était plus que vital après ce qui venait de se passer si je voulais pouvoir vivre ici sans être agressé tout les deux mètres.



J'attendis que nous étions seul pour enfin regarder le loup non pas avec gêne ou autre mais avec de l'assurance. Du moins je l'espérais, je ne voulais pas montrer un côté fragile ou boulette, comme à mon habitude, mais plutôt de la détermination, illusoire certes, mais quand même un peu présente. Me raclant la gorge, je fis semblant de m'épousseter les poils.


-Merci mais je n'avais pas besoin d'aide. J'en aurai fait qu'une bouchée !


Et j’avalai mon demi poisson en une fois pour lier le geste à la parole. Je me léchais les babines en pensant au plats mille fois mieux que je pourrais avoir dans le donjon ! Mais la n'était pas la question. Maintenant je devais prouver à Artyom, et à moi même que je pouvais me débrouiller seule. D'un pas décidé, je passais à côté de lui.



-Et je ne viens pas de ma campagne.Avant j'étais dans une ville où il y avait des beast et des...des...des...


Je m'arrêtai en même temps que ma phrase. Les humains n'étaient pas forcement les bienvenue ici. Les montres ne les aimaient guère. Moi aussi depuis peu. Même après des années d’existences paisible à leur côté c'était eux qui avaient attaqué mon village. Je n'avais pas une rancœur, mais plus une haine incontrôlable envers eux. Surtout en repensant à mes frêres. Enfin dans le donjon, il n'y en avait pas et c'est tantmieux.


-D'autres races.


Dernière édition par Séléné Némésis le Mar 06 Mar 2012, 15:08, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Lun 05 Mar 2012, 20:13

Jouant avec mon couteau, je jaugeais mes adversaire au cas où il aurait fallut me battre avec eux : le rapport de force risquait d'être difficilement en ma faveur mais je pensais pouvoir y parvenir sans trop de casse. Mais, heureusement pour moi sans doute, les deux types entendirent raison et perdirent leurs envies, quelles soient libidineuse ou belliqueuses. Décochant un sourire aux deux ''vaincus'', je m'avançai sans répliquer quand l'un des deux me frappa d'un coup d'épaule pour me déstabiliser. Restant fixe un instant puis un autre, pour être sûr qu'ils ne soient plus là, je portai une main à mon épaule en lâchant un profond soupir... Bande de connards. Relevant les yeux sur la chatte que j'avais une nouvelle fois sauvée, je constatai avec des sentiments mitigés qu'elle était toujours aussi... Nue. La reluquant sans vergogne, je repoussai avec force la pensée sombre qui me soufflait dans un coin de mon esprit que je ne valais pas mieux que les deux autres en fin de compte. Sans détacher les yeux d'elle, je l'observai se remettre en état pour reprendre une certaine contenance : comme si elle n'avait jamais été à deux doigts d'être violée ou pire par les deux types aux intentions tout sauf Catholique ! Cela m'amusa grandement en fin de compte aussi ne lui fis-je pas de remarque acerbe ou de commentaire désobligeant. Par contre, ce qu'elle ajouta après souleva son lot de question que je ne parvins pas à étouffer vraiment : des Beast, une ville, d'autres races ? Que ce que toutes ces ''confidences" signifiaient ? Je ne voulais pas presser ma ''camarade'' mais il fallait dire que ma curiosité venait d'être éveillé à présent.



Faisant taire ma curiosité, qui reste un vilain défaut au cas où votre maman ne vous l'aurait jamais dit, je poursuivis ma route à un pas en retrait de la Beast : lui fournissant ainsi un ''garde du corps'' et un guide. Revenant au point bien plus important que toutes ces petites questions troublante, qui était vêtir la nouvelle venue rappelez-vous en, en cherchant déjà où il faudrait se diriger dans l'immédiat. Repérant une boutique assez bien connue parmi ceux vivant dans le donjon, je saisis sans faire montre de pitié la peau du coup de la chatte. La ''dirigeant plus ou moins amicalement'' (pour ne pas dire, la traîner par la peau du cou !) Vers la dite boutique, je rassurai ma camarade et lui indiqua les rayons :


-Prends quelque chose pour t'habiller sinon on va encore te sauter dessus dés que je ne serais plus là... Et après on va te faire manger quelque chose d'un peu meilleur qu'un vieux poisson puant et pourrit !


Il faut vraiment croire que je suis dans un de mes bons jour aujourd'hui...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Sam 10 Mar 2012, 21:36

Artyom était décidement bien serviable. Je l'avais peut être mal jugé.........Rectification, je retrire ce que j'ai dis. Vue la façon qu'il a de me regader, il n'était pas bien différent des autres. Quoi qu'il en soit, gardons nos distances. Autant ne pas tenter le diable hein. Je soupirai sans le vouloir. La première partie de mon plan-plan pas si génial que ca j'en convient, mais bon on fait ce qu'on peut avec ca qu'on a- avait bien marché jusque là. Me voilà avec quelque chose dans le ventre. Nous avancions donc.

La deuxième était de chercher des vêtements. Et si possible, garder le loup avec moi. La place du amrché, le donjon même n'étais pas aussi sur que je ne l'avais imaginé. Il me fallait me vêtir ici. Voilà que je regrettais une fois de plus mon village. Au moins la bas, personne ne s'étonnais vraiment de ma facon de vivre. Enfin c'est du passé. J'avancais lentement, Artyom juste derrrière moi, quand une main m'attrapa la peau du cou. Evidement je pestais immediatement d'un cri felin et me tortillais pour me dégageais sans succes. Comme pour tout bon chat, ce genre de situation n'étais pas agréable. C'était le loup qui avait décidé de me trainer je ne sais ou. Dans une boutique visiblement, de vêtement. Je ne l'avait pas vu a mon passage dans la rue, normal, je ne cherchais pas vraiment une boutique. Car qui dit boutique, dit achat, dit argent.... Enfin ce n'était pas une raison pour me trainer ainsi. Alors que je voulais le lui faire remarquer il me coupa.


-Prends quelque chose pour t'habiller sinon on va encore te sauter dessus dés que je ne serais plus là... Et après on va te faire manger quelque chose d'un peu meilleur qu'un vieux poisson puant et pourrit !

Poisson pourit? Puant? Pfff il ne sait pas ce qui est bon. Certes ce que j'avais mangé n'été pas vraiment de premier choix mais été tout a fait comestible. Et puis des fois il ne faut pas faire la fine bouche. Je me retrounais vers les rayons qu'il me montrait d'un coup de tête. Au bout d'eux, une énorme araignée, surement une vendeuse. Mon visage se décomposa. Ma machoir s'agrandis sans que je le veuille. Je restais bouché bée et yeux écarquillées devant cette créature. J'avais l'habitude des araignées...mais des petites...pour jouer avec. Pas des énormes faisant presque 2 fois ma taille. Je baissais les oreilles et ma queue, impressionné. Je n'osais plus bouger. Et il me fallut quelques secondes avant que mon cerveau se reconnecte. J'aurai voulou m'enfuir devant ce mastodonte mais Artyom se trouvait entre moi et la porte.

Je pris 2 articles juste devant moi, sans regarder ce que c'était - un long pul a manches longues aux rayure noirs et blanches au moins 2 fois trop grand pour moi et un mini short en jeans bleu clair qui lui semblais a la bonne taille - et puis je tirais le loup vers les cabines avec moi, d'un pas pressé. Je me cachais dans une cabine avec lui et vérifia que l'arachnée ne nous avait pas suivit. Je respirais enfin. Mon dieu, que j'étais stupide, mais bon, j'ai été surprise sur le coup. Voilà que je ne regarderais plus les araignées de la même façon. Après ce petit passage ou je me calmais, je chuchotais au loup.


- Mais Artyom, je n'ai pas de quoi payer! Je n'ai pas de sous sur moi, tout court d'ailleur...

J'étais vraiment maligne. Maintenant que j'étais dans le magasin je ne pouvait pas sortir sans prendre quelque chose ou au moins faire semblant d'essayer des articles. J'aurai eut l'air bête surtout que madame la vendeuse m'avait vue. Enfin, j'étais encore plus stupide vue que je n'avais rien pour payer les vêtements.

- Je comptais me trouver un boulot justement.

Bon il est vrai que trouver un travail sans vêtement était de l'ordre de l'utopie mais j'aurai fait comme pour la nourriture. Il devait bien avoir une ou deux fringues qui trainaient et le tour était joué. Et ainsi j'aurai postulé habiller. J'avais plus de chance d'être prise comme ca. Mais pas la peine de faire par de cette remarque au loup. Ma théorie était bancale je le savais, autant me taire. Et puis de toute façon les longs discours ne sont pas vraiment ma spécialité.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Jeu 15 Mar 2012, 17:57

Je m'étais certes fait un peu cavalier avec ma camarade quelque peu nudiste mais la nécessité de la vêtir commençait à vraiment se faire pressante. Trouver une boutique rapidement, et une pas chère de surcroît car ce n'est pas comme si je roulais sur l'or, se révéla être un objectif pas si ardu que ça au final. Restait à voir ce qu'en penserait sa camarade aux goûts vestimentaires plutôt... Léger pour ne pas dire inexistant ! Mais bon, au moins la vendeuse de l'établissement avait toujours un large choix à des prix raisonnable aussi me dirigeais-je vers celle là. Inutile d'ajouter que, en plus du prix que je jugeais abordable, la boutique m'attirai aussi tout simplement car elle était la seule que j'avais déjà visitée auparavant ! De plus, la propriétaire de l'établissement avait toujours impressionné le pauvre ranger que je suis donc cela motiva encore plus mon choix : la grande araignée tissant ses vêtements avec une grâce et une précision sans faille était assez intéressante il fallait bien l'avouer. Par contre l'expression de la féline me renseigna sur son avis à propos d'elle qui était drastiquement opposé au mien. Cela me fit sourire de la voir paniquer et mon sourire s'accentua quand je la vis s'emparer nerveusement de quelques affaires. Mon sourire s'effaça un peu quand je sentis la poigne de la Beast m’enserrer sans trop de ménagement le poignet : cela ne me fit pas mal bien entendu mais cela me surprit. Me guidant jusqu'à la cabine d'essayage, Séléné se retrouva tout coincé contre moi dans la cabine étroite. Si la vendeuse nous aurait vu, elle aurait sans aucun doute pensé que nous allions passer un moment coquin dans la cabine et je dus retenir à grande peine un rire. N'y ténant plus, j'éclatai de rire avant de murmurer à l'oreille de la chatte :

-Tu sais, la vendeuse va penser à de drôle de chose en te voyant courir à moitié nue en tirant un homme avec toi dans une cabine à l'abri des regards...


Je la taquinais bien entendu mais c'était trop drôle rien que d’imaginer la tête qu'allait faire Séléné d'ici quelques instants. Reprenant mon sérieux en une fraction de seconde, j'hochais la tête face à son inquiétude toute à fait louable mais lui gratta la tête entre ses deux oreilles en affichant un air confiant. Je sortis de la cabine en attendant qu'elle s'habille puis lui chuchota à travers le rideau :

- Ne t'en fais pas pour ce qui est de payer je m'en charge : tu es nouvelle ici donc on sera compréhensif et qui plus est je me portes garant de toi pour le moment alors ça passeras plus facilement.


M'étirant, je jetai un regard circulaire dans la boutique où quelques clients flânaient gaiement. La vendeuse m’adressa un sourire et je lui répondis par un clin d'oeil et un sourire charmeur : elle avait bien compris que la jeune Beast que j'avais amené dans son établissement étais une petite paumée de sa campagne. Enfin ''paumée" n'était pas le terme à employer selon Séléné mais bon on va dire ça comme ça... Reportant mon attention sur elle justement, je passai ma tête dans la cabine pour dire à la chatte :

- Bon, ça te va quand même ? Ne t'inquiète pas pour le prix je règle ta note et pour ce qui est du travail... Il faudrait déjà que je sache en quoi tu es douée... A part pour te foutre dans le pétrin !


Une fois de plus je la taquinais mais c'était si drôle...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Mar 03 Avr 2012, 22:53

Effectivement, je n'avais pas vraiment réfléchit à mes actes. Ils étaient plutôt dirigés par mon instinct... Je sentis la chaleur envahir mes joues lorsque le souffle tiède du loup caressa mes oreilles. Quelle idiote. Et mon idiotie le fit encore rire. Je ne savais plus où me mettre. Surtout quand ce dernier me grattouilla le haut du crane. Certes ce n'était pas aussi agréable que lorsque j'étais en chat mais, cela m'arracha un magnifique frisson dans tout mon corps. Au moins j'étais détendu maintenant.

Je soufflais enfin quand Artyom sortis de la cabine et je pris quelque minutes pour me remettre de mes émotions. Tout cela n'étais pas vraiment bon pour mon santé mentale. Enfin je pouvais remplir un de mes objectif de la journée, a savoir me vêtir. J'enfilais donc avec maladresse mon pull a rayure trop grand pour moi. Beaucoup trop grand même. Il me tombais sur des épaules. Qu'importe, je n'avais pas vraiment envie de faire un défiler de mode dans tout le magasin. Il faudra juste que je le cale sur une épaule et puis c'est tout. Ca fera l'affaire.


Derrière le rideaux, j'entendais vaguement le lupin parlait. Il se proposait de me payer les habits. Voilà que ma liste de service a rentre venait d'augmenter. Promis, je le rembourserai pour tout ce qu'il avait fait pour moi.

J'examinais ensuite le mini short en jeans bleu délavé que j'avais amené. Il me semblais à ma taille, tant mieux. Je glissais ma queue dans un des trous prévu pour les jambes et me contorsionnait ensuite pour mettre mes gambettes a l'intérieur. Évidement, je me cognait une ou deux fois au parois de la cabine, mais j'étais parvenue a rentré dedans. Je m'étais trompé sur la taille. Il était un peu petit pour moi. Même en rentrant mon ventre et en me hissant sur la pointe des pieds, je peinais en boutonner l'unique bouton. C'est a ce moment que le loup décida de vérifier si j'étais toujours en vie.


-Bon, ça te va quand même ? Ne t'inquiète pas pour le prix je règle ta note et pour ce qui est du travail... Il faudrait déjà que je sache en quoi tu es douée... A part pour te foutre dans le pétrin !


J'essayais de paraître naturelle. Pas évidement je vous l'avoue. Porter des habits n'était justement pas naturel pour moi. J'étais comme prisonnière dans une prison trop serrer, encore plus avec ce shor.. Mes mouvements étaient entraver par des chaînes invisibles. Je n'étais plus maître de moi, je ne pouvais plus fuir en qu'a de d'urgence, je ne pouvais plus sauter dans les branches d'un arbre a mon aise, je risquai de déchirer le tissus. En plus, ma queue devait rester quasiment immobile ainsi encercler. Non vraiment je ne comprenais pas comment on pouvais rester habillé. C'était peut être parce que mon côté animal était plus présent chez moi.


Dans tout les cas, je décidais volontairement de ne pas répondre à sa dernière provocation. Non mais et puis quoi encore? Il ne me connaissait ni d’Adam ni d’Ève et se permettait déjà trop de stupidité à mon goût. Je sortais de la cabine, fière et bien droite et devança les remarques du loup concernant mon accoutrement.

-Non ils me vont très bien.

Traîner dans le magasin ne m'était plus indispensable. Je me dirigé vers la sortie, le regard louche de la vendeuse ne me plaisait pas vraiment. Sortir était vital a ce stade la. Se faire relooker ainsi par une araignée géante n'était
naturelle ca aussi. Une araignée aussi grosse n'étais pas naturel de toute façon. Je laissais Artyom derrière moi et compter les pas me menant vers une pseudo liberté, l'extérieur.

...
...
...



-
Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa





Je m’apprêtais déjà à mettre mes mains en avant pour me réceptionner, mon short s'était déchiré a l'arrière sans crier gare, tombant dans mes pattes. Mais une...chose, froide et piquante me rattrapa. Ce n'étais pas Artyom, qui avait déjà commencé son mouvement pour m'éviter la chute, mais une patte de la vendeuse araignée. Pourtant elle était bien loin dans la boutique lorsque je suis sortie de la cabine, peut-être avait-elle cru que je partais sans payer. Mon teint du devenir très pâle a ce moment la. Nous seulement je n'arrivais pas décrocher mon regard des 7 pattes, immonde qui se dressaient devant moi – je voyais en réalité le dessous de l'araignée puisque cette dernière m'avait rattrapé par la taille et que mes abdos s'étaient automatiquement ramollis a son contact – mais mon short venait de terminer de glisser de mes jambes et tombait au sol, a moitié
déchirer. Sur le coup, être « nue » me paraissait pas vraiment naturelle maintenant que j'avais du tissus sur le dos, et honteuse, je tirais mon pull trop grand jusqu'à mes cuisses. Je ne voulais pas qu'on me vois ainsi, fesse à l'air. Vraiment honteuse, je n'osais même pas regarder arty, j'entendais son rire d'ici.



L'araignée - Et bien, il va nous falloir arrangé cela.


Sans que je puisse réagir, elle me transporta, avec mon short, a l'autre bout du magasin. Paniquée, j'ai vraiment cru qu'elle allait me dévorer, je cherchais le loup. Il ne semblais pas inquiet lui. Étrange, en même temps ce n'étais ses poils qui étaient dans les pattes géantes d'une arachnide. C'est donc sans toucher le sol que je me retrouvais au fond de la boutique, derrière de grand rideaux rouge délavé, sur un tabouret bien trop usé, en pleins milieu d'une pièce avec pleins de miroir. C'était sûrement une salle de retouche ou de sur mesure. Des mannequins de toutes formes traînaient ici et là, entre les étoffes de tissus et les machine à filer.

Alors que je regardais mon entourage, je ne pu retenir un cri quand l'araignée revient sans prévenir avec une énorme paire de ciseaux. La scène paraissait sur réaliste. Je pris donc les jambes a mon cou, comme d'habitude pour me sortir de ce futur carnage. Et je tombais en arrière, sur mon royale postérieur avant même d'avoir atteins les rideaux qui séparé la pièce du reste du magasin. Le loup m'avait une fois de plus bloqué le passage
vers la sortie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Mer 04 Avr 2012, 21:11

Au moins, je pouvais accorder une chose à la beast c'est qu'elle n'était pas du genre à faire les magasins, à hésiter sur tel ou tel accessoire pendant des heures ! Parce que oui, j'ai une sainte horreur du shopping : les rayons, les froufrous et toutes ces choses assommantes dont avait le secret la gente féminine me rendaient malade ! Au moins, ce petit détail terrifiant évité, je pouvais discuter un peu avec la féline... Enfin, par discussion, j'entendais bien l'ennuyer un peu et la titiller pour mon plus grand plaisir. Mais bien vite, la promiscuité de la petite cabine de vêtements se révéla plus être une gêne qu'un plaisir : déjà j'y étais à l'étroit et j'avais l'odeur de Séléné en plein dans les narines. Comprenant qu'il fallait mieux que je dégage de là avant d'encore me faire traiter de pervers, je sortis avec une dernière pique à l'intention de ma camarade. La vendeuse, me voyant sortir seul me lança un sourire dépité. Fronçant les sourcil, mes lèvres formèrent silencieusement les mots ''comme ci j'étais de ce genre là" et, la créature comprenant le message, éclata de rire. Il est vrai que certains m'accordaient la réputation de coureur de jupons, rumeur que je démentais avec véhémence : ce n'est pas parce qu'on regarde ou complimente une femme que l'on a de drôles d'idées dans la tête avec elle. J'avais moi-même pour principe de dire ''si une femme se fait reluquer, ce n'est pas une honte au contraire, cela signifie que l'homme lui reconnait la qualité de savoir prendre soin d'elle et se mettre en valeur. Donc, e gros, elle devrait prendre ça comme un compliment plutôt que comme une offense.




Bien entendu, je ne soutenais pas les mufles qui sifflaient outrageusement ou se montraient cavalier avec la femme regardée : on ne touchais qu'avec les yeux et avec les compliments... Un peu de galanterie que diable ! En tous cas, malgré sa rapidité à enfiler ses vêtements, j'entendis distinctement que Séléné avait quelques petits soucis : les bruits de coups en témoignaient. Souriant discrètement, je pris de ses nouvelles. La voyant sortir en bombant presque le torse à cause d'une fierté pour je ne sais quoi, je manquai une nouvelle fois de rire. On voyait bien qu’elle n'était pas à l'aise et je trouvai ça amusant l'espace d'un instant. Voyant qu’elle partageait mon avis sur le shopping et la perte de temps que cette activité représentait (il faut dire qu'elle avait filé vers la sortie !) Je lui emboîtai le pas sans attendre. Pensant déjà à ce que je devrais faire par la suite, je ne réagis pas tout de suite au grand bruit de déchirure qui retentit dans le magasin. La vendeuse fut bien plus rapide : avec des réflexes et une vitesse hallucinante, elle se saisit du chat sauvage qui venait de perdre son short et la gardait contre elle. La déplaçant vers une section un peu spéciale de sa boutique, elle allait sans doute faire des retouches d'urgence. Me glissant devant la chatte à demi nue qui semblait passablement terrifiée, je souris malicieusement. Comme si la vendeuse avait saisit mon humeur, elle revint avec une grande paire de ciseaux et une attitude faussement menaçante. Bien entendu, il n'en fallut pas plus à Séléné pour tenter de fuir mais cette fois ci j'avais prévu le coup : mon bras la rattrapa et la reposa sur le siège. Le mauvais moment fut rapidement passé : il faut dire que l'araignée s'y connaissait bien et avait plus d'une paire de bras... Enfin de pattes. Une fois les vêtements retouchés et Séléné un peu calmée, je lui souris et glissa amicalement :


- Une fois que j'aurai réglé les achats, on va aller au resto : tu as eu ta part d'émotions pour la journée alors c'est moi qui invite !


Et en effet, une fois l'affaire réglé avec la vendeuse qui en riait encore , l'achat et les retouches n'ayant coûté qu'une somme modique en plus, je dirigeai la jeune Beast vers un petit ''restaurant'' qui m'était familier. Le modeste établissement, plutôt à l'écart des autres, révéla une simple salle avec un comptoir et des tables en bois laqué. Le cuisinier, un renard assez vieux avec une toque blanche les accueillit en s'inclinant et nous désigna d'un geste respectueux les places face à lui. Une fois notre commande passée, je me tournai vers Séléné et lui demandai :


- Tu as déjà une idée d'où tu vas passer la nuit ? Tu as déjà un membre de ta famille ici ou bien tu es déjà allé voir le boss ? Je préfère ne pas te voir dormir dans la ''rue" donc si tu as un soucis, tu squattes chez moi : je suis souvent en patrouille ou bien je vadrouilles à l’extérieur aussi ne te dérangerais-je pas. Ensuite il faudra qu'on parle travail mais en attendant, mangeons !


En effet, les plats venaient d'arriver en révélant des aliments qui sentaient merveilleusement bons : sans doute bien meilleurs que les restes dont avait l'habitude la féline...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Ven 06 Avr 2012, 18:47

J'étais sur que l’araignée géante et le loup était de mèche tout les deux tout ca pour me faire peur et que m'ont cœur lâche. Ce n'est pas possible autrement. J’allai vraiment mourir avant la fin de la journée. J'étais terrifiée - mon cerveau ne se rendait pas compte ou n'avait pas l’habitude surtout que même si je mourrais, je renaitrais en mort vivant mais bon-, cloué sur mon tabouret, les fesses a l'air. Mais que faire, que faire? Arty me barrait la route vers la sortie et j'avais 8 pattes noires et velues qui tournicotées a toute vitesse autour de moi. Des fois même, je me retrouvais dans les airs, je ne sais pourquoi, porté par l'araignée. Comme une poupée...oui c'est cela, comme une poupée!

Une image me revient en tête, je sais pourquoi je n'aimais pas ce genre de situation. Dans mon ancien village, même si les beats était courant nous étions les seuls chats. Malgré l'interdiction formelle de nous traiter comme des animaux, pour le bien de tous, ce "privilège" ne s’appliquait pas toujours à ma famille. Il faut dire que les autres beasts était principalement des loups ou des chasseurs reconnus et non pas de pauvre petits chats. Bref, un jour quand je n'étais encore qu'un chaton, je m'étais retrouver, sous ma forme féline, a fuir une horde de gamins dans toutes les rues de la ville. Je n'avais pas réussis a les semer et je m'étais retrouver coincé dans une salle, avec 5 gosses qui me trifouillé me manipuler me prenant pour leur poupée vivante. Je vous passe la scène du défilé de mode. C'était vraiment une journée horrible et je refusais de sortir de chez moi pendant plusieurs jours.

La, maintenant, c'était exactement la même situation. Je fermais les yeux et prié pour que ce moment passe le plus vite, n'opposant pas vraiment de résistance, si ce n'est quelques frissons, à l'araignée pour qu'elle puisse correctement travailler. C'était plus vite finis que je ne le pensais. Visiblement j'étais entre les mains d'une experte. Me voilà maintenant debout, avec des vêtements tout neuf. Derrière mon short, l'araignée avait fait une fente et un trou pour que je puisse l'enfiler et placer ma queue sans qu'elle me gène. Parfait!


- Une fois que j'aurai réglé les achats, on va aller
au resto : tu as eu ta part d'émotions pour la journée alors c'est moi
qui invite !


Je sortis sans plus attendre, juste au cas où les 2 autres auraient une autre idées derrière la tête. Je faisait quelques mouvement de bars et d'assouplissement -roue, poirier....- devant le magasin. Oui j'avais peut être l'air débile mais il me fallait apprendre a vivre avec ces choses sur ma peau. Enfin le loup sortis a son tour et m’amena vers un petit restaurant assez atypique non loin du magasin. C'était une petit maison, simple et assez vielle. Il n'y avait qu'une seule salle avec quelque table et un comptoir. Ca sentais les bon petits plats. Du poissssonnn! Je me lèchait les babines rien qu'en pansant a mon futur festin. L'établissement était tenu par un beast, un renard aux yeux presque clos. Il devait être aussi vieux que le restaurant. Il nous désigna les places aux comptoirs. La carte ne proposais pas beaucoup de menu mais qu'importe il y avait la mes mets préférés! Evidement je choisissais du poisson. Bien sur je pouvais tout manger, mais je me rabater toujours sur des plats a base de poisson, surement a cause de mes origines génétiques.


- Tu as déjà une idée d'où tu vas passer la nuit ?
Tu as déjà un membre de ta famille ici ou bien tu es déjà allé voir le
boss ? Je préfère ne pas te voir dormir dans la ''rue" donc si tu as un
soucis, tu squattes chez moi : je suis souvent en patrouille ou bien je
vadrouilles à l’extérieur aussi ne te dérangerais-je pas. Ensuite il
faudra qu'on parle travail mais en attendant, mangeons !



Les plats arrivèrent, le cuisto était très rapide décidément. Je me jetais dessus sans attendre. Mon ventre criait famine et de toute facon avec une odeur pareille... impossible de résister. J'avalais au moins 3 sushis avant de répondre au loup, l'air un peu triste en repensant a ma vrai famille.


- Oui j'ai fais le pacte avec euh...Shiru! Donc ma famille maintenant, c'est ici.

J’ingurgitai un autre sushi et demandant au renard si c'était possible d'avoir d'autre poisson...mais juste du poisson. Bien sur il retourna en cuisine me les préparer. Je remis en place mon pull pour recouvrir mon épaule un peu géner d'être seule avec le loup je ne sais pour quelles raisons.


- Elle m'a dit de prendre une chambre de libre dans le quartier des résidences. Je n'ai pas encore choisis laquelle je prenais...

Je levais la tête pour apercevoir Artyom du coin de l'oeil.

- Peut être parce que je n'ai toujours pas trouvé où les résidences se trouvent.


Évidement, cette réplique était juste la pour détendre l'atmosphère. Après lui avoir souris, je réfléchissait deux minutes a sa proposition, les yeux perdus dans le vide devant moi. Il avait déjà fait beaucoup de chose pour moi. Lui demandais encore un service n'était pas la meilleure chose a faire. Il ne fallait pas abusée de la gentillesse des personne, c'est ce que j'ai reçu comme éducation. C'est pourquoi je pris un air détaché en regardant la porte de la cuisine, lui tournant légèrement la tête.

- Mais ne te fais pas tant de soucis pour moi. Après tout je ne t'ai rien demandé, et je ne te connais pas plus que ca. Tu n'es pas obliger de veiller sur moi ainsi. Je peux me débrouiller seule. A priori je ne risque pas grand chose ici...Mais je n'oublie pas pour autant la dette que j'ai envers toi, autant pour l'épisode du village et de la citée naine que pour maintenant. Dès que j'aurai un travail, je te rembourserai.


Et je prenais un de mes poisson pour l'engloutir d'une bouchée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Lun 09 Avr 2012, 16:44

Cela faisait un bout de temps que je n'avais eu une histoire rafraîchissante et amusante comme celle d'aujourd'hui. J'étais heureux de pouvoir pour une fois relâcher le pression et la vigilance qui étais de mise dans mon travail quotidien. L’atmosphère au sein de notre dernier refuge commun avait sur tous un effet de havre de paix immortel qui jamais ne pourrait être définitivement troublés par ces maudits humains. Bien entendu, au fond de mon âme de ranger, créature habituée à vivre à l’extérieur et donc voir sa corruption et sa violence, je savais bien que la douceur de la vie du donjon n'était que poudre aux yeux. C'est pour cela qu'à chaque fois que je regagnais ce lieu, je m'autorisai à me détendre et à laisser apparaître un côté plus agréable et presque ''enfantin'' selon le point de vue. En tous cas, il était bien rare de m'entendre dire des paroles si légères et de plaisanter avec la chatte. Mais il fallait dire que c'était si amusant : peu habituée (encore moi que moi !) A la vie au sein du donjon, il était facile de la titiller et de l'ennuyer par diverses facéties. Pourtant, même les meilleurs plaisanteries ne devait durer trop longtemps au risque de vexer Séléné ce que je voulais éviter. Après tout, la nouvelle venue devait être bien accueillie surtout au vue de toutes les épreuves que nous avions subies avant d'en arriver ici. Les épreuves de la cité naine et toutes les blessures récoltées pourraient avoir eu raison de la volonté de plus d'un ou d'une. Mais à présent, nous étions en paix et libre de nous amuser un peu. Donc une fois les petits détails de l'achat réglé (et faut dire que c'est pas trop tôt de la voir habillé la Beast !) Je décidai qu'il était temps de manger un bout.





Le restaurant que j’avais en tête avait toujours été pour moi un lieux assez accueillant et on y mangeait bien. En tous cas, la Beast avait une sacré fourchette mais cela ne lui empêcha pas de parler en même temps. L'écoutant avec attention, je l'entendis parler de sa condition encore incertaine. Au moins étais-je rassuré sur le fait qu'elle ne soit pas à la rue mais je dus retenir un rire en voyant son manque de sens de l'orientation. Par contre, son attitude autonome me fis plaisir : cette fille allait loin tant est qu'elle acceptait enfin de se vêtir définitivement ! Néanmoins, ce n'était pas une raison pour juste hocher la tête et la planter là : j'allais lui tenir compagnie un peu avant de repartir faire ma ronde dans une poignée d'heures. Avalant une bouchée en la tenant entre mes baguettes de bois, je souris doucement et dis sans me retourner vers Séléné :


- J'aime ton attitude débrouillarde Séléné mais tu sais, je suis quelqu'un d'assez... Têtu et imprévisible donc ne t'en fais pas, je t'aide parce que je le veux pas parce que je me sens obligé. Néanmoins, il est bon d'entendre que tu n'oublies pas un service qu'on te rends, j'apprécie. Par contre, si un autre jour tu as des problèmes n'hésites pas à m'en parler à moi ou à quelqu'un d'autre : ici, on se serre les coudes quoiqu'il arrive au final...


Avalant une autre gorgée de son alcool fort, je lui tendis une autre coupe en porcelaine peinte et lui fit signe de boire :


-Pour ''fêter'' ta bienvenue au donjon ! Santé !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Mer 25 Avr 2012, 17:06

Artyom avait décidé de me tenir encore compagnie. Tant mieux je pourrai lui demander le chemin des résidences comme ca et éviter de me perdre encore une fois. Il va sérieusement falloir que je me fasse une carte du donjon, puisque je suis destiné a rester ici. Assez paradoxale pour un chat qui préfère largement vagabonder ou bon lui semble que de rester au même endroit. Enfin au moins, j'avais un toit pour m'abriter de la pluie et de quoi manger. Après il fallait me mettre en quête d'un ou plutôt de pseudos maîtres chez qui allait pour avoir ma dose de câlins et grattouille, c'était une autre histoire. Maintenant que j'étais vêtus a peu près correctement et que mon ventre ne criai plus famine, je devais trouver un boulot pour rembourser mes dette et subvenir a mes besoins. Mais que faire? A quoi j'étais doué? Certes j'avais mon dont de prévoyance mais il était plus qu'irrégulier et ne pouvais pas me servir a grand chose. Peut être que en tant que chat j'aurai plus de succès. Un animal de compagnie était probablement recherché. C'était a voir. De tout façon vue mes gènes il ne me fallait pas un travail trop fatiguant.
Les paroles du loup me reconnectèrent a la réalité et je n'étais pas vraiment d'accord avec ce qu'il disais. Je pris la coupelle d'une main en le regardant.


- Mon arrivé en un seul morceau surtout!

Une odeur assez tenace me parvient aux narines et recouvra les autres odeurs de la pièce. Autant dire que c'était pas faire du lait que j'avais dans la main. Je fis un petite grimace en espérant je ne lui recracherait pas tout a la figure. Enfin autant tenté. De toute façon il fallait que je m'endurcisse un peu.
Je souris d'un air déterminé et me mis en tailleur, bien droite sur mon tabouret.


- Santé.

Et but cul sec la coupelle avant de sortir un bruit incontrôlé et étrange et de retrousser mon nez. Je n'étais pas vraiment habitué a la boisson humaine encore moins a l'alcool. Mais a bien y réfléchir, ce n'étais pas si mauvais que ca. Fort certes, mais pas mauvais. Par contre ca me bloquait les sens pour un moment.
Je m'étirais ensuite comme un chat pour faire circuler la vague de chaleur du au liquide dans tout mon corps avec la gueule grande ouvert comme l'aurai fait un chat, puis le tendit mes bras en arrivé, décollant un peu mes fesses du siège et fit tomber mon dos sur le dossier bas. La position n'était pas inconfortable loin de la. J'avais une souplesse a toute épreuve. Heureusement que je n'avais pas pris un haut trop court, sinon le dit n'aurai pas servit a grand chose ici. La tête en bas, j'observais la salle derrière nous quand le tabouret comment ca a basculer a cause du poids du a ma position actuelle.
Avec mes réflexes félins, pas encore tachés par l'alcool, je dépliait un jambe pour me rattraper au comptoir et me tenir en équilibre comme si de rien n'était - rappelons que oui je suis habillé mais je n'ai pas de chaussure, il ne faut pas abusé non plus-



- Têtue et imprévisible? hum... ce que tu me décris là c'est un chat pas un loup. Tu dois avoir des origines génétiques féline alors...

Bien sur imaginer un instant un loup avec un chat ou autre me fit souris en silence. La barrière naturelle et génétique nous interdisais d’instinct se genre d'union. Quoi que, avant, lorsque je vivais encore parmi les miens, il n'était pas rare qu'un canidé vienne demander ma compagnie. Peut être recherchait il la douceur et la délicatesse que certain de leurs confrères ne possède pas? Et après, qu'importe. Je ne cherchais pas forcément de raison. J’allai la ou on avait besoin de moi et puis c'était tout.
Par contre pensais que je ne pourrais plus faire cela m'attrista un peu et l'image des deux hommes dans la rue du donjon pres a me sauter dessus me revint en mémoire. De ma vie jamais ca n'étais arrivé dans mon village, même au début.


- On se sert tous les coudes ici hein? on ne doit pas avoir la même définition de "se serrer les coudes" alors. Dans mon ancien village, l'incident de tout a l'heure aurait été juste impensable. Personne ne m'aurai agresser comme ca même en me baladant dans les rues seule et ...au poils... Nous vivions naturellement en se protégeant mutuellement pas en se sautant dessus et en obéissant à nos instincts animaux et ça pour tout le monde. Bon j'avoue que je suis plus chat qu'humaine par moment. Mais ce n'est pas pour autant que je me serai permis de manger une souris de compagnie ou me faire les griffes sur un canapé qui n'était pas a moi...

Je finissais mon monologue pas très joyeux en me redressant de mon tabouret, le remettant ainsi en équilibre sur ses 4 pieds et pris encore un poisson de mon assiette. Je ne voulais pas vraiment qu'Artyom me plaigne ni plomber l'ambiance. Je n'avais pas vraiment réfléchit a ce que j'allait dire, comme d'habitude. Enfin, je pris ma coupelle et la tandis au loup pour qu'il la remplisse avec un sourire.
- Mais bon, je suis un chat. Je m’adapte à tout par définition. Je survivrai même ici...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Jeu 26 Avr 2012, 20:02

J'ai toujours adoré le culture Orientale : je la trouve magnifique dans tous les domaines. Ce n'est pas pour rien que j'adoptes le style d'un "vampire" Japonais comme il est parfois décrit dans certaines histoires. En effet, le maître de la nuit Oriental n'est pas le monstre terrifiant décrit par les comptes pour humains d'ici non non. Au contraire, ce type de vampire se doit d'être beau, jeune, Charismatique et mystérieux... Tout moi quoi ! Manquant de ricaner face à cette vantardise un peu exagérée (quoi que j'en pense souvent le contraire) je me replongeais un peu dans mon admiration pour la culture lointaine de l'Orient. Tout était bon là bas, il suffit pour s'en convaincre de jeter un coup d'oeil au menu et aux plats que le petit Renard venait de nous servir. Le fumet délicat du plat principal, l'arôme fort de l'alcool de riz et la douce musique provenant d'une étrange boîte à manivelle dans un coin de la pièce. Souriant à la beast qui mangeait avec appétit son plat de poisson, je lui déclarai un bienvenu un peu solennel au donjon et je vis le cuistot sourire et préparer une autre portion de poisson bien cuit... Sur le compte de la maison en plus. Me jetant un regard à son tour, la chatte s'empara d'une coupelle d'alcool et je fis la moue : c'était peut-être un peu fort pour une débutante comme elle...


L'imitant quand elle renversa la tête en arrière pour boire en versant mon propre Saké entre mes lèvres, je frémis en sentant le délicieux feu parcourir ma gorge et la totalité de mon corps peu après. Regardant toujours Séléné du coin de l'oeil, j'apprécia sans rien dire le petit numéro d'acrobate qu'elle fit avec le tabouret : il n'y avait pas à dire, elle n'était pas une Beast-chat pour rien ! Même le renard apprécia d'un oeil critique la petite démonstration comme si il avait déjà eu à voir de telles spectacles de souplesse auparavant : ne connaissant pas vraiment le passé du renard, je formulai l'hypothèse qu'il animait justement de tels spectacles d’équilibriste dans sa jeunesse. Une fois son petit numéro finit, la féline me sourit et déclara :

- êtue et imprévisible? hum... ce que tu me décris là c'est un chat pas un loup. Tu dois avoir des origines génétiques féline alors...

Manquant de m'étouffer de rire à cette réplique, je versai à nouveau une lampée d'alcool dans ma tasse de porcelaine peinte de manière très stylisée et leva le récipient à hauteur de mes yeux. Tout en suivant le fil du dessin représentant un dragon moustachu, je répondis avec un petit sourire à la Beast que j'avais juste un sale caractère un peu étrange. piquant un petit morceau de viande avec mes baguettes de bois et l'avala sans mot dire. Ne voulant ni interrompre la chatte dans ses pensées ou bien faire un commentaire déplacé, je l'observais en mangeant silencieusement. L'histoire personnelle de Séléné se précisa un peu pour moi mais en restant vague : si ce village était si parfais, pourquoi l'avoir quitté ? Bien entendu, ce n'était pas à moi de poser cette question gênante dont la réponse serait sans doute douloureuse. Voyant le renard apporter une paquet de chiffon d'où émanait une odeur de poisson, j'hochai simplement la tête face à ce geste altruiste. Voyant une coupelle s'agiter à la limite de mon champ de vision, je la remplis simplement et, sans pouvoir me départir d'une curiosité malsaine, je demandai :

- Ton village avait l'air d'être très agréable : pourquoi as-tu dû le quitter si ce n'est pas indiscret ?

Et voilà, je venais de commettre sans doute le plus grosse bourde de la journée si ce n'était pas de la semaine tout ça à cause de ma saleté de curiosité... Séléné devait avoir raison quand elle disait que j'avais des gênes de chat !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Ven 04 Mai 2012, 01:27

Spoiler:
Bon...j'ai tiré au sort voir si je faisait Séléné qui te trucidais ou si au contraire elle craquais...dommage pour toi :p.



Alors que je ne voulais pas qu'on s'apitoie sur mon sort, une agréable odeur de poisson me piqua les narines. Non pas celle du dernier poisson qui me restait dans l'assiette, mais une autre encore plus alléchante. Le vieux cuistot renard avait amené un morceau de choix étrangement. J'étais gâté ce soir. Et après tout pourquoi je ne profiterai pas hein? J'avais eu ma dose d'ennuis pour la journée voir plus!

Je m’élançais sur ce filet, oubliant mes bonnes manières. Non non je n'avais pas encore assez mangé, même avec les quelques sushis et les 3 poissons déjà engloutis. Il me restait bien encore un peu de place pour ... ca! Et avec encore une ou deux coupelles de ce merveilleux liquide, tout pouvait passer.
D'ailleurs ma coupelle était déjà remplis! Mais je préférais attendre avant de boire. M' anesthésier les papilles gustatives avant de manger un si bon repas aurait été un crime!
Sans attendre, je passais mon nez au dessus de l'assiette. Exquis! Incroyable qu'un petit restaurant comme celui ci puisse avoir des merveilles comme ca! J'en oubliais presque ou j'étais. Mais Artyom me le rappela bien brusquement.


-Ton village avait l'air d'être très agréable : pourquoi as-tu dû le quitter si ce n'est pas indiscret ?

Je m'arrêtai dans l'instant. Et furieuse, je tournais la tête pour le trucider du regard. Mes yeux de braise devaient véritable bruler à ce moment précis. Si j'avais pu l'immoler sur place je l'aurais fait. Oui, une haine assez incontrôlable s’empara de moi. Tout mes muscles se crispèrent de rage. J'en tremblais même. Heureusement que je n'avais pas ma coupelle en main. Je serrais mes poings d’instinct, enfonçant mes ongles dans mes paumes pour ne pas céder et me faire mal d'un côté, que je ne saute pas sur le loup pour cet affront - un chat reste imprévisible.

- ...

Il s’était bien passé une minute sans que je ne respire. Sans que l'image d'une maison en feu avec la voix de tout ceux de mon village ne me quitte. Je sentais les mains de mon frère m'arracher dans mon élan à ma mort certaine. C'était atroce a dire, mais je serai morte dans ce bain de sang. Même les guerriers n'en étaient pas ressortis - de ce que j'avais pu voir- alors qu'elles étaient les chances de survie d'un petit félin? Aucune. Encore moi pendant des jours et des jours sous des températures arctique.
Et d'un coup, l'odeur de mon frère, venant d’où je ne sais, me percuta de plein fouet. La même qu'il avait lorsque nous étions tous couché les uns dessus les autres a coté du feu, que celle qu'il avait quand il venait me récupérer dans la forêt et la même qu'il avait sous la neige cette nuit la. Me nerfs lâchaient a présent. Mon corps entier se détendit. Alors que j'étais aussi raide qu'un bâton, me voilà aussi molle qu'une guimauve.

Je détournais la tête, pour ne pas voir le loup, ni qui que se soit. J'avais honte. De quoi? D'avoir voulu tuer Artyom? D'être en vie maintenant? De la question qu'il m'avait posé? De moi? Aucune idée. Je me tortillais un peu sur ma chaise, ne savant pas comment m'assoir. Il fallait vraiment que je lui réponde? Le temps semblait s’arrêter, mais non il coulait bien. Mais beaucoup trop lentement, c'était insupportable. J'aurai aimé ne pas être la maintenant mais chez moi. Et penser a tout ca n'était pas facile. Je gardais la tête basse, ne pouvant bouger mes yeux de cette horrible image.


- Ils... Enfin... Nous... Ils... Mes... Enfin...Euh...

Je n'arrivais pas a articuler. Mon corps entier me brulait, pas forcément a cause de l'alcool, enfin peut etre que si. C'était fou. Je n'arrivais pas parler! Je rassemblai tout mon courage pour commencer enfin ma réponse. Mais rien ne me venait. Je cherchais de l’appuie mais personne n'était pas. Je soufflais un bon coup avant d'ouvrir la bouche.


- Ils... Ils sont tous

tous... ce mot raisonnait trop dans ma boite crânienne. Ca impliquait mes amis, même ma famille. Mes frères. Mort dans la neige. Une sensation de froid intense m'envahit a présent. je pouvais ressentir la fraicheur des flocons recouvrant peu a peu ma peau. Non! Je secouais la tête pour m'enlever ce sentiment. Mes doigts bougeait frénétiquement dans le vide ou sur le comptoir. Ils me paraissaient en trop sur moi.

- Tous ...mort

Mais pourquoi? Pourquoi? Le corps de mon frère était la devant moi. Non c'était un illusion. Ce n'est pas possible! Il a été enterré par "lui"! Mon autre frère. Le pauvre. Je n'ai même pas pu le retrouver. Son corps était jamais pris dans la glace de cette grotte lugubre. De stress, je pris ma queue pour jouer avec, ne sachant pas ou me mettre, j'avais les joues qui me brulaient vive alors que le reste de ma peau était aussi froid que la neige.


- Nous étions 3 a ... fuir...

Oui c'était une torture de répondre. Alors pourquoi je continuais? Aucune idée. Moi qui m'étais promis que personne ne connaitrait mon histoire. Que je garderais mes frères et ma lacherie pour moi. Les larmes se formaient involontairement. Etonnant même qu'elles n'apparaissaient pas plus tot. L'image du corps se floutait petit a petit, grace ou a cause du liquide brouillant mes yeux. Elles stagnaient la. J'avais fuis. Lachement. J'avais laisser les miens mourir. Se serrer les coudes? Tu parles! Je faisais la morale au loup mais je ne valait rien.

- Moi et mes deux frères...

Frénétiquement ma queue bougeait dans tout les sens entre mes doigts. J'en arrivais même a m'arracher quelques poils. Gênée, je regardais devant moi le plat de poisson que je venais d'entamer. Impossible de raconter toute l'histoire, pas maintenant. Jamais d'ailleurs. Je n'arrivais même pas a terminer ma phrase. J'étais assez pitoyable en y pensant. Un pauvre petit chat, pleurant parce qu'il est seul car il a abandonné les siens. Pathétique même.

- Mais le froid des plaines, les as...

Tué. Alors qu'ils avaient pu fuir avec moi, mais leurs pattes ne connaitront rien d'autre que l'épaisse couche de glace du sol gelé. Ma voix s'étranglait de plus en plus. Je refusais de sombrer et de pleurer a chaud de larme maintenant. J'avais commencé mon explication, en omettant pleins de détails évidement, mais ca devrait suffir au loup du moins pour le moment, je devais la terminer. Et pour la fin, c'était bien mon sauver. Un ..humain. Je ne savais pas le rapport qu'Artyom entretenais avec eux. Il n'était peut être pas prudent de prononcer ce mot ici. Mais je n'avais pas vraiment réfléchit a ca.

- C'est un homme...un...humain qui m'a recueilli complètement congelée à coté du
...corps... - non ce mot resta mental- de mon frère ainé.

Et deux larmes coulèrent lentement sur mes deux joues rouge vives. Je n'avait toujours pas eu le courage de regarder le loup. J'étais anéantis en deux secondes. Je m'étais anéantis toute seule. Juste a cause d'une phrase. Mon petit coeur de chat ne pouvais pas supporter une telle réalité. Pourtant je savais qu'aucun ne reviendrait mais c'était comme ca.



Spoiler:

Maintenant une haine la ronge de l'intérieur et des fois elle se laisse
complétement submergé par cette colère. Elle sombre donc soit dans une
infini tristesse ou une rage folle.
C'est pas ma faute c'est écris dans son caractère

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Sam 05 Mai 2012, 12:00

Voir la féline manger avec autant d'appétit me fis plaisir : bon, voir quelqu'un avoir une bonne fourchette était toujours agréable car cela signifiait qu'il était en bonne santé. Le renard n'hésitait pas à en rajouter une couche lui aussi : notre assiette n'était jamais vide avec lui. C'est presque à se demander comment cet humble Beast fait des affaires tant il nourrit bien ses clients : il doit avoir des prix sur les ingrédients je ne vois pas d'autres solutions. Enfin bon, cela n’enlève rien à la qualité de ses plats ça je peux vous le dire : il suffit de voir la qualité des pièces de viandes devant moi tout comme l'appétit avec lequel le chat dévore son délicieux poisson. La soirée semblait bien annoncée, l’atmosphère restait agréable et la chatte semblait finalement se prendre au jeu, se lâchant un peu. Franchement, je ne pense pas qu'il aurait été possible de prévoir que ma question allait tout foutre par terre mais quand je commençais à avoir un peu d'alcool dans le nez, je pouvais manquer de délicatesse et de retenue comme ici. Pourtant, la question paraissait anodine et ne devait logiquement pas causer une telle réaction de la part de Séléné. Car oui, après que je lui ai demandé innocemment d'en savoir un peu plus sur son passé, vu que j'estimais qu'on pouvait aller jusque là au vu de l'évolution de notre relation, elle eut une réaction assez forte et visible. Cela commença par un crispement des muscles et elle me jeta un regard digne des feux de Cerbères... Un sujet extrêmement sensible donc ? En tous cas, je cru que Séléné allait me sauter dessus au vu de la rage qui brillait dans ses yeux. Cela me fit me demander si jamais ce n'était pas un être comme moi (avec une apparence humaine je veux dire) qui a été la cause de son départ de son village vers le donjon. Bien entendu cela pouvait sembler absurde mais après tout... Les femmes étaient d'un compliqué.


Après cela, la beast se mit à bégayer toujours aussi énervée avant de se calmer : la crise était-elle passée ? En tous cas j'allais peut-être enfin savoir le pourquoi du comment et surtout que ce qui s'était passé avec son village natal. Elle finit par tout me raconter non sans montrer sa nervosité et sa peine de manière à ce que même un aveugle le comprenne. J'écoutai sans rien dire alors que les paroles franchissaient difficilement ses lèvres, le silence s’épaississant dans le restaurant. Le cuisinier, le vénérable renard baissa son museau en signe de respect et de tristesse alors que moi-même je ne trouvais pas les mots justes pour la rassurer mais y en avait-il justement ? En tous, je ne les trouvais pas et compris aussi que tenter de la rassurer plus physiquement ne serait pas une bonne idée. C'est le renard qui me sauva la mise : le vieillard ridé redressa la tête et dit de sa voix avec un accent à couper au couteau :

- Ta famille ne pourra pas revenir cela est aussi certain que le fait que les étoiles brillent dans la nuit mais sache une chose petit chat : ils se sont sacrifiés pour toi, ils sont restés avec toi jusqu'au bout. Cela il ne faut jamais l'oublier même le jour de ta mort, n'oublie pas la preuve d'amour qu'ils t'on porté, allant jusqu’à sacrifier leurs vies pour sauver la tienne... C'est cela l'important, les garder dans ton coeur.

Personnellement je n'aurai peut-être pas dit la même chose mais mon avis allait dans le même sens à vrai dire : n'oublie jamais tes amis et ceux qui te sont cher car sinon ils disparaîtront à jamais sans pouvoir revenir. La beast ne réagit pas tout de suite, les larmes aux yeux et plongés dans son récit, elle poursuivit son histoire. Elle précisa non sans hésiter qu'elle avait été recueillie par un humain et je dressai les oreilles à cette mention : j'étais curieux au sujet de cet humain qui avait aidé un monstre mais ne voulant pas faire une nouvelle bourde, je gardai ma langue. Pourtant, tel un démon malin, ma langue se délia une nouvelle fois pour demander :


-Cet humain, te souviens-tu de son nom par hasard ? J'ai connu plusieurs humains qui s'étaient ralliés à notre ''cause'' ou tout du moins qui n'étaient pas fanatisés comme les autres. Pour tout dire, mon mentor était lui aussi un humain ''renégat'' qui nous a aidé il y a longtemps : il m'a apprit à me battre et à survivre mieux que quiconque.


Les souvenirs de mon maître ''Khan'' me revinrent en mémoire : les dernières nouvelles que j'avais eu de lui indiquait qu'il sabotait des lignes de ravitaillements humaines pour équilibrer un conflit dans une région reculée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Ven 18 Mai 2012, 02:28

Les images de ceux que j'avais connu me hantais. Je savais qu'il me faudrait du temps pour vraiment accepter tout cela. Et ce temps la n'étais pas encore arrivé. Aussi mes larmes coulaient sans que je ne puisse les arrêter. Je n'avais pas réussit, malgré mes efforts, a me montrer assez forte pour cacher ce passage sanglant de ma vie. Tant pis, après les minis aventures que je venais de vivre j'avais le droit de craquer un peu. J'étais seule a présent. Je n'avais plus de frère ou d'amis vers qui me tourner pour me réfugier dans leur bras, comme quand je faisait de mauvais rêves...Sauf qu'ici se n'était pas un rêve mais bien la réalité. Une réalité bien trop dur a mon gout.

Et le vieux renard pouvais dire ce qu'il voulait, d'ailleurs pourquoi me parlait il d'étoile?, ils ne s'étaient pas sacrifié mais s'étaient fait massacré purement et simplement. Le combat était inégal, surtout contre des chats sans défense ou presque. Enfin, pourquoi remuer le couteau dans la plaie? Pas la peine de se refaire les derniers mois de ma vie en boucle. Dans un mouvement lent, elle posa sa tête entre les assiettes sur la table, tournée vers le loup a ses coté. D'ailleurs pourquoi n'avait il pas fuit lui aussi? Ha oui, il était la parce qu'il le voulait bien et pas parce qu'il se sentais obligé de garder un boulet dans mon genre. Oui je m'en souviens. Tout comme de mon sauveur humain. Les yeux dans le vide devant moi, je cherchais quoi lui répondre. Si je n'avais pas réussit a cacher mon passé, je le cacherait lui. Même si mon deuxième sauveur semblait apprécier les humains.



- Il a était gentil et doux, alors... Je l'ai abandonné pour qu'il n'ai pas d'ennuis. Je préfère qu'il reste en dehors du donjon et qu'il soit inconnu ici.


Aucune idée si cela conviendrai à Artyom ou pas. Mais il devra se contenter de ca. Oui, je le cacherai précieusement, autant que je le pourrait. Des créatures de ce donjon comme au autres...D'ailleurs, les autres comment étaient ils? Ca ne faisait que un petit jour que j'étais ici. J'avais eu le temps de voir Shiru et l'infirmerie avec le médecin bizarre puis de croiser des créatures plus ou moins sympathique mais je n'avais pas tout vue.
Je tournais légèrement la tête, toujours en la gardant sur la table, pour mieux voir le loup. Ma vision était encore un peu floue certes mais les larmes avait cesser de naitre, ne laissant qu'un sillon humide sur leur chemin.



- Dit Artyom, il y a beaucoup de monstre.... euh....


Voila que je parlais comme un humain. Nous ne sommes pas des monstres. Nous avions aussi le droit de vivre. Dommage que tous n'avait pas cette mentalité. Je laissaient tomber mes bras dans le vide et me jambes, en tailleur sur le tabouret ne bougeaient pas. Ma tête, pourtant posé me lança soudain. Peut être que je réfléchissais trop, ou que l'alcool du cuisto était trop fort pour moi. D'une main je me grattait les cheveux pendant que je faisait avancer mes doigts, comme un petit bonhomme qui marche, sur le bord de la table vers le lupin.

- Beaucoup d'autres personnes qui sont comme toi? Je veux dire qui...apprécient un peu les humains quand même? Ou qui s'entendent bien avec les autres races? J'ai fait le pacte, mais au fond je l'ai signé sans rien savoir. Si ca se trouve je ne me plairai pas ici ou je ne serai pas accepté. Puis Shiru m'a demandé de protéger les habitants, mais je ne suis pas une guerrière...

Arrivé a bout de bras, presque chez Artyom, mon petit bonhomme se replia pour se poser avec mon autre main sur mes cuisses, toujours en tailleur sur le tabouret. Bien sur, j'avais omis de mentionner a Shiru que je n'étais pas une guerrière. Je n'en avait pas besoin je pense. Vue ma carrure, mon corps remplis de minis blessures et d'une plaie béante au mollet... Autant dire que soit j'étais une combattante qui venait de passer une sale quart d'heure soit je n'avais pas réussit a fuir à temps. Heureusement que le donjon avait un médecin compétent. Enfin, pour l'heure la n'était pas ma réelle préoccupation. A vrai dire, maintenant je n'en avait plus aucune. Ma peau était protéger et mes 9vies, enfin celle qui me restait du moins, étaient en sureté...Non maintenant, l'idée que je ne m'intègre pas ici, qu'on me rejette ou autre me sauta la figure. Le loup m'avait adopté si on peut dire ainsi mais le reste...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Lun 21 Mai 2012, 19:49

L’atmosphère du resto ne semblait pas vraiment en passe de s'améliorer et une partie de mon esprit, la saleté qui n'arrive pas à se débarrasser de sa part d'hypocrisie et de cruauté, se met à me souffler que finalement j'aurais mieux fait de ne pas m’immiscer dans les affaires de Séléné... Quitte à la laisser crever ! Malgré moi, une moue écoeurée se dessinait sur mon visage : je la masquais cependant assez vite pour que Séléné ne la voie pas tout du moins l'espérais-je. Après tout, vu ce qu'elle venait de me dire, paraître choqué passerait pour de la colère à propos de son histoire et ce serait malvenu vu l'état mental de la pauvre Beast. Je n'allais cependant pas m’apitoyer sur son sort, aussi dur que puisse paraître cette attitude : j'avais moi même perdu pas mal d'amis aussi était-je peut-être devenu un minimum insensible. Bien entendu, je n'étais pas coeur de pierre au point de juste hausser les épaules et puis de passer à autre chose mais après tout, que pouvais-je concrètement faire en vue d'aider Séléné à épancher son chagrin ? La rendre saoule ? Mieux ne valait pas... Rien qu'à voir sa réaction lorsque je l'avais invité à boire un verre ou deux et l'état dans lequel elle avait plongé peu de temps après... Au moins, je me servis de l'occasion pour plus en apprendre sur son environnement, de là où elle venait : ça ressemblait un peu à mon village sauf que là bas, les chat étaient une minorité. Bien que je n'en aie pas côtoyé beaucoup, ces petites créatures à la mignonne petit frimousse semblaient être de joyeux lurons. Il était donc d'autant plus facile de comprendre la détresse de Séléné : elle semblait avoir eu une famille extrêmement aimante où tous les membres étaient uniques et proche.


Moi, bien au contraire, n'avait pas vraiment eu un lien affectif qui défie l'imagination avec sa famille :plutôt solitaire dés mon plus jeune âge, je n'avais pas vraiment ressentis grand chose en les laissant au village pour partir à l'aventure... Il y a si longtemps déjà. J'avais rencontré Khan peu de temps après cela d’ailleurs et ses souvenirs me remontèrent en même temps que Séléné me posait la question de ma position vis à vis des humains. Poussant mon corps vers l'arrière, faisant basculer la chaise sur deux pieds avec une agilité qui n'avait rien à envier à celle du chat, je restai penché vers l'arrière, mes bottes noires sur le comptoir. Ignorant sans mal le regard courroucé du renard, je me mis à repenser à mon entraînement de Ranger et les paroles sortirent toutes seul :

-Oui, j'en ai connu plusieurs, plusieurs monstres de divers horizons et professions qui comprenaient que tous les humains n'étaient pas bon à mettre dans le même sac. Ces gens, ce groupe dont je fais partie comprend qu'il n'y a ni noir, ni blanc, juste des nuances de gris.


Soupirant, je sautai de ma chaise et payais l'addition. Sans laisser le temps à la Beast d’émettre le moindre mot, je lui saisis la main, fermement mais sans véritable force pour ne pas lui faire mal. Le petit trajet nous amena à ma chambre, spartiate mais confortable. Je la fis entrer et me dirigea sans mot dire vers ma commode pour l'ouvrir. A l'intérieur se trouvait tout un tas d'objet divers : des vêtements, une guitare, un katana finement ouvragé et une boite de bois très décorée. Dans un premier temps, je me saisis de la boite, la posa sur mon lit et l'ouvrit. L'intérieur était pleins de lettres, de Khan majoritairement : elles parlaient de son travail ainsi que de sa vie de famille avec Lylia, une Beastwoman chat tout à fait adorable ainsi que des deux enfants hybrides qu'il avait eu avec elle. L'autre objet du coffret était un harmonica que mon mentor m'avait gracieusement offert lorsque nous nous étions séparés la dernière fois. Me saisissant enfin de ma guitare, je souris à Séléné et dis :

- Khan, mon mentor humain est une personne admirable, il y en a pas deux comme lui : il m'a même apprit à jouer de la guitare... Tu veux entendre ?

Et, sans lui laisser le temps de répondre, j'entamai un premier morceau assez joyeux tout en indiquant à Séléné de s’asseoir sur un pouf moelleux, un des rares meubles de la pièce.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Invité le Mer 23 Mai 2012, 16:34

Mon petit numéro d'équilibre l'avait visiblement inspiré. Il m'imitais maintenant, mettant sa chaise en équilibre. Biensur, il n'avais pas ma grâce, mais il n'était pas tombé. Je relevais la tête du comptoir, dressant au passage une oreille. Quand allait il tombé? Dans 2 secondes? Ou bien 10? Je remarquais alors ses bottes sur la table. Voilà qui était bien impoli! Je trounais la tête vers le cuisto. La grimace qu'il tiré sur son visage indiquait bien mes pensées. Le loup venait salir son comptoir, mais pour ne pas le couper dans son explication, il ne lui dit rien, préférant repartir dans sa cuisine. Cette scène m’arracha un petit sourire, même si en soit ca n'avait rien de drôle - C'était peut etre a cause des 2...3? ou peut être 4 coupelles de cet alcool que j'avais bu qui modifié légèrement mes sens.- . Décidément, le vieux renard était bien étrange. Ou peut être était ce le loup qui était trop important au donjon? Je ne savais pas ca encore, juste qu'il était garde ou quelque chose du genre.

-Oui, j'en ai connu plusieurs, plusieurs monstres de divers horizons et professions qui comprenaient que tous les humains n'étaient pas bon à mettre dans le même sac. Ces gens, ce groupe dont je fais partie comprend qu'il n'y a ni noir, ni blanc, juste des nuances de gris.

Des nuances de gris? Dans ma tête je voyais un chat avec pleins de taches grises se baladait dans une rue, mais je doute que le loup pensait la même chose. Néanmoins, je savais qu'il y avait d'autre "monstres", pour reprendre son expression, qui pouvait apprécier les humains et les autres espèce. Ca me rassurait quelque peu. J'avais une chance de m’intégrer ici.
Alors que je m’apprêtais a engloutir le dernier poisson qui trainer dans mon assiette et a boire une nouvelle fois, un cliquetis a ma droite, redressa ma deuxième oreille. Le loup n'étais plus sur sa chaise. Il avait balancé quelques pièces sur le bois pour payer notre repas. Bien sur, il était or de question qu'il me paye encore quelque chose. Il m'avait déjà sauver plusieurs fois et en plus, m'avait pris des vêtements. Ca suffisait déjà ainsi, ma dette était assez lourde. Mais pas le temps de répliquer. Je fus attiré de coté, m'obligeant a quitter ma chaise. Visiblement, nous avions finis notre repas. Sans résister, de toue façon vue ma force - et mon état- je n'avais pas le choix, je quitter le restaurant en faisant un signe de la main au maitre renard.




----------- Finis suite ici ------------

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Encore une fois? [PV Artyom]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum